Courrier Sud

Du sable, toujours du sable et une chaleur à vous laisser là tout sec comme un fruit confit... Ce désert protège la cité d'Ohime Quinah. Ses dunes et les Raanaï qui y règnent en maître gardent la voie.

Courrier Sud

Messagepar Benedikt » 28 Mai 2013, 22:07

Bon, maintenant il est bien là !

Le décollage de la grosse bestiole à plume passa complètement à côté de Benedikt qui s'était recroquevillé sur Vrass, les yeux fermés et le visage froncé comme si on allait lui taper dessus d'une seconde à l'autre. En réalité, Benedikt était bel et bien persuadé par la peur qu'il allait finir par s'écraser par terre sous les mouvements brusques de Phaerör qui prenait son envol, décoré des objets ensorcelés de l'animalerie ou non.
Ce ne fut qu'au bout de trois minutes qu'il osa jeter un coup d’œil à ce qu'il y avait autour de lui. Cela valait la peine vu le paysage qu'il avait, mais la seule pensée qui vint à l'esprit du botaniste fut à propos de la hauteur indécente à laquelle ils volaient.
« Oh, par Alrik, si on tombe, on meurt et on aura plein de temps pour s’en apercevoir. » gémit-t-il en enfouissant son visage dans le dos du tatoueur.

Benedikt n'était pourtant pas effrayé du vide, d'habitude, trop habitué à crapahuter partout pour vraiment s'en soucier, voir être prudent. Mais là, c'était quand même... Beaucoup beaucoup plus haut qu'il n'avait jamais été – surtout, la seule chose qui les retenait était un gros oiseau au sale caractère qui pouvait décider de les faire tomber sans prévenir -. Et le botaniste n'était pas forcément réputé pour être téméraire.

Les quelques nouvelles minutes qui passèrent laissèrent à Benedikt de s'habituer à leur moyen de transport, pourtant. Le botaniste dé-serra son étreinte progressivement, autorisant le pauvre Vrass à respirer enfin correctement - et se risqua à regarder autour d'eux. Ce fut à ce moment-là qu'il laissa sa curiosité et son admiration prendre le dessus et se mit à rire devant le spectacle des nuages qui semblaient si près qu'il aurait pu les toucher du bout du doigts, des fermes minuscules qui parsemaient la campagne de Banba, des rivières aussi fines que les veines de ses poignets.
« Oh... » s'exclama Benedikt avec une expression émerveillée, sans trouver quoique ce soit de pertinent à rajouter, à croire que c'était assez pour faire le taire, pour une fois. Pas pour longtemps, cependant.

« Tu as vu ça, Vrass ? C'est magnifique ! Regarde, là-bas ! Et là ! »
Comme si Phaerör s'était aperçu que Benedikt avait lâché d'une main la taille du tatoueur pour lui montrer un village aux maisons de poupée, il fit une grande embarqué sur la droite qui fit glapir le botaniste et s'accrocher à nouveau Vrass avec tout l'effroi du monde. Le jeune homme eut bien envie de lui tirer sur les plumes, mais c'était une très très mauvaise idée et il était de toutes façons trop occupé à savourer la sensation de voler – qui pour le coup, n'était pas une métaphore – pour rester vexé. Il devait même avouer que chaque battements du hiéras était particulièrement satisfaisant et remplissait son ventre de papillons. Jamais aucun gamin sur Nideyle n'avait eu une balançoire assez imposante pour donner des effets pareils.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Courrier Sud

Messagepar Vrass Rannveig » 28 Mai 2013, 22:43

Avant de partir, Yumiko m'avait donné un dernier article, l'accrochant directement à mon poignet sous le gant de dresseur, il me permettait d'assurer une certaine sécurité en cas de chute. Tenant fermement les rênes, j'approchais Phaerör de la sortie avant de donner un léger mouvement de bassin pour l'inciter à s'envoler! Il ne lui en fallait pas plus, l'impatience d'être resté trop longtemps dans un enclos me valut de manquer d'air pendant quelques secondes - voire minutes - alors que Benedikt s'accrochait trop fermement à ma taille!

J'avais un sourire amusé sur le visage, je me risquais à tourner la tête pour le voir recroquevillé sur lui-même en fermant les yeux
«Tu loupes le spectacle! Ouvre les yeux!» - mais il lui fallut un peu de temps tout de même, que le hiéras soit stabilisé en particulier et qu'il cesse de monter. Il finissait par ouvrir les yeux apparemment car il comprenait que si on tombait, on risquait d'y passer - «t'en fais pas, Sayah m'a fait cadeau d'un bracelet de sécurité!»

Je savais que ça ne finirait pas de le rassurer, mais ce serait un bon début. Je sentais encore sa pression autour de mes flancs, heureusement que je suis costaud et qu'au fond il n'a pas tant de force que ça, sinon pour sûr qu'il m'empêcherait de respirer! Puis je l'entendais s'extasier et lâcher un bras, le léger déséquilibre provoqué fit légèrement dévier Phaerör et j'attrapais vite la main du gosse pour le ramener à ma taille

«Hey! Préviens quand tu bouges comme ça! L'équilibre est important quand on est en vol... si tu bascules le poids sur le côté, c'est pour tourner..» - je ne le grondais pas vraiment, mais je le mettais tout de même en garde. Je me tournais vers lui légèrement pour voir sa réaction, il était encore un peu apeuré par l'embardée du hiéras mais il commençait à s'en remettre et regardait autour de lui. Je souriais à nouveau avant de regarder autour de nous

«Accroche toi!» - je me penchais légèrement sur le côté pour foncer vers des nuages d'un blanc cotonneux, le hiéras me suivait docilement grace au gant en particulier, et aussi probablement à cause du cœur de raana aussi, en tout cas, j'avais l'impression qu'il suivait chacune de mes envies, mais peut être aussi que ça venait de son propre plaisir à voler! En tout cas, on se retrouvait au milieu des nuages, je me suis toujours demandé quelle consistance ça peut avoir? Je ramenais mes rênes dans une seule main et je tendais légèrement l'autre sur le côté pour toucher, mais au final, je ne sentais rien. Comme de la fumée en quelque sorte, rien de bien étonnant.

Puis je vis quelque chose qui ne me plaisait pas, mais alors pas du tout au loin
«Je vais devoir faire un détour! Je n'aime pas ces nuages noirs!» - c'était peut être un simple orage, mais l'idée que ce soit le Fléau ne me disait rien qui vaille! Aussi... il valait mieux éviter de se trouver sur la route de ces nuages.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Courrier Sud

Messagepar Benedikt » 29 Mai 2013, 00:22

Benedikt regarda la main de Vrass traverser les nuages comme si ce n'était que de la vapeur avec le même regard qu'un enfant devant une montagne de cadeaux le jour de Noël. Comment c'était possible ?! Le botaniste avait lu trop de bouquins sur l'espace et la Terre pour comprendre la Basse-ville, mais pas assez sur sa propre planète. Si la gravité n'existait pas dans l'espace, pensa-t-il, quand est-ce qu'elle disparait ? Bien plus haut que les nuages, sûrement.
Il n'osait pas lâcher la taille du tatoueur après l'embardée du hiéras, mais n'avait pas besoin de le sentir pour comprendre que celui qu'il traversait n'avait aucune consistance. Le botaniste se mit à rire.
« Oh, je pensais que ça aurait la même consistance que la neige, ou... la mousse, ou... les boules de coton, les nuages ! En fait, ce n'est rien du tout ! Ça a l'air tellement imposant, vu d'en bas ! »

Il mit quelques temps à sortir de ses propres observations pour tourner la tête vers ce que désignait le tatoueur, de gros nuages noirs et gris qui avançaient dans leur direction.
« Hm-m. D'accord. Ce ne serait pas une bonne idée pour rester sous... un orage... » répondit-il distraitement, les yeux plissés sur les nuages sombres. Quelque chose n'allait pas... Benedikt avait cette drôle de sensation qui lui disait que ce n'était pas complètement normal, que les orages n'avaient pas cette façon de se déplacer, que les éclairs qui traversaient la masse cotonneuse avaient une manière étrange de s'enrouler sur eux-même. Le botaniste se mit à penser inexplicablement à Ephtéria, avant de d'ouvrir de grands yeux en réalisant ce à quoi il pensait.
« Vrass... Ce ne sont pas des nuages... Ça n'avance... Ça... Ce n'est pas normal, et il n'y a pas de pluie en dessous, regarde... Et en plus, il fait beau tout autour, la démarcation est trop nette... » Le visage de Benedikt se renfrogna. « Il ne faut pas qu'on reste là... Je pense que c'est Fléau. Ça vient du Nord, vers Ephtéria, ce serait logique en plus dans sa trajectoire puisqu'il y est passé il y a quelques jours. »

Les nuages étaient encore loin, mais ce n'était déjà pas très rassurant d'être dans le vide, si on rajoutait le risque de se faire chasser par des Squames, c'était tout ce qu'il fallait pour inquiéter Benedikt. Pour le coup, il n'y avait rien pour se protéger, en vol, à moins qu'un coup de vent ne les aident.
« Un hiéras, ça peut être rapide, non ? Si on fait le tour, ça devrait aller, on restera à bonne distance... » demanda Benedikt en se mordant la lèvre, le regard fixé sur les éclairs irréguliers. Pour le coup, son étreinte sur Vrass s'était allégé, comme il pensait moins à la peur de tomber qu'aux nuages au loin.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Courrier Sud

Messagepar Vrass Rannveig » 29 Mai 2013, 11:54

Non, ce n'étaient pas des nuages ordinaires, on était à peine au-dessus d'N'Qata et j'allais devoir bifurquer plein Sud ce qui nous éloignait considérablement de notre destination, mais peu importe! Aucun de nous ne pouvait se protéger du Fléau, et encore moins mon hiéras! - je me suis toujours demandé s'il pouvait piquer les âmes des animaux aussi d'ailleurs? - aussi, tant pis pour la destination, avec mon géoglobe de toute manière, je serai toujours en mesure de nous rediriger correctement.

Plein Sud dans ce cas, et au bout d'un moment, je tendais le bras devant moi
«C'est bien le Fléau, regarde! D'autres Hiéras... ça doit être des gens de l'Escadron!» - ces gars sont tarés. Je me demande comment ils font pour les combattre? Je suppose qu'ils doivent porter des genres de masques spéciaux pour ne pas respirer le poison des squames, mais il n'empêche qu'il faut avoir un pêt au casque pour se risquer à attaquer un truc pareil.

Au bout de plusieurs minutes, on finissait par les croiser, mais ils ne semblaient même pas se préoccuper de nous, et d'un autre côté, ça me rassurait qu'ils soient là, je ramenais ma main sur celle de Benedikt pour le rassurer un peu, je me disais qu'il ne devait pas être dans son assiette, et pire encore qu'il devait craindre que le Fléau nous rattrape.
«Avec un peu de chance, ils feront diversion!» - ok, pas sympa, mais voilà, je tiens à la vie. La température montait de plus en plus au fur et à mesure qu'on avançait dans le désert, et je me penchais pour prendre la capuche et l'accrocher à ma tête, je sentais les petites lanières entourer mes cornes pour m'assurer qu'elle ne tombe pas, puis je reprenais les rênes en commençant à reprendre une route vers l'Ouest.

«Si on continue dans cette direction, on va voir les modules...» - je faisais donc des cendre le hiéras, je ne comptais pas le poser cependant, s'il ne souffre pas de la chaleur grace à l'étiquette - et nous non plus grace à nos achats - le sable en lui-même serait bien trop brûlant et je ne veux pas risquer de le blesser. Si je veux qu'il fasse une pause, je dois d'abord trouver un oasis.

Je ramenais une main en visière au-dessus de mes yeux, je sais qu'ils sont par là, ils sont tout simplement immenses de ce qu'on raconte, en tout cas, je ne les ai jamais vus, ni même en livres
«Je ne sais pas à quoi ils ressemblent, donc je ne sais pas trop quoi chercher! Si tu les vois, dis moi!» - je sortais le géoglobe pendant quelques secondes histoire de me repérer, j'avais déjà vu une carte de Nideyle où ils étaient mentionnés, normalement, on ne doit pas être trop loin!


Pas la peine d'aller dans le poste des modules, on va juste les survoler ^^

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Courrier Sud

Messagepar Benedikt » 29 Mai 2013, 15:44

« De... l'Escadron ? » demanda Benedikt, incertain. Qu'est-ce qu'il faisait ici ? On était très loin de la Basse-ville !
Bien sûr, de là d'où venait le botaniste, on ne combattait pas Fléau. On essayait de s'en protéger, on priait Alrik, on paniquait quand il passait et semait la destruction, et puis on pleurait les disparus et on essayait de reprendre une vie normale. Personne n'était assez fou pour aller s'en prendre à une malédiction des dieux, et surtout, personne ne savait comment faire. Alors que l'escadron de l'état Atlante, dont Benedikt savait finalement que trop peu de chose, traverse Nideyle pour s'en prendre aux Squames était admirablement étonnant. Il n'était cependant pas sûr de considérer ça comme de la folie pure ou du courage.

Le botaniste se blottit un peu plus contre Vrass lorsque le groupe de hiéras les dépassèrent, s'écartant à peine pour les laisser passer. Les gens de l'escadron semblaient faire peu de cas de leur présence. Le tatoueur espérait qu'ils feraient diversion mais cela signifiait surtout pour Benedikt qu'ils allaient directement se jeter dans la gueule d'Amroth. Au moins, ils s'éloignaient significativement des nuages sombres, assez pour rassurer le botaniste sur le fait que leur monture pouvait lui échapper facilement, vu la distance qui les séparait.

« Ne dis pas ça, c'est horrible comme mort, de se faire voler son âme. » murmura-t-il dans le dos du tatoueur, si bien qu'il n'était pas très sûr que son interlocuteur l'avait entendu, avec le vent qui sifflait à leurs oreilles. C'était d'ailleurs celui-ci qui leur gardait un peu de fraîcheur malgré la dureté du soleil qui semblaient se rapprocher d'eux au fur et à mesure comme s'il avait l'intention de s'écraser sur Nideyle. Benedikt n'osait même pas imaginer quelle chaleur pouvait rôtir tout ce qui osait se promenait ici. Pas étonnant qu'il n'y ait aucune touche de verdure visible. Et puis Vrass se mit à lui parler de modules en déclarant qu'ils allaient passer tout près. Le botaniste n'avait aucune idée de quoi il pouvait parler, pour le coup, et se mit à inspecter les environs avec un air curieux.

« C'est quoi ? » questionna-t-il à nouveau, mais Vrass lui annonçait carrément qu'il ne savait pas à quoi cela ressemblait. Benedikt se mit à sourire légèrement, et c'était lui qui devait les trouver ? Il ne savait même pas ce qui pouvait être normal dans le désert ! Savoir seulement qu'il s'agissait d'un endroit recouvert de sable à perte de vue n'avait pas été suffisant pour imaginer véritablement la mer de sable qui s'étendait sous eux, avec ses vagues immobiles qui vallonnaient le paysage. Comment une ville pouvait-elle être construite parmi toute cette désolation ? C'était beau mais il n'y avait aucune rivière ni forêt pour leur assurer le minimum vital. Voilà qui avait de quoi rendre Benedikt encore plus curieux sur Ohime Quinah.
Il resta observer méticuleusement les dunes pendant un petit moment, avant de doucement tendre le bras vers la droite de Vrass, en face d'eux, prenant particulièrement garde à laisser son poids reposer dans le même angle que lorsqu'il avait deux mains accrochés à la taille de Vrass. C'était apparemment assez léger pour que Phaerör ne s’embarrasse pas un instant de ses gestes et continue de voler comme si de rien n'était.

« Est-ce que c'est ça ? » L'index de Benedikt désignait d'étranges structures en épines qui pointaient hors du sable, comme une échine de dragon maigrelette. Elles semblaient faites de métal ou de quelque chose qui réfléchissait le soleil d'une manière aveuglante, et c'était ce qui avait attiré l'attention du botaniste. « Ça sert à quoi ? Ce sont les gens d'Ohime Quinah qui ont construit ça ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Courrier Sud

Messagepar Vrass Rannveig » 29 Mai 2013, 17:25

Difficile de voir quoi que ce soit dans une telle étendue de sable. Je sentais que j'avais un peu piqué la curiosité de Benedikt, même s'il ne savait pas ce que pouvaient être des modules
«Je crois que ce sont des machines.. je pensais que tu saurais toi qui a lu à peu près tout ce qui concerne l'Atlas IV!» - je pouffais de rire, je me moquais un peu de lui évidemment, mais je ne lui en voulais pas pour autant de ne pas savoir de quoi il s'agissait. Je savais juste que ça faisait partie du vaisseau, rien de plus, mais pourquoi ça avait échoué aussi loin, aucune idée.

Mais dans cette mer de sable, ce n'était pas évident de voir quoi que ce soit, et je devais donc demander au hiéras de descendre encore! La chaleur devait être insoutenable autour de nous, je voyais des vaguelettes sur le sable en de nombreux endroits, et je sentais aussi mon corps se couvrir de sueur. Ce n'est pas parce qu'on a l'impression d'être au frais qu'on l'est vraiment!

Au bout d'un moment, le gosse repéra quelque chose, et je suivis son bras avant de hocher de la tête
«Oui, ça doit être ça!» - je m'approchais donc, cependant, je ne comptais pas poser le hiéras sur le sable devant les modules, mais directement dessus, de toute manière, s'il refusait, c'est que ce serait brûlant! Quelle chose étrange en tout cas, plus on se rapprochait et plus on avait l'impression qu'il s'agissait de petites maisons? En quelques battements d'ailes, le hiéras se retrouvait perché sur l'un des modules, et j'attendais un peu pour voir, mais visiblement, il était bien dessus. J'attendais que Benedikt descende le premier car je tenais toujours les rênes pour m'assurer que le hiéras ne s'amuse pas à lui bouffer un orteil en passant, puis je descendais à mon tour, tenant fermement les rênes juste sous sa tête pour qu'il ne puisse pas trop la bouger, mais il ne semblait pas apprécier et me criait dessus au point que ça me vrillait les oreilles

«Je peux te lâcher pour que tu te casses, mais je vais te siffler dans deux minutes à peine tu sais?» - forcément, il ne me comprenait pas, du moins pas encore, mais il n'aimait visiblement pas que je le tienne ainsi, alors je faisais signe à Benedikt de s'éloigner et je lâchais la bride pour qu'il décolle et je soupirais en le regardant partir

«Caractère de merde... je t'ai bien trouvé tiens!» - je réajustais ma capuche avant de sortir l'outre des danaïdes du sac et en proposer à Benedikt
«Bois un peu d'eau... de toute manière, on ne reste pas longtemps!» - de là où on était, on ne voyait plus le nuage noir du Fléau, donc je supposais qu'on allait bientôt pouvoir reprendre la route vers Ohime Quinah pour de bon cette fois...

Sauf que je l'ignorais encore, mais on risquait de faire un autre petit détour fort intéressant avant de s'y rendre!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Courrier Sud

Messagepar Benedikt » 29 Mai 2013, 21:10

Benedikt attrapa la gourde de Vrass entre ses deux mains et bu un peu avant de faire un tour sur lui-même. Tout semblait particulièrement calme, et il n'y avait guère que les cris de Phaerör qui s'éloignait progressivement pour briser cette impression. Pour le botaniste, c'était plutôt étonnant. La nature regorgeait d'habitude de bruissements et de chuchotements d'animaux de toutes sortes, de craquements d'arbres et même si la plupart des gens n'y faisaient pas attention, Benedikt avait appris à prêter attention naturellement à tout ces indices. Ici, il n'y avait aucun bruit pour trahir la présence des animaux et insectes qui se terraient sous le sable, s'il y en avait. Seulement celui du vent et du sable qu'il faisait virevolter. On se sentait au mieux terriblement seul au monde, ici, se dit Benedikt avant de jeter un coup d’œil par réflexe vers Vrass.

« Je n'ai rien lu là-dessus, en fait, ils n'en parlaient pas dans mes livres parce qu'ils restent sur la Basse-ville, je crois. » expliqua-t-il en se baissant pour caresser le métal frais de la structure bizarre sur laquelle ils étaient perchés. « Ou la Terre, ou l'espace. Mais le reste de Nideyle, ja-mais. Ce n'est pas très logique, cela dit, de parler de ce qui nous concerne à peine mais même pas de notre planète toute entière. Je crois que c'est des gens de la Basse-ville qui ont l'habitude de rester là-bas. Ils oublient toujours le reste. »

Benedikt fit glisser ses doigts le long d'une fine démarcation à la surface. Puis continua son exploration en trottinant par ici et par là autour du module, avant de grimper sur celui d'à côté et de revenir. Rien que ça l'avait rendu essoufflé, si comme la chaleur étouffante était trop épaisse pour être déplacé chaque fois qu'ils faisaient un geste. Le botaniste s'assit près de Vrass avec un murmure de soulagement et passa son poignet contre son front pour essuyer la sueur qui y perlait.
« Fais chhhaaaauuuudd. » déclara-t-il misérablement, fronçant les sourcils pour tenter de ne pas être ébloui par le soleil – la trop courte visière de sa caquette n'avait pas vraiment un effet miraculeux, il aurait dû demander à Sayah un sombrero, finalement -. « C'est bizarre, quand même, hein, c'est des morceaux de l'Atlas mais il n'y a aucune ouverture, on dirait un œuf. Je me demande ce qu'il peut y avoir dedans. »

Heureusement qu'il y avait la magie de Sayah pour les tenir au frais, parce que c'était déjà assez étouffant comme temps. Le botaniste imagina quelle torture pouvait vivre ceux qui se perdaient dans cette immensité de sable. Il s'était déjà perdu dans la neige, mais au moins, mourir dans le froid endormait progressivement, c'était sans doute plus agréable à choisir que de brûler sur le soleil, sans eau ni nourriture. Que de nombreuses manières de mourir, pensa-t-il. Ici, entre se faire avaler par Fléau, s'écraser par terre ou finir complètement déshydrater, on avait l'embarras du choix. Il regarda l'ombre flamboyante du hiéras en train de tournoyer un peu loin dans le ciel, avant de se pencher sur Vrass pour déposer un baiser venu d'à peu près nulle part sur les lèvres du winghox.
« C'est tellement génial de voir tout ça que je te déshabillerais bien ici, rien que pour le mettre dans ma liste des choses à faire avant de mourir, dommage qu'il fait aussi chaud. » déclara Benedikt en riant. « Merci quand même, si ça suffit. Je n'aurais jamais imaginé que le désert ressemblerait à ça. Je veux dire, c'est logique, ça n'allait pas ressembler à autre chose, mais... Ce n'est pas pareil quand tu y es. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Courrier Sud

Messagepar Vrass Rannveig » 29 Mai 2013, 23:43

Bizarre en effet qu'il n'ait jamais rien lu là dessus, moi-même je ne me souviens plus comment j'ai bien pu en entendre parler. Surement un ou une scientifique de la Basse Ville, je ne me souviens plus. Je me souviens pourtant avoir vu une carte sur laquelle ces fichus modules étaient notés... peu importe, de toute manière, on n'allait pas faire la visite!

Je le laissais cependant se balader, moi je m'asseyais simplement, trouvant bien assez bizarre que ces trucs soient frais alors qu'ils passent la journée en plein cagnard! Au bout d'un moment cependant, il revenait vers moi et je pouffais de rire à le voir ainsi mourir de chaud! Je remettais sa casquette en place
«Mets la bien sur ta tête pour rester au frais! T'aurais du prendre une capuche comme moi pour bien couvrir ta tignasse!» - je lui faisais une pichenette sur le nez alors qu'il osait me mettre au défi de lui faire l'amour là, sur cet engin!

«Désolé, mais je t'avoue que j'ai pas envie de me retrouver avec un coup de soleil sur les fesses!» - je m'avançais alors avec un air amusé pour frotter mon nez contre le sien - «Mais à Ohime Quinah par contre, tu vas avoir encore plus chaud que ça!» - je lui volais un baiser avant de me redresser et m'allonger carrément sur le module, c'était plus agréable bien que ça m'obligeait à fermer les yeux pour ne pas être ébloui. Mais au moins, mon dos était plus ou moins au frais.

Il me remerciait alors pour cette petite visite du désert et je levais un œil pour le regarder avant de me redresser, ramenant mes coudes sur mes genoux pour regarder au loin jusqu'à ce que je baisse les yeux et que je lui attrape le poinet
«La vache! Regarde!!» - je m'approchais un peu du bord, le sable bougeait! Sauf que ce n'était pas comme si un simple lézard se déplaçait, non... c'était... beaucoup... beaucoup plus gros! Je ramenais un doigt sur mes lèvres - je sais, c'est moi qui ai fait du bruit juste avant - car le sable se dirigeais vers nous! Puis au bout de quelques secondes, il se souleva doucement et un truc tout plat sortit timidement.

Une raie? Une raie des sables? La vache, elle devait faire quoi? Une bonne dizaine de mètres de large? Elle regardait à gauche, puis à droite - du moins je le supposais bien qu'on ne voyait pas si ce truc avait des yeux ou non - avant de se retourner et de s'éloigner, soulevant de véritables vagues de sable derrière elle. Dans un murmure je me tournais vers Benedikt
«Ok, je sais pas ce que c'est, mais on ferait mieux de s'en aller!» - une raie géante! Jamais vu ça de ma vie et je n'avais jamais entendu parler des ranaaï. Probablement parce que j'ai pas rencontré beaucoup de Ohimes dans ma vie et que les rares en question ne m'ont jamais vraiment raconté leur vie!

J'attendais cependant que la vague s'éloigne encore avant de siffler et là.. elle se figea à nouveau.
«Merde...» - je levais les yeux au ciel. Vite vite ramène ton cul emplumé!! Il y eut un petit cri et je voyais Phaerör voler droit vers nous! Sauf que la raie était de nouveau sortie du sable! Plus vite bordel, plus vite!! Lorsque le hiéras atterrit, je prenais Benedikt pour le mettre dessus et je montais derrière lui

«Accroche toi!» - aux rênes, aux plumes, à ce qu'il voulait de toute façon, je l'entourais de mes bras! Je donnais un coup de talon et Phaerör décolla rapidement, soulevant du sable derrière lui tel un boulet de canon au moment où la raie nous voyait! Elle semblait prendre aussi son élan et au moment où on se retrouvait dans les airs, elle avait décollé à une telle hauteur qu'elle passa juste en dessous de nous tel un boulet de canon! J'incitais le hiéras à prendre de la hauteur le plus rapidement possible de façon à nous mettre hors de portée, je voyais la raie bondir à nouveau, passant aisément au-dessus du module, mais pas assez tout de même pour nous atteindre.

Je soupirais de soulagement avant de pencher la tête sur le côté pour voir si le gosse était toujours vivant
«Tu me remercies toujours pour cette balade dans le désert?» - j'avoue que là, on a failli se faire tuer. Au pire, j'aurais eu la perle pour nous téléporter directement à Ohime Quinah, mais pas dit que j'aurais eu le réflexe de le faire tout de même...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Courrier Sud

Messagepar Benedikt » 30 Mai 2013, 01:45

J'espère que je m'amène pas Hermesis trop rapidement. ^^

« C'était énorme. C'était. Vraiment. Gigantesque. » réussit à laisser tomber Benedikt entre deux grandes respirations pour se calmer. Non mais c'était quoi cet endroit ?! Une bestiole de cette taille-là, vraiment ? Mais ça servait à quoi ! Apparemment, il manquait une manière de mourir à sa petite liste. Ils avaient failli se faire bouffer par un poisson tout plat de la circonférence d'une maison !
« Je ne te remercierais que quand on arrivera à Ohime Quinah vivants, tu sais quoi, tu as raison... » soupira-t-il de soulagement, s'appuyant contre le torse de Vrass en fermant les yeux.

Le botaniste avait peur d'arracher des plumes à Phaerör et décida de se tenir à la selle, à défaut, même s'il était plus difficile de s'y retenir fermement.
« En même temps, ton idée d'y aller par les airs, ce n'était peut-être pas mal... » Le hiéras avait au moins l'avantage d'être rapide et agile. Une minute ou deux de plus et Benedikt n'aurait pas donné cher de leurs peaux. Il rouvrit les yeux pour jeter un coup d’œil en bas, mais il était aussi un peu difficile de repérer si l'espèce de grande raie manta pouvait être là, à cette hauteur. Elle se fondait assez bien avec la couleur du sable, et pour peu qu'elle avance doucement, cette fois... Au moins, ils auraient quelques questions à poser aux habitants d'Ohime Quinah à propos de la faune du désert...
Benedikt eut en tout cas à cœur d'observer soigneusement les environs, non plus seulement pour sa propre curiosité, mais aussi pour leur sécurité – et cela valait aussi pour tout ce qui pouvait se promener dans les airs -.

Et pourtant, l'énorme objet non identifié qui apparut un quart d'heure plus tard était impossible à ignorer, même sans faire attention. À côté, les raanaï paraissaient bien minuscules ; il y en avait deux qui passaient autour et le suivaient, comme pour faire la comparaison. Ce qu'il y avait là était tellement imposant qu'il fallut quelques instant à Benedikt pour véritablement se convaincre que c'était bien un colossal crabe qui se promenait tranquillement parmi les dunes, complètement indifférent aux attaques des raanaï furieuses.
« V-Vrass... » souffla le botaniste sans prendre la peine de montrer la direction de ce qui voulait lui montrer, cette fois.
Il lui fallut encore quelques secondes pour que le souvenir de la discussion étrange dont ils avaient été témoins dans un magasin refasse surface dans sa mémoire. Un type qui voulait remonter sur son crabe. Ils avaient plaisanté sur la possible véracité des propos du pauvre homme coincé dans les départements de l'immigration, à la Basse-ville.
« Tu te souviens de cet homme qui voulait absolument retourner sur son crabe ?! On avait entendu parler de ça en achetant ta machine à laver, je crois. Il n'était pas fou, ça existe ! Regarde, il y a des habitations dessus ! » déclara Benedikt alors qu'il survolait l'immense bestiole.

Manque de chance pour le pauvre botaniste qui pensait avoir eu son lot de frayeur pour la journée, il avait oublié deux choses ; la première étant qu'il n'était plus attaché ni la selle ni à Vrass parce qu'ils n'avaient pas eu le temps de s'en préoccuper avant de décoller du module, la deuxième étant que pour les mêmes raisons, il avait remis son sac sur son épaule à la va-vite et ne l'avait pas glissé dans son dos comme il l'avait fait pour le début du voyage, vu que Vrass se trouvait cette fois juste derrière lui. La sacoche en question se trouvait contre sa cuisse, et lorsque Benedikt se pencha en avant - aussi légèrement qu'il pouvait et sans déplacer tout son poids de là où il était, il pensait avoir appris cette leçon-là - pour regarder la ville crabe, il n'avait pas pris en compte le fait que celui-ci risquait de glisser. Ce qui ne manqua pas de se produire, bien sûr.
Phaerör fut dérangé par le changement de poids d'un endroit à un autre. Il piqua vers le sol brusquement et immédiatement, jetant dans le vide le botaniste qui, surpris, n'eut pas le temps de se retenir à la selle ni à ses plumes. Ce dernier mit même un instant à s’apercevoir de se qui passait avant de se mettre à hurler, par réflexe. Mais peu importe ses efforts pour trouver quoique ce soit sur lequel il pourrait se retenir, il n'y avait guère que le vent qui sifflait à ses oreilles. Sa chute sembla durer une éternité, lui donnant tout le temps de paniquer sans que ses pensées n'atteignent pourtant un niveau de cohérence acceptable, et puis... plouf.
Comment ça, plouf ? À moitié sonné, Benedikt s'aperçut à peine qu'il venait de se retrouver sous l'eau, et que... ce n'était pas logique, ça, parce que... on était dans le désert, avant de perdre conscience.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Courrier Sud

Messagepar Vrass Rannveig » 30 Mai 2013, 09:40

=================================
La suite
=================================

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart


Retourner vers Le désert du Mahjour

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron