Un cœur à prendre.

Image
Nos tatouages

Un cœur à prendre.

Messagepar Solenia vaen Orphelia » 16 Juin 2011, 21:21

Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas remis les pieds dans la Basse-Ville. La dernière fois, je crois que j'étais déjà en train de chercher mon frère jumeau, mais naturellement cela c'était soldé par un échec cuisant. Ou peut-être avais-je eu l'occasion de le voir, mais pas de le persuader d'arrêter de battre la campagne à droite à gauche, et surtout de continuer de s'attirer des ennuis. C'était peut-être aussi la dernière fois que j'avais revue nos parents, et je me disais que je pourrais peut-être leur rendre une petite visite une fois que j'aurais fais ce pour quoi j'étais venue. Enfin, il allait déjà falloir que je trouve précisément l'endroit où se trouvait cette fichue boutique, car contrairement à mon vagabond de frangin, je n'avais pas eût la chance d'avoir une mémoire parfaite, même si j'avais héritée d'autres avantages tout aussi bénéfiques, et je ne parlais pas forcément de mon apparence physique contrairement à ce que l'on pourrait penser… Aussi, il m'était donc assez difficile de me repérer dans cette ville après tant d'années.

Après plusieurs longues minutes où j'avais pût sentir les regards se poser sur moi, je trouvais enfin l'endroit que je recherchais. Pourquoi avoir choisit de bâtir un commerce dans un endroit si reculé ?! Bon, c'était peut-être moi qui était toujours en train de me plaindre aussi, et si je devais vraiment en vouloir à quelqu'un, il serait logique que ce soit plutôt à mon misérable sens de l'orientation. J'aurais tout aussi bien pût demander aux passants de m'aider à trouver mon chemin, mais je n'avais pas envie d'adresser la parole à qui que ce soit si je n'avais pas quelque chose à y gagner, et là en l'occurrence, il était plus probable que ce serait un honneur pour ces païens tandis que ce serait un déshonneur pour moi ! Enfin, de toute manière je venais tout juste de trouver cette boutique, et je m'approchais donc de la porte d'entrée, hésitant quelques instants avant de déposer ma main sur la poignet, mes doigts restant à quelques centimètres au-dessus tandis que je la regardais de manière hautaine. Mais finalement je me décidais enfin à l'ouvrir et à rentrée, m'essuyant toutefois les mains l'une contre l'autre, comme si je craignais que cela puisse être poussiéreux, ou même encore que la saleté des autres clients puisse me contaminer indirectement.

Je m'approchais alors directement de ce qui devait être le comptoir. Il semblait y avoir suffisamment de matériel ici pour que l'on puisse effectuer un travail correct, mais j'espérais réellement que cela serait entre de bonnes mains et non pas celle d'un petit fils de bourgeois qui aurait simplement cru amusant de bâtir un commerce avec l'argent de son géniteur. Enfin, c'était un scénario très peu probable, et pour l'instant je laissais simplement mes doigts fins parcourir le plan de travail, marchant lentement le long de celui-ci pour finalement m'arrêter lorsqu'il se terminait. J'espérais ne pas attendre trop longtemps, non pas que revenir dans la Basse-Ville me dérangeait vraiment, mais je n'avais jamais été d'une nature très… patiente.

Avatar de l’utilisateur
Solenia vaen Orphelia

Crédit: Fermé

Re: Un cœur à prendre.

Messagepar Vrass Rannveig » 16 Juin 2011, 21:46

Dans ma chambre, je suis tranquillement allongé sur mon lit, Iza couchée en boule à mes pieds, c'est assez rare que je l'autorise à dormir carrément sur le lit, mais je commence à avoir de plus en plus confiance en elle, aussi je ne dis rien pour cette fois, du moment qu'elle ne me bave pas sur les guiboles, je m'en fous.

Mais par contre, ce que je n'aime pas, c'est lorsqu'elle se réveille en sursaut en sentant quelqu'un entrer, et pire que tout, de l'entendre gronder parce que l'odeur lui déplait... ça sent l'orphe ou le morphe félin, y'a que dans ces cas là qu'elle grogne. Je me lève doucement en m'étirant un peu, me levant pour attraper un débardeur et commencer à descendre les escaliers

«Du calme Iza, j'ai déjà dit qu'on ne grognait pas pendant la journée!»

Descendant les marches deux par deux, portant le même pantalon militaire que d'habitude, je réajuste mon débardeur rouge avant de regarder la tronche du client. Je fronce un peu les sourcils, c'est moi ou cette chevelure me dit quelque chose? En tout cas, pas les courbes qui vont avec...

«Désolé, c'est calme aujourd'hui...»

Je m'approche du comptoir pour lui faire face et lui faire un sourire quelque peu charmeur jusqu'à me rendre compte qu'effectivement, c'est une orphe... mais

«Vrass Rannveig.. qu'est-ce que je peux faire pour.... vous??? Hey mais! »

Je recule inconsciemment d'un pas... c'est impossible! Elle lui ressemble tellement! Ce type là! L'orphe avec qui j'ai battu la bête à Guttenvald! Je me penche pour la regarder de plus près, me foutant royalement de la politesse ou autre, elle lui ressemble vraiment trop, elle peut penser que je la mate - et en d'autres circonstances il est clair que j'aurais plongé les yeux dans son décolleté - mais non, je ne regarde que son visage et rien d'autre... puis finalement, je me dis qu'après tout, peut être que tous les orphes un peu félins se ressemblent? Gardant tout de même un œil intrigué sur elle, je prends une profonde inspiration avant de me calmer un peu

«Désolé. Vous me rappelez quelqu'un. Que puis-je pour vous? Vous savez déjà ce que vous voulez? Sinon, j'ai un catalogue, attendez...»

Je fouille un peu, Iza a fait le ménage et elle change toujours ce fichu bouquin de place, mais j'arrive enfin à mettre la main dessus. Malgré tout, je ne peux détacher mon regard bicolore du sien... elle lui ressemblent vraiment beaucoup...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Un cœur à prendre.

Messagepar Solenia vaen Orphelia » 16 Juin 2011, 22:40

Je soupirais doucement. Je n'allais peut-être pas rester longtemps en fin de compte, enfin, jusqu'à ce que j'entende les aboiements incessants d'un chien, rapidement suivit par la voix d'un homme. Pour l'instant je n'y prêtais pas vraiment attention, et je regardais simplement autour de moi sans vraiment m'attarder sur ce qui tombait sous mes yeux. En soit, je ne m'attendais pas à m'extasier de la beauté du paysage de toute manière, nous n'étions pas dans Éphtéria, et pour le moment je déposais simplement ma main sur le comptoir, attendant que le responsable n'arrive. Hum… Un Winghox, c'était un peuple que l'on ne voyait pas si souvent que ça dans la capitale, mais je ne trouvais cela pas si surprenant dans un tel endroit : les Ghettos étaient réputés pour pouvoir abriter de tout, après tout, la Basse-Ville c'était construite sur les ruines d'un vaisseau qui n'appartenait pas à ce monde, et je devais même admettre que cela m'avait toujours intéressé au plus haut point, la technologie ayant quelque chose de fascinant…

Enfin pour en revenir à ce jeune homme, il n'était pas déplaisant à regarder, et si certaines personnes le trouverait sans doute repoussant à cause des cornes qu'il avait sur le crâne, je n'étais pas en position de le juger avec mon physique proche de celui des fauves. Enfin, pour le moment je l'entendais me dire son nom. Quelle était donc cette manie chez les gens de vouloir connaître l'identité de toutes les personnes qu'ils rencontraient ? Bien sûr, il ne m'avait pas non plus demandé mon nom, mais le fait de se présenter sous-entendait souvent que l'on attendait que je le fasse en retour, chose qui n'arrivait que rarement d'ailleurs. Pour le moment, je ne répondais pas, le laissant simplement s'extasier, car oui, c'était pour moi clairement ce qu'il était en train de faire. Enfin, jusqu'à ce qu'il finisse par s'excuser en disant que je lui rappelais quelqu'un. A cet instant je me sentais presque obligée de réagir, quoi de plus normal, les gens qui me ressemblaient ne devaient pas courir les rues…

« Peut-être avez-vous déjà rencontré mon frère… » Je disais cela d'un air un peu las, quoi que l'on pouvait sans doute penser qu'il s'agissait aussi de tristesse. Ce n'était pas vraiment loin du compte dans la mesure où j'avais l'impression que les gens voyaient plus souvent Vilal que moi, alors que pourtant nous étions tous les deux liés par le sang… et l'apparence. « Mais pour l'instant parlons affaire. »
J'avais repris un air beaucoup plus sérieux, m'accoudant sur le comptoir en venant maintenir ma tête alors que je feuilletais rapidement le catalogue qu'il m'avait proposé. J'avais déjà une vague idée de ce que je désirais, mais je voulais être certaine de mon choix, et pour cela il allait falloir que je le retrouve dans ce livret. Par moment, je jetais un coup d'œil dans sa direction, mais il m'était assez difficile de savoir si il était en train de regarder mon visage ou bien le creux entre ma poitrine sur laquelle il avait une vue imprenable au vue de ma posture. Son regard en était d'ailleurs très intéressant, l'un de ses yeux était d'une froideur sans pareille, tellement que j'avais l'impression de pouvoir ressentir un frisson traverser entièrement mon corps de la tête au pied, tandis que l'autre était d'une chaleur déstabilisante, tellement que j'avais l'impression de pouvoir ressentir toute l'animosité qui faisait les Winghox… ou bien celle de l'homme derrière, au choix.

Pour le moment je me redressais doucement, refermant le catalogue pour le regarder droit dans les yeux. Au moins, comme j'étais assez grande, je n'avais pas besoin de lever la tête pour voir correctement son visage et lui faire face, je devais même parfois abaisser la tête pour apercevoir correctement les gens, ce qui faisait que je les regardais d'encore plus haut que d'habitude…

« Mon choix est fait, et il se porte sur le cœur. » Je disais cela d'une neutralité parfaite. Peut-être allait-il me préciser de nouveau l'effet que celui-ci avait, mais j'étais certaine de ce que je voulais, j'étais loin d'être du genre à prendre de telles décisions sans y avoir réfléchit avant. « J'aimerais que cela soit fait dans le bas du dos, au-dessus des fesses. » Je regardais brièvement le catalogue, le faisant tourner sur lui même afin qu'il soit face au Winghox et qu'il puisse le ranger, puis je reportais déjà mon regard sur ses yeux qui étaient vraiment attirants. « Et serait-il possible d'avoir un peu de musique pendant votre œuvre ? Pour le reste, je vous laisse choisir ce qui serait le plus à même de scier à mon apparence. »
Naturellement, je parlais de la taille et du motif. Il semblait être homme de goût, aussi je faisais confiance en ses capacités. Et dans le pire des cas, si je n'étais pas satisfaite, je pourrais toujours demander remboursement… de quelque manière que ce soit.

Avatar de l’utilisateur
Solenia vaen Orphelia

Crédit: Fermé

Re: Un cœur à prendre.

Messagepar Vrass Rannveig » 16 Juin 2011, 23:03

Son frère? Pourquoi pas

«Possible. Après tout, je l'ai à peine vu»

Je n'insistais pas pour le moment et la laissais feuilleter le catalogue. Joli brin de fille en tout cas, quoi qu'un peu trop hautaine, et je me méfie des félins. Ils ont cette fâcheuse tendance à vouloir tout dominer, et j'aime pas quand on essaie de me dominer. Aussi je ne m'occupe pas spécialement d'elle, regardant plutôt les différents tatouages, à l'envers, pour le cas où j'arrive à anticiper ce qu'elle souhaite. De temps en temps, j'observe son visage, c'est con à dire, mais elle a du chien!

Enfin bon, finalement, elle fait son choix, et je lui affiche alors un sourire en coin... le cœur?

«Vous serez la première à qui je vais le faire... après, ne vous inquiétez pas pour le motif en lui-même, des cœurs sans effet, j'en ai fait des centaines... mais peut être préférez-vous autre chose?»

Elle me demande de la musique, je hoche alors la tête en allant mettre la radio, puis je reviens vers elle en prenant un stylo pour lui montrer plusieurs dessins qui pourraient correspondre à son genre... je ne la vois pas vraiment avec un cœur sur la raie des fesses! Malheureusement, le cœur est petit, et je n'ai pas beaucoup d'opportunité à lui proposer, aussi je préfère faire plusieurs dessins pour voir si l'un d'entre eux lui convient

«Tenez, est-ce que l'un de ceux là vous plaisent? Sinon, il va me falloir quelques indications. Je ne vous connais pas, je ne vais pas deviner et prendre le risque de faire un truc qui ne vous plait pas»

Et si elle n'est pas contente, qu'elle se casse. Je ne vais pas me faire chier pour 15 ores, et puis, si elle n'est pas contente, elle ne sera plus cliente et je pourrais tenter de me la faire... quoi que si je l'envoie se faire foutre, il est peu probable qu'elle soit encline à céder à mes avances...

Image

Image

Image

Image


Lorsqu'elle fit son choix et après quelques explications et modifications, je lui indiquais de me suivre

«Il y a une pièce ici. Vous allez devoir vous déshabiller. Vous trouverez une pile de draps propres, je vous garantis qu'ils sont lavés de ce matin et que personne ne les a portés. Vous vous enroulez dedans de manière à me laisser le bas de votre dos visible... vous avez l'air débrouillarde, je vous dis pas comment faire»

En temps normal, j'aurais du lui demander son nom pour l'inscrire au registre, mais je sais pas pourquoi, j'ai le sentiment que c'est le genre de nana qui va me faire chier et m'envoyer paître si je lui demande. On verra au moment du paiement, si elle est satisfaite de mon œuvre, peut être qu'elle sera plus... douce.

En attendant, je prépare l'encre pour le cœur, enlevant une fine couche de poussière, après tout, je ne l'ai jamais utilisée. Maintenant, il ne me reste plus qu'à l'attendre, elle s'allongera sur la table et je pourrai me mettre au boulot... ça ne devrait pas prendre trop longtemps

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Un cœur à prendre.

Messagepar Solenia vaen Orphelia » 16 Juin 2011, 23:48

J'étais donc sa première fois ? Dans un autre contexte j'aurais trouvé cela particulièrement flatteur, mais là j'avais déjà plus le ressentit d'être un cobaye. Enfin, il semblait être habile et au vue des tatouages qu'il avait sur le corps je ne me faisais pas de soucis de ce côté là, même si rien ne me disait qu'ils étaient fait de sa propre main. Pour le moment je regardais ce qu'il me proposait d'autre, mais l'idée du cœur me plaisait assez pour que je n'ai pas l'envie de vouloir vraiment changer tant que ça le motif. Je réfléchissais alors quelques instants avant de finalement savoir quoi faire.
« Je vais rester sur l'idée du cœur, mais j'aimerais que ses contours soient un peu cristallisés, comme sur ce dessin ci. » Je lui montrais alors le quartième croquis qu'il avait fait. Il avait un sacré coup de crayon, peut-être qu'il pourrait m'enseigner un peu comment faire pour avoir un talent si artistique ? En soit je me débrouillais, mais j'étais loin d'avoir son talent, peut-être aussi parce que je manquais de pratique. Pour le moment je passais derrière le comptoir afin de rejoindre la pièce qu'il m'avait indiqué. Il devait me trouver bien silencieuse dans la mesure où je ne répondais pas vraiment, mais j'obéissais. Peut-être qu'il aimait simplement ça d'un côté, les filles de Éphtéria passaient leur temps à se raconter des ragots sans intérêt concernant tel ou tel pleutre qu'elle trouvait charmant alors que pour moi ils ne restaient presque tous que des paysans pouilleux et sans once de respect pour eux-même.

Enfin, une fois dans la pièce j'étais un peu démunie. Pourquoi aurais-je besoin d'un drap ? J'étais loin d'être ce genre de fille à me cacher dès que l'on voyait un bout de chair que je ne voulais pas montrer, peut-être parce qu'aussi il n'y avait aucune partie de mon corps que je détestais : je considérais que si la nature m'avait fournie une telle apparence, ce serait un gâchis que de ne pas en faire profiter les autres. De plus, si je me baladais totalement nue chez moi et devant mes serviteurs, je ne voyais pas pourquoi je devrais me cacher devant ce ravissant jeune homme. Je passais donc mes cheveux devant moi afin de pouvoir défaire les boutons qui maintenait ma robe sur mon corps, celle-ci retombant alors souplement sur le sol alors que j'hésitais entre retirer mon unique pièce de sous-vêtements ou non. Il ne fallait peut-être pas trop tenter cet individu, même si la lingerie noire que je dissimulais sous ma robe serait peut-être suffisante. Bien sûr, je n'étais pas assez folle pour porter ça dans la capitale, les gens seraient capable de me bruler pour hérésie si ils voyaient ça, cela venait tout simplement d'une collection secrète très restreinte, mais si il y avait bien une chose pour laquelle j'étais en infraction dans la ville d'Éphtéria, c'était ça, mais jusque là personne ne l'avait découvert.

Je sortais donc de la pièce avec ce simple vêtement d'un noir corbeau, la lumière se reflétant légèrement dessus, et je m'approchais alors de ce qui était pour moi plus une table d'opération qu'autre chose.

« Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas crier si vous regarder ma poitrine, elle est là pour être vue. » C'était peut-être un peu hautain et immoral, mais irait-il seulement s'en plaindre ? Je m'installais alors en ramenant de nouveau mes cheveux sur le côté afin qu'il ne soit pas gêné, le regardant alors d'un air un peu inquiet. « Est-ce… ça fait mal ? J'ai un assez mauvais souvenir des aiguilles… » Je regardais alors mon bras droit où se trouvait une cicatrice d'un vaccin mal fait lorsque j'étais enfant. Il y avait peu de chance que ce soit pire et je savais mieux encaisser qu'à l'époque, mais j'avais quand même quelques sueurs froides à l'idée que cette pointe entrerait en contact avec ma peau douce et délicate…

Avatar de l’utilisateur
Solenia vaen Orphelia

Crédit: Fermé

Re: Un cœur à prendre.

Messagepar Vrass Rannveig » 17 Juin 2011, 00:16

Pendant qu'elle se changeait, je griffonnais le cœur en rajoutant les effets de cristaux à la place des flammes, ce ne serait pas très compliqué, même avec l'aiguille, j'ai l'habitude, le flocon est nettement plus chiant, sans compter le loup garou quand il faut faire les poils. J'entends alors le bruit de la porte et en levant les yeux dans sa direction, je ne peux m'empêcher d'écarquiller les yeux

«Eh ben... on peut dire que vous ne manquez pas de cran. Pour ça aussi, vous êtes la première»

Enfin, en tout cas, la première à se balader comme ça en temps que cliente. Des allumeuses qui m'ont fait le coup de sortir à poils pour que je leur saute dessus par contre, j'en ai vu d'autres. Enfin bon, je hausse les épaules et l'invite à s'assoir, un peu que je regarde sa poitrine, faut dire qu'elle a vraiment ce qu'il faut où il faut

«Il est vrai qu'un corps pareil, il serait dommage de ne pas le regarder»

Et merde. Voilà que je commence à la draguer. Cliente, cliente, cliente. Putain que c'est dur de garder son calme dans ses cas là. Mais bon, je sais être professionnel, je ne l'aide pas à s'installer, après tout, elle est féline, elle doit donc être souple et agile - claque mentale.

Alors qu'elle se retrouve allongée sur le ventre, j'admire sa chute de rein.. avant de bifurquer vers son bras où elle porte une cicatrice rappelant un peu une boursoufflure, je connais ça! Ça a fait pareil sur le gosse lorsqu'il avait fait une mauvaise réaction au Pelel'je. Je lui souris alors, affichant probablement mon air charmeur, de toute façon pas ma faute, la machine est en marche maintenant, et je sens que comme l'autre pouf' de morphe, je vais me prendre un de ces vents... je déteste les félins, avec eux, c'est soit le pied total, soit tu dégages...

«Oui, ça va piquer un peu, vous avez choisi, malheureusement, une zone très sensible, mais je vais y aller en douceur. Tenez...»

Allez je me la pète un peu. Je retire mon débardeur pour le poser à côté d'elle, histoire qu'elle ait quelque chose à serrer, voire déchirer

«Tenez ça, si vraiment ça vous fait trop mal, je changerai l'aiguille pour en prendre une plus fine encore, ça prendra juste plus de temps»

De toute manière, il faudra que je prenne la petite pour les effets de cristaux. Je tends la peau le plus possible, de manière à ce que ce soit le moins douloureux, et je me mets au travail, restant attentif à ses moindres faits et gestes histoire de ne pas me faire surprendre par un sursaut, j'essaie de faire à la fois rapide et efficace, traçant délicatement les contours épais dans un premier temps, suivant parfaitement la symétrique de sa chute de rein, y'a pas à dire, elle vraiment bien foutue. Lorsque le contour est terminé, je transfère l'encre sur l'aiguille la plus fine, j'en profite pour monter le son, ils passent une musique que j'apprécie, une sorte de mélange de rock et de musique classique, je ne sais pas si la belle appréciera, au pire elle me demandera de changer de station.

«Ça devrait faire moins mal maintenant, j'attaque les détails, c'est presque fini»

Voix à la fois douce et ferme, désolé mais le mielleux moi je sais pas faire. Je ne suis pas un lèche botte, je peux être aimable et poli, mais y'a un minimum syndical. Je me remets au travail pour les finitions, et lorsqu'enfin la dernière goutte d'encre pénètre sa peau, je recule en massant un peu mon épaule avant d'aller jeter l'aiguille et mettre le flacon vide dans un tiroir prévu à cet effet.

«Si vous regardez devant vous, vous verrez un miroir, il vous permettra de voir celui qui se trouve au-dessus de vous pour voir le résultat...»

Je reviens alors vers elle après m'être lavé les mains, je les essuie à l'aide d'un chiffon propre

«Ça vous convient?»

Ça lui fera donc 15 ores... mais là, va vraiment falloir que je lui demande son nom si elle veut une carte de fidélité...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Un cœur à prendre.

Messagepar Solenia vaen Orphelia » 17 Juin 2011, 01:09

Me laissant entraîner par la musique pour essayer d'oublier la douleur lorsque je sentirais le contact de l'aiguille, je trouvais cela nettement plus agréable à entendre que tout ce qu'il y avait dans Éphtéria. Bien sur, certaines musiques de la capitale étaient parfois agréables à entendre, mais cela était loin d'être aussi appréciable que les sons électroniques que la technologie avait pût apporter. Je fermais alors doucement les yeux sous le regard charmeur de ce tatouer, et je pouvais alors sentir l'aiguillon entre en contact avec ma peau, gémissant doucement même si cela devait être à moitié étouffé par la chanson que passait la radio. J'avais déjà l'impression que je commençais à transpirer, des perles de sueur se formant au niveau de ma nuque. Il avait beau essayer d'être délicat, j'étais bien obligée de sentir la légère douleur nécessaire à ce dessin qui allait marquer mon corps à vie, aussi j'essayais de me faire le plus calme possible, vidant totalement mon esprit afin d'être certaine que je n'irais pas gémir de nouveau, même si cet homme avait du trouver un certain charme à ce son qui avait fait vibrer mes cordes vocales. Rouvrant doucement les yeux je regardais l'individu faire son oeuvre, même si de là où j'étais je n'avais pas vraiment l'occasion de voir grand chose, ou alors il faudrait que je me torde le cou. J'avais beau être souple ce n'était pas pour autant que cela n'était pas désagréable, et je déglutissais en sentant encore la douleur passer sur ma peau fine.

Lorsque la radio changea de musique, je trouvais le rythme entrainant, et je ne pouvais m'empêcher de chantonner doucement en réponse. Peut-être que cela dérangerait le dessinateur, mais ma voix cristalline résonnait presque d'elle même à l'entente de cette mélodie, comme si mon esprit avait toujours apprécié ce genre de rythme et que ma voix entrait alors en résonance avec la chanson qui défilait. C'était peut-être là l'une de mes autres qualités, et comme j'avais déjà entendue cette chanson il y a quelques temps il ne m'était pas impossible de suivre rapidement les paroles pour en faire profiter le tatouer, autant essayer de rendre cet instant plus agréable pour tous les deux. Je n'avais jamais vraiment songée à faire carrière, c'était trop épuisant et je préférais chanter pour moi que pour une foule qui irait crier mon nom dans une salle remplie de personne refoulant l'odeur de la transpiration. De plus, je détestais être stressée, aussi un tel travail n'était vraiment pas pour quelqu'un comme moi. Peut-être que s'en était dommage d'un côté, mais je ne serais sans doute pas la première à passer à côté d'une telle occasion, et cela même si beaucoup irait sans doute à m'envier, déjà que je devais être l'objet de bien des désirs…

Ce Vrass venait alors tout juste de finir, et je suivais donc son indication afin de pouvoir constater de son oeuvre. Le seul regret que je pouvais avoir été sans doute la taille de ce tatouage, mais il ne devait pas avoir le choix à cause de l'effet qu'il pouvait produire. Je me redressais alors, souriant légèrement comme une récompense suite à son travail, et je tendais alors ma main droite en attendant qu'il vienne la saisir.

« Solenia, c'est mon nom. » Je n'allais pas lui donner l'entièreté de celui-ci, c'était un peu trop long et complexe. « Je pense que nous aurons encore très rapidement l'occasion de faire affaire ensemble. »
Lorsque j'étais satisfaite, cela se voyait, et je sautais alors souplement de la table, ne ramenant pas encore mes cheveux dans mon dos par précaution. Il devait pouvoir voir que mon cou était trempé de sueur et que celle-ci s'écoulait jusqu'à ma poitrine, comme si l'humidité cherchait à former l'image d'une rivière entre ces deux collines…
« Est-ce que je dois passer de la crème par dessus, éviter de le faire entrer en contact avec mes vêtements, mes cheveux ou l'eau ? » Je demandais surtout cela parce que je ne voulais pas que ça puisse s'infecter, ce serait du gâchis…

Pour le moment je restais simplement assise là à le regarder. Dans la mesure où il était torse nu j'avais l'occasion de voir correctement les tatouages qui se trouvaient sur son corps et j'y voyais un certain intérêt. En soit j'avais toujours était intéressée par tous les types d'art qui existaient, et pour moi celui là était vraiment particulier à voir, mais peut-être étais-je au final plus intéressée par la toile sur laquelle tout cela était dessiné… Je venais alors saisir ma lèvre inférieur entre mes dents, comme si je me retenais de dire quelque chose, mais cela devait être incommodant aussi je cessais rapidement… pour finalement passer ma langue sur mes lèvres, ce qui ne devait pas être mieux. Pour l'instant, j'avais chaud, c'est tout ce dont j'étais sûre, et j'allais finalement lui demander quelque chose…

« Est-ce que vous auriez un verre d'eau… ? » En attendant qu'il accède ou non à ma requête je suivais le rythme d'une nouvelle musique entrainante qui avait commencée, tenant toujours le débardeur de cet homme dans ma main gauche. Hum… J'aurais sans doute appréciée de sentir l'odeur corporel de cet homme, mais ce serait incorrect.

Avatar de l’utilisateur
Solenia vaen Orphelia

Crédit: Fermé

Re: Un cœur à prendre.

Messagepar Vrass Rannveig » 17 Juin 2011, 10:41

Il m'est assez étrange de constater que la miss est assez douillette. Je la sens vibrer sous mes doigts, malgré tout, lorsqu'elle observe son tatouage, je la sens rassurée, probablement ravie que ce soit terminé ou bien peut être simplement satisfaite? Aucune idée. Mais déjà elle se relève doucement laissant ses cheveux devant elle, est-ce que c'est pour cacher la moitié de sa poitrine ou simplement pour ne pas qu'ils retombent sur son tatouage, je ne sais pas trop, et faut dire les choses telles qu'elles sont, son regard félin n'aide pas à la décrypter. Malgré tout, je ne peux nier qu'elle est... canon.

Aussi je me penche vers elle, souriant d'un air charmeur avant de reculer pour aller chercher le petit tube de crème apaisante, maintenant j'en offre systématiquement un avec chaque tatouage.

«Oui, vous devrez mettre de la crème dessus pour calmer un peu, surtout les trois premiers jours, vous en mettez une fois le matin, et l'autre le soir avant de vous coucher. Pour les vêtements il ne devrait pas y avoir de problème, faites juste bien pénétrer le baume pour ne pas les abîmer»

J'admire la sueur qui a coulé le long de son cou, et je me retourne pour aller chercher un verre d'eau

«Vous pouvez aller prendre une douche si vous le voulez, la salle de bain est à l'étage, mais avant...»

Je reviens rapidement de la cuisine qui se trouve pas loin avec un verre d'eau bien fraîche avant de me diriger vers l'étage

«Iza?» sifflement «Descends, il est temps d'aller faire un tour!»

La morphe ne tarde pas trop à débouler à toute vitesse, comprenant soit que la cliente ne va pas rester cliente très longtemps et donc, qu'elle devrait filer, soit que sa présence canine dérange tout simplement. L'avantage qu'elle soit morphe et non un simple chien, au moins elle comprend vite. Je lui ouvre la porte pour qu'elle aille se dégourdir les pattes avant de la refermer et de revenir vers la jeune femme

«Il n'y a qu'une chambre à l'étage, suivez le petit couloir, la salle de bain est à gauche, il y a des serviettes propres sous le lavabo»

Je lui fais un clin d'œil avant de me diriger vers le comptoir pour noter son nom. Après tout, ça me suffira pour la carte, les morphes n'ont pas toujours de nom de famille, alors ce n'est pas indispensable, même si elle est orphe. En attendant de voir si elle veut juste se rhabiller ou aller prendre une douche - ou me demander de l'accompagner sous la douche, c'est selon - j'inscris son nom sur le registre avec le tatouage fait, et je prépare la carte

«Si vous voulez, avec de l'encre normale, je peux vous rajouter quelques motifs tribaux autour du cœur, si vous n'en voulez pas trop, je vous l'offre» et si elle est très gentille avec moi, je peux même lui en faire plus encore. Cependant, vu comment elle est douillette, je doute qu'elle n'en veuille une couche supplémentaire.

Malgré tout, je me tourne vers elle en haussant un sourcil intéressé, ce serait la première fois que je me taperais une orphe féline, et je me dis que ça risque d'être assez explosif en fait. Mais il faut d'abord que j'attende qu'elle me paie pour ne plus la considérer comme ne cliente, on ne mélange pas travail et plaisir.. enfin sauf plaisir des yeux, ça par contre, je ne me suis jamais gêné...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Un cœur à prendre.

Messagepar Solenia vaen Orphelia » 17 Juin 2011, 11:15

Ainsi donc je devrais passer une crème par dessus cette marque sur ma peau ? Il fallait s'y attendre d'un côté, et je redoutais déjà le contact poisseux qui risquait d'être particulièrement désagréable, en plus d'être froid. Enfin, j'imaginais que c'était encore une désagrément nécessaire pour avoir l'apparence que je désirais, et je soupirais alors doucement en remettant mes cheveux dans mon dos, souriant légèrement alors que j'avais l'impression que son regard était passé de mon visage à ma poitrine. Il revînt alors avec ma demande, et pendant que je bois je l'entends siffler. J'aurais peut-être préféré que ce soit moi qu'il siffle d'un côté, mais je pouvais alors voir un chien dévaler les escaliers jusqu'à finalement se diriger vers la sortie. En soit les canidés ne m'avaient jamais dérangés, j'étais au-dessus de ces querelles chiens-chats, et si une personne était agréable je savais l'apprécier à sa juste valeur. Néanmoins, si je pensais ainsi, cela était bien trop souvent à sens unique, et cela ne pouvait que me désoler au plus haut point… Enfin, je trouvais son nom assez étrange, surtout peu commun, mais après tout peut-être n'était-ce pas lui qui l'avait choisit. Mais je me désintéresse rapidement de cette créature, le Winghox était pour moi bien plus intéressant…
« Vous traitez toutes vos clientes comme des Princesses ou j'ai droit à un traitement de faveur ? » Perspicace ? Peut-être, mais si je n'étais pas encore partie c'est que cela ne me dérangeait pas, et j'apportais de nouveau mes lèvres sur le verre afin de me désaltérer, et quand j'eus terminée, je venais déposer celui-ci sur le comptoir, tenant toujours le Tee-Shirt de ce jeune homme à la main. Je pliais alors rapidement celui-ci afin de le mettre à côté, simple habitude, j'avais toujours eu un peu de mal avec le désordre, et je m'approchais alors des escaliers jusqu'à ce que j'entende de nouveau sa voix.
« Cela sera suffisant. » Je disais cela d'un ton déjà plus neutre, peut-être que j'avais considérée cela comme une insulte ? « Une véritable œuvre ne se fait qu'en une fois. » Je disais cela comme pour appuyer mes propos, même si je savais que ce n'était pas tout à fait vrai. Mais de mon point de vue c'était souvent les œuvres les plus réussies, l'inspiration restant la même sur le moment, alors qu'en deux fois les traits pouvaient être différents, les nuances de couleur légèrement changeantes. Parfois cela avait du bon, mais dans la mesure où j'étais la toile, la sculpture, la partition, je n'avais pas spécialement envie de prendre le risque d'être « ratée », même si il semblait bien connaître son métier.

Dès lors, j'étais alors montée à l'étage là où il me l'avait précisé, ne refermant même pas la porte de la salle de bain derrière moi, là encore, l'habitude. Et puis, comme je le lui avais dis un peu plus tôt, je n'avais pas à me cacher de quoi que ce soit, je n'avais pas honte de mon apparence et je pouvais même dire que j'en étais fière, alors pour le moment je laissais simplement mon unique pièce de vêtement tomber sur le sol et j'entrais dans la cabine de douche, tournant le robinet afin de laisser s'écouler une eau un peu trop chaude qui me fît légèrement gémir. Mais après quelques secondes, j'avais enfin trouvée la bonne température, et je soupirais doucement en m'exaltant presque du contact agréable de l'eau qui ruisselait sur ma peau. Il n'y avait pas à dire, ce qu'il manquait vraiment dans Éphtéria, c'était ça. Bien sûr, j'essayais parfois de me rappeler les sensations d'une douche en demandant à mes servantes de laisser s'écouler des seaux d'eau sur moi, mais cela restait malgré tout bien différent, et le plus agréable était encore de chercher une cascade dont le courant ne serait pas trop fort afin que je puisse me laver en dessous. Enfin pour le moment je savourais tout simplement l'instant, jusqu'à finalement commencer par avoir froid, aussi je sortais donc en saisissant une serviette à l'endroit où il me l'avait indiqué, me séchant brièvement, j'aimais tout aussi ressentir l'humidité sur mon corps s'évaporer au fur et à mesure que je patientais, et je redescendais alors. Si un client arrivait ? Il avait dit que c'était assez calme aujourd'hui, même si cela n'empêchait rien, mais au moins son client serait satisfait de ce qu'il verrait et voudrait sans doute revenir. Bien sûr, se pourrait être un gros lourdeau qui chercherait à me faire des avances, mais je n'aurais qu'à me montrer très expressive pour lui faire comprendre que je n'étais pas intéressée. Et puis j'imaginais que ce Vrass n'irait pas laisser une telle chose se produire, du moins pas dans son établissement : il me regardait avec bien trop d'insistance pour me considérer simplement comme une cliente. Je retourne alors rapidement dans la salle où j'avais laissée ma robe afin de saisir la somme nécessaire à son travail, et je déposais les pièces brillantes sur le comptoir.

Je ne m'avançais toutefois pas trop vers la sortie, l'on pourrait me voir de l'extérieur et ça je ne le souhaitais pas vraiment. Aussi, retournant m'asseoir sur la table, je le regardais calmement, sans aucune animosité, ce qui, me semblait-il, n'était pas vraiment son cas. Ah oui, cette fois-ci j'étais parfaitement dévêtue.

« Et maintenant ? »

Avatar de l’utilisateur
Solenia vaen Orphelia

Crédit: Fermé

Re: Un cœur à prendre.

Messagepar Vrass Rannveig » 17 Juin 2011, 14:13

Lorsqu'elle m'avait demandé si je traitais tous mes clients de cette manière, je haussais les épaules

«Pas de traitement de faveur ma belle. J'agis comme je le sens, c'est tout»

Est-ce que j'ai tendance à favoriser les jolies filles ou les mecs qui me tapent dans l'œil? Probablement, même si c'est pas forcément volontaire, on va dire inconscient...

Pas d'invitation à la douche, tant pis. Je la laissais monter, en espérant que l'odeur du chien ne la préoccupe pas trop. Pendant ce temps, je nettoie la table, jette mes seringues usagées et me décide à aller mettre son verre dans l'évier, sa remarque concernant les œuvres d'art qui ne se font qu'en une fois me fait sourire, cela ne concerne pas les tatouages, les plus grands se font toujours en plus fois, parfois plusieurs jours, parfois même plusieurs mois.

En passant dans la pièce d'à côté, je remarque qu'elle n'a pas pris sa robe, elle compte redescendre dans la même tenue? Ou peut être qu'elle va s'enrouler dans une serviette... peu importe. Revenant dans l'arrière boutique, je la vois finalement redescendre... dans le plus simple appareil. Elle n'a même pas remis ses sous-vêtements. De deux choses l'une, soit elle n'a vraiment aucune pudeur, soit elle cherche quelque. Mais non, elle file déjà dans la pièce, probablement pour remettre sa robe.

En fait non. Elle a juste pris la tune qu'elle me remet. Je rajoute d'un griffonnage la mention «payé» à côté de son nom et lui tend la carte de fidélité

«Si vous devez acheter autre chose, avec cette carte, vous pourrez bénéficier d'une remise à long terme»

Déjà qu'elle m'a dit qu'on referait affaire. Je la suis alors des yeux, penchant forcément la tête pour observer sa chute de reins particulièrement délicieuse, jusqu'à ce qu'elle aille s'assoir sur la table, fraichement nettoyée. Ok, si ça c'est pas une invitation... et maintenant quoi?

Je lève les yeux au ciel en me dirigeant vers la porte, au moins pour fermer les stores, j'ai déjà pas une réputation d'ange, on va éviter celle d'exhibitionniste. J'en profite pour fermer la porte d'un tour de clé, en la laissant sur la serrure, au cas où elle veuille sortir et qu'elle ne croit pas que je l'enferme. Je m'approche d'elle, de mon allure un peu prédatrice, soit elle aime, soit elle n'aime pas la concurrence. M'en fous.

«Je ne mélange jamais le travail et le plaisir, malgré tout, vous m'avez déjà payé, aussi cela ne compte pas»

Je m'approchais alors, refusant catégoriquement de me détacher de ses yeux, j'aime pas qu'on me prenne pour un pervers, même si au fond j'en suis un. J'aime m'amuser, j'aime prendre mon pied, si elle veut qu'on s'amuse ensemble, bien sur que je suis preneur. Je pose une main de chaque côté de ses hanches, au point que mon visage se retrouve particulièrement près du sien. Va t'elle me mordre? Me griffer? Qu'elle fasse gaffe, ça pourrait me plaire

«Mais, "maintenant", on peut faire ce qui vous ferait plaisir, je suis ouvert à toutes suggestions...»

Elle n'a pas idée à quel point...


Paiement effectué


RP CLOS

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart


Retourner vers Tattoo's

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron