À quai

C'est le plus reculé de tous les villages dépendant directement du Roi. Comme déposé ici au hasard au milieu des plaines fertiles, Banba a su se spécialiser dans l'agriculture et l'élevage.

À quai

Messagepar Archélas Ages » 30 Jan 2011, 19:43

<< précédemment : Géhenne
*°*°*°*°*°*°*°*°*

Banba. C'était la première fois qu'il la voyait. Il s'était levé pour s'agripper entre deux planches et avait glissé son regard sur l'extérieur. Le vent arrachait des larmes à ses yeux curieux. Il n'y avait pas grand chose à voir, comme il s'y attendait. Les gares étaient toujours assez éloignées des villes, et particulièrement celle de Banba. Il posa un regard sur les champs labourés en attente de températures plus clémentes pour être semés. Quelques vignobles s'étalaient à perte de vue, et des troupeaux paissaient paisiblement. Un groupe de Flabos les regardèrent passer en caquetant d'indignation, leur cou maigre tordu pour les observer de biais. Le train ralentissait. Ils seraient bientôt en gare, mais Archélas refusait de quitter son poste d'observation.

Le voyage s'était plutôt bien déroulé. La chaleur apportée par les bêtes et l'épaisseur de la paille leur avait offert un confort non négligeable. Ils avaient beaucoup dormis. Archélas surtout, s'était à peine lever pour picorer son repas du midi avant de se rallonger et se rendormir aussitôt. Comme un noble oisif, il s'était offert une grasse matinée comme il n'en avait jamais connue. Il avait bien ouvert les yeux quelquefois, mais il avait alors somnolé sans volonté de se réveiller vraiment. De toute façon, ils n'avaient rien à faire. Jusqu'à ce qu'un cri strident ne le sorte de sa torpeur. Pour une raison inconnue, le machiniste avait tiré le sifflet de sa locomotive. Le capitaine s'était alors levé d'un bond – grognant sous la douleur de ses blessures qu'il avait failli oublier – pour regarder au dehors. Banba. Avec tout le temps qu'avait duré le trajet, il avait eu mille fois le temps de réfléchir à ce qu'il voulait, et malgré tout il se sentait pris au piège maintenant que l'échéance se rapprochait. Les halètements de la machine se firent plus espacés et ses roues grincèrent. Les chèvres semblèrent comme attirées vers l'avant du Wagon. Nemesis elle-même tituba, un peu surprise par cette décélération. Archélas, toujours cramponné au bois, se retourna d'un bloc. Le train s'arrêta.

Retrouvant sa vivacité, il ramassa ses affaires avec des gestes assurés, forcés par l'habitude. Il sella Nemesis, vérifia ses fontes, et tendit son sac à Ceithli.

« Cuissot, ragondindon. C'est ta part. Je te rembourserai pour les courses, je te l'ai promis. »

Il failli oublier sa couverture qu'il récupéra à la dernière minute. Il la secoua pour la débarrasser de la paille, la plia et la fourra dans l'une des poches de sa selle au moment où les verrous sautaient et que la porte s'ouvrait toute grande en coulissant. Le berger les regarda tous les deux les yeux ronds. Archélas battit des cils pour s'habituer à la lumière déclinante du soleil qui venait de s'engouffrer dans leur wagon.

« Monsieur.
_ Vous... vous avez voyagé là-dedans tout du long ? »


En guise de réponse, le capitaine lui sourit. Il était de bien meilleure humeur à présent qu'il était reposé et qu'il retrouvait l'air frais. Ce n'était pas pour dire, mais en fin de compte il supportait vraiment mal l'enfermement. Prenant Nemesis par les rênes, il se tourna vers Ceithli et lui tendit la main pour l'inviter à le suivre. Comme si rien ne s'était passé. Comme s'ils s'étaient quitté à Aspasie la veille.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 30 Jan 2011, 20:35

Ceithli n'avait pas bien dormi. Ses pensées s'étaient peuplées de cauchemars et elle n'avait pas cessé de se réveiller. Elle n'avait pas mangé non plus, faisant semblant de dormir lorsqu'Archélas avait pris sa part. Suivant seulement le roulement du train lorsqu'elle se réveillait, cherchant juste à se rendormir autant qu'elle le pouvait, finalement, elle aurait préféré rentrer par ses propres moyens.

Ils étaient enfin arrivés à destination, elle s'étira doucement, son visage était le plus neutre possible, même si elle n'était jamais vraiment capable de cacher sa peine. Elle enleva les quelques brins de foins dans ses vêtements et fit attention que sa tenue soit bien en place, lorsqu'Archélas lui tendit le sac, elle le prit sans un mot. A Banba, elle n'en avait pas besoin. Elle disposait de toute la nourriture qu'elle voulait, les plaines alentours étaient d'excellents terrains de chasse. Mais elle se disait que refuser allait l'interpeler.

Le soldat semblait de bonne humeur, tant mieux, c'était une bonne chose. Elle prit sa main en souriant doucement et le suivit docilement, comme si elle était de nouveau le gentil guépard qui marchait à ses côtés. Elle ne dit pas un mot cependant, guidant Archélas jusqu'à la ville. S'ils y allaient à pied et non sur le dos de Némésis, ils en avaient pour une heure, surtout à ce rythme. Elle réussit enfin à ouvrir la bouche


« Mes... parents habitent un peu plus loin dans le village, Jhérer n'étant pas là, tu pourrais dormir dans ma chambre et moi dans la sienne si tu le souhaites. Sinon l'auberge est à l'entrée de la ville, tu ne pourras pas la louper »

Elle ne savait pas ce qu'il voulait, elle lui avait proposé de venir chez elle, il n'avait pas répondu. Elle ne savait pas, elle ne savait rien. Elle ne savait pas combien de temps il resterait à Banba, elle ne savait pas s'il voulait rester avec elle... elle ne savait rien. Elle se mura de nouveau dans le silence, ses yeux fixant l'herbe au fur et à mesure de leurs pas, elle écoutait le bruit de l'équipement de Némésis sur ses flancs et celui de leur pas sur la terre sèche. Ici, les oiseaux chantaient dans le ciel, on entendait même les lapins qui filaient à toute vitesse pour regagner leur terrier...

Enfin la ville se dessinait, alors...? Auberge? Ou demeure Elbereth?

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: À quai

Messagepar Archélas Ages » 30 Jan 2011, 21:28

Marcher après avoir été si longtemps enfermé lui faisait du bien. Il respirait à grandes gorgées, déployant ses poumons souvent. Nemesis derrière lui suivait docilement et s'arrêtait parfois pour voler quelques brins d'herbes sur le bas-côté. Elle tressaillit lorsqu'un lapin détalla juste sous son nez. Il faisait froid, mais après la fatigue, c'était un froid revigorant.

Archélas tourna la tête vers Ceithli, soulagé qu'elle brise le silence là où lui-même n'osait pas le faire. Il la regarda d'un air surpris, ou grave, peut-être même un peu triste. Dormir chez elle ? C'était gentil. Il aurait mille fois aimé accepter, mais il ne voulait pas. Deux conflits s'imposaient à son esprit. Pour commencer, après les échauffourées de Guttenvald il n'était pas certain de ne pas être en tête de liste des criminels recherchés. Accepter l'hospitalité de Ceithli, c'était faire peser des accusations de complicité sur elle et sa famille. D'un autre côté, Manôlis savait qui elle était et n'aurait sans-doute pas besoin de cette excuse si l'envie de se venger lui prenait. Et puis il y avait l'autre raison. Celle qu'il faisait semblant de reléguer au second plan comme si elle était moins importante. Ceithli avait été claire à ce sujet : il était libre, et elle l'était aussi. Il ne voulait pas de faux espoirs, même si de son côté il avait fini par comprendre qu'il n'était plus libre. Peut-être qu'il parviendrait à oublier ? Oublier quoi ? Depuis quand ? Depuis que Manôlis avait posé son regard dépravé sur elle. Il secoua la tête. Dormir chez elle ? Pas avant d'avoir réglé certains détails. Elle comprendrait sûrement, mais l'annoncer lui fit mal quand-même. Il ne voulait pas qu'elle s'inquiète. Surtout, il ne voulait pas qu'elle s'en moque.

« Je dois parler à Manôlis. Je suis venu pour ça. »

Et il ne voulait pas ne pas vouloir qu'elle s'en moque.

« C'est gentil, je viendrai si ce n'est pas risqué. Je ne veux pas causer d'ennuis à ta famille, d'accord ? »

Et ça en fait, ce n'était pas vraiment une question...

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 30 Jan 2011, 21:50

Son coeur sembla s'arrêter... il allait revoir Manôlis? D'accord, celui de Banba n'avait rien à voir avec celui de Guttenvald, mais elle comprenait très bien qu'il ne fallait pas qu'elle soit avec lui. Elle hocha juste la tête, et de la même manière, il valait mieux qu'il ne vienne pas chez elle

« Tu pourras laisser Némésis et réserver une chambre à l'auberge, ils me connaissent bien, enfin ils connaissent surtout Jhérer mais j'y suis souvent passée pour calmer le jeu lorsqu'il créait des bagarres à cause d'un homme trop jaloux. Bref, moi ils m'aiment bien! Tu auras une bonne chambre et tu seras tranquille, et plus libre pour aller voir Manolis »

Elle fit une pression plus serrée sur sa main, enlaçant doucement ses doigts dans les siens alors qu'elle baissait de nouveau la tête

« Je rentrerai chez moi, ma mère doit être inquiète... »

Elle leva la tête sur le côté pour le regarder, souriant doucement. Elle se pinça légèrement les lèvres avant de reprendre

« Est-ce que... au moins je... je pourrai venir te voir une fois que tu auras terminé avec Manölis? » elle voulait passer au moins une nuit avec lui, dans un vrai lit, juste contre lui avant qu'il ne disparaisse de sa vie. Elle se doutait déjà qu'il dirait non, mais elle voulait au moins lui poser la question « C'est juste que... je ne sais pas quand nous nous reverrons alors... »

Le rouge grimpa sur ses joues et elle détourna vite la tête, ils arrivaient enfin à l'auberge. Elle lui lâcha la main pour pousser la porte de l'étable et sourit alors qu'un adolescent était en train de nettoyer un box. L'écurie de l'auberge de Banba était probablement plus grande et plus spacieuse que l'auberge elle-même.

« Salut Jake... »
- « Oooh!! Ceithli! T'es revenue! Il parait que t"étais partie pour Guttenvald! Oh la vache! Qu'est-ce qui t'es arrivé? »

Elle sourit doucement en voyant l'état de sa tenue

« Je vais bien, mais effectivement, Guttenvald ne faillit pas à sa réputation, ça n'a pas été facile là bas! Par contre, je rentre avec un ami, tu pourrais t'occuper de sa jument s'il te plait? »
- « Bien sur! Je lui donne la place d'honneur attends, je viens de finir de la nettoyer! Venez Monsieur, enchanté moi c'est Jake! »


Ceithli avait sauvé la vie de Jake alors qu'il était parti chasser dans les grandes plaines. Des braconniers avaient voulu lui dérober sa prise et elle avait débarqué sous sa forme féline pour les faire fuir. Tout le monde à Banba savait qui ils étaient et elle l'avait raccompagné jusqu'à la ville. C'était il y a un an maintenant, mais depuis, le jeune homme avait toujours tout fait pour que Ceithli soit la mieux reçue possible à l'auberge.

Au fond de l'étable, il y avait un box plus grand que les autres, le seul dans lequel le cheval pouvait carrément s'allonger s'il le souhaitait et dont la porte et munie d'un solide verrou. Il y avait également de quoi ranger la selle et le reste de l'équipement. Il laissa Archélas installer Némésis pendant que Jake regardait l'état de la jeune femme


« C'est quoi ces traces dans ton cou? C'est bizarre on dirait des traces de dents non? »
- « Petit différent avec Jhérer.... »
- « Encore? C'est dingue! Heureusement qu'on ne se bat pas comme ça avec ma soeur dis donc! »

Elle pouffa de rire et lorsqu'Archélas revint, elle avait le coeur plus léger. Elle ne savait pas encore si elle le reverrait une fois qu'elle le laisserait, mais elle était chez elle maintenant.

Ils allèrent rapidement réserver la chambre du soldat, le tavernier était un peu plus froid que Jake en revanche, mais il était tout de même aimable et avait accepté de donner sa meilleure chambre au soldat, surtout lorsqu'elle lui précisa que Jhérer serait absent au moins deux jours de plus!


« Tant mieux, d'ailleurs, tu diras à ta mère qu'elle me doit encore un rôti pour payer les dégâts de la semaine dernière! »
- « Oui, je lui dirai, je vais la voir là... »


Elle regarda Archélas, il allait maintenant pouvoir aller laisser ses affaires dans sa chambre ou partir directement pour le pavillon de Manölis

« Je vais te laisser... de toute manière, tu ne peux pas louper la demeure de Manölis, tu as vu la grande place par où nous sommes passés, c'est le bâtiment juste en face de la chapelle... »

Elle l'embrassa sur la joue, préférant éviter les démonstrations d'affection en public et un voile triste passa de nouveau sur son visage

« Si... si tu as un message à me transmettre, préviens Jake. Il sait où j'habite. Je... voilà.... »

Elle espérait qu'elle pourrait venir le voir... au moins une dernière fois

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: À quai

Messagepar Archélas Ages » 01 Fév 2011, 01:54

Archélas fit semblant de regarder un groupe de Nox occupés à japper autour de l'éleveur venu les nourrir. L'évocation de Manôlis venait de retourner la situation et d'invité chez Ceithli, il se retrouvait hébergé ailleurs. Bien sûr, il se doutait que c'était préférable, mais il lui fallu un certain moment pour s'en convaincre. Finalement, il hocha la tête et s'efforça de prendre un ton dégagé pour accepter sa proposition de venir le voir lorsqu'il en aurait terminé. À condition que Manôlis le laisse partir...

« Bien sûr oui, si tu veux. »

Il se garda bien d'ajouter que rien ne pourrait lui faire plus plaisir. Il prenait ses distances ou il ne les prenait pas, mais il ne voulait pas donner l'impression de n'attendre qu'après elle... même si c'était le cas. Et il se laissa conduire à l'auberge sans ajouter un mot. Peut-être aurait-il dû préciser qu'il n'avait plus un Ore en poche après ses achats à Guttenvald...? Mais encore une fois, il se tut. Il trouverait bien un moyen de payer. Et puis il était encore soldat. On faisait confiance aux soldats, non ? Non... pas vraiment. Et il n'était pas dit qu'il le resterait bien longtemps, ce point étant à débattre avec le Seigneur des lieux. Sans contrarier la bonne volonté de Ceithli qui venait de retrouver sa bonne humeur, il suivit donc docilement et laissa Nemesis aux bons soins d'un lad très sympathique. Ça les changeait de l'accueil qu'ils avaient reçu à Guttenvald ! Il s'occupa un peu de sa jument avant de rejoindre la jeune femme en grande conversation avec le dénommé Jake. Ils avaient l'air de bien s'entendre, ce qui le fit sourire tristement. La place de Ceithli était ici. La sienne... nulle part...

« Face à la Chapelle. D'accord. »

Il la regarda. Il ne savait pas trop quoi dire à part merci. En fait, tout ce qui lui passait par la tête lui semblait inapproprié. S'il avait ouvert la bouche pour exprimer ce qu'il avait sur le cœur, Ceithli comme son ami aubergiste l'auraient regardé comme s'il était fou. Et il l'était. Au moins un peu. Il prenait ce qu'on lui offrait, et jusque là ça lui avait suffit... jusque là... Il secoua la tête comme pour se remettre les idées en place.

« J'y vais... »

Saluant les personnes qui se trouvaient là, il sortit de l'auberge et se dirigea vers la place comme le lui avait indiqué la jeune femme. Il admira au passage l'immense bâtisse si facilement repérable de loin. Relativement isolée et plus impressionnante que la demeure de Manôlis elle-même, les Dompteurs de Liberté donnaient le ton du village. Il rendit leurs bonjours amicaux à de nombreux villageois, un peu étonné de leur enthousiasme. Les soldats ne devaient vraiment pas venir souvent dans le coin. Pour prendre commande de montures pour le compte de Livian tout au plus, mais il était évident qu'ils ne commettaient pas ici les mêmes exactions qu'ailleurs. Un havre de paix que Banba. Ceithli y était en sécurité. Il ferma les yeux, les rouvrit. Plus il approchait du but, et moins il avait envie de s'extasier sur les curiosités du village. Il posa toutefois un regard respectueux sur la Chapelle. Par réflexe, il se dit qu'il y allumerait bien deux cierges, avant de se souvenir que c'était inutile... Mais ses pas le portèrent quand-même à l'intérieur du bâtiment. Il s'arrêta sur le seuil en retenant son souffle et s'avança lentement, admirant les travées et les vitraux aux scènes colorées. Quelques personnes étaient occupées à prier en silence. Archélas se faufila entre les bancs jusqu'à atteindre un petit présentoir où il alluma un cierge. Un seul, pour Ceithli. Un maigre espoir dans ce qui lui restait de paysage. Qu'elle soit protégée. Qu'il ne lui arrive rien. Il sortit, respira l'air glacial et se lança à la conquête du Pavillon de Manôlis.

Image


« Capitaine Ages... » l'accueillit Manôlis sur un ton ironique.

Enfoncé dans une marquise au tissu jaune imprimé de fleurs blanches, il posait un regard indéfinissable sur Archélas. D'un geste, il congédia le garde qui l'avait escorté jusqu'à lui. L'une de ses jambes était repliée vers lui et sa cheville venait s'appuyer sur son genou opposé dans une attitude décontractée. Il croisa les doigts et les posa sur sa jambe en souriant avec avidité. Le capitaine, face à lui, restait droit comme un piquet. Humble mais horriblement angoissé à l'idée de s'entretenir avec un Manôlis à qui il n'avait encore jamais eu à faire. Quel comportement fallait-il adopter devant celui de Banba ? L'incertitude se lisait sur son visage aux traits tirés, et en même temps, une flamme déterminée dansait dans ses iris bleus, ce qui sembla beaucoup amuser son hôte.

« Je m'attendais à votre visite, mais pas ici. D'habitude, vous préférez vous retrancher sur Aspasie.
_ Je sais, Seigneur.
_ Mais ?
_ Je voulais... vous demander un service. »


Manôlis éclata de rire, et même si Archélas s'y était attendu, il sentit son sang se vider. Il s'efforça de ne pas ciller, de ne pas plier. Non, il ne fuirait plus. Lorsque son Seigneur retrouva un semblant de sérieux, ils s'affrontèrent un moment du regard. L'un s'amusait follement, l'autre luttait corps et âme pour conserver son calme.

« Un service, après l'affront que vous m'avez fait à Guttenvald ?
_ Et j'en accepterai les conséquences, ici ou là-bas, selon votre bon vouloir.
_ Vraiment ?
S'étonna Manôlis en haussant un sourcil.
_ Vraiment. Je n'ai qu'une parole, et je pense que vous le savez.
_ C'est vrai, je le sais. J'en sais beaucoup sur vous. Vous avez toujours eu cette fâcheuse habitude de vous confier à moi lorsque vous passiez à Aspasie. Je ne suis pas votre père, pourtant.
_ Je le sais... Seigneur.
_ Vous souhaitez peut-être vous garantir qu'il n'arrivera rien à mademoiselle Elbereth ? »


Cette fois, Archélas accusa le coup. Il baissa ostensiblement la tête comme pour se retrancher derrière un rempart invisible. Il serra les poings. C'était maintenant qu'il devait décider s'il se battait ou s'il laissait encore les autres décider pour lui. S'il s'opposait à ce qu'il voyait ou s'il faisait semblant de fermer les yeux tout en les gardant grands ouverts. Il prit une profonde inspiration sous le regard attentif de Manôlis qui ne perdait pas une miette du spectacle.

« Oui, je le souhaite.
_ Vous n'étiez pas obligé de répondre. J'ai des yeux vous savez. »


Il se leva pour se diriger vers l'une des fenêtres donnant sur les champs. Sa silhouette se découpait en contre jour. Un homme sec que les combats n'effrayaient pas et que l'opulence indifférait. Redoutable au maniement des armes comme de la verve. Mais plus redoutable encore était son esprit. Torturé, tordu, bancal et imprévisible. Manôlis oscillait entre la clémence et la perversité, la compassion et le sadisme. Pour cette raison, les entretiens avec lui tenaient d'un jeu de roulette russe. Il fallait simplement espérer tomber sur le bon jour, au bon endroit, au bon moment...

« Je ne peux rien promettre si elle remet les pieds à Guttenvald, mais les Elbereth ont un commerce florissant à Banba, et leur réputation n'est plus à faire. Comme beaucoup ici, ils contribuent à l'économie de la ville. Je n'aurais rien à gagner à les condamner. »

Archélas respira beaucoup mieux, mais ce fut de courte durée. Manôlis se retourna d'un bloc pour le transpercer d'un regard amer.

« J'ai envoyé un rapport à Livian d'Ephtéria. J'y fait mention d'une esclandre à laquelle vous avez participé. Je n'ai pas dit que vous en étiez à l'origine parce que je n'avais aucune certitude à ce sujet, mais croyez bien que ça aurait été un plaisir. Vous vouliez assumer les conséquences de votre affront ? Je vais vous en donner l'occasion. Vous allez retourner à Ephtéria où votre Souverain vous attend. Je ne doute pas un seul instant qu'il ne portera pas un intérêt tout particulier à la raison qui vous a fait « oublier » de l'avertir du succès de votre mission à localiser cette ville. Et si vous y survivez, Archélas Ages, vous aurez l'obligeance de faire le ménage que vous n'avez pas fait il y a quatre ans. »

Subitement, le capitaine se sentit tomber dans un gouffre sans fond et fut incapable de répondre. Face à lui, Manôlis lui souriait d'un air presque paternel. Il était presque plus effrayant ainsi que lorsqu'il se montrait franchement pervers.

« Oui... je suis au courant ! Je veux leurs cinq têtes. Chaemil, Toniat, Sek, Elnee et Pezenen.
_ Ils... ils sont gradés. Chaemil bien plus que moi.
_ Vous choisissez, Ages. Leurs têtes ou celle de mademoiselle Elbereth. Comptez sur moi pour vous la faire livrer sur un plateau, où que vous soyez... si vous survivez à Livian, bien entendu... »


Archélas n'eut pas à réfléchir longtemps, et s'inclina sous le sourire dément de Manôlis. Manifestement, ce nouveau jeu l'amusait. Et sans rien ajouter, il congédia ce capitaine qui le divertissait tant malgré lui.

Image


Seul au milieu de la place, Archélas se laissait bousculer par les moutons d'un troupeau au milieu duquel il s'était perdu. Est-ce qu'il devait partit maintenant ? Il avisa l'immense « animalerie » qui s'élevait face à lui, l'air vague. Il avait vécu seul pendant seize ans et subitement, il avait l'impression qu'il serait incapable de vivre sans Ceithli...

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 01 Fév 2011, 10:53

Ceithli laissa Archélas partir et resta plantée là quelques secondes, fixant un point invisible là où il avait passé la porte

« Hey! On se réveille! » lui dit l'aubergiste en claquant des doigts. Elle sursauta un peu
« Ecoute ma ptite, je lui ai donné ma meilleure chambre, la seule avec une salle d'eau correcte avec baignoire, parce que c'est toi, mais j'aimerais bien savoir c'est qui ce gars? »
- « Un soldat du roi... »
répondit-elle dans un souffle... l'aubergiste manqua de s'étouffer

« Tu plaisantes? »
- « Non, mais il ne vous causera pas de problème, je vous le garantis, il n'est pas à Banba pour ça... »

Son regard restait toujours planté sur la porte, l'homme la fixa pendant quelques secondes et soupira avant de s'appuyer sur son comptoir


« Et si Jhérer apprend qu'il est là? » cette fois, elle écarquilla les yeux et détourna enfin le regard vers lui
- « Jhérer n'a pas intérêt à venir vous poser encore des problèmes à cause de ça, lui et moi avons déjà eu une altercation là dessus... » elle retira les cheveux dans son cou et dévoila la trace de crocs

« C'est lui qui t'a fait ça? Bordel, quelle famille j'te jure! »
C'est alors qu'il sembla renifler quelque chose

« C'est quoi cette odeur? On dirait du jambon? » elle sourit et baissa les yeux vers la part qu'Archélas lui avait donné. Elle ne savait pas trop quoi en faire, sa mère n'acceptait de cuisiner que ce qu'elle avait elle-même préparé ou que ce que Jhérer ou Rhéanor avaient chassé
- « Oui... cela vient de Guttenvald, je... devais le donner à ma mère pour qu'elle puisse évaluer la concurrence ailleurs... »
Un léger sourire se dessina sur ses lèvres alors que l'aubergiste regardait le jambon avec des yeux brillants

« Mais... la route depuis Guttenvald est très longue! Surtout si j'ai été blessée par mon frère... qui sait, peut être ai-je mangé le jambon en cours de route? »
Les yeux de l'homme passèrent alors du jambon à la morphe, puis il pencha un peu plus la tête pour voir l'autre sac qu'elle avait en main

« Et ça? C'est quoi? »
- « Du ragondindon, mais honnêtement, c'est un cadeau du Seigneur Manölis de Guttenvald, vous savez comment il est là bas, je préfère ne pas vous le donner, je dois d'abord le faire analyser par mon père »

Il se massa un peu le menton et finalement se pencha pour appuyer son coude sur le comptoir et prendre la tête d'un homme d'affaire

« Les soldats du roi, ça paie toujours à crédit, et la plupart du temps, je vois pas mon argent. Vu que tu sembles tenir à lui, je t'échange ce jambon contre une nuit et deux repas dans mon auberge! »

Elle se pencha en avant à son tour, fronçant les yeux

« Une nuit et QUATRE repas! Je veux pouvoir dîner et prendre le petit déjeuner demain avec lui! »
- « Oh oh! Tu manques pas d'air! Je te signale que vous avez encore une dette envers moi! »
- « Que nous allons vous acquitter, et vous le savez! La seule raison pour laquelle ma mère ne vous a pas encore remis le rôti, c'est parce que je n'étais pas là! Là, nous parlons d'autre chose! »
elle montra le jambon qui dégageait toujours son appétissant fumet
« Il faut faire sécher très longtemps ce genre de viande pour avoir un jambon comme celui là! C'est pas demain la veille que vous pourrez en proposer à vos clients! Vous savez aussi bien que moi que dès que vous mettrez ça sur votre tableau là, les gens vont s'y précipiter! » dit-elle en le fixant toujours. Les yeux de l'aubergiste continuaient de passer du jambon à la féline, jusqu'à finalement se pincer les lèvres

« Marché conclu... une nuit, quatre repas. Mais pas d'alcool! »
- « Ca me va! Notez le sur votre livre! »


Il grommela et sortit l'énorme livre de ses réservations, puis il prit une plume et un encrier, notant alors la réservation

« Archélas Ages » lui dit-elle, lisant en même temps à l'envers qu'il marquait bien tout. Il inscrivit rapidement le tout, une nuit et quatre repas, puis rajouta à côté la mention "payé". Elle sourit et lui tendit le jambon

« T'es dure en affaire gamine... heureusement que ta mère fait la meilleure viande du coin, et probablement même d'une grande partie de Nideyle... »

Elle pouffa de rire et se prépara à partir

« Tu dois drôlement tenir à lui pour négocier un tel jambon juste pour lui payer sa chambre? »
Elle se figea, puis baissa la tête et se tourna vers l'aubergiste en souriant

« Je lui dois la vie... donc faire en sorte de lui payer une chambre d'hôtes convenable, c'est le moins que je puisse faire non? »
Elle désigna la trace de sang sur sa robe, celle qui suivait la plaie à son ventre. Il écarquilla les yeux, puis fronça les sourcils « Un héros en prime... un hôte de marque dis moi... » ajouta t'il en ricanant. Elle hocha juste la tête et sourit tristement avant de sortir.

Elle marcha droit vers sa demeure, saluant au passage ceux qui lui disaient bonjour, quoi que la plupart écarquillaient les yeux en la voyant, vu l'état dans lequel elle était...

Elle poussa la porte de service de la boucherie, son père était là, un tablier autour de la taille couvert de sang alors qu'il découpait un énorme sanglier. Il leva les yeux et haussa un sourcil


« Déjà de retour? » dit-il d'un ton calme avant de baisser les yeux et de l'examiner « Et ben... Guttenvald ne t'a pas fait de cadeau... SOFIAAA! » hurla t'il en fixant intensément sa fille avant de revenir sur sa viande à découper.
Ce qu'il était bon de savoir au sujet de Rhëanor, c'est qu'il était ce qu'on pouvait appeler un "nez". Dans d'autres circonstances, d'autres lieux, d'autres temps, il aurait probablement pu être l'un de ces grands parfumeurs à la mode chez les nobles des cités importantes, voire à la cour du Roi. Il était capable de déceler pratiquement n'importe quelle odeur parmi d'autres. Malheureusement, il était morphe, il était un fauve, et vivre parmi les nobles, fallait pas rêver. Et puis il avait rencontré Sofiaa, il l'avait aimé et l'avait épousée. Cette vie lui convenait aussi, malheureusement, ses facultés olfactives n'étaient pas utilisées à leur potentiel maximum, juste pour trouver les meilleures herbes et aromates pour agrémenter la viande que préparait son épouse.

Seulement là, Ceithli s'avança pour rejoindre sa mère, lorsqu'elle passa près de son père, il fronça le nez


« Encore cette odeur que tu avais en revenant d'Aspasie. Je suppose que tu l'as revu? » elle baissa les yeux et se tourna vers lui
- « Oui... il est à Banba. »
- « Je vois. Tu es pleines d'odeurs étranges cependant, beaucoup d'hommes et femmes même, et un mélange bizarre de tue-l'amour et d'urtiqueuse... tu as été blessée? »
- « Oui. Et c'est lui qui m'a soignée. »
- « Je vois. Je ne te pose plus de question, vois avec ta mère. »
- « Merci papa »


Elle alla donc vers l'arrière boutique où plusieurs jambons étaient accrochés en l'air, certains étaient très frais et ne seraient pas secs avant un moment, Sofiaa était en train de se laver les mains, une belle rangée de côtes d'antilopes soigneusement alignées, prêtes à être emballées et mise au frais. Elle leva les yeux vers sa fille et écarquilla les yeux

« Par Alrik! Qu'est-ce qu'il t'est arrivé? » elle se précipita pour la prendre dans ses bras et l'examina rapidement, sa main passa sur la graisse et elle remarqua le ragondindon qu'elle tenait sous le coude, le prenant pour le poser à côté sur le plan de travail. Puis elle suivit la trace de sang sur sa robe, ainsi que la quantité non négligeable au niveau du décolleté, elle souleva ses cheveux pour voir les traces de crocs

« C'est Jhérer qui t'a fait ça? »
- « Seulement cette marque, oui... je suis désolée mère, je n'ai pas l'argent de Guttenvald... »
- « Qu'est-ce qui s'est passé? Viens là, raconte moi... J'ai vu le Seigneur Manölis ce matin! Pour la première fois, il m'a demandé de lui apporter sa commande en personne! Il n'a pas dit grand chose à part que je devais te saluer de sa part... raconte moi tout! »


La jeune femme soupira alors que sa mère l'entraînait plus loin pour qu'elle puisse s'assoir. Et Ceithli lui raconta tout. De sa première agression dans les rues, Archélas qui l'avait entraînée plus loin et SON choix, à elle et elle seule, de rester un peu avec lui. Sa mère avait froncé les sourcils, mais n'avait pas dit un mot. Au fur et à mesure que sa fille racontait son histoire, le visage de Sofiaa était ponctué de nombreuses intonations différentes. Elle avait été terrifiée par le passage chez Manölis, et lorsque Ceihli lui raconta que c'était grace à Archélas qu'elle s'en était sortie, que le soldat avait probablement risqué sa tête en agissant ainsi, le visage de la mère morphe se radoucit, et elle inspecta avec plus d'intérêt le visage de sa fille, constatant le changement dans sa voix et dans ses yeux chaque fois qu'elle mentionnait le nom du soldat. Puis il y eut le combat pour la boîte, sans pour autant qu'elle n'entre dans les détails, pour le cas où ce soit de l'ordre du secret pour Archélas, elle ne voulait pas qu'il ait d'avantage d'ennui. Et enfin Jhérer...

Sofiaa fronça les sourcils


« Quel idiot... tu n'aurais pas été avec ce soldat, il t'aurait laissé tranquille, il t'aurait entraîné juste quelque part pour que vous repreniez forme humaine et que tu lui expliques... »
- « C'est peut être ce qu'il voulait en fait, mais je ne voulais pas laisser Archélas, j'étais blessée, épuisée... je ne sais pas trop ce qu'il voulait... »
- « Oui mais il a essayé de l'attaquer lui... »
- « Je pense juste qu'il était jaloux que je préfère rester avec lui plutôt que repartir avec mon frère... tu le connais... »


Sofiaa regarda à nouveau la marque laissée par les crocs du guépard, la croute était maintenant bien solide, le produit avait bien fonctionné.

« Et donc, vous avez dépensé l'argent de la vente pour refaire le plein de provisions... et il a tout gardé? A part ce ragondindon? »
- « Il y avait des provisions pour seulement deux jours, et entre hier et aujourd'hui, il ne restait plus grand chose... »
- « Je vois... et bien tu sais comment ça se passe dans ces cas là? Tu devras rembourser de ta poche! »
- « Je sais... »

Sofiaa lui sourit doucement et la prit dans ses bras, elle était tout de même soulagée que sa fille soit revenue vivante de Guttenvald

« Je vais te préparer un bon bain... tu as besoin de repos, je n'ai pas de livraison avant plusieurs jours. »
- « Je... je ne dînerai peut être pas avec vous ce soir... enfin... je ne sais pas encore... »

La mère morphe leva un sourcil et sourit, avant de s'approcher d'elle et de ramener l'une de ses mèches derrière son oreille

« Fais attention ma chérie... les guépards ont une tendance fidèle lorsqu'ils aiment... ce n'est pas le cas des humains... tu pourrais souffrir »
- « Je croyais que ça ne marchais que pour les guépards entre eux? »
- « C'est vrai, mais les femelles gardent quand même une tendance à être plus fidèle que les mâles... et puis, je trouve que cet humain a une odeur très "fauve"! »
ajouta t'elle sur un ton amusé. Le visage de Ceithli s'assombrit un peu
- « Je sais... mais... je crois que c'est trop tard... tant pis pour moi. Je veux juste... et bien... »

Elle ne trouvait pas ses mots. Juste profiter de lui tant qu'il était là. Avant qu'il ne reparte, ne rencontre une autre femme et l'oublie. Elle avala sa salive avec difficulté pendant que sa mère allait dans une étrange pièce carrée. Le sol était en parquet, sauf à un endroit où une énorme bassine en bois pouvant contenir une personne était posée. En dessous, des rondins beaucoup plus larges et espacés la soutenait. Sofiaa actionna une fontaine et commença à pomper une eau glacée qui s'écoula dans la baignoire jusqu'à la remplir, puis elle alla descendre au sous-sol, passant sous la fameuse pièce où une sorte de cheminée trônait juste sous la bassine. Elle alluma un feu et mit de nombreuses bûches qui allaient pouvoir réchauffer l'eau. En général, il fallait quand même 1 à 2h pour chauffer l'eau d'un bain, Ceithli avait le temps.

Pendant ce temps, Rhëanor était venu la rejoindre, croisa les bras pour fixer sa fille au regard triste


« Je ne t'avais jamais vue ainsi. »
- « C'est parce que je n'ai jamais été ainsi papa... »
- « Je sais. Jhérer va être furieux »
- « Je crois qu'il l'est déjà. »
- « Hum »


Il s'approcha et posa une main sur son épaule

« Ne t'en fais pas pour l'argent de Guttenvald. De toute manière, vu le trajet, ce n'était pas très rentable. Du moment que tu es à peu près en un seul morceau, ça va. Mais je pense, d'après ce que j'ai entendu, que nous ne livrerons plus là bas pendant quelques temps »
- « Il vaut mieux, oui. »
- « Ne t'inquiète pas. Jhérer va s'en prendre une lorsqu'il rentrera »


Elle pouffa de rire et se leva pour prendre son père dans ses bras, et elle se mit à pleurer. Sans trop savoir pourquoi, comme si elle pouvait enfin lâcher d'un seul coup toute la peur et toute la tension accumulée, que ce soit la peur de mourir, la peur qu'Archélas meure, ou simplement qu'il disparaisse de sa vie. Les larmes coulaient fortement sur la chemise de son père qui ne bougea pas, caressant doucement les cheveux de sa fille

« Oui... en général, ça fait ça aussi... » dit-il dans un murmure, elle ne savait pas trop ce qu'il voulait dire, et elle s'en fichait à l'heure actuelle. Elle avait seulement besoin de se lâcher. Croisant les doigts pour qu'Archélas lui envoie le message comme quoi, il était prêt à ce qu'elle revienne le voir

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: À quai

Messagepar Archélas Ages » 01 Fév 2011, 23:53

Ses pas conduisirent Archélas à l'Auberge du Cerf Cendré sans qu'il sache trop comment. Un peu surpris de se retrouver là, il demanda sa chambre à l'aubergiste qui le regarda un peu de travers et lui ouvrit la voie, se retournant parfois pour vérifier que son hôte le suivait toujours. Il avait l'air d'un homme qui avait bu... mais il marchait droit. Le commerçant en conclu qu'il devait être simplement ailleurs, loin, très loin d'ici, et referma la porte sur le capitaine en haussant les épaules. Après tout, c'était payé. Qui était dedans, il s'en moquait.

Archélas resta longtemps sur le pas de la porte sans bouger. Il posait un regard absent sur le lit, sur l'armoire aux grands miroirs, sur la descente de lit qui avait dû être un Nox à l'époque où il vivait toujours... il n'avait envie de rien, sinon de ne plus bouger pour le restant de ses jours. Au bout d'un moment quand-même, il se dirigea vers la salle d'eau et fut encore une fois surpris par le confort non négligeable des lieux. C'était la première fois qu'il pouvait bénéficier d'autant. Un grand bac n'attendait que lui... et il ne se fit pas prier. Un bain... il n'en avait pas vu depuis ses douze ans ! Et ainsi quelques longues heures s'écoulèrent où il se laissa littéralement aller à somnoler au fond de son bac d'eau chaude... qui devint tiède... puis franchement froide. Il se décida alors à sortir et s'épongea mollement. Il vérifia l'état de ses blessures et revint dans la chambre. Dans l'armoire, il trouva des vêtements propres d'une simplicité affligeante mais reposante. C'était comme se glisser dans la peau d'un autre et ne plus être soldat, pour quelques heures. D'une certaine manière, il se sentait allégé d'un poids superflu. Oui, il serait seulement un civil. Un paysan, pourquoi pas. Il avisa son arme et décida qu'il n'en aurait pas besoin. Il voulait prendre l'air et se sentir propre lui redonnait l'énergie qu'il avait laissée chez Manôlis. Il confia son uniforme à l'une des femmes de chambre qui passait et descendit ainsi, plus éveillé que quelques heures plus tôt quoi que toujours un peu absent. Saluant brièvement l'aubergiste, il sortit et marcha sur quelques pas avant de se raviser. Il faisait un froid mordant, et ses cheveux humides propageaient de désagréables frissons sur sa nuque. L'air un peu renfrogné, Archélas fit donc demi-tour, mais encore une fois, il se ravisa et prit la direction des écuries. Il avait envie de voir Nemesis et de s'assurer qu'elle allait bien.

Et c'était le cas. Le palefrenier était avec elle et lui prodiguait un pansage comme elle n'en avait probablement pas connu depuis dix ans... autrement dit depuis qu'elle fréquentait son cavalier ! Ce dernier eut un sourire. Sa mère lui avait toujours reproché sa manie de n'être jamais présentable. Lorsqu'elle recevait ses amies, elles riaient de lui et le surnommait « le sauvageon ». En fin de compte, il n'avait pas beaucoup changé.

« Je peux faire quelque chose pour vous ? »

Archélas sursauta. Il n'avait même pas prêté attention au fait qu'il dévisageait Jake, tout perdu dans ses pensées qu'il était. Faire quelque chose pour lui ? Non, pas qu'il sache. En fait, il faisait déjà beaucoup en s'occupant de son cheval. Mais au moment où il ouvrit la bouche pour le remercier et prendre congé, il s'étonna lui-même de ses paroles.

« Si vous pouviez transmettre à Ceithli que j'ai fini... »

Il se figea un instant. Ce n'était pas du tout ce qu'il avait prévu de dire et apparemment, le lad s'en aperçut car il eut bien du mal à retenir un éclat de rire. Archélas fronça les sourcils. Il n'avait pas osé dire ce qu'il pensait qu'il avait dit, quand-même ?

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 02 Fév 2011, 00:36

L'eau était chaude, Sofiaa allait de temps en temps remettre une buche sur le feu. Le couple était dans la pièce d'en dessous, et lorsqu'enfin la féline se décida à sortir et aller s'allonger pour se reposer sérieusement, ils se décidèrent enfin à discuter

« Qu'en penses-tu? » demanda Sofiaa à son époux
- « De? »
- « De cet Archélas qui la met dans cet état? »
- « Je ne sais pas. Il aurait fallu le rencontrer. Mais si on s'en fit à ce qu'elle a dit, il a l'air de tenir à elle. On ne défie pas Manölis de Guttenvald comme ça, juste pour une femme dont on n'a que faire... après, c'est peut être simplement un idiot chevaleresque»

La morphe pouffa de rire, ses yeux se perdirent sur le plafond, dans la direction où se trouvait la chambre de Ceithli

« Et pour Jhérer? »
- « Comme je lui ai dit, il va s'en prendre une. J'en ai assez qu'il s'en prenne à elle chaque fois qu'un homme l'approche de trop près. Elle n'est plus une enfant! Elle devrait même déjà avoir trouvé un mari et même avoir des enfants à son âge! »
- « Pour une humaine, oui. Ou pour une morphe qui vivrait dans un clan. Dans ces conditions... c'est plus difficile de trouver un homme qui lui convienne. »
- « Oui. »


La conversation sembla se perdre, Sofiaa alla préparer un peu de pain et de fromage et l'apporta à sa fille, pendant qu'on frappait à la porte. Ce fut Rhëanor qui alla ouvrir

« Qu'est-ce que c'est? La boucherie est fermée! Revenez dans une heure! »
- « C'est Jake, Monsieur Elbereth! J'ai un message pour Ceithli! »


Il fronça les sourcils et ouvrit la porte. Le jeune homme était essoufflé, visiblement, il avait déchiré ses poumons pour venir jusque là

« C'est quoi le message? »
- « Euh... je préfèrerais le lui donner... »
- « C'est quoi le message? »
reprit-il avec plus d'insistance. Le jeune homme rougit et comprit qu'il ne pourrait pas transmettre le message lui-même

« Euh... le Capitaine Ages a juste dit qu'il avait terminé ce qu'il avait à faire, Monsieur. »
- « Et tu trouves que c'est le genre de message à transmettre en personne? Je lui dirai. Ah attends! »


Il se dirigea dans l'arrière boutique et récupéra un rôti qui avait été emballé et le donna au gamin

« C'est pour les dégâts de Jhérer de la semaine dernière. Tu diras à ton patron qu'il n'a plus le droit d'entrer dans sa taverne pendant un mois! Il a le droit de le foutre dehors à coups de pieds aux fesses! »
- « Il en sera ravi M'sieur! »
dit Jake en souriant, prenant le rôti sous son bras, il s'inclina et repartit.

Après quelques secondes à le regarder partir, il referma la porte, se pinçant les lèvres. Ceithli n'était pas dans son état normal, devait-il vraiment la laisser retourner là bas? Finalement, il ne voulait pas aller à l'encontre de sa volonté, elle voulait le revoir. Il se dirigea vers la chambre de la jeune fille qui mangeait un peu de pain et de fromage avec sa mère, assise sur son lit. Il la regarda quelques minutes en souriant. Elle avait du se transformer et reprendre forme humaine, car ses cheveux étaient lisses et soyeux. Elle portait une tenue bien différente de d'habitude, le genre qu'elle portait lorsqu'elle savait qu'elle n'aurait pas à se transformer durant la journée. Un simple t-shirt à bretelles, assez long pour la couvrir jusque sous les hanches, avec une jupe ample lui arrivant aux genoux. C'était la tenue qu'elle aimait porter lorsqu'elle restait à la maison.

Il s'approcha pour voir sa cicatrice au niveau de son cou, fronçant les sourcils alors qu'il se demandait où Jhérer avait la tête en la mordant ainsi. Puis finalement il se redressa, les mains dans les poches alors que Sofiaa se demandait ce qu'il voulait


« Jake est passé. »

La jeune féline cessa de manger et leva les yeux vers son père qui lui sourit doucement

« Avale un fruit, c'est toujours plus agréable d'avoir une haleine sucrée... et vas le rejoindre. Il t'attend »

Elle pouffa de rire et piocha dans la corbeille de fruits pour prendre une fraise, puis deux, se délectant du goût sucré avant de se lever et de prendre son manteau

« Tu y vas habillée comme ça? » demanda t'il alors que sa femme lui mettait un coup dans les côtes

« Tu voudrais que j'y aille avec une robe de soirée peut être? »
- « Non, mais une jupe plus longue peut être? Les nuits sont fraiches... »
- « Tu sais bien que je ne crains pas le froid aux jambes! Pour ça que je prends un manteau... »


Il sourit et haussa les épaules alors qu'elle mettait la capeline sur ses épaules et filait. Probablement comme Jake un peu plus tôt, elle se mit à courir jusqu'à l'auberge, ses cheveux flottaient derrière elle alors que l'air frais s'engouffrait dans ses poumons. Elle arriva à l'auberge, essoufflée, s'appuyant d'abord sur la porte. Elle devait reprendre son souffle, et puis zut! Tant pis s'il comprenait qu'elle était venue en courant. Elle entra et salua l'aubergiste qui avait un large sourire, Jake avait du lui transmettre le message et le rôti.

Elle monta les marches deux par deux, puis se trouva enfin devant sa porte. Elle ajusta sa tenue, tirant un peu sur sa jupe pour la remettre en place et elle se disait qu'effectivement, il était un peu court. Elle ferma sa capeline devant-elle malgré tout et arrangea ses cheveux. Elle respira un grand coup...

Et frappa

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: À quai

Messagepar Archélas Ages » 02 Fév 2011, 01:11

Il était remonté, la tête encore plus débordante de questions qu'à son arrivée. Cette fois pourtant, il ne cherchait pas de réponses. Rien ne l'oppressait. Il se contentait de bondir d'une idée à l'autre, souriant parfois. Et il ne bougeait pas, allongé sur le dos comme un paresseux, la nuque appuyée sur ses bras croisés. Qu'y avait-il à faire à part regarder les troupeaux brouter ? La place était animée d'un grand marché mais il n'avait pas la tête à s'y perdre. En fait, il n'avait plus la tête à rien. Il ferma les yeux, en route vers une nouvelle série d'interrogations bondissantes, lorsque des coups à sa porte le firent sursauter. Il ouvrit la bouche, prêt à autoriser l'entrée à celui qui venait le déranger, avant de se raviser. C'était peut-être son linge qui revenait, et l'idée de laisser la servante déposer ses vêtements sous son nez alors qu'il paressait le rebutait. Il aurait eu l'impression d'être l'un de ces nobles sans respect...

Alors il se leva. Et il ouvrit. Et là...

« Ceithli ? »

Il afficha un air complètement ahuri avant de se souvenir du message qu'il avait transmis malgré lui à Jake. Ah. Il aurait juré l'avoir empêché de partir... ou alors il l'avait juste pensé et son cœur ne lui avait pas obéit ? Ça devait être ça. Comme un éternel conflit en lui. Il souhaitait s'éloigner d'elle et en même temps, ne désirait qu'être en sa compagnie. Résultat, il s'efforçait de penser une chose, mais son corps faisait l'inverse. C'était un peu comme à cet instant, où il voulu s'excuser de l'avoir dérangée pour rien, mais où ses lèvres capturèrent les siennes. Il se recula et la regarda, un peu surpris. Et ensuite il se plaindrait qu'elle pense n'être qu'un objet pour lui ?

« Euh... excuse-moi, je... »

Il s'écarta pour la laisser passer et referma la porte derrière elle. Lorsqu'il réalisa qu'il était seul avec la jeune femme, il s'autorisa enfin à lui sourire. Toutes ses pensées chaotiques se poussèrent dans un coin de sa tête, le laissant tranquille pour la première fois depuis qu'il était monté dans ce train. Il retrouvait ses réflexes, son naturel, son lui qu'il avait perdu quelque part en chemin et soupira de soulagement. Tout lui sembla plus normal, et sa torpeur battit en retraite.

« Je pars demain. Tu as dis... que tu voulais me voir. Je suis là. »

Mauvaise foi, quand tu nous tiens.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 02 Fév 2011, 01:26

La jeune femme fut surprise lorsqu'il l'embrassa avant de s'en excuser. Elle sourit doucement et pencha la tête sur le côté en rougissant un peu comme une adolescente

« Ce n'est rien... »

Elle souriait, elle était bien. Il sentait bon en prime! Il avait pris un bain? Elle se disait qu'elle avait bien fait de lui réserver cette chambre

« Je vois que tu as pris un bain! » dit-elle en s'asseyant sur le lit, elle laissa tomber son manteau derrière elle, avec la vapeur de la salle de bain, il faisait bon. Elle étendit ses jambes pour les croiser au niveau de ses chevilles, ramenant sa jupe sur ses genoux, ses mains étaient posées sur le bord et elle leva les yeux vers lui

« Oui. Je voulais te voir. Je ne sais pas quand je te reverrai ensuite, alors... je me disais que ça pouvait être agréable qu'on soit ensemble plutôt que tu restes seul. Enfin... je suppose que tu ne serais peut être pas resté seul en fait » elle mit une main devant sa bouche et se pinça les lèvres. Et flute, elle n'avait pas pensé à ça. Elle s'était dit qu'il pourrait rencontrer une autre femme une fois parti, elle ne s'était pas imaginé que peut être il en aurait trouvé une ici. Mais d'un autre côté, il l'avait fait appeler après tout alors... il avait peut être envie de la voir quand même

« Enfin... lorsque tu voudras que je te laisse, je partirai mais... disons que la chambre est déjà réservée avec 4 repas, deux dîners et deux petits déjeuners... enfin ça peut servir pour quelqu'un d'autre enfin... »

Elle était rouge comme une tomate et elle baissa les yeux à nouveau. Elle ne savait pas et elle savait qu'Archélas ne voudrait pas avoir ce genre de conversation. Elle se pinça donc les lèvres et finit par se lever et s'approcha de lui. Elle ressemblait étrangement à une petite fille gênée, qui voulait quelque chose qu'elle n'osait pas demander. Elle finit par prendre sa main et murmura

« Moi, je veux rester avec toi cette nuit. Mais si tu ne veux pas, je comprendrai. » voilà, au moins c'était dit. Maintenant les cartes étaient dans ses mains. Elle se sentait un peu stupide, le bout de ses doigts caressaient doucement la main du soldat en espérant pouvoir se blottir contre lui, elle leva les yeux, oui elle rougissait, encore. Comme la première fois, dans une chambre d'hôte également, à Aspasie, où elle essayait de savoir ce qu'il voulait, à ce moment là, ils avaient juste eu envie l'un de l'autre. Maintenant, elle avait envie de lui, mais elle voulait plus aussi, mais ça, elle ne pouvait pas lui dire. Elle gardait cependant ses yeux plantés dans les siens, elle attendait de savoir si elle allait devoir partir, ou rester

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: À quai

Messagepar Archélas Ages » 02 Fév 2011, 02:03

Il hocha la tête à sa question.

« Je sentais si mauvais que ça...? » fit-il d'un ton mi-boudeur, mi-amusé.

Il s'étonna lui-même de voir sa bonne humeur revenir si vite. Et à l'instant où il fit ce constat, il fut giflé par un souvenir cuisant : leur voyage en train. Dans ce wagon, ils n'avaient échangé que peu de mots et beaucoup d'amertume. Avec le recul, il avait honte de lui. C'était être bien peu reconnaissant envers Ceithli, elle qui lui avait sauvé la vie, entre autres choses qu'elle avait faites pour lui, égoïste d'un bout à l'autre. Il se tourna vers elle mais demeura silencieux, se contentant de l'observer se défaire de sa capeline et s'installer sur le lit. Il eut un sourire de la voir à l'aise comme si elle était chez elle. Elle n'avait décidément pas grand chose à voir avec les autres femmes du royaume, à commencer par ses habitudes vestimentaires... incroyablement provocantes ! Il ferma les yeux et inspira longuement, soufflant ensuite avec lenteur et rouvrant les yeux qu'il détourna presque aussitôt. Il se dirigea vers la fenêtre et s'y appuya, jouant à suivre du regard le cheminement des passants tout en écoutant la voix de Ceithli. Et bien, elle parlait autant qu'elle gigotait... Il retrouva son sourire en interceptant les lapsus de la jeune femme. Lorsqu'elle consentit enfin à se taire, il se retourna vers elle. Par où commencer ? De sa place et sans oser bouger, il s'efforça de prendre un ton amusé.

« Je ne dors pas toujours avec une femme dans mon lit tu sais... »

Sur le coup, il trouva que sa phrase sonnait étrangement. Il avait l'impression de se justifier... comme s'il refusait qu'elle s'imagine qu'il couchait chaque nuit avec une femme différente, elle ou une autre... Son sourire s'effaça. Après ce que Manôlis lui avait fait promettre, il ne voyait pas d'inconvénient à parler plus ouvertement, mais ça lui restait difficile. Il n'en mourrait pas. Par contre, il s'en voudrait de ne pas s'expliquer s'il ne devait plus jamais la revoir. Il délaissa sa fenêtre et la rejoignit, incapable de se résoudre à la laisser se tortiller les doigts au milieu de la chambre qu'elle avait réservée pour lui. Car oui, elle avait fait cela. Il la serra dans ses bras sans rien ajouter, bien que ce n'était pas l'envie qui lui manque... juste le courage...

« Reste si tu veux. Il se dégagea et prit son visage entre ses mains. Je ne te toucherai pas, je te le promets. Ce que tu m'as dit dans le train, que tu n'étais pas comme ça, je ne l'ai jamais pensé Ceithli. »

Il recula d'un pas sans la quitter des yeux et se décida enfin à lâcher son visage. Puis il se dirigea vers les quelques affaires qui traînaient sur une console et revint vers elle avec une petite bourse qu'il lui mit dans la main.

« C'est mon solde pour ce mois, Manôlis me l'a versé. Il y a ta course. Il hocha la tête avec un sourire un peu embarrassé. Et je comprends maintenant pourquoi l'aubergiste n'a pas voulu que je paye pour la chambre... »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 02 Fév 2011, 02:21

La jeune femme prit la bourse dans ses mains et resta figée avant de sourire doucement. Décidément, il était plein de surprises. Elle pencha la tête sur le côté

« Mais... tu n'en as pas besoin? Je peux m'arranger avec mes parents pour les rembourser petit à petit... je...» elle s'arrêta et repensa à ce que lui disait sa mère "les hommes tiennent à leur fierté". Elle se tut donc avant d'ajouter simplement « merci »

Elle alla poser la petite bourse sur la commode, près de l'entrée, elle ne risquait pas de l'oublier. Ses doigts se perdirent en examinant le tissu, suivant les boursouflures des pièces à l'intérieur. Elle se pinçait les lèvres et sourit doucement, elle était perdue dans ses pensées, repensant à ses paroles alors que ce n'était pas trop ce qu'elle voulait. Certes, elle n'était pas qu'un objet, mais le désir était là, elle ne pouvait le nier. De là où elle était, même si elle était loin de lui, elle sentait l'odeur de sa peau encore fraiche sur la sienne et instinctivement en y repensant, elle mit ses doigts à ses lèvres. Elle resta perdue quelques secondes, puis s'approcha de lui

« Comment va ton bras? »

Elle déglutit avec difficulté et s'approcha de lui pour passer sa main dans son cou, s'approchant un peu plus de lui pour embrasser son cou, puis son menton avant de finalement se mettre sur la pointe des pieds pour atteindre ses lèvres. Elle était soulagée qu'il ne la considère pas comme une femme intéressée, mais elle ne pouvait nier qu'elle le désirait. Elle finit par plonger son regard dans le sien. Vu l'état dans lequel ils étaient, il était évident qu'ils ne pouvaient pas se lancer dans quelque aventure dépravée.

« Que tu ne me considères pas comme ça ne veut pas dire que tu n'aies pas le droit de me toucher... »

Le rouge lui monta aux joues, les teintant d'un doux rose alors qu'elle plongeait ses yeux dans les siens.

« Quitte à profiter des derniers moments ensembles.. tu veux vraiment que l'on reste toute la nuit sans se toucher? » l'instinct félin sembla prendre le dessus alors qu'elle eut un frisson au niveau de la nuque, elle redescendit à nouveau dans son cou, avant de finalement baisser les yeux et se détourner pour retourner s'assoir sur le lit... qu'allaient-ils donc pouvoir faire? Il n'était pas encore l'heure de dîner. Peut être voulait-il sortir? Aller visiter l'animalerie? Elle ne voulait plus parler pour le moment, elle estimait en avoir trop dit

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: À quai

Messagepar Archélas Ages » 02 Fév 2011, 04:11

Je n'en fait pas trop dire à Archélas volontairement, étant donné qu'il ne se confiera qu'une fois au bal.


Il prit un air faussement autoritaire lorsqu'elle commença à discuter à propos de l'argent. Il était hors de question pour lui de ne pas rembourser sa dette, quoi qu'elle en dise. Fort heureusement, elle sembla se raviser et accepter son dû. Était-ce grâce à son regard insistant ou parce qu'elle en était arrivée seule à la conclusion qu'il valait mieux prendre ce qu'il lui donnait, il n'en eut aucune idée. Il fut simplement soulagé qu'elle ne lui fasse pas le coup de refuser, et il sourit.

« Ça peut aller, j'en ai vu d'autres. »

Ce n'était pas la première fois qu'il lui servait cet argument, même s'il n'était pas faux. Son bras allait bien grâce au flacon aux effets proches du miracle... un miracle douloureux toutefois, mais miracle quand-même. Au moins il n'aurait pas à en souffrir pendant des mois et à vérifier l'état des chairs toutes les heures en priant pour ne pas être victime d'une infection. En fait, il pensait sincèrement qu'aucune infection n'était susceptible de survivre à une mixture aussi violente.

« Et toi ? » commença-t-il à s'enquérir.

Mais pour toute réponse, Ceithli l'embrassa gentiment. Peut-être même un peu d'avantage que gentiment, mais il se garda bien d'interprêter trop vite sa démonstration d'affection. Il se contenta de sourire à son petit goût de fraise. Ses propos en revanche, mirent le feu aux poudres... leur effet fut immédiat, et Archélas eut l'impression de manquer d'air subitement. Les battements de son cœur s'accélérèrent si brusquement qu'il en ressentit une douleur étrange, comme s'il était pris dans un étau, et si la jeune femme ne s'était pas éloignée pour se rasseoir sur le lit, il aurait probablement perdu le contrôle de ses mains... Il la regarda, muet et interloqué. Une chose était certaine : il ne comprenait décidément rien aux femmes. Soit Ceithli le suppliait de ne pas la prendre pour une fille facile, soit elle le provoquait à le rendre fou à la première occasion. Et lui dans tout ça, il ne savait plus comment agir. Il se sentait à la fois envahi d'un désir dévorant et coupable des pensées les plus viles. C'était... compliqué, une femme. On ne savait jamais sur quel pied danser pour ne pas les vexer... Il alla s'asseoir près d'elle, mais lui fit dos volontairement.

« Je voulais te présenter mes excuses pour ma grossiereté, dans le train. J'ai eu peur. J'ai eu peur dès le premier jour où je t'ai vu à Guttenvald et... je n'ai pas cessé de m'angoisser pour toi. Et puis il y a eu Manôlis, et le combat... et puis ton frère. Et quand je t'ai soigné, j'ai cru que tu ne t'en remettrait jamais. J'ai eu mal... pour toi et... et tu n'y étais pour rien. Je me suis mal comporté avec toi pendant le voyage. Je suis désolé. »

Il frissonna un peu, comme si ses maigres aveux l'avaient mis à nu. Il ne s'attendait pas à ce qu'elle lui pardonne, mais au moins il avait fait ce qu'il pouvait pour se montrer sincère. Il lui devait bien quelques explications. Il marqua un silence avant de secouer la tête.

« Tu sais, je ne suis vraiment pas compétent quand il s'agit de deviner ce que tu pense, alors le plus simple, ce serait de me dire ce que tu veux... Parce que je veux bien te prouver que je suis capable d'apprécier ta compagnie sans t'obliger à rien... mais je ne peux pas te promettre de résister longtemps si tu cherche... autre chose. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 02 Fév 2011, 11:54

Pas de souci, je fais pareil ;)


La jeune femme se mordit un peu les lèvres en écoutant ses excuses, elle ne se doutait pas qu'il avait tout ça en lui, mais c'était compréhensible d'une certaine manière. Elle le laissa terminer, puis il mentionna qu'il avait du mal à la comprendre... d'un autre côté, c'était un peu normal dans la mesure où elle-même ne se comprenait pas trop.

Elle resta ainsi, un peu pensive, sa main portée sur son flanc dans un geste simple


« Je vais bien Archélas... j'ai pris un bain aussi, ça m'a fait beaucoup de bien » la croute avait été ramollie par l'eau chaude, sur son ventre, elle avait même commencé à tomber par endroit, d'un autre côté, les cornes de la winghox ne s'étaient pas si enfoncé que ça et la plaie avait été assez nette, donc probablement plus rapide à se refermer contrairement aux larges trous provoqués par les crocs de Jhérer.

Elle respira un grand coup, et finit par se tourner vers lui, relevant une jambe posée sur le lit pendant que l'autre restait un peu suspendue


« Et moi... je ne suis pas très douée pour exprimer ce que je ressens, mais je veux que tu saches que je ne t'en veux pas, je ne te reproche absolument rien. Tout ce qui nous est arrivé.. et bien c'est arrivé c'est tout! Ce n'est pas ta faute, je... je ne dirais pas que ce n'est pas la mienne non plus mais je suppose que c'est ce que tu dirais donc, je pense qu'il faut juste qu'on se dise que ce n'est la faute à aucun de nous. »

Elle posa doucement sa main sur son épaule. Elle eut un léger sourire, un peu triste peut être, mais au fond, elle était contente de savoir qu'il avait eu mal pour elle

« Et j'ai eu peur aussi... peur qu'il t'arrive quelque chose, peur que tu sois blessé et maintenant, j'ai peur que Manolis se venge. Je ne sais pas où tu en es avec le roi maintenant aussi, donc j'ai peur également pour ça... peur de ne plus jamais te revoir. »

Elle baissa doucement la tête, terminant au final ce qu'il lui demandait

« Toi et... moi » elle avait marqué une légère hésitation, espérant qu'il ne l'aurait pas remarquée « nous sommes libres, Archélas. Je ne sais pas quand je te reverrai, tu n'étais jamais venu à Banba alors pourquoi tu reviendrais dans le futur? Tu peux peut être m'envoyer un message lorsque tu seras quelque part où je pourrais venir, mais je ne pourrai peut être pas à ce moment là, être ailleurs, à une autre livraison et puis... tu.. nous pourrions simplement rencontrer quelqu'un d'autre, je ne sais... on ne peut pas savoir ce qu'il va se passer et... »

Elle finit par prendre une profonde inspiration, fermant les yeux quelques secondes alors que son coeur battait la chamade, elle cherchait soigneusement ses mots, ce n'était pas facile, d'un côté elle devait cacher ce qu'elle ressentait vraiment, car comme disait Jhérer "leçon n°1 chez les hommes: si tu leur dis "je t'aime", ils fuient". D'un autre côté, elle voulait qu'il se comporte simplement avec elle, s'il voulait être avec elle, contre elle, qu'il le fasse... peu lui importait au final les sentiments qu'il éprouvait pour elle, du moment qu'il se laissait aller.

« Et concernant... ce que je veux, c'est sur que c'est compliqué... je ne veux pas que tu crois que je n'attends que ça de toi, ce n'est pas vrai. Mais je ne peux pas nier que tu me rends... enfin je ne sais pas si ça vient de mon côté félin ou quoi, mais il y a des... choses chez toi, peut être ton odeur, ton regard, j'en sais trop rien, qui font que j'ai... j'ai moi aussi du mal à résister. »

Elle se mit à rougir à nouveau, se pinçant les lèvres en espérant qu'il comprenait

« Ce que je veux dire, c'est qu'on n'y est pas obligé... et je pense que ni toi, ni moi ne considérons l'autre maintenant que pour ça... mais ce n'est pas une raison non plus pour se forcer à résister... car... j'aime quand même être dans tes bras et... et j'y peux rien sur l'effet que tu me fais... »

Elle tremblait un peu, elle ne voulait plus rien dire, elle savait que si elle continuait, elle commettrait l'irréparable. Elle leva juste timidement les yeux vers lui, se demandant s'il comprenait ce qu'elle voulait dire... juste suivre ses désirs, profiter du moment présent... c'était déjà pas mal non?

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: À quai

Messagepar Archélas Ages » 03 Fév 2011, 00:22

À son tour de l'écouter attentivement. Au début, il ne sut pas trop quoi penser, mais rapidement la conversation glissa sur un terrain plus épineux. Il tourna la tête à l'opposé de Ceithli et fit semblant de s'intéresser aux boutons de porte de l'armoire. Si parler de ce qu'il pensait ne lui était pas facile, parler de ce qu'il ressentait en revanche était encore plus compliqué. Quant à parler ouvertement de ses désirs, c'était comme lui demander de se mettre nu sur la place publique... Et même si ça faisait partie de ce qu'il aimait chez la jeune femme, il avait encore du mal à apprivoiser sa déstabilisante franchise. Il resta un moment silencieux, comme un gamin après une remontrance. S'entendre répéter qu'elle était libre et susceptible de rencontrer quelqu'un d'autre le plongeait dans un état proche de l'anéantissement, mais il encaissa. Pour le reste, il était tellement embarrassé d'apprendre qu'il faisait un quelconque effet sur Ceithli qu'il ne savait tout simplement plus où se mettre... et encore moins quoi répondre. Il opta pour la surdité passagère et se leva brusquement, cherchant du regard quelque chose à faire. Il aurait brossé sa descente de lit juste pour avoir l'air occupé...

Il épousseta sa chemise, l'air pensif. Combien de fois avait-il fait ce type d'allusions à peine voilées pour obtenir ce qu'il voulait d'une femme de passage. Et aujourd'hui, il en éprouvait de la gêne ? Pourquoi ? Parce qu'il n'était pas celui qui proposait, ou parce qu'il espérait d'avantage de Ceithli qu'une simple attirance charnelle ? Il se retourna et l'observa de ses turquoises brûlantes. Il n'avait pas le droit de lui demander cela. Sous prétexte qu'il s'intéressait véritablement à elle, il ne pouvait pas lui demander de renoncer à ce qu'elle avait prévu pour elle. Et si vivre libre et s'affranchir de toute relation trop personnelle faisait partie de ses projets, si lui n'était pas dans son décor, et bien c'était tant pis.

« Est-ce que tu me ferais visiter la ville ? J'aimerais beaucoup voir cette animalerie de plus près. »

Dans son changement de sujet brutal, sa voix s'était faite sincèrement amicale.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 03 Fév 2011, 00:55

Ceithli sourit doucement et se leva. Croisant ses mains dans son dos tout en fixant le soldat. Il l'évitait, elle en avait trop dit. Tant pis. Elle garda cependant son sourire, c'était prévisible, il ne voulait pas être avec elle, il avait eu sa dose.

Elle se dirigea vers la porte


« Oui bien sur, allons y. » elle essayait de garder un certain enthousiasme pour ne pas montrer sa déception. Elle aurait au moins voulu lui faire de l'effet, comme il lui en faisait par sa simple présence, mais il avait eu son compte déjà plusieurs fois, probablement pensait-il que maintenant, elle ne pouvait rien lui apporter de plus. S'il savait tout ce qu'elle voulait lui apporter...

Mais elle ne devait pas se laisser déstabiliser, et elle alla chercher rapidement sa capeline pour la mettre sur ses épaules, avant de revenir à la porte et le fixer


« Tu viens? »

Elle avait commencé un geste pour lui tendre la main et se ravisa rapidement en rougissant avant de tourner les yeux et d'ouvrir la porte. Et elle sortit, supposant qu'il la suivait. Elle salua d'un geste de la main l'aubergiste qui les regarda passer sans trop comprendre, voyant la distance qui les séparait alors que... bref.

Une fois dehors, la féline serra un peu plus sa capeline autour de ses épaules et attendit Archélas pour marcher au moins à côté de lui. Si elle partait trop devant, il comprendrait que quelque chose la perturbait, et là, elle estimait que les confidences, il y en avait trop eues. L'avantage de tenir ainsi sa capeline sur elle, c'était que ses mains étaient prises, ce qui l'empêchait de vouloir prendre la sienne et s'afficher. Elle marchait doucement, se dirigeant vers la grande place où le bâtiment de l'animalerie était déjà bien visible de là où ils étaient. Elle ne disait rien, elle trouvait qu'elle en avait dit assez, trop, elle ne savait pas. Toujours était-il qu'il s'ennuyait et avait voulu sortir.

Elle désigna le grand bâtiment en souriant toujours, comme une petite fille timide
« C'est là... »

Elle s'arrêta et se pinça les lèvres. Elle n'avait jamais été très à l'aise avec l'animalerie, probablement son propre instinct félin qui l'empêchait d'y être bien. Il y avait de nombreuses créatures en tout genre, des familiers qu'elle trouvait elle-même adorables, mais il y avait aussi d'autres créatures qui lui rappelaient soit des proies, soit des prédateurs, et elle avait du mal à s'y faire, même sous son apparence humaine.

Elle respira un grand coup, fixant la porte du grand bâtiment avant de serrer un peu plus ses mains sur sa cape, et finalement suivre Archélas pour entrer

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: À quai

Messagepar Archélas Ages » 03 Fév 2011, 01:22

Feindre d'être sourd, c'était facile. Feindre d'être aveugle, moins. Il vit la main se tendre vers lui et se rétracter aussitôt, comme si elle changeait d'avis. Un peu déstabilisé, il fit le choix qu'il savait mauvais de ne pas relever et alla fouiller l'armoire à la recherche d'un manteau. Il trouva un cardigan à la laine épaisse qu'il enfila. En refermant les portes au chêne sombre, il ne pu réprimer un sourire devant son reflet. On aurait dit un fermier taciturne. Nul doute qu'avec ça, il se fondrait dans le décor. Ça le changerait ! Il suivit Ceithli et continua son petit jeu d'aveugle, faisant semblant de ne pas remarquer les œillades de l'aubergiste. Il se passait des choses sous son nez, des choses qu'il avait peur de comprendre de travers et auxquelles il n'osait pas toucher de crainte de les abîmer. Alors en attendant de faire l'acquisition d'un manuel d'utilisation des femmes, il se laissa conduire à l'extérieur par son guide.

De nouveau, le froid glacial lui gifla le visage. Mais cette fois il était couvert et ses pas avaient un but. Ils traversèrent la rue principale, se faufilant entre les paysans de plus en plus nombreux en ce début d'après-midi. Des charrettes remplies de fourrage encombraient les rues et les troupeaux étaient conduis d'un pâturage à l'autre par des chiens attentifs. Archélas failli être renversé par une farandoles de gamins qui sortaient d'une petite bâtisse. Sans-doute une école, bien qu'elle ne ressemblait pas à grand chose. Et après toutes ces péripéties, ils arrivèrent sur le seuil de l'animalerie. Les effluves musquées des bêtes lui chatouillèrent les sens au moment où il entra, et le firent s'arrêter net. Il se retourna alors vers Ceithli et l'interrogea du regard.

« Les chèvres... »

Il insista, comme s'il cherchait à lire en elle, mais ça aurait été trop facile. Alors tout à coup il changea d'avis. Posant une main sur son épaule, il l'attira vers l'extérieur et ils se retrouvèrent à la merci d'une délégation de garçons d'écurie qui ramenaient leurs chevaux de labour plus larges que deux fois Nemesis. Archélas entraîna Ceithli avec lui dans sa tentative pour éviter de se retrouver piétiné. Il leur fit quitter la place et prit au hasard la rue la moins animée qui se dirigeait vers le nord-est. Il resta silencieux un moment, les traits tirés par la contrariété.

« À Guttenvald, tu m'as reproché de t'avoir demandé d'attraper une chèvre sans t'autoriser à la manger. Tu m'as dit que je te faisais faire des choses contraires à ton instinct de guépard, et moi je t'ai dit que la prochaine fois que je te faisais l'affront de te demander une chose aussi stupide... tu n'avais qu'à grogner. Il baissa son regard vers elle. Et tu ne l'as pas fait. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 03 Fév 2011, 01:47

Ceithli n'avait pas tout compris à ce qu'il venait de se passer, elle avait enfin trouvé son calme, même si une certaine tension se tenait en elle lorsqu'il l'entraîna dehors jusque dans une ruelle, elle se demandait s'il savait où il allait

« Mais... »

C'est alors qu'il reparla des chèvres... hein? quoi? Elle s'apprêtait à répliquer lorsqu'elle remarqua son regard froid et contrarié... elle le laissa terminer, elle avait l'air d'une petite fille qu'on était en train de gronder, mais lorsqu'il finit enfin sa tirade, elle soupira de soulagement et leva les yeux vers lui en souriant tristement

« Ca n'a rien à voir... je suis humaine Archélas... c'est juste que... je suis un peu inquiète de rentrer dans ce genre d'endroit, tu comprends, ta jument sent que je suis un fauve et... j'ai un peu peur d'effrayer les animaux là dedans, c'est tout... »

Elle fut cependant touchée de voir qu'il s'était inquiété pour elle, et qu'il s'était souvenu de ça. Elle posa sa main sur sa joue, ne cherchant pas à l'embrasser, juste à lui sourire

« Je ne suis pas très à l'aise quand il y a beaucoup d'animaux autour de moi, car je ne peux pas prévoir quel effet moi, je vais leur faire. Mais ça ne veut pas dire que ça me pose un problème qu'on y aille! Ils sont dans des enclos tu sais? »

Finalement, elle lui prit la main, enlaçant doucement ses doigts dans les siens avant de la prendre dans son autre main et de la poser quelques secondes sur son coeur, avant de rapidement la baisser pour s'éloigner un peu de lui. Le rose revint à ses joues alors qu'elle baissait les yeux avant de relever la tête et de sourire

« Allez viens... ça vaut le coup d'oeil! Il faut que tu voies ça, tu ne peux pas venir à Banba sans voir l'animalerie! Et... je veux rester avec toi. Je veux y aller avec toi. Je te le promets... »

Elle fit une légère moue timide avant de finalement le lâcher et commencer à se diriger vers l'animalerie à nouveau. Elle se tourna pour voir toujours s'il la suivait

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: À quai

Messagepar Archélas Ages » 03 Fév 2011, 02:34

Pendant une seconde, il imagina l'animalerie sans dessus dessous, les animaux pris de panique, les barrières éventrées et une belle pagaille de bestioles courant partout... et ça le fit sourire.

« Oh... Je n'avais pas compris, excuse-moi. »

Il la regarda s'éloigner sans se départir de son sourire. En fin de compte, il commençait à s'amuser et à se détendre. L'ambiance pesait beaucoup moins que quelques minutes plus tôt, et il la rejoignit en quelques enjambées. En arrivant à sa hauteur, il s'autorisa à lui tendre un bras... avant de se raviser, mais pas entièrement. Il venait simplement de se souvenir que ce bras là était blessé. Il s'arrêta, fit le tour et lui tendit l'autre en souriant.

« Nemesis commence à être fatiguée. Je ne m'en sépare pas parce que je l'aime bien, mais j'aimerai voir les montures que Banba propose. On dit qu'on n'en trouve pas de meilleures dans tout le royaume. Peut-être que j'en trouverai une qui n'aura pas peur de toi. »

Sur le moment, il ne réalisa même pas la portée de ses mots et se contenta de reprendre le chemin de l'animalerie sans se presser. De nouveau, ils durent slalomer entre les badauds avant d'atteindre le perron. Il poussa la porte et encore une fois, l'odeur âcre des bêtes lui chatouilla les narines. Il s'avança. La boutique s'élevait sur plusieurs étages en mezzanines. Quelques enfants s'attardaient devant les cages, le regard émerveillé par les familiers qui les accueillaient en sifflant ou en rongeant leurs barreaux comme s'ils souhaitaient susciter la pitié des acheteurs. Les montures devaient se trouver à l'extérieur, mais en attendant, Archélas se retrouva face à des animaux de compagnie qu'il n'avait encore jamais vu. Comme des petits chiots sans maître, les Zibels se dressaient sur leurs pattes et couinaient derrière les parois de leur boxe tandis que les Kutyas jouaient à se poursuivre dans une grande fosse aménagée comme un parc miniature. Près du comptoir, Archélas remarqua quelques clients qui négociaient des friandises pour leurs animaux. Apparemment, ils vendaient de tout, jusqu'aux jouets pour Orios domestiques... C'était étonnant et en même temps, le jeune homme en éprouva un certain écœurement. Il avait l'impression d'être sur un marché aux esclaves comme il y en avait parfois à Balaïne. À l'employé qui s'approcha d'eux en se frottant les mains, il demanda à voir les montures presque à regret.

« C'est assez spécial comme endroit... » murmura-t-il à Ceithli tandis qu'il suivait l'homme vers l'extérieur.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: À quai

Messagepar Ceithli » 03 Fév 2011, 10:26

Le coeur de Ceithli avait, semble t'il, cherché à sortir de sa poitrine lorsque le soldat mentionna chercher une monture qui ne la craindrait pas. Ils n'étaient pas dans une discussion sérieuse, où elle semblait malheureuse au point qu'il aurait pu dire cela pour la rassurer, c'était sorti naturellement, peut être même ne s'était-il pas rendu compte de la portée de ses paroles, mais ce qu'elle savait, c'est qu'il y avait vraiment peu de chances pour qu'il ait dit cela intentionnellement.

Elle s'approcha et pencha la tête sur le côté en se demandant ce qu'il faisait avec ses bras, jusqu'à comprendre et glisser tendrement le sien, l'enroulant pour poser sa main près de son épaule, sa poitrine venant alors se presser un peu contre lui. Ils marchèrent ainsi jusqu'à l'animalerie, elle souriait doucement, en silence pour ne pas manifester une quelconque agitation ou excitation. En revanche, s'il avait manifesté le moindre désir de la revoir un jour, au point que sa monture devait pouvoir la supporter, elle avait bien l'intention de lui glisser à un moment ou un autre sa propre volonté de le revoir lui, et personne d'autre. Elle s'en voulait un peu d'avoir manifesté à nouveau qu'ils étaient libres alors qu'elle ne le voulait pas, mais d'un autre côté, Archélas était bel et bien libre, libre d'aller et venir où il voulait.

Elle chassa rapidement ces pensées, pour le moment, elle avait un baume au coeur, une douce chaleur l'envahissait à l'idée qu'elle était peut être un peu plus pour lui qu'une conquête de passage. Elle s'approcha d'un seren derrière une paroi de verre. Elle posa la main sur la barrière qui la séparait de la petite créature féline, c'était probablement les seuls familiers qu'elle appréciait ici, et les seuls sur lesquels elle avait une influence positive. Les petites pierres sur son dos se mirent à briller alors qu'il cherchait à se frotter contre sa main sans pouvoir l'atteindre, il semblait jeune et affectueux, peut-être avait-il faim car ce n'était pas trop le genre de l'espèce. Elle resta perdue dans ses pensées en regardant l'animal, elle aurait bien aimé en avoir un, mais elle ne pourrait pas s'en occuper à être toujours en vadrouille.

Archélas semblait mal à l'aise ici, il était vrai que les animaux étaient convenablement traités, mais on sentait tout de même que l'appât du gain dominait ici plutôt que le confort des bêtes. Tout était sommaire et la nourriture et les accessoires en tout genre étaient presque plus mis en avant que les animaux eux-mêmes. Elle se tourna vers le vendeur qui eut un léger frisson en la voyant. Elle fut surprise, à sa connaissance, elle ne l'avait jamais vu. Jhérer était venu faire un tour par ici?

Elle suivit le vendeur, pour les montures en revanche, il n'y avait pas grand chose d'intéressant pour un homme comme Archélas, car les animaux présents n'étaient généralement pas de bons compagnons de voyage, du moins, elle estimait qu'il aurait du mal à trouver un animal avec qui il puisse avoir la même affection qu'avec Némésis. En revanche, la plupart d'entre elles ne craignait pas vraiment les guépards, alors s'il cherchait une monture qui n'aurait pas peur d'elle, c'était le bon endroit.

Ils sortirent donc, le froid se fit nettement ressentir par rapport à l'intérieur, mais il faisait quand même meilleur que l'extérieur, ici, ils étaient sous une sorte d'immense toile qui protégeait des intempéries et des changements de température, mais l'herbe et la terre dominaient à leurs pieds. De larges eclos permettaient aux créatures d'avoir assez d'espace pour se dégourdir les pattes, un peu plus loin, on pouvait voir une immense cage pour les Hiéras, séparée en plusieurs compartiments pour ne pas qu'ils s'entretuent... pour le moment, il n'y en avait que deux apparemment.

Ceithli s'approcha directement des gotas qu'elle trouvait amusants, ils étaient également séparés par des barrières pour avoir une certaine indépendance, elle s'approcha de l'un d'eux, tendant sa main pour qu'il puisse la renifler, et il baissa la tête pour s'y appuyer. Les pauvres bêtes ne devaient pas avoir beaucoup d'attention, même si leur mode de vie ne prêtait pas à ça. Seulement, être enfermé sans compensation, ce ne devait pas être facile. Un peu comme elle en fait. Elle était un guépard, un animal sauvage, mais être l'animal domestique d'Archélas ne l'aurait pas dérangé dans la mesure où elle l'aurait eu lui, en compensation, et c'était largement suffisant. Elle s'approcha et commença à passer doucement sa main sur le museau de la créature reptilienne en souriant, il semblait apprécier. Elle s'approcha encore et fut surprise, la bête se cala complètement contre son ventre, passant par-dessus la barrière pour produire un bruit guttural qui devait probablement s'apparenter au ronronnement chez les félins. Elle sourit et continua de passer sa main sur l'encolure du gota, y allant en général avec les ongles pour le gratter un peu, il semblait aimer ça et ça l'amusait. Elle était un peu triste, elle n'avait pas besoin de monture, elle. Sinon elle en aurait peut être pris un. Mais de façon générale, elle allait dans les villes, et ces bêtes n'étaient pas vraiment faites pour ça.

Elle recula pour se diriger vers les zâkus, le gota la regarda s'éloigner et elle aurait juré avoir vu de la tristesse dans ses yeux, peut être se faisait-elle des idées? Elle s'approcha du cheval zébré qui recula instinctivement. Elle eut une légère moue, lui par contre la voyait comme un prédateur. Puis un très beau spécimen avec une robe couleur sable s'approcha un peu et la renifla, elle eut un sourire plus large, avec sa couleur et ses rayures, il ressemblait un peu à un tigre, et sa couleur ressemblait en fait à la sienne lorsqu'elle était animale. Ca l'amusa beaucoup, et le zâku la renifla un peu plus avant de s'ébrouer et de la fixer étrangement. Celui-ci semblait plus curieux qu'apeuré, elle passa délicatement ses doigts sur ses naseaux et il ne bougea pas, cherchant visiblement à manger quelque chose, mais elle n'avait rien à lui donner. Dommage..

Elle se tourna, sa main toujours sur le nez de l'animal, cherchant Archélas du regard pour voir s'il trouvait son bonheur


Oui, elle ne parle pas beaucoup, mais elle est encore sous le choc XD

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Suivante

Retourner vers Banba et ses champs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron