Affaires de famille

Imprenable cité ceinte de hauts remparts, Ephtéria est la capitale des peuples du nord. Elle abrite le château du Roi, sa cour, son armée, mais aussi son arène dont les sous-sols sont creusés des geôles tant redoutées.

Image

Affaires de famille

Messagepar Ceithli » 23 Fév 2012, 13:34

Précédemment: Complaisance prudente
==================================
Une semaine. Cela faisait une semaine que la féline n'avait pas vu Archélas. Elle avait passé ce temps à se reposer, restant principalement allongée sauf pour aider sa mère dans les tâches ménagères, refusant catégoriquement de se laisser déjà aller à ne rien faire alors que sa grossesse n'était même pas visible. Autant, lorsque son ventre l'empêcherait de se déplacer, elle pourrait éventuellement prendre d'avantage de précautions, mais à ce stade, elle n'en voyait pas l'intérêt, allant même jusqu'à faire les courses ou aider à la tenue du potager. D'autant que ce serait le genre de choses qu'elle serait amenée à faire une fois qu'elle serait mariée et qu'ils auraient leur maison.

Elle avait notamment beaucoup appris de sa part concernant le potager, certes, Sofiaa n'était pas une agricultrice accomplie, après tout, elle restait un félin et donc principalement un carnivore, n'ayant donc pas de prédispositions naturelles à l'entretien des plantes, fruits et légumes, mais au moins lui donna t'elle quelques conseils pour améliorer un peu le quotidien. Car même si elle était morphe, elle restait humaine en partie et devait donc manger de tout, encore plus lorsque l'on est enceinte.

Finalement, on ne pouvait pas vraiment dire que Ceithli s'était reposée, mais ne souffrant d'aucun stress en étant chez elle, ses muscles et sa santé avaient retrouvé toute leur vigueur et elle était donc malgré tout en pleine forme. De toute manière, si elle était restée à ne rien faire, elle en aurait surement déprimé et les conséquences auraient surement été pires. Elle se couchait tôt, prenait ainsi une bonne nuit de sommeil et finalement, son corps tout entier avait pris le repos désiré. Jhérer s'était montré très attentionné à son égard, voulant profiter de ce qu'il appelait les derniers instants avec sa sœur en faisant de son mieux pour ne pas dire à haute voix ce qu'elle risquait de vivre à se marier à un soldat. Les absences, la solitude et son caractère exécrable avaient tendance à revenir régulièrement sur le tapis, avec une concordance presque troublante avec les remarques sur le fait que lui serait toujours présent pour elle.

Ils allaient passer à table lorsque le flabo était arrivé, Jhérer l'avait senti depuis un moment déjà et s'était donc levé pour regarder par la fenêtre, profitant par la même occasion pour ne pas aider à mettre le couvert alors qu'il avait encore le pichet d'eau à la main. Ceithli s'en souvenait encore alors qu'elle s'était dirigée à toute vitesse vers la porte pour aller à sa rencontre, dans la mesure où son instinct animal était désormais le moins développé de la famille depuis le temps qu'elle ne s'était pas transformée. Elle avait récupéré la lettre, se rendant compte avec un sourire qu'Archélas n'offrait pas de billet pour son frère, ce qui était un peu logique en soit après leur «aventure»! En tout cas, elle était rapidement rentrée, soulagée d'avoir bien reçu les billets et s'était empressée de les montrer à sa mère qui fut tout aussi contente pour elle. Une fois à table, ils avaient, comme à leur habitude, parlé des derniers potins de la ville, le sujet principal étant les recherches toujours en cours du corps qui appartenait à la tête que la teigne avait avalée. Les habitants creusaient un peu partout dans le but d'exhumer ce corps qui risquait de pourrir quelque part et surtout prendre le risque que d'autres teignes rappliquent avec l'envie de finir de dévorer les restes. En effet, le problème était que cette teigne était apparue peu après que le troupeau ait attaqué la ville, et les habitants avaient forcément fait un lien qui n'avait pas lieu d'être. Ceithli avait tenté tant bien que mal d'expliquer que la teigne qui avait ingurgité cette tête, venait du puits à souhait et donc que c'était une Infinitude qui l'avait envoyée, qu'elle venait en réalité de bien plus loin que Banba, mais la crainte était encore présente dans les esprits, même si nul corps ne fut finalement retrouvé.

Assise confortablement, la tête reposant contre la vitre, sa main dans celles de sa mère, la féline regardait le paysage défiler régulièrement. Un soupir s'échappa de ses lèvres alors qu'elle avait cette pression dans la poitrine. Elle y était. Elle allait bientôt rencontrer les parents d'Archélas.


«Ne t'inquiète pas, ma chérie. Tu verras, ils vont t'aimer! On va te trouver une très belle robe, tu seras magnifique.» se tournant vers Sofiaa, Ceithli eut du mal à sourire sincèrement, paraissant toujours inquiète
«Et si cela ne suffit pas?»
- «Je pense qu'Archélas sait ce qu'il fait. Si vraiment ils ne t'aiment pas, je pense quand même qu'ils pourront te tolérer. Tu n'es peut être pas riche à million avec une dot importante, mais tout de même, tu n'es pas une pauvre paysanne non plus, tu sais te tenir, tu es belle, tu as appris à savoir tenir une maison, c'est généralement ce qui importe dans ce genre de famille. N'hésite pas à proposer ton aide si c'est la mère d'Archélas qui fait le service! S'ils ont des serviteurs en revanche, ne t'occupe de rien en restant juste polie. Il faut te mettre un tout petit peu en dessous de la Maîtresse de maison...»


Écoutant attentivement les conseils de sa mère, elle entendit le sifflement caractéristique de l'arrivée. Le cœur de Ceithli battait fort dans sa poitrine, et la boule dans sa gorge ne semblait pas vouloir s'en déloger

«Est-ce qu'Archélas vient nous chercher à la gare?»
- «Je ne pense pas. Il nous retrouvera probablement à l'auberge.»
- «Très bien. Nous y déposerons déjà nos affaires. Tu te reposeras un peu, nous mangerons et cet après-midi nous irons t'acheter une robe. J'ai la dot de ton père pour la remettre au père d'Archélas lorsqu'il annoncera ta main. Il faudra malgré tout que tu lui en parles pour savoir si sa famille est portée sur ce genre de tradition, j'ai cru comprendre que cela dépendait des gens...»
- «Je n'en avais jamais entendu parler avant que père ne le mentionne.»
- «À Banba, ça ne se fait pas. Mais je suppose que dans les grandes villes comme Ephtéria, il faut montrer que la famille de la mariée les soutiendra financièrement. Enfin je crois que c'est quelque chose comme ça.»


Un simple hochement de tête pour conclure et elles rassemblèrent leurs affaires pour descendre du train. Elles n'avaient pas pris grand chose dans la mesure où elles avaient prévu de tout acheter sur place, et qu'elles ne resteraient que quelques jours tout au plus. Se dirigeant d'un pas rapide vers l'auberge, elles prirent une chambre et montèrent à l'étage pour s'installer et se reposer. Le premier geste de Sofiaa fut de poser le registre sur la commode, elle n'avait pas eu le moindre problème à se laisser convaincre de le prendre, en revanche, si Archélas devait le consulter, il devrait le faire dans cette chambre, elle ne s'en séparerait pas. Ceithli alla d'abord s'assoir sur le lit et sa mère lui sourit doucement

«je vais te préparer une toute petite tasse de cimaille pour te détendre un peu. Allonge toi pour le moment, je vais également demander à ce que l'on nous monte quelque chose à manger. Autant rester ici, on sera mieux.»

La féline hocha simplement de la tête et bascula en arrière, les bras en croix, allongée sur le dos à fixer le plafond. Elle avait envoyé un message à Archélas pour lui signifier qu'elles arriveraient aujourd'hui, mais elle ne savait pas si les flabos étaient vraiment fiables et s'il l'avait bien reçu. Ignorant totalement les risques qu'elle prenait à être en ville, elle ferma un peu les yeux. L'angoisse et l'incertitude l'envahissaient un peu, mais son corps était tout de même bien reposé, tout irait bien... n'est-ce pas?

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Affaires de famille

Messagepar Archélas Ages » 29 Fév 2012, 02:18

Après avoir essuyé un temps exécrable depuis les terres agricoles de Banba, froid, pluvieux, mordant comme si Nideyle lui faisait payer jusqu'au jour même de sa naissance ; après une audience avec son Souverain qui lui avait coûté son grade de capitaine et lui avait fait prendre conscience des dangers que courait sa compagne par sa faute ; après de longues heures à brasser, trier et étaler ses souvenirs de cette mission à la recherche de détails pour un chef des armées qui n'avait cessé de pinailler, décidément curieux de tout ; Archélas avait quitté la capitale et prit la direction du cocon familial, la mort dans l'âme.

Il y avait été accueillit par sa mère, Euthalie. Inquiète comme chaque fois qu'il revenait, elle lui reprocha d'avoir maigri et d'afficher cet air soucieux. Le rituel était le même, et le soldat s'était résigné à laisser les angoisses de sa mère glisser sur lui jusqu'à ce qu'elle abdique face à son impassibilité. Elle s'affola donc de savoir son fils sur les routes par tous temps – particulièrement lorsqu'il faisait aussi maussade que ces derniers jours – puis le mit en garde contre les dangers qui le guettaient dehors et s'affaira finalement à lui préparer des pâtisseries. Son père, quant à lui, était en déplacement à Aspasie. Le lieutenant était donc resté seul un long moment, les yeux rivés sur les flammes dansantes de cette fameuse cheminée, épuisé, frigorifié et surtout rongé par l'inquiétude et les remords. Les sourcils froncés, il réfléchissait sur la manière la plus rapide et la plus efficace de mettre Ceithli à l'abri de Livian.

À aucun moment il n'avait songé qu'elle puisse susciter l'intérêt de quiconque, et surtout pas celui de son Souverain ! Une fois débarrassé de Chaemil et de ses hommes, Archélas avait cru s'être débarrassé du problème, s'être affranchi de toute explication quant à la présence d'une civile à ses côtés. Qui savait ? Personne... mis à part tout l'équipage d'un navire ! Comment avait-il pu être aussi stupide et se leurrer à ce point sur la loyauté de ce capitaine Le Docte ? Il avait fermé les yeux pour retenir une colère sourde qui lui faisait monter les larmes aux yeux. Mais à quelle loyauté faisait-il allusion ? Il ne connaissait pas Le Docte. Il n'avait fait que partager son navire, partager une semaine de sa vie, partagé son exaspération vis à vis du lieutenant-colonel. En quoi cela faisait-il d'eux des amis loyaux l'un envers l'autre ? Lui avait-il seulement demandé de se montrer discret une seule fois ? Non. Avait-il cherché à dissimuler l'identité de Ceithli ? Non. Avait-il fait profil bas, s'était-il fait oublier ? Non et non. Sa faute. Encore. Toujours.

Et aujourd'hui, le danger se profilant comme seul horizon.

Il avait malgré tout fait parvenir leurs billets à Ceithli et à sa mère comme cela avait été prévu de longue date. Avait-il bien fait ? Il ne savait plus. Il avait simplement été incapable de se résoudre à annuler, et encore moins à s'expliquer par écrit. D'abord parce qu'il n'aimait pas écrire... et ensuite car il craignait que son courrier soit intercepté. Se déplacer ? Courir jusqu'à Banba dans l'affolement ? Il pouvait être suivit, et dans ce cas il aurait mené son ennemi directement au nid. Sa compagne avait besoin de repos, et lui ne lui causait que des soucis... et pas des moindres !

Alors il avait repris la route dès le lendemain aux aurores afin de rejoindre Balaïne, ignorant tout à fait que son Roi l'avait devancé et avait demandé à ce que Le Docte et son équipage se présentent à lui. Le temps ne s'était pas amélioré, ce qui fit qu'Archélas ne fit que peu de haltes et gagna la ville portuaire assez rapidement. L'ambiance n'était pas la même que lors de leur départ et fut témoin du mouvement inquiétant des mâts alors qu'une mer agitée s'engouffrait entre les digues et soulevait les vaisseaux, malmenait les amarres, inondait la jetée. Le vent qu'aucun obstacle en mer n'arrêtait, déferlait en portant avec lui l'écume du large, giflait la ville sans retenue, la recouvrait d'une atmosphère poisseuse, salée, glaciale que le soldat dut braver à la recherche de Le Docte. À plusieurs reprises, Archélas se fit envoyer sur les roses par des marins peu enthousiastes à l'idée de « dénoncer » l'un des leurs, comme si le seul fait de révéler où se trouvait Le Docte constituait un acte de autre trahison à lui tout seul. Mais à force de persévérance, le soldat fini par tomber sur l'un des hommes d'équipage du capitaine qui le conduisit à ses côté. Le Docte somnolait, attablé un peu à l'écart dans une taverne fréquentée par davantage de pirates que de marins.

« Tiens donc... Fit Le Docte en ouvrant à peine un œil. Je ne pensais pas vous revoir avant un moment, capitaine Ages. En fait, je ne pensais pas vous revoir du tout... »

Hyacinthe fit un signe à l'attention de quelques hommes assis plus loin, et qui regardaient Archélas d'un mauvais œil. Ils tournèrent aussitôt la tête comme s'ils étaient rassurés et reprirent leur partie de carte, ponctuant chaque tour d'exclamations paillardes. Des gardes du corps, en quelque sorte. Peut-être que le soldat devrait en engager pour protéger sa compagne ?

« Asseyez-vous, Ages. »

Archélas s'exécuta, retirant sa pèlerine d'Axo qui séchait à une allure ahurissante alors que lui-même était parfaitement sec, quoi que frigorifié. Le Docte posa un regard intéressé sur le vêtement, un sourire espiègle au coin des lèvres, se souvenant que ses deux passagers avaient eu en leur possession un joli éventail de gadgets vendus par Sayah. Un de plus avec cette pèlerine, manifestement. Son regard s'attarda sur l'uniforme, puis sur le visage creusé par la fatigue, le froid, l'angoisse. En réalité, il sembla à Archélas que Le Docte étaità moitié ivre.

« Tiens... répéta Hyacinthe d'une voix traînante. Vous avez perdu un grade.
_ Oui.
_ Votre mission aurait échouée ?
_ Non. Mais je ne suis pas venu pour cela.
_ Ça je me doute, mais en attendant que je décuve un peu autant discuter. Et puis ce n'est pas très courtois de demander un service sans prendre de nouvelles.
_ Je...
_ Vous venez pour mes beaux yeux peut-être ?
L'interrompit Le Docte.
_ Non.
_ C'est bien que vous avez un service à me demander alors.
_ … oui.
_ Vous voyez ! Alors, cette mission. Vous l'avez trouvé votre foutu village ?
_ Je l'ai trouvé oui.
_ Félicitations ! Et le grade, c'est pour quoi ?
_ Pour la mort de Chaemil... »
hésita Archélas.

À ces mots, Le Docte éclata de rire sans retenue. Mal à l'aise, le soldat se recula légèrement. C'était autre chose d'avoir à faire au capitaine lorsqu'il était sobre, en pleine possession de ses moyens et sur son territoire – autrement dit son navire – et de l'avoir face à soit à moitié éméché. Avachi au fond de sa banquette, il n'avait plus autant de classe et paraissait même un peu vulgaire aux yeux d'Archélas qui se sentait déçu. Les regards s'étaient brièvement tournés vers eux, attentifs à ce qui avait bien pu faire rire Le Docte.

« Dites-moi tout, il est mort bêtement ou vous l'y avez un peu aidé ? Le guépard peut-être.
_ Moi.
_ Bah on aurait du vous passer Commandant au lieu de vous rétrograder ! Une pustule ce Chaemil, et ses hommes tout autant que lui ! Vous en avez fait quoi de ses hommes ?
_ Ils se sont enfuis... »
Mentit Archélas qui restait sur la défensive.

Mieux valait éviter d'ébruiter plusieurs versions et se contenter d'une seule, et s'y tenir, même si Le Docte n'y croyait pas du tout si on en jugeait par le sourire goguenard qu'il affichait. Son regard pétillant semblait s'exclamer « à d'autres moussaillon ». Archélas appuya ses deux bras sur la table et s'approcha, réduisant la distance qui le séparait de Le Docte comme pour créer une certaine intimité... ou préserver un semblant de discrétion pour la suite. Mais alors qu'il ouvrait la bouche pour formuler enfin ce fameux service, Hyacinthe l'interrompait à nouveau. Exprès, le soldat l'aurait juré.

« Et le guépard ?
_ Le guépard va bien. C'est pour elle que je suis venu.
_ Nous y voilà...
_ Vous êtes allés voir Livian d'Ephtéria, et vous lui avez parlé d'elle...
_ Sans blague !
S'assombrit aussitôt Le Docte. Si vous ne vouliez pas que j'en parle, il fallait être plus discret ou plus explicite ! Si vous participez à un combat de coqs avec un hieras, faut pas vous plaindre qu'on vous remarque et que ça se sache !
_ Je sais...
Souffla Archélas en se mordant la lèvre. Hyacinthe parlait fort. Trop fort selon son goût. Malheureusement il avait raison... trop raison selon son goût ! J'ai seulement besoin de savoir ce que vous lui avez dit exactement.
_ Et que voulez-vous que je lui ai dit ?
_ Je ne sais pas...
_ J'avais besoin d'un bateau, pas de ses faveurs. Il m'a demandé où était le Hart Nacré, où était Chaemil et où vous étiez, et j'ai répondu. J'ai répondu que Chaemil n'avait plus que deux hommes d'équipage. J'ai répondu que vous aviez toujours votre guépard. »


Le cœur d'Archélas se comprima d'un seul coup, lui coupant les jambes et le laissant abasourdit sur sa banquette. Le Docte s'en rendit compte et fronça les sourcils, haussant le ton d'un air franchement contrarié.

« Qu'est-ce que j'en savais moi, que c'était une civile ? Je vous trouvais déjà gonflé d'emmener une femme à bord, et en mission qui plus est. Une civile Ages ! Elle ne serait jamais montée si je l'avais su, foutre bleu d'imbécile ! Il tapa du poing sur la table comme pour ponctuer ses mots, et Archélas sursauta en même temps que d'autres marins. Le soldat prit conscience que ce qui agaçait le plus le capitaine, c'était d'avoir été pris au dépourvu. C'est pas mon genre de dénoncer Ages ! Seulement il a bien fallu que je réponde à ses questions. Il voulait tout savoir. Et quel guépard, et quelle Morphe, et son nom, et d'où elle venait. J'aime pas bien qu'on se montre trop curieux, mais j'aime pas bien non-plus qu'on me prenne pour un abruti ! Prenez-vous en à vous-même !
_ Je ne vous accuse de rien...
_ Manquerait plus que ça !
S'insurgea Hyacinthe que l'alcool rendait facilement irritable. Parce que c'est vos affaires Ages, et ce n'est pas à moi de réparer les pots cassés !
_ Ce n'est pas ce que je vous demande.
Insista Archélas plus fermement. Je veux seulement savoir ce que vous lui avez dit. »

Le Docte paru se calmer. Il plissa les yeux comme s'il devait fournir un effort pour réfléchir, se souvenir, se méfier.

« Pas grand chose. Juste qu'elle était Morphe guépard. Que c'était une femme. J'ai dit que je ne me souvenais plus de son nom. Je n'en sais pas plus sur elle, j'allais pas inventer.
_ Rien d'autre ?
_ Non mais vous me prenez pour qui à la fin ? C'est caporal qu'on aurait du vous rétrograder !
_ Pardonnez-moi capitaine. Et merci. Et s'il vous plaît, si on vous pose encore des questions, vous voulez bien ne plus vous souvenir des détails ? »


Le Docte haussa les épaules d'un air dédaigneux, ce qu'Archélas traduisit par un acquiescement. Rassuré, il s'enveloppa dans sa pèlerine qu'il boutonna avec soin et s'apprêta à sortir lorsque Le Docte lui rappela à travers la taverne que si lui savait tenir sa langue, ce n'était peut-être pas le cas de ses hommes d'équipage... qu'il n'était pas leur mère, et qu'il n'y pouvait rien, mais qu'il ferait de son mieux. Et c'est muni d'une angoisse toute fraîche remplaçant celles de l'allée que le soldat fit le trajet du retour vers Ephtéria...


*°*°*°*°*°*°*°*°*


Sur le pas de la porte, Démétrien attendait, les bras croisés et le regard grave. Un regard qu'Archélas lui connaissait bien, et qui signifiait clairement « je sais ce que tu as fait, et tu vas passer un mauvais quart d'heure ». Alors, sans même chercher à se défendre, le soldat s'avança d'un air fautif, le regard fuyant, cherchant machinalement un argument ou deux pour se défendre, même s'il ne savait pas de quoi. Tête baissée, il jeta simplement un coup d'œil inquiet à son paternel comme pour évaluer la gravité de la situation. Mais Démétrien ne parla pas. Bon ou mauvais signe, c'était difficile d'en juger.

« Bonjour père.
_ Bonjour.
Un bref silence s'installa, puis Démétrien décroisa les bras. Un message est arrivé par Flabo ce matin. J'ai ouvert, pour le cas où ça aurai été important. »

Archélas se redressa, laissant s'envoler toute crainte d'affronter le regard de son père. La culpabilité l'abandonna au profit d'une curiosité inquiète. Démétrien lui tendit la missive et observa son fils avec une attention toute particulière tandis que ce derniert se concentrait sur sa lecture. Ses traits se détendirent en comprenant. Non, il ne s'agissait ni d'une convocation de Manôlis ou, pire, de Livian d'Ephtéria. C'était Ceithli. Il releva le menton, affichant un air à la fois soulagé et embarrassé.

« Tu n'as pas l'air surpris. Est-ce qu'on peut savoir qui est cette Ceithli et pourquoi elle vient avec sa mère ?
_ C'est la femme que j'ai choisit.
Répondit simplement Archélas. Je voulais vous la présenter mais j'ai été un peu occupé et je n'ai pas pensé à vous prévenir... Je suis désolé. »

Démétrien leva un sourcil surpris. Surpris que son si petit garçon lui assène avec un calme et une assurance déroutants qu'il allait leur présenter... sa femme. Sa femme, parce que chez les Ages, on n'invitait pas la première venue à dîner.

« Ah bon ?
_ Oui. Je voulais vous en parler il y a quelques jours mais tu étais en déplacement. J'aurai dû vous envoyer un Flabo dès mon retour.
_ Tu aurais dû.
_ Je suis désolé.
_ Tu l'as déjà dit. »


Archélas accusa le coup. Les présentations commençaient mal, et il n'était pas vraiment d'humeur après les récents évènements. Démétrien s'en rendit peut-être compte et n'osa pas en rajouter, préférant observer ce fils qu'il avait du mal à reconnaître, tout compte fait. Le soldat baissa les yeux pour relire le message qu'il tenait entre les mains et recula d'un pas, prêt à repartir alors qu'il venait à peine d'arriver.

« Je les ai manquées à la gare, je vais les rejoindre à l'auberge. Annonça-t-il sans laisser à son père le moindre choix.
_ Si tu veux.
_ Est-ce que vous pourrez la recevoir ? Demain ?
_ Ce soir si tu veux.
Proposa Démétrien après une seconde d'hésitation. J'ai hâte de rencontrer celle qui t'as mis le grappin dessus. »

Sans tendresse, quoi qu'un brin amusé, Démétrien fit demi-tour et Archélas l'entendit appeler Hogan et Euthalie comme deux domestiques, et leur intimer de mettre un peu d'ordre dans la maison. « On reçoit une invitée de marque » avait-il déclaré d'un ton important. Il n'était pas rare que son père reçoive des clients au manoir et la technique était bien rodée où l'on déménageait les étoffes envahissantes d'une pièce à l'autre pour faire place nette. Le jeune homme se remémora toutes les fois où il avait joué à courir, des soies et des velours plein les bras, cacher tout ce fatras partout où les invités n'auraient pas accès. Ce temps lui paru si lointain, si inaccessible qu'il en eut un poids sur le cœur tout le long du trajet qui le mena à Ephtéria. Poids qui s'intensifia en repensant aux dangers qu'il faisait courir à Ceithli comme à Sofiaa, et c'est contrarié qu'il entra dans l'auberge et demanda dans quelle chambre logeaient ses deux invitées. Ce à quoi l'aubergiste répondit sans discuter, sans aucun doute habituée aux manières peu aimables des soldats, dont il faisait partie.

Montant à l'étage, Archélas frappa trois coups et inspira profondément. Surtout, ne pas inquiéter Ceithli. Il ne se pardonnerait pas de la mettre dans l'un de ces états qu'il lui avait connu. Se frottant les joues de ses mains comme pour se redonner un peu de vigueur, il entra prudemment après en avoir reçu l'autorisation, refermant d'un geste presque timide. Mais en croisant le visage de sa féline, comme par magie et pour la première fois depuis qu'il avait quitté Banba, un sourire s'afficha spontanément sur ses lèvres, chassant tout le reste : ses angoisses, sa contrariété, ses incertitudes, sa culpabilité. Tout.

« Excusez-moi, je viens de rentrer de Balaïne et mon père vient de me remettre votre message. J'aurai aimé être à la gare pour vous accueillir. Il jeta un regard envieux vers Ceithli, se retenant tant bien que mal de ne pas se jeter sur elle pour la prendre dans ses bras. Vous avez fait bon voyage ? »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Affaires de famille

Messagepar Ceithli » 29 Fév 2012, 13:12

Sofiaa n'avait pas mis bien longtemps à remonter avec une tasse encore fumante, la tenant précautionneusement pour ne pas la laisser tomber, elle la posa doucement sur la petite table de nuit avant de s'assoir à côté de sa fille toujours allongée sur le dos à fixer le plafond. Glissant ses doigts dans les cheveux d'or et d'ébène, elle souriait doucement

«Ne t'inquiète pas, ma chérie. Tout va bien se passer.»
- «Je l'espère... je suis inquiète pour Archélas, la mission a eu bon nombre d'imprévus, et s'il avait des problèmes?»
- «Quel genre d'imprévus? Attends, assis toi et bois ta tisane.»


La jeune femme s'exécuta, se redressant, elle préféra ne pas parler du combat contre Chaemil, après tout, leur vie était en jeu, malgré tout elle avait tué un homme ce jour là, elle aussi. La culpabilité devait probablement la ronger également, si jusqu'à présent elle ne s'en était pas trop soucié, c'était aussi parce qu'elle avait autre chose à faire et à penser. Entre sa grossesse, la fatigue, les évènements qui s'étaient enchainés jusqu'à présent, sans oublier Jhérer qui ne la lâchait pas d'une semelle, ce qui avait au moins le mérite de lui faire cesser de jouer les troublions à la taverne au grand soulagement de l'aubergiste, mais là maintenant qu'elle était à Ephtéria, près du roi, près du lieu de résidence de son futur époux, elle avait une pression désagréable dans la poitrine et un mauvais pressentiment. Finalement, elle parla surtout de leur capture chez les winghox, après tout, ils avaient aussi un message pour le Roi à délivrer par rapport à une tentative d'assassinat, ou alors c'était pour Manôlis? Elle ne le savait même plus en réalité, son esprit s'embrouillait un peu, mais la vérité, c'était qu'elle ne savait pas comment cela se passait en général. Peut être qu'elle se faisait du mauvais sang pour rien, peut être qu'il ferait son rapport, toucherait la récompense et rien de plus? C'était peut être toujours ainsi, chaque mission avait forcément son lot de complication et les militaires devaient y être habitués

«Arrête de te tortiller dans tous les sens! Ça ne sert à rien de s'agiter. Il va bientôt arriver et je suis sure que ça s'est bien passé. Bois ta tisane!»
- «Je ne vais pas m'endormir au moins?»
demanda t'elle avec inquiétude. Il est vrai que sa mère lui avait fait un bol de cimaille tous les soirs pour qu'elle passe une bonne nuit de sommeil, aussi commençait-elle sérieusement à assimiler ce breuvage à un besoin évident de dormir.
- «Non. Une tasse, ça va seulement te détendre, rien de plus. Mais si tu veux dormir un peu, tu peux.»
- «Non, ça ira. J'ai dormi dans le train.»


Un simple hochement de tête pour approuver, et Ceithli but sa tasse tranquillement. Elle se leva ensuite pour se mettre en position assise pendant que sa mère commençait déjà à faire des essais de coiffure, lui relevant les cheveux, les attachant, mais elle semblait préférer les laisser un peu détachés tout de même «Ça encadre ton visage et le met mieux en valeur.»

On frappa alors à la porte Sofiaa invita la personne à entrer. Ceithli s'apprêtait à interpeler sa mère après tout ce qu'Archélas lui avait déjà dit concernant les auberges et la prudence, mais après tout, sa mère pouvait toujours se transformer en cas de problème? Heureusement, c'était bel et bien le soldat et le visage de la jeune femme s'illumina alors qu'il entrait avec ce même sourire. Sofiaa s'approcha alors et prit Archélas dans ses bras avant de hocher la tête

«Le voyage s'est très bien passé. Les sièges étaient confortables, c'était la première fois que je voyageais en train, qui plus est en première classe!» elle sourit et se tourna vers sa fille«Je vais faire un petit tour en ville pour repérer les lieux, comme ça, nous pourrons aller directement aux bonnes boutiques cet après-midi et cela te fatiguera moins. Archélas?» elle désigna le registre qu'elle avait posé sur la commode «Je vous ai amené le registre, comme vous le souhaitiez. Mais il ne quitte pas cette chambre.»

Son regard s'était fait des plus sérieux avant qu'elle ne s'incline et ne sorte. Laissant le couple seul et supposant bien qu'ils en avaient besoin. À peine la porte fut-elle fermée que Ceithli se leva d'un bond et sauta au cou d'Archélas, l'enlaçant avec une passion qui trahissait clairement l'impatience qui l'avait envahie dès qu'elle l'avait vu entrer, soudant ses lèvres aux siennes avec un amour débordant, se laissant emporter par le tourbillon d'émotions qui l'envahissait au fait de le revoir. Ses doigts glissaient dans ses cheveux et elle se pressait contre lui avec envie, puis dans un désir de reprendre son souffle, elle lâcha prise et posa sa tête simplement contre son torse en soupirant, elle avait presque les larmes aux yeux

«Tu m'as tellement manqué...» ce n'était peut être pas la chose à dire, qu'allait-il penser après tout? Elle allait devoir s'y habituer non? Reculant un peu, elle se saisit de ses mains pour l'entrainer avec elle sur le lit, s'asseyant simplement pour qu'il puisse s'installer près d'elle. Son regard trahissait désormais une certaine inquiétude

«Alors? Comment ça s'est passé avec le Roi? Je sais que tu ne pourras pas tout me dire bien sur, mais au moins l'ambiance générale? Et... tes parents? Ils... ils veulent bien me rencontrer? Tu leur as parlé de moi?»

Beaucoup de questions, elle s'en rendait compte et se mit à rougir en baissant les yeux, ses doigts jouant avec ses mains solides et marquées par les années de chevauchées et de combats. Elle sentit son souffle lui manquer un peu, mais elle avait envie d'entendre sa voix encore, finalement, c'était surtout ça qui comptait.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Affaires de famille

Messagepar Archélas Ages » 29 Fév 2012, 14:35

Le soldat eut un sourire amusé pour la manie qu'avait Sofiaa de le serrer dans ses bras à la moindre occasion. Ce n'était pas pour lui déplaire, mais c'était toujours assez surprenant. À vrai dire, maintenant qu'il y pensait, Belladona faisait la même chose ! Peut-être alors était-ce un « truc de fille ». En tous les cas, il faudrait qu'il pense à lui recommander de ne pas faire la même chose avec ses parents sous peine de passer pour une folle, mais pour le moment, Sofiaa n'était pas invitée. Pas au repas du soir. Dans une semaine, au mariage, oui, il faudra qu'il lui dise. Gentiment. Archélas chassa cette idée de mariage d'un battement de cils. L'expectative d'avoir à concilier une quantité faramineuse d'oncles et de tantes coincés jusque dans leur façon de manger et Sofiaa avec sa manière de vous serrer contre elle ou Jhérer qui risquait de draguer tout ce qui bouge et de boire plus de champagne que de raison ne le rassurait pas vraiment.

« Faites attention à votre porte-monnaie, les commerçants d'Ephtéria ont tendance à prendre les gens de la campagne pour des imbéciles. Conseilla-t-il avant de la regarder filer. Et merci pour le registre. »

Il eut à peine le temps d'entendre la porte claquer et de se retourner qu'il se retrouva avec une autre Elbereth dans les bras, encore plus accueillante que la première celle-ci, voir un peu trop... mais il ne pensa pas s'en plaindre une seule seconde. Refermant son étreinte autour de la taille de la jeune femme, il l'attira au contraire à lui afin de lui rendre avec la même intensité son baiser de bienvenue. Pour tout dire, il eut même un peu de mal à se séparer d'elle, et alla s'asseoir à ses côtés sans rechigner, comme un enfant sage. Il passa aussitôt un bras autour des épaules fragiles de sa compagne et lui embrassa la tempe. À lui aussi, elle lui avait manqué, mais la rafale de questions posées par Ceithli l'empêchèrent de le lui avouer et il soupira, à la fois pour se donner de l'entrain car il avait beaucoup à dire, mais aussi de lassitude car la situation ne lui plaisait pas. La jeune femme toujours contre lui, il lui caressa distraitement le bras alors qu'il tentait de se décider sur le bout par lequel commencer. Finalement, il pointa un petit insigne épinglé à son uniforme du doigt.

« J'ai perdu un grade. Annonça-t-il avec un sourire, comme s'il commençait par les bonnes nouvelles. À cause de Chaemil. Enfin plutôt à cause de sa mort à vrai dire. J'ai entendu dire qu'il était un ami de Livian d'Ephtéria. Il faillit ajouter que ça ne l'étonnait pas étant donné le caractère des deux individus, mais il préférait éviter d'abuser du désaveux. À part ça notre Souverain a été plutôt satisfait de la mission. J'ai fait envoyer ta part directement chez toi, je ne sais pas si tu l'as reçue. C'est peut-être arrivé au moment où vous étiez déjà en chemin. Ça nous aidera pour la maison. »

Il marqua une pause, réfléchissant à la suite. Soit il enchaînait sur Le Docte, soit il répondait à l'interrogation concernant ses parents et le dîner. Son regard se posa brièvement sur le registre. Mieux valait enrober les mauvaises nouvelles de deux bonnes, non ?

« J'ai appris que Le Docte et ses hommes étaient revenus à bon port. Déclara-t-il d'un ton jovial. L'ennui c'est que le capitaine du Hart Nacré a parlé de toi au Roi... et... ça ne plaît pas au Roi qu'une civile se soit mêlée de la mission. Conclu-t-il plus sourdement. J'ai pris l'entière responsabilité du meurtre de Chaemil, parce que c'est mon œuvre, et pour ce qui est de ses hommes, j'ai préféré prétendre qu'ils s'étaient enfuis et que nous ne les avions pas revus. De toute façon, je doute que quiconque puisse les retrouver après le passage des Teignes. J'ai dit que tu n'étais pas intervenue, que tu étais seulement mon guide, que tu n'avais touché à rien. Normalement tu ne crains rien... La rassura-t-il en l'embrassant gentiment. Mais Livian d'Ephtéria sait que tu es un guépard, et je ne sais pas encore quels préjugés il peut avoir à ton encontre, alors on s'en tiendra à cette version. »

Il la serra un peu plus contre elle, faisant exprès de la bousculer un peu par jeu, comme pour lui faire comprendre que ce n'était pas si grave.

« Mon père était absent quand je suis rentré, je ne l'ai prévenu que tout à l'heure. Il dit que tu peux venir ce soir mais je peux lui demander de repousser si tu n'es pas prête ? Vous avez apporté le dîner ? »

Il se recula légèrement pour mieux la voir, bêtement heureux de retrouver son visage, ses yeux sombres, sa chevelure zébrée.

« Je ne t'ai même pas demandé comment tu allais. Ça s'est bien passé avec ton frère ? Tu ne t'es pas sentie mal ces derniers jours ? »

Et dans la foulée, il dut se retenir de justesse de demander : « Tu m'aimes toujours ? ».

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Affaires de famille

Messagepar Ceithli » 29 Fév 2012, 15:22

Sofiaa n'avait rien ajouté lorsqu'Archélas avait parlé du porte monnaie, elle ne comptait rien acheter pour le moment, elle ne ferait que du repérage, mais c'était probablement une notion qui échappait un peu à un homme. Les laissant enfin seuls, Ceithli en avait profité pour savourer ces retrouvailles avant de bombarder son amant de questions. Blottie contre lui, elle prenait une profonde inspiration avant de regarder ce qu'il lui désignait, à savoir ses galons. Il avait perdu un grade? Est-ce que c'était grave? Elle n'y connaissait strictement rien évidemment, mais elle supposait que sa solde en subirait les conséquences, mais elle ignorait s'il y avait d'autres problèmes à considérer à cause de cela, car le problème de l'argent n'en était pas un selon elle. Les Elbereth étaient les rois de la débrouille, et même sans avoir des milles et des cents, ils s'en sortiraient elle n'en doutait pas. Concernant sa part, elle hocha la tête à la verticale

«Oui, nous l'avons reçu ce matin juste avant de partir. Mais ma mère l'a mis dans sa bourse pour les achats d'aujourd'hui justement.» elle lui sourit doucement et déposa un baiser dans son cou avant de se caler de nouveau, elle aimait le sentir contre elle ainsi et profitait donc simplement de sa présence rassurante. Malheureusement, la suite était nettement moins agréable puisqu'il fut question de Le Docte qui avait parlé d'elle au Roi, et que celui-ci ne semblait guère apprécier qu'elle se soit mêlée de la situation. Elle ne connaissait pas du tout Livian d'Ephtéria et ne savait donc pas du tout à quoi s'attendre, mais si Archélas disait s'être occupé de tout, il ne devrait pas y avoir de problème, donc? Elle s'était cependant redressée et plongeait son regard dans le sien, elle savait qu'en le regardant vraiment elle saurait s'il lui cachait quelque chose ou non, et même s'il avait rapidement dévié de sujet pour parler de son père, elle avait senti son malaise et fronça légèrement les sourcils avant de détourner le regard.

«J'ai l'impression qu'une fois de plus, je t'ai attiré plus d'ennuis qu'autre chose.» elle se leva et s'approcha des bagages qu'elle avait déposés sur le parquet près du lit, cherchant jusqu'à trouver un sac en toile qui semblait humide et frais, accroupie pour le soulever, elle le posa sur ses genoux d'un air triste «C'est un gigot de sanglier farci aux champignons. Peu importe ce que ta mère décidera de servir avec cela, ma mère dit que ça se marie avec tout.» elle le reposa doucement et l'enferma soigneusement pour le maintenir au frais avant de se relever et de poser une main sur son ventre. C'était à peine si la bosse était visible, ce n'était guère d'avantage que si elle gonflait volontairement son abdomen ou encore si elle sortait d'un bon repas, et au pire des cas la mère d'Archélas la croirait un peu enveloppée, quoi qu'avec une robe gainante cela ne se verrait plus du tout.

«À part ça, je vais bien. Je me suis bien reposée, et Jhérer... a plutôt bien pris la nouvelle. Il se réjouit surtout d'être oncle au final et a compris que c'était important pour moi. Il s'est très bien comporté ces derniers jours et j'ai donc bien pu me reposer.» elle sentait ses yeux lui piquer un peu. Sa mère en aurait pour une ou deux heures minimum de repérage et elle n'avait pas encore mangé. Normalement, Sofiaa avait demandé à ce que l'on monte le repas, mais finalement elle n'avait pas vraiment faim. Fixant Archélas qui devait se demander ce qui n'allait pas, elle eut juste un sourire un peu triste

«Je suis désolée de t'avoir causé tant de souci. Je me rends compte que si je n'étais pas venue à Ephtéria avant ton départ, tu aurais pu prendre un véritable équipage, il n'y aurait pas eu cette histoire de civile... et je ne serais pas tombée enceinte. Tu ne serais pas là à te décarcasser pour t'en sortir et rattraper toutes mes erreurs.»

Les larmes avaient fini par monter, mettant ses mains sur son visage pour se camoufler alors que des sanglots éclataient. Elle était si heureuse de le revoir et au final, elle se rendait compte qu'elle n'aurait pas du revenir. Finalement, elle était vraiment une personne mauvaise qui ne faisait que lui apporter des malheurs et elle n'arrivait plus à s'arrêter.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Affaires de famille

Messagepar Archélas Ages » 29 Fév 2012, 16:09

Archélas hocha la tête. Les achats, il n'y avait pas pensé, et pourtant c'était bien à cause de lui que la jeune femme avait à en faire. Car à cause de la prétendue noblesse des Ages, Ceithli ne pouvait pas se permettre de venir au dîner dans l'une de ses tuniques légères et sans sous-vêtement ! Non, il lui fallait une jolie robe, des dentelles, des froufrou, un corset, une jolie coiffure et peut-être même une bouteille entière de parfum.

« Je vous aiderai pour les achats. »

S'agissant davantage d'un ordre que d'une proposition, il se fit pardonner par un nouveau baiser mais suspendit son geste en croisant le regard de sa féline. Qu'avait-il encore dit d'absurde qui l'avait blessée ? Il n'eut guère le temps de réfléchir à la question que la jeune femme se levait déjà pour faire les présentations avec le dîner après s'être rendue coupable de tous les crimes de Nideyle, puis elle enchaîna par des nouvelles rassurantes de sa semaine passée sans lui, revenant juste après sur ses fautes imaginaires. Archélas se leva d'un bond et attrapa sa féline par les épaules afin de l'obliger à le regarder.

« Ceithli ! Gronda-t-il. Toutes ces décisions c'est moi qui les ai prises, alors cesse de dire que c'est de ta faute comme si tu ne m'avais pas laissé le choix. C'est moi qui t'ai demandé de venir, pas l'inverse ! Et quand bien même, je suis assez grand pour refuser si j'estime que ça peut me créer des ennuis ! Il s'interrompit en réalisant qu'il était proprement en train de lui passer un savon, et la ramena doucement vers le lit où il la fit asseoir. S'accroupissant juste devant elle, il leva ses yeux pour capter les siens, reprenant plus doucement. Je n'aurai pas dû t'emmener. Les ennuis, c'est toi qui les a et par ma faute. Je suis soldat Ceithli, c'est moi qui t'ai mise dans cette situation et j'en assume l'entière responsabilité. Ne t'inquiète pas. Tu es une civile, tu n'as touché à rien, et j'ai déjà écopé d'un grade en moins. Je ne pense pas qu'il y aura la moindre suite, je voulais seulement te prévenir, c'est tout. Et puis... Il lui prit les mains pour les serrer dans les siennes et y poser ses lèvres. Je suis content que tu sois enceinte. Peut-être que je n'aurai jamais osé te demander ta main s'il n'y avait pas eut cet enfant. S'il te plaît, je ne veux plus que tu pleure à cause de moi. Le bébé va me détester à force, tu sais ? »

Il lui offrit un petit sourire, sans trop savoir si ce qu'il avançait était possible ou non. À l'aide de ses pouces, il essuya les larmes de la jeune femme et se redressa pour lui embrasser le front puis se rassoir à ses côtés. Il ne savait plus trop quoi dire, de peur de débiter encore plus d'âneries susceptible de rendre sa promise malheureuse.

« Est-ce que vous avez une idée de ta toilette pour ce soir ? Je peux peut-être vous aider, je connais quelques commerçants qui travaillent avec mon père. J'allais souvent dans leurs boutiques quand j'étais gamin. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Affaires de famille

Messagepar Ceithli » 29 Fév 2012, 16:53

La réaction d'Archélas ne fut pas surprenante en soit, ils étaient un peu pareils à ce niveau là tous les deux, cherchant toujours à reporter la faute sur eux-mêmes plutôt que sur leur conjoint. Ses paroles étaient rassurantes, il faisait de son mieux pour prendre cette responsabilité, et il est vrai qu'elle ne lui avait pas forcé la main, mais tout de même...

Il était revenu près d'elle à la bercer doucement, elle aimait sentir son souffle contre sa tempe, bien qu'il avait ramené sur le tapis l'idée de l'épouser à cause du bébé... il ne lui aurait pas demandé sans ça? C'était probablement pourquoi elle gardait un air triste malgré son réconfort, mais elle ne dit rien de plus, elle le savait maladroit et ce n'était probablement pas ce qu'il avait voulu dire... elle essayait de se convaincre elle-même que le bébé n'avait été qu'un petit coup de pouce, mais qu'il se serait décidé tout de même un jour ou l'autre, l'enfant n'avait fait que précipiter les choses. Elle s'accrochait à cette idée tout comme elle s'accrochait désormais à sa main posée sur son genou.

La conversation avait de nouveau changé, et il venait à la toilette de la jeune femme pour le soir, se proposant de les aider un peu, ce qui ne manqua pas de la faire sourire


«J'avoue qu'une part de moi aurait aimé te faire la surprise, mais il serait plus raisonnable que tu m'aides en effet, histoire de trouver ce qui conviendrait le mieux pour tes parents.» elle soupira doucement et on frappa à la porte. C'était probablement le déjeuner. Elle laissa Archélas ouvrir - il ne lui aurait jamais laissé le faire de toute façon - et un homme d'un certain âge tenait un plateau avec deux assiettes et... ce qui semblait être de la marmelade ou peut être de la compote

«On m'a demandé de porter un ragout de poisson avec quelque chose de sucré. Je n'ai pas grand chose alors j'ai mis un peu de compote de pomme et là j'ai mis du miel.» il avait désigné un autre petit pot du menton et le laissa au soldat avant de partir. Il y avait deux plats, probablement que Sofiaa comptait manger avec Ceithli avant de partir

«Je pense que tu peux manger avec moi. Elle en a pour un moment à faire ses repérages, elle va vouloir voir le plus de boutiques possibles toute seule pour ne pas que j'ai à me fatiguer en courant après. Elle va surement s'arrêter pour manger quelque part toute seule, elle aime bien ça.» habituée surtout. Ceithli n'avait jamais aimé le shopping, aussi Sofiaa se coltinait généralement les marchés et autres brocantes toute seule la plupart du temps. Prenant une des deux assiettes de ragoût, elle se doutait que sa mère avait prévu léger pour qu'elle ait encore faim le soir, mais avec la marche qui allait s'annoncer, nul doute qu'elle aurait les crocs au dîner. Revenant à la conversation elle eut un léger sourire timide

«Pour ma toilette, ma mère pense que je devrais à peine m'attacher les cheveux, peut être juste ces mèches pour dégager un peu le visage mais pas trop... une frange surement pour essayer de dissimuler un peu mes yeux» une teinte rosée apparut sur ses joues, oui elle était morphe, mais elle ne voulait pas que ses parents passent tout le repas à fixer ses yeux, un peu comme Archélas l'avait fait lors de leur première rencontre. «Pour la robe, elle a pensé à quelque chose de simple, mais élégant. Un corset, un peu de dentelle surement aussi, mais elle se dit que si j'en fais trop, je serai mal à l'aise et tes parents vont le sentir, pire encore, ils pourraient croire que je cherche vraiment à les impressionner et d'après mon père, cela donnerait l'impression que je ne me sens pas à la hauteur...» elle soupira de nouveau et ramena une main sur son front. Fais ci, fais pas ça, attention à comment tu te tiens, soit toi-même mais pas trop, n'en fais pas des tonnes mais tiens toi correctement et parle de façon correcte. Oui elle savait se tenir tout de même, malgré tout l'angoisse d'avoir à faire tout et n'importe quoi pour plaire aux parents d'Archélas lui faisait un véritable poids sur l'estomac.

Prenant une bouchée de poisson sur laquelle elle avait mis un peu de compote, elle attendit la réaction du soldat pour voir ce qu'il pensait de tout ça. Peut être que sa mère s'était trompée sur toute la ligne?

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Affaires de famille

Messagepar Archélas Ages » 29 Fév 2012, 20:09

Ce ne fut que lorsqu'il eut le plateau entre les mains qu'Archélas se rendit compte qu'il avait faim. Remerciant rapidement leur « livreur », il revint vers Ceithli avec un nouveau sourire, impatient de la voir mélanger tout et n'importe quoi comme s'il s'agissait de l'activité la plus distrayante qui soit.

« En fait je ne pensais pas faire les essayages avec vous, je voulais simplement vous donner quelques adresses. Par exemple si tu aimes la dentelle il y a l'Échoppe de la Dentellière de Madame Hemeno. Elle fait de jolies choses et elle travaille vite, mais elle vend de chez elle. Elle n'a pas de devanture, il faut connaître. »

Il porta un morceau de poisson à sa bouche, observant d'un air distrait la couche généreuse de compote dont sa féline recouvrait sa part en se disant qu'au dîner de ce soir, il faudrait vraiment qu'elle se retienne. Son regard se reporta sur son visage pour tenter de l'imaginer avec les cheveux attachés, ce qui lui fit penser qu'il ne l'avait jamais connu autrement qu'ainsi. Naturelle, un peu sauvageonne sur certains aspects. Il baissa les yeux sur sa deuxième bouchée de poisson à la remarque sur son regard. Oui... ça risquait de poser un problème et ils le savaient tous les deux. Peut-être qu'il aurait dû prévenir son père tout à l'heure. Après tout, Ceithli avait préparé le terrain de son côté en annonçant qu'il était soldat, et humain de surcroît. Lui n'avait pas même eut la délicatesse de la présenter, ne serait-ce qu'un peu. Morphe... et livreuse pour une boucherie. Démétrien ne s'en remettrait pas ! Mais au moins l'aura-t-il rencontré plutôt que de se borner à refuser de la voir sous le seul motif que « ça ne lui plaisait pas du tout », et s'opposer au mariage pour les mêmes raisons. Ceithli avait son charme, et Archélas comptait dessus pour la faire accepter.

Et puis... discuter n'était pas une chose courante chez les Ages, et s'il y arrivait encore à peu près avec Ceithli, il savait que son père serait bien moins réceptif en revanche.

« Tes parents ont raison, si tu en fait trop tu ne seras pas à l'aise. Ça ne les dérangera pas mais moi c'est ce que j'aime chez toi, ton aisance, et je ne veux pas que tu te sentes « prisonnière » d'un corset trop serré ou de manières qui ne te ressemblent pas. Tu seras belle quoi que tu portes. Lui sourit-il. En plus mon père aura la sensation que tu essaies de nous abuser si tu joues les grandes dames de la haute bourgeoisie. Déformation professionnelle. Ajouta-t-il comme si cela suffisait à expliquer pourquoi. Reste simple, ça ira très bien et ça te causera moins de soucis. Je suis désolé, j'aurai vraiment aimé avoir des parents comme les tiens tu sais. Ça aurait été beaucoup plus simple. »

Il planta sa fourchette dans une toute petite pomme de terre ronde et la brandit au-dessus de son assiette comme s'il s'agissait d'un argument très important.

« De toute façon avec le repas que tu amènes, mon père sera trop impressionné pour y trouver à redire. Oh... au fait... Posant son assiette au sol, il se leva pour aller chercher ce fameux registre et vint se rassoir en l'ouvrant sur ses genoux. Voyons voir, il doit bien y avoir une ou deux connaissances de mon père dans vos clients. »

Ses yeux bondissaient d'un nom à l'autre, s'arrêtant parfois pour réfléchir lorsqu'il pensait en reconnaître un. À force de les lire, il lui semblait qu'ils se ressemblaient tous. Il trouva un client à Aspasie, un gros fournisseur de soie, et continua encore ses recherches pour en dénicher un susceptible de vivre à Ephtéria que son père pourrait interroger dès le lendemain s'il avait le moindre doute. Tout à son expédition, il en oublia de finir son assiette, son regard butant sur un nom dont il prit soin de relever l'adresse mentalement. Car ce registre, il le consultait aussi à ses fins personnelles, mais cela, il se refusait absolument de l'avouer à Ceithli. L'un des cinq hommes dont il devait rapporter la tête à Manôlis figurait juste sous son nez. Toniat, à Aspasie. Sa prochaine cible donc. Il faudrait penser à mettre en garde Manôlis sur sa manie d'aller rapporter ses moindres faits et gestes à Livian d'Ephtéria dans la foulée, car après tout cette mission était officieuse, et le soldat n'appréciait pas particulièrement d'être contraint à plusieurs meurtres sous le manteau pour qu'ils lui soient reprochés au grand jour par la suite. Manôlis ne jouait pas franc jeu.

« Lizbeth Omene ! Elle tient une pâtisserie en ville, ma mère va souvent la voir. C'est parfait ! »

Il referma le précieux registre et alla le ranger sur la console comme s'il n'y avait pas toucher avant de revenir finir son poisson.

« Moi ce qui m'inquiète, c'est le mariage... » Dit-il au bout d'un moment.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Affaires de famille

Messagepar Ceithli » 29 Fév 2012, 20:29

Au moins, Archélas avait plus ou moins confirmé ses doutes. Oui elle était morphe, et s'il avait réussi à le devenir l'espace de quelques heures, sur l'instant, elle aurait presque souhaité être humaine aussi pour quelques heures. Mais c'était impossible, cependant, son esprit se mit à vagabonder et elle se demandait à quoi elle ressemblerait? Évidemment, son visage ne changerait pas, mais mine de rien, avoir de vrais yeux avec un iris et du blanc autour changeait totalement le regard... aurait-elle les yeux marrons? bleus? verts? clairs ou foncés? Elle eut un sourire plus doux, perdant un peu de sa tristesse alors que son compagnon lui expliquait de rester tout de même naturelle. Juste être au moins polie, douce et aimable, cela suffirait probablement.

Sa remarque concernant ses parents la surprit un peu et elle ne put contenir un rire
«Il est vrai qu'ils sont simples, mais tu sais, c'est le côté félin qui veut ça. Mes parents ne sont pas comme moi, ils ont vécu toute leur jeunesse sous leur forme animale, mais les guépards ne sont pas faits pour vivre en famille, en général, les mâles s'en vont une fois que la femelle attend ses petits et elle les élève seule, mais mon père aimait sincèrement ma mère et c'est pourquoi ils ont fuit.» elle porta une bouchée de légumes sur lesquels elle avait rajouté du miel, il fallait qu'elle en profite puisque le soir elle allait devoir manger normalement. «hum... et donc bon, forcément, quand tu es habitué à vivre que de ta chasse et à dormir à la belle étoile, avoir une maison est déjà un luxe!»

Elle se mit à rire doucement. Oui, ses parents n'avaient pas besoin de grand chose pour être heureux, et pourtant ils avaient fait des efforts énormes pour s'adapter à la vie humaine. Sofiaa avait toujours montré une grande curiosité, s'intéressant à la mode, à l'artisanat, essayant d'apprendre à coudre, la poterie, le tricot. Elle n'était pas vraiment douée dans ces domaines, mais elle savait tout de même le faire, enfin sauf la poterie, elle n'y était jamais arrivée. Rhëanor avait eu à en faire un peu moins. Beaucoup disait qu'il ne ressemblait pas vraiment à un guépard, comme s'il avait pris d'avantage du léopard ou du jaguar car il paraissait bien plus grand et gros que la moyenne de ses congénères, et c'est donc par la force qu'il s'était fait accepter. Aidant les habitants là où ils avaient besoin de gros bras, et chassant le gibier pour les fêtes du village. Mais Ceithli et Jhérer n'avaient pas connu ça, ils étaient tout de même un peu plus habitués au confort puisqu'ils avaient toujours vécu en humain principalement, développant leurs instincts fauves pour la chasse principalement.

Continuant de manger, elle leva les yeux vers Archélas qui consultait le registre, elle essayait de ne pas regarder les pages sur lesquelles il s'arrêtait, mais elle remarqua tout de même qu'il passait du temps sur Aspasie. Le registre était rangé par ville pour pouvoir s'y retrouver plus facilement, certes il ne l'avait peut être pas remarqué puisqu'il y avait aussi un classement par clients vraiment réguliers. Terminant son assiette, elle sursauta lorsqu'il parla d'une pâtissière de la ville, elle hocha juste la tête
«Hum...» elle finissait d'avaler sa bouchée avant de reprendre «Oui. Je la connais, c'est moi qui la livre en général. En mains propres.»

Elle s'essuya les lèvres du dos de la main avant de tremper son doigt dans le miel et le porter à sa bouche pour finir le petit pot, quelque peu perdue dans ses pensées à l'idée de tout ce qu'elle avait encore à faire cet après-midi. Elle tourna alors le regard vers le sac où reposait le sanglier, puis revint vers son amant «Si ta mère veut le servir ce soir, peut être que tu devrais le lui apporter avant qu'on arrive? Il faut plus d'une heure de cuisson tu sais?» une heure et demi pour être exacte vu la taille de la portion. Elle se leva pour aller déposer son plateau sur la commode près du registre, puis revint pour s'allonger un peu, la main sur son ventre alors qu'elle sentait la digestion faire son œuvre déjà. Elle fixait le plafond alors qu'elle alla chercher la main d'Archélas pour qu'il enlace ses doigts avec les siens, puis elle l'attira vers elle pour qu'il s'allonge à côté d'elle, reposant sa tête sur son torse, elle soupira avant de fermer un instant les yeux

«Mais... avant... tu peux rester encore un peu?» se blottissant un peu plus contre lui, elle finit par s'endormir.

Une heure plus tard, on frappa doucement à la porte, la féline battit un instant des cils avant de réaliser qu'elle avait dormi. Sofiaa entra alors doucement et lui sourit, murmurant pour le cas où Archélas se soit endormi aussi, elle ne pouvait pas voir de là
«J'ai trouvé de vraies petites merveilles! Mais il va falloir que tu viennes avec moi pour essayer les deux ou trois robes que j'ai vues!»

Hochant la tête, elle se tourna vers Archélas afin de lui signifier qu'il était temps de partir, s'il souhaitait toujours les accompagner ou non.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Affaires de famille

Messagepar Archélas Ages » 29 Fév 2012, 23:17

L'espace d'une seconde, Archélas se demanda ce que lui racontait sa féline avant de comprendre et de lui sourire.

« Oh... mais je ne parlait pas de richesse. Je faisais plutôt allusion à la façon dont ta famille m'a reçu – si l'on oublie Jhérer. J'ai tout de suite été accepté. Enfin, je suppose que c'est aussi lié au fait que vous soyez Morphes, et que vous ayez dû vous faire une place parmi les humains qui ne sont pas toujours tolérants. »

Il gratta distraitement une tache de boue sur la jambe de son uniforme, vaguement conscient qu'il allait finir par blesser Ceithli à force de lui parler de ses différences et du fait que ses parents à lui ne les accepteraient peut-être pas. Il redressa la tête, intrigué que sa compagne connaisse la pâtissière et ravi de cette heureuse coïncidence.

« C'est vrai ? Tu pourras en parler avec ma mère alors, elle te croira sur parole, elles se connaissent bien toutes les deux. Tu vois, c'est encore un bon point pour toi. »

Mais son sourire se fit juste un peu plus faible en réalisant que Ceithli avait pour elle de nombreux atouts alors que lui se contentait de lui attirer des ennuis. Pour couronner le tout, il n'était même pas fichu de la rassurer et la faisait pleurer chaque fois qu'il ouvrait la bouche. En fin de compte, elle méritait mieux que lui. Oui mais il l'aimait, et il n'avait pas envie de la laisser à d'autre. Il la regarda s'allonger sans rien ajouter, se sentant légèrement mis à la porte lorsqu'elle lui conseilla d'emmener le repas à sa mère à cause du temps de cuisson. Une manière polie de lui demander de déguerpir. La seconde qui suivit pourtant, elle l'attirait vers lui, et il s'en fallu de peu que le soldat n'en perde tout ses moyens ! Les yeux fermés pour contenir le flot d'émotions qui grimpaient un peu trop vite à l'assaut, il s'efforça de respirer calmement, se maudissant de n'être qu'un homme.

« Bien sûr que je peux rester... » Confirma-t-il inutilement alors que la jeune femme se blottissait contre lui.

Il dégagea son bras afin de lui ouvrir une place de choix contre sa poitrine, l'enlaçant lorsqu'elle cessa enfin de s'agiter. L'esprit ailleurs, il lui caressa longtemps les cheveux avant de réaliser qu'elle s'était endormie. Il la regarda alors avec tendresse, veillant sur son sommeil sans plus oser remuer d'un cil, rassuré de la voir détendue entre ses bras. Parfaitement éveillé et attentif, il entendit avant Ceithli les pas s'arrêter devant leur porte, quelques coups légers frappés sur le bois, puis la porte s'ouvrir sans attendre de réponse. La voix presque victorieuse de Sofiaa lui fit tourner la tête dans sa direction.

« Ceithli dit qu'elle veut me faire la surprise, alors je vais vous laisser à vos achats. Il se redressa vivement, un peu mal à l'aise tout de même d'étaler son affection à la vue de madame Elbereth. Je vais vous faire une liste de quelques commerçants intéressants, si vous avez des retouches à faire par exemple. Dites-leur que vous venez de ma part. »

Il griffonna quelques noms et quelques adresses à la va-vite sur un morceau de papier, gauche comme ces enfants qui rechignent à écrire mais qui le font par obligation. Au final, il y eut davantage d'empâtements d'encre que de boucles soignées, et la plume ne ressemblait plus à grand chose.

« Je repasserai la chercher ce soir. Dit-il en tendant la liste à Sofiaa. Si vous aimez les spectacles il y en a souvent à l'auberge des Deux Cheminées. Vous pouvez y aller sans crainte, c'est bien fréquenté. Et puis Ephtéria est le quartier général de l'armée du Roi Livian, alors je ne pense pas que vous risquiez de tomber sur plus dangereux que des cochons dans les rues... »

Il se laissa une fois de plus étreindre par la jeune femme en guise d'au-revoir et serra à son tour Ceithli contre lui avant de se sauver, le dîner sous le bras.

*°*°*°*°*°*°*°*°*
La suite : Repas en famille

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft


Retourner vers Ephtéria la Grande

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron