Forêt amazonienne...

Bruyantes ou silencieuses, sombres ou clairsemées, enchevêtrées de ronces ou paradis... les forêts de Nideyle ne manquent pas d'attrait. Attention, les prédateurs n'y sont pas rares !

Forêt amazonienne...

Messagepar Ceithli » 07 Aoû 2011, 13:20

Précédemment: Mon royaume pour un cheval
===========================
Le repos fut de courte durée pour la féline, car le soldat vint la réveiller pour lui signaler que des teignes approchaient. Elle ne se transforma pas, garda son apparence féline se disant que de cette manière au moins, il ne chercherait pas à lui parler. Cependant, en temps qu'animal, elle ressentait beaucoup plus les émotions humaines dans cet état et le stress d'Archélas lui hérissait les poils du dos. Il était énervé, c'était évident, le bonbon ne faisait donc plus d'effet.

Ils se glissèrent dans la forêt de pins et elle éternua à plusieurs reprises sous les odeurs un peu fortes de résines, d'ailleurs, ses yeux coulèrent un peu, aussi sa tête remuait étrangement à plusieurs reprises pour calmer cette sensation de picotis dans son museau, jusqu'à ce qu'il s'arrête et s'appuie contre un arbre, et là, elle se rendit compte qu'elle avait été méchante... elle se transforma alors, restant à quatre pattes pour s'avancer vers lui, doucement, prudemment pour ne pas l'effrayer, se calant à côté de lui, elle posa sa main sur son front, le fixant d'un air inquiet avant de se rendre compte qu'il était brûlant


«Heureusement que tu nous as fait avancer aussi vite... je pense que si j'avais repris mon apparence humaine, nous aurions perdu du temps et les teignes nous auraient rattrapé... mais tu...» elle baissa sa main jusqu'au cou du soldat et s'inquiéta un peu plus encore «Tu es brûlant... il faut que tu te reposes. J'ai dormi sous ma forme féline, je suis bien reposée...»

Elle savait qu'il n'allait pas apprécier qu'elle s'inquiète ainsi pour lui, mais ils n'avaient pas vraiment le choix à cet instant. Elle récupéra la tente et la jeta au sol pour l'ouvrir, puis elle s'affaira à récupérer le plus de branchages et de feuilles de buissons possibles pour les jeter dessus et la camoufler un peu. Elle avait justement fait attention à ce que la tente soit près d'un groupe de buisson, la rendant un peu plus invisible. Elle revint alors vers lui, déposant un baiser furtif sur son front

«Va t'allonger, tu prendras le tour de garde suivant, d'accord? Je ne suis pas fatiguée pour le moment, mais je te promets que lorsque mes yeux commenceront à se fermer tous seuls, je viendrai te réveiller, d'accord?»

Elle le laissa se débrouiller pour rejoindre la tente, elle aurait pu l'aider mais elle se disait qu'il préfèrerait se débrouiller tout seul. Lorsqu'il se retrouva installé, elle fouilla dans le sac et chercha la petite fiole de sève de morphe pour qu'il puisse la boire rapidement en cas d'urgence, la déposant juste à côté de lui

«Si tu m'entends parler d'une voix colérique, tu bois ça rapidement, d'accord? Je pense que ces amazones doivent préférer les femmes de caractère aussi, si jamais elles débarquent, je monterai sur mes grands chevaux en élevant la voix pour te réveiller... d'accord?»

Elle l'embrassa une nouvelle fois, puis se glissa à l'extérieur et commença à faire un petit tour. Elle n'était pas aussi douée que lui pour savoir faire ce genre de ronde, elle y arrivait surement un peu mieux sous sa forme féline puisqu'elle se laissait porter par son instinct et ses sens, mais là, elle devait rester humaine pour le cas où des yeillestrannes débarquent. Elle ne portait que son rubsang pour le moment, il était possible qu'elles voient ce genre de tenues peu communes d'un mauvais œil, mais en réalisant qu'elle était morphe, ça pourrait passer. Elle revint rapidement vers la tente, elle n'avait pas voulu allumer de feu pour ne pas signaler leur position, d'autant qu'elle n'était pas aussi douée que le soldat pour prendre toutes les mesures de sécurité nécessaires, et comme elle était capable de voir dans le noir, pour le moment il était préférable qu'elle reste ainsi dans l'obscurité. S'en voulant presque de ne pas être capable d'assurer sur certaines choses tout en sachant bien qu'Archélas devait penser la même chose de son côté. Oui, ils étaient complémentaires en réalité, sa connaissance des choses pratiques humaines comblait ses connaissances animales, un sourire se dessina sur ses lèvres alors que finalement, cette idée la rassurait...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Forêt amazonienne...

Messagepar Archélas Ages » 10 Aoû 2011, 00:04

Archélas ne vit pas Ceithli se transformer, pas plus qu'il ne l'entendit s'approcher, et pour cause. Il livrait bataille avec un vertige qui menaçait de le jeter au bas de l'inconscience. Adossé contre le tronc puissant de l'arbre qu'il s'était choisit, les yeux résolument fermés, le soldat se sentait gagné d'une indescriptible nausée à mesure que son environnement tournoyait autour de lui. Le sol semblait se dérober juste sous ses pieds et rien – ni la fraîcheur des aiguilles de pin sur lesquelles il s'était écroulé, ni la robustesse des racines auxquelles il se raccrochait désespérément – n'était susceptible de calmer les battements affolés de son cœur. Paniqué à l'idée de se pâmer comme ces femmes d'Ephtéria qui s'étouffaient dans leurs corsets trop serrés, il se cramponnait à tout ce qu'il pouvait, et ses doigts s'enfoncèrent dans la terre humide, les échardes lui glissant sous les ongles.

Un nuage de points noirs et blancs glissa sous ses paupières fermées alors que les sons s'étouffaient. Chaque muscle devint aussi lourd que la pierre, chaque respiration fut une épreuve, jusqu'à ce qu'une sueur glaciale lui saisisse la nuque. Là, il rouvrit les yeux, vainqueur sur l'évanouissement contre lequel il avait vaillamment résisté, mais plus épuisé encore que s'il avait laissé tomber toute fierté de mâle courageux. Il battit des cils en apercevant une ombre au-dessus de ses yeux, réalisant après coup qu'il s'agissait de la main de Ceithli redevenue femme, et tout ce qu'il fut en mesure de lui offrir fut un sourire perdu. Il avait vaguement conscience qu'elle était en train de lui parler, mais il ne parvenait pas à comprendre le sens de ses propos. Tout ce qu'il vit, ce fut qu'elle préparait le campement.

Assis dos au tronc d'arbre dont il ne décollait plus, Archélas l'observa mollement. À présent qu'il était au repos, son rythme cardiaque revenait à un tempo plus modéré, faisant taire avec lui ses vertiges. Malgré tout, il tremblait encore de sa récente faiblesse et grimaça en se sentant trempé de sueur. Ses vêtements lui collaient la peau et lui donnaient deux fois plus froid, mais il ne parvenait pas à trouver la force de s'en défaire, se contentant de respirer aussi calmement qu'il en était capable. Il se força à se concentrer sur ce qu'elle lui avait dit quelques instants plus tôt. Si sa mémoire fonctionnait encore correctement, elle avait parlé de faire elle-même les tours de garde, lui promettant de venir le réveiller. C'était donc qu'elle avait dû lui demander d'aller se coucher le premier à un moment où à un autre, mais le soldat ne se souvenait pas lequel. Il passa une main tremblante dans ses cheveux, s'accrochant aux divers nœuds qui s'y étaient formés, puis se décida à bouger.

Il lui fallait faire le trajet de son arbre à la tente sans s'évanouir... et ça, ce n'était pas gagné. Il allait mieux, mais il savait qu'au moindre mouvement le sang reviendrait à lui manquer. Alors il inspira à fond, l'air grave de celui qui prend son élan avant de se jeter dans le vide... et il se leva. L'allure rapide pour écourter ce moment particulièrement pénible, il se laissa presque tomber par l'ouverture de la tente avant de ramper à l'intérieur et de s'allonger... ou plutôt s'affaler. Le souffle court, il attendit. Apparemment, son corps tenait le coup, aussi roula-t-il sur le côté pour le cas où sa féline déciderait de le rejoindre. Ce qu'elle fit rapidement afin de lui remettre la fiole de sève de Morphe.

« Si je t'entends lever la voix, je bois. » Répéta-t-il comme pour mieux imprimer l'invective dans son esprit.

Boire la potion à la va-vite ne l'enchantait pas vraiment, mais il préférait de loin souffrir le martyre à se métamorphoser en hermine plutôt qu'envisager une carrière de castra... ou pire encore... Le lot de prisonniers avec lesquels ils avaient partagé un coin de cave avait été un bon échantillon d'exemples de ce dont ces femmes guerrières étaient capables, et lui, tout capitaine qu'il était, il n'avait pas tellement envie d'essayer. Alors il serra le flacon dans sa main et ferma les yeux. Une seconde plus tard, il dormait à peu près, le sommeil agité de rêves sans queue ni tête qui le tinrent dans un état ni éveillé, ni endormit. Autrement dit, il ne se reposa pas du tout ! Alors, après de longues heures à batailler avec ses incohérences oniriques, il sortit de la tente en traînant les pieds. Il venait de se souvenir qu'il avait faim et se servit à la corne d'abondance, cherchant Ceithli du regard. Mais lui n'avait pas la nyctalopie et son pendentif était couvert par son ensemble de chat. Il picora donc en silence, resserrant sa pèlerine autour de lui alors qu'il tremblait de froid. Tout était calme. Dix minutes plus tard, il se levait pour aller vomir plus loin et revenait à la tente plus mal qu'il n'en était sortit. Finalement, peut-être valait-il mieux pour lui qu'il retourne s'empêtrer dans ses insomnies pénibles.

Il dormit une heure avant de se réveiller de nouveau et tenta de se rendormir en vain. L'estomac noué par la faim, il n'osa pas retourner manger et se roula en boule tant il avait froid. Ses muscles endoloris rendait ses positions inconfortables et chaque fois qu'il remuait, sa tenue humide venait se coller à lui. Au final, il se glissa hors de la tente au matin, deux cernes affreuses sous les yeux. Il était encore très tôt mais il le savait, une minute de plus à se forcer à fermer les yeux finirait par le rendre fou.

« Laisse, je n'arrive pas à dormir. Je vais monter un peu la garde, vas te reposer. »

Ses vertiges avaient décidé de le laisser tranquille pour le moment. En revanche, il tremblait à chaque geste et grimaçait sous le coup d'une migraine à lui faire haïr le moindre son... et ce fut pire lorsqu'il fut pris d'une quinte de toux qui lui laissa la sensation d'avoir été empalé au bout d'une pique une fois passée. Non... définitivement, les jours à venir n'allaient pas être de tout repos. Peut-être devraient-ils faire demi-tour ?

Désolée, c'est très plat. Je propose de « tomber » sur le village ou une faction Tenaag'i d'ici peu. Si tu préfère, je pourrai décrire ça au prochain message, sauf si tu as envie d'innover. C'est comme tu veux.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Forêt amazonienne...

Messagepar Ceithli » 11 Aoû 2011, 22:12

Son tour de garde était loin d'avoir été passionnant. La jeune femme avait fait plusieurs tours, essayant de faire le moins de bruit possible, cherchant surtout à se repérer dans le noir pour essayer de prendre d'éventuels ennemis par surprise. Mais surtout, elle essayait de voir si elle pouvait voir au loin ce qui pourrait rappeler un campement ou même carrément un village, aussi finit-elle par escalader un arbre, s'accrochant avec difficulté avec ses mains et ses pieds écorchés. Elle devait serrer les dents pour ne pas succomber à la douleur, mais elle atteint rapidement une haute branche et mit inutilement sa main en visière au-dessus de ses yeux, profitant de la douce clarté des lunes de Nideyle. Un sourire se dessina doucement sur son visage, en effet, elle pouvait enfin repérer le village.. ou la ville.

Il était difficile de savoir d'ici en réalité, mais elle pouvait nettement voir les huttes particulières du village... autant elle ne pouvait discerner d'ici l'étendue exacte de la ville, car les maisons semblaient être de plus en plus hautes au fur et à mesure qu'on approchait du centre du village, quoi que peut être était-ce un demi-cercle? Difficile à savoir d'ici, mais même si les maisons semblaient assez rustiques, il était évident que les guerrières semblaient capables de tenir un siège de cette manière, on ne dispose pas des maisons de cette façon pour l'esthétique, il devait surement y avoir une raison stratégique là dedans, même si la féline, n'ayant aucune connaissance militaire, ne voyait pas vraiment laquelle.

Elle redescendit souplement, ils n'étaient pas si loin que ça, probablement à une ou deux heures de marches pas plus, et elle se félicitait intérieurement de ne pas avoir allumé de feu, car il était plus que probable que cela se serait vu de là bas! Elle rejoignit le campement et se fit bien plus nerveuse, entendant Archélas se remuer dans son sommeil, elle ne doutait pas qu'il ne se sentait vraiment pas bien, et elle ne pouvait nier que cela l'inquiétait. Elle réfléchissait un moment, se souvenant de ce qu'il s'était passé dans le village winghox. Il était évident que les deux clans se haïssaient, les hommes viriles et cornus qui dominaient les femmes d'un côté, et les femmes musclées et souples dominant les hommes en les blessant ou les... castrant. Elle supposait qu'elle ne gardait des mâles auprès d'elles que pour la reproduction, mais est-ce que les enfants mâles étaient simplement tués? Ou alors étaient-ils élevés pour être reproducteurs à leur tour jusqu'à ce qu'ils soient castrés pour servir d'esclaves? C'était l'impression qu'elle avait eu en écoutant les winghox qui les avaient pris par surprise dans les plaines. Elle frissonna légèrement, que ce soit un clan ou l'autre, ils semblaient traiter le sexe opposé comme du bétail, c'était... répugnant. Malgré tout, elle avait l'impression que ce n'était pas bien différent de l'éducation qu'avait eu Archélas si elle en croyait ce qu'il avait dit de ses parents... la femme semblait l'esclave de l'époux.

Il venait enfin de se lever et la sortit de sa torpeur. S'il ne pouvait voir l'état dans lequel elle se trouvait, ce n'était pas son cas et elle écarquilla les yeux. Il avait une mine épouvantable


«Est-ce que tu as vu ta tête? Non, bien sur que non... tu es malade! Tu ne...»

Elle se leva, interrompant ses paroles en mettant un doigt sur les lèvres de son amant, sans le regarder cependant... elle avait entendu du bruit. Fermant les yeux pour écouter attentivement, oui c'était clairement des bruits de pas... mais pas d'animaux, même si la démarche était féline

«La fiole! Bois là! Vite!»

Elle redressa le buste, levant le menton pour paraître plus sure d'elle... les amazones n'aimaient pas les femmes soumises aussi ne devait-elle pas paraître apeurée. Elle s'avança rapidement dans la direction des pas, elle savait qu'il avait besoin de temps pour se transformer. Profitant de sa vision nocturne, elle finit par les voir, elles se faufilaient entre les arbres, les torches qu'elles tenaient n'avaient rien à voir avec celles des winghox, il s'agissait visiblement de ces petites lampes capables d'attirer des lucioles vendues par Sayah dans sa boutique... le vil, il jouait visiblement double jeu avec les winghox! Elle parvint à en contourner une et lui saisit le bras pour le tordre et la jeter ainsi sur sa compagne, essayant d'utiliser une pour immobiliser l'autre

«Qui êtes vous? Qu'est-ce que vous me voulez?»

Mais évidemment, elles étaient trop fortes pour elle, aussi recula t'elle rapidement pour les laisser se relever, mais elle prit tout de même une position défensive, elle espérait avoir laissé suffisamment de temps à Archélas pour qu'il puisse la rejoindre sous sa forme hermine... les amazones s'étaient déjà relevées et la fixaient en levant leur lampe vers elle, étudiant visiblement l'intruse avec intérêt alors que la jeune femme cherchait à paraître la plus farouche possible...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Forêt amazonienne...

Messagepar Archélas Ages » 11 Aoû 2011, 23:40

Archélas s'arrêta tout net pour dévisager Ceithli d'un drôle d'air. S'il avait vu sa tête ? Euh... non. À vrai dire, il n'avait pas tellement envie de la voir à l'heure actuelle. Pour commencer il détestait se savoir mal rasé... or il se traînait une barbe de plus d'une semaine. À cela s'ajoutait la fatigue et une humeur détestable – les deux allant de paire – qu'il n'avait pas envie d'observer dans un reflet. En fin de compte, le soldat en conclu que sa féline avait des questions un peu bizarres, et alors qu'il s'apprêtait à argumenter pour l'obliger à dormir pendant qu'il montait la garde, elle s'interrompit. Manifestement, quelqu'un venait... et la fiole, il l'avait laissée dans la tente !

Laissant Ceithli aller au devant de leurs visiteurs et priant Alrik qu'il ne s'agisse pas de Winghox, il se précipita vers la tente. Où avait pu rouler la sève de Morphe ? Par là. Il la trouva dans un coin et, le cœur battant, la déboucha pour en avaler le contenu d'une traite. Comme ça, sans réfléchir. Tant pis pour les détails. Il s'en voulu un peu de ne pas avoir discuté de son plan avec la jeune femme plus tôt. Au lieu de cela, il avait préféré ruminer sa mauvaise humeur au mieux, siffloter et casser les pieds de sa féline au pire. Et en guise de maigre consolation, le goût infecte de la sève de Morphe le fit se plier en deux. Une main devant la bouche, il dut retenir une quinte de toux qui lui tira de grosses larmes tandis qu'il s'agitait de spasmes silencieux, s'étranglant à moitié. Puis la douleur à sa gorge fut engloutie par celle qu'il ressentit dans tous ses autres muscles à la fois, mais pas question de faire le moindre bruit ni de trahir sa présence cette fois. Aussi se mordit-il le poing au sang, puis la joue lorsque ses phalanges devinrent trop étranges pour être maintenues entre ses dents.

Le martèlement de son cœur dans ses tempes sembla démultiplié par la transformation, ou bien était-ce le fait de s'empêcher de hurler qui amplifiait la douleur. Toujours fut-il qu'il lui sembla souffrir dix fois plus que lors de son premier essai, et s'il espérait secrètement qu'une fois hermine il serait débarrassé de sa fièvre, il se trompait lourdement. Le souffle court après sa métamorphose violente – et trop lente à son goût – Archélas version mustélidé resta un instant immobile, comme s'il cherchait à déterminer s'il était toujours vivant ou non. En réalité, il se trouvait très bien dans la chaleur de ses vêtements et n'avait pas vraiment envie de bouger. Dormir, c'était tout ce qui comptait à cet instant. Pourtant, lorsqu'il entendit la voix de Ceithli s'élever, il se glissa entre les jambes de son pantalon et sortit. Son nez minuscule vérifia la direction à prendre et il s'élança, vif comme l'éclair. Sur son passage, un millier d'odeurs l'invitaient à des activités plus amusantes mais d'instinct, c'était vers l'odeur du guépard qu'il courait, furieux comme jamais.

Oui, il comprenait à présent ce que la jeune femme avait voulu dire en le mettant en garde sur l'instinct animal. Un animal de mauvais poil ne cherchait pas à se contenir pour faire bonne figure. Non. Il réagissait sans se soucier de la bienséance. Il mordait, griffait, chargeait selon les cas ou le gabarit. Et lui ?

Lui il mordit. Ses dents minuscules se plantèrent vaillamment dans un orteil qui traînait là, tout au bout du corps d'une femme à moitié nue qui menaçait Ceithli. En fait, il n'était même pas sûr qu'elle la menaçait effectivement, mais il n'aimait pas sa voix, il n'aimait pas son ton, et il était d'humeur à mordre n'importe qui du moment que ça le défoulait. Il ne daigna d'ailleurs lâcher sa prise que lorsque sa victime menaça de le renvoyer à Ephtéria par voie aérienne, et pour éviter toutes représailles, il grimpa le long de la jambe de sa compagne, s'accrochant de ses mains et de ses griffes sur le tissu jusqu'à aller se percher sur son épaule. Là. D'ici, il avait une vue panoramique sur tout ce qui se passait, et la première qui faisait mine de bouger, il était prêt à lui sauter au visage !

Mais personne ne bougea, et au lieu de représailles, celle des deux Tenaag'i qui ne s'était pas fait mordre éclata de rire.

« Ce n'est pas drôle ! Protesta son amie. Elle m'a fait mal cette saleté !
_ Pardon mais tu n'as vraiment pas de chance, c'est la deuxième fois qu'une de ces bestioles te mord. »
fit l'autre qui avait bien du mal à reprendre son sérieux.

La jeune femme, en équilibre sur un pied, examinait son orteil d'un air à la fois boudeur et vexé, alors que la première se lançait dans une explication à l'attention de Ceithli.

« Ma sœur élève des furets pour chasser le lapin, et la semaine dernière, Daphnée - elle désigna sa partenaire du menton - s'est fait mordre par un de ses mâles. Je crois que les furets ne l'aiment pas... »

Son visage s'était radoucit en même temps que sa voix, considérant sans-doute qu'elles n'avaient pas grand chose à craindre d'une Morphe.

« Moi c'est Ai Vaan. Daphnée et moi patrouillons pour éloigner les Teignes, elles sont de plus en plus téméraires et nombreuses en ce moment, ça devient difficile de les chasser. C'est quoi votre animal totem ? »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Forêt amazonienne...

Messagepar Ceithli » 12 Aoû 2011, 14:33

Lorsqu'Archélas s'était jeté sur l'amazone, la féline avait du se mordre la lèvre pour ne pas rire, aussi, lorsqu'il revint sur son épaule, et lui gratta doucement la tête alors qu'elle écoutait les explications des deux jeunes femmes. Visiblement, elles ne semblaient pas aussi désagréables que les winghox, mais il était probable que le fait que la jeune femme ait montré, justement une certaine agressivité y soit pour quelque chose

«Pardonnez le. Je l'ai recueilli alors que deux winghox m'avaient piégée pendant ma traversée des montagnes, il a donné un violent coup de griffe au visage de l'un d'eux et m'a permis de me dégager et me transformer pour les attaquer. Je crois que l'un des sales cornus en a perdu un œil!»

Un sourire se dessina sur les lèvres des amazones qui semblèrent alors regarder l'hermine d'un autre œil. En attendant, la féline continuait de gratter doucement la tête d'Archélas d'un geste affectueux. Pendant ce temps, la yeillestranne lui avait demandé quel était son animal totem... elle trouvait toujours cette appellation aussi étrange, mais au moins, grace à son amant, elle savait vraiment de quoi il était question.

«Aussi étrange que cela puisse paraître, je suis un guépard... je ne comprends pas comment cette hermine a pu s'attacher ainsi à moi, surtout que je dois faire attention quand je suis en fauve de ne pas le dévorer!»

Et dans la mesure où elles avaient pris la peine de se présenter, elle fit rapidement de même «Mon nom est Ceithli...» elle préférait ne pas dire son nom... juste au cas où, puis elle se mit à rire avant de tourner la tête vers son campement. Il ne fallait pas qu'elles le trouvent sinon elles risquaient de comprendre qu'il y avait un homme avec elle

«Vous dites qu'il y a des teignes dans le coin? J'en ai vu aussi sur le trajet. Il y a un campement plus loin, mais il est vide... je n'ai trouvé qu'un sac et des vêtements quand je vous ai entendues arriver... je me demande si le propriétaire n'a pas du filer à cause de teignes? Je ne vois pas quelqu'un filer comme ça en laissant ses affaires...»
- «Sauf s'il s'agissait d'un homme!»
reprit l'amazone qui s'était fait mordre en pouffant de rire, l'autre se mit à rire également aussi la féline mit-elle une main sur la hanche en prenant l'air de réfléchir, il ne fallait pas non plus qu'elle paraisse lèche bottes! Sinon elles allaient comprendre qu'elle jouait leur jeu

«C'est possible en effet que ce soit un homme... il y avait une de ces tentes avec des piques dessus, que l'on peut trouver dans certaines boutiques et à l'intérieur des vêtements d'hommes...» faites qu'Archélas se soit changé dans la tente! «Dites moi, j'ai dans l'intention de me rendre vers l'Ouest, vers les ruines Ohimes... est-ce que vous savez la direction à prendre?»

Les deux femmes se regardèrent quelques secondes puis hochèrent la tête

«Oui, mais c'est vraiment très loin vers l'Ouest. Vous devriez venir avec nous... mais avant, où est-ce que vous avez vu des winghox?»
- «Oh... c'était dans les montagnes au Nord, hier dans la journée»
- «Hum... et ils étaient dans quel état lorsque vous les avez laissés?»
- «Euh, je dois avouer que sous ma forme animale, je n'ai pas vraiment la même mémoire ni les même notions de l'espace, mais je sais que l'un d'entre eux ne pourra plus avoir d'enfant, et l'autre, grace à mon compagnon, sera trop laid pour qu'une winghox veuille de lui...»
dit-elle en souriant.

Les deux jeunes femmes rièrent aux éclats en revanche et commencèrent à se mettre en marche. Normalement, la fiole devait lui permettre d'être transformé une journée si elle se souvenait bien, mais il en avait déjà bu une partie aussi... elle espérait que le village n'était pas trop loin et qu'ils n'auraient pas à y rester trop longtemps. Le fait qu'elle leur ait signalé devoir se rendre dans les ruines Ohimes pouvait lui permettre de partir rapidement avant qu'Archélas ne reprenne son apparence... elle allait devoir laisser son campement sur place, elle pourrait toujours se repérer à leur odeur pour retrouver le tout.

Elle marchait toujours le dos droit, l'hermine sur l'épaule en la caressant doucement, le menton relevé aussi pour afficher cette même force de caractère qu'elles... elle se sentait un peu étrange de pouvoir se comporter ainsi, il y avait une sorte de sentiment de liberté en elle, mais une chose était sure, elle ne pourrait tout de même pas mépriser les hommes comme elles le faisaient, pas maintenant qu'elle connaissait Archélas...


===================
Direction : Yeillstrand, Entre les beffrois

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Forêt amazonienne...

Messagepar Archélas Ages » 19 Aoû 2011, 01:28

Précédemment : Entre les beffrois
*°*°*°*°*°*°*°*°*

Après tant d'émotions, Archélas demeura aussi sage qu'une image dans les bras de sa féline, n'affichant qu'une mine boudeuse d'animal brimé. Il regarda un peu ce qui se déroulait autour de lui, notant vaguement quelques détails stratégiques lorsque le soldat parvenait à prendre un peu le dessus. Le reste du temps, il préférait se laisser aller à rester au chaud, somnolant à moitié. Évidemment, sa mission lui semblait bien moins importante à présent qu'il n'était plus qu'une toute petite bête distraite. Il recommença cependant à s'agiter lorsque Ceithli entra dans différentes boutiques et que l'odeur de nourriture vint lui chatouiller les moustaches. Il n'y avait pas fait attention jusque là, mais il réalisait à présent qu'il avait le ventre vide, et son nez minuscule ne pouvait s'empêcher de se mettre à l'affût des délicieux fumets.

Affamé, il retourna se percher sur l'épaule de la jeune femme et redevint attentif à ce qui l'entourait. Les jambons suspendus sur lesquels il rêvait de sauter, les épices, les fromages dans les trous desquels il se serait volontiers perdu. Heureusement pour lui, sa compagne semblait avoir faim également. Aussi lorsqu'elle s'attabla - et surtout lorsqu'elle fut servie - Archélas trépigna un moment sur place, donnant des petits coups de museau dans le cou de sa féline pour réclamer sa part... Ai Vaan eut la merveilleuse idée de décréter qu'il avait droit à un peu de nourriture et ainsi fut-il autorisé à prendre du riz. N'y tenant plus, il alla même jusqu'à bondir sur la table afin d'aller y manger plus à son aise, furetant partout comme une hermine mal élevée. En fait, il profita que Ceithli était occupée à discuter pour aller lui chaparder un morceau de volaille dans son assiette, avant d'entreprendre une toilette minutieuse, ne prêtant à la conversation qu'une oreille des plus distraites. Ai Vaan et Daphnée auraient pu être en train de livrer leurs plus grands secrets militaires qu'il ne s'y serait pas intéressé davantage, la propreté de sa fourrure lui semblant à cet instant d'une importance plus capitale que tout le reste.

Il fut bientôt l'heure de repartir et, repus, Archélas s'installa une nouvelle fois sur l'épaule de la jeune femme. Il émit un petit couinement désolé de voir la peau couverte d'éraflures et recommença à la lécher d'un petit air coupable, avant de s'installer plus confortablement. Pour ne pas risquer de blesser davantage sa féline, il fit autant d'efforts qu'il pu pour tenir en place sans bouger ni se raccrocher. Le sac qu'elle avait jeté sur son épaule fut un perchoir de choix qu'il occupa comme son nouveau territoire, montant la garde sur les victuailles. La toile lui permettait de s'agripper tout en épargnant Ceithli d'autres marques de griffures, et il n'avait qu'à tendre le cou pour atteindre le lobe de ses oreilles lorsqu'il voulait la chatouiller de ses baisers d'hermine. Assis comme s'il veillait au grain, il se laissa bercer par le rythme de ses pas, observant le village rétrécir à mesure qu'ils s'éloignaient en se dirigeant vers l'ouest. Il cligna des yeux, fatigué et toujours fiévreux, et puis au final, à moitié sur le sac, à moitié sur l'épaule de sa compagne, il s'allongea pour se rendormir quelques heures.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, il n'y avait plus ni beffrois ni guerrières mais des arbres à perte de vue. La forêt, dense et humide, n'avait pas grand chose à voir avec le couvert des pins qu'ils avaient quitté le matin même. Ici, la végétation s'enchevêtrait dans un mélange de lianes et de mousse, si bien que le décor lui faisait penser à la boutique de Belladona, les plantes carnivores en moins. Il regarda un gros bourdon voler paresseusement autour d'eux sans trouver la force de courir après, puis s'étira mollement, bailla, et leva le nez en l'air dans l'espoir d'apercevoir le soleil. Quelle heure était-il ? Il n'en avait aucune idée. Quelques rais de lumière traversaient parfois les feuillages mais dans l'ensemble, une certaine obscurité régnait autour d'eux. De là à savoir s'il s'agissait d'un effet dû à la densité de la végétation ou au jour déclinant... Un orage approchant pouvait tout aussi bien expliquer cette relative obscurité.

Mais autre chose attira son attention. Une odeur. Aussitôt en alerte, il s'autorisa à descendre de son perchoir jusqu'à se retrouver au sol, goûtant à la douceur et la fraîcheur de l'humus sous ses pattes. Il fit tourna sur lui-même à deux reprises comme pour chercher son chemin puis fila droit devant lui, bondissant par-dessus les racines noueuses et glissantes. Par instant, il s'arrêtait pour se dresser sur ses pattes arrières et appeler Ceithli d'un cri bref, puis il reprenait sa route comme un chien limier à l'affût de sa proie. Par là, il en était certain ! L'odeur était plus forte à mesure qu'il avançait. Il bifurqua plusieurs fois, se faufila entre les bosquets trop fournis, escalada un rocher qui lui sembla une montagne et s'arrêta finalement à son sommet, le nez frémissant. C'était là.

À quelques mètres, un buisson remua jusqu'à s'écarter sur... Nemesis ! La tête basse après sa longue migration, elle s'arrêta à quelques pas de Ceithli, hésitant entre s'enfuir ou rester.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Forêt amazonienne...

Messagepar Ceithli » 19 Aoû 2011, 12:41

Le lac se dessinait progressivement, Ceithli commençait à avoir mal aux jambes à force de marcher, peu habituée en réalité à parcourir de si longues distances dans son apparence humaine. Malgré tout, elle ne pouvait prendre le risque de devenir guépard avec Archélas en hermine, même si elle avait le ventre plein, elle ne voulait pas prendre le risque que son instinct vienne lui indiquer de prendre un petit casse croute supplémentaire.

Finalement, il se réveilla et bondit pour partir droit devant, serrant la lanière du sac qui lui déchirait l'épaule, elle se mit à courir pour le suivre


"Attends!" dit-elle un peu vainement jusqu'à entendre un bruit de buissons. Elle s'arrêta net, voyant l'hermine redressée, le nez au vent jusqu'à ce qu'un cheval sorte des broussailles et qu'elle écarquille les yeux en reconnaissant la monture du soldat

"Némésis?" ainsi donc, ce sifflet marchait bel et bien... elle s'approcha doucement, sachant bien que la bête se montrait craintive à son égard à cause de son odeur de prédateur, mais elle réussit à poser sa main sur l'encolure chaude et même moite de transpiration, il était évident que la pauvre bête avait fait un très long chemin pour venir jusqu'ici et retrouver son maître

"Là... tout doux ma belle... tu es vraiment une brave fille..."

Elle fut soulagée de la voir, malgré tout, il fallait maintenant qu'elle contourne la forêt pour revenir au niveau des pins et retrouver leurs affaires... elle se disait que le mieux serait qu'elle le fasse au cours de la nuit, une fois qu'Archélas aurait repris forme humaine pour y aller rapidement sous sa forme féline et ramener le tout par ici... elle espérait surtout que la jument saurait retrouver le chemin qu'elle avait emprunté pour arriver jusqu'ici car elle ne savait vraiment pas quel serait le passage le plus sûr pour regagner le Nord de Nideyle. Elle guida Nemesis jusqu'au lac pour qu'elle puisse boire un peu puis posa le sac pour commencer à installer un premier campement en attendant de récupérer le reste de leurs affaires. Elle sortit un petit morceau de fromage qu'elle tendit à l'hermine pour qu'elle revienne auprès d'elle, un petit sourire en coin à le voir ainsi... mine de rien, elle le trouvait vraiment adorable, mais elle s'inquiétait encore de son état de santé. Elle commençait à se dire qu'un simple herboriste ne pourrait peut être pas faire grand chose, puisque Belladona elle-même n'avait rien pu faire, aussi peut être valait-il mieux essayer les ghettos ou la Basse Ville? C'était sur leur chemin après tout que ce soit pour retourner à Banba ou à Ephtéria. Et elle savait que là bas il y avait des médecins usant de produits plus efficaces, mais moins naturels...

De toute manière, elle ne pouvait pas en parler avec Archélas pour le moment, le soir allait tomber et elle devait donc attendre qu'il redevienne humain, le village des Tenaag'i était bien assez loin maintenant

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Forêt amazonienne...

Messagepar Archélas Ages » 25 Aoû 2011, 22:35

Archélas dans sa version hermine sautillait sur place comme un fou en poussant des petits couinements d'excitation. Il quitta même son rocher pour aller danser autour des jambes de Nemesis qui l'observait avec suspicion. Vu comme ça, il devait faire penser à un chien faisant la fête à son maître... en fait, c'était un peu ce qu'il faisait. Sa jument lui avait atrocement manquée, et s'il s'était toujours gardé d'en faire part à Ceithli de crainte d'avoir l'air ridicule, sous sa forme animale il demeurait incapable de contenir sa joie. Prenant garde de ne pas se faire piétiner par inadvertance par sa monture, il la suivit jusqu'aux abords du lac et profita du fait qu'elle baisse l'encolure pour se désaltérer pour aller lui chatouiller les joues. Surprise, l'équidé le renifla d'un air circonspect, soufflant chaudement de ses grands naseaux délicats. Puis, jugeant que cette petite bête là avait une odeur qui lui plaisait, elle le salua d'un coup de museau affectueux. Archélas s'en roula sur le dos de bonheur, complètement indifférent à sa féline qui montait pourtant le campement pour lui.

En fait, il ne daigna accorder de l'attention à la jeune femme que lorsqu'il sentit la délicieuse odeur du fromage, ce qui le fit accourir aussitôt. Bondissant par-dessus quelques mottes d'herbe plus hautes que lui et abandonnant Nemesis près du lac, il mangea directement dans la main de sa féline, même s'il mangea finalement très peu. Lorsqu'il eut terminé, il entreprit une longue toilette, commençant par son museau où ses larmes n'avaient cessées de couler et se nettoyant jusqu'entre les doigts de pattes. Il ne cessa son petit manège que lorsqu'il fut certain d'être tout à fait propre et décida en accord avec lui-même qu'il serait beaucoup mieux pour lui de finir sa nuit sur les genoux de Ceithli. Aussi sauta-t-il sur ses cuisses qu'il s'appropria aussitôt, se roulant en boule pour y dormir. À sa décharge, son espèce dormait entre douze et dix-huit heures par jour, il se sentait épuisé par sa maladie et... et puis c'était fatiguant d'être une hermine, mine de rien ! Il y avait plus d'efforts à fournir pour couvrir la distance que sa féline parcourait en une enjambée et tout était plus haut, plus grand, plus infranchissable. Alors oui, il méritait bien un peu de repos. Encore.

De longues heures s'écoulèrent ainsi où sa température corporelle chuta comme s'il entrait en hibernation. Sourd à tout ce qui l'entourait, il dormit d'un sommeil de plomb de longues heures sans réagir le moins du monde aux mouvements de Ceithli. Elle aurait pu le poser là et s'en aller sans lui qu'il n'aurait rien remarqué ! Nemesis resta dans les environs, prêtant une oreille attentive à ses prédateurs et maîtres et broutant l'herbe grasse en bordure du lac. Sans-doute parce qu'elle n'avait pas pu avaler grand chose dans les montagnes, elle ne se privait pas de tondre tout ce qui passait à sa portée sans se lasser. Les lunes de Nideyle traversaient les feuillages et un hibou hululait au loin alors qu'un balai silencieux et incessant de chauves-souris s'agitait juste au-dessus du lac. Tout était paisible, comme un calme inquiétant avant la tempête.

Puis enfin Archélas se réveilla en sursaut. Son corps fourmillait de crampes annonciatrices d'un retour à l'état d'Homo sapiens et cette fois, il n'était pas question de blesser sa féline. Il se laissa donc tomber à ses pieds et attendit, immobile, le cœur battant comme elle le lui avait suggéré la première fois. Les yeux fermés et tremblant de la tête aux pattes, il sentait ses épaules tirer doucement jusqu'à provoquer une douleur insupportable. Était-ce dû au fait qu'il était resté plus longtemps sous sa forme animale cette fois ? Il hurla de douleur à défaut de s'agiter, serrant les dents comme il pouvait, maudissant Sayah, Amroth, Alrik et cette fichue Infinitude dont les Tenaag'i chantaient les louanges, jusqu'à Livian d'Ephtéria lui-même de lui avoir confié cette mission de reconnaissance. Un nouveau cri de douleur, plus rauque, lui échappa. Qu'il y aille, leur maudit Souverain, goûter à la brutalité féroce des Winghox. Ils sauraient lui faire avaler son sceptre et ses rêves de conquête. Quant aux amazones, elles s'occuperaient volontiers d'en découper les meilleurs morceaux pour s'en faire des colliers...

« AH !!! »

Campée sur ses jambes à quelques mètres de distance, Nemesis observait son cavalier, partagée entre l'instinct de survie qui lui dictait de fuir et son affection pour cet homme... qui n'était homme que depuis quelques secondes ! Son encolure se tendit vers lui lorsqu'il ne bougea plus du tout, comme une jument découvrant pour la première fois son poulain. Un poulain qui ne bougeait plus en dehors de ses tremblements, de froid comme de douleur. Et comme il l'avait fait quelques jours plus tôt, il s'efforça de retrouver son souffle et un rythme cardiaque plus raisonnable. À présent qu'il n'était plus hermine, une question existentielle s'imposait d'elle-même : Ceithli avait-elle des vêtements pour lui ?

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Forêt amazonienne...

Messagepar Ceithli » 26 Aoû 2011, 16:07

Admirant avec amusement Archélas en train de courir partout, la féline avait commencé à sortir à manger pour la soirée, rapidement rejointe alors par une hermine folle de gourmandise qui vint lui lécher les morceaux de fromage avec avidité jusqu'à se coucher sur ses genoux. D'un air attendri, elle avait longtemps caressé la fourrure soyeuse de l'animal, gardant tout de même un regard particulièrement triste par rapport à ce qu'avait dit l'amazone... il n'en avait plus pour longtemps.

Évidemment, la remarque devait porter pour le cas où il avait été une véritable hermine et non un morphe, malgré tout elle ne pouvait s'empêcher de craindre qu'il devait être dans un sale état et qu'il fallait d'urgence qu'ils trouvent un médecin, ou un guérisseur. Elle bougea un peu l'animal pour aller boire un peu d'eau, ne pouvant pas le laisser seul, même avec Némésis, elle ne se voyait pas retourner au campement chercher leurs affaires pour le moment, aussi attendit-elle patiemment qu'il reprenne apparence humaine et à ce moment là seulement, peut être qu'elle pourrait le laisser. C'était peut être encore plus dangereux car les Tenaag'i pourraient alors lui tomber dessus, mais elle doutait fort qu'elles se baladent dans ce coin là, il n'y avait rien à voir à part le lac et leur cité leur permettait de voir arriver un ennemi de loin, aussi les patrouilles devaient être inutiles. Mais évidemment, n'ayant pas vraiment de notions militaires, elle pouvait se tromper.

Elle avait fini par s'endormir, et pourtant elle aurait voulu rester éveillée pour surveiller Archélas, mais la journée avait été longue et elle avait fini par sombrer, allongée sur le dos et l'hermine sur son ventre roulée en boule. Elle fut cependant réveillée en sursaut alors qu'elle entendait les couinements apeurés et douloureux de l'animal reprenant forme humaine, et c'est avec difficulté et tristesse qu'elle le regarda se tordre dans tous les sens, se retenant de ne pas hurler pour ne pas la peiner... et pourtant cette vision était des plus cruelles aux yeux de la féline, elle aussi maudissait Sayah à cet instant. Lorsqu'elle vit l'homme qu'elle aimait recroquevillé sur lui-même, ruisselant de sueur elle alla chercher la couverture qu'elle avait achetée. Non, elle n'avait pas prévu de vêtements pour lui, cela aurait paru louche aux yeux des amazones qu'elle prenne des vêtements, si elle avait été humaine, probablement auraient-elles compris mais dans la mesure où elle pouvait se transformer pour se protéger du froid, il aurait été suspect qu'elle prenne de quoi se couvrir, une couverture pouvait avoir d'autres utilités: se protéger de la pluie ou offrir un meilleur confort pour la nuit sur un sol de cailloux.

Elle jeta donc la couverture sur lui avant de se diriger vers le lac et racler un peu les pierres pour récupérer de la mousse, puis elle revint vers lui pour l'humidifier un peu, le regardant d'un air à la fois triste et inquiet. Elle ne pouvait s'enlever cette image de la tête comme quoi il allait mourir. Elle fit plusieurs allers retours jusqu'à s'assurer qu'il ne transpirait plus, mais il semblait avoir encore de la fièvre, cela elle ne pouvait pas le changer. Elle passa donc une main tremblante sur son front et son cou avant d'y déposer un baiser. Elle les avait tous deux conduits sous le couvert de plusieurs arbres bas pendant son sommeil, Némésis en était ravie car l'herbe y était particulièrement humide et grasse, aussi estimait-elle qu'il était bien à l'abri des regards indiscrets en restant ici. Elle vint déposer un baiser sur son front brûlant avant de chercher son regard, sachant bien qu'il ne pourrait pas la voir, son médaillon était surement resté dans la tente et les lumières des lunes de Nideyle filtraient à peine au travers des branches.


«Maintenant que tu es redevenu toi-même, je vais aller chercher nos affaires. Je ne sais pas pour combien de temps j'en ai, mais tâche de rester ici, à couvert et de ne pas te faire remarquer. La couverture porte mon odeur féline alors ne t"étonnes pas si Némésis ne t'approche pas...» mais en contre partie, d'autres prédateurs le fuiront aussi. Elle l'embrassa une nouvelle fois, ne cherchant même pas à savoir s'il était d'accord ou non avec son plan, puis elle se transforma et fila à toute allure vers l'Est, se repérant à la montagne dans un premier temps, puis parfois au village des amazones dont les tours dépassaient par endroit, puis lorsqu'elle fut suffisamment près, elle put se repérer à sa propre odeur jusqu'à retrouver le campement.

La corne d'abondance avait été abimée et portait des traces de griffes, un animal avait du sentir une odeur de nourriture et tenter d'en extraire un peu sans succès, mais le sac était toujours intact, sa magie rendant inaccessible ce qui s'y trouvait à l'intérieur devait fonctionner aussi pour les odeurs, et la tente, bien que couverte de poils, de terre et d'herbe soulevées ne semblait pas avoir trop souffert. Elle reprit forme humaine, secoua les vêtements de chat d'Archélas qui furent instantanément propres, puis elle les rangea dans le sac avec tout le reste, se blessant les mains en repliant la tente et surtout, elle avait retrouvé le médaillon. Elle baissa les yeux sur sa poitrine et regarda la bague quelques secondes, les amazones ne l'avaient pas remarquées et ne s'étaient pas posées de questions, peut-être avaient-elles senti l'odeur magique qui l'enveloppait et avaient donc compris qu'il ne s'agissait pas vraiment d'un cadeau ou d'une... alliance?

Le sac n'était pas vraiment conçu pour qu'elle puisse le porter comme un harnais, malgré tout, elle se servit de son rubsang pour essayer de bien le maintenir sur son dos avant de reprendre apparence féline. Le poids était supportable grace à la magie de Sayah, et si elle l'avait maudit plus tôt, elle lui était désormais reconnaissant de son savoir et de son pouvoir. Elle prit son élan et repartit en sens inverse, contournant les arbres avec souplesse comme s'ils s'écartaient d'eux-mêmes de son chemin, elle se fiait de nouveau aux montagnes, et surtout à l'odeur humide du lac avant de chercher Némésis.


Ignorant si Archélas était bien toujours là, elle commença à approcher prudemment, préférant rester féline pour le moment... on ne sait jamais après tout, elle était partie plus de deux heures.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Forêt amazonienne...

Messagepar Archélas Ages » 26 Aoû 2011, 23:33

Nu comme un ver et dans sa position fœtale, Archélas ne bougeait plus du tout. C'était comme si sa vie n'était plus suspendue qu'à un fil, en sursis. L'herbe grasse et la mousse accueillait son corps endolori et tremblant tandis que son esprit peinait à s'extirper de sa confusion. La douleur, comme une brume derrière ses paupières, l'obligeait à lutter pour rester conscient. La métamorphose était achevée pourtant, mais malgré tout il ne parvenait pas à se calmer. Comme un étau oppressant sa poitrine, il était à l'affut des battements affolés de son cœur, en proie à un vertige féroce qui lui donnait la nausée. Sur sa nuque et son dos, la sueur perlait, glaciale et mordante, et il tressaillit au contact de l'eau froide sur sa peau. Il aurait souhaité ouvrir les yeux, rassurer sa féline, mais il n'y arrivait pas. Cloué au sol comme un gibier abattu, cherchant encore en lui la force de survivre, par instinct borné, il haleta de détresse un long moment avant d'être capable d'ouvrir les yeux à nouveau.

Il faisait nuit. Aussitôt, son regard fut attiré par les rares lueurs des lieux. Les lunes de Nideyle se reflétaient sur la surface de ce qui devait être un lac, plus loin, et s'il pensa tout d'abord s'en rapprocher, il renonça bien vite en réalisant que sa féline n'était plus là. Remontant la couverture sur lui, il grelotta ainsi, aveugle dans l'obscurité. À tâtons, il parvint à trouver refuge entre les racines d'un arbre où il se recroquevilla comme un enfant apeuré. Son regard clair accrocha la silhouette de Nemesis qui se découpait sur fond de lac scintillant, ce qui suffit à le rassurer. Il se passa une main dans les cheveux, puis dans sa barbe, avant de rapatrier ses bras sous la couverture, frigorifié. Une quinte de toux le secoua violemment, le laissant étourdit, le goût du sang sur la langue. Il ferma les yeux, cherchant à rappeler vers lui les souvenirs les plus proches. Ceithli... où était Ceithli ? Partie. Où ? La couverture portait son odeur féline... avant cela encore... partie chercher leurs affaires. Archélas serra la mâchoire, contrarié, et ses dents grincèrent, provoquant de nouveaux frissons. Et si elle se faisait prendre ? Pourquoi ne l'avait-il pas retenue ?

Nemesis s'était rapprochée prudemment et semblait l'épier avec intérêt, partagée entre son appétit dévorant et sans doute un certain soulagement d'être parvenue à destination. Elle aussi s'était mise en danger pour lui... Une nouvelle quinte de toux interrompit ses raisonnements douloureux, et son estomac sembla s'affaisser comme s'il tentait de digérer une pierre. En fin de compte, Ceithli devrait rentrer sans lui. Il leva un regard implorant sur sa jument et lui murmura quelques mots depuis sa place, à propos de se montrer fidèle envers la jeune femme, de ne pas la craindre, de la ramener chez elle saine et sauve. Lui se sentait partir. Nauséeux, oppressé, frigorifié. Il finit par se pencher pour vomir le peu qu'il avait avalé sous forme d'hermine – et déjà digéré depuis longtemps – avant de se décider à se déplacer un peu. Ses pupilles s'étaient habituées à l'obscurité, même s'il y voyait atrocement mal, et ainsi rampa-t-il jusqu'aux racines d'un autre arbre. Il reprit son souffle, se couvrit, essaya de dormir, se concentra sur sa respiration. Rester conscient, c'était tout ce qui comptait. Et au final, il n'entendit même pas sa féline revenir, les pulsations dans ses tempes le rendant déjà à moitié fou.

Il sursauta lorsqu'une branche craqua et l'adrénaline aidant, se retourna d'un seul bloc. Ses mains cherchèrent une arme de fortune mais ne trouvèrent rien d'autre que de la mousse et de l'herbe. La panique le gagna. Des femmes ? Des hommes ? Non, un prédateur semblait-il. Pourtant Nemesis n'avait pas bougé, indifférente à cette approche sournoise. Ceithli ?

« Ceithli, c'est toi ? »

Il écarquilla les yeux et battit des cils à plusieurs reprises, scrutant l'obscurité désespérément. Puis lorsqu'il distingua enfin la silhouette du guépard, il s'autorisa à respirer de nouveau.

« Tu m'as fait peur... souffla-t-il avant d'être interrompu par une nouvelle quinte de toux. Reprenant son souffle comme un vieillard à l'article de la mort, il s'efforça de rouvrir les yeux. Ça ne va pas mieux... et je ne veux pas que tu sois malade aussi, ou que tu te fasse prendre parce que je te retarde ou parce que je nous fais repérer... »

Il se frotta les yeux que sa fièvre faisait larmoyer. Il avait l'impression d'avoir un volcan en éruption à l'intérieur du crâne et des cordes nouées autour de chaque muscle. Il ferma brièvement les yeux, en proie à un autre vertige. Ceithli ne voudrait pas partir sans lui, et lui ne se sentait pas de faire le chemin du retour. Ne demandez pas à un homme malade de faire le moindre effort... la fin du monde était proche, et elle était pour lui... ironique, moi ? Il planta ses Turquoises sur la silhouette de sa féline. Il devait la ramener.

« Allons-y. Je sais que tu es fatiguée, et je sais que Nemesis a beaucoup voyagé... sa voix s'étrangla sur une nouvelle quinte de toux, rauque. Sa respiration siffla lorsqu'il pu reprendre la parole. Allons-y. Maintenant. »

Et il se leva, oubliant qu'il était complètement nu. Sa main sur le tronc rattrapa de justesse son équilibre aléatoire. Pour se mettre en selle, ce n'était pas gagné.


Bouhouh, c'est très nul :'( Si t'arrive pas à rebondir dis-moi. J'éditerai demain, là je suis claquée j'arrive plus à réfléchir...

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Forêt amazonienne...

Messagepar Ceithli » 28 Aoû 2011, 15:13

Il fallait qu'elle reprenne forme humaine, de toute façon, le sac commençait à lui peser sur le dos et elle reprit donc son apparence. Elle s'approcha ensuite de lui, le rubsang recouvrant son corps alors qu'elle courrait vers lui pour le soutenir pendant qu'il s'appuyait sur le tronc d'arbre

«Non attends... Némésis a besoin de repos et toi aussi encore. Il fait nuit, tu ne peux rien voir, elle non plus! Ça ne servira à rien. Je vais te monter la tente, tu vas manger et boire et nous partirons à l'aube, je te le promets...» une fois de plus, il semblait vouloir qu'elle parte sans lui, mais il n'en était pas question. Elle fouilla le sac et lança la tente hérisson pour la déployer, puis elle récupéra les vêtements de chat pour l'aider à les enfiler, comme une mère s'occuperait de son enfant malade. Elle pouvait sentir sa faiblesse, sa fièvre et à nouveau, le souvenir de ce qu'avait dit l'amazone lui revint en mémoire.. il était... mourant?

Elle l'obligea à aller s'allonger pendant qu'elle allait remplir l'outre des Danaïdes d'eau fraiche. Elle aurait aimé avoir les herbes de Belladona pour essayer de calmer un peu ses maux de tête et sa fièvre, cela avait semblé lui faire un peu de bien pendant une journée au moins... tant pis. Elle revint vers lui et passa un peu d'eau sur son front, après avoir quand même posé la couverture sur lui pour ne pas qu'il attrape d'avantage froid. Elle se pinça les lèvres, son visage trahissant la profonde inquiétude qui l'envahissait, et elle semblait également un peu pâle. Elle sortit encore un peu de fromage et de pain pour l'obliger à manger pour qu'il ait quelque chose dans l'estomac, puis elle passa doucement sa main sur son front avant d'y déposer un baiser
«Dors... ça va aller...»

Cependant, à force de le veiller, elle finit par s'endormir aussi, blottie contre lui malgré la chaleur étouffante qu'il dégageait. Némésis reprenait des forces également, broutant comme si elle n'avait pas mangé depuis des mois.

Les premiers rayons du soleil se reflétèrent rapidement sur le lac pour éblouir la féline qui battit des cils pour se réveiller. Prise de panique, elle se leva rapidement à l'idée que quelqu'un soit passé par là pendant leur sommeil, mais non... le sac était intact, tout était tranquille et elle poussa un soupir de soulagement. Elle s'approcha du lac pour se passer un peu d'eau sur le visage et revint pour ranger leurs affaires. Elle marcherait sous sa forme féline pour suivre Némésis. Elle n'avait ni selle, ni rênes mais elle ne doutait pas qu'Archélas se débrouillerait pour monter à cru. De toute manière, il serait surement à moitié affalée sur elle pendant tout le trajet. Elle retourna dans la tente et le regarda un moment avant de déposer un nouveau baiser sur son front


«Allez, debout... il nous faut partir maintenant. Il faut qu'on trouve une ville où tu pourras voir un guérisseur ou un médecin, je pense que Banba est la plus proche, mais nous allons mettre un temps fou pour nous y rendre...»

Il y avait bien la Basse Ville et les ghettos qui étaient plus proches, mais elle ne savait pas vraiment si les guérisseurs là bas étaient compétents...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Forêt amazonienne...

Messagepar Archélas Ages » 29 Aoû 2011, 22:35

Les yeux fermés, Archélas se passa une main sur le front, laissant ses doigts s'emmêler dans ses cheveux. Il semblait ainsi maintenir sa conscience à sa place alors qu'elle ne demandait qu'à s'évanouir entre les arbres. C'était à le rendre fou. Un long frisson le secoua de la tête aux pieds alors que les mains de sa féline se posaient sur lui. L'idée même de manger lui donnait la nausée, mais il n'eut guère le temps de protester que la jeune femme s'était déjà mise en mouvement. Plus dynamique que lui – ce qui n'était pas bien difficile compte tenu de son état – elle monta la tente et l'habilla comme s'il avait été un enfant sans qu'il puisse espérer opposer la moindre résistance. Dans un sens, il se sentait réconforté de sentir autour de lui l'attention que Ceithli lui portait, même s'il culpabilisait de lui causer autant de soucis. Se laissant allonger sans avoir la volonté de réagir, il en revint rapidement aux mêmes doutes et aux mêmes remords qui le rongeaient depuis des semaines, à savoir qu'il n'était finalement qu'un poids mort pour la jeune femme. Lui, capitaine ? La moins avertie des nouvelles recrues valait mieux que lui !

L'eau fraîche sur son front le fit sursauter, mais il savait que c'était encore le meilleur moyen de faire tomber la fièvre, alors il se laissa faire. La couverture posée sur lui ne l'empêchait pas de greloter, et à cet instant il se prit à détester Nideyle entière... et de toute son âme ! Il avait froid puis chaud, il avait sommeil mais n'arrivait pas à dormir, il avait mal partout, les battements de son cœur l'empêchaient d'entendre ce qui se passait autour de lui et des haut-le-cœur lui soulevaient l'estomac sans arrêt. Il tenta d'ailleurs de repousser la main de Ceithli lorsqu'elle l'obligea à se nourrir, mais ce ne fut pas très concluant. Au final, il mangea davantage pour lui faire plaisir que par faim, et dix minutes plus tard il s'étranglait en sentant son repas remonter comme il s'y attendait. Il alla vomir un peu plus loin et revint se rincer la bouche, boire un peu, s'allonger enfin. Jamais il n'avait été aussi malade, et encore moins si subitement.

Il trouva néanmoins la force d'entortiller ses doigts autour de ceux de Ceithli et ferma les yeux, bien résolu à dormir. Malheureusement – ou heureusement – pour lui, l'hermine avait déjà pris sa part de sommeil et il fut bien incapable de s'endormir. Des scènes absurdes défilaient inlassablement dans son esprit et il n'arrivait pas à les taire, à cela s'ajoutant la sensation d'avoir la tête lourde comme de la pierre. Sous sa nuque, Nideyle semblait ne jamais cesser de tourner. Les yeux mi-clos, il s'occupa alors à observer ce qui l'entourait d'un air hagard. Nemesis, imperturbable, tondait son lopin de prairie. Il entendait parfois l'herbe arrachée et apercevait un bout de croupe par l'ouverture de la tente. Contre lui, le souffle tranquille de sa féline lui indiquait qu'elle dormait. Et le temps égrena ses heures en un chapelet interminable, jusqu'à ce qu'enfin les premières lueurs de l'aube ne pointent à travers les feuillages. Et c'est avec une frustration grandissante qu'Archélas vit la jeune femme filer hors de la tente avec une vivacité qu'il ne parvenait pas à avoir. Il soupira, passant encore une main sur son front en espérant sottement se guérir à ce simple contact. C'était le moment ou jamais de se découvrir un don de guérisseur... mais il pouvait toujours rêver. De don, il n'en avait aucun, sinon celui d'attirer sur lui la malchance.

Il se redressa péniblement à l'injonction de Ceithli et s'extirpa avec peine hors de la tente, battant des cils sous la morsure de la luminosité. Cela aussi, c'était douloureux.

« Il y aura peut-être des villages sur notre route... mais tu as raison, mieux vaut ne pas traîner... »

À vrai dire il ne pensait pas une seule seconde rentrer pour être guérit. Tout ce qui l'intéressait, c'était de s'assurer que Ceithli reviendrait seine et sauve chez elle. Une quinte de toux d'une rare violence le fit se plier en deux alors que ses côtes commençaient à le faire souffrir à leur tour. Décidément, il avait touché le gros lot ! Lorsqu'il parvint à reprendre son souffle, il sentit l'odeur du sang lui chatouiller la langue.

« Laisse-moi prendre le sac, je suis à cheval. »

Dans son élan pour la délester de ce fardeau, il en oublia de préciser qu'il serait plus avantageux qu'elle voyage sous forme de guépard, pour elle comme pour lui. Ou comment se montrer maladroit en une seule leçon, par Archélas Ages. Et c'est totalement inconscient du mal qu'il aurait pu lui faire qu'il rejoignit sa jument et l'invita à se rapprocher d'un rocher sur lequel il se hissa avant de se mettre en selle... sauf qu'il n'avait pas de selle ! Ensuite, il tendit la main vers Ceithli pour récupérer le sac et la tente qu'elle venait de plier en s'écorchant de nouveau les mains... et là encore, toute la délicatesse du capitaine s'exprima lorsqu'il vit rien d'autre que ses propres larmes de fièvre. Il les essuya d'ailleurs d'un revers de main, irrité par son manque de sommeil comme par tout ce qui remuait autour de lui.

« Donnes. Il n'est pas fait pour être porté en harnais celui-là, tu seras plus à l'aise si tu es libre de tes mouvements. Nemesis a un bon pas, je lui fais confiance pour retrouver le chemin du retour, et je veux que tu puisse suivre sans t'épuiser. »

Il eut un mouvement pour rassembler ses rênes et se retrouva avec une poignée de crins entre les doigts. Ah oui, pas de harnachement. Seule la médaille brillait, prise dans le pion qu'il lui avait natté à Aspasie. Il soupira, tentant de rassembler ses forces en attendant Ceithli. Une pression des mollets plus tard, sa jument se mettait docilement en route en direction des montagnes. Elle aussi, était pressée de rentrer à la maison.


On peut faire une élipse si t'en as marre des voyages et se retrouver directement à la Basse-Ville, en expliquant vaguement que monsieur s'est contenté de geindre tout le voyage pendant que madame faisait tout le boulot :D (si c'est pas un motif de divorce ça).

*°*°*°*°*°*°*°*°*
La suite : Mal pour mâle

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft


Retourner vers Les forêts

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron