Sans aucun complexe ?

Image

Sans aucun complexe ?

Messagepar Benedikt » 25 Nov 2012, 23:47

Désolé, pavé. ^^ Mais j'en profite pour faire le "action ou vérité" que j'avais oublié !

« Ils doivent avoir des domestiques pour s'en occuper, alors. » répondit Benedikt en piquant sur sa fourchette les morceaux de légumes qui traînaient encore dans son assiette, bienheureux ignorant de ses choix archaïques de vocabulaire. « Non, bien sûr ! Il faut que tu te reposes. Mais il faut appeler Nathan, aussi, je lui ai promis. Tu n'es pas obligé de m'accompagner si tu es vraiment fatigué. C'est juste pour lui dire que tu vas bien. »

Lorsqu'il rentrèrent à la boutique un peu moins d'une demi-heure minutes plus tard, le soleil avait déjà presque disparu. Il était encore tôt, mais le botaniste ne voyait pas d’inconvénient à aller se coucher en même temps que Vrass ; il n'avait rien à faire de plus et une bonne nuit de sommeil n'avait jamais tué personne, aussi ils montèrent tout les deux directement à l'étage.
Benedikt retint une grimace en enlevant le pull qu'il portait et passa machinalement une main dans son dos pour comprendre ce qui lui faisait mal. Ses doigts frôlèrent son dos et firent froncer les sourcils du botaniste, sans qu'il ne parvienne à découvrir d'où venait la douleur. Espérant qu'elle disparaîtrait pendant la nuit, il se contenta de vérifier à nouveau avant de finir de se déshabiller et se glisser sous les couvertures.

Le botaniste eut pourtant l'occasion de découvrir que c'était exactement l'inverse de ses espérances qui se produisait lorsqu'il se réveilla brusquement en plein milieu de la nuit. Il laissa échapper un «putain.» ensommeillé qu'il étouffa dans un oreiller et roula sur le ventre en s'éloignant de Vrass, essayant de chercher ce qu'il avait pu faire pour provoquer une telle réaction de la part de son corps. Rien ne lui venait pourtant à l'esprit. Une heure et demi plus tard, il finit pas se relever pour descendre silencieusement les escaliers et se planter devant le miroir qu'utilisait le tatoueur pour ses clients qui avait l'avantage d'être bien plus grand que celui de sa salle de bain. Assez grand en tout cas pour être en mesure de voir entièrement derrière lui.
Quelques centimètres du bout son aile droite s'étaient détachés de sa peau, qu'il n'osait pas toucher de peur d'avoir encore plus mal. Mais cela n'expliquait pas la douleur qui courrait insidieusement tout le long de son dos et augmentait au fur et à mesure. Le botaniste se mit à tourner en rond comme pour penser à autre chose. Il y avait dans son sac un anesthésiant qu'il avait acheté l'après-midi même, mais au lieu de remonter sur la pointe des pieds dans la chambre aller le récupérer, il s'arrêta devant le miroir.

Benedikt aurait trouvé bien difficile d'expliquer la pertinence son geste, mais à bout de nerf, ce fut sans hésitation qu'il tira brusquement sur le morceau d'élytre séparé de sa peau. La douleur le fit arrêter plusieurs fois, sans qu'il prenne la peine de réfléchir à ce qu'il faisait. Il lui était tout simplement impossible de ne pas finir ce qu'il venait de commencer, et il détacha patiemment la membrane fine de chacune de ses ailes jusqu'à ce qu'elles furent complètement libres.
Le botaniste les regarda avec un air interdit pendant de longues minutes comme si elles ne lui appartenaient pas. Elles remuaient occasionnellement d'une façon qui lui était complètement étrangère, envoyant voltiger parfois dans l'air de petits morceaux de membrane qui retombaient sur le sol comme des feuilles mortes. Il attendait presque qu'elles tombent en poussières tant elles avaient l'air fines et fragiles par endroit, en dehors des nervures sombres.
« Au moins, maintenant, je sais pourquoi j'ai mal. » murmura tout bas Benedikt, les yeux fixés sur le reflet de la peau à vif dans son dos où était resté les traces profonde et noircies des nervures de ses ailes. Pourtant, la douleur était étonnamment plus supportable que quelques minutes plus tôt.

Il pensa soudain à Vrass qui dormait là-haut et soupira. Il n'avait aucune envie de lui montrer ce spectacle et envisagea même de partir sans prévenir pour rentrer chez lui. Mais le problème ne serait pas réglé pour autant, et on était en pleine nuit. Il attrapa une couverture qui traînait là – probablement pour les clients un peu pudique –, alla s'asseoir en tailleur sur une chaise dans la cuisine et s'enroula dedans en prenant garde à ne pas laisser le tissus frôler son dos. Malgré avoir tenté de rassembler tout son courage, il était incapable de se dire qu'il faudrait laisser voir à tout le monde ce qui lui semblait à lui-même une aberration totale. Benedikt avait toujours considéré les seules caractéristiques qui faisait de lui un orphe comme quelque chose de vaguement dérangeant qu'il préférait dissimuler à ceux qu'il ne connaissait pas. Et c'était très bien comme ça. Hors avec des ailes aussi visibles, et pour l'instant, l'impossibilité d'enfiler un t-shirt, ce serait ce qu'on remarquerait en premier chez lui. Le botaniste resta là à réfléchir à une solution envisageable, le visage enfoui dans ses bras croisés, et finit par s'endormir sans s'en rendre compte à moitié étalé sur la table de la cuisine.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Vrass Rannveig » 26 Nov 2012, 09:39

Allez voir Nathan? Mince oui c'est vrai qu'il était tellement triste lorsqu'il est parti qu'on lui a dit qu'on lui donnerait des nouvelles! Bon ben oui, on va lui passer un coup de fil dans ce cas, au moins histoire de lui dire que je suis sorti de l'hôpital et que je vais bien.

Petit détour par une cabine téléphonique donc, puis retour à la maison! Ça ne me ressemble pas vraiment de me coucher avec les poules, mais je dois reconnaître être totalement crevé, même si on n'a pas beaucoup marché, je suis encore bien faible, bien que ça peut aussi venir de tous les médocs qu'on nous file dans ces fichus hôpitaux et qui sont plus des drogues qu'autre chose! Il faut le temps de s'habituer à ne plus les avoir dans le corps et parfois ça prend du temps. Je sais que beaucoup de gens ayant vécu en Païlandune ont tendance à demander dans le puits à souhait d'être débarrassé de ces drogues, mais de ce qu'on raconte, le lavage d'estomac version Infinitudes, c'est loin d'être une partie de plaisir, donc autant prendre sur moi et puis on verra.

Au cours de la nuit, je n'ai pas senti le gosse se lever, mais j'ai rapidement senti un truc humide au niveau de ma main qui m'incitait à la lever et j'ouvrais donc les yeux plutôt brusquement
«Iza? Qu'est-ce que tu fous dans ma chambre?» - je pouvais la voir gémir doucement et en détournant les yeux, je voyais que Benedikt n'était plus là! Une sensation désagréable dans le torse, et je me lève doucement en essayant de rassurer la morphe. Est-ce qu'elle était inquiète parce qu'il était parti sans prévenir? Il lui était arrivé quelque chose? J'enfilais vite un pantalon et je commençais à descendre doucement les escaliers, du premier coup d'œil, je voyais bien que la porte n'avait pas été forcée, et qu'elle ne semblait pas ouverte non plus. Une fois au rez-de-chaussée, je voyais la cuisine allumée et je m'avançais encore jusqu'à sentir un truc bizarre sous mes pieds?

Je m'accroupissais pour mieux voir et je trouvais une drôle de petite membrane fine et transparente... je reconnaissais bien ce truc, même si Benedikt le cache sous ses vêtements, je l'ai vu plus d'une fois nu et j'ai surtout laissé mes mains courir sur son corps bien assez souvent pour reconnaître un fragment de ses ailes! Seulement, elles m'avaient toujours semblé si profondément ancrées dans sa peau que je ne m'attendais pas à ce qu'il puisse en décoller des morceaux. Quoi que? Il me semble que ça lui était arrivé tout de même une autre fois et il avait voulu me le cacher, car j'avais retrouvé de ces fragments dans la salle de bain, mais beaucoup plus petits.

J'allais dans la cuisine et je le trouvais là, torse nu, recroquevillé sur la chaise et à moitié affalé sur la table! Et... ses ailes? J'écarquillais les yeux sur le coup, il avait l'air d'avoir carrément saigné non? En tout cas, sa peau paraissait boursouflée, comme lorsqu'on arrache une croûte un peu trop tôt avant que ça n'ait fini de cicatriser. Je m'avance doucement, posant ma main délicatement sur sa nuque pour me mettre accroupi à côté de lui, je me rends compte que mon genou ne me fait presque plus mal, ni ma hanche!
«Hey... Benedikt? Qu'est-ce qui t'arrive, ça ne va pas?» - pourquoi s'être levé ainsi? Est-ce que ce phénomène est anormal? Si mes souvenirs sont bons, les ailes des insectes se reforment régulièrement, ça mue un truc comme ça non? Mais peut être que ça ne lui était jamais arrivé? Après je peux me gourer, je suis loin d'être un pro! Iza était retournée sous son comptoir, un peu prostrée apparemment, je crois qu'une part d'elle-même a eu peur... elle doit penser que Benedikt aussi a subit des expériences ou autres, c'est pour ça qu'elle n'ose pas approcher.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Benedikt » 26 Nov 2012, 22:20

Benedikt releva la tête pour l'enfouir immédiatement à nouveau dans ses bras, la lumière de la cuisine était vraiment éblouissante, et mit quelques secondes à comprendre ce qu'il faisait là, l'esprit encore embrouillé par le sommeil. Ce fut lorsqu'il sentit le frémissement de ses ailes dans son dos qu'il se réveilla complètement.
« Me regarde pas... » gémit-il à Vrass en fixant la table comme si celle-ci était largement plus intéressante que le tatoueur. « Je suis désolé... Je pensais pas avoir fait autant de bruit, je voulais pas te réveiller... »

Benedikt tira sur la couverture pour recouvrir ses ailes, grimaçant en sentant le tissus frotter ses ailes contre sa peau, et repoussant ainsi la main de Vrass sur sa nuque.
« Tout va très bien, tu peux aller te recoucher, moi je vais juste... » Le botaniste s'arrêta, bien conscient que ses paroles était tellement ridicules qu'il n'avait aucune chance d'être pris au sérieux. Mais trop honteux pour demander de l'aide au tatoueur alors qu'il ne pouvait pas se soigner seul, ou beaucoup plus difficilement, il se contenta de froncer le nez.
« Je ne sais pas ce qui se passe, ça- ça ne m'était jamais arrivé avant. Enfin, d'avoir mal sans aucune raison, le reste, c'est ma f- Enfin, voilà. »
Vrass avait l'air plus inquiet qu'autre chose, pourtant, malgré le fait que Benedikt ne pouvait pas vraiment savoir quelle expression il pouvait y avoir sur son visage étant donné qu'il refusait toujours obstinément de le regarder. Et après tout, le winghox s'était toujours plus ou moins fichu de ce qui pouvait faire de lui un orphe. La douleur gagna rapidement sur l'embarras et sa volonté de se débrouiller tout seul. Finalement, il préférait demander à Vrass ses services plutôt que de souffrir inutilement, cela aurait été idiot de réfléchir autrement. Tant pis si voir ça pouvait repousser le tatoueur, il verrait bien par la suite ce qui se passerait.

« Tu... Tu n'es pas obligé de le faire mais si tu m'aidais, ce serais... bien. Je ne peux pas vraiment m'occuper de ça tout seul, enfin, ce n'est pas très pratique, je suis souple mais il y a des limites et... »
Benedikt soupira et se frotta lentement le visage des deux mains comme pour finir de se réveiller, et probablement aussi parce qu'il avait envie de se mettre des claques.
« Dans ce que j'ai acheté à l'herboristerie cette après-midi, il y a un anesthésiant et... peut-être autre chose, je ne me souviens plus, il faut que je regarde, je crois que j'avais pris du baume larmiqueuse, aussi. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Vrass Rannveig » 26 Nov 2012, 23:23

Me regarde pas? Qu'est-ce qui lui prend? Sur le coup, je recule un peu sans comprendre, mais je ne vois pas de quoi il parle, jusqu'à mentionner m'avoir réveillé
«C'est pas toi qui m'a réveillé... Iza est venu me chercher. Elle a du sentir que tu n'allais pas bien et que tu étais blessé!»

J'essayais de me pencher pour qu'il me regarde, mais il semblait déterminé à fuir mon regard sur le coup et je n'arrivais pas à comprendre ce qui lui prenait, il est vrai que je n'avais jamais vraiment «vu» ses ailes, disons qu'elles étaient bien encastrées dans sa peau en temps normal, mais je les ai toujours senties sous mes doigts donc je n'arrivais pas à comprendre...
«Attends, qu'est-ce qui te prend? J'avoue que je n'avais jamais vu tes ailes avant mais j'ai toujours su qu'elles étaient là tu sais? Si ça m'avait posé problème, y'a longtemps que tu ne serais plus là!»

J'essayais encore de comprendre, mais pour le moment il s'excusait et demandait mon aide, alors je venais hocher la tête avant de lui faire un signe du menton - «Bien sur! Viens là haut, la lumière est meilleure dans la salle de bain!»

J'essayais de l'inciter à me suivre, me demandant pour quelle raison il prenait les choses ainsi ! Mince, j'ai des cornes sur la tête! Il se rend compte qu'il y a toujours des abrutis pour faire des jeux de mots débiles avec ça? On me traitait de vache, ou de cocu aussi et d'autres noms de bestioles plus extravagantes les unes que les autres! Enfin bref, je n'étais pas vraiment au courant de ce qu'il pouvait ressentir vis à vis de sa condition d'orphe, alors je venais prendre son poignet et l'obligeait à me regarder droit dans les yeux
«Hey! Ça va aller, je vais te soigner. Je vais pas te laisser dans cet état! Ça te fait mal?»

Je venais retirer la couverture car je voyais bien que ça lui faisait encore plus mal de l'avoir posée sur sa peau! Puis je l'incitais à monter les marches jusqu'à la salle de bain, puis j'attrapais son sac à lui et le mien pour qu'on mette en commun ce qu'on avait acheté
«Tu veux vraiment que je mette la larmiqueuse dessus? Ça va te faire un mal de chien! Et je ne sais pas trop comment on pourrait faire pour ramener tes ailes comme elles étaient avant...»

Je soupirais doucement avant de faire le tour et plonger mon regard dans le sien, tenant son menton entre mes doigts avant de souder mes lèvres aux siennes, essayant de le rassurer sur le fait que je n'éprouvais nul dégoût à cause de son apparence. Je reculais pour reprendre mon souffle avant de le regarder à nouveau
«Bon allez, dis moi ce que je dois faire et je m'exécute! C'est toi l'infirmier!» - j'essayais de faire un peu d'humour pour le faire sourire, j'aimais pas le voir faire une tête pareille!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Benedikt » 27 Nov 2012, 03:12

Benedikt hocha la tête et suivit docilement le tatoueur à l'étage suite à ses paroles, mais s'arrêta en chemin devant Iza allongée sous le comptoir et s'accroupit en face de la morphe chienne à l'air un peu inquiet pour la gratter derrière les oreilles.
« Désolé de t'avoir fait peur, tout va bien. » Il lui sourit. « Espèce de rapporteuse. Merci de t’inquiéter pour moi, c'est gentil. »

Bien obligé d'admettre qu'il était plutôt soulagé de voir la réaction du tatoueur dont il ne pouvait espérer mieux, il soupira en tournant un robinet dans la salle de bain et s’aspergea le visage d'eau glacée. Mais il était vrai que le winghox pouvait être plus tolérant puisque lui-même n'était pas humain, et en l’occurrence arborait des cornes tout à fait visible, même si c'était précisément le genre d'ornements qui incitaient aux gens à bien se tenir. D'autres ne l'étaient pas autant.

« J'y ai un peu réfléchi, je ne crois pas qu'on puisse vu l'état dans lequel elles étaient... Mais elle ont l'air si fragile, je ne suis pas sûr qu'elles dureront très longtemps... » murmura Benedikt en fouillant dans son sac pour en sortir un petit flacon et un autre pot que le tatoueur serait en mesure de reconnaître puisqu'il avait lui-même fait les frais de l'application plutôt désagréable du baume il y avait presque deux semaines. Il tendit à Vrass la menthise liquide et se retourna.
« C'est un anesthésiant, tu n'es pas obligé d'en mettre beaucoup, il faut juste que tu n'oublies pas un endroit. Je pense que ça devrait aller si tu mets la larmiqueuse après, je ne sentirais plus grand chose. Je veux que ça cicatrise le plus possible, je ne sais déjà pas ce que je vais faire pour les ailes. Ah, et il faut attendre quelques minutes entre les deux, histoire que le premier fasse effet. »
Il fit volte-face pour attraper son visage entre ses deux mains et l'embrasser, puis se retourna à nouveau pour laisser enfin le tatoueur le soigner.
« Merci. » rajouta-t-il un peu gêné.

Le botaniste jeta un regard stupéfait à son reflet dans le miroir lorsqu'il aperçut ses ailes se déployer à l'instant où il pensait qu'elles gêneraient probablement Vrass.
« C'est vraiment étrange... J'ai l'impression de ne pas savoir me servir de mon propre corps. »
Mais le nez de Benedikt se fronça à nouveau presque aussitôt alors qu'il croisait les bras. Sa mauvaise humeur n'attendait que l'occasion de pouvoir se montrer, et l'occasion parfaite semblait être ces ailes si voyantes.
« C'est bien... T'as une petite fée dans ta salle de bain, sauf que c'est un type de 26 ans pas fichu de s'occuper de lui-même tout seul. Manque plus qu'Iza se fasse mal et on peut demander à Belladona de nous faire des prix de groupe. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Vrass Rannveig » 27 Nov 2012, 14:09

Finalement, c'était bien ça. Il avait d'une certaine manière, honte de ses ailes. D'un autre côté, ce ne sont pas des ailes majestueuses d'un aigle ou d'un hiéras, ce sont des ailes de libellules quoi - ou d'un autre insecte, je ne m'y connais pas assez - et c'est pourquoi ça n'a rien de très glorieux! Malgré tout pour ma part, je m'en fous un peu, même s'il faut le reconnaître que ça fait bizarre de le voir ainsi.

Je prends les deux pots dans les mains, bonne idée le coup d'anesthésier avant, ça devrait lui être moins douloureux. Je prends donc la menthise dans un premier temps, secouant le flacon pour pouvoir utiliser le spray, mais déjà il s'éloigne pour les déployer plus que d'ordinaire, au moins ainsi, je vois mieux son dos en dessous qui semble sacrément abîmé!
«Une fée... j'avais pas vu ça comme ça mais pourquoi pas!» - je soupirais en voyant que sa mauvaise humeur ne partait pas, et je venais le contourner pour le regarder de nouveau alors qu'il parlait d'Iza et des forfaits qu'on pourrait prendre à l'herboristerie
«Bon, je vais y aller... j'espère que ça ira! Tu me le dis si je te fais mal.» - je m'avançais quand même pour l'embrasser une fois de plus, je voulais surtout le calmer, l'apaiser comme il arrivait si bien à le faire avec moi. Je m'en voulais un peu car j'avais l'impression de ne pas être aussi doué que lui dans ce domaine! D'un autre côté, moi, avec mon caractère de merde, réussir à calmer quelqu'un, fallait pas rêver.

Je me tournais pour me placer dans son dos, prenant soigneusement le spray et je commençais à l'appliquer sur les parties boursouflées en observant par la même occasion ses réactions dans le miroir. Pour le moment, ça avait l'air d'aller, et j'attendais donc en soufflant un peu dessus que le liquide soit absorbé et que sa peau soit bien sèche.
«Ça va? Tu sens quand je touche ta peau?» - en tout cas, c'était toujours enflé, et je venais prendre une profonde inspiration avant de prendre le pot de larmiqueuse, et je commençais donc à en passer doucement sur sa peau! Inutile de gaspiller, il n'avait pas vraiment d'infection, c'était surtout pour que ça cicatrise plus vite! Mais j'étais quand même inquiet en me demandant comment il allait pouvoir retrouver sa vie d'avant. De ce que j'avais compris, il avait tellement pris l'habitude de les plaquer contre son corps qu'elles se sont incrustées dans sa peau, mais ça a du lui prendre des années pour arriver à ce résultat, aussi je soupirais avant de terminer. Je me lavais rapidement les mains avant de le regarder d'un air plutôt sérieux malgré la fatigue qui m'envahissait vu l'heure avancée de la nuit

«Qu'est-ce que tu comptes faire? Je doute que tu sois capable de les cacher comme tu le faisais avant! Moi ça m'est égal tu sais, mais je vois bien que je ne suis pas le seul problème n'est-ce pas?» - il n'y avait pas vraiment de solution, peut être aller au puits à souhait encore, mais après la dernière fois, je doutais fort qu'il ait envie de retenter l'expérience!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Benedikt » 27 Nov 2012, 16:58

Le botaniste retint un juron et se raidit lorsque Vrass commença à appliquer la larmiqueuse.
« Ça va, ç-ça pourrait être pire. » Les poings serrés au creux de ses bras croisés, il se consola en se disant qu'il aurait beaucoup plus souffert avec le baume seul et attendit patiemment que la brûlure dans son dos se dissipe à peu près.

Benedikt soupira avec une moue boudeuse lorsque le tatoueur reprit la parole. Non, ce n'était pas la question qu'il avait envie d'entendre, même si c'en était une très bonne.
« Ce n'est pas comme si j'avais le choix, n'est-ce-pas ? Je ne sais pas du tout quoi faire, vraiment, mais je ne peux pas rester caché chez toi jusqu'à ce qu'elles aient le bon goût de disparaître. On ne va pas me lapider non plus si je me montre comme ça. Mais tu vois, les gens, quand ils voient un insecte, ils l'écrasent. Je peux pas vraiment comprendre, forcément, mais ils n'aiment pas, ils les trouvent répugnant, en général. Alors, quand ils voient mes ailes, ils commencent par penser que c'est vraiment étrange d'avoir des caractéristiques animales, et puis ils pensent aux mouches, aux cafards et aux araignées, et c'est à ce moment qu'ils font ou disent quelque chose de plus ou moins désobligeant. Je suppose que je vais juste devoir m'y habituer jusqu'à ce que je trouve une solution. »

Il jeta un regard noir au miroir et avança de quelques pas afin de s'en éloigner, obligeant Vrass à reculer. Ce dernier avait l'air plutôt fatigué et on n'avait pas en à chercher très loin la raison. Le botaniste passa une main sur sa joue avec un début de sourire.

« Viens, tu es sensé te reposer et je te réveille en plein milieu de la nuit. De toutes manières, il n'y a rien à faire de plus pour l'instant, je verrais ça demain. »
Le botaniste retourna dans la chambre pour s'étaler sur le matelas d'une façon qui donnait clairement l'impression qu'il venait simplement de trébucher contre le rebord du lit, et attendit que Vrass le rejoigne pour fermer les yeux. Au bout de vingt secondes, pourtant, il se glissa tout près du tatoueur et faute de pouvoir se blottir contre lui comme il le faisait d'habitude, lui attrapa la main pour la ramener de son coté. Benedikt se fit la réflexion qu'au moins, il avait toujours ça, preuve qu'il pouvait avoir tort quand il supposait toujours négative la réaction que l'on pouvait avoir en le voyant dans cet état. Et puis, il fallait voir le bon côté des choses, il aurait pu tomber plus mal ; il s'agissait surtout d'une histoire d'apparence, et du regard des autres. S'il aimait éviter d'afficher ce qui n'allait pas avec l'opinion commune, ici, c'était aussi la Basse-ville, là où deux hommes qui s'embrassaient ne se faisaient étrangement pas poursuivre par la moitié du village armée de fourches.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Vrass Rannveig » 28 Nov 2012, 00:38

Autant je pouvais comprendre qu'on ait envie d'écraser un moustique ou une blatte, malgré tout, un truc me chiffonnait dans ce qu'il venait de dire, et je croisais les bras un instant en le regardant
«Il y a des insectes que les gens apprécient... les papillons ou les libellules par exemple... mais je comprends ce que tu veux dire malgré tout. J'espère qu'on trouvera une solution, peut être en allant voir le Doc...»

Ou en allant faire un souhait, mais je refusais de faire cette proposition à voix haute, pas maintenant. Je venais bâiller à m'en décrocher la mâchoire, et il me rappela alors que j'avais besoin de repos. D'un hochement de tête, j'approuvais, mais je tenais à être sur qu'il resterait avec moi tout de même sans craindre que son apparence me révulse ou autre. Pour ma part, ce n'est franchement pas son dos la partie de son corps qui m'intéresse le plus donc bref.

Je m'allonge sur le dos, lui sur le ventre évidemment, mais petit à petit, je le vois revenir vers moi, cherchant d'abord ma main afin que je le hisse jusqu'à moi! Ce n'était pas forcément évident pour lui de dormir ainsi et j'espérais qu'il trouverait le sommeil tout de même.
«Essaie de dormir, on verra déjà demain ce que ça donne!» - je finissais par me mettre sur le côté pour pouvoir l'entourer de mon corps à défaut de mes bras, de ma main libre, je pouvais ainsi caresser doucement ses cheveux en enfouissant mes doigts dans ses boucles brunes, j'avais eu l'impression que ça le rassurait et que ça l'aidait à s'endormir chaque fois que je l'avais fait, puis je sentais que j'allais bientôt ronfler, signe d'un sommeil imminent.

Ce fut le bruit de la porte qui me réveilla, on frappait et je sentais quelque chose d'humide dans mon dos, la truffe d'Iza. Je lâchais doucement Benedikt qui se réveillait quand même avec le bruit, et je comprenais qu'un client débarquait. Bon, j'allais devoir le renvoyer doucement, aujourd'hui on a dit que je ne faisais rien pour ne pas attirer les malheurs - problème, les rôles sont inversés, c'est le gosse qui a la poisse.

Je déposais un baiser sur le front un peu chaud du gamin avant de me lever et d'enfiler un pantalon. En descendant, je voyais un type qui me faisait un signe de la main et je hochais de la tête avant de lui ouvrir
«Désolé... je suis fermé aujourd'hui. Je suis encore convalescent...»
- «Oh je vois! J'ai entendu aux infos que vous aviez eu un accident! Vous avez quand même bonne mine!»
- «Oui, mais je dois prendre encore un jour de repos»
- «Pas de problème, je repasserai demain! Ce n'est pas urgent après tout!»
- «Je suis désolé.»
- «Pas de raison! Reposez vous bien! Excusez moi de vous avoir dérangé! À demain!»


Je fermais la porte avant de me tourner vers Iza et lui sourire. Normalement, il me semble que Benedikt a fait de grosses courses hier, donc on devrait avoir de quoi manger pour les deux jours à venir encore! Je venais prendre une feuille de papier pour noter que la boutique serait fermée pour la journée en gros, puis j'allais la coller dehors pour qu'on me foute la paix. Puis je remontais, le pas un peu lourd avec la fatigue encore présente, puis je m'approchais pour voir dans quel était le gosse se trouvait
«Alors? Comment tu te sens?»

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Benedikt » 28 Nov 2012, 03:09

Le botaniste mit un certain temps à se rendormir, et fut déçu de sentir la main dans ses cheveux se faire plus lourde et immobile alors que Vrass plongeait dans le sommeil. À défaut, il se mit à compter le nombre de secondes entre chacun des ronflements légers du tatoueur qui firent rapidement leur apparition. Ce n'était pas ce qui empêcherait le botaniste de dormir, d'autant plus qu'après avoir passé toutes ses nuits dans des dortoirs communs, des granges, des étables, et pendant les quatre dernières années, dans la même pièce que le vieux Phinéas qui ronflait lui sans aucune discrétion, c'était plutôt le silence qui maintenait son esprit en éveil, dans l'attente de bruits qui prouvaient que tout allait bien.
Les moutons remplacés par les ronflements, le jeu se révéla tout aussi ennuyeux et assommant qu'on pouvait l'imaginer, gardant cependant Benedikt assez concentré sur les nombres pour le distraire de la douleur et des appréhensions qu'il pouvait avoir, aussi il finit par sombrer dans les bras de Morphée peu après.

Les bruit d'en bas le réveillèrent en même temps que le tatoueur. Ce dernier reçu une protestation à moitié consciente et plutôt hasardeuse lorsqu'il s'éloigna pour aller répondre, et que Benedikt laissa se transformer en un murmure de sommeil, sorte de réponse satisfaite après avoir senti les lèvres de Vrass sur son front.
« S'lut 'za. » réussit-t-il à articuler grossièrement en apercevant la forme au contours presque certains de la morphe chienne alors qu'elle suivait le tatoueur pour descendre au rez-de-chaussée, pas assez éveillé pour s'étonner de la voir là.
Comment le tatoueur arrivait à être opérationnel en si peu de temps, c'était un mystère pour le botaniste qui pataugeait encore dans le sommeil quand il revint et lui demanda comment il allait. Benedikt bailla comme si la survie de l’espèce humaine en dépendait et daigna enfin répondre pendant qu'il s’asseyait sur le lit pour montrer tout de même à son interlocuteur qu'il lui portait de l'intérêt ou au moins était en mesure d'intégrer ce qu'il disait.

« Bien, j'ai moins mal... C'était un client ? » Des bribes de la conversation lui était parvenue, mais pas assez pour réellement déterminer de quoi il s'agissait. Pour être parti aussi vite, pourtant, cela ressemblait bien à une erreur ou à un client refusé. La première étant moins envisageable vu la pancarte sur la devanture de la boutique.
« Et toi, ça va mieux ? »
Le botaniste sourit en s'entendant retourner la question ; ce n'était vraiment pas une semaine de chance pour eux. Il passa une main à plat sur le drap pour mettre par terre quelques morceaux translucides et aux même reflets que les flaques d’essence, tombés de ses ailes cette nuit ou peut-être lorsqu'il s'était réveillé, et se mit à s'étirer pour chasser le reste de la brume de son sommeil.
Le vieil adage qui disait qu'il valait mieux laisser passer la nuit pour prendre des décisions ou penser au problèmes que l'on pouvait avoir devait avoir raison. Quelque part, il était aussi de meilleure humeur parce qu'il se rappelait de leur accord sur le fait de rester à la boutique toute la journée. Ce qui lui assurait de ne rencontrer personne, enfin, si tout allait bien, et lui permettait de remettre à plus tard les pensées désagréables.
Benedikt glissa jusqu'au bord du lit et attrapa le poignet du tatoueur en chemin pour l'inviter à descendre dans la cuisine avec lui. Il ne prit même pas la peine de s'arrêter devant le grand miroir pour jeter un coup d’œil à ses blessures, peu enclin à laisser filer sa fragile bonne humeur, et décida qu'il s'en occuperait après le petit-déjeuner. Il pourrait vérifier celles de Vrass en même temps.

« Tu as faim ? Peu importe, il faut que tu manges bien jusqu'à que tu sois complètement guéri. »
Une casserole pleine d'eau atterrit sur les plaques électriques, bientôt accompagnée par une poêle qui n'attendait que la venue du bacon et des œufs.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Vrass Rannveig » 28 Nov 2012, 19:52

Personnellement, je n'appelle pas ça être opérationnel, j'appelle ça avoir un bon radar! Car d'une certaine manière, le matin, j'agis beaucoup plus par instinct qu'autre chose! Je connais mon appartement mieux que personne à un point tel que je pourrais le traverser en long en large et en travers les yeux fermés sans me cogner le moindre orteil! Enfin, peu importe, là pour le moment, je voulais surtout savoir comment il se sentait, mais il me posait la même question

«Encore quelques courbatures, mais je crois que dans l'ensemble, ça va.» - d'un geste machinal, il dégage les quelques fragments de ses ailes mais je viens à en prendre un petit au creux de ma main. Il doit à peine faire la taille d'un ore, et les reflets irisés ont quelque chose d'agréable à l'œil, comme les écailles de certains poissons et je sais que je m'inspire souvent de ce genre d'effets pour mes tatouages. Puis je sens une pression sur mon poignet alors que le gosse m'oblige presque à prendre un petit déjeuner! Affichant un air amusé à le voir aussi agité, je le suis docilement jusqu'à la cuisine où il commence déjà à mettre de l'eau à chauffer et à sortir la poêle
«Je vois que cette fois, tu n'oublies pas de faire ton thé!»

Je me dirige vers le frigo pour sortir des œufs et du bacon avec quelques morceaux de fromage aussi! Quelques tranches de pain de mie pour faire des toasts qui vont donc direct au grille-pain et je m'occupe de lancer mon café. Je regarde autour de moi, et je me rends compte d'un détail
«C'est bizarre, j'avais toujours trouvé que j'avais la chance d'avoir une grande cuisine, mais finalement, elle est plutôt petite maintenant qu'on est trois à squatter!»

Je baissais naturellement les yeux sur Iza qui attendait aussi son petit déjeuner en se léchant les babines! En temps normal, elle se le prépare elle-même, mais je suspecte Benedikt de lui avoir donné de mauvaises habitudes en lui préparant quelque chose quand il se levait! - «Qu'est-ce qu'il se passe Iza? Tu n'as pas encore mangé? D'habitude, tu manges bien avant moi...» - pour ne pas que je la vois se balader à poil le temps qu'elle ouvre le frigo et s'ouvre une boite en gros!

Je me tourne vers Benedikt d'un air interrogateur sur le coup - «Tu lui prépares un truc le matin?» - je ne voulais pas qu'il croit avoir fait une bêtise ou quoi. Iza n'est pas vraiment un chien non plus, je sais que si je lui dis de se préparer sa tambouille, elle le fera! Elle me comprend au moins, mais c'est surtout de la curiosité car elle semble vraiment attendre quelque chose, ses petits yeux noirs et perçants dirigés tout droit sur le gosse avec cette espèce d'impatience qui caractérise un estomac qui réclame d'être rempli!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Benedikt » 29 Nov 2012, 00:35

« Ah, tu trouves ? Mais c'est pratique, tout est à porté de main, enfin, moins que chez moi, mais c'est peut-être pas plus mal ! »
S'ils ne risquaient pas d'être serrés dans le petit appartement du botaniste, c'était seulement parce que la cuisine se trouvait être aussi la salle à manger, la chambre et le salon.
Mais bien sûr, le tatoueur avait probablement construit – ou acheté, ou loué, finalement, Benedikt ne savait rien à ce propos – la boutique dans l'intention d'y vivre seul. Prévoir d'y accueillir des invité(e)s d'une heure ou d'une nuit, de toutes évidences, mais pas plus ! Enfin, la morphe chienne ne prenait pas beaucoup de place, heureusement, à dormir sous le comptoir.

« Ben, oui... Quand je fais à manger pour nous deux, je me sens un peu bête de ne rien préparer pour elle alors qu'elle mange ici aussi... Je ne devrais pas ? »
Le ton de Vrass n'était pas accusateur, mais puisqu'il lui posait la question... Iza avait un regard très convaincant quand il s'agissait de nourriture, et Benedikt – facilement influençable depuis toujours - avait bien du mal à ignorer ses yeux envieux, d'autant plus que d'après lui, elle ne le faisait pas intentionnellement. Et puis c'était finalement une manière assez simple de l'aider à l'apprécier et à lui faire confiance. Bien qu'il ne l'imaginait pas jalouse, l'arrivée soudaine d'un total inconnu qui s’avérait squatter la boutique du tatoueur constamment alors qu'elle était de nature craintive n'était probablement pas ce qu'elle aimait le plus.
« Je cuisine peut-être pas si bien que ça mais c'est quand même sympa de mettre les pattes sous la table, non ? » souffla-t-il à la morphe en riant.

Le botaniste se retourna et fit tourner entre deux doigts la fourchette qu'il tenait, un air tout à fait satisfait sur le visage. On aurait dit qu'il venait recevoir un prix pour bonne conduite, mais en vérité, la raison de son expression n'était pas plus consistante que la simple vision de ce qui l'entourait. Il essaya d'ignorer la sensation des ailes dans son dos qui battaient l'air occasionnellement et s'assit sur le rebord d'une chaise avec précaution.

« C'est bien que tu ailles mieux... Je vais quand même vérifier que tout va bien, après, je préfère, en tant qu'infirmier personnel. »
Benedikt ne s'en rendait pas compte, mais le petit sourire qu'il arborait donnait un tout autre sens à ses paroles. Ce qu'il avait à l'esprit à l'instant même n'avait pourtant pas foncièrement un sujet différent, et c'était même la raison du sourire en question, même s'il n'avait pas l'intention de partager le fond de sa pensée pour le moment.
Il récupéra deux toasts qui venait de sauter du grille-pain et en mit un dans une assiette pour la faire glisser devant Vrass. L'autre resta dans sa main et fut grignoté petit à petit pendant que le botaniste finissait de cuire les œufs et le bacon. Lorsque Benedikt se tourna vers le tatoueur pour attrapa d'une main sa tasse de thé, son sourire était encore plus large, sûr à l'avance de son petit effet.
« Hé, Vrass, ça te dirait qu'on se marie ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Vrass Rannveig » 29 Nov 2012, 10:07

J'en étais sur! Décidément, la petite Iza avait vraiment le chic pour s'attirer la sympathie! Je souriais d'un air amusé alors qu'il me servait mes œufs et le bacon dans une assiette. Le café était prêt et je m'en servais donc une tasse avant de m'asseoir et la regarder d'un air presque moqueur
«Ce n'est pas grave! Elle peut manger ce qu'elle veut après tout! Depuis qu'elle est là, je dors mieux la nuit...» - je levais les yeux vers le gosse, essayant rapidement de m'expliquer - «la vie dans les Ghettos n'est pas facile! Je suis l'un des rares qui s'en sort plutôt bien. Aussi avant, j'avais toujours des petits malins qui essayaient d'entrer la nuit et qui se retrouvaient donc rapidement face à un winghox armé d'une épée!»

Je pouffais légèrement de rire, évidemment, je ne les aurais pas tués, c'était surtout pour leur faire peur. Iza s'approchait, comprenant que je parlais d'elle et je venais gratter doucement sa joue en allant un peu derrière l'oreille - «Mais depuis qu'elle est là, elle sent lorsque quelqu'un s'approche de la boutique. Donc elle se lève et se place en évidence devant la baie vitrée! Et depuis, j'ai plus personne qui a tenté le coup! Elle est impressionnante quand même maintenant qu'elle a repris du poids!»

Je me tournais vers le gosse qui s'était servi sa tasse de thé et qui me tendait un toast. Je prenais donc couteau et fourchette pour commencer à manger - sans me laver les mains, tant pis la flemme! - et je ne m'arrêtais que lorsqu'il me précisait qu'il vérifierait quand même mon état en tant qu'infirmier personnel. Je haussais un sourcil partagé entre amusement et étonnement avant de simplement hocher de la tête - «À vos ordres M'Sieur!»

J'effectuais même une sorte de salut militaire que j'avais déjà vu chez les soldats du Nord, puis je recommençais à manger. Je sentais la bonne humeur revenir peu à peu, même chez lui alors qu'il ne pouvait pas s'asseoir correctement à cause de ses ailes! Puis finalement, une question vint me vriller les oreilles et je manquais de m'étouffer avec un morceau de bacon combiné à quelques œufs gluants!
«Q..qu???» - manquant de m'étrangler, je commençais à tousser violemment pour avoir avalé de travers! Ma gorge me faisait mal sur le coup ainsi que mes poumons! Je toussais encore, les larmes me montant rapidement aux yeux pendant que mes joues viraient au vermillon! Puis je prenais une gorgée de café pour essayer de faire passer tout ça avant de finalement reprendre mon souffle après ce qui m'avait semblé être des heures d'agonie!

«Non mais ça va pas la tête? Tu me fais tout un foin parce que je ressentirais un truc pour toi et tu me balances ça d'un coup?» - mais à sa tronche, je voyais bien qu'il se fichait de moi, et je venais alors ramener le plat de ma main contre mon front pour reprendre mon souffle - et mon calme. Je déteste qu'on se foute de ma gueule, mais là c'était une blague, rien de plus. Cependant, je sentais mes dents se serrer un peu, fichu orgueil mal placé évidemment! Je prenais une nouvelle inspiration avant de finalement me redresser et afficher peut être un sourire légèrement pincé - «T'as vraiment un grain...»

Je reprenais une gorgée de café tout en faisant attention pour le cas où il balancerait une autre connerie, mais je sentais quand même une certaine contrariété m'envahir. Oui je sais c'est mal venu! Moi-même j'aurais pu balancer une connerie pareille pour le faire flipper, mais c'est plus fort que moi, quand les rôles sont inversés, je le prends forcément moins bien! Et comme si Iza avait compris que je contenais ma mauvaise humeur, elle était vite sortie de la cuisine pour retourner sous le comptoir... elle n'aime pas quand je m'énerve.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Benedikt » 29 Nov 2012, 15:29

« C'est- C'était une blague, hein ! Je- » Benedikt regarda avec un air plus que penaud la morphe chienne filer hors de la cuisine . « Désolé, je pensais juste que ce serait drôle, la tête que tu ferais, je... pensais que tu te rendrait compte que je racontais n'importe quoi au bout de deux secondes, je veux dire, on ne peux même pas se marier, vu qu'aucun de nous deux est... une femme... Ça rendait mieux dans ma tête. »
Le botaniste baissa les yeux sur sa tasse de thé en se mordant la lèvre.
« Je m'excuse, j'aurais mieux fait de me taire. Et puis d'attendre que tu sois pas en train de manger. »

Le botaniste frotta ses épaules et attrapa la couverture qu'il avait laissé sur une chaise pendant la nuit pour la passer sous ses ailes. La sensation du tissus contre sa peau était loin d'être agréable, mais la larmiqueuse avait déjà en partie fait effet, et ni le thé presque brûlant ni rester près des plaques électriques ne l'avait réchauffé. Le sourire de Vrass avait quand même l'air assez faux, et en vérité, il avait même l'air contrarié. Benedikt ne réalisa pas que cela puisse être simplement parce que le tatoueur n'appréciait pas qu'on se moque de lui, mais en déduisit qu'il devait être principalement vexé à cause de la question en elle-même. Pourtant, s'il y avait bien une proposition sérieuse qui ne risquait pas de sortir de la bouche du botaniste, c'était bien celle d'un mariage, et cela devant n'importe qui. Tout comme avoir une femme et une tripoté d'enfants, et grandir encore de quelques centimètres, c'était un projet qu'il avait définitivement abandonné il y avait plusieurs années et ne prévoyait pas d'y revenir.

« Je peux me faire pardonner ? Tu as le droit de me demander n'importe quoi. » demanda-t-il avec un sourire d'excuse, essayant de se persuader qu'il était parfaitement sûr que le tatoueur ne voudrait se venger de ses plaisanteries de mauvais goût.
Le botaniste faillit rajouter qu'il ne ferait plus de crise si le tatoueur lui disait qu'il ressentait quelque chose pour lui, mais il se tut au dernier moment, n'ayant aucune envie de dire ce qu'il ne fallait surtout pas une nouvelle fois. D'autant plus qu'il n'en était pas complètement certain, et qu'il serait assez malvenu de raconter des conneries pour être choqué après devant la conséquences de ses propres paroles. Ce sujet-là aussi était de ceux que Benedikt préférait abandonner sur le bord de la route, dans l'espérance qu'il ne repasserait jamais par là. Et malheureusement, une grande partie de son esprit semblait rarement lui obéir et en profitait généralement pour souligner dès qu'elle en avait l'occasion tout ce qui pouvait clocher chez lui.
Ce qui le refit penser à la dernière phrase de Vrass et lui fit froncer le nez pendant une seconde. Indépendamment de la véracité du fait, le botaniste n'aimait que le tatoueur puisse avoir une mauvaise image de lui, et il estimait en avoir déjà assez montré la nuit précédente.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Vrass Rannveig » 29 Nov 2012, 16:17

«T'as pas à t'excuser. C'est moi qui ai un caractère de merde.» - et c'était la vérité. Au fond, je sais bien que ce n'était qu'une plaisanterie et que c'est moi qui réagit comme un con! Alors le voir bafouiller comme ça parce qu'il pense avoir fait une connerie me fait finalement encore plus chier qu'autre chose. Je soupirais en ramenant une main sur mon front, l'impression d'avoir la migraine qui commençait à se pointer tiens!

«T'as rien fait de mal. C'est moi qui réagit comme un abruti...» - même si j'ai pas mal changé depuis que je le connais sur certains points, y'en a d'autres qui ont la vie dure. Problème, ça m'a coupé l'appétit et je le vois commencer à s'emmitoufler dans le drap qu'il portait cette nuit comme s'il avait froid et finalement, tout ça me met mal à l'aise. Je préfère me lever avec mon assiette et aller la déposer près du comptoir pour qu'Iza finisse, je n'ai plus faim. Je reste quelques secondes là, les mains posées sur le comptoir alors qu'elle ne touche pas à l'assiette tant qu'elle sent que je suis de mauvais poil, alors je m'éloigne pour qu'elle puisse manger tranquillement. Elle a peur que je tape dans le mur et ne veut pas être à côté, je la vois presque sur les starting-blocks, prête à dégager dès que je pêterai un câble et d'une certaine manière... c'est normal.

Je ne sais pas ce que fait Benedikt finalement, mais je finis par monter. J'ai toujours eu un sale caractère, c'est pas nouveau et j'en viens à me demander comment il peut me supporter. Peut être simplement qu'il n'y a pas vraiment eu de situation pour laquelle j'ai eu à m'emporter si ce n'est pour le défendre, et jamais il ne m'a vu faire la tronche parce que j'ai été vexé dans mon stupide orgueil pour une simple petite blague de rien du tout!! Je préfère monter car oui, honnêtement j'ai envie de taper sur quelque chose. Heureusement en haut, j'ai mon sac de frappe. Je l'attrape rapidement pour le hisser à son crochet et serrer les poings. Je ne dois pas taper dedans alors que j'ai les mains nues normalement, je dois au moins mettre des bandages pour protéger mes phalanges mais tant pis! Même si je suis peut être encore convalescent, même si je me suis déjà fracassée la main hier contre un mur à cause d'une nympho totalement psychopathe, je commence à frapper, de toutes mes forces, au point même que le sac va butter contre le mur derrière, puis lorsqu'il revient, j'arme l'autre poing pour frapper avec encore plus d'élan! Sentant ma peau se déchirer sous le cuir et m'obligeant à serrer les dents! Mon coude en a pris un coup avec la vibration, entre le retour du sac et mon élan, il n'a pas apprécié mais le sac repart quand même dans l'autre sens, et lorsqu'il revient je frappe encore!

Je sais que le gosse va encore vouloir s'excuser ou autre, pensant que c'est sa faute quand même, que c'est sa blague qui m'a mis dans cet état et finalement, ça me fait encore plus chier!! Je ne veux pas entendre ses excuses, je ne veux pas le voir triste à l'idée de m'avoir blessé, je ne veux pas voir le moindre air coupable sur son visage! Au final, je frappe une fois encore et je sens mon poignet crier sous la douleur au point que je glisse et que le sac me frappe sur le torse en me faisant reculer au point que j'atterris le cul sur le lit. Ramenant mes mains sur mon front, je me maudis, rien de plus. Je suis vraiment qu'un sale con!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Benedikt » 29 Nov 2012, 19:05

Benedikt resta quelques instant immobile, surpris que le tatoueur soit bien plus contrarié qu'il ne le pensait, assez pour partir sans rien dire. Il n'arrivait pas à comprendre exactement ce qui s'était passé dans la tête de Vrass, et sentit la colère écraser sa fragile bonne humeur en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire. Le petit botaniste attrapa la tasse de thé vide avec l'envie envahissante de la jeter à travers la pièce, mais n'en fit rien, en grande partie parce qu'elle ne lui appartenait pas. Il finit par se relever, passant à côté de l'assiette où Iza mangeait les restes du petit-déjeuner avec un entrain très relatif. Vu les bruits qu'on entendait à l'étage, ce n'était peut-être le meilleur moment pour se pointer, et le botaniste s'arrêta au milieu de l'escalier, hésitant. Finalement, un silence relatif s'installa avant qu'il n'ait réussi à se décider, aussi il rentra dans la chambre pour tomber sur Vrass, la tête dans les mains. Le botaniste s'avança à pas de loup et se mit à genoux devant Vrass pour se glisser entre ses bras et le serrer contre lui. S'il était en colère contre lui-même, il ne l'était pas contre le tatoueur qu'il pensait avoir heurté.

« Vrass.. Je... suis désolé d'avoir dit ça, je ne pensais pas qu'il y avait quelque chose de vraiment blessant pour toi derrière. »
Persuadé que c'était un souvenir particulièrement désagréable qui avait resurgit dans l'esprit de Vrass – il ne voyait pas d'autres raisons après l'avoir l'entendu répéter que ce n'était pas sa faute -, Benedikt était précisément en train de faire ce qu'il n'aurait pas dû. Il ne lui demanda pas quel était le fond du problème, malheureusement, en se disant qu'il le lui dirait si l'envie lui prenait. Le botaniste avait encore plus peur de faire une maladresse alors qu'il se sentait coupable d'avoir sorti la blague idiote qui avait eu l'effet d'une bombe. Mais voulant calmer le tatoueur, il le lâcha pour le regarder et reprendre ;
« Quand je ne me sens pas bien, j'essaye de me rappeler un des pire jours de ma vie, comme ça, je me dis qu'il y eu de l'amélioration depuis. » Le botaniste ramena un doigt sur ses lèvres.
« Enfin, c'est possible que ce soit plutôt déprimant, en fait, mais pour moi, ça marche. Bien sûr, il faut prendre un souvenir où le problème est déjà résolu, sinon, évidemment... Tiens, par exemple, il y a quelques jours, tu aurais pu mourir dans cet accident de voiture. Mais tu vas très bien maintenant. Moi je trouve que c'est plus qu'une amélioration, c'est un don du ciel ! »

Les yeux de Benedikt se posèrent soudain sur la main du winghox et il l'attrapa avec le regard accusateur d'une mère en train de surprendre ses enfants en flagrant délit de vol de cookies.
« Oh, tu ne voudrais pas laisser tes pauvres phalanges tranquille pour quelques temps ? Il faut qu'on trouves un autre moyen de détourner ta colère... »
Il rajouta un léger sourire à ses paroles, comme dans l'espoir que cela chasserait les sombres pensées de Vrass. Mais son visage ne laissait présager rien de bon.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Vrass Rannveig » 29 Nov 2012, 19:38

C'était inévitable... Benedikt avait fini par revenir et avait continué à s'excuser, se sentant toujours coupable de m'avoir énervé ou autre alors qu'il n'était responsable en rien. Je ne pouvais même pas ramener mes bras autour de lui, pourtant j'aurais bien aimé car ça m'aurait évité de voir ses yeux en peine, mais j'avais peur de toucher ses ailes et de lui faire mal, si bien que je restais encore plus comme un con sans bouger, les mains de part et d'autre sur le matelas.

Il essayait de me remonter le moral, et au final ça ne faisait que m'énerver encore plus. Mais c'était de ma faute! Si je ne lui expliquais pas, il ne pouvait que s'enfoncer davantage sur la mauvaise voie qui m'irritait de plus en plus! Il vint finalement saisir ma main, estimant qu'il fallait trouver quelque chose pour me calmer les nerfs et qui cesserait de m'arracher la moitié de la peau à chaque fois, et je finissais par poser ma main sur la sienne, serrant les dents sous le coup de la brûlure que cela provoquait puisqu'ainsi, il appuyait lui-même sur la peau à vif par endroit

«Écoute... s'il te plait. Cesse de t'excuser. Tu n'as rien fait. Tu as juste voulu faire une blague, et je l'ai mal pris car je suis qu'un con qui n'aime pas qu'on se foute de lui... je sais que tu n'as pas voulu te moquer... je le sais mais c'est plus fort que moi! Mais je sais que tu n'es pas fautif et que tu ne pensais pas à mal, alors arrête de t'excuser et cesse de me regarder comme si tu avais fait quelque chose de mal et que tu devais te faire pardonner! C'est moi le con! Moi et mon orgueil!»

Je n'osais même pas le regarder à vrai dire! Une part de moi avait honte finalement et je venais regarder l'état de mes mains! Heureusement que je m'étais arrêté assez vite finalement sinon j'aurais vraiment pu me faire mal, bien que mon poignet me faisait tout de même souffrir! On n'a pas idée de frapper ainsi un sac de frappe qui vous revient dessus! Je soupirais tout en continuant de regarder ma main - au moins ça m'évitait de le regarder lui finalement, et je me disais qu'au fond, cette part de moi n'allait pas lui plaire

«Tu comprends surement mieux pourquoi je ne me suis attaché à personne... avec un caractère comme le mien, si tu ne peux même pas plaisanter, il est où l'intérêt? Je... ne veux pas que tu te prennes la tête à devoir surveiller chacune de tes paroles! Mais j'y peux rien... » - je me laissais peu à peu gagner par une profonde lassitude, ma gorge était sèche et j'avais seulement envie de me glisser sous la couette et de m'y enfermer pour retrouver mon calme, malheureusement, ça ne marchait pas vraiment ainsi de toute manière!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Benedikt » 29 Nov 2012, 22:34

« Oh, c'est simplement ça ? Je ne vois pas le problème.» Un sourire se dessina sur les lèvres du botaniste pendant qu'il prenait dans sa main le poignet du winghox comme une demande silencieuse de le regarder enfin. « D'accord, je m'explique avant que tu t'énerves. »
Il frissonna et tira sur la couverture qu'il avait emporté avec lui pour essayer de recouvrir ses épaules sans déranger ses ailes.
« Tu as un sale caractère, très bien. Mais je m'en fiche complètement, moi. Tant que tu ne me frappes pas ou que tu n'utilises pas des choses que j'ai pu te révéler contre moi, je ne t'en voudrais pas. Je veux dire, personne n'est parfait, Vrass, et moi le premier. Et souvent, je me demande aussi comme tu peux me supporter. Mais le fait est que si tu fais des efforts pour accepter mes défauts, il faut que j'en fasse aussi. Je ferais plus attention la prochaine fois avant de parler, c'est tout. Ce n'est pas une histoire de surveiller tout ce que je dis, pour commencer, je devrais le faire un peu plus, et puis c'est juste ce qui permet aux gens d'être ensemble sans se disputer constamment. J'ai connu des gens avec un vrai sale caractère, et ils donnent envie de leur mettre des claques au bout de dix minutes. Alors c'est peut-être vrai ce que tu dis, mais moi, je n'ai pas eu encore vraiment l'occasion d'en profiter. Et peut-être que j'en ferais les frais plus tard, mais mieux je te connaîtrais, mieux je serais en mesure d'éviter ce genre de situation. Franchement, je suis prêt à faire beaucoup d'efforts vu tout le positif qui va avec. »

L'explication sans fin du botaniste était tout à fait sincère, et il espérait que cela se verrait. Au moins, il avait pris des précautions pour changer son expression en quelque chose de beaucoup moins coupable, et pour éviter de s'excuser une nouvelle fois.
« Être comme toi peut avoir ses avantages, sans doute, au moins tu ne laisses personne te marcher sur les pieds. »

Benedikt attrapa le visage de Vrass et l'embrassa sans retenu comme pour appuyer tout ses propos. Puis posa ses mains sur les cuisses du tatoueur et s'appuya dessus pour le repousser en arrière jusqu'à ce qu'il tombe à moitié allongé sur le dos. Le botaniste en profita pour se mettre à quatre pattes au dessus de lui et secoua la tête en souriant.
« Tu as mal ? » demanda-t-il en désignant du menton une de ses mains. « Tu veux que je regarde ce que je peux mettre là-dessus ? Je ne le fais que si tu me promets de chercher une solution pour laisser éclater ta rage qui n'implique pas de te blesser. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Vrass Rannveig » 29 Nov 2012, 23:47

Sacré monologue! Sur le coup, j'en venais à me demander s'il allait respirer à un moment ou un autre, et si en soit j'avais envie de l'interrompre toutes les trois secondes, je n'en faisais rien et je finissais par ne plus savoir quoi dire de toute manière. C'était bien joli tout ça, mais mine de rien, quoi qu'il dise, ça impliquait bel et bien qu'il fasse gaffe à ce qu'il dirait, et pourquoi lui ferait des efforts et pas moi?

Il vint dire un truc qui me fit légèrement frisonner et je finissais quand même par lever les yeux vers lui, les sourcils froncés avant de planter mon regard vairon dans le sien
«Jamais je ne te taperais dessus! Je ne cogne que les gens qui sont en mesure de répliquer et si je n'ai vraiment pas d'autre choix!» - et le concernant, il n'est clairement pas en mesure de lutter contre moi, donc je sais que je préférerais démonter un mur brique par brique plutôt que de m'en prendre à lui. Il fallait croire que c'était le déclic finalement, il parlait de positif qui allait avec? Je ne savais pas vraiment de quoi il parlait, ça ne pouvait pas être le fait que je le loge puisqu'il avait toujours son appartement, et je doutais fort que nos parties de jambes en l'air soient un positif suffisant pour supporter mon caractère de merde!

Je baissais de nouveau la tête, n'arrivant pas à chasser ma mauvaise humeur, mais il m'obligea à le regarder, saisissant mon visage dans ses mains pour m'embrasser en me faisant basculer en arrière... je me retrouvais appuyé sur les coudes, les mains posées à plat sur le drap alors qu'il me grimpait pratiquement dessus - non en fait il me grimpait carrément dessus! Réconciliation sur l'oreiller comme on dit? J'avoue que je n'ai jamais testé puisque je n'ai jamais été dans ce genre de situation avant!

Mais il revenait sur mes mains et je soupirais en regardant la gauche - «En général, je me protège, mais là... j'ai pas eu le temps on va dire. C'était le sac ou un mur, je me suis dit déjà que le sac me ferait moins mal.» - puis je levais les yeux vers lui d'un air plutôt penaud - «c'est déjà un bon début non?» - car bon, j'essayais de faire attention. Après de toute manière, mes mains sont habituées maintenant et je sais frapper pour ne pas me briser quelque chose, mais j'avoue que c'est surtout mon poignet qui m'inquiète, car sous le coup de la douleur, je sais que je n'ai pas frappé correctement et j'ai l'impression qu'il commence déjà à enfler. Malgré tout, je ne m'en occupais pas encore, prenant appui sur un coude pour pouvoir poser l'autre main sur sa mâchoire afin de le rapprocher de moi...

Je ne sais pas vraiment où on va dans l'histoire, je le vois toujours se couvrir pour protéger ses ailes tout en essayant de résister au froid, et je me disais qu'il faudrait peut être allumer un peu le chauffage? Sans trop savoir pourquoi, j'avais l'impression qu'il ne voudrait pas aller plus loin à cause de ses ailes qui le mettait si mal à l'aise, je risquait tout de même un baiser alors que mes doigts revenaient chercher ses cheveux pour s'y agripper légèrement, puis je me redressais un peu pour le rapprocher toujours plus de moi avec une envie qui grandissait forcément! Finalement, c'était peut être le meilleur moyen de me calmer ici, mais entre mes mains blessées, mon poignet enflé et sa pudeur, c'était pas dit qu'il me laisse faire!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Benedikt » 30 Nov 2012, 13:05

« Je suppose que oui... Et puis, on aura tout le temps de trouver une solution encore meilleure... » répondit le botaniste avec un sourire franc sensé faire partir l'air penaud de Vrass. Pour l'instant, ce qu'il souhaitait, c'est changer les idées de ce dernier, et il semblait qu'une solution bien agréable pour eux deux était toute conseillée. Il ne fallut qu'une minute et demi à Benedikt pour décider que sa soit-disant pudeur pouvait aller se faire voir. C'était sans compter le geste malheureux du botaniste qui peu après roula sur le dos en entraînant Vrass avec lui, l'esprit occupé par bien d'autres sujets. Une milliseconde plus tard, il sursautait avec une exclamation de douleur, le visage décomposé. Puis se redressa aussitôt et se mit à pester dans le vide, les poings serrés.

« D'accord, j'en ai marre. J'en veux pas, de ces ailes ! Elles me servent à rien, je dois faire constamment attention à ce que je fais et même quand il se passe rien, elles me font mal ! Je peux pas m'asseoir sur une chaise normalement, je peux pas te sauter dessus comme j'en ai envie, et je peux pas voler avec, de toutes manières ! Je me fiche de perdre la dernière chose qui montre vraiment que je suis un orphe, j'étais déjà une blague avant ! » Benedikt fronça les sourcils en tournant la tête vers le tatoueur. « Tu parlais du Doc ce matin, non ? Ou hier ? Tu crois qu'il pourrait faire quelque chose pour moi ? Je sais que c'est moi qui ait proposé qu'on reste à la maison, enfin chez toi, aujourd'hui, mais... »
Son visage se défroissa soudain alors qu'il le regardait. Il ne voulait pas être lui-même de mauvaise humeur quand il essayait déjà de faire disparaître celle du tatoueur et de le rassurer. Prenant une grande respiration, il s'obligea à se calmer et risqua un sourire un peu dépité, cherchant à repousser ses mauvaises pensées.
« Viens, ce serait bien de passer ces éraflures sous l'eau, pour commencer... »

Benedikt se releva et marcha lentement jusqu'à la salle de bain, puis attendit d'être rejoint pour prendre doucement une des mains du winghox et la mettre sous un filet d'eau froide. Il aurait pu le faire aisément lui-même, mais le botaniste se sentait toujours le devoir de le soigner et c'était une manière comme une autre d'avoir quelque chose autre que les raisons de son mécontentement sur lequel se concentrer.
« Tu as mal, là aussi ? » Il glissa ses mains qui tenait sa paume un peu plus bas pour frôler son poignet rouge avec son pouce. Malgré la frustration et la colère prêtes à montrer le bout de leur nez, il gardait un ton aussi neutre qu'il pouvait, et ce n'était finalement pas si difficile puisque la sollicitude prenait plus de place à présent.

Alors que le botaniste profitait d'avoir les mains mouillées et froides pour les passer sur son visage, il se rapprocha de la glace et prit entre deux doigts le bout d'une de ses ailes pour regarder de plus près les nervures qui semblaient avoir presque disparues par endroit. Habituellement d'un noir vif, elles étaient maintenant pratiquement transparente, et offrait différents dégradés jusqu'à retrouver leur apparence normales une dizaine de centimètres plus loin.
« Il fait chaud... Avant j'avais froid, maintenant j'ai trop chaud. Comment je peux avoir aussi chaud, je n'ai pratiquement rien sur moi ! » Le botaniste s'arrêta et retourna sa main sur son front pour poser sa paume à plat dessus. « Oh. Mais je ne suis pas malade, pourtant, si ? Flûte, est-ce qu'Alrik nous en veux, depuis une semaine, ou bien c'est juste qu'on est maudit ? »
Benedikt attrapa une serviette en jetant un dernier coup d’œil au reflet de ses ailes dans le miroir.
« Non, en fait, je ne suis pas malade, peut-être... Et même, j'ai comme l'impression que mes vœux vont être exaucés... C'est peut-être même pas la peine de demander de l'aide à qui que ce soit. » murmura-t-il en fronçant les sourcils, avant de continuer en soupirant. « J'aimerais bien savoir ce qui se passe... Je devrais le savoir, c'est moi que ça concerne, mais ça ne m'est jamais arrivé avant... »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sans aucun complexe ?

Messagepar Vrass Rannveig » 30 Nov 2012, 16:00

Dans un premier temps surpris de voir qu'il semblait vouloir se laisser aller, je faisais de mon mieux pour rester sur le dos afin de le garder sur moi, cependant, au bout de quelques instants de plus en plus intenses, il voulut rouler sur le côté et j'eus à peine le temps de le mettre en garde que déjà il serrait les dents de douleur et je me reculais rapidement!

«Doucement... ça va?» - mais visiblement, non. Il paraissait être à bout de nerfs en réalité et je pouvais le comprendre. Avoir des modifications sur son corps n'avait rien d'agréable, et je pouvais comprendre sa frustration comme lorsque je m'étais retrouvé dans la peau d'un gosse en ayant toujours mes envies et mes désirs d'adultes! Cependant lui, ça allait encore au-delà puisque comme il le disait si bien, elles n'étaient pas seulement gênantes, elles étaient vraiment dérangeantes et lui faisaient mal. Il me parla alors du Doc et je venais afficher une mine assez perplexe

«Disons que le Doc aurait peut être pu faire quelque chose pour ton dos surtout! Mais je ne sais pas s'il serait en mesure de te les enlever. Je crois qu'à ce niveau là, il faudrait aller à l'hôpital pour te faire opérer...» - c'est comme si on voulait se retirer un bras quoi! Ça doit pas se faire comme ça. Il finissait par se lever pour m'entraîner dans la salle de bain, à défaut de pouvoir faire quelque chose pour lui, il allait faire quelque chose pour moi et je me laissais faire même si forcément, j'avais eu un peu de mal à me lever avec les quelques préliminaires qui m'avaient un peu chauffé! M'enfin c'était pas le moment d'être pudique vis à vis de lui et la bosse clairement visible à présent ne pourrait peut être que l'amuser en fin de compte et peut être même le rassurer sur le fait qu'il me fasse toujours de l'effet même avec ses ailes.

D'abord, passer mes mains sous l'eau froide et il remarqua mon poignet légèrement enflé
«J'ai fait un faux mouvement en frappant le sac. D'habitude, je sais bien m'y prendre, mais je suppose que par réflexe, mon corps a voulu protéger mon coude et c'est le poignet qui a pris.»

Je m'apprêtais à aller prendre quelques bandes pour m'entourer les mains, j'avais également pris une crème basique à base d'arnica pour mon poignet pendant qu'il s'aspergeait d'eau froide! Pas la peine d'utiliser les baumes de l'herboristerie pour ça, surtout si je n'ai pas vraiment besoin d'être au mieux de ma forme tout de suite.

Pendant que j'enroule ma main dans le bandage après avoir passé la crème, je le vois s'observer dans le miroir et constater quelques changements sur lui. Il avait froid juste avant et maintenant il a chaud - bon il peut y avoir une autre raison aussi hein? - mais apparemment, il semble penser qu'il n'y aura pas besoin d'aller voir le doc ou un quelconque médecin? J'affiche un air perplexe sur le coup

«Qu'est-ce que tu veux dire? T'es en train de les perdre ou quoi?» - les insectes, ça mue? Je me suis toujours posé la question, mais même si c'était le cas, ses ailes finiraient par repousser non? J'avoue que sur le coup, je ne comprenais rien du tout, puis je venais croiser les bras en le regardant d'un air perplexe - «sans vouloir t'offenser, tu sais de quel type d'insecte tu es? Enfin, ta part animale quoi? Si on cherchait dans un de tes bouquins là, il doit bien y en avoir un sur la faune et la flore de Nideyle dans tout ton bazar?» - car franchement, avec tous les livres qu'il a chipé à la bibliothèque, ce serait possible! Et si on sait de quel insecte il est issu effectivement, y'a peut être une chance de comprendre ce qui lui arrive?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Suivante

Retourner vers Vrass Rannveig

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron