Nous sommes trois

Leurs pieds s'étalent en de curieux éboulis enchevêtrés de pins et de pavots... et puis là-haut, pour les plus courageux, les roches coupantes, les fragiles ancolies, les habiles mouflons, les éternelles neiges, et l'écho de vos pas dans un silence savoureux.

Nous sommes trois

Messagepar Kjeld Ares » 13 Fév 2011, 13:32

ATTENTION
Les messages suivants s'adressent à un public averti (scènes de violence, érotisme). Âmes sensibles, s'abstenir.


Précédemment : Y'a une chouette ambiance !
Alors du coup les actions que je fais exécuter à Kjeld te laissent peu de possibilités de réaction. Si ça t'ennuie n'hésite pas à porter réclamation, j'éditerai.

*°*°*°*°*°*°*°*°*
Indifférent à Zlata qui le talonnait de près, l'autre Kjeld filait droit vers l'ouest, s'enfonçant plus profondément dans la forêt sans s'arrêter. Il nota à peine un vieux manoir aux allures de château hanté, tout cramponné à la crinière qu'il était. Curieusement, monter à cru s'avérait moins difficile que lorsqu'il glissait sur le cuir de sa selle. Bientôt pourtant, son cheval repassa au pas aux premières déclivités menant jusqu'aux Obsidiennes. La montagne était là, arrogante devant eux, et les défiait d'oser s'y frotter. Mais à un Pelel'je qui avait connu l'esprit tordu d'un Winghox et d'une Tenaag'a, ce n'était pas une montagne qui allait l'effrayer ! D'ailleurs, même une Zlata remontée ne lui faisait pas peur, et il se tourna vers elle avec un sourire ironique lorsqu'elle parvint enfin à le rattraper. Faisant volter sa monture, Kjeld s'approcha jusqu'à mettre la main sur l'arbalète de la Winghox et la lui arracher sans autre sommation.

« J'ai besoin de bottes, mon hôte s'est fait volé les siennes. Tu permets ? À moins que tu ne préfère me servir de chausses. Après tout, on se les taille bien dans la peau des chèvres par chez toi ! » fit-il en désignant ses cornes du menton.

Il ne prit pas garde au fait qu'il ait mentionné son « hôte » et se contenta d'avancer sur quelques pas avant d'armer l'arme de Zlata et de viser un jeune mouflon un peu trop curieux. Il se concentra. La dernière fois, le recul l'avait surpris et il avait failli rater sa cible. Cette fois, il ne pouvait pas se le permettre. En appuyant sur la détente, il laissa filtrer un sourire très franchement sadique. Le mouflon fit un bond de douleur sous le coup du carreau qui alla se ficher dans son flanc.

Un second carreau siffla et Kjeld jeta littéralement l'arme dans les bras de Zlata sans même se soucier de son état, de ce qu'elle faisait, de ce qu'elle disait ou du fait qu'elle l'ait rattrapée ou non. Passant sa jambe par dessus l'encolure de son cheval, il se laissa glisser au sol et tomba à genoux. La caillasse sous ses pieds nus le fit se tordre de douleur tandis qu'il marchait vers sa proie agonisante, et ses chaussettes glissèrent sur la pierre alors qu'il grimpait jusqu'à lui. Il sentait un fourmillement glacial lui irradier la nuque. Kjeld, le vrai, ne tiendrait pas longtemps. Ce gamin était vraiment trop faible ! Mais l'autre Kjeld lui, était borné et fou, et il rampa jusqu'au mouflon, bien décidé à s'y tailler une paire de bottes ! À bout de souffle, il se traîna jusqu'à la bête terrifiée et cruellement blessée qui tentait désespérément de se remettre sur ses jambes. Qu'à cela ne tienne ! Kjeld l'enjamba et s'assit par dessus comme pour la chevaucher, lui saisissant les cornes, un air d'une extatique malfaisance déformant ses traits fins. Il tira la tête de l'animal vers lui comme pour prendre son élan avant de la fracasser sur la pierre sans ménagement, sans l'ombre d'un remord, sans autre émotion qu'un réel plaisir. Une fois, deux fois, s'extasiant du sang qui en jaillissait et du bruit des os broyés. Jusqu'à ce que la créature entre ses mains cesse de vivre. Là, il consentit à rendre son corps à son propriétaire d'origine et s'écroula évanoui sur sa victime.

Avatar de l’utilisateur
Kjeld Ares

Crédit: Fermé

Re: Nous sommes trois

Messagepar Zlata Bolt » 15 Fév 2011, 00:59

Elle allait le tailler en pièce ce maudit gamin véreux ! Et lui faire ravaler son insolence avec ses dents ! La croupe du grand cheval qui dansait sous ses yeux sans qu’elle puisse l’atteindre était comme une provocation cuisante pour son orgueil Winghox. Zlata était en rogne et elle n’allait pas redescendre de son perchoir de mauvaise humeur avant d’avoir collé une baigne sévère au métisse.

Le voilà qui s’arrêtait enfin, ce n’était pas trop tôt et le décor avait bien changé. Les voyageurs se trouvaient à flanc de montagne, dominé par des crêtes impressionnantes. Le terrain était escarpé et rocailleux, de plus conifères et bruyères avait remplacé la chênaies entourant Guttenvald. Dans un sursaut professionnel avant de laisser place à sa fureur, Zlata jeta un coup d’œil à la ville en espérant qu’aucun assaillant ne les avait poursuivit. D’ici la cité semblait presque calme mais la rue principale grouillée d’une activité anormale et un incendie semblait s’être déclaré sans raisons apparentes. Personne ne se dirigeait vers eux et une légère butte les cachait des guetteurs de la ville.

Kjeld profita des observations de Zlata pour s’emparer de son arbalète. Il osa de nouveau insulter la guerrière –d’ailleurs c’était quoi encore que cette histoire d’hôte ?- mais avant qu’elle ne put répondre son cheval partie en saut de moutons. Epuisé, blessé et mécontent, l’étalon avait finalement craqué quand le gamin s’était approché brusquement. Zlata sauta aussi souplement de selle que possible, ce qui n’était pas très réussit en fait, et se tourna vers le môme en le toisant d’un œil torve, dague à la main.

Il venait d’abattre un mouflon et tentait de l’achever avec une cruelle lenteur. Ce type était il fou ? Zlata fondit sur lui au moment même où il s’effondrait sur la carcasse. Elle le saisit par sa tunique et le balança trois bon mettre plus loin en rugissant. Il ne se releva pas.

Méfiante, la mercenaire s’approcha lentement et lui assena un coup de pied dans le flan pour être sur qu’il ne rusait pas. Et aussi parce que ça fait du bien aux nerfs. Cette raclure de corne avait trouvé le moyen de s’évanouir juste au moment où Zlata allait enfin pouvoir laver son honneur dans le sang ! Et ça ne l’arrangeait pas du tout, déjà parce que frapper un homme à terre sans être rémunéré pour ça ne se fait pas mais en plus parce qu’elle voulait qu’il paye. Pas qu’il s’en tire tranquillement au prétexte stupide qu’il était inconscient ! Elle cracha au sol de dépit et s’approcha de la monture du gamin. La bête placide n’irait pas loin si on ne l’attachait pas et Zlata avait besoin des rênes pour attacher Kjeld. Elle ne savait pas s’il été fou où s’il été possédé par un quelconque démon, mais elle n’avait pas envie de le laisser aller n’importe où ou faire n’importe quoi. Elle l’adossa à un arbre et lui lia les mains derrière le tronc.

Ils semblaient temporairement en sécurité, elle pouvait toujours passé le temps en s’occupent du mouflon, en triant ses maigres affaires et surtout en cherchant de quoi se soigner.

Avatar de l’utilisateur
Zlata Bolt

Crédit: Fermé

Re: Nous sommes trois

Messagepar Kjeld Ares » 16 Fév 2011, 18:00

Mé euh, et l'instinct maternel alors ? XD


Guttenvald avait disparue. Ses rues sombres, la devanture de son auberge que le sang maculait de pourpre, les cris, Archélas, le guépard, Zlata... rien. Il n'y avait plus rien. Ne restaient que des sensations fugitives, plus violentes à mesure que les secondes s'égrenaient. La morsure du froid sur ses pieds, la douleur qui lui irradiait chaque muscle, le goût du sang dans sa bouche. Kjeld avait froid, horriblement froid au point d'en trembler. Et il avait mal à en mourir, comme chaque fois. Comme trop souvent. Une fois était déjà une de trop. Alastar n'était plus là et pourtant il continuait de souffrir. D'autres prenaient le relais. Lui, il se laissait faire. « Tu verras Kjeld, on s'habitue au goût de la mort... » Non... non ! Une brûlure sous ses paupières le fit reprendre conscience mollement. La lumière glissa jusqu'à ses yeux sombres. Oui, Guttenvald avait disparue. Ses rues sombres, sa devanture de son auberge que le sang maculait de pourpre, les cris, Archélas, le guépard... Zlata...

« Zlata...? »

Les sensations, elles étaient restées. Et mieux encore, de nouvelles venaient s'ajouter à celles qui lui vrillaient déjà les sens. Lorsqu'il voulu bouger, il se rendit compte qu'il était attaché, et à ce constat seul, Kjeld perdit toute raison. Attaché comme un chien. Attaché et à la merci des coups. Il savait les encaisser, il pouvait en supporter plus qu'aucun autre, tant qu'on lui laissait ses bras libres en guise de maigre protection. Et sans ses bras, que lui restait-il ? L'espoir à peine voilé d'en mourir au plus vite. Il tira sur les liens. Le cuir grinça. Ses épaules geignirent. Sur ses joues où le sang d'une arcade se creusait un sillon, les larmes coulèrent sans retenue. Attaché comme un chien qui glapissait à trop savoir ce qui l'attendait.

« Zlata ! Zlata ! S'il te plaît, aides-moi ! S'il te plaît ! »

Supplier était tout ce qui lui restait, quand bien même il suppliait son propre boureau. Plus de place pour la honte, seule la panique sous sa forme la plus primitive lui permettait encore de se débattre. En vain.

Avatar de l’utilisateur
Kjeld Ares

Crédit: Fermé

Re: Nous sommes trois

Messagepar Zlata Bolt » 24 Fév 2011, 23:43

Le soleil était encore haut dans le ciel, pourtant il ne suffisait pas à réchauffer le petit plateau rocheux où Kjeld avait fini sa course. Le sol était caillouteux et parsemé d’une herbe rase que le givre faisait craquer sous les solides bottes de Zlata. La guerrière poussa un soupir dégageant un petit nuage de vapeur et se redressa. Depuis une heure qu’elle était accroupie sur la carcasse, elle pouvait bien se permettre une pause pour ménager son dos. Derrière elle Kjeld poussa un petit gémissement. Il n’allait pas tarder à se réveiller et ce ne serait pas trop tôt. Zlata avait eut le temps de soigner son entaille à la cuisse, de penser les chevaux, de faire un brin de toilette au bord d’un ruisseau situé plus haut et de dépecer en grande partie le mouflon. Les chevaux se remettraient sans mal de leurs meurtrissures, mais la plaie de la Winghox était plus embêtante. Déjà elle boitait, mais surtout elle avait du recoudre l’entaille et cela n’avait pas été des plus agréable. Heureusement on ne lui avait pas volé sa fiole d’alcool. Pour le reste elle comptait sur le système immunitaire légendaire des guerriers à cornes.

Par contre Zlata s’était fait dérobé tabac et pipe ! Cela ne présageait rien de bon qu’en à son humeur.

Soudain Kjeld hurla. Zlata se retourna d’un bloc, allons bon que lui arrivait t-il cette fois ? Mais au lieu d’insultes se furent des supplications qui se glissèrent jusqu’aux oreilles de la blonde. Elle s’approcha avec précaution de lui, s’attendant à une ruse, et s’accroupit face au pauvre garçon en le fixant durement. Presque sans y penser elle avait gardé sa dague à la main. De plus ses manches retroussées dévoilées des avant-bras couverts de sang. Il était certain que Kjeld aurait une sacré frousse, mais buté comme elle l’était, Zlata n’en avait même pas conscience.

« Maintenant tu vas arrêter ton cinéma et fermer ta gueule
, commença t’elle de sa voix rauque. Tu as bien mérité ton sort en m’insultant et tu as de la chance que je ne t’ai pas éviscéré pour laver mon honneur à ton sang. Tu as recommencé à deconner en plein milieu de Guttenvald ! »

Elle se releva brusquement pour s’empêcher de le frapper. Elle n’était pas maligne mais avait quand même de sérieux doutes. Et si Kjeld était bien un berseker ? Son œuvre ne serait elle pas celle d’Amroth ? Le dieu se serait il contenté de l’insulté puis de prendre la fuite ? Cela était stupide, Kjeld avait un problème mais la guerrière ne savait pas quoi.

« Je pense que tu me caches quelque chose. »
Ce n’était ni une interrogation, ni une accusation, la mercenaire constatait simplement ce qui lui semblait évident sans avoir conscience de se fourvoyer.

Avatar de l’utilisateur
Zlata Bolt

Crédit: Fermé

Re: Nous sommes trois

Messagepar Kjeld Ares » 25 Fév 2011, 17:34

Alors qu'il avait interrompu ses appels désespérés pou reprendre un semblant de souffle, Kjeld vit une ombre s'avancer vers lui. Il leva un regard suppliant jusqu'à apercevoir Zlata qui s'était accroupit juste en face de lui sans pour autant lui venir en aide, et sans comprendre qu'il devait ses entraves à la Winghox, il réitéra ses demandes pour être libéré. Est-ce qu'il vit la colère dans l'œil gris acier qui le transperçait ? Oui et non. En revanche, il capta parfaitement la voix rauque et froide qui fut comme une gifle sonnante à son esprit. Zlata... et toutes ces heures passées en sa compagnie. Elle ne pouvait pas être comme ça. Elle ne pouvait pas... Kjeld ravala un hoquet terrifié, cherchant à se souvenir de ce qu'il avait pu faire qui avait tant déplu à la jeune femme, au point qu'elle porte sur elle ce désir non dissimulé de le tuer à petit feu. Qu'avait-il fait ? Par Alrik, qu'avait-il encore fait ? Il s'était évanoui. Oui. Encore. Il l'avait laissée se battre sans intervenir. Il n'avait même pas été capable de mettre les chevaux à l'abri, ou leurs affaires. Rien. Il ne servait à rien, et il allait finir comme Quilbeeg, la tête enroulée dans un morceau de sa tunique. À cette idée, il se mit à trembler et les larmes roulèrent de plus belle. Combien de fois avait-il déjà supplié ainsi ? Il ne les comptait plus. Il avait fini par se taire avec le temps, mais aujourd'hui ses mains étaient liées et il n'avait plus aucun moyen de se protéger. Il allait mourir, il le savait, et l'idée le rendait fou d'angoisse.

« Je suis désolé, je suis désolé... s'il te plaît, détache-moi. Je m'en irai. Pardonne-moi... je te jure de partir. Je ne t'ennuierai plus. Détache-moi... s'il te plaît... »

Et il continua ainsi un long moment, les mots hachés par les pleurs, sans se rendre compte qu'il était à deux doigts de faire exploser l'ulcéromètre de Zlata. Ses mains s'agitaient dans le vide, cherchant à échapper aux rênes rudement serrées sur ses poignets, et il n'arrivait à rien de mieux qu'à pleurer chaque fois plus fort et supplier dix fois par phrase... il fallait dire que les bras couverts de sang de la Winghox n'invitaient pas forcément au calme... D'ailleurs dans la foullée, il ne s'était même pas aperçu qu'il la tutoyait à présent...

Avatar de l’utilisateur
Kjeld Ares

Crédit: Fermé

Re: Nous sommes trois

Messagepar Zlata Bolt » 27 Fév 2011, 21:59

Zlata aurait du s’y attendre, pourtant les suppliques de Kjeld l’a surprirent. Ce gamin était bizarre, il disait ne pas savoir se battre et dézinguait les soldats à la pelle. C’était un brave type un peu niais et soudain il laissait place à un Winghox de base avec option sadisme. Son comportement avait tous les signes de la maladie, voir de la démence. Cela ramenait la mercenaire en arrière de plusieurs années. Face à une sœur complètement démente et à un frère semeur de secret elle avait choisie de regarder ailleurs pour l’une te de coller des baignes pour l’autre. Si son silence avait pour un temps protégé son frère, son incompréhension totale du mal être de sa petite sœur avait causé leur perte à tous. Avec du recul Zlata songeait qu’elle aurait mieux fait de tuer sa sœur dès son plus jeune âge. C’était une pensée purement rationnelle car il était clair que cela aurait arrangé tout le monde, mais même en mettant un fossé considérable entre son travail et ses sentiments – pas un fossé de paturage à brebis, hein, un vrai beau fossé de combat avec pics acérés, crocodiles dans les douves et mur en pierre de taille à l’autre bout – elle doutait franchement d’être capable d’égorger une gamine de dix ans.

Mais la situation était différente ici. Mektild était complètement frappée du matin au soir alors que Kjeld piquait sa crise pendant les combats. Et le pauvre môme donné plutôt l’impression d’être possédé par un démon que de montrer sa véritable nature qu’il aurait caché derrière un masque de bon sentiment. Vu son état actuel, la Winghox n’avait pas grand-chose à craindre de lui. Et de toute façon il était taillé comme une belette trempé, elle ne pourrait même pas s’en faire un cure-dent. Bon il était tant d’agir un peu au lieu de tergiverser à n’en plus finir :

« Ferme la un peu s’il te plait, ça lui paraissait être une bonne entrée en matière. Tu veux partir ? D’accord. Mais si je te laisse te carapater comme ça dans deux heures tu te fait détrousser par des écureuils et dans quatre tu est déjà raide mort de froid. »

Elle contourna l’arbre et lui délia les mains. Avant qu’il ne se carapate comme un lapin elle lui coupa la chique :

« Bouge pas. Il te faut des chaussures. C’est bien pour ça que tu as tué le mouflon, non ? »

Avatar de l’utilisateur
Zlata Bolt

Crédit: Fermé

Re: Nous sommes trois

Messagepar Kjeld Ares » 01 Mar 2011, 22:57

L'esprit totalement accaparé par la peur, c'est à peine si Kjeld entendit les paroles de la Winghox. Pour être tout à fait honnête, elles lui paraissaient plus absurdes encore que celles qu'elle avait eu lorsqu'ils s'étaient retrouvés dans cette bicoque qui prenait l'eau, non loin d'Aspasie. Et peut-être que ce détail aurait dut l'alerter. Peut-être même que c'est ce qui se produisit l'espace d'un instant, juste avant qu'il ne range ses angoisses dans un coin de sa tête, pour plus tard. Il sursauta brusquement en voyant Zlata se lever, interrompant un sanglot qui mourut dans un glapissement d'effroi ridicule. Il était persuadé de vivre ses derniers instants... et se retrouva pris au dépourvu lorsqu'il sentit ses liens se desserrer. Complètement ahuri devant ce revirement de situation, il prit le parti de ramener ses jambes à lui et de les entourer de ses bras, posant son front où martelaient les battements affolés de son cœur sur ses genoux. C'est à peine s'il s'était rendu compte qu'il était pieds-nus. Tout ce dont il était capable à présent, c'était de pleurer sans relâche. À bout de nerfs, incapable d'en supporter d'avantage.

Toute la maigre confiance qu'il avait placée en Zlata s'était évaporée et sa vie ne semblait plus tenir à rien. Il était nerveusement épuisé, moralement effondré.

« Je n'ai tué personne... je n'ai tué personne... » répétait-il comme un enfant autiste.

Il serra d'avantage ses bras autour de ses jambes. Comme le lui avait si poétiquement fait remarqué Zlata, il se serait fait détroussé par des écureuils en moins de deux heures... alors comment pouvait-il tuer un mouflon ou un soldat ? Il ne pouvait pas. Elle devait se tromper. Elle se trompait forcément. Elle lui faisait peur et il tremblait, de froid et de douleur. Car maintenant qu'il commençait à se calmer, la douleur à ses côtes refaisait surface, et il se rappelait avec une précision désagréable du combat et des coups qu'il avait pris. Il avait mal. Horriblement mal. Mais il se gardait bien d'en faire part, gardant comme il l'avait toujours fait la douleur pour lui-même.

Avatar de l’utilisateur
Kjeld Ares

Crédit: Fermé

Re: Nous sommes trois

Messagepar Zlata Bolt » 08 Mai 2011, 22:03

Zlata songea que Kjeld était peut être tout simplement fou. Après tout le coup de je me balance recroquevillé sur moi-même en prononçant les même mots tout le temps, Mektild le lui avait déjà fait. De même que les brutales crises de violence et les insultes à assommer un bœuf de véhémence (si l’on pouvait assommer un animal de cette façon bien entendue). Par contre Mektild était toujours plus ou moins en crise, même en dormant elle se mettait parfois à hurler ou taper dans le mur près de sa couche. De plus les rares fois où elle paraissait normale n’étaient que de grossières mascarades qui n’avaient tromper que des parents trop occuper par des taches ménagères nombreuses et difficiles. Kjeld par contre semblait normal mais pris par moment de coups de folie violent accompagné d’un changement de personnalité.

Pour le moment il n’avait pas l’air trop agressif et la dernière crise était proche, Zlata espéra que cela lui assurerait une relative tranquillité, au moins pour quelques heures. Et puis elle avait avec elle un couteau alors que le jeune homme était désarmé. Pour l’instant elle devait surtout le calmer. Pour apaiser un esprit il faut lui donner de quoi s’occuper. Ce devait être faisable.

« Dès que tu t’en sentira capable tu allumeras un feu. Il y a beaucoup de bois morts et de mousses sèches ici. »


Elle se leva lentement et s’éloigna à reculons.

« Je vais essayer de te faire des chausses. »

La winghox se dirigea vers la carcasse en prennent garde de ne pas tourner le dos au jeune homme et récupéra la peau déjà retirée à la bête. Si elle arrivait à faire la moindre chaussures elles seraient de toute façon temporaire avec un cuir non tanné.

Avatar de l’utilisateur
Zlata Bolt

Crédit: Fermé

Re: Nous sommes trois

Messagepar Kjeld Ares » 03 Juin 2011, 13:10

(j'avais complètement oublié ce RP... désolé :$ )

Le visage encore inondé de larme, Kjeld regarda Zlata s'éloigner à reculons, sans comprendre. Faire un feu ? Avec quoi ? Peut-être qu'en d'autres circonstances il aurait posé la question. Pour l'heure, il craignant un déferlement de violence à son encontre et jugea préférable de se mettre en mouvement plutôt que de rester immobile et risquer de contrarier la jeune femme. Car dans le peu de logique qu'il parvenait à déployer après son accès de panique, Zlata seule était folle. Elle l'accusait chaque fois de méfaits dont il ne se souvenait pas et qu'il lui était impossible de commettre. Comment étaient-il arrivés jusqu'ici ? La Winghox l'avait-elle porté ? Renonçant à trouver seul les réponses à ses questions, Kjeld se leva et entreprit de trouver de quoi faire un feu. Au milieu des pierres entre lesquelles surgissaient les renoncules, il gratta à l'aide de ses ongles afin de récolter quelques brindilles. Il avait bien ramassé l'humus de la forêt quelques jours plus tôt, mais il ne serait pas suffisamment sec pour amorcer un feu. Il s'éloigna un peu afin de se rapprocher des résineux et ramasser celles des branches qu'il jugea les plus sèches, puis revint à sa place.

Zlata était toujours occupée avec la dépouille d'un animal pour lequel il ne souhaitait pas savoir ce qui était arrivé. Il se contenta de tourner la tête afin de se soustraire à ce spectacle qu'il jugeait atroce – tenant la Winghox pour responsable de la mort du mouflon – et disposa les combustibles qu'il avait pu ramasser en tas. À l'aide d'un autre morceau de bois, il commença à frotter jusqu'à produire suffisamment de chaleur pour provoquer une combustion. Il eut du mal au début, ses mains tremblaient encore, et mit un temps fou à provoquer le premier filet de fumée. Soufflant doucement, il se redressa en apercevant les premières flammes. Cette fois, il pouvait se laisser aller à s'asseoir plus confortablement, sans relâcher son attention de Zlata dont la présence l'angoissait à présent. Après tout, il se disait que si elle avait été capable de tuer Quilbeeg sans raison, son tour ne tarderait pas à venir.

Essuyant ses larmes d'un revers de main, il approcha ses pieds du feu. C'est qu'il faisait bigrement froid, d'autant plus dans les montagnes.

« C'était quoi... dans la boîte...? »

Avatar de l’utilisateur
Kjeld Ares

Crédit: Fermé

Re: Nous sommes trois

Messagepar Zlata Bolt » 19 Juin 2011, 21:44

Pas de soucis, tu connait mon rythme d'écriture ^^


Zlata constata avec satisfaction qu’à défaut d’être en pleine possession de ses moyens, Kjeld avait encore assez de jugeote et de persévérance pour faire un feu. Certes ça fumait plus que ça ne réchauffait, mais c’était toujours mieux que rien pour un départ de foyer. Et puis ça avait occupé le gamin suffisamment longtemps pour lui remettre un peu la tête en place puisqu’il recommençait à poser des questions casse pied. Quoique celle là n’était pas si mal en fait. C’est vrai tiens, c’était quoi cette étrange fumerolle dans la boite à bijoux. Zlata songea que c’était un cadeau un peu fumeux avant de se rappeler que ce genre de jeux de mots pathétiques ne collait pas à sa réputation.

« J’en sait foutre rien. Et je t’avouerais même que je m’en fou. Mais connaissant Livian ce devait être une malédictions quelconque. Ca expliquerait le bordel qui règne dans la ville. Guttenvald est trop habituée aux bagarres de rue pour que notre escarmouche avec les soldats l’ai émue à ce point. »

Après un aussi long monologue, Zlata retomba dans son silence habituel. Elle décolla le nez de son travail pour admirer les « chaussures » qu’elle était parvenue à faire. C’était pour le moins…rustique. Disons plutôt que ça ne ressemblait à rien et qu’en plus ça sentait mauvais avec la peau grossièrement tannée et du boyau séché pour fil. Mais bon, Zlata n’était pas bottière. Elle envoya les chaussures à Kjeld par-dessus le feu.

« Je n’ai pas réussit à faire mieux. Si tu veux essayer ne te gêne pas. »

Avatar de l’utilisateur
Zlata Bolt

Crédit: Fermé

Re: Nous sommes trois

Messagepar Kjeld Ares » 26 Juin 2011, 22:07

Kjeld eut un regard implorant en entendant Zlata parler de la sorte du Roi Livian d'Ephtéria. Lui non-plus ne l'aimait pas, mais il se gardait bien de l'avouer à voix haute. C'était un peu comme si une entité supérieure pouvait les entendre persifler où qu'ils soient, comme si leurs têtes pouvaient être mises à prix à la seconde où Zlata blasphémait... même s'il ne s'agissait pas véritablement d'un blasphème. Il réceptionna l'objet que lui envoyait la Winghox en tremblant. Qu'est-ce que c'était ? Une botte ?

« Vous... vous m'avez fait des bottes ? »

Ses yeux sombres se perdirent un court instant sur la jeune femme. Évidemment, il ne se souvenait absolument pas d'avoir tué lui-même ce mouflon pour s'en faire une paire de chausses et pensa que le geste n'émanait que de Zlata et elle seule. Des deux, n'était-ce pas elle, la barbare ? Lui n'aurait jamais osé commettre un tel crime. Il n'y aurait pas même songé. C'était... cruel. Et malgré tout, il trouvait l'attention touchante. En réalité, Kjeld était complètement perdu. Une minute avant, sa compagne de route s'était montrée particulièrement dure avec lui. Elle l'avait attaché et lui avait parlé comme s'il était un monstre. Lui. Et pourtant elle avait tué un mouflon pour lui confectionner des bottes de fortune. Que devait-il penser ? Il n'en savait trop rien. Ce qui l'inquiétait pour le moment, c'était l'idée même de devoir enfiler son pied dans la peau à peine nettoyée d'un animal écorché vivant. Curieusement, ça ne le tentait pas vraiment, mais d'un autre côté Zlata l'effrayait à présent, et il n'osait plus la contrarier. Alors il enfila ses chausses en grimaçant, avant de jeter un regard inquiet autour de lui.

« J'ai peur que traverser les montagnes sans préparation... enfin, c'est un peu risqué. Il vaudrait peut-être mieux retourner en ville, non ? »

La proposition était stupide. Zlata avait toujours la boîte, elle devait la remettre à ceux de l'ouest, et têtue comme elle l'était, ce n'était pas lui qui allait la convaincre du contraire.

Avatar de l’utilisateur
Kjeld Ares

Crédit: Fermé

Re: Nous sommes trois

Messagepar Hétep Ir Kaha » 23 Jan 2012, 17:59

Jamais il ne s'était aventuré aussi loin sur les terres Ohimes, et jamais encore il n'avait osé fouler le sol au-delà de leurs frontières. Hétep Ir Kaha, chef des armées de la belle oasis d'Ohime Quinah, avançait sur l'est. Lettfeti son majestueux griffon avait retrouvé sa liberté lors de leur escale à N'qâta, et ainsi voyageait-il avec sa curiosité pour seule compagne de route. Les sandales abîmées par la roche des Obsidiennes, le casque lourd et rutilant fièrement posé sur ses épaules, et les pans d'armure cliquetant à chaque pas, il allait en conquérant, à l'assaut de ces autres mondes, ces autres peuples, ces autres dieux dont avait parlé sa Reine. Mais le voyage était long et éreintant, plus qu'il ne l'avait imaginé.

Assis sur un rocher pour un repas léger, il entendit l'alerte lancée par Horis. Son faucon planait à quelques kilomètres au-dessus du sol, huissant lorsqu'elle interceptait un danger à proximité de son « compagnon », comme cela était le cas à l'instant. Intrigué, hétep rangea ses maigres victuailles et repris la route prudemment. Il ne tarda pas à intercepter des voix, et plus exactement des cris qui le mirent sur ses gardes. Se dirigeant vers la source d'autant d'agitation, il finit par déboucher sur une petite excavation où deux jeunes gens semblaient avoir érigé un campement.

Le plus proche était un jeune homme. Le teint pâle, de grandes cernes sous les yeux et la mine creusée par la crainte, il remuait les braises d'un foyer tout frais à l'aide d'une branche trop verte pour prendre feu. Un peu plus loin, une femme. Dotée de cornes mais le visage bel et bien humain, un œil borgne, elle affichait un air moribond... voir carrément furieux. Le jour et la nuit, sans que notre demi-Dieu puisse déterminer lequel était le jour, et lequel la nuit. Tout ce qui lui importait à l'instant présent, était cette rencontre avec des individus qui ne faisaient pas partie des siens.

« Mes hommages, voyageurs. Mon nom est Hétep Ir Kaha, chef des armées Ohimes. » se présenta-t-il.

Le jeune homme aux cheveux de jais venait de lever vers lui un visage étrange où semblaient se disputer la curiosité, la fascination, et une crainte indéniable. Aussi Hétep se contenta-t-il d'attendre sagement que l'un ou l'autre des deux individus se présente à son tour avant toute entrée en matière. Or, attendre sagement ne faisait pas tellement partie de son caractère...


Donc comme prévu, je te propose de donner la boîte à Hétep afin de décharger Zlata de ce fardeau. Ensuite chacun pourra retourner RP de son côté : Kjeld pour se faire tatouer chez Vrass et Zlata pour le tournoi des Hieras.

Avatar de l’utilisateur
Hétep Ir Kaha

Crédit: Fermé

Re: Nous sommes trois

Messagepar Zlata Bolt » 18 Mai 2012, 14:20

La carcasse encore tiède du mouflon semblait tendre les bras à une Zlata affamée. Elle se redressa et trancha un steak de belle taille mais assez fin dans le filet du chamois en ce rappelant à regret les ragouts de mouton de son enfance. Elle retourna au feu improvisé et piqua sa tranche sur sa dague après l’avoir pliée en deux pour qu’elle tienne bien. Le chamois ressemblait a de la viande rouge et il devait être possible de la manger à peine cuite. Elle s’assit en grognant lorsque les fils de sa plaie mordirent la chair. Puis elle porta la main à sa pocha et jura en patois en se souvenant de la perte de sa pipe. Elle en aurait bien fabriqué une autre, mais elle ne possédait pas d’outil assez fin pour percer un trou de tirage dans le bois.

La guerrière était lasse ce qui ne lui était pas arrivé depuis longtemps. Pour se remettre en selle Zlata aurait du faire comme tous les membres de son peuples (en tout cas les mâles qui eux, au moins, savaient vivre) à savoir écumer les routes à la recherche de crâne de monstres à fracasser et de membres à briser, récupérer des butins, remplir des missions et finir dans un bar à vider des pintes et songeant à sa vie simple et bien remplit. Au lieu de cela elle avait froid, elle avait faim et surtout elle se trimbalait un gamin incapable, geignard et parfaitement imprévisible. Elle ne daigna même pas répondre à sa question : évidement qu’il était dangereux de tranverser les montagnes sans préparation, c’était même totalement irresponsable. Mais Zlata, bien que sans scrupule, s’était attaché à quelque principe et parmi ceux ci, qu’une bonne réputation de mercenaire se faisait en remplissant les contrats quoiqu’il arrive. Le mieux serait tout de même de faire le voyage seul…

C’est au moment au Zlata arrivait à cette inquiétante conclusion qu’un homme surgit d’entre les arbres. La scène était tout simplement surréaliste. Visiblement seul, apparemment non armé, il se baladait au milieu des montagnes dans une armure clinquante rehaussée d’un très imposant casque en forme de rapace entièrement couvert de dorure et de pierre précieuse. En tout cas soit il était inconscient des dangers de la région, soit il était vraiment sûr de sa force. Dans les deux cas il était dangereux. Mais avant même que Zlata ne prenne en compte la situation il s’était avancé dans la clairière et dument présenté. La Winghox devait vraiment être épuisée pour ne pas avoir perçut la progression du guerrier jusqu’à eux. Alors qu’elle songeait à tirer un carreau sur cet inconnu assurément taré, son cerveau embrumé fit le lien. Qu’avait il dit ? Chef des armées Ohimes ? Ca tombait bien ça. Et puis ça expliquait l’assurance de l’encasqué (son armée ne devait pas être loin) et sa parfaite inconscience en territoire ennemie (il devait se croire en territoire conquis comme tout bon chef militaire qui se respecte : buté et persuadé d’avoir la plus grosse pair). La Winghox se dit que c’était sa chance de faire d’une pierre deux coup : accomplir sa mission et se tirer loin de Kjeld. Elle se leva posément et plutôt que de s’incliner en signe de respect, elle se frappa la clavicule du point fermé : sorte de geste universel qui voulait dire « je te respecte en tant que guerrier parce que je suis aussi brute de pomme et « virile » que toi » avant de prendre la parole de sa voix rauque, mais affirmée :

« Mes hommages à vous aussi, guerrier. Votre arrivé tombe à point et les dieux ont du guider vos pas : notre roi m’a engagé pour apporter au peuple Ohime un présent. Je vous le remet instamment. »

Sans plus de cérémonie, fallait pas pousser quant même, elle était guerrière, pas émissaire, elle se tourna vers ses effets et en retira la boite encore emballée dans son tissus élégant et l’offrit à l’homme au casque en y mettant les formes.

« Ma mission est accomplie. Que la prospérité demeure sur votre peuple. »

La Winghox, remotivé par cette bonne chose de faite, s’empara de ses affaires, sans oublier le steak de chamois et une portion de viande, se jucha sur son cheval qui l’accueilli d’un air morne et se tourna vers Kjeld :

« J’en ais mare de ton bordel. »

Sans rien ajouter Zlata faisait une nouvelle croix sur son passé qui s’ajoutait aux nombreuses autres : plus jamais accepter de mission pour le roi. Et encore moi de voyager avec un blanc bec !

Avatar de l’utilisateur
Zlata Bolt

Crédit: Fermé


Retourner vers Les montagnes et volcans

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron