S.O.S Demoiselle en détresse ?

Au nord, entre Ephtéria et Balaïne, Aspasie est déposée en bordure de fleuve. Plaque tournante du commerce, c'est également une ville très prisée pour sa beauté sereine et ses plages paisibles.

Image

S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Daé » 23 Avr 2010, 08:54

ATTENTION
Les messages suivants s'adressent à un public averti (scènes de violence, érotisme). Âmes sensibles, s'abstenir.


La nuit était noire. Un noir épais qui collait à la peau. Une nuit noire d’encre. Elle aimait bien ce terme. Encre. Un peu comme sa fourrure. Car sa fourrure n’était pas QUE noire en dépit des apparences. Au soleil elle prenait des reflets bleutés et au clair de lune des reflets argentés. Mais là, sous cette nuit sans lune, noire d’encre donc, elle lui permettait surtout de se fondre dans le décor sans aucun problème. Elle avait en plus sortit son costume sombre, donc elle était presque, presque, indétectable. Ce n’était qu’un frémissement d’ombre. La seule chose qui la trahissait, c’était ses yeux brillants. Phosphorescents. Elle haussa les épaules. Avec un peu de chance, on le prendrait pour des étoiles. Combien de fois avait-elle entendu cette phrase. Qui fait comment déjà ? Ah oui. Ton père est un voleur, il a volé toutes les étoiles du ciel pour les mettre dans tes yeux… Les hommes sont si créatifs.

De toute façon, dans cette stupide ville, dans ce stupide quartier, dans cette stupide ruelle, pendu par les jambes, la tête en bas sur une stupide poutre émergeant d’une stupide maison, personne n’irait croire que se sont des yeux, non ? Pourquoi la tête en bas ? Eh ben pour les abdominaux voyons ! Les mains croisées derrières la tête, elle remonta – 106 – redescendit. Remonta. Redescendit. Elle laissait ses pensées divaguer, mais elle continua son exercice. Pour la forme. Il fallait continuer à s’entrainer, sinon, elle perdait tout, et elle l’avait payait si chère qu’elle ne voulait pas en perdre ne serait-ce qu’un chouillat. Elle ne pouvait pas se le permettre. Son talent lui était fort utile.
Rien qu’aujourd’hui.
Vous comprenez, une demoiselle comme elle ne souffre pas d’inattention, plutôt de trop d’attention. Et parfois des désirs qui vont avec. Et il y a longtemps qu’elle avait compris que ce n’était pas de sa faute. Elle n’y pouvait rien si elle était plus belle, plus élancé, plus féline que les autres. Et ce n’était surtout pas sa faute si les désirs des hommes était violent et que certain ne pouvait se maîtriser. Donc là, un bon coup de poignard, une lame sortit et comme par hasard, tadaaaaam, le désir est refroidit d’un coup. Surtout quand ils entendent les menaces… Vous voyez, les hommes sont fiers, alors dès qu’on parle de s’en prendre à leur virilité, tout de suite…. IL préfère retourner s’asseoir à leur table ou encore mieux, sortir de l’auberge sans demander leur reste et parfois, même sans payer, ce qui donne naissance à des scènes plutôt comique. Comme cet après-midi, elle esquissa un sourire entre le 125 et le 126ème abdos. Enfin. Finalement - au 150ème – elle arrêta, crocheta la poutre, se retrouva en «équilibre dessus et se glissa comme une ombre sur le toit.

Elle s’y allongea et plongeant son regard glace dans les étoiles. Alors qu’elle s’apprêtait à s’endormir, un cri secoua la tranquillité de la ruelle. Elle rouspéta, se remit debout d’un bond et s’approcha du bord pour voir qui OSAIT troubler son sommeil. Elle repéra les trois fauteurs facilement. Deux hommes et une jeune femme. Plutôt jolie. Mais très bruyante. Elle allait lui faire comprendre qu’on ne la dérangeait pas impudemment quand les hommes se rapprochèrent de la demoiselle et commencèrent à lui arracher sa robe, lui arrachant d’autres cris. Bon, c’était les hommes qui faisaient crier la madame. Pas de problème. On s’occupe des bonhommes, ça fait taire la madame et on retourne se coucher. Elle se coula sans aucun problème derrière les deux badauds et leur murmura un « bonsoir messieurs » tellement doux et suave qu’ils se retournèrent pour faire face à… la nuit. Sans prendre la peine de sortir ses armes, Daé les mis hors service avec l’aide de ses poings. Elle voulut rassurer la demoiselle en détresse, mais profitant que ses agresseurs aient trouvé une autre victime, elle avait fuit sans demander son reste. Elle soupira. Elle ne comprendrait jamais les humains.

Soudain, un bruit. Un pas sur le pavé. Quelqu’un approchait, surement quelqu'un attirait par le bruit, mais il arrivait trop tard. Curieuse de savoir si c’était une autre brailleuse et qu’allait dire cet inconnu face au deux corps étendu sans vie apparente sur le pavé, remarquant son retard, elle se retourna sur la poutre, accroupis. Ombre parmi les ombres. Près à bondir sur sa proie.

A ton tour Archélas.

Avatar de l’utilisateur
Daé

Crédit: Fermé

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Archélas Ages » 26 Avr 2010, 17:25

Ouh là, pense à aérer avec des sauts de ligne. Tu peux faire plusieurs paragraphes par exemple, ce sera plus agréable à lire :026:

*°*°*°*°*°*°*°*°*
Archélas soupira, las et fatigué. Sous lui, sa jument semblait au moins aussi ensommeillée que lui. La journée avait été détestable. Peu d'informations utiles ou fiables, trop de rumeurs, et au final, il n'en savait pas plus que la veille au sujet de la disparition de ses hommes. Harassé, il avait souhaité regagner une auberge mais de rues en rues et de places en places, son esprit s'était égaré. Il était ailleurs, distrait, absent. Rien à voir avec ces soldats qui passent le plus clair de leur temps fomenter de vils assauts sur les maisonnées d'innocents. Ces soldats lui faisaient honte. Si honte même que le jeune homme se dissimulait derrière sa pèlerine sombre, capuche rabattue, regard éteint. Némésis renâcla bruyamment, brisant le silence de cette nuit humide. Le brouillard s'était dissipé un peu, mais menaçait de revenir à l'assaut des murs de la cité. Et puis il y eut des voix, plus loin... Pas si loin que ça, en fin de compte. Ça hurlait. De sa place, Archélas ne comprit pas le sens des mots mais il sut que ce timbre n'annonçait qu'une seule chose : le danger, la peur, la supplique. Oui, on suppliait de vivre. La conscience réveillée, notre soldat lança sa jument à l'assaut du cul-de-sac d'un coup d'éperon et aussitôt, les étincelles jaillirent sous les fers et le pavé résonna sous le martèlement des sabots. Engloutissant la distance sous ses foulées, quelques minutes leur suffirent à atteindre le lieu même du conflit... trop tard malheureusement.

Contre le pan de mur, un peu sur sa droite, deux ombres s'étaient échouées comme deux ivrognes vaincus par la puissance de l'alcool. Tiens donc. Méfiant, Archélas avisa les lieux. Il n'y avait personne d'autre et tout était redevenu silencieux. Il avait pourtant bel et bien entendu des cris... et des cris de femme, il était prêt à en jurer. Alors, le jeune homme mit pied à terre. Il déambulait depuis un petit moment déjà dans les ruelles sombres et ses yeux s'étaient habitués à l'obscurité. Pourtant, il avait encore bien du mal à distinguer quoi que ce soit, et plus particulièrement dans ce trou à rat... Un rapide coup d'œil circulaire le rassura. Non, il n'y avait décidément personne. Mais qui pense à regarder au dessus de sa tête ? Pas Archélas en tous les cas !

S'approchant avec prudence, il donna un coup de botte interrogatif aux deux hommes, cherchant à s'enquérir de leur état de santé. Vivants, mais salement amochés. Il s'accroupit. Il avait subitement envie de les interroger et d'en savoir plus sur la mésaventure qui les avait frappés, mais eux ne semblaient pas disposés à épiloguer. Du sang au coin des lèvres pour l'un d'eux, ils étaient sonnés pour un bon moment. Alors Archélas se redressa, et tourna plusieurs fois sur lui-même à la recherche d'un corps qui lui aurait échappé. Comme le dit l'adage, « la nuit, tous les chats sont gris » et distinguer un corps parmi un tas d'ordures révélait du miracle avec si peu de lumière.

« Il y a quelqu'un ? » Hasarda-t-il au bout d'un long moment.

Il avait donné le ton le plus avenant dont il était capable à sa voix, espérant ainsi faire sortir de sa cachette celle qui avait dû être leur victime... celle dont la voix l'avait interpelé à quelques mètres de distance. Et il était bien loin de se douter que cette personne était déjà bien loin et que seule Daé jouait à se cacher, silencieuse comme un chat.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Daé » 22 Mai 2010, 15:15

Quelqu'un approchait. Elle restait immobile. Dans l'ombre. Ne souriant que dans sa tête. Les pas se précisèrent. La personne sortit de l'ombre. Un peu essoufflée. La silhouette était dissimulée sous un cape. Aussitôt elle lui donna un petit nom affectueux. Capimi. Elle esquissa un sourire facétieux en gardant les lèvres bien serrées. Pas la peine de trahir sa position avec un reflet sur ses crocs aiguisés.
Capimi fit le tour du propriétaire, inspectant bien les lieux. Il avait une démarche fluide quoique un peu fatiguée. Il inspecta minutieusement les "cadavres". Elle pensa aussitôt à une sorte de chevalier errant, et tandis qu'il cherchait partout qui aurait pu être la cause de tout ce raffut, elle se dit que c'était trop mignon que des chevaliers volent au secours de jeune fille en danger, elle ne soupçonnait pas que cela puisse encore exister. En tous cas, celui-là n'avait pas tout à fait la tête sur les épaules, puisqu'il avait oublié de scruté les cieux... Enfin, on va pas lui en vouloir, car aucune victime ne s'enfuirait par les toits, sauf si elle s'appelle Nydaé, mais bon, on va pas insister là-dessus.

A ce moment là, il commença à titiller les hommes salement amoché. Il s'accroupit à leur côté. Daé, inclina la tête; mais qu'est-ce qu'il faisait ? Elle s'apprêtait à lui demander, oubliant toute prudence, toute discrétion. Mais il se releva soudainement l'en empêchant. Il tourna plusieurs fois, cherchant quelque chose qui lui aurait échapper.

" Il y a quelqu'un ? "

Un vide. Elle se mit la main sur la bouche pour ne pas répondre. Une idée venait de lui traverser la tête. Le chevalier, là, en bas, il était venu pour défendre une demoiselle en détresse. Malheureusement, elle avait effrayé cette dernière. Alors, il avait fait tout ce chemin pour rien ? Le pauvre... Et si, elle, Nydaé Mhir Elijah Aedrala Marae Sylfaen, jouait cette princesse en détresse ? hum ? Elle passa une langue gourmande sur ses lèvres... Elle espérait juste qu'il n'était pas si mal que ça.. C'est vrai que sous sa cape, on le voyait pas trop Capimi.

Elle sourit et se coula comme une ombre dans la ruelle, profitant que le manant lui tournait le dos. Sans un bruit, elle se glissa dans un coin d'ombre que le preux Capimi avait oublié. Elle attrapa une pierre, et la lança dans la position opposé à la sienne, comme si un des deux assomés venait de se réveiller. Profitant de cette ruse vieille comme les robes de son père, elle s'enfuit, jouant la demoiselle effarouchée. Elle riait encore de sa bonne blague, quand elle trébucha et s'étala de tout son long... Oups...

Avatar de l’utilisateur
Daé

Crédit: Fermé

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Archélas Ages » 23 Mai 2010, 13:55

Archélas fit volte face, alerté par l'écho de la pierre rebondissant sur les corps, puis roulant au sol. Il chercha la cause du bruit. Les deux hommes n'avaient pas bougé. Un rat ? Un chat ? Les deux ? Non. Rien. Et puis derrière, le pavé murmura le chant des pas précipités, et notre soldat en fut quitte pour un second demi-tour. Cette fois-ci il était tout à fait réveillé, l'obscurité jouant à lui inventer des ennemis imaginaires. Là-bas, une ombre courait dans la nuit, avant de disparaître... ou plutôt de perdre l'appui de ses jambes ! Alors Archélas s'approcha, rapide mais méfiant. Il n'aimait pas trop l'idée que quelqu'un ait pu « apparaître » dans cette ruelle comme par enchantement, mais la position pour le moins inconfortable de la jeune femme – car à en juger par ses formes mises en valeur par ses vêtements, il s'agissait d'une femme – le dissuada de sortir sa rapière. Bof... la fierté masculine, sans-doute. Comme s'il n'avait rien à craindre d'une femme... le sexe faible, dit-on.

Il eut tout juste le temps de s'accroupir pour tendre une main amicale à Daé. Sous sa pèlerine sombre luisaient ses yeux clairs, et s'échappaient quelques mèches sombres, accrochées comme du coton à son début de barbe rugueuse... Pas le temps de se raser ces derniers temps. C'était d'ailleurs la seconde fois qu'il venait en aide à une pauvre femme en détresse... tout du moins le pensait-il ainsi.

« Mademoiselle ? Tout va bien ? »

Question stupide, étant donné qu'elle venait de se faire agresser – enfin non, mais ça, notre capitaine l'ignorait – mais utile pour engager au moins un début de contact.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Daé » 29 Mai 2010, 15:32

* Stupide Chaton... *

Nydaé était à deux doigts de fondre en larme. Elle était tombée. D'accord avec son regard de nyctalope, elle aurait dû voir cette aspérité, et pourtant... Elle avait trébuché. Bon, reste plus qu'à attendre l'autre. Il ne devrait pas tarder, non ? Sauf si il était encore sous l'emprise de quelques drogues... Typiquement masculin. Elle l'entendit approcher de son pas souple. Parfaitement réveillé. Bon, se serait plus amusant. Au bruit, elle jugerait qu'il était armé. Une seconde, elle eut peur qu'il dégaine. Mais non. Elle cru comprendre pourquoi. Elle est une femme. Une femelle. Le sexe faible. D'ailleurs, son "agression" n'en était-elle pas un exemple ? De sa faiblesse ? Elle soupira discrètement, pas la peine d'alerter son sauveur.

Arrivé à sa hauteur, le jeune homme s'accroupit, elle l'observa du coin de l'œil. Un regard clair, azur. Contrastant avec sa chevelure sombre. Une barbe naissante. Hum, en plus il va falloir qu'elle le rende présentable. Elle ne put s'empêcher un soubresaut, sous l'intensité de son regard, même s'il ne pouvait pas savoir qu'elle l'observait.

« Mademoiselle ? Tout va bien ? »

Elle eut un mouvement de recul, s'enroulant en boule sur elle-même comme aurait fait quelqu'un d'apeuré, même si son premier réflexe aurait été d'éclater de rire. 1) parce qu'il la croyait vraiment victime de cette agression, 2) parce que si elle aurait vraiment été la victime, comment voulais vous qu'elle aille bien. Cependant, cette question demandait peut-être si son intégrité avait été touché. Car après tout, les vilains gisaient inconscient, non ? Elle prit le temps de laisser couler des sanglots, comme si elle venait seulement de se rendre compte de ce qui venait de lui arrivait.

" Je... je ne sais pas. Oui... Peut-être... Non... "

Elle balbutiait. Mince, pourquoi les jeunes filles devait avoir l'air si pathétique quand il leur arrivait quelque chose ? Décidément, elle n'aurait pas voulu être une humaine. Timidement, comme si son sauveur était un potentiel ennemis, elle se releva. Elle planta son regard lumineux dans les yeux électrique du chevalier.

" Vous aussi, vous voulez .... Vous allez me faire du mal ?"


Elle ne termina pas sa phrase, enchaina sur une autre. Comme si l'idée d'une agression sexuel était trop dur à formuler. Elle se laissa retomber sur le pavé froid. Des souvenirs horribles flottant dans sa mémoire et alimentant ses larmes. Souvenirs qui l'attaquaient dès qu'elle se laissait aller à une telle bassesse que celle de pleurer.

Avatar de l’utilisateur
Daé

Crédit: Fermé

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Archélas Ages » 29 Mai 2010, 16:20

Impuissant – et n'allez pas imaginer n'importe quoi – Archélas resta pantois quelques secondes. Elle n'avait pas pris sa main, refusant l'aide proposée. Avait-elle peur ? Oui, à en juger par la façon dont elle se recroquevilla comme un minuscule souriceaux apeuré. Quoi faire ? Quoi dire ? Il n'osa pas la toucher. Au moins, elle portait encore ses vêtements... et étant donnée la vitesse à laquelle il avait rappliqué, il y avait peu de chance qu'elle ait eu le temps de se rhabiller... cela dit, il avait vu des agressions de la sorte qui n'avait pas nécessité d'arracher le moindre pan de tissu aux victimes... Il pencha doucement la tête en l'examinant... d'ailleurs, ces vêtements là n'était pas tellement adaptés à la vie de femme servile. Celle-ci ne vivait pas derrière ses fourneaux à élever une progéniture grouillante dans ses jupes... Minkar ? Rebelle ? Pire encore ? Le soldat demeurait sur ses gardes, avenant, mais méfiant. Il avait eu son lot de ravissants visages masquant le vice. La petite prêtresse, par exemple... Ciara qu'elle s'appelait... n'était prêtresse que dans ses rêves, il en demeurait persuadé. Pourtant, les larmes roulèrent sur les joues de Daé. Archélas entrouvrit les lèvres, mais se ravisa. S'annoncer en tant que soldat ne la rassurerait pas forcément, compte tenu des exactions auxquelles la grand majorité s'adonnaient.

« Non, je ne vous veux aucun mal. »

Il se releva, abandonnant l'idée de l'aider à se remettre sur pieds. Si elle refusait qu'il la touche, il ne pouvait pas l'y forcer. Au mieux, elle lui collerait une gifle en réflexe défensif, ou s'enfuirait. Au pire, elle se mettrait à hurler de plus belle, terrifiée à l'idée de ce qu'il pourrait lui faire. Il n'avait pas tellement envie d'assister à ça. Il soupira avant de reprendre avec douceur, le ton sincèrement inquiet.

« Je vous raccompagne, vous serez plus en sécurité chez vous. »

Et bien sûr, il n'oubliait pas les deux hommes... car ils n'avaient pas été mis au tapis par l'opération d'Alrik, aussi saint soit-il... quoi que...?

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Daé » 29 Mai 2010, 19:09

« Non, je ne vous veux aucun mal. »

Daé ne l'entendit même pas. Maintenant elle savait. Elle ne jouerait plus jamais à la demoiselle en détresse. Plus jamais. Car elle devenait faible et ses souvenirs tant haïs, ses souvenirs si douloureux lui revenait en mémoire avec la force d'un coup de poing, au centuple. Elle restait donc là, prostrée, gémissant presque de douleur. Peu lui importait où elle était, peu lui importait avec qui, là, elle pouvait mourir, de toute façon, tout le monde s'en moquait. Elle n'avait pas d'amis. Personne sur qui elle pouvait faire confiance. L'autre s'était relevé, mais elle avait déjà oublié sa présence. Aussi sursauta-t-elle quand il lui parla.

« Je vous raccompagne, vous serez plus en sécurité chez vous. »

Chez vous. Elle n'avait pas de chez elle. Ses pleurs redoublèrent. Seule. A jamais. Quoique. Elle se souvint de la main tendu. Main tendu. Sourire pervers. Ses pleurs repartirent de plus belle. Il fallait attendre que la crise passe. Attendre qu'elle soit de nouveau assez forte pour combattre son chagrin et redevenir la personne frivole, insouciante, et moqueuse qu'elle était. Elle essaya de se remettre debout. Ni parvint pas. Elle inspira doucement. Calmement. Il fallait refoulait ses larmes. Elle n'y arrivait pas. Elle voulu se remettre debout. N'y parvint toujours pas, alors elle se tourna vers le ciel, en roulant sur elle-même. Miraculeusement, la vue du ciel étoilé lui redonna un semblant de sourire à travers son visage strié par les larmes. Et là, elle lui répondit.

" Je n'ai pas de chez moi. Je n'ai personne qui m'attend. Je suis seule. Je n'ai donc pas besoin d'être raccompagnée. "

Dans sa voix perçait de la tristesse, de la fatalité et si on écoutait bien, du regret. Elle savait. Elle ne pouvait rien y faire. Elle se redressa progressivement, bandant ses abdominaux. Doucement, elle réussit enfin à s'asseoir. Il allait partir. Elle le savait. Mais que pouvait-elle y faire ?

Avatar de l’utilisateur
Daé

Crédit: Fermé

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Archélas Ages » 30 Mai 2010, 16:32

L'espace d'un instant, il se figea devant le comportement absurde de la jeune femme. Il ne savait pas quoi faire pour la calmer, incertain de l'impact que pourraient avoir des paroles malheureuses. Elle, avait roulé sur le dos et ressemblait ainsi à une espèce de tortue en détresse... Ses yeux se perdirent dans l'océan du ciel étoilé et curieusement, cela sembla l'apaiser un peu. Archélas s'accroupit de nouveau, prudent. Ce fut alors seulement qu'il aperçu les pupilles fendues sur l'iris opale, et le duvet presque invisible sur la peau. Ainsi positionnée, la chevelure sombre de la jeune fille ruisselait sur ses tempes, découvrant les oreilles effilées. Oh. Une Orphe. Ces créatures effrayaient la plupart du temps, mais Archélas en avait rencontré un certain nombre durant ses longues errances. Suffisamment même pour savoir se montrer méfiant sans faire preuve d'un racisme borné. Ça ne le dérangeait pas, qu'elle soit Orphe. Mais il demeurait sur ses gardes, sachant que certains instincts bestiaux pouvaient se révéler meurtriers pour qui n'était pas assez vigilent. Et lorsqu'elle parvînt enfin à s'asseoir, il se releva. En deux temps trois mouvements, il s'était défait de sa pèlerine poussiéreuse et la déposa gentiment sur les épaules de Daé. C'est qu'il faisait frais, en ce moi de Brumaire... Ce faisant, il se sentit un peu tout nu sans cette cape protectrice, mais il était trop tard. L'uniforme de l'armé royale crânait, sombre comme l'étaient les intentions de la majorité des soldats du roy. La garde de son épée luisait dans la nuit, comme en écho à son regard clair.

« Alors laissez-moi vous offrir un repas chaud. On déambule mieux le ventre plein. »

Oui, bon... le réconfort n'était pas au programme de son entraînement militaire hein... Il se leva de nouveau - à croire qu'il était là pour des accroupissements - et lui tendit la main une seconde fois, avisant, du coin de l'œil, les deux imbéciles toujours assommés. Bof. Il n'était pas triste pour eux, et leur agresseur devait être loin, très loin à présent. Autant se montrer utile. Ces deux-là retiendraient certainement la leçon tout seuls...

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Daé » 17 Juin 2010, 21:46

Une chaleur humaine. Une odeur d'humain. Accompagné d'une odeur de poussière. Et d'une légère odeur de métal. Une armure ? Elle se tendit légèrement. Ses sens en éveil, elle repris du poil de la bête, c'est le cas de le dire... Son cerveau se remit en marche progressivement. Elle chassa cette nostalgie, cette tristesse, et reprit tout ses esprits. Le chevalier venait de la sauver, sans s'en rendre compte. Elle étendit ses sens au maximum.

L'ouïe. Des bruits de métal. Une armure, confirmée. C'est un soldat.

Le regard. Elle l'inspecte doucement. La façon qu'il a de se tenir. Il est tendu. Il a dû voir quelque chose qui l'a surpris. Elle est une Orphe. Une épée. Portée à gauche, il est droitier. L'uniforme qu'elle voyait bien, dans toute son horrible splendeur. Un soldat du roy. C'est à elle de se tendre, elle n'a rien fait de mal, mais la vue des uniformes la mettait toujours mal à l'aise. Puis elle sourit. On allait bien s'amuser. Il y avait longtemps qu'elle n'avait pas mis la main sur un soldat.

« Alors laissez-moi vous offrir un repas chaud. On déambule mieux le ventre plein. »


Ohoh. Un repas ? En tête à tête ? Comme ça ? Tout de suite ? Non ? Daé ne put s'empêcher de penser au pauvre soldat du roy qui ne savait pas dans quoi il s'était fourré. Et sur ces bonnes paroles, il lui tends la main. Elle la saisit, hésitante, tremblante. Après tout, elle venait de se faire agresser, oui ou non ?
Elle remarque le regard qu'il jette au vagabond, il sera temps de lui dire un autre moment... Ou pas. Elle sourit timidement...

" Je n'ai rien pour vous payer, Monseigneur... Rien qui ne sonne en monnaie trébuchante et tressonnante en tout cas. "

Voix apeurée. Comme si le soldat pouvait demandé quelque chose d'autre que de la monnaie pour se faire payer. Elle évite soigneusement de le toucher. A part cette main ganté qui enferme sa douce et soyeuse menotte.

Avatar de l’utilisateur
Daé

Crédit: Fermé

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Archélas Ages » 19 Juin 2010, 17:21

Archélas retînt un soupir, à la fois contrarié par la violence naturelle des hommes qui les conduisaient à agresser leur prochain sans raison, et las de se retrouver une nouvelle fois dans cette situation. Car décidément, il était servit ! Pas plus tard que la veille, il s'était encombré d'une femme – Selena – qu'il avait dû conduire à l'abbaye pour des soins d'urgence. À ce souvenir, une moue de douleur lui étira légèrement les traits, comme s'il entendait encore l'écho des hurlements se répercuter sur les murs froids du lieu sacré. Ah ça oui, ça précédente « trouvaille » avait d'avantage dégusté que celle-ci. Un miracle, d'ailleurs, si elle était encore vivante à cette heure. Archélas n'y croyait pas trop, mais des miracles, il en avait déjà vu. Et voilà que ce soir, une autre demoiselle nécessitait son aide, et pleurait à en faire déborder le Larme qui traversait Aspasie d'ouest en est. À croire qu'il attirait sur lui toutes les demoiselles en détresse du royaume ! Au moins, celle-ci ne lui brisait pas les tympans... mais de là à affirmer qu'elle était en meilleur état que Selena, rien n'était moins sûr. Certaines blessures morales dépassent toutes les tortures physiques. Ses yeux clairs ne la lâchait plus. Attentif..

En refermant ses doigts sur la main tremblante, il se rendit compte à quel point il avait perdu toute notion de contact.. Trop d'années à arpenter les routes avec – pour seules compagnes – la nature et sa jument l'avaient mis à l'écart des grandes routes de la vie en société et des mœurs à adopter. Lui, peu familier des conversations polies et des usages de courtoisie, n'avait aucune idée de quoi dire... et encore moins quoi faire ! Alors il demeura muet, suivant une vague intuition que lui dictait par on ne savait quel vent de la nuit. Jusqu'à aujourd'hui, arpenter les sentiers de son instinct lui avait plutôt bien réussi, alors pourquoi changer ses habitudes ? On verrait bien, si son comportement choquait... mais pour le moment, ça ne semblait pas être le cas. La jeune femme lui adressa un sourire timide, abandonnant ses larmes un moment mais toujours en proie à une crainte à peine masquée. Tout de même, il aurait donné cher pour savoir qui avait bien pu régler le compte de ces deux-là... jusqu'à ce qu'il se souvienne d'un détail embarrassant. Ah oui. Il était soldat. Ça déclenchait souvent des réflexes de méfiance à son encontre dans le meilleur des cas, de haine dans le pire. Et s'il avait pris l'habitude de dissimuler son uniforme sous sa pèlerine élimée, n'offrant en temps normal que l'image d'un vagabond, en l'offrant à la jeune femme il avait dévoilé sa véritable identité, au risque de l'effrayer d'avantage qu'elle ne l'était déjà...

Payer ? Ah ! Il avait oublié ce détail. Connaissant les habitudes de ses confrères, il avait une vague idée de ce qu'était en droit de craindre sa protégée à ce sujet, et grimaça rien qu'à y penser. Il ne savait même pas comment démentir ce genre d'appréhension, maladroit comme un gosse, gauche comme un ermite qui n'a jamais connu la vie en société, la voix sèche, presque brutale.

« Et bien vous paierez plus tard. »

Il lâcha sa main, l'invitant muettement à le suivre. À quelques pas, Nemesis renâcla d'impatience, et Archélas se rendit compte à quel point il avait d'avantage à raconter à sa jument qu'à un être humain...

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Ceithli » 05 Jan 2011, 18:59

« Jhérer... je te jure que si je te mets la main dessus, je t'écorche vif! »

Une ombre sortit d'une ruelle, réajustant ses vêtements et récupérant un sac qui trainait à terre... dans l'obscurité, il était plus facile de se changer après une transformation... Ceithli vérifia que sa jupe retombait bien derrière elle, après tout, elle ne portait jamais de sous-vêtements, bien trop ennuyeux à enlever et remettre entre chaque métamorphose...

Elle commença à chercher l'adresse à laquelle elle devait livrer le chapon farci que sa mère avait préparé, cherchant d'abord les rues les plus éclairées... elle aimait bien Asphasie en règle générale, mais elle n'aimait pas devoir y aller le soir sous prétexte que quelque riche noble a des invités surprises pour le soir même et qu'elle tient absolument à les épater avec la viande fraiche de la Boucherie Elbereth. Elle trouva rapidement le manoir et frappa, vérifiant une énième fois que ses vêtements étaient correctement retombés, une servante vint lui ouvrir


« Bonsoir... pardonnez moi pour l'heure tardive, mais le temps de préparer le chapon et le temps d'arriver, Banba, ce n'est pas à côté... cela vous fera 25 ores s'il vous plait...»

Sans un mot, elles firent l'échange, la petite bourse contre le gros sac bien empaqueté. La femme guépard salua la servante et tourna les talons pour aller à l'Auberge du Moulin à Parole, histoire de manger un peu! C'est pas pour dire, mais une course entre Banba, ça creusait!

Elle se retrouva de nouveau dans les ruelles sombres et mit ses mains de chaque côté de ses épaules... brrrr qu'elle n'aimait pas cette ambiance. Elle prit son gantelet dans son sac et le mit à sa main droite, on ne sait jamais après tout... C'est alors qu'elle entendit une conversation


« Et bien, vous paierez plus tard »

Elle s'arrêta net, puis s'avança prudemment

« Euh... il y a quelqu'un? » demanda t'elle timidement. En s'approchant, elle remarqua un homme en armure... probablement un soldat du roy... rien de trop étonnant à cela. Elle soupira légèrement

« Oh, excusez moi de vous déranger... je cherche l'Auberge du Moulin à parole... mais je crois que je me suis perdue... je ne suis pas d'ici... »

Elle se mit à jouer un peu avec ses index, visiblement gênée de devoir demander son chemin... elle n'avait absolument pas remarqué l'Orphe près de lui...



Edit Seby : pas de couleur :002:

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Archélas Ages » 05 Jan 2011, 20:47

Merci de m'avoir débloqué.


Archélas s'arrêta tout net à quelques pas de sa jument. Ses yeux clairs se posèrent sur la nouvelle venue. Jeune. Chevelure blonde. Corps athlétique, mais pas trop. Armée. L'homme porta machinalement la main à la garde de sa rapière. On ne lui ferait pas le coup de l'égorger au fond d'une ruelle sombre ! La voix qui s'éleva alors sembla d'avantage prise au dépourvue que véritablement hostile. Apparemment, toutes les brebis égarées du coin était attirées vers lui... et qu'Alrik soit loué, elles étaient toutes jolies. Il hocha la tête. Bien, au moins une qui ne fuyait pas à l'autre bout du royaume en apercevant l'uniforme des soldats du Roi. Soit elle débarquait d'un coin perdu, soit elle était décidément trop naïve. Solution de secours : elle n'avait rien à craindre parce qu'elle savait se défendre. Solution de paranoïaque : il avait plus à craindre d'elle que l'inverse... Nemesis le bouscula d'un mouvement de tête, l'air de lui demander de se remuer un peu.

« Oui... elle n'est pas très loin. J'allais y emmener cette jeune f... »

Mais en se retournant pour présenter Daé qu'il s'attendait à trouver éplorée derrière lui, nouveau choc : il n'y avait plus que la pèlerine au sol. La fille s'était envolée. Comme ça, sous son nez, en quelques secondes seulement. Il se retourna et jeta à Ceithli un regard méfiant. S'il s'agissait d'une embuscade, c'était drôlement bien joué ! En tous les cas il n'était pas prêt d'oublier le visage de Daé, et la prochaine fois qu'il l'aurait sous les yeux, elle lui devrait une explication. Notamment au sujet des deux individus dont il doutait qu'ils se soient assommés entre adultes consentants... Sans quitter Ceithli des yeux, il recula pour récupérer sa pèlerine, la secoua vigoureusement et la jeta sur ses épaules. Par ce temps détestable, un vêtement de plus n'était pas de trop. Sans doute que l'odeur de sueur mêlée à celle de sa jument justifiait que Daé ne soit pas partie avec comme une voleuse.

« Allons-y. » Bougonna Archélas.

Saisissant Nemesis par la bride, il rejoignit la jeune femme et l'invita à le suivre sans ajouter un mot. Comme cela se disait, il y avait des jours avec, et puis des jours sans. En passant devant une faction de soldats, le jeune homme écarta légèrement les pans de son vêtement pour montrer son insigne de capitaine et leur indiqua la ruelle où deux individus avaient peut-être été victimes d'une agression, à moins qu'ils n'aient eut que ce qu'ils méritaient. Les subalternes le regardèrent avec des yeux ronds avant d'obéir et de se diriger vers l'endroit indiqué. Archélas, quant à lui, daigna enfin s'adresser à Ceithli.

« Vous venez du sud ? Vous portez des vêtements légers, ce n'est pas courant par ici. En tous cas pas par ce temps. Fit-il en désignant le brouillard d'un mouvement du menton. Archélas Ages, capitaine d'Infanterie. Et vous, vous êtes ? »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Ceithli » 05 Jan 2011, 21:03

Pas de couleur? Mais tu fais comment si y'a plusieurs personnes qui parlent? :004:
Edit Seby : ben... comme dans un bouquin, tu t'arrange pour que ce soit évident XD


Ceithli se demandait pourquoi il avait son manteau par terre, mais elle haussa juste les épaules, au moins il allait lui montrer où elle devait aller...
Effectivement, elle ne craignait pas spécialement les soldats, elle était du genre assez négociatrice et était souvent assez douée pour calmer le jeu.. et au pire des cas, si on lui cherchait des noises, ben elle se transformait, profitait de l'effet de surprise et s'enfuyait à toutes pattes.

Puis il lui demanda si elle n'avait pas froid, elle sourit doucement et eut justement un frisson


« Oui, je viens de Banba, et c'est vrai qu'il fait un peu frais ce soir... mais je ne fais que passer! »

Elle fit un petit saut pour trottiner un peu, surtout pour se réchauffer tout en le suivant vers l'Auberge, elle avait une faim de loup! C'est alors qu'il se présenta, elle retira son gantelet pour ne pas risquer de le blesser et lui tendit la main

« Ceithli Elbereth! Ravie de vous rencontrer! »

Elle lâcha sa main puis remit son gantelet avant de le regarder

« Excusez moi, je préfère le garder au cas où... c'est pas contre vous, mais plutôt pour les autres... »

Elle rougit un peu, espérant ne pas l'avoir vexé...

« Euh... enfin bref... je peux savoir ce qu'un Capitaine d'Infanterie faisait tout seul dans une ruelle avec son manteau par terre? »

Elle rougit de nouveau, espérant ne pas être trop indiscrète... elle se mit à regarder à gauche et à droite, elle avait une sorte de frisson dans la nuque... elle avait l'impression d'être observée, c'était une sensation très étrange... elle ne savait pas d'où ça venait...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Archélas Ages » 05 Jan 2011, 21:50

Banba. Il y était passé une fois, une seule. La gare ferroviaire n'était pas encore terminée à l'époque et il avait eut pour mission l'escorte de matériel pour les voies. Un projet qu'il avait estimé un peu fou à l'époque. Aujourd'hui, il voyait parfois les trains depuis les routes. Les locomotives puissantes crachant des nuages de vapeur, le métal rutilant et le sol qui frémissait sous les pieds de son cheval. Il n'avait encore jamais eut l'occasion d'y monter. Il avait toujours autre chose en tête, autre chose à faire. Distraitement, il s'arrêta pour faire face à son interlocutrice lorsqu'elle lui tendit la main. Il se pencha pour lui embrasser les doigts et repris sa route. Il aurait bien voulu répondre à la remarque sur le gantelet offensif, mais la suite lui arracha un sourire. Il resserra sa pèlerine autour de lui, maudissant le temps.

« Je n'étais pas seul. Il y avait une femme... sans doute une voleuse. Elle est partie avant que j'ai pu voir le coup venir. »

Il se remémora brièvement les évènements. Oui, ça devait être quelque chose comme ça. Évidemment, il n'allait pas se vanter de s'être fait rouler dans la farine... Crevant la brume, des tâches de lumières orangées leur indiquèrent l'auberge. Le fameux « Moulin à Parole ». Aspasie était l'un des points de chute les plus fréquents d'Archélas et il connaissait bien la ville et ses commerces les plus utiles à ses haltes. L'auberge en faisait partie. Le gérant était un homme bourru, mais parfois, il y avait Sara. On ne savait jamais d'où elle venait. Elle apparaissait comme ça, comme si elle avait toujours été là, avec son éternel sourire et son décolleté à tenter un eunuque... Archélas mis son cheval à l'attache, puis il poussa la porte et invita Ceithli à entrer, passant juste derrière elle.

L'auberge portait bien son nom. Partout, les clients bavardaient autour de parties de cartes ou de dés. Les serveuses apportaient les boissons, veillant à ce que les gorges ne s'assèchent jamais. Quelques hommes dansèrent sur leur chaise d'un air mal à l'aise lorsqu'ils reconnurent Archélas, mais dans l'ensemble son entrée fut plutôt discrète. Un groupe d'ivrognes salua Ceithli d'un sifflement éloquent, faisant rire leurs camarades tout aussi éméchés. Le capitaine posa une main sur l'épaule de la jeune femme.

« Par ici. »

Il lui désigna une table à peine assez grande pour une seule personne dans un coin sombre et s'y dirigea sans attendre.

« C'est le coin le plus sombre. Généralement apprécié des assassins en fuite ou toute autre personne qui souhaite se faire discrète. Dans une minute, on nous aura oublié. Les gens ne regardent jamais dans cette direction. Ils ont trop peur des regards qu'ils pourraient croiser. »

Il haussa les épaules.

« Superstitions. »

À la jeune fille qui s'approcha pour prendre commande, il demanda de repasser avant de se tourner vers Ceithli.

« Voilà votre auberge. Déclara-t-il en s'asseyant sans se séparer de sa pèlerine. Puis il hésita à demander. Vous dînez ? »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Ceithli » 05 Jan 2011, 22:27

Ceithli eut un sourire de compassion lorsqu'il mentionna la voleuse... un soldat qui se faisait avoir par un voleur, ce ne devait pas être agréable... elle se pencha doucement et murmura « Ce sera notre petit secret, promis! »

Elle eut un léger rire, elle avait été surprise par le baise main, elle voulait juste lui faire une poignée de main en fait, elle n'avait absolument pas l'habitude qu'on se comporte ainsi avec elle et elle avait probablement du rougir... heureusement que l'obscurité avait du le dissimuler.

Lorsqu'ils entrèrent dans la taverne, elle se glissa silencieusement au travers de la porte qu'il lui ouvrait... elle reconnaissait l'endroit pour être venu une seule fois... elle avait une bonne mémoire, mais un assez mauvais sens de l'orientation. Alors qu'elle déambulait de sa démarche un peu féline, Archelas posa une main sur son épaule pour l'emmener à une table en retrait


« Euh... D'accord!» Elle haussa les épaules en souriant et le rejoignit à la table, il lui demanda si elle voulait diner, elle hocha la tête

« Oui! Je suis là pour ça... »

Elle s'installa donc en face de lui, la table était toute petite en revanche, mais bon... après tout, elle s'en fichait un peu, elle même n'était pas très grande du haut de son 1,60m... elle regarda la carte, puis sourit au soldat

« Allez, pour vous remercier de m'avoir guidée jusqu'ici, je vous offre l'apéro! » lui dit-elle d'un air amusé avec ce regard un peu femme-enfant... elle regarda la carte « Hum... moi je prendrais simplement une bière pression... et vous? »

Elle allait également se commander une bonne côte de boeuf bien saignante, sans accompagnement... son côté félin prenait généralement le dessus au cours des repas, même s'il lui arrivait de manger des légumes, en général après une longue course, elle se contentait juste de viande et éventuellement un dessert...

Elle attendit donc que la serveuse revienne prendre leur commande, elle aurait bien aimé poser des questions au Capitaine, elle était d'une nature assez curieuse, surtout qu'elle aimait bien son côté ténébreux... il ne semblait pas avoir d'organes animaux, probablement un humain donc... mais bon, caché sous sa cape, il dissimulait peut être des oreilles bizarres ou une queue... elle n'allait tout de même pas lui demander ce qu'il était... lui-même avait du remarquer qu'elle était une morphe à cause de ses yeux...


« Hum... Alors... euh... c'est quoi exactement le travail d'un Capitaine d'Infanterie? Vous savez, on ne voit pas beaucoup de soldats à Banba... et... je dois avouer que je n'ai jamais vraiment discuté avec un militaire avant... vous savez ce que c'est, les petites villes campagnardes...» elle rougit un peu de honte... en réalité, il avait fallu des années à sa famille pour s'intégrer à Banba. Les Morphes avaient généralement tendance à rester loin des humains, préférant rester entre eux, dans leurs clans... les grands-parents de Ceithli avaient été furieux d'apprendre que Sofiaa voulait monter une boucherie en ville, résultat, son frère et elle ne les avaient jamais connus. Au début, les gens les évitaient un peu, heureusement pas tous, certains n'avaient que faire qu'ils soient capables de se transformer en guépard, et petit à petit, la réputation de la boucherie avait tout fait... mais néanmoins, cela faisait maintenant à peine 1 an ou 2 que Ceithli commençait enfin à pouvoir parler avec des habitants de Banba sans qu'ils n'aient l'air effrayés ou simplement dégoutés... donc forcément, elle apprenait petit à petit à aller elle-même vers les gens qui ne la rejetaient pas au premier abord. Alors parler avec des soldats... c'était une autre histoire encore! Mais maintenant qu'elle connaissait Archélas, peut être qu'elle se risquerait à en apprendre plus sur ceux qui se trouvaient dans son village...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Archélas Ages » 05 Jan 2011, 23:29

Yo ! En contexte renaissance, je ne sais pas s'ils ont un grand choix de carte et des bières pression (remarque la bière ça date de l'antiquité).


Comment ? Quel petit secret ? Il n'avait pas été dépouillé tout de même ! Il ne répondit pas, renfrogné comme un vieil ours qui ne sort quasiment jamais de sa grotte. Sauf qu'Archélas n'avait pas de grotte. Il était sur les routes constamment, parlait, questionnait, mais se liait peu d'amitié. Qui voudrait d'un soldat à la botte de Livian pour ami ? Les perfides, ou tous ceux qui cherchent inlassablement à s'attirer les bonnes grâces de leur souverain. Ou bien cette autre classe de nobles qui prenaient plaisir à dénoncer leurs voisins par lettre de cachet, sous prétexte que leur potager donnait plus de tomates que le leur. Archélas ne voulait pas de cette amitié là. Il ne voulait qu'une chose : retrouver ses hommes. Ceux qu'il avait perdu à Guttenvald. Ceux qui avaient partagé sa route si longtemps qu'il avait noué avec eux une véritable amitié... pour les perdre de vue subitement, sans indice ni espoir de les retrouver. Il n'avait pas su les protéger...

… et il sursauta lorsque Ceithli lui adressa la parole. Son langage le laissa sans voix. Apéro ? Bière pression ? Sans doute une variété de bière qu'il ne connaissait pas. Il lui jeta un coup d'œil suspicieux. Il avait l'impression de parler à quelqu'un d'un autre monde, très différent du sien. Ça le mettait mal à l'aise. Mais ce qui le mettait plus mal à l'aise encore, c'était ces yeux. Il ne les avait pas encore remarqué à cause de l'obscurité, mais maintenant que la lueur des lampes à huile venaient s'y refléter, il ne pouvait plus s'en détourner. Noirs. Noirs comme la nuit. Noirs sans la moindre nuance.

« Bonsoir monsieur Ages. Votre amie dîne-t-elle avec vous ?
_ Euh... oui.
_ Madame.
Salua froidement la serveuse en ne lui adressant qu'un bref regard jaloux. Qu'est-ce que je vous sert, monsieur Ages ?
_ Un vin chaud et... un ragoût, s'il en reste.
_ Certainement, je vous apporte ça tout de suite.
_ Et pour mon invitée,
la rattrapa Archélas alors qu'elle faisait mine de faire demi-tour sans prendre sa commande, une bière. Et...? »

Il la toisa d'un regard interrogateur insistant qui devait vouloir dire quelque chose comme et-vous-mangerez-quoi ? Il posa la carte et attendit que la serveuse qu'il n'avait jamais connue aussi peu aimable ait pris la commande de Ceithli avant de s'enfoncer dans sa banquette – là où la jeune femme avait hérité d'une simple chaise.

« Vos yeux... »

Ni question, ni affirmation dans le ton. Seul son regard d'un bleu perçant demandait, et il attendit.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Ceithli » 05 Jan 2011, 23:50

La bière, justement en général, c'est THE boisson passe partout^^ Et puis j'ai dit la carte, c'est une façon de parler, ça peut être un simple tableau écrit à la craie...


Ceithli avait donc commandé sa côte de boeuf saignante... oui, du ragoût, c'était pas une mauvaise idée, mais elle voulait de la viande... c'est alors qu'Archelas mentionna ses yeux... ainsi donc il ne le voyait que maintenant? Elle recula alors, le dossier contre sa chaise, retirant son gantelet pour le poser sur la table... puis elle mit ses deux mains entre ses cuisses, baissant la tête d'un air un peu honteux... faisait-il donc parti de ceux qui méprisaient les Morphes? Ou peut être en avait-il peur? Non... il n'avait pas l'air d'avoir peur... alors peut être juste de la haine ou du mépris... oui probablement... après tout, ils n'étaient généralement considérés que comme une bande de sauvages qui vivaient dans leurs tribus dans les forêts...

« Oui... je... je suis une Morphe...»

Elle montra alors son gantelet sur lequel était gravé une tête de guépard, juste sous les griffes

« Je suis un guépard... je suis désolée, j'aurais peut être du vous le dire avant... je pensais que vous l'aviez remarqué...» elle regarda vers la porte de la taverne... elle allait probablement devoir se trouver une autre table « mais c'est vrai qu'il faisait sombre dehors...»

La serveuse apporta les consommations, elle sortit les ores qu'elle avait gagné avec la vente du chapon, puis elle posa les pièces sur le plateau

« Voilà pour les consommations...» puis elle prit sa bière, gardant toujours les yeux résolument baissés, comme si le fait de garder ainsi la tête dirigée vers ses genoux pouvaient faire apparaître de belles pupilles à la place de ses grands yeux noirs... puis finalement, elle se décida à lever la tête

« Si... si ça vous dérange de dîner avec une Morphe, je peux me trouver une autre table... j'ai l'habitude ne vous inquiétez pas...» sa voix était emplie d'une profonde tristesse, de douloureux souvenirs remontaient à la surface... lorsqu'elle était petite et que les autres enfants lui jetaient des pierres en hurlant "sale monstre", et que Jhérer arrivait en courant pour s'interposer, lorsqu'elle avait eu le béguin pour un voisin de la boucherie et qu'elle lui avait demandé s'il voulait bien l'accompagner à la fête dansante de la saison des moissons et qu'il avait éclaté de rire devant tous ses amis et qu'elle avait du fuir en pleurant... elle baissa de nouveaux les yeux, alors qu'ils étaient pleins d'une profonde tristesse qui ne lui ressemblait pas. Elle s'était toujours dit qu'un jour elle serait heureuse, qu'elle rencontrerait un autre Morphe, que ce serait surement plus simple car il ne la jugerait pas, et que tout irait bien, comme sa mère... c'est pourquoi elle était généralement d'un tempérament joyeux, préférant être optimiste après tout. C'est pourquoi elle haussa juste les épaules puis prit sa bière et se mit à sourire

« Enfin bon, vous faites comme vous voulez! Je vous avais promis de vous offrir un verre, je l'ai fait! Vous aviez proposé de me conduire à l'auberge, vous l'avez fait... » elle ferma les yeux pour lever son verre « Nous sommes quittes... » et elle commença à boire sa bière par petites gorgées... attendant de voir s'il lui demanderait de partir, ou si lui-même allait se lever pour aller manger à une autre table...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Archélas Ages » 06 Jan 2011, 00:19

Ah ok, sorry. J'imaginais une grande carte en plastique avec des hamburgers frites... ok je sors.


Il n'avait pas bougé, l'instinct du capitaine revenu au triple galop, et la fixait avec attention comme s'il cherchait à déceler le mensonge ou la tromperie sur le visage d'un ennemi. Mais il n'y avait rien de tout cela sur ses traits. Elle semblait au contraire légèrement honteuse, comme s'il l'avait prise en faute. Restait à savoir quelle faute. Il l'observa se séparer de ses griffes et baisser la tête comme une enfant. Ça aurait pu le toucher si seulement on ne lui avait pas fait le coup un peu trop souvent. Il avait eut souvent l'occasion de mettre la main sur des tire-laines. Tous s'étaient défendus avec ce genre de comportement destiné à susciter sa pitié. Soyez gentil monsieur le soldat, je ne suis qu'un enfant qui a faim. C'était parfois vrai, malheureusement. D'autre fois, ça ne l'était pas. Et elle, qui était-elle ? Minkar ? Ils étaient difficiles à repérer, malins, agiles. Souvent bon comédiens. Elle, elle semblait juste incroyablement naïve. Archélas soupira. Morphe ? Il ne connaissait pas. Il connaissait les Orphes et jugea un peu hâtivement qu'elle avait dû faire l'erreur en voulant lui mentir. Elle aurait dû mieux travailler son sujet... parce qu'une Orphe qui n'était pas capable de prononcer correctement le nom de sa race, ce n'était pas très crédible. Mais c'était plutôt bien tenté pour jouer la carte de la persécution.

Il sourit, comme on sourit de prendre un larcin la main dans le sac et de le voir ensuite s'évertuer à faire croire à son innocence. Sans satisfaction particulière, il était juste amusé. C'était la seconde femme à se payer sa tête à quelques minutes d'intervalles. À croire qu'il commençait à se faire vieux... Il laissa retomber sa capuche et croisa les bras, prenant un air presque paternel. De son avis, Ceithli ne cherchait qu'à se faire offrir un repas. S'il n'y avait que ça... Il ne détourna pas même les yeux lorsque la serveuse posa les plats entre eux sur la minuscule table, poussant le gantelet qui la gênait, et la regarda payer quelques pièces pour les boissons. Lui ne bougea pas. En tant qu'habitué, il se contentait de ne payer qu'à la fin du repas, ce qui lui donnait tout le loisir d'ajouter à sa commande en fonction de ses besoins. Mais le fait qu'elle, paie. Son comportement... l'intriguait. Qui était-elle réellement ? Il hésitait. Était-il définitivement trop naïf lui-même ? Certainement. Il ne se serait pas engagé dans cette armée s'il avait pu voir les choses telles qu'elles étaient. À cet instant, Ceithli lui faisait de la peine, à cause de la vitesse et de la spontanéité avec laquelle elle était passée d'un ton enjoué à une mine presque déçue, honteuse, et indéniablement blessée. Bien qu'entièrement noirs, ses yeux brillaient un peu trop à la lueur des bougies.

« Vous voulez dire Orphe guépard ? Vous n'en avez pas les attributs, ou bien sont-ils habillement cachés. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Ceithli » 06 Jan 2011, 00:37

Ceithli faillit recracher sa bière par les narines lorsqu'il la corrigea sur le fait qu'elle soit une Orphe... se mettant à tousser, elle tenait son poing fermé devant sa bouche et l'autre main sur sa poitrine pour calmer sa toux

« Koff koff... Moi? Une Orphe? »

Elle le regarda cette fois-ci avec des yeux ahuris... ses yeux écarquillés luisaient d'un noir d'ébène, augmentant la sensation étrange qu'ils étaient vides

« Je ne suis pas une Orphe! Je... je suis une Morphe... je... ai-je mal articulé? »

Elle le regarda d'un air totalement déboussolé... il... il n'avait pas l'air de savoir ce qu'étaient les morphes... elle se pencha en avant pour le regarder dans les yeux et murmurer

« Vous... vous savez ce que sont les morphes... n'est-ce pas? »

Voyant que visiblement non... elle recula et regarda son assiette fixement, l'air totalement perdu... elle se doutait qu'elle allait probablement devoir lui montrer. Bon, pas ici, elle n'avait pas envie de se déshabiller au beau milieu d'une taverne, quoi qu'elle pouvait prendre l'apparence d'un guépard sans avoir besoin d'enlever ses vêtements, mais il faudrait bien qu'elle reprenne apparence humaine. Elle se mit alors légèrement à jouer avec sa fourchette au niveau de sa viande, avant de se décider à lui expliquer

« Les morphes ne sont pas tout à fait comme les orphes... nous... nous sommes... comment expliquer, nous sommes des humains capables de nous transformer en animaux. Nous vivons généralement loin des humains car... nos yeux font peur, et puis, certains morphes ont mauvaise réputation car ils ont la fâcheuse tendance à se transformer pour attaquer alors... enfin pas ma famille, nous, nous avons choisi de vivre parmi les humains... ce n'est pas toujours facile mais... disons qu'on essaie... »

Elle déglutit alors avec difficulté, ses lèvres faisaient une moue un peu bizarre... elle se demandait s'il se moquait d'elle ou non

« Enfin voilà... dans ma famille, nous nous transformons en guépards... »

Elle leva alors les yeux pour voir la réaction du Capitaine... s'il n'avait jamais entendu parler des Morphes, ça risquait de poser problème... il pouvait estimer qu'elle lui mentait, ou encore qu'ils étaient une race du même genre que les Winghox... elle avait maintenant l'air d'une petite à qui il venait d'arriver quelque chose d'incroyable, mais que personne ne pouvait croire. Elle prit finalement son couteau, son ventre grondait et la viande lui faisait des yeux doux. Elle prit donc une bonne bouchée de sa côte de boeuf, jetant de temps en temps un regard à Archelas pour voir s'il la croyait ou non

« Je... j'ai du mal à croire que vous n'en n'ayez jamais rencontrés... » maintenant elle avait peur... elle avait peur qu'il exige qu'elle se transforme là, maintenant, tout de suite devant ses yeux... elle continuait cependant de manger, autant prendre des forces pour le cas où elle doive prendre ses jambes à son cou...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: S.O.S Demoiselle en détresse ?

Messagepar Archélas Ages » 06 Jan 2011, 01:33

Allons bon, voilà qu'elle s'étouffait maintenant. Archélas l'observait avec une curiosité grandissante. Ceithli était un peu comme un livre ouvert, de par sa façon toute particulière de réagir au quart de tour. Non. Elle ne savait décidément pas mentir. Ou bien elle était au contraire excellente comédienne. L'un ou l'autre, et le capitaine préféra croire en la première. Apparemment, quelque chose lui échappait. Quelque chose que la jeune femme s'empressa de lui révéler en répétant. Morphe. C'était bien ce qu'il avait entendu. Il y avait donc une race dont il ignorait l'existence. La similitude dans les sonorités était-elle due au hasard ? Il secoua à peine la tête de gauche et de droite pour signifier son ignorance. S'il savait ce qu'étaient les Morphes ? Pas du tout ! Il la regarda tripoter ses couverts, réfléchir, se perdre dans ses pensées et en revenir avec une explication qui lui fit hausser un sourcil.

« Je vous demande pardon ? Vous transformer ? En guépard ? »

Il la regarda l'air incrédule. Deux solutions. La première et la plus désagréable, elle se payait ouvertement sa tête. Et dans ce cas, il ne voyait aucun inconvénient à aller lui faire visiter les geôles les plus crasseuses d'Aspasie. Seconde solution et celle-ci l'inquiétait un peu, elle disait la vérité, elle pouvait vraiment se changer en guépard et... et... Mais comment n'avait-il jamais entendu parler d'un tel peuple avant aujourd'hui ? Parce qu'il passait sa vie sur les routes. Parce qu'il ne prenait jamais le temps de s'asseoir et de rester plus de deux jours au même endroit. Non non. Elle se moquait de lui. Elle n'en avait pourtant pas l'air. Alors admettons qu'elle dise vrai. Comment savoir ? Comment vérifier ? En lui demandant de changer d'apparence pour ses beaux yeux ? Et une fois qu'il aurait un guépard devant lui, que deviendrait-il ? Une proie ? Non. Il en aurait forcément entendu parler. Mais ces yeux... Et puis subitement, il lâcha prise. Inutile de se torturer d'avantage sur la question, même s'il devinait qu'elle continuerait de le hanter comme l'image rémanente des flammes dans le noir. Il se redressa, sans la quitter des yeux, cherchant vaguement quelque chose à ajouter. Et comme il ne trouva rien, il plongea sa cuillère dans son ragoût et se mit à manger. En face de lui, Ceithli avait également commencé à martyriser sa viande. S'en suivrait sûrement un silence concentré, alors autant le mettre à profit à son tour.

En portant les pommes de terre à sa bouche, il tentait de s'imaginer le corps de Ceithli se recouvrir de poils et s'affiner jusqu'à ressembler à un grand chat tout maigrichon. Mais il n'arrivait pas à visualiser correctement l'opération, ce qui l'agaça, et il se vengea en mordant dans un morceau de mouton. La nourriture lui réchauffait les entrailles et il en oublia presque qu'il était trempé jusqu'aux os à cause du brouillard. Du coin de l'œil, il épiait son verre de vin chaud auquel il n'avait pas encore touché, ce qui lui fit penser qu'il n'était pas ivre, et qu'il ne rêvait pas. Morphe... Il avait toujours pensé que la dénomination « Orphe » était dérivée d'Orphée qui avait – paraissait-il – ce don si particulier de charmer les bêtes sauvages. Et « Morphe » ? Quelque chose comme un morceau du mot « métamorphose » ? Il empala une rondelle de carotte au bout de sa fourchette. Des guépards, et quoi d'autre ? Tuait-on des Morphes, lorsque l'on chassait ? Non. Impossible. Ça se saurait. Il le saurait. Il l'aurait su. Enfin, on en aurait forcément entendu parler ! Penser à autre chose. Penser à autre chose... et au bout de longues minutes de torture mentale, il n'y eut plus rien à massacrer dans son assiette. Rassasié mais guère moins anxieux, il la repoussa doucement et alla cueillir son verre d'un geste machinal. De nouveau, il s'installa dans sa banquette, les yeux rivés sur Ceithli. Son visage, ses yeux, ses traits, ses yeux, ses cheveux, ses yeux... et s'il faisait abstraction de ses yeux, sa jeunesse, son teint, sa silhouette... À force de errer tout seul sur les routes...

Il secoua la tête et but une gorgée. Le vin lui procura cette bizarre sensation de chaleur se répandant dans chacun de ses membres, rampant dans chaque muscle, glissant jusqu'au fin fond de ses orteils frigorifiés. Il sentit les picotements sournois de l'alcool lui chatouiller les paupières. Le silence qui s'était installé l'embarrassait. Parler. Parler de tout sauf de ce qu'il ne comprenait pas. Pas ici. Pas maintenant. Compartimenter. Y revenir plus tard.

« Et vous vivez de...? »

Une autre manière de lui demander son métier, ou sa condition. Et si elle répondait « de chasse », il ne répondait plus de rien...

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Suivante

Retourner vers Aspasie, au chant des moulins

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron