Les joyaux de l'oasis (Neith Képhis)

Au beau milieu d'un désert aride, Ohime Quinah est déposée sur les rives d'un oasis luxuriant. Les Ohimes sont un peuple calme et pacifique vivant comme s'ils sortaient tout droit de l'Égypte antique.

Les joyaux de l'oasis (Neith Képhis)

Messagepar Néthi Ptahâa » 24 Aoû 2012, 23:50

Désolée pour le retard, je suis impardonnable (et en plus c'est désespérément court). Par contre je reste volontairement vague sur ce qui s'est récemment passé pour Néthi vu que mon RP avec Vrass est en cours ;)


Marchant à l'ombre des maisons, Néthi allait d'une échoppe à l'autre avec cette nonchalance propre à ceux qui croulent sous le poids de la chaleur. Aujourd'hui était jour de marché et même si elle n'avait besoin de rien en particulier, depuis qu'elle avait été congédié de son poste de scribe à la grand bibliothèque d'Ohime Quinah, n'importe quelle occasion lui semblait idéale pour briser son quotidien monotone.

Aussi déambulait-elle sans autre but que celui de tuer le temps devenu trop long ces derniers jours.

Profitant de l'ombre d'un stand dont la toile coloré faisait comme un plafond, elle caressa du bout des doigts les étoffes fines composant de très jolis pagnes. La soie douce côtoyait le lin translucide, et de magnifiques broderies rehaussaient chaque vêtement. Avec un sourire, elle joua à faire tinter quelques perles cousues au pied d'un voile sombre. Elle était comme une enfant qui s'émerveille devant les toilettes de princesse des adultes, rêvant de pouvoir tout essayer sans oser le faire. Elle s'éloigna avec regret, se dirigeant à présent vers un enclos où étaient exposés quelques Bondish.

Toute guillerette, elle alla se pencher au-dessus des barrières grossières et laissa traîner ses mains dans les fourrures chaudes. Les créatures lui rappelaient sa sortie dans le désert quelques temps plus tôt. Elle y avait vu les Raanaï majestueux et pourtant blessés. Elle, Lepti, et ce Morphe qui pouvait prendre l'apparence d'un grand chien rouge. C'était le temps où elle pouvait encore se permettre de s'enthousiasmer pour l'aventure. Aujourd'hui, seule la culpabilité l'habitait. Car elle avait appris un peu plus tôt la mort d'Anthmosis Naïlthan.

Jamais il ne s'était réveillé du coma dans lequel elle l'avait délibérément plongé...

Avatar de l’utilisateur
Néthi Ptahâa

Crédit: Fermé

Re: Les joyaux de l'oasis (Neith Képhis)

Messagepar Neith Képhis » 31 Aoû 2012, 22:58

Pas de soucis ^^. De mon côté je me suis un peu oublié sur la longueur du texte. Mais bon j'étais en forme, autant en profiter :crazy:



Chez les Ohimes il était convenue par tous que les demi-dieu avaient des serviteurs pour répondre au moindre de leur demande et s’occuper à leur place des diverses corvées du quotidien pour décharger leurs épaules déjà encombrées de complexes responsabilité. L’apanage des dirigeants en somme. Cependant il arrivait de temps à autres au cours des décennies que certains de ces privilégiés remettent en cause leur situation. Neith Képhis, maitre d’écurie, était de ceux là.

Certains pensaient qu’elle agissait ainsi par esprit de contradiction, d’autre pour défendre l’égalité entre les concitoyens. Ses détracteurs susurraient à qui voulait bien l’entendre qu’elle ne cherchait qu’à faire son intéressante alors que les hommes sous sa juridiction étaient persuadés qu’elle préférait encore faire les choses par elle même car elle s’était lassée d’houspiller à pertes ses serviteurs. Les motivation de la dame oryx resteront probablement mystérieuses, toujours est il qu’elle était presque totalement autonome et qu’elle se rendait au marché une fois par semaine pour ses propres achats en plus de ses prospections chez les maquignons à la recherche de la perle rare pour les étables et écuries royales.

Évidement les choses ne s’étaient pas faite d’elle même et Neith avait du forcer un peu ses concitoyens à se comporter normalement avec elle. Les premiers temps les marchants refusaient souvent de la faire payer ce qui la mettait en rage. Par instinct de survit ils finirent par la servir presque comme n’importe quel autre client.

Aujourd’hui encore Neith Képhis arpentait le marché rapidement en de grandes enjambés posées. Elle savait comme toujours parfaitement où elle allait et pourquoi et son assurance incitait les badauds à s’écarter de sa route malgré son petit mètre cinquante rachitique. Le maitre d’écurie était vêtue très simplement de lin, ne portait ni bijoux, ni casque d’apparat comme il était coutume et allait pieds nus. Elle aurait pu passer pour n’importe qu’elle voyageur si sa tête d’oryx élégante et racée ne l’avait pas trahit aussi cruellement. Selon la coutume Képhis aurait du faire preuve d’une peu plus de pudeur vis à vis de son peuple mais elle haïssait plus que tous le lourd casque d’or et de pierreries dans lequel chaques sons se répercutait comme dans une grotte. Elle s’était également souvent plainte à qui voulait l’entendre qu’elle étouffait en dessous et que son pelage se coinçait dans les charnières. Après avoir passer un certain temps à trimbaler le casque sous le bras pour le mettre en urgence si elle croisait quelqu’un d’importance, l’oryx avait tout simplement fini par le laisser prendre la poussière dans un coin des écuries. Les voleurs étaient légion mais curieusement personne n’avait tenté de s’en emparer.

Habituellement le maitre d’écurie faisait peu d’achat car sa frêle carrure ne lui demandait pas beaucoup de denrée, mais aujourd’hui elle semblait comme prise d’une fièvre acheteuse et remplissait de dattes, de grains et de viandes séchés les bâts d’un âne blanc qui la suivait sans brides avec l’ai boudeur de quelqu’un qui aurait préféré dormir plutôt que travailler. Pourtant il suivait la femme d’un bon pas sans qu’elle ait besoin de l’y encourager. Képhis avait apparemment déjà fait l’acquisition de gamelle, de cordes et d’autres menus objets d’utilité courante. Il était clair qu’elle se préparer pour un voyage.

Effectivement Képhis était bien décidé à partir à l’aventure. Après plusieurs années de plus ou moins bon et loyaux service en temps que scribe et une brillante carrière de maître d‘écurie, la dame oryx s’était enfin accordée ce qu’elle désirait depuis longtemps : quitter l’oasis pour un long périple dans le désert et au delà. La tragique mort de plusieurs Raanaï, ces animaux vénérés par tous les Ohimes, perturbés par une mystérieuse échine métallique venue d’un autre peuple l’avait finalement persuadé de quitter ses chevaux adorés. Cependant il était rare que les ohimes quittent l’oasis sans compagnons de route car en cas de décès personne ne pourrait en informer leur peuple reclu dans le désert. La dame oryx avait envisagé de partir avec un soldat ou un guerrier aventureux, mais elle ne goutait pas la compagnie de ses gens souvent rustres qui montaient à cheval sans aucun respect pour leur monture. De toute façon elle n’avait pas l’intension de se battre et Zaharath lui permettait toujours de fuir un danger. Quel qu’il soit. Un saltimbanque lui aurait tapé sur les nerfs et ne lui servirait à rien. A son grand désarroi, Képhis s’était rendue à l’évidence : elle devait partir avec un scribe ! Les scribes possédaient un savoir qu’elle n’avait pas eut le temps d’acquérir et certain d’entre eux étaient des expert en matière de peuples étranger. Le problème était d’en trouver un qu’elle supporterait.

La dame oryx s’était rendue auprès de maître Inéni, le vieux scribe à tête de chameau gardien de la bibliothèque. Il était l’un de ses rares anciens collègues que Képhis appréciait et il était un bon compagnon de boisson à l’occasion. Plus vieux qu’elle, s’était un vieux bonhomme plein de manies et bougon qui connaissait tous les hommes et femmes de lettres de la ville sur le bout des doigts et saurait la conseiller efficacement. Il lui avait donné quelques nom squi ne l’avait pas emballé avant de se lamenter sur une certaine Néthi Ptahâa qu’il lui aurait chaudement recommandé si elle n’avait pas était de santé fragile et surtout si elle n’avait pas tuer un jeune chasseur de serpent après avoir lu des parchemins sacré sans autorisation. Képhis n’en avait rien dit au vieil homme mais elle s’était de suite décidé pour la jeune Néthi dont elle n’avait que de vague souvenir pour l’avoir déjà aperçut dans la bibliothèque, le nez plongé dans des papyrus. Un scribe qui brave l’interdit est suffisamment rare pour que la dame oryx s’y intéresse de très près. Et sa santé ? Diable, le maitre d’écurie jugerais sur place ! Du moins si elle parvenait à localiser la jeune fille…

Tout en faisant ses achats Képhis en vain à passer, plus par habitude que nécessité, près des enclos à bestiaux. Que ne fut pas sa surprise d’y découvrir la fameuse scribe penchée au dessus d’une barrière en train de caresser des bondishs : un bon point pour elle. Le maitre d’écurie pris le temps de jauger la jeune fille comme elle l’aurait fait avec un cheval qu’elle envisageait d’acheter. C ‘était une ohime de petite taille qui ne devait pas avoir l’habitude de baisser la tête pour rencontrer les yeux de son interlocuteur, elle allait devoir changer ses habitudes avec la dame oryx. Néthi était aussi une très belle femme avec de bon aplomb mais une musculature trop peu développée même pour une femme de lettres. Elle semblait effectivement bien frêle, mais ce n’était pas à cela que Képhis jugé le courage d’un Ohime. Elle appréciait l’air doux de la jeune fille, cela dénotait une nature calme ou en tout cas dépourvue d’agressivité. La dame oryx s’approcha de la jeune fille, toujours suivi par son âne blanc, et salua la jeune fille respectueusement avant d’aller droit au but comme à son habitude :

« La paix soit sur toi Néthi Ptahâa. Je suis Neith Képhis la dame-oryx, maitre des écuries. J’ai apprit récemment ton renvoie des ordres. Cela n’a nul importance pour moi et je viens aujourd’hui te demander de m’assister de tes services. Les Raanaï se meurent rongés par un mal venu des lointaine terres au delà du désert. Accepterais tu de te joindre à moi pour résoudre ce mystère ? Tes connaissances des textes et de la cartographie me seront très utiles. »

La demande était aussi incongrue que le pet d’un cheval de race monté par la reyne de l’oasis lors d’une très sérieuse cérémonie religieuse, mais Képhis était connue pour son impulsivité, sa témérité et surtout son attitude cavalière. Dans tous les sens du terme.

Avatar de l’utilisateur
Neith Képhis

Crédit: Fermé

Re: Les joyaux de l'oasis (Neith Képhis)

Messagepar Néthi Ptahâa » 05 Sep 2012, 18:55

Je n'ai qu'une seule chose à dire concernant la longueur des messages : ils font la taille qu'ils font ! :D Ne t'en occupe pas va, tant que tu écris ce qui te plaît c'est l'essentiel. Et moi je m'en fous j'aime lire (l)


Néthi sursauta en entendant son prénom et des salutations officielles dans la même phrase. Elle failli même passer par-dessus la barrière et atterrir le nez dans l'auge des Bondish ! Se rattrapant de justesse, elle se redressa pour se remettre sur ses pieds et posa sur son interlocutrice un regard curieux qui vira très vite à une sorte de crainte respectueuse. Et si elle envisagea de rendre à la demi Déesse la révérence due à son rang, elle n'en eut pas tellement l'occasion et se contenta de rester bouche-bée devant la proposition qui lui était faite.

Voyager loin de l'oasis ? Assister un demi Dieu ? Trouver et panser le mal qui frappait les Raanaï ? Tout cela lui sembla un peu trop pour elle, d'autant qu'elle n'estimait pas mériter la réputation d'érudit que la dame Oryx lui prêtait...

Et pourtant ! Après quelques secondes de stupeur, Néthi devait bien avouer que tous ces mystères lui mettaient l'eau à la bouche !

« La... la paix soit sur vous Neith Képhis. Salua respectueusement Néthi, tant habituée aux sautes d'humeur du chef des armées Hétep Ir Kaha qu'elle ne s'alarma pas davantage de l'impatience du maître d'écurie. Ce serait un honneur de vous assister... mais... Je ne devrais peut-être pas dire cela, et je ne vous apprends sans-doute rien, mais la dernière fois que j'ai laissé parler mon enthousiasme... un homme en est mort... »

À ces mots, elle baissa la tête honteusement, entortillant ses doigts dans le voile de lin blanc qui lui servait de vêtement. Quelque part au fond d'elle-même, elle espérait pouvoir se racheter, sinon prouver à tous qu'elle n'était pas la jeune fille sotte et fragile que tout le monde pensait connaître. Seulement pour cela, Neith Képhis devait accepter de s'encombrer de sa présence... et ça, ce n'était pas gagné d'avance, même s'il fallait bien reconnaître que c'était bel et bien la demi Déesse qui était venu la chercher !

Avatar de l’utilisateur
Néthi Ptahâa

Crédit: Fermé

Re: Les joyaux de l'oasis (Neith Képhis)

Messagepar Neith Képhis » 19 Sep 2012, 10:48

Désolé, Képhis donne pas mal d'ordre, mais j'ai supposé que comme c'est dans osn caractère et qu'elle ai demi-dieu, je pouvais me le permettre. Dis moi si ça ne va pas !
Par ailleurs sa dernière demande peut être une ouverture sur le prochain sujet (d'ici quelque tours de jeux^^) si cela te convient. On pourrait se retrouver à l'animalerie ou à l'écurie royale selon ce que tu préfère. A moins que tu es une autre idée :)



Le maitre d’écurie eut un mouvement d’oreille interloqué devant la surprise, l’ahurissement même, de la jeune scribe. Il fallait bien peu à la jeune fille pour être surprise. Enfin au moins elle s’était ressaisie rapidement, s’était déjà ça. Il allait lui falloir du cran et un talent certain pour se remettre en selle après n’importe quel situation pour pouvoir suivre Képhis à travers les terres du nord.

Néthi lui sembla beaucoup moins amusante lorsqu’elle lui adressa, avec un ton que l’impatience de la dame oryx lui fit juger plaintif, ses doutes sur sa capacité à réussir. Le maitre d’écurie ne s’entourait pas d’incapable, elle savait ce dont elle était capable elle même et où s’arrêté ses compétence. En conséquence elle acceptait volontiers de s’entourer de personne à même selon elle de combler ses propres lacunes. Néthi était le candidat idéal, le maitre d’écurie en était persuadé. Et rien ne la ferait en démordre. Elle avait juste besoin de motiver un peu cette jeune recrue :

« Qu’importe ce décès. Il est malheureux qu’un être ai à quitter cette terre trop tôt et n’importe qui serait pêne de l’apprendre, moi comprit. Mais c’est autant son avidité que ta curiosité qui ont causés sa perte. Et la curiosité me semble plus souvent un don qu’une fatalité. Cet homme est mort, mais personne n’y peut plus rien faire. »

La dame oryx était réputée pour sa brusquerie, mais elle savait faire mouche et s’exprimait presque toujours avec un calme qui atténué ses propos :

« Tu ne dois pas rester prostré sur cette erreur alors que tu ne peut rien y faire. Secoue to et ne gâche pas ta vie, tu as du talent et il serait dommage de ne pas l’exploiter. Lorsque l’on a un champ fertile, on le cultive. »

La dame oryx se détourna et commença à s’éloignait. Elle revint aussitôt sur ses pas comme si elle avait oublié quelque chose :

« Il te faudra deux montures : une pour te porter à travers le désert et l’autre pour tes bagages. L’écurie royale pourra te fournir à loisir en cheval. Mais peut être préfèrera tu acheter tes propres compagnons. Quoiqu’il en soit j’exige d’avoir un droit de regard sur ceux ci. Je ne supporterai pas de partir mal entouré. Alors que choisit tu ? »

Evidemment Képhis n’envisagea pas une seconde que Néthi puisse décliner son offre : elle était un demi-dieu après tout. Les gens lui devaient obéissance.

Avatar de l’utilisateur
Neith Képhis

Crédit: Fermé

Re: Les joyaux de l'oasis (Neith Képhis)

Messagepar Néthi Ptahâa » 31 Oct 2012, 14:40

Interdite quelques minutes, Néthi resta bêtement immobile, à regarder la demi déesse s'éloigner. S'entendre annoncer qu'Anthmôsis Naïlthan était davantage responsable de sa propre mort que Néthi, et qu'elle n'avait pas à s'en vouloir pour cela, la laissait stupéfaite. Dans un sens, les paroles de Neith Képhis n'étaient pas si fausses, et pourtant la jeune femme restait perdue quelque part dans une sorte de consternation indécise.

Plus encore, depuis qu'elle était enfant, la jeune femme avait été habituée à ce qu'on la traite avec douceur, la surprotégeant la majorité du temps. Qu'il s'agisse de son père comme de ses connaissances, tous l'avaient toujours maternée. Mais depuis quelques temps, et surtout depuis cet incident avec le chasseur de serpent, elle avait droit à moins de compassion et davantage de rigueur. Maître Inéni le premier qui l'avait radiée de l'ordre des Scribes, mais aussi et surtout son père, au plus grand chagrin de l'Ohime.

Les jours précédents encore, Néthi avait eu droit à la froideur de Sayah Cordylus et à l'impatience abrupte de Vrass Rannveig... Curieusement, cette façon nouvelle d'être traitée - bien que l'ayant déstabilisée et certainement attristée au début - était comme un moteur pour la faire avancer autrement. Depuis, plutôt que de suivre ce que les autres avaient décidé pour elle, elle osait de plus en plus progresser dans la voie qu'elle s'était choisie... et faire ce qui lui plaisait à elle. Aussi, le ton sec de la femme Oryx était comme une gifle pour lui faire comprendre que cette chance ne se représenterait pas deux fois. Et lorsqu'elle fit mine de partir pour faire demi-tour aussitôt, la joaillière eu bien du mal à retrouver le sens de la parole.

« Je... euh... Elle se tourna une seconde fois vers les enclos, observant les animaux que la chaleur rendaient bizarrement calmes. [/b]Celui-ci ![/b] Se décida-t-elle tout à coup en désignant un Diploson. Le maquignon dit qu'il peut stocker beaucoup d'eau dans sa bosse, comme les dromadaires. S'enthousiasmait-elle. Il pourra me porter moi, ainsi que mes bagages, et j'aurai une meilleure visibilité à cette hauteur. Qu'est-ce-que vous en dites ? »

Avatar de l’utilisateur
Néthi Ptahâa

Crédit: Fermé

Re: Les joyaux de l'oasis (Neith Képhis)

Messagepar Neith Képhis » 06 Nov 2012, 22:22

Mouhaha ! Képhis n’est vrament pas un cadeau ^^Je plaint la pauvre Néthi.

Je ne suis pas trop sur d’avoir compris pour le diplobison, je ne sais pas si tu veux vraiment partir avec ou si c’est une proposition un peu trop enjoué de Néthi qui ne se rend pas compte de la taile du bestiau. Come la réaction de Képhis est plus drôle avec la deuxième option, c’est elle que j’ai choisi XD


Le maitre d’écurie eut un reniflement dédaigneux devant les bêtes parqué en plein soleil. Dès son retours au palais elle enverrait deux soldats faire une inspection sanitaire chez ce marchant. Les conditions de vie de ses pauvres créatures laissaient vraiment à désirer…

La dame oryx reporta tout de même son attention sur la jeune scribe :

« Le diplobison est une bonne monture, mais elle s’accorde mieux à un groupe complet voyageant lentement et privilégiant le confort à la sécurité. Seul des voyageurs en grande caravane peuvent se le permettre. Nous ne voyagerons qu’à deux et notre seul moyen de défenses sera la fuite, par conséquent le diplobison, très lent, ne correspond pas à nos besoins. De plus je ne pense pas qu’il supporte la chaleur du désert. Je suis d’ailleurs étonné d‘en voir un ici. »

Raison de plus pour surveiller de près ce maquignon qui cherchait à arnaquer d’honnête citoyen en leur vendant un animal dont la survie à Ohime était fortement compromise.

Par ailleurs l’oryx imaginait mal la frêle Néthi perché à cinq mètre de haut au sommet d’un monstre cornus de 35 tonnes aussi puissant et bourrin qu’une armée wighox avinés. Neith Képhis resta pensive une seconde pour visualiser les différentes montures qui semblait lui convenir. Elle devait prendre en compte les besoins du voyage, mais aussi la polyvalence et le calme de l’animal. Et bien évidement les affinités de Zaharath l’Ineffable. Elle revint au sujet et chassa une mouche d’un mouvement d’oreille :

« Tu as de nombreuses autres possibilité. L’anticus est rapide et agile. Il est aussi très fidèle à son maitre et malin. Le nox est très évolué et sauras faire face à toutes les situations et plus d’être très obéissant. Les chevaux et les zâku sont des montures polyvalentes, calmes et réfléchits si on les choisit bien. Ils ont évidement ma préférence. Le bondish me semble trop craintif, mais il a le mérite d’être docile. Le quamate est aussi une très bonne monture quoique parfois impressionnante pour un néophyte. »

Avatar de l’utilisateur
Neith Képhis

Crédit: Fermé

Re: Les joyaux de l'oasis (Neith Képhis)

Messagepar Néthi Ptahâa » 02 Déc 2012, 02:25

Non non c'était une proposition sérieuse, mais c'est nickel comme ça. Faut qu'elle apprenne un peu la vie la p'tite :D


Néthi hocha ostensiblement les épaules, à mi chemin entre déception et docilité. Les arguments de la femme Oryx étaient justes et elle les comprenait autant qu'elle les acceptait. Malgré tout, elle ne pouvait s'empêcher de regretter ce choix. Néthi avait été scribe. Lire, écrire, classer, porter parfois des parchemins au palais avait été son quotidien. Chevaucher une monture, non. La seule fois où elle était montée sur un animal, ça avait été un Bondish en direction de l'échine de Kmîs. Mais le voyage avait été suffisamment bref pour rester amusant et agréable. Mais elle le savait, une trop longue chevauchée lui coûterait beaucoup de cette énergie qui lui manquait. Et pourtant... plus les contraintes s'accumulaient, et plus Néthi voulait faire partie de se voyage.

« Pardonnez-moi maître Képhis, mais je n'ai jamais chevauché qu'un Bondish sur une courte distance. Monter, peu importe l'animal, n'a jamais fait partie de mon quotidien. Je comprends que vous préfériez une monture rapide mais si je ne suis pas capable de tenir sur son dos, il ne sera pas très utile pour moi qu'elle file comme le vent en me laissant sur place les fesses dans le sable... »

De ses doigts fins, elle suivait les veines du bois de la clôture montée par le marchand. Intimidée sans le moindre doute, mais aussi un peu honteuse de son incompétence malgré sa bonne volonté. Neith ne la tolèrerait pas bien longtemps si elle posait autant de problèmes ne serait-ce que pour se choisir une bête monture...

« Je me disais que puisque vous êtes maître d'écurie - et même si j'ai entendu dire que vous préfériez dompter les chevaux que les Ohimes – vous pourriez peut-être m'apprendre... et dans ce cas, je prendrai un Zâku. »

Son regard se reporta aussitôt sur l'enclos approprié et accrocha rapidement un individu à la robe palomino striée de blanc. Un camouflage parfait pour le désert ! Si Neith était d'accord pour lui donner quelques cours pendant leur voyage, alors ce serait celui-ci sur lequel elle arrêterait son choix ! C'est donc un regard plein d'espoir teinté de supplication qu'elle posa sur la femme Oryx.

« Qu'en dites-vous ? »

Avatar de l’utilisateur
Néthi Ptahâa

Crédit: Fermé

Re: Les joyaux de l'oasis (Neith Képhis)

Messagepar Sayah Cordylus » 30 Mai 2013, 23:32

« Moi j'en dit que vous apprendrez à chevaucher tous les Quamates que vous voudrez plus tard... » Asséna une voix froide juste derrière Néthi.

Installé sur le toit d'une échoppe comme s'il s'agissait d'un hamac, Sayah Cordylus lézardait tranquillement, se gorgeant d'autant de soleil que son organisme en demandait. S'il devait choisir une ville pour sa retraite, ce serait sans hésitation Ohime Quinah ! Son climat lui allait parfaitement... Pour l'heure, il n'était pas encore à la retraite et encore moins en vacances, aussi roula-t-il mollement pour regarder Néthi de ses yeux rouges comme deux lacs de sang. Son éternel sourire dont on se demandait s'il était bienveillant ou simplement sadique accueilli la jeune femme.

« Dame Khéphisss, sssi ççça ne vous ennuie pas, cccette jeune femme est à présent sssous ma tutelle. Je ne doute pas que vous trouverez d'autres volontaires pour votre expéditttion. Sssi vous voulez bien nous excuser. »

Entre politesse et hauteur, il se laissa glisser au bas de sa tenture et s'approcha de Néthi. En le voyant, le marchand de monture failli s'étouffer de surprise. Sayah, il en avait entendu parler... mais c'était la première fois qu'il l'avait sous les yeux. C'était autre chose de voir des demi-Dieux à tête d'animaux et de voir un Orphe recouvert d'écailles vertes de la tête au pied ! Le reptile, lui, ne se souciait absolument pas des regards tournés vers lui et se contenta de poser l'une de ses mains griffues sur l'épaule de la jeune Ohime.

« Il y a une Joaillerie qui vous attend... »

Et dans un « POUF ! » qui fit battre des cils à la foule, les deux individus disparurent comme par enchantement pour réapparaître à l'abri des regards, au beau milieu d'une boutique de bijoux. Premier jour pour Néthi. Il lui faudrait apprendre les rouages du commerce, à compter vite... et à enchanter elle-même ses créations. Autant dire qu'elle avait du pain sur la planche...


RP CLOS
Avec l'accord de Neith Khéphis qui souhaite quitter le forum, ce personnage est à présent disponible en personnage prédéfini.

Avatar de l’utilisateur
Sayah Cordylus
Reptile Sournois
Reptile Sournois

Âge: 42
Crédit: 3,862.00 Ore(s)
Métier: Commerçant polyvalent


Retourner vers L'Oasis d'Ohime Quinah

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron