Laissez passez, convoi exceptionnel !

C'est le plus reculé de tous les villages dépendant directement du Roi. Comme déposé ici au hasard au milieu des plaines fertiles, Banba a su se spécialiser dans l'agriculture et l'élevage.

Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 24 Juil 2014, 15:34

Précédemment

« Woaw, ah oui, on est loin ! » s’écria le petit botaniste lorsqu’il eut aperçu à l’horizon les silhouettes du centre de Banba, là où on pouvait plus facilement parler d’une ville au sens propre. Bah, au moins, maintenant, il avait des bestioles qui allaient bien plus vite qu’eux à pieds.
Benedikt appela quelques fois Pomporo avant qu’elle n’apparaisse, sortant des herbes hautes pour se jeter sur lui et lui lécher la figure. Une fois les effusions de la maneki maitrisés, ils étaient repartis directement afin de ne pas se mettre en retard. Phaerör serait allé probablement encore plus rapidement seul, mais Pomporo avait bien galopé à travers la campagne et finalement, ils arrivèrent au niveau de la gare presque en avance.

Il ne fut pas difficile de trouver la cargaison qui les attendait. Il y avait deux grosses charrettes qui attendaient parmi l’animation étonnante qu’il pouvait y avoir un dimanche midi à Banba. Il y avait deux hommes accompagnés d’une jeune fille ; l’un d’eux était son père, comme ils l’apprirent bien vite, et les deux étaient associés et transportaient toutes sortes de tissus et étoffes destinées à la fine fleur de la bourgeoisie et noblesse ; pas étonnant qu’ils se faisaient souvent attaquer. Ce genre de choses coutait très cher si on savait vers qui aller.
Le petit botaniste était un peu anxieux de savoir que Vrass ne se tiendrait bientôt plus à côté de lui, mais après tout, il aurait toujours Pomporo, et surtout, le tatoueur n’irait pas loin non plus. Ils étaient d’ailleurs certainement plus en sécurité avec un hiéras dans le ciel plutôt qu’avec un winghox à terre. Quelque chose comme l’effet de surprise, pour commencer.

Aussi Benedikt salua respectueusement les trois personnes du convoi avec un sourire, légèrement rassuré, pendant que la jeune fille qui devait avoir à peine 16 ans était en train de s’enthousiasmer autour de Vrass. Le petit botaniste n’avait pas besoin de chercher loin pour savoir pourquoi, mais cela l’amusait plus qu’autre chose, elle était trop jeune pour être vraiment séductrice, se contentant plutôt de rougir particulièrement à chaque fois que Vrass jetait un coup d’œil dans sa direction.
« Bon, si j’ai bien compris, le gamin reste avec nous et vous, vous allez voler constamment au-dessus de nous ? » demanda le père de celle-ci, qui regarda Phaerör avec un air impressionné, même s’il tentait de le cacher. « Ça me semble bien. Quand j’ai demandé de l’aide à Sayah, je n’en attendais pas tant ! »

Benedikt faillit lui préciser qu’il n’était pas vraiment un gamin, mais abandonna bien vite, déjà habitué à ce nom, si bien qu’il monta simplement dans la dernière charrette, à côté de la jeune fille, qui se mit aussitôt à lui poser des questions à propos de Vrass, avant même que son père ne donne le départ et que la charrette se mette en marche en cahotant sur les pavés.
« Heh, pourquoi ça t’intéresse autant, tout ça, hein ? Tu pourrais lui demander toi-même, non ? » finit par déclarer le petit botaniste avec un léger sourire, lorsqu’il eut marre de l’interrogatoire incessante de Paély, comme l’avait présenté son père. Il savait bien que sa réaction serait seulement de rougir furieusement comme s’il l’avait pris la main dans le sac, et se mit à rire lorsque ce fut exactement ce qu’il se produisit.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 25 Juil 2014, 15:35

Bon sang que ça fait chier de se retrouver aussi loin, surtout qu'évidemment, il n'y avait pas la moindre carriole dans le coin pour nous emmener sur place! Bon, Benedikt avait rapidement appelé Pomporo, mais je ne me voyais pas m'envoler dès maintenant avec Phaerör, m'enfin bon, l'avantage du hiéras quand même, c'est qu'il est pas mauvais au sol. Résultat, j'appelais la sale bête pendant que Pomporo faisait des câlins à son botaniste préféré et on se rendait en ville à bonne allure.

Une fois sur place, on attirait plus ou moins l'attention. Même si Benedikt ne payait pas de mine, le voir avec un maneki était d'un seul coup nettement plus impressionnant, et avoir carrément un winghox comme garde du corps, même avec ce qu'il se passe encore à Balaïnes, c'est toujours rassurant. J'approuvais d'un signe de tête aux remarques du chef du convoi si je pouvais l'appeler ainsi, ne jetant même pas un regard à la gamine qui semblait pourtant avoir les hormones en folie pour son âge. Les mineures ne m'intéressent pas.
«Je ne volerai pas en permanence, non. De temps en temps, je descendrai quand même au cas où. Notamment lorsqu'on devra traverser des zones boisées.» - car je n'aurai alors plus aucun moyen de les voir. Et puis on ne sait jamais, il peut arriver parfois que des brigands utilisent des subterfuges pour se camoufler, et que d'en haut, je ne puisse pas les voir. Au final, j'espère que Phaerör à lui seul saura se montrer suffisamment dissuasif pour que personne ne nous approche, mais je ne savais pas à quel point ils pouvaient être entraînés ou non.

Alors qu'on commençait à s'éloigner, je restais d'abord à bonne distance, mais au sol. Benedikt avait grimpé aux côtés de la gamine qui semblait lui poser un millier de questions à mon sujet. Je ralentissais, me disant que de toute manière, il était peu probable qu'on se fasse attaquer juste au niveau de la sortie de Banba, donc je me tournais vers le père pour en apprendre plus
«Qu'est-ce que vous pouvez me dire de ces types? Ils sont grands, petits? Ils s'y prennent comment en général pour attaquer?»
- «C'est chaque fois d'une manière différente, c'est pour ça qu'on n'arrive pas à les éviter ni à leur mettre le grappin dessus! Parfois ils attaquent à dos de zaku, d'autres fois avec des gota pour bouffer carrément le convoi, et il paraît qu'une fois, ils ont attendu au niveau d'un lac qu'on abreuve les chevaux pour leur sauter dessus! Ils étaient restés planqués dans l'eau en respirant avec des roseaux! »


Ok, donc même si ce ne sont peut être que des voyous, ils ont une sacrée imagination. Et de toute évidence, ils se servent de l'argent gagné en pillant les convois pour chaque fois s'équiper davantage pour l'attaque suivante. Louer ou acheter des montures ne se fait pas comme ça, et il doit y avoir au moins un membre qui est le cerveau du groupe pour inventer des plans pareils. Je fronçais alors les sourcils, on allait devoir se montrer prudents car on ne pouvait vraiment pas savoir de quelle manière ils allaient nous tomber dessus cette fois.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 28 Juil 2014, 04:00

Benedikt n’écoutait plus trop les blablatages de la jeune fille à côté de lui lorsqu’il entendit le début de la conversation qui se faisait à l’avant de la carriole où ils étaient. Le petit botaniste se dressa sur un ballot rempli d’étoffes et haussa les sourcils, se retenant de rire par crainte d’être vexant.
« Vraiment, des roseaux pour respirer sous l’eau ? » - Mais bon, ce n’était pas non plus une nouvelle très sympathique d’entendre ça, parce que cela signifiait qu’ils devraient faire particulièrement attention à ces fameux brigands, plus qu’à une bande de brutes sans cervelles. Mine de rien, cela rendit le petit botaniste d’autant plus méfiant, même s'il devait avouer que de toutes manières, ils étaient probablement obligé d’être un peu inventifs. Les plaines qui s’étendaient entre Banba et Aspasie n’offraient guère d’opportunité pour attaquer un convoi par surprise, à part quelques petits passages légèrement boisés, hors c’était toujours la meilleure technique. Prévenus de l’arrivée de pique-assiettes, les commerçants avaient le temps de sortir fourches et autres armes pour défendre leur précieuses marchandises, et ça devenait tout de suite beaucoup plus compliqué.

« Mais vous n’avez jamais vu à quoi ils ressemblaient, personne ne vous a dit quelque chose à propos de ça, dans ceux qui se sont fait attaquer ? » demanda le petit botaniste.
« Ben non, ils font toujours ce qu’il faut pour être relativement incognito. Tu parles, sinon, on les aurait attraper en ville quand ils revendent nos marchandises, ces saletés. »
« Et ils ont l’air d’être nombreux ? »
« Environ cinq ou six, apparemment, enfin, c’est souvent ce que j’entends dire. »
« Mm-mh. »

Benedikt fronça le nez. Il fallait espérer qu’il serait assez à cinq, pardon trois, il renonça à compter l’adolescente et l’associé de son père à l’air un peu trop vieux, pour se défendre contre six personnes. Même s’ils avaient quand même avec eux des alliés de tailles, à savoir un hiéras et un maneki, tous les deux prêt à défendre leurs maitres – du moins, pour Pomporo, Phaerör, lui, se contenterait sans doute d’obéir de mauvaise volonté -.

« Et heu… est-ce qu’ils ont déjà tués ou blessés des gens, en fait…? »
« Tués, non, je crois pas, mais blessés, oui, c’est sûr, même si je sais pas si c’était eux directement, ou dans la panique. C’est pour ça aussi que j’ai demandé à Sayah de l’aide, ça m’amuse pas qu’on nous pique nos tissus, c’est mon pain quotidien, bordel, mais en plus moi je prends ma fille avec moi pour la former à prendre ma suite, et je vais pas prendre de risque avec elle ! »
« Oui, je comprends ça. »
acquiesça le petit botaniste, qui jeta un coup d’œil à Paély.
« Dis, tu ne sais pas du tout te défendre, toi ? » demanda-t-il à celle-ci en s’installant à nouveau à l’arrière de la charrette.
« Je sais donner de bonnes claques ! » répondit-elle en riant, et Benedikt étira un sourire, sorti de son inquiétude légère à l’idée qu’ils se mettent en danger bêtement avec cette mission : « Ah, ça ne va peut-être pas suffire ! »

Il étendit ses jambes dans le vide alors que l’horizon de Banba s’éloignait lentement, remplacée peu à peu par des fermes éloignées, plantées dans la campagne comme une constellation de vieilles longères en pierres.
« Et bien si on se fait attaquer, file immédiatement, c’est le mieux à faire ! Ils veulent la cargaison alors ils ne te feront pas de mal si tu t’éloignes, et ce n’est pas la peine de rester parce que ton père est là-bas, tu ne ferais que lui rendre la tâche plus difficile. »
« Ah, je suis pas stupide, hein, je me doutais de ça…! »
répondit-elle avec fierté.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 28 Juil 2014, 12:05

Bon, au moins, j'avais une vague idée de ce à quoi je devais m'attendre. Les gars étaient tout de même plus intelligents qu'on ne le pensait, et j'avais dans l'idée qu'il devait y avoir le cerveau du groupe et les trouffions à côté. Il fallait donc surtout mettre la main sur le chef de bande, et le reste serait plus simple ensuite.
Pendant que je continuais à rester un peu au sol, j'écoutais la conversation avec Benedikt. Celui-ci s'interrogeait sur leur apparence ou autre, et je supposais qu'ils devaient porter des masques ou couvrir leur visage de foulards pour ne pas être reconnus.

D'autant que s'il le faut, ils ont des morphes dans le groupe, ou des orphes aussi avec des aptitudes animales particulières qui peuvent corser la chose. Aussi je me montrais prudent, souriant parfois lorsque j'entendais le gosse s'entretenir avec la petite qui se sentait prête à filer des claques. Non, ce ne serait pas suffisant.
«Je décolle» - je donnais un coup de talon et hiéras décolla pour que je puisse survoler les environs. Certes, les endroits pour se cacher n'étaient pas nombreux maintenant qu'on avait quitté la ville, et peut être aussi qu'on ne les rencontrerait pas tout de suite. Sauf que je n'avais pas totalement tort concernant les orphes et les morphes. Dans la bande, un orphe caméléon nous suivait, se plaquant au sol avec un mimétisme parfait si bien que même avec Phaerör, je ne pouvais pas le voir.

C'était comme ça que la bande allait savoir qu'un maneki, un hiéras et un winghox allaient protéger le convoi et qu'ils allaient donc établir une stratégie pour nous contrer. Dans un bois plus loin, un orphe aigle nous pistait, bien qu'on était encore trop loin. À vrai dire, cette forêt était normalement une étape pour le convoi afin de se reposer à l'abri, sauf que moi, je ne comptais pas passer par là, c'était l'endroit idéal pour un guet-apens.
«Hey! Vous allez pas dans la bonne direction, faut aller un peu plus vers le Nord!» - me cria le vieil homme, mais je redescendais rapidement pour me mettre à sa hauteur
- «Si on passe par là, on arrivera vers un petit bois pour la tombée de la nuit si mes souvenirs sont bons» - car oui, j'ai souvent fait ce trajet à pieds avant d'avoir la perle de Sayah
- «C'est le but, mon gars»
- «Et l'endroit idéal pour nous tendre un piège. Non, il faut qu'on dorme en plaine dégagée pour que Pomporo et Phaerör puissent monter convenablement la garde et voir venir n'importe qui de n'importe où.»
- Pomporo au sol, et Phaerör apte à décoller n'importe quand. Pas besoin de point d'eau pour la nuit, on s'arrêterait en journée pour remplir régulièrement l'outre des danaïdes pour que les montures et nous ayons assez à boire, mais dormir près d'un point d'eau est également un endroit privilégié pour les attaques. Pas d'arbres, rien pour perturber la vue pour la nuit. C'est plus prudent, et de cette manière, sans que je ne le sache, on perturbait déjà le plan du groupe. Bon point pour nous. D'autant qu'ils attendaient justement la nuit pour nous tomber dessus, et on serait à quelques kilomètres de là lorsqu'ils se rendront compte qu'on n'arrive pas. En revanche, ils risquent d'être plus violents pour nous tomber dessus demain.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 29 Juil 2014, 02:18

Benedikt acquiesça lorsque le marchand se mit à faire la moue.
« Il a raison, vous savez ! Ce serait bête de prendre des risques inutiles… »
« Je sais ! Mais t’auras qu’à chercher de quoi faire un feu ce soir dans l’herbe, tiens, gamin, on va voir si tu t’amuseras toujours autant ! »
- Il n’empêche qu’il conduisit ses chevaux dans la direction que prenait Vrass sans plus discuter. Après tout, le tatoueur était là pour les protéger, alors autant l'écouter. Le petit botaniste regarda le tatoueur remonter dans le ciel avec un peu de déception, il aurait aimer pouvoir parler avec lui pendant le voyage, mais vu la configuration de la situation, c’était complètement impossible. Si bien qu’il se rabattut sur la jeune fille à côté de lui pour le tenir loin de l’ennui, et cela se révéla être une bonne idée, parce qu’elle l’occupa bien pendant les longues heures de voyage qui suivirent jusqu’à la tombée de la nuit.

Paély avait l’avantage d’être enthousiasme à l’idée de pouvoir utiliser le jeu de carte qu’elle possédait, ou plutôt était enthousiaste à l’idée d’avoir un compagnon de route, tout simplement, elle qui s’ennuyait d’habitude toute seule à l’arrière de la charrette. Elle était aussi particulièrement bonne aux jeux de cartes, malheureusement pour le botaniste. Et particulièrement bavarde et curieuse, ce qui n’aurait pas dû l’étonner vu qu’il l’était tout autant sinon plus, mais c’était toujours différent venant d’une autre personne. Benedikt eut le temps d’apprendre tous les ennuis que s’était attiré la jeune fille, et Alrik savait qu’elle avait l’air de s’en attirer souvent.

Lorsqu’ils s’arrêtèrent pour la nuit, le petit botaniste était presque sûr de savoir presque tout de sa vie, et n'était plus vraiment sûr de sa capacité à éviter des questions embarrassantes sur Vrass et ce qui entourait leur mode de vie. Mais flûte, il avait fait de son mieux, et mieux valait se concentrer sur le plaisir de pouvoir se dégourdir les jambes enfin ; il valait pu le faire quelques petites fois, chaque fois qu’ils s’étaient arrêtés pour remplir l’outre des danaïdes, mais à présent, la dernière escale datait d’au moins trois heures.

« Alors, gamin, tu nous cherches du bois pour le feu ? »
Benedikt se retourna vers le marchand. Ah, ce n’était pas une blague alors ? Mais bon, après tout, il fallait bien que quelqu’un le fasse. Il soupira légèrement.
« Je vais prendre Pomporo pour atteindre le bosquet qu’on voit là-bas au loin, ça ne me prendra pas trop longtemps, elle est rapide ! » finit-il par déclarer, avant de se retourner vers Vrass, sachant parfaitement qu’il allait protester. « Je ne risque pas de me faire attaquer, je n’ai aucune marchandise avec moi ! Et ce bosquet est minuscule, impossible qu’ils se cachent entre quatre arbres, on les aurait vu arriver là, non ? »
Le petit botaniste agita sa main devant le tatoueur avant de monter sur son maneki. « Et puis j’ai la bague et Pomporo si j’ai besoin de quoique ce soit ! Je reviens ! »
Il fut assez rapide pour lui de rejoindre le bosquet en question. Ce n’était pas celui où ils auraient dormir normalement, mais plutôt quelques arbres qui trainaient là ; pas vraiment le meilleur moyen de trouver facilement pleins de brindilles, mais c’était mieux de rien et c’était le seul endroit à des kilomètres où il allait pouvoir en trouver.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 30 Juil 2014, 13:05

La première journée s'était déroulée sans encombre. Notre dernier point d'eau remontait à un petit moment, mais on avait suffisamment de provisions d'eau pour que les bêtes puissent tenir jusqu'au suivant. Le plus important était de rester dans un endroit suffisamment dégagé pour que Phaerör et Pomporo puissent voir ou sentir un ennemi approcher n'importe quand et n'importe où.

Je laissais le hiéras s'envoler, il avait besoin de se reposer, mais il n'alla pas bien loin, juste assez pour se tenir à bonne distance de toute autre bestiole, que ce soit Pomporo ou les chevaux, donc de là où j'étais, j'avais encore un œil sur lui.
Je sortais une couverture pour l'étaler sur le sol avant de m'allonger en grimaçant... même s'il a une selle plutôt confortable, ça fait mal aux fesses de se retrouver perché là dessus toute une journée. J'ouvrais juste un œil lorsqu'il fut question que Benedikt aille chercher du bois pour le feu, il attendait mon accord, mais il ne l'aurait pas
«Reviens un peu par ici toi... pas besoin de bois...» - je soupirais en grimaçant encore pour atteindre mon sac avant d'en sortir les pierres volcaniques et les lui donner - «c'est plus efficace en plus.»

Je le laissais donc s'occuper du feu, plus besoin qu'il s'éloigne et il pouvait donc juste laisser Pomporo chasser. Quoi que non, les gens avaient prévu à manger, mais le vieux me regarda d'un air inquiet du coin de l'œil, pas difficile d'imaginer qu'il avait peur que je lui engloutisse toute sa nourriture... de toute façon, moi, ses légumes de Banba, j'en voulais pas! Il avait préparé une sorte de ragoût que son épouse avait soigneusement enfermé dans une jarre qu'on pouvait donc réchauffer aisément sur le feu, si Benedikt serait surement ravi, pas moi.

«Meooow chhhh» - merde, j'avais oublié que je feulais si je voulais parler à Pomporo... tant pis, j'avais surpris tout le monde en lui demandant d'aller me chasser un truc à manger, mais elle fila docilement pour revenir plus tard avec un reste d'antilope, la cuisse m'irait très bien. Je la préparais rapidement pendant que les autres mangeaient leur nourriture de lapin, pour ma part, j'étais un peu trop crevé pour dire quoi que ce soit... à mon avis, je mange et au lit!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 06 Aoû 2014, 00:32

Benedikt releva la tête surpris, prêt à râler sur Pomporo qu’elle grogne ainsi sans raison, mais il s’aperçut bien vite qu’il s’agissait de Vrass et faillit se mettre à rire. Les marchands, eux, regardaient le tatoueur avec des airs un peu confonds, essayant probablement de se convaincre que ce qu’il avait entendu provenait de la maneki.
Quant au repas, le petit botaniste s'en contentait avec plaisir, aussi il laissa le père de Paély lui remplir une gamelle avec plaisir. Vrass allait devoir attendre plus longtemps pour manger, mais Pomporo était revenue plutôt rapidement de sa chasse, si bien qu’il put en profiter pour faire cuire sa viande à la place de leur soupe aux légumes trop claire et légère pour lui.

Pendant que l’obscurité les enveloppait peu à peu, des histoires furent échangées autour du feu, mais Benedikt ne les écoutait qu’à moitié, un peu nerveux à observer les environs, malgré les rondes occasionnellement que faisait parfois Phaerör autour d’eux ; mais même lui commençait à être fatigué lui aussi d’avoir volé toute la journée. Vrass avait eu une très bonne idée, malgré la nuit, la lumière de la lune suffisait pour voir largement si des silhouettes s’approchaient.

Cela réconfortait pas mal le petit botaniste qui commençait à dodeliner de la tête, ensommeillé ; sauf que quelques paroles prononcées autour de lui attirèrent son attention :
« ...je jure, ce type, je le laisse plus s’approcher de ma fille. Tu l’aurais vu ce jour-là…! Il avait le feu aux fesses, c’était ahurissant à voir ! »
Benedikt se redressa avec le froncement de sourcils des gens un peu confus.
« Mais heu. Vous ne l’avez pas aidé ? »
« A quoi, à sauter sur ma fille, non mais tu rigoles, toi ? »
« Quoi ? Il s’est enflammé lui-même sans faire exprès ou il voulait enflammer votre fille ? Pourquoi il voulait la tuer ? »
« Hein ? Mais qu’est-ce que tu chantes, gamin ? »

Les gens autour du feu de camp mirent quelques secondes à comprendre et éclatèrent de rire devant un petit botaniste ahuri qui demandait des explications.
« Il avait le feu au cul, gamin ! Tu connais pas l’expression ? Il voulait attraper ma fille pour lui, quoi ! »
« Oh, heu. Aaaah. Ah, pardon. »

L’associé du marchand se retourna vers Vrass en riant : « Dites, vous allez devoir lui faire toutes son éducation, à celui-là, hein ! »
« J’ai 28 ans, je vous rassure, mon éducation est déjà faite. »
grommela le petit botaniste, un peu vexé, mais le plus ironique dans l’histoire était que Vrass avait bel et bien fait son éducation dans certains domaines.
« Vraiment ? J’ai presque du mal à te croire, tiens, mais si tu le dis ! »

Benedikt fut encore plus vexé et cessa rapidement d'essayer écouter les conversation, se laissant plutôt s'endormir peu à peu dans l'herbe moelleuse des plaines, pleinement rassuré par la présence de leurs bestioles autour d'eux.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 07 Aoû 2014, 09:10

Rien de tel que de la viande grillée pour bien se remplir la panse après une telle journée. Phaerör avait volé un peu pour faire le guet, mais il avait fini par se poser sur un gros rocher un peu plus loin, les ailes recroquevillées autour de lui pour dormir. Pomporo faisait de même tout en restant bien plus près de nous. L'avantage des bêtes, c'est qu'elles ont un bien meilleur instinct que nous et sont aptes à se réveiller dès le moindre danger.

Autant les chevaux ont vraiment besoin d'une menace pour se réveiller, mais des prédateurs tels que le hiéras et la maneki pourront se réveiller dès le moindre bruit, habitués à pister autant les proies que les autres dangers.
La discussion tournait sur un peu tout et n'importe quoi autour du feu pendant que je grignotais mon morceau de viande, jusqu'à ce que Benedikt ne manifeste un peu trop de fatigue à mon goût et je haussais un sourcil en le regardant se perdre dans ses explications
«Laissez, il est juste un peu fatigué et les expressions, ça n'a jamais été son truc. Il est plus dans le concret que la subtilité.» - je pouffais légèrement de rire, mais de façon assez affectueuse avant d'attraper l'outre des danaïdes pour me laver un peu les mains et m'étendre sur le dos. À la manière d'un chat, Benedikt s'était roulé en boule contre moi, et petit à petit, tout le monde commençait à s'endormir.

La gamine était dans la carriole avec son père, mais le deuxième homme dormait par terre dans l'herbe avec nous. La première nuit se passa bien, bien qu'on ignorait que Phaerör avait senti une présence et s'était redressé, plongeant son regard d'or à l'horizon et empêchant l'intrus de s'approcher. Visiblement, les brigands se doutaient que l'attaque serait plus difficile cette fois, sauf que cela ne faisait qu'attiser leur convoitise. Pour qu'une telle protection ait été mise en place, le gain devait être bien plus gros que d'ordinaire!
Le lendemain matin, je fus l'un des premiers réveillés à cause de Pomporo qui ronronnait trop fort à côté de Benedikt. Elle s'était collée à lui pendant la nuit et il m'avait lâché pour se servir du maneki comme peluche! Hey! C'est que je serais presque jaloux là!

Je me redressais en grimaçant légèrement, me massant la nuque mais je voyais Phaerör debout un peu plus loin, il se tenait droit, les ailes légèrement déployées comme s'il s'apprêtait à s'envoler, et il fixait quelque chose... je m'approchais de lui, essayant de ne pas "parler" trop fort alors que je commençais à pousser des cris étranges et un peu strident
* Quelque chose?* - le hiéras ne se tourna même pas vers moi pour me répondre, et il fut bien moins délicat que moi concernant le volume, si bien que je fus obligé de me boucher les oreilles
* Reptile, humain * - même si je pouvais comprendre le hiéras, il ne s'exprimait pas comme vous et moi et il fallait essayer d'interpréter ses "paroles" correctement. Mais visiblement, un orphe reptile devait être à proximité et je prenais une profonde inspiration avant de poser ma main sur l'encolure de ma monture avec un sourire assez mauvais
* Trouve le et ramène le!* - il poussa un cri strident et s'envola avant que je ne revienne au campement.

Tout le monde se levait et un type avait même prévu du café dans une cruche en terre cuite qu'il faisait réchauffer sur les pierres volcaniques
«On est suivi. Je pense qu'il s'agit d'un orphe reptile... j'ai envoyé Phaerör le chercher.» - si l'on peut capturer ces types, ce n'est pas plus mal! Sauf qu'un orphe caméléon, même un hiéras n'est peut être pas apte à le trouver... je ne pouvais pas envoyer Pomporo, c'était peut être une diversion pour envoyer nos bêtes ailleurs et je préférais qu'elle reste avec nous pour protéger Benedikt. Je ne le sentais pas trop cette histoire, à mon avis, ils ont préparé leur coup pendant la nuit après nous avoir observés.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 07 Aoû 2014, 20:40

Benedikt fut réveillé par des cris étranges qui le firent grogner, prêt à râler à nouveau contre l’odieux Phaerör qui ne manquait jamais une occasion d’être désagréable. En revanche, ses illusions se virent rapidement démenties par une première question mentale à propos de la pilosité de Vrass, devenue un peu trop envahissante pour ne pas être suspicieuse. Le petit botaniste frotta sa joue à l’énorme boule de poil qui lui servait d’oreiller, et réalisa qu’il s’agissait de Pomporo en entendant les ronronnements qui vibraient tellement dans son oreille qu’il avait l’impression d’être dans une machine à laver.
Bon, mais où était Vrass, du coup ? Il se retourna, juste le temps de voir que Vrass étaient en train de communiquer à coups de cris stridents avec son hiéras, et lorsque ce dernier fila aussitôt avec un air d’une mission à accomplir, Benedikt se redressa, complètement réveillé et de plus en plus inquiet. Les explications du tatoueur ne le rassurèrent pas d’avantage.

« Tu crois qu’il va le retrouver ? » - Depuis combien de temps y avait quelqu’un qui les suivait ? Le petit botaniste se mordit la lèvre pendant tout le monde autour d’eux fronçait les sourcils autant que lui. Mais mine de rien, la présence du hiéras et le fait qu’il allait s’occuper de ça était assez pour eux, apparemment, parce qu’ils continuèrent leur petit-déjeuner, même si le sujet de discussion tournait maintenant de ça. Ils avaient déjà finis de manger, et Benedikt grignotait un morceau de pain sans enthousiasme quand Phaerör revint environ un quart d’heure plus tard en trainant un orphe qui se débattait pour tenter de se dégager de son bec.

Il avait l’air proprement terrifié, et à raison, parce que la bestiole qui l’avait attrapé aurait pu pratiquement le décapiter d’un coup de bec. Benedikt avait déjà attrapé son arc pour le tendre, prêt à tirer, et n’eut qu’à le pointer à dix centimètres de la gorge de l’homme lorsque Phaerör le lâcha devant eux comme une offrande malfaisante. Il n’était pas vraiment du côté des serpents, apparemment, s’aperçut le petit botaniste, mais plutôt des lézards, si bien qu’il avait un air de famille dérangeant avec Sayah, mais il lui faisait plus penser aux petits geckos qu’on trouvait dans des terrariums aux serres de Bellevue de la Basse-ville. Pas vraiment le genre de choses à faire peur, mais les simples hypothèses de sa présence suffisaient à faire froncer le nez du petit botaniste.

« Qu’est-ce que vous trafiquez ? » demanda-t-il à l’inconnu avec le regard le plus intimidant dont il était capable, et ce n’était pas encore ça, mais l’arme qu’il avait dans les mains semblait au moins décider l’homme à se tenir tranquille. Il jetait des regards un peu partout, probablement pour essayer de déterminer s’il avait une voie possible de secours… Sauf que le petit botaniste s’aperçut bien vite que son regard cherchait autre chose ; il s’en aperçut trop tard, lorsqu’il entendit le cri d’exclamation bref de Paély. Hésitant à se retourner, Benedikt jeta pourtant un coup d’œil derrière lui pour s’apercevoir avec horreur que la jeune fille avait un couteau sous la gorge. Mais où était Pomporo, bon sang ? Hé bien, à ses pieds, en train de grogner sur celui qu’il tenait en joue. En réalité, l’attention de tout le monde avait été tellement attiré sur l’orphe qu’ils n’avaient même pas remarqués l’autre personne qui s’était glissé derrière eux.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 08 Aoû 2014, 14:14

Bien sur que Phaerör allait le retrouver. C'est une saloperie, tu lui demandes d'emmerder quelqu'un ou quelque chose et il va pas se gêner! D'ailleurs, ça n'a pas loupé! En moins d'une heure, le temps qu'on finisse le petit déjeuner, il avait ramené l'individu. Sa couleur de peau était particulière, il faisait penser à Sayah, mais il semblait s'adapter à la couleur autour de lui

«Un caméléon...» - ça craint ça! Et effectivement, tous nos regards étaient désormais pointés vers lui. Benedikt le tenait en joue de son arc et moi je m'étais reculé pour l'observer de loin tout en calmant Phaerör qui semblait frustré que je ne l'ai pas autorisé à le bouffer. J'avais même du enfiler le gant de dresseur pour le calmer mais je pouvais le sentir vibrer sous ma main sous l'effet de la colère.

Sauf que ce n'était peut être pas seulement à l'attention de l'orphe, car un autre individu s'était faufilé jusqu'à nous et avait réussi à mettre un couteau sous la gorge à la gamine pendant qu'on regardait ailleurs! Ingénieux, mais pas tant que ça, ce qui me surprenait un peu
«Tu veux quoi? T'as pas l'impression que t'as un souci là? Tu vas faire comment pour embarquer le contenu du convoi tout en la tenant en joue?» - il afficha un sourire mauvais et je plissais davantage des yeux
- «Les autres vont bientôt arriver pour vous aider à décharger tout ça...»
- «Genre tu crois qu'un hiéras en furie une maneki ultraprotectrice vont vous laisser faire?»
- «Je crois surtout qu'ils n'auront pas le choix si vous ne voulez pas que je la zigouille!»
- «Et si tu la tues, mon hiéras te chope, et tu ne seras plus seulement arrêté pour vols mais pour meurtre et tu vas finir ta vie en prison ou pire dans les arênes d'Ephtéria.»
- il ricana avant de désigner le marchand du menton
- «Allons... je n'ai pas besoin de la tuer! Découper des petits morceaux suffira surement pour que son père nous laisse le convoi non?» - ok, il était plus intelligent qu'il n'y paraissait alors tant pis. Je me tournais vers Benedikt avant de me masser les poignets
- «Garde un œil sur le caméléon quoi qu'il arrive» - ça allait être la première fois que j'allais me servir de cette magie.. je prenais une profonde inspiration alors que le voleur pressait un peu plus sa lame sur la gorge de la gamine. C'était quitte ou double. Je commençais à mettre un genou à terre et sur le coup, il devait croire que je capitulais, mais je finissais par feuler d'une voix forte à l'attention de Pomporo

* Attrape le!!* - et je prenais mon élan pour frapper de toutes mes forces au sol! Phaerör décolla sur le coup de la surprise, mais Pomporo avait agi rapidement et le gars fut secoué par la secousse sismique que je venais de produire pendant qu'une violente douleur grimpait tout le long de mon bras! La maneki avait bondit et la fillette était tombée, ses jambes se dérobant sous elle lors de la secousse et se libérant juste à temps de l'emprise de son ravisseur le temps que le fauve se jette sur lui...

Je grimaçais de douleur avant de lever les yeux au ciel et voir Phaerör totalement furieux voler en cercles autour de nous
* Empêche quiconque d'approcher!* - j'avais évidemment poussé un cri strident, et honnêtement vu sa rage actuelle, je doutais fort que quiconque n'ose essayer de venir. Le père s'était précipité pour aller chercher sa fille alors que Benedikt continuait de tenir le caméléon en joue. Bon maintenant, ce serait bien de les attacher, sauf que moi, j'ai un bras inutilisable maintenant!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 16 Aoû 2014, 22:00

Le petit botaniste n’avait eu que le loisir de suivre la situation avec de grands yeux, et se contenta de s’exécuter lorsque Vrass lui demanda de rester auprès du caméléon. Chose légèrement plus ardue lorsque ce dernier frappa le sol avec force pour envoyer une secousse qui fit vaciller tout le monde ; Benedikt ne put que se féliciter de n’être qu'à moitié surpris vu qu'il avait parfaitement conscience des pouvoirs du tatoueur, et de pouvoir garder son arc pointé contre la poitrine de son otage reptilien.
Sa seule crainte était qu’il en arrive d’autres, mais heureusement, les cercles que Phaerör faisait au-dessus d’eux allaient normalement suffire pour éloigner les autres qui accompagnaient les deux brigands, et la situation concernant ces deux-là étaient réglés ; il ne restait plus qu’à la maintenir ainsi.

« Il faudrait les attacher, vous pourriez faire ça s’il-vous-plait ? » finit par demander Benedikt à l’associé du marchand, étant donné que celui-ci était occupé avec sa fille à moitié traumatisé, et que Vrass, lui semblait avoir un bras de pantin qui ne l’aiderait pas du tout. Benedikt avait bien envie d’aller voir ça rien que pour vérifier qu’il n’avait rien de casser, mais il allait devoir attendre que l’associé ligote solidement son orphe caméléon pour faire le moindre mouvement. Pour l’instant, il s’occupait de l’homme qui avait mis un couteau sous la gorge de Paély, estimant probablement qu’il était le plus dangereux. Il s’agissait de ne pas encore se faire avoir par un coup fourbe de leur part, et après tout, pour l’instant, le caméléon n’avait servi que de diversion.

En revanche, il semblait quand même avoir la langue bien pendue…
« Tu crois vraiment qu’on était que deux à attaquer ce convoi ? Le renfort va arriver et vous allez vous en prendre plein la figure. »
Benedikt, qui ne cessait de jeter des regards rapides vers Vrass avec des sourcils froncés, respira bruyamment par le nez.
« Ben, ils seraient bien bêtes, vu le hiéras qui les attends ! »
« Ah, et tu crois vraiment qu’on est venu simplement à pieds, nous ? … »
« Vous feriez mieux de vous taire, vu votre situation ! »
gronda le petit botaniste qui était soudainement inquiet. Est-ce que c’était lui qui n’arrivait pas à s’apercevoir des mensonges de l’orphe alors qu’ils étaient évident, et est-ce qu’il racontait la vérité ? Ça aurait pu être possible. Il était vrai qu’ils les avaient suivis pendant une journée entière, même si les charrettes n’avançaient pas vite. Et après tout, le reste de la troupe était encore hors de vue.

Le caméléon se mit presque à sourire devant son hésitation et Benedikt eut l’envie de filer une baffe.
« Oh, je ne crois pas trop que tu me tirerais dessus, t’oserais pas… »
« Vous êtes prêt à prendre le risque ? Je vous signale qu’il y a un winghox derrière moi qui se ferait aussi le plaisir de vous faire craquer la nuque. Et moi, ce n’est parce que je n’ai pas l’air que je ne le ferais pas, vous ne me connaissez pas. »

Le petit botaniste soupira presque de soulagement lorsque l’associé du marchand vint jusqu’à eux avec des cordes, coupant court à la conversation.
« Vraaaaass, tu vas bien ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 17 Aoû 2014, 15:53

Je n'aimais pas ça. Voilà que je me retrouve avec un bras en moins. Alors ok, c'était pour sauver la gamine, mais qu'est-ce qui me disait que ça n'allait pas être pire à présent? Ok, on a Phaerôr et Pomporo, malgré tout, ne pas pouvoir me défendre correctement ne me plaisait pas, surtout que l'ermite avait été clair, les potions de Sayah ne pourraient rien pour mon bras, et donc, les onguents ou autres plantes de Benedikt non plus.

Toujours est-il que l'herboriste prenait les choses en main pour le moment, je n'avais peut être qu'un bras valide, mais il ne fallait pas non plus me prendre pour un handicapé! Je suis ambidextre, je peux me servir aussi bien du bras gauche que du bras droit. Je m'approchais donc du type qui avait mis un couteau sous la gorge de la gamine et je l'empoignais par le col
«Je ne sais pas ce que vous manigancez, mais croyez moi, vous auriez tort de me mettre en colère...» - je plantais mes yeux vairons dans les siens et il eut un mouvement de recul, c'est que même si je ne suis pas aussi balèze que les autres, je reste impressionnant! - «je ne sais pas si tu as déjà entendu parler de moi, mais sache que je suis capable de foutre un coup de tête à un bison pour l'assommer. Alors je doute que tes petits copains et toi, même avec des montures, vous soyez de taille à me tenir tête» - sans mauvais jeu de mots.

Pour le moment, on les attachait, mais je réfléchissais à ce qu'on pouvait faire. Les garder avec nous était une garantie qu'ils puissent, tôt ou tard, être à nouveau contre nous, les laisser là signifiait qu'ils pourraient dire à leurs copains nos points forts et nos points faibles, notamment sur le fait que j'ai un bras en vrac - bon, pour douze heures seulement, mais ça peut être long!

Je finissais par avoir une idée en voyant un grand point d'eau au loin!
«On ne va pas vous embarquer avec nous, mais on va emmerder un peu vos copains!» - une fois qu'ils furent solidement attachés, je laissais Benedikt remonter sur le dos de Pomporo et on se mettait en marche jusqu'au lac, de là, j'utilisais mon ronçapont pour qu'il m'emmène au centre du lac, je coupais un morceau des branchages du pont pour que ça ne fasse plus qu'une sorte de petite île a milieu. De là, je sifflais le hiéras pour qu'il attrape d'abord le caméléon, puis l'autre type afin qu'on les largue tous les deux sur cet îlot artificiel. Je jetais du sel sur le pont avant de m'envoler avec Phaerör pendant qu'ils se mettaient à hurler

«Z'en faites pas! Vous aurez à boire et à manger là! Et vos copains vont bien finir par venir vous chercher?» - le but du jeu était surtout de les ralentir. Je revenais vers le convoi en les regardant d'un air grave

«On remplit les outres, on laisse les chevaux boire et on avance! Il faut laisser le plus de distance possible entre eux et nous» - je me tournais vers Benedikt pour voir si ça allait pour lui. Moi je devais tenir les rênes de Phaerör d'une seule main, mais ça allait pour le moment. Allez, en route.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 21 Aoû 2014, 03:44

Le petit botaniste se rapprocha de Vrass lorsqu’il versait du sel sur le pont de ronce qui avait grandi jusqu’au centre du petit lac.

« Moi ça va, mais, toi, j'ai envie de te poser la question… » murmura-t-il, un peu inquiet, en prendre la main du tatoueur entre les siennes. Mais comme il ne pouvait rien faire, même avec ses potions à base de plantes, à part attendre comme Vrass de retrouver sa mobilité, il ne put que le laisser tomber pour remonter sur Pomporo.
Les chevaux venaient de plonger leurs museaux dans l’eau fraîche, aussi ils devraient pouvoir faire encore un peu de route avant de devoir s’arrêter à nouveau. Et s’était aussi bien, parce que le petit botaniste n’était pas du tout rassuré à l’idée de rencontrer le reste de la troupe des brigands.
Pour commencer, la pauvre gamine était à présent traumatisée d’avoir eu un couteau sous la gorge, et Benedikt s’arma de toute sa bonne humeur pour lui redonner le sourire. Il comprenait combien la pauvre adolescence pouvait être perturbé et s’attela patiemment à la rassurer, même si lui-même ne l’était pas complètement. Mais le petit botaniste supposait que c’était un truc d’adulte, de faire croire aux enfants que tout allait bien plutôt que de les effrayer. En l’occurrence, Paély semblait avoir eu son quotas de frayeurs pour la journée et mieux valait ne pas pousser le bouchon trop loin.

Et ils ne s’arrêtèrent de toutes manières, par sécurité, que plusieurs heures plus tard, quand l’heure du déjeuner fut passée depuis bien longtemps. Ils étaient au milieu d’une plaine herbeuse particulièrement plate qui permettait de voir à des kilomètres, et il était difficile d’imaginer qu’on aurait pu les rattraper ici. Benedikt fila auprès de Vrass pour voir si son bras allait mieux, mais douze heures, c’était long, et ils n’y étaient pas du tout.
« Tu arrives à conduire Phaerör avec une main, ça va ? Tu veux que je monte avec toi pour t’aider ? » - Il aurait dû demander avant, mais tout le monde était un peu fixé sur le fait d’avancer et s’éloigner sans chercher plus loin, et le tatoueur n’avait pas forcément montrer signe d’avoir des problèmes.

Mais cela n’allait pas empêcher le petit botaniste de s’inquiéter pour lui en lui posant des questions inutiles.
« Dis, tu crois qu’ils vont envoyer des gens nous rattraper ? Je veux dire, je pense qu’ils ont bien compris le message, mais on ne sait jamais… Enfin, peut-être qu’on peut atteindre Aspasie avant qu’ils ne nous rattrapent même s’ils le veulent ? Ce n’est plus si loin, maintenant. Et normalement, ils ont mis un peu de temps à récupérer les deux que tu as mis au milieu du lac. »
Benedikt rigola très légèrement. « Tu as vu leur tête quand tu leur as dit que tu allais les laisser là ? Ils me faisaient peur mais là, ils étaient vraiment drôle… »

Malgré ça, l’heure n’était pas vraiment à la rigolade dans toute la troupe. Et le petit botaniste avait bien du mal à trouver de quoi remonter leur moral vu l’inquiétude qui planait, chez lui y compris. Ils allaient probablement atteindre Aspasie tard dans la soirée, comme ils étaient particulièrement lent avec la marchandise, et il s’agissait de ne pas se faire avoir juste au porte de la ville, alors qu’ils étaient presque en sécurité.
Si bien que le père de Paély insista pour qu’ils mangent en route, et finalement, ce n’était pas un gros désagrément, étant donné que les cheveux avançait presque tous seuls, par habitude et obéissance. Benedikt gardait son arc en main presque constamment, assis dans la carriole en compagnie de Paély.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 21 Aoû 2014, 11:15

Fallait pas s'en faire, c'était juste un bras en vrac, j'avais connu pire. Et puis, ça ne me faisait pas mal après tout, c'était le principal, juste que je ne le sentais plus du tout et que j'étais donc incapable de le bouger. La douleur, c'est au moment de frapper qu'elle vient, pas après.

Mais pour l'heure, on avait intérêt à mettre le plus de distance possible entre ces bandits et nous. J'avais bien envie de dévier légèrement de notre route, quitte à faire un détour, mais surtout dans l'espoir d'être plus difficile à suivre. Sauf que je me doutais que ces types nous suivraient par nos traces et non par notre itinéraire.
Dans les airs, je réfléchissais à ce que l'autre avait dit. Qu'ils n'avaient pas que la voie terrestre pour nous suivre. Pourtant, Phaerör ne semblait pas avoir l'impression d'être suivi, s'il y avait un autre hiéras dans les environs, il le sentirait car de ce que je sais, ils ne s'aiment pas entre eux - caractère de merde, plus ça va et plus j'aime cette bestiole.

Malheureusement, j'avais beau réfléchir, j'avais du mal à imaginer quel plan tordu ces types pouvaient encore nous réserver, et au bout d'un moment, il fut temps de faire une pause et je redescendais, laissant Phaerör allait chasser pour se nourrir, il avait bien bossé jusque là.
Pendant la pause, Benedikt s'inquiéta enfin de mon bras et je souriais en haussant des épaules
«C'est bon, je dois porter le gant du dresseur par contre, sinon je pense que je n'y arriverais pas, mais ça va.» - c'était juste la pause déjeuner pour le moment, même si l'après-midi était bien entamée. On avait droit cette fois-ci à un peu de viande séchée avec des fruits secs, pas de quoi me remplir la panse, mais je savais que ce soir j'enverrais Pomporo chasser pour combler tout ça.

Concernant la suite, je ne pouvais pas dire, mais une chose était sure, il fallait qu'on reste sur nos gardes
«J'ai du mal à comprendre pourquoi ces types s'acharnent à ce point sur les convois et pourquoi ils y mettent tant de moyens. J'ai pas l'impression que la cargaison soit aussi précieuse que ça...» - le type du convoi semblait vexé, mais de toute évidence, il était quand même un peu d'accord. Ou alors il nous cachait quelque chose. De ce que je savais, on transportait surtout des tissus et des poteries, mais je n'avais pas l'impression que c'était quand même très précieux. Surtout si ça vient de Banba, ils ne sont pas spécialement réputés pour avoir des richesses là bas.

Enfin oui, j'avais un peu l'impression que ce type nous cachait quelque chose qui justifierait que ces types s'en prennent ainsi à ce convoi sans arrêt.
«Reste juste sur tes gardes et fie toi à l'instinct et au flair de Pomporo. Je pense qu'avec Phaerör, ils sont nos meilleurs alliés pour ce voyage.» - on se remettait en route, mais la tension semblait assez présente encore. Malgré tout, on avait réussi à être tranquille pour le reste de la journée, on avait surement gagné du temps en laissant les deux autres dans le lac.

On ne s'arrêtait qu'une fois la nuit tombée histoire d'avancer le plus possible, mais les chevaux étaient épuisés et on avait trouvé un point d'eau, trop petit pour que quiconque puisse se cacher à l'intérieur, et Phaerör s'était posé non loin, apparemment épuisé aussi.
«Il va falloir faire des tours de garde cette fois, on ne peut pas compter que sur nos bestioles, elles sont fatiguées.» - j'avais envoyé rapidement Pomporo chasser, vu que je pouvais voir dans le noir, il était préférable que je me charge principalement de rester éveillé, quitte à dormir dans le convoi pendant le trajet de demain - «je vais essayer de rester éveillé le plus possible pendant que vous vous reposerez.» - on restait autour du feu, mais l'ambiance était plutôt tendue. Je n'aimais pas l'idée que ces gens nous cachent des choses, mais plus je voyais les moyens de cette bande de voleurs, plus je me disais qu'il y avait anguille sous roche. On arriverait à Aspasie demain dans l'après-midi, il fallait espérer qu'on ne se ferait pas trop prendre en embuscade, mais au moins, je recommençais à sentir mon bras, l'effet de la magie se dissipait.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 21 Aoû 2014, 20:15

Lorsqu’ils s’arrêtèrent pour dormir, le petit botaniste fut heureux de pouvoir s’asseoir auprès du feu de camp, car il commençait à faire froid. Vrass voulait faire le premier tour de garde, et c’était aussi bien, pensa Benedikt, parce qu’il tombait de fatigue et qu’il n’aurait pas dit non à faire une partie de sa nuit avant de devoir rester assis dans le noir pour se concentrer sur les bruits qui les entouraient.
« Ben, ce sont des brigands, non ? J’imagine qu’ils n’ont que ça à faire… » murmura-t-il alors qu’il caressa sa maneki. « Mais je ferais attention. Pomporo me prévint toujours, de toutes manières. »

Parce que Paély refusait de dormir toute seule, il proposa de s’installer dans une des carrioles avec elle ; son père lui jeta d’abord un drôle de regard, mais le petit botaniste avait l’air si plein de bonne volonté et d’innocence qu’il ne chercha pas plus loin. Après tout, vu l’explication qu’on avait dû lui fournir le soir d’avant lors d’une de ses histoires, le marchand se considérait plutôt en sécurité. Tout le monde alla donc se coucher au fur et à mesure, sauf Vrass, et Benedikt qui traina un peu plus longtemps que prévu, rien que pour pouvoir câliner un peu le tatoueur pendant que personne n’était en mesure de regarder. Pas moyen de faire quoi que ce soit de sérieux, mais quelques baisers volés, c’était déjà ça, et le petit botaniste se glissa dans l’obscurité totale de la carriole avec des joues rouges satisfaites.

Un peu de sommeil allait être un vrai paradis, et Benedikt, rêvassant, ne fit pas attention lorsque sa bague glissa de son doigt alors qu’il enlevait son sac de ses épaules. Il avait joué avec alors qu’ils étaient tous en train de manger autour du feu, et l’avait mis sur un autre doigt que celui où il le mettait d’habitude, ce qui expliquait pourquoi elle tomba par terre, rebondit sur le sol de la carriole, et roula sur on ne savait quelle pile de tissus. Le petit botaniste jura à voix basse et tâtonna aveuglement autour de lui, mais il y avait tellement de petits recoins que c’était comme essayer de retrouver un feuneton dans un tas de cendres. Il glissa sa main entre deux tas, à travers les différents tissus, et poussa un soupir de soulagement quand il sentit quelque chose dur et rond sous ses doigts. Problème, une seconde plus tard, il s’aperçut que tout ce remuage avait assez déplacé les piles autour de lui pour qu’elles lui tombent dessus, en compagnie de quelques pots en terre cuites peintes qui eurent la bonne idée de tomber en vrac dans les tissus sans se casser.

Le petit botaniste, lui, avait quand même réveillé Paély avec tout ce fracas, et tentait de s’en dépêtrer sans tout casser. La jeune fille avait commencé à paniquer avant qu’il ne la rassure, mais ce fut le bruit de métal qui attira l’oreille du petit botaniste malgré le bordel ambiant.
Il se pencha pour récupérer ce qui venait de tomber sur sa cheville, et fronça les sourcils en s’apercevant qu’il s’agissait d’un bracelet. Était-ce à la jeune fille ? Minute… Benedikt se pencha à nouveau un peu plus sur le bruit de métal qui s’entrechoquait qui continuait chaque fois qu’il bougeait. Le petit botaniste avait fait tomber une imposante boite en bois cachée sous la marchandise, et qui ne semblait que remplie de bijoux.
Benedikt l’attrapa aussitôt pour l’emmener dehors, et à la lumière de la lune, repéra immédiatement l’éclat de l’or.

« Hein ? Paély, c’est quoi, ça ? Depuis quand vous transportez des trucs comme ça ? Il y en a beaucoup, des boites comme ça, remplie de bijoux ? Non mais… je rêve, c’est tout en or et en pierres précieuses ! Tu parles que vous vous faites attaquer régulièrement, ils savent où trouver les bonnes affaires ! »
Le petit botaniste avait élevé la voix malgré les protestations et supplications de la jeune fille pour le faire taire, et les deux marchands arrivèrent bien vite vu le bruit qu’il faisait.
« C’est quoi ce bordel, Paély, tout va bien ? »

Tout à fait vexé, Benedikt se retourna sur son père avec indignation : « Qu’est-ce que vous pensez qu’il se passe au juste ? Autre que le fait que je découvre votre marchandise secrète par erreur ? Vous ne nous avez jamais dit que vous vous baladiez avec des trucs comme ça ! C’est quoi, ce sont des trucs volés ? Parce que sérieusement, moi je ne comprends pas pourquoi des marchands de tissus se baladent avec l’équivalent des tiroirs de tous les nobles d’Ephtéria réunis ! »

« Dis donc, t’as intérêt à te calmer, gamin, parce que ça, c’est pas tes affaires ! Vous êtes sensés protéger notre convoi, pas vous intéresser à ce qu’on transporter ! »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 21 Aoû 2014, 21:09

Je prenais le premier quart, étrangement, je n'étais pas trop fatigué encore, peut être aussi qu'en volant sur le dos de Phaerör toute la journée, j'avais évité de trop me fatiguer, je sais pas. En tout cas, après un bon repas chassé par Pomporo, je restais avec Benedikt le temps que tout le monde s'endorme. Glissant mes doigts dans ses boucles brunes, j'appréciais ce petit moment d'intimité, même si bon, on allait devoir rester sages jusqu'à ce qu'on soit à Aspasie, mais pour sûr qu'une fois sur place, on allait passer une nuit à l'auberge digne de ce nom.

Vu que je pouvais voir dans le noir, j'arpentais les alentours du convoi, faisant des cercles de plus en plus large, posant ma main au sol parfois pour vérifier qu'il n'y avait pas de vibrations ou autres. Avec cette magie de terre, j'étais quand même un peu plus sensible à ce genre de choses, même si je n'étais pas sur de la fiabilité du truc. En tout cas, ça semblait calme pendant quelques minutes. Cela ne faisait même pas une demi-heure que Benedikt était dans le convoi avec la gamine - même si je n'aimais pas ça, je n'étais pas trop inquiet - jusqu'à ce que j'entende un boucan pas possible et que je soupire d'exaspération «j'espère qu'il n'a rien cassé!» - manquerait plus qu'ils nous demandent de rembourser tiens.

Je m'approchais donc alors que tout le monde se réveillait, Benedikt avait trouvé une boîte contenant des bijoux visiblement précieux et je ramenais ma main sur mon front avec dépit alors que le marchand commençait à s'énerver.
«On se calme... Benedikt, il a raison, cela ne nous regarde pas.» - je me tournais alors vers le marchand, prenant la boîte des mains du botaniste pour les lui rendre avec un regard noir - «quant à vous, appelez le encore gamin une seule fois et je planque ces bijoux là où seul un boucher pourra venir les chercher chez vous!» - il ravala sa salive avant de prendre la boîte d'un air inquiet, probablement savait-il que j'en étais capable oui!

«J'en ai rien à foutre que ce soit légal ou non votre truc, vous auriez du nous dire que vous transportiez de la marchandise précieuse, même sans rentrer dans les détails. Ça nous permet de savoir à quoi nous attendre concernant ces types à nos trousses! Je comprends mieux qu'ils y mettent tant de moyens maintenant.» - je soupirais avant de ramener ma main sur la nuque du botaniste pour le calmer un peu.

«Allez vous coucher. Avec tout ce boucan, vous risquez de les attirer vers nous.» - le marchand nous lançait quand même un regard mauvais avant de tourner les talons et retourner dans le chariot. Je me tournais alors vers Benedikt avant de prendre son visage dans mes mains et l'embrasser doucement

«Essaie de dormir. Il fallait s'y attendre, des bandits n'attaquent pas un convoi qui transporte que des pots en terre et du tissu. Maintenant au moins, on sait clairement ce qu'on doit défendre. Reste sur tes gardes...» - je demandais à Pomporo de dormir sous le convoi, Phaerör était assez loin, de l'autre côté du point d'eau, et moi je continuais de faire des rondes. De temps en temps, je continuais de me baisser pour poser une main au sol, jusqu'à froncer les sourcils. Mon bras avait récupéré toute sa mobilité, mais je sentais quelque chose de bizarre. Le sol vibrait oui, mais pas comme si c'était un troupeau qui avançait ou autre, ça semblait venir de dessous...

Je revenais rapidement vers le convoi, Pomporo avait les yeux grands ouverts, elle aussi le ressentait, ça s'approchait.. quelque chose allait venir d'en dessous! Je prenais mon épée en faisant le moins de bruit possible, la maneki sortit doucement de sous le convoi mais se mettait à gronder, je la faisais taire! Je ne sais pas ce qui va sortir de là dessous, mais je sens que ça ne va pas me plaire, et eux ne vont pas apprécier ce qu'ils vont trouver...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 21 Aoû 2014, 22:44

Benedikt se mordit la lèvre et soupira, les gestes du tatoueur apaisant mais amenant du remord.
« Oui, je… Je crois que je n’aurais pas dû m’énerver comme ça… Je suis sur les nerfs je crois. Ils nous demandent de les protéger mais ils cachent des trucs comme ça… »
Le petit botaniste souffla bruyamment, mais il n’avait plus grand-chose d’autre à faire que de se coucher, comme le suggérait Vrass : « Oui, je vais aller dormir encore un peu si je peux. Je garde mon arc à côté de moi, ne t’inquiète pas. Au pire, c’est plutôt à toi qu’ils s’attaqueront en premier, ce serait plutôt moi qui devrait te demander d’être prudent. »

Il laissa Vrass après un dernier baiser, malgré sa nervosité, pour retourner dans la carriole. Lui et Paély eurent une conversation animée mais composé seulement de chuchotements, la jeune fille forcément vexée et prenant le parti de son père. Pas vraiment une dispute, parce que le botaniste se sentait maintenant à moitié coupable et se laissait à moitié mener par le bout du nez - il fallait qu'il était aussi assez fatigué et voulait juste dormir, quitte à donner raison à la jeune fille -. Ils finirent pourtant par se ré-endormir, même si le petit botaniste, de son côté, eut bien du mal à laisser se faire emporter par les bras de Morphée, trop nerveux. Nul doute qu’il y aurait des cauchemars dans l’air, mais peut-être qu’il n’aurait pas le temps d’en faire.

Pendant ce temps-là, Vrass, lui, continuait de monter la garde et s’était mis plus tard à s’inquiéter de ce qui se passait sous terre pendant l’une de ses rondes. La maneki qui l’accompagnait était presque autant fatigué que son maître, mais pas assez pour ne pas s’en apercevoir, et suivit aussitôt le tatoueur vers le convoi.
Les vibrations qui s’approchaient de dessus le convoi devinrent de plus en plus repérables, et Pomporo se mit à renifler avec force à défaut de pouvoir grogner, puisque Vrass le lui avait interdit. En revanche, il ne lui avait rien dit d’autre, si bien qu’elle n’eut aucun problème à se jeter sur la première chose qui sortit de la terre en détalant ; un Jackalope terrorisé qui ne fit pas deux mètres avant de finir dans la gueule de la maneki.

La suite du cortège ? Une hache qui s’attaqua au bois de la carriole jusqu’au-dessus d’eux, ou dormaient encore Paély et le petit botaniste, bien que les bruits puis la lame traversant le plancher sur lequel ils étaient allongé les réveilla bel et bien immédiatement. Un concert de hurlements retentit aussitôt de l’intérieur du convoi. Benedikt eut juste le temps de reprendre ses esprits pour prendre son arc juste à côté de lui, même lorsqu’il dormait, et le brandir devant la personne qui était en train de se frayer un chemin parmi les débris de bois, mais ses mains tremblaient encore de la surprise et la panique d’avoir été réveillé de cette manière.
« Vr-Vrass ?! » appela-t-il, tentant de couvrir les cris de Paély qui continuaient encore, mais ce n'était pas comme si le petit botaniste avait le temps de la calmer. Surtout qu'au final, elle n'avait peut-être pas tort de hurler, vu ce qui sortait d'en dessus...

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 22 Aoû 2014, 10:45

Une main posée sur le dos de Pomporo, j'essayais de la calmer bien que je ne pouvais pas savoir ce qu'elle sentait: un ennemi? une proie? Elle m'éjecta lorsqu'elle bondit sur la première chose qui jaillit du terrier, un jackalope? Je me retrouvais sur les fesses avant de voir un éclat brillant et un bruit de bois qui se coupe avec force! une hache?

«Bande d'enfoirés!» - j'avais récupéré mon épée et le cri strident de Phaerör, visiblement en colère d'être ainsi dérangé par des cris ou autres se fit entendre et il s'envola pour survoler la zone... d'un geste vif, ma main était passée sous le convoi et mon épée se planta dans le bras qui maintenait la hache avant qu'un cri de douleur ne me vrille les horaires, je me mis alors à feuler de rage à l'attention de la maneki

* Pomporo, recule!!* - ils étaient armés, hors de question qu'elle soit blessée, surtout que sous le convoi, elle n'a pas beaucoup de marge de manœuvre, aussi je contournais vite le convoi en shootant dans les cales derrière les roues pour m'approcher des chevaux et les faire avancer afin que le chariot ne soit plus au-dessus du trou, libérant ainsi la voie avant de laisser les bêtes aux commandes du marchand qui était désormais bien réveillé

«Restez dans le coin! On ne sait pas si un autre groupe n'est pas ailleurs en embuscade!» - l'homme approuva, allumant une torche avec des feunetons avant de regarder ce qu'il se passait... cette fois, ils étaient mieux préparés, au moins six personnes, sauf que maintenant que le convoi était plus loin, ils étaient vulnérables à la sortie du tunnel mais essayait déjà de s'enfuir par le tunnel qu'ils avaient creusé

«Vous n'allez pas vous en tirer comme ça!!» - je me dirigeais rapidement vers l'arbre où les chevaux étaient attachés, il y avait pleins de feuilles mortes à terre et je les ramassais pour les écraser en boule, les mettre au bord du trou et y mettre le feu - moi j'ai un briquet mais chut - et je les jetais ensuite à l'intérieur, pas forcément pour les faire brûler vif, mais surtout pour les enfumer! Je levais les yeux au ciel en cherchant Phaerör qui semblait s'être éloigné, où était-il allé cette andouille?

* PHAERÖR!!» - c'est alors que l'orphe caméléon de la veille jaillit hors du trou, probablement supportait-il mieux les odeurs que les autres à cause de son côté reptile et il se retrouva collé sur moi avant de tirer sa langue énorme et l'enrouler autour de mon cou pour m'étrangler

«Argh! Sale bête! Désolé t'es pas mon type!» - je sentais qu'il se resserrait, mais on étrangle pas un winghox comme on étrangle un lapin! Et puis il avait beau me tenir les poignets, on ne pouvait pas dire que sa force rivalisait avec la mienne! Je n'avais qu'à tendre les bras vers le haut et ça le faisait basculer totalement sur moi, front en avant, je lui collais un coup de tête magistral qui lui fit voir trente-six chandelles avant qu'il ne s'écroule sur le côté, je me libérais de sa langue avant de sentir un morceau de bois me fracasser le dos!

«Aïe!!!» - je me retournais alors pour voir un type qui avait en fait une sorte de massue dans les mains, heureusement pas en métal, c'était plutôt ce qui devait être un pied de table à l'origine, mais ça faisait mal bordel! Je me massais l'épaule alors qu'il me regardait avec des yeux ronds

«Bordel, mais t'es fait en quoi toi?»
- «En carcasse de dragon connard!»
- je lui prenais son pied de table des mains avant de le lui coller dans la tronche, et encore un de moins, plus que quatre! Mais pendant que j'avais le dos tourné, ils étaient tous sortis du trou et avaient des armes un poil plus dangereuses qu'un simple bout de bois!

«Benedikt!!» - là, ça commence à chauffer... et où est Phaerör bordel?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 23 Aoû 2014, 03:26

Le tatoueur avait réussi à faire sortir toute la bande de brigands qui les attaquaient, et aussi à se dépêtrer de la langue d’un caméléon aux mauvaises intentions, mais le petit botaniste, lui, était bien trop occupé avec quelqu’un d’autre pour répondre à son appel, malheureusement.
Le convoi étant tout ce qu’ils convoitaient, Benedikt et Paély s’était retrouvés comme deux fourmis attaquées de toutes parts par une bande de termites. Surtout que la jeune fille n’aidait pas vraiment, paniqué qu’elle était. Bien sûr, il pouvait difficilement lui vouloir, elle était jeune et terrifiée, mais pour le coup, garder un œil sur elle pour que personne ne l’attrape aussi rendait la tâche d’autant plus difficile.

Difficile aussi de lui dire de s’éloigner du convoi alors qu’il n’était pas sûr que personne ne puisse pas l’attraper pour s’en servir comme monnaie d’échange, comme la dernière fois. Heureusement, Vrass s’était occupé de deux d’entre eux, et le père de la jeune fille accompagné de son associé avait essayé de les rejoindre ; ce qui faisait que deux autres étaient un poil plus loin en train de s’occuper d’eux. Le petit botaniste espérait seulement qu’ils ne se feraient pas blessés ou pire, mais pour l’instant, cela l’arrangeait parce qu’il n’y avait plus que deux personnes qui cherchaient présentement à s’attaquer à la carriole.
En revanche, un arc les impressionnait peu... L’un d'eux qui venait de sortir un couteau se mit à ricaner.
« Dis donc, gamin, tu ferais mieux de ranger ça et de sortir juste tranquillement avec elle où tu vas finir par te blesser. »

Benedikt lui jeta un regard noir, mais n’eut même pas le temps de répliquer que l’un d’eux avait attrapé le poignet de Paély pour la tirer vers lui. A la place, ce fut le botaniste qui lui tira dessus, de si près qui lui était facile d’atteindre son bras sans imaginer le manquer. La flèche traversa la chair de part et d’autres de l’homme qui se mit bien sûr à hurler, parce que ce n’était pas très agréable d’avoir le bras transpercé. L’autre, pourtant, ne se découragea pas pour autant et en profita pour se jeter sur le petit botaniste qui lâcha son arme en tombant.

La jeune fille, elle, avait récupéré une poterie pour frapper l’homme qui avait essayé de l’attraper, et elle s’avérait être plutôt bonne pour donner des coups, maintenant ressaisie. Benedikt aurait aimé pouvoir en dire autant, parce qu’il était en train de se faire réduire en miette, écrasé par un orphe chien qui lui rappelait du coup, ironiquement, la douce et adorable Iza. Le petit botaniste était en train d’essayer de respirer entre deux coups de poing dans le ventre quand Vrass l’appela, si bien que même s’il entendit vaguement l’appel, il n’eut pas vraiment les moyens d’y répondre ; une seconde plus tard, c’était pourtant un autre genre de cri qui atteignait ses oreilles.

Phaerör avait fondu sur le type au-dessus de lui, les envoyant tous les deux balader, et s’attaquait à l’orphe avec une sauvagerie qui faisait que Benedikt était même heureux d’être à moitié dans les vapes juste pour ne pas avoir à voir ça avec toute sa tête. Le problème, c’était qu’il avait à la retrouver bien vite s’il voulait aider la pauvre Paély et les autres. Même s’il ne s’inquiétait pas trop de la capacité de Vrass à se défendre, il voulait savoir s’il allait bien, et les autres marchands aussi.
C’était vite dit, parce que deux secondes plus tard, la carriole entière s’effondrait à moitié ; après avoir été déjà attaqué par le plancher, Phaerör n’avait rien arrangé. Le petit botaniste, Paély et les brigands qui les attaquaient se retrouvèrent sous une couche de débris.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 24 Aoû 2014, 10:02

Bordel, ça devient vraiment n'importe quoi! J'en avais occupé deux, mais ils étaient encore nombreux, et il y en avait qui avaient réussi à se faufiler dans le convoi! Je ne savais même pas où était Pomporo dans ce bordel, elle s'occupait en réalité d'un orphe lion qui était particulièrement redoutable! Le genre mastodonte que même moi j'aurais eu du mal à maîtriser... oui, ils étaient bien préparés!

Et bordel, où est Phaerör? je finissais par me dépêtrer des deux autres, utilisant même la langue du caméléon comme une corde pour ligoter l'autre - ça lui apprendra - avant de me précipiter vers le convoi au moment où je fus projeté en arrière par l'arrivée un peu trop fracassante du hiéras! Ce n'était pas son genre d'atterrir comme ça, on aurait dit qu'il s'était vautré?

*Phaerör! Doucement! Y'a Benedikt dedans!!!* - que je hurlais dans un cri strident et particulièrement désagréable, mais je ne comprenais pas ce qu'il se passait, le hiéraas semblait vraiment fou furieux et je finissais par courir vers la zone du bordel avant de m'infiltrer dans ce qui restait du convoi, j'attrapais le premier poignet qui dépassait, c'était la gamine et je la tirais en arrière avant de me précipiter à l'intérieur et attraper Phaerör à la gorge alors qu'il s'apprêtait à mettre en pièce un orphe chien

*Ça suffit j'ai dit!!! Re..* cule... je regardais alors son aile, trois flèches la transperçaient! J'écarquillais les yeux, voilà pourquoi il est hors de contrôle et voilà pourquoi il n'était pas là! On l'a attaqué avant! Donc.. il y en a d'autres plus loin! Merde! Je finissais malgré tout par le faire dégager de là, l'orphe chien en avait sérieusement pris pour son grade mais au moins, le convoi pourrait tenir. Je jetais l'autre gars dehors avant d'aider aussi Benedikt à sortir. Pomporo s'était débarrassée de l'orphe lion, mais elle avait été sérieusement mordue à l'épaule et boîtait

«Bordel, ils sont vraiment bien préparés!» - mais il n'en restait plus qu'un et celui-ci fut mis KO par le marchand et son frère. Je regardais le désastre, les chevaux étaient dans un état de terreur tel que ce n'était même pas la peine de penser à repartir maintenant, aussi je montais dans le convoi pour prendre tout ce qui ressemblait de près ou de loin à des cordes. Cette fois, hors de question de les laisser partir, on les emmène avec nous à Aspasie, ils traîneront derrière nous accrochés à la carriole! Mais pour le moment, je les ligotais à un arbre avant d'essayer encore de calmer Phaerör qui continuait de pousser des cris stridents face à la douleur. Il n'allait probablement plus pouvoir voler avec moi sur son dos pendant quelques jours

* calme toi... je vais retirer ces flèches * - puis je me tournais vers Benedikt - «Occupe toi de Pomporo. Ceux qui ont blessé Phaerör sont surement encore dans le coin. Soit ils ont compris que ça ne servait à rien d'insister maintenant qu'on a chopé leurs copains, soit au contraire ils vont profiter qu'on soit blessés pour nous attaquer encore» - mais vu la tête des types qu'on avait capturés, j'avais bon espoir qu'il n'en restait plus assez pour nous prendre encore par surprise. Mine de rien, je regardais leur bande. Un orphe chien pour nous pister, un caméléon pour nous suivre sans être vu, un lion pour la force... si mes souvenirs sont bons, ils doivent avoir un amphibien avec eux, et il n'est pas là, donc il va falloir qu'on se méfie des points d'eau.

Mais pour le moment, je m'occupais de Phaerör, je remettais mon gant du dresseur, pas le choix pour qu'il se tienne tranquille.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Suivante

Retourner vers Banba et ses champs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron