À quai

C'est le plus reculé de tous les villages dépendant directement du Roi. Comme déposé ici au hasard au milieu des plaines fertiles, Banba a su se spécialiser dans l'agriculture et l'élevage.

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 06 Fév 2011, 12:29

Mais pourquoi avait-elle ouvert la bouche? C'était une question en l'air, juste pour savoir... elle ne s'attendait pas à ce qu'il se lève ainsi et la quitte si précipitamment. Elle le regarda partir, les minutes lui semblèrent des heures pendant qu'il était dans la salle d'eau, encore des heures pendant lesquelles il n'était pas à ses côtés.

Elle était restée allongée, posant son bras sur ses yeux alors qu'elle pleurait. Contenant ses sanglots pour ne pas qu'il l'entende, serrant le drap avec force alors qu'elle se traitait d'idiote à tout bout de champ dans sa tête. Finalement, elle se releva doucement, essuyant les larmes de ses yeux du dos de ses mains, et resta assise encore quelques secondes. La peine se lisait clairement sur son visage,et elle finit par se lever.

Elle remit ses vêtements, gardant une main sur son sein, là où Archélas s'était reposé quelques minutes plus tôt et ferma les yeux, comme si elle voulait ressentir encore le piquant de sa barbe naissante sur la peau fragile. Elle tira le tissu et sourit, une légère marque rouge était visible. Elle en avait plusieurs en fait si elle regardait bien, visiblement, le visage du soldat avait choisi plusieurs parties de son corps pendant la nuit, ce qui la rassura un peu au final, il avait passé une bonne nuit, et elle avait encore de nouveaux souvenirs de lui.

Il revint dans la pièce, puis se dirigea vers la porte. Elle se pinça les lèvres et tendit le bras


« Attends... »

Elle s'approcha doucement, comme pour ne pas l'effrayer, de la même manière qu'il procédait généralement lorsque c'était elle qui était en proie à ses peurs et à ses doutes. Baissant honteusement la tête, elle prit le bras qui tenait la poignée pour le retirer et l'attirer vers elle en le tournant avec mille précautions. Elle glissa ses bras au niveau de ses flancs, prenant toujours garde à sa plaie, et se plaqua contre lui, calant sa tête contre son torse dans un geste affectueux et doux

« Juste quelques minutes encore... s'il te plait... »

Elle avait tellement peur maintenant. Elle avait eu beau se faire à l'idée qu'il devait partir, qu'elle ne pouvait pas l'en empêcher, elle avait peur. Elle pressa ses mains dans son dos, respira pour sentir encore son odeur, sans mauvaise pensée, juste pour être près de lui encore. Elle ne voulait pas le lâcher car désormais, elle devait retenir ses larmes à nouveau, elle ne voulait pas pleurer devant lui et prendre le risque de le faire fuir encore plus vite. Elle respira un grand coup et se hasarda à lever la tête, elle ne voulait pas non plus jouer les pots de colle. Elle sourit timidement et déglutit avec difficulté en levant tout de même un regard qu'elle savait implorant

« Embrasse moi... s'il te plait... »

Elle se mit sur la pointe des pieds, l'une de ses mains avait quitté son dos pour rejoindre le cou du soldat, qu'elle caressa tendrement en déposant ses lèvres sur les siennes. Elle aurait voulu que cela dure encore un peu, pressant délicatement sa bouche, sans se faire ni désireuse ni insistante, cherchant seulement ce contact si doux. Puis elle le regarda et sourit avant de poser son front sur le torse d'Archélas en soupirant doucement, sa main descendit de son cou pour gagner la sienne et la serrer doucement, puis elle releva les yeux vers lui et recula

« Allons y... »

Elle se sentait bête de lui avoir demandé de l'embrasser comme ça, mais tant pis. Elle le laissa ouvrir la porte et ils descendirent. Il n'y avait personne. L'auberge n'accueillait pas beaucoup de clients pour dormir et servait surtout de taverne en ce moment, et le matin, les gens étaient déjà dans les champs, même dans cette saison. Il fallait entretenir la terre pour qu'elle ne gèle pas, toujours s'occuper des bêtes et ceux qui avaient trop fait la fête la veille étaient simplement encore dans leur lit, dans un système de roulement où au final, chacun pouvait tantôt profiter, tantôt travailler, c'était ça aussi Banba.

Ils s'installèrent à une table plus petite maintenant qu'ils avaient le choix, ce fut l'aubergiste qui vint prendre leur commande, Jake devait être soit à la plonge, soit en train de bichonner Némésis.


« Bonjour les... vous deux... » Ceithli le foudroya du regard alors qu'il s'apprêtait à dire "les amoureux", il haussa les épaules en affichant cependant un regard amusé qui ne plaisait pas à la féline, il déposa sur leur table deux tasses et des couverts ainsi que du pain avant de mettre une main sur sa hanche bedonnante et les regarder chacun leur tour

« Le ptit déj' habituel de la taverne... » il regarda Ceithli avec insistance afin qu'elle comprenne que c'était ce à quoi ils avaient droit en échange du jambon, et rien d'autre « c'est une boisson chaude, café ou lait, des tartines au beurre, des oeufs et je vous accorde un peu de lard... » il regarda Ceithli qui gardait un regard assez noir, et il n'aimait pas trop se la mettre à dos, Jhérer lui suffisait « parce que c'est toi... »

Elle retrouva un peu le sourire et baissa la tête quelque secondes avant de relever la tête vers lui

« Tu n'as pas quelques fruits? »
- « Pas beaucoup en cette saison, mais il me reste quelques fraises, des pommes, des oranges... »
- « Je prendrai un café avec des oeufs, un peu de lard et des fruits alors... »
- « Ok... et Monsieur? »


Elle plongea son regard dans celui d'Archélas en lui souriant doucement. Elle aurait voulu pouvoir prendre ses mains, mais ce serait surement mal vu. Elle se contentait donc d'avoir les coudes posés sur la table, ses mains serrées l'une contre l'autre devant elle, presque comme une prière... comptant intérieurement les dernières minutes qu'il lui restait avec lui, priant presque qu'il commande un petit déjeuner assez copieux pour qu'il reste plus longtemps. Elle se sentait tellement stupide de vouloir le retenir ainsi, mais c'était plus fort qu'elle. Elle savait juste qu'au moment fatidique, elle le laisserait partir... mais avant...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: À quai

Messagepar Archélas Ages » 06 Fév 2011, 16:03

Attendre ? Sur le moment, Archélas cru à un nouvel élan de désir et fit une moue embarrassée. Il chercha les yeux de Ceithli pour y lire ses intentions mais elle baissait résolument la tête, ce qui le conforta dans l'idée qu'il se faisait. Il eut un sourire triste. Même en y mettant toute sa bonne volonté, il n'était pas sûr d'arriver à quoi que ce soit. Alors il la serra dans ses bras, répondant gentiment à l'étreinte qu'elle réclamait, en proie à une vague de sentiments contradictoires. Il ne voulait pas la décevoir, soit en se refusant à elle, soit en se livrant sans pouvoir assurer comme il le souhaitait et comme elle, le souhaiterait sûrement. Leur dernière nuit lui suffisait pour prendre la route sur un souvenir positif et – à y repenser – tentateur. Son cœur se serra sans qu'il sache vraiment à quelle émotion cela était dû, et se calma lorsqu'il l'entendit lui mendier quelques minutes supplémentaires en sa compagnie. Il embrassa sa tempe, soulagé et bizarrement heureux sans l'être vraiment. Au fond de lui, il commençait à douter de la sincérité de Ceithli quant à ses théories sur leur libertés respectives... sans oser y croire... se défendant d'y croire.

Il captura ses lèvres avec douceur, la pressant tendrement contre lui sans la brusquer. N'était-ce pas anormalement doux, pour deux personnes qui n'avaient pas l'intention de s'enquérir l'une de l'autre ? Deux personnes supposées faire leur vie chacune de leur côté ? Deux personnes libres...? Il se garda bien de poser la question, soutenant seulement la jeune femme de ses mains autour de son visage. Il devait partir, et il ne voulait pas rendre les choses plus difficiles... ou désagréables s'il faisait erreur et que Ceithli le prenait mal. Pas maintenant alors que tout n'était que quiétude. Pas maintenant.

Il la laissa le conduire en salle où ils s'installèrent avant d'être rejoins par l'aubergiste. Archélas tressaillit à l'allusion à peine voilée qu'il leur fit et se racla discrètement la gorge pour se donner contenance. Oui, bon. Désolé, il n'avait pas contrôlé. Puis il écarquilla les yeux de surprise lorsqu'il s'entendit énumérer les mets proposés. Le café était rare, lui était habitué aux infusions insipides. Du beurre... et là il faillit en tomber de sa chaise. À part le saindoux, lui, il n'avait guère eu l'occasion de goûter à un produit d'une telle qualité. Il ne manquait plus que la confiture et il était aux anges. Tout avoir à porté de main devait aider... en fin de compte, il se plairait sûrement à Banba. Il jeta un coup d'œil vers Ceithli, s'amusant de son appétit matinal, et il haussa les épaules d'un air désinvolte lorsqu'on lui demanda sa commande.

« Le tout. Si vous avez des pêches tardives, ce sera volontiers. »

Il aurait juré que l'aubergiste allait s'étrangler en avalant sa langue. Apparemment, il ne s'attendait pas à se faire rouler autant dans la farine. Il fit demi-tour et disparu, tandis qu'Archélas prenait le temps de s'assoir plus confortablement... ce qui n'était pas gagné compte tenu des protestations muettes de ses muscles. Puis il retrouva ses bonnes vieilles habitudes et sa confiance en lui. Il posa ses bras sur la table, un coude dans chaque main, et se pencha vers Ceithli face à lui. Ses turquoises inquisitrices la sondèrent gravement. Depuis les dix dernières minutes qu'il se posait la question après avoir intercepté les paupières enflées et rougies là où la jeune femme avait le teint pâle, il n'y tint plus. Regarder sans rien dire ? Plus jamais !

« Tu as une tête épouvantable. Tu as pleuré. J'ai fait quelque chose ? »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 06 Fév 2011, 16:34

Ceithli fut soulagée de voir qu'il s'apprêtait à manger copieusement, au moins le petit déjeuner, dernière étape avant son départ, durerait un peu. Elle avait remarqué sa mine surprise lorsque l'aubergiste mentionna du beurre... ici, c'était l'élément principal du petit déjeuner, et il était toujours frais. Le café, c'était un peu pareil en fait, mais là, ils puisaient sur les réserves car on ne pouvait le récolter que dans les plaines à l'ouest, là où les arbres étaient assez abondants... mais du thé... impossible d'en trouver à Banba, sauf si on en faisait venir, et seul Manölis pouvait probablement se payer le luxe d'en avoir. Il ne faisait pas assez humide dans le coin.

L'aubergiste revint d'abord avec un carafe fumante et versa le café dans le deux tasses, puis il laissa un petit pichet de lait à côté pour le cas où ils veulent en rajouter. Puis il repartit avant de revenir avec un bol bol contenant cette fois du lait chaud, il en profita pour déposer la motte de beurre à côté de Ceithli


« Fait' gaffe, il est bouillant »

Alors qu'il partait préparer le petit déjeuner, la jeune femme se pinça les lèvres à la question d'Archélas et baissa honteusement les yeux. Comment lui donner une bonne excuse

« Oh euh... juste un peu... la.. la fatigue je pense. Je ne sais pas trop pourquoi mais... »
Elle sourit doucement en relevant les yeux vers lui et posa simplement sa main sur son bras « Je te rassure, tu n'as vraiment rien fait de mal... au contraire... »

Elle se mit à rougir et retira simplement son bras avant d'avaler sa salive avec difficulté, puis après plusieurs minutes, l'aubergiste revint avec les deux assiettes d'oeufs et de lard, et posa ses mains sur les hanches

« Pas beaucoup de place sur cet' table, je vous ramènerai les fruits après... »
- « D'accord, merci... »
- « De rien gamine. Jhérer rentre quand? »
- « Tu devrais normalement avoir encore une journée de répit, peut être même deux... »


Il hocha la tête d'un air satisfait et partit. La jeune femme eut un léger sourire et commença à prendre sa fourchette pour picorer en regardant Archélas d'un air inquiet. Elle en avait trop dit? Oui c'était surement ça... là elle était dans la panade, comment se sortir de cette situation? Elle ne voulait pas encore balancer ses idioties sur les notions de liberté ou autre, elle se mit alors à jouer doucement avec sa nourriture, puis leva les yeux vers lui d'un air timide

« C'est... c'est juste que... tu vas me manquer... un peu.. enfin on a vécu pas mal de choses en peu de temps alors ça va me faire bizarre de revenir simplement à ma vie de livreuse c'est... c'est tout... mais... disons que ce sera plus... calme... »

Et allez, c'était reparti. Elle espérait juste qu'il ne prendrait pas ça "que" pour lui, qu'il croirait qu'elle parlait également de l'aventure tout ça, après tout, elle était un animal aussi, et les animaux ça se tenait rarement tranquille, ce qui expliquait aussi qu'elle passait son temps à gigoter. Elle prit une première bouchée, ses joues étaient toujours rosées, mais au moins, elle espérait avoir fourni une explication à peu près potable.

Elle but une gorgée de café noir, ils n'avaient pas le luxe d'avoir du sucre, le seul endroit où elle en avait eu, il lui semblait que c'était à Aspasie justement, probablement le seul endroit où ils avaient de bonnes betteraves. Il faudrait qu'elle songe à en acheter la prochaine fois qu'elle s'y rendrait, cela ferait plaisir à sa mère.

Elle leva les yeux vers lui, l'admirant même en train de manger avec autant de délicatesse qu'un taureau, ce qui lui arracha un sourire alors qu'elle prenait son temps. Malheureusement, même lorsque l'on veut y aller doucement, le temps s'écoulait tout de même. L'aubergiste les avait débarrassés et il leur avait servi des fruits, pas de pêches par contre.

Elle commença à picorer quelques fraises, le regardant toujours de temps en temps, répondant à ses questions lorsqu'il en posait, mais la plupart du repas s'était déroulé dans un grand silence, chacun souhaitant garder simplement en mémoire les instants agréables qu'ils avaient passé ensembles.

Il était temps maintenant de se dire au revoir. Et à cet instant, elle ne savait pas ce qu'elle voulait. Valait-il mieux qu'elle parte maintenant, dans cette chambre et qu'elle le laisse préparer ses affaires et partir seul, ou le raccompagner jusqu'aux portes de la ville? Elle se dit alors que c'était à lui de décider, elle resta près de la porte, calant ses mains dans son dos, le laissant rassembler ses affaires


« Est... Est-ce que tu veux que je te raccompagne jusqu'aux portes de la ville ou.. ou tu préfères que je te laisse te préparer seul? »

Elle lui sourit doucement et haussa les épaules en penchant la tête sur le côté


« Ca... c'est comme tu veux... je ne veux pas t'imposer encore ma présence... » son regard était très doux... oui, au final, peu lui importait, qu'elle lui dise au revoir maintenant ou dans quelques minutes... c'était trop tard, son coeur était déjà brisé, même si son doux sourire ne le montrait pas

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: À quai

Messagepar Archélas Ages » 06 Fév 2011, 17:32

Archélas eut le sentiment qu'elle ne voulait pas lui parler... et il n'insista pas, feignant de se contenter de sa réponse trop vague pour être honnête. Il avala ses œufs, appréciant la saveur que le lard leur donnait. Les premières bouchées d'un estomac prêt à s'auto-digérer étaient toujours les meilleures. Il ne leva le nez de son assiette que lorsque la jeune femme reprit la parole, et se félicita d'avoir avalé ce qu'il était en train de mâcher. À une seconde près, il s'étouffait avec. Heureusement, il ne déglutit de travers que sa salive et toussa légèrement en faisant semblant de s'essuyer la bouche avec sa serviette. Pendant une longue minute il resta ainsi à la fixer sans bouger, délaissant le reste de son petit-déjeuner. Il se sentait envahi d'une envie folle de se lever et de la serrer contre lui, de la bercer, de la rassurer et de lui promettre de revenir ou mieux, de ne pas la laisser du tout. Mais il se retenait. Et il se détestait de se retenir. Demain, peut-être. Lorsqu'il sortirait vivant de son entrevue avec Livian... et il sortirait vivant, au moins pour elle, pour s'assurer qu'aucun gamin ne la marquerait au fer rouge...

Il baissa les yeux et s'occupa les mains en portant le café à ses lèvres. La chaleur lui réveilla les sens. Il changea ensuite de sujet poliment et lui posa quelques questions qu'il jugea d'une banalité affligeante, mais qui semblèrent la détendre un peu. Cependant, sentant les oreilles affutée de l'aubergiste derrière lui, Archélas préféra n'échanger que peu de mots et se concentrer sur son repas. Il ne se souvenait pas avoir jamais mangé un pain aussi frais ni goûté un lait aussi onctueux. Ce n'était pas tous les jours qu'il pouvait se permettre un tel festin, alors il n'en laissa pas une miette. Ni dans son assiette, ni sur la table. À la fin, il était gavé au point qu'il n'aurait pas été étonné de voir la nourriture ressortir intacte par sa blessure qui tirait sur la peau tendue. Il soupira comme s'il était soulagé d'être enfin venu à bout de toute cette nourriture et tous deux remontèrent.

Ils croisèrent une femme de chambre qui tendit au soldat son uniforme propre et reprisé comme il l'avait exigé (il jouait parfois de son autorité de capitaine en cas de besoin). La coupure dans la brigandine n'était plus qu'un lointain souvenir et le cuir élimé de ses gantelets avait été renforcé. Quant à sa lame, elle rutilait après s'être faite dorloter par le forgeron du coin. Et tout occupé à vérifier l'état de ses affaire d'un œil expert, il en oublia Ceithli postée près de la porte comme une enfant mise au coin... jusqu'à ce que sa voix le tire de ses inspections minutieuses.

« M'imposer quoi ? » Répéta-t-il incrédule.

Mais elle n'eut pas besoin d'en dire plus. Cette fois, il lui semblait vraiment avoir compris. Il posa tout son bazar sur la console et marcha vers elle de son pas conquérant. Qu'elle le repousse si elle ne voulait pas de lui. Pour l'heure, il n'avait pas envie de faire l'effort de l'éviter. Il prit son visage entre ses mains et l'embrassa avec passion, n'interrompant son baiser que pour reprendre son souffle, comme s'il craignait qu'elle disparaisse d'une seconde à l'autre. Il aurait pu passer la matinée entière ainsi... mais toutes choses avaient une fin, et il se recula, lui caressant les joues de ses pouces, son regard bleu rivé dans le sien. Sans ouvrir la bouche, il en avait déjà trop dit. Mais ne pas parler, c'était aussi laisser le doute revenir dès le contact visuel rompu, dès la solitude reparue.

« J'en ai pour une minute. Tu veux bien t'imposer encore jusqu'aux portes...? si tu as le temps... »

Il n'osa pas formuler le « ça me ferait plaisir » qui se devinait sans peine, et la délaissa quelques instants pour disparaître dans la salle d'eau et revêtir son uniforme. Il revint dans la chambre pour s'armer et jeter sur ses épaules sa pèlerine avant de prendre tendrement Ceithli par le bras pour descendre aux écuries. Il y trouva Jake occupé à porter de l'eau aux chevaux, et Nemesis qui ronfla pour lui souhaiter la bienvenue, ce qui le fit sourire. Le lad sembla comprendre aussitôt et se précipita aussitôt pour la seller et la brider tandis qu'Archélas, qui n'avait du coup plus rien à faire, se tourna encore vers la jeune femme pour lui sourire et s'imprégner de son visage.

« Ça t'ennuie si on marche ? Il fait froid, j'aimerai nous réchauffer les jambes avant de monter à cheval. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 06 Fév 2011, 17:55

Elle avait souri timidement et apprécia son baiser avec volupté. Visiblement, elle comptait un peu plus pour lui, à quel point, elle s'en fichait, elle n'était pas seulement une conquête de passage. Elle s'en doutait un peu. Trop de petits détails le lui annonçaient, mais elle refusait de s'emballer pour autant. Il fallait savoir se contenter de ce qu'elle avait et elle trouvait que c'était déjà beaucoup.

Ils se retrouvèrent donc dans l'écurie, elle sourit devant l'enthousiasme de Jake, le jeune homme les regardait tous les deux et rougit un peu, comprenant visiblement quelque chose, ce qui lui arracha un haussement de sourcil amusé. Pendant qu'il s'occupait de Némésis, demandant à Archélas s'il avait quelque chose de particulier à ranger dans ses fontes, elle se tourna vers le soldat et hocha la tête


« Bien sur... » elle lui sourit doucement et caressa son menton du bout des doigts alors que Jake arrivait en restant à l'écart, pour ne pas les déranger. La féline entendit surtout le ronflement de Némésis qui mordillait déjà son mord, elle pencha la tête et sourit, laissant le soldat récupérer la bride de l'animal

« Merci Jake... viens donc manger à la maison à midi, ma mère sera contente! »
- « Oh euh... c'est gentil mais non... euh... pas aujourd'hui. Une autre fois peut être! »


Et il retourna dans les écuries pendant que Ceithli pouffait de rire. Entrainant Archélas vers la grande place pour retraverser la ville

« J'avais oublié, il ne vient à la maison que lorsque mon père est en chasse, je crois qu'il lui fait peur! Ma mère l'aime beaucoup, elle aurait surement préféré avoir un gentil fils comme lui, sans problème contrairement à Jhérer qui l'oblige à offrir régulièrement de la viande aux commerçants chez qui il fait du grabuge! »

Elle se mit à rire doucement, oui, Jake était un peu un petit frère pour elle, et il la traitait souvent comme une grande soeur, une fois, il était même venu la voir pour lui demander conseil pour aborder une jeune fille du village. Malheureusement, sa timidité et son peu de confiance en lui n'aidait pas beaucoup.

Ils marchaient doucement, elle avait pris Archélas par le bras avec douceur, ne serrant pas trop fort, d'autant qu'elle était un peu gênée par son armure maintenant. Ce n'était pas pareil, elle ne ressentait pas la chaleur de sa peau, mais il était là quand même. Elle eut un frisson lorsque le vent passa sur son visage, elle serra un peu plus sa cape sur son cou. Oui, il faisait frais en cette saison, et si ses jambes ne craignaient pas la fraicheur, ses épaules et son cou beaucoup plus, elle ramena donc ses cheveux en partie devant elle, pour qu'ils la protègent également.

Les portes de la ville se dessinaient, trop tôt, trop vite. Elle serra encore un peu sa cape au niveau de sa poitrine, d'une main avec laquelle elle aurait préféré accrocher son coeur qui semblait être transpercé. Elle ferma les yeux et respira profondément avant de sourire. Ils s'arrêtèrent devant les grandes étendues des steppes qui se dessinaient désormais. La bourse qu'il lui avait laissée teintait légèrement dans son dos sous la cape, elle l'avait prise, refusant de le vexer, et comme promis, elle le remettrait à sa mère. Elle verrait ainsi qu'il n'était pas un simple escroc qui avait voulu profiter d'elle et de son argent. Elle plongea ses yeux dans les siens, souriant doucement en mettant sa main au niveau de son cou pour caresser sa jour de son pouce


« Fais attention à toi, d'accord? J'ai l'impression que tu n'es pas au bout des ennuis par ma faute... »

Elle avala sa salive avec difficulté, puis pencha la tête sur le côté d'un air timide

« Je dois me rendre à Ephtéria pour le grand bal, je ne sais pas si tu pourras t'y rendre, après tout... tu dois surement avoir d'autres obligations. Je dois y livrer trois plats commandés, mais ma mère nous a autorisé à y rester après donc... enfin voilà. Je serai obligée d'y aller avec Jhérer, mais je ne serai pas obligée de rester avec lui... si.. si tu es dans le coin, je pourrai peut être t'accorder une danse? »

Elle avait souri timidement en rougissant, plus qu'une danse si possible d'ailleurs, mais bon, elle ne savait déjà pas s'il allait se rendre à ce fameux bal alors... elle avala sa salive avec difficulté et plongea de nouveau ses yeux dans les siens avant de finalement se blottir contre lui. Toujours nettement moins confortable qu'avec la tunique qu'il portait la veille, elle sentait un peu moins les battements de son coeur ainsi. Elle recula alors, ne trouvant plus rien à dire, de peur de dire une bêtise surtout...

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: À quai

Messagepar Archélas Ages » 07 Fév 2011, 23:22

Ils sortirent, Nemesis sur les talons. Archélas lâcha rapidement les rênes afin de la laisser libre d'avancer sans qu'il ait à tirer sur sa bouche. Et elle suivait, jetant aux alentours des regards curieux et placides. Mais il ne fallait pas s'y tromper. Si la jument paraissait vieille et trop calme, elle n'acceptait pas n'importe qui sur son dos ! À vrai dire, à force de n'avoir qu'Archélas comme compagnie depuis près de dix ans, elle ruait comme si sa vie en dépendait dès que quelqu'un d'autre lui faisait l'affront de vouloir la chevaucher. Il n'y avait que son cavalier capable de lui faire tolérer un passager clandestin. Et là encore, sa soumission n'était que temporaire. On ne l'amadouait pas si facilement.

« Ce n'est pas ta faute. Je n'ai pas besoin de toi pour m'attirer des ennuis tu sais, je suis même très doué dans ce domaine. Je crois qu'ils m'aiment bien. »

Il lui sourit. Il se sentait beaucoup mieux que la veille. En fait, il préférait ne plus penser à la veille où il lui semblait n'avoir été qu'une larve à l'agonie toute la journée ! Affligeant ! Aujourd'hui, peut-être parce qu'il était reposé ou parce qu'il avait fini par comprendre ce qui l'angoissait ces derniers jours, il allait bien. Il avait pris ses décisions. Il avait une mission, des objectifs et un entretien à venir qui émoustillaient son goût du risque. Il était lui. Et il ne voulait pas qu'on s'inquiète pour lui. Fierté de mâle dominant – même s'il ne dominait Ceithli que dans ses rêves.

« J'essaierai d'y être. »

Et il n'ajouta rien de plus. Pas de fausse promesse. Pas de paroles creuses. Il préférait être honnête là où il était surtout maladroit. Il laissa Ceithli se blottir contre lui une dernière fois sans lui offrir d'avantage qu'une caresse affectueuse sur la joue et recula à son tour. Sentant le froid lui mordre les doigts, il se décida à monter à cheval.

« Prends-soin de toi, et peut-être à Ephtéria. »

Nemesis hocha la tête comme pour approuver avant de volter et de s'éloigner à pas pressés. Sur son dos, Archélas dut s'obliger à ne pas se retourner.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 07 Fév 2011, 23:25

La jeune femme avait finalement apprécié sa distance lorsqu'il la laissa. Ils avaient dit tout ce qu'il y avait à dire pour l'instant, fait tout ce qu'ils pouvaient faire..

Elle le regarda partir avec un léger sourire sur le visage, ses bras croisés dans son dos pendant que la poussière soulevée par Némésis le faisait disparaître dans une douce brume. Les larmes coulaient enfin, maintenant qu’il ne pouvait plus la voir, son cœur serré semblait refuser de battre dans sa poitrine, puis un coup de vent lui arracha un frisson et elle tourna les talons.

Elle ne courut pas jusqu’à chez elle, marchant tranquillement plutôt, la tête baissée, ses mains au niveau de ses lèvres pour sentir encore les derniers restes de l’odeur du soldat. Elle savait qu’elle devrait prendre une douche en rentrant, il le fallait bien, et c’est pourquoi elle voulait encore en profiter un peu.

Une fois chez elle, son père n’était pas là, il devait surement être au comptoir de la boutique car sa mère se trouvait à la cuisine. Allez savoir pourquoi, ils avaient échangé les rôles aujourd’hui. Ca arrivait parfois après tout, mais seulement lorsque Sofiaa avait quelque chose de particulier à préparer et qu’elle devait rester en cuisine. La féline s’y dirigea donc, et effectivement, sa mère était là, en train de mettre une farce dans une dinde. Elle se tourna vers sa fille en lui souriant doucement, reconnaissant ses yeux gonflés


« Il est parti ? » demanda t’elle doucement
- « Oui… »
- « Je vois… ça va aller ? »
- « Il faut bien. Je n’ai pas le choix, il est libre de partir, et même si… nos modes de vie sont trop différents pour que nous puissions rester ensembles… »
- « C’est peut être pas plus mal, ainsi tu ne te lasseras pas, et lui non plus… »


Ceithli hocha doucement la tête en observant sa mère d’un air curieux


« Il t’arrive de te lasser de papa ? »
Sofiaa sourit doucement en s’essuyant les mains avant d’en poser une sur le comptoir, et l’autre sur sa hanche

« Parfois oui, mais tu sais, il part souvent en chasse de son côté, alors je ne l’ai pas non plus tout le temps sur mon dos. Et aussi… n’oublie pas que nous sommes des morphes, je ne pense pas que les humains ressentent la même chose. Le caractère peut jouer aussi, ou encore simplement l’amour. Je pense que deux personnes qui s’aiment vraiment ne peuvent pas se lasser… mais c’est assez subjectif »

Ceithli hocha doucement la tête alors que sa mère lui tourna le dos pour ouvrir une porte d’un placard et sortir une fiole contenant un liquide marron

« Oh non… »
- « Oh si ! »
reprit Sofiaa avec amusement.

Pour savoir ce que contient ce flacon, il faut revenir une bonne dizaine d’années en arrière, à l’époque où Jhérer était en pleine révolution sexuelle et sautait grosso modo sur tout ce qui bougeait. Ceithli était encore un peu trop jeune, et aussi timide, probablement à cause de toutes les persécutions subies en temps que morphe, elle n’osait pas aller vers les hommes, mais Sofiaa n’était pas stupide, ça arriverait un jour. Lorsqu’elle apprit que son fils avait malencontreusement mis enceinte une femme d’Asphasie, confirmant alors que les morphes et les humains pouvaient enfanter ensembles, elle s’était rendue chez l’herboriste pour savoir s’il n’existait pas un moyen de protéger sa fille de ce « genre de désagrément ». Ne doutant pas qu’il serait difficile de la tenir lorsqu’elle serait, elle aussi, lâchée dans la nature. Et elle avait trop besoin de ses services pour se permettre de la laisser se faire engrosser trop facilement.
C’est ainsi qu’il lui avait expliqué qu’il existait plus ou moins un remède, une potion à prendre après l’acte sexuel qui permettait à l’organisme féminin de détruire la semence masculine. Ce remède n’était pas à 100% efficace, cela dépendant de beaucoup de choses, comme le temps passé entre l’acte et la prise de la potion, ainsi que la période de fécondité de la jeune femme. Si elle était déjà enceinte au moment de prendre la potion, elle ne pouvait évidemment plus marcher. « La nature n’est pas facile à contrer » lui avait-il dit. Ce genre de potion était fréquemment utilisé chez les courtisanes et autres femmes de joies, dans les bordels et les maisons closes où les filles n’avaient pas intérêt à se retrouver avec un marmot. Sofiaa était donc devenue une excellente cliente de l’herboriste, rien que pour cette potion au cours des années qui suivirent et sa fille n’était jamais tombée enceinte.

Plusieurs fois, Sofiaa avait imposé à Ceithli d’en prendre un flacon avec elle quand elle partait en livraison, ça avait été le cas à Asphasie, mais pas à Guttenvald. Forcément, elle était persuadée qu’elle n’en aurait pas eu besoin là bas… si elle avait su. Ceithli en avait déjà bu le matin même de son retour, et là rebelote. Elle fixait la fiole que sa mère avait surement du acheter la veille lorsqu’elle était partie, sachant pertinemment qu’il y avait des chances qu’elle en ait besoin. Elle soupira et la prit. La liquide ressemblait plus à de la boue, mais elle pencha la tête en arrière et la but d’une traite, dévoilant évidemment à sa mère ce qu’il s’était bel et bien passé. Mais elle n’en avait plus honte. Cette potion ne servirait plus désormais, sauf pour lorsqu’elle retrouverait Archélas puisqu’elle n’en verrait plus d’autres. Dites « je t’aime » à un homme et il fuira, dites lui que vous êtes enceinte et il partira encore plus loin. Elle baissa la tête avec une grimace de dégoût et rendit la fiole à sa mère qui la fixa


« Bon… décidément… va prendre une douche maintenant et va te reposer, tu as une mine épouvantable »

Elle alla se laver les mains et se remit à sa farce, Ceithli resta là, plantée quelques secondes, elle aurait voulu poser des questions à sa mère, savoir quand elle s’était rendue compte qu’elle aimait son père, mais elle s’abstint et monta. Elle fit rapidement sa toilette à contre cœur, puis elle s’allongea un peu sur son lit. Elle avait encore mal partout, sa main se posa sur son flanc, sa plaie se portait bien. Elle tenait dans ses mains le petit haut qu’elle avait porté et le gardait contre elle, contre son nez. Dernière trace de l’odeur d’Archélas. Elle ferma les yeux pour se laisser porter dans ses souvenirs, redessinant le soldat dans ses rêves en attendant l’heure où sa mère l’appellerait pour déjeuner, et en attendant de le revoir un jour…

*°*°*°*°*°*°*°*°*
La suite : le bal de Terpsichore

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Précédente

Retourner vers Banba et ses champs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron