Que faire… ?

Bâtie après le crash de l'Atlas IV, c'est une ville complexe à la pointe des nouvelles technologies, futuriste, propre, et protégée par un Dôme d'énergie fort curieux.

Image

Re: Que faire… ?

Messagepar Antiphane Bevnadin » 29 Nov 2012, 20:08

Antiphane était dans de beaux draps ! Il devait se rendre au poste de police sans qu'on ne lui demanda son avis alors que à l'herboriste on lui donnait le choix. Il ne répondit pas, de toute manière c'était plus un ordre qu'une invitation et ce type aux cheveux roses semblait se foutre totalement de l'avis des autres. Ce qui n'était pas plus mal ! Quant au marchand, il décida de les accompagner alors que s'il le voulait, il pouvait partir dès maintenant. Antiphane lui en était vraiment reconnaissant même s'il ne le montra pas. Avec lui, il y avait peu de chance que les choses tournent mal.

Alors qu'il angoissait de se rendre au poste, une toute petite part de lui attendait ce moment avec hâte. Quand ce flic se pointerait au poste avec cette tête, tout le monde allait lui rire au nez ! Et il l'avait bien mérité. Le gentil petit marchand revint juste après avoir couru à droite à gauche à travers la boutique. Il pouffa de rire comme un gosse, mais se justifia aussitôt. Maintenant qu'ils étaient tous prêts à partir, Antiphane quitta la boutique et profita d'avoir le dos tourné pour sourire discrètement.

Ils prirent le chemin du poste de police avec le flic à la tête du petit groupe qui devait se réjouir de les emmener dans ce trou à rats. Ce climat ressemblait fortement à celui des prisons, il était comme un prisonnier que l'on emmenait dans sa cellule. Mais il cherchait à s'auto-rassurer. Tout allait bien se passer se disait-il, que pouvait-on lui reprocher ? Il n'avait rien fait, au contraire ! Comme tout honnête citoyen il avait aidé un marchant en détresse. Antiphane se perdit dans ses pensées le temps du trajet qui lui paru alors très bref.

Avant de rentrer il s'adressa à l'herboriste.

« C'est gentil de votre part de nous accompagner... Vous savez, je n'ai jamais apprécié ce genre d'endroit. »

Même s'il ne le disait pas clairement, il remerciait Benedikt car sa présence le rassurait grandement. Il s'adressa ensuite au policier.

« Après vous, monsieur l'agent »

Cette petite touche d'ironie ne pouvait que lui faire du bien tant il était angoissé. Mais il devait à tout prix ne rien laisser paraître. Ce satané type allait enfin se confronter à ses collègues et allait à son tour être humilié...

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Que faire… ?

Messagepar Viktor Zacharias Kobalt » 02 Déc 2012, 01:07

L'imbroglio est fini mais je garde le sort jusqu'au lendemain matin :p


http://nideyleforum.free.fr/kits/speciaux/viktorrose.jpgViktor haussa les épaules face au refus de Benedikt. S'il y avait bien un truc qui l'agaçait – parmi tout un tas d'autres trucs très agaçants – c'étaient les gens qui préféraient laisser leurs agresseurs tranquilles sous prétexte que « c'était pas bien grave » ou que « c'était de l'histoire ancienne ». Une chose était sûre, si un petit malin s'avisait de toucher un seul cheveux de sa fille, prescription ou pas, le jour où il mettrait la main sur le coupable, ce dernier passerait un très, mais alors très mauvais quart d'heure ! Que ça fasse longtemps ou pas... qu'il se souvienne de sa victime ou non... qu'il se soit rangé depuis ou qu'il ait fini rongé par le remords, rien à carrer. Œil pour œil, dent pour dent comme on disait. Et les dents, Viktor les lui pèterait sans sourciller.

En attendant, le petit herboriste préférait « oublier ». Grand bien lui en fasse... mais pas dit que son agresseur lui en soit reconnaissant.

Puis du haussement d'épaules, le lieutenant passa au soupir las. Il était crevé, on l'avait dérangé devant une émission savoureusement débile, et voilà qu'il devait retourner au poste... enfin dès que conchita aurait fini son ménage. Ce qui fut le cas assez rapidement en fin de compte. Intéressant... il voulait pas venir faire la même chose chez lui par hasard ? Non ? Le regard délavé de Viktor s'assombrit alors, un poil vexé que le gosse ne soit pas encore suffisamment traumatisé pour se permettre de rire aux éclats. Et ben quoi ? Il allait finir par croire qu'ils étaient vraiment roses, ses cheveux, à force ! Enfin... mettant cette hilarité sur le compte du stress, notre lieutenant ne s'alarma pas davantage de son état capillaire et ouvrit la voie vers le commissariat, marchant poings dans les poches derrière ses deux témoins. Et le premier qui s'avisait de se faire la malle atterrirait au poste assommé !

Mais ce ne fut pas le cas. Dommage.

Lorsqu'ils arrivèrent en vue du commissariat, Viktor grommela. Deux voitures de police dont les sirènes clignotaient silencieusement étaient garées devant la porte. Sans doute un coup de filet... mais pas moyen qu'il s'en occupe ce soir. Lui, il prenait les dépositions de ses deux oiseaux et il rentrait chez lui aussi sec. Rien de plus ! En gravissant le perron, les trois hommes croisèrent un planton occupé à surveiller les véhicules. Interloqué, il regarda passer le lieutenant avec un drôle d'air sans oser prononcer un seul mot toutefois. Viktor, lui, ne fit même pas attention à sa tête d'abruti et s'engouffra dans le poste de police bondé. Comme d'habitude, quoi. Les regards se levèrent brièvement vers lui, mais au lieu des éternelles grimaces, œillades filantes ou désintérêt méprisant – voir parfois craintifs – notre bon flic pourri eut droit à tout un éventail de sourires... Ce qui le fit s'arrêter tout net.

Sans blague, tout le commissariat se foutait de sa gueule là, il rêvait pas ?

« Sympa la coupe de ch'veux. » Lui lança N'GUYEN en passant en coup de vent, un dossier entre les mains.

Par réflexe, Viktor se passa les doigts dans les cheveux, cherchant une éventuelle plante verte qui s'y serait logée. On ne savait jamais, y'en avait bien une qui avait essayé de le bouffer tout cru ! Peut-être bien qu'une autre avait perdu ses pétales sur le sommet de son crâne ?

« Vous fêtez Halloween lieutenant ? Ricana un autre en lorgnant sur ses cheveux, avant de lui tendre une chemise cartonnée. Le rapport d'autopsie pour le collectionneur fou.
_ C'est quoi le problème avec mes cheveux ?
_ Vous êtes sérieux...? »
Se marra l'autre en repartant.

La mine renfrognée, Viktor fit demi-tour avant de s'arrêter devant les grandes baies vitrée. La lumière du commissariat en opposition avec l'obscurité de la rue les transformaient en grands miroirs dans lesquels il pu se reluquer à loisir... et il ne fut pas déçu du voyage !

« C'QUOI CE BORDEL ?!! Faisant volte-face, il fixa Benedikt comme s'il allait le transpercer du regard. C'est une de vos plantes qui m'a fait ça ? »

La main plaquée sur la tête comme pour dissimuler l'indissimulable, il mâcha quelques mots d'un air furieux. Merde, question réputation, il en prenait un sacré coup là.

« Eh Kobalt ! Éteignez vos cheveux ça nous ébloui ! »

Journée de m... ouise !

Avatar de l’utilisateur
Viktor Zacharias Kobalt
Humain(e)

Crédit: 118.00 Ore(s)
Pelel'je: Oui
Métier: Lieutenant de police
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200

Re: Que faire… ?

Messagepar Benedikt » 02 Déc 2012, 15:07

« On a essayé de vous prévenir mais vous ne vouliez pas nous écouter. »
Le ton de Benedikt était presque chantant, malgré le fait qu'il tentait de rester correct pour ne pas s'attirer des problèmes. Il avait simplement essayé de rendre le « tu vois, je te l'avais dit ! » qu'il aimait tant annoncer aux gens qui ne l'écoutaient pas un peu plus formel et respectueux.
Et pourtant, même si l'état capillaire du lieutenant le rendait nettement moins effrayant, son regard en train de lancer des éclairs fit reculer d'un pas le botaniste. L'idée de se prendre un poing dans la figure n'était pas très agréable et pas si impossible. Benedikt n'était guère au courant que les forces de l'ordre à la Basse-ville avaient des règles un peu plus stricte que les soldats de Païlandune en terme d'atteinte à la personne, et la présence d'autres policiers tout autour d'eux ne changeaient ainsi rien pour lui.
« Je ne sais pas exactement ce que vous appelez mes plantes parce qu'elles ne m'appartiennent pas, mais si vous parlez de l'herboristerie et de tout ce qu'elle contient, non, ça n'a rien à voir avec votre état. Aucune de mes préparations ne permet de changer la couleur des cheveux. »

Il était possible de Benedikt se doute bien que l'origine du rose imprévu était à chercher du côté de Sayah, section Shaman. Il était aussi possible que le botaniste soit au courant de la potion qu'il vendait contre les sortilèges. Il était possible qu'il l'ait subitement oublié le temps de voir comment la situation se déroulerait, histoire de voir comment se débrouillait le lieutenant et de s'amuser un tout petit peu à ses dépends après qu'il les ait traité si impoliment. Oups.
Le botaniste culpabilisa juste un peu de son attitude, se traita de gamin, avant de décider que cela pourrait devenir une leçon d'humilité pour l'espèce d'ours en uniforme qui pensait que hurler sur les gens était la manière habituelle de communiquer. Il lui rendait service, en quelques sorte, non ? Benedikt se serait inventé une autre excuse si besoin tant il avait envie de voir un nouveau regard éberlué et hilare se poser sur les mèches rose bonbon. Et puis, ce n'était pas si grave, comme sort, quand même ! D'autant plus qu'il était presque sûr que l'homme tatoué qu'il accompagnait serait du même avis que lui.

Et puis le botaniste ne pouvait pas s'attirer la fureur de la pauvre victime tant qu'il n'était au courant de rien ! Il avait tout le temps d'imaginer la manière la moins suspecte de tout lui dévoiler enfin. Autant que sa tête d'ange serve à quelque chose, il n'était pas doué pour mentir, mais beaucoup plus pour jouer celui qui vient de se rappeler de ce qu'il aurait dû savoir avant.
Son attention délaissa complétement son client tatoué et celui qui les avait amené ici pendant quelques secondes lorsque deux policiers passèrent de chaque côté d'un homme menotté apparemment très mécontent. Le regard de Benedikt les suivit jusqu'à ce qu'ils disparaissent derrière une porte, et il se retourna vers le lieutenant.
« Qu'est-ce qui lui arrive, à cet homme, si je porte plainte contre lui, en fait ? » demanda-t-il alors son regard glissait ensuite vers ses cheveux, attiré inconsciemment par la couleur comme les papillons de nuit par les ampoules - réaction partagée par tout le commissariat, de toutes évidences -.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Que faire… ?

Messagepar Antiphane Bevnadin » 07 Déc 2012, 20:14

Ses collègues étaient vraiment moqueur vis à vis de ses cheveux. C'était vraiment... dommage ! Dans tous les cas Antiphane savourait ces moments où chacun se moquait de lui à tour de rôle. Le meilleur était de voir son regard à la fois furieux et idiot, parce qu'il ne comprenait pas ce qu'il se passait. Le comble fut lorsqu'il accusa le pauvre petit herboriste chétif. Un policier arriva vers le trio, cette fois-ci plus sérieux que les autres.

« Il se passe des choses étranges par ici ! C'est du jamais vu ! »

Puis il partit laissant sous-entendre qu'il se passait quelque chose d'anormale. Tout cette bonne ambiance fit oublier le temps d'un court instant pourquoi ils s'étaient rendus au poste. Cet événement lui faisait beaucoup de bien et cela l'aida même à être plus décontracté. Une chance ! Benedikt voulut se renseigner sur les conséquences d'une plainte. Antiphane ne lui répondit pas, ce n'était pas à lui de le faire. Mais il savait que porter plainte n'était pas une bonne idée. Il suffisait que le type dont il était question sorte de taule et le voilà décidé à se venger. Non, le mieux était d'agir soi-même, ou plutôt de décider – soi-même – de faire agir un autre pour être certain de ne prendre aucun risque. Il existait des types, plus ou moins louches, qui en échange de quelques pièces pouvait vous débarrasser de ces vermines qui dérangeaient les braves hommes.

Il soupira. Le tatoué n'avait pas l'intention de passer sa nuit dans cet endroit. C'est à ce moment précis qu'arriva un grand blond, et ses cheveux étaient réellement blonds, et s'adressa à Viktor lançant un regard en biais aux deux individus qui l'accompagnait.

« Ils sont les agresseurs ? »

Antiphane sentit dans sa voix de l'étonnement, un peu comme s'il était étonné, voire déçu. Il avait l'air d'être le genre de type à collectionner, non pas ses conquêtes, mais ses prises. S'il avait été un chasseur, il aurait été du genre à accrocher les têtes sur ses murs. Même s'il paraissait vraiment malsain, Antiphane fut rassuré de savoir qu'il n'avait pas la tête d'un brigand. Puis le blond rajouta en désignant Antiphane du menton.

« Tous les mêmes... »

Finalement il ne semblait pas passer inaperçu. Mais il ne se dégonfla pas, bien au contraire il se sentait prêt à défendre son image coûte que coûte.

« Je me permets de préciser que je fais partie, avec Monsieur Bloom, de ceux qui ont défendu ces malheureux... »

Pourquoi diable tout le monde le prenait-il pour un méchant ?

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Que faire… ?

Messagepar Viktor Zacharias Kobalt » 05 Jan 2013, 21:45

http://nideyleforum.free.fr/kits/speciaux/viktorrose.jpgLes yeux bleus délavés du lieutenant se plantèrent de nouveau sur Benedikt, l'air de lui en vouloir à mort. Le prévenir, qu'il disait. Il en avait de bonnes lui. Comme si avec sa tête de mule il était susceptible d'écouter les conseils avisés de qui que ce soit, le Viktor. Il aurait fallu qu'on lui colle un miroir sous le nez pour bien faire - et encore - mais lui dire « attention monsieur, vous avez les cheveux roses », pensez-vous. Autant pisser dans un violon, comme on disait. Cette poisse ! Il regarda encore son reflet tout en passant vainement ses grosses paluches dans ses cheveux comme s'il espérait faire disparaître sa nouvelle couleur par magie. Après tout, ils s'étaient bien colorés par magie, non ? Un grognement résigné et un soupir plus tard, il se redressa pour guider ses deux témoins dans son bureau.

« Vous avez changé de bord lieutenant ? Ricana un officier d'allure sèche et étriquée.
_ Ça va, j'ai l'air con ce soir on a compris. Moi au moins c'est pas toute l'année. Et non, c'est pas les agresseurs. Répondit-il au grand blond en ignorant totalement l'autre. Tu vois bien qu'ils ont pas de pinces ! Je prends leurs dépositions, vois avec l'Escadron pour un type à eux dans le quartier. Ils ont des balises au cul en continu, ce sera pas dur d'avoir son identité. J'ai besoin de son témoignage aussi. »

Le lieutenant jeta un œil au hall du commissariat. Si les lieux grouillaient comme une véritable fourmilière en temps normal, ce soir, c'était comme si on y avait foutu un coup de pied. Une grosse braillait qu'elle n'entendait plus rien tandis que son mari ne semblait plus capable de s'exprimer autrement qu'en miaulant... et ce n'était rien comparé à un genre de cousin machin qui hurlait à qui voulait l'entendre que ses poils n'arrêtaient pas de pousser... Les joies d'halloween !

Viktor referma la porte de son bureau derrière lui et ses précieux témoins, étouffant le chahut du couloir. Et puis même que pour être tranquille, il baissa les stores intérieurs et extérieurs avant de s'affaler dans sa chaise.

Sans surprise, les lieux étaient envahis d'un bazar monstre, sans artifice. Les dossiers s'empilaient comme des tours de Pise – et pourquoi « pise » d'abord, aucune idée - au bord d'un équilibre précaire dans tous les coins. Les étagères croulaient sous le poids des boîtes de rangement déformées par la quantité de papiers entassés à l'intérieur. Seul un canapé deux places au tissu fatigué et aux assises avachies était curieusement dégagé, rapport au passage d'une gamine quelques jours plus tôt. Une veste en cuir jetée sur un accoudoir. Une corbeille à papier débordant d'emballages de fast-food et un pot d'où surgissaient quelques crayons en piteux état. Le bordel, oui, mais organisé ! Oui monsieur.

« Bon... »

Dire que c'était supposé être son jour de relâche... Aaron allait encore lui devoir des heures sup'. Posant sa main à plat sur son clavier histoire de réveiller son ordinateur, Viktor reporta son attention sur Benedikt, jetant tout de même un œil aux réactions du cortesian. Boudiou qu'il n'aimait pas les cortesians...

« Ça dépend de ce qu'il vous a fait. En général ce genre de type s'en tire avec quelques travaux d'intérêt général et une amende. Vous demanderez à votre pote héros... Lança-t-il avec un sourire sardonique. Il connaît. »

Fallait bien qu'il se paie un peu la tête du botaniste, vu que tout le commissariat se payait la sienne.

« Bon alors on va tenter des portraits robots de vos gugus. » Reprit-il en s'adressant cette fois à Antiphane.

Prenant sur lui pour ne pas l'envoyer voir ailleurs s'il y était – il pouvait deviner cette pensée au fait ? - le lieutenant usa d'un ton le plus neutre possible. Il avait beau ne pas aimer son « client », il avait besoin de son témoignage pour confondre les agresseurs. Parce que pour le coup, s'il y avait un truc qu'il aimait encore moins que les cortesians, c'était les gros malins qui prétendaient imposer leur loi par la violence. Il allait leur imposer la sienne, de loi, ça allait leur faire tout drôle ! En attendant, donc, il fallait que le tatoué coopère. Et pour que le tatoué coopère, il fallait le cajoler un peu. Être un peu faux cul quoi.

« Vous avez qu'à vous concentrer sur un seul, celui dont vous vous souvenez le mieux. Mélangez pas avec les autres, t'façon si j'en chope un, je vous garantis qu'il me donnera ses petits copains rapidos. »

Et ça, cheveux roses ou pas.

Avatar de l’utilisateur
Viktor Zacharias Kobalt
Humain(e)

Crédit: 118.00 Ore(s)
Pelel'je: Oui
Métier: Lieutenant de police
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200

Re: Que faire… ?

Messagepar Benedikt » 14 Jan 2013, 01:52

Alors là, je m'excuse platement, j'ai mon post écrit depuis sans doute une semaine, et j'ai oublié de le poster. :sifflote: C'est simple, si je n'ai pas dit que j'étais absent mais que je ne n'ai pas répondu sous 3-4 jours, j'ai juste oublié et vous avez le droit de me harceler, parce que j'ai la tête comme une pastèque ; c'est rempli d'eau. ^^

Benedikt se demanda ce que pouvait bien être des travaux d'intérêts général. À prendre au pied de la lettre, cela semblait difficile quand même à définir. Qu'est-ce qui être de l'intérêt général, dans cette ville ? Les écoles, les routes ? Les sourcils du botaniste se froncèrent d'autant plus à la mention de son « pote héros ». Voilà qu'il se moquait encore de lui. Et dire que son état capillaire était sensé le remettre à sa place ! Il lui en fallait apparemment plus pour se démonter.

« Ce n'est ni mon pote, ni un héros... Mais je lui demanderais. » répondit-il, se retenant de rajouter qu'il serait effectivement plus efficace de poser des questions au tatoueur qui lui aurait l'amabilité de bien vouloir lui expliquer.

Il se laissa tomber sur une des deux chaises qui se trouvaient en face du bureau du lieutenant, et jeta un regard mauvais sur une pile de papier qui menaçait de s’effondrer sur lui. Après avoir passé la journée entière à ranger parfaitement en ordre jusqu'aux tréfonds de l'herboristerie, l'envie de classer tout ces dossiers branlants le démangeait. Il fallait espérer que cela ne devienne pas une habitude, sinon Iza allait rapidement piquer une crise de nerf.
Bon, il accompagnait son client mais maintenant ils n'avaient plus besoin de lui. N'ayant aucune idée à quoi pouvait bien ressembler les agresseurs de celui qui lui-même lui était tombé dessus quelque temps auparavant, il laissa Antiphane s'occuper des portraits robots, quoique cela puisse être – apparemment, simplement des portraits, justement, pourquoi leur donner un nom spécial ? -. Son esprit s'envola rapidement vers autre chose. Et pourtant, dans le bureau mal rangé, il n'y avait pas grand chose susceptible de retenir longtemps son attention.
Un vieux canapé, qui donnait bien envie au botaniste d'aller s'y affaler pour commencer la nuit de sommeil qu'il méritait. Quoique, arriverait-il à s'endormir avec la crainte de se faire ensevelir sous les dépositions et autre rapports, et monsieur muscle au cheveux rose dans la pièce ?
Des dossiers par milliers, un peu partout, dont un sur le sol qui semblait être tombé de plus haut depuis un peu de temps. Une photo plutôt effrayante d'un corps sans vie complètement mutilé s'en échappait en partie, et Benedikt la repoussa du pied à l'intérieur du dossier avec une grimace, ravalant sa salive.
Sous la photo, il y en avait une autre, beaucoup plus petite, d'identité, accrochée par une agrafe à une page A4 imprimée, – bien qu'il ne savait pas qu'on les appelait comme ça -. La touffe brune bouclée et une certaine forme de visage firent froncer les sourcils du botaniste qui jeta un coup d’œil au deux autres personnes à côté de lui pour vérifier qu'elles étaient occupées avant de se pencher légèrement. Il lui fallu quelques instants pour déchiffrer les petits caractères, mais en revanche il s'aperçut bien vite qu'il ne s'agissait pas de lui. Apparemment, ce fameux chanteur sensé lui ressembler avait été arrêté pour possession de stupéfiants ; Benedikt se mit à sourire sans faire exprès – qu'est-ce que c'était encore que ça ? -. Ce type-là verrait sûrement sa tête dans les journaux bientôt – s'ils pouvaient s’intéresser aux accidents, non doute que les arrestations étaient encore plus prisées -, probablement ! Mais après tout, le dossier remontait peut-être à un bon bout de temps, Benedikt ne pouvait lire qu'une partie et assez mal.

« Je vous demande pardon, qu'est-ce que c'est, des stupéfiants ? »
La question s'adressait aux deux hommes dans l'espoir qu'au moins l'un des deux lui répondrait, après tout, son client venait de la Basse-Ville, il pourrait peut-être être au courant, et le lieutenant avait une patience assez réduite pour les questions, de toutes évidences.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Que faire… ?

Messagepar Antiphane Bevnadin » 16 Jan 2013, 20:45

La porte de referma derrière lui dans un claquement sec. Même si cela signifiait qu'ils allaient passer un petit tête à tête ensemble, Antiphane fut soulagé d'être coupé du brouhaha naissant dans le hall. Ce soir, il n'y avait pas que la tête du flic qui était bizarre. Il prit place aux côtés de Benedikt sur le second siège libre. Il observait discrètement la pièce pour découvrir que le bureau était aussi dérangé que le type à qui il appartenait !

Le silence se faisait long et la seule occupation du tatoué était le flic qui s'attelait sur son ordinateur. Il remarquait parfois un regard furtif dans sa direction. Il se demandait bien pourquoi il attirait de tels regards, mais cela ne lui faisait ni chaud ni froid, peut-être était-ce la couleur de ses cheveux qui le rendait moins menaçant. Puis enfin, il en vint aux faits.

« Un seul suffira ? » commença-t-il par demander. « C'est parfait, je me souviens pas des autres. » Il leva le menton, observant alors le plafond. Il devait à tout prix détourner son attention de cette chevelure qui était plus que déconcertante !

« Comme je vous l'ai déjà dit tout à l'heure à la boutique, je me souviens du chef de bande qui était roux, les cheveux mi-longs. Je me souviens surtout de ses yeux, ils étaient de couleurs différentes, on ne voyait que ça... C'est pas vraiment courant de voir ça. L'un était vert et l'autre bleu. »

Il visualisait à présent l'image de ce type au plafond. Pour le moment il décida de ne rien rajouter. Il ne savait pas si le flic allait s'en contenter, mais de toute manière il n'allait pas inventer pour le plaisir de ce dernier. Il y avait cependant de fortes chances que cela allait convenir, car ce n'était pas les mecs hétérochromes qui courraient les rues !

Alors qu'il allait enfin prendre la peine de préciser que c'était tout ce qu'il avait à dire, Benedikt, qui jusque là semblait endormi sur sa chaise, demanda ce qu'étaient des stupéfiants. Antiphane était surpris d'entendre une telle question ! Il crut même un instant avoir mal compris ce qu'il avait dit de manière si candide. Il le dévisagea et aperçu le temps d'un instant un jeune enfant qui découvrait le monde.

« Des drogues ! Ce sont des drogues. » précisa-t-il à l'intention de Benedikt. « Sinon c'est tout ce que j'ai à dire... à propos de la description évidemment ! »

Quelqu'un frappa à la porte. Cette personne entra sans même en avoir reçu l'invitation et dit à l'adresse du flic.

« Victor, le jeune homme est mort ! »

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Que faire… ?

Messagepar Viktor Zacharias Kobalt » 17 Fév 2013, 01:08

Voilà, désolé. Un mois de retard punaise >< Fouettez-moi !


http://nideyleforum.free.fr/kits/speciaux/viktorrose.jpgUn rictus mal contenu déforma le visage moche du lieutenant balafré. Voir le petit botaniste faire mine de se vexer parce qu'un flic mal aimable écorchait la réputation de son petit copain ; et se douter que s'il ne se faisait pas remettre à sa place, c'était uniquement à cause de la crainte que sa carrure inspirait (quoi que se retrouver embarquer au poste devait faire son petit effet également), ça le faisait bien marrer. C'était petit, c'était mesquin, c'était complètement con de sa part, certes. Mais ça n'en restait pas moins satisfaisant quand sa chevelure rivalisait avec la peinture métallisée du carrosse de Barbie. Fallait bien se faire plaisir de temps à autre, pas vrai ?

Bon.

En attendant, il devait prendre la déposition du Cortesian et nota tous les détails qu'il lui donnait. Il ne s'arrêta qu'une brève seconde pour regarder le plafond, s'attendant presque à y voir apparaître une photo de son suspect tellement son témoin l'imaginait très fort dans sa p'tite tête de Cortesian. On sait jamais... mais non, plafond taupe comme d'habitude. Viktor lâcha quelque chose à mi-chemin entre le soupir et le juron et repris sa tâche difficile de récolte d'indices, même s'il s'en serait volontiers passé. Franchement, cette impression que quelqu'un d'autre pensait à sa place, ça le rendait à moitié taré. Hors de question de penser cela à voix haute bien sûr... c'est qu'on l'aurait traité de raciste dans la seconde. Il n'empêchait qu'il n'aimait pas les Cortesians...

De temps à autre, il levait un sourcil vers le gamin, culpabilisant vaguement de le laisser s'emmerder tout seul. Parce que mine de rien, une conversation avec un type muet comme une carpe qui vous cause directement dans le crâne, ce n'est pas super palpitant pour la personne qui ne l'entend pas. Ah tiens, question subsidiaire... il entendait la conversation le p'tit brun ? Aucune idée. En guise de réponse, Viktor eut droit à une question qui lui fit perdre le fil de son rapport. Sans rire, un botaniste qui demandait ce qu'étaient les stupéfiants ? C'était précisément ça, qui était stupéfiant, tiens.

Le regard trop clair du lieutenant se planta sur Benedikt, cherchant à savoir s'il se payait sa tête ou s'il était réellement stupide à ce point... Jusqu'à ce qu'il vote à l'unanimité pour la seconde hypothèse. Stupide ? Peut-être pas, fallait pas exagérer non-plus. Naïf plus sûrement. D'une naïveté à faire peur, même. Non mais d'où qu'il sortait pour poser des questions pareilles ? Ignorant totalement qu'Antiphane venait de le coiffer au poteau pour les explications, il s'en mêla à son tour, patient comme il l'était rarement. Oui mais bon, Benedikt avait l'âge de sa fille et n'était pas bien méchant... et puis il n'était pas sensé être en service là...!

« Stupéfiant, drogue. On pouvait pas faire plus simple comme traduction. Les bonbons Rigoloth par exemple, t'imagine pas le nombre d'abrutis qui débarquent ici après en avoir abusé... et j'parle pas des baies d'Argus ou du Xingtou... T'es botaniste, tu connais... »

Manque de bol pour le botaniste en question, la patience du lieutenant vola en éclat lorsqu'un bleu entra sans y être invité pour faire une révélation théâtrale... qui fut reçue par un lancer d'agrafeuse plutôt furieux qui fit un très joli éclat dans le bois de la porte. Encore un, en fait, si on y regardait de pas beaucoup plus près...

« Tu sors d'où toi, pour balancer des trucs pareilles devant des civils ? Je sais même pas de qui tu m'parle en plus ! Dégage !!! Et puis je suis pas en service, merde ! »

L'autre sembla hésiter – peut-être à cause de cette chevelure rose – mais après avoir dû esquiver l'agrafeuse, il sembla juger plus prudent de « repasser plus tard ». La porte enfin refermée, Viktor grommela.

« C'est bon pour votre description. Son regard s'attarda sur son vieux canapé. Faire des heures sup' ou rentrer s'emmerder chez lui ? J'm'en occupe. Vous pouvez y aller, sauf si vous avez autre chose à dire. »

Regard lourd en direction du gosse. Toute façon, qu'il porte plainte ou pas, le lieutenant lui expliquerait sa façon de penser dès qu'il mettrait la main sur le gros lâche qui s'en était pris à la p'tite tête brune du botaniste.

Avatar de l’utilisateur
Viktor Zacharias Kobalt
Humain(e)

Crédit: 118.00 Ore(s)
Pelel'je: Oui
Métier: Lieutenant de police
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200

Re: Que faire… ?

Messagepar Benedikt » 17 Fév 2013, 15:57

Sa réponse finalement prodigué par les deux hommes qui se tenaient dans la même pièce, le botaniste éclata de rire soudainement sans pouvoir se retenir.
« Oui, oui, je connais. D'accord, merci. »
Par Alrik que c'était ridicule ! Benedikt se fit la réflexion qu'il mourrait sûrement de honte de se faire arrêter et mit en prison parce qu'il avait simplement trop bu - d'autant plus à cause de produits de l'herboristerie -. Mais cela ne lui arrivait que très peu souvent à présent, et le botaniste s’inquiétait toujours plus de flirter avec n'importe qui que d'être violent – dans le second cas, il ne risquait pas de toutes manières de faire beaucoup de dégâts -.
Il se souvint des interdictions formelles du tatoueur en ce qui concernait la drogue. Évidemment, avec le botaniste, mieux valait se prévenir de toutes possibilités, parce que c'était exactement le genre de chose qu'il aurait essayé pour le simple plaisir d'essayer, au même titre que le chili con carne ou que le poisson pané, et que la seule raison qui l'en avait empêché était le prix et l'air pas toujours très clair de ceux qui en vendaient, sans parler de leurs explications. Vrass était apparemment parfaitement au courant.

Le botaniste n'eut pas le temps de dire autre chose, il sursauta alors qu'un policier entrait sans prévenir pour faire une annonce un peu morbide, et alors que Benedikt se retournait avec un air un peu confus, une agrafeuse vola entre lui et son client pour atterrir – bien heureusement – sur la porte de son bureau. Le collègue de Viktor avait, soit de bons réflexes, soit savait d'avance qu'il serait mal reçu, pour éviter si facilement les projectiles. En tout cas, il ne mit pas longtemps à disparaître, maintenant plus penaud que alarmé.

Le lieutenant aux cheveux rose, lui, se contenta de grogner qu'ils avaient fini et leur demanda s'ils avaient autre chose à dire. Pourquoi il le regardait comme ça ? Qu'est-ce qu'il avait bien pu faire de mal ? Benedikt se rassit correctement sur sa chaise, dos droit et mains à plat sur ses cuisses, à la fois gêné et défiant.
« Heu, non, c'était une question que je posais juste comme ça, je n'ai jamais touché... consommé de la drogue à proprement parlé. »
Le botaniste se releva donc, un presque-sourire sur les lèvres alors qu'il pensait pouvoir enfin rentrer chez lui et se jeter avec bonheur dans un lit moelleux en bonne compagnie. Il jeta pourtant un regard circulaire autour de lui, alors que les dossiers ne disparaissaient jamais de sa vue.
« En revanche, j'ai peut-être une autre question. Vous n'avez jamais pensé à trier tout ça ? Ce n'est pas trop dur de s'y retrouver ? »
Le regard du lieutenant le fit prendre un air de lapin devant les phares d'une voiture. Effectivement, c'était peut-être pas la meilleure façon de poser la question, vu la susceptibilité de Barbie Rambo.
« Ce... Ce n'est pas une remarque négative, bien sûr, c'est juste que... Vous pourriez engager quelqu'un pour le faire... Si vous n'avez pas envie de le faire vous-même... » s'expliqua-t-il.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Que faire… ?

Messagepar Antiphane Bevnadin » 06 Mar 2013, 13:11

Très bien ! Antiphane n'allait pas insister plus longtemps, surtout après avoir assisté au lancé d’agrafeuse. De plus le jeune Benedikt venait de poser une question qui allait très certainement mettre en colère encore une fois le lieutenant. Sincèrement il n'avait pas une tête à faire du rangement et le tatoué n'avait pas l'intention de rester attendre la réponse qui allait probablement être cinglante.

Il se leva alors, sauvant peut-être au passage le botaniste. Il était plutôt sympathique, donc s'il pouvait détourner l'attention du lieutenant pour qu'il puisse oublier cette question... La journée avait été affreusement longue, il avait été en compagnie d'affreux personnages comprenant même le gentil lieutenant ou ce drôle de militaire qui était mystérieusement parti.

« Et bien je vais vous laisser, il me reste de la route à faire. » Il se tourna vers le lieutenant empli d'une fausse sincérité. « Merci de votre intervention et de vos services... » Pour terminer les salutations il regarda le botaniste qui se tenait droit comme un i. « Malgré ce petit incident je serai heureux de revenir dans votre boutique, au revoir ! »

Il repoussa soigneusement la chaise sur laquelle il était assis. Juste au cas où le lieutenant aurait à nouveau l'envie de jeter ce qui lui passait sous la main. Il jeta un dernier coup d'oeil avant de refermer définitivement la porte derrière lui. Le botaniste n'avait pas non plus tord en sous-entendant que le lieutenant vivait dans un bordel sans nom.

La nuit était encore plus avancée lorsqu'il quitta le commissariat. Il était tellement fatigué qu'il n'eut pas le courage de rentrer chez lui. C'est pourquoi l'hôtel lui semblait être la bonne solution. Le fait qu'il soit proche d'un commissariat le rassurait et il se sentait en sécurité. Mais à peine fut-il quelques rues plus loin qu'il entendit dans son dos un grondement de moteurs. Il continua d'avancer n'y prêtant pas d'attention. C'était plutôt courant de trouver des motards à cette heure là non ? Cependant ce qu'il craignait se produisait malheureusement, le bruit se rapprochait. Il risqua un coup d'oeil furtif derrière lui, pour en voir un détaché du groupe qui se dirigeait vers lui. La moto le dépassa et lui barra la route. Il entendit le restant du groupe s'arrêter et rire au loin.

« Mais c'est celui qui nous a dit des conneries. Non ? »

Il sortit une batte de baseball et du bout menaça Antiphane. Ce dernier ne prit pas le temps de réfléchir et renversa le motard ainsi que sa moto. Il entendit aussitôt un écho de cris mélangé aux brouhaha des moteurs. Il s'empara de la moto à terre et démarra en trombe laissant derrière lui le propriétaire désemparé.

C'est fini pour moi :)

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Que faire… ?

Messagepar Viktor Zacharias Kobalt » 06 Mar 2013, 21:14

http://nideyleforum.free.fr/kits/speciaux/viktorrose.jpgOccupé à marteler une touche de son clavier dont on plaignait le sort, Viktor se contenta de hocher la tête lorsque les deux jeunes gens se levèrent. Évidemment, la majorité des gens ne portaient pas les flics dans leur cœur, et ce qu'ils aient les cheveux roses ou non. Rien d'étonnant donc, à ce que ces deux là soient pressés de partir. Pourtant, une remarque du botaniste fit hausser un sourcil au lieutenant balafré.

« Pourquoi, vous voulez faire mon ménage ? » Demanda-t-il d'un air à mi chemin entre incrédulité et ironie.

D'un autre côté, le gamin avait l'air sérieux, ce qui fit que le lieutenant hésita à se marrer trop ouvertement. Son regard délaissa alors Benedikt pour détailler un peu la pièce, lui arrachant au passage un soupir de lassitude. En fin de compte, l'idée était alléchante, même si pour le coup Viktor se demandait encore si le gosse se payait sa tête ou non.

« Vous bossez pas pour l'herboriste vous ? Au cas où, le flic tira un bout de papier de sous son clavier et y inscrivit son numéro avec une écriture au moins aussi chaotique que l'état de son bureau. Vous avez qu'à m'appeler, si ça vous dit, mais j'vous préviens, ce sera pas payé des masses. »

*°*°*°*°*°*°*°*°*
La suite : Mal pour mâle...

Avatar de l’utilisateur
Viktor Zacharias Kobalt
Humain(e)

Crédit: 118.00 Ore(s)
Pelel'je: Oui
Métier: Lieutenant de police
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200

Re: Que faire… ?

Messagepar Benedikt » 07 Mar 2013, 17:48

« Merci. Je suis vraiment désolé de vous avoir attiré tout ces ennuis, mais je n'oublierais pas de mettre de côté de la potion In Memoriam pour vous dès que j'en aurais. » Benedikt se leva de sa chaise et sourit à son client avant de le regarder disparaître. Tiens, il ne lui avait pas demandé si tout ces tatouages venait de Vrass ? Il le ferait quand il reviendrait à l'herboristerie dans quelques jours, si c'était lui qui le servirait. Il l’appréciait même s'il ne le connaissait pratiquement pas, étant donné l'aide désintéressée qu'il lui avait apporté ce soir. Puis le botaniste se retourna alors que le policier aux cheveux roses lui posait une drôle de question.

« Heu, si, bien sûr. » Pourquoi il posait la question ? Il savait très bien qu'il travaillait à l'herboristerie ! Et puis on finit par lui tendre un morceau de papier où le lieutenant avait griffonné une série de numéros. Benedikt se demanda comment il était sensé comprendre ce qu'il venait d'écrire, vu les étranges symboles qu'il s'étalaient sur le bout de papier. Apparemment c'était possible d'avoir une écriture pire que celle du botaniste, et ce en ayant probablement fait des études et en écrivant raisonnablement souvent. Comme quoi, tout les mystères de l'existence n'avaient pas été percés.

« Oh, mais à vrai dire, je ne suis qu'assistant là-bas, vous savez. J'ai un peu de temps li- »
Benedikt s'arrêta et rougit ; il n'avait pas envie qu'on pense qu'il ne travaillait pas sérieusement, surtout alors qu'il passait tellement de temps à essayer d'aider Belladona parfois au-delà de ce qu'elle voulait. Il releva la tête et la pencha sur le côté en réfléchissant. Certes, le lieutenant n'était pas agréable. Mais après tout, pourquoi refuser un salaire ? Le tri de l'agence immobilière avait été un séjour en enfer, mais les dossiers qui ensevelissaient ce bureau seraient sans nul doute bien plus intéressant à mettre en ordre.
« D'accord ! Je vous appellerais. » finit-il par rajouter avec un début de sourire.
Il ne resta pas des heures à lui dire au revoir, en revanche. Non seulement, ça n'avait aucun intérêt, mais l'appel de son lit était trop forte. Le botaniste sortit du commissariat et rentra chez lui à grands pas, priant pour que les gangs des Ghettos soient occupés à brûler des voitures ailleurs à cette heure-ci.

Heu, en fait, c'est Vilal qui avait ouvert le sujet ! Mais je suppose que tu peux clotûrer, Seby ? ^^

EDIT Seby : sujet clos. Par contre il n'est pas verrouillé si vous voulez ajouter un lien vers votre RP suivant

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Précédente

Retourner vers La Basse-Ville et son Dôme

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron