En route vers les ruines

Bruyantes ou silencieuses, sombres ou clairsemées, enchevêtrées de ronces ou paradis... les forêts de Nideyle ne manquent pas d'attrait. Attention, les prédateurs n'y sont pas rares !

En route vers les ruines

Messagepar Benedikt » 18 Aoû 2014, 00:33

Précédemment : Herbe à chats
=========

La petite troupe avait quitté Yeillstrand avec toute la nervosité du monde, du moins, Vrass et Benedikt, parce que Kallistrat ne semblait pas plus se poser de questions que ça ; et plus ils s’éloignèrent de leur point de départ, plus le petit botaniste sentait le nœud qui lui serrait l’estomac se dénouer. Si bien qu’il retrouva sa bonne humeur en même temps que ce qu’il avait habituellement entre les jambes. Le tatoueur l’avait pris sur son dos, et il se rappela avec amusement la réticence de celui-ci lorsqu’il venait d’être transformé en maneki, mais ne préférait pas en parler à voix haute de peur de se voir ordonner à marcher.

De toutes manières, il ne resta pas vraiment plus longtemps sur lui. Ils s’étaient arrêtés dans une minuscule clairière alors que la faim commençait vraiment à les tirailler ; Vrass et Kallistrat étaient parti chasser pendant que Benedikt avait la tâche de faire un feu. Ce dernier en avait profité pour trouver quelques champignons et mûres sauvages qu’il engloutissait en attendant le retour des fauves. Ils se trouvaient dans les plus grandes profondeurs de la forêt, et pourtant le petit botaniste se sentait maintenant parfaitement en sécurité.
Il fallait dire qu’ici, il n’y avait pas de tenaag’i dont les intentions pouvaient leur coûter plus que leur virilité. Au moins, les bêtes sauvages, ça ne vous transformait pas en esclaves, ça vous grignotait juste les entrailles directement. Et puis comme Pomporo était resté avec lui, à sa demande, Benedikt n’imaginait pas se faire sauter dessus par une panthère dans les cinq minutes.

D’autant plus que les chasseurs ne mirent pas longtemps à revenir. Même, la forêt grouillait assez de bestioles probablement pour que Kallistrat devienne fou à sa guise. Ils ramenèrent en effet plusieurs prises, dont plusieurs petites qui allaient pouvoir être transporté facilement.
« C’était une bonne idée Vrass. Ça éviteras de devoir chasser plus tard si ce n'est pas pratique. » lança-t-il alors qu’il rangeait aussi soigneusement que possible les deux lapins que celui-ci venait de déposer devant lui.
Le repas fut relativement calme, les seuls bruits qui se faisaient entendre étaient généralement les bruits des crocs de Kallistrat déchirant la viande de la bestiole qu’il mangeait. Le petit botaniste devait avouer qu’il était moins bavard, leur virée à Yeillstrand l’avait fatigué et il s’inquiétait pour la suite, aussi. L’endroit où ils allaient ne semblait vraiment pas accueillant. Est-ce que par Alrik, ils allaient pouvoir un jour dans cette fichu quête aller quelque part où ils ne risquaient pas leur vie ? Benedikt avait déjà décidé avoir vu assez de pelel’je dans sa vie, pas besoin d'en rajouter à Erin. Voir des picaris, ça pouvait être intéressant, en revanche, mais c’était une bien maigre consolation…

Mais maintenant qu’ils étaient là… Ce n’était plus vraiment comme s’ils pouvaient arrêter la machine, ils allaient devoir finir. Le petit botaniste suçota une mûre sauvage pensivement, avant de se retourner vers Kallistrat :
« Tu sais si elles sont loin, ces ruines ? On va devoir s’arrêter pour la nuit entre temps, n'est-ce pas ? » Benedikt s'arrêta un instant, clairement perturbé, avant de reprendre tout doucement. « Tu es sûr que tu ne veux pas que Vrass te tatoue ? Ce n'est vraiment pas prudent... N'importe quel pelel'je pourrait se jeter sur toi, là-bas, et tous ne sont pas sympathiques... »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En route vers les ruines

Messagepar Kallistrat Rusia » 21 Aoû 2014, 02:14

Kallistrat avait décroisé les bras pour se redresser, tout fier qu'on lui demande de faire le guide. Les yeux plissés sur une expression satisfaite, il entrouvrit tout de même les lèvres pour répondre de sa voix profonde que le voyage serait long. Plus de sept cent kilomètres les séparaient des fameuses ruines, même si chaton n'avait aucune idée précise des distances. Il leur faudrait donc bien plus d'une semaine pour arriver à bon port, sachant que la forêt n'était pas toujours sûre et qu'il y aurait quelques torrents sur leur route. Oh, et des lacs aussi, d'après ce que Kallistrat avait entendu dire. Il les avait surtout vus de loin, depuis les flancs de l'échine de Drakmonniss. Le jour où il avait pris la décision de quitter Zosma pour voyager, il avait vu beaucoup de choses... mais s'était toujours bien gardé d'approcher les ruines.

Pour l'heure, chaton dirigea son petit harem vers la sortie de Yeillstrand. L'orphe panthère noire qui les avaient suivi de loin depuis leur arrivée lui adressa un regard un peu triste qui fit feuler Pomporo de jalousie et ronronner Kallistrat qui se senti encore plus fier qu'en temps normal...

Lorsqu'ils atteignirent les plaines, la maneki se laissa aller à courir après tout ce qui bougeait dans l'herbe tandis que Vrass forçait visiblement l'allure, le minuscule botaniste ballotté sur son dos. Du coup l'orphe lion décida de se remettre à quatre pattes afin de pouvoir voyager plus rapidement, et plus à son aise. Il ne tarda d'ailleurs pas à imiter Pomporo dans ses bonds de cabri derrière les papillons et autres insectes curieux de Nideyle, ne s'arrêtant de justesse en louchant sur sa proie que lorsqu'il reconnaissait les couleurs dissuasives d'une kokoï de Colombie... bien que personne n'ai jamais entendu parler de Colombie sur Nideyle. Il faillit même faucher Têk au vol avant de la reconnaître in extremis. La calopsitte protesta vertement à grand renfort de cris stridents avant d'aller se poser sur l'épaule de Baie-Nez-Dicte, et d'entreprendre un brushing avec ses boucles brunes. De quoi l'occuper un long... très long moment.

Occupé à mâchonner un mulot, Kallistrat pénétra la forêt des esprits avec plaisir. Sa petite troupe avança encore quelques heures jusqu'à une clairière au milieu de laquelle le botaniste se décida à descendre du dos de son compagnon. Manifestement, c'était l'heure de chasser. Autant dire que chaton ne se fit pas prier et se fit une joie de bondir dans les buissons à la recherche de leur futur repas. Il fallait trouver quelque chose d'assez grand pour remplir l'estomac de tout le monde à la fois, et d'assez petit pour ne pas devoir traîner une carcasse trop encombrante sur une longue distance. Avec l'aide de Pomporo, chaton mis les pattes sur un chevreuil qu'ils entamèrent ensemble, puis un couple de faisans qu'ils rapportèrent fièrement, comme si de rien n'était. L'orphe lion avait tout de même conservé ce qui restait du pauvre cervidé et le transportait sur son épaule, pour le finir plus tard. Vrass était déjà revenu de sa chasse avec ses propres prises, ce qui constituait les prochains repas de deux lapins supplémentaires. Enfin dégourdi, Kallistrat s'installa tranquillement dans l'herbe afin de finir son repas qu'il partagea sans beaucoup de jalousie avec la maneki.

Alors qu'il était occupé à s'acharner sur une rotule, chaton leva le nez qu'il lécha consciencieusement tout en réfléchissant à la question du botaniste. Comme souvent, il semblait qu'une part de lui allait frapper à la porte de sa conscience à demi humaine pour l'appeler à l'aide lors des questions plus compliquées que celles répondant à son seul instinct.

« Elles sont très loin oui, mais je ne sais pas compter, et je ne suis jamais venu par ce côté là de la forêt. Elles sont bien avant les grands lacs, au bout d'un éperon qui descend vers la mer. Je crois. Je sais à peu près où c'est, mais comme je n'y suis jamais allé je ne peux pas dire exactement où ça se trouve. Je sais juste que c'est très loin. La lune a le temps de passer de pleine à son dernier quartier. Il faudra s'arrêter souvent pour dormir. Sa langue passa entre ses crocs alors qu'il abandonnait sa carcasse à Pomporo. Un air farouche venait de durcir ses traits à la seconde question de Baie-Nez-Dicte. Je te l'ai dit, les rayures c'est pour les zèbres. Et je n'ai pas peur ! »

Il ignorait en outre que Vrass n'avait de toute façon rien sur lui pour lui permettre d'effectuer le dit tatouage. D'autant que dans son costume de maneki, il aurait bien du mal à tatouer quoi que ce soit. Kallistrat bailla à s'en décrocher la mâchoire. Après un tel repas, il ne rêvait plus que d'une sieste paresseuse dans l'herbe tendre. Pourtant, Yeillstrand lui semblait encore trop proche. Il fini donc par se lever, invitant les autres à le suivre alors qu'il reprenait la route vers l'ouest. Plus calme à présent qu'il était rassasié et qu'il avait pu étancher sa folie sur les bestioles de passage, il avançait comme un vieux lion errant entre les arbres, ses narines humant chaque fragrance de la forêt des esprits. Vers la fin de la journée, alors que les rayons du soleil commençaient à décliner, il s'arrêta brusquement.

« Ça sent l'eau ! » Décréta-t-il en fixant un point invisible entre les arbres.

Forçant l'allure encore une heure, il conduisit le cortège de chats vers l'avant jusqu'à déboucher sur la plage d'un lac gigantesque. Le soleil se couchait derrière les montagnes et envoyait ses rayons sur la surface immobile de l'eau, comme si le lac prenait feu. La bonne nouvelle, c'était qu'ils ne risquaient pas de croiser la moindre Tenaag'a dans le coin !

Avatar de l’utilisateur
Kallistrat Rusia
Orphe

Crédit: 248.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image
Métier: Garde du corps
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Kimahri Ronso (modifié) – Final Fantasy X – Square Enix

Re: En route vers les ruines

Messagepar Vrass Rannveig » 21 Aoû 2014, 08:20

http://nsm08.casimages.com/img/2014/03/21//14032112351316241212084195.pngTêtu le petit botaniste, mais ça se comprenait. Moi-même, je n'étais pas trop rassuré à l'idée que Kallistrat puisse être infesté d'un pelel'je. Après tout, il faisait partie de ceux qui montaient la garde pendant notre sommeil, si jamais il passait du mauvais côté, il pourrait très bien nous égorger sans problème pendant qu'on dort avec sa force et son agilité. Aussi je n'étais pas tranquille, mais je jugeais que Phaerör pourrait venir en aide pour monter la garde dans les jours à venir. À ma connaissance, il est rare qu'un pelel'je infeste le corps d'un animal, j'ai bien combattu plusieurs d'entre eux, mais ils étaient particuliers ceux-la, et je ne crois pas que les autres fassent de même. je pense que Pomporo et Phaerör ne risqueront rien.

Si je me fie à ce que Kallistrat nous annonce sur la distance, on va en avoir pour plus d'une semaine de voyage, et j'aurai donc repris mon apparence normale. Il ne reste plus qu'à espérer que nous n'allons pas devoir retourner encore dans l'un de ces villages où je n'ai pas le droit d'être, quoi qu'à ma connaissance, il ne devrait pas y en avoir d'autres.
C'était l'heure de la chasse, et après un bon repas, tout comme le fauve, j'avais bien envie de dormir, mais on se remettait en route. Cette fois, Benedikt restait sur Pomporo et j'étais plus libre de mes mouvements, même si je commençais à ressentir une certaine gêne dans mes muscles.

«Je crois que je vais reprendre ma forme initiale pendant la nuit...» - me retrouver à poils dans l'herbe ne me dérangeait pas plus que ça, mais il fallait dans ce cas mettre le plus de distance entre nous et le village de teenag'i, sinon je risquais de prendre cher! Heureusement, Kallistrat faisait un bon guide, et au bout de plusieurs heures qui me paraissaient interminables, on arrivait à un immense point d'eau pendant que le soleil se couchait à l'horizon.

«Hum... je n'ai pas la carte de Nideyle en tête, j'espère que nous sommes assez loin.» - je m'approchais pour boire un peu, l'eau était fraîche, c'était agréable et probablement que ce lac ferait une étape intéressante pour la nuit, même si ça impliquait qu'on risquait de rencontrer d'autres bêtes sauvages. Après tout, on n'allait pas être les seuls à se ravitailler ici. On continua donc d'avancer, longeant le lac jusqu'à ce que la nuit tombe totalement et qu'on n'ait d'autre choix que d'installer le campement.

Pas besoin de chasser cette fois, avec ce qu'il nous restait de notre précédente traque, on avait encore largement à manger, surtout que Benedikt préférait généralement se contenter de baies et de racines alors que moi je m'habituais à la viande crue. Quoi qu'elle commençait à avoir un goût bizarre qui me tournait l'estomac, preuve supplémentaire que j'allais redevenir moi-même bientôt.
«On va organiser des tours de garde. Je prends le quart après minuit, lorsque j'aurai repris ma forme humaine, comme ça, j'appellerai Phaerör à la rescousse.» - un hiéras pour assurer la garde en plus, dans une forêt comme celle-ci, ce n'était pas de trop. Je ne savais pas si Kallistrat voudrait prendre le premier quart, à mon avis, oui. Ou peut être Benedikt qui sait... de toute manière, une fois le repas terminé, j'allais me coucher dans l'herbe, ce voyage m''avait épuisé, et je n'osais pas imaginer qu'on allait devoir voyager à pied pendant une semaine entière. Heureusement que j'avais pris des bottes d'anticus tiens! Quoi que je risquais de faire une bonne partie du trajet sur le dos de Phaerör, mais dans ce cas, je risque d'avoir mal aux fesses! Faudra alterner.

Mais là d'abord, dodo!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En route vers les ruines

Messagepar Benedikt » 25 Aoû 2014, 04:09

Le soleil était en train de se coucher sur le lac où ils s’étaient arrêtés, et Benedikt devait avouer que Kallistrat avait trouvé un endroit magnifique pour la nuit. Encore mieux, Vrass allait retrouver son apparence cette nuit, parce qu’autant que le petit botaniste adorait le tatoueur même en maneki, il devait avouer qu’il préférait sa version winghox d’origine.
Cela suffit à lui remonter le moral un peu, oubliant légèrement ses inquiétudes à propos de leur destination ; même s’il fallait rajouter que Benedikt avait eu l’impression d’avoir le droit à un sursis de tranquillité quand l’orphe lion leur avait déclaré que c’était loin. Si bien qu’il avait déjà retrouvé sa capacité à blablater lors du diner, où il regarda avec amusement la tête de Vrass pendant qu’il mangeait. Ce n’était pas faute de lui proposer ses baies et ses racines, mais ce n’était pas vraiment non plus la tasse de thé du winghox.
« Je le prendrais après toi ! » déclara aussitôt Benedikt dès que ce dernier eut proposé de prendre son quart après minuit. « Enfin, si c’est d’accord pour toi, Kallistrat. Ça ne te gêne pas ? »

L’orphe lion n’y voyait heureusement aucun inconvénient, ce qui permit au petit botaniste d’avoir le plaisir de se faire réveiller quelques heures plus tard par un véritable Vrass tout en chair sans fourrure et qui marchait sur ses deux pattes. Benedikt le supplia tant en si bien de rester dormir à côté qu’il finit par accepter – il devait déjà être bien fatigué après tout alors résister aux pépiements du botaniste devait être dur -. Malheureusement, sa présence n’empêchait pas l’oiseau de malheur de Kallistrat de venir l’embêter ; elle se remit à lui faire le brushing qu'elle n'avait pas fini un peu plus tôt dans l’après-midi, excepté que le petit botaniste ne pouvait pas lui hurler dessus cette fois. Après tout, il avait demandé à Vrass de rester à côté de lui, ça aurait été particulièrement égoïste de l’empêcher de dormir à coup de vociférations.

Si bien que Benedikt n’avait plus qu’à pleurer de frustration en silence pendant que Têk, elle, rayonnait de satisfaction devant l’obéissance de sa victime. Le petit botaniste se félicita quand même d’avoir pris le dernier tour de garde, parce que la fin de la nuit fut particulièrement calme, mais surtout que le soleil en train de se lever était magnifique avec un paysage comme celui-ci. Assez pour qu’il ne puisse pas résister à l’envie de se tremper dans le lac, outre le fait qu’il se sentait bien sale.
L’eau était fraiche mais pas assez pour le décourager, et Benedikt appela Vrass et Kallistrat à le rejoindre aussitôt qu’ils furent réveillé, avant même de les laisser déjeuner. Il ne ressortit que lorsqu’il commença à frissonner sérieusement, pour aller s’étendre sur la fine bordure de plage autour du rivage, histoire de laisser sécher son caleçon pendant qu’il grignotait des fruits rouges. Le soleil avait eu le temps de monter raisonnablement et il faisait déjà une température agréable, presque à se sentir en vacances plutôt qu’en mission.

Mais pour lui rappeler ça, il avait Têk qui lui retomba dessus en pépiant horriblement fort dans ses oreilles, boucan auquel s’ajoutèrent très bientôt ses propres hurlements qui commandaient à Kallistrat de tenir sa bestiole insupportable. Benedikt se fit proprement coursé autour du lac entier, ce qui au moins l’avantage de le voir revenir au campement complètement sec, même si c’était accompagné d’un air de bébé bulldog.
« Kallistrat ! Je te jures que je suis à deux doigts de faire cuire cet immonde volatile, fait en ce que tu veux mais si elle s’approche encore de moi, ce sera la dernière fois ! » déclara-t-il avec force, juste avant de se faire attaquer à nouveau, sans que la fin de la calopsitte ne semble proche à aucun moment, parce que le botaniste aurait bien été incapable de l'attraper de toutes manières. C'était même impossible d'attraper son arc pour lui faire peur, maintenant !

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En route vers les ruines

Messagepar Kallistrat Rusia » 27 Aoû 2014, 22:05

Kallistrat se grattait derrière l'oreille à l'aide de sa patte arrière lorsqu'il entendit Vrass émettre des doutes sur le fait d'être suffisamment éloigné de Yeillstrand. Du coup, chaton en oublia ses puces pour planter ses iris émeraude dans ceux du maneki tatoueur.

« Il paraît qu'elles n'aiment pas l'eau. » Commenta-t-il sobrement.

Sa voix caverneuse trahissait un agacement qu'il avait oublié quelques heures, et finalement il se demanda si c'était bien des puces qui le grattaient, ou autre chose se baladant entre ses deux oreilles. Oubliant cette question trop compliquée, il se contenta de pousser un soupir exaspéré, les narines pincées et le regard plissé vers l'ouest, au-delà du lac presque aussi grand que l'océan. À la différence près qu'il n'y avait pas de vagues pour venir lui lécher les pattes sans prévenir. Baie-Nez-Dicte et Vrass décidèrent des tours de garde auxquels Kallistrat adhéra sans discuter. Tant qu'il dormait, chassait, mangeait et jouait, peu lui importait dans quel ordre et à quelles heures il le faisait. Il laissa donc ses deux compagnons de route s'endormir avant de partir faire le tour du propriétaire sur la pointe des pattes. Pomporo le suivait à quelques mètres de distance, curieuse ou juste méfiante.

Kallistrat ne croisa rien de mieux que quelques lucioles et de gros papillons atlas plus larges que ses paluches griffues. Il joua ensuite à rester tapi dans l'ombre pour guetter les bruits environnants. Les grillons, les grenouilles, et les hurlements terrifiants des chouettes effraie qu'il aurait volontiers mangé pour les faire taire. Il s'arrêta devant une termitière dont il écouta le chant un moment avant de faire demi tour. Les abords du lac étaient suffisamment dégager pour lui permettre de surveiller le campement de loin, et il repéra assez facilement ses deux protégés assoupis dans l'herbe. Il alla jouer un peu dans l'eau d'où il sorti une belle limule juteuse. Une heure plus tard, il tournait toujours autour du camp, s'occupant comme un chaton silencieux alors que la maneki le suivait avec un drôle d'intérêt. Sans doute que les inquiétudes de Vrass alors qu'il était lui-même dans la peau d'un maneki avait éveillé sa méfiance sans que ce soit volontaire. En attendant, elle restait à distance et suivait notre orphe lion avec une assiduité proche de l'obsession. Kallistrat lui, ronronnait de se savoir l'objet d'autant d'attention.

Il revint au petit trot vers ses compagnons lorsqu'il vit Vrass se lever. Chaton n'ayant absolument aucun sens des horaires, il se fiait à l'activité du tatoueur. S'il se levait, c'est que ce devait être son tour ! Et ainsi chaton se vautra-t-il dans le sable de la plage où ils s'étaient arrêtés. Satisfait d'avoir rempli sa mission, il ferma les yeux avant de s'étirer mollement, roulant sur le dos avant de s'endormir dans une position tout à fait improbable. Un bras sur les yeux comme pour se protéger des rayons des lunes, l'autre repliée sur le torse comme s'il était un tout petit chaton, on ne voyait plus que ses moustaches remuant au rythme de ses rêves... jusqu'à ce qu'il soit réveillé par les rayons du soleil, le lendemain.

Un clapotis lui fit tourner la tête, et Kallistrat se leva d'un bond effaré en voyant le minuscule botaniste dans l'eau. Affolé à l'idée qu'il puisse se noyer tant il était petit - et donc forcément trop jeune pour savoir nager - l'orphe lion se jeta à l'eau en quelques bonds puissants. Ce ne fut que lorsqu'il arriva à un mètre de Baie-Nez-Dicte qu'il réalisa qu'en réalité... ce dernier savait nager et ne se noyait pas du tout ! Du coup Kallistrat fit comme si de rien n'était et nagea un peu en cercle autour de lui, le surveillant tout de même au cas où. Il regagna la rive en même temps que lui et s'ébroua vigoureusement avant de partir à la chasse aux... oies ! Car tout un groupe en migration était en train de se poser, attirant la convoitise d'un lion gris devenu fauve incontrôlable. Autant dire que sa partie de chasse l'occupa une bonne demi heure durant laquelle de grands cris d'oies scandalisées se répandirent sur la surface des lacs. À tel point que chaton entendit à peine les protestations de Baie-Nez-Dicte qui se faisait attaquer par Têk. Lorsqu'il revint vers le campement il avait des plumes plein les poils et se léchait paresseusement les babines étoilées de sang.

« Têk n'est pas à moi. Tu n'as qu'à la manger si tu arrives à l'attraper. »

Ce à quoi la calopsitte répondit par le cri le plus strident que Kallistrat ait jamais entendu ! Agacé, il fit demi tour et se précipita à l'eau, disparaissant quelques instants alors que l'oiseau voletait en cercle au-dessus des remous. Il lui fallu quelques secondes pour renoncer et retourner s'en prendre à Baie-Nez-Dicte, jusqu'à ce que chaton émerge enfin. Il secoua sa crinière, arrosant Têk qui avait eu la mauvaise idée de revenir vers lui, et la faisant fuir pour de bon cette fois. Ou pas, puisque quelques minutes plus tard elle revenait silencieusement se percher sur l'une des cornes de Vrass. Quant à Kallistrat, alors qu'il revenait vers la rive en nageant mollement, sa tête massive disparut subitement de la surface du lac. Une seconde plus tard, une queue armée d'écailles surgissait de l'eau, puis les épaules d'un chaton manifestement accroché à quelque chose de plus gros que lui. Il sembla rouler comme s'il faisait des tonneaux, crevant les flots dans son combat acharné contre on ne devinait que trop bien quelle bestiole coriace. Trois gros remous plus tard, il réapparaissait, soulevé par les mouvements de défense du caïman dans lequel il avait planté griffes et crocs.

Personne ne s'attaquait à lui impunément ! Et s'il n'avait pas tellement le temps de rugir entre deux tasses, Kallistrat ne se privait pas pour serrer sa proie le plus fort possible entre ses pattes... et entre ses mâchoires ! Sur la rive, hésitant à venir lui porter secours, Pomporo observait la scène en se dandinant d'une patte sur l'autre. Ça avait l'air drôle, comme jeu... mais un peu dangereux tout de même !

Avatar de l’utilisateur
Kallistrat Rusia
Orphe

Crédit: 248.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image
Métier: Garde du corps
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Kimahri Ronso (modifié) – Final Fantasy X – Square Enix

Re: En route vers les ruines

Messagepar Vrass Rannveig » 02 Sep 2014, 09:52

Maintenant que j'allais pouvoir reprendre ma forme normale, la situation serait surement différente, en particulier cette espèce d'animosité naturelle que je pouvais avoir pour Kallistrat qui devrait logiquement disparaître. Le lionceau avait pris le premier quart pendant que Benedikt et moi on dormait dans l'herbe fraîche et tendre. Mais lorsque mes poils disparurent et que je repris forme humaine, il ne fallut pas longtemps pour que le botaniste se réveille et me demande de rester auprès de lui. Je soupirais alors, bien que je faisais signe à Kallistrat de loin que j'étais réveillé et finalement, je m'étais juste assis pour que le gosse cale sa tête sur mes cuisses pour continuer sa nuit pendant que je surveillais les environs.

J'observais avec amusement le chaton s'affaler dans l'herbe comme une grosse larve avant d'observer le ciel, j'avais de la chance, il était dégagé pour ce soir, mais mine de rien, je m'ennuyais un peu, et à cause de Benedikt, je ne pouvais pas trop bouger. Malgré tout, lorsque je fus assuré qu'il dormait pour de bon, je me dégageais doucement et j'allais marcher un peu. Le tatouage du chat me permettait de bien voir dans l'obscurité, bien que les lunes de Nideyle éclairait bien assez les lieux et se reflétaient dans le lac. Ça faisait du bien de retrouver ses deux jambes en tout cas, et je ne me sentais pas trop fatigué. L'avantage d'avoir dormi une grande partie de la nuit dans la peau d'un maneki m'avait permis de bien récupéré... je prenais une profonde inspiration avant de faire un petit tour du lac, puis lorsque je me rendais compte que la nuit était vraiment bien avancée, je revenais vers Benedikt pour le réveiller en douceur pour qu'il prenne ma place.

Pas évident de dormir avec cette saleté de piaf qui s'amusait à crier dès qu'il se retrouvait contrarié, et si Benedikt jura à Kallistrat qu'il allait le tuer, je me relevais d'un bond en grognant d'un air mécontent
«Je te garantis que si moi je le chope, je l'étrangle!!» - note pour plus tard, la prochaine fois qu'on s'arrête dans une ville, j'achète le diapason ou je sais plus le nom! Le machin qui impose le silence en gros comme ça, cette saleté de piaf nous foutra la paix!

Le chaton semblait s'en foutre et préféra aller se baigner, je grommelais en allant moi aussi au bord de l'eau pour me rincer un peu le visage lorsque cette saleté de bestiole vint se percher sur l'une de mes cornes!
«Même pas en rêve saloperie!» - d'un geste vif, je la chassais et j'avais failli la choper! Mes doigts avaient à peine effleuré ses plumes lorsqu'il y eut du remous dans l'eau

«Hein??» - en quelques secondes, on pouvait voir le fauve se débattre avec un truc invisible, jusqu'à ce que la queue recouverte d'écailles jaillisse de l'eau! - «non mais c'est pas vrai!!» - et puis vas y pour lui venir en aide là!! Sérieusement, c'était quoi cette poisse? Je ne pouvais même pas l'aider même si je le voulais, comment je pourrais faire? Y aller à coup d'épée risquerait de blesser Kallistrat aussi, et je doutais fort que Pomporo puisse faire quoi que ce soit dans l'histoire! Et Phaerör pas mieux!

«Kallistrat!! Sors de là! Attire le vers nous au moins!!» - bon sang non mais sérieusement, c'est possible d'avoir une journée normale pour une fois là?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En route vers les ruines

Messagepar Benedikt » 16 Sep 2014, 15:31

Le petit botaniste était encore de râler contre l’oiseau de malheur de Kallistrat lorsque des bruits d’éclaboussures derrière lui l’arrêtèrent, mais ce fut l’appel de Vrass vers l’orphe lion qui le firent se retourner devant un spectacle inattendu qui le fit glapir.
Sans même réfléchir, Benedikt récupéra son arc pas loin près du feu de camp éteint et couru tout à fait paniqué dans l’eau, jusqu’aux mollets. Puis pointa son arc sur l’énorme bestiole avec qui se débattait l’orphe lion ; malheureusement, il n’avait pas pensé à un petit détail et sa flèche ricocha sans peine sur la peau du caïman. Pire, cela attira son attention si bien qu’il se retourna pour filer sur lui rapidement comme un immonde serpent surdimensionné, et se jeta sur lui la bouche grande ouverte. Le petit botaniste se mit à hurler alors qu’ils tombèrent tous les deux dans un splash imposant qui trempa tout le monde.

Lorsqu’il émergea de l’eau un instant plus tard, étonné d’être en vie, il s’aperçut qu’il avait eu plus de chance qu’il n’était permis ; il avait un caïman à bout de bras, la gueule coincée grande ouverte par son arc. Il faudrait qu’il remercie Sayah un de ces jours de faire des armes de qualité supérieur au bois si résistant, mais pour l’instant, la bestiole n’appréciait pas du tout et se mettait à se débattre. Le petit botaniste hésita mais finit par lâcher son arc rapidement, trop effrayé de se retrouver subitement avec un bras en moins et pas assez musclé pour résister aux mouvements de la grosse bête, si bien qu’il attrapa le bras de Kallistrat pour le trainer hors de l’eau – ou plutôt, l’inciter à le suivre vu la différence de poids et de force -.

Quelques minutes plus tard, l’arc en bois finit quand même par céder, mais la troupe avait eu le temps de ranger le campement en hâte et de s’éloigner.
« Ah, il m’a mangé mon arc ! » protesta Benedikt avec une mine boudeuse, mais en vérité, il était plus que soulagé et s’était collé à Vrass telle une sangsue, comme si celui-ci était un rempart contre les méchantes bêtes de la jungle. « Mais j’imagine que je devrais déjà être heureux d’être en vie… »

Le petit botaniste s’attendait plutôt à une engueulade en règle de la part du tatoueur vu qu’apparemment, c’était une plutôt stupide idée d’aller défendre quelqu’un d’un caïman quand on pesait cinquante kilos tout mouillé et que la victime principale pourvue de crocs avait déjà du mal à s’en dépêtrer. Mais hé, il l’avait eu, ein ? Enfin… Plus ou moins. Dans les grandes lignes. Mais il n’était pas mort, non plus.
« Ça va Kallistrat ? Tu n’as mal nulle part ? Il ne t’a pas trop amoché ? » - Oh, bien sûr, l’orphe lion allait probablement encore refuser ses services, vu qu’il n’aimait pas les produits à l’odeur forte du botaniste, mais ce dernier pouvait toujours essayer et de toutes manières, n’arrivait pas à s’en empêcher.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En route vers les ruines

Messagepar Kallistrat Rusia » 07 Oct 2014, 13:20

De l'eau, des muscles, des écailles... la bataille faisait rage non loin de la rive. À tel point que le reptile avait fini par abandonner toute idée de se battre avec ce repas un peu trop vivant pour lui. L'ennui était que sa proie était devenue son prédateur, et qu'il n'avait pas l'air décidé à le lâcher. C'est donc un caïman encombré d'un orphe lion toujours accroché à lui qui nagea vers le campement. Venait-il se rabattre sur un gibier plus facile ou plutôt réclamer de l'aide ? Kallistrat desserra son étreinte lorsqu'il sentit le sable sous ses pattes, et se mit à faire de grands bonds derrière lui pour le suivre jusqu'à la berge. Pomporo venait aussi de faire le tour, même si elle restait à bonne distance. Un caïman qui change d'avis et décide de s'en prendre à celui qui le prend pour cible, c'était du jamais vu. Sauf peut-être pour Vrass ?

Tous crocs sortis, le reptile envisageait probablement de gober le cueilleur de fruits avant de se retrouver la gueule ouverte comme un capot de voiture, un arc en guise de béquille, et un fauve essayant de le retenir par la queue...! Fauve qui abandonna son idée lorsque Baie-Nez-Dicte l'obligea à le suivre en lui faisant des yeux larmoyants de lionceau triste. Il laissa le pliage du campement aux bons soins du botaniste et du tatoueur, surveillant le caïman en compagnie de Pomporo qui n'avait pas l'air d'apprécier qu'on s'en prenne à son gentil propriétaire. Quelques minutes plus tard l'arc volait en éclats, mais la petite troupe s'était déjà suffisamment éloignée pour s'inquiéter pour leurs mollets. Kallistrat en revanche, était horriblement vexé de ne pas avoir su se débarrasser tout seul d'un si petit caïman. Les oreilles couchées, il décida qu'il serait bénéfique pour sa fierté de lion de s'ébrouer, et d'arroser copieusement tout ses compagnons de route sans exception !

« Je vais bien... Menti chaton qui boitait de la jambe droite. Il voulait juste me noyer et me laisser faisander, alors il n'a pas mordu très fort. Mais il faudra faire attention aux proteus. Ils aiment bien ce genre d'endroits et ils sont plus dangereux qu'un crocodile. »

Kallistrat poussa un soupir exaspéré. Avec tout ça, il était de mauvaise humeur pour la journée. C'était la dernière fois qu'il se baignait !

Avatar de l’utilisateur
Kallistrat Rusia
Orphe

Crédit: 248.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image
Métier: Garde du corps
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Kimahri Ronso (modifié) – Final Fantasy X – Square Enix

Re: En route vers les ruines

Messagepar Vrass Rannveig » 08 Oct 2014, 21:57

Désolé si je loupe certains trucs, je me remets dans le bain :oops:

«Benedikt, éloigne toi de là!!» - non mais quelle tête de mule! Le temps que je me précipite vers lui, le caïman s'avançait trop vite vers lui mais il réussissait malgré tout à lui caler son arc entre les dents pour qu'il puisse se barrer assez vite! Je l'attrapais par le bras pendant qu'il appelait Kallistrat qui revenait vers nous après avoir tenté une ultime fois de s'en prendre au reptile.. difficile d'imaginer qui attaquait qui en fait!

«Kallistrat.. je rêve où c'est plutôt toi qui voulais le bouffer?» - non car vraiment sur la fin, c'était vraiment ce qui semblait, et peut être qu'inconsciemment, j'étais en train de redonner un peu de fierté à l'orphe lion. Celui-ci boitait, mais on ne pouvait pas se permettre de ralentir pour le moment, surtout avec le chaton qui disait en gros qu'on risquait de croiser des protéus!

«Non mais c'est une blague là? Des proteus, des caïmans.. rappelez moi pourquoi on fait cette foutue quête déjà?» - non parce qu'à l'origine, je ne devais pas en être! C'est parti d'un foutu quiproquo à cause de messages bidons! Une sorte de chasse au trésor mais qui menaçait à tout moment d'avoir notre peau! On en avait encore pour plusieurs jours de marche si on se fiait à la distance qui nous séparait de ces foutues ruines, donc on avait plutôt intérêt à ménager nos forces et à rester sur nos gardes! Je finissais par siffler de manière à attirer Phaerör jusqu'à nous, et je lui ordonnais de rester à une légère distance de nous pour qu'il puisse repérer d'éventuels dangers à distance et que je puisse l'entendre surtout.

Après un cri strident, il décolla et je le regardais m'obéir docilement... ou pas. En tout cas, il nous tournait autour, et peu importe s'il m'obéissait ou s'il jugeait qu'on risquait de lui attirer quelques bons repas, le principal était qu'il restait près de nous.
Kallistrat allait devoir boiter pendant encore un petit moment, à mon avis, on ne pourra le soigner que ce soir lorsqu'on s'arrêtera... sauf si Benedikt y met son grain de sel comme d'habitude!


Si ça ne vous ennuie pas, on fait passer plusieurs jours pour aller directement aux ruines d'ici un ou deux postes?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En route vers les ruines

Messagepar Benedikt » 13 Oct 2014, 00:46

Probablement qu’il aurait été malvenu d’insister pour soigner l’orphe lion, mais ça démangeait méchamment Benedikt. Seulement comme ce dernier semblait déjà vexé – il n’avait pas eu sa proie qui le chassait et en plus, on lui avait fait l’affront de penser qu’il avait besoin d’aide – le petit botaniste trouva bon de se taire pour réessayer le soir qui suivit, pendant que celui-ci dormait. Il faillit se faire arracher la tête par un Kallistrat qui savait se réveiller très vite s’il se révélait y avoir danger et qui ne s’attendait pas à ce que quelqu’un lui tripote les petons, mais au final, Benedikt eut ce qu’il voulait et dormit sans arrière-pensées.

Le lendemain, la marche continua de nouveau dans l’espoir, cette fois, de ne pas rencontrer de bestioles décidées à leur arracher la tête. Ce fut un succès, de même que le jour suivant et celui d’après, mais cela commençait à devenir assez répétitif, de marcher dans une forêt qui ressemblait tout aussi bien à une jungle et qui devait parfois se faire fendre à coups d’épée winghox pour que la petite troupe puisse continuer. Peut-être moins pour le petit botaniste, parce que celui-ci avait trouvé une bonne raison de d’enthousiasmer et poussaient des cris de fillette devant un poney chaque fois qu’il découvrait sur une feuille un insecte trop gros et étrangement foutu pour plaire au reste des gens normaux de Nideyle.

Et de ce côté-là, les forêts du Sud semblaient plaire particulièrement aux bestioles à six, huit, cent, mille pattes. Un paradis pour Benedikt qui trouva même quelques cymbus sur la route et qui le suivirent docilement pendant très longtemps, ayant un nid de bouclettes pour se reposer si besoin, et même du miel à volonté venant de la réserve secrète du sac du botaniste. Il ne manquait pas de les chouchouter si bien qu’ils n’avaient aucune raison de partir, au grand malheur de ceux qui l’accompagnaient, parce qu’ils devaient faire avec un compagnon de route qui venait s’extasier constamment à leur côté. C’était un peu comme avoir un gamin qui vous ramenait des dessins que vous deviez complimenter avant de les coller sur le frigo, mais plus luisant et bourdonnant.
En revanche, il dût aussi se battre bec et ongle avec Têk pour protéger ces précieux insectes, et une rivalité digne d’Alrik et Amroth s’instaura entre les deux. Un peu plus et on pouvait se demander s’il n’y avait pas avoir des morts.

Heureusement, ce n’était pas encore le cas trois jours plus tard, quand les trois chercheurs d’indices s’installèrent à proximité d’un immense lac sur lequel ils semblaient toujours retomber où qu’ils passent. Pas trop près, quand même, parce qu’après certains incidents impliquant un gros lion et un caïman, ils étaient un peu plus prudents des bêbêtes aquatiques. Benedikt grignotait avec enthousiasme un poisson que Kallistrat avait pêché un peu plus tôt, assis aussi près du feu qu’il pouvait sans se faire brûler les orteils.
« J’espère qu’on est sur la bonne route, au moins, j’ai l’impression que ça fait un mois entier qu’on marche jusqu’à ces ruines ! »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En route vers les ruines

Messagepar Kallistrat Rusia » 17 Oct 2014, 18:51

Avatar de l’utilisateur
Kallistrat Rusia
Orphe

Crédit: 248.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image
Métier: Garde du corps
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Kimahri Ronso (modifié) – Final Fantasy X – Square Enix


Retourner vers Les forêts

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron