Les rives du Liek

Paresser sur les plages sereines d'un lac, ça vous tente ? À moins que vous ne préfériez l'humeur imprévisible des mers tumultueuses ? Baignades autorisées...!

Les rives du Liek

Messagepar Neythen N. » 09 Avr 2012, 10:36

Précédemment : Rengagez-vous, qu'ils disaient !
*°*°*°*°*°*°*°*°*

Alors qu'il faisait grossièrement semblant de dormir, Haine se risqua à entrouvrir une paupière au hasard, scrutant la recrue tout droit sortie d'un jeu vidéo avec un mélange de lassitude et de satisfaction. La bonne nouvelle, c'était que Yoji semblait avoir compris l'essentiel du lieutenant. Autrement dit il fermait son clapet et ne gonflait pas notre Mechanima de bavardages insupportables. Genre comme le groupe juste à côté, dont l'un énumérait le nombre de gourdes qu'il s'était faites, faisant rire ses comparses lorsqu'ils reconnaissaient un prénom sur lequel eux aussi, étaient passés. Haine se demanda même si la minette en question n'était pas quelque part dans les Ghettos à siroter un verre avec des copines, se vantant du nombre d'abrutis de l'Escadron sur lesquels elle avait mis le grappin. Bref, autant dire que si faire preuve de sociabilité consistait à être con comme ses pieds, N. préférait s'abstenir. Les autres faisaient ça très bien sans lui. En fait, le lieutenant les aurait volontiers balancés par la porte ouverte les uns après les autres... mais ça ne se faisait pas, à tous les coups.

Et puis les deux paupières s'ouvrirent en même temps lorsque les pilotes annoncèrent le Liek. C'était le moment de se jeter dans le vide comme un gros inconscient, et de faire confiance à un drap de bain plié par une puce électronique qui n'avait aucune notion du travail bien fait... Fantastique ! Les hommes et leurs idées absurdes, vraiment. Toujours est-il que Haine s'arracha de son siège pour aller s'appuyer devant la gueule béante donnant sur le vide. Un peu plus bas, Yoji filait comme un poids mort vers le sol. Quel taré ! Et lui ?

« Vous avez peur du vide N. ? »

Peur du vide, non. Impressionné certes. Il avait beau y être habitué, ça lui foutait toujours autant les boules de se dire que sa vie ne tiendrait qu'à trois fils et une voilure. Enfin bon, c'était toujours mieux qu'un Hieras psychopathe. Alors comme un taré lui aussi, et pour faire la paire avec Yoji, le lieutenant sauta. En fait, il se laissa plutôt tomber comme un gros sac. Les premiers mètres – mais lui demandez pas de dire combien – il encaissa la puissance avec laquelle son estomac lui remonta dans la gorge, s'efforçant d'expulser l'air hors de ses poumons comme on lui avait appris. Fallait pas croire, des fois il retenait des trucs. Ensuite il s'habitua à la chute et savoura bêtement le massage de l'air sur sa sale gueule mal rasée. Moins cher qu'une Thalasso, moins de risque de rouiller aussi. Par contre c'était pas dit qu'il arrive au bout en un seul morceau. Le vent sifflait à ses oreilles, et il faillit percuter un piaf qui lui grillait une priorité à droite.

En bas, le Liek vide formait un sillon. On aurait dit la mue décrépie d'un serpent. Par acquis de conscience – et parce qu'il s'emmerdait un peu mine de rien – N. passa en mode thermique. Il repéra une petite tâche orange à l'est, sans-doute une habitation. Quelques points rouges regroupés au même endroit, donc un troupeau de bestioles suffisamment balèzes pour être perçues malgré la distance. Rien d'autre. L'infra-rouge ne lui servirait à rien. Tiens bizarre, une tâche rouge se rapprochait là, non ?

« Merde !!! »

Haine repassa en vision standard un peu tard pour voir Yoji un peu trop près. Forcément à force de compter les moutons en vision thermique il avait pas fait gaffe à l'altitude, et pour couronner le tout son poids le larguait plus vite que l'autre gringalet. Plongeant sur quelques mètres les bras le long du corps, le lieutenant s'éloigna avant d'ouvrir à son tour son parachute. Quelque part au fond du fin fond de sa cervelle bien cachée, il pria pour que les cordes tiennent et que le bidule se foute pas en torche... et il ne se mit pas en torche. La chance, hein ?

Après un atterrissage brutal ponctué d'un juron – c'était pas le tout mais ses rotules étaient pas en métal, elles – Haine se débarrassa des lanières dans lesquelles il commençait déjà en s'empêtrer en injuriant Nideyle entière. Vérifiant une dernière fois que plus rien n'entravait ses mouvement, il actionna le repli automatique du parachute qui se rétracta comme la grosse langue d'un caméléon. « SLURP », direct dans le sac, plié et prêt à un nouveau saut d'inconscient. N. rejoignit Yoji – comme quoi il était pas si asocial que ça quand il voulait – mais son regard s'attarda cinq minutes sur ses Rangers qui foulaient une terre quasi lunaire.

« Sol desséché en plein hiver, c'spécial. Lâcha-t-il d'un ton sceptique. Puis il se redressa, reprenant ses habitudes de supérieur en mission. Baraque à l'est, on dit bonjour pour êt' polis pi on s'met au turbin. »

Bon en fait ce qui l'intéressait surtout c'était de poser des questions aux locaux. Genre « vous auriez pas vu une Infinitude se siffler le Liek avec une paille par hasard ? ». Un truc comme ça...

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Les rives du Liek

Messagepar Yoji Mugen » 29 Avr 2012, 19:09

J'avais atterri quelques secondes avant le lieutenant N, c'était largement suffisant pour le voir s’emmêler bras et jambes dans les lignes du parachute, ce qui me fit doucement sourire. J'enclenchais le bouton de replis de la voile, qui rentra instantanément dans le sac et me fis basculer en avant. Mine de rien ça pèse lourd ce truc pour un simple drap et quatre corde. A l’atterrissage, j'avais pu remarquer la dureté du sol sur lequel on était tombé et Neythen ne tardas pas à y faire attention aussi. La terre était tellement sèche que nos traces de pas n’apparaissaient pas. C'était à la limite d'être de la poussière. «Jamais vu ça, à part en plein été...»

N. ne s'impatienta pas sur le secteur, et se dirigea immédiatement vers une petite maison un peu plus loin en bordure du fleuve, ou plutôt de la crevasse... Je me trouvais à coté de lui, sans lui parler. Je n'avais rien à lui dire et c'était certainement réciproque, tant pis pour la mission officieuse, cet homme était borné et il changera jamais. Une fois arrivé auprès de la maison,j'aperçu des moutons, une dizaine. Je regardais de nouveau sous mes pieds, la terre avait laissé place à de l'herbe jaunissante, presque aussi asséchée qu'un poisson en plein désert. Le soleil ne tapait pourtant pas beaucoup à cette époque de l'année et aujourd'hui il ne faisait pas particulièrement chaud.

Les moutons étaient clôturés par des barrières en bois hautes jusqu'à mes genoux et la maison était quelques mètres plus loin aussi clôturée, sans doute pour délimiter le jardin, malgré le manque d'herbe verte et la population au kilomètre carré... J'entrai alors par un petit portillons en bois, et suivis une allée en pierre blanche. J'avais à peine fais la moitié du chemin qu'un petit vieux rabougris se pointa avec une fourche à la main et une gitane maïs entre les dents autant jaunis que la pelouse de son jardin. «- Qu'est ce vous foutez dans mon jardin vous deux ?!» pointant l'outil sur moi.
«- Du calme, du calme. On veut vous posez quelques questions à propos du Liek.
- Ça fais des plombes que j'ai fais la demande, et vous venez seulement maintenant ?
-Si vous voulez on repart...»
Le petit vieux réfléchit quelques instants avant de baisser son arme et de me répondre.
«- Nan vous pouvez rester, mais magnez vous on est à court d'eau.»

J'entrai dans la maison avec le lieutenant, heureusement qu'il n'a pas ouvert la bouche ce lui là, on aurai rien pu demander...

Avatar de l’utilisateur
Yoji Mugen

Crédit: Fermé

Re: Les rives du Liek

Messagepar Neythen N. » 09 Mai 2012, 20:34

Désolé, je suis malade comme un chien depuis la dernière fois que je vous ai vus :( Je vais essayer de répondre plus régulièrement.


Haine soupira rien qu'à entendre l'autre paumé les accueillir comme des voleurs, fourche en avant prêt à les embrocher. Non mais dis, il pourrait être poli non ? Oui, c'était l'hôpital qui se foutait de la charité, et après ? Se grattant le menton d'un air de se demander ce qu'il faisait là, le lieutenant laissa Yoji lui passer devant pour papoter à sa guise, et si en temps normal il se serait pas gêné pour le choper par le pantalon et le remettre à sa place, aujourd'hui il ne broncha pas. Bonne humeur ou échange de bons procédés, allez savoir. Qu'il fasse, c'était pas son truc à lui, la causette. Mais pas trop quand-même, parce qu'ils avaient autre chose à faire mine de rien. Le temps d'écraser un moustique sur sa nuque et les trois hommes étaient déjà en route vers la baraque pourrie.

Parquets en bois, murs en pierres, toit de chaume. Un mixe des maisons des trois petits cochons quoi.

« Vous voulez boire quelque chose ?
_ De l'eau. »
Balança Neythen avec un sourire narquois.

Bizarrement le paysan ne sembla pas apprécier la plaisanterie et se renfrogna, jetant sur Yoji un regard chargé de rancœur. C'était tout juste si la phrase « vous pourriez tenir votre collègue en laisse » ne défilait pas dans ses pupilles.

« On n'est pas là pour l'apéro.
Enchaîna N. du haut de son amabilité inexistante. Le Liek, il s'est asséché progressiv'ment ou d'un seul coup ?
_ Qu'est-ce que ça peut bien faire, puisqu'il coule plus ?
_ Qu'est-ce que ça peut bien nous foutre, qu'il coule plus ? »


L'homme accusa une seconde de surprise, comme s'il se demandait si ces deux là se payaient sa tête ou s'ils étaient véritablement capables de repartir comme ils étaient venus... sans résoudre le problème. Un coup d'œil vers Yoji le fit douter... un coup d'œil vers Haine lui souffla qu'ils n'attendaient que ça.

« Ben... le niveau a baissé d'un coup, mais ça coulait encore sur un bon mètre de profondeur. On pouvait puiser quoi. Puis un matin : pouf. Y'avait plus qu'un ru à peine.
_ Rien de bizarre ? Troupeau affolé ? Bruits suspects ?
_ Mais quel rapport avec mon troupeau bordel ? J'vous cause du Liek moi, pas de mes moutons ! »


Nouveau soupir, agrémenté d'un haussement d'épaule exaspéré. Là tout de suite, N. n'avait pas la moindre envie d'expliquer l'intérêt de ses questions. Ce type le lourdait carrément, et en plus il avait soif.

« Bon, on décolle. » Lança-t-il pour Yoji alors qu'il se barrait déjà vers la sortie.

Il marcha quand-même une bonne minute tout droit, d'un pas aussi déterminé que s'il allait au devant d'une Teigne à dézinguer, et s'arrêta au milieu des moutons qu'il observa sans bouger. Et ouais, c'était possible. Ça aurait pu faire une chouette carte postale, sauf qu'il y avait sa sale gueule dessus. Au bout d'un moment, il fit volte face et se retrouva nez à nez avec Yoji. Alors surtout, qu'il lui demande pas ce qu'il foutait lui !

« On va faire simple : on remonte le fleuve ! Si ça s'est arrêté d'un coup c'est qu'un truc bouche la tuyauterie. »

Et sans attendre, il alla se foutre directement dans le lit du Liek pour le remonter comme s'il partait en rando. Et chiche qu'il poussait la chansonnette pour se donner de l'entrain ?

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Les rives du Liek

Messagepar Yoji Mugen » 23 Mai 2012, 18:22

Quel drôle de type ce Neythen tout de même, un moment il dit rien, et le suivant il agresse les gens, je sens que l'on va pas s'entendre tous les deux, mais ça pourrait être marrant ; cette pensée venait de me faire esquisser un léger sourire, presque inaperçu, et heureusement, sinon le vieux n'aurait pas compris... Le lieutenant n'était pas très aimable c'est vrai, mais le petit vieux dans sa baraque en bois au milieu de nulle pas n'était pas mieux non plus, et lorsque Neythen décida de partir, je le suis sans rien dire, ne saluant même pas le paysan et claquant à moitié la porte en sortant.

Le plan du lieutenant était simple, remonter le fleuve et trouver ce qui bloque l'arrivée d'eau, simple dans les mots oui, mais si c'était seulement ça, les gens du coin auraient fais le nécessaire pour ne pas faire une demande auprès de l'Escadron, à moins qu'ils soient tous comme le rabougri...pas capable de se débrouiller seul... Enfin là n'était pas la question, on remonte le fleuve à pied, jusqu'à trouver le problème, quel qu'il soit. L'officier était en train de marcher rapidement au milieu de l'énorme tranchée qu'avait laissé le fleuve en s’asséchant, si l'eau décidait de revenir maintenant il allait être mal, j'y mettrais ma main à couper mais, comme par soutient, je me mis à son niveau. Je sors alors un petit sachet, et me roule une clope que je grille dans la foulé, ça faisait longtemps...deux heures environ. Je regarde la réaction de Neythen, sans trop m'en soucier en fait, si ça ne lui plait pas, tant pis pour sa tronche.

Tu compte remonter tout le fleuve jusqu'à arriver près des Ghettos ou tu vas t’arrêter et réfléchir quelques instants ? Réfléchir... Un mot bien savant pour cet homme sans doute... Mais il n'y avait rien à l'horizon indiquant un barrage ou équivalent...

Excuse moi de ne pas faire avancer de trop l'action...

Avatar de l’utilisateur
Yoji Mugen

Crédit: Fermé

Re: Les rives du Liek

Messagepar Neythen N. » 25 Mai 2012, 23:34

C'est pas moi hein, c'est Haine :$


Alors qu'il crapahutait en tête comme le chef de file d'un mouvement migratoire, Neythen s'arrêta brusquement pour se retourner d'un bloc sur Yoji. Son regard d'acier, bleu et artificiel au point de n'exprimer rien de mieux qu'une froide absence d'émotion se planta sur son subalterne tandis qu'il lui barrait la route. Soupe au lait ? À peine. Les vannes, le mépris, il avait l'habitude, et malgré tout il ne supportait définitivement pas le non respect de la hiérarchie. Il avait sans aucun doute un caractère de merde et il l'admettait volontiers, mais pour le coup, il n'avait pas encore eu le temps de le déballer. Alors autant dire que si Yoji commençait sur ce ton, ça allait vite finir en pugilat. Passait encore qu'on le remette à sa place quand c'était lui qui commençait, mais pour le reste, il avait eu sa dose d'abrutis pour le juger sur rien.

« On s'tutoie ? Menaça-t-il subitement. Depuis quand ? J'me rappelle qu'on ait élevé les Quamates ensemble moi. Respect d'la hiérarchie militaire, ça vous parle ? »

Il laissa passer un silence comme pour que ses paroles s'impriment bien dans la cervelle du Sous-Lieutenant, peut-être même pour le mettre au défi de rétorquer. Qu'il essaie tiens. Se prendre des coups, ça lui ferait ni chaud ni froid. En donner encore moins. Sauf que si, ça le défoulerait. C'était bien des fois, pour évacuer son ras l'bol.

« Vous avez un meilleur plan, fantastique ! J'suis tout ouïe. N'empêche que j'suis pas handicapé au point d'pas pouvoir réfléchir en marchant. »

Et puis d'ailleurs, marcher lui était vital. C'était ça ou ruminer sa mauvaise humeur. Du coup il se retourna... et puis il fit les deux : marcher et maudire Nideyle entière. Et là sérieux, s'ils pouvaient croiser une de ces foutues migrations de Teigne, ça lui ferait trop plaisir !

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Les rives du Liek

Messagepar Yoji Mugen » 04 Juin 2012, 16:57

Quand je disais que c'était soit rien soit des menaces qui sortait de la bouche du lieutenant je n'était pas très loin, il venait de pousser une gueulante pour ma remarque. Ce voyage n'allait pas être une partie de plaisir à mon avis, j'avais déjà fais équipe avec plusieurs personne, mais lui dépassait tous les autres, rassemblé... Sa mauvaise humeur commençait à déteindre sur moi, heureusement que je peux fumer tranquille. La hiérarchie ? Ouais ça m'parle, à ma manière. C'est pas parce que je VOUS tutoie que je vous respecte pas. J'insiste sur le "vous" intentionnellement pour lui faire plaisir...ou l'énerver.... S'il n'y avait que ça qu'il voulait alors pourquoi pas.

Je marche encore pendant pas mal de temps aux coté du râleur, je sens que ça va castagner sec pendant toute la durée de la mission, mais je ne me suis pas entraîner pour rien, qu'il essaie de frapper, on verra après. Un filet d'eau apparue sous nos pieds, la terre était de plus en plus humide, on arrive surement près de l'endroit où c'est bouché. Je jettes le mégot de la clope sur le coté du fleuve asséché, qu'il vienne pas me les briser encore le lieutenant. Je continu de marcher, laissant Haine devant, il a apparemment quelque chose en tête, sympa d'en faire profiter. Un peu plus haut j’aperçois une Teigne, elle se balade seule au milieu de ce qu'il reste du Liek, ses congénères ne doivent pas être très loin. J'imagine que le lieutenant l'à vu lui aussi. Il doit y avoir quelque chose qui l'a intriguée pour qu'elle vienne se mettre au milieu.

Je pose la main droite sur mon katana que je porte toujours à la ceinture, le dégainant à peine, juste suffisamment pour faire se refléter le soleil vers l'animal. Le lieutenant allait pouvoir se défouler, même si je doute qu'il sera plus sympathique après ça, peu être même au contraire...


J’espère que ça va..

Avatar de l’utilisateur
Yoji Mugen

Crédit: Fermé

Re: Les rives du Liek

Messagepar Neythen N. » 06 Juin 2012, 17:02

Oui nickel, t'inquiète, on va se faire un pot pourri de nos idées :mdr:


Haine haussa un sourcil contrarié, ce qui ne donna pas grand chose sur sa tête de type pas content.

« J'me fous d'savoir qu'vous m'respectez ou non, j'vous connais pas, ça va pas m'chagriner. N'empêche que y'a des règles, et qu'elles sont pas faites pour les chiens. C'est l'Escadron ici, pas la foire du slip ! Si vous voulez jouer à vot' manière allez voir chez les Rebelles ou les Braconniers si j'y suis. En attendant vous vouvoyez vos supérieurs, vos subalternes, et vous leur causez pas comme à vos potes. Qu'vous les respectiez ou non c'est pour tout l'monde pareil ! »

Non mais ces jeunes, j'te jure... Pour un peu Neythen l'aurait traité de p'tit con, mais exiger du respect et en manquer dans la même phrase, ça le faisait moyen. Jamais vu une recrue pareille. Il se croyait dans un mauvais film où ça faisait classe de rien respecter ou quoi ? En attendant, Haine shoota dans le limon sableux du Liek, envoyant une grande gerbe de sédiments brillants plus loin. Ça aurait presque pu être poétique. Reprenant sa marche en ruminant ce soudain accès de colère, il se contenta d'enfoncer ses mains dans ses poches, ses Rangers malmenant le lit poussiéreux que mère nature avait mis des années à façonner au fond de ce qui restait du fleuve : autrement dit pas grand chose. Cette histoire de fleuve qui s'assèche d'un seul coup aussi, si c'était pas débile...!

Seulement voilà, même pas le temps de penser que les mauvaises surprises s'enchaînaient. Comme quoi prier pour un peu d'action des fois, ben ça portait la poisse.

Haine s'arrêta net, mais trop tard. La Teigne venait de tourner sa sale gueule vers lui, et les deux bestioles – considérant que le lieutenant devait bien être quelque chose proche de la bestiole – se jaugèrent un moment en silence. Genre comme avant un duel, à celui qui dégainerait son arme plus vite que l'autre, chacun attentif aux mouvements de l'autre. Haine fit grincer ses dents sous la pression de sa mâchoire serrée. Avec un couteau de chasse pour seule arme, aussi affûtée que soit la lame, il n'aurait pas le temps de chatouiller son adversaire qu'il se serait déjà fait bouffer le bras... et le couteau avec ! Pour un peu il s'en serait même voulu de pas avoir pris de flingue avec lui, avant de se rappeler que les balles ricochaient sur la peau de ces saloperies. En gros s'il était toujours en vie à l'heure actuelle, c'était parce que la créature n'avait pas ses copines pour oser une attaque directe. Malheureusement elle dut arriver à la même conclusion que lui puisqu'elle ouvrit la gueule pour lancer un cri de ralliement.

« Fait chier... »

Rapidement, Neythen évalua la situation. Les rives étaient hautes, terreuses et sujettes à l'affaissement. Quelques racines de saules surgissaient parfois comme de gros asticots, à la recherche de la flotte disparue. À gauche, un cri se fit entendre, suivit de près par un autre. Ok apparemment elles étaient nombreuses. Sans se retourner – mauvaise idée face à une Teigne – Haine se décida alors à s'adresser à Yoji par-dessus son épaule. Tant pis, il le bouderait plus tard.

« Mauvaises nouvelles : on a d'la compagnie pas sympa, et on va en chier pour remonter sur l'aut' rive. Bonne nouvelle, si elles descendent elles pourront pas remonter, et on sera peinard. »

Traduit autrement, ça se jouait à un poil de cul. Le but du jeu était d'attendre qu'elles débarquent au fond du lit pour qu'à leur tour, ils sortent leurs miches de là. Elles seraient faites comme des rats... enfin des rates. Les Teignes n'avaient pas de bras... enfin si mais rien qui leur permettent de grimper. Sur ce coup là, ils avaient l'avantage. Mais y'avait quand-même un truc qui enquiquinait le lieutenant.

« Ça m'intéresse le machin qu'elle r'garde. J'l'occupe et vous prenez ou vous préférez jouer avec elle ? Vite la décision, parce que j'le sens pas le coup du ralliement. »

Alors l'objet que garde la Teigne serait une écaille de Dragon de la taille d'une pizza maxi. Pour le reste je te laisse décider si tu veux jouer au toréador... ou pas XD

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Les rives du Liek

Messagepar Yoji Mugen » 11 Juil 2012, 01:50

Le plan du lieutenant me parait bien suicidaire, mais je n'ai rien a proposer d'autre. Les teignes commençaient à arriver des deux rives, il y avait bientôt une dizaine de bestioles en face de nous. Je pris mon katana avant de répondre au lieutenant. «Je vais chercher l'objet.» Je commençais alors à me diriger vers les monstres, d'un pas lent mais assuré, moins je bougeais plus elles se jetteraient tard sur moi, enfin je crois. Une d'entre elles s'approcha doucement, intriguée de me voir. D'un mouvement reflex je lui donna un coup de katana sur le dessus de la tête. Un son creux se faisait entendre mais ma lame de pénétra pas ses écailles. Mais t'as rien dans le crâne ?! Je frappais à nouveau mais ce coup là au niveau de sa gorge, les écailles étaient plus fine et donc plus simple à traverser. Mon sabre entama un peu le cuir de la bête et quelques goûte de sang tombèrent sur la lame blanche.

Le combat n'allait pas être simple, je me mis à courir en direction de l'objet brillant, l'animal blesser se mit en chasse derrière moi. J'esquivais les mâchoires acérées d'une teigne ainsi que les griffes pointues d'une autre. Je ne pouvais pas me retourner une fois arrivé à ce stade, je ne devais pas non plus m’arrêter sous peine de mort certaine. Je fonçais simplement devant moi, donnant des coup de lame lorsque c'était utile, blessant ainsi la queue d'un des monstres et touchant aussi la patte d'un autre. J'arrivais enfin prés de l'objet, sans blessures. Une des teignes me bloqua le passage et se mit à sprinter vers moi. Je pris appuie sur mon pied droit afin de me décaler au dernier moment, mis mon katana en bloque sur la droite pour pouvoir esquiver l'animal ivre de sang. La bête réussit à me griffer profondément la main qui tenait le plat de la lame. La douleur restait supportable mais le choc me fit lâcher prise et me déséquilibrai mais je continuais à courir en direction de l'objet brillant que je récupère sans m’arrêter.

En suivant le plan du lieutenant, je me dirigeais vers le bord du fleuve, tentant éperdument de monter. Apres plusieurs tentatives j'avais deux teignes au cul, et littéralement. L'une d'elles réussit à me mordre le... Enfin je vous passe les détails. Je mimais de rengainer mon arme dans mon dos, sous le coup de la teigne puis je ramenai ma lame pour lui trancher la gorge, la peau ainsi que les écailles étant plus fines à cet endroit. Je sentis que l'animal perdait en force, le sang coulant à flot sur la terre asséchée du bord du Liek, il se vidait de son sang. Le deuxième, abruti par l'odeur, s’arrêta net de s'acharner à vouloir me mordre. Il trouva plus intéressant de s'occuper de son semblable ce qui me laissai le champs libre pour grimper. Une fois en haut j'attendais le lieutenant Haine qui s'occupait lui même de quelque teingnes acharnées.

Avatar de l’utilisateur
Yoji Mugen

Crédit: Fermé

Re: Les rives du Liek

Messagepar Neythen N. » 11 Juil 2012, 15:05

Le p'tit sous-lieutenant préférait donc aller à la pêche aux indices. Tant mieux, parce que Haine et ses cent kilos de ferraille ne se sentait pas de piquer un sprint jusqu'à l'objet mystère. Crapahuter dans la boue à s'en bousiller les articulations, très peu pour lui. Autant que Mugen s'y colle avec son poids plume.

Faisant jouer ses épaules quelques instants, Neythen laissa son subalterne lui passer devant, prêt à jouer les toréadors le temps de faire diversion. Sauf qu'il eut pas le temps.

Mugen avançait d'un pas déterminé. Suffisamment pour intriguer celle qui lui barrait la route, et qui le regarda passer l'air de rien avant de s'avancer pour lui goûter les miches. Résultat, le militaire lui remis les idée en place à grand coup de katana, faisant hausser un sourcil à Haine resté en retrait. Dans le genre provocation, autant agiter une cape rouge sous le nez d'un Kordatt ! Le résultat ne se fit pas attendre, et une première Teigne brava le dénivelé de la rive jusqu'au lit pour prêter patte forte à sa copine, rapidement imitée par la harde entière. Leurs griffes acérées arrachèrent la terre et certains se cassèrent la gueule en cours de route, descendant plus vite que prévu. On aurait dit un essaim de pingouins jouant au toboggan, sauf que là, ça prêtait beaucoup moins à sourire quand on connaissait les bestioles.

Yoji s'était mis à courir. Bonne initiative. Haine, lui, porta ses doigts à la bouche pour siffler aussi fort qu'il pu, attirant l'attention des reptiles sur lui. Et là bizarrement, de voir autant de paires d'yeux braquées sur lui, il le sentit moyen le coup de la diversion. Dans le genre il aurait mieux fait de rester chez lui... sauf qu'il avait pas de chez lui.

« Allez les filles, par ici les autographes ! »

Pour un peu il en aurait presque relevé ses manches, mais autant éviter de trop allécher ses groupies du moment. On savait jamais avec les fans hystériques, ça devenait dingue à peine on montrait trois centimètres carrés de son corps viril. Bref. En attendant, les Teignes venaient de se trouver un nouveau jouet, lâchant un peu la grappe au sous-lieutenant en plein remake de Forest Gump. Sans les lâcher des yeux, Haine recula prudemment - ou lâchement, on s'en fout - et se rapprocha de la rive. Détourner l'attention sur lui, ok. Les affronter à mains nues par contre, il laissait ça aux suicidaires. Sortant son couteau de chasse au cas où, il continua sa trajectoire, ses adversaires avançant face à lui têtes basses, prêtes à charger et à le dépecer comme une vache qui rit.

Ce que foutait Mugen à ce moment là ? Aucune idée. Là si ça embêtait pas trop la galerie, Haine s'occupait de ses propres miches dont l'intégrité se retrouva menacée lorsque l'un des reptiles fonça sur lui comme un Winghox en furie. Génial ! Il aurait pas pu avoir une journée normale, pour une fois ? Cours théorique numéro un : pas la peine d'espérer entailler le cuir de ces saloperies avec son canif. M'enfin bon, il allait pas se laisser bouffer tout cru non-plus hein ! Reculant juste une jambe pour prendre un appui incertain dans le limon, Haine arma son coup en faisant pivoter le haut de son corps, épaule en arrière, la garde de son couteau serrée dans sa main. Et son poing s'abattit en une patate magistrale sur la gueule de sa groupie téméraire. Les deux grognèrent de douleur en même temps. L'un lorsque ses phalanges craquèrent, l'autre lorsque la lame du couteau, en prolongement de l'avant-bras de l'Élite, vint lui faire un détartrage complet des carnassières. Forcément, une gerbe de sang gicla sans qu'on sache à qui elle appartenait, et le couinement que poussa la Teigne intrigua ses copines restées en retrait.

C'était le moment de courir vite et de grimper comme un singe. Problème : un singe de cent kilos, ça se rapproche plus du gorille... et les gorilles, ça grimpe pas aux arbres ! Sauf que c'était un peu con de pas y avoir pensé avant. Pour gagner du temps, Haine chassa les jambes du pot de colle qui revenait à la charge, grimaçant lorsque les griffes de ses bras ridicules lui entaillèrent les hanches, faisant céder sa ceinture. Cette manie des fans de foutre leur idole à poil ! Grognant du déséquilibre, il profita que son assaillante soit trop près pour planter son couteau dans une orbite au hasard. La lame ricocha sur l'arcade avant de s'enfoncer jusqu'à la garde dans le crane de l'animal qui poussa un hurlement à peine plus strident que celui des ados devant leur star de la pop préféré, faisant grincer les dents de Haine. En représailles, sa gueule se referma sur le bras gauche imprudemment laissé à porté dents, arrachant un cri de douleur en même temps que la peau de son propriétaire, et attisant l'excitation des autres restées en retrait.

Les autres qui venaient manifestement de décider d'un commun accord que c'était bien joli d'observer de loin, mais que c'était quand-même très chiant. Alors d'un coup, le groupe de cinq chargea en ouvrant leurs gueules puissantes, faisant conclure à notre Élite qu'il était temps de se tirer vite fait.

Trop près, trop rapides, trop bestiales, les reptiles se foutaient bien de leur sort là où N. commençait sérieusement à flipper du sien. En désespoir de cause, il fit pivoter son arme en s'y cramponnant comme un forcené, et tira sur son bras comme un dément pour le récupérer. Résultat : la Teigne dû desserrer la mâchoire pour hurler et il récupéra son bras en lambeaux, la chair à vif, un bout de muscle en moins, une jolie vue sur ses tendons et sur le métal de son ulna. Et comme c'était pas vraiment le moment de tourner de l’œil, il recula d'un bond pour échapper à une seconde tentative de sa victime de se venger en lui bouffant la moitié de ce qui lui passerait sous le nez. Coup de bol dans sa poisse, la borgne secouait la tête comme pour se débarrasser de la douleur et attaqua l'une de ses semblables arrivée à proximité sous le coup de la colère. Haine en profita pour reculer encore, jusqu'à sentir le dénivelé du sol sous ses pas.

Mais les quatre autres contournèrent les deux hystériques occupées à s'entretuer et fondirent sur lui sans le quitter des yeux. Laissant tomber toutes les théories apprises sur ces saloperies, Neythen tendit son seul bras valide en grimaçant de douleur. À la vitesse à laquelle il se faisait charger, valait mieux pour lui qu'il réfléchisse vite et bien. Et tout ce qu'il trouva pour les éloigner avant de se faire littéralement bouffer fut de leur envoyer une décharge électrique à bout de bras. S'agissant un peu de sauver ses fesses, il envoya tout ce qu'il eut le temps de concentrer dans un laps de temps trop court, autrement dit pas grand chose, mais suffisamment pour scotcher le groupe sur place. Surprises et sonnées, pas le temps de se poser la question. Le couteau retrouva son fourreau et Haine fit volte-face histoire d'affronter la rive à remonter.

Avec un seul bras, ça allait être tendu, mais quand on risque d'y laisser sa peau, on fait avec sans se poser de question.

Chopant une racine qui dépassait comme par hasard à sa hauteur, il tira d'un seul bras, l'adrénaline l'aidant à hisser sa ferraille. Ses Rangers glissaient pourtant, faisant s'ébouler la boue de la rive et lui donnant l'impression de courir sur place comme un con. Ce qui était un peu le cas. Trouvant un appui à peu près stable au bout d'un moment, il lâcha vivement sa prise pour aller la récupérer plus haut et tira encore comme un bourrin. Il aurait déraciné ce foutu arbre juste en se servant de ses branches souterraines comme barreaux d'échelle, mais rien à foutre, pas moyen de finir en steak pour une bande de pseudos raptors ! La trouille aux fesses, il cala son pied dans le pli d'une racine et parvint à monter d'un mètre de plus, jusqu'à ce qu'il sente une douleur fulgurante lui enserrer la cheville.

Serrant les doigts sur sa prise et les dents pour pas lâcher, la jambe droite en appuie soutenant son poids plus celui du poisson qui venait de mordre, il baissa le menton. Une Teigne avait réussi à lui saisir un pied. Elle le tenait du bout des incisives et refusait obstinément de desserrer la mâchoire pour tenter une meilleure prise, se pattes arrières grattant la terre alors qu'elle essayait de monter derrière lui. Sans blague ? Dans ses rêves. Haine secoua la jambe. C'était comme jouer avec un clébard qui veut pas vous rendre son jouet. En plus douloureux, parce que mine de rien bout des dents ou pas, elles étaient acérées !

« Lâche ça ! Une comparse tentait de sauter pour avoir sa part, mais glissait dans la boue et se vautrait sur les autres. RAAAH MAIS MERDE !!! »

Et pour ponctuer sa phrase, il secoua tellement la jambe - il devait vraiment avoir l'air d'un abruti - que la Teigne fini par lâcher prise ; et lui failli se casser la gueule, déséquilibré par le contrepoids subit. Calant une racine sous son menton histoire de se tenir avec les moyens du bord, il continua sa progression en allant chercher une prise un peu plus haut, remontant lentement mais sûrement sur la rive pendant que ses groupies hurlaient de rage en bas. Et sans chercher à avoir l'air fier, il rampa dans l'herbe pour s'éloigner du bord et roula sur le dos. Les tendons et os métalliques de son bras à vif, il haletait faute de mieux. On faisait ce qu'on pouvait pour pas chialer de douleur, hein.

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Les rives du Liek

Messagepar Archélas Ages » 11 Mar 2013, 02:40

Précédemment : Se jeter dans la gueule des Protéus
*°*°*°*°*°*°*°*°*

Leur traversée du marais fut aussi silencieuse que... courte...! Forcément, filer droit devant sans s'arrêter prenait beaucoup moins de temps que lorsqu'ils avaient dû avancer à tâtons en suivant le signal de cette fichue balise de détresse. Le fait qu'ils n'aient pas été victimes de sortilèges idiots, n'aient pas fait le moindre bruit et par conséquent, pas attiré le moindre prédateur sur eux jouait également. C'est donc soulagé qu'Archélas découvrit les premières mottes d'herbes fraîches, et l'étendue des plaines à perte de vue. Poussant un soupir de soulagement, le soldat se retourna vers l'Anticus dont le poitrail était couvert d'écume blanchâtre. La chaleur combinée aux efforts qu'ils devait fournir pour se déplacer le faisait transpirer à l'excès.

« J'en connais un autre qui ne rechignerait pas à un peu d'eau fraîche... et propre... » Ajouta-t-il en découvrant l'état des plaies de l'animal.

Machinalement, il baissa le regard sur ses propres jambes et grimaça d'y voir toutes sortes de débris végétaux collés par la transpiration et la lymphe. Jetant un coup d'œil vers l'Élite, il lui demanda une pause et siffla sa jument le plus fort qu'il put.

« Nemesis ne doit pas être loin. À vrai dire, je ne pense pas qu'elle se sera éloignée beaucoup du Liek. Même à sec, il reste le seul point d'eau des environs. Nous devons le remonter pour atteindre la Basse-Ville de toute façon. »

Se dirigeant vers la monture du lieutenant, il fouilla ses fontes afin d'en sortir quelques baies d'Argus qu'il fit avaler à son Anticus. Ce dernier les dévora sans rechigner, trop heureux de se désaltérer, et Archélas attendit que les fruits fassent effet pour se remettre en route. Nemesis les rejoignit en moins d'une heure, hennissant de loin lorsqu'elle reconnut son cavalier - ou son maître pourrait-on dire dans son cas, car la jument avait passé tant d'années en compagnie du soldat qu'elle lui était aussi fidèle qu'un chien. Ils ne s'arrêtèrent qu'en début d'après-midi pour prendre un repas. Retrouvant ses vieux réflexes, le lieutenant abattit un lièvre rouge du premier coup, et s'ils perdirent du temps à démarrer un feu pour cuire la viande, cette petite halte leur redonna de l'entrain.

À cheval pour l'un, et à dos d'Anticus pour l'autre, le reste du voyage fut beaucoup plus rapide malgré les difficultés de l'animal blessé dont le postérieur ne semblait plus en mesure de supporter son poids. Tant et si bien qu'en fin de soirée, la fatigue les incita à envisager un nouvel arrêt sur les rives du Liek toujours à sec.

« Je suis désolé, ce n'est pas encore aujourd'hui que vous pourrez vous baigner dans une eau de rêve. » Commenta Archélas en désignant le lit au fond duquel un filet d'eau ridicule ruisselet péniblement.

Mais tout à coup, son regard s'arrêta sur une ombre dans l'obscurité. Plissant les yeux comme si cela pouvait l'aider à mieux y voir, il se mit à détailler le paysage plus attentivement.

« C'est une maison...? »

Difficile d'en juger à cette distance, aussi le jeune homme proposa de se rapprocher. Au bout d'une dizaine de minutes de marche, sa première impression se confirma. Il y avait bien une maison, entourée d'un pré où broutaient tant bien que mal un petit cheptel d'une vingtaine de moutons. Un vieil homme était d'ailleurs appuyé sur l'une des barrières et observait les nouveaux venus d'un regard inquisiteur.

« Bonsoir. Leur lança-t-il d'un air suspicieux lorsqu'ils furent à sa hauteur.
_ Bonsoir monsieur.
_ Vous v'nez pour le Liek, vous aussi ?
_ Pour le Liek ?
Répéta Archélas sans comprendre.
_ Ouais, il est à sec. Vous êtes vachement en retard, vos collègues ils sont partis depuis un bout de temps déjà. D'ailleurs le grand baraqué il était pas très poli... » Leur reprocha-t-il en crachant par terre.

Hésitant sur l'attitude à adopter, Archélas se retourna vers Shell comme pour lui demander secours. L'idée de se faire inviter chez cet homme le tentait. Un repas chaud, une bassine d'eau propre pour se nettoyer, il ne demandait rien de mieux... malheureusement, le vieil homme n'avait pas l'air décidé à leur proposer la moindre hospitalité. En fait, il leur demanda même de se dépêcher, insistant sur le fait que ses bêtes avaient besoin d'eau pour vivre... et que lui et sa femme aussi, accessoirement.

« Ils sont allés vers le nord ouest, ça fait bien trois quatre heures maintenant. Je ne sais pas ce qu'ils font, mais en attendant le Liek, il est toujours à sec... alors bon, si vous pouviez vous dépêcher de les rejoindre pour leur prêter main forte, tout ça. »

Et d'un mouvement du menton, il désigna la rive du Liek l'air de les inviter à continuer sans s'arrêter.

À quelques kilomètres à peine, un certain Yoji Mungen avait, dans la bousculade de sa mission, activé par erreur sa balise de détresse. Résultat, le Sea Stallion de l'Escadron était venu le récupérer. Mais une autre Élite du nom de Neythen N. avait pour sa part refusé de monter à bord, prétextant que la mission n'était pas finie. Sa grossièreté aidant, il avait donc été laissé sur place, sans savoir que deux autres soldats étaient sur le point de le rejoindre.

Car, encouragé par le vieillard qui ne souhaitait rien de moins que les voir déguerpir de ses terres, Archélas et Shell avaient repris leur route.

*°*°*°*°*°*°*°*°*
La suite : Retrouvailles et scènes de ménage

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Les rives du Liek

Messagepar Shell Covald » 11 Mar 2013, 03:30

La sortie des marais avait de quoi faire du bien au moral, même si Shell n'était pas du genre à déprimer. Elle appréciait seulement de se retrouver à ciel ouvert, même si elle aurait également aimé bifurquer vers l'Est pour filer à l'océan histoire de prendre un bain. Mais non, il était préférable de remonter pour retourner à la Basse Ville, bien que leurs chemins risquaient de se séparer bien avant.

Elle avait manifesté à voix haute son souhait de prendre un bon bain, il est vrai que contrairement au soldat, elle était bien plus habituée à avoir un minimum d'hygiène que lui qui ne devait pas souvent prendre de bain. À sa connaissance, les hommes de Païlandune ne se lavaient que dans des petits bacs remplis d'eau froide avec un peu de savon noir quand ils pouvaient s'en offrir! Donc le soldat ne devait pas trop être en manque de ce côté là. Il vint cependant faire remarquer que son anticus semblait avoir les mêmes désirs qu'elle, ce qui la fit sourire légèrement avant de se remettre en route. Il avait sifflé son cheval, mais il lui fallait du temps pour arriver et allaient donc continuer un peu à pied.

Par la suite, Shell avait pu grimper sur le dos de sa monture, gardant l'autre derrière elle qui trainait de la patte avec difficulté, bien qu'encouragée par quelques baies d'argus supplémentaires! Le problème était que forcément, il ne marchait plus très droit et semblait parfois suivre un anticus imaginaire à droite de celui que la mechanimae montait. Au bout de nombreuses heures - du moins c'était l'impression que cela lui donnait - et après une halte pour manger un lièvre rôti sur un feu improvisé, le duo tomba sur une petite maison qui semblait être du genre de celles que l'on trouvait à Banba. Une petite bicoque sans grande importance avec quelques moutons qui devaient vaguement servir à avoir du lait de brebis frais et peut être un peu de viande de temps en temps. En tout cas, le fermier ne semblait pas des plus ravis de les voir, et en baissant les yeux sur l'écusson de la jeune femme - bien visible malgré la boue et l'état déplorable général de ses vêtements - il mentionna qu'ils étaient en retard car d'autres soldats étaient passés avant pour chercher la raison pour laquelle le Liek était encore à sec.

Se tournant vers la direction signalée, la jeune femme se rendit compte que le fermier les invitait à s'y rendre, et c'est donc sans le moindre remerciement qu'elle s'éloigna pour gagner l'endroit où pouvait se trouver un autre membre de l'Escadron. Mais avant, elle s'arrêta en cours de route et se tourna vers Archélas

«Nos chemins se séparent ici, Archélas Ages...» elle lui tendit alors sa main mécanique pour qu'il puisse la lui serrer s'il le souhaitait «nous sommes en train de remonter bien trop vers l'Ouest. Vous devriez partir vers le Nord pour retrouver votre femme comme nous l'avions convenu.» elle lui fit alors un léger sourire avec un hochement de tête «retrouvons nous dans deux semaines à la taverne des ghettos comme convenu.»

Deux semaines. Elle espérait que ça lui laisserait le temps de retrouver son épouse et d'en profiter un peu pour se soigner et simplement apprécier ces vacances. De son côté, cela lui laisserait le temps s'assurer qu'elle était en bonne santé et si elle avait besoin de soins particuliers, lui laisser le temps de s'en remettre. Le rendez-vous était donc pris, et elle le regarda s'éloigner encore un peu avant de se tourner vers son anticus blessé. Il lui avait laissé des baies pour le cas où il en ait besoin, mais ses réserves d'eau et de nourriture avaient bien diminué. En se rationnant, elle pourrait tenir deux jours tout au plus. Elle risquait de devoir activer sa balise de détresse si jamais elle n'avait pas le choix, mais elle ignorait si le vaisseau pourrait embarquer ses deux montures en même temps.

Au bout d'un moment, son regard se porta sur une sorte de poussière avec un arbre. En activant la vision de son œil en zoomant, elle remarqua des teignes qui semblaient s'acharner à vouloir grimper de l'autre côté de la rive, mais le fleuve étant à sec, elles ne faisaient que glisser immanquablement contre la paroi. Son regard se porta alors sur une autre forme, allongée dans l'herbe sèche et un éclat métallique attira son attention. Un homme se tenait étendu là, et son bras semblait en métal? De là où elle était, elle ne pouvait pas voir les détails non plus et ne comprit pas qu'il s'agissait d'un bras lacéré où «l'os» apparaissait après avoir perdu toute chair autour. Mais c'était suffisant pour que la jeune femme estime qu'il devait s'agir du soldat de l'Escadron en question.

Les teignes étaient encore loin et son anticus était bien assez souple et rapide pour traverser sans encombre. Elle le fit donc tourner et s'engouffra dans le lit à sec du fleuve, le pauvre animal boiteux derrière elle avait tout de même plus de mal, mais ses jambes fines et dépourvues de poids supplémentaires purent s'enfoncer facilement dans la terre boueuse pour se retrouver de l'autre côté, il eut même plus de facilité que la monture de la mechanimae qui devait donc la supporter elle en plus, mais finalement elle avait atteint l'autre côté.

Elle se remit donc en route pour se rapprocher du soldat, elle s'approcha de telle sorte que sa silhouette cache le soleil couchant et ainsi projeter une certaine ombre sur l'homme à terre.

«Lieutenant Shell C. Armée de l'air de l'Escadron.» un salut simple mais efficace. Elle finit par mettre pied à terre sans pour autant se mettre à genoux pour voir s'il avait besoin d'aide. L'état dans lequel elle se trouvait laisserait clairement penser à cet homme qu'elle n'était pas le genre de femmelette qui se laisserait impressionner par le groupe de teignes qui continuaient à claquer des dents. D'ailleurs, elle eut une petite idée histoire de les faire taire. Archélas lui avait laissé suffisamment de baies d'argus pour soûler tout un régiment, aussi elle en prit une poignée et commença à viser les gueule béante des créatures reptiliennes pour les leur faire gober. Au bout d'un moment, on pouvait voir qu'elles se sentaient perturbées par l'alcool qui s'engouffrait dans leur organisme à sang froid et commencèrent donc à se bouffer les unes des autres. Voilà qui risquait de les occuper un moment. Elle se tourna donc vers Neythen, n'affichant pas le moindre sourire qui dirait qu'elle se moquerait de lui, mais son était laissait tout de même à désirer

«Besoin d'aide?» elle savait prendre un certain risque à le lui proposer. Les hommes en général n'aiment pas vraiment se voir redevables envers une femme, et ce type semblait bien être le genre de bourrin qui préférerait crever la bouche ouverte que de demander de l'aide.

Avatar de l’utilisateur
Shell Covald
Mechanima

Crédit: 445.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Élite de l'Escadron (lieutenant)
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Ghost in the Shell by ROSSJCBR

Re: Les rives du Liek

Messagepar Neythen N. » 11 Mar 2013, 16:19

Vautré sur le dos comme une tortue, Haine reprenait son souffle après le départ du Sea Stallion qui venait d'embarquer son pote sous-lieutenant. Des deux c'était pourtant lui le plus amoché, mais aussi le plus tête brûlée, et comme un âne buté il avait refusé d'être héliporté. Résultat, il se retrouvait tout seul sur la rive, à serrer les dents comme si ça allait l'aider à avoir moins mal. Et cette foutue chaleur qui l'écrasait, sérieusement... il faudrait qu'on lui explique un jour pourquoi il se tapait les missions les plus tordues de Nideyle. Entre une Aberration totalement hystérique dans les sous-sols d'Ephtéria et une armée de Teignes en mal d'amour, il était décidément gâté !

Ses paupières s'entrouvrirent à peine, cherchant à travers les rayons du soleil la provenance d'un bruit d'approche. Parce que mine de rien, dans sa position de cadavre là, il avait les oreilles pile poil en contact avec le sol. Même que ça faisait comme les indiens dans les séries télé, et qu'il entendait l'approche de Coquillage-aux-yeux-d'aigle, jusqu'à ce que son corps vienne lui faire un peu d'ombre. Sympa le parasol.

« N. Répondit-il avec toute l'amabilité dont il était dépourvu. Si vous avez du sparadrap, c'est pas d'refus... »

Il desserra provisoirement la main avec laquelle il freinait l’hémorragie de son bras, laissant apparaître une plaie béante avec vue sur son radius métallique. Bonne nouvelle pour lui, les renforts avaient un nom de code Mechanima. Au moins une qui le ferait pas chier à cause de ça. Entre Mechanima, on s'comprenait, hein ? En attendant, il resserra ses doigts, parce que mine de rien, il commençait à voir tellement de chandelles qu'il pouvait même plus les compter. M'enfin bon, comme c'était un mec, un vrai de vrai avec le caractère de merde et les poils qui vont avec, il se redressa tant bien que mal jusqu'à se mettre assis.

N'empêche, elle tournait vachement vite Nideyle, et c'était pas évident de la suivre des fois.

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Les rives du Liek

Messagepar Shell Covald » 11 Mar 2013, 19:02

Pas de bol pour ce type, elle n'avait pas gardé avec elle le kit de suture d'Archélas, probablement que cela lui aurait été utile ici, heureusement, il lui restait sa chemise, et comme elle avait encore la pélerine d'axo, elle allait pouvoir s'en servir pour lui faire un bandage de fortune.

«Je vais voir pour vous bricoler ça» elle se recula d'un pas pour ne pas être trop dans le champ de vision de l'homme. Si elle n'était pas pudique, elle n'en était pas au point de se mettre nue devant lui non plus. N.. ce n'était pas suffisant pour qu'elle puisse faire le rapprochement avec la balise dans son sac puisqu'il n'était pas le seul à porter cette lettre comme symbole mechanimae, aussi elle lui tourna le dos et déboutonna d'un geste vif ce qu'il restait de sa chemise avant d'enfiler la pélerine d'axo. Puis elle vint poser un genou à terre et sortit sa gourde à moitié pleine et trempa donc un pan du vêtement qu'elle avait déchiré en une large bande, puis elle prit deux ou trois baies d'argus, si elles étaient source d'alcool, elles pourraient peut être désinfecter un peu la plaie, aussi elle les écrasa de sa main d'acier afin d'en extraire le jus qui imbiba le tissu. «Ça va peut être piquer, ou brûler.» en réalité, elle n'avait pas la moindre idée de l'effet que ça pouvait faire, mais de toute manière, au point où il en était, il risquait de s'en foutre totalement du moment qu'il gardait l'usage de son bras. Avec un peu d'eau et cet alcool sucré, elle avait l'impression déjà que la chair à vif blanchissait, signe tout de même d'une certaine cicatrisation. Il allait avoir besoin d'être correctement soigné et recousu, mais peut être pourraient-ils demander quelque chose aux habitants de la ferme un peu plus loin.

Elle utilisa ensuite le même morceau de tissu pour enrouler l'avant-bras du soldat avant de lui tendre la gourde

«Vous devriez boire un peu. J'ai des baies d'argus si vous préférez. Il semblerait que ce soient des baies alcoolisées» il avait du s'en douter en sentant le piquant de l'alcool sur sa plaie, mais peu importe elle lui précisait désormais que c'était comestible. Elle gardait un genou à terre mais sans le toucher pour autant, il semblait avoir le tournis mais elle voyait bien qu'il n'était pas le genre d'homme à avoir besoin d'être materné aussi elle attendrait même qu'il se casse la gueule avant de voir s'il pouvait se relever tout seul plutôt que d'amortir sa chute.

«Les habitants de la ferme un peu plus loin m'ont dit que vous étiez deux. Est-ce que votre compagnon d'armes s'est fait dévorer par les teignes?» elle avait du louper l'hélicoptère de peu, probablement pendant qu'elle disait au revoir à Archélas car ce genre d'appareils se voyait tout de même de loin. Mais pour l'heure, elle jeta un coup d'œil sur les teignes totalement bourrées, elles ne semblaient pas trop tenir l'alcool visiblement car déjà deux d'entre elles avaient fini par se faire tuer par leurs congénères. Avec les deux qui s'étaient déjà entre tuées avant qu'elle n'arrive et ces deux là, il ne restait plus que deux teignes qui se tenaient juste en bas, la tête dodelinant comme si elles étaient sur le point de s'endormir, mais la jeune femme ne remarquait nul uniforme, pas de botte ou même une arme qui prouverait qu'elles avaient dévoré un homme juste avant. Elle laissa tout de même le choix de N de répondre ou non à sa question avant de savoir ce qu'il foutait là. Visiblement il cherchait la raison pour laquelle le Liek était asséché, mais il était encore bien loin de l'amont pour trouver l'origine du problème non?

Avatar de l’utilisateur
Shell Covald
Mechanima

Crédit: 445.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Élite de l'Escadron (lieutenant)
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Ghost in the Shell by ROSSJCBR

Re: Les rives du Liek

Messagepar Neythen N. » 12 Mar 2013, 01:32

Fantastique, une bricol'girl ! Y'avait plus qu'à espérer qu'elle aurait une agrafeuse avec elle. En attendant, le lieutenant se décida à baisser les yeux sur le carnage. Ça s'appelait pas des Teignes pour rien ces bestiaux, n'empêche. Serrant les dents lorsque sa copine mécanique vint lui appliquer une compresse façon Robinson Crusoé, il fut limite déçu de ne pas prendre aussi cher qu'il l'avait imaginé. D'un autre côté, avec le bras ouvert comme une clémentine, il ne sentait plus grand chose là.

« Vaut mieux pas que j'sois bourré, j'suis déjà assez grossier en étant sobre... »

Sa manière à lui de refuser poliment les baies d'Argus. Il jeta un coup d'œil aux deux Anticus. C'était vraiment pas de bol, avec ses deux cents kilos c'était râpé pour monter dessus. Et en prime, y'en avait manifestement un en presque plus sale état que lui.

« Y'avait Yoji Mugen, mais il a activé sa balise de détresse dans la bousculade avec ses groupies. Il a été héliporté. J'crois qu'il supportait déjà pu mon caractère. Entre sourire et douleur, il en fut quitte pour rien de mieux qu'une grimace moche. Vous avez un truc de prévu là tout d'suite ? »

Non pas qu'il soit trop petit pour se promener tout seul sans adulte, mais une mission qui s'annonçait aussi chiante, avec un bras en moins, c'était tout de suite vachement moins drôle que prévu.

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Les rives du Liek

Messagepar Shell Covald » 12 Mar 2013, 11:53

Debout, les bras croisés devant elle, la jeune femme analysait la situation. Un soldat qui déserte une mission en cours? S'il appartient bien à l'Escadron, il risque de se faire sacrément réprimander, sauf s'il était dans un état suffisamment critique pour avoir eu besoin d'être évacué, mais visiblement, si elle comprenait la façon dont en parlait ce N, il avait plutôt décidé de laisser tomber à cause de son caractère exécrable. Décidément, certaines recrues n'ont aucun sens du travail bien fait. Peu importe qui fait la mission avec vous, il convient de la faire, point.

Il lui demanda alors si elle avait quelque chose de prévu pour l'heure et elle tourna les yeux dans la direction de la Basse Ville avant de jeter un œil sur son PDA

«Je dois retourner dans les Ghettos dans deux semaines. Je suis en mission pour retrouver les balises de détresse perdues par d'autres membres de l'Escadron. Je suis actuellement en possession de celles de Neythen N. et de Cole A.» la dernière étant celle récupérée sur le proteus «il m'en reste encore une à trouver loin vers l'Est, mais mon compagnon de route a décidé de prendre un peu de repos, notre dernière étape, comme vous pouvez le constater, n'était pas des plus reposantes.»

Il n'y avait qu'à voir son état après tout pour s'en rendre compte. Elle rangea son PDA avant de baisser les yeux sur ce N. «Donc si votre mission doit prendre moins de deux semaines, je suis votre homme.» habituée à parler ainsi, c'était plus simple et moins ambigu que de dire «je suis votre femme», et au moins ce N comprendrait qu'elle n'avait pas froid aux yeux et se fichait pas mal qu'il puisse avoir un caractère de merde. Même si Kroan avait été abandonné bébé dans un orphelinat de la Basse Ville, il restait un winghox avec un sale caractère qui avait encore du mal à être commandé par une femme. Alors ce n'était pas un mechanimae mal embouché qui allait lui faire peur.

Elle regarda donc autour d'elle, sachant déjà l'objectif de sa mission puisque le fermier le lui avait signalé. Les bras toujours croisés devant elle, c'est à peine si elle avait bougé alors que l'anticus blessé commençait peu à peu à se sentir mieux mais encore en état d'être monté, c'est sûr

«Bon, faites moi un briefing de votre situation, en dehors de votre altercation avec les teignes. Qu'avez-vous déjà appris concernant l'assèchement du fleuve?» clair, net, précis. Inutile de s'étendre en bavardages inutiles.

Avatar de l’utilisateur
Shell Covald
Mechanima

Crédit: 445.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Élite de l'Escadron (lieutenant)
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Ghost in the Shell by ROSSJCBR

Re: Les rives du Liek

Messagepar Neythen N. » 13 Mar 2013, 03:18

Haine haussa un sourcil en entendant son nom, et jeta un regard incrédule à miss dame de fer. C'était bien la première fois qu'on lui faisait le coup de pas le connaître. Pour le coup, ça le vexerait presque... si ça ne lui faisait des vacances, surtout.

« La 378, c'est la mienne. Neythen N., N. pour les intimes. C'te blague ! J'crois qu'j'l'ai paumée à Ephtéria. »

Souvenir, souvenir. Le coup de l'Aberration à base de squelettes de Teignes en kit, il s'en serait bien passé.

Décrétant qu'il avait assez perdu de temps à rester assis le cul dans l'herbe, le lieutenant se releva péniblement. Articulations en carton, on n'avait pas idée de mettre autant de métal dans un corps humain. Note pour plus tard : suggérer qu'on retire un Ore de sa dette chaque fois que son endosquelette le faisait grimacer. Ils feraient moins les malins au service comptable de l'Escadron, en voyant leur taux d'intérêt se ratatiner plus vite qu'une paire de burnes en plein hiver. Nouveau coup d'œil vers l'Anticus. Ouais, c'est sûr, elle avait l'air bien chiadée aussi sa mission à elle. À tous les coups c'était une Élite aussi, pour avoir hérité d'une galère pareille. En attendant...

« J'espère bien, qu'elle prendra moins de deux semaines c'te foutue mission ! À l'allure où la poisse me tombe sur la gueule, pas dit que j'tienne la route jusqu'au bout. »

C'est qu'il avait un seuil de tolérance limité, le lieutenant. Très limité même. Presque autant que la capacité émotionnelle d'un Winghox. Bref. Traînant la patte jusqu'à l'endroit où s'était trouvé le sous-lieutenant quelques minutes plus tôt, il ramassa une sorte de grand plat à tarte irisé... et pas tellement de la forme d'un plat à tarte, après réflexion. Un p'tit regard amusé vers les Teignes en bas, et N. retourna voir Shell comme un bon gros pitbull.

« Y'avait une alerte à Fléau à Ephtéria... On aurait dit une tentative pour communiquer... ou une réflexion intérieure qui serait sortie toute seule par sa bouche, pendant qu'il réfléchissait sur pourquoi Mugen s'était fait la malle. Sinon on a trouvé ça. Fit-il en brandissant l'objet qui les avait mis dans la merde quand ils avaient voulu le récupérer. Ça r'semble à une écaille... mais genre... en plus gros... On r'montait le Liek en espérant trouver c'qui coince. J'ai pas mieux. »


Donc, comme expliqué à Yoji, j'avais pensé à une maman dragon aquatique qui aurait voulu remonter sur les lieux de sa naissance comme un saumon... mais serait restée coincée dans un coude plus étroit du fleuve. Bien sûr tu peux apporter tes idées et on s'improvise une autre explication ;)
Sinon rien à voir mais j'ai édité, c'est pas un Chinhook mais un Sea Stallion qui nous a parachutés et est revenu prendre Yoji (c'est un poil plus discret quand même XD).

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Les rives du Liek

Messagepar Shell Covald » 13 Mar 2013, 11:46

Il est vrai que la jeune femme ne connaissait Neythen N. que de réputation, elle n'était pas le genre à s'amuser à mémoriser les visages de tous les membres de l'Escadron, mais il précisa où il avait perdu la sienne et la jeune femme regarda son PDA afin de voir où l'avait trouvé Archélas lorsqu'il la lui avait rendue dans les Ghettos
«Ephtéria, oui. C'est un soldat de Païlandune qui me l'a remise. Mais je dois d'abord la rendre à mes supérieurs pour qu'ils en vérifient l'état. Ils vous la remettront par la suite.» donc non, elle ne comptait pas la lui remettre sous prétexte qu'il avait un joli minois - ou pas.

Maintenant que son bras était plus ou moins rafistolé, il était question de voir si elle le seconderait ou non pour cette mission. Elle lui avait rapidement expliqué qu'elle n'avait que deux semaines devant elle, deux semaines qui auraient du servir à ce qu'elle se repose et au lieu de cela, elle se lançait dans une nouvelle mission. Mais cela ne la dérangeait pas. Shell était ce que l'on pouvait appeler un bourreau de travail, et si elle pouvait trouver un moyen de rembourser sa dette plus vite, elle ne pouvait qu'approuver. Évidemment, la dette ne serait probablement jamais remboursée, vu le prix exorbitant de tout l'équipement dont elle disposait, mais cette illusion était tout de même solidement ancrée en elle, et elle tenait à faire de son mieux pour parvenir à son objectif.

À la mention de la poisse du mechanimae, la jeune femme ne put que soupirer en regardant son propre état
«si cela peut vous rassurer, je crois que Païlandune elle-même est une source de poisse.» c'était le cas de le dire. La majorité de ses missions où elle ne pouvait pas prendre l'équipement de base de l'Escadron afin de ne pas effrayer les pouilleux du Nord se soldaient en catastrophe. Quoi que lorsqu'elle était allée enquêter sur cette brume à Aspasie, les choses ne s'étaient pas trop mal déroulées, mais ça devait bien être la seule.

Alors qu'elle essuyait un peu le sang qu'elle avait sur les mains - celui de N - il expliqua qu'une attaque du Fléau avait été signalé à Ephtéria. Flute, c'était son boulot ça, pas celui d'un sous-lieutenant qui se crapahute en laissant son co-équipier derrière lui. Mais bon, ce N. semblait être une vraie tête de mule donc pas le genre à se barrer comme ça tant qu'il n'a pas fini. Il lui montra alors un truc de la taille d'un plat, mais comme il le signalait si bien, cela ressemblait plus à une écaille qu'autre chose, et la jeune femme essaya de l'analyser avec une vision thermique mais cela semblait aussi froid que l'acier


«Quelle chose étrange. Je reviens du marais mais j'avoue que nous n'avons pas longé le Liek tout le temps, nous n'avons pas pu voir ce qui bouchait le fleuve.» elle lui rendit sa trouvaille avant de lui faire un signe de tête «Si vous êtes opérationnel, mettons nous en route. Avez-vous faim?» il lui restait plusieurs morceaux de lièvre rouge qu'Archélas avait chassé le matin même, elle ouvrit le tissu dans lequel elle les avait soigneusement rangés, après les avoir découpés en de fines tranches plus faciles à manger avec les doigts. Elle tira sur la bride de son anticus pour qu'ils prennent donc la direction inverse de celle qu'elle prenait avant d'arriver là, décidément, elle allait devoir investir dans une bonne paire de bottes si elle devait toujours marcher autant. Heureusement qu'elle n'avait qu'une jambe qui pouvait souffrir de la marche.

Une écaille de cette taille signifiait forcément que la créature à qui elle appartenait était au moins deux fois plus gros qu'un Proteus, et si déjà elle avait eu bien du mal à en venir à bout, elle espérait que ce qui l'attendait ne serait pas pire encore niveau férocité et poison. N'étant pas d'une nature bavarde, elle ne parlait pas sauf lorsque N. posait des questions, mais il semblait qu'il n'était pas non plus le genre à taper la causette, ce qui n'était pas plus mal, bien qu'il devait être justement intrigué par son comportement peu habituel chez une femme, mais au moins ça devait lui changer des cruches de la Basse Ville qui gloussaient dès qu'on leur faisait un compliment... quoi qu'il ne lui en avait pas fait non plus, mais ça n'aurait rien changé.

Avatar de l’utilisateur
Shell Covald
Mechanima

Crédit: 445.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Élite de l'Escadron (lieutenant)
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Ghost in the Shell by ROSSJCBR

Re: Les rives du Liek

Messagepar Neythen N. » 14 Mar 2013, 19:04

http://nsa34.casimages.com/img/2013/03/14/130314052248581887.jpgSans s'alarmer du fait que Shell ne veuille pas lui remettre sa balise de détresse - pour ce qu'il s'en servait de toute façon - Haine haussa quand même un sourcil intéressé lorsqu'il fut question de casser la croûte. Mine de rien, il n'avait pas mangé depuis un bout de temps. Déjà parce qu'il sentait moyen le coup de gerber son repas juste après son saut en parachute (ou pendant), et ensuite parce qu'à crapahuter comme ça avec des Teignes aux fesses, ben il avait pas trop eu l'occasion de s'arrêter pique-niquer.

À la rigueur Yoji avait failli bouffer les poings du lieutenant quand il avait commencé à le tutoyer, mais sans plus. Et puis l'utilisation qu'avait fait N. de sa magie l'avait vidé d'une bonne partie de ses forces... et en plus il était blessé... bref.

« Ah ouais, ça a l'air moins dégueû qu'mes barres en carton pâte... » Commenta-t-il en tendant la main.

La bouffe, la vraie, ça faisait partie des nombreuses raisons qui le motivait à se rendre sur le terrain. Parce que c'était pas pour dire, mais le mess de l'Escadron c'était à se demander s'ils échangeaient pas leur repas avec ceux de la SPA du coin. Et du coup si ça s'trouvait, les chiens mangeaient mieux qu'eux !

Après cette petite dégustation improvisée, donc, les deux Élites se remirent en route sans s'adresser la parole, sans que ça ne manque ou n'offusque l'un ou l'autre. Jusqu'à ce qu'au bout d'un moment, de petits couinements attirent l'attention de Neythen. En se retournant, il cru rêver de voir une délégation de Teignes complètement bourrées les suivre depuis le fond du Liek, à la queue leu leu comme les p'tits indiens, les plumes en moins. D'ailleurs, à y regarder de plus près, elles avaient pas de l'eau jusqu'aux chevilles là ?

« Il va faire nuit... J'peux continuer en vision infrarouge mais vous risquez d'vous emmerder, vous. »

C'est vrai que suivre bêtement son maî-maître dans le noir, ça n'avait rien de très folichon...

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Les rives du Liek

Messagepar Shell Covald » 14 Mar 2013, 23:35

Il est vrai que c'était toujours plus agréable de manger de la viande que des barres déshydratées, mais Shell n'était pas le genre à se soucier de ce qu'elle avalait du moment que c'était nourrissant. Elle pourrait manger tout autant des vers de terre si c'était suffisamment nutritif. Ils se remirent donc en route pour gagner l'amont du fleuve et ainsi trouver la raison pour laquelle il était bouché!

Au bout d'un moment, la nuit commençait à tomber, et Neythen expliqua alors qu'il pouvait activer une vision à infrarouge pour y voir dans le noir en signifiant qu'elle aurait du mal de son côté, évidemment, il ne pouvait pas savoir qu'elle risquait de voir encore mieux que lui

«Je dispose de trois modes de vision. Un zoom, vision infrarouge et vision thermique.» au moins maintenant, il comprenait qu'ils pouvaient très bien continuer à marcher ensembles. Elle lui montra sa joue et s'il s'approchait un tout petit peu, il verrait la fine cicatrice sous laquelle se trouve l'os artificiel de sa joue. Cependant, cela n'empêchait pas qu'ils pouvaient avoir besoin de repos, même si ce n'était pas pour tout de suite.

«De quel équipement disposez vous pour cette mission? Avez-vous pris de quoi passer la nuit?» elle désigna alors le ronçamac qui dépassait de la fonte de son anticus«je dispose de ceci. Dans la mesure où si nous devons dormir, il nous faudra faire des tours de garde, vous pourrez y dormir également si vous le souhaitez.»
Le ton n'était ni amical, ni compréhensif. Elle parlait seulement afin d'avoir un partenaire dans des conditions acceptables, il lui était hors de question de se risquer dans une mission auprès d'un mechanimae en mode automatique sous prétexte qu'il n'aura pas eu une bonne nuit de sommeil «lorsque la nuit sera totalement tombée, il nous faudra installer un campement.»

Ce qui ne saurait tarder normalement, bien qu'ils devaient avoir une ou deux heures devant eux.

Avatar de l’utilisateur
Shell Covald
Mechanima

Crédit: 445.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Élite de l'Escadron (lieutenant)
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Ghost in the Shell by ROSSJCBR

Re: Les rives du Liek

Messagepar Neythen N. » 15 Mar 2013, 00:47

« Quelle focale, le zoom ? » Demanda aussitôt Haine avec un bizarre intérêt.

On aurait dit deux geeks en train de vanter les qualités du dernier processeur à la mode. C'était cool un zoom. Pourquoi il en avait pas lui ? Quitte à avoir une dette de malade, ils auraient pu lui mettre des accessoires sympas, au lieu de s'acharner à lui foutre de la fonte à la place des os...!

« Thermique et Infrarouge, j'ai aussi. Les deux... Précisa-t-il en les montrant du doigt. Mais c'est chiant, ça disjoncte quand j'pousse ma magie. »

S'il n'y avait que ça qui partait en cacahuète quand il utilisait cette foutue électricité ! Le problème d'un endosquelette en métal, c'est qu'il y avait pas meilleur conducteur ! Résultat, ça l'avait chatouillé un peu quand il avait allumé les Teignes parce qu'il n'avait pas eu le temps de se concentrer assez pour envoyer une grosse décharge... et puis ça cramait carrément quand il balançait la sauce. Genre à Ephtéria sur cette Aberration troglodyte. Une semaine qu'il avait gardé le bras en écharpe après coup... La magie, c'était fun pour draguer les filles... mais franchement pas top pour la santé.

« J'ai juste un parachute et des vivres lyophilisées. Un mot très savant pour dire dégueulasses. J'dors par terre, j'suis trop lourd pour vot' truc. Et vu les litres de sang qu'on sème vot' bestiole et moi, faudra pas rêvasser pendant les tours de garde. Sinon j'ai un briquet. »

Utile pour allumer un feu et éloigner la plupart des bestioles peu recommandables. Sortant l'objet de sa poche d'un air de dire « ça t'épate que j'ai un jouet aussi cool », Haine laissa sa pote Mechanima s'occuper de ses montures et de son bidule-qui-dépasse-des-fontes non identifié pour plutôt aller ramasser des trucs à brûler. Ça lui faisait bizarre, cette sensation de presque s'entendre avec quelqu'un. Pour un peu ça l'aurait ému...

Enfin faut pas déconner, on parle de Haine.

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Suivante

Retourner vers Lacs, rivières et océans

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron