Mon royaume pour un cheval...

Leurs pieds s'étalent en de curieux éboulis enchevêtrés de pins et de pavots... et puis là-haut, pour les plus courageux, les roches coupantes, les fragiles ancolies, les habiles mouflons, les éternelles neiges, et l'écho de vos pas dans un silence savoureux.

Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Ceithli » 16 Juil 2011, 10:42

Précédemment: Un peu de réconfort
==========================================
Ce n'était pas compliqué, Ceithli n'avait absolument rien compris à ce qu'il venait de se passer. Ils s'étaient rapidement habillés, revêtant les vêtements de chat, puis les pèlerines par dessus dans la mesure où l'orage avait grondé à peine la veille, puis ils avaient été emmenés chez Belladona. La picaris semblait manquer de matières premières pour confectionner le remède qui aurait pu guérir complètement Archélas, et la jeune femme commençait vraiment à se demander si sa fièvre n'allait pas un peu trop empirer et l'emporter. Cependant, la plante put lui donner tout de même une tisane qui devait faire baisser ses maux de tête et le baume pour les douleurs musculaires... ce serait toujours ça de gagné.

Mais c'est alors qu'une fois tout ça réglé, Archélas exigea qu'ils organisent le sac de manière à ce que chacun puisse prendre les affaires de l'autre, si ce sac était pratique niveau sécurité, c'était tout de même très contraignant de devoir systématiquement mettre toutes les affaires à deux. Malgré tout, ils n'avaient pas non plus cinquante milliards de choses, et Belladona proposa même sa propre source d'eau pour qu'ils puissent remplir l'outre des danaïdes... et c'est là qu'elle leur montra un drôle d'objet, une sorte de petit bouton ou une perle, et puis pouf...

Ils étaient désormais au bord de l'échine de Drakmoniss.


«Woaw! C'était quoi ça?»

Ça lui avait fait un peu le même effet que lorsque Sayah l'avait téléportée jusqu'à Banba. L'impression d'avoir ses organes qui sont restés quelque part ailleurs, et instinctivement elle avait ramené ses mains sur son ventre, comme pour s'assurer que tout était bien en place. Puis elle s'approcha d'Archélas avec inquiétude

«Je crois qu'on nous a téléporté quelque part près de l'échine de Drakmoniss... je ne sais pas pourquoi Belladona a choisi cet endroit, peut être que Némésis est quelque part dans les environs?»

Elle en doutait un peu, si la jument avait vraiment essayé de traverser les montagnes, il lui faudrait encore plusieurs jours pour y parvenir, alors peut être que la picaris espérait justement qu'ils traverseraient ces montagnes avant que la jument n'ait à le faire, pour sa sécurité. Et si elle ne les avait pas envoyé directement de l'autre côté, c'est qu'elle était déjà quelque part par là... si tant est que la plante savait pour Némésis... Sayah le savait, mais est-ce que la picaris pouvait communiquer de la même manière que l'orphe? S'il le faut, elle ne les avait envoyés là que par pur hasard.

Ils n'étaient que le matin, et au final, ils n'avaient presque rien mangé encore. L'avantage des montagnes étaient qu'elles offraient plus de ressources comme des baies, des fruits et autres racines, elle s'approcha donc d'un buisson de mures et commença à en récolter quelques unes, il y avait aussi quelques fraises des bois encore, même si ce n'était plus la saison... les dernières en quelque sorte. Elle s'approcha d'Archélas avec son maigre butin


«J'irai chasser une fois qu'on se sera un peu installés. Pour le moment déjà, il faut reprendre encore un peu de forces... est-ce que tu veux que je te passe le baume pour tes douleurs?»

Elle ne l'imaginait pas vraiment marcher dans ces montagnes dans cet état... décidément... même s'ils étaient hors de danger dans la mesure où le village winghox était bien loin, l'échine de Drakmoniss n'était pas vraiment une promenade de santé non plus...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Archélas Ages » 16 Juil 2011, 20:25

Archélas s'était approché du bouton pour mieux voir, le sac sur son épaule valide. À aucun moment il ne se méfia. Pourquoi se serait-il méfié par ailleurs, puisqu'il avait à faire à Belladona ? La douce, la gentille, l'innocente Picaris...

Il battit des cils à plusieurs reprises, un peu hébété. Il n'avait déjà strictement rien compris lorsqu'il s'était retrouvé de l'antiquaire à l'herboriste, et s'était contenté de mettre ce drôle d'évènement dans un coin de sa tête, comme quelque chose sur quoi réfléchir plus tard. Et cette fois encore, il était perdu. Étendu sur le dos, il fixait le ciel sans parvenir à se remémorer comment il s'était traîné jusqu'ici. Avait-il des absences ? Combien de jours s'étaient-ils écoulés ? Où était Ceithli ? Son cœur se serra à cette question, mais il se détendit aussitôt qu'il l'entendit parler. Tournant mollement la tête vers elle, il se demanda pendant une seconde de quoi elle parlait avant que son regard ne soit arrêté par les montagnes. Là, il était complètement désorienté. Jugeant inutile d'inquiéter sa féline, il se redressa sur un coude jusqu'à s'asseoir, puis se massa lentement la nuque. Une légère nausée lui fit dire que la téléportation n'était pas très à son goût.

« Il y a toujours la corne d'abondance, tu sais. » parvint-il à lui sourire en piochant dans les mûres qu'elle avait cueillies.

Mais il savait qu'il était plus réconfortant de trouver soi-même sa nourriture plutôt que de dépendre d'un objet. Et puis l'évocation de Nemesis lui réchauffa le cœur. C'était sans-doute un peu idiot, mais sa jument lui manquait et il s'inquiétait pour elle. On pouvait dire ce qu'on voulait, Nemesis avait été son unique partenaire pendant près de dix ans. Il s'y était attaché, et puis c'était tout. Il frissonna, les os glacés par la fièvre. La tisane de Belladona commençait à lui faire du bien, et lui recommençait à penser aux torches. Sa faute, encore une fois.

« Je vais faire un tour de garde. Comme nous sommes un peu en hauteur je devrais avoir un bel horizon sur les plaines, en espérant que rien ne viendra des montagnes. Il marqua une pause, l'air soucieux. Et j'ai bien peur qu'il me faille observer aussi le village de ces femmes qui ont l'air leurs ennemies... maintenant que je sais quel sort elles réservent à la gent masculine je m'en passerai volontiers mais... je crois que je n'ai pas trop le choix. Ça fait partie de la mission... » soupira-t-il comme pour se justifier.

Il avala encore quelques fruits, puis se leva.

« On montera le camp quand je serais sûr que rien ne rôde. »

Jouer au soldat, c'était peut-être la seule chose qui lui permettait de tenir après tout ce qu'ils venaient de vivre. Un doigt sur son front comme pour atténuer son mal de tête, il s'éloigna un peu, n'avançant qu'avec précautions tout en observant les environs. Comme il s'y était attendu, en dépassant un rocher il eut un panorama dégagé sur l'ensemble des plaines. Il ne reconnut rien. Ni la plage où ils s'étaient tous échoués, ni le ruisseau où ils avaient dormit. Perdu. Au milieu de nulle part. Était-ce bien l'Échine de Drakmonniss qu'ils s'apprêtaient à traverser ? N'étaient-ils pas aux pieds des Obsidiennes ? Comment savoir ? Il leva la tête pour observer le ciel. Non. Il regardait bien au sud, et la chaîne montagneuse semblait s'étaler d'est en ouest. Il ne s'agissait donc pas des Obsidiennes. Un nuage noir attira son attention et il pivota lentement. Là-haut, comme un feu d'alarme sur le plus haut pic des montagnes, les volutes sombres de la Gueule d'Amroth entachaient le ciel. Non. Il ne s'agissait pas des Obsidiennes.

Il refit un tour, profitant de l'occasion pour ramasser quelques brindilles, des pierres, s'attardant sur les traces d'un caprin. Puis il rejoignit Ceithli et déposa son butin au sol.

« Personne sur des kilomètres. Je revérifierais toutes les heures. J'ai trouvé des fientes de... je sais pas. Mouflon, chamois. C'était frais, si tu as faim. »

Et sans se soucier du double sens de sa phrase, il prépara un cercle de pierres pour y allumer un feu. Il aurait peut-être dû acheter cette poudre permettant d'allumer un feu sans effort...

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Ceithli » 17 Juil 2011, 00:26

La féline n'avait pas la moindre idée d'où pouvait bien se trouver le village des amazones, et encore moins où ils pouvaient se trouver pour le moment. La seule chose qu'elle savait, c'était qu'Archélas était souffrant, et que ce ne seraient surement pas ces femmes barbares qui allaient se charger de le soigner. Aussi ne fit-elle que baisser les yeux et fixer le vide alors qu'il partait faire un tour de garde.

Elle s'était alors assise à même le sol, sur une pierre froide et humide, bien protégée par la pèlerine, ses bras enlaçaient ses genoux et elle ne faisait que fixer le vide. Il était évident que ce serait cela sa vie désormais, elle n'aurait que deux possibilités: soit être une simple femme de soldat qui reste à la maison en attendant qu'il daigne rentrer à la maison en piteux état, soit le suivre et se retrouver dans ce genre de situation, où chacun se sentirait systématiquement coupable d'avoir entraîné l'autre. Elle savait qu'il s'en voulait de l'avoir emmenée avec lui, de voir où tout ça les avait menés... et pourtant, malgré son état de faiblesse, malgré tout ce qu'il venait de se passer, plutôt que de retourner auprès du roi pour lui signifier qu'il avait bien accompli sa mission, il souhaitait aller encore plus loin dans les ennuis, comme s'il n'avait pas eu sa dose, une drogue du danger, un besoin d'aller vers la mort.

Peut être avait-il réellement envie de mourir, qu'il se sentait coincé dans une situation qui ne lui convenait pas... par sa faute. Il avait espéré qu'elle serait partie sans lui, à plusieurs reprises il avait manifesté qu'il voulait qu'elle s'en aille... oui il l'avait dit plusieurs fois.

Le cœur de la jeune femme se déchira alors... pourquoi n'avait-elle rien vu? Il s'était laissé embarqué par leur histoire, probablement trop intense, trop sauvage et il avait lancé des mots qu'il n'avait pas pensés... il avait vu le côté pratique de l'avoir à ses côtés: une chasseuse, habituée aux longues routes, qui sait se débrouiller et qui pouvait le sortir du pétrin en cas de besoin et... mais... désormais il cherchait un moyen de se débarrasser d'elle. Comme si elle avait eu un flash, les larmes coulaient à flot, mais elle l'entendait déjà revenir, et il ne devait pas savoir... il ne devait pas voir... l'avantage des yeux noirs, ils ne seraient pas rougis par sa peine. Usant de la pèlerine pour rapidement essuyer l'eau qui s'était répandu sur ses joues, elle se leva sans trop le regarder alors qu'il mentionna qu'elle pouvait aller chasser. Elle hocha la tête, n'écoutant guère le double sens qu'il avait mentionné non plus, d'un autre côté elle n'avait pas écouté. Elle se débarrassa de la tenue qu'elle portait, il ne lui restait alors plus que les vêtements légers du rubsang avant qu'elle ne se transforme sans un mot.

Elle partit alors en chasse, mais elle n'avait pas faim, même sous cette apparence. Elle s'arrêta plus loin, lorsqu'elle fut hors de vue et fixa un instant l'horizon pour s'assoir un peu. Parfaitement immobile même si son museau et ses oreilles étaient aux aguets. Il serait simple pour elle de repartir. Certes, elle perdrait tout, ses ores, son équipement.. mais elle pourrait toujours tout regagner à nouveau par la suite après tout. Mais le laisser seul dans ces montagnes, même avec leurs affaires, signifierait probablement sa mort, surtout si ces amazones lui tombaient dessus... elle se sentait étrangement partagée... d'un côté elle se disait que s'il ne voulait plus d'elle, c'était tant pis pour lui s'il venait à être tué parce qu'elle serait partie, mais... elle n'arrivait pas à envisager sa vie sans lui désormais.

Elle avait besoin de réfléchir un peu à tout ça, essayer de comprendre ce qu'il voulait, ce qu'elle voulait et... s'ils avaient ou non un avenir. De toute manière, un soldat n'offrait jamais un avenir très reluisant et elle avait pensé pouvoir l'assumer, mais désormais elle n'en était plus très sure, surtout si c'était pour aller au-delà même des ennuis, les provoquer, les attirer... des larmes coulèrent le long des traces noires sous ses yeux, invisibles et silencieuses... elle allait probablement rester encore un peu ici avant de décider de ce qu'elle allait faire ensuite... soit il s'inquiéterait, soit il en profiterait pour filer... au final elle serait surement fixée plus vite qu'elle ne le pensait

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Archélas Ages » 17 Juil 2011, 21:50

De son côté Archélas ne vit rien, comme souvent. Pour ne pas dire comme d'habitude...

Il laissa Ceithli se transformer sans lui accorder de réel intérêt. Non pas qu'il éprouvât une quelconque indifférence pour la jeune femme, mais il jugeait assez indiscret – voir saugrenu – de la regarder avec insistance alors que son corps se disloquait sous l'effet de sa métamorphose, et il préférait pour cela lui laisser toute l'intimité dont elle avait besoin. En réalité, il repensait avec un frisson à sa propre transformation pour laquelle il avait éprouvé une douleur si vive qu'il aurait refusé tout net de s'y livrer sous les yeux de sa féline s'il avait su... À y repenser, elle ne lui avait jamais dit si cela la dérangeait qu'il l'observe dans ces moments là. Lui, ça l'intriguait, et peut-être aussi que voir sa promise passer d'humaine à guépard sous ses yeux l'aidait à assimiler le fait qu'elle était l'une... et qu'elle était l'autre.

Il disposa les pierres en cercle avec un soin assez particulier, à l'abri du vent entre les rochers, tout en laissant un périmètre dans lequel ils pourraient s'installer sans être obligés de s'approcher trop près. Satisfait de son emplacement, il se retourna pour récupérer ses brindilles et la mousse qu'il avait ramassée quelques jours plus tôt, sèche au fond du sac, remarquant avec étonnement que le guépard n'était plus là. Il se leva pour observer les alentours d'un coup d'œil circulaire, mais non. Ceithli était partie, et il pensa avec un sourire qu'elle devait avoir rudement faim pour s'être mise en chasse si vite.

Alors il retourna à son feu, et entreprit de monter le campement. Pour la tente, il avait déjà repéré un emplacement suffisamment dégagé pour la déplier sans tomber sur un caillou, et il se contenta de nettoyer la place du pied, repoussant ce qui pourrait se révéler inconfortable à travers la toile. Il recula, jeta la boule hérissée de pics, sourit lorsqu'elle se déploya d'elle-même. Elle était aux prises du vent et frémissait légèrement, mais tenait bon. Retournant à son feu afin de l'entretenir et de lui faire prendre de la vigueur, il sortit ensuite leurs vêtements humides, grimaçant en reconnaissant l'odeur de moisissure qui s'en dégageait. À moins de trouver une source suffisamment généreuse pour s'adonner à une nouvelle lessive – ou qu'il pleuve à nouveau – ça resterait ainsi. Il étala le tout sur des rochers exposés au vent, posant par dessus de grosses pierres pour éviter d'avoir à courir après. Sa couverture en particulier fut retournée constamment. Ils en auraient besoin pour la nuit et il avait besoin qu'elle sèche plus vite. Vérifiant une dernière fois que tout était en ordre, il chercha Ceithli des yeux, en vain, puis repartit faire un tour de garde.

Rien.

Personne.

Il distingua bien quelques silhouettes au loin mais fini par se rendre compte qu'il s'agissait d'une meute de Teignes, ce qui lui rappela les paroles de ceux qui les avaient capturés : « Ces saletés sont de plus en plus nombreuses... » Et c'était vrai. Le souvenir de la petite harde qui s'était occupée des corps des soldats le fit frissonner... à moins que ce ne soit dû à sa fièvre. Il porta une main à son front, regardant à l'ouest. Sa migraine était passée mais sa compagne avait raison, il était brûlant... Abandonnant son poste d'observation, il refit un tour au milieu des caillasses, levant le nez à la recherche de Ceithli, espérant la voir filer d'un rocher à l'autre à la poursuite de son dîner. Mais il ne la vit pas... le soleil venait de passer le zénith, lorsqu'il atteignit le campement. Vide. Il soupira. Il avait vécu avec sa solitude pendant des années, et à présent que la jeune femme s'absentait plus de quelques heures, il se voyait là à tourner en rond. Alors, aussi bien pour occuper ses mains que son esprit, il s'occupa de leurs vêtement, de la couverture, du feu devant lequel il finit par s'installer.

Il se versa un peu d'eau sur les mains, prenant garde de ne pas en gaspiller. L'outre des Danaïdes avait beau contenir une belle quantité de liquide, ils n'iraient pas bien loin s'ils la gaspillaient pour un rien. Il nettoya ses écorchures et entreprit de soigner ce qui devait l'être. Sa paume, salement entaillée et que sa tentative pour se rattraper aux parois de la douve n'avait pas arrangée, l'ongle arraché par la même chute, grimaçant et se mordant les joues au sang chaque fois que le Larmiqueuse lui brûlait les chairs. Puis il posa le pot presque vide à ses côtés. Si Ceithli revenait blessée, il voulait avoir de quoi la soigner.

Nouveau coup d'œil circulaire.

Toujours personne.

À l'aide du kit de suture, il détacha les fils à son épaule, se contorsionnant comme il pu pour atteindre les points sur son omoplate. Il aperçu le Tecoluta à l'envers et grimaça. En fin de compte, il devait peut-être la vie deux fois à ce Vrass Rannveig. La première grâce à son tatouage, la seconde grâce à sa sœur. Il se rhabilla, retourna à ses vêtements, puis à son tour de garde, et il revint au campement les bras chargés de bois sec. Par acquis de conscience, il vérifia que Ceithli n'était pas dans la tente, mais retourna s'asseoir le cœur vide. Un nouveau soupir quitta ses lèvres. Sa fièvre l'épuisait, et il fini par enrouler ses bras autour de ses jambes, posant son menton sur ses genoux. Ses cheveux que le vent faisait virevolter ne cessaient de lui chatouiller le visage, mais il ne se sentait pas l'énergie de les repousser.

Peut-être qu'il devrait se raser ? Oui mais il n'avait ni rasoir, ni miroir. Il passa ses doigts dans sa barbe de plus en plus épaisse. Ceithli apprécierait sans-doute qu'il se rase, oui. À moins qu'il ne finisse sa sève de Morphe. Elle avait l'air de le trouver adorable sous forme animale. Il ferma les yeux, un sentiment bizarre lui vrillant les boyaux.

Vouloir jouer au Morphe était ridicule. Jamais il ne serait comme elle, jamais il ne comprendrait vraiment ce qu'elle était, et prétendre le contraire – même en croyant sincèrement avoir effleuré ce que l'on pouvait ressentir sous cette forme – n'était qu'une insulte... Un nouveau frisson le fit trembler, et il battit des cils pour se forcer à rester éveillé et attentif malgré le côté envoûtant du feu devant lui. Il repensait à tellement de choses à la fois qu'il finissait par ne plus trop savoir où il en était, jusqu'à ce que son cœur se serre une nouvelle fois. Un détail, cuisant comme une gifle qui vous laisse la joue en feu. À Guttenvald, elle le lui avait dit : elle courait, elle tuait, et puis elle mangeait. Mais elle n'était pas faite pour transporter des proies trop lourdes. Un bouquetin, un mouflon, un chamois... elle le mangerait sur place, certainement. Mais avait-elle compris qu'il lui demandait d'aller chasser pour elle et non pour deux ? Pensait-elle qu'il lui faudrait ramener son butin ? Et puis, n'était-elle pas taillée pour la course plutôt que pour l'escalade. Arriverait-elle seulement à chasser en terrain accidenté ?

Archélas se leva, se soustrayant de fait à ses raisonnements éprouvants, ses inquiétudes, et la lassitude que les flammes imprimaient sur ses rétines. Il chercha Ceithli du regard une nouvelle fois. Elle n'allait pas bien, dans cette cave, elle s'était battue autant qu'elle le pouvait pour leur liberté chez Sayah, et elle n'avait rien dit chez Belladona. Et lui ? Lui il s'était plaint de ses petites douleurs... sans se soucier de savoir ce qu'elle ressentait d'être enchaînée comme un chien. Était-ce si différent du jour où ce gamin l'avait marquée au fer rouge ?

Un coup d'œil sur le feu qu'il raviva plus que de raison, pour qu'il tienne jusqu'à son retour, puis le soldat se mit en route. Il n'avait pas bien l'habitude du pistage, surtout sur un terrain aussi difficile que les montagnes, mais il lui sembla distinguer une empreinte parfois, entre les bruyères. Il se retournait régulièrement, vérifiant sa position et l'absence d'invités surprise, prudent comme il ne l'avait pas assez été ses derniers jours. Il dut escalader quelques gros rochers et faire plusieurs fois demi-tour lorsqu'il perdait sa trace, jusqu'à retrouver une preuve de son passage. Au bout d'une heure, il revint au campement, revérifia rapidement que tout était en ordre, retourna à son tour de garde, puis il repartit sur la piste de Ceithli. Plus rapide sur les premiers mètres à présent qu'il avait repéré son cheminement, plus lent lorsqu'il devait de nouveau jouer au pisteur. Il n'aurai pas su dire pourquoi – pour rien sans-doute – plus il cherchait à la rejoindre, plus il angoissait à l'idée de ce qui aurait pu lui arriver. Si elle avait glissé derrière ce rocher ? Si elle s'était blessée ?

« Ceithli ? »

Sa voix résonna de pierre en pierre. Retourner au campement et attendre ? Poursuivre ses recherches ? Il ne savait plus. Tout ce qu'il savait, c'est que son inquiétude grandissait au fil des heures jusqu'à prendre des proportions déraisonnables.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Ceithli » 18 Juil 2011, 09:44

Couchée à même le sol, la tête posée sur ses pattes, la féline semblait avoir envie de s'enfouir sous terre, de disparaître à jamais de ce monde où décidément elle ne semblait pas avoir sa place. Du moins pas sous son apparence humaine. Les animaux étaient beaucoup moins compliqués: manger, boire, dormir, se reproduire... survivre. La notion même de vie n'était pas tellement réelle chez eux, contrairement aux humains où il semblait nécessaire de «bien vivre» au moins.

Elle poussa un léger soupir, les larmes coulant encore le long des douces trainées noires bordant ses yeux d'ébène, elle ne regardait rien de particulier et alla même se rouler carrément en boule. Sachant qu'elle se mettait elle-même en grande position de faiblesse à se coucher ainsi, car si un ennemi venait à s'approcher, il lui faudrait peut être une demi-seconde de trop pour se redresser, contrairement à sa position initiale... mais là elle se moquait bien de ses ennemis potentiels. Elle avait pris cette forme en espérant qu'elle souffrirait moins, ayant moins conscience des sentiments qu'elle pouvait éprouver pour le soldat ainsi, malheureusement, elle souffrait trop pour que ça ne se répercute pas sous sa condition féline. Ses oreilles s'agitèrent un peu alors qu'elle pouvait l'entendre bouger, elle savait que c'était lui, elle reconnaissait ses grognements lorsqu'il souffrait... probablement parce qu'il était malade et que se déplacer sur de la pierre glissante ou repousser des branchages de ses mains blessées ne devait pas lui faire du bien. Son cœur se serra alors, s'il la cherchait? S'il était en train de se rendre encore plus faible par sa faute?

Non, il devait surement faire de simples tours de gardes, ce n'était pas par rapport à elle. Il attendait juste qu'elle veuille bien ramener à manger. Il ne lui avait pas précisé si elle ne devait chasser que pour elle, ou pour eux, bien qu'il avait seulement dit «si tu as faim» ce qui pouvait laisser entendre qu'elle ne devait penser qu'à elle... mais peut être que c'était aussi évident pour lui qu'elle lui ramènerait quelque chose. Elle avait toujours chassé pour deux jusqu'à présent sans qu'il n'ait vraiment besoin de le lui demander... Elle ferma les yeux, comme si elle pensait qu'en ne voyant rien elle deviendrait invisible... mais elle n'allait pas bien. Elle était malheureuse... Finalement elle entendit son nom. Il la cherchait. Elle se leva un moment, il était faible, il devait avoir faim... elle se souvint alors de ce que sa mère lui avait dit concernant les humains: la femme reste à la maison, prépare le repas et assure simplement les devoirs conjugaux, docile et soumise. Elle savait qu'Archélas n'était pas du genre à vouloir une épouse comme cela, du moins pas consciemment. Elle se tourna de nouveau vers l'horizon, réfléchissant à ce qui serait le plus important pour elle: rester avec l'homme qu'elle aimait, mais se retrouver enchaînée comme dans cette cave winghox, ou vivre libre mais seule.

Pour le moment, elle estimait ne pas avoir le choix et s'éloigna un peu de la voix qui l'appelait. Elle suivit plusieurs pistes jusqu'à trouver un couple de mouflons avec leur petit. Le troupeau ne devait pas être bien loin, jusqu'à ce qu'elle remarque que la femelle était blessée... elle se tapit alors, elle ne faisait pas vraiment partie des prédateurs qu'ils devaient être habitués à voir, mais elle gronda rapidement et le mâle s'avança alors, jusqu'à ce qu'elle se redresse, se montrant clairement sans peur... elle se fichait de ses cornes, elle avait affronté une winghox, alors un mouflon à côté c'était un poisson rouge. Elle feula et le petit se mit à trembler alors que la femelle essayait en vain de se lever. De deux choses l'une, elle ne savait pas si le mâle chercherait à tout prix à protéger en priorité sa progéniture ou sa propre vie. La femelle serait restée, c'était une certitude, mais le mâle... et effectivement, au moment même où elle bondit, le mouflon détala à toute vitesse, le petit cherchant à le suivre avec difficulté avant de revenir vers sa mère et de pousser un gémissement plaintif.

La féline regarda alors à tour de rôle la femelle qui cherchait à se relever tout en faisant barrage de son corps au petit, et le regard noir du guépard se dirigea alors vers le mâle, le lâche qui s'était enfuit. Elle se mit à courir et sauta alors par-dessus la mère et l'enfant, qui ne devaient pas comprendre ce qu'il venait de se passer, et elle se mit à courir, encore et encore, glissant sur la pierre, s'accrochant aux racines, ses coussinets s'entaillaient alors qu'elle voulait poursuivre le mâle, probablement que sa propre frustration jouait dans l'histoire, poursuivre le mâle qui ne se souciait pas de sa famille, qui ne pensait qu'à lui. Elle le rattrapa rapidement, peut être parce qu'il s'était arrêté à plusieurs reprises pour voir si elle le suivait justement, et comme elle avait mis du temps à partir, il s'était senti en sécurité. Mais elle pouvait sentir sa peur, le son de son souffle rauque et du petit cœur paniqué, elle jaillit des buissons et se jeta sur sa nuque, roulant avec lui, serrant un peu plus les dents lorsqu'elle sentit une pierre s'enfoncer dans son dos lorsqu'elle les avait retournés et elle lâcha prise juste le temps de viser la jugulaire, bloquant les cornes de ses pattes avant. Elle s'abreuva du sang qui coulait doucement dans sa gorge, comme un nourrisson accroché au sein de sa mère, plantant ses griffes dans la chair qui se présentait à elle, lacérant, déchirant le cuir avec une certaine rage, grondant, feulant, elle semblait déterminée à déchiqueter ce mâle arrogant qui avait cru lui échapper en abandonnant sa famille. Elle ne sut même pas à quel moment il était passé de vie à trépas, elle s'était acharnée sur sa dépouille, se relevant, le tournant dans tous les sens, fracassant même les pattes sur un rocher en usant d'un mouvement d'élan, et lorsqu'enfin elle daigna le lâcher, elle était couverte de sang.

Elle resta les yeux fixes sur la dépouille, son cœur battait vite et la tristesse l'envahissait à nouveau... ça l'avait un peu défoulée, mais pas tant que ça. Elle se pencha alors et se mit à la tâche de le découper en morceau, en profitant pour manger un peu. La tête fut la première à être séparée du corps et se mit à rouler un peu plus loin à flanc de montagne, elle servirait surement à un charognard ou autre. Puis elle regarda un moment le reste, mine de rien elle était déjà repue, le poitrail offrait quand même de bons muscles savoureux et les guépards n'étaient pas vraiment de gros mangeurs, aussi reprit-elle forme humaine. Le rubsang recouvrait sa poitrine et son intimité, comme si elle était en sous-vêtements, mais le voile offrait tout de même un peu plus une sensation d'être habillée que nue. Pliant les genoux, elle souleva la bête pour la hisser sur ses épaules, les pattes de chaque côté de son cou, puis en les tenant fermement, elle se mit en route, suivant ses propres traces en sens inverse et le feu du campement au loin. Elle mit beaucoup plus de temps à revenir qu'elle n'avait mis à partir, plus d'une demi-heure s'était écoulée lorsqu'elle arriva enfin au campement. Archélas n'était pas là, surement à la chercher encore, ou à faire sa ronde.

Elle posa le chamois sans grande précaution ni délicatesse à côté du feu... il se débrouillerait pour le découper et le faire cuire. Son dos et sa poitrine étaient couverts du sang de la bête, elle avança un peu pour regarder à nouveau l'horizon sans s'en soucier, puis finalement elle s'éloigna seulement de quelques mètres, de manière à être visible depuis le campement tout de même, tournée vers les plaines du Sud encore, là où il semblait vouloir retourner pour rencontrer les amazones, ou les espionner. Pourquoi aller là bas? C'était tellement... autant elle pouvait s'y rendre sans risque, étant une femme, féline qui plus est. Mais si lui s'y rendait, et surtout si elle le protégeait, elle paraîtrait pour une femme soumise aux yeux des Tenaag'i et elles voudraient surement les tuer. Un soupir quitta ses lèvres alors qu'elle calait son menton entre ses genoux, ses bras enlaçant ses jambes pour les serrer un peu plus contre sa poitrine... dans quelle galère s'était-elle mise une fois de plus?

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Archélas Ages » 19 Juil 2011, 00:55

Archélas continua ses recherches sur encore quelques mètres, effleurant du bout des doigts le lichen fraîchement éraflé par les griffes du félin. S'il avait su qu'il était si près de la retrouver, il aurait sans-doute continué, mais le temps filait et il hésitait de nouveau. Il se retourna. Si se séparer n'était déjà pas une bonne idée en soi, laisser toutes leurs affaires derrière eux l'était encore moins. Il se mordit la lèvre, coupable de lui avoir demandé d'aller chasser ailleurs voir s'il y était... et puis il revint au campement. Le feu avait pris suffisamment de vigueur pour tenir tout l'après-midi, mais il commençait à manquer de combustible. Inquiet – mais tentant désespérément de se persuader que Ceithli reviendrait – le soldat repartit donc en quête de bois à brûler, profitant de l'occasion pour refaire un énième tour de garde, puis il revint sur ses pas. Si la jeune femme n'était pas là, il était décidé à laisser le feu s'éteindre, plier leurs affaires, et partir à sa recherche. Même si c'était idiot. Même s'il prenait le risque qu'elle le dispute. Il n'aimait pas son absence lorsqu'elle se révélait si longue...

Mais en revenant au campement, il en fut quitte pour lâcher le bois qui encombrait ses bras en apercevant enfin Ceithli... couverte de sang ! Évidemment depuis sa place, il était incapable de juger s'il s'agissait du sien ou non, et trop paniqué à l'idée qu'elle soit blessée au point de perdre autant de sang, il ne vit même pas la dépouille du chamois près du feu. Non. Tout ce qu'il fit, ce fut se précipiter vers elle en bondissant par-dessus les branchages échoués à ses pieds, d'un air totalement affolé, réfléchissant déjà à l'endroit où il avait laissé le kit de suture, la couverture pour la couvrir, l'outre pour la nettoyer, le baume pour la soigner... oubliant sa fièvre qui lui faisait voir trouble, et la migraine qui faisait mine de revenir.

« Ceithli !!!»

Il tomba à genoux à ses côtés. Oui. Paniqué.

« Tu es blessée... Montres-moi. Tu vas bien ? »

Il détailla immédiatement ses épaules, son dos, cherchant où était la plaie et comment la refermer, repoussant ses cheveux englués de carmin. Peut-être pourrait-il arrêter l'hémorragie. Resterait-il suffisamment de Larmiqueuse ? Elle avait son tatouage, la feuille d'ortie. Était-ce réellement efficace ? Il la contourna et lui prit les mains, avisant brièvement les coupures dues aux rochers, cherchant encore par où elle saignait. Rien au cou, rien à la poitrine, il dégagea même ses genoux, vérifiant partout. Du sang, mais pas de plaie... et il releva enfin les yeux vers les siens.

« Tu... n'as rien...? Qu'est-ce qui s'est passé ? »

Il n'ajouta rien d'autre pendant une seconde. Stupéfait et soulagé, sans savoir quel sentiment il éprouvait avec le plus de violence à cet instant, jusqu'à ce que l'inquiétude refasse surface. Il lui avait déjà vu cet air là à Banba. Sur sa peau pâle, les paupières rougies la trahissait facilement, même si depuis quelques jours la fatigue s'y peignait également.

« Que... qu'est-ce qu'il y a...? Et ne me dis pas « rien ». Dis-moi. Je... je t'ai demandé quelque chose que tu ne savais pas faire, c'est ça...? Je suis désolé. Excuse-moi. Écoute... je ne te demanderai plus rien, d'accord ? Je veux que tu te repose. Je veux que tu prenne soin de toi. On va nettoyer tout ça... Viens. Tu peux marcher ? »

Il jeta un dernier coup d'œil aux trainées rouges qui maculaient sa peau. Tout de même... autant de sang...

« Est-ce que tu t'es faite attaquée ? Tu vas bien ? Tu veux... »

Quoi ? Il ne savait pas trop, mais il était prêt à lui donner n'importe quoi, ce qu'elle voudrait. Et puis n'y tenant plus, il la serra dans ses bras et la souleva pour la porter lui-même jusqu'au feu, remarquant alors seulement le chamois... mais pour le moment il s'en moquait. Il avait plus urgent en tête. Sa féline n'allait pas bien, et il soupçonnait y être pour quelque chose, parce qu'il était maladroit, parce qu'il était stupide, parce qu'il ne comprenait pas qu'il lui en demandait trop. Il la posa doucement et prit son visage entre ses mains. Persuadé que tout était sa faute, même s'il ne réalisait pas tout à fait en quoi.

« Excuse-moi... »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Ceithli » 19 Juil 2011, 09:57

Les bras toujours enlacés autour de ses jambes, inconsciente de l'état dans lequel elle se trouvait à être ainsi couverte de sang, probablement même jusqu'à son dos et ses épaules puisqu'elle n'avait pas hésité à plonger la tête dans la chair pour la découper en morceaux, la féline restait perdue dans ses pensées. Mais lorsqu'Archélas revint, visiblement inquiet, paniqué même de la voir ainsi, elle sursauta et le regarda avec des yeux ronds, peut être un peu gonflés par les larmes et sa peine sans que ça ne se voit trop grace à ses prunelles d'onyx dénuées de nacre.

Il commença à l'examiner de fond en comble et ce fut seulement à cet instant qu'elle remarqua le sang qui maculait sa peau, le sang du chamois, pas le sien évidemment, elle n'avait que quelques coupures sur les mains et quelques écorchures provoquées par des branchages, sans plus, mais il fallait reconnaître que ce n'était pas évident à voir avec toutes ces marques presque noires maintenant de sang séché.


«Je...»

Mais il ne lui laissait pas vraiment l'occasion d'en placer une, la bombardant de questions, craignant d'avoir encore fait quelque chose de mal, et ce fut probablement à cet instant qu'elle comprit enfin... s'il avait voulu qu'elle rentre, ce n'était pas parce qu'il ne voulait pas d'elle, mais réellement parce qu'il ne supportait plus de la savoir blessée par sa faute, lui qui l'avait entrainée là dedans... il la souleva alors, ses yeux noirs se perdaient dans le vide alors qu'elle réalisait sa propre bêtise... est-ce que le chamois avait fuit justement pour l'attirer loin de la femelle et du petit afin de s'assurer de leur survie? Probablement pas, ces bêtes n'étaient pas aussi intelligentes et l'instinct de survie était surement plus puissant que l'instinct familial, surtout qu'un prédateur irait toujours choisir la proie la plus facile et non celle qui se carapatait... mais pour Archélas... elle leva les yeux vers lui, une larme commençant enfin à perler alors qu'il la posait et qu'elle se jetait à son cou, éclatant finalement en sanglots...

«P... par...d..don...»

Les mots avaient trop de mal à sortir, elle sombrait totalement, tout ce qui s'était accumulé pendant des jours, la peur, la colère, l'angoisse, l'incompréhension, l'inquiétude, la haine... trop d'émotions s'étaient emmêlées dans son esprit et dans son cœur, se mélangeant à l'amour et au besoin de protéger celui qu'elle aimait... sa mère l'avait prévenue, les guépards sont fidèles en amour lorsqu'ils ont trouvé le bon et ils sont prêts à tout pour protéger leur famille... et le soldat était désormais sa famille...

Elle leva ses yeux pleins de larmes pour déposer sa main le long de sa mâchoire piquante, et elle se jeta presque à son cou, faisant attention tout de même à ne pas prendre trop d'élan pour ne pas lui faire mal, vu qu'elle savait qu'il avait mal au dos... elle l'embrassa passionnément, peut être plus intensément qu'elle ne l'avait jamais fait jusqu'à présent, puis lorsqu'enfin elle détacha ses lèvres des siennes, elle posa son front contre son menton, reniflant un peu alors que les larmes continuaient leur chemin sur ses joues et sa gorge... mais les mots semblaient être plus enclins à sortir


«Je... ne me demande plus jamais... de partir seule... de te laisser...»

Évidemment, il pouvait penser qu'elle parler d'aller chasser, ne faisant peut être pas le rapprochement avec la boutique, le nombre de fois où il a demandé à ce qu'elle parte seule, probablement n'en était-il même pas conscient

«J'ai cru... que tu ne voulais pas que je reste près de toi... je suis désolée tu... tu semblais tellement insister pour que je parte je... pardon... je me suis énervée toute seule sur ce mouflon.. c'est... c'est son sang pas le mien mais...»

Elle recula alors, baissant les yeux de manière honteuse, car oui... elle avait cruellement honte de s'être ainsi trompée, emportée, acharnée sans raison... elle l'avait inquiété pour rien, il aurait pu se blesser en partant à sa recherche et elle savait que ça lui aurait été égal car ce qui semblait compter pour lui, c'était qu'elle aille bien. Elle n'osait pas le regarder, elle avait tellement honte... elle ne s'était jamais comporté comme ça auparavant, pas à ce point là, son cœur battait avec force dans sa poitrine de cette peur de le perdre trop grande, cette peur qui avait failli la déchirer comme une simple feuille de papier...

«Je... je suis désolée... je veux rester près de toi.. je me fiche de devoir chasser des troupeaux entiers de kordatt, de devoir affronter des amazones orgueilleuses ou des winghox bornés... je ne veux pas... je ne peux pas être séparée de toi si tu es en danger et que je peux être utile... je... s'il te plait... sauf si c'est un ordre par rapport à ton statut de soldat et où ce ne serait pas vraiment ta volonté... ne me demande plus de te laisser...»

Du dos de la main, elle essuya ses larmes, à aucun moment elle ne l'avait regardé en parlant, fixant le sol telle une petite fille en faute. Elle se sentait mal, terriblement mal d'avoir douté de lui, d'avoir douté de son amour, d'avoir douté de ses sentiments. Elle se sentait horriblement mal et tremblait comme une feuille malgré la chaleur du feu qu'il avait préparé autant pour elle que pour lui... pas pour cuire ses aliments, non, elle savait qu'il ne s'attendait pas à ce qu'elle ramène quelque chose, le feu c'était pour qu'ils puissent se réchauffer et sécher leurs affaires, l'odeur d'humidité ambiante lui rappelait qu'il avait tout étendu, tout préparé pour que la suite de leur voyage se passe le mieux possible... à aucun moment il n'avait voulu se débarrasser d'elle, il avait juste peur qu'il lui arrive quelque chose. Et comme elle avait cette même peur... elle voulait rester près de lui... ils n'avaient simplement pas la même vision de comment protéger son compagnon, il préférait l'éloigner du danger là où elle préférait se mettre entre le danger et lui... peut être craignait-il de ne pas être capable de la protéger... oui, le connaissant... c'était surement ça. Elle n'était qu'une idiote...

«Je... c'est avec toi que je me sens le plus en sécurité... c'est toi qui me donne la force de tenir... si je pars seule, je... je n'y arriverai pas, je ne tiendrai pas... j'ai besoin d'être près de toi pour être forte...»

Car oui, même si elle ne le montrait pas, elle était aussi dans un bel état de fatigue. Si elle tenait le coup, si l'adrénaline la maintenait ainsi, c'était pour lui, si elle venait à partir, tout comme c'était plus ou moins le cas maintenant, ses forces l'abandonneraient et elle se sentirait aussi désemparée qu'une enfant... il était sa source de vie et d'énergie... elle ne pouvait pas se séparer de lui...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Archélas Ages » 19 Juil 2011, 17:10

Déstabilisé, Archélas dut poser un genou au sol pour garder un semblant d'équilibre alors que la jeune femme s'était littéralement jeté à son cou. Sur le moment, il ne sut absolument plus quoi faire et ne comprit encore moins de quoi elle s'excusait. Et puis finalement il fut soulagé qu'elle réagisse enfin, alors il se contenta de la serrer contre lui. Pour la bercer, pour la faire se sentir en sécurité, pour lui signifier silencieusement qu'il était là, même s'il ne pensait pas forcément à le lui dire. Se confier ou s'ouvrir ne faisait pas vraiment partie des choses qu'on lui avaient enseignées, ni qu'il avait expérimentées... D'ailleurs il n'avait jamais appris à éprouver la moindre affection pour les femmes... alors... Alors il restait muet et se contentait de ressentir les choses comme elles venaient, et de les comprendre comme il pouvait. Sur le tard... et sur le tas. Mais si ce n'était déjà pas facile pour lui d'assimiler ce type de sentiments, il apparaissait que ça l'était encore moins pour la jeune femme de ne pas recevoir ce qu'elle attendait, et il s'en voulu.

En quoi est-ce que ça consistait, au juste, aimer quelqu'un ? Est-ce qu'il y avait des protocoles à respecter ? Fallait-il se lancer dans de grandes déclarations deux fois par jour ? Marcher en tendant son bras ? Faire l'amour huit fois par nuit ? Se retourner toutes les heures pour un sourire béat ? En fait, il réalisait qu'il n'en avait strictement aucune idée. Jusqu'à maintenant, il s'était contenté de suivre sa route sans véritablement modifier son comportement... sauf lorsqu'il s'agissait de prendre les mauvaises décisions. Mais finalement, peut-être que c'était plus compliqué, et peut-être qu'il n'en était pas capable. Peut-être que c'était réservé aux nobles d'Ephtéria qui n'avaient rien d'autre à faire. Était-il possible qu'il se soit trompé, et que Ceithli lui demande finalement de devenir un autre ?

Non.

Hébété par ce qu'elle venait de lui dire, il se mit à réfléchir à toute allure. Quand lui avait-il demandé de partir ? Pour chasser, mais ce n'était qu'une suggestion. Il n'avait jamais voulu qu'elle prenne cela pour un ordre. Ou bien ce n'était pas ça. Autre chose. Quand ? Pour le coup, il ne comprenait plus rien du tout. Alors pour se donner un semblant de contenance, il la serra de nouveau contre lui lorsqu'il estima qu'elle avait fini de parler. Il lui embrassa le front, touché par ses paroles, mais il se sentait abominablement coupable de l'avoir faite pleurer pour rien, par maladresse, par ignorance. Qu'avait-il encore dit ? Il la dégagea doucement de ses bras pour la regarder, grimaçant lorsqu'il voulu replacer une mèche derrière ses oreilles mais que le sang la maintenait prisonnière sur sa peau pâle.

« Je ne veux pas que tu partes... »

Il soupira. Sa migraine revenait à l'assaut et il avait du mal à aligner ses pensées correctement. C'était un peu comme si l'intérieur de sa tête n'était plus qu'une soupe bouillonnante au-dessus d'un feu, autrement dit... pas très utile. Il se massa la nuque d'un air complètement perdu avant de finalement continuer ce qu'il avait entreprit : prendre soin de sa féline. Il alla chercher l'outre des Danaïdes et versa un peu d'eau sur elle, frottant ensuite de ses mains pour diluer le sang et le faire disparaître. Méthodique, lent, doux surtout, surveillant régulièrement le visage de Ceithli pour s'assurer qu'elle allait bien. Il dut insister un peu plus sur ses cheveux où le liquide pourpre avait coagulé, mais au final il se débrouilla plutôt bien et il l'enroula dans la pèlerine d'Axo, lui frictionnant les bras pour la réchauffer. Mais il avait beau réfléchir à ce qu'il pouvait trouver à dire pour la réconforter, il restait désespérément muet, persuadé que n'importe quel mot qu'il prononcerait la blesserait forcément, parce qu'il avait un don certain pour la blesser sans même s'en rendre compte.

Et puis tout à coup, il se rappela de ce qu'il avait acheté à Belladona et fourra la main dans sa poche pour en ressortir l'un de ces fameux bonbons. Là, tout de suite, il se sentait véritablement idiot. Il n'était même pas sûr que ça fonctionnerait, ni que Ceithli ne se vexerait pas en comprenant ce qu'il essayait de faire, mais il n'avait pas trouvé mieux.

« S'il te plaît, mange ça. J'en prends un aussi, d'accord ? Ensuite je veux que tu te repose. Tu n'auras qu'à rester près du feu. Je reste avec toi. Je ne te laisserai que pour les tours de garde mais je reviendrai vite. Je te le promets. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Ceithli » 20 Juil 2011, 11:58

Touchée par la manière douce et tendre avec laquelle il cherchait à la laver, la féline dut de nouveau passer le dos de sa main sous son nez pour essuyer les sanglots qui venaient de la submerger. Elle se sentait mal, mal parce qu'elle avait douté de lui, mal parce qu'elle avait pleuré et qu'il en était mal à l'aise, mal parce qu'il n'avait rien fait pour mériter ses craintes.

Parfois, le sang séché avait formé une sorte de croute désagréable lorsqu'il frottait pour la retirer, mais elle ne disait rien, supportant cela comme une punition bien méritée. Son regard était toujours perdu un peu dans le vide alors que la culpabilité l'envahissait... elle n'était qu'une idiote. Il n'avait jamais été très doué pour montrer ce qu'il ressentait, sauf peut être lorsqu'ils faisaient l'amour... mais elle savait que cela ne signifiait pas qu'il ne ressentait rien... il était juste maladroit. Et cette pensée la fit un peu sourire, car finalement, c'était peut être aussi ce qui lui plaisait chez lui.

Il lui présenta alors les fameux bonbons qu'il avait achetés chez Belladona, elle pencha un peu la tête sur le côté, réfléchissant un peu, mais elle se disait que ça lui ferait du bien, oui, de ne plus avoir ces mauvais sentiments en elle, aussi, sans même se servir de ses mains, elle se pencha en avant et prit délicatement le bonbon entre ses lèvres. Elle le suça un peu d'abord, et déjà elle pouvait sentir une étrange chaleur gagner son estomac, c'était comme si elle subissait un massage agréable, la chaleur se répandait dans chaque muscle, en particulier au niveau de sa nuque et de son dos, comme si les boules de nerfs se déliaient au fur et à mesure. Un sourire se dessina doucement sur ses lèvres, elle restait pour l'instant les yeux fermés, analysant surtout les effets du bonbon sur son corps et son esprit... oui, elle commençait à se sentir mieux.

Lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle ne sut pas vraiment si Archélas en avait pris un aussi, mais elle attrapa son visage dans ses mains et lui offrit peut être le baiser le plus doux et le plus aimant qu'elle ne lui ait jamais offert. Son souffle était doux, elle appréciait même le côté piquant de la moustache qui pointait désormais au niveau de sa lèvre supérieur, et elle venait justement agripper délicatement l'inférieure pour se délecter du goût de sa peau. Elle vint déposer un nouveau baiser, cherchant vraiment à lui faire comprendre combien elle l'aimait, sans autre disposition, sans chercher à l'inciter à quoi que ce soit, ce simple baiser en disait bien plus sur ce qu'elle ressentait à cet instant que tous leurs ébats.

Ses doigts jouaient un peu dans cette barbe rebelle, piquant un peu sur ses petites plaies dans ses paumes, mais elle s'en moquait... et lorsqu'enfin elle recula pour plonger son regard d'ébène dans le sien, elle ne put que murmurer un «merci».

Elle tourna le regard vers le sac, se souvenant que Belladona leur avait aussi donné un baume pour soulager ses muscles, il faudrait qu'elle le masse avec, mais il fallait un peu de temps pour que ça agisse, aussi...


«Préfères-tu que je te masse avec le baume de Belladona maintenant, et que tu te reposes cet après-midi ou alors je te masse ce soir pour qu'il agisse au cours de la nuit?»

Autrement dit, ils pouvaient lever le camp après avoir mangé un peu mieux, enfin surtout lui. Il n'avait que les quelques bricoles de la corne d'abondance dans l'estomac... elle avait pu manger un peu tout à l'heure pour sa part... aussi, cela dépendait de lui. Elle posa sa main sur son front, il était encore chaud. Dommage que Belladona n'avait pas le remède dont elle avait parlé... il faudrait vraiment qu'ils aillent dans une ville pour qu'il puisse voir un médecin ou un guérisseur, et elle doutait que les amazones acceptent de le soigner

«Tu veux vraiment aller observer ce village d'amazones, n'est-ce pas? Tu ne crois pas qu'il vaudrait mieux que j'y aille? Seule? Une femme me semble bien moins en danger là bas qu'un homme...»

Quand on voyait ce qu'elles faisaient aux hommes... c'était même une certitude

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Archélas Ages » 21 Juil 2011, 21:08

Le soldat observa sa féline se servir d'un bonbon d'un air un peu étonné. Parfois, il lui semblait qu'elle oubliait qu'elle était humaine, et qu'elle pouvait se servir de ses mains. Se décalant légèrement afin de ne pas faire barrage à la chaleur des flammes, il ne la quitta pas des yeux. Il ne savait pas trop pourquoi mais il hésitait à manger le sien. Peut-être parce que jusqu'à maintenant, l'expérience lui avait prouvée que les effets secondaires à la magie de Sayah pouvaient se révéler... inquiétants ? Bizarres ? Comme ces milliers de poissons sur le pont lorsque la corne de brume était activée, ou cette douleur insupportable à se transformer en hermine... Bien sûr, les bonbons étaient vendus par Belladona la douce et gentille Picaris... mais le Larmiqueuse aussi, et ça ne l'empêchait pas d'être un remède plus violent que le mal en lui-même.

« Est-ce que... c'est mangeable...? »

Au visage détendu de la jeune femme, il apparaissait que oui, alors il prit son courage à deux mains et goûta à son tour. Il s'attendit à un effet indésirable ou à une saveur infecte, acide, amère, poivrée... Pourtant, force lui fut de constater que c'était très bon, et lui aussi se laissa aller à savourer les effets réconfortants sur son organisme. C'était un peu comme si tous ses soucis n'avaient plus aucune consistance, plus aucun poids. Comme s'ils étaient dérisoires comparés à ce qu'il possédait de bien. Comme si chaque petite chose positive prenait des proportions de grand confort. Le feu lui semblait plus chaleureux, le vent plus agréable, et un coup d'œil sur leurs affaires mises à sécher le mit de bonne humeur sans raison, peut-être tout simplement parce que ce serait sec avant la nuit. Oui, tout était devenu étrangement agréable. Archélas n'avait que vaguement conscience que c'était un peu idiot, mais il se sentait heureux d'être idiot, alors ça n'avait pas la moindre importance. Autant dire que lorsque Ceithli se pencha sur lui pour l'embrasser, ce fut comme s'il n'avait jamais rien connu de plus merveilleux de toute sa vie.

Restant une seconde hébété après un tel baiser, il souriait, tout bêtement heureux. D'ailleurs, sa voix fut étonnement calme et détendue lorsqu'il prit la parole pour répondre à sa belle, magnifique et courageuse féline aux côtés de laquelle il souhaitait passer le reste de son existence pour le simple plaisir de vivre, aimer, vieillir en sa compagnie... et ainsi de suite, avec plus ou moins d'euphorie dans la manière de le penser.

« Non, tu n'as pas beaucoup dormit la nuit dernière, je préfère que tu te repose cet après-midi. Je ferais mes tours de garde toutes les heures et je m'occuperai de la viande. Je viendrai te border si tu veux. Il pencha la tête comme un enfant, un sourire aux lèvres. Tu pourras me relayer cette nuit ? Tu y vois mieux que moi dans l'obscurité. Je mettrais le baume à ce moment là. »

Puis il se leva pour récupérer le bois qu'il avait laissé tomber quelques minutes plus tôt, et raviva un peu le feu. Se rasseyant près de Ceithli, il passa un bras autour de ses épaules, l'air ravi pour rien.

« Lorsque je ferai mon rapport à Livian d'Ephtéria, je ne pourrai pas me permettre de lui annoncer que les Winghox sont en guerre contre leurs voisines mais ne pas savoir à quoi ressemblent ces voisines. Tu comprends ? Je ne les observerai pas longtemps, et j'irai avec toi. Il me reste suffisamment de sève de Morphe pour courir partout au moins vingt heures, alors j'en prendrai... et tu n'auras qu'à dire que je suis ton hermine de compagnie. Si tu as des choses à acheter, prends ma bourse et fais-toi plaisir. Tu n'auras qu'à faire les courses sans te soucier de rien. Moi, j'observerai. D'accord ? »

Il lui embrassa la tempe, heureux de son plan, heureux de ce simple moment à la serrer contre lui. Les bonbons Rigoloth rendaient un peu idiots, non ?

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Ceithli » 21 Juil 2011, 21:48

Le sourire ne semblait pas se détacher de ses lèvres, et il était évident que cette euphorie lui donnait d'autres envies, un peu moins honnêtes et raisonnables qu'un simple baiser, mais elle apprécia se retrouver ainsi blottie contre lui. Lorsqu'il lui demanda de se reposer afin qu'elle puisse monter la garde la nuit, elle ne put que hocher la tête, c'était comme si elle n'avait pas envie de le contredire, qu'elle était trop bien pour pouvoir gâcher ce moment.

«Oui bien sur... » elle l'embrassa encore, enroulant ses bras autour de son cou pour le rapprocher d'elle jusqu'à se souvenir qu'il avait mal partout. Elle le relâcha rapidement, mais souriant toujours autant avant qu'il ne s'installe à ses côtés et enroule son bras autour de ses épaules. Elle posa alors sa tête contre son menton, celui-ci était toujours aussi piquant, quoi que peut être un peu moins maintenant que sa barbe poussait un peu plus. Mais elle était bien, le feu était revigorant, être là dans ces montagnes en sa compagnie avait quelque chose de presque romantique.

Il lui expliqua alors la raison pour laquelle il devait se rendre au village des amazones, c'était une raison valable évidemment. Elle ne savait pas trop si elle était d'accord avec son plan à cause des effets du bonbon ou si c'était vraiment un bon plan. Qu'il soit son hermine de compagnie, pourquoi pas? C'était même amusant comme idée. Elle vint passer une main dans ses cheveux, ses doigts glissant difficilement dans les nœuds à cause du sang qui y était encore un peu collé, mais elle s'en fichait. Elle était bien. Elle essaierait de repérer une rivière, un ruisseau ou autre chose dans ces montagnes pour s'y baigner et terminer de se débarrasser de tout ça, mais pour le moment, elle se pencha pour attraper une cuisse du mouflon et tirer d'un coup sec pour l'arracher, elle avait déjà bien commencé le travail un peu plus tôt, aussi le prit-elle à deux mains pour le mettre au dessus du feu, tenu par une branche pour ne pas brûler le tout.

Elle ferma les yeux quelques secondes, après tout, elle n'avait pas besoin de manger puisqu'elle s'était nourrie avant. Aussi leva t'elle les yeux vers lui, embrassant encore son cou avec douceur, soufflant délicatement vers le creux de son oreille avant de se mettre à murmurer


«Je vais aller dormir un peu alors. Il faut que je prenne des forces si je dois paraître aussi féroce que ces amazones...»

Elle éclata alors de rire, même si elle ne savait pas trop pourquoi et elle s'en fichait. Elle se releva et se pencha en avant pour saisir son visage dans ses mains et l'embrasser une dernière fois avant d'aller vers la tente, se mettre à quatre pattes et s'allonger sur le côté, le sourire toujours aux lèvres... y'avait pas à dire, ces bonbons étaient vraiment efficaces, mais elle avait l'impression qu'elle ne réfléchissait pas aussi bien que d'habitude aussi elle se disait qu'il ne faudrait pas en prendre trop souvent.

Elle bailla doucement, mine de rien, entre la chasse, son stress, et peut être aussi l'espèce de téléportation, elle était tout simplement épuisée. Fermant les yeux, elle se mit doucement à s'endormir, appréciant le chant de quelques oiseaux dans les arbres, le bruit du feu qui crépitait, tous les éléments semblaient être réunis pour qu'elle puisse faire de beaux rêves...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Archélas Ages » 22 Juil 2011, 20:36

De la main qui la maintenait contre lui, Archélas lui caressait le bras doucement tout en se laissant envoûter par la danse inlassable des flammes. Il leva juste un peu la tête pour permettre à Ceithli de venir se caler contre lui, et sourit lorsqu'elle approuva son idée d'hermine de compagnie. Ensuite... et bien ensuite il eut bien du mal à rester assis là sans bouger après la nouvelle démonstration d'affection dont venait de le gratifier sa dulcinée. Pendant quelques seconde, il se demanda même comment ce serait de faire l'amour dans cet état d'euphorie. Battant plusieurs fois des cils pour chasser cette pensée, il se pinça légèrement les lèvres pour s'empêcher de céder à la curiosité... et à plus si affinités, sachant qu'affinités il y avait...

Heureusement, Ceithli se dégagea d'elle-même et s'occupa un peu de la cuisson.

« Oh, j'ai vu du thym tout à l'heure. On pourra parfumer un peu la viande ! »

Il la laissa se blottir contre lui, s'efforçant de penser à son thym et à rien d'autre. Soit il n'avait aucune volonté, soit les bonbons Rigoloth le détendaient un peu trop... Les yeux fermés pour visualiser l'endroit où il avait aperçu le buisson tant convoité, il laissa passer une minute, jusqu'à ce que la jeune femme se remette à gigoter. Il lui offrit un sourire ravi en réponse à son éclat de rire qui le mit définitivement de bonne humeur et savoura un dernier baiser avant de la suivre des yeux jusqu'à la tente. Il hésita, mais jugea préférable de s'occuper encore quelques instants avant d'aller la rejoindre. Il installa donc une sorte de broche pour cuire la viande et pouvoir la retourner régulièrement, raviva encore le feu et se décida enfin à aller voir Ceithli.

Il la trouva endormie, le visage détendu, et ne put s'empêcher de s'attendrir bêtement devant ce spectacle qu'il trouvait merveilleux. À défaut de couverture, il se défit de sa pèlerine et couvrit prudemment sa féline afin de ne pas la réveiller, et du se retenir une nouvelle fois de l'embrasser. Juste comme ça, parce qu'il avait envie de lui souhaiter bonne nuit alors même qu'elle dormait déjà. Mais c'était prendre le risque de la déranger, alors il sortit et referma soigneusement. Les heures qui suivirent, il alla chercher le thym, fit plusieurs tours de garde, s'occupa de la viande et des vêtements qu'il secouait régulièrement. Il retourna même le sac pour en sécher l'intérieur, et sourit en retrouvant son flacon de larme de Fildar qu'il avait complètement oublié. Tout à coup, il eut une idée, et il partit en reconnaissance autour du campement afin de vérifier s'il pouvait la mettre en pratique. Lorsqu'il revint, les effets du bonbon avaient disparus et il se sentait horriblement fatigué, mais il allait mieux malgré tout, rassuré de savoir Ceithli reposée et au chaud, un peu angoissé à l'idée qu'elle s'était peut-être réveillée et qu'elle s'inquiétait de son absence.

« Ceithli ? » l'appela-t-il d'un ton mystérieux tandis qu'il enjambait un buisson.

Il leva les yeux pour la chercher du regard.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Ceithli » 22 Juil 2011, 21:07

Plongée dans un rêve sans queue ni tête, la féline se mit doucement à sombrer dans un sommeil de plus en plus profond jusqu'à ce que quelque chose se dessine bien dans son esprit. Elle se trouvait allongée sur une table étrange, sa mère se tenait près d'elle et lui tenait la main, la mine inquiète... sans comprendre ce qu'il se passait, elle baissa les yeux pour remarquer que son ventre était légèrement gonflé et qu'un homme se tenait au-dessus d'elle en y posant ses mains, l'air aussi inquiet, mais surtout... ses mains étaient pleines de sang!

«Je suis désolé... mais la lame a bien traverser l'utérus, je n'entends plus les battements du cœur du bébé...»

Il y eut alors un bruit sourd de quelqu'un qui frappe sur du bois et elle tourna alors les yeux pour voir un homme aux longs cheveux noirs, la tête baissée et le poing posé sur l'encadrement de la porte, il était également couvert de sang et lorsqu'enfin il leva les yeux vers elle, elle ne put qu'apercevoir des saphirs profonds avant qu'il ne tourne le regard et ne franchisse la porte pour sortir. Sa mère vint alors saisir sa main en peu plus fort et lui sourit tristement

«Ce... c'est pas grave ma chérie... ça va aller... mais... il faut l'enlever, tu comprends?»
- «Enlever quoi? Je ne comprends pas...»
- «Le bébé... tu ne peux pas le garder comme ça... ça ne sert à rien.»
- «Le bébé? Mais... A... Archélas?»
- «Il... il est en colère ma chérie... tu n'aurais pas du t'interposer pour le protéger... il s'en serait sorti, c'est un soldat... il... mais ça va aller... vous aurez l'occasion d'avoir un autre enfant!»


Elle écarquilla alors les yeux et se releva d'un seul coup, la respiration haletante, le souffle court, sa poitrine lui faisait mal et elle baissa alors les yeux pour voir son ventre parfaitement normal... elle ramena sa main sur son front, elle transpirait un peu, une sensation de fièvre la prenait ainsi qu'une nausée. Elle essuya une larme qui avait fait son apparition sur son visage, cela avait l'air tellement réel... Archélas paraissait un peu plus âgé, ses cheveux étaient plus longs et ses yeux... elle avait eu l'impression qu'il la haïssait... il la haïssait parce qu'elle avait mis sa vie en danger, et... celle de leur bébé... Elle se leva alors et sortit de la tente, il n'était pas encore revenu, probablement dans sa ronde.

Elle s'installa près du feu, de la même manière que pour le soldat, le bonbon ne faisait plus effet et si elle ne sentait pas vraiment d'effet physique, elle avait le cœur lourd. S'interposer pour le protéger d'un coup d'épée, même en étant enceinte, ce serait tout à fait son genre, mais est-ce qu'elle pourrait supporter l'idée de vivre ainsi avec le regard qu'il lui aurait lancé par la suite? Et l'idée que par sa faute son bébé était mort? Et si un jour cette situation se présentait vraiment, est-ce qu'elle laisserait Archélas être blessé, voire tué? Peut être que lui-même préfèrerait mourir plutôt qu'elle y passe avec leur enfant. Elle entendit du bruit et se retourna brusquement jusqu'à ce qu'elle l'entende l'appeler


«Oui je... je suis là!»

Elle se leva brusquement et vint se blottir dans ses bras avant de mettre ses mains de part et d'autre de son visage pour qu'il la regarde... comme si elle craignait de voir ce même regard que dans son rêve... mais il n'en était rien aussi vint-elle déposer un baiser intense sur ses lèvres, l'enlaçant de ses bras comme si elle avait le sentiment que ce serait leur dernier baiser. Puis finalement elle vint se plaquer contre son torse et ferma les yeux en écoutant les battements de son cœur, essayant de calquer sa respiration dessus, fermant les yeux pour savourer ce moment, se rendant compte qu'elle avait, plus que jamais, envie d'être prudente sur leurs relations, prenant soin d'avoir toujours de la potion de nymphe sur elle... elle n'était pas prête pour être mère... c'était une évidence, si elle était prête à mettre la vie de son enfant pour le protéger lui...

Elle se mit légèrement à trembler avant de finalement reculer doucement


«Est-ce que tu as une idée de l'heure qu'il est?»

Elle avait l'impression que sa sieste et son rêve l'avaient totalement déboussolée...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Archélas Ages » 22 Juil 2011, 22:52

Il ne tarda pas à la repérer, et pour cause puisqu'elle avait répondu à son appel avant de se lever d'un bond pour venir se blottir contre lui. Un peu surpris, il se demanda si elle n'était pas encore sous l'effet du bonbon, mais ne rechigna pas pour autant à l'enlacer doucement. Quelques secondes plus tard, il sut à son regard que son affection n'était pas due à l'euphorie mais bien à l'inquiétude. Il lui avait pourtant dit qu'il ferait des tours de garde et qu'elle ne devait pas s'en faire, qu'il reviendrait. Est-ce qu'elle avait cru, encore, qu'il allait la laisser ? Peut-être aurait-il du acheter le sachet de trente bonbons finalement... et les lui faire avaler les trente d'un coup !

Elle l'embrassa et il répondit, un peu inquiet à son tour de l'émotion qu'elle y mettait. Quelque chose n'allait pas, et comme souvent il ne parvenait pas à deviner quoi exactement. Seule cette bizarre sensation de malaise lui apparaissait comme évidente, tandis que la cause, elle, restait cachée quelque part. Laissant une main traîner dans la chevelure qui ne ressemblait plus à grand chose, il l'épia s'éloigner comme s'il espérait lire tous ses doutes sur son visage. Malheureusement, ça ne fonctionnait pas comme ça.

« Il doit être près de six heures... »

Il hésita une seconde avant de se lancer. Elle trouverait peut-être l'idée stupide, mais tant pis. La relâchant doucement, comme si ce séparer d'elle était un déchirement, il alla raviver le feu, rangea la viande à présent tout à fait cuite, replaça d'autres pierres sur leurs vêtements et revint vers Ceithli.

« J'ai trouvé quelque chose d'intéressant, viens voir... »

Lui prenant tendrement la main, il l'entraîna alors à sa suite vers une série de rochers qui montaient assez durement, se retournant souvent afin de vérifier qu'elle ne s'emmêlait pas les pieds dans les broussailles. C'était un peu idiot, mais il s'inquiétait de plus en plus de la voir si triste. L'amour n'était pas sensé rendre heureux ? Finalement, il du se résoudre à lui lâcher la main pour escalader un peu, l'attendant chaque fois, l'aidant lorsqu'il le pouvait, et au bout d'une bonne demi-heure d'ascension, il s'arrêta devant une ravine au fond de laquelle coulait un filet d'eau discret. Surtout, dans un coin, une cuvette de deux fois la taille d'une lessiveuse était remplie d'eau vaseuse. Reprenant son souffle après leur marche pénible, le soldat se mit à redescendre vers le ru et s'approcha de la cuvette qu'il présenta à sa féline comme le summum du réconfort.

« J'ai vérifié, c'est assez profond pour qu'on en ait jusqu'au cou en s'asseyant. Regarde. »

Il ramassa une branche sur laquelle la démarcation du niveau d'eau se dessinait nettement, et son sourire s'élargit. Ceithli ne devait pas comprendre grand chose, alors il enchaîna.

« Elle est gelée, mais... j'ai ça... Il sortit son flacon. Larme de Fildar. Je ne me souvenais plus que je l'avais. Ça provoque des incendies incontrôlables, mais dans l'eau... ça la fait chauffer... et tu as besoin d'un bon bain chaud. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Ceithli » 22 Juil 2011, 23:29

Grimper ainsi n'était pas évident sous sa forme humaine, surtout en étant pieds nus, mais elle était bien décidée à le suivre, même si son rêve restait bien ancré dans sa mémoire. Lorsqu'il lui montra l'espèce de baignoire improvisée, un large sourire se dessina sur son visage et elle se tourna alors vers lui, comme s'il venait de lui offrir le plus beau cadeau du monde.

«C'est... c'est formidable... mais...» elle souriait toujours autant, enlaçant son cou de ses bras avant de l'embrasser à nouveau «est-ce que tu veux bien le prendre avec moi? s'il te plait?»

Elle se fit un peu implorante, c'était étrange mais elle semblait avoir besoin de profiter de lui, des quelques instants pendant lesquels elle pouvait encore être près de lui sans se soucier d'un avenir incertain...

Elle recula d'un pas et prit son petit flacon avant d'en verser une goutte dans l'eau, puis elle lui rendit le flacon avant de retirer ses vêtements, lui tournant le dos comme si elle se sentait pudique. Une fois dans son plus simple appareil elle se glissa doucement dans l'eau chaude et son sourire s'étira encore plus jusqu'à ce qu'elle soit totalement immergée. Elle se fichait qu'elle soit un peu boueuse, cela lui faisait un bien fou... elle ouvrit alors ses grandes prunelles noires pour le fixer d'un air particulièrement doux et aimant


«Ça te ferait du bien, tu sais?» elle battit des cils et fit un petit mouvement de la tête pour l'inciter un peu plus à venir. Elle se doutait qu'il serait nerveux ou ennuyé à l'idée de se retrouver nu dans des montagnes où des prédateurs pouvaient débarquer à tout moment, mais elle n'avait pas senti le moindre rival dans ces montagnes lorsqu'elle était fauve pendant sa chasse... aussi supposa t'elle qu'ils seraient tranquille un petit moment avant de manger...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Archélas Ages » 23 Juil 2011, 00:32

À cet instant, Nideyle aurait pu cesser de tourner, s'éteindre comme un étoile à bout de souffle, imploser en créant une Supernova, Archélas n'en avait strictement rien à faire. Tout ce qui comptait à ses yeux et à son échelle de grain de poussière perdu dans l'immensité d'un Cosmos trop vaste pour lui, c'était le sourire de Ceithli. Rien d'autre. Juste ce plaisir sincère de la voir heureuse sans avoir à la gaver de bonbons quelconques. Il l'accueillit de bon cœur contre lui afin de lui rendre son baiser, avec la sensation un peu étrange qu'il ne se passait pas une heure sans qu'ils s'embrassent... ce qui n'était pas désagréable, à dire vrai. Seulement un peu perturbant.

« Bien sûr que je veux bien. » souffla-t-il avec un sourire.

Quelque part, il se doutait que ce n'était pas une très bonne idée, mais Ceithli avait raison sur un point : ça lui ferait du bien. Immobile et silencieux, il l'observa alors qu'elle retirait ses vêtements, perdant son sourire lorsqu'il aperçu les quelques traînées de sang qu'il n'était pas parvenu à nettoyer. Certes, ce n'était pas le sien, mais il ne pouvait pas s'empêcher de s'inquiéter d'en voir sur la peau de sa promise. Il se mordit la joue au souvenir des sanglots versés par la jeune femme un peu plus tôt, par sa faute... jusqu'à ce qu'elle reprenne la parole et le fasse sursauter. De l'eau jusqu'à la poitrine et de la vapeur s'élevant en volute autour de son visage, elle battait des cils comme une petite fille qui cherche à amadouer un adulte. Archélas en retrouva son sourire, et il se déshabilla à son tour. Sans embarras. Il n'en avait jamais ressentit devant sa féline... sauf lorsqu'il s'agissait de montrer ses attributs à deux Winghox armés jusqu'aux dents.

Laissant sa rapière à portée de main, il se glissa prudemment dans l'eau à son tour. Deux points l'inquiétait. Le premier : c'était de l'eau, et même s'il voyait bien que Ceithli avait pieds, il n'en voyait pas le fond et s'inquiétait pour sa survie. Le second : c'était chaud. Très chaud, et entrer dans une eau à une température pareille était typiquement un plaisir de femme. Lui, il trouvait ça décidément chaud. Il grimaça un peu, son cœur s'emballant sous l'effet de la chaleur et à l'angoisse de finir noyé. Ses pieds dans la vase glissèrent un peu et il finit par consentir à s'asseoir.

« Ouh... c'est un peu chaud quand-même... »

Il préféra s'abstenir de l'embrasser, et se mit tout à coup à rire en voyant la démarcation que faisait la boue sur la peau, la où la surface remuait.

« Ça fait du bien mais on va ressortir plus sales qu'on est entrés. »

Il tendit les bras pour saisir la chevelure dorée et entreprit d'en frotter les mèches souillées par le sang consciencieusement. Il ne voulait plus voir la moindre trace rouge sur sa féline !

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Ceithli » 23 Juil 2011, 02:20

C'est vrai que l'eau était vraiment très chaude, et également vrai qu'ils allaient en ressortir plus sales qu'ils y étaient entrés, mais un peu de boue ça ne faisait pas de mal parfois.

«On se rincera avec l'eau du ru à côté...»

Ils en auraient au moins pour une heure vu le peu d'eau qu'il y avait, mais cela lui était égal. Elle vint se placer contre lui, son dos contre son torse tout en se penchant en avant pour qu'il ait mieux accès à ses cheveux. Elle n'était pas stupide et avait compris son manège avec le sang et le laissait donc s'amuser à l'en débarrasser

«C'est difficile à partir... j'avoue que je me suis un peu énervée sur ce pauvre mouflon...»

Enfin bon, il n'avait qu'à pas détaler comme un lapin, s'il avait protégé sa famille, peut être se serait-elle trouvé d'autres proies, mais sur le moment, elle n'avait qu'une envie, l'étriper. Elle enroula ses bras autour de ses genoux tout en réfléchissant à son rêve, essayant de savoir ce qu'il pouvait signifier. Était-ce une sorte de mise en garde sur le fait qu'ils ne pourraient jamais être heureux si elle continuait à le suivre et se battre à ses côtés? Peut être, mais d'un autre côté, elle n'était pas la bobonne qui restait à la maison, elle avait qu'elle ne pourrait jamais avoir ce genre de vie...

Elle vint finalement se blottir contre lui, entre ses jambes en posant son dos sur son torse et calant sa tête dans son cou


«Dis moi... est-ce que tu as déjà... rêvé... enfin fait un rêve qui te fasse vraiment réfléchir? Sur ta vie, ton avenir...»

Peut être se voyait-il promu, ou probablement qu'il avait bien rêvé d'étriper Chaemil à l'époque où c'était encore son objectif. Évidemment, elle ne voulait pas savoir s'il avait déjà rêvé d'eux, les hommes ne font jamais ce genre de rêve, ou alors... disons que c'est une autre partie de la relation dont ils rêvent... elle poussa un léger soupir en fermant les yeux, elle devait être stupide à poser une telle question. Elle vint ramener ses mains sur ses épaules et frotta un peu ses bras, comme pour terminer également de se débarrasser du sang et autres saletés... fermant les yeux doucement, elle embrassa son cou en attendant sa réponse, mine de rien, la nuit serait longue puisqu'elle devrait faire des tours de garde... autant qu'elle profite un peu de sa présence

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Archélas Ages » 28 Juil 2011, 21:52

Archélas tourna la tête pour observer le ru dont parlait sa féline. À présent qu'il était immergé dans l'eau chaude, il avait un peu de mal à s'imaginer jusqu'à quel point le ru devait être glacé. Comme l'était leur marre avant qu'ils n'y versent la larme de Fildar probablement. D'un autre côté, un peu d'eau froide les revigorerait après ce petit sauna improvisé. Et puis il retint son souffle lorsque Ceithli vint se placer contre lui, et s'attela à lui frotter les cheveux pour s'obliger à penser à autre chose.

« Une fois j'ai rêvé que j'étais tué et que je errais comme un fantôme, mais c'était pratique parce que je pouvais entrer dans les gens et les contrôler. Du coup j'étais allé « habiter » dans Manôlis d'Aspasie. Le problème, c'est que je me suis retrouvé bloqué dans son corps. Ça ne m'a pas plu du tout parce que Manôlis n'est pas très beau... »

Non pas qu'il s'estimait beau lui-même, mais prendre trente ans d'un coup, ça l'avait tout retourné ce jour là. Il marqua une pause, réalisant subitement l'absurdité de ce rêve et du fait de le raconter à la jeune femme. Posant son menton sur une épaule et délaissant son labeur de nettoyage, il s'accorda quelques secondes de réflexion. Ceithli n'était pas très bien depuis qu'ils avaient été faits prisonniers. Peut-être était-ce l'occasion de savoir ce qui l'ennuyait, et peut-être encore que pour cela, il lui faudrait faire preuve d'un minimum de sérieux. Il soupira doucement, apaisé par la chaleur de l'eau.

« En réalité, les rêves qui me font réfléchir sont plutôt des cauchemars. Des fois ils sont absurdes, comme celui-là, mais au fond il y a toujours quelque chose de vrai. Je pense que ce jour là, je devais avoir peur de vieillir seul, et de finir par devenir aussi laid de corps et d'esprit que Manôlis. J'ai aussi rêvé de mes parents, mais c'était toi à la place de ma mère, et moi à la place de mon père. C'était très bizarre. Je crois que j'ai un peu peur de finir comme eux et de te faire du mal sans le vouloir. Et dans cette cave à Wingdrakk, j'ai rêvé que tu mettais au monde une portée de six guépards croisés hermine... mais là je crois que ma fièvre y était pour quelque chose... »

Il en profita pour l'embrasser au creux du cou, et comme il se doutait que la question n'était pas anodine, il en profita pour s'engager sur le chemin que sa féline lui avait tracé.

« Et toi ? »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Ceithli » 28 Juil 2011, 22:12

Tranquillement installée, elle écoutait avec un certain amusement le rêve dont il parlait, et fut intriguée lorsqu'il donna la raison pour laquelle il avait pu penser à ça. Son visage s'assombrit un instant alors qu'il parlait de cette histoire où ils étaient visiblement mariés, même si elle ne savait pas en quoi cela pouvait poser problème s'ils étaient comme ses parents, il ne lui avait jamais vraiment dit comment ils étaient, aussi lorsqu'il lui demanda si elle avait déjà fait des rêves étranges, elle prit quelques secondes pour répondre, terminant déjà de rire après cette histoire de guépard et hermines...

«Et bien... oui ça m'est déjà arrivé. Étrangement, je faisais souvent des rêves où Jhérer affrontait en duel mon époux, évidemment jusqu'à présent, celui-ci n'avait pas de visage, mais je suppose que je crains toujours que ça finisse par arriver, vu comment il est possessif... parfois je le tue moi-même d'ailleurs.»

Elle appuya un peu sa tête en arrière et soupira, remontant ses mains sur ses épaules pour chercher les siennes, puis elle l'amena à l'enlacer, laissant ses bras se poser sur son ventre pendant qu'elle poussait un nouveau soupir

«Et... toute à l'heure, j'ai... j'ai rêvé que j'étais enceinte, pas encore sur le point d'accoucher, je n'avais pas l'impression d'avoir un gros ventre mais... il y avait beaucoup de sang.. et... tu étais... furieux.»

Elle déglutit avec difficulté, serrant un peu plus les bras autour d'elle, comme si elle craignait qu'il ne lui échappe désormais «Je... je crois que je me suis interposée alors que quelqu'un t'attaquait à l'épée et... le coup a tué le bébé... tu... tes yeux tu...»

Elle baissa honteusement les yeux, elle savait que c'était un peu stupide de parler de ça, mais après tout, c'était elle qui avait lancé le sujet, non?

«Je ne sais pas si je pourrai oublier ce regard... tu semblais... me haïr...»

Elle prit un légère inspiration et frotta un peu ses bras, comme pour les débarrasser de la boue dans lesquels ils étaient plongés... comme si elle se sentait sale tout d'un coup...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Mon royaume pour un cheval...

Messagepar Archélas Ages » 28 Juil 2011, 23:48

C'était étrange, cette nouvelle faculté qui consistait à se sentir bien en présence de Ceithli, et sombrer dans une jalousie sans borne la seconde qui suivait. Comme lorsqu'elle parlait de Vrass Rannveig, Archélas sentait son cœur bouillir lorsqu'elle mentionnait son frère, et il s'en voulut aussitôt. S'il commençait comme ça, alors oui, il finirait bien par l'asservir comme son père avait asservit sa mère. La jeune femme ne lui appartenait pas, et il devrait plutôt s'y faire rapidement. Il ferma les yeux et prit une profonde inspiration. C'était donc à cause d'un mauvais rêve qu'elle avait pleuré... pouvait-il trouver cela idiot ? Non.

« Jhérer... j'ai rêvé une fois de lui aussi. Je ne l'ai jamais vu sous son apparence humaine, alors je devais l'affronter sous son apparence féline parce qu'il n'acceptait pas que je te tourne autour. Ça ne finissait pas très bien. Je le tuais et tu me quittais. Tu vois, je crois que l'un comme l'autre, on a peur de se perdre... »

Il déroula ses bras d'autour d'elle pour aller fouiller la vase dont il ramassa deux grosses poignées. Après un soupir, il déposa son étrange butin sur les épaules de la jeune femme, comme pour l'aider à s'en mettre partout. En fait, il préférait cette couleur à celle du sang, et puis ça le détendait de l'embêter un peu. Il sourit, bêtement heureux de sa petite blague idiote.

« Si une telle chose devait arriver, et j'aime autant que ça n'arrive jamais, je pense que je serais mort d'inquiétude pour toi. Je pense que je serais triste pour l'enfant aussi, mais jamais je ne te haïrais pour ça. Je ne t'ai jamais détesté de t'être interposée ou d'être intervenue pour m'aider en combat tu sais. Ce que je ressens dans ces moments là, c'est de la peur. J'ai peur de te perdre. Je me déteste moi, parce que je ne suis pas capable de m'en sortir seul et parce que je te mets en danger par ma faute, mais pas toi. Toi, je ne te déteste pas. »

Il la serra de nouveau dans ses bras et lui embrassa la tempe cette fois, ses épaules étant prises d'assaut par la vase qu'il y avait posé.

« Je regrette de t'avoir emmenée, et avant que tu le prenne pour toi, je ne regrette pas de t'avoir emmenée. Je savais que ce serait dangereux, et je voulais que tu sois là parce que... parce que je t'aime. Parce que je voulais que tu sois près de moi. Parce que je savais que tu t'en sortirais sans-doute mieux que moi. Je ne t'ai pas demandé de m'accompagner pour me servir de toi, mais seulement pour être avec toi. Mais... je regrette que tu ais eut à voir et à subir tout ça. Ce n'est pas vraiment le genre de présent auquel on peut s'attendre de la part d'un époux... enfin... euh... je... je ne suis pas ton époux mais... je veux dire... »

Il la serra de nouveau contre lui, observant distraitement la bague d'Anthmosis qu'elle portait toujours autour du cou, attachée à la chainette. Mieux valait qu'il se taise pour le restant de ses jours après avoir dit autant d'âneries en deux mots. Est-ce qu'il se croyait en lune de miel ? Si Ceithli lui avait fait face, elle se serait sûrement aperçue qu'il rougissait jusqu'aux oreilles, quoi qu'avec la température de l'eau il devait être rouge depuis un moment déjà.

« Tu sais, quand tu m'as parlé de ton frère à Ephtéria, que tu m'as dit que tu étais partie pour lui échapper quelques temps, ça m'a paru une bonne idée de t'enlever. Mais en fin de compte je ne vaux pas mieux que lui. D'abord je ne supporte pas qu'un autre homme te regarde, et en plus je te mets dans des situations bien pire que si je me battais contre toi. Pourtant sur le moment, je voulais vraiment que tu oublies tout ça, prendre soin de toi, mais... enfin... j'ai parfois l'impression que tu veilles davantage sur moi que l'inverse. »

Desserrant une nouvelle fois son étreinte, il s'amusa à étaler la vase sur ses épaules comme un baume massant.

« Excuse-moi, je crois que je suis un peu fatigué. Mais ne t'inquiète pas, si je dois être furieux contre quelqu'un un jour, ce ne sera pas contre toi. Je sais que j'ai tendance à te remonter les bretelles quand tu t'interpose, mais ce n'est pas de la colère contre toi, c'est seulement de l'inquiétude. Je ferais plus attention la prochaine fois que l'envie me prendra de te reprocher ça, d'accord ? »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Suivante

Retourner vers Les montagnes et volcans

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron