Les petits cailloux

Les plaines recouvrent la grande majorité du territoire Nideylien. Fertiles et verdoyantes ou au contraire arides et hostiles, elles s'étendent sans trouver d'autre barrage que les montagnes ou le désert. Par ici, si vous aimez crapahuter dans l'herbe !

Les petits cailloux

Messagepar Benedikt » 21 Mar 2014, 00:45

Benedikt devait avouer qu'il n'était pas tout à fait sûr de quel jour il s'agissait. Ils avaient filé hors des Ghettos tellement vite ; ou c'était peut-être parce qu'il était inconscient, mais lorsqu'il s'était réveillé, ils étaient déjà dans les plaines, et le jour d'après, ils était encore dans les plaines, et celui d'après, toujours dans les plaines, et ces fichues plaines ne semblaient jamais finir, immenses, désespéramment plates et herbeuses.
Allez vous cachez dans des plaines quand il y a deux arbres qui se battent en duel sur quatre kilomètres. Enfin ce n'était pas comme si le petit botaniste était en mesure de courir, de toutes manières. Marcher était déjà une affaire de pure résistance, et Benedikt avait eu de nombreuses heures pour se plaindre intérieurement de l'ironie du sort qui faisait qu'un herboriste était incapable de se soigner lui-même. Mais bien sûr, un herboriste, ça avait besoin de plantes, aussi. Et il n'avait aucune affaire avec lui excepté les vêtements qu'il portait sur lui, même pas de manteau et il pouvait s'estimer déjà heureux d'avoir des chaussures. De toutes manières, la manière dont les trois types qui le gardaient sous surveillance le traitaient n'aurait pas spécialement permis à ses blessures de guérir tranquillement, alors au final.

Le petit botaniste s'en fichait pas mal à se stade. Il était presque sûr que Vrass était mort, et Kallistrat, Alrik seul savait où il pouvait se trouver en ce moment. Bien sûr, il était quand même bien trop difficile d'admettre que Vrass pouvait ne pas avoir survécu, aussi Benedikt imaginait simplement qu'ils viendraient tous les deux le chercher, parce que c'était comme ça que ça devait se passer, et qu'il n'avait pas vraiment d'autre espoir. Il avait accepté d'emmener les trois hommes jusqu'à Wingdrakk et avait bien l'intention de le faire vraiment, parce que premièrement, c'était la seule possibilité pour que Vrass et Kallistrat le retrouve à un moment ou à un autre, et puis aussi, il avait peut-être une chance de ne pas se faire trancher en rondelle s'ils finissaient par arriver à Wingdrakk s'il n'avait pas menti. Il pourrait peut-être là-bas filer dans l'arrière-boutique de l'herboristerie, s'il en avait la possibilité. Enfin, on pouvait toujours rêver.
Une voix rauque le tira de ses pensées :
« On se fait balader par ce putain de gamin, tu vois pas ?! On va jamais arriver à une ville, c'est n'importe quoi. Il nous ralentit et il nous paume. »
« Et en plus, il bouffe dans nos rations. »
« Oh, vous m'gonflez, bordel ! Si vous avez une meilleure idée que moi, alors vous dites, mais pour l'instant, c'est lui qui peut nous conduire et sans l'indice, on est comme des cons, okay ? C'est quand même pas ma faute s'il veut pas cracher le morceau ! »
« T'as juste pas tapé assez fort, c'est tout, ouais. »
« Et ben essaye, toi, hein, et après on en discute ! Je vois pas ce que je peux faire de plus que lui mettre un couteau sous la gorge à part le zigouiller complètement, et je te signale que vu dans l'état où il est déjà, j'tape dedans, ça s'écroule. J'ai pas envie qu'il nous crève dans les pattes comme ça non plus et j'ai pas envie non plus de me balader avec un poids mort incapable de marcher ! »

Benedikt aurait bien hurlé en retour dans la conversation qui se déroulait juste à côté de lui comme s'il n'était pas là. Je fais ce que je peux avec mon manque d'orientation ! C'est pas comme si je crevais pas à moitié de faim avec ce que vous me donnez de vos rations ! Évidemment que je ne vais pas dire qu'on va à Wingdrakk alors que c'est la seule chose qui vous empêcher de me tuer ! Mais le botaniste n'avait guère envie de se prendre une nouvelle torgnole et se contenta de ne plus les écouter. Depuis le début, chaque soir, ils avaient la même discussion pour en finir au même point ; on attends encore un peu pour voir. C'était ennuyeux mais aussi un peu inquiétant ; s'ils commençaient déjà comme ça alors que cela ne faisait même pas une semaine qu'ils étaient partis, qu'est-ce que ce serait dans quelques jours ?

Le petit botaniste gigota pour essayer de trouver une position confortable pour dormir malgré ses mains attachées à un arbre – le seul à un kilomètre, bien sûr, fichues plaines -. Il y avait aussi encore la lumière du feu et les grognements des trois hommes pour le tenir éveillé, mais Benedikt était tellement épuisé qu'il s'endormirait sans peine et il le savait. En bougeant, il arracha un morceau de son pull qui s'était accroché sur une petite branche et jura dans ses moustaches, avant de se demander si c'était bien la peine de faire un plat pour ça, ses vêtements puaient autant que lui-même le sang et sa sueur et dans l'état où ils étaient...

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Les petits cailloux

Messagepar Kallistrat Rusia » 27 Mar 2014, 00:32

Désolé pour le retard, je ne savais pas trop quoi dire :$ J'espère que ça ira


Longtemps, Kallistrat était resté silencieux. Immobile dans la boutique de la picaris, il s'était contenté d'attendre que Vrass ait fini ses achats, sans vraiment comprendre de quoi il était question. D'autant moins qu'ils étaient déjà venus dans cette boutique la veille, et que le grand tatoueur avait déjà échangé ses jolies pièces contre quelque chose d'invisible. Pourquoi perdre encore du temps ici alors qu'un lionceau avait été emmené par l'ennemi ? Kallistrat pinça les narines, contrarié de ne pas comprendre autant que de ne rien faire pour voler au secours du minuscule botaniste. Son regard s'attarda pourtant sur Vrass lorsqu'il sembla se trouver mal, et qu'il déclara savoir où se rendait Baie-Nez-Dicte. Ah ? Lui avait-il dit quelque chose avant de se faire emmener ? Kallistrat était arrivé trop tard pour entendre, et son intelligence était de toute façon trop limité pour résoudre ce genre de Nez-Nigme.

Toujours fut-il que les deux fauves et le winghox quittèrent enfin la boutique du Chat-Man à la queue-leu-leu. Vrass ouvrait la marche, déterminé et sûr de lui dans les rues changeantes des Ghettos. Manifestement, il savait où il se rendait. Kallistrat et Pomporo suivaient docilement, boitant tous deux derrière lui sans s'en plaindre. Ils firent quelques détours pour rejoindre une jeune femme que chaton n'avait jamais vu mais dont il avait déjà perçu l'odeur. Les chiens avaient cette particularité de sentir un peu trop fort aux narines délicates de l'orphe lion, et cette odeur là avait été très présente chez Vrass. En fait, il se souvenait de Iza sous sa forme canine, et ses yeux entièrement noirs qui le fixaient à cet instant lui indiquèrent qui elle était. Bon. Au moins une chose qu'il était parvenu à comprendre tout seul.

Le trio se remit en route aussitôt après, et quitta les Ghettos pour s'aventurer dans les plaines. Là, Vrass fit appel à son hieras et tous deux s'élevèrent dans les airs. Kallistrat ne sut pas dire lequel de Phaëror ou du tatoueur était de plus méchante humeur... Par prudence, il prit tout de même le soin de s'éloigner un peu, sa dernière interaction avec l'oiseau ne lui ayant pas laissé un souvenir très agréable.

Chaton fit donc le reste du voyage seul en compagnie de Pomporo. Pas très bavarde, la maneki trottinait comme elle pouvait à ses côtés. Ils ne s'arrêtèrent que très brièvement sur les coups de midi, mais épuisé par son allure forcé, Kallistrat n'eut pas même le courage de chasser. Il se contenta donc de lécher ses blessures, lissant ses poils là où le sang les avaient collés. Il s'attarda également à retirer les plus gros morceaux de verre de ses paumes et de ses plantes des pieds, mais peu habile de ses mains, les plus petits lui échappèrent. Quant à son dos et ses épaules, il ne fut pas assez souple pour s'en occuper. Pomporo l'aida un peu, et lui même la recoiffa de quelques coups de langue. Puis ils se remirent en route. Ils avancèrent moins vite à mesure que la fatigue les gagnait, et le soir venu, Kallistrat se roula tout simplement en boule comme un gros chat boudeur, frustré de ne pas avoir pu mettre la patte sur le tout petit botaniste.

Avatar de l’utilisateur
Kallistrat Rusia
Orphe

Crédit: 248.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image
Métier: Garde du corps
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Kimahri Ronso (modifié) – Final Fantasy X – Square Enix

Re: Les petits cailloux

Messagepar Vrass Rannveig » 27 Mar 2014, 20:50

Combien de temps est-ce qu'on allait mettre à rattraper Benedikt? Je ne savais pas vraiment depuis combien de temps ils étaient partis, le temps qu'Erin lance son sort, que je trouve Iza, ils n'avaient probablement pas trop d'avance, mais je ne connaissais pas leurs montures, et donc pas leur vitesse de déplacement. Ensuite, il ne fallait pas oublier que nous étions tous blessés, même Phaerör qui s'était pris des éclats de verre et quelques coups dans la bagarre - et peut être même un coup de griffe de Kallistrat en passant.

Si bien que le soir venu, on ne les avait pas rattrapés. Je posais Phaerör et j'attrapais mon sac, je m'étais aussi arrêté rapidement à une boulangerie pour acheter des sandwichs, et à la boucherie pour acheter de la viande à Kallistrat. Je lui jetais un steak de la taille de ma cuisse ou presque, ne sachant pas s'il voudrait le partager avec Pomporo ou se le garder pour lui. Je les laissais gérer ça entre eux. Pour ma part, je sortais rapidement la tente et je m'apprêtais à la jeter lorsque je me souvins d'un truc... demain matin, j'allais me retrouver dans la peau d'un maneki... je soupirais alors avant de ranger correctement mon sac, puis je le tendais à Kallistrat
«Kallistrat... normalement demain, je vais être transformé. Je vais ressembler à Pomporo. Je pourrai encore parler grace à ça» - je lui montrais le bracelet KIP autour de mon poignet - «mais je ne pourrai plus porter mon sac. Tu pourras le prendre s'il te plait? Il n'est pas lourd, regarde, tu peux le mettre comme ça et même en te déplaçant à quatre pattes, il ne te gênera pas» - je le lui montrais à la manière d'un sac à dos, il a beau être costaud, les lanières sont grandes donc il pourra le mettre sans problème.

Par la suite, je venais moi aussi me pelotonner contre Pomporo. Je n'avais pas froid grace à mon tatouage, mais j'étais inquiet pour Benedikt, et sentir la présence du maneki me faisait du bien et me calmait.
http://nsm08.casimages.com/img/2014/03/21//14032112351316241212084195.pngLe lendemain matin, j'avais l'impression de dormir sur un matelas confortable, allongé sur le côté, c'était comme si je venais de dormir une journée entière alors que le soleil se levait à peine! Les animaux ont probablement moins besoin de dormir que les humains, car lorsque j'ouvre les yeux, je me rends compte que... je vois différemment? Je ne saurais dire, je tends l'oreille, le ronronnement de Pomporo me semble plus fort, tout comme les ronflements de Kallistrat et je finis par essayer de me relever. Sauf qu'au lieu d'une main appuyée sur le sol, c'est une énorme patte noire et velue qui apparaît sous mes yeux, et si j'ai un instant de panique dans un premier temps, je me rassure rapidement! Cette fois, ce n'est pas une surprise, c'était prévu!

Le KIP n'est plus à mon poignet, à la place, un petit dragon s'est posé sur ma tête - trop classe - et je me lève avant de m'ébrouer rapidement. Houla, j'ai le tournis! J'écarte les pattes pour retrouver mon équilibre alors que Pomporo se lève d'un bond et gonfle le dos en crachant!
* Du calme Pomporo, c'est moi Vrass* - l'avantage, c'est que là au moins, ça ne fait pas bizarre que le KIP se mette à feuler quand je suis sous cette apparence! Je me tourne ensuite vers Kallistrat pour parler normalement cette fois. Ça me fait bizarre de devoir lever la tête pour lui parler

«Alors? Je suis comment?» - question plutôt conne en fait, surtout que bon, on n'a pas trop de temps à perdre! Il faut qu'on se remette à la poursuite de Benedikt et de ses ravisseurs! Il me faut du temps pour m'adapter à ce corps, mais au moins, tout le monde s'est plus ou moins remis de ses blessures, et on avance déjà bien plus vite... malheureusement, ce n'est pas aujourd'hui non plus qu'on les avait rattrapés... les montagnes se rapprochaient de plus en plus, et je commençais à me dire qu'on ne pourrait les rattraper qu'une fois à Windrakk, mais dans quel état?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les petits cailloux

Messagepar Benedikt » 31 Mar 2014, 01:40

Benedikt gratta machinalement le sang séché sur sa peau. La plupart de ses blessures avaient commencé à cicatriser, mais le petit botaniste était presque sûr que l'une d'entre elles finirait forcément par s'infecter. Il ne s'était pas lavé depuis quatre jours et avait l'impression d'avoir bronzé, à voir sa peau recouverte de la poussière que soulevaient les chevaux en galopant.
Cette après-midi là, le vent était en train d'apporter de gros nuages gris dans leur direction, et Benedikt était encore partagé entre l'envie de se mettre sous l'eau et la répulsion de devoir dormir dans la boue. Ça avait l'air d'un bon orage, mais le botaniste réalisa quelque heure plus tard qu'il avait plus que raison quand le rideau de pluie fut si dense qu'on ne voyait plus à 5 mètres. Ils s'arrêtèrent peu après sous un arbre isolé, sans aucun respect des précautions contre les électrocutions, mais ce n'était pas Benedikt qui allait protester.

Ils étaient presque arrivés jusqu'aux montagnes, après avoir longés plus ou moins les forêts pourpres, ralentis par les directions hasardeuse qu'il donnait. Cela voulait aussi dire que ni Kallistrat, et surtout ni Vrass qui était peut-être enterré à cette heure-ci, n'étaient réapparus, et Benedikt commençait sérieusement à perdre espoir de les revoir un jour.
Il n'avait pas à chercher loin pour expliquer l'impression constante que ses entrailles s'était retournées, et il n'avait pas prononcé un mot depuis avant-hier, pointant seulement dans la direction où ils devaient aller quand les hommes avec qui ils voyageaient attendaient ses instructions. Ceux-là était bien content de ne plus l'entendre, et de toutes manières, le botaniste n'avait guère l'envie de se prendre une rouste de plus.

Alors que l'obscurité commençait à s'installer, pourtant, Benedikt avait abandonné pour une fois l'idée de s'endormir aussi vite que possible, fixant plutôt l'horizon déchiré par quelques rares éclairs. Le bruit était assourdissant et les chevaux effrayés pataugeaient dans la boue en tirant sur les cordes qui les retenait ; le petit botaniste essaya de s'éloigner le plus possible d'eux de peur de se faire piétiner.

Cela faisait dix minutes qu'il cherchait une idée pour réussir à défaire ses mains liées dans son dos. Benedikt n'avait pas eu de raison de vraiment essayer plus tôt quand cela ne lui aurait attiré que des ennuis, mais ce soir, entre le bruit et l'obscurité complète qui les entourait, le petit botaniste avait un soudain espoir de prendre ses dernières forces pour s'enfuir.
Peu importe que cela ne l'avançait pas vraiment de se retrouver seul loin de toutes villes, autant mourir dans les plaines qu'avec ces connards qui avaient peut-être participé à tuer la personne qu'il aimait le plus au monde, et même peut-être aussi un gros orphe lion qui avait aussi son affection.
Benedikt jeta un coup d’œil à l'un des types, le plus proche de lui. C'était celui qui lui avait chipé sa bague il y a trois jours dans l'intention de la revendre à Wingdrakk, elle ne valait probablement pas énormément mais elle était en argent. Le petit botaniste n'avait pas été très intelligent sur ce coup-là, trop démonstratif lorsqu'il avait réalisé bêtement sa présence sur son annulaire. Le temps qu'il essaye de clarifier son esprit pour envoyer un message à Vrass grâce à la magie de Sayah, la bague lovée dans ses paumes crispées, il ne l'avait déjà plus. Benedikt avait bien l'intention de la récupérer mais ajouté au fait qu'il pouvait à peine utiliser ses deux mains, ça commençait à se présenter très mal.

Le miracle se présenta sous la forme d'une pierre coupante qu'un des chevaux fit voler contre sa cuisse. On n'avait pas encore pris la peine de l'attacher à un tronc comme ils étaient encore en train de râler sur l'état de la situation, et Benedikt tâcha de la récupérer et de découper les liens aussi vite qu'il pouvait, mais garda ses mains cachées dans son dos par précaution. Maintenant, deuxième étape, sa bague, et troisième étape si possible, récupérer une arme quelconque parce que cela serait forcément utile.
La troisième étape vint finalement avant la deuxième, parce qu'il repéra l'éclat du poignard facilement accessible de celui à côté de lui. Benedikt se jeta sur lui pour le prendre sans lui laisser le temps de réagir et attrapa la bague en argent qui pendait sur sa poitrine pour découper le fil de cuir qui la retenait. Malheureusement, la réaction ne mit pas longtemps à arriver, et le botaniste se retrouva violemment plaqué par terre.
« Espèce de fils de pute ! Qu'est-ce que tu crois que tu fais ?! » hurla l'homme, alertant les deux autres qui se retournèrent brusquement.
Plus le temps pour réfléchir. Le botaniste serra le poignard resté dans sa main pour le planter dans la poitrine du type, et sauta sur ses pieds dès que la main autour de son cou se relâcha.

Benedikt courut aussi longtemps qu'il pouvait sous le déluge, s'éloignant des éclats de voix et des hennissement des chevaux, jusqu'à ce que ses poumons refusent de fonctionner et jusqu'à ce que ces même ses os soient frigorifiés par l'eau froide qui ruisselait sur lui. Il continua de marcher quand même, effrayé qu'on soit encore à sa poursuite, avant de finir par atteindre la lisière des forêts pourpres. Le botaniste s'y enfonça sans crainte ; la pluie était moins drue avec les arbres et il finit par se cacher contre les racines d'un arbre à moitié arraché. La coupole de terre et de branchages faisait un petit refuge presque sec qui lui donnait aussi l'impression d'être relativement caché. Il resta là une dizaine de minutes avant que la fatigue et la panique ne le plonge dans un sommeil qui ressemblait beaucoup à tomber dans les pommes.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Les petits cailloux

Messagepar Kallistrat Rusia » 31 Mar 2014, 15:57

Le lendemain, Kallistrat fut réveillé en sursaut par les feulements de Pomporo. Debout en un bond, son premier réflexe fut donc de pousser un rugissement menaçant à l'attention de l'intrus au pelage noir qui s'était permis de s'inviter dans le groupe. Furieux de leurs mésaventures de la veille, chaton failli lui sauter dessus pour l'écharper vif avant que la petite voix du K.I.P. le retienne de justesse. Vrass ? Celui avec les cornes ? Maintenant que ses rares neurones se remettaient en place, Kallistrat se souvenait que le tatoueur lui avait parlé de quelque chose à propos du fait de devenir un maneki pendant la nuit. Et effectivement, il en était bien un. Les yeux verts fendus d'une pupille contrariée se plantèrent dans le regard bicolore. Hum... oui, d'accord.

« Tu es plus poilu... » Répondit l'orphe lion en réponse à la question du tatoueur.

Et il avait deux queues aussi, ce qui en aurait sans doute fait sourire plus d'un dans un autre contexte, mais à Kallistrat, ça n'inspirait rien de mieux que le fait d'avoir deux queues. Cette particularité était propre aux manekis. Et pourtant, chaton était de mauvais poil. Si partager Pomporo avec Vrass ou Baie-Nez-Dicte ne lui avait jamais posé le moindre problème, il percevait en revanche la présence d'un félin mâle de plus comme une menace. Oui, c'était Vrass. Mais tout de même ! C'est donc en pinçant les narines sur un air parfaitement vexé qu'il s'ébroua pour se réveiller, se plaçant tout de même entre Vrass et Pomporo histoire de protéger son harem qui n'en était pas encore un.

« On avancera plus vite comme ça. Reconnu-t-il tout de même. Les humains sont trop lents... »

Se concentrant quelques secondes, il fit apparaître sa couverture en laine d'euther qu'il rangeait chaque matin par réflexe dans les rubans que lui avait vendu Sayah. Puis il la rangea dans le sac du tatoueur et se concentra de nouveau afin de faire disparaître le tout de la même façon. Inutile de s'embêter à transporter tout ça sur son dos. Il n'était pas une monture ou un âne de bât, non mais !

De nouveau en route, Kallistrat trottinait fièrement devant. Un peu trop fièrement même, tout désireux qu'il était de montrer à Vrass qu'il était un lion, un vrai, et qu'il fallait bien plus que quelques kilomètres pour le fatiguer. Résultat, il du s'arrêter aux alentours de midi pour reprendre son souffle. Des brindilles plein la crinière, il fit une courte pause avant de proposer de chasser, ne s'adressant qu'à Pomporo comme pour lui rappeler qu'elle lui appartenait. Baie-Nez-Dicte aurait sans doute un tout autre avis à ce sujet, mais il n'était pas là pour protester. En attendant, chaton avança lentement parmi les hautes herbes à la recherche d'une proie éventuelle. Son odorat n'était pas aussi évolué que celui d'un chien bien sûr, mais suffisant pour le mettre sur la piste d'un bon gibier. Il repéra un arbre isolé et s'approcha prudemment. Parfois, des animaux comme les sangliers fouissaient les racines, ou des kordatts se débattaient pour se dégager après avoir chargé le tronc. Ce serait sa chance de mettre la patte sur une proie facile... mais en guise de proie, Kallistrat ne trouva rien de mieux que de l'herbe aplatie et un feu de camp éparpillé. S'arrêtant tout à coup, il examina les lieux sans bouger avant de se lever et, du haut de ses deux mètres, d'appeler Vrass.

Sur l'écorce de l'arbre, un morceau du pull du tout petit botaniste était encore accroché.

Avatar de l’utilisateur
Kallistrat Rusia
Orphe

Crédit: 248.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image
Métier: Garde du corps
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Kimahri Ronso (modifié) – Final Fantasy X – Square Enix

Re: Les petits cailloux

Messagepar Vrass Rannveig » 31 Mar 2014, 20:42

http://nsm08.casimages.com/img/2014/03/21//14032112351316241212084195.pngSi le lion paraissait de mauvaise humeur, je jugeais que ça devait surtout être à cause de la situation. Il fallait qu'on se dépêche de trouver Benedikt, qu'on se lance à sa poursuite et étrangement, je sentais un peu moins la faim dans ce corps. En tout cas, si Kallistrat se mettait entre Pomporo et moi, je ne réagissais pas davantage, après tout, il faisait ce qu'il voulait et c'est surement pas moi qui vais m'amuser à lui piquer la maneki! Surtout que je n'avais pas fait attention, mais elle me regardait d'un drôle d'air, à roucouler comme si... je rêve ou elle me drague?

Ok, je m'éloignais donc volontairement, pas du tout envie de me retrouver avec un pot de colle pendant la journée! Surtout que je devais aussi apprendre avec mes nouveaux sens, et mes nouveaux instincts! En cours de route, on avait croisé le chemin d'un jackalope, et je m'étais détourné de la route pour lui courir après, réussissant à le faucher en cours de route et à l'éventrer par la même occasion! J'étais plutôt surpris, surtout que je me rendais compte que je voyais désormais Kallistrat d'un mauvais œil, comme si je craignais qu'il n'en réclame une part, alors que c'était moi qui l'avais tué! Moi!

Je me dépêchais de plonger le museau dans les entrailles de la bête pour manger rapidement avant de laisser les restes et courir à toute vitesse pour rejoindre les deux autres! J'avais des envies de faire des pointes de vitesse, mais je devais aussi réguler mon rythme pour ne pas m'épuiser! Le lion gris avançait vite, jusqu'à ce qu'on arrive à un cours d'eau, et je devais apprendre à boire d'une façon assez bizarre, utilisant ma langue comme d'une cuillère, j'essayais tant bien que mal de boire! Mais j'y arrivais quand même, jusqu'à ce que Kallistrat repère des éléments qui trahissaient la présence de Benedikt!! Je m'avançais alors, mais je n'étais pas aussi doué que l'orphe pour me servir de mon flair!

«Est-ce que tu sais depuis quand il est passé par là?» - moins d'une journée... il fallait qu'on se dépêche alors! Mais d'abord, il fallait se nourrir. Ce fut là que je me rendais compte que le lion me mettait de côté et je m'avançais alors vers lui - tout en gardant mes distances avec Pomporo qui semblait toujours me regarder bizarrement! J'étais presque sur que si Kallistrat ne s'imposait pas, elle viendrait se frotter à moi!
«Euh.. je vais aller chasser de mon côté. On se retrouve lorsqu'on a fini de manger.» - le coin était facilement reconnaissable avec l'arbre! Je laissais donc bien volontiers la maneki avec l'orphe, me fichant bien que ça puisse être un signe de soumission entre animaux ou je sais pas quoi! J'ai autre chose à faire que de jouer les dominants pour un maneki!

Après un rapide repas, on se remettait en route, l'ambiance était un peu lourde mais je m'en foutais un peu, je ne pensais qu'à Benedikt qu'il fallait retrouver! Un vêtement déchiré ne me disait rien de bon! Devant nous, un orage se dessinait et on ne tardait pas à se prendre la pluie alors que l'obscurité gagnait de plus en plus les lieux!
«Bon sang! On arrive au niveau de la forêt des esprits, et toujours pas de trace de...» - je me redressais un peu, j'avais l'impression qu'il y avait du mouvement plus loin, mais pas Benedikt, malheureusement, en revanche, c'était peut être ses ravisseurs?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les petits cailloux

Messagepar Benedikt » 01 Avr 2014, 23:10

Les trois hommes, ou à ce stade, deux et demi, n'étaient pas très attentifs aux formes obscures qui s'approchaient d'eux à bonne vitesse. Deux trop occupés à se hurler dessus, le troisième en train de se vider de son sang. Un des chevaux finit par arracher sa longue et s'enfuit à tout galop dans le bordel complet, mais il n'allait pas aller loin, à foncer droit sur trois félins de mauvaise humeur.

Ce fut ces hennissement-là qui attirèrent l'attention des hommes sur ce qui se cachait derrière le déluge. Un éclair déchira le ciel, et soudain, ce n'était plus caché du tout ; les deux hommes encore debout ne cherchèrent même pas à attraper un cheval dans l'état de panique dans lesquels ils étaient, et tentèrent directement de s'enfuir à toutes jambes, laissant leur compagnon-là sans remords.
Ils allaient devoir courir bien vite pour échapper à deux manekis et un orphe lion encore plus imposant.

* * * * * * * * * * * * * * * *

Le petit botaniste, lui, se fit réveiller quelques heures plus tard, alors que le soleil n'avait même pas fini apparaître à l'horizon, par une grande langue râpeuse qui lui léchait la figure. Benedikt couina et se tortilla pour échapper à l'humidité baveuse et finit par ouvrir un œil, regagnant peu à peu ses esprits. Et ouvrit des yeux immenses lorsqu'il aperçut qu'il y avait bien une bestiole avec le museau trop près de lui.

Jusque-là, tant pis si sa seule intention était de lui lécher la figure, sauf que c'était un grand candélabre dont le gros museau ne lui cachait pas les bois immenses qui s’étendaient de chaque côtés de sa tête. Le botaniste resta figée là quelques instants, observant le cervidé en train de faire exactement la même chose en retour, comme si c'était Benedikt qui avait un troisième œil au milieu du front. Jusqu'à ce que ce dernier éternue brusquement ; en un instant, le candélabre avait bondi et disparu comme si ce n'était qu'une rêve.
Benedikt se redressa avec hésitation, pas vraiment sûr de l'endroit où il était, ni de ce qu'il devait faire. Il avait faim, ça c'était sûr, mais ça allait être probablement bien difficile de trouver de quoi manger ici alors qu'il faisait encore tellement froid. Bon, au moins, il avait une dague qui pouvait être utile. Le petit botaniste regarda autour de lui et décida de marcher dans la direction d'où la lumière semblait parvenir jusqu'ici.
Il ne lui fallut pas si longtemps pour rejoindre la lisière de la forêt, mais il s'arrêta un peu avant, effrayé de se montrer d'une manière aussi visible alors que la bande à laquelle il avait échappé il y avait seulement quelques heures était peut-être encore en train de le chercher.
Surtout quand il en avait peut-être tué un. Benedikt fronça le nez et les sourcils et joua avec la bague gravée qu'il avait remis à son doigt.

Maintenant serait un bon moment pour essayer d'envoyer quelque chose à Vrass avec, d'abord rien que pour voir s'il obtenait une réponse ; mais le petit botaniste fut incapable de s'y décider, trop peu courageux. Il restait là une bonne demi-heure sans savoir quoi faire, guettant les plaines jusqu'à ce que le soleil soit tout juste levé. Est-ce qu'il devait rebrousser chemin ? Ou risquer d'aller à Wingdrakk ? Le petit botaniste sentait mal l'idée de traverser les montagnes dans l'état et la situation où il se trouvait, mais retourner à la Basse-ville était tout aussi stupide. Ce qui voulait, c'était retrouver Vrass, et Kallistrat, et aussi Pomporo, les trois sains et saufs et souriant, tiens, avec ça. Il baissa les yeux sur la bague lové dans sa paume.
Cette fois, c'était le moment d'avoir le verdict concernant le tatoueur. Benedikt n'avait jamais été très religieux mais semblait plus prier Alrik que se concentrer sur son message à cet instant.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Les petits cailloux

Messagepar Kallistrat Rusia » 02 Avr 2014, 15:29

Kallistrat fixait le morceau de laine d'un air mauvais, réfléchissant un peu à une façon de deviner combien de temps avait pu s'écouler entre sa découverte et le passage de ceux qu'ils poursuivaient. Il s'approcha du feu de camp et remua un peu les braises jusqu'à découvrir un filet de fumée en dessous. C'est donc qu'il était éteint depuis moins d'une journée. Grattant la terre qu'il jeta par dessus, l'orphe lion inspecta encore un peu la zone sans grand succès. Vrass était parti chassé, Pomporo sur les talons en roucoulant comme une tourterelle. Bah... après tout ce n'était pas sa femelle mais celle de Baie-Nez-Dicte. Jaloux quand-même, chaton délaissa l'arbre pour aller chasser à son tour. Il aurait besoin de forces pour continuer leur longue route, et pour corriger ceux qui avaient osé s'en prendre à leur lionceau.

De nouveau sur la route après s'être ravitaillés, les trois félins avançaient d'autant plus vite que les indices laissés par le botaniste les confortait dans la piste qu'ils suivaient. A vrai dire elle était même beaucoup plus simple à suivre depuis qu'ils avaient cet arbre pour point de départ. Les chevaux avaient couché l'herbe et creusé le sol de leurs empreintes, et à moins d'être totalement stupide, la route à prendre était à présent évidente. Ils forcèrent donc l'allure, concentrés sur les traces laissées par leurs ennemis. Puis un orage leur tomba dessus et leur piste s'effaça rapidement, pour le plus grand déplaisir de Kallistrat. Les oreilles basses, les poils dégoulinants et la crinière couverte de boue, il pataugeait dans les flaques comme un chat errant jusqu'à se figer tout à coup, aussitôt imité par Pomporo. Sous leurs pattes, le sol vibrait, mais ce n'était pas l'orage. Autre chose approchait. S'aplatissant comme un lion en chasse, chaton resta sur ses gardes. Il connaissait cette sensation... un animal galopait dans leur direction. Un gros animal.

Leur dîner ?

Lorsque Kallistrat estima la distance entre sa future proie et lui-même suffisante pour tenter un assaut, il se rua en avant sans autre sommation. Silencieux et concentré, il ne tarda pas à repérer la monture en fuite et bifurqua jusqu'à se retrouver sur son passage. Affolé par ce mouvement subit dans l'herbe, le cheval fit à son tour un écart avant d'être stoppé net par Pomporo qui en avait profité pour le prendre de biais... Chaton vit l'équidé tenter un demi tour et ruer méchamment pour assurer ses arrières, mais il en fallait bien plus pour l'intimider. Se lançant aussitôt à sa poursuite, il se retrouva bientôt à ses côtés et se jeta sur un postérieur au hasard, le fauchant au vol. Quelques secondes plus tard à peine, Pomporo se retrouva accrochée à son garrot et l'animal s'effondra après quelques foulées. Une selle ? Peu importait. Kallistrat avait faim et le lièvre qu'il avait mangé le midi n'avait pas suffit à calmer son appétit. Avec un cheval de cette taille au moins, il y aurait largement de quoi faire à trois !

Pourtant, chaton délaissa son repas lorsque des cris lui parvinrent entre deux rafales de vent.

« ... uivis... tigres... »

Les ravisseurs n'étaient pas loin, et à la lueur des éclairs ils avaient à peine eu le temps d'apercevoir deux silhouettes félines se jeter sur leur monture. Croyant sans doute à l'attaque d'animaux sauvages, ils avaient alors oublié toute prudence et se criaient de se méfier, attirant sur eux l'attention de leurs poursuivants. Evidemment s'ils avaient su qu'il s'agissait de ceux qu'ils étaient venu passer à tabac quelques jours plus tôt, ils se seraient mille fois abstenus de se faire remarquer...

Avatar de l’utilisateur
Kallistrat Rusia
Orphe

Crédit: 248.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image
Métier: Garde du corps
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Kimahri Ronso (modifié) – Final Fantasy X – Square Enix

Re: Les petits cailloux

Messagepar Vrass Rannveig » 04 Avr 2014, 02:07

http://nsm08.casimages.com/img/2014/03/21//14032112351316241212084195.pngTrois jours, c'était largement plus que ce dont j'avais besoin pour me faire à ce nouveau corps! Je parvenais peu à peu à comprendre la raison de la frustration de Kallistrat à mon égard, le caractère dominant du félin s'emparait de moi et j'avais moi aussi de plus en plus de mal à contrôler mon besoin de me battre contre lui. Pas pour avoir Pomporo, non, mais pour être simplement le chef du groupe. Malgré tout, je réussissais à garder ma part humaine, à me contrôler, mais lorsque je laissais mes instincts un peu trop aller, comme lors de la chasse, c'était plus difficile que jamais. C'est pourquoi nous chassions toujours assez loin l'un de l'autre.

Aussi, lorsque nous avions enfin trouvé la piste de Benedikt, nous nous étions élancés tous les trois, Pomporo étant celle qui maîtrisait le mieux l'odeur du botaniste, malheureusement, la pluie nous rattrapa, effaçant les traces des cheveux et les odeurs familières! Nous avancions à l'aveugle, et même si je maîtrisais mieux mes sens de félins, je n'étais pas encore en mesure de m'en servir pleinement. Si encore j'avais pu sentir son odeur sous cette forme, peut être que je m'en souviendrais, mais là, j'étais totalement dépendant de Pomporo et Kallistrat, ce qui m'énervait de plus en plus!

Au final, ils avaient réussi à désarçonner un cavalier et à tuer son cheval, pour ma part, j'entendais une voix et je me fiais donc à celle-ci pour m'élancer à la poursuite de ces types! Je ne savais pas pourquoi, cette voix me disait quelque chose sans que je ne sache quoi... je courrais vite, e plus en plus vite jusqu'à finalement les rattraper! D'un bond, je me retrouvais sur le torse de l'un d'eux, grondant de toute ma rage alors qu'un éclair illuminait son visage! Je le reconnaissais! C'était l'un des ravisseurs de Benedikt! Le KIP en forme de dragon se mit à hurler sur ma tête

«Où est-il???» - d'abord surpris par la voix, l'homme écarquilla les yeux alors que je m'approchais de plus en plus de lui, je l'écrasais sous mon poids, et un nouvel éclair déchira le ciel alors qu'il vit mes yeux vairons

«Le... le winghox! Tu es le tatoueur!» - je ne pouvais pas vraiment réfléchir sous cette apparence - déjà que je suis pas du genre à réfléchir en temps normal... aussi je poussais un puissant rugissement, d'une part pour attirer Kallistrat par ici et qu'il s'occupe des deux autres, et d'autre part pour l'intimider
«Où est-il???»
- «On.. on ne sait pas!! On l'a perdu, il s'est enfui!!»


Tant pis pour lui! Dans un accès de rage face à sa réponse, je plongeais mes crocs dans sa gorge, et seul l'éclair put couvrir ses derniers cris.
On passa la nuit à le chercher, la pluie ne nous avait pas aidé, impossible de repérer son odeur dans cette humidité. J'étais épuisé, Kallistrat pas mieux, mais les ravisseurs de Benedikt n'étaient plus. Je m'approchais d'un point d'eau pour boire un peu, lorsque je commençais à me sentir mal... ma vue se troubla, je regardais la petite mare pour voir mon reflet se déformer... des cornes immenses apparurent, est-ce que j'étais en train de reprendre forme humaine? Sauf que ces cornes ne ressemblaient pas aux miennes, et que sous cette apparence, je n'étais pas trop en mesure de réfléchir... une sensation de voir des arbres, encore des arbres, tout ça me donnait le tournis, et si Benedikt essayait de me donner un indice sur sa position, c'était raté!

On est déjà dans une forêt bon sang... je finissais par m'écrouler sur le côté, épuisé et profondément affaibli par sa tentative de me faire comprendre où il était... j'eus le temps tout de même de râler pour que Pomporo comprenne juste le mot «Candélabre»... et je finissais par m'évanouir. Peut être que la maneki se lancerait à la recherche de cette bête légendaire qui pourrait nous conduire au gosse, ou nous en éloigner s'il était en train de fuir la zone.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les petits cailloux

Messagepar Benedikt » 06 Avr 2014, 21:29

Benedikt se roula en boule lorsque ses tentatives ne lui rapportèrent aucuns résultats. Le petit botaniste ne s'était jamais senti aussi petit, si c'était déjà plutôt facile en temps normal, ça l'était encore plus, abandonné au milieu des plaines et des forêts, épuisé, affamé et blessé. Abandonné, surtout, par Vrass Rannveig, qui n'était probablement plus en vie à l'heure qu'il était. N'ayant aucune idée que ce qu'il devrait faire maintenant, puisqu'à peu près sa seule idée avait été celle-ci, Benedikt décida de retourner à la Basse-ville, histoire de savoir ce qu'il lui était véritablement arrivé une bonne fois, si jamais encore, il réussirait à y revenir vivant. Cela ne le décida pourtant pas à bouger, recroquevillé au pied d'un arbre.

Mais peut-être que les candélabres portaient chance, comme les rumeurs le disaient. Pomporo n'avait pas mis très longtemps à retrouver la trace de la bestiole en question dont avait parlé Vrass. Et en un quart d'heure, elle retrouva celle du botaniste sur le chemin, qu'elle se mit bien sûr à suivre à la place.
Jusqu'à retrouver le botaniste cette fois en chair et en os, le faisant hurler de surprise quand elle se précipita sur lui pour lui lécher la figure. Décidément, il y avait trop d'animaux qui lui léchait la figure, aujourd'hui, pensa Benedikt pendant une seconde, mais il s'en fichait bien, trop heureux de découvrir la maneki dans ses bras. Il se mit à la gratter derrière les oreilles et l'écrasa dans ses bras pendant un petit moment, pleurant presque de joie.
« Où sont les autres, Pomporo, où est Vrass ? Où est Kallistrat ? » répéta encore et encore le botaniste jusqu'à ce qu'elle comprenne, l'urgence et l'impatience prenant vite le dessus.

Sa bestiole finit par le conduire jusqu'à une petite clairière, où il n'y avait personne, à sa plus grande déception. À part un autre maneki qui dormait. Il était plus gros qu'elle, un mâle, et Benedikt se demanda s'il allait bien ; il n'avait pas vraiment l'air.
« Ah, tu t'es fait un ami je vois... » murmura-t-il à Pomporo pendant qu'il marchait vers l'autre animal. Benedikt n'hésita pas à s'accroupir pour passer ses doigts dans la fourrure sombre, inconscient qu'il s'agissait précisément du tatoueur. Ses yeux fermés ne montraient pas ses prunelles bicolore, et il n'allait guère se poser beaucoup de question à cet instant sur les traces d'un noir profond qui retraçaient les tatouages de ce dernier.
« Pourquoi tu es toute seule ? » accusa le botaniste en jetant à nouveau un nouveau regard à la maneki. Ce n'était pas juste, pourquoi était-elle là mais pas Vrass et Kallistrat ? Sa présence était une sacré amélioration de la situation, mais Benedikt ne pouvait pas s'empêcher d'être en colère, trop inquiet à propos de tout.

Le botaniste se releva en grimaçant. Ce fut à ce moment-là qu'un gros orphe lion se retrouva dans son champ de vision, surgissant d'un rocher un peu plus. Il l'avait probablement réveillé à parler à voix haute à la maneki, et les yeux de Benedikt s'élargirent d'une manière presque comique.
Le petit botaniste aurait aimé dire qu'il était heureux de revoir Kallistrat, mais cette joie-là fut vite tempérée. Sa présence associée à celle de Pomporo, mais sans Vrass, pesait un peu plus dans la balance pour prouver que le tatoueur avait bel et bien été tué par un autre winghox dans les Ghettos.
Le petit botaniste se jeta sur lui comme un gamin de 5 ans ayant tout juste retrouvé son doudou bien trop grand pour lui, et se mit aussitôt à pleurnicher comme pour rajouter à la ressemblance.
« Kallistraaaaat... »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Les petits cailloux

Messagepar Kallistrat Rusia » 09 Avr 2014, 00:30

À la lueur d'un éclair, Kallistrat eut le temps de voir une ombre noire fondre en direction des voix. Pomporo, jusque là occupée à feuler contre l'orphe lion dans l'espoir d'avoir sa part du butin, se retourna aussitôt, les oreilles dressées. La seconde qui suivit, elle s'élançait à son tour tout en miaulant rageusement. Oui, un miaulement pouvait être furieux. Aussitôt alerté, ce fut au tour de Kallistrat d'abandonner son repas. Dans la nuit, sa nyctalopie pour seule guide, les herbes détrempées lui giflèrent le visage alors qu'il courait ventre à terre. À chacune de ses foulées un souffle rauque s'échappait d'entre ses dents. Il n'entendait pas grand chose sinon le sifflement du vent et les clapotis de la boue qu'il foulait méchamment, parfois un cri, et tout à coup, un hurlement. Un nouvel éclair lui indiqua la position d'un cavalier qu'il prit de côté, le fauchant au vol dans un bond de fauve totalement hors de contrôle.

Au début, il se contenta de le plaquer au sol, attendant les directives de Vrass. Mais lorsqu'il comprit de quoi il était question entre deux coups de tonnerre, il se débarrassa de sa proie aussi promptement que Vrass et Pomporo s'étaient acquittés des leurs.

Où était son petit lionceau végétarien ? Aucun des trois félin n'avait de réponse à cette question, et après l'avoir cherché un moment dans les plaines en appelant son nom, ils finirent par abandonner. Kallistrat retourna chercher le cheval que Pomporo avait tué et ne rejoignit ses camarades que bien plus tard, tirant vaillamment l'immense gibier derrière lui. Il mangea à peine pourtant, et décida plutôt de se reposer sur le flanc de son repas au bout de quelques minutes. Sous le couvert des forêts Pourpres, le vent sifflait beaucoup moins même si la cime des arbres craquait dangereusement. Surtout, il y avait moins d'eau... mais les lunes de Nideyle donnaient moins de lumière à travers les feuillages malmenés. Épuisé et trempé, chaton s'endormit rapidement. Vrass en faisait tout autant à quelques buissons de distance.

Quant à Pomporo, elle semblait préparer sa couche en tournant sur elle-même, le nez au sol. Ce que Kallistrat ne savait pas, c'était qu'elle était en réalité aux prises avec la piste de son maître que l'orage avait dispersée.

Deux bonnes heures plus tard pourtant, il fut sorti de son sommeil par des bruits de pas. Son ouïe féline lui dictant d'ouvrir l'œil, il se redressa et écouta attentivement les bruits environnants. Le vent et la pluie s'étaient tut, et seuls les bruits des gouttes tombant des branches pour s'écraser sur le tapis de feuilles rythmaient la nuit. Les gouttes, et un murmure... Kallistrat en était certain ! Soupçonnant aussitôt le retour des hommes qui les avaient attaqué, chaton contourna le rocher qui lui barrait la vue, prêt à se servir de ses griffes et de ses crocs pour défendre le campements. Ce qu'il vit le laissa tout idiot derrière son buisson...!

Baie-Nez-Dicte. Le tout petit botaniste se tenait là comme un lionceau perdu ! Lui aussi fut surpris de voir Kallistrat, mais contrairement au gros chat gris, fut le premier à réagir en se jetant littéralement contre lui. Simplement heureux de l'avoir retrouvé - même s'il n'y était strictement pour rien - chaton l'accueillit sans rechigner et se baissa même un peu pour pouvoir l'attrapper entre ses bras immenses et le serrer contre lui. La seconde qui suivit, il ronronnait tellement fort que tout Nideyle devait l'entendre.

« Excuse-moi de t'avoir laissé tout seul... je ne recommencerai plus. » Promit-il alors qu'il s'en voulait toujours de l'avoir laissé sans défense.

Quel genre de lion laissait ses petits à la merci des prédateurs ?

Avatar de l’utilisateur
Kallistrat Rusia
Orphe

Crédit: 248.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image
Métier: Garde du corps
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Kimahri Ronso (modifié) – Final Fantasy X – Square Enix

Re: Les petits cailloux

Messagepar Vrass Rannveig » 09 Avr 2014, 11:41

http://nsm08.casimages.com/img/2014/03/21//14032112351316241212084195.pngQuelle idée d'utiliser cette fichue perle, ce n'était pas le moment dans l'état d'épuisement dans lequel j'étais. Malgré tout, ça me faisait du bien de me reposer même si je m'étais royalement affalé sur le flanc comme une grosse larve. Je n'entendis même pas qu'on s'approchait de moi, je n'avais pas l'instinct de survie aussi développé que Pomporo et Kallistrat probablement, et puis j'étais vraiment naze, peu habitué aussi à ce corps plus lourd et plus puissant que le mien - faut le faire quand même.

Mais au bout d'un moment, un cri de joie - ou de désespoir allez savoir - me réveilla en sursaut! Par réflexe, mon corps avait réagi de lui-même, je me retrouvais debout, les quatre pattes écartées à regarder à gauche et à droite, le cœur battant en recherchant l'origine de ce cri! C'est alors que je vis Kallistrat, debout avec un truc entre les pattes et une touffe de cheveux bouclés qui dépassait!
«Benedikt???» - je m'approchais alors rapidement, jusqu'à me retrouver à hauteur du lion qui rassurait le botaniste qui semblait en larmes, probablement épuisé et affamé après avoir passé tant de temps avec ces abrutis!

«Comment tu te sens? Ça va? Ils ne t'ont pas fait de mal?» - le dragon sur ma tête gigotait un peu, trahissant surement mon inquiétude à son sujet - et peut être une pointe de jalousie de ne pas pouvoir le prendre dans mes bras de la même manière que l'orphe lion - mais d'un autre côté, je m'attendais à tout instant à ce qu'il manifeste aussi sa surprise de me voir sous cette apparence - et peut être un certain soulagement à me savoir en vie finalement.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les petits cailloux

Messagepar Benedikt » 09 Avr 2014, 23:00

Benedikt tourna brusquement la tête en entendant son prénom, tentant d’apercevoir la source de la voix métallique qui l’appelait malgré le fait qu'il était enfoui dans de la fourrure grise. Le petit botaniste se décolla lentement de Kallistrat, la bouche ouverte, à mesure qu'il réalisait les petits détails du maneki qu'il avait en face de lui ; les yeux vairons, le KIP en forme de dragon sur son omoplate, les motifs sombres qu'on remarquait à peine sur sa fourrure.
« V-v-vrass ? » bredouilla-t-il.

Une milliseconde après, le dit Vrass était envahi par un botaniste qui s'était remis aussitôt à pleurnicher, mais encore plus fort. Le petit dragon métallique sursauta et s'envola lorsque le tatoueur se fit étouffer dans un câlin à lui craquer les os.
« J'a-a-ai cru qu'ils t'avaient tué ! »
Il fallut attendre un petit moment pour retrouver un semblant de raison et de réflexion chez Benedikt, qui se mit rapidement à poser des milliers de questions incompréhensibles parce qu'il parlait n'importe comment et pleurait en même temps. Il finit éventuellement par récupérer ses affaires auprès du gros lion gris, et se mit à jeter des regards désapprobateurs aux traces de blessures sur Vrass et Kallistrat. Ces deux derniers, en l’occurrence, durent bientôt se soustraire à une séance d'enrobage de produits de l'herboristerie.
Le petit botaniste était tellement dans tout ces états qu'il reniflait encore chaque fois qu'il jetait un coup à la ménagerie de fauves qui l'entourait. Benedikt ne pouvait pas être plus heureux, mais à le voir, on avait plutôt l'impression qu'il venait de se prendre un coup de poêle à frire dans la figure. Enlever un par un les derniers éclats de verres qui s'était logés dans les pattes de Kallistrat eut au moins le mérite de le calmer un peu. Il s'était déjà attaqué à tout ce qui méritait son intervention sur les deux et commençait à penser qu'il pourrait bien utiliser un peu de ça aussi pour lui.
Bon nombre des blessures qu'il avait encore avaient mal cicatrisées ou manquaient de s'infecter ; à cet pensée, le botaniste repensa à l'éponge magique de Vrass. Si se laver dans l'eau froide ne lui donnait pas du tout envie comme idée, se laver tout court serait hautement satisfaisant et agréable. Après il pourrait penser à s'occuper de ses blessures.

« Vrass, tu as toujours ton éponge qui vient de chez Sayah ? » demanda-t-il alors qu'il retirait encore un éclat de verre dans une patte de l'orphe lion qu'il tenait entre ses mains ; ce dernier ne gigota même pas vu la dose abondante de menthise liquide qu'il avait reçu quelques minutes auparavant.
Un vrai sourire se fraya pour la première fois sur le figure du botaniste assis par terre. Se laver ! Manger ! Et dormir ! Avoir chaud ! Dieu que les heures qui allaient suivre allaient être délicieuses.
Le petit botaniste n'osa pourtant pas pour l'instant demander à l'une des trois d'aller chasser, trop effrayé à l'idée d'en perdre à nouveau un. Il se contenta de fouiller dans son sac une fois qu'il eut fini de vérifier les coussinets du gros lion gris pour récupérer une petite couverture qu'il gardait et s'enrouler dedans. Puis tendit une main vers Vrass.
« Tu veux que je vérifie aussi pour toi ou ça va ? »
Benedikt regardait encore le tatoueur avec un air de fascination étonné absolument exagéré, comme s'il venait se sortir d'un cercueil. Il n'avait encore répondu à aucune de ses questions mais le petit botaniste semblait incapable de parler de lui, effrayé de parler des jours qui venaient de s'écouler et encore plus des types qui l'avaient emmené jusque-là. Si ça se trouve, il en avait tué un, d'ailleurs, et il ne voulait pas y penser non plus. Le botaniste n'avait pas encore compris qu'aucun d'entre eux n'étaient encore en vie.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Les petits cailloux

Messagepar Kallistrat Rusia » 10 Avr 2014, 23:41

L'une des immenses paluches de Kallistrat ébouriffèrent la chevelure du tout petit botaniste - comme s'il avait besoin de ça pour avoir l'air tout décoiffé. Le laissant ensuite s'éloigner pour aller rejoindre Vrass, il gardait les yeux mi-clos et continuait de ronronner, bêtement soulagé que rien ne lui soit arrivé. Pomporo le suivait pas à pas en se frottant à ses jambes, le bousculant à cause de sa masse plus imposante que celle d'un chaton, et ronronnant plus fort que Kallistrat lui-même. Autrement dit, tout le monde était ravi de cette apparition surprise ! Chaton se concentra même un peu pour rendre à Baie-Nez-Dicte le sac que le tatoueur lui avait confié, et qu'il avait rangé dans les rubans magique de Sayah. Il en profita d'ailleurs pour sortir sa couverture en laine d'euther et s'y installer confortablement en vue d'un sommeil réparateur.

Les heures qui suivirent furent un peu moins douces toutefois puisque l'orphe lion eut droit à une séance de soins plutôt désagréable. Les crocs serrés, il avait fini par plaquer ses grandes pattes sur son crâne posé au sol pour se retenir de grogner de douleur - ou pire encore. Non pas que la douleur soit insupportable, au contraire, chaque bris de verre que le botaniste retirait de ses chair le soulageait... En revanche, l'application du Larmiqueuse sur ses plaies n'avait rien d'agréable, et il manqua de peu d'envoyer quelques baffes en réflexe à la souffrance que le remède lui infligeait. C'est donc tout larmoyant que Kallistrat quitta sa couche après s'être fait manucuré - ou « pattucuré » - pour remercier le botaniste d'un grand coup de langue râpeuse sur le visage. Il retourna ensuite auprès de son gibier resté derrière le rocher alors que Baie-Nez-Dicte s'occupait à présent des manekis. Lui, imperturbable, ramenait leur repas en le tirant par les jambes : l'un des chevaux qui avait brisé ses rênes et s'était échappé du campement ennemi, encore sellé mais salement abattu par l'attaque coordonnée d'un orphe lion et d'une maneki affamés.

« Tu peux faire un feu et cuire ce que tu veux. Affirma Kallistrat, fier comme un chat qui vient de chasser une souris pour son maître. Il y en a plein. »

Effectivement, sur un cheval de près de 500kg, il y avait de quoi manger pour tout le monde à la fois sans dispute ! Restait à savoir si l'estomac du botaniste supporterait de voir trois fauves déchiqueter leur viande sous son nez... Car si un lapin pouvait encore être avalé en quelques bouchées, pour un cheval, le spectacle risquait d'être plutôt répugnant...

Avatar de l’utilisateur
Kallistrat Rusia
Orphe

Crédit: 248.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image
Métier: Garde du corps
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Kimahri Ronso (modifié) – Final Fantasy X – Square Enix

Re: Les petits cailloux

Messagepar Vrass Rannveig » 11 Avr 2014, 22:07

http://nsm08.casimages.com/img/2014/03/21//14032112351316241212084195.pngAprès une sacrée séance de câlins de retrouvailles, on allait pouvoir enfin se reposer convenablement. On avait retrouvé Benedikt, c'était le plus important, et demain, il faudrait vite se remettre en route pour Windrakk, tant que j'avais cette apparence pour pouvoir entrer sans trop de problème en ville, choper l'indice et repartir. On avait plutôt intérêt à faire vite, car je ne me souvenais plus combien de jours s'étaient déjà écoulés depuis que j'avais cette apparence... il me semble qu'on en est au troisième jour puisqu'on avait d'abord bien avancé alors que j'étais winghox sur le dos de Phaerör.

On installait un petit campement, Benedikt se chargeait principalement des soins, autant sur lui que sur Kallistrat qui avait encore des éclats de verre dans les pattes, pour moi ça allait, je m'étais un peu soigné avant de partir.
Une fois soigné, Kallistrat alla chercher le cheval et proposa à Benedikt de le cuire un peu, j'avais tout ce qu'il fallait pour ça!
«Il y a aussi des pierres volcaniques dans le sac, et la tente hérisson pour t'abriter...» - sans oublier donc la fameuse éponge pour qu'il puisse se laver un peu. Pour ma part, je me disais que manger de la viande cuite me ferait du bien, même si dans ce corps, j'étais apte à digérer correctement, manger normalement me manquait un peu, aussi je laissais Benedikt monter le campement, me sentant assez agacé de ne pas pouvoir l'aider dans ce corps. Je n'avais pas pris de potion de gloubi avec moi.

Rien de tel qu'un bon repas pour passer une bonne nuit de sommeil, je me tournais vers Benedikt qui se dirigeait vers la tente
«Je suis encore un peu mouillé, il vaudrait mieux que je dorme dehors» - sauf peut être s'il voulait avoir une peluche taille XXL contre lui. Après tout, je pouvais rentrer avec lui dans la tente bien que c'était rapé pour les câlins!
Enfin, selon sa réponse, je dormais à l'abri ou sous un arbre, Kallistrat soigneusement enveloppé dans sa couverture, et Pomporo qui avait bien du mal à se séparer de son maître fraîchement retrouvé... mais au moins cette fois, pour la première fois depuis plusieurs jours, on dormait bien.

Le lendemain, on se levait tôt, il fallait maintenant traverser les montagnes, et rapidement! On avait encore des restes de la veille, donc on pouvait avaler rapidement de quoi se nourrir avant de se mettre en route!
«Allez, il faut se dépêcher sinon on ne sera jamais à Windrakk avant que je ne reprenne forme humaine.» - et encore, je préférais prévoir un jour de marge au cas où si on devait s'éterniser à Windrakk pour une raison ou une autre.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les petits cailloux

Messagepar Benedikt » 12 Avr 2014, 22:34

Benedikt releva la tête avec un air penaud, encore en train de grignoter des petits morceaux de viande avec des soupirs de satisfaction.
« Tu veux vraiment... dormir dehors ? » demanda-t-il avec une évidente envie que la réponse soit non. Au final, le petit botaniste réussit à avoir ce qu'il voulait, même dormir avec l'entrée de la tente ouverte histoire d'avoir Pomporo et Kallistrat à côté d'eux. Il aurait probablement poussé le bouchon à demander à ce qu'ils dorment tous ensemble si la tente n'était pas si petite et qu'il n'avait pas une telle envie de confort.

Le lendemain, pourtant, Benedikt n'eut pas la chance d'avoir autant d'influence, alors que leur départ était imminent quand le soleil venait à peine de montrer le bout de son nez. Le petit botaniste aurait vraiment aimé rester là une journée entière à ne rien faire, mais il devait avouer qu'il n'allait pas si mal après avoir bien mangé, bien dormi et même avoir l'occasion de se décrasser. S'il avait fait le chemin avant dans cet état, il pouvait faire un effort, non ? Cela n'empêcha pas Benedikt de répliquer paresseusement pour gagner un jour de repos quand même bien mérité.
Au final, pourtant, le petit botaniste se laissa convaincre facilement. Ils n'étaient pas si loin de l'endroit où le petit botaniste avait réussi à s'enfuir, mais d'après le cheval qu'avait ramené Kallistrat le soir d'avant... il n'avait plus de raison d'être effrayé par l'idée que les hommes qui les avaient attaqués à la Basse-ville et l'avaient emmenés les retrouvent. Benedikt n'avait pas osé poser des questions à propos de ce qui s'était passé, décidant qu'il valait mieux considérer l'affaire comme classée.

Il pensa un moment à demander à Vrass s'il pouvait monter sur lui plutôt que sur Pomporo pour le voyage, mais comme l'ego du tatoueur allait probablement lui faire dire non, et surtout comme sa maneki se frottait contre lui avec toute la jalousie du monde, il finit par rester par silencieux sur ce sujet.
Toute la matinée fut passée à traverser les forêts, une partie de l'après-midi aussi, et ce n'est qu'en milieu d'après-midi qu'ils arrivèrent aux pieds des montagnes de l'échine de Drakmonniss. Le botaniste leva les yeux sur les tonnes de neige qui les attendaient, regrettant déjà les feuilles mortes qui craquaient sous leurs pas et la protection des arbres au-dessus d'eux. Mais plus vite ce serait fait et plus vite ce serait fini, pensa le petit botaniste. Il commencerait à véritablement se détendre quand ils seraient repartis de Wingdrakk avec leur indice.
Et puis ce serait probablement aussi bien pour leur troupe. Le petit botaniste avait eu un peu le temps de de s'apercevoir qu'il régnait une tension certaine dans leur petit groupe avec autant de bestioles. C'est sûr qu'entre Vrass qui était tout sauf du genre à se laisser marcher sur les pieds, et Kallistrat qui était tout ce qu'il avait de plus dominant... Pomporo était entre les deux et s'arrangeait de toutes manières pour pour ne s'attirer les foudres de personne, y compris son maître aux canines pas du tout impressionnantes.

Ce fut lors d'une petite pause pour se reposer et manger que Benedikt jeta un regard à Vrass, celui qui montrait au tatoueur qu'il allait demander un truc pour lequel il lui faudrait avoir des talents de persuasion.
« Vrass, je peux monter sur toi pour le reste d'aujourd'hui ? Je pourrais mettre la selle de Pomporo sur toi ? Comme ça, ça la fatiguerait moins... ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Les petits cailloux

Messagepar Kallistrat Rusia » 22 Avr 2014, 20:03

Dormir, chasser, manger, crapahuter au milieu des ronces et des orties, il n'en fallait pas plus pour faire de Kallistrat un orphe heureux. Rassuré à présent que le minuscule botaniste avait rejoint leur troupe, il dormit du sommeil du juste jusqu'au matin où il laissa les autres prendre leur petit déjeuner sans lui. Avec ce qu'il avait avalé la veille, il avait de quoi tenir jusqu'au soir au moins. Les yeux mi-clos, il paressa donc allègrement tout en ronronnant faiblement, le nez enfoui dans sa couverture en laine d'euther. Une heure plus tard il était temps de partir, et devant l'empressement du maneki au pelage noir et au dragon métallique, c'est toute la troupe qui leva le camp sans se faire prier. Kallistrat n'était pas contrariant, et se mit en route comme les autres, bientôt rejoint par Têk qui accompagna leur trajet de ses jacasseries incessantes.

Aux alentours de midi, le trio de fauves, l'oiseau et Baie-Nez-Dicte firent une halte aux pieds de l'Échine de Drakmonniss. Mais Kallistrat n'avait toujours pas faim. À vrai dire, il était préoccupé par un problème bien plus ennuyeux depuis quelques minutes, peut-être une heure. Les oreilles plaquées en arrière, il jetait des regards agacés à ses compagnons de route, et secouait parfois la tête comme si un parasite s'amusait à lui chatouiller les oreilles. Et puis brusquement, il planta son regard vert sur le petit botaniste, sa voix profonde s'élevant sans autre sommation.

« C'est vrai que toi et Vrass vous vous accouplez entre vous ? »

Ses oreilles se couchèrent de nouveau, disparaissant dans son épaisse crinière alors qu'il s'asseyait pour se gratter furieusement à l'aide d'une patte arrière. Comme s'il se désintéressait de la réponse, se préoccupant plutôt d'autre chose qui le dérangeait. Soupirant bruyamment, il alla s'allonger un peu à l'écart du groupe, son immense tête posée au sol comme si tout le contrariait.

Avatar de l’utilisateur
Kallistrat Rusia
Orphe

Crédit: 248.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image
Métier: Garde du corps
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Kimahri Ronso (modifié) – Final Fantasy X – Square Enix

Re: Les petits cailloux

Messagepar Vrass Rannveig » 24 Avr 2014, 12:03

http://nsm08.casimages.com/img/2014/03/21//14032112351316241212084195.pngBon ben finalement, j'avais dormi sous la tente. C'était un peu bizarre d'être pris pour une peluche et de sentir le gosse contre moi en étant sous cette apparence, mais bon, au final, j'avais plutôt bien dormi quand même.
Plus le temps passait, et plus j'arrivais à ressentir l'animosité instinctive de Kallistrat à mon égard. Ce n'était pas de la méchanceté, non, mais je sentais qu'on avait quand même une sorte de rapport de force tous les deux, et heureusement, Pomporo se mettait la plupart du temps entre nous, mais j'avais le sentiment qu'à tout moment, on pouvait se jeter l'un sur l'autre.

Sauf que je savais que je n'aurais pas l'avantage, j'ai beau être un maneki assez imposant, je n'ai pas l'habitude de me battre sous cette apparence, contrairement à Kallistrat qui est surement plus agile même. Aussi, j'essayais de prendre sur moi, et lorsque Benedikt me demanda à grimper sur mon dos, mon égo en prit un coup et je grondais instinctivement
«Non. Ce n'est déjà pas facile de m'habituer à cette apparence, ce n'est pas non plus pour devenir ton poney!» - le ton du dragon sur sa tête était un peu sec, mais il voulait tout dire. Je ne supporterai surement pas l'humiliation d'être ainsi sellé et monté comme un vulgaire animal. J'ai peut être l'apparence d'un maneki pour le moment, j'en suis pas moins un winghox...

On se remit donc en route, peut être que le botaniste boudait un peu, mais j'en n'étais pas moins de mauvaise humeur au fur et à mesure que mes instincts félins me dominaient. Ce n'était vraiment pas agréable, et parfois, je regrettais de ne pas avoir pris de potion de gloubil pour pouvoir garder cette apparence seulement une fois à Windrakk.
Lors de notre dernière halte avant d'arriver au village, les plaines s'étendant devant nous et l'odeur salée de la mer à proximité me piquant le museau, Kallistrat s'interrogea sur nos rapports et je me sentis un peu piqué au vif lorsqu'il demanda si on avait tendance à nous accoupler.

Étrangement, ça m'agaçait, je ne savais pas pourquoi, mais je grognais un peu avant de me lever et m'ébrouer - manquant de faire voler le KIP sur ma tête
«Ça nous arrive, oui. Mais pas dans le but de faire des petits. C'est un truc d'humains...» - histoire de mettre directement les points sur les i pour ne pas que Kallistrat se permettent de nous juger. Je finissais par aller faire un tour pour me calmer, chopant une sorte de faisan en vol pendant ma balade, que je m'empressais de manger avec une certaine forme d'égoïsme. Peut être que le fait qu'on s'approche dangereusement de Windrakk me mettait les nerfs en pelote, j'en sais rien, mais je n'étais clairement pas de bonne humeur.
Lorsque je revins au campement, j'étais plutôt calmé, malgré tout, je gardais mes distances avec Kallistrat.

Le repas serait surement tranquille. On arriverait à Windrakk demain, c'est là que les choses risquaient de se compliquer, et je n'étais clairement pas tranquille avec ça.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Les petits cailloux

Messagepar Benedikt » 26 Avr 2014, 01:49

Le petit botaniste se mit à bouder un peu en entendant le petit dragon presque siffler à sa question.
« Je demandais juste... » répondit-il doucement, mais il n'allait sûrement insister avec l'ambiance tendue qui régnait déjà. Benedikt était plus malin que ça et n'avait pas non plus l'envie de créer des problèmes alors qu'il savourait encore la vision de Vrass et Kallistrat en chair et en os, sain et sauf devant lui.
Il repartirent assez rapidement après ça, de toutes manières, prenant toujours de courtes pauses puisqu'ils cherchaient à rejoindre Wingdrakk le plus vite possible. Sauf que le petit botaniste allait encore faire face aux réflexions intérieure de l'orphe lion qui lui demanda une question qu'il n'aurait jamais voulu entendre. Benedikt était en train de grignoter du pain qui commençait à être assez sec, maintenant, et ouvrit des yeux tellement ronds que Pomporo lui donna un coup de tête dans la cuisse histoire de voir s'il n'était pas paralysé.
« Heeeeeeeh..... Beeeeeennn....... » bredouilla-t-il en se demandant si c'est encore possible de nier ça, alors que Kallistrat devait bien se douter quelque chose pour le demander. À la limite, il lui aurait bien répondu que ce n'était pas ses affaires ou que ce n'était pas important, mais l'orphe lion n'avait pas l'air très content et Benedikt n'avait aucune idée quoi répondre, au final.
Heureusement, ce fut Vrass qui le fit à sa place, avant de disparaître comme s'il était vexé. Le petit botaniste resta avec Kallistrat, gardant ces distances de peur que ce dernier se mette en colère ou pose d'autres questions gênante. Il fut finalement heureux de trouver refuge auprès de Pomporo, qu'il put papouiller toute la soirée pour oublier sa déception de voir le tatoueur et l'orphe lion de mauvaise humeur, avant de s'endormir contre elle, fatigué.

Il se fut réveillé par Vrass qui grognait pour qu'il ne dorme pas dehors, mais quand il se blottit contre lui à la place de la maneki, le petit botaniste regretta de ne pas avoir le tatoueur sous sa forme originale, celle winghox qu'il n'avait pas vu depuis un petit moment et qu'il regrettait.
Le lendemain allait au moins commencer à régler la question, parce que ce fut pendant le milieu de la matinée qu'il atteignirent enfin leur destination, Wingdrakk.
Ce fut un petit botaniste accompagné d'une tripoté de félins aux crocs pointus qui rentra dans la ville ; la vision était plutôt amusante, mais attirait aussi malheureusement les regards. Benedikt avait plutôt l'air d'un gamin dresseur de tigres qu'autre chose aux yeux des passants, mais pour leur défense, on pouvait se demander ce que cette troupe-là venait faire ici.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Les petits cailloux

Messagepar Kallistrat Rusia » 30 Avr 2014, 01:05

Avatar de l’utilisateur
Kallistrat Rusia
Orphe

Crédit: 248.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image
Métier: Garde du corps
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Kimahri Ronso (modifié) – Final Fantasy X – Square Enix


Retourner vers Les plaines

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron