Les ombres de la forêt

Bruyantes ou silencieuses, sombres ou clairsemées, enchevêtrées de ronces ou paradis... les forêts de Nideyle ne manquent pas d'attrait. Attention, les prédateurs n'y sont pas rares !

Les ombres de la forêt

Messagepar Ordalie » 27 Mai 2011, 09:22

Ordalie avait bien dormi, assez pour oublier de reprendre forme humaine, et tourner dans leur bout de caverne en attendant que le winghox ait terminé de ranger. Il le regarda les yeux brillants tout du long et les oreilles dressées. Parfois penchait-il la tête pour mieux suivre les mouvements... Fascinant, n'est-ce pas ?
En sortant, il aboya deux ou trois fois, espérant que Sarïn soit dans le coin. Il voulait lui expliquer comme un chien sait le faire qu'ils se séparaient temporairement, et qu'ils se rejoindront dans le désert dans quelques semaines. Sauf que Sarïn avait dû s'éloigner plus que prévu, jusque là, aucun signe de l'autre chien, il les retrouverait ce n'était pas ça le problème mais imaginons un instant qu'il se soit coincé une patte dans un piège ? Ou qu'il se soit fait capturé par on ne sait qui ou on ne sait quoi ?

Le cabot rangea soigneusement son inquiétude et suivit la route de Guttenvald en silence. Une heure durant, à marcher d'un bon rythme, lui ne s'arrêtant que pour renifler l'air et les fourrées. Les montagnes se dessinaient hautes et puissantes devant eux quand les toits de la ville apparurent enfin sur l'horizon. Le soleil se dressait plus haut dans le ciel et le ciel se parait peu à peu de quelques nuages. Le beau temps ne durerait pas... La forêt se faisant dense à mesure qu'ils s'approchaient, bien vite, Ordalie pu constater que Guttenvald ne brillait pas par son charme typique plutôt par l'ambiance électrique suintant des faces qu'ils croisaient.
Il coucha les oreilles... Les gens d'ici n'étaient pas très accueillant, pas très souriant non plus. Bah, il avait vu pire !

Ils se contentèrent d'entrer uniquement dans les boutiques qui fournissaient de quoi subvenir aux besoins vitaux dans des régions désertes, et quand ils eurent finit leur approvisionnement la première chose qu'ils firent c'est filer de cette ville où les regards accrochant les cornes du winghox ou les yeux noirs du chien vous filaient des frissons dans l'échine...

A quelques minutes de la ville, à peine éloigné des petites maisons refermant Guttenvald, Ordalie reprit forme humaine, s'appuyant sur un jeune arbre pour enfiler son pantalon et sa tunique en même temps -tout une histoire de souplesse et de technique acquise avec des années de pratique.

-Ils sont charmants ces gens, je les laisserai pas m'inviter au souper sans penser que je serais dans leur assiette...

Sifflant plusieurs fois, il espérait retrouver Sarïn avant de s'aventurer plus loin dans cette forêt, et par la même occasion, s'assurait qu'il pourrait porter son sac même sous forme canine. Hors de question de laisser Vrass passer pour une mûle... Surtout que les mûles ont mauvais caractère se serait dommage, hein ?


Si t'as des achats à faire tu peux broder sur mon passage à vide, je savais pas trop quoi raconter pour Guttenvald vu qu'on s'y arrêtait pas vraiment

Avatar de l’utilisateur
Ordalie

Crédit: Fermé

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Vrass Rannveig » 27 Mai 2011, 14:29

Le cabot avait donc choisi de rester chien pour le reste de la balade, d'un côté, je préférais. L'aura sombre qui entourait la ville n'était pas des plus chaleureuse, malgré tout, j'en avais l'habitude, ce n'était pas la première fois que je venais à Guttenvald. Si les gens nous regardaient d'un drôle d'air, ils se souvenaient tout de même de moi et du fait que j'avais participé à flinguer la bête qui faisait régner la terreur dans le coin, c'est pourquoi ils nous foutaient la paix. J'avais acheté un vrai couteau de cuisine, digne de ce nom, du genre à lame rétractable, des fruits secs, des biscuits aussi et j'avais réussi à récupérer bon nombre de morceaux de tissus, toujours plus pratique que de me servir de mes propres vêtements pour emballer la viande! J'avais également profité de la fontaine pour remplir l'outre des naïades. Nous n'avions pas spécialement besoin d'autre chose, et nous avions donc rapidement filé, surtout que je ne pouvais nier être inquiet pour Ordalie, même s'il était peu probable que quelqu'un cherche à l'attaquer alors qu'il était avec moi.

Une fois à l'extérieur de la ville, je nous avais d'abord fait bifurquer vers l'Est histoire de rejoindre la Larme, nous avions toujours dans l'idée de faire trempette non? D'ailleurs, le cabot reprit forme humaine, c'était pas vraiment le moment selon moi, mais peut être avait-il oublié? De toute manière, il fallait voir le bon côté des choses, c'était toujours une bonne occasion de se rincer l'œil.

«Guttenvald n'a jamais eu la réputation d'être accueillante. Nous allons sortir un peu de la forêt juste le temps de nous rapprocher du fleuve pour prendre un bain avant de repartir dans la Forêt des Ombres. Il faudra qu'on s'approche des montagnes en s'enfonçant bien dans les bois pour espérer voir un Grand Candélabre»

Et autant prendre un bain car notre odeur pourrait le faire fuir également. Il nous a bien fallu une demi-heure pour trouver un coin où on pouvait se baigner, dans la mesure où je préférais qu'on ne soit pas trop près de la ville non plus. J'avais laissé nos affaires très près de la berge en retirant l'intégralité de mes vêtements avant de me plonger dans l'eau fraîche. On voyait que le temps s'était adouci, au moins elle n'était pas glacée, ou alors le phœnix y était pour quelque chose? Possible, je n'avais pas réfléchi à la question, mais c'est plus que probable, car il aurait été étrange que l'eau soit aussi tiède. Je ne me risquais pas à nager afin de ne pas me faire emporter par le courant, loin de nos affaires surtout, n'ayant pas envie de nous les faire piquer. Je restais donc là où j'avais pied, me mettant seulement accroupi pour plonger intégralement dans l'eau et me redresser en frottant un peu mes cheveux et ma peau pour me débarrasser de la poussière, de la terre et des restes de sang. J'en profitais, évidemment, pour mater Ordalie, mais après tout, il devait bien s'y attendre non? Il ne croyait tout de même pas que j'allais rester longtemps indifférent au fait qu'il allait se balader à poils aussi souvent sous mon nez. Il est, certes, rare que je m'intéresse encore à quelqu'un après avoir obtenu ce que je voulais, mais il avait un truc de différent. Allez pas croire qu'il y a de l'amour là dedans hein? C'est juste que le cabot est totalement mon type. Et le fait qu'il est peu probable que j'arrive à me «défouler» sur quelqu'un d'autre d'ici la fin de notre séjour, il était logique qu'il y repasse à un moment ou un autre. Enfin j'espère.

Je m'appuyais un peu sur la berge, prenant une profonde inspiration en savourant un peu le contact du courant sur ma peau... encore quelques minutes et je sors. Faut qu'on se remette en route non? Je préfère laisser le temps au cabot de terminer de faire trempette et ensuite nous repartirons.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Ordalie » 27 Mai 2011, 21:06

Première étape frotter ses vêtements, le sang séché avait laissé des auréoles sombres il était bon pour en racheter à l'occasion. Peut-être ces vêtements magiques qui ne sont jamais sales... L'idée lui passa vite quand il observa l'eau et un winghox s'y attarder. Un bon bain, ce sera bientôt du domaine du rêve !

Plouf ! Fais le garçon en fonçant dans l'eau. L'eau était fraiche. Elle fouettait le sang et glissait sur le ventre en laissant des trainées glaciales pour souvenir. N'ayant jamais profité d'une piscine il n'avait presque jamais eu de l'eau chaude pour se laver. Du savon, oui, un peu, un bout par ci par là qui lui servait à rester propre malgré tout, c'était important, non pas pour sentir bon, ça il s'en fichait, la moitié du temps il puait autant que Särin, mais pour éviter les infections surtout. Les chiens sont plus robustes, avec un traitement approprié pas de maladies de peau, pas d'infections aussi diverses que dangereuses, mais les humains... Et quoiqu'on en pense, les humains tombent malades. Souvent. Pas lui. Mais mieux vaut ne pas tenter le diable.

Au fond de l'eau, des poissons fuyaient à son approche, il retournait des galets trouvait une anguille qui fuyait de la même façon. Et il remontait inspirer une grande goulée d'air frais pour replonger. Deux avantages : ça l'occupait sainement, ça le nettoyait sans qu'il s'y attarde.

Quand enfin il ressorti de l'eau, premier constat, les vêtements n'étaient pas tout à fait secs. Et leurs sacs étaient déjà remplis de viandes, il n'allait pas s'occuper en péchant. Pas maintenant, même si tous ces poissons frétillant avaient éveillés sa curiosité.
Alors il rejoignit Vrass pour ces "quelques minutes" restant avant la fin de la baignade. Il ne s'aventura pas trop loin, même si l'envie de faire l'étoile sur le dos et de se laisser sécher à moitié sous le fragile soleil le tentait drôlement.
Ah ces gosses...

-Encore un peu et on partira. Ça va nous prendre du temps de voir un grand candélabre, toutes les fois où j'ai dormi en forêt je n'en ai jamais vu, jamais comme sur les dessins. Ce doit être une créature vraiment rare.

Il leva les yeux sur la rives, toujours pas d'orios en vu et ses fringues continuaient de sécher sur un caillou.

-Je resterai ici toute la journée si on pouvait voyager de nuit, mais les winghox ne sont pas nyctalopes et sans Särin, je m'y risquerais pas dans un coin que je ne connais pas. Manquerait plus qu'on réveille un ours, ou pire...

Tiens, ça lui rappelait la baignoire, peut-être le seul meuble de la chambre de l'auberge qui n'avait pas supporté son poids et les assauts du tatoueur. Les artistes ne sont pas tous délicat... Il n'avait pas à s'en plaindre.
À contre coeur il fit demi-tour et quitta l'eau, allant s'enrouler dans l'écharpe en attendant que ses vêtements daignent finir de sécher... S'ils reprenaient la route aussitôt, il avait toujours la possibilité de reprendre forme canine, ça n'avait pas l'air de gêner Vrass de marcher avec un chien à côté de ses bottes.

-Avec tout ce qu'on a récupéré hier, pas besoin de chasser avant demain, grelotait-il avant de refermer l'écharpe sur ses épaules, je peux voir pour récupérer ce que je peux en forêt avant de passer les montagnes, de l'autre côté on trouvera beaucoup moins de proies et bien plus de prédateurs. Et dans le désert on trouvera rien du tout sinon des Raanaï et des fenecs...

En parlant il se surpris à fixer sans ciller le winghox, c'est qu'il aimait regarder à qui il parlait et son genre n'était pas de détourner les yeux. Il paru surpris une seconde puis il sourit, comme si de rien n'était.

-On mangera un phoque !

Conclusion irréprochable, non ? Et il était fier de lui, à ne penser qu'à manger à longueur de temps. Au moins il évitait de penser à d'autres choses plus obsédantes. Comme l'envie irrésistible de profiter du corps à portée de main jusqu'à l'épuisement, ou à l'orios qui n'avait pas donné signe de vie depuis le matin et ne répondait pas quand on l'appelait, ou à savoir jusqu'où les mènerait ce voyage. Malgré tout une pointe d'angoisse bien humaine venait poindre au fond de sa gorge. Il la chassait d'un sourire, une main ôtant quelques nœuds de sa tignasse encore trempée.


je l'ai écrit en 10 fois alors je tourne un peu en rond, désolé

Avatar de l’utilisateur
Ordalie

Crédit: Fermé

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Vrass Rannveig » 27 Mai 2011, 22:41

Finalement, j'avais fini par sortir moi aussi, remettant les vêtements auto nettoyants en prenant mon temps, après tout, je sais que je peux être maladroit et pas envie de me rétamer dans la poussière alors que je suis propre! Et je n'ai jamais été très habile pour m'habiller sans m'appuyer sur quelque chose. Finalement, j'étais bien habillé et je commençais à regarder le cabot

«Si c'est le problème de nyctalopie qui te pose problème, ça peut s'arranger, mais il faudrait que je retourne à Guttenvald. J'ai pris de l'encre avec moi, mais il me manque un ingrédient pour faire le tatouage du chat, avec ça, je pourrais voir dans le noir sans problème.»

Ce serait pratique en effet, j'avoue que je n'y avais pas pensé, mais je ne savais pas qu'il pouvait voir dans le noir lui-même, est-ce qu'il s'est acheté un objet? Possible. Concernant la bouffe, je n'ai pas grand chose à ajouter, je pense qu'on avisera sur le moment, un phoque, des poissons ou même des pingouins, j'ai pas la moindre idée de ce qui vit là bas, mais de ce que j'ai appris à la télévision dans les ghettos, c'est qu'il y a quand même pas mal d'animaux qui peuvent vivre dans le froid, et ils ont l'avantage d'être riches en graisse pour survivre dans de telles conditions, leur viande risque donc d'être particulièrement savoureuse.

Mais pour l'instant, je n'ai pas spécialement faim, aussi je le regarde, toujours nu comme un ver avec seulement l'écharpe autour du cou, je me demande s'il cherche à me tenter ou s'il est comme ça naturellement. Je penche pour la deuxième option, il est trop simple pour être aussi provocateur. Quoi qu'il avait bien mené le jeu la dernière fois. Chassant ses pensées de mon esprit, je me redresse pour fixer les forêts

«J'ai vu beaucoup de reportages à propos des Candélabres, ils ne sont pas beaucoup de voyageurs à avoir pu en voir un, mais presque tous sont d'accord sur le fait qu'ils ne les avaient vu que la nuit et lorsque le ciel était suffisamment dégagé pour que les lunes les éclairent. Il faut donc chercher des endroits particuliers de la forêt, près de petites clairières et il n'y en a pas beaucoup dans la forêt des Ombres, c'est probablement l'une des forêts les plus denses de Nideyle, ce qui explique peut être que tu n'en aies pas vus jusqu'à présent.»

Remettant mon sac sur mon épaule, je m'approche du cabot en souriant d'un air amusé

«Tu es prêt? On s'est assez éloignés de la forêt, et déjà, j'aimerais savoir si tu veux que je fasse un détour par Guttenvald pour que j'achète ce qu'il me faut pour le tatouage du chat, ou si tu veux qu'on achète quelque chose pour y voir plus clair dans les bois»

Pourquoi est-ce que je n'ai pas pensé à ça avant? Parce que je pensais simplement que nous marcherions de jour, que nous chercherions une clairière et qu'ensuite seulement nous attendrions la nuit tombée. Je ne pensais pas qu'il chercherait à voyager de nuit. Vu la manière dont il dort assez profondément la nuit, lui aussi, je ne m'attendais pas à ce qu'il soit du genre à voyager autrement qu'au cours de la journée... Dommage, nous avons peut être perdu un peu de temps, cependant, nous ne sommes pas pressés après tout

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Ordalie » 28 Mai 2011, 15:10

Un tatouage du chat ? Comme se serait commode de voir dans le noir en ce moment, ils avanceraient deux fois plus vite ! Mais ils s'exposeraient à beaucoup trop de danger pour leur santé. Les prédateurs nocturnes sont ceux auxquels ils seraient le moins préparés. Non, ce serait une mauvaise idée.

-Pas la peine !

Il enfila ses vêtements encore un peu humide et garda l'écharpe sur les épaules. Au moins se sentait-il vraiment propre, et sur une peau sans poils c'était vraiment l'une des meilleurs sensation qui soit. Les humains sont trop sensibles quand il s'agit de leur peau.

-On a le temps, voyageons de jour et reposons-nous la nuit, on est pas pressés. Et puis, ce serait trop dangereux. Nous attirerions sur nous des choses contre lesquelles nous ne sommes pas préparés, je préfère voyager quand le soleil éclaire mes pas, au moins je n'ai pas besoin de me fier à l'odorat de Särin pour me déplacer.

Car les chiens ne sont pas des chats, ils ne voient pas dans le noir... Ils ont un flair hors pair et c'est certainement leur meilleur atout.

-Retournons en forêt, je n'en sortirais qu'à condition de voir un grand candélabre ! Je suis sûr qu'ici on aura une chance d'en voir un, les clairières sont si rares qu'on a plus de chance de trouver la bonne !

C'est mathématiques, même si Ordalie sait à peine compter sur ses doigts... il a la logique dans le sang, ou il ne se rend pas compte de ce dont il est capable, ça aussi c'est fort probable.
Plein de confiance en lui, il enfila ses chausses sans se presser et en se redressant frôla le winghox comme pour le défier de la suivre dans cette chasse au cerf angora...
Il sentait l'odeur des montagnes venir jusqu'à eux, ou peut être était-ce son imagination, dans tous les cas il se sentait en pleine forme après un bon bain et l'excitation naissante à l'idée de partir en quête d'une créature aussi rare.

Regagnant la forêt, après une heure de marche ils s'étaient assez profondément enfoncés dans la forêt pour ne plus vraiment distinguer les Obsidiennes au loin. Les poussaient presque les uns sur les autres et leur feuillage dense rendaient les sous-bois sombre et silencieux. Ordalie choisi de continuer sous forme canine, c'était une forêt en laquelle il ne pouvait avoir confiance. Elle lui faisait penser à une caverne froide dans laquelle se cache les chauve-souris.

L'après-midi pointait ses premières lueurs au travers des feuilles quand ils croisèrent une biche et son petit. Les deux prirent la fuite aussitôt, ne laissant dans leur sillage que le bruit de leur pas sautillant et quelques taches de couleurs.

Avatar de l’utilisateur
Ordalie

Crédit: Fermé

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Vrass Rannveig » 28 Mai 2011, 18:26

L'après-midi était bien entamée, même s'il était difficile d'ici de voir à la position du soleil quelle heure il était exactement. Cependant, les quelques rayons qui parvenaient à traverser de ci de là nous permettait encore de voir, mais j'avais l'impression que nous étions déjà en soirée. Finalement, Ordalie avait choisi de reprendre son apparence de chien, et il faut dire les choses telles qu'elles sont, cet endroit n'est pas des plus rassurant. Et pourtant, il est probable que nous y passions plusieurs jours, car je doute fort que nous rencontrions un Grand Candélabre dès la première clairière que nous trouverons. J'ai pu remarquer que le temps se dégageait et il est probable que les conditions soient réunies ce soir, malgré tout, ben il peut très bien être au niveau d'une autre clairière. Je me repère sur le géoglobe pour être sûr de nous rapprocher des montagnes, c'est là que la forêt est le plus dense.

Après, il y a un détail qu'il ne faut pas oublier, le cabot et moi avons tous deux une étoile filante! Ça fait tout de même double chance et il est possible que nous puissions tomber sur l'une de ces fantastiques créatures dès le premier soir. J'essaie de faire le moins de bruit possible en marchant, l'herbe est assez épaisse sous nos pieds, mais les arbres sont tellement moches et tordus dans le coin que les racines sortent de partout et qu'il faut bien faire gaffe où on marche si on ne veut pas se casser la gueule avec fracas.

L'avantage qu'Ordalie soit un chien maintenant, c'est que j'ai plus besoin de causer, et donc, moins de bruit. J'ai repéré une première clairière, mais ce n'en est pas vraiment une, c'est juste que deux arbres sont tombés, défoncés par quelque chose, la foudre ou un monstre, j'en sais rien, et je profite de voir le ciel pour me rendre compte que la journée a bien avancé et qu'effectivement, la soirée commence à tomber. On reprend notre marche, pendant combien de temps? Je ne sais pas trop, les arbres se ressemblent tous, et si je n'avais pas le géoglobe, je pense qu'on tournerait en rond. Mais je nous fais faire des zig-zag en réalité de manière à arpenter de plus grandes zones, et enfin nous arrivons vers une clairière qui semble vraiment en être une. Elle doit faire à peine quatre ou cinq mètres de diamètres, pas plus, et un tout petit ruisseau la traverse! Ça fait double raison pour que l'animal passe par là non?

En restant malgré tout sous les arbres, je m'assois dans l'herbe en posant mon sac et en soufflant de soulagement

«Bon! On va déjà tester ici pour ce soir! Si on n'en voit pas un, on repartira demain pour chercher ailleurs, ça te va?»

J'aurais du garder son alliance du guignard, ça aurait fait un bonus de chance supplémentaire! Je me demande, d'ailleurs, si je ne peux pas cumuler les tatouages, est-ce que plusieurs étoiles renforceraient la chance? Mauvaise idée, de ce que je sais, il n'est pas bon d'avoir trop de chance, ça a tendance à rendre trop sûr de soit et on devient kamikaze. Sortant l'outre pour boire à grandes gorgées, je me tourne vers le cabot pour voir s'il veut que je lui en verse pour qu'il boive comme au robinet ou s'il veut reprendre forme humaine... quoi qu'il peut aller se désaltérer dans le petit ruisseau aussi s'il veut...

En tout cas, pas de feu ce soir, faudrait pas effrayer la bête! Heureusement que ni lui, ni moi, ne craignons le froid et que nous avons encore des restes de viande cuite. Autrement dit, on n'en aura pas besoin. Maintenant, y'a plus qu'à attendre

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Ordalie » 29 Mai 2011, 16:00

Etalé sur le côté, Ordalie faisait le mort. Mais sa respiration profonde contredisait sa position. Pourtant, laa langue pendante sur le côté on croirait vraiment qu'il cherchait à se faire discret.
Pour être franc, il n'avait pas dans l'idée de faire le mort ; sauter par dessus les racines hautes, aller et venir entre un buisson, un arbuste, un autre buisson, fouiller la mousse sous ses pattes en quête d'odeur, de goûts, de petites choses qui lui donnerait le moindre indice sur une présence de vie dans cette endroit, tout ça l'avait épuisé. Il retrouvait un rythme cardiaque viable et quand Vrass lui proposa de rester là pour la nuit, il releva la tête les oreilles basses et des étoiles plein les yeux.

Si ça lui allait ? Un peu mon neveu ! Il était partant pour s'incruster dans le sol et ne plus bouger jusqu'au lendemain. Sauf que les chiens n'ont pas bonne mémoire. Leur capacité à vivre l'instant présent selon leur instinct et leurs envies, en font de très mauvais intellectuels. Or, il voulait se souvenir de ce grand candélabre jusqu'à la fin de ses jours, qu'ils soient proches ou lointains !
Alors il reprit forme humaine et s'habilla de ses vêtements enfin secs. Il étira ses jambes et ses bras, pour éviter d'atroces courbatures le lendemain. Il s'agissait de rester éveillé à présent...

-J'espère qu'on ne verra rien d'autre cette nuit. On est sur le terrain de chasse d'une meute de loup. Elle n'a pas l'air très conséquente, les traces étaient assez vieilles. Il y a plusieurs terriers sous le vieille arbre là bas. Demain matin j'irais chasser si on doit rester ici plus longtemps. Il vaut mieux manger le matin que le soir.


Ou la digestion est lourde et le sommeil moins prudent. Il alla se caler contre un vieil arbre, et étendit ses jambes devant lui. À son sourire, il avait vraiment l'air de bien s'amuser. Il en faut peu pour être heureux. Et puisqu'il ne faisait pas encore nuit, ils avaient bien du temps pour tailler une bavette... Sans oublier que le morphe encore plein de cette énergie du voyage avait un peu de mal à rester tranquille.

-L'homme de la bibliothèque m'a dit que le grand candélabre était la créature la moins connue de Nideyle. Mais, avec toutes ces choses étranges qui se produisent tous les jours, peut-être qu'il y a des choses encore plus rares et encore plus étranges. Comme les Raanaï. Tu en as déjà vu ?

Lui avait combattu un Fenrir, en pensant que ce dieu loup n'était qu'une légende. Il voyait des Kirins gambader sur les plaines une fois par an et il se disait que ces créatures étaient vraiment extraordinaires. Il avait bien tenté d'y goûter, mais seul c'était bien difficile de chasser ce genre de créatures. Et les oiseaux minéraux du désert, qui surgissaient de sous le sable et flottaient dans le vent comme un voile clair. Comment avait-il survécu à une traversée du désert sans connaitre ces créatures ? Excellente question. Les idiots sont sûrement bénis par l'ange de la bêtise...

Les yeux dans l'ombre qui avançait sur eux avec la nuit, les arabesques mouvantes des feuillages en toiles parsemées de lumière disparaissaient du sol, et quelques lucioles commençaient leur balais nocturne. Quelques papillons lève-tôt, ou lève-tard selon l'opinion, allaient et venaient d'un tronc à un autre. Il n'y avait pas que les insectes qui reprenaient vie. Une chouette découvrit son regard doré sur une branche et quelques chauve-souris sortaient des arbres.

Avatar de l’utilisateur
Ordalie

Crédit: Fermé

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Vrass Rannveig » 30 Mai 2011, 15:51

Suivant l'exemple du cabot, je m'appuyais moi aussi contre un arbre, après avoir arraché une branche afin de la mettre entre moi et la clairière, comme pour me dissimuler un peu mieux pour le cas où le grand candélabre se pointe. Les mains croisées derrière la nuque, je regardais Ordalie sous sa forme humaine qui semblait totalement submergé par l'excitation. Je n'osais pas vraiment le démoraliser en lui signifiant qu'il était tout de même peu probable que nous parvenions à en voir un dès ce soir! Même si nous sommes dans un endroit propice à la rencontre, ces créatures sont très rares... mais je compte tout de même sur notre chance combinée pour pouvoir en apercevoir un d'ici les jours à venir au moins.

Il continua de faire la causette, pour l'instant la nuit tombait, les lunes de Nideyle devaient être visibles quelque part, mais pas encore au-dessus de nous, je profitais donc d'un peu de répit pour répondre de ce que je savais

«Des raanaï? Non, je n'en ai jamais vu. C'est pas une sorte de raie mais qui vit dans le sable?»

J'ai bien du voir un reportage là dessus à un moment ou un autre, mais faut dire les choses telles qu'elles sont, la télévision c'est génial. Surtout que les gars de la Basse Ville ne chôment pas en ce qui concerne l'étude de ce monde, même si je n'approuverais certainement pas leurs méthodes, au moins on peut voir bon nombre de reportages intéressants et connaître Nideyle probablement mieux que ses habitants qui sont pourtant là depuis bien plus longtemps.

«Je n'ai pas vu beaucoup de spécimens rares, sauf lorsqu'il fallait que je tape dessus, comme des teignes, des hiéras ou encore des kordatt. Une fois en allant vers le Sud, je suis tombé sur un troupeau de kirins, mais ils ne sont pas spécialement rares donc on ne peut pas vraiment dire que c'était exceptionnel.»

J'ouvris le sac pour prendre une poignée de fruits secs, fermant les yeux pour me reposer un peu de cette longue marche, je prends une profonde inspiration en essayant au moins de ne pas m'endormir. Je ne me fais pas trop de souci pour les loups, tout ça, en général, ils n'aiment pas les winghox.

La nuit finit par tomber, et on peut alors admirer pas mal de «merveilles» de la faune locale, problème, ça s'appelle pas la forêt des ombres pour rien, et il y a aussi bon nombre de créatures peu agréables, comme les moustiques, les rats, les chauve-souris et autres saletés. Lorsque les lunes se mirent à éclairer la petite zone d'herbe, nous nous sommes un peu plus dissimulés dans les branchages, mais malheureusement, rien n'est venu à part un couple de kirins... quand je disais qu'ils étaient fréquents ceux là! Quoi que je crois bien que c'est la première fois que je vois un mâle, c'est toujours ça de gagné.

Des nuages ont fini par couvrir le ciel et nous nous retrouvions alors dans l'obscurité la plus complète. Tant pis, ce sera pas pour ce soir visiblement. Je me roulais en boule, je me disais que j'avais bien fait de me faire tatouer la dionée car les moustiques me fuyaient comme la peste, mais les bruits environnants restaient chiants au possible, en particulier lorsqu'un crapaud eut envie de prendre l'une de mes cornes comme perchoir pour pousser la chansonnette.

Au final, c'est un winghox d'assez mauvaise humeur qui se réveilla le lendemain matin. Il allait falloir repartir à la recherche d'une autre clairière, ou alors le cabot souhaiterait que nous restions près de celle-ci un jour de plus? M'en fous, pour l'instant, moi, j'ai faim!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Ordalie » 01 Juin 2011, 18:32

Des raies ?Qu'est-ce que c'est qu'une raie, se dit le cabot en penchant la tête sur le côté. Deux solutions, soit il commence à voir très mal (la nuit tombe rappelons-le) soit il lui fallait faire un certain effort de réflexion pour repousser ce qu'il ignorait.
Il ne répondit pas, sauf par un petit rire quand Vrass mentionna les teignes. Ça il connaissait. Mektild vous défonçant une teigne à coup de baffe ça ne s'oublie pas.

Et la nuit vint, elle s'écoula comme la rivière, calme et sans changement. Ordalie, incapable de déprimer mais suffisamment frustré pour fouiller le sol en quête d'odeur, s'ébrouait sous la fine pluie qui s'était mise à tomber. Encore de la pluie et de la boue sur les pattes, le chien continuait de coller son flair au raz du sol. Jusqu'à ce qu'il couche les oreilles.
Vrass se levait et par Alrik, Ordalie était bien content qu'il soit de mauvaise humeur. Il vint vers lui, tira sur son bas de pantalon et lui indiqua de le suivre, jusqu'à croiser une empreinte toute fraiche d'une patte de loup. N'avait-il pas senti qu'ils étaient sur le territoire d'une meute ?

Après lui avoir présenté l'empreinte, il essaya de le guider vers le ruisseau et lui montra des débris de poissons fraichement dévorés. Et ce n'était pas le chien qui s'était pris pour un martin pêcheur dans la nuit ! Il s'était éveillé presque en même temps que le winghox bien mécontent de n'avoir pas réussi à voir un Grand candélabre. Et en allant chercher le petit déjeuner dans l'un des terriers, il eu la surprise de tomber sur ça.
Un loup c'était approché plus que de raison de leur campement, soit il n'avait pas senti leur odeur et ce serait pas impossible si le vent les protégeait, en revanche cela signifiait que la meute était proche. Et ça, c'était une mauvaise nouvelle !

Ordalie aboya, appela plusieurs fois Särin et cette fois le chien n'avait pas intérêt à désobéir. Pour un peu qu'ils tombent sur la meute de loup il valait mieux que ce soit tous ensemble !
Il reprit forme humaine, un loup contre un chien (aussi gros qu'il était) il n'avait pas envie d'y perdre une patte, il se sentirait bien mieux avec des bras et des jambes.

-La meute se déplace sûrement vers nous, ils n'ont pas l'air de nous avoir senti jusque là, et avec la pluie il sentiront surtout la présence d'un chien, encore que si l'averse s'intensifie ils ne sentiront plus rien. Il vaudrait mieux nous éloigner avant qu'ils ne reviennent pour le petit déjeuner commun. Je n'ai pas dénombré beaucoup de membres, mais ça reste difficile à prédire...

Ordalie était inquiet. C'était autre chose quelques humains montés sur des canassons, autre chose qu'une teigne. Ce sont des loups. Des chasseurs nés, qui connaissent le terrain. Et puis, il y avait au fond ce petit air de crainte qu'un chien peut ressentir face à ses nobles cousins.

Avatar de l’utilisateur
Ordalie

Crédit: Fermé

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Vrass Rannveig » 03 Juin 2011, 13:19

ATTENTION! Ce message et ceux qui vont suivre peuvent contenir des termes à caractère violent ou choquant


Réveil un peu bizarre, je ne me souvenais même pas qu'Ordalie avait repris une apparence canine, la dernière fois que je l'avais vu, il était appuyé contre un arbre, mais bon, il peut s'en passer des choses au cours de la nuit! En tout cas, pas celle à laquelle je m'attendais - non non, je parle juste du Candélabre. Me tenant debout, je m'étire de tout mon long alors que je sens le chien tirer sur le bas de mon pantalon... euh, qu'il ne se fasse pas d'idées, je ne fais pas ça avec lui s'il est sous cette apparence!

Mais non, pas de câlin en vue, juste une trace de loup assez fraîche, visiblement la meute n'est pas loin. Mettant le sac sur mes épaules en fronçant les sourcils, je le suis jusqu'à la rivière où je peux voir les cadavres de poissons frais, effectivement, il y a du monde. Retirant une mèche de cheveux humides sous la pluie, je réfléchis à la question, personnellement, les loups ne me font pas trop peur, certes, ce sont des chasseurs, mais après avoir combattu teignes, kordatt et même un hieras, alors quelques loups, même nombreux, ça ne me fait pas trop peur. J'ouvre mon sac pour prendre alors le pantalon de rechange alors qu'Ordalie reprend apparence humaine, petit coup d'oeil rapide avant d'enrouler le pantalon autour de mon cou, simple précaution en réalité car déjà un premier loup s'approche, annonçant l'arrivée imminente de la meute

"Protège toi le cou, de toute manière, on n'a pas vraiment de raison de rester dans le coin, mais ils vont surement nous suivre maintenant qu'ils ont un éclaireur"

Ou alors, je flingue l'éclaireur, ça fera déjà une épine en moins dans le pied. Ou alors... tiens on va tenter une technique beaucoup plus fine et délicate! M'assurant d'avoir mon pantalon bien enroulé autour de mon cou, je prends de solides appuis sur mes jambes - je suis vraiment trop con, j'ai pas pensé à prendre mon épée - et je fonce sur le prédateur en grognant, lui faisant clairement comprendre que je ne le crains pas et qu'il n'a pas intérêt à me chercher. Il se carapate rapidement en sens inverse, de deux choses l'une, soit il va chercher ses copains, soit il va gentiment leur dire d'aller voir ailleurs pour trouver une proie plus facile. Je récupère nos affaires en repartant pour rejoindre le cabot.

"Allons y"

Remettant le sac sur mon épaule, nous reprenons la route, je regarde toujours le géoglobe pour m'assurer que nous restons bien dans la zone la plus touffue de la forêt, à la recherche d'une nouvelle clairière pour la nuit suivante. Après deux bonnes heures, je tends une oreille, je crois qu'ils arrivent, finalement, ils ont choisi de nous suivre. M'approchant d'un arbre, je retire le sac de mon épaule pour l'y accrocher sur une branche, pas envie qu'ils nous volent notre nourriture en profitant de la bagarre

"Là, on ne va pas leur échapper, tiens..."

Je sors une chemise à moi, pas celle qui est insalissable, bien trop précieux, une chemise classique

"Tu peux la déchirer pour essayer de te protéger les bras avec"

Un grognement se fait entendre derrière nous alors que je me retourne en pliant légèrement les jambes pour fixer le loup en approche... normalement, ils doivent attaquer à plusieurs, aussi je ramasse rapidement une branche pour m'en servir de batte de base-ball, après les araignées métalliques, les loups, décidément, je vais en faire un sport national!

En voilà déjà deux qui bondissent, sautant souplement en zig-zag pour ne pas que je vois par où ils arrivent, je baisse simplement la tête en avant, me pliant totalement en deux pour en empaler un qui se met à couiner de douleur alors que je tends le bras pour frapper l'autre qui part en roulé boulé. Faites qu'Ordalie ne se transforme pas, parce que là, même s'il est rouge, je risque de le taper. La meute nous encercle, je secoue violemment la tête pour me débarrasser de celui qui s'est empalé sur mes cornes, grimaçant sous la douleur, je crois qu'il a eu le temps de m'arracher un morceau d'oreille... je sens d'ailleurs le sang qui coule le long de mon cou. Serrant avec un peu plus de force mon bout de bois, je me tiens prêt à un autre assaut, comme l'a signalé Ordalie, ils ne sont pas trop nombreux, cinq ou six à tout casser... enfin maintenant quatre ou cinq, celui que j'ai empalé git au sol en se tordant pour essayer de fuir, qu'il rêve pas, il ne se relèvera pas. M'avançant vers celui qui est à terre, je frappe violemment du pied sur son cou pour tenter de le briser ou de l'étouffer, espérant surtout que ça suffira comme menace pour les autres!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Ordalie » 17 Juin 2011, 18:05

Une meute de loup ? Rien de plus facile. Si seulement ils avaient pensé à effacer leurs traces olfactives ! De l'eau ou faire quelques détours auraient perturbés les loups. Deux proies difficiles n'étaient pas un menu appétissant si en plus il faut dépenser des heures de chasse. Mais Ordalie avait la tête ailleurs. Se protéger le cou ne les aiderait pas beaucoup. Les loups attaquant en groupe profiteront de la moindre ouverture. Sous les bras, les cuisses, les épaules. Un loup bondissant c'est quarante kilos qui vous font plonger à terre. Et le reste n'aurait qu'à suivre pour vous arracher tout ce qui passe à porté de dents.

Le regard vers les ombres de la forêt. Il n'entend presque rien jusqu'à sentir le vent lui chauffer le front. Un grognement, imperceptible. Les iris verdâtres s'illuminent dans la nuit. Ciel ! Ils sont une dizaine. Le morphe en avait dénombré beaucoup moins. Les femelles devaient s'être rapprochées du groupe pendant la nuit. Une mauvaise nouvelle pour nos deux voyageurs.

Les loups choisirent en premier la proie la plus imposante. Chasser ou être chassé, en quelque sorte, ces loups devaient se sentir soit affamés soit désespérés pour préférer Vrass, armé et bien plus puissant en musculature que le morphe, trop frêle, portant sur lui l'odeur d'un chien de la ville.
Mais Ordalie sait se battre contre les chiens. Il a fait toute sa vie. En tant qu'un être humain, ou en tant que cabot.
Un mâle, téméraire, trop jeune pour comprendre l'importance d'une attaque coordonnée s'élance vers lui. Ordalie effectuait une roulade sur le côté, le loup se réceptionnait bien mal et avant qu'il ne soit totalement redressé le morphe lui saisie le museau et soulevant la babine supérieur par le nez, portait à moitié le loup au bout des doigts. L'animal manqua immanquablement d'air, il se débattit mais sous la douleur couina et se fit bien vite docile. Assez pour que le morphe compresse son poitrail de son bras valide.
L'animal retomba sur le sol, inerte et les autres approchaient déjà pour venger leur frère.
Les loups sont des chasseurs nés. Intelligents, tactiques. Leur réputation n'est plus à faire. Ils se replient les uns vers les autres, ils feront front ensemble tant que l'alpha ne sonnera pas la fuite.
Faut-il être au bout pour attaquer la première proie qui passe...

Un hurlement puissant, il aboie l'orios qui accoure depuis les ombres. Quand il arrive, Ordalie le confond à moitié avec loup. Sauvage, monstrueux derrière son sourire extraordinaire. Mais Sarïn n'est pas un loup. Il se plaçait devant le morphe en glissant à peine sur la mousse, arquait les pattes, ses mâchoires hérissées de crocs suintant de bave. Lui, n'était pas une proie faite pour quelques loups inconscients. Ses grognements emplissaient ce petit bout de forêt.

-Juste à temps, sale bête...

Prenant ça comme un encouragement, l'orios était prêt à en découdre et plutôt deux fois qu'une.

Avatar de l’utilisateur
Ordalie

Crédit: Fermé

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Vrass Rannveig » 22 Juin 2011, 11:16

Il y en avait d'autres qui arrivaient, si je pouvais les embrocher ou leur filer des coups de pieds suffisamment puissants pour les éliminer un par un, il serait un peu plus compliqué de gérer le groupe en même temps! Car déjà, ils commençaient à se rassembler, prêts à bondir sur des proies qui pourraient s'avérer faciles si on ne fait rien de stratégique

«Vous voulez jouer à ça?»

L'arrivée de Sarïn pourrait être une bénédiction en soit, malgré tout, j'ai pas l'intention de laisser le chien lézard porter les lauriers d'une éventuelle victoire, aussi, je fouille rapidement dans mon sac à la recherche de la poudre volcanique, j'en répands rapidement sur le sol en un cercle d'environs 50cm de diamètre, un joli foyer apparaît alors...

«Vous allez moins faire les malins maintenant!»

Le feu, depuis la nuit des temps, c'est l'ennemi n°1 des loups et les gens ont souvent vu leur vie ne tenir qu'à la faible lueur de ces flammes lorsqu'ils entendaient les cris au loin des bêtes affamées - ok je regarde trop de films à la tv. En attendant, je n'ai pas allumé ça pour leur faire peur, j'ai bien l'intention de les faire cramer de terreur, oui! J'attrape rapidement une branche morte qui pendouille d'un arbre pour en mettre l'extrémité dans le feu et leur foncer carrément dessus, donnant de violents coups de bâton enflammé en visant clairement la gueule. Des couinements se font entendre, et une fois de plus, je croise les doigts pour qu'Ordalie ne se transforme pas, car il risque fort de se faire cramer la gueule aussi. Je ne me fais pas trop de souci pour sa bestiole, elle se débrouillera et en plus, elle est plus facilement dissociable d'un loup. Ils commencent à battre en retraite, d'un autre côté, le feu ne les aide vraiment pas à choisir, mais je me doute qu'ils vont juste vouloir attendre qu'on l'éteigne pour repartir à l'attaque - c'est que ça peut être d'une sacrée patience ces bêtes là!!

Je me tourne vers Ordalie, d'un geste qui se voulait simplement curieux

«Bon, on est tranquille pour le moment, on fait quoi? On entretient je feu jusqu'à ce qu'ils se trouvent une autre proie ou on laisse tomber le grand Candélabre et on sort de cette forêt?»

Surtout lui qui veut voir la bête, même si j'avoue que j'aimerais bien aussi. Mais à voir au niveau de la sécurité aussi... pas envie de finir dans l'estomac d'un loup juste pour voir une bête à corne!


Désolé, un peu court

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Ordalie » 04 Juil 2011, 07:28

Deux meutes qui s'affrontent, ces loups affamés ne les laisseront pas tranquille que lorsque les deux voyageurs seront hors de leur territoire de chasse.

-Partons. On aura d'autres occasions de chercher un grand candélabre !

La survie avant tout. Le loup qu'il avait étouffé avait tout de même eu le temps de le couvrir de griffures, assez pour que Sarïn renifle l'odeur du sang sur lui. L'Orios n'aimait pas le feu, mais il n'y voyait rien alors hormis une montée imprévue du mercure, il ne sentait pas grand chose. Les loups s'éloignant dans les fourrées pour se protéger du feu, l'animal battait de la queue comme une bête victorieuse et se collait aux mollets de son maitre à le bousculer. Ordalie emboita le pas de Vrass. Il avait raison, actuellement, être dans le colimateur d'une meute aussi instable ne les aidera pas à croiser la belle créature : trop perturbateur ces cabots.

Silencieux et résigné, il se pressait dans les sous-bois pour s'éloigner autant que possible des loups qui les suivaient de loin attendant bien évidemment une situation plus favorable à un assaut coordonné. L'occasion ne vint pas, jusqu'à ce que les deux compagnons soient amenés à passer une rivière gonflée des eaux descendant des montagnes.
Les pierres glissantes et l'allure du torrent ne signifiait rien de bon en cas de passage forcé. Il leur faudrait trouver un point de passage plus sûr. Ordalie, un regard panoramique sur les ombres alentours.

-Les loups nous suivent encore. Ils n'approcheront pas sauf si on s'arrête un moment. On ferait mieux de continuer.


J'essaye de reprendre le rythme, j'espère que ça ira

Avatar de l’utilisateur
Ordalie

Crédit: Fermé

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Vrass Rannveig » 08 Juil 2011, 19:21

Finalement, on avait décidé de prendre la poudre d'escampette. Tant pis pour le candélabre, on sauve ses miches d'abord. Alors qu'on prenait un bon rythme, surtout que l'autre clebs nous avait rejoint et assurait nos arrières grace à son flair, nous nous retrouvions face à un cours d'eau... le gosse suggère de continuer en trouvant un autre chemin

«Pas le temps de trouver un autre chemin... tiens moi ça...»

Je me dirigeai alors vers l'arbre le plus proche du cours d'eau, l'avantage d'être aussi près de la berge, c'est qu'il n'a que la moitié des racines ancrées dans la terre, et vue qu'il semble presque crevé comme bon nombre d'arbre de cette fichue forêt, elles doivent pas être bien accrochées... je prends alors mon élan, attention, finesse et délicatesse au placard. Un peu d'élan et en avant! Fonçant, épaule en avant en me jetant totalement contre l'arbre, j'use de tout mon poids pour lui rentrer dedans... premier crack: c'est moi ou l'arbre? C'est bon c'est le bois.

Massant doucement mon épaule, je recule à nouveau, et rebelote! Je serre les dents, pas le temps de jouer les chochottes, je suis un winghox bordel! Faut bien que ça serve à quelque chose d'avoir du sang de dragon non? À défaut de cracher du feu, je peux quand même déraciner un arbre non? J'ai été capable de foutre un coup de tête à un bison bordel! La colère m'envahit peu à peu alors que je souffle, sue, crache, grogne après cet arbre pourri qui veut pas céder, mon épaule est en sang, je ne la sens même plus, mais je continue jusqu'à ce qu'enfin le dernier crack retentisse et que l'arbre tombe... avec moi avec...

«WOOOUUAA!!!!»

M'agrippant comme je peux au tronc, celui-ci commence à dériver un peu jusqu'à ce que ses branches se retrouvent accrochées à un autre arbre en face et qu'un rocher intercepte le tronc... ça prend pas tout à fait la largeur du cours d'eau, mais si l'autre est assez agile, ou s'il se transforme en clebs, il devrait pouvoir passer... problème: moi je peux pas. L'eau est glacée, j'ai une épaule en miette et tout ce que je peux faire, c'est m'accrocher comme je peux en attendant que le gosse se serve de l'arbre pour traverser. Je sais pas s'il peut se trimballer le sac quand il est en chien, ou s'il aura assez de force pour l'envoyer de l'autre côté... il se démerde, mais

«Si tu pouvais te grouiller, c'est pas que je me les gèle, mais presque!» elles doivent avoir la taille de deux cerises là... bon alors ça vient?


Désolée, j'ai aussi un peu de mal à reprendre le rythme, j'espère que ça ira :$

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les ombres de la forêt

Messagepar Maître du Jeu » 14 Oct 2011, 14:25

Ordalie ayant quitté le forum sans prendre la peine de clore ses RPs, je me permets de le faire disparaître afin de libérer ton personnage.


Mais tout ce qui vint à cet instant fut une nouvelle harde. Pas de loups au pelage cendré typiques de ces régions, non. Les canidés avaient eut leur compte et étaient partis sur une autre piste. L'un des avantages de la forêt des Ombres était qu'il y avait toujours quelques inconscients prêts à la braver. Combien de petits malins s'y étaient aventurés, persuadés de retrouver leur chemin s'ils se bornaient à marcher tout droit...? Mais les arbres se dressaient sur leur passage, les obligeant à dévier leur trajectoire. Ravins, torrents, la forêt regorgeait d'obstacles à contourner jusqu'à se perdre. Les loups, eux, connaissaient la route.

Leurs regards jaunes disparurent sous les ombres des grands chênes. Une âme s'était égarée à quelque distance, nouvelle chance ou nouvelle menace pour la meute qui bifurqua à sa rencontre.

À moins que leurs visiteuses imprévues ne les aient dissuadés d'emprunter ce chemin là...

Nouvelle harde, donc. Plus nombreuse, moins discrète aussi. L'Orios la sentit arriver de loin et alerta son maître par un glapissement inquiet avant de le rejoindre près du cours d'eau. N'en déplaise au Winghox occupé à à une séance thermale, personne ne viendrait à son secours.

Un fourré bruissa tandis que Sarïn – réfugié dans les pattes de son maître - montrait les dents et grognait. Malheureusement pour lui, cette harde là ne connaissait aucun prédateur.

Le bruissement devint secousse, puis il y eut un sifflement, et d'entre les buissons qu'elles crevèrent comme une toile, les Teignes surgirent enfin sur la berge. La meneuse s'arrêta à quelques mètres, surprise de se retrouver nez à nez avec un humain. Morphe ou pas, à l'heure actuelle il se tenait bel et bien sur ses deux pieds. Derrière elle, ses consœurs jaillissaient de derrière les arbres et s'arrêtaient à leur tour, et toutes fixaient les trois créatures qui se présentaient à elles avec intérêt. L'annonce placardée dans tout Nideyle à propos de ces migrations disait vrai : elles étaient nombreuses. Trop nombreuses même. D'autant trop nombreuses que leurs prochaines victimes n'étaient que trois !

La dominante siffla l'assaut, et en un rien de temps, la harde se jeta en avant.

L'Orios se battit, chien fidèle à son maître, sans survivre plus de quelques minutes face au déferlement des sauriens affamés. Hélas pour Ordalie, son sort n'eut rien à envier à celui de son animal de compagnie. Fauché par la vague de mâchoires puissantes, il ne resta bientôt plus de lui que quelques morceaux à se disputer entre Teignes. Quand à Vrass encore accroché à son arbre, les créatures l'épièrent longtemps avant de renoncer à en faire leur repas. Inaccessible au milieu du torrent, ce fut bien la seule chose à laquelle il dut d'avoir la vie sauve.

Une heure plus tard, à peine rassasiée et lassée d'attendre leur troisième proie, la harde reprenait sa route, ne laissant derrière elle qu'une berge dévastée par les piétinements et les combats, quelques morceaux indigestes d'un Orios trop téméraire, les vêtements d'un Morphe pas assez rapide et un Winghox trempant encore dans l'eau glacée.

Avatar de l’utilisateur
Maître du Jeu
Compte multifonction

Crédit: Fermé


Retourner vers Les forêts

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron