Chacun sa pierre à l'édifice

Au nord, entre Ephtéria et Balaïne, Aspasie est déposée en bordure de fleuve. Plaque tournante du commerce, c'est également une ville très prisée pour sa beauté sereine et ses plages paisibles.

Image

Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Archélas Ages » 25 Avr 2012, 23:01

Précédemment : Un mariage au zoo ?
*°*°*°*°*°*°*°*°*

Les jours s'étaient écoulés paisiblement depuis le mariage qui avait unit Archélas à Ceithli. Ils avaient passé la journée suivant leur nuit de noces ensembles, sans que personne ne vienne les déranger, puis avaient repris le cours normal de leur vie. Ceithli avait regagné Banba afin de ne pas déranger les Ages plus longtemps. Archélas avait par ailleurs noté que porter des jolies robes ne semblait pas l'amuser plus que cela et préféra la laisser filer. L'essentiel était qu'elle se repose, sans contrainte. La construction de leur maison leur saperait bien assez d'énergie comme ça.

À Ephtéria, le soldat ne perdait pas son temps et visitait les commerçants que lui conseillait son père. Certains étaient spécialisés dans l'importation de bois, d'autres dans les pierres ou les tuiles, d'autres encore n'avaient pas leur pareil pour la confection de cheminées. Et même si le jeune homme mettait un point d'honneur à bâtir lui-même sa maison – leur maison – il devait se résigner au fait que pour les matériaux, c'étaient de professionnels dont ils avaient besoin. Ces adresses et bons de commande en poches, il s'apprêtait à quitter Ephtéria pour Aspasie lorsque l'une de ses cousines – présente lors du mariage et qui les avaient regardé tous deux avec insistance après le bal – était venue le trouver. La nouvelle s'était alors abattue sur les épaules d'Archélas comme le poids d'une enclume : la tête de son épouse était mise à prix par Livian...!

C'est donc accablé de cette nouvelle qu'il se rendit à Aspasie, ruminant sa colère contre son Souverain. Il voyagea toute la journée et toute la nuit, dormant peu et ne faisant que de courtes haltes avant de gagner enfin la ville aux moulins. Une brume épaisse la baignait toujours, empêchant le soleil timide de réchauffer les rues, et le vent de faire tourner les pales alourdies des moulins à vent. Seuls ceux à eau brassaient leurs grains inlassablement. Sous les pas de sa jument, le sol rendu spongieux par cet excès d'humidité produisait des bruits de succions tout à fait déprimants aux oreilles du soldat, comme si tout Nideyle pesait, lourde et froide. Il poussa un soupir en repensant aux bonbons Rigoloth de Belladona. Dans son état, il en aurait bien avalé toute une cargaison... Ceithli mise à prix le hantait et lui rappelait que tout était de sa faute. Quant à ce mariage à Ephtéria, il se rendait compte qu'il aurait pu tourner au désastre. Il s'imaginait d'ici la dénonciation des convives. Qui aurait pu les dénoncer ? Un oncle réfractaire à l'union d'un bâtard et d'une Morphe ? Jake, le palefrenier appâté par le gain ? Il secoua la tête afin de chasser ses pensées.

S'installant un peu à l'écart de la ville, il parcourut longtemps les environs avant de mettre pied à terre au point de rendez-vous fixé avec Ceithli. Il reconnaissait le grand arbre rouge, facile à repérer de loin pour qui n'avait aucun sens de l'orientation. Incapable de juger si les lieux étaient jolis ou non à cause de ce fichu brouillard, il s'y arrêta pour son repas et souffla sur ses doigts pour les réchauffer. Fouillant les fontes de sa selle à la recherche de nourriture, il en sortit une grosse part de tarte salée que lui avait préparée Euthalie. Courgettes et concombres si ses souvenirs étaient bons, ce qui lui laissait un drôle de goût sur le palais, comme s'il n'avait mangé que de l'eau. Fatigué par son voyage comme par cette menace qui planait au-dessus de la tête de son épouse, le lieutenant sortit sa couverture en laine d'Euther et s'y emmitoufla, choisissant de se reposer quelques minutes...

… minutes que se changèrent rapidement en heures alors qu'il venait de sombrer dans un sommeil de plomb ! Protégé par la chaleur de sa couverture, il dormait comme un bébé, Nemesis veillant sur lui d'une oreille distraite...

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Ceithli » 27 Avr 2012, 11:33

Le retour à Banba fut assez mélancolique pour la féline. Son père et Jhérer étaient rentrés sous leur forme féline, alors que Sofiaa avait attendu sagement sa fille à l'auberge avec toutes les étoffes que Démétrien leur avait offertes, puis elles avaient pris le train ensembles, bien chargées pour rentrer chez elle. En chemin, Sofiaa avait essayé de rassurer sa fille comme elle pouvait, bien qu'elle ne mentionna pas avoir vu l'avis de recherche la concernant. Elle devait penser à son bébé, et une fois à Banba, puis à Aspasie à l'écart, elle ne risquerait pas grand chose. Il y avait beaucoup de monde sur ces avis de recherches, notamment un winghox peu commode aux cheveux rouges, et certains offraient une prime bien plus grande, aussi elle espérait que la jeune femme serait en sécurité.

Une fois sur place, Rhëanor avait déjà commencé à faire des allers retours pour aller couper du bois avec l'aide de Jhérer, trouvant de beaux troncs à découper à la hache puis à la scie pour faire un parquet à peu près convenable. C'était le seul matériaux qu'il pouvait faire lui-même, cela servirait pour faire un étage s'ils le souhaitaient ou au moins pour assurer un sol stable et qui conservait mieux la chaleur que la pierre ou la terre cuite. Évidemment, ils devraient tout de même se trouver des carreaux de terre cuite pour la salle de bain, sinon le bois allait rapidement pourrir, mais ce genre de chose, il ne savait pas le faire et ils devraient l'acheter. Il n'avait pas envie de vendre les étoffes offertes par Démétrien, les cadeaux ne se revendaient pas, aussi Sofiaa s'était plutôt mise à la tâche avec son amie la voisine à coudre des rideaux dans les tentures qui s'accordaient le mieux entre elles, notamment les rouges et les pourpres qui devaient pouvoir s'harmoniser avec une maison en pierre et en bois. Elles firent également de belles parures de lit, ignorant encore quelle taille ils allaient prendre aussi elles s'arrangèrent pour faire quelque chose d'assez grand!

La voisine avait apporté des produits lénifiants pour le tissus histoire d'assurer douceur et souplesse, c'était plus facile de travailler ainsi les matières. De son côté, Ceithli tenait la boucherie alors que Jhérer chassait, ainsi elle laissait sa mère tranquille pendant qu'elle s'occupait de sa future maison. C'était la moindre des choses après tout, elle n'était pas ce genre de femme qui, sous prétexte qu'elle était enceinte, allait se cloitrer au lit alors que son ventre était à peine gonflé. D'autant que ce n'était même pas vraiment à cause de la présence du bébé qu'elle avait pris un peu de poids, mais probablement surtout parce qu'elle mangeait plus - en particulier des mélanges peu efficaces pour garder la ligne comme le fromage et la confiture - et qu'elle ne faisait plus autant d'exercice qu'avant lorsqu'elle pouvait se transformer. Aussi elle essayait maintenant de faire un peu attention tout de même et s'était mise à la course à pied. C'était nettement moins agréable que de courir sous forme animale, mais elle n'avait pas le choix, et Jhérer s'attelait à la tâche de la soutenir en allant courir avec elle tous les matins, le torse bombé à se pavaner aux côtés de sa sœur avec une certaine fierté - fierté dont Ceithli ignorait totalement l'origine puisqu'il n'y avait pas vraiment de quoi être fier à faire un jogging avec sa sœur.

Les jours passaient donc, Rhëanor ne chassait plus, trop occupé à fabriquer ce foutu parquet, ignorant les dimensions de la future maison, il avait fait une quantité de planches assez impressionnantes, précisant à sa fille que s'il y en avait trop, ils pourraient toujours les revendre! Cela ferait quelques sous en plus. Sofiaa avait soigneusement emballé rideaux et parures de lits - elle avait réussi à faire un joli petit ensemble pour le futur lit du bébé, assez grand pour être plié en deux d'abord quand il serait petit, puis à déplier quand il grandirait, et la voisine lui avait conçu une belle chemise de nuit de grossesse, cintrée sous la poitrine avec une des étoffes blanches offertes par Démétrien, on aurait du satin, ou de la soie même probablement... et elle était très large au niveau du ventre et lui arriverait jusqu'aux chevilles. Probablement un peu grande pour qu'elle puisse la mettre maintenant, elle lui serait utile par la suite! Et à manches longues aussi puisque ce serait l'hiver lorsqu'elle arriverait à son troisième trimestre.

Il était temps de partir pour Aspasie. Rhëanor avait rempli la charrette où il chargeait en général ses grosses prises de chasse, la plupart dépassait et il avait du les attacher fermement avec des cordages et il avait recouvert le tout de plusieurs peaux de bison tannées pour les protéger au cas où il se mette à pleuvoir. Les étoffes étaient également chargées ainsi que de la nourriture, et il grimpa alors à l'avant en attendant sa fille. Sofiaa devait rester pour la boucherie, et Jhérer devait continuer de chasser, car ils auraient plus que jamais besoin d'argent pour aider la jeune femme à bâtir sa maison, refusant de laisser les Ages tout payer.

Il fallut deux jours au chariot pour rejoindre Aspasie, vers le lieu de rendez-vous. Si Ceithli était dotée d'un sens de l'orientation épouvantable, ce n'était pas le cas de Rhëanor qui trouva rapidement l'endroit. L'humidité ambiante n'allait pas vraiment aider à conserver les planches au sec, aussi avait-il prévu de nombreux pans de tissus assez vieux qui ne leur servait plus - rien à voir avec les merveilles de Démétrien - pour pouvoir les y poser. Il était tôt, et Archélas semblait encore dormir emmitouflé dans sa couverture, c'était Ceithli qui avait gardé la tente hérisson, et elle leur avait bien été utile pour la nuit passée en plaine... Rhëanor descendit le premier, laissant le cheval couleur de blés se reposer un peu en le détachant pour aller brouter près de Némésis... il n'avait jamais su pourquoi ce cheval ne les craignait pas, peut être parce qu'il le connaissait depuis tout petit, en tout cas il ne s'était jamais affolé en leur présence. Aidant ensuite sa fille à descendre, il la laissa retrouver son époux en tirant le chariot vers la clairière qu'Archélas avait trouvée. Elle était vraiment jolie et à l'écart, ils seraient tranquilles par ici et c'était probablement mieux ainsi pour un couple de leur genre.

La jeune femme se mit à genoux en faisant très attention d'être hors de portée d'un geste maladroit, profitant d'ailleurs pour retirer l'épée qu'il avait gardé à côté de lui par habitude militaire - il valait mieux éviter qu'il l'embroche dans un geste maladroit - un asticot s'était d'ailleurs perdu sur la garde pendant la nuit, ce qui ne manifesta même pas un geste de dégoût de sa part, puis elle caressa du bout de l'index la joue de son aimé, essayant de ne pas le réveiller brutalement


«Debout Seigneur Ages... votre épouse est arrivée!»

Affichant un large sourire, elle sentait désormais cette pression dans sa poitrine disparue maintenant qu'elle le retrouvait

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Archélas Ages » 28 Avr 2012, 01:04

Le sommeil du soldat fut interrompu par un mouvement extérieur, et son rêve s'éclipsa comme un amant volage au retour de la réalité. Rouvrant les paupières sans comprendre où il se trouvait, Archélas posa sur Ceithli un regard absent avant que sa conscience – s'extirpant maladroitement de la chaleur douillette du repos – ne revienne l'habiter. En reconnaissant le regard sombre, la peau clair, la chevelure d'or, il ne pu réprimer un sourire à la fois soulagé et heureux, et l'embrassa sans se poser de question, mu par un réflexe d'affection.

« Tu m'as manquée. »

À droite, un mouvement attira son attention. Un homme que le jeune homme reconnu comme étant Rhëanor s'affairait autour d'une grande charrette, ce qui valut à Archélas de déglutir de travers, comme un enfant pris sur le fait. Zut. Il ne l'avait pas vu, sans quoi il n'aurait pas été téméraire au point d'embrasser son épouse devant lui. Principe numéro quelque chose, ne pas faire étalage d'affection en public... ce n'était pas décent ! Son regard revint vers Ceithli, une lueur mi-honteuse, mi-paniquée lui donnant un air penaud presque enfantin. Mais de nouveau, à la vision de son épouse, il ne put empêcher son cœur de faire des bons de joie. Rien de moins. Affichant un sourire plus large encore, il se décida alors à ouvrir ses bras, la couverture lui faisant comme deux grandes ailes qui se refermèrent sur la jeune femme afin de la serrer contre lui. Simplement heureux de l'avoir à ses côtés, contre lui, et à lui tout seul !

« Je t'aime... Lui murmura-t-il suffisamment bas pour qu'elle soit la seule à l'entendre. Est-ce que tu vas bien ? »

Il se recula légèrement – à contre cœur – la tenant par les épaules afin de mieux l'observer, inquiet, ravi, amoureux, tout à la fois. Enfin, il se décida à se lever, se débarrassa de sa couverture et la posa affectueusement sur le dos de sa compagne avant de se diriger vers son beau-père.

« Bonjour... » L'accueillit-il en lui tendant une main amicale... et virile, évidemment.

Jetant un coup d'œil curieux à l'intérieur de la charrette, il se retrouva comme un imbécile en découvrant les lames de parquet par centaines, ainsi qu'un coffre dont il n'osait même pas demander ce qu'il contenait. L'espace d'une seconde, il se demanda même s'il préférait mourir de honte ou de jalousie, même s'il se contenta de serrer les poings, ses oreilles virant au rouge écrevisse. Jusqu'à présent il s'en était toujours voulu de laisser Ceithli acheter pour deux l'équipement auquel il aurait dû penser lui-même. Les pèlerines d'Axo, la tente Hérisson, les œufs d'Olump... et s'il avait juré se rattraper pour leur maison, il se rendait compte qu'il avait encore une fois raté une occasion de subvenir aux besoins de sa propre épouse. Alors certes, il avait de bonnes adresses plein les poches, mais rien de concret. Rien de réellement utile. Rien qu'il n'ait bâtit de ses propres mains, et il se sentit tellement humilié qu'il s'en fallut de peu qu'il n'en ait les larmes aux yeux.

« Euh... je... Il s'interrompit pour fouiller ses poches, profitant de l'occasion pour s'éclaircir la voix et reprendre d'un ton plus assuré. J'ai dessiné un plan mais je ne sais pas si c'est réalisable. Je ne suis pas architecte, et c'est ma première maison. J'ai commandé du gravier de Guttenvald pour les fondations, et des pierres pour le sol. On m'a déconseillé la terre cuite à cause de la brume, que c'était trop poreux et qu'il y avait trop d'humidité... enfin que ce n'était pas très bon en fait... »

Sortant de sa poche un morceau de parchemin froissé et couvert de tâche – manifestement il était toujours aussi maladroit avec une plume qu'étant enfant – il le tendit à Rhëanor avec une certaine appréhension. Du doigt, il s'empressa de montrer les différentes parties, expliquant ce qu'il souhaitait faire sans savoir si c'était possible, demandant sans le formuler, l'approbation de son beau-père. Il s'était même décalé afin de laisser Ceithli jeter un œil à son dessin.

http://nideyleforum.free.fr/habitations/planmaison.png « J'avais pensé mettre les pierres dans la cuisine et la salle d'eau pour que ce soit plus facile à nettoyer ; et ici un poêle à bois pour la cuisine, pour les repas ; mais si l'arrière pouvait dépasser dans la salle d'eau pour chauffer l'eau et la pièce... J'ai mis l'écurie attenante ici, pour gagner de la chaleur. Partout ailleurs je voulais mettre du parquet, c'est moins froid ; et une grande cheminée dans le salon. »

Ça, il l'avait promis à Ceithli.

« Et des fenêtres, le plus possible pour avoir de la lumière et voir dehors... »

Petit détail auquel il avait pensé pour sa compagne dont il se souvenait qu'elle n'aimait se retrouver coincée entre quatre murs. Les épisodes de la cabine à pluie de la Basse-Ville et de celle pour descendre les étages – ne lui demandez pas de retenir les mots « douche » et « ascenseur » – lui étaient revenus alors qu'il scrutait le mur de sa chambre à la recherche d'une idée susceptible de faire plaisir à Ceithli. Alors qu'il suivait distraitement les veines d'une feuille épinglée à la cloison, il s'était souvenu qu'il avait agrafé tout son jardin sur les murs de sa chambre justement parce qu'il ne supportait pas de les voir. Une vue sur l'étendue de la nature au dehors lui avait alors parue vitale. Pour lui comme pour son épouse... et plus particulièrement pour elle.

Lancé dans ses explications, il se retourna pour montrer les lieux, désignant le grand arbre rouge du doigt.

« J'aimerai qu'on reste près de cet arbre, il est rouge toute l'année et Ceithli pourra le repérer de loin. Ajouta-t-il avec un sourire. Mais pas trop près pour éviter l'humidité. Et pour l'enfant je voulais laisser les combles... euh... parce qu'on ne sait pas encore combien il y en aura alors... »

Il entraîna alors Rhëanor dans sa marche alors qu'il arpentait l'endroit où il jugeait judicieux de creuser les fondations, piétinant quelques capucines précoces. Nemesis le regardait faire comme si elle s'intéressait à cette histoire d'écurie, et Archélas demandait chaque fois d'un regard à Ceithli ou à son père si c'était une bonne idée ou non. Lorsqu'il s'arrêta enfin – de parler comme de crapahuter dans l'herbe mouillée – il se sentit un peu ridicule de s'être laissé porter par son enthousiasme.

« Qu'est-ce que vous en pensez ? Nemesis peut aider, j'ai étudié quelques techniques de levage pour les poutres et la charpente. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Ceithli » 28 Avr 2012, 15:15

Ravie de retrouver ainsi son époux, Rhëanor avait pris soin de détourner le regard et de s'assurer que les planches n'allaient pas souffrir de l'humidité pendant qu'ils s'embrassaient et que le soldat couvrait son épouse de la couverture.

«Tu m'as manqué aussi...»

Il remarqua alors son père, et ils se relevèrent tous deux, elle n'était nullement gênée par cette démonstration d'affection, mais ils n'avaient pas reçu la même éducation aussi elle se pinça simplement les lèvres pendant qu'Archélas allait saluer son père d'une poignée de main virile. Le félin remarqua la gêne de son gendre face au matériel apporté, il avait alors croisé les bras sur son torse, et regarda les planches quelques secondes

«Je suis désolé, nous n'avons pas vraiment les moyens de vous aider mon épouse et moi, aussi je n'ai pu apporter que des planches pour faire un parquet.» autrement dit à ses yeux, ce n'était pas grand chose, même si pour Archélas c'était l'inverse, sa famille allait seulement apporter l'argent pour acheter les matériaux là où lui avait tout fait lui-même. C'était une différence de point de vue finalement. Le soldat montra alors maladroitement le plan établi par ses soins, se prenant davantage comme l'ouvrier suivant les instructions de son employeur, le félin hocha simplement la tête

«Ce sera une belle maison. Avez-vous prévu une petite cave pour pouvoir faire chauffer l'eau de la baignoire?»

Ils avaient les œufs d'Olump, aussi ils pourraient creuser de toute manière sans avoir à se fatiguer. En tout cas, Rhëanor n'ajouta rien de plus et suivit attentivement les différentes instructions d'Archélas, approuvant la plupart du temps, ajoutant parfois une question «Vous savez, je me demande si c'est une bonne idée de laisser le parquet autour de la cheminée? Peut être pourrions nous essayer de mettre une dalle autour? Si vous avez des enfants, ce sera plus prudent vous ne pensez pas?»

Ils n'avaient pas de cheminée chez eux, aussi il n'était sur de rien et c'était davantage une question qu'une affirmation. En tout cas, il avait approuvé les fenêtres, même s'il n'était pas trop au courant des problèmes de claustrophobie de sa fille. En tout cas, le tour de la maison fut rapidement terminé et Rhëanor n'avait rien à dire en particulier, en tout cas il n'avait jamais contredit Archélas, estimant que c'était leur maison et donc à eux de décider. Ceithli n'avait pas dit grand chose non plus, elle ne se voyait pas vraiment aller à l'encontre de son époux, surtout qu'elle avait bien compris qu'il avait pensé à elle sur de nombreux points... alors elle n'avait rien à contredire.

Archélas demanda alors si cela irait, et Rhëanor avait hoché la tête


«Barbades pourra aussi nous aider, avec Némésis elles devraient nous permettre d'installer les différentes poutres de fondation. Il y a assez d'arbres aux alentours pour que nous puissions les faire dès maintenant! Une fois que nous aurons les pierres, nous pourrons monter le sol.»

Barbades était la jument qui avait tiré la charette, de genre percheron, elle était bien assez forte pour les aider. Il regarda donc l'endroit où il y aurait la maison, établissant le mieux possible l'orientation, non seulement pour qu'ils aient du soleil à certaines périodes de la journée, et d'autre part pour que ça rentre selon le plan dessiné par le soldat.

Il alla récupérer une branche épaisse et se plaça à un bout de la clairière pour tracer une première croix au sol, tenant le bout de papier de son gendre entre ses doigts, il analysait à peu près les bonnes distances et calculait donc à chacun de ses pas. Traçant une croix au sol pour chaque intersection entre les pièces, là où ils planteraient les poutres de bois - carrées ou rondes selon le désir du couple - et fit ainsi de même partout jusqu'à ce que la maison ait visiblement une taille des plus raisonnables.


«Voilà, il semblerait que votre maison ferait à peu près cette taille. Est-ce que ça vous convient ou bien vous souhaitait agrandir quelques pièces?»

Il s'était basé sur les proportions du plan, mais après, les mariés pouvaient désirer autre chose? Ceithli se tourna alors vers Archélas et pencha la tête sur le côté

«Nous pourrions peut être agrandir l'écurie? Tu n'avais pas dit que tu voulais avoir une vache? Ça permettrait d'avoir un salon un peu plus grand aussi?» avait-elle demandé en regardant le plan. Certes, elle avait paru triste lorsqu'il avait parlé de la vache, mais après tout, avec la magie de Sayah, ils pourraient peut être trouver un moyen de faire en sorte que le bovin n'ait pas peur d'elle? Et puis, quand on regardait Barbades, la jument dorée, il existait des animaux qui ne les craignaient pas...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Archélas Ages » 28 Avr 2012, 23:11

Le soldat regardait son plan d'un air embarrassé, se sentant vaguement idiot de ne pas avoir pensé à la cave. D'autant plus qu'il n'avait aucune excuse puisque Rhëanor lui avait montré son système de chaudière quelques temps plus tôt. Seulement voilà, Archélas avait rencontré beaucoup de professionnels sous les conseils de son père, et il devait bien admettre qu'il s'était laissé embobiné par leur bagou. Du coup, il avait l'impression de connaître à peu près toutes les caractéristiques techniques des poêles à bois... mais rien du tout à propos des chaudières !

« J'ai oublié... En fait, je n'ai même pas pensé à la cave. Admit-il un peu honteux. Dans ce cas ce serait bien de faire une entrée qui donne dans la cuisine pour les victuailles, et une autre sur l'extérieur comme une sortie de secours. Mais il faudrait qu'elle donne sur l'avant de la maison pour qu'on puisse surveiller facilement. Que n'importe qui n'entre pas par la cave. »

Il approuva l'idée de border la cheminée de pierres ou de dalles, en fonction de ce qui leur resterait de la livraison de Guttenvald, puis expliqua que l'écurie ne serait pas fermée car il avait l'intention de laisser Nemesis en liberté, avec la possibilité qu'elle vienne s'abriter quand elle le voulait. Il eut un sourire affectueux envers Ceithli qui relançait l'idée de la vache, mais lui signifia à voix basse qu'ils trouveraient quelque chose d'autre, et qu'il ne fallait pas qu'elle s'inquiète. Selon lui – et il n'avait pas tort – Nideyle regorgeait de créatures en tous genres qui feraient largement l'affaire. Les deux hommes discutèrent encore un peu et échangèrent d'autres suggestions, jusqu'à ce que Rhëanor trace les contours de leur futur maison dans la terre humide.

Archélas, encore intimidé, se dirigea alors vers sa jument afin de fouiller sa selle – fraîchement récupérée à Aspasie le matin même. Il en sortit un gros rouleau de cordelette blanche, puis s'affaira à ramasser quelques branches qu'il tailla grossièrement grâce au canif qu'il avait acheté chez Sayah. Enfin, il planta ses piquets d'à peine trente centimètres de haut et les relia entre eux à l'aide de la cordelette, matérialisant les murs et donnant un meilleur aperçu de l'ensemble. Après réflexion, le salon eut à subir un léger agrandissement - le soldat ayant gardé en tête la proposition précédente de son épouse. Le reste convenait à peu près. Ils réfléchirent encore à eux trois sur le difficile problème d'anticipation, puis Archélas se décida à lancer le coup d'envoi.

« Si ça va à tout le monde, je pense qu'on peut lâcher les Olumps. Au moins un pour commencer... je... me méfie toujours un peu des articles de Sayah... »

Entre le Baume Larmiqueuse et la Sève de Morphe, il fallait bien admettre qu'il avait de quoi éprouver certaines réticences. Mais avant qu'il ait pu s'extasier sur le fonctionnement des dits œufs, les cris d'un homme se firent entendre un peu à l'ouest, vers le Larme. Manifestement, quelqu'un était perdu... à moins que ?

« … sieur A... es...? »

Archélas tendit l'oreille. Monsieur Ages ?

« Ce soit être le livreur de Guttenvald. Il a dû se perdre, je vais le chercher. »

Aussitôt dit, aussitôt en route. Marchant prudemment dans les hautes herbes, il ne tarda pas à apercevoir la silhouette du grand livreur à travers la brume et fronça les sourcils. De sa position, il le trouvait bien près du fleuve. Avait-il perdu sa cargaison dans l'eau à cause du brouillard ?

« Tout va bien ?
_ Monsieur Ages ?
_ C'est moi.
_ Ben c'est pas trop tôt, ça fait un moment que je vous cherche. La marchandise est là. »
Annonça-t-il en désignant une forme sombre dans l'eau.

Le soldat s'approcha, hésitant entre la contrariété, la méfiance, et la curiosité. En fin de compte, il en fut quitte pour une belle surprise. Au milieu du Larme et aux deux tiers immergée, une grosse embarcation remplie à ras bord de graviers et de pierres plates destinées à sa future maison flottait mollement. Deux Axo y étaient attelés et barbotaient à l'avant, à peine fatigués de leur voyage.

« Je pensais que vous viendriez en charrette...
_ Oui bah la charrette faut lui faire traverser le fleuve, et des ponts y'en a pas tous les cent mètres mon p'tit gars. Puis on m'a prévenu que c'était humide par chez vous, alors j'avais pas bien envie d'emmêler mes roues dans votre bouillasse. Au moins le fleuve, brouillard ou pas c'est de l'eau et c'est sans surprise. »


Archélas hocha la tête d'un air approbateur. Il avait bien fait... mais ça ne serait pas très pratique. Il lui demanda alors d'attendre et revint vers Rhëanor et Ceithli, affichant un air un peu ennuyé.

« Les pierres sont là, mais elles sont livrées... par... bateau. Il va falloir décharger. Je peux aller chercher des brouettes en ville à moins de tout mettre dans votre charrette et d'y atteler nos deux juments. Les Olumps auront le temps de creuser pendant qu'on charge, et il faudra tout déverser au fond... »

Il eut un regard désolé, réalisant qu'il avait peut-être de quoi payer, mais qu'en fin de compte sa contribution leur causait plus d'ennuis qu'autre chose.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Ceithli » 28 Avr 2012, 23:57

Rhëanor avait simplement posé une tape amicale sur l'épaule d'Archélas lorsque celui-ci bafouilla au sujet de la cave. Après tout, à Banba, ils n'en avaient pas, ils avaient utilisé une pièce du rez-de-chaussée pour y placer la chaudière, mais probablement que sous terre, ce serait plus efficace! Aussi, il acquiesça simplement à l'idée de son gendre de faire deux pièces distinctes, une pour la chaudière et l'autre pour stocker les victuailles.

Alors qu'ils étudiaient ensembles les dimensions de la maison, le soldat eut l'initiative d'utiliser des cordes pour manifester la présence des murs, effectivement, c'était plus facile pour se repérer ainsi et Rhëanor avait simplement approuvé. Il avait donc désigné la cuisine d'après le plan de son gendre où ils pourraient creuser avec les œufs d'Olump, la salle de bain étant juste à côté au final, il faudrait édifier tout de même un mur entre les deux pour éviter que la chaleur du feu ne soit néfaste aux victuailles. Maintenant qu'ils étaient prêts, Archélas signifia qu'ils pouvaient donc essayer les œufs, aussi Ceithli alla chercher le sac pour les récupérer et s'apprêtait à les donner à son mari lorsqu'il entendit quelqu'un appeler. Pendant qu'il allait voir, Rhëanor s'approcha de sa fille


«Tout ça va être un peu physique, est-ce que tu pourrais t'occuper du campement? Je pense que je dormirai sous ma forme guépard pendant la nuit, vous pourrez toujours dormir dans la tente tous les deux, mais essaie de nous installer un campement pour ranger les planches afin qu'elles soient à l'abri du vent et de la pluie. On risque d'avoir besoin de la charrette.»

Hochant la tête, Ceithli alla vers le coffre que sa mère avait bien rempli. Elle dut fouiller un moment dans les rideaux et autres draps avant de trouver les pans de vieux tissus destinés justement à protéger le matériel. Il y avait également plusieurs peaux de bisons - Rhëanor avait du se donner du mal pour les chasser, et cela avait du faire un trou dans les économies de ses parents de ne pas les vendre, ce qui lui fendit un peu le cœur - mais cela aurait le mérite d'être imperméable au moins. Sa mère lui avait mis à disposition de nombreuses épingles aussi elle s'en servit pour attacher les peaux entre elles et ainsi former une très grande bâche. Avec de la ficelle, elle put les attacher en une toile tendue à plusieurs arbres, et Rhëanor alla alors chercher la charrette après avoir récupéré Barbades afin de l'atteler de nouveau pour mettre les planches et les victuailles à l'abri

«Bien joué, cela fera un bon abri» dit son père en posant sa main sur la tête de sa fille de façon affectueuse, au moment où il s'apprêtait à décharger pour les disposer sur d'autres peaux, Archélas revenait en expliquant qu'ils auraient besoin de la charrette. Rhëanor hocha juste de la tête «Aucun problème, mais nous devons d'abord décharger les planches.»

Ceithli s'était éloignée pour chercher du bois à peu près sec afin de faire des réserves pour faire un feu une fois le soir venu, évidemment, il faudrait bien le protéger pour qu'il ne soit pas trop près des planches, aussi elle laissa les hommes décharger. Lorsqu'elle revint, malgré la fraicheur ambiante due à la brume, ils étaient couverts de sueur, son père ayant carrément retiré le haut de sa tunique et apparaissant torse nu, de nombreuses cicatrices parsemant son corps. Essuyant son front, ils avaient terminé et allaient pouvoir se rendre près du fleuve

«Si Barbades a pu se trimballer ses planches toute seule, je ne pense pas qu'elle y arrivera avec du gravier, effectivement, nous aurons besoin de Némésis. Ceithli, tu t'occupes des œufs d'Olump? Il faut qu'ils creusent au niveau salle de bain et cuisine.»
-«Oui, père.»
elle s'était redressée comme un soldat à qui l'on venait de donner un ordre, ce qui le fit pouffer de rire alors qu'elle prenait les deux œufs et s'approchait des cordages représentant donc la cuisine et la salle de bain. Elle prit le premier et le posa au sol, bien au centre de la première pièce afin qu'il éclose... rapidement, la coquille commença à se fendiller, et un petit gnome couleur chocolat en sortit! Son sourire plein de dents s'afficha alors qu'il commençait à manger en avançant en ligne droite, puis Ceithli venait se placer devant lui pour l'obliger à faire demi-tour, elle le suivait ainsi au fur et à mesure pour s'assurer qu'il respecte bien les dimensions... chaque fois qu'il la voyait devant lui, il tournait à gauche ou à droite, et parfois elle devait presque danser pour s'assurer qu'il ne déborde pas!

Les hommes allaient mettre du temps pour charger la charrette, mais cette petite chose allait mettre douze heures pour creuser.

La journée allait être très longue!

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Archélas Ages » 01 Mai 2012, 01:02

Archélas n'entendit pas immédiatement ce que lui disait Rhëanor, tout occupé à observer son épouse. Elle avait tendu des peaux et préparé un campement de fortune qui lui sembla plutôt confortable, et il se sentit soulagé de la voir s'affairer à des tâches moins brutales que celles dans lesquelles lui et Rhëanor s'apprêtaient à se lancer. Soulagé pour sa santé physique, mais inquiet pour son équilibre moral... car il commençait à connaître son épouse, et il craignait qu'elle finisse par s'ennuyer ou se sentir inutile. Aussi durant quelques secondes il chercha ce qu'il pourrait lui demander qui la ferait se sentir indispensable, sans se rendre compte que son regard était resté accroché sur le ventre légèrement proéminent sous la tunique. Ce n'était pas flagrant... pas encore du moins, mais ça commençait à le devenir. Surtout, c'était suffisant pour laisser son époux les bras ballants, comme s'il découvrait tout à coup la grossesse de sa compagne.

La voix de Rhëanor tira le soldat de sa contemplation hébétée, le faisant presque sursauter. Sortant de sa stupeur, il s'efforça de se secouer un peu pendant que sa féline partait chercher du bois... et du bois justement, il en avait une jolie quantité à décharger ! Pleine de bonne volonté – et un peu honteux après ce moment d'égarement – Archélas retroussa ses manches et se mit au travail, attentif aux allées et venues de Ceithli. Le tout était qu'elle ne se perde pas en chemin... et Alrik sait qu'elle en était capable ! Aussi, tout occupé à porter son précieux parquet de la charrette aux toiles, le lieutenant jetait à l'occasion quelques œillades inquiètes aux alentours, cherchant le guépard qu'il s'attendait à devoir aller chercher parce qu'elle se serait égarée dans un coin. Heureusement – ou malheureusement selon qu'il était poussé par la motivation ou envahi d'un besoin irrépressible de se retrouver seul avec elle – il n'en fut rien. En fait, lorsqu'il la repéra enfin, lui et son beau-père venaient de terminer de décharger.

Les deux hommes étaient torses nus, le corps couvert d'un mélange de sueur chaude et de brume glaciale. Archélas s'épongeait vaguement le front sur son avant bras, s'étirant maladroitement comme se remettre les vertèbres en place. Si Rhëanor était couvert de cicatrices en tous genres, le soldat lui, exhibait ses trophées de guerre sur ses bras, la brigandine ayant toujours arrêté les lames avant qu'elles n'atteignent son torse. Seule l'épaule où nageait le Tecoluta présentait un souvenir récent – et cuisant – de l'un de ses combats. Il avait conservé ses poignets de force, ainsi que ses Mains Lestes, se félicitant de leur efficacité à protéger ses paumes des échardes. Épuisé, il s'accorda quelques minutes pour s'allonger dans l'herbe, savourant le contact glacial de l'humidité sur sa peau. S'il s'était écouté il se serait roulé dans l'herbe mouillée comme seule Nemesis savait le faire quand ça lui prenait ! Mais devant Rhëanor, une certaine tenue lui semblait indispensable.

Puis lorsqu'il fut question des œufs d'Olump, le soldat se résigna à rouler afin de se retrouver sur le ventre, observant avec ce sourire de gosse que Ceithli lui connaissait bien le petit Gnome en action. Ce n'était pas particulièrement fantastique, mais ça restait fascinant en soi. Son minuscule postérieur en l'air et la tête au ras du sol, la créature avançait pliée en deux, se servant de ses toutes petites mains aux grands doigts pour pelleter la terre dans sa bouche immense. Archélas s'étonna à voix haute de ne pas voir le ventre du Gnome enfler comme un ballon, comme si la terre disparaissait dès qu'elle franchissait ses lèvres inexistantes. Bizarre, définitivement.

Un mouvement sur sa gauche le fit retourner dans le monde monotone des adultes, et il eut tout juste le temps de voir Nemesis faire un écart spectaculaire à l'approche de Rhëanor. Bondissant sur ses pieds comme s'il était pris d'un nouveau pic de motivation, le jeune homme alla s'occuper d'ôter selle et bride à sa jument afin de l'atteler en tandem avec sa nouvelle et provisoire compagne, aussi blonde que l'étaient les Elbereth. Barbades fut placée devant en raison de sa puissance musculaire et de sa grande habitude en l'art de traction. Nemesis venait en renfort juste derrière, courageuse et volontaire malgré son petit gabarit et son âge, mais n'allez pas parler du dernier à Archélas qui estimait être l'heureux propriétaire d'une éternelle pouliche. La charrette fut donc emmenée près du Larme, et les deux hommes s'armèrent de pelles afin de se remettre à l'ouvrage.

En fait, le soldat rechigna de longues minutes à s'approcher de l'embarcation, jusqu'à ce que le marinier finisse par comprendre le problème. Il lui fallut donc amarrer solidement son bateau, et jeter de grosses planches entre la rive et le bastingage afin de créer un pont large et stable... suffisamment en tous cas pour Archélas qui redoutait de se faire aspirer par les eaux. Depuis cette histoire avec Drakmonniss, il se rendait compte que plus il fuyait les flots, plus ils lui faisaient peur... et malheureusement il n'avait pas trop le temps de s'occuper de ce problème. Mais une fois l'embarcation sécurisée, il se mit au travail avec deux fois plus d'énergie, comme pour compenser ce petit contretemps qu'il avait imposé à Rhëanor, et l'humiliation d'être passé pour un pleutre.

Au fil des heures, le bateau se vidait, remontant à la surface à mesure que son chargement disparaissait dans la charrette. Mais le rythme avait grandement ralenti, et les deux hommes s'épuisaient sur leurs dernières pelletées, mues par une sorte de désespoir d'en finir avec ce maudit gravier. La luminosité déclinait à vue d'œil, affûtant la morsure de la brume qui se faisait de plus en plus glaciale. Les bras tremblaient, sollicités alors que la fatigue les rendait aussi durs que la pierre. Le souffle se perdait. Archélas redoublait de grognements contrariés, thermomètre fidèle de son état de fatigue. Et à côté, le marinier les regardait en tirant sur sa pipe, sans remuer d'un cil pour les aider. « Moi on m'a dit de livrer. » avait-il répondu à un regard assassin du soldat. Puis il était partit se dégourdir les jambes un peu plus loin.

À la nuit tombée, la charrette était enfin plein et le bateau vide. Soulagé mais trop épuisé pour en être content, le soldat ramassa une branche souple et se plaça aux côtés de Nemesis. À présent, c'était au tour des juments de travailler... et compte tenu de leur chargement, ce ne serait pas de tout repos ! Barbades la première donna un coup de collier sans que rien ne bouge alors que la jument d'ébène faisait mine de reculer sans comprendre. Archélas agita sa baguette pour la remettre en avant, et ainsi s'appuya-t-elle vaillamment sur son collier, poussa sur ses épaules. Les pieds des deux chevaux s'enfonçaient lamentablement dans la boue en créant de gros sillons, mais elles reprenaient leurs appuis chaque fois et recommençaient, donnant parfois de grands à-coups à l'aide de leur poitrail puissant. Puis l'une des roues amorça un mouvement. Le soldat se précipita pour empoigner les rayons et pousser à son tour, accompagnant cette timide avancée en donnant le peu de forces qu'il lui restait encore. Barbades fit un pas, chancelant comme si elle était ivre, puis un deuxième plus assuré alors que Nemesis serrait les dents sous l'effort. La charrette avait enfin décollé et avançait mollement, creusant deux ornières derrière elle.

Poussant encore sur ses jambes, Archélas courut jusqu'à l'emplacement de leur future maison et se plaça de manière à indiquer aux deux juments à quel endroit s'arrêter. Compte tenu du poids de leur embarcation, il était hors de question qu'elles s'arrêtent trop tôt ou trop tard sous peine de ne plus pouvoir repartir. Quant à lui, il ne se sentait définitivement pas le courage ne serait-ce que de soulever la moindre pelle pour le restant de ses jours. Les fondations n'étaient pas terminées mais étaient bien avancées. L'Olump continuait d'ailleurs de se goinfrer de terre sans prendre le moindre gramme. Enfin, la charrette s'arrêta juste à côté du trou lorsque Barbades vint coller ses naseaux fumants sur le ventre du soldat resté planté là en guise de poteau d'arrivée. Au final, il se laissa littéralement tomber dans l'herbe, les paupières lourdes de sommeil, les muscles comme du plomb s'enfonçant dans la boue. Il avait l'impression que ses épaules, son dos, ses cuisses et ses bras prenaient feu, à moins qu'un Euther ne soit en train de lui passer dessus, il ne savait pas trop. Rhëanor était peut-être habitué à travailler autant, mais lui, Archélas Ages, admettait volontiers que ce n'était pas son cas. Il n'en pouvait tout simplement plus !

« Et si on vivait dans la tente Hérisson pour toujours ? » murmura-t-il alors qu'il n'entendait même plus les bruits environnants tant son cœur pulsait dans ses tempes.

Il rouvrit à peine les yeux. Barbades le regardait comme si elle n'en croyait pas ses yeux, ce qui lui rappela qu'il devait s'occuper de Nemesis. Alors il se déplia péniblement, plus raide qu'un petit vieux rongé par l'arthrite, et décrocha mollement toutes les sangles qui entravaient encore sa jument.

« J'ai réservé un repas à l'auberge du Moulin à Paroles. Annonça-t-il en défaisant les boucles. J'ai pensé qu'on pourrait manger ici le midi mais que ce serait plus confortable de dîner au chaud le soir. Ils servent du canard ce soir, et un pain perdu aux raisins. »

À y repenser, le soldat en eut l'eau à la bouche. Manger chaud leur ferait du bien. Manger beaucoup les remettrait sur pieds pour le lendemain... en tous les cas il fallait l'espérer !

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Ceithli » 02 Mai 2012, 14:39

Contrairement à ce qu'elle aurait pu penser, surveiller ce petit gnome était amusant quelques minutes, mais nécessitait tout de même une certaine concentration, et être ainsi baissée pour s'assurer qu'il ne dépasser pas les limites avait quelque chose de pénible. Heureusement qu'elle n'en était qu'au début de sa grossesse, sinon elle aurait surement eu du mal à tenir. Son père et Archélas étaient partis charger le gravier, et ils en auraient pour un moment! Pour sa part, elle était restée seule, de toute façon, elle ne comptait pas bouger et ne risquait donc pas de se perdre. Les heures défilaient et elle essayait de se trouver des petites occupations, chantant en suivant la mélodie des coups de dents du gnome, inventant ainsi peut être quelques comptines pour son futur enfant, dansant aussi parfois, ou encore cherchant des pierres pour bloquer le passage du gnome sans qu'elle n'ait besoin de se mettre devant, mais cet abruti avait tendance à les manger!

Le soleil déclinait désormais, et le gnome avait presque terminé son dur labeur lorsque le soldat et son beau-père revinrent. Ils avaient l'air tout simplement lessivés et encore, ils devaient décharger le gravier. Mais visiblement, si Rhëanor était habitué à travailler dur en journée, il avait tout de même accumulé pas mal de fatigue et il posa un coude sur le rebord de la charrette alors que son gendre suggérait de vivre dans la tente hérisson pour toujours


«Bonne idée! Mais je vous garantis pas que ce sera pratique une fois à trois... ou quatre qui sait?» il pouffa un peu de rire avant d'aller chercher d'autres peaux de bison, il n'y en avait plus qu'une en fait, aussi il utiliserait les autres vieux tissus qui servaient pas à grand chose. Il recouvrit le gravier et invita Barbades à pousser la charrette à l'abri de la tente de fortune qu'avait installé Ceithli pour le cas où il se mette à pleuvoir.

Archélas suggéra alors d'aller à l'auberge, le félin sortit un mouchoir de sa poche et épongea un peu la sueur sur son front
«En temps normal, j'aurais refusé, mais là je dois vous avouer que je dirais pas non à un bon repas chaud. Vous n'aurez qu'à dormir à l'auberge, je reviendrai pour surveiller le campement, j'ai moins besoin de dormir quand je suis sous ma forme animale»

Ceithli n'avait pas dit grand chose, elle était penchée au-dessus du trou assez profond désormais profond pour voir que le petit gnome était sur le dos, une main posée sur son ventre gonflé et la langue pendant sur le côté

«Je crois qu'il a fini de manger! Je lâcherai l'autre demain! J'avoue que j'aimerais également me reposer un peu.»

Rhëanor hocha de la tête et s'approcha de Barbades, gardant ses distances avec Némésis depuis qu'elle l'avait fuit comme la peste! Ceithli alla près d'Archélas, prête à monter pour se rendre à Aspasie jusqu'à l'auberge. Ainsi, le trio à cheval partit en laissant le campement, même si on ne pouvait s'empêcher de voir que le félin avait du mal à laisser ainsi leurs affaires, sa fille avait récupéré son sac dans lequel se tenaient ses affaires de rechange, mais il y avait là les casse-croutes de son épouse et les tissus offerts par Démétrien. Il ferait vite dans ce cas, quitte à laisser Barbades à l'auberge et foncer sous sa forme animale jusqu'au campement après manger. Puis finalement il se résigna et força sa monture à faire demi-tour.

«Finalement, je vais manger ce que Sofiaa nous avait préparés. Allez vous reposer tous les deux, surtout Ceithli! Pensez au petit. Je vais rester au campement, c'est plus sur.»

Sans attendre réellement leur avis, il força Barbades à repartir en sens inverse, laissant alors le couple seul pour se rendre à l'auberge
«Ne t'inquiète pas, ma mère a préparé de bonnes choses, et je pense qu'il a surtout envie de dormir, sous sa forme guépard, il récupère mieux et il ressent moins les courbatures...»

Elle embrassa assez intensément son époux, maintenant qu'ils étaient seuls, puis une fois à l'auberge, elle descendit souplement alors qu'il allait l'installer dans la petite écurie, puis ils entrèrent et allèrent directement s'assoir à une table. Dire qu'elle mourrait de faim était un euphémisme, aussi elle commanda sans attendre un gigot d'agneau avec des pommes de terre, des brocolis et de la tarte aux pommes, en réclamant qu'on lui apporte le plat principal et le dessert en même temps avec un peu de fromage. Le serveur fit les yeux ronds, mais ne s'en occupa pas davantage, prenant la commande d'Archélas, il fila à l'anglaise pour préparer le tout.

Posant un coude sur la table afin de soutenir son menton de sa main, elle plongea son regard d'onyx dans celui d'Archélas


«Je t'avoue qu'il me tarde de me glisser sous la couette, je suis crevée!» puis elle sourit en posant sa main sur celle de son époux, jouant un peu de son alliance avec amusement «Mais je suis contente. Je suis sure que notre maison sera très belle, et qu'on y sera très bien!»

Elle aurait voulu l'embrasser, mais elle savait combien il était mal à l'aise avec les démonstrations d'affection, aussi elle se retint et ferma les yeux, on aurait presque pu penser qu'elle allait s'endormir là, sur la table

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Archélas Ages » 06 Mai 2012, 20:52

Archélas s'était arrêté pour observer l'Olump qui s'était affalé dans une position grotesque pour sa digestion. Il ressemblait ainsi à un Noble qui se serait gavé des mets les plus gras et les plus lourds de Nideyle... le ventre bedonnant en moins. Et sans qu'il sache réellement pourquoi, on regard se reporta aussitôt sur le ventre de Ceithli. Est-ce que, comme l'Olump, elle resterait toujours aussi svelte malgré les mélanges désastreux qu'elle se plaisait à avaler ? Le soldat en doutait, mais la fatigue lui laissait imaginer de drôles de choses, si bien qu'il dut secouer la tête pour se sortir de ses rêveries.

« Honnêtement, avec le mal que nous avons eu à tout charger et décharger, je doute que quiconque ait envie de nous voler... » Opposa-t-il à la proposition de Rhëanor de revenir monter la garde.

Tournant sur lui-même en titubant un peu sous la morsure des courbatures, il fouilla l'obscurité à la recherche de son haut. Contrairement à Ceithli, il n'était pas nyctalope, même si la faible lueur du cristal de son pendentif l'aidait un peu. Se rhabillant à la va-vite, il aida ensuite sa compagne à se mettre en selle et le trio se dirigea vers le centre ville. Sur le dos de sa jument, le lieutenant somnolait à moitié, bercé par son mouvement apaisant. C'était drôle comme il n'avait pas réussi à trouver le sommeil ces derniers temps, à cause de l'avis de recherche pesant sur sa féline... et comme à présent il parvenait à peine à garder les yeux ouverts ! Il sursauté pourtant lorsque Rhëanor fit demi-tour, battant des cils sans comprendre.

« Mais... » Commença Archélas avant d'être interrompu par Ceithli.

Comme une petite bulle d'air remontant à la surface, il venait de se remémorer un souvenir. La sensation de courir au ras du sol avec son seul instinct pour préoccupation. L'odeur de l'herbe humide l'aida à mieux cerner cette image. Une grenouille... les genoux de sa compagne.

« C'est vrai que je n'avais jamais aussi bien dormit que lorsque j'étais... une hermine...! »

Il se mit à rire doucement, cueillant au passage les lèvres de Ceithli qui sut mettre à profit ce court instant de solitude. Les instants comme celui-ci, d'une simplicité déroutante, lui avaient atrocement manqués. Le reste du trajet, Archélas le fit donc voûté et les bras enroulés autour de la taille de son épouse comme s'il formait pour elle une carapace infranchissable. Il aimait l'avoir ainsi tout contre lui, s'imaginant seul avec elle sur Nideyle, sans penser à rien d'autre qu'à savourer cette promiscuité chaleureuse. Non, personne ne la lui prendrait ! Et s'il accepta qu'elle mette pied à terre une fois arrivé à destination, ce ne fut que grâce à l'autorité de son estomac. Nemesis se dirigea d'elle-même vers les écuries. Avec son harnachement frappé du blason de l'armée du Roi Livian d'Ephtéria, aucun garçon d'écurie n'osait lui refuser le gîte lorsqu'elle s'invitait. C'était ça aussi, l'avantage d'être une monture de soldat !

Quant à son cavalier, il s'était contenté de suivre Ceithli docilement, trop épuisé pour prendre les devants aujourd'hui... En fait, c'était comme s'il devait se battre avec son propre corps pour le faire avancer. Il esquissa un sourire en reconnaissant l'empressement de la jeune femme à se faire servir, et ne la contraria que très légèrement pour lui imposer une table un peu à l'écart et mal éclairée. Il laissa la banquette à la jeune femme et s'installa à son tour, laissant revenir vers lui le souvenir de sa première rencontre avec elle. Ce soir là, ils avaient dîné au même endroit, sauf que les places étaient inversées. Archélas s'était tenu dans l'ombre, Ceithli dans la lumière, et elle avait commandé un steak presque plus gros qu'elle, timide derrière ses yeux de jais... en apparence tout du moins, la suite ayant prouvé au soldat qu'elle ne l'était pas tant que ça. Son sourire s'étira, et il dû reporter son regard sur le patron pour lui passer commande afin de se soustraire à ses pensées. Il se contenta du plat du jour, un mijoté de canard avec une double portion de riz pour lui tenir au corps jusqu'au lendemain, une salade de chicorées pour faire descendre le tout, et la tarte aux pommes. Puis il observa Ceithli, attentif et silencieux, peut-être un peu soucieux...

« Notre maison sera très belle si tu vis dedans... et j'espère qu'elle ne prendra pas l'eau. Je n'avais jamais construit de maison avant... »

À son tour il posa sa main par-dessus celle de sa féline, et à son tour il joua avec la bague d'Anthmosis qu'il lui avait offerte et dont elle avait fait son alliance.

« Ton père est vraiment gentil de nous aider autant. Je ne m'en serais jamais sortit tout seul... et ça m'ennuie de ne pas pouvoir le remercier. »

Une serveuse revenait avec leur commande, et Archélas accusa une seconde de surprise en la reconnaissant. Il s'agissait de la même serveuse que la dernière fois, celle-là même qui n'avait pas apprécié de le voir avec Ceithli à son bras... et qui semblait apprécier au moins aussi mal de comprendre qu'ils étaient à présent mariés. Sans dire un mot, elle posa les plats sur la table qui se retrouva très vite encombrée puis frotta ses mains à son tablier avant de leur demander ce qu'ils souhaitaient boire.

« De l'eau pour moi, merci. »

Il fronça les sourcils, quelque chose dans l'attitude de la serveuse le chiffonnant. Ce n'était pas de la jalousie mais plutôt une sorte de conflit intérieur, comme si elle hésitait entre... entre parler et se taire ?

« Un problème ?
_ N... non non... Excusez-moi. »


Mais son regard sur Ceithli venait de mettre en alerte Archélas qui lui jeta un regard noir. S'il avait existé sur Nideyle un appareil capable de traduire les pensées en simultané, on aurait entendu quelque chose comme « parles et tu ne vivras pas assez longtemps pour le regretter ». La serveuse détourna le regard et prit la commande de Ceithli avant de s'éclipser. Le soldat soupira, une boule d'angoisse lui raidissant la nuque. Il avait lâché la main de sa féline afin de se saisir de sa fourchette, mais jouait distraitement avec son riz qu'il imbibait généreusement du jus de son canard.

« Je ne voulais pas t'en parler pour ne pas t'inquiéter... Murmura-t-il au bout d'un moment. Livian a mis une prime sur toi. Il reposa ses couverts pour croiser les bras sur la table et planter son regard clair dans celui de la jeune femme. Suspicion d'assassinat sur la personne de Chaemil. Je suis désolé... Démétrien dit que tu devrais te rendre, pour t'éviter d'avoir à te battre contre des Braconniers peu scrupuleux. Mais moi je ne veux pas... Je ne veux pas imaginer ce qu'il sera capable de te demander. C'est aussi pour ça que j'ai voulu construire la maison un peu à l'écart de la ville, pour que tu sois tranquille un moment... »

En fin de compte, il avait l'impression que plus il tentait de se justifier, plus il aggravait son cas. C'était sûr, Ceithli allait lui passer un savon de lui avoir caché ce « détail ».

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Ceithli » 07 Mai 2012, 11:28

Sur le coup, Ceithli n'avait pas reconnu la serveuse, mais en voyant la manière dont elle la regardait avec insistance, son visage lui revint en mémoire comme un boomerang, et elle remarqua aussi qu'elle avait posé les yeux sur sa main où Archélas jouait avec sa bague. Oui, ils étaient désormais mariés, mais pourquoi cette femme les regardait avec tant d'insistance? Elle finit par légèrement froncer les sourcils, elle n'avait jamais été du genre jalouse, même si elle n'aimait pas trop voir Archélas auprès d'autres femmes - le souvenir du bal d'Ephtéria où le morphe lion l'avait un peu aidée à rendre le soldat jaloux parce qu'il était avec une gourgandine au décolleté provoquant restait douloureusement dans sa mémoire - mais Archélas prit les devants et demanda rapidement s'il y avait un problème.

La jeune femme fila à l'anglaise, mais Ceithli la regardait encore, l'air contrarié et peut être boudeur avant de prendre un air triste. Comme la famille d'Archélas, cette femme se disait qu'elle n'était pas assez bien pour lui. Heureusement que leur maison serait loin, car elle ne savait pas vraiment si elle supporterait réellement ce genre de choses trop souvent. Il essayait visiblement de la rassurer un peu, mais elle avait l'impression que quelque chose le travaillait malgré tout, et rapidement la nouvelle vint à tomber. Elle était recherchée pour le meurtre de Chaemil? Son visage se décomposa sur le coup, son assiette était devant elle, et elle n'avait plus faim - véritable miracle en soit.


«Je...» elle ne savait même pas quoi dire à ça. Son père voulait qu'elle se rende, et c'était selon elle la meilleure chose à faire. Elle ne voulait pas d'ennui, surtout si elle ne pouvait pas se transformer! Si jamais Rhëanor venait à l'apprendre, il allait surement exiger que Jhérer vienne faire des patrouilles régulières pour s'assurer que personne d'autre n'approche de leur maison! Mais ils ne pouvaient pas faire ça indéfiniment.

«Je... tu me demandes de me cacher? Archélas... je ne peux pas...» elle sentait les larmes lui monter aux yeux, elle refusait de manger, la fatigue de la journée, la faim, l'humidité et maintenant ça, elle sentait une nausée pointer le bout de son nez. Ramenant une main sur sa bouche, elle repoussa son assiette avant d'essayer de parler d'une voix étouffée

«Je ne peux rien avaler. Je monte.. quelle est notre chambre?» - la peine et la peur se lisaient surement sur son visage. En soit, elle n'avait pas vraiment peur pour elle, elle avait peur pour son bébé. Il était préférable qu'elle se rende maintenant. Tant que sa grossesse ne se voit pas! Si jamais des braconniers peuvent lui mettre la main dessus alors qu'elle est grosse de plusieurs mois, Livian d'Ephtéria ou Manôlis risquent d'être encore plus impitoyables. Elle se leva alors, ignorant ce qu'il allait advenir de leur repas, si Archélas demanderait à le faire porter dans la chambre pour l'obliger à manger quand même ou autre, elle alla à l'accueil demander la clé et monta rapidement.

Une fois dans la chambre, elle ferma la porte derrière elle, pas à clé pour qu'il puisse la suivre, mais elle resta une seconde appuyée ainsi sur le bois avant de s'avancer pour aller s'assoir sur le lit. Les mains plaquées sur ses yeux, elle sentit les larmes monter. Elle aurait du s'y attendre, avec tout ce qui s'était passé, elle devait forcément payer. Livian d'Ephtéria n'était pas le genre d'homme à récompenser un soldat pour son travail sans le punir des obstacles qu'il lui avait fait traverser. Avait-il demandé à Archélas de rembourser le Hart Nacré? L'avait-il nommé responsable du naufrage du bateau? Après tout, ce bateau n'avait-il pas été mis à disposition du soldat pour cette mission justement? Son mari ne lui avait rien dit, juste qu'il avait été rétrogradé et cela elle s'en moquait un peu. De l'argent, elle se débrouillerait toujours pour en trouver.

Sa mère lui avait donné contact avec le boucher de la ville, la réputation des Elbereth était telle - et le boucher semblait avoir eu quelques soucis ces derniers temps - qu'elle n'aurait aucun mal à se faire embaucher là bas, même seulement pour assurer le service en attendant son accouchement. Mais ce ne serait plus possible si sa tête était mise à prix! Avec sa crainte des espaces clos, Archélas voulait la condamner à rester enfermée dans leur maison pour toujours? Les larmes coulaient toujours, et même s'il s'y refusait, elle n'avait pas le choix! Elle devait se rendre, expliquer ce qui s'était passé quitte à s'accorder avec son mari avant. Elle espérait que le fait de se rendre d'elle-même aller atténuer la peine, mais surtout, elle espérait qu'on ne l'enverrait pas dans une arène de combat pour expier sa faute! Si elle ne pouvait pas se transformer, ce serait trop dangereux pour son bébé. Connaissant Jhérer, elle ne doutait pas qu'il voudrait venir avec elle et irait jusqu'à demander à subir la sentence à sa place... mais est-ce qu'elle pourrait supporter que son frère se sacrifie pour elle?

Tout était confus dans sa tête, sans même savoir si Archélas était dans la pièce, elle se leva brusquement et se rendit dans la salle d'eau, s'approchant du pot de chambre, elle demeura tout de même à distance, refusant de trop s'en approcher quand même et rendit un mélange de bile et des restes du repas du matin... l'odeur lui donnait encore plus envie de vomir alors que le gout salé des larmes se mêlait parfois à l'acidité de ses rejets... elle en était malade, au sens propre du terme...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Archélas Ages » 09 Mai 2012, 00:00

« Attends, Ceithli... »

Archélas tendit la main pour la retenir mais, rapide comme le félin qu'elle était, elle lui échappa. il la suivit alors des yeux d'un air désespéré avant de se lever à son tour et de faire signe au patron qui revint vers lui d'un air contrarié.

« Ma serveuse a dit quelque chose à votre épouse ?
_ Rien, non. Elle ne se sent pas très bien voilà tout. Vous pourriez faire monter notre repas dans notre chambre ? Pas tout de suite...
Ajouta-t-il aussitôt qu'il croisa le regard affolé du patron qui évaluait le monde qui se pressait à son auberge. Vous n'aurez qu'à attendre qu'il y ait moins de service et faire réchauffer nos repas avant de nous les faire porter.
_ Oh oui, bien sûr. Je m'en occupe, allez y. »


Le soldat le remercia d'un geste, reconnaissant envers cet homme parfois un peu bourru, mais toujours serviable. Il ne comptait plus les fois où il lui avait fait crédit, méfiant au début, confiant à présent qu'il savait le lieutenant – éternellement capitaine à ses yeux – fait d'un moule différent de celui des habituels soldat de l'armée du Roi Livian d'Ephtéria. L'espace d'un instant, Archélas se demanda si cette sympathie était réciproque, ou bien si le patron du Moulin à Parole était de ceux capables de vendre père et mère si leur tête était mise à prix. Pour toute réponse, l'homme se retourna à l'appel d'un client et courut à petits pas prendre sa commande. Jetant un coup d'œil circulaire à l'ensemble des clients, le soldat resta quelques secondes immobile, cherchant à identifier un éventuel délateur, un traître, ou une langue trop bien pendue. Mais il n'y avait que des voyageurs obnubilés par leur premier repas chaud depuis des semaines, des ouvriers envinés après une journée trop bien chargée, et les conversations tournaient principalement autour du mystère de la brume et d'une femme brune accompagnée d'une « tête de moineau » qui leur paraissaient suspects. Autrement dit, peu de monde s'intéressait réellement à ce qu'ils avaient sous les yeux... mis à part la serveuse.

Le lieutenant se dirigea calmement vers le comptoir et demanda le numéro de sa chambre à la jeune femme qui lui répondit sans le regarder... ce qui lui déplût. Pris au dépourvu, il hésita entre jouer avec les sentiments qu'elle semblait entretenir pour lui et lui demander gentiment de l'aider... ou bien la menacer carrément. Était-ce une si bonne idée ? Ne risquait-il pas d'aggraver la situation ? Archélas n'aimait pas employer la force, mais quelque chose, comme un semblant d'instinct, lui dictait de se méfier.

« Écoutez-moi bien, parce que je ne vais pas répéter. C'est MA prise. Asséna-t-il froidement à la serveuse qui leva un visage surpris vers lui. MA prise, MA prime. Avisez-vous de me la souffler sous mon nez et je m'arrangerai pour qu'on ne retrouve jamais votre corps. Me suis-je bien fait comprendre ?
_ O... oui Sire Ages. 
» S'excusa-t-elle sincèrement.

Ses traits s'étaient radoucis en réalisant que la Morphe était à la merci du soldat et non sous sa protection, et elle lui offrit un sourire inopinément soulagé. En fait, elle lui fit l'effet de l'un de ces illuminés qu'il croisait parfois aux Temples, et qui posaient sur leurs idoles des regards amoureux. Comme une piétée poussée jusqu'à la folie... et dont il était la première victime ! Archélas ne cilla pas, la regardant durement, écœuré par cette femme qui venait de devenir affreusement laide. Se redressant, il fit volte-face avec humeur et monta à l'étage. Son cœur battait ses tempes à le rendre sourd tant la fureur le dévorait de l'intérieur. Comment une personne d'apparence aussi gentille et naïve que cette serveuse pouvait en arriver à... Ah ! Il serra les poings, incapable de mettre un nom sur la mélasse de vices de cette femme : jalouse, cruelle, sotte au possible... méchante sans en avoir l'air et dangereuse pour ces raisons ! Il s'arrêta sur le seuil de la chambre afin de reprendre un peu ses esprits, respirant profondément pour se calmer. Puis il entra, poussant le verrou derrière lui.

La première chose qui le frappa fut l'odeur de bile qui lui parvint aussitôt. Pourtant, plutôt que d'en être écœuré, il en fut mortifié. Silencieux, la mâchoire serrée, il fila tout droit vers la salle d'eau où il trouva Ceithli dans un état au moins aussi lamentable qu'il l'avait redouté, et sans prononcer le moindre mot, il alla s'accroupir juste derrière elle. Ses cuisse de part et d'autre des hanches de la jeune femme comme les accoudoirs d'un fauteuil réconfortant, il se pencha doucement, plaquant sans brusquerie son torse contre le dos de sa compagne et posant ses mains, légères, sur ses bras. Les poils drus de son menton vinrent lui piquer les épaules.

« Ceithli... Voilà pourquoi je ne voulais pas te le dire... Murmura-t-il à peine. S'il te plaît, calme-toi. On va réfléchir, et on va trouver une solution. »

Tout en restant derrière elle pour la laisser libre de ses mouvements, il lui caressa lentement les cheveux.

« Je ne te demande pas de te cacher toute ta vie... je ne te demande même pas de te cacher une seule seconde. Excuse-moi, j'ai été stupide de penser que tu ne l'apprendrais pas. Je me suis dit que si on attendait un peu... si tu... enfin... C'est idiot mais je me suis dit que Livian te laisserait peut-être tranquille s'il voyait que tu es enceinte... mais pour ça il faut attendre un peu. Tu vois ? »

Ses mains continuaient de parcourir les bras de la jeune femme, lentement, comme s'il souhaitait lui transmettre le calme étrange qui l'habitait – et dont il s'étonnait lui-même. Repêchant les longues mèches blondes qui fuyaient vers l'avant et menaçaient de tremper au fond du pot de chambre, il recoiffait patiemment Ceithli, se traitant mentalement de tous les noms d'oiseaux.

« Écoutes, c'est seulement une suspicion. Je pense qu'il voudra seulement t'interroger... J'ai... Je voulais gagner un peu de temps. Je voulais qu'il ne puisse pas te demander de te transformer sous ses yeux... et... et je voulais que tu ailles bien. J'ai été lâche, j'aurai dû de te le dire tout de suite mais j'ai eu peur que tu te mettes dans cet état là. Pardonne-moi. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Ceithli » 09 Mai 2012, 11:06

Les mains posées à plat sur le parquet tiède, les larmes coulaient abondamment le long des joues de la féline, penchée au-dessus du pot où les vomissures dégageaient une odeur nauséabonde. Elle perdait peu à peu conscience de ce qu'il se passait autour d'elle, la douleur dans son estomac - et non en son ventre - dans son cœur aussi et surement la peur dans le fond de ses entrailles la paralysaient, mais rapidement, des bras rassurants l'entourèrent avec douceur pour ne pas la brusquer, ses jambes la supportant un peu alors qu'il essayait maladroitement de la calmer.

Elle se retourna brusquement, enlaçant son mari de ses bras alors qu'elle éclatait en sanglots. Il était rare qu'il la voit ainsi perdre son sang froid, et si elle avait demandé aux Infinitudes de supprimer les désagréments de la grossesse, probablement qu'ils étaient dans l'incapacité d'effacer cette fragilité. Elle comprenait pourquoi il le lui avait caché, elle savait qu'il voulait la protéger et c'était aussi l'une des raisons pour lesquelles elle l'aimait tellement, tellement que cela en était douloureux aussi, mais à cet instant, le sentir contre elle lui apportait une chaleur réconfortante, et bout de quelques secondes, voire des minutes surement, elle commença à se calmer.

Fermant les yeux, ignorant sa chemise désormais trempée de ses larmes, elle recula pour s'essuyer un peu le nez et les jours, cherchant à reprendre son souffle et à se calmer. Elle laissa ses mains quelques secondes posées à plat sur ses yeux pour reprendre aussi ses esprits, analyser ce qu'il voulait dire, puis leva ses yeux humides vers son époux, fixant ces magnifiques saphirs qui lui semblaient plus profonds que le plus insondable des océans et où elle pouvait se noyer autant qu'elle le souhaitait.


«Je sais... Je... je sais que tu as fait ça pour mon bien.» elle tendit les mains et attrapa le visage de son époux pour caler son front contre le sien, prenant une profonde inspiration, cherchant à calmer son rythme cardiaque pour remettre de l'ordre dans son esprit. Elle avait peur, oui. Après toutes les aventures qu'ils avaient traversées, jamais elle n'avait eu aussi peur. Mais avant, elle n'avait qu'à penser à sa propre vie, là il y en avait une autre qui grandissait en elle, une autre qu'elle ne pouvait négliger et qu'elle devait à son tour protéger à tout prix. «Mais j'ai peur. Ne crains-tu pas que ce soit pire si Livian d'Ephtéria me voit enceinte? Ne crois-tu pas qu'il cherchera davantage à te punir en me torturant afin que je perde l'enfant? Je sais ce que l'on raconte sur lui, il a des jeux cruels qui n'amusent que lui! Il parait pire que Manôlis de Guttenvald à ses heures! Qu'est-ce qui te fait penser qu'il se montrera clément face à ma grossesse?»

Elle le sentait, au plus profond de ses entrailles. C'était un jeu pour cet homme. Qu'est-ce que cela pouvait lui faire d'avoir perdu un soldat? Il en avait toute une armée à sa botte qu'il envoyait à la mort comme bon lui semblait! La mission qu'il avait confiée à Archélas, de se rendre dans les contrées Winghox n'était-elle pas une mission suicide? Par quel miracle avaient-ils réussis? Parce qu'elle avait parlé du tatoueur! Si elle n'avait pas mentionné son nom, les guerriers les auraient exécutés purement et simplement! La seule raison de leur salut a été ces deux messages qu'ils avaient à transmettre, un pour Vrass Rannveig et l'autre pour Livian lui-même! Quelle chance avait-il eu d'avoir cet atout dans leur manche? Au final, Archélas était revenu avec bien plus d'informations que tout ce que le Roi aurait pu imaginer, aussi il était ridicule de penser qu'il accordait tant d'importance à la mort de Chaemil, il ne cherchait qu'une excuse, une excuse de plus pour punir Archélas, et s'il apprenait qu'elle était son épouse, et pire qu'elle portait son enfant, il risquait de jubiler devant toutes les possibilités qui s'offriraient à lui.

Son regard d'onyx trahissait son inquiétude alors qu'elle avait relevé la tête, tenant toujours le visage de son époux entre ses mains afin de le garder près d'elle. Sa nausée avait un peu disparu, mais évidemment elle ne souhaitait pas l'embrasser après ça, la gêne de son halaient probablement peu élégante l'en empêchant, aussi chaque fois qu'elle devait parler, elle tournait un peu la tête pour ne pas lui souffler dessus. Le genre de préoccupations féminines qui n'avait pas grand intérêt ici, mais elle n'y pouvait rien.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Archélas Ages » 09 Mai 2012, 17:21

À présent que Ceithli s'était retournée pour se blottir contre lui, Archélas la serrait entre ses bras comme s'il refusait qu'elle s'éloigne de plus de quelques centimètres. Il l'écouta pleurer sans oser l'interrompre, la berçant alors qu'elle frissonnait, lui caressant les cheveux sans s'en lasser. Lorsqu'elle reprit la parole, il ne répondit pas, encaissant silencieusement ses propos. Rares étaient ceux à apprécier Livian d'Ephtéria... mais plus rares encore étaient ceux qui osaient le désavouer avec une telle franchise. Lui qui s'était toujours bien gardé de dire tout haut ce qu'il pensait tout bas de ce Roi autoproclamé, lui qui avait été jusqu'à penser que Ceithli était une espionne à son service... Il ferma un instant les yeux, assimilant toute l'ampleur du problème plus concrètement à présent qu'il réalisait enfin que la jeune femme était de son côté. Avait-il continué de douter malgré les mois passés en sa compagnie ? Malgré les épreuves ? Malgré le mariage ?

« Je vais trouver quelque chose... » Affirma-t-il en rouvrant doucement les yeux.

Il n'était plus seulement question d'eux deux et d'une amourette clandestine. Non. Il y avait l'enfant et tout ce que cela impliquait de responsabilités et de sacrifices. Quelle taille avait-il, pelotonné dans le ventre de la jeune femme ? Était-il seul ? Ressentait-il le danger, et la détermination de sa mère à le protéger ? Car il s'agissait bien de cela. Avoir peur pour eux ne les avaient jamais inquiétés. Ils avaient affrontés Manôlis de Guttenvald, ils avaient vus Drakmonniss, ils s'étaient glissés dans les nids des peuples les plus dangereux de Nideyle. Ils avaient eut peur, oui, mais jamais autant qu'aujourd'hui, parce qu'aujourd'hui ils craignaient pour lui. Lui qui dormait, lui qui grandissait, lui qui était peut-être elle. Humain ou humaine, félin ou féline, et quoi qu'il en soit trop petit pour se défendre.

Archélas se déplia lentement, laissant glisser ses doigts sur les bras de Ceithli jusqu'à se saisir de ses mains et l'inviter à se lever. Il n'avait plus envie d'hésiter. Plus envie de douter de celle qu'il aimait. Peut-être venaient-ils de là, leur quiproquos incessants ? D'une angoisse latente enfouie quelque part au fond du cœur du soldat, comme une épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Oui mais Ceithli avait peur. Sincèrement peur, et cela suffisait pour faire voler en éclats ses derniers doutes.

L'entraînant par la main dans la chambre, il la fit asseoir sur le lit et lui embrassa le front avant de retourner à la salle d'eau. Il se hâta d'aller récupérer le pot de chambre et alla le poser dans le couloir devant la porte pour les servantes, revint, ouvrit la fenêtre et retourna à la salle d'eau pour rapporter la bassine dans laquelle il fit tremper un linge propre. Les gestes machinaux mais le visage soucieux, il réfléchissait à toutes les possibilités qui s'offraient à lui.

« Si on demandait que tout se passe bien au puits à souhaits d'Aspasie ? Il passa la serviette humide sur les tempes et le front de Ceithli pour la rafraîchir, continuant de penser à voix haute. Non... les contreparties risquent d'être pires que le service rendu. Remarque, ça ne s'est pas si mal passé avec... mon dernier souhait. Il se leva pour fouiller leurs affaires et en sortir quelques branches de Cimailles toutes étiolées. Sortant une seconde, il arrêta une femme de chambre pour lui demander une tasse d'eau chaude, puis retourna aux côtés de sa féline. C'est tout ce qu'il reste, j'irai t'en racheter demain. De toute façon j'ai pas mal d'achats à faire... À moins de faire une liste et de la confier à sa compagne ? C'était toujours moins violent que de lui demander de décharger la charrette dans leurs fondations. Ça ne te fera pas dormir mais tu iras un peu mieux. Il s'agenouilla face à elle et lui tendit la mousse Épistorale ainsi que la brosse des Nymphes. Il avait remarqué qu'utiliser ces deux objets les détendait l'un comme l'autre, sans trop savoir pourquoi. Je me rappelle avoir vu un bijou porte-bonheur à la joaillerie. Il faudrait voir si ça fonctionne vraiment, ça pourrait nous aider. Je n'aime pas trop forcer le destin mais si on ne l'utilise pas en continu... »

Oui, c'était de la pure mauvaise foi, mais zut. Ceithli était fragile, et il avait besoin d'ôter cette menace qui planait sur elle, pour qu'elle puisse vivre sans avoir à se cacher. Ce ne serait déjà pas forcément évident de se faire accepter en tant que Morphe sans qu'on leur ajoute des suspicions d'assassinat sur le dos ! Quelle autre option avait-il ? Manôlis de Banba. Après tout, il lui avait promis de protéger Ceithli, et malgré ses défauts il s'agissait d'un homme de parole. Il irait voir ce qu'il pouvait faire de ce côté là... mais pour cela il lui faudrait une nouvelle tête à rapporter en présent. Ses yeux bleus plongés dans ceux de la jeune femme, il lui caressa doucement la joue en souriant.

« Ton père va me dévorer tout cru s'il te voit dans cet état là, et je ne pourrai même pas dire que je n'y suis pour rien. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Ceithli » 09 Mai 2012, 19:43

Archélas faisait de son mieux pour la consoler, elle se sentait en sécurité quand elle était ainsi près de lui, mais elle savait qu'il ne pourrait pas toujours être là. Elle s'y était préparée jusqu'à présent, et cette petite maison en retrait de tout la rassurait, d'autant qu'elle avait eu quelques idées pour se protéger, elle se souvenait par exemple chez l'antiquaire avoir vu un objet à placer aux fenêtres et qui empêchait quiconque d'entrer... un pompon il lui semblait, mais elle n'en était plus très sure. Elle irait voir Sayah pour s'en assurer.

Ou sinon, voir avec Belladona pour planter quelques plantes carnivores dans le jardin? Cela pouvait aussi dissuader les gêneurs, enfin, il y avait beaucoup de choses qu'elle pouvait faire, mais là maintenant tout de suite, elle ne savait pas quoi faire. Archélas l'aida à se lever et la ramena dans la chambre pour qu'elle se calme. Dans un premier temps, elle resta assise alors qu'il s'affairait avec le pot de chambre et leur sac pour en sortir les restes de cimaille. Elle baissa un instant les yeux réfléchissant à sa proposition de faire appel aux Infinitudes pour mettre toutes les chances de leur côté, puis il parla ensuite d'objets en tout genre, aussi elle se souvint d'une chose


«Il y a un tatouage... je m'en souviens, l'étoile filante. Il augmente la chance aussi... il serait peut être plus prudent d'avoir ça plutôt qu'un objet qu'on pourrait nous voler ou que nous pourrions perdre?» évidemment, cela impliquait de revoir le tatoueur, et elle se doutait bien qu'Archélas n'approuverait pas... «Je pourrais lui demander de me le faire sur la cheville par exemple? Une partie de mon corps pas trop exposée pour ne pas...» qu'il en profite, mais elle préféra ne pas finir sa phrase.

La femme de chambre revenait avec l'eau chaude alors qu'il avait fait une petite remarque vis à vis de son père
«Ne t'inquiète pas, je suis sure que demain j'irai mieux, il ne remarquera rien.» de toute façon, avec la cimaille, même si elle n'allait pas s'endormir maintenant, elle allait se calmer et se détendre, aussi, même si cela la dérangeait un peu que le soldat fasse tout, elle préférait ne pas le déranger, surement que si elle lui disait qu'elle pouvait se débrouiller, il se sentirait un peu vexé, et elle appréciait assez qu'il s'occupe ainsi d'elle.

Soufflant sur le liquide encore frémissant, la jeune femme se réchauffait les mains avant de boire une première gorgée du breuvage, sentant sa mauvaise haleine s'estomper alors, elle se risqua à faire un baiser furtif sur les lèvres de son époux.
«Je t'aime. Excuse moi d'avoir réagi comme ça. Je suis sure que nous trouverons une solution...» elle ramena une main sur son ventre. De combien était-elle enceinte à présent? Bientôt deux mois il lui semblait. Le temps passait si vite. Selon sa mère, elle pourrait savoir si c'est un morphe vers le quatrième mois, il commencerait à se transformer ou non et la différence se sentirait selon elle. Enfin d'un autre côté, sa mère savait très bien qu'elle aurait des morphes donc cela pouvait peut être changer la perception des choses.

Elle but une nouvelle gorgée avant de poser la tasse sur la table de nuit et finit par s'allonger sur le côté, tendant le bras à son époux


«S'il te plait, viens contre moi.» elle avait besoin de le sentir contre elle. Le laissant se glisser derrière elle, la jeune femme prit son bras pour qu'il l'enroule autour d'elle, enlaçant ses doigts dans les siens pour les embrasser ensuite, les yeux clos avec force comme une douleur muette. Elle avait peur oui, mais la cimaille lui faisait déjà du bien. Comment allaient-ils se sortir d'un tel pétrin?

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Archélas Ages » 12 Mai 2012, 21:04

Dès que le mot « tatouage » fut prononcé, Archélas se mordit la langue sous le coup d'une soudaine colère. La douleur lui fit aussitôt oublier son énervement, mais il baissa les yeux et fit semblant de ne rien avoir entendu, s'efforçant de respirer calmement. Après l'épisode du sort que cet espèce de taureau en rut lui avait lancé, plus aucun prétexte n'aurait pu justifier qu'il retourne le voir, tatouage fabuleux ou pas ! Sur le moment, il en voulu un peu à Ceithli de lui proposer une telle idée. On voyait bien que ce n'était pas elle qui avait changé de sexe, s'était faite embrasser par une femme imbibée d'alcool, avait subit la satisfaction du responsable, l'humiliation de ne pas pouvoir se défendre et le courroux de Sayah dans la même journée ! Alors très franchement, entre risquer de perdre un objet et devoir se représenter devant ce pourceau, Archélas venait de choisir. Faire semblant d'être au-dessus de ces bassesses ne lui allait plus du tout. Non, définitivement, il y avait des limites à ne pas dépasser...!

L'allusion de sa féline quant au fait que le tatoueur risquait d'en profiter pour se rincer l'œil lui échappa totalement en revanche. Il n'avait plus à s'en faire de ce côté là, et il pensa simplement que son épouse s'inquiétait de son apparence. Car si un ou deux tatouages pouvaient être jolis, tout le monde n'appréciait pas forcément de se retrouver bariolé de dessins en tous genres, aussi utiles soient-ils. Il se contenta donc de hocher la tête, s'efforçant au mieux de lui sourire pour la rassurer alors qu'un besoin cuisant de hurler de rage lui brûlait les entrailles. Qu'on ne lui parle plus jamais de ce Vrass de malheur ! Et pour s'obliger à penser à autre chose, Archélas se leva pour récupérer l'eau chaude que lui rapportait la servante, s'affairant autour de Ceithli comme autour d'un malade. Il lui plaça la tasse entre les mains et accueillit son baiser avec un certain soulagement.

Mais lorsque Ceithli s'allongea, il fronça les sourcils en la rejoignant.

« Pas longtemps, je ne veux pas que tu t'endormes sans manger. Il se glissa derrière elle et cala son menton au creux de son cou comme pour surveiller qu'elle ne s'assoupissait pas. J'ai demandé à faire monter nos plats, on sera plus tranquilles dans la chambre. Nous aurons besoin de forces pour demain. Et toi, tu as deux ventres à nourrir. »

En réalité, lui-même commençait à sentir le poids de ses paupières. Il était fatigué, et malgré les grondements de protestation de son estomac, rêvait de s'endormir aussitôt. Aussi finit-il par se relever, estimant qu'il finirait par s'endormir pour de bon s'il restait une seconde de plus allongé. Une main posée sur les bras repliés de Ceithli qui s'était recroquevillée comme un bébé – décidément – il lui sourit faiblement. Pourquoi ne renonçait-il pas à ses devoirs de soldat ? Son entêtement ne rimait à rien et mettait sa compagne en danger constamment. Un lâche. Un faible. Voilà ce qu'il était. Fort heureusement, leurs plateaux arrivèrent à ce moment là, le coupant dans son enchaînement de pensées peu productives. Archélas se leva et laissa entrer les deux servantes qui posèrent le tout sur une console avant de s'éclipser.

« J'irai faire des achats demain à l'aube. Je fouillerai toutes les boutiques de Nideyle s'il le faut pour trouver de quoi nous aider. Ne t'inquiète pas... » Assura-t-il en lui apportant son gigot d'agneau avec son accompagnement pommes de terre brocolis tarte aux pommes fromage.

Il retourna à la console récupérer sa propre assiette et s'installa près d'elle, lui coupant sans y penser un morceau de son canard qu'il lui tendit au bout de sa fourchette. L'esprit du soldat voyageait quelque part sur les sentiers de la machination. S'il devait menacer, il le ferait oui, si cela pouvait lui garantir la sécurité de son épouse et de son enfant. Rien ne l'arrêterait, et de cela, il en était conscient sans avoir à s'en convaincre... et tant pis pour lui s'il faudrait retourner voir le tatoueur, même si pour le coup, il préférait autant demander audience à Manôlis de Guttenvald !

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Ceithli » 13 Mai 2012, 16:19

Archélas avait gardé le silence vis à vis de cette histoire de tatoueur, et au fond, Ceithli savait pourquoi. C'était surement une mauvaise idée, d'autant que de toute manière, si elle ne pouvait pas se transformer, elle pouvait tout aussi bien porter un bijou? Elle s'était alors allongée sur le côté, demandant à son époux de se placer derrière elle et de la prendre dans ses bras, mais la fatigue était telle qu'il craignait fortement qu'ils ne s'endorment avant de manger, aussi il lui expliqua qu'il ne resterait pas ainsi bien longtemps.

«Juste quelques minutes...» mais déjà, à peine était-il contre elle que la féline venait à fermer les yeux, et malgré tout, commençait à s'endormir. Se recroquevillant sur elle-même, la présence du soldat la rassurait, quoi qu'il en pense, mais c'est alors qu'on frappa à la porte et qu'elle dut se relever pour manger. Étrangement, elle n'avait toujours pas faim, cette histoire lui avait donné un véritable nœud à l'estomac, mais elle ne voulait pas l'inquiéter davantage, aussi elle commença à picorer sans faire le moindre mélange. Mangeant d'abord la viande, puis les légumes, elle délaissa le fromage pour manger seulement les fruits sur la part de tarte après avoir bu un peu d'eau. Elle laissa alors Archélas débarrasser et s'en voulait un peu de paraître pour une assistée

«J'aurais pu le faire, tu sais?» - son regard était de nouveau triste alors qu'il revenait vers elle. Retirant ses bottines, elle se leva et se glissa carrément sous les draps, visiblement un peu faible et surtout contrariée par tout ça. Une fois dans le lit, elle s'y enroula dans une position plutôt défensive, puis elle leva les yeux vers lui

«C'est moi qui irait faire ces achats. Tu dois aider mon père pour notre maison. Je ne peux pas servir à grand chose là bas de toute manière.» puis elle se souvint de l'avis de recherche, il ne la laisserait pas aller en ville toute seule alors que sa tête était mise à prix «Je n'ai rien dit. Tu iras et je resterai avec mon père. Je m'occuperai des gnomes.»

Est-ce que ça allait donc être ainsi désormais? Le temps qu'il trouve une solution? Elle devrait rester cachée? Enfermée? Dissimulée aux yeux de tous? Elle se recroquevilla un peu plus et se mit à pleurer à nouveau, mais en silence cette fois-ci, comme si elle espérait que son époux ne s'en rendrait pas compte. Il ne fallait pas y compter cependant, le connaissant, depuis qu'elle était enceinte, c'était le genre de chose qu'il repérait à trois kilomètres maintenant!

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Archélas Ages » 13 Mai 2012, 17:19

Un peu inquiet tout de même, Archélas regardait sa féline manger sans appétit. En temps normal elle était plutôt souriante à l'idée des mélanges qu'elle imaginait, euphorique en les réalisant et gourmande en les avalant, mais ce soir elle se contenta d'un repas classique. Sans mélange, sans originalité, sans entrain. Le soldat en fut un peu triste mais la laissa manger tout de même, content qu'elle se nourrisse malgré tout. Lorsqu'elle eut terminé et lui aussi, il débarrassa le tout à toute vitesse, empila assiettes, verres et plateaux et les refourgua à une servante dans le couloir. Puis il poussa le verrou et alla fermer la fenêtre avant que la brume ne vienne humidifier les draps. La remarque de Ceithli quant au fait qu'elle aurait pu faire tout cela le fit sourire.

« Je sais... »

À son tour il ôta ses vêtements, les laissant traîner au beau milieu de la chambre comme l'homme désorganisé qu'il était, et vint se blottir contre sa féline. Ses bras enroulés autour d'elle, il lui embrassa gentiment la nuque avant d'enfoui son nez dans sa chevelure dorée.

« … mais tu t'es déjà occupé de moi à notre retour de Yeillstrand. C'est mon tour. Il la serra un peu plus fort contre lui, inquiet de la savoir stressée et triste. On ira faire les courses ensemble si tu veux. Ce sera mieux si tu peux jeter un œil. Et puis ça laissera un peu plus de temps à ton père pour dormir, je crois qu'il en aura besoin. Même sous sa forme animale. »

En fait, compte tenu de l'incroyable capacité des chats à dormir vingt heures par jour, Archélas estimait que Rhëanor aurait besoin de davantage de sommeil en tant que guépard que s'il était resté humain. Ce qui lui fit penser qu'il aurait bien aimé être un chat à cet instant, s'étaler comme un bienheureux sur la couette et s'endormir profondément... est-ce qu'il bougerait les pattes en rêvant ?

« Tant que tu es avec moi tu ne risque rien. Je suis soldat, tu es sous contrôle, et personne ne se risquera à me ravir ma prime... D'accord ? »

Ses yeux se refermèrent d'eux-même, trop épuisé pour rester éveillé plus longtemps. Avant de s'endormir, il s'insulta mentalement pour avoir eut recours au fameux « d'accord ? » qu'il détestait tant !

Il se réveilla quelques heures plus tard et dès les premières lueurs du jour. Un peu étonné de se découvrir si matinal après la journée de la veille, il prit une profonde inspiration comme pour ses poumons jusqu'à la plus petite alvéole. Reposé comme jamais, il n'osa pas bouger tout de suite afin de laisser Ceithli dormir encore un peu. Pour une fois qu'il ouvrait les yeux avant elle ! Il eut un sourire amusé, puis roula tout doucement pour se redresser sur un coude et observer le visage de sa féline. Rien ne lui importait davantage que son état, et il estima bonne l'idée de la réveiller par un baiser léger avant de lui sourire.

La journée s'annonçait longue et épuisante... et il était hors de question de la gâcher avec des soucis supplémentaires. Aussi, si son épouse voulait se faire tatouer une étoile filante, ils iraient, tant pis. Et ils s'en feraient tatouer une vingtaine chacun s'il le fallait ! Mais avant... son estomac hurla famine. À croire que son corps avait brûlé l'intégralité de son repas de la veille pour se ressourcer de ce qu'il avait subit dans la journée.

« Bien dormit ? »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Ceithli » 13 Mai 2012, 18:10

Le compromis pour lequel ils iraient finalement faire leurs achats ensembles semblait lui convenir, malgré tout, elle ne pouvait s'empêcher de se sentir en peine à l'idée d'être la cible de malfrats qui voudraient sa tête pour l'apporter à Manölis, mais alors qu'Archélas revenait vers elle, il tentait tant bien que mal de la rassurer. En tant que soldat, il pouvait justifier qu'elle était sous son emprise à lui et donc qu'il serait celui qui pouvait prétendre à la prime.

Cela la rassura un peu et elle attrapa juste la main de son époux pour y déposer quelques baisers, sans vraiment dire le moindre mot à part quelques
«Hmm» en gardant les yeux fermés pour finalement s'endormir profondément. La journée avait été longue et éprouvante et elle n'osait imaginer ce que seraient celles à venir avec cette menace qui planait désormais au-dessus de sa tête. Cherchant à se blottir un peu plus contre lui, elle avait fini par sombrer totalement dans un profond sommeil.

Le lendemain matin, elle sentit un souffle chaud et doux sur sa tempe avant que les lèvres un peu piquantes ne viennent toucher sa peau, elle battit alors des cils une seconde avant de se tourner et de le voir avec un doux sourire... depuis combien de temps ne s'était-elle pas réveillée dans ses bras? Depuis quelques jours à peine et pourtant cela lui semblait être une éternité. Se moquant bien de l'haleine de souffre propre à chacun le matin, elle répondit à sa demande par un baiser assez intense, passant ses bras autour de son cou pour le serrer contre elle, laissant ses mains s'emmêler dans ses cheveux avant qu'elle ne le lâche pour reprendre son souffle. Son cœur battait à une vitesse folle dans sa poitrine pour tant d'émotions de bon matin, et elle posa son front contre le sien avant d'entendre les grondements de son estomac, ce qui la fit rire


«Je veux profiter de chaque matin où je me réveille dans tes bras... chaque fois que je me réveillerai ainsi, je serai heureuse...» elle leva ses yeux d'onyx vers lui et l'embrassa de nouveau, plus doucement cette fois, se souvenant qu'il avait faim, et en fait maintenant, elle aussi

«Allons prendre un bon petit déjeuner. Tu crois qu'ils auront du lard et de la confiture? » elle se redressa alors, passant au-dessus de lui pour l'emprisonner encore quelques secondes et savourer cette matinée qui commençait mieux que la soirée s'était terminée. Elle avait eu le temps de se calmer au cours de la nuit, et elle avait repris confiance en elle, et surtout en lui. Il la protègerait, elle n'en doutait pas. Cependant, ils avaient un peu trop faim pour se laisser vraiment aller, aussi elle se contenta d'un dernier baiser - même si rien ne les empêcherait de remonter après manger pour un petit câlin crapuleux - et alla remettre ses bottines avant de se diriger vers la vasque et se rincer un peu. Passant de l'eau sur son visage, son cou et sous ses aisselles, elle se sécha comme elle put avant de l'attendre pour descendre et aller manger!

Ensuite.. à voir!

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Archélas Ages » 17 Mai 2012, 18:59

Appuyé sur les coudes pour ne pas écraser sa compagne sous son poids, Archélas avait fermé les yeux afin de savourer son étreinte inattendue compte tenu de la nouvelle qu'il lui avait appris la veille. La journée débutait donc plutôt bien, de ce moment de douceur aux premières paroles de Ceithli pour lui. L'idée de commencer la journée par un échange qui les consumerait tous les deux le tentait, même s'il craignait juste un peu d'épuiser leurs forces avant d'avoir pu se remettre à la construction de leur maison... Mais la jeune femme se leva, mettant un terme à l'envie passagère d'aller plus loin dans leurs salutations matinales. Roulant sur le côté, Archélas resta un moment sur le flanc, la tête dans sa main pendant qu'il regardait son épouse s'habiller. Se décidant à se lever à son tour, il ramassa ses vêtements échoués un peu n'importe où et s'habilla à la hâte, un sourire aux lèvres. Entendre Ceithli parler mélanges culinaires douteux le rassurait comme jamais ! S'il le fallait, il était près à aller lui acheter de la confiture jusqu'à la Basse-Ville, dont il se souvenait avoir vu des rayons entiers remplis de ces petits pots aux parfums improbables.

« Du lard oui, sans doute, mais la confiture reste un produit de luxe par ici, je ne sais pas s'ils en auront. On verra bien. On pourra aller en chercher au puits à souhaits si tu veux. » Proposa-t-il en enfilant ses bottes.

Il se redressa afin d'ajuster son uniforme, accrocha sa rapière à sa hanche, enfila ses mitaines dont le cuir avait fini par épouser la forme de ses mains. Puis lorsqu'il fut fin prêt, il alla enlacer sa féline pour l'embrasser de nouveau. N'étant pas très enclin à afficher son affection en public, c'était comme s'il offrait à Ceithli ses derniers instants de tendresse avant une longue journée. Un nouveau sourire plus tard, il lui tendit la main et l'invita à le suivre, ramassant leur sac au passage.

Le soleil s'était tout juste levé. Aussi n'y avait-il pas foule dans la grande salle où un feu de cheminée ronflait, brisant à peine le silence matinal. Le patron – occupé à passer un coup de chiffon sur son comptoir – salua les deux jeunes gens d'un hochement du menton tandis qu'Archélas conduisait son épouse à la même table un peu en retrait.

« Ce sera quoi ? Demanda aussitôt le gérant qui venait vers eux.
_ Une infusion pour moi, et une assiette de biscuits. »

L'homme opina, signifiant que la commande était enregistrée. À vrai dire il commençait à se demander pourquoi il continuait à demander, étant donné que ce soldat là prenait toujours la même chose le matin. Pour l'avoir comme client régulier depuis quelques années maintenant, il pouvait affirmer que c'était toujours la même chose : une infusion et une montagne de biscuits. Se tournant ensuite vers Ceithli, il s'attendit de sa part à un choix au moins aussi bizarre que la veille et lui proposa une confiture d'oranges amères sans même s'étonner de ses goûts. Sa serveuse lui avait appris au matin que la Morphe était mise à prix, et qu'Archélas était là pour la ramener à Ephtéria. Aussi jugeait-il que la jeune femme souhaitait simplement manger tout ce qu'elle aimait avant de finir en prison... ou pire encore...! Lui-même aurait sans-doute eu la même réaction à y réfléchir.

« Si vous pouviez demander à votre garçon d'écurie de préparer ma monture. J'ai à faire en ville, vous n'aurez qu'à lui dire de la relâcher lorsqu'elle sera prête, elle nous rejoindra.
_ Bien sûr. »


Puis lorsque l'homme eut disparu en cuisine, Archélas posa ses coudes sur la table, impatient de voir arriver son repas.

« Tu pense qu'on aura assez d'œufs d'Olump pour les fondations ? J'ai pas mal de petites choses à acheter chez Belladona, peut-être à la bijouterie aussi. Ah ! Et il faudrait demander si le tatoueur est en ville. Il se gratta le menton où une barbe de trois jours surgissait comme les épines sur leur tente hérisson. Belladona va encore nous sauter au cou... » Sembla-t-il se rappeler.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Chacun sa pierre à l'édifice

Messagepar Ceithli » 18 Mai 2012, 15:04

Savourant cette proximité qu'elle pouvait partager tant qu'ils n'étaient que toutes les deux, Ceithli avait entouré le cou de son époux de ses bras pour lui rendre le baiser qu'il lui offrait, et descendre enfin en essayant de ne pas paraître trop joyeuse. Le souvenir du soldat qui a fait d'elle sa prime était bien présent, aussi essayait-elle de ne pas paraître trop guillerette et ainsi avoir davantage l'air de celle qu'on avait capturée et qui serait bientôt livrée au Roi.

Le patron vint prendre leur commande, Archélas commanda son éternelle infusion avec ses petits biscuits pendant qu'elle demandait du lard grillé avec du pain et de la confiture. De l'orange amère, ce n'était pas ce qu'elle préférait, mais cela irait très bien. Avec une infusion également. Elle mélangerait peut être aussi avec les biscuits du soldat. Lorsqu'ils furent à nouveau seul, il se pencha vers elle, et elle put se remettre à sourire timidement, n'osant pas en faire trop «au cas où», il lui demanda pour les œufs d'olump, et elle haussa un peu les épaules, ayant l'air de celle qui ne savait pas trop


«Je ne sais pas. Il vaudrait peut être mieux en acheter un ou deux pour le cas où. Je pense que pour l'herbe, celui qu'on a suffira, mais tout dépend de la taille de la cave? Nous n'avons pas besoin d'une grande salle pour mettre la chaudière...» - il est vrai qu'il suffisait que ça fasse un peu plus que la taille de la baignoire, mais l'autre cave devrait pouvoir contenir nourriture et le bois aussi! Donc il fallait un peu plus de place. Acheter d'autres œufs serait surement plus sur, d'autant qu'avec les récents évènements, notamment quelques tournois étranges organisés par Sayah, elle avait pu gagner un peu d'argent, même si elle ignorait qu'Archélas y avait aussi participé! C'était le genre de chose dont le saurien était friand, des jeux subtiles de l'esprit où personne ne connaissait l'identité de son adversaire, mais où les gains pouvaient devenir rapidement intéressants.

Sa remarque sur le tatoueur et Belladona l'avait fait sourire, elle aimait beaucoup la picaris, elle était gentille, et l'orphe qui travaillait avec elle savait beaucoup de choses aussi! Peut être qu'ils pourraient leur demander s'ils savaient où se trouvait Vrass Rannveig, même si elle préférait éviter de remettre le sujet sur le tapis.

Elle repensait aussi à cette histoire de puits à souhaits, ils comptaient s'y rendre pour trouver un moyen pour qu'elle ne finisse pas en prison, mais est-ce que les Infinitudes pourraient réellement y faire quelque chose? Elle n'y croyait pas trop. Augmenter sa chance grace à quelques achats lui semblait plus judicieux que de se fier à ce puits qui avait tout de même eu son lot d'inconvénients. Elle soupira doucement alors que l'on apportait les plats, elle attendit un peu que sa tisane soit infusée et commença à prendre du pain sur lequel elle étala la confiture puis y déposa une tranche de lard... elle plissa légèrement les yeux et prit un biscuit d'Archélas avec un petit clin d'œil avant d'émietter le tout au-dessus de son espèce de tartine bizarre! Puis elle y mordit à pleines dents, savourant le côté chaud et croustillant du lard avec la fraicheur de la confiture... elle se mit à rire avant de s'essuyer les lèvres et lever les yeux vers lui pour murmurer


«Cette tartine me fait penser à toi... chaud, croustillant, résistant, et pourtant doux et frais aussi, et surtout délicieux!» elle se pinça les lèvres en se souvenant qu'il valait mieux qu'elle ne rit pas avant de mordre à nouveau dans son petit déjeuner!

Puis ils se levèrent et retournèrent dans la chambre pour prendre leurs affaires, finalement, la féline avait un peu trop mangé et ne se sentait pas trop pour un câlin crapuleux, peut être le soir, s'ils n'étaient pas aussi épuisés que la veille?

Ils gagnèrent donc les rues, il était temps maintenant de savoir vers quelle boutique ils allaient se rendre, Archélas avait parlé de l'herboristerie, de la bijouterie aussi, et pour les œufs d'Olump il fallait gagner l'antiquaire! Sans compter le tatouage, ils avaient vraiment de quoi faire ce matin! La féline se mit à craindre pour son père, ne les voyant pas revenir, il allait penser qu'ils prenaient du bon temps et penserait qu'ils lui laissaient tout le travail? Non, ce n'était pas son genre de penser ainsi, et même s'il pensait qu'ils profitaient de leur matinée, il ne leur en voudrait pas après une telle séparation... mais tout de même, elle préférait faire vite.


*°*°*°*°*°*°*°*°*
Petit détour par la boutique de Belladona : Douce verdure

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Suivante

Retourner vers Aspasie, au chant des moulins

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron