La mode vous va si bien...

Bâtie après le crash de l'Atlas IV, c'est une ville complexe à la pointe des nouvelles technologies, futuriste, propre, et protégée par un Dôme d'énergie fort curieux.

Image

La mode vous va si bien...

Messagepar Vrass Rannveig » 08 Nov 2013, 20:55

Précédemment
==============================
Décidément, je venais à me demander s'il existait une seule personne au monde avec qui Benedikt ne pourrait pas s'entendre. Bon, en dehors de ceux qui l'ont séquestré et pour qui j'ai bossé une semaine, mais sinon chaque fois que je lui présentais quelqu'un, ils s'entendaient comme larrons en foire! Même Nessy semblait l'adorer au point que je ne doutais pas qu'il serait l'une des raisons pour lesquelles elle accepterait de me le laisser de temps en temps. Elle se sentirait surement rassurée de savoir que le gosse n'était pas loin.

Enfin, après s'être mis d'accord sur la taille, la forme et tous les accessoires du bureau - qui allait finir par coûter plus cher que la pièce elle-même si ça continuait - on se dirigeait donc vers la Basse Ville.
Le bâtiment qui accueillait le défilé ressemblait à une sorte de grange immense avec son toit arrondi, mais sans le charme évidemment. C'était un bâtiment de béton et de verre, peint de ce gris clair un peu bleuté qui caractérise la plupart des immeubles des environs, mais il y avait des tapis rouges au sol et les immenses baies vitrées apportaient quand même un peu de chaleur à tout ça, même si bon, ils auraient pu faire encore mieux. Pour Benedikt, ça devait clairement manquer de plantes, et c'est clair que j'aurais bien vu des plantes grimpantes tout autour de ces colonnes là, mais bon, je n'étais pas là pour faire la déco.

Il y avait là une femme qui semblait surexcitée, elle criait sur tous ceux qui passaient à sa portée, les techniciens, les maquilleurs, les assistants, mais chaque fois qu'un mannequin ou un couturier passait par contre, elle semblait toute mielleuse. Lorsqu'elle me vit arriver, elle se mit à sauter sur place
«Ah Ah AAAAH Et le voilà! Notre héros de Nideyle et finaliste de Mister Nideyle!! Venez vite, il faut qu'on se dépêche de faire tous les essayages pour voir ce qui va vous mettre le plus en valeur!» - puis elle baissa les yeux vers Benedikt et fit une sorte de petite moue écœurée, le genre critique gastronomique devant un hamburger de la veille. Il faut dire que vu comment il était habillé, il ne risquait pas de faire impression dans ce milieu - «et c'est quoi ça
- «Ça, c'est mon assistant personnel. Je refuse de défiler s'il ne reste pas près de moi.»
- vu comment elle semble m'idolâtrer, autant faire un caprice de star. Elle écarquilla les yeux avant de se mettre à bafouiller et secouer la tête frénétiquement
- «Oh! Oui oui bien sûr, attendez, je lui fais un badge tout-de-suite!!! Cynthia!!! Un badge, maintenant!!!» - elle m'avait limite aboyé dans les oreilles alors que la dénommée Cynthia arrivait avec un polaroïd et des petites cartes plastifiées. Elle prit Benedikt en photo, lui demanda son nom et son prénom pour l'inscrire avant de le lui tendre en rougissant à l'idée d'être allé si «lentement».

Par la suite, on nous conduisait vers la salle d'essayage et là... je commençais à avoir peur de perdre Benedikt dans la foule! C'était pire qu'une fourmilière ici! Tout le monde courait à gauche, à droite, tenant des vêtements, des perruques et d'autres accessoires bizarres. Je commençais aussi à avoir peur de ce qu'on allait me faire mettre en voyant la tronche des vêtements qui passaient.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La mode vous va si bien...

Messagepar Benedikt » 09 Nov 2013, 00:18

Benedikt ne risquait pas, et n'avait surtout pas l'intention, de perdre Vrass, pour l'instant. En fait il était cramponné à lui comme un gamin de 4 ans dans un supermarché, et vu l'air du botaniste, il était à peu près persuadé de ne pas en revenir vivant s'il se perdait dans cette marée bruyante et vibrante de gens qui hurlaient constamment et courraient partout avec un air parfaitement stressé. Par Alrik, c'était juste des vêtements, pas la peine de faire comme si c'était la guerre !

Ils furent conduit dans un coin du bâtiment comme à travers le labyrinthe d'un terrier de lapin, et une jeune femme aux cheveux blond platine bloqua soudainement le botaniste dans son chemin. Celui-ci, en train d'observer ce qui se passait autour de lui, ne faisait pas trop attention à ce qui se passait et s'arrêta brusquement, surpris de ne pas pouvoir continuer à suivre Vrass comme un petit chien.
« Il va se changer, je pense qu'il peut le faire tout seul... ? » lui demanda-t-elle avec un regard agacé devant son air hébété. Benedikt se retint de lui faire remarquer que s'il avait le talent pour ça, il pourrait dessiner le pénis du tatoueur avec la forme et taille exacte, donc il n'allait pas s'offenser s'il le voyait en sous-vêtements. Mais il était sensé n'être qu'un assistant et puis c'était très impoli de dire ça, aussi le botaniste se contenta de lui jeter un minuscule sourire d'excuses et de reculer pour s’asseoir dans un coin, espérant que personne ne vienne lui crier dessus pour une raison stupide ou une autre.

Vu le regard que lui lançait certains qui passaient, ils pourrait bien lui hurler dessus pour outrage à la mode. Ou pour oser avoir le malheur d'exister. Pourquoi est-ce que tout ces gens ressemblaient-ils à des requins en chasse, ou à des poissons rouges qui allaient finir en casse-croûte ? Benedikt découvrit rapidement que les poissons rouges étaient des stagiaires ou des assistantes qui semblaient obéir à n'importe quoi, et se demanda s'il échappait à la catégorie poissons rouges en étant l'assistant, dieu merci, seulement de Vrass. Le botaniste attrapa son badge pour vérifier qu'il y avait le nom du tatoueur dessus, histoire de ne pas devoir s'expliquer à un de ses fous après, mais une femme se planta à quelques centimètres de son visage si soudainement qu'il fit un bond de trois mètres avant de se remettre de ses émotions. Oh, elle avait un badge énorme indiquant « Presse » en capitales.

« Vous êtes Michael des chouchoutrins ?! Oh, il faut qu'on discute ! »
« Heu, non. Non non non. Je lui ressemble juste un peu mais je n'ai rien à voir avec lui. Vous voyez ? Il y a mon nom écrit là-dessus, et ce n'est pas du tout Michael. »
- Non mais ça servait à quoi d'avoir son nom écrit sur la poitrine si c'était pour encore se faire confondre avec cet espèce andouille d'idole ? La journaliste plissa les yeux, réfléchit quelques secondes avant que son visage ne s'éclaire.
« Benedikt Bloom, ah, mais bien sûr ! Ça me va aussi, vous allez pouvoir tout me raconter à propos de Vrass Rannveig ! »
Le botaniste faillit s'enfuir quand elle lui attrapa le bras pour l'entraîner plus loin, et se mit à protester immédiatement.
« Je n'ai rien à vous dire, vous vous imaginez quoi ?! »
« Voyons, ce ne sont que quelques questions, je vous promets que ça ne dureras pas longtemps. »
« Peu importe, je n'ai rien à dire sur Vrass ! Si vous voulez poser des questions, allez-les lui poser ! Ou mieux, ne les posez pas du tout ! »

Elle se retourna sur lui avec un sourire et Benedikt regretta d'hésiter à faire un scandale au milieu de tout ce bordel. Il voulait juste qu'elle le laisse tranquille, mais maintenant il n'était même pas sûr de savoir d'où il venait.
« Quoi, vous préférez que je vous pose des questions sur vous ? » - et son ton indiquait clairement qu'elle était amusé et pensait probablement qu'elle aurait ce qu'elle voulait.
« Hein ? Non ! Je ne veux pas avoir affaire avec vous, ni avec aucun journaliste, d'ailleurs. Maintenant, excusez-moi mais je dois rejoindre Vrass. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La mode vous va si bien...

Messagepar Vrass Rannveig » 10 Nov 2013, 21:59

Jusqu'à présent, les tenues qu'on me proposait n'étaient pas trop mal, il y avait un large pantalon à l'allure un peu déchirée, un côté grunge on va dire, avec un t-shirt aussi à l'allure un peu négligée, on devait me maquiller un peu pour cette tenue et on me montrait en quoi ça consistait, personnellement, ça m'allait. L'autre tenue était un costume haute couture, du genre tenue de mariage, mais d'un super rouge bordeaux avec la chemise noire, et inutile de dire que j'avais une classe d'enfer là dedans!

Non, le problème, c'était la troisième et dernière tenue. Elle avait été dessinée par un nouveau styliste qui commençait soit disant à être connu. Si le haut ne me dérangeait pas trop - un simple débardeur avec des sortes de fils partout qui dévoilait bien mes tatouages - le bas par contre ne me plaisait mais alors pas du tout!!
«Bordel, vous m'avez bien regardé??? Je refuse de mettre une jupe!»
- «Mais ce n'est pas une jupe! ça se met par dessus un pantalon, c'est ultra tendance!!!»
- «Je vous dis que c'est une jupe! Je suis un winghox, vous ne me ferez jamais mettre ça!!»


Cependant, la responsable me rappela que comme j'avais accepté le défilé et que ça imposait que j'accepte tout ce qu'on me proposait!! Je manquais alors de tuer le styliste en l'attrapant par le col de façon à le menacer de me faire porter autre chose, aussi un assistant se précipita pour aller chercher Benedikt
«Vite! Vite!! Venez vite! Essayez de le calmer!!»
Non mais pour qui ils me prennent? J'en ai rien à foutre qu'avec un pantalon dessous, ça se verra pas que c'est une jupe! Il est hors de question que je porte un truc pareil!!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La mode vous va si bien...

Messagepar Benedikt » 11 Nov 2013, 02:25

« Hein ? » Benedikt roula des yeux alors qu'il se faisait traîner loin de la journaliste par un stagiaire a l'air complètement paniqué. « Non mais ce n'est pas une bête sauvage, vous n'avez qu'à v- »
Le botaniste s'arrêta pile en tombant sur un tatoueur très ronchon et se précipita pour lui faire lâcher le styliste. «Vrass ! Qu'est-ce que tu fais ?! »
Il lui fallut quelques secondes pour démêler le pourquoi du comment du problème, entre tout le monde qui parlait en même temps et tentait de faire entendre son propre avis sur la question. Benedikt observa avec perplexité l'ensemble que tenait encore dans sa main le styliste.
« Ah, mais pourquoi vous voulez mettre une jupe au-dessus d'un pantalon, aussi ? »
« Ce n'est pas une jupe ! »
« Et c'est vrai que c'est pas très très joli, ces espèces motifs violet. »
« C'est lavande ! »

Le botaniste se tourna complètement vers lui avec un air confus. « Hein ? »
« La couleur, c'est lavande ! »
« Ce n'est pas une couleur, lavande... C'est une plante. »
reprit-il avec un air de plus en plus perdu.
« Je ne m'attendais pas à ce que vous connaissait les nuances de mauve avec le pull que vous portez... »
« Dis donc, je n'ai pas de remarque à recevoir de quelqu'un qui fait porter des jupes à des hommes. »
« Ce n'est pas une jupe. »
« Ah, alors vous appelez ça comment ? »


On n'eut pas le loisir de lui répondre, parce que l'assistant le traîna soudain un peu plus loin pour discuter. Bon sang, mais ils pouvaient arrêter tous de le trimbaler d'un endroit à l'autre sans lui demander son avis ?
« Je vous en supplie, aidez-nous. S'il y a le moindre problème, je vais me faire exterminer par ma chef. Ça fait le troisième avertissement qu'elle me donne et la dernière fois, c'était parce que son café était trop chaud, pour vous donner une idée. »
Benedikt regarda le jeune homme affolé et soupira. Difficile d'ignorer sa détresse quand lui aussi avait connu les patrons tyranniques et détestables. N'empêche que ; pourquoi c'était lui qui devait s'occuper de ça ? C'était ce styliste bizarre auquel il fallait parler !
« Et qu'est-ce que vous voulez que je fasse ? Je ne suis pas le Jiminy cricket de Vrass Rannveig ! C'est un winghox et il a sa fierté, moi je n'ai rien à voir là-dedans. Ce n'est pas de ma faute si vous avez des problèmes avec vos concept bizarres d'habillement. »
« S'il-vous-plaît ! Vous le connaissez bien, vous devez savoir comment vous pourriez le convaincre ! »
« Non, je ne sais pas... Et ce n'est pas comme si j'avais de bon arguments en tête alors... »
Benedikt s'arrêta, les yeux fixés sur un portant recouvert de vêtements éparpillés. Soupira. Jeta un coup d’œil au pauvre assistant qui se mettait à supplier à nouveau. Soupira encore.
« Pfffff, oui, oui, je vais voir ce que je peux faire... »

Quelques minutes plus tard, le botaniste revint auprès de Vrass, armé d'un joli sourire enjôleur et d'une robe à fleurs aux petites manches ballons. Pas dans les mains mais sur les épaules ; et avec ses baskets et son manque cruel de poitrine, Benedikt ressemblait à une gamine paumée des Ghettos.
Bon, évidemment, cela détruisait complètement son intention de passer inaperçu, parce que si le botaniste passait de dos plus ou moins pour une femme avec sa touffe de cheveux bouclés et son manque de poil aux pattes ; les mannequins ici étaient toutes bien plus grandes que lui, recouverte de ce qu'il appelait de la poudre de riz en Païlandune, et ne risqueraient pas de porter des baskets pendant leur défilé. Surtout pas avec une robe recouvertes de minuscules motifs de coquelicots.

Il attrapa le pantalon-jupe/pasjupe couleur lavande des mains du styliste encore en train de râler – mais beaucoup plus timidement, le winghox lui avait fait peur tout à l'heure – et se planta devant le tatoueur aussi fièrement qu'il pouvait dans son accoutrement.
« Vrass, écoute, ce n'est pas important. C'est juste un truc qui ressemble à une jupe. De toutes manières, t'auras l'air viril dedans quand même, comme dans n'importe quoi. Pourquoi ça t'embêtes ? Moi je suis pas encore mort, et vraiment, t'auras l'air carrément moins ridicule que moi là-dedans maintenant. J'y vais avec toi, si tu veux, s'il faut vraiment. »
Et à cet instant, Beneditk comptait sur la fierté du tatoueur pour décider d'y aller - puisqu'après tout, le botaniste pouvait le faire - et sur son bon sens pour refuser son offre, parce qu'il ne voulait absolument pas se retrouver de l'autre côté des coulisses, ce côté-là étant déjà terrible.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La mode vous va si bien...

Messagepar Vrass Rannveig » 11 Nov 2013, 11:30

Hors de question que je mette une jupe, et violette en plus! Ils ont pas compris que ma couleur à moi c'est le rouge? Ou le noir éventuellement? Surtout que le haut est déjà noir, on me file un truc classe et un truc ridicule, c'était hors de question!
Benedikt était arrivé et j'avais au moins daigné lâcher le styliste qui semblait en proie à une véritable panique. Je me mettais plus loin pour me calmer, les bras croisés à attendre qu'on se décide à me filer autre chose à porter. Cependant, ce fut un botaniste affublé d'une robe qui se présenta à moi, jugeant que je ne pourrais jamais être aussi ridicule que lui à cet instant.

Je soupirais en baissant les yeux avant d'agiter la main d'un air agacé
«Vire ça... ça te va pas du tout, et hors de question que tu montes avec moi affublé d'un tel truc. Je vais la mettre leur foutue jupe! Mais ils ont intérêt à faire en sorte que j'ai pas l'air ridicule en mettant des accessoires qui détourneront l'attention!»

D'une certaine manière, il avait réussi. On me filait donc un pantalon en cuir, assez moulant mais avec des coutures intéressantes à mettre dessous, puis une paire de bottes très larges - ce qui selon moi donnait un côté totalement bizarre mais bon. Je soupirais mais on me filait ensuite un grand manteau à mettre par-dessus. Bon, j'aurais aimé qu'il puisse se fermer devant, ça aurait totalement camouflé la jupe, mais non, il fallait évidemment qu''on la voit bien, donc il restait largement ouvert.

Je soupirais en disant que si au moins le t-shirt avait été violet aussi, on aurait pu penser que cette jupe était simplement le prolongement du haut, malheureusement, ce n'était pas le cas.
Enfin, au final, j'avais fini les essayages, on m'entraînait plus loin pour les essais de maquillage, et là, inutile de dire que de la même manière, ils avaient plutôt intérêt à faire gaffe, mais dans l'ensemble, ils ne changèrent pas grand chose. Ils soulignaient surtout mes yeux de noir, ça me rappelait Ohime Quinah en fait, et mes cheveux allaient être coiffés différemment selon la tenue aussi.

La journée avait défilé assez vite, et le soir venu, c'était le moment du défilé. Fort heureusement, j'allais justement commencer par la jupe, au moins après j'en serais débarrassé. J'enfilais le t-shirt rapidement, on pouvait voir mes tatouages au travers des espaces laissés par les fils, puis je mettais le pantalon de cuir et enfin cette fichue jupe. Non mais sérieusement, on voit quand même que c'est une jupe bordel! Et moulante en plus, bien serrée autour des fesses! J'ai l'impression d'être une prostituée de luxe! Bon j'allais éviter de dire ça à voix haute pour ne pas vexer Benedikt, bien que je doute qu'il ait eu à porter des vêtements de ce genre à l'époque.

Les bottes étaient larges, elles rappelaient un peu le style militaire mais comme si elles étaient ouvertes, c'était assez casse gueule, et le pantalon était si moulant que finalement, ça ressemblait davantage à des collants qu'autre chose! Bordel, heureusement quand même qu'il y a le manteau qui m'arrive jusqu'aux genoux, ça cache au moins les fesses.
La musique démarre, et je m'avance, le regard particulièrement sombre, le genre de regard qui dit clairement «le premier qui rigole, je le tue» mais ce fut bizarrement l'inverse, il y eut de nombreux applaudissements, mais je ne me laissais pas perturber. Allant jusqu'au bout du podium, faisant une pause pour les photos - et merde, des preuves - avant de faire demi-tour et revenir me planquer derrière le rideau afin d'être remplacé par un autre.

Maintenant, le plus dur était passé, la première chose que je faisais, c'était retirer cette fichue jupe, le reste devait aller normalement, mais j'étais clairement pas d'humeur!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La mode vous va si bien...

Messagepar Benedikt » 11 Nov 2013, 21:30

« T'inquiète pas pour ça ! »
Le visage du botaniste s'éclaira devant l'accord final de Vrass et il fila renfiler ses vêtements et sa dignité, jetant un pouce dressé à l'assistant en train de soupirer de soulagement.
Le temps qu'il revienne, le tatoueur était juste en train de commencer à défiler, et Benedikt se glissait dans un petit coin caché des spectateurs pour le regarder. L’expression assassine du winghox lui donnait bien envie de rire, mais mieux valait cacher ça dès que l’intéressé pouvait risquer de le voir, parce qu'il risquerait de se vexer bien facilement. Pour peu qu'il confonde ça avec de la moquerie, et ça allait prendre des jours pour être excusé, parce qu'après tout, c'est lui qui avait convaincu Vrass. Benedikt passa de toutes manières le reste du défilé à zieuter le tatoueur avec un air enchanté, tellement absorbé par son amusante admiration qu'il ne remarqua pas le jeune assistant de tout à l'heure se glisser à côté de lui à la fin.
« Venez, Vrass est sensé assister à la soirée d'après-défilé mais on ne vous laissera pas y rentrer. Mais avec les couturières, les assistants et tout le monde, on fête ça aussi dans les ateliers. »

Il y en avait, une, effectivement, où tout le monde grignotait et buvait bien plus chaleureusement que ce qu'on pouvait voir de l'autre côté du bâtiment, dans la soirée officielle pleines de robes de styliste et de smokings. Aiden, comme c'était présenté l'assistant, attrapa deux coupes de champagne sur une table et en tendit une à Benedikt ; « Tenez, pour m'avoir sauvé la vie, merci ! »
« Ah, elle ne tient pas à beaucoup de chose si c'est ça ! »
plaisanta son interlocuteur à bouclettes, avant de se sentir un peu gêné devant la réaction du jeune homme qui fit une tête de six pieds de long en guise de réponse, comme si ce n'était pas tout à fait faux.
« Ça n'a pas l'air très drôle, ce que vous faîtes... »
« Non, pas vraiment mais... »
L'assistant soupira, puis se mit à lui parler de son travail. Ce qui plût beaucoup au botaniste parce qu'il était finalement intéressant et très sympathique ; et puisqu'il devait attendre Vrass, alors autant le faire agréablement.

Jusqu'à ce que une bonne demi-heure plus tard, une jeune femme s'installe sur le canapé à côté d'eux, un large sourire sur les lèvres. Cela faisait dix minutes qu'elle observait Benedikt, et comme il n'était pas avec le tatoueur alors qu'ils étaient constamment collé ensemble, ça devenait très très intéressant. Vu l'état d’ébriété du jeune homme qui rigolait à n'importe quoi et était devenu foutrement pipelette, ça risquait d'être presque trop facile pour la journaliste de récupérer de quoi faire un article.
« Aaaah, Benedikt Bloom, justement, je pensais à vous il n'y a pas longtemps ! J'ai entendu dire que vous suiviez une psychothérapie avec Lawrence William Hayner ! Je me demandais bien quel terrible drame avait pu vous bouleverser à ce point... »
Le botaniste plissa les yeux en la regardant, penchant la tête sur le côté comme un chiot confus en murmurant doucement. Lawrence... William... Hayner... Il ne se posa même pas de questions à propos de l'identité de cette jeune femme qui lui posait une question personnelle. Trois verres de champagne l'avaient déjà rendu bien pompette.
« Psychothérapie...? Oh ! Oui ! Je le connais ! J'ai nettoyé son nouveau bureau. Mais je ne suis rien du tout chez lui... Je ne suis pas fou et je n'ai pas besoin de quelqu'un pour m'écouter non plus, alors ça ne servirait à rien. »

Aiden jeta un coup d’œil interrogatif à la journaliste, se demandant s'il devait faire quelque chose pour Benedikt, peut-être qu'il avait un peu trop bu pour se rendre compte de ce qu'il faisait ? Il avait quand même les joues bien rouges. En même temps, il n'avait aucune idée de si le botaniste avait l'habitude avec les journalistes, et là ça semblait quand même être le cas. Il était plutôt curieux de savoir pourquoi elle n'avait pas commencé à parler de Vrass tout de suite. Est-ce que l'assistant du tatoueur était célèbre aussi ? Il ne suivait pas trop les journaux et n'était pas sûr de l'avoir déjà vu quelque part. Et puis celle-ci ne semblait pas vraiment méchante, décida-t-il pendant qu'elle reprenait la parole ;
« Oh, très bien... Parce qu'on parle aussi de Viktor Zacharias Kobalt... On dit que vous avez eu une aventure avec lui... »
« AHAHAH, Viktor ? Vous l'avez vu ??? On peux pas l'imaginer en sous-vêtements ! C'est mal même dans ma tête ! Non, j'ai juste nettoyé son bureau aussi, par Alrik. Je crois qu'il vous en voudrait beaucoup de penser ça, vous savez. »
« Vous venez de me donner la même excuse pour M.Hayner ! Je croyais que vous étiez botaniste ?! »
« Je suis botaniste ! J'ai une boutique, maintenant ! Une vraie ! Je suis le patron et tout et tout. »
Le botaniste s'arrêta pour réfléchir, action hautement compliqué, apparemment, pendant que Aiden lui jetait un regard surpris. « Je les ai juste aidé parce qu'ils en avaient besoin... Et ils me payaient pour ça. En plus, c'est cool, de nettoyer. Après on est fier de soi et- oh, et ici, ils sentent vraiment bon, vos produits ! C'est comme les shampoings. » Le regard de Benedikt se perdit dans la foule devant lui et se mit à sourire. « J'adore tellleeeemmmeennt vos shampoings. »
« C'est drôle que vous dites ça, j'ai entendu qu'en Païlandune on ne se lavait pas beaucoup. »
« C'est pas vrai ! »
Le botaniste s'était soudain redressé en boudant avant de se remettre à réfléchir. « Heuuuu... Si, c'est un peu vrai mais ça dépend. Mais hé, on a pas l'eau courante, nous. Vous vous êtes déjà lavé avec de l'eau froide en hiver ? Vous avez déjà passé quatre heures à faire chauffer de l'eau dans une marmite, et après vous devez vous laver dans une bassine si bien qu'il fait super froid ou alors vous devez le faire là où il y a la cheminé et vous êtes obligés de vous mettre tout nu devant tout le monde ? »
« Non, effectivement... »
La journaliste se mit à sourire clairement et fit glisser le magnétophone un peu plus près de Benedikt sur la table basse recouverte de papier, de croquis et de petits morceaux de tissus. C'était vraiment le moment d'en profiter, tiens.

J'ai pas fait toutes les questions parce que ça commençait à faire très long. ^^ Mais je vais continuer dans mon prochain post !

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La mode vous va si bien...

Messagepar Vrass Rannveig » 11 Nov 2013, 23:54

Ma dernière prestation s'était terminée sur le costume de mariage. Et visiblement, ça avait également eu son petit succès. J'avais espéré pouvoir partir tout de suite après, malheureusement je me fis harponner pour une sorte de soirée VIP avec les mannequins, les stylistes et toute une flopée de journalistes. Sauf que voilà, les assistants n'étaient pas conviés, et je n'étais pas en mesure de m'éclipser.

Prenant mon mal en patience, je m'étais mis dans un coin alors que plusieurs mannequins tentaient de s'approcher de moi avec leur sourire charmeur. Autrefois, pour sûr que j'aurais joué le jeu, et d'une certaine manière, je le jouais puisque j'acceptais au moins de poser avec elles pour des photos. Au moins, les journalistes me foutraient peut être la paix avec Benedikt s'ils pensaient que j'étais encore un cœur à prendre. Certes, je ne faisais que les prendre par la taille, et je ne souriais pas alors qu'elles n'hésitaient pas à me tripoter un peu, mettant la main sur mon torse, ou sur ma joue. Mais je gardais toujours un air sombre, car au fond, je ne voulais pas non plus qu'on me prête une liaison avec l'une d'entre elles.

Une journaliste s'approchait pour m'interviewer, me demandant pourquoi j'avais accepté ce défilé alors que je n'étais clairement pas mannequin, et j'avais donc répondu simplement que dans mon métier, l'image était importante et qu'en dévoilant mes tatouages, je faisais aussi vivre mon commerce. La journaliste me demanda alors si je pouvais me mettre torse nu pour qu'on voit mieux mes œuvres aussi je m'exécutais sans broncher. Retirant ma chemise pour ne garder que le bas du pantalon de smoking. Je voyais bien que certains mannequins me regardaient d'un air mauvais, probablement jaloux de ma carrure presque naturelle. L'avantage d'être un winghox, on a tendance à produire plus facilement le muscle que la graisse. Il me suffit d'un peu d'entraînement tous les jours - et celui de Benedikt compte plus que le reste surement - pour avoir cette carrure, alors que ces types doivent probablement devoir s'acharner dans les salles pour garder la ligne.

Je ne posais pas spécialement bien que j'affichais cet éternel air fier de moi, et je pouvais voir le regard de la journaliste, ce genre de regard envieux avec ce désir de me sauter dessus. Mais je finissais par remettre ma chemise en lui lançant un autre genre de regard, du genre «tu peux toujours rêver».

La soirée avançait et je commençais vraiment à en avoir mare. Après encore quelques photos, j'étais autorisé à m'en aller, aussi je me dirigeais vers la petite soirée des assistants, j'attrapais le premier qui me tombait sous la main pour lui parler
«Hé... mon assistant. Benedikt Bloom, tu sais où il est?» - de toute évidence, il se passait quelque chose car ce type semblait sur le point d'éclater de rire. Il se pinçait les lèvres et me montrait une direction à suivre... oh oh... ça sentait le roussi!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La mode vous va si bien...

Messagepar Benedikt » 12 Nov 2013, 17:43

« Non, mais c'est quoi cette question, en vrai, je suis là parce qu'on a demandé à Vrass Rannveig de faire un défilé de mode ! »
Benedikt se mit à rire et remercia la journaliste pour la énième coupe de champagne qu'elle lui fourrait dans les mains. « Tout le monde trouve qu'il est parfait ! Tout le monde veut coucher avec lui ! Bien sûr que moi aussi. »
La jeune femme avait bien du mal à ne pas rire ; « Oh, et rien d'autre que le physique ? »
« J'ai jamais dit ça. Je dis pas qu'on se dispute jamais mais je lui fais entièrement confiance et c'est quelqu'un de très bien. Il a seulement un peu trop d'ego parfois, mais que voulez-vous ? Quand on est presque parfait... Pas étonnant qu'il soit connu dans tout Nideyle. »
Une des trois filles assises tout autour du canapé pour écouter parler le botaniste éclata de rire. Elles étaient venu pour entendre des commérages à propos de Vrass Rannveig qu'elles adoraient, mais décidément, c'était encore mieux de l'entendre de la bouche de celui-là.

« Oh, et puis j'imagine que c'est pratique d'avoir des relations avec lui... Il y a pleins de gens qui accepterait beaucoup contre n'importe quelle petite information sur lui. Ce ne serait que normal que vous en profitiez... »
« Vous voulez dire quoi ? C'est nul qu'il soit célèbre. On a toujours des ennuis à propos de ça. La dernière fois une journaliste a pris des photos de nous en train de... au lit. Chez nous ! On était chez nous ! »
Le botaniste plissa le nez à son souvenir. « C'est déjà énervant qu'on me confonde avec Mickaël de ce groupe de musique, là... Je préférerais que Vrass ne soit pas connu. Mais ce ne serait pas très bon pour son commerce, j'imagine. »
« Vous voyez, la preuve que c'est pratique parfois de profiter des avantages de la célébrité, quand même... En plus, Mickaël a sans doute des entrées là où on vous laisserait jamais aller... »

Le botaniste lui jeta un coup d’œil interrogateur.
« Oui... Et alors ? Je ne comprends même pas pourquoi on dit que je lui ressemble. Il est plus grand que moi et... vous avez vu son nez ?! Moi aussi je chanterais des histoires d'amour impossible si j'avais un nez comme ça. En plus, je ne trouve pas qu'il chante très bien. Au moins, Vrass n'est pas célèbre juste parce qu'il est beau, il est surtout vraiment doué en tatouages. »

La jeune femme désigna un des poignets recouvert de feuilles de Benedikt.
« Oui, on dirait que vous en avez profité...! »
« Oui !!! Il sont beaux, n'est-ce-pas ? »
Le botaniste tira sur le col de son pull pour montrer la loutre sur sa clavicule, puis continua en montrant le feuneton dans sa nuque. « Il m'a fait celui-ci, et celui-là, aussi, et certains ont des effets particuliers. C'est les seuls que j'ai mais j'aimerais bien m'en faire d'autres, le prochain sera sur ma hanche je crois. »
Il s'arrêta pour piocher dans un bol de saucisses cocktail qu'elle distribuait à tout le monde sauf lui, et la regarda comme si elle était stupide quand elle lui fit remarquer qu'il y avait de la viande dedans.
« Ben... Oui... Vous faîtes des saucisses sans viande à la Basse-ville ? »
« Oh, non, désolé, je pensais que vous étiez végétarien. »
« Non... J'aime juste beaucoup, beaucoup, beaucoup les légumes... »

Benedikt s'apprêtait à faire un joli discours sur la beauté des plantes comestibles quand le styliste qui avait fait porter une jupe à Vrass revint et s'installa en face d'eux avec un sourire en coin.
« Hé bien, votre cher winghox est en train de faire un vrai show, là-bas. Vous verriez les photos qu'il prends avec toutes ces filles. »
« Et alors, il fait bien ce qu'il veut, non ? Que je sache, il n'a probablement pas promis de les ramener chez nous. »
répliqua le botaniste avec un sourcil levé. Le styliste lui jeta un regard surpris pendant quelques secondes, avant de comprendre de quoi il retournait ; mais bon, pas très étonnant vu leur manière de se comporter l'un envers l'autre. Il avait dû lire ça un jour dans un journal, tiens, il ne s'était pas souvenu du gamin bouclé.
« Oh, oh, je ne sais pas si vous êtes au courant de la réputation qu'il avait il y a encore quelques mois... Les gens comme ça ont du mal à arrêter d'aller voir ailleurs... Et puis c'est quand même un winghox... »
Le nez du botaniste se plissa en accordéon.
« Qu'est-ce que vous en savez, vous ? Je suis tout à fait sûr que je le connais bien mieux que vous alors vous pouvez aller vous faire foutre avec vos remarques racistes. »
« Dis donc, si c'est pour parler comme ça à des Atlantes, vous pouvez retourner dans votre campagne païlandaise. Personne n'a besoin d’illettrés vulgaires ici ! »
« Oh, ben vous pouvez toujours aller vous faire foutre parce que je sais lire, écrire et compter. »
le botaniste compta fièrement jusqu'à trois sur ses doigts devant le styliste et se mit à sourire. « Et je viens d'Ephtéria, la plus grande ville du Nord, héhé. Alors apprenez à faire quelque chose d'utile, comme traire une vache, par exemple, si vous voulez m'intimider. Parce que fabriquer des vêtements bizarres, ça m'impressionne pas du tout et pourtant, je suis pas difficile. »
« Quand on voit la manière dont les gens comme vous s'habillent, mon travail devient d'utilité publique, je pense...! »
« Oh, mais qu'est-ce que vous avez tous avec mon pull, ils sont mignons, ces ours blan- Vrass ! »


Benedikt se leva prestement du canapé pour se jeter dans les bras du tatoueur à peine arrivé dans son champ de vision.
« Je te présente Onirie, et Aiden, les trois filles derrières, je connais pas leur prénoms, et lui, tu le connais et de toutes manières, je l'aime pas. Tu t'es amusé là-bas ? Ça avait l'air pleins de gens très riches ! Tu veux du champagne ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La mode vous va si bien...

Messagepar Vrass Rannveig » 13 Nov 2013, 18:54

Je n'aimais pas les rires que je pouvais entendre, aussi je me dépêchais de me frayer un chemin à travers les assistants et autres techniciens qui discutaient de tout et de rien, jusqu'à finalement entendre la voix du botaniste qui semblait vanter les mérites des gens du Nord... en m'approchant davantage, je reconnaissais l'une des journalistes avec qui il discutait et je venais m'approcher en croisant les bras d'un air sombre

«Je sais qui c'est... alors comme ça, je suis un monstre qui se sert de son fils comme carte d'accès hein?» - oh non, celle la, je l'avais pas oubliée! une vraie langue de vipère, pire que Sayah, si en temps normal, je me fous de ce qu'elle peut raconter, ce passage là ne m'avait pas plus, mais alors pas du tout - «Je suis sur que vous vous êtes bien amusée ce soir, avec un type comme lui totalement saoul, il va s'en dire que vous devez avoir votre lot de potins croustillants à souhait que vous allez pouvoir déformer à votre guise, très chère!»

Une part de moi voulait attraper Benedikt et l'emmener loin d'ici, mais je savais qu'elle en profiterait pour mettre encore en avant la brutalité du winghox, aussi, je préférais jouer une autre carte histoire de ne pas envenimer la situation. Il était possible que le gosse s'en veuille par la suite, mais je préférais ne pas rendre les choses pires encore de mon côté, lui au moins aurait l'excuse de l'alcool, pas moi.

«Je venais juste dire que je m'en allais. Je suis venu parce qu'on m'y a invité, pour faire un défilé suite à l'élection de Mister Nideyle, rien de plus. Je voulais juste te prévenir, tu peux rester encore un peu si tu veux.» - je me refusais à paraître menaçant, je ne voulais pas qu'on pense que je ne lui laissais pas vraiment le choix, et je lui souriais même avant de me tourner vers les journalistes

«Sur ce, Mesdames... je vous souhaite une bonne soirée. Je suppose que j'aurai droit rapidement à un compte rendu détaillé dans le prochain torchon qui vous sert de papier à potins...»
Puis je me dirigeais rapidement vers les vestiaires pour remettre mes vêtements. Je posais soigneusement le costume qu'on m'avait prêté pour la soirée sur un portique à proximité avant de réajuster ma veste et me diriger vers la sortie. Je savais en venant ici les risques que je prenais, et j'avais pourtant prévenu le gosse aussi, mais il s'est laissé embarquer par l'alcool. Quelle poisse... je jetais tout de même un petit coup d'œil inquiet vers lui, j'avais l'impression de laisser un petit mouton tout seul au cœur d'une meute de loups...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La mode vous va si bien...

Messagepar Benedikt » 13 Nov 2013, 23:16

Benedikt s'était retourné pour regarder le tatoueur partir avec un air de chaton contrit.
« Ah, Vrass, attends, je vais rentrer avec t- »
« Mais laissez-le rentrer s'il veut, vous pouvez vivre sans lui, non ? »
La journaliste lui sourit de toutes ses dents, un peu comme un requin, mais dans une jolie robe moulante.
Le botaniste haussa les épaules en boudant un peu, mais resta au final calé dans le canapé. Si le tatoueur avait voulu qu'il rentre avec lui, il l'aurait dit clairement, non ? Il disait toujours les choses comme elles étaient et comme il voulait qu'elles soient. S'il lui proposait de rester, c'était que ça ne le dérangeait pas... Benedikt se fit la réflexion que c'était peut-être une mauvaise idée de rentrer trop tard dans les Ghettos, mais bon... Son esprit était déjà bien trop noyé dans l'alcool pour vraiment s’inquiéter de ça.

Il aurait dû, pourtant, parce que cela lui aurait éviter de se retrouver dans l'appartement du jeune assistant à minuit et demi, tellement soûl qu'il rigolait à chaque fin de phrase d'Aiden, que ce soit sensé être drôle ou non. Et que même quand des mains baladeuses se posèrent sur lui, le botaniste continua de blablater des idioties de moins en moins compréhensible sans trop préoccuper, jusqu'à tout devienne assez insistant pour traverser son cerveau ralenti. Il ne commença pourtant à se poser réellement des questions sur la situation que lorsque lorsqu'on l'embrassa pour la troisième fois.
Le botaniste fronça les sourcils, en pleine confusion, les yeux baissés sur le jeune homme qui s'affairait avec la fermeture de son pantalon. C'était pas que des mains étaient vraiment malvenues à cet endroit, mais...
« T'es pas Vrass... »
« Heureux que tu t'en aperçoives maintenant. »
rigola son interlocuteur qui ne s'attendait pas à voir gigoter soudain Benedikt avec autant d'énergie et de panique, et recula avec étonnement pour éviter de se faire taper dessus par accident. Le jeune homme leva ses mains en signe de paix et laissa échapper un dernier sourire qui se voulait rassurant.
« Oh, panique pas, il est pas là... Il n'y a que nous deux ici... »
« Laisse-moi m'en aller ! Me touche pas ! »
« Hé, pas la peine de te mettre dans cet état-là, c'est bon, je vais pas te violer non plus... Benedikt. Tu m'écoutes ? Calme-toi ! Je comprends rien à ce que tu racontes ! »

Mais le botaniste se mit à pleurnicher en réponse en s'éloignant maladroitement. Difficilement de tenir debout, dis donc, en fait. Ce qui fit paniquer encore plus ce dernier, mais ne l'empêcha de s'enfuir de l'appartement après quelques échanges verbaux qui réanimait véritablement l'expression « dialogue de sourds ».

Ce ne fut qu'après avoir parcouru avec empressement les rues de la Basse-ville pendant un quart d'heure qu'il s'aperçut qu'il avait oublié de récupérer son manteau avant de partir, et que c'était probablement pour ça qu'il faisait si froid. Dommage pour Benedikt, il n'avait aucune idée d'où il pouvait bien être, et c'était déjà pas brillant niveau sens de l'orientation quand il était sobre. Le botaniste mit trois bonnes heures à rentrer jusqu'à la boutique de tatouage, resta trois minutes devant la porte à chouiner son incertitude, avant de décider qu'il se les gelait trop pour rester dehors. Il finit par s'endormir le nez dans le creux de ses bras posés sur la table de la cuisine.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La mode vous va si bien...

Messagepar Vrass Rannveig » 14 Nov 2013, 12:31

Je n'aimais pas ça... mais pas ça du tout. J'avais l'impression d'abandonner Benedikt comme on laisserait un mouton au sein d'une meute de loups. Mais je ne voulais pas qu'on le prenne pour un chien qui me suivrait partout, et même si j'avais espéré qu'il rentre avec moi, les effets de l'alcool et de l'influence des gens autour de lui l'incitèrent finalement à rester là.
Les mains dans les poches, je sortais de l'établissement, réfléchissant à si je l'attendais pour le surveiller quand même, ou bien si je devais rentrer.

J'avais finalement attendu, mais pas trop longtemps. Il faisait tout de même froid, et il ne semblait pas décidé à sortir, aussi je fermais les yeux et d'un petit pop, j'étais rentré à la maison. Je n'avais pas faim, j'avais grignoté des cochonneries à la soirée, aussi je montais directement pour me prendre une douche bien chaude. La journée avait été longue, mais j'étais surtout bien trop inquiet pour Benedikt pour vraiment avoir envie de dormir. J'étais tout de même allé me coucher, mais je gardais une main sur la perle à mon oreille, comme si je guettais ses émotions... mais ça ne marchait pas comme ça, il fallait qu'il ait envie de m'appeler pour que ça marche.

Je m'endormis quand même, mais je me réveillais en sursaut en ayant une sensation de panique... le bruit des battements d'un cœur qui bat trop vite, et un frisson glacé sur la nuque. Difficile de savoir de quoi il retournait, mais une chose était sure, j'étais incapable de me rendormir. Finalement, j'entendis la porte d'en bas et je soupirais de soulagement. J'attendis un peu avant de descendre, me demandant ce qu'il se passait avant de retrouver le gosse recroquevillé sur lui-même sur la table de la cuisine. Fronçant les sourcils, je le trouvais débraillé et en plus, il n'avait pas son manteau. J'imaginais le pire évidemment, aussi je détournais les yeux avant d'aller quand même le chercher. J'avais l'habitude maintenant qu'il s'endorme comme ça, la plupart du temps le nez calé au creux d'un livre. Je le soulevais doucement pour le blottir contre moi avant de remonter à l'étage, puis je le posais en douceur sur le lit et je le déshabillais, voyant la ceinture de son pantalon dont le cran n'avait pas été mis correctement.

J'étais en colère, mais après moi surtout. Je l'avais laissé tout seul, il a du comprendre que je le laissais faire ce qu'il voulait, que je m'en fichais, que je l'abandonnais. J'ai fait ça pour protéger nos vies privées, qu'il ne soit pas catalogué comme mon esclave, et que les journalistes nous foutent un peu la paix, mais je savais que non seulement, on aurait droit à un scandale à la con, mais qu'en plus.. ça serait surement pire. Il avait froid, aussi je le glissais sous les couvertures avant de passer quand même derrière lui, jouant le rôle de la grande cuillère pour une fois. D'habitude, c'est lui qui s'agrippe à moi comme un koala à sa branche, mais là... j'avais un peu peur de sa réaction à son réveil.

Je l'enfermais un peu dans mes bras quand même, enfouissant mon nez dans ses boucles brunes. Il me fallut du temps pour me rendormir quand même, mais je savais que j'allais passer une mauvaise nuit, et que le réveil ne serait surement pas agréable non plus.


===========================
On retourne chez Vrass

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart


Retourner vers La Basse-Ville et son Dôme

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron