A quand les retrouvailles ?

Au beau milieu d'un désert aride, Ohime Quinah est déposée sur les rives d'un oasis luxuriant. Les Ohimes sont un peuple calme et pacifique vivant comme s'ils sortaient tout droit de l'Égypte antique.

A quand les retrouvailles ?

Messagepar Ellesme Lorien » 07 Oct 2015, 13:00

Précédemment

Comment ne pas ressentir de la peine en entendant de tels mots ? Le jeune homme prétendait ne pas avoir besoin d'elle, ni de personne d'ailleurs. Ellesme ne pouvait que douter de cela et il suffisait de le regarder pour comprendre qu'il était perdu. C'était tout à fait inutile de discuter avec lui et encore plus de s'énerver. Répliquer face à son attitude reviendrait à rentrer dans son jeu et Ellesme se savait bien plus mure que cela.

Elle suivit donc jusqu'aux bureaux sans accorder le moindre signe d'attention à Siobhan. Ils pénétrèrent les locaux et patientèrent un peu le temps qu'on vienne s'occuper d'eux. Durant le temps d'attente, les deux jeunes gens ne prirent même pas la peine de s'adresser la parole. Tous deux, néanmoins pour des raisons différentes, savaient que c'était inutile. On s'occupa du jeune homme qui ne se montra pas coopératif, ce qui ne la surpris pas le moins du monde. Il ne l'avait pas été jusque-là et ce n'était certainement maintenant que ça allait changer.

Dès que son cas fut traité, ce fut au tour d'Ellesme.

« Si vous décidez de rester un peu de temps, vous aurez pour les mêmes raisons des contrôles à faire. » Rajouta le sergent.
« Je n'ai plus rien à faire ici, mais j'accepte votre hospitalité le temps que je me rétablisse, merci. » Cette sentence risquait de mettre Siobhan plus en colère, mais pourtant elle lui laissait encore l'occasion d'être là pour lui s'il le souhaitait. Si vraiment il voulait la solliciter, il savait désormais qu'elle resterait quelques jours. C'était à lui de décider maintenant.

Elle fut entrainée dans un pièce voisine. On lui apporta un sac contenant des vêtements fidèle à cette belle région. On lui expliqua où se situait son logement temporaire et il fut décidé qu'elle resterait deux jours. Elle estima que cela laissait suffisamment de temps à Siobhan de se manifester.

« Votre dossier sera renvoyé au siège central. J'ai cru comprendre que cette mission représentait bien plus pour vous. » Il s'interrompit et lut son dossier. « C'est la première depuis... »

Mais Ellesme ne lui laissa pas le temps de finir, elle l'interrompit sans pour autant exprimer de l'agressivité.

« C'est bien ça, oui. Selon le rapport, peut-être feront-ils quelque chose pour mes yeux. »

Le sergent acquiesça et lui souhaita une bonne continuation. Il rajouta également qu'elle était la bienvenue si jamais elle souhaitait travailler quelques temps dans la région. La jeune femme apprécia cette offre et lui promit d'y réfléchir. Cependant, de tels projets ne faisaient pas partie de ses intentions à ce jour.

***


Le temps de partir était finalement arrivé. Ellesme ne pouvait cacher une réelle déception, car Siobhan n'avait pas donné un quelconque signe de vie. Il devait lui en vouloir plus qu'elle ne pouvait donc l'imaginer. Que pouvait-elle faire d'autre ? Malheureusement, elle était consciente qu'elle ne pouvait plus rien faire à part respecter son choix. Intérieurement elle lui souhaita bon courage pour la suite avec une pointe au cœur.

Elle récupéra ses affaires et les fourra dans son sac. Elle portait ce grand costume blanc dont la variété de tissus coloré d'or enrichissait sa beauté. Sa longue robe était étroite, dessinant dès lors ses formes qu'elle ne pouvait voir. Sa beauté égalait celle des femmes de cette grande cité, mais ses traits et son teint de peau rappelaient ses origines.

Elle éprouvait une grande tristesse. Quitter cette ville l'a rendait bien malheureuse. Elle avait eu deux jours pour découvrir des beautés qu'elle ignorait. Mais il avait été décidé qu'elle resterait seulement deux jours. De toute façon, elle se faisait du mal à rester là. Chaque jour à chaque instant, elle espérait voir Siobhan débarquer. Elle prenait donc le chemin du retour accompagnée de quelques regrets.

Il y eut des cris au loin, mais Ellesme n'y prêta pas attention. Elle ignorait totalement qu'il s'agissait de Siobhan. Mais comment pouvait-elle le savoir ? Elle continua donc sa route, profitant de ces dernières odeurs et de ces derniers sons qu'elle avait apprit à aimer dans cette belle cité. Au bout d'un certain temps, elle entendit des pas précipités. Quelqu'un courait derrière elle et s'apprêtait à la dépasser. Elle sentit un souffle la bousculer lorsque le jeune homme l'esquiva dans sa fuite. Son corbeau, toujours fidèle et prostré sur son épaule s'agita et Ellesme vit ce que ce dernier voyait. Le souffle lui manqua lorsqu'elle reconnut le jeune homme. C'était Siobhan qui était en train de courir ! Elle voulut le rattraper, mais elle fut à nouveau dépassé par un groupe d'hommes qui semblait le poursuivre.

« Siobhan ! » Cria-t-elle de toutes ses forces. Puis à son tour, elle se mit à courir sans trop savoir pourquoi. Elle ignorait pourquoi lui-même courait, ainsi que la raison qui poussait ces individus à le courser. Elle continuait de crier son prénom sans s'arrêter. Elle ne comprenait pas ce qui se passait et pourtant elle sentait qu'elle devait le faire.

Elle tentait difficilement de les suivre au son de leurs pas, mais cela ne dura pas longtemps. Au bout d'un certain moment, elle trébucha à cause de sa douleur à sa jambe. La plaie était refermée, mais la douleur était toujours là. Son sac bascula et fut projeté loin devant elle tandis que Sywan s'envola en poussant des cris effrayés.

Je n'avais vraiment pas du tout pensé à ce scénario, mais en fait je veux trop voir la réaction de Siobhan ^^

Avatar de l’utilisateur
Ellesme Lorien

Crédit: Fermé

Re: A quand les retrouvailles ?

Messagepar Siobhán » 23 Oct 2015, 16:25

Désolé pour le temps de réponse, je suis recouvert de boulot + j'ai une squatteuse chez moi donc c'est encore plus dur d'avoir encore un peu temps tranquille pour rp !

Siobhán n’avait pas eu le temps de remarquer quoique ce soit dans la précipitation, mais les cris d’Ellesme avaient quand même retentis dans ses oreilles. Se demandant qui connaissait son prénom dans cette fichue ville, l’orphe fennec avait ralenti un peu et ne tarda pas à se faire attraper par les deux hommes. Ces derniers n’eurent qu’à lui arracher son butin et à lui mettre un poing dans la figure pour lui apprendre un peu. Siobhán, lui, ne se défendit même pas ; il avait appris par ses précédents essais qu’on s’attirait encore plus d’ennuis si on s’avisait de le faire.

« Et merde ! » s’exclama-t-il en découvrant qu’il était recouvert de sang. Il n’avait probablement pas le nez cassé, mais le jeune homme se mit à gémir comme si on venait de lui arracher la jambe. Deux ou trois ohimes finirent même par s’arrêter pour lui demander si tout allait bien et lui tendre un morceau de tissus, ce qui s’incita à le calmer pour ne pas attirer plus d’attention non-désirable. Siobhán pensa fortement à son estomac toujours vide et au pain qu’il avait encore dans les mains, puis à ce qui l’avait fait ralentis. Cette voix qui l’appelait… Il n’y avait aucune chance que quelqu’un le reconnaisse dans cette ville. Du moins, il n’y avait en fait qu’une seule personne…
L’orphe se releva avec incrédulité. Mais pourquoi Ellesme serait encore là ? Pire, pourquoi elle chercherait à l’appeler ? Il n’avait pas été assez méchant avec elle ? Siobhán retourna sur ses pas, du moins de ce qu’il s’en souvenait alors qu’il n’avait à ce moment-là prêté aucune attention au chemin qu’il prenait, plutôt occuper à courir comme un dératé.

Il retrouva facilement la soldate de l’escadron à un coin de la rue où il avait été attrapé, étalée par terre comme il l’avait été une minute auparavant.
« J’y crois pas. » murmura-t-il pour lui-même en s’arrêtant devant elle, son morceau de tissus plein de sang collé au nez si bien qu’il avait une voix nasillarde. « Qu’est-c’tu fous par terre ? Qu’est-ce tu fous encore ici tout court ? »
Siobhán dût la regarder un moment se tenir la jambe avant de se souvenir de sa blessure. « Tu m’as couru après ou quoi ? » Le visage d’habitude inexpressif du jeune homme n’avait jamais montré autant d’incrédulité. « Mais t’es dingue, j’ai jamais vu quelqu’un d’aussi dingue. T’es folle amoureuse de moi ou quoi ? Ou t’as pris de l’acide dans ton enfance, chai pas ? »

Cela dépassait complètement l’entendement de l’orphe fennec qu’elle puisse autant s’occuper de son sort. Il se posait déjà la question avant, mais là, elle n'était même plus en mission ? N'empêche qu'elle l’avait appelé et couru après. Si ça se trouve, elle était même restée à Ohime Quinah pour le retrouver.

Et malgré le fait que ça dépassait aussi complètement son entendement, Siobhán était très heureux de la revoir.

Il avait faim, il était plus que crade et il avait à peine dormi depuis deux jours. Ellesme, elle, était sa clé dorée pour sortir de cet enfer. D’une manière ou d’une autre, elle tenait absolument à l’aider et cette fois, Siobhán avait désespérément besoin d’aide. Mis à bout par le voyage jusqu’à Ohime Quinah et par ces deux jours passés dans la ville, il était presque prêt à l’admettre même à la membre de l'escadron.

Le jeune homme lui tendit la main pour l’aider à se relever, et resta là une seconde ou deux avant de s’apercevoir qu’elle ne risquait pas de le deviner. Il oubliait constamment qu’elle était complètement aveugle à part au bon vouloir de son corbeau. Aussi, cette fois, il attrapa directement son poignet et mit son autre main sous son aisselle pour la relever.
« Si t’as mal, tu me dis, mais restes pas le cul dans la poussière. » déclara-t-il avant de reprendre son tissus pour le recoller sur son nez. Quelque part, se fit-il la réflexion, c’était aussi bien qu’elle soit aveugle vu l’état dans lequel il était.

Avatar de l’utilisateur
Siobhán
Orphe

Âge: 28
Crédit: 216.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image
Métier: Aucun
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: man by lian-blackdream

Re: A quand les retrouvailles ?

Messagepar Maître du Jeu » 07 Juil 2016, 01:17

Message de modération Seby : J'ai mis un peu de temps à répondre parce que je ne comprenais pas pourquoi vous parliez d'empreintes digitales et d'identification à Ohime Quinah. J'ai dû revenir en arrière pour reconstituer le truc. Donc oui, l'Escadron possède de petites antennes à travers tout Nideyle, mais les Atlantes et à plus forte raison l'Escadron ont pour ordre de ne surtout pas interférer avec les autres peuples moins évolués. Leurs antennes sont donc secrètes et discrètes. Du coup non, vous ne pouvez pas débarquer dans une ville comme Ohime Quinah, demander l'Escadron et no problemo les gardes vous y emmènent comme s'ils étaient au courant et que tout était normal. Et non, une ville comme Ohime Quinah ne possède pas l'électricité ni la technologie nécessaire à des contrôles poussés. Voyez ça plutôt comme les antennes des organisations humanitaires implantées dans les pays pauvres : ils font avec les moyens du bord, sans technologie ou très peu, en s'adaptant à la culture du pays dans lequel ils sont implantés. Le but de l'Escadron étant surtout de se fondre dans la masse sans interférer en tant qu'observateurs, ils ne vont pas s'amuser à étaler leur technologie et encore moins à imposer leur armée à un pays étranger (surtout à Ohime Quinah où la méfiance est de mise). Merci d'y faire attention par la suite ;)
Image


Fendant la foule qui allait et venait en direction du marché, une demi douzaine de gardes s'arrêta à hauteur des deux jeunes gens. Assez petits, des regards très clairs tranchant sur leur peau brune, ils portaient à la ceinture qui une hache, qui une faucille. Celui qui les menait était armé d'une cimeterre à lame courbe sur la poignée de laquelle il avait posé sa main. Adjib Ptahâa, premier capitaine du général des armées ohimes. Un homme respecté pour son sens du devoir et sa loyauté envers la Reine et son général Hétep Ir Kaha. Les yeux d'un turquoise perçant, il ordonna d'un geste la dispersion de la foule avant de s'interposer calmement entre Siobhán et Ellesme. Sans la moindre agressivité mais d'une autorité paternelle, il les sépara en douceur. Pour être tout à fait franc il n'avait rien vu de la course poursuite précédente même s'il s'était bien rendu compte de l'agitation environnante.

L'espace d'un instant, il observa les deux individus. Leurs cheveux clairs surtout, trahissaient leurs origines étrangères. Était-ce ce qui créait tant de tumulte parmi les passants ? Celui dont les oreilles démesurées hurlaient qu'il était orphe semblait avoir été victime d'un bien mauvais tour et se tenait le nez ensanglanté. D'apparence plutôt pauvre, il aidait pourtant une jeune femme aux atours bien plus aisés à se relever, sans doute après une chute. C'est pourquoi Adjib se montra aussi doux envers l'un qu'envers l'autre. Car depuis des générations, le peuple ohime avait grandit dans la générosité et l'entraide. Les plus fortunés relevant les moins nantis, leur offrant souvent de quoi manger. Du livre Ohime, la solidarité leur avait été enseignée et demeurait ancrée à jamais dans leur mode de vie.

« Madame. Engagea le capitaine poliment. Sans vous offenser, il n'est pas prudent de si peu vous couvrir avec ce teint de peau. Le sable et le soleil de l'oasis vous brûleront à coup sûr. »

Il se tourna à demi vers l'un de ses hommes qui offrit aussitôt son chèche à Ellesme. Réalisant du même coup qu'elle était frappée de cécité, il demanda autorisation d'un simple échange de regard pour la conduire en lieu sûr. Adjib opina avant de se recentrer sur Siobhán.

« Que la grâce de Quinah vous accompagne. S'inclina-t-il respectueusement. La garde civile pansera vos blessures, soyez en assuré. Lepti. Appela-t-il. Veuillez prendre soin de notre hôte.
_ Bien sûr capitaine. »


Déjà, la foule se reformait autour de la petite patrouille menée par Adjib. Ellesme, guidée par un garde attentionné, disparu bientôt à l'angle d'une ruelle tandis que Lepti — tout sourire — invitait l'orphe fennec à le suivre dans la direction opposée.



Vous voilà séparés ^^ Je vous laisse vous organiser avec Lacrima pour reprendre directement à la suite ou sur un sujet propre si vous préférez.

Avatar de l’utilisateur
Maître du Jeu
Compte multifonction

Crédit: Fermé

Re: A quand les retrouvailles ?

Messagepar Maître du Jeu » 07 Juil 2016, 16:15

Avatar de l’utilisateur
Maître du Jeu
Compte multifonction

Crédit: Fermé


Retourner vers L'Oasis d'Ohime Quinah

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron