Géhenne

Si l'est un point sur lequel tous s'accordent, c'est l'inhospitalité de Guttenvald ! Aux pieds des Obsidiennes et perdu dans la forêt des Ombres, c'est le poste frontière entre Ephtéria et N'qâta.

Géhenne

Messagepar Archélas Ages » 26 Jan 2011, 17:28

<< précédemment : Y'a une chouette ambiance

Alors qu'il prenait au nord-ouest pour éviter les troupes de Manôlis et ainsi s'enfoncer dans la forêt des Ombres, Archélas fut rejoint par Ceithli. Elle était retournée à l'auberge récupérer leurs affaires et leurs victuailles qu'elle portait à présent dans son harnais. Le harnais, évidemment ! Il talonna alors Nemesis et la lança vers l'est pour rejoindre la Crypte Sainte lorsque se jument se braqua brusquement, manquant de désarçonner un capitaine dont le sang ne cessait de couler. Il fut projeté contre l'encolure alors qu'elle se cabrait cette fois, cherchant à échapper au prédateur qui lui faisait face. Les doigts serrés sur les crins, Archélas ferma les yeux et se cramponna de toutes ses forces pour ne pas tomber. Il ne se redressa pas tout de suite, toujours penché sur le cou musculeux de sa monture, mais il pu voir à travers ses mèches de cheveux sombres les deux félins se jauger et se tourner autour. Un autre guépard, en pleine forêt ? Si loin au nord ? C'était peu probable. Ces félins affectionnaient plutôt les plaines du sud. Le frère de Ceithli alors ? Sans-doute, à en juger par ses yeux noirs et leur dialogue muet. À vrai dire, avant qu'il ait pu mieux analyser la situation, un combat farouche éclata. Nemesis se cabra de nouveau, si haut cette fois qu'elle faillit en perdre l'équilibre et tomber à la renverse. Lorsqu'elle fut de nouveau sur ses jambes, le jeune homme tenta par tous les moyens de la calmer et en fut quitte pour une danse assez curieuse pendant laquelle la jument piaffait nerveusement, ses yeux sombres cerclés de blancs ne quittant pas les fauves. Archélas hésita. Il voulu sauter au bas de son cheval et aider Ceithli, mais il risquait de la blesser... et il ne voulait pas non plus blesser son frère, si c'était bien lui. Et puis finalement, le temps qu'il se décide, le combat était terminé.

L'autre guépard fit demi-tour, et Nemesis remuait toujours autant, complètement paniquée d'être ainsi maîtrisée alors que sa vie était en danger. Avant qu'Archélas ait pu réagir, Ceithli repartait déjà, le harnais dans sa gueule. Elle aurait dû le lui donner, lui qui était à cheval. Le ragondindon devait bien peser dans les vingt kilos à lui tout seul... Il s'en voulu. Encore. Et il lâcha finalement les rênes afin de laisser sa jument se calmer dans un bon galop affolé. En atteignant enfin la Crypte, le capitaine était à bout de souffle après sa chevauchée difficile. Il vit le guépard disparaître sous la gloriette tandis qu'il se laissait littéralement tomber de cheval, se raccrochant tout juste à une sangle au hasard. Nemesis soufflait bruyamment, et l'air chaud s'élevait en petits nuages de ses naseaux délicats. Il lui ôta sa selle et son filet, grimaçant de douleur lorsqu'il dû soulever le cuir pour le charger sur son dos, puis s'engouffra à son tour dans la Crypte. Il trouva Ceithli femme, allongée sur le dos comme une mourante. Il lâcha alors sa selle à quelques pas et se précipita vers elle, se blessant les genoux en se laissant tomber au sol. Il repoussa la robe pour évaluer les dégâts : une vilaine plaie aux flancs, des écorchures sur le visage – ça, il s'en souvenait – et une main bien abîmée.

« Laisse-moi voir... » souffla-t-il en dégageant le tissu dans son cou.

Les trous dans sa chair lui arrachèrent une nouvelle grimace. Il se retourna pour fouiller ses fontes et sortir sa couverture qu'il étendit sur elle. Ensuite – et puisque la jeune femme avait commencé à ruiner ce vêtement – il déchira plusieurs morceaux de tunique pour en faire des bandages, puis il se leva et tituba un moment dans la Crypte jusqu'à trouver un bénitier qu'il ramena jusqu'à Ceithli. Il y trempa quelques morceaux de tissu, repoussa ce qu'il fallait de couverture et entreprit de nettoyer ce qu'il pouvait, lent et patient. L'eau devait être glacée, plus particulièrement pour la jeune femme qui elle, était brûlante. Il lui passa un peu d'eau sur le front et la nuque pour faire baisser sa fièvre avant de reprendre son travail minutieux. Chaque fois, il remettait la couverture en place pour qu'elle ait chaud, et découvrait de l'autre côté pour accéder aux plaies. Ce faisant, il récupérait doucement. Son souffle redevenait régulier mais la douleur elle, se faisait cuisante, et son bras entaillé commençait à trembler malgré lui. Lorsque les blessures furent suffisamment propres à son goût, il fouilla le sac de Ceithli et y dénicha sa pèlerine, les pâtes de fruits et le flacon que lui avait donné l'herboriste. S'il avait pu lui en donner une bouteille entière...

« Mange-ça. C'est très sucré, ça t'aidera un peu. Et... je vais t'appliquer ce truc... » la prévint-il en lui montrant le flacon.

Il trouva un morceau de tunique propre qu'il imbiba du liquide odorant, respira à fond et en apposa sur le flanc. Sans bouger le tissu qu'il plaquait contre l'entaille, il versa encore un peu de produit pour être sûr de son efficacité, et il appuya plus fort. Théorie ancestrale : combattre le feu par le feu. Il n'aimait pas lui faire mal, mais il n'avait pas trop le choix.

« C'était ton frère, tout à l'heure ? »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Géhenne

Messagepar Ceithli » 26 Jan 2011, 19:48

Ceithli respirait difficilement et ne voulait pas qu'il regarde au début, mais ce n'était pas comme si elle était en position de force et le laissa donc l'examiner. La grimace qu'il fit ne lui plut pas, mais elle ne pouvait même pas parler, tellement la douleur lancinante dans ses flancs la faisait souffrir. Aussi étrange que cela pouvait paraître, c'était le coup de corne à l'heure actuelle qui était le plus douloureux... pourquoi? Il suffisait simplement d'avoir le sens de l'observation pour comprendre.

Le corps de Ceithli en humaine avait un torse plus large, mais un cou plus fin que sous son apparence animale, ce qui fait qu'en passant du guépard à la femme, elle avait agrandi et tiré sur la plaie de ses flancs alors que celle de son cou s'était vue moins serrée et plus relâchée... et donc moins douloureuse.

Elle vit Archélas partir et les larmes commencèrent à couler, allait-il l'abandonner? Non... il revenait avec de l'eau et commençait à nettoyer ses blessures tout en essayant de la couvrir de la couverture... il cherchait à savoir pour Jhérer, elle ne voulait pas répondre mais...


« O... oui... cet abruti voulait probablement que nous rentrions à Banba... je n'aurais jamais pu rentrer dans cet état... et il n'a même pas voulu attendre que nous reprenions forme humaine pour qu'on s'explique c'est... une... » tête de mule? Oh oui, mais elle ne réussit pas à terminer sa phrase, ses paupières se fermèrent, elle crut perdre conscience mais Archélas s'en était pris à son cou et elle frissonna, ce qui la réveilla... elle refusait de continuer à parler, la douleur à sa gorge était tout de même forte et elle sentait qu'elle saignait beaucoup. Il n'avait pas visé la jugulaire, mais les crocs dans ce genre de muscle... quel idiot... il allait se prendre une de ses raclées lorsqu'elle rentrerait qu'il regretterait d'être venu au monde.

Finalement, le soldat avait terminé, ses yeux se baissèrent alors sur le flacon et elle écarquilla les yeux


« N... no... raAAAAAAHH »

Elle se tordit de douleur alors que le cri déchirant se répercuta dans l'écho sombre de la crypte, comme un démon atteint de la pire folie imaginable, le produit se répandait dans la plaie, dans ses chairs comme un serpent visqueux et vicelard ne cherchant qu'à planter ses crocs venimeux en elle... la plaie vira au blanc mousseux sous l'effet du produit alors qu'elle se cambrait avec force, tirant sur son cou pourtant douloureux, c'était comme si plus aucune de ses plaies n'existait à part cette fureur en son flanc, ses mains meurtries agrippaient la couverture, elle cherchait de l'air après le cri qu'elle avait poussé, ses poumons s'étaient vidé de leur oxygène et elle n'arrivait pas à reprendre son souffle, un flot de larmes se déversait désormais sur ses joues et elle se doutait qu'Archélas avait du détourner les yeux pour ne pas assister à cela... Elle finit enfin par inspirer, sentant le flux d'oxygène entrer dans ses poumons alors qu'elle agrippa le bras d'Archélas pour qu'il retire le tissu imbibé... l'air rentrait par petites bribes dans son organisme, ses larmes semblaient avoir inondé son visage alors qu'elle était maintenant courbée vers l'avant, la couverture avait glissé dévoilant un sein blanc tremblant de peur et de froid... elle le regarda alors, elle savait qu'il devait continuer, elle était d'un seul coup trempée de sueur, ses yeux étaient paniqués à l'idée qu'il allait appliquer de nouveau cet instrument de torture sur elle

« A... attends... l... laisse moi » sa poitrine lui faisait mal alors qu'elle cherchait son oxygène tout en éclatant en sanglot, elle lâcha son bras pour couvrir son visage et se rallonger assez violemment, sa tête percutant la pierre froide de la crypte, elle sanglota quelques secondes, puis prit une profonde inspiration et se tourna vers lui en cachant son nez et sa bouche humides

« Laisse moi me transformer... ce... ce sera moins douloureux... je te promets que je ne te mordrai pas... »

Elle n'attendit pas vraiment son avis et se retourna sur le côté, prenant un bout de tissu qui trainait là pour se le mettre dans la bouche avant de reprendre forme animale. La transformation dura plus longtemps que d'habitude, elle sentait la plaie à son cou se tendre à nouveau et la lancer, alors que ses flancs commençaient enfin à s'apaiser. Elle lui tournait le dos, mâchonnant le tissu pour le caler bien dans ses crocs, elle se retourna, le regard implorant... elle savait qu'avec les poils, il aurait plus de mal, et que ça prendrait donc plus de temps... à peine passa t'il le chiffon sur les premiers coups de crocs qu'elle commença à gronder, fermant les yeux avec force, ses pattes ses contractaient jusqu'à ses coussinets meurtris, mais elle ne bougea pas, subissant avec nettement plus de silence ses soins. La douleur était nettement moins violente que sous l'apparence humaine, elle comprenait pourquoi l'herboriste l'avait suggéré... elle tremblait sous les pressions de son guérisseur, mais seul le grondement qu'elle ne pouvait contrôler sortait de sa gorge, elle continuait de mâchonner le tissu à chaque fois que la brûlure la lançait. Elle se disait que c'était probablement plus facile pour Archélas de ne plus l'entendre hurler... et c'était plus simple pour elle aussi, elle ne voulait pas qu'il se sente responsable, alors que blessure la plus grave avait été provoquée par son frère.

Combien de temps ses soins avaient-ils duré? Elle n'en avait pas la moindre idée, dans sa tête, elle hurlait, elle agonisait, cherchant à ce qu'on l'achève rapidement. Il avait rapidement passé le produit sur ses plaies au visage et sous ses coussinets... elle le trouvait courageux d'oser soigner son visage ainsi, mais elle fermait les yeux pour rester concentrée et serrer de sa puissante mâchoire le tissu entre ses crocs. Les éclats de verre n'avait pas fait grand mal et la douleur était moins forte, mais la zone du visage et des coussinets était nettement plus sensible ce qui fit qu'au final, elle avait subit un épouvantable calvaire tout le long. Lorsqu'enfin il termina, les larmes avaient également coulé le long de son museau félin, elle redressa doucement la tête et plongea son regard noir dans le sien d'un air reconnaissant... reconnaissante que tout soit terminé enfin et qu'il ait pris sur lui pour s'occuper d'elle. Elle lâcha le tissu, elle n'avait plus mal. Elle savait que si elle se relevait, la douleur reprendrait, probablement moins intense désormais, mais elle ne voulait pas prendre le risque de bouger.

La main d'Archélas passa près d'elle et elle la lécha, voyant le sang s'écouler de son bras. Elle leva les yeux d'un air implorant, passant de son bras à son regard afin qu'il comprenne qu'elle voulait qu'il s'occupe de lui aussi...

Elle ne pouvait pas le laisser ainsi, mais elle ne pouvait pas reprendre forme humaine, la plaie à ses flancs allait de nouveau s'ouvrir de manière douloureuse... en même temps, il vaudrait peut être mieux que la cicatrisation se fasse sur sa peau la plus tendue. Elle se retourna donc et ferma les yeux alors que les poils sur son visage disparaissaient et que ses longs cheveux d'or et d'ébène se glissaient tels des serpents au-dessus de sa tête. Elle ramena la couverture sur elle et fixa son compagnon


« Tu... dois... te soigner... » elle voulut se redresser mais elle grimaça et se rallongea, les larmes n'avaient pas séché sur son visage et elle regardait Archélas de ce regard implorant « S'il.. te plait... occupe toi de... toi... » Elle avait froid, mais le froid lui faisait du bien, elle était encore en sueur à cause de la douleur violente provoquée par ses soins... sa main alla chercher la sienne pour la serrer fort afin de sentir sa présence, elle avait de la fièvre, mais elle sentait qu'elle commençait à tomber... fichu Jhérer... sans cette plaie à son cou, elle ne serait pas dans un tel état...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Géhenne

Messagepar Archélas Ages » 26 Jan 2011, 21:02

Il ne répondit pas, parce qu'il ne voulait pas vraiment s'en mêler. Les histoires de famille n'étaient jamais simple et se ranger d'un côté ou de l'autre étaient rarement une bonne idée. Et puis il ne voulait pas juger. Mais au moins il savait une chose : chez les Elbereth, les chamailleries entre frère et sœur n'avaient rien d'anodines... et tout à ses pensées, il sursauta vivement au hurlement que poussa Ceithli. Il s'était bien attendu à ce qu'elle manifeste une réaction à l'application, parce qu'il l'avait vu en souffrir chez l'herboriste, mais pas autant. En tant que femme, c'était pire, et voir le visage de Ceithli déformé par la douleur, entendre la Crypte résonner de ses cris à lézarder la pierre lui déchira le cœur. Surpris, il dû la plaquer au sol en faisant pression sur sa hanche. Il n'avait pas envie de recommencer dix fois. Une seule suffisait largement. La couverture glissa. Il ferma les yeux. Il en aurait pleuré, et il aurait voulu mourir plutôt que d'assister à ça. Il la laissa écarter son bras et rouvrit les yeux. Il avait pourtant vu pire. Il se souvenait des hurlements de Selena lorsqu'il l'avait amenée à l'Abbaye de Saint Illidàan, à Aspasie. Il les avaient alors trouvés irritants. Juste irritants. Pourquoi était-ce si différent pour Ceithli ? Il passa une main sur sa joue, puis ramassa sa pèlerine qu'il plia jusqu'à en faire une sorte d'oreiller pour la jeune femme, approuvant son idée sans souffler le moindre mot. Il lui faisait confiance. Il avait promis de lui faire confiance. Elle seule pouvait savoir sous quelle forme elle supporterait le mieux la douleur. Alors il la laissa faire, la main posée sur l'une de ses épaules. Et bientôt, la peau brûlante sur l'articulation ronde fut une toison couleur sable auréolée de tâches sombres sur une épaule large et plate. C'était comme s'il pouvait sentir la douleur que sa métamorphose lui coûtait. Mais toujours, il resta silencieux, et entreprit de continuer ses soins.

Ce fut un peu moins pénible. Un peu. Et il ne cessait de s'en vouloir malgré tout sans parvenir à articuler le moindre son pour apaiser l'animal. Il n'était pas bon à grand chose.

« Ce n'est rien... » mentit-il éhontément lorsque la langue rugueuse lécha le sang sur sa main.

Comparé à ce qu'il venait de lui faire subir, il avait l'impression de se porter comme un charme. Mais on ne raisonne pas une femme. C'est têtu une femme. Il secoua la tête lorsqu'elle changea de nouveau d'apparence et eut un maigre sourire, essuyant les larmes de Ceithli de ses pouces.

« Tu ne peux vraiment pas t'empêcher de t'agiter hein...? Ne t'inquiète pas pour moi, j'en ai vu d'autre. Et il me reste assez de cette chose pour me faire regretter de t'en avoir appliqué autant. »

Il l'installa un peu mieux, sa pèlerine pliée sous sa nuque, la couverture qu'il borda soigneusement autour d'elle. Il lui essuya le visage à l'aide d'un tissu imbibé d'eau... de l'eau bénite, s'il vous plaît ! Dégagea quelques mèches de ses cheveux et l'aida à boire quelques gorgées à son outre. Ensuite, il lui mit d'autorité quelques pâtes de fruit dans la main et lui ordonna presque de les avaler dans la seconde. Ne restait plus qu'à s'occuper de lui... Il s'installa un peu mieux, sans s'éloigner. Il voulait d'une part garder un œil sur elle et inversement. Sans trop savoir pourquoi, il sentait qu'elle en avait besoin. Il se débarrassa de son tabard, de sa brigandine dont la réticence à glisser le fit grimacer de douleur et le justaucorps joliment déchiré. L'entaille au flanc n'était pas très large mais profonde. Celle au bras avait ripé sur son gantelet avant d'entamer le biceps. Voilà qui lui ferait de jolis souvenirs. À son tour, il nettoya ses plaies, serrant les dents pour ne pas inquiéter Ceithli. Et puis aussi parce qu'il avait une réputation de guerrier viril à assurer... En revanche il hésita une seconde à l'application de la solution bleutée. Le tissu imbibé dans la main, il sembla réfléchir une seconde avant de se lancer. Advienne que pourra... et il se plia en deux sous le coup de la brûlure, hurlant brièvement, surpris alors qu'il s'y attendait... mais pas autant ! Il serra les dents jusqu'à sentir le goût du sang dans sa bouche, comme si ses dents s'enfonçaient dans ses gencives progressivement. Le souffle coupé, il ne bougea plus du tout pendant quelques secondes, la main crispée sur sa blessure. Et il avait fait subir ça à Ceithli ? Il se redressa en haletant comme un fou, les yeux exorbités. S'occuper de son bras releva du masochisme, et il regretta de ne pas s'être éloigné un peu pour éviter à la jeune femme de le voir dans cet état. Un filet de bave s'échappa d'entre ses lèvres alors qu'il était tout entier recroquevillé sur son bras. Après ça, la Crypte parut bizarrement silencieuse. La prochaine fois, il ferai semblant d'avoir perdu ce maudis flacon au détour d'une forêt...

Quelques secondes encore, il resta prostré alors même qu'aucun tissu de le touchait plus. Puis il sembla revenir d'un univers lointain et s'obligea à remuer un peu. Il tria les morceau d'étoffe sales et ceux qui pouvaient encore servir, épongea un peu du sang qui maculait les pierres et se força à avaler quelques friandises. Le sucre sembla lui redonner un peu d'énergie. Il déballa le sac de Ceithli et entreprit d'y mettre ce qui lui appartenait, plus l'un des cuissots qu'elle avait largement mérité, et ficela le tout sur sa selle dans la ferme intention de ne plus lui laisser porter la moindre charge. Il but un peu et se leva pour faire les cents pas. Torse nu, il commençait à avoir sérieusement froid, mais il ne pouvait pas se résoudre à déranger Ceithli qui semblait dormir. Il en avait assez fait pour aujourd'hui.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Géhenne

Messagepar Ceithli » 26 Jan 2011, 21:36

Heureusement pour elle, la féline s'était évanouie au moment où elle remarqua qu'il se déshabillait enfin pour se soigner. Elle eut un léger sourire épuisé, son flanc la tirait, et l'effet mousseux du produit lui donnait un peu la nausée... elle avait eu la mauvaise idée de vouloir se mettre sur le côté et la douleur la lança tellement qu'elle s'était évanouie. Elle était perdue dans un rêve étrange et particulièrement douloureux. Elle voyait Archélas, son regard s'était assombri alors qu'il la fixait en posant ses mains sur ses épaules

« On ne peut pas rester ensembles... je te mettrai encore en danger, on ne doit plus jamais se revoir! »

Elle n'entendit pas sa réponse alors que tout semblait pris dans un nuage, elle sentait seulement son coeur se briser, elle se sentait vidée de toute force alors qu'il s'éloignait pour disparaître dans le néant, elle se mit à gémir alors que ses paupières s'agitèrent, elle ouvrit brusquement les yeux, il n'était pas dans son champs de vision et elle eut peur... son coeur s'emballa, les larmes coulèrent à nouveau


« A.. Archélas? »

Elle se redressa, grimaçant sous la douleur en portant sa main à son cou, le contact mousseux était désagréable surtout qu'elle en avait sur la main aussi... elle se regarda quelques secondes, le temps de reprendre ses esprits, elle était emmaillotée dans une couverture, elle pleurait encore, elle essuya rapidement ce flot sur ses joues pour ne pas qu'il la voie, mais... était-il là? Elle tourna la tête et le remarqua enfin, torse nu dans un tel endroit? Elle le regarda tristement et passa sa main dans ses cheveux, sentant la sueur au niveau de ses racines. Avait-elle transpiré pendant qu'elle sombrait dans l'inconscience? Elle le regarda avant de se tourner vers la tunique sable, qui l'avait recouverte avant qu'Archélas ne s'en mêle. Elle était tâchée de sang, mais la noire était déchirée alors, elle n'avait rien d'autre. Elle enfila donc cette tenue, au moins pour ne pas rester nue sous la couverture, elle grimaça légèrement lorsqu'elle fit passer le tissu sous ses fesses afin d'être bien couverte, puis elle se pencha en avant pour prendre appui sur ses genoux relevés et le regarda en écartant la couverture en souriant

« Viens... tu vas attraper froid si tu restes comme ça! » lui dit-elle avec une infinie douceur. Puis elle leva un sourcil amusé avant de lever un index vers le ciel « et j'ai bien compris la leçon, promis je ne te toucherai pas... mais je pense qu'on peut au moins se réchauffer non? Sans mauvaises pensées... »

Elle sourit encore et écarta la couverture pour l'inviter à la rejoindre... elle se doutait bien qu'ils n'allaient pas repartir tout de suite de toute manière. Elle avait un peu soif, la pâte de fruit qu'il lui avait donné restait un peu collée sur ses dents, elle chercha et trouva la gourde pour en reprendre une gorgée avant de s'essuyer les lèvres du dos de la main. Son ventre se mit à gargouiller et elle le regarda en rougissant

« Il... je ne sais plus si... il reste quelque chose à manger? »

Elle ne se souvenait plus si elle avait réussi à transporter le harnais jusqu'à la crypte, l'adrénaline, la colère, la douleur l'avaient d'avantage portée que sa volonté. Entre l'obscurité, et l'effet de la potion bleue qui la sonnaient encore un peu, elle ne savait plus trop où elle en était, elle voulait juste être près de lui et savoir comment il allait


« Comment va ton bras? » lui demanda t'elle d'un air inquiet...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Géhenne

Messagepar Archélas Ages » 26 Jan 2011, 22:37

Il sursauta à l'appel de son nom et fit volte face, inquiet au ton employé. Faible, terrifié. Il voulu courir jusqu'à elle mais son flanc le rappela à l'ordre. Et puis le froid l'avait engourdit. S'ajoutait à cela les fourmillements dans son esprit, après la perte de sang qu'il avait subit. Alors il se contenta de boiter jusqu'à elle, lui souriant tout de même à sa tentative pour détendre l'atmosphère. Il s'agenouilla, et son premier geste fut de poser une main froide sur son front. Elle était toujours brûlante, et il n'aimait pas cela. Pour preuve, il fronçait les sourcils d'un air contrarié, remarquant au passage, sous la couverture soulevée pour l'accueillir, qu'elle s'était rhabillée. Pour lui, ce fut une maigre preuve qu'elle allait mieux. Ça et le fait qu'elle ait été en mesure de s'assoir. Il lui rendit son sourire, s'efforçant d'avoir l'air tranquille alors qu'il était mort d'inquiétude.

« Oui, on a de quoi tenir un siège. Et mon bras va bien, ne t'en fait pas. »

Il se tourna pour retourner à sa selle où il fouilla d'abord le bagage de Ceithli à la recherche de sa dague. Ensuite il tailla une vingtaine de grosses tranches dans les cuissots et les lui tendit avant d'en faire autant pour lui. Son bras lui fit dire qu'il aimerait bien un peu de repos, mais son estomac rétorqua qu'il avait faim. Il trancha aussi du fromage. Avec tout ce qu'ils avaient, il pouvait se permettre d'être généreux. Avant de la rejoindre, il fouilla encore le harnais et sortit la capeline dont il recouvrit la féline jeune fille, estimant qu'elle n'aurait pas trop de deux étoffes pour lui tenir chaud. Surtout s'il venait ajouter sa chaleur personnelle. Ce qu'il ne fit pas immédiatement. Il s'assit auprès d'elle et la couva du regard pendant qu'ils mangeaient, frictionnant rêveusement l'un de ses bras. En fait il la caressait plus qu'autre chose, mais l'intention y était. L'essentiel était de faire circuler le sang.

« Bon... je crois que je peux rayer Guttenvald de ma liste de lieux paradisiaques où couler une retraite heureuse... lâcha-t-il l'esprit ailleurs. J'aimerais venir avec toi à Banba. J'ai... J'ai quelque chose à faire là-bas... »

Il la regarda enfin. Le jambon lui avait donné soif, et il but à grandes goulées, se rappelant que la douleur et l'épuisement de sa chevauchée et du combat l'avaient également assoiffé. Il vida presque toute l'outre d'une seule traite, et se leva de fait pour apporter la seconde auprès d'eux. Enfin, il se glissa sous la couverture près de Ceithli. Il voulu la prendre dans ses bras pour la réchauffer mais s'abstint en se souvenant des meurtrissures qui fleurissaient son corps. Il enroula seulement un bras autour de ses épaules et emprisonna ses jambe dans son autre bras. Il soupira et ferma les yeux, la voix lasse.

« J'espère au moins qu'il est efficace son remède... parce que ce n'est pas un bonheur immense d'avoir à s'en servir. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Géhenne

Messagepar Ceithli » 26 Jan 2011, 23:42

Elle fut soulagée de voir qu'il allait à peu près bien, même si ses mouvements se faisaient désordonnés et maladroits, signe qu'il avait mal, mais elle préféra ne pas paraître inquiète, aucun des deux n'était en danger de mort désormais, et c'était probablement le principal. Il était un homme quand même, et les hommes n'aimaient généralement pas qu'on s'inquiète trop pour eux. Elle se souvenait de sa mère qui lui disait que "les hommes malades sont comme des bébés! Sauf que si tu les couves, ils grognent! Faut la jouer fine pour s'occuper d'eux".

Elle eut un léger rire et le laissa s'occuper d'apporter la nourriture. Elle prit délicatement la viande d'abord, le fait de lever le bras gauche tirait sur son flanc et elle grimaça doucement, mais elle avait vraiment trop faim et se contenta d'engloutir le jambon en silence. Elle avait l'impression que cela faisait une éternité qu'elle n'avait pas mangé, pourtant leur dernier repas du midi avait été assez copieux. Mais il fallait reconnaître qu'ils avaient eu bon nombre d'activités juste après, que ce soit dans la chambre de l'auberge, dans les rues, ou dans cette crypte. Elle avait l'impression que la douleur provoquée par la potion lui avait dévoré les entrailles au point de la vider entièrement de ses forces. Elle prit un morceau de fromage du bout des doigts, souriant délicatement à ses caresses, elle se rendait compte que cela pouvait être agréable aussi lorsque l'on savait que c'était sans arrière pensée... juste simple et délicat, chose assez rare chez les hommes en général.

Elle serra la capeline sur ses épaules et elle toussa violemment lorsqu'il mentionna vouloir venir à Banba, elle plaqua sa main sur ses côtes là où la douleur de sa plaie se faisait encore sentir, le produit faisait effet cependant, et seule la peau la tiraillait pendant la cicatrisation, elle faisait attention de ne pas respirer trop fort pour ne pas forcer sur cette plaie.


« Tu... tu veux venir à Banba? Avec moi? » un énorme doute s'empara d'elle... il.. il ne voulait quand même pas venir avec elle dans le but de rencontrer Jhérer et de s'en prendre à lui à cause de son état? Elle n'osait même pas le suggérer pour le cas où il ait une autre idée en tête et que ce soit elle qui le lui rapporte. Elle toussa encore un peu puis sourit doucement « Tu... tu es sur? Tu ne te moques pas de moi? »

Elle se souvenait à Aspasie, il lui avait dit qu'il n'allait presque jamais à Banba, d'ailleurs, aucun soldat n'y allait souvent. Elle lui sourit doucement alors qu'il se levait pour aller chercher à boire. Et après c'était elle qui gigotait tout le temps? Elle cala son visage dans son cou, sa fièvre était un peu tombée, mais elle savait son front encore chaud contre la peau fraiche de son compagnon et elle espérait le réchauffer un peu de ce contact

« Cela me ferait très plaisir de venir avec toi à Banba... pour une fois, je n'aurai pas à me presser pour rentrer... » il s'installa de nouveau de manière à ne pas lui faire mal... voulait-elle la soulever? C'était ridicule avec son bras. Elle sourit et secoua la tête de gauche à droite

« Oui.. il est efficace. Personnellement, je ne ressens presque plus la douleur, sauf lorsque je bouge. »

Elle leva la tête vers lui, plongeant ses prunelles sombres dans les siennes de la couleur du ciel avant de déposer un baiser très léger seulement sur son menton. Comme promis, elle ne toucherait pas ses lèvres. Elle retira le bras passé sous ses genoux en souriant doucement pendant qu'elle se levait très lentement pour ne pas tirer sur son flanc, elle passa devant lui afin de l'obliger à écarter les jambes avant de lui tourner le dos et se caler contre lui en glissant entre ses cuisses, elle ramena ses genoux contre elle pour ne pas porter son poids tout entier contre lui et posa sa tête au creux de sa clavicule. D'un geste de la main, elle rejeta ses cheveux en arrière, les faisant passer par dessus l'épaule d'Archélas, un peu comme une source de chaleur supplémentaire, puis elle ramena la couverture bien sur eux afin qu'ils se réchauffent.

Se laissant bercer par les battements de son coeur, elle avait l'impression qu'il battait à l'unisson avec le sien, elle soupira doucement, fixant un point invisible au loin devant eux, son ventre était apaisé et rassasié, son flanc semblait enfin se calmer, quant à son cou... elle ne sentait plus rien. Jhérer n'avait pas du planter ses crocs aussi fort qu'elle le pensait. Elle se demandait qu'elle heure il pouvait être... était-il temps de dormir? La fatigue la gagnait, et elle commença à fermer les yeux doucement avant de secouer la tête pour se réveiller et se pencher en avant. Elle ramena ses cheveux devant elle à nouveau, dévoilant légèrement sa nuque avant de tourner la tête, sans pouvoir totalement le regarder derrière elle


« Je pense que je vais dormir... » puis elle pivota son buste pour le regarder dans les yeux « une nouvelle nuit dans cette crypte ne va pas être de tout repos... » reprit-elle d'un ton amusé. Elle lui laissa la couverture et serra la capeline contre elle, se mettant à genoux pour se décaler et se libérer de ses jambes afin de s'allonger à côté de lui, prenant la pélerine pour y poser sa tête après l'avoir dépliée une fois pour créer une sorte de long coussin sur lequel Archélas pourrait s'allonger lorsqu'il voudrait s'endormir. Elle s'installa sur le côté, son flanc reposait sur la pierre à l'endroit de sa plaie, le froid lui faisait du bien au travers de sa tunique. Elle tendit le bras pour chercher sa main et la serrer avec tendresse, ses yeux commençaient à se fermer tous seuls...

« Bonne nuit Archélas... » les mots étaient sortis de ses lèvres comme s'ils étaient sortis d'un rêve... un rêve où il serait près d'elle et où il ne partirait pas...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Géhenne

Messagepar Archélas Ages » 27 Jan 2011, 01:29

Sa réponse au sujet du remède lui arracha un sourire. Efficace, oui. Lui-même était étonné de l'apaisement de ses élancements... à condition de ne pas bouger. En serait-elle capable ? La suite lui prouva que non. Il la laissa s'agiter comme un asticot sans oser l'aider. Il ne savait pas trop ce qu'elle voulait et il avait peur de lui faire mal. Le mieux restait encore à la laisser se dépatouiller toute seule. Après quelques contorsions, elle s'allongea enfin et, satisfaite de sa position, ne bougea plus. Archélas la vit se débattre brièvement avec sa fatigue et la laissa s'endormir sans oser remuer, jusqu'à ce que le froid se fasse plus mordant malgré sa couverture. Il se sépara de son foureau à contre coeur et sans se lever, il enjamba la jeune femme en prenant appui sur ses bras – dont l'un lui fit amèrement regretter cette idée – et se cala juste derrière elle où il savait qu'il ne risquait de réveiller aucune blessure. Il se serra un peu de manière à ce que sa couverture puisse recouvrir leurs deux corps à la fois, puis l'enserra de ses bras, enfouissant son visage dans sa nuque et sa chevelure. Il vérifia seulement que son épée était à portée de main avant de fermer les yeux. Il s'abstint de lui souhaiter bonne nuit, sachant par avance qu'elle serait inconfortable.

*°*°*°*°*°*°*°*°*

Des pas lointains résonnaient sur la pierre, puis de plus en plus proches. Des murmures... et un éclat de voix qui le fit se réveiller en sursaut.

« Par Alrik ! Le bénitier !
_ Comment a-t-on pu ! »


Archélas se redressa, faisant hurler ses muscles qui n'avaient pas apprécier leur nuit sur la pierre. Son flanc tiraillait mais ne saignait plus. Il couvrit Ceithli de la couverture et lui glissa à l'oreille de ne pas bouger avant de se lever et de sortir de l'ombre de sa chapelle, torse nu, le côté du ventre et un bras salement amochés. Il salua sobrement les deux hommes qui venaient d'entrer. Des bûcherons s'il en jugeait leur carrure. Le type d'hommes généralement ronchon mais pas aussi barbares que les autres villageois. Les bûcherons comme les miniers avaient autre chose à faire que de s'adonner aux boucheries comme ils en avaient vécu la veille. Malgré ça, ces deux-là lui jetèrent une œillade désapprobatrice.

« Vous avez échappé à la bête ? »

Il ne répondit pas et se contenta de replacer le bénitier à sa place. Vide. Il pensa qu'ils devaient parler de Ceithli.

« Une saleté... elle a bien massacré la moitié des hommes de Manôlis. Elle était criblée de projectiles et elle attaquait encore. Vous avez eu de la chance. »

Une bête criblée de projectiles ? Pas Ceithli, donc. Son frère Jhérer ? Faites que non. Il jeta un coup d'oeil vers la sortie par laquelle les premiers rayons du soleil s'engouffraient. Conscient que son silence commençait à paraître suspect, Archélas se décida à parler.

« Oui... de la chance... Je me suis réfugié ici pour soigner mes blessures et prier Alrik d'épargner Guttenvald... »

Oui et bien, on avait bien le droit de mentir un peu en cas d'urgence.

« Vous avez bien fait petit. Cette chose était effroyable. Manôlis la gardait dans ses caves depuis des années et lui offrait ses condamnés de temps à autre. Elle en aura eu assez de sa vie de captive.
_ Effroyable...
répéta le deuxième homme en hochant la tête.
_ Deux gueule, et ce dard qui empalait à tour de bras... »

L'autre hocha la tête à nouveau, et Archélas sut qu'ils ne parlaient pas de Jhérer. Il soupira, soulagé, et improvisa encore.

« Prions qu'une telle chose ne survienne plus jamais...
_ Prions... »
acquiesça toujours le même.

Il se signèrent avant de se diriger vers l'autel et de s'agenouiller. Archélas les laissa à leurs litanies pour aller aider Ceithli. Il lui fit comprendre qu'il était grand temps de filer et enfila seulement son justaucorps et son tabard, rattacha son fourreau à sa ceinture et se couvrit ensuite de sa pèlerine. Il jugea préférable de ne pas compliquer sa tâche lorsqu'il voudrait s'occuper à nouveau de ses blessures en s'encombrant de sa brigandine. Le reste de leurs affaires fut rapidement plié et rangé. Il hissa la selle sur ses épaules, un cuissot entamé pendait d'un côté, le sac de Ceithli de l'autre.

« Tu chevauchera un peu avec moi sur Nemesis. Je ne veux pas que tu marche avec les pattes dans cet état. Viens. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Géhenne

Messagepar Ceithli » 27 Jan 2011, 01:47

Ceithli était profondément endormie lorsqu'un frisson lui parcourut l'échine. Des voix et Archélas s'agitait. Dans un murmure, il lui demanda de ne pas bouger. Elle fronça les sourcils mais décida d'obéir - aussi étrange que cela pouvait paraître. Elle porta doucement sa main à son cou pour voir où en étaient ses blessures, elle sentait le relief des petites croutes provoquées par les crocs de son frère, elle craignait qu'elles soient encore trop fraîches et que si elle se transformait, elles s'ouvriraient à nouveau. Elle grimaça légèrement avant de porter la main à son flanc cette fois-ci, même chose. Elle resta camouflée sous la couverture, elle aurait aimé être un guépard pour mieux entendre à cet instant, les éclats de voix lui parvenaient sans qu'elle ne comprenne bien la conversation à cause de l'écho.

Lorsqu'il revint vers elle, il semblait nerveux tout en cherchant visiblement à le cacher, elle se leva souplement en prenant soin de ne pas s'étirer pour garder ses cicatrices en paix. Ses mains et son visage étaient guéris en revanche, de simples éclats de verre ne lui avaient pas fait grand mal grace à la potion, elle avait en revanche plusieurs petites tâches blanches désormais... heureusement qu'elle avait la peau claire. Après avoir enfilé ses bottes à toute vitesse, elle alla récupérer sa dague qui avait une délicieuse odeur de saucisson et de fromage... eh!! Elle n'avait même pas remarqué que c'était son arme qu'il avait empruntée comme un vulgaire couteau de cuisine! Bon d'un autre côté, ils n'avaient rien d'autre... elle l'essuya un peu avec sa tunique et la glissa dans le fourreau qu'elle s'apprêtait à ranger dans le sac lorsqu'Archélas mentionna qu'elle monterait à cheval. Elle soupira de soulagement à l'idée de ne pas avoir à se transformer et accrocha le fourreau à sa cuisse, sur l'extérieur pour ne pas être gênée sur la monture. Plongeant la main dans son sac, elle prit son gantelet et le mit rapidement avant de fermer le tout et de s'approcher de lui.

Elle ne savait pas trop la raison de la panique du soldat, était-ce à cause de cette histoire de monstre? Il n'avait pas vraiment eu le temps de lui en dire plus, mais elle était inquiète pour Jhérer, espérant qu'il n'était pas tombé dessus sur le chemin du retour.

Elle suivit Archélas jusqu'à l'extérieur de la crypte où ils retrouvèrent Némésis. Elle le laissa mettre la selle et le reste de l'équipement pendant qu'elle s'assurait que personne ne les suivait... Il grimpa le premier et lui tendit la main pour l'aider, elle sauta souplement derrière lui après avoir bien fermé son manteau sur sa tête afin de la recouvrir le mieux possible, vérifiant que ses jambes étaient également couvertes pour ne pas attiser de convoitise dont ils n'avaient absolument pas besoin. Elle passa son bras autour de sa taille de manière à ne pas s'appuyer sur le flanc qu'elle savait blessé, elle avait suffisamment d'équilibre pour tenir en selle sans avoir à se serrer contre lui comme une petite fille prostrée.


« Tu comptes vraiment partir pour Banba maintenant? » Elle doutait fort que Némésis puisse supporter de transporter rapidement deux personnes jusque là... ou peut être souhaitait-il s'arrêter quelque part avant le temps de reprendre des forces?

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Géhenne

Messagepar Archélas Ages » 28 Jan 2011, 21:00

Il rassembla ses rênes avant de faire volter Nemesis et de prendre à l'ouest.

« Oui, je dois y aller. Mais je me ferais discret si ça t'ennuie. »

Il soupira. Il aurait aimé aller au galop mais il doutait que sa jument puisse supporter d'aller longtemps avec autant de poids. Et puis les vivres pendant de part et d'autre de la selle étaient autant d'entraves à ses mouvements. Quant à lui, il ne se sentait pas d'assumer un tel effort après cette nouvelle nuit passée dans l'inconfort. Ils rejoignirent la route Royale qu'ils traversèrent à la perpendiculaire pour s'enfoncer de nouveau dans la forêt. Nemesis semblait connaître le chemin, sans-doute parce que c'était précisément le cas : Archélas revenait sur ses pas et se rapprochait de Guttenvald. Ils marchèrent ainsi longtemps, dépassant les scieries et se faufilant à l'est du manoir de Lloyd jusqu'à déboucher... sur l'herboriste !

« J'en ai pour une minute. Je te laisse mon cheval et les victuailles, surveille-les. »

Et sans vraiment lui laisser le choix, il disparu dans la boutique d'où il ressortit à peine une minute plus tard, les poches plus lourdes et la bourse plus légère. Il aida Ceithli à se placer à l'avant de la selle et grimpa derrière elle, grimaçant au tiraillement de ses blessures. Lui en revanche ne se gêna pas pour se serrer au plus près, expliquant qu'il était préférable pour l'équilibre et la santé physique de son cheval de répartir le poids sur ses épaules au maximum. Il s'installa de manière à avoir son visage juste au-dessus d'une épaule de la jeune femme – finalement bien content qu'elle soit plus petite que lui – et prit les rênes dans ses mains en l'entourant de ses bras. Et là au moins, il était sûr qu'elle ne bougerait pas. Il en profita pour la couvrir de quelques pans de sa pèlerine. De nouveau, il contourna Guttenvald par la forêt, prenant cette fois au sud, puis plein est, sans se presser, se tenant chaud à trois.

« Il semble qu'une créature soit sortie des caves de Manôlis juste après notre départ. Elle a massacré tout ceux qu'elle croisait. L'herboriste a reçu beaucoup de blessés juste après, ce qui fait qu'il a pu reconstituer ce qui s'était passé d'après les nombreux récits qu'il a entendu. Apparemment personne n'a vu de guépard après qu'on soit partis... »

Il la serra un peu contre lui. Il ne savait pas pourquoi, il avait voulu se renseigner pour la rassurer. C'était chose faite. Devant eux, une odeur de combustion et de graisse brûlée se fit sentir. Nemesis en ouvrit tout grand les naseaux en ronflant d'inquiétude. À mesure qu'ils avancèrent, des bruits de métal, et un souffle comme un dragon immense haletant sous l'effort. De nouveau dans la forêt des Ombres, un grand trou. Quelques arbres étaient encore couchés, vaincus par la barbarie des hommes. Surtout, il y avait cet immense quai tout en bois, des abris qui ne protégeaient que de la pluie et... un train. La locomotive fumante semblait leur jeter des œillades furieuses. Archélas n'avait plus rien en poche pour payer un billet. Et avouons-le, les billets étaient hors de prix... Il se dirigea donc vers un homme occupé à faire monter ses chèvres dans un wagon de bétail. Il sourit en reconnaissant l'homme boiteux qui les avait dénoncés à Manôlis et alla se planter juste derrière lui. Nemesis le poussa d'un coup de museau inamical.

« Et ben quoi, vous ne voyez pas que je suis occupé ?!
_ Je peux les faire monter si vous voulez. Mortes ou vives. »


L'homme pâlit en reconnaissant Archélas et chercha aussitôt le guépard des yeux, aux pieds de la jument.

« Votre fauve n'est pas avec vous ?
_ Il est tout près, n'en doutez pas. Je veux une place dans votre wagon.
_ Mon wagon de chèvres ? Il y a plus confortable. Et puis qui me dit que votre guépard ne va pas toutes les égorger ?
_ Rien. Vous n'aurez qu'à surveiller qu'il n'entre pas avec nous. »


Le vieillard fit la moue et finit par accepter. Le capitaine s'engouffra alors à la suite du bétail dans le wagon. Les parois étaient hautes de deux bons mètres, faites de planches mal jointées qui laissaient voir le paysage mais les dissimulait toutefois des regards extérieurs. Il mit pied à terre et aida Ceithli à descendre.

« On va s'aménager un petit coin au chaud. Avec tout ça – il désigna les chèvres et son cheval – on ne risque pas d'avoir froid. Et tu peux même en manger une si ça te dit. On devrait être à Banba d'ici une journée. Demain matin, ce soir peut-être. »

Il dessella sa monture et failli éclater de rire en voyant le berger surveiller les alentours avec appréhension. Il déballa sa couverture et organisa un petit nid de paille dans le coin des cloisons. Les chèvres occupaient le côté opposé du wagon, méfiantes vis à vis de Ceithli qui portait sur elle l'odeur du prédateur.

« J'ai entendu dire que la gare de Banba était située assez en retrait du village lui-même. Il faudra sûrement marcher un peu pour l'atteindre, mais nous gagnerons plusieurs jours. Et... j'ai racheté un peu de ça... »

Il sortit le flacon au liquide bleu et grimaça. Jamais l'idée de se soigner ne lui avait parue aussi désagréable.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Géhenne

Messagepar Ceithli » 29 Jan 2011, 14:06

Ceithli restait doucement accrochée à Archélas, suivant les mouvements du cheval de ses reins de manière à ne pas trop tirer sur sa plaie, elle faisait en sorte de ne pas trop s'agripper à lui pour ne pas lui faire mal au bras et au flanc. Elle sentit un malaise s'emparer d'elle alors qu'ils retournaient vers Guttenvald, son rythme cardiaque s'accéléra alors qu'elle se plaquait un peu plus contre lui, comme si elle cherchait à entrer en lui pour s'y cacher, s'y enfouir et disparaître. Les choses s'aggravèrent lorsqu'il la laissa seule pour surveiller le cheval. Il la laissait seule, ELLE, avec le cheval?

Les deux animaux ressentaient chacun le stress de l'autre, la jument frémissait sous ses jambes et elle sentait chaque pulsation de son coeur dans ses veines jusqu'à la pointe de ses orteils. Elle refusait de manifester son angoisse, ne fixant personne, gardant les yeux résolument baissés pour ne pas risquer de croiser une regard malfaisant. L'ambiance était lourde, malgré le manteau qui la recouvrait, elle avait froid et frissonnait, elle sentait également ses cheveux se tremper sur sa nuque, d'une sueur glacée lui parcourant l'échine. Il revint rapidement et grimpa derrière elle cette fois-ci. Elle fit glisser ses cheveux sur le côté pour ne pas qu'ils le gênent et soupira doucement lorsqu'il l'enlaça pour prendre les rênes. Elle était soulagée de le sentir à nouveau près d'elle, elle était heureuse de savoir qu'il revenait à Banba avec lui, dans son état, elle ne savait pas si elle aurait pu faire le trajet de retour dans de bonnes conditions.

Les frissons reprirent de plus belle lorsqu'il mentionna la créature étrange, ainsi donc elle avait bien compris, et elle craignait pour Jhérer. Le fait que personne n'ait vu de guépard ne signifiait pas qu'il n'avait pas été dévoré par la bête. Ses yeux s'étaient assombris et elle était contente qu'Archélas ne puisse la voir à cet instant. Elle eut l'impression d'être enfermée dans une bulle pendant tout le trajet, craignant secrètement qu'il lui soit arrivé quelque chose. Mais qu'est-ce qu'il était venu faire à Guttenvald? Quel idiot, elle l'avait blessé à l'oeil, elle le savait... une boule lui dévorait les entrailles, rongeant à petits feux chacun des muscles de son abdomen comme la gangrène dévorerait ses organes internes. Finalement ils arrivèrent à la gare, et elle laissa Archélas diriger les opérations, elle n'était pas en état de faire quoi que ce soit. Lorsqu'ils entrèrent et qu'il installa le tout confortablement pour que le voyage soit le moins désagréable possible, elle semblait toujours dans une sorte de transe, il mentionna qu'ils auraient chaud apparemment, elle n'avait pas trop compris pourquoi même si l'odeur nauséabonde des chèvres aurait pu la faire réagir. Elle avait le regard perdu dans le vide (comment était-elle descendue de cheval?) et se rendit compte enfin qu'elle était dans un wagon avec le soldat devant elle lui tendant le flacon source de la pire douleur qu'elle n'ait jamais vécu. Ses yeux s'écarquillèrent enfin alors qu'elle reprenait ses esprits en fixant toujours son flacon bleu, elle tourna la tête pour voir les chèvres avec la jument, mais ils étaient où là?

Récapitulons, il fallait retourner à Banba, mais à deux ils n'auraient jamais pu faire le trajet sur Némesis, trop vieille pour un tel trajet. Elle avait entendu une histoire de guépard à un moment, une voix qu'elle connaissait vaguement pour lui avoir demandé de dévorer une chèvre... et la voix d'Archélas lui disant qu'elle pouvait en manger une... une quoi? Elle secoua la tête et le regarda, ses yeux remplis d'inquiétude et de peur. Non, Jhérer était un chasseur, un traqueur, il aurait senti la bête de loin et il était probablement bien plus rapide qu'elle... il était rentré pour Banba et elle le trouverait en rentrant... attends... non... Archélas venait de dire que le train allait mettre seulement une journée à rentrer? Ils allaient arriver à Banba avant lui! Il lui faudrait au moins trois jours pour rentrer! Elle allait devoir se ronger les sangs jusqu'à son retour?

Elle soupira et hocha juste la tête avant de prendre le flacon et de le regarder quelques secondes d'un air triste


« Personnellement, je n'en aurai pas besoin. Mes plaies sont propres maintenant. Mais garde le au cas où... il faut le reconnaître, même si je n'ai jamais rien ressenti d'aussi douloureux de toute ma vie, c'est efficace »

Elle sourit doucement et s'installa sur la couverture, ramenant ses jambes contre sa poitrine et enlaçant ses genoux de ses bras. Elle ne savait pas comment Archélas souhaitait s'installer, elle préféra le laisser faire comme bon lui semblait. Ses yeux se perdirent sur les chèvres, si son regard aurait pu paraître affamé, ce n'était pas le cas. Ils avaient quand même bien mangé la veille et son estomac ne la tiraillait pas trop à l'heure actuelle. Son regard se perdait de nouveau dans le vide, imaginant la tête de sa mère lorsqu'elle rentrerait avec une tenue en lambeaux et l'autre pleine de graisse et de sang. Et la marque dans son cou, elle reconnaîtrait les crocs de Jhérer pour avoir si souvent soigné ce genre de blessure. Elle posa son front sur ses genoux et soupira à nouveau, réfléchissant, sans se rendre compte qu'elle répondait à la question du soldat

« La gare est assez loin du village en lui-même, elle est plus près des champs, mais ma maison n'est pas très loin, avec Némésis on y sera en moins d'une heure... » elle déploya alors l'un de ses bras pour chercher la main de son amant et la serrer avant de tourner la tête pour appuyer sa joue sur ses genoux en lui souriant, ses cheveux glissant un peu le long de ses cuisses alors qu'elle semblait totalement roulée en boule « Tu es le bienvenu bien sur... »

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Géhenne

Messagepar Archélas Ages » 29 Jan 2011, 17:10

Maintenant que j'y pense, ça doit pas être super agréable de monter à cheval sans sous vêtements :022:


L'immense porte se ferma et les plongea dans une obscurité relative. Ils entendirent les verrous être tirés de l'autre côté. Archélas fronçait les sourcils d'un air soucieux en observant l'étrange comportement de Ceithli. Quelque chose n'allait pas. Il le sentait comme une atmosphère pesante sur ses épaules. Il la rejoignit sur la couverture, sans oser s'approcher trop près. Peut-être que le problème était là. Peut-être qu'il se montrait trop présent ? Peut-être qu'il l'étouffait ? Peut-être que le guépard avait besoin de d'avantage de liberté ? Il posa une main sur le front de la jeune femme, inquiet à l'idée que ses plaies aient pu s'infecter et lui causer une brutale montée de fièvre. Elle n'était pas particulièrement brûlante, mais elle semblait fatiguée. À leur décharge, la nuit avait été courte et inconfortable. La pierre dure se faisait rappeler à chacun de ses muscles à lui aussi, et le froid le rendait somnolent. Mais ici, dans un wagon fermé rempli de bêtes, la chaleur ne tarderait pas à se faire sentir... Il avait souvent utilisé cette astuce au cours de ses voyages, invitant Nemesis à se glisser sous une tente lorsque l'occasion se présentait. Il secoua la tête d'un air contrarié.

« Et à moi, l'herboriste m'a demandé de t'en remettre un peu aujourd'hui. Tu te souviens, ta cuisse. Ça brûlera moins... »

Pour la dernière affirmation, il s'agissait d'avantage d'un espoir qu'autre chose, mais l'intention y était. Il soupira.

« Je me soigne le premier si tu veux... »

Et joignant le geste à la parole, il se dévêtit pour soigner sa coupure sur le côté du ventre. Il afficha un air un peu surpris devant l'état remarquablement propre de la plaie. Elle suintait encore un peu mais beaucoup moins. Il ressortit tout son attirail de torchons – pardon pour la défunte tunique – et commença son manège, s'en mordant la langue lorsque le produit les dévora les chairs abîmés. Heureusement, le train s'ébranla au même instant et le bruit que firent les wagons en s'entrechoquant couvrirent son grognement de douleur. Soigner la coupure à son bras ne fut pas moins violent. À la fin, son cœur battait à tout rompre. Par Alrik, le remède était pire que le mal ! Il s'adossa à la cloison pour respirer, savourant l'air qui s'engouffrait entre les lames mal jointées, puis lorsqu'il eut retrouvé son souffle, il se rhabilla et secoua doucement la jeune femme d'un air de dire « chacun son tour ».

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Géhenne

Messagepar Ceithli » 29 Jan 2011, 17:34

Ceithli avait doucement hocha la tête, mais elle se souvenait aussi que l'herboriste avait dit qu'il fallait appliquer le produit lorsqu'elle était animale. Elle regarda les chèvres à l'autre bout du wagon, tremblant encore de sa présence, elle retira juste les bretelles de sa tunique, la laissant couvrir sa poitrine avant de regarder Archélas et sourire doucement

« Pas de mauvaises pensées, il faut que je me transforme pour que tu puisses me soigner je te rappelle, l'herboriste t'a bien dit qu'il fallait m'appliquer le produit sous ma forme guépard »

Elle ferma les yeux et petit à petit, le fauve avait pris sa place et elle se leva d'abord pour se mettre à côté de lui afin qu'il puisse voir la morsure sur sa cuisse, elle avait bien cicatrisé grace au produit, mais on la voyait encore nettement, le remède avait visiblement tendance à brûler les poils tout autour de la plaie pour qu'on la voie bien, résultat, la peau blanche du félin se dessinait tout autour des croutes provoquées par les crocs du chien, tout comme sur son cou. Seule la trace sur son ventre était camouflée par sa fourrure, le soldat l'avait soignée alors qu'elle était humaine.

Elle fit exprès de ne pas regarder les chèvres pendant qu'il la soignait, pour ne pas qu'elles prennent pour elles ses grognements et ses gémissements. La douleur était nettement moins violente que la veille, les soins avaient été efficaces, mais elle avait eu l'impression que les croutes s'étaient arrachées petit à petit comme des lambeaux de chair putride puis brûlées à vif dans une légère flamme crépitant d'un feu de bois. Les grondements sortaient de sa gorge par vagues, chaque fois qu'Archélas appliquait le produit sur une plaie et qu'elle sentait le liquide s'infiltrer dans sa peau, passant au travers de chaque pore, comme s'il n'avait que faire de la plaie et qu'il voulait juste lui faire le plus de mal possible. Mais finalement, la torture cessa, ses pattes tremblaient et elle s'assit en tournant le dos au soldat avant de reprendre forme humaine. Ses cheveux tombèrent en cascade derrière elle, parfaitement lisses et ondulés, de là où il était, il voyait juste la cambrure de ses reins, ses jambes ramenées sur le côté ne lui dévoilant que la plante de ses pieds à proximité de ses fesses. N'osant pas le regarder alors qu'elle baissait les yeux sur la plaie en son ventre qui tirait à nouveau, maintenant qu'elle avait repris forme humaine, elle prit sa tunique et l'enfila par le haut comme à son habitude avant de se retourner enfin vers lui.

Ses yeux étaient encore humides de la douleur qui lui avait tiraillée les entrailles quelques minutes plus tôt, ses lèvres étaient desséchées pour y avoir passé sa langue avec insistance pour contenir ses gémissements, elle réussit cependant à sourire et s'approcha de lui pour poser doucement une main sur sa joue, se rapprocher en passant sa jambe par dessus les siennes et finalement se retrouver au-dessus de lui, mais son regard ne trahissait ni envie, ni désir outre mesure, ils étaient encore trop amochés et la douleur était trop présente dans ses flancs, mais elle était reconnaissante. Reconnaissante qu'il soit resté près d'elle, qu'il l'ait soignée, qu'il soit là maintenant.


« Merci »

Elle déposa un léger baiser sur ses lèvres, avant de les presser un peu plus intensément, puis elle laissa tomber sa tête sur le côté pour l'enlacer de ses bras et plonger son nez dans son cou, telle une petite fille apeurée, mais plus aucune larme de coulait de ses yeux désormais, elle était juste là, sentant son odeur, sentant sa chaleur, sentant son coeur battre au niveau de la veine de son cou... elle savait qu'elle pouvait le mettre mal à l'aise, mais elle voulait juste qu'il la serre dans ses bras, elle savait qu'elle aurait mal en son flanc, probablement lui aussi... mais c'était une douleur qu'elle voulait ressentir avant de devoir retourner sur cette couverture et passer le reste de la journée à regarder des chèvres lui jeter des regards apeurés...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Géhenne

Messagepar Archélas Ages » 29 Jan 2011, 19:53

Il soupira à la réflexion de Ceithli. Bien sûr, il savait pour la transformation, même s'il ne l'avait pas proposé. L'herboriste le lui avait dit, mais surtout la jeune femme avait préféré sa forme animale la veille. Il n'avait ni oublié ses cris, ni ses larmes... et encore moins sa douleur... et autant dire que ça lui avait servit de leçon. Non, il n'était pas prêt d'oublier qu'il était préférable qu'elle soit guépard au moment des soins, autant pour elle que pour lui. En revanche, l'allusion qu'elle lui fit le laissa un peu raide. Ce n'était pas la première fois qu'elle lui envoyait ce genre de réflexion, et si au début il en avait sourit, il commençait à présent à se demander quelle image il pouvait bien renvoyer. Celle d'un obsédé ne valant pas mieux que ces hommes qui l'avait agressée dès son premier jour à Guttenvald ? Celle d'un pervers sachant à peine mieux se tenir que Manôlis ? Il hocha tristement la tête. Sans mauvaise pensée ? Bien sûr, quelle idée ! Les circonstances ne s'y prêtaient pas et il avait vraiment autre chose en tête. Avait-il l'air de n'attendre que cela de sa part ? Peut-être. Après tout, les rares fois où ils s'étaient retrouvés ensembles, il ne s'était pas gêné pour lui faire comprendre qu'il avait envie d'elle. Comme on disait, il n'y avait pas de fumée sans feu...

Il la laissa se transformer avant de la soigner, il l'écouta grogner et grincer des dents sous le coup de la douleur, il la regarda redevenir femme, s'habiller, et revenir dans ses bras alors qu'il venait de ranger son flacon. Il ne bougea pas, pour le coup complètement perdu.

« Ne me remercie pas... »

Le remercier pour quoi, d'ailleurs ? Pour l'avoir torturée une seconde fois ? Il eut un soupir las. Le manque de sommeil, le froid et la douleur se faisaient durement sentir. Il avait les nerfs à vif et devait rester concentré pour ne pas laisser éclater la colère qui grondait en lui. Minable. Il était minable et méprisable. Et il se haïssait. Il ferma les yeux, une envie folle de la repousser et d'être seul. Seul avec ses questions. Seul avec ses pensées. Seul avec ses remords. Guttenvald massacrée. Manôlis à dos. Une créature sortie de l'ombre et dont il doutait que la présence soit due au fruit du hasard. Ceithli blessée. Jhérer dans la nature. Son avenir compromis. Ses hommes déloyaux. Sa bienveillance remise en cause. Il perdait tout. En quelques jours seulement, sa vie n'était plus devenue qu'une mascarade absurde. Le dos appuyé sur la cloison du fond et le visage près des interstices, il laissa son regard glisser entre les planches et observer le paysage qui défilait au dehors. Les arbres se succédaient jusqu'à lui en donner le vertige.

« Je ne resterai pas longtemps. »

Il se décida enfin à l'enlacer, jugeant qu'au point où il en était, tout était bon à prendre. Et il se laissa bercer par la comptine régulière du train, le cœur lourd et fatigué comme jamais.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Géhenne

Messagepar Ceithli » 29 Jan 2011, 20:21

Ceithli eut le coeur serré lorsqu'elle entendit qu'il ne resterait pas longtemps, elle recula doucement et le regarda dans les yeux pour voir son regard voilé et pensif... une fois de plus, il avait l'air triste. D'un autre côté, avec tout ce qui s'était passé, c'était normal... si elle savait ce qui le préoccupait, si elle savait qu'il croyait qu'elle le prenait pour un pervers, alors que la raison de ses paroles était qu'elle ne voulait pas qu'il croit que ELLE cherchait à l'allumer et à l'exciter de quelque manière que ce soit, si elle savait qu'il se sentait responsable de tout ce qui s'était passé jusqu'à présent...

Mais elle ne savait rien. Elle recula alors, en général, lorsqu'il était triste comme ça, c'est qu'elle avait fait quelque chose de mal, tout comme elle, si elle était triste, c'était parce qu'il avait fait quelque chose de mal. Elle se disait alors qu'elle devait peut être lui confier la source de son mal être à elle? Afin qu'il ne croit pas en être responsable?


« Archélas... j'ai peur... »

Elle s'était mise devant lui, à environs un mètre, à genoux, ses mollets de part et d'autres de ses fesses alors que ses mains se retrouvaient jointes au niveau de ses genoux. Ne se rendant pas trop compte que cette position agissait sur son décolleté, ses cheveux tombaient légèrement en avant, couvrant ses épaules, une mèche passait le long de sa poitrine alors qu'elle baissait la tête d'un air triste

« Je... je suis inquiète pour Jhérer. Il va lui falloir au moins trois jours pour rentrer à Banba...» elle releva les yeux vers le soldat, elle ne pleurait pas « s'il n'a pas été attaqué par la bête... »

L'une de ses mains se mit à remonter sur son épaule opposée, comme pour se protéger d'un froid qui n'envahissait pourtant pas la pièce

« Je... j'aurais voulu que tu restes au moins jusqu'à ce qu'il rentre mais... » elle pencha finalement la tête sur le côté, elle était bête, il avait quelque chose à faire à Banba, il le ferait et il partirait « non je n'ai rien dit. Tu... fais comme tu veux. »

Elle se pencha et prit appui sur ses mains pour se relever, la douleur sur ses flancs ne lui faisait presque plus mal maintenant, seule la croute tirait sur sa peau encore fragile. Elle se dirigea vers Némésis avec douceur, tendant la main, paume vers le haut comme invitant la jument à se nourrir, puis elle lui caressa doucement le museau alors que les chèvres reculaient de terreur. La monture avait-elle fini par s'habituer à elle? Ou était-ce parce qu'elle portait un peu sur elle le parfum d'Archélas qui l'avait serré contre elle plus tôt?

Elle recula et tourna la tête vers le soldat. Puis elle revint vers lui et se remit à genoux pour essayer de chercher son regard


« Je suis désolée si je t'ai causé des ennuis, visiblement, j'ai fait quelque chose de mal... je... » elle baissa de nouveau la tête et regarda son décolleté, peut être lui en voulait-il de s'être déshabillée devant lui? Ou de ne pas avoir cherché à mieux se cacher lorsqu'elle s'est rhabillée? « je t'assure que je... que je ne cherche pas à.. à t'exciter ou autre lorsque je me transforme... si je pouvais me rhabiller avant, je le ferai mais... je... je t'assure que ce n'est pas ce que je cherche... je... je ne suis pas... comme ça... » pourtant, ça y ressemblait tellement. Lorsqu'elle s'était baladée nue dans la crypte pour aller l'embrasser dans le plus simple appareil, chose qui l'avait visiblement contrarié, elle avait pourtant essayé de faire attention après, mais il était évident qu'elle passait maintenant pour une fille facile

« Pardon, je dis des bêtises, c'est stupide... je me doute bien que ce n'est pas ça qui te préoccupe, tu as beaucoup d'autres soucis que moi... je pense qu'à moi... pardon.. je... je te laisse te reposer, je pense que tu seras mieux là que sur la pierre... »

Elle s'éloigna alors le plus possible sur le petit bout de couverture. Elle se demandait même si elle ne devait pas se transformer pour qu'il se sente encore plus tranquille, qu'elle ne puisse pas parler et donc, au final, qu'il soit seul. Elle s'était donc allongée sur la couverture, le plus loin possible, lui tournant le dos, recroquevillée en chien de fusil, les mains devant son visage pendant que les larmes recommençaient à couler doucement. Elle n'aimait pas le voir triste, elle n'aimait savoir qu'il était en colère par sa faute... ils étaient tellement compliqués tous les deux, ils n'arrivaient vraiment pas à se comprendre

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Géhenne

Messagepar Archélas Ages » 29 Jan 2011, 23:40

Elle remua, dispersant la maigre chaleur qui commençait tout juste à les envelopper. Et surtout, elle bousculait ses pensées déjà suffisamment chaotiques sans qu'elle ait besoin de s'en mêler. Quoi encore...? Apparemment, elle souhaiter parler, et apparemment encore, elle ne pouvait pas le faire sans s'agiter... Malgré lui, il planta un regard dur sur elle. Elle avait peur, et puis ? Lui aussi avait peur. Mais lui, il ne s'agitait pas. Il ne parlait pas. Non. Lui avait appris à se taire, parce que lui n'avait personne pour l'écouter. Personne mise à part Nemesis. Il soupira. À quoi bon parler, ça ne l'aiderait pas. Ni lui, ni elle. Il l'écouta distraitement. Elle disait avoir peur pour Jhérer. Peut-être, oui. Il s'en doutait un peu. Non, il savait. Même s'il n'arrivait pas à comprendre comment elle pouvait s'inquiéter pour un frère qui l'avait si cruellement blessée. Il eut un frisson. Et lui... qui s'inquiétait pour lui ? Personne. Mais combien d'années s'était-il inquiété pour ses hommes ? Quatre de trop. Il tourna la tête pour échapper au regard de Ceithli, à sa vue même, et à sa voix. S'inquiéter pour elle ? S'inquiétait-elle pour lui ? Il serra les dents. Elle n'y était pour rien, mais elle était sa seule compagnie et il fallait bien que sa colère se déverse sur quelqu'un. Il l'aurait insultée si ça avait pu le soulager. Mais il ne pouvait pas s'y résoudre. Pourquoi un tel élan de fureur ? Parce que lui aussi, avait peur...

Tant de décisions à sa portée, et seulement deux mains pour les saisir. Et s'il faisait les mauvais choix...?

« Tu... »

Il tourna brusquement la tête vers elle. Encore ça ?!! Qu'elle se taise ! Par pitié qu'elle se taise. Il ne voulait plus rien entendre. Plus rien ressentir. Et elle se tut. Elle alla même s'installer un peu plus loin, le laissant seul avec ses nerfs à vif. La rage ne le lâchait pas. Il fit rouler sa tête sur le côté, observant toujours le paysage entre les interstices sans décrocher un mot. Sans elle...

Sans elle, Manôlis aurait coopéré. Sans elle, il aurait pu parler à Zlata autour d'une table. Sans elle, il aurait pu négocier dans l'ombre sans attirer l'attention sur eux. Sans elle enfin, il ne serait pas là à tenter de maîtriser ses peurs.

Mais elle avait été là, et tout s'était compliqué. Pourquoi ? Parce qu'il perdait ses moyens lorsqu'elle était à ses côtés. Parce qu'il avait peur de la perdre. Parce qu'il portait pour elle plus d'intérêt qu'il n'aurait dû. Sa faute à elle ? Non. La sienne, plus sûrement. Rester à Banba ? Il aurait aimé, et pour cette raison il devait refuser. Les autres soldats n'emmenaient pas leurs épouses avec eux sur les routes. Ceithli n'était pas son épouse. Les autres soldats ne clamaient pas leur désaveu à Livian d'Ephtéria.

Elle n'y était pour rien...

Il ferma les yeux, prenant pleinement conscience de sa stupidité. Allait-il rester assis et attendre Banba tout le temps du voyage ? Non. Et s'il n'avait pas craint de passer pour plus crétin qu'il n'était déjà, il se serait insulté à voix haute. « Je pense qu'à moi... » Et lui donc ! On est tous plus ou moins égoïste dans la peur. Il se passa une main sur le visage. Par fierté ou par stupidité, il se prit à espérer qu'elle reviendrait vers lui, qu'elle se blottirait dans ses bras à nouveau, comme un chat ignorant tout de la rancune. Elle finirait bien par revenir, elle bougeait toujours. Sauf cette fois. Pourquoi ? Parce qu'elle avait parlé, et que lui s'était tu. Il n'avait même pas essayé de la rassurer. Il ne l'avait même pas regardée. Indifférent. Cruellement indifférent. Il laissa couler son regard sur elle, et c'est seulement à ce moment là qu'il remarqua ses soubresauts. Sa tête quitta le panneau de bois pour l'observer plus attentivement. Elle tremblait comme si elle avait froid, mais un détail alerta Archélas... il ne faisait pas froid ! Est-ce que...

« Ceithli... »

Il comprit et s'en voulu aussitôt. Un âne, il n'était qu'un âne. Laissant sa mauvaise humeur où elle était, il rampa jusqu'à elle et la pris dans ses bras. Il n'aimait pas la voir dans cet état. Moins encore lorsqu'il savait y être pour quelque chose. Il était désolé, sincèrement désolé. Et en même temps, son instinct lui soufflait de s'éloigner, lui hurlant qu'il le paierait cher... qu'il le paierait beaucoup trop cher... Mais il n'eut pas le coeur à l'écouter. Il la serra contre son cœur et la berça doucement, l'implorant de lui pardonner, ne se risquant à desserrer son étreinte que pour dégager sa chevelure et déposer ses lèvres dans son cou. Il continua de murmurer pour la calmer, s'il pouvait. Et pour se calmer, si c'était possible. Il était à court d'arguments.

« Chut... »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Géhenne

Messagepar Ceithli » 30 Jan 2011, 04:57

Aucun commentaire sur l'heure de mon poste :017:


Ceithli était recroquevillée, fermant les yeux avec force parfois, comme si elle pouvait ainsi se réfugier dans des rêves où rien ne serait arrivé. Où elle n'aurait jamais rencontré Archélas, où elle ne serait jamais retournée à Guttenvald. Elle ne savait pas à quel point il regrettait de l'avoir rencontrée, elle ne savait pas à quel point elle était responsable des malheurs qui lui étaient tombés dessus. Elle pensait lui avoir facilité la tâche sur les provisions qu'il avait désormais dans ses fontes, elle pensait lui avoir été utile au cours de l'attaque lorsqu'un homme avait failli l'attaquer dans le dos, elle pensait que sa présence avait terminé de persuader Zlata de lui montrer le contenu de la boite.

Elle pensait à ce qui s'était passé après, pas au fait que si elle n'avait pas été là depuis le début, les choses auraient été plus simples.

Perdue dans ses pensées, fermant toujours les yeux avec force comme si elle cherchait à savoir où elle s'était trompée, où elle avait mal agi... jusqu'à finalement arriver à la conclusion la plus simple, elle n'avait pas mal agi, seule sa présence avait été une erreur. Elle ne savait pas pourquoi elle était arrivée à cette conclusion, elle savait juste qu'Archélas allait mal, elle ressentait la colère qui bouillonnait en lui, elle ne savait pas si elle y était pour quelque chose ou non, mais d'une manière ou d'une autre, oui. C'était sa faute.

Elle savait ce qu'il lui restait à faire, attendre d'arriver à Banba, indiquer au soldat où se trouvait l'auberge - au moins celle là elle savait où elle était - et partir, rentrer chez elle, l'oublier. Au final, les seuls moments où elle avait cru voir le jeune homme heureux, c'était lorsqu'il était dans son lit. Elle n'avait été bonne qu'à ça et rien d'autre. Pire encore, elle avait offensé ses croyances en l'embrassant dans un lieu sacré. Elle sursauta légèrement lorsqu'il s'approcha d'elle et murmura son nom... évidemment, il avait pitié d'elle maintenant. Elle sécha rapidement ses larmes alors qu'il essaya visiblement de la calmer


« Ca... ça va aller, ne t'inquiète pas pour moi... ce sont les nerfs qui lâchent un peu »

Mauvais mensonge, elle respira un grand coup, restant volontairement dos à lui. Elle était perdue, ne savait plus quoi faire, quoi dire... dès qu'elle ouvrait la bouche, une catastrophe se produisait, ou Archélas se murait dans le silence. Son coeur battait vite alors qu'elle sentait son souffle dans son cou, rendant les choses encore plus difficiles, un frisson la fit trembler tout le long de sa colonne vertébrale alors qu'il la serrait contre lui et qu'elle pouvait entendre les battements de son coeur. Elle ne pouvait pas bouger, restant toujours recroquevillée comme un oiseau blessé. Elle ne voulait pas qu'il s'explique, elle savait que ça lui ferait mal. Mais pourquoi d'ailleurs? Pourquoi cela devait lui faire mal? Etait-ce juste à cause des nuits qu'ils avaient passé ensembles? Elle était libre, lui aussi, ils se l'étaient dit mutuellement. Enfin... elle l'avait surtout dit afin qu'il ne pense pas lui devoir quelque chose, qu'il ne croit pas avoir une bride autour du cou par sa faute, qu'il puisse se sentir libre d'en voir d'autres s'il le souhaitait. Mais au fond d'elle, elle savait qu'elle n'irait pas voir d'autres hommes avant un moment. Les jours passés loin de lui à Banba avaient été... étranges. Elle n'arrêtait pas de penser à lui, et elle ne regardait plus les autres.

Elle savait qu'elle n'était plus libre depuis cette nuit à Aspasie. Tel le guépard qui l'avait accompagné dans les rues de Guttenvald, elle lui appartenait. La peur qu'elle avait ressentie en voyant cet homme lui sauter dessus, l'arme levée dans son dos, la peur qu'il se fasse poignarder et... qu'il meure. Oui, la seule et unique peur qu'elle avait vraiment dans son coeur désormais, c'était celle de le perdre.

Elle soupira, lui était libre.

Elle était fatiguée, pourtant ce n'était que le début de la journée, la mauvaise nuit dans la crypte rappelait à son bon souvenir un dos douloureux et des jambes engourdies, sans tenir compte des quelques marques internes provoquées par le remède miracle de l'herboriste, les vestiges des brulures qui avaient lancé son corps dans chaque muscle encadrant ses plaies. Elle avait l'impression d'être en miette, et Archélas, en la tenant ainsi contre lui, remettait et maintenait les morceaux en place. Sa main finit enfin par bouger, traçant une route tremblante et apeurée jusqu'au bras du soldat qui enlaçait son cou. Finalement, elle se remit à gigoter, oui, elle était une féline, elle ne savait pas tenir en place, sauf lorsqu'elle dormait. Elle se retourna pour se retrouver face à lui, mais toujours recroquevillée comme un chat terrifié. Enfouissant sa tête dans son cou, ses mains refermées devant elle, comme s'ils devaient former une barrière entre leurs coeurs respectifs afin que rien ne vienne le déstabiliser d'avantage. Elle voulait le repousser, lui dire de partir, de s'éloigner, de la quitter, qu'elle ne le méritait pas, qu'elle ne lui avait attiré que des ennuis, mais les mots ne sortaient pas. Elle refusait de pleurer à nouveau, fixant l'obscurité de son torse si près d'elle dans cette position... le voyage jusqu'à Banba allait être long, et silencieux.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Géhenne

Messagepar Archélas Ages » 30 Jan 2011, 16:58

La crise existencielle que je t'ai pondu :001: Si tu veux on peut faire un p'tit bond de quelques heures ou bien se retrouver direct à Banba. C'est toi qui choisi, selon ce que tu as envie de raconter. Mine de rien, il me plaît bien ce rp.


« Je sais... »

Oui et non, en réalité. D'une certaine manière, oui. Il comprenait que les derniers évènements les avaient éprouvés l'un comme l'autre. Deux nuits entières à se briser le dos sur la pierre glaciale de la Crypte. Manôlis. Le combat. La fuite. La douleur de leurs blessures. Ils manquaient à tel point de repos que leur organisme ne se privait pas de leur en faire voir, comme pour leur faire comprendre qu'il ne pourrait pas en supporter d'avantage. Lui-même savait que sa colère n'était due qu'à ça. Une fatigue accumulée jusqu'à le pousser au seuil de l'implosion. Mais non, il ne savait pas ce qu'elle pensait. Comme elle ne savait pas ce que lui pensait. Dans un sens, c'était préférable, car ses questions sans réponses ne menaient à rien, ou à une mauvaise foi à peine voilée. Mais c'était son jardin secret. Ses questions, ses doutes, ses rancœurs, et il n'avait pas envie d'en parler. L'esprit avait parfois besoin d'avancer seul. En attendant, il n'aspirait qu'à oublier, sans se rendre compte à un seul instant que son silence écrasait la jeune femme. Son mouvement le fit sortir de ses rêveries. Il l'observa sans bouger avant de remuer à son tour. Son bras blessé le faisait souffrir et il dut rouler sur le dos en grimaçant pour se dégager. Il releva les genoux, ramenant ses talons près de son bassin dans l'espoir de délier sa colonne vertébrale. La position lui sembla suffisamment confortable pour le dissuader de bouger encore, Ceithli à moins d'un mètre de lui.

Ses yeux s'attardèrent sur le plafond où couraient quelques toiles d'araignées tandis que ses souvenirs se rappelaient à lui sans qu'il y oppose la moindre résistance. Sa formation au poste de Capitaine avait consisté à tout un rituel de combats. Maniement de l'arbalète, de l'arc long, de la rapière. Et c'était cette dernière qu'il avait choisit. Rester au plus près du peuple, intervenir en leur faveur. Tous ses rêves de bravoure envolés avec Juste. À y repenser, sa vie entière avait été une farce. Depuis le début. Jamais il n'avait été un respectable soldat, parce que les soldats n'étaient plus respectables depuis longtemps. Depuis Livian. Quelle douche froide ! Était-ce cela, être soldat ? Être craint plutôt qu'admiré ? Sévir plutôt que protéger ? Profiter de sa position ? Non, pas dans son cœur. Et pourtant il n'avait rien dit, rien fait lorsque l'unité dans laquelle il avait été affecté sévissait à travers le royaume. Il avait été lâche. Il avait regardé les civils se faire insulter sans ouvrir la bouche. Mais ne rien dire, n'est-ce pas consentir ? Il n'y participait pas mais au fond, son silence pouvait faire penser à de l'approbation. Jamais un mot. Jamais une révolte. Était-ce sa faute, finalement ? Il avait assisté à l'escalade de leur violence sans jamais faillir à sa subordination. Les insultes s'accompagnaient de coups, et lui il tournait le dos. Il allait voir plus loin, comme s'il ne voyait pas, comme s'il ne savait pas. Les autres n'avaient pas besoin de lui pour s'amuser à leur manière. Jusqu'à ce qu'il apprenne, pour cette femme et ses deux filles. Violées, en guise de taxe qu'elles ne pouvaient pas payer. Le Roi se payait toujours. Ses soldats aussi.

Il aurait dû s'interposer. Peut-être qu'ils auraient cessé. Peut-être qu'ils ne seraient pas allés aussi loin. Mais il n'avait rien fait. Qu'est-ce que ça changeait, de regretter ? Rien. Il était l'un des leurs. Un soldat du Roi Livian d'Ephtéria, et un lâche. Il ne voulait pas être mêlé à leurs exactions, mais les blasons sur son uniforme l'estampillait comme un monstre. Il fuyait cette vie depuis trop longtemps.

Nemesis s'était allongée et les chèvres se déployaient autour d'elle en jetant sur Ceithli des regards méfiants.

Toutes ces années, il avait eu peur pour lui. Pour son avenir. Pour sa réputation. Peur de décevoir ses parents. Peur de décevoir son Roi. Peur de mourir la gorge tranchée au fond d'une auberge. Car la population se révoltait, et les soldats n'étaient plus à l'abri. Et puis il s'était vu confié cette unité, et ses craintes avaient empirées. Il ne pouvait pas faillir. Se battre, servir, obéir, c'était tout ce qu'il savait faire. C'était toute sa vie. Alors il eut peur de faire des erreurs. Et comme rien n'arrive aussi vite que lorsqu'on le craint, ses hommes étaient morts. Il décevait ses supérieurs. Il décevait Livian. Il décevait ses propres hommes au point qu'ils s'étaient empressés de le trahir. Avait-il la moindre raison de continuer ? Avait-il jamais été capable d'être à la hauteur ne serait-ce qu'une seule fois ? Pourquoi avait-il si peur aujourd'hui ? Qu'est-ce qui était différent ?

Il n'eut qu'à tourner la tête pour trouver sa réponse à cette question. Il ferma les yeux. Sa colère l'avait laissé tranquille, et il était épuisé, si bien qu'il ne tarda pas à s'endormir.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Géhenne

Messagepar Ceithli » 30 Jan 2011, 17:16

Oui, je pense qu'on pourra faire le prochain poste à Banba, même si on pourra rester encore un peu dans le train (une genre de transition


Ceithli l'avait laissé s'éloigner et changer de position. Elle ne voulait pas prendre ça comme une tentative pour la fuir, elle ne voulait pas essayer de penser à sa place, elle ne le pouvait pas, elle ne savait pas ce qu'il ressentait. Elle le laissa s'allonger sur le dos, ils étaient tous les deux blessés, et elle ne pouvait pas se permettre de rester sur ce côté elle non plus. Elle serait restée ainsi, appuyée sur sa plaie sur la couverture dont la paille traversait par endroit et s'enfonçait comme de minuscules aiguilles dans sa chair, sans pour autant la blesser d'avantage, mais l'effet était désagréable.

Elle déglutit avec difficulté et ses yeux fixaient le vide, même si de là où elle était, on pouvait croire qu'elle le regardait lui, qu'elle regardait son torse s'élever ou s'abaisser au rythme de sa respiration. Mais elle ne regardait rien. Elle cherchait une solution à ce qui la dévorait. Elle n'avait pas le choix, elle lui avait dit qu'ils étaient libres, elle devait s'y tenir, pour lui au moins. Le laisser partir. C'était comme ça. Les hommes étaient ainsi, sa mère lui avait toujours dit, Jhérer aussi d'ailleurs. Les hommes partent toujours. Son père était différent parce que c'était un morphe, et que les guépards étaient généralement fidèles entre eux. Si sa mère n'avait pas été un guépard également, il aurait été probable qu'il ne réussisse pas à rester ainsi auprès d'elle. C'est pourquoi Jhérer refusait de sortir avec des morphes guépards afin de ne pas prendre le risque de se retrouver avec la corde au cou. Etait-ce pour cela qu'il était aussi jaloux envers sa soeur? Peut être.

Le rythme de la respiration d'Archélas se calma, elle leva les yeux et constata qu'il s'était endormi. Elle sourit doucement, après tout, peut être que c'était ce qu'elle aimait chez Archélas? Qu'il soit un aventurier, un baroudeur, qu'elle ne sache jamais où il se trouve et ainsi savourer lorsqu'elle le revoyait? Oui possible. Au final, c'était mieux ainsi. Elle le laisserait partir, non pas parce qu'elle n'avait pas le choix, même si c'était le cas, mais surtout parce qu'elle commençait enfin à comprendre que c'était la meilleure solution. Elle savait qu'une fois le moment venu, le terrible moment de la séparation, elle voudrait à nouveau le retenir, elle devrait se contenir.

Sa main commença à s'avancer vers lui, tirant un peu sur sa cicatrice et lui arrachant une légère grimace, elle voulait poser sa main sur son torse, mais au dernier moment, elle se ravisa et finit par se retourner. Se recroquevillant à nouveau pour mieux s'endormir, portée par le roulement du train, se sentant de nouveau partir dans des rêves douloureux où elle se retrouvait à nouveau seule




>> la suite : À quai

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega


Retourner vers Guttenvald, la Sombre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron