Sous les sunlights d'Ephtéria?

Imprenable cité ceinte de hauts remparts, Ephtéria est la capitale des peuples du nord. Elle abrite le château du Roi, sa cour, son armée, mais aussi son arène dont les sous-sols sont creusés des geôles tant redoutées.

Image

Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Vrass Rannveig » 10 Avr 2013, 20:00

Précédemment
J'avoue que je ne m'étais pas attendu à un tel flot de réponses, seulement finalement, c'était peut être mieux. Je comprenais plus ou moins où il voulait en venir, et au fur et à mesure qu'il m'expliquait ses sentiments et sa façon de voir les choses, je laissais mes mains se glisser dans ses cheveux, jouant à enrouler mes doigts dans ses boucles brunes tout en gardant malgré tout le regard dans le vide pendant que je l'écoutais.

Se connaître soi-même. Au fond, est-ce que je suis toujours le même selon la personne à qui je m'adresse? Je suppose que non, je serai forcément plus froid avec d'autres personnes, seulement c'était peut être ce point qui m'intriguait, j'étais plus doux avec lui. Mais est-ce que c'est ma personnalité propre finalement? Je suis plus docile avec lui alors qu'en temps normal, je ne le suis pas vraiment, pourtant je n'ai pas l'impression de me forcer vraiment, c'est presque naturel et je me demandais s'il en était de même pour lui.

Si je me fiais à ce qu'il disait, c'était plutôt le cas, oui. Mais je suppose qu'au final, je ne suis pas beaucoup plus avancé. On va dire qu'il est normal de se comporter différemment avec une amie d'avec un amant, et le fait qu'il y ait des détails de son passé que je ne devais pas savoir ne me dérangeait pas. Il avait changé depuis comme il disait et je n'avais donc pas vraiment besoin de connaître cette part de lui, même si indirectement c'était peut être cette part qui rendait nos «échanges» aussi intenses! L'expérience joue il faut le reconnaître, tout comme la mienne doit aussi jouer.

Il levait les yeux vers moi et je baissais donc la tête pour le regarder, mais lorsque sa question jaillit de ses lèvres, je ne savais pas vraiment quoi répondre. Mais il avait été honnête avec moi, il serait donc injuste que je ne cherche pas à répondre aussi à sa question
«Je crois surtout que je ne sais pas vraiment ce qu'est la complicité. Disons que c'est un sentiment que je n'ai jamais vraiment eu avec qui que ce soit. Pas même avec ma mère.»

J'avais cité ma mère puisque je sais qu'en temps normal, c'est probablement la personne avec laquelle on peut être le plus complice. Lui avait vécu avec d'autres enfants à l'orphelinat et probablement qu'il a donc pu connaître ce sentiment à cette époque, mais moi non. Ni ma mère, ni les personnes que j'ai connu par la suite ne m'ont permis d'apprendre ce que cela signifiait au fond
«Mais je sais pas... c'était un peu comme si quoi que tu lui dises, elle ne se mettrait pas en colère, comme si vous lisiez dans les pensées l'un de l'autre. Je n'ai pas l'impression que ce soit comme ça entre nous, au contraire, on a plutôt tendance à ne pas se comprendre.»

Je suppose que c'est normal, ils ont plus d'années derrière eux où ils se sont connus contrairement à lui et moi. Je soupirais en basculant la tête en arrière pour regarder un peu le paysage, continuant de fixer le paysage sans vraiment le voir par la fenêtre. Le trajet jusqu'à Ephtéria serait long de toute manière, mais il avait peut être envie de dormir un peu maintenant.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Benedikt » 11 Avr 2013, 00:13

Benedikt se mit à sourire doucement, les sourcils froncés.
« Parfois ce que tu dis, c'est vraiment triste, Vrass... » murmura-t-il tellement bas que le destinataire n'avait peut-être même pas entendu, mais il ne voulait pas l'interrompre. Le botaniste attrapa une de ses mains – pas celle qui s’emmêlait dans ses boucles, le jour où Benedikt refuserait qu'on lui tripote les cheveux ne risquait d'arriver - et déposa quelques baisers légers dessus, comme pour un réconfort non réclamé, pendant que Vrass continuait de s'expliquer.
« Je suppose qu'on est beaucoup plus différent. Je ne sais pas, je trouve ça agréable, j'ai des choses à découvrir. » répondit Benedikt après un moment. « Ouais, et puis... On se connaît depuis moins de trois mois. Je trouve qu'on est plutôt proche par rapport à la date où on s'est rencontrés ! »

Essayant de se rappeler des premiers temps où il avait connu Keira, Benedikt était bien sûr que cela avait pris bien plus longtemps avant qu'il ne lui fasse un peu confiance, encore plus pour la comprendre. Vrass et lui se disputait parfois, souvent à cause de malentendus, mais cela ne durait jamais bien longtemps. On disait bien que les contraires s'attiraient, hé bien pour ce qui les concernait, ils revenaient toujours l'un vers l'autre en courant, et l'un ne refusait jamais les excuses de l'autre. À défaut de finir les phrases de l'autre, cela montrait au moins qu'ils ne restaient pas ensemble parce qu'ils n'avaient rien de mieux à faire.

Le botaniste repensa aux matins où ils étaient tout les deux et où le petit-déjeuner, pris souvent au lit, les gardaient dans leur petit monde où les autres n'étaient que des entités lointaines vaguement inintéressantes. C'était son propre point de vue et Benedikt n'était pas sûr que le tatoueur puisse avoir le même, mais il appréciait assez ces moments pour le considérer sérieusement.
« Je pense qu'on a quelque chose, quand même. Je ne sais pas, ce n'est peut-être pas de la complicité, je ne sais pas trop comment on définit ça, en même temps, alors peut-être que ça ne rentre pas dedans mais... Moi je pense qu'on a... quelque chose. Et puis ce n'est jamais trop tard pour apprendre ce que c'est, la complicité... non ? Même si... ce n'est pas avec moi... »
Benedikt se mordit la lèvre. Allongé sur le dos, il regarda le plafond en bois plutôt que le tatoueur, prêt à laisser tomber sur le tapis un sujet un tabou qu'ils évitaient en général. Mais maintenant qu'ils y étaient, pourquoi pas...
« Vrass... Je suis quoi ? Ou plutôt, on est quoi ? Est-ce que c'est sensé durer longtemps ? Je sais qu'on avait dit qu'on verrait bien et qu'on ne peut pas vraiment prévoir mais... Tu te vois comment, dans cinq ans ? Est-ce que je serais dans tes projets ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Vrass Rannveig » 11 Avr 2013, 00:48

On a quelque chose... oui, ça sonnait plutôt bien. Je souriais légèrement tout en continuant de caresser ses cheveux d'une main, l'autre se retrouvant prisonnière des siennes où il déposait parfois un léger baiser. J'étais bien ainsi, parfois je m'appuyais un peu en arrière pour regarder le paysage défiler assez vite, écoutant les paroles du gosse vis à vis de ce qu'on vit pour le moment.

Je baissais les yeux à un moment et je le voyais se mordre la lèvre, je commençais à connaître cette expression, c'était le signe qu'il voulait demander un truc sans oser, et finalement il se lâcha et ça me surprit légèrement. On n'avait jamais ce genre de conversation, mais au fond, c'est moi qui ai amené ce sujet un peu épineux sur le tapis aussi je devais peut être assumer.

Je soupirais en continuant d'emmêler mes doigts dans ses cheveux, j'en profitais pour le regarder aussi, appréciant ses joues rouges comme chaque fois qu'il était embarrassé, et ses lèvres où la marque de ses dents apparaissait encore
«Iza et toi... vous êtes ma nouvelle famille. Il y a Nathan aussi, j'ai voulu que tu sois avec moi quand je l'ai rencontré, pour me donner du courage d'abord. Mais au fond, il t'a adopté aussi.» - rejeter la faute sur Nathan était un peu trop facile, je marquais un temps de silence, essayant de réfléchir sérieusement à la question - «je crois que je suis fatigué de la vie que je menais jusqu'à présent. Depuis que tu es entré dans ma vie, je ne peux même pas dire que c'est beaucoup plus calme avec tout ce qu'on a vécu mais c'est... différent. Et j'aime bien ça.»

Je ne m'engageais pas à grand chose pour le moment, une part de moi se souvenait de sa réaction lorsque je lui avais fait comprendre qu'il comptait bien plus pour moi que je ne voulais l'admettre. Il s'était presque mis en colère, refusant visiblement qu'on puisse avoir des sentiments l'un pour l'autre
«Il me semble évident que j'espère que tu seras encore là dans cinq ans. Si j'ai acheté le terrain d'à côté pour que tu aies une pièce à toi, ce n'est pas pour que tu disparaisses demain. Même si on peut y mettre la machine à laver, ça fait un peu cher quand même pour une simple buanderie non? »

Je lui souriais d'un air amusé, continuant encore et toujours d'enrouler mes doigts dans ses cheveux
«J'ai voulu agrandir pour nous. Pour avoir une chambre pour Nathan, que tu aies ton bureau afin que cet appart ne soit plus seulement le mien... après, libre à toi de t'en servir ou non, je trouverai toujours quelque chose à y faire. Mais bon... je ne sais pas ce qu'on est, je ne pense pas qu'il y ait vraiment un mot pour le définir, mais je pense que comme tu dis, on a quelque chose. Et je m'en fous un peu du nom que porte cette chose.»

Pas évident pour moi d'être sincère là dessus, mais au fond avec lui, je peux abaisser certaines barrières. Inutile de dire que si un jour il venait à me trahir, je ne sais pas encore comment je réagirais, mais pour sûr que je serais furieux et que je risque de démolir la moitié de mon appartement - en gros, tout ce qu'il aurait touché - mais pour l'heure, je préférais ne pas penser à cette éventualité. Il ne me semble pas être le genre à pouvoir faire du mal volontairement. Si un jour il doit partir, il le fera proprement, je préfère m'accrocher à cette pensée et puis... ça laisse peut être une part de liberté finalement, l'idée qu'on puisse quand même partir sans risquer d'anéantir l'autre?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Benedikt » 11 Avr 2013, 12:56

« M-mh. C'est bien comme ça. » décida Benedikt. Le botaniste n'appréciait pas ce qui était aussi vague, d'habitude. C'était un affront à sa curiosité et cela empêchait généralement de prévoir ce qui pouvait se passer. Mais pour une fois, il préférait entendre Vrass avouer qu'il ne savait pas quel nom donner à leur relation. Après tout, cela les laisserait faire ce qu'il voulait avec ce quelque chose, non ? Plus le temps passé ensemble était grand et plus une séparation serait difficile, mais se protéger constamment de ça commençait à sembler être un mauvais calcul, dans l'esprit du botaniste. Ce n'était peut-être pas la peine de s'engager à quoique ce soit si c'était pour passer encore plus d'effort à s'en distancer.
Benedikt se mit à sourire. « Tu crois que je pourrais faire un jardin dans la cour, quand les travaux seront finis ? Si je m'en occupe tout seul ? »

Non content d'avoir un bureau « comme les gens importants », le botaniste voyait déjà ce qu'il pourrait faire avec un carré de terre battu et un peu d'effort. Il pourrait même peut-être y faire pousser quelques plants pour l'herboristerie qui lui éviterait, et à Belladona, de crapahuter dans la nature pendant des heures. L'été et au printemps, ils pourraient manger sur l'herbe. Ils auraient des arbustes qui se transformeraient un jour en arbres respectables. Il pourrait installer une grande table dans son bureau pour faire des expériences botanique et ranger son bazar. Ils feraient une chambre à Nathan, et ils fêteraient son anniversaire chaque année ; Benedikt pourrait apprendre à faire des gâteaux respectable, qu'il ne mangerait pratiquement pas parce que trop sucré pour lui mais que les Rannveig s'empresseraient de faire disparaître. Le botaniste ferma les yeux soudainement ; mais qu'est-ce que c'était, ça ? Il n'avait plus qu'à réfléchir à leur mariage, à ce stade. N'importe quoi. Il se moqua de lui-même, déposa la main du tatoueur sur son ventre pour la caresser paresseusement avec son pouce, et embarrassé par ses propres pensées, cacha ses pommettes rouges dans les vêtements de Vrass en y enfouissant son visage.

Bon, il reste tout de même que j'aurais un magnifique bureau et peut-être même un jardin, pensa-t-il en souriant. Non doute qu'il se sentirait chez lui à la boutique de tatouage - et qu'il ne se poserait plus de question lorsqu'il dirait « à la maison » pour en parler -, même si c'était aussi un risque, quelque part. Benedikt repensa à son appartement presque vide, dont il n'avait toujours pas réparé la serrure, et où il mettait rarement un seul orteil depuis qu'il avait rencontré Vrass. C'était un loyer cher payé pour héberger un matelas et une pile de boite de conserve qui prenaient la poussière, mais son existence était aussi un élément rassurant pour eux deux, comme l'assurance qu'il y avait une porte de sortie si tout tournait mal. C'était en tout cas le cas pour le botaniste, qui n'aimait pas l'idée de finir dans la rue du jour au lendemain.
Ils étaient encore loin d'Ephtéria, et rêvassant, Benedikt se laissa bientôt bercer par les mouvements du trains et la main du tatoueur dans ses cheveux, s'endormant peu à peu.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Vrass Rannveig » 11 Avr 2013, 14:18

Je ne sais pas trop s'il y aura la place, mais on pourra peut être faire une terrasse par-dessus? Faudra qu'on voit ça en rentrant» - car il est possible que le maçon mette la dalle sur toute la surface du terrain. Je ne sais pas trop ce qu'il a prévu, j'avoue que je lui ai laissé carte blanche, j'ai jamais été très doué en architecture. Au pire, on met quelques pots sur une terrasse ou même un carré de terre, je ne sais pas trop ce dont il pourrait avoir besoin pour ses expériences botaniques.

Je baissais les yeux vers lui pour voir qu'il rougissait en se mordant à nouveau les lèvres avant de se tourner un peu pour se réfugier contre moi
«Ça va? J'ai dit quelque chose qu'il fallait pas?» - je ne comprenais pas vraiment qu'il puisse s'emballer vis à vis de tout ça, finalement, ça ne changeait pas grand chose par rapport à ce qu'on avait déjà non? Je ne pouvais pas lire dans ses pensées, et je ne pensais pas non plus à son appartement. Peu importe qu'il le garde ou non, et même s'il devait le laisser et que ça finissait mal, je ne pense pas que je le laisserais à la rue, il pourrait dormir dans l'une des nouvelles chambres le temps de se trouver autre chose.

Mais je n'avais pas vraiment envie de penser à ce genre de choses. je laissais donc ma main caresser son ventre alors qu'il fermait un peu les yeux. Je préférais ne plus rien dire pour le moment et le laisser se reposer. N'avait-il pas dit qu'il n'avait pas beaucoup dormi cette nuit?
Je soupirais en le laissant s'endormir peu à peu puis j'appuyais ma tête en arrière pour me reposer moi aussi, laissant ma main dans ses cheveux et l'autre sur son ventre ce qui me convenait plutôt bien jusqu'à ce que je m'endorme.

Ce fut les secousses du train qui me réveillèrent, je ne savais pas si finalement le gosse avait dormi autant que moi, mais une chose était sûre, on allait être décalé. Car là, je ne risquais pas d'avoir envie de dormir cette nuit avec une sieste pareille! J'attendais qu'on vérifie qu'on n'avait rien oublié avant de se rendre en ville et là, je m'arrêtais en passant instinctivement mon bras devant lui dans un geste défensif
«Attends... il se passe quoi là?»
Pourquoi tous ces gens sont habillés de noir? On se croirait dans un immense enterrement? Une femme s'approche de moi, le regard pâle et profondément triste
«Le Fléau... il a attaqué Ephtéria il y a quelques jours. De nombreuses personnes ont perdu leur âme.»
Je regardais alors un peu partout, je comprenais mieux. Même si les gens n'étaient pas vraiment morts, sans leur âme, c'était tout comme. Je me tournais vers Benedikt, inutile de dire que finalement là, on allait avoir du mal à profiter de nos vacances. Est-ce qu'il voudrait seulement rester? On pouvait éventuellement passer seulement la nuit et utiliser la perle pour rejoindre Banba dès le matin?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Benedikt » 11 Avr 2013, 23:03

« J'aime pas ça... » murmura Benedikt, qui se blottit instinctivement contre le tatoueur, avant de se rappeler que deux hommes à Païlandune rendait plus étrangement qu'à la Basse-ville. Même si le botaniste ne venait pas de l'embrasser passionnément non plus, ce n'était peut-être forcément une très bonne idée de se montrer trop proche. Surtout que l'ambiance était particulièrement lourde. Benedikt s'éloigna à une distance respectable du tatoueur, observant avec un air interdit le défilé des gens aux vêtements sombres alors qu'ils remontaient une des rues partant de la gare.
Cela ne l'étonna que très peu quand une femme s'arrêta pour leur dire ce qui s'était passé peu de temps auparavant dans la capitale. Il y avait une odeur de catastrophe passé dans l'air et le botaniste connaissait ces moments où on avait à peine fini de découvrir l'ampleur du désastre après le passage des squames. Personne n'avait jamais de bon souvenirs reliés au Fléau, et il n'y avait aucune raison que ce ne soit pas la même chose pour lui. Benedikt se demanda un instant si Wingdrakk en était épargné, mais il n'avait que peu envie de poser la question à Vrass.

« On... devrait chercher une auberge maintenant, non ? Oui, comme ça, ce sera fait... » finit-il par demander à Vrass. Le botaniste devait l'avouer, il avait surtout envie de se retrouver dans une chambre loin du bazar qui régnait partout à Ephtéria depuis probablement un ou deux jours. S'il y avait une chose qui l’inquiétait bien, c'était de s’apercevoir que des personnes qu'il connaissait avaient été victime des squames. Il n'avait pas à demander de leur nouvelles, cela faisait trop longtemps qu'il était parti d'Ephtéria pour cela, mais cela restait des personnes dont la disparition l'affecterait.
Benedikt remonta encore encore quelques rues avant de s'arrêter pour se retourner vers le tatoueur, il venait d'avoir une idée car il reconnaissait l'endroit où ils étaient, tout près d'un endroit qu'il avait visité il y avait bien des années.
« J'en connais une qui doit être chère, c'est plutôt pour les bourgeois, mais je rêvais d'y aller au moins une fois quand j'étais plus jeune. Ça te dirait ? Je pense qu'elle doit exister encore même si la dernière fois que je l'ai vu, c'était… il y a dix ans, environ, oh là là... »

Le botaniste se rappelait de l'endroit comme ayant des lits délicieusement tentant aux matelas remplis de plumes et aux couvertures en soie et en velours, mais à y bien réfléchir, ce serait peut-être, même pour leur niveau de vie sorti de la Basse-ville, un peu trop cher. À l'époque, il n'avait pas pris la peine de vérifier, autant donné qu'il ne risquait pas d'être client. Mais Benedikt avait bien envie de garder Vrass assez occupé pour qu'il ne pense pas à avoir envie de ressortir de toute la soirée, aussi c'était peut-être aussi bien d'avoir du confort...? Parce que vu tout le temps qu'ils avaient passé endormi dans le train, le tatoueur ne risquait pas de vouloir se coucher tôt. Le botaniste attendait la réponse de Vrass pour le guider là-bas ou non, de toutes manières.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Vrass Rannveig » 12 Avr 2013, 01:07

Je n'aimais pas ça non plus, et si Benedikt avait un peu peur qu'on se montre de cette manière, je m'en fichais pas mal de mon côté et je faisais en sorte de rester protecteur envers lui. Mais il s'éloigna quand même de moi et je m'avançais donc dans la rue pour qu'on s'éloigne de la gare. Notre prochaine étape est Banba et je vais devoir utiliser la perle pour ça, donc je n'ai pas besoin de réserver de nouveaux billets.

Au bout de quelques pas alors qu'on voit de nombreuses familles accrocher les signes de deuils à leurs portes ou fenêtres, il veut se rendre dans une auberge et je hoche de la tête pour approuver. Je n'ai pas vraiment sommeil, je ne suis pas fatigué, mais je préfère malgré tout m'éloigner de ce spectacle. Il avait envie de profiter du fait qu'on avait de l'argent pour gagner une auberge réputée pour riches, je souriais en baissant les yeux vers lui avant de hocher de la tête
«On s'est pas amusés à fouiller des terriers de ragondindons pour rien! On est en vacances, on doit en profiter...»

Je sentais que ça lui tenait un peu à cœur, aussi je lui faisais un signe de tête qui disait bien que je le suivais! Prenant une profonde inspiration, j'essayais de regarder droit devant moi pour ne pas voir la désolation de cette ville, comment la capitale du Roi peut-elle être la cible du Fléau? Quoi que, ici ils doivent surtout vénérer Alrik, il est normal qu'Amroth pête un câble de temps en temps et qu'il envoie sa créature leur rappeler qu'il existe aussi. Probablement pour ça qu'il fout généralement la paix à Windrakk.

On finissait par arriver dans cette fameuse auberge, le genre que.. je n'aime pas en général. Rien que la gueule du type au comptoir me donnait la nausée, le genre clinquant qui nous regarde de haut en bas en donnant l'illusion qu'on a du se gourer d'endroit vu notre dégaine
«Une chambre, et pas celle de votre personnel!»
- «C'est un établissement respectable vous savez?»
- «Ce qui compte, c'est qu'on paie, non?»


Je déposais une somme conséquente d'ores sur le comptoir et l'homme semblait froncer du nez en ne sachant pas trop quoi faire, mais avec la récente attaque du Fléau, les affaires ne devaient sûrement pas être bonnes! Ce genre d'endroit doit être probablement réservé aux nobles qui ont des aventures pour ne pas que leur mari ou leur femme ne découvre leur liaison. J'en sais quelque chose, contrairement à ce que pense le gosse, je suis déjà venu ici, mais c'était y'a quelques années et ce n'était pas ce type qui tenait l'accueil à l'époque! Les consignes étaient simples, elle réservait et payait la chambre en premier avant que je ne la rejoigne plus tard, ce n'était arrivé qu'une seule fois et je ne me souviens même plus de cette femme, mais oui, l'endroit je m'en souviens.

Il finit par nous donner une clé, au numéro, je savais qu'effectivement c'était une bonne chambre, mais surtout, il avait pris soin de nous en donner une qui était loin de toutes celles déjà occupées, on s'en rendait compte avec le tableau des clés en vérifiant celles qui manquaient. Ça m'allait très bien. J'entraînais donc Benedikt vers l'étage, le deuxième en réalité, et la chambre qu'on avait se trouvait être tout au bout du couloir, mais au moins, ce serait vraiment une bonne chambre avec baignoire aussi, sauf qu'il faut demander à la femme de ménage de préparer le bain pour avoir de l'eau chaude ici, donc on allait sûrement utiliser encore l'huile de piment d'Amroth, plus simple.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Benedikt » 12 Avr 2013, 15:54

Benedikt laissa échapper une exclamation ravie et se jeta sur le lit, s'y enfonçant à tel point qu'on pouvait se demander qui du matelas ou du botaniste étaient aussi moelleux ou aussi lourd pour autoriser ce prodige. Le botaniste, lui, se mit à sourire dans son océan de couvertures en soies brodées, et prit une voix roucoulante et maniérée ;
« Mon cher Vrass, j'espère que vous avez dans l'idée de vous plaindre à la réception de ce taudis, parce que c'est une honte ! On est traité comme de vulgaires paysans, ici, rendez-vous compte ? » Il reprit son ton habituel pour continuer. « Tu as vu comment il a failli nous mettre dehors ? Trop impoli ! Ou méprisant. Non mais vraiment, pas besoin d'être recouvert de fanfreluches ridicules pour être riche, on vient de la Basse-ville, nous, Monsieur ! Quand tu sauras te servir d'un ordinateur, tu pourras nous regarder de haut ! »

Il se redressa pour enlever ses chaussures qu'il jeta dans un coin de la pièce sans trop y faire attention, comme à son habitude.
« J'ai tellement adoré la tête qu'il a fait quand tu as mis tout ces ores devant son nez ! Crois-moi, s'il y a bien une chose dont rêvent tout les gens pauvres d'Ephtéria, c'est de faire ça ! »
Plus joyeux après la petite scène auquel il avait assisté et la découverte de leur chambre richement décoré, Benedikt s'était remis à sourire, même s'il n'avait pas l'intention de ressortir de si tôt pour autant. Effectivement, le genre de décoration qu'il y avait dans la pièce n'était pas plus au goût du botaniste que probablement de Vrass. Les motifs innombrables qui parsemaient les murs, les meubles et les tissus étaient pour lui au mieux surchargés, au pire nunuche. Benedikt ne voyait pas non plus l'intérêt d'avoir des couverts en argent, ni une baignoire supportée par des pattes de lion dorées – même si pour ce qui concernait cette dernière, le botaniste en était très amusé -.

Mais on pouvait au moins dire qu'ils leurs étaient impossible de trouver quoique ce soit d'inconfortable dans la chambre entière, et puis c'était une sorte de petite revanche pour le botaniste après toutes ces nuits passé à dormir à trois ou quatre dans des lits trop petits pour ça, à l'intérieur d'un dortoir où il faisait toujours froid l'hiver à cause de la cheminé qu'ils n'allumaient que trop rarement.
Benedikt regarda le tatoueur avec un peu d'envie et tendit un bras pour l'inciter à s'approcher de lui.

« J'avais l'habitude de me promener sur les toits avec une gamine des rues, quand j'étais adolescent. » Il y avait bon nombre de bâtiments biscornus voir mal foutus dans la capitale, ce qui rendait l'escalade facile et tentante. Le botaniste était en train de rire lorsqu'il continua. « On s'est baladé autour d'ici et on est tombé devant la fenêtre d'une chambre où deux nobles étaient en train... de s'amuser. Tu ne peux même pas savoir comment j'étais choqué ! C'était la première fois que je voyais ça. Enfin, entre-temps, j'ai eu le temps de vouloir venir là un jour. J'avais raison, c'est plutôt pas mal, non ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Vrass Rannveig » 12 Avr 2013, 17:28

Voir le gosse afficher un tel sourire valait bien tous les ores du monde tiens! Je jetais à mon tour mon sac dans un coin de la pièce avant de le voir se jeter sur le lit et s'y enfoncer au point de presque disparaître! Ça par contre, ça me faisait un peu chier car je préfère les matelas un peu dur, c'est super casse gueule quand c'est mou comme ça, mais bon, ça promet peut être certaines parties de rigolades finalement?

Je jette un coup d'œil sur la déco, et il est clair que ce n'est pas du tout dans mes goûts, mais effectivement on aura au moins la tranquillité et le confort, aussi je me tournais vers le gosse alors qu'il rigolait encore de la réaction du réceptionniste
«Que veux-tu, ils n'ont pas la même notion de ce qu'est la classe que nous!» - je levais le menton en prenant une de ces poses de mannequins pour sous-vêtements qu'on voit sur les affiches de la Basse Ville avant de pouffer de rire et revenir vers lui lorsqu'il me le demandait du regard et des mains. Il me racontait un peu la première fois qu'il avait vu un couple s'envoyer en l'air, et je faisais une grimace un peu moqueuse

«Berk, si c'était des nobles, t'as du voir des trucs pas très élégants! Ils ont toujours des idées tordues les bourges!» - surtout les hommes en fait de ce que je sais. En tout cas, la femme que j'avais «fréquentée» ici voulait justement que je me comporte à peu près normalement car elle n'en pouvait plus de ce que son époux lui demandait. Ils étaient une sorte de couple libre, chacun avait le droit d'aller voir ailleurs et résultat, ils faisaient tout et n'importe quoi, et j'avais eu droit à certains détails dont je me serais bien passé. Déjà, rien que le principe qu'on soit plus de deux ne me plaisait pas trop alors qu'eux apparemment, ça ne les dérangeait pas.

Enfin, je finissais par m'allonger aussi, sauf que le matelas était tellement moelleux qu'en me laissant tomber, j'avais manqué de faire voler Benedikt hors du lit! Il s'était rattrapé in-extremis au bord!
«Oups! Désolé!» - j'éclatais de rire en le ramenant contre moi - ce qui n'était pas difficile vu comment j'étais enfoncé dans le lit - et je ramenais son visage entre mes mains avec amusement - «je sens que ce lit va nous en faire voir de toutes les couleurs! Si on ne se casse pas la gueule au moins trois fois, je mange que des légumes au souper de demain!»

Vous allez voir qu'il va faire tout ce qu'il peut pour se rattraper pour que je perde ce pari tiens!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Benedikt » 12 Avr 2013, 23:54

« Ouais... heu... Effectivement... » Benedikt fronça les sourcils, pas du tout enclin à faire remarquer à Vrass qu'il était bien au courant de certaines idées tordues des nobles en question. Forcément, quand les époux et épouses refusaient, ou quand ils n'avaient personne pour obéir à leurs désirs, il restait toujours les maisons closes où on était à leur service.
« Mais là, ça n'avait rien de terrible, de ce que je me souviens, c'est juste que je suis impressionnable... » rajouta prestement le botaniste avec un nouveau sourire. Il n'eut pas tellement le temps d'en dire plus, parce que Vrass l'avait rejoint alors qu'il le lui proposait, se laissant tomber sur le lit. Benedikt rebondit sur le matelas comme une peluche et manqua de s'étaler par terre, avant qu'il ne se rattrape aux draps et que le tatoueur le ramène vers lui en riant et en s'excusant.

« Oh, vraiment ? C'est un pari ? Tenu ! » Le sourire du botaniste s'élargit alors qu'il embrassait Vrass avant de reprendre. « Mais je te signale que tu n'as donné aucune indications supplémentaires. Quoiqu'on fasse, et où qu'on le fasse, si demain midi, on est tombé moins de trois fois, tu es obligé de tenir ta promesse ! Et tu n'as pas le droit de faire exprès de tomber. D'ailleurs il ne devrait y avoir que les fois où je tombe qui comptent, mais bon, tu as dit on alors je t'en fais grâce. »
Le botaniste fit semblant de vérifier l'heure sur la petit horloge posée sur la cheminée non loin d'eux, jouant la comédie même s'il était un peu surpris d'en voir une mécanique. Ce n'était pas si courant à Païlandune. « Et ça commence... maintenant ! »

N'ayant pas grand chose à perdre dans l'histoire – Benedikt ne pourrait qu'être plutôt fier d'avoir fait manger des légumes à Vrass, au mieux, et au pire, ne pourrait que se plaindre d'avoir mal partout à force de finir par terre -, le botaniste se jeta sur Vrass sans plus attendre et avec moins de précautions qu'on aurait pu attendre. Enfoncées dans le creux du matelas, il semblait y avoir peu de chance qu'ils réussissent à s'en dépêtrer, après tout, mais Benedikt allait sûrement découvrir le contraire bientôt. En attendant, il s'était relevé pour mettre un pied de chaque côté des flancs du tatoueur et faire l'andouille, donc on pouvait penser qu'il ne s'en inquiétait pas trop.
« Tu vois, on ne risque pas de tomber ! » déclara le botaniste en riant.

Oh, désolé, c'est minuscule, je l'ai fait en petit morceaux. :$

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Vrass Rannveig » 13 Avr 2013, 23:15

«D'accord pour qu'il n'y ait que toi qui tombe, mais de toute manière, y'a plus de chance que ce soit toi qui te casse la gueule que moi avec ton poids plume!» - déjà à l'instant, c'est pas lui qui a failli voler à l'autre bout de la pièce juste parce que je me suis allongé?

Enfin, il jetait un petit regard sur l'horloge et lançait donc le compte à rebours, et me sautait dessus pour commencer les hostilités, sauf que là, j'avais envie de jouer un peu sans pour autant qu'on ait à se sauter dessus dans le sens auquel nous étions habitués en temps normal, il se levait pour jouer les andouilles en se tenant debout sur ce lit bien trop mou pour ça et je venais alors lui attraper le poignet pour le faire tomber sur le côté - sur le lit évidemment, je ne voulais pas lui faire mal non plus - et je passais au-dessus de lui pour laisser mes mains glisser sur ses flancs et tenter de chercher des points sensibles aux chatouilles!

Y'avait plutôt intérêt à en trouver, que ce soit les flancs, les aisselles, et même la plante des pieds! Car je comptais bien sur une bonne crise de fous rires pour le faire tomber, y'a rien de mieux pour perdre l'équilibre! Sauf que voilà, alors que j'essayais tant bien que mal - selon sa résistance aux chatouilles - de le torturer, on frappa à la porte, mais avec notre raffut on n'entendait rien et une femme de chambre entra avec un chariot sur lequel reposait des seaux d'eau encore fumante!
»Bonsoir c'est pour le b...» - elle se figea alors en nous regardant vautré l'un sur l'autre, en soit on n'était pas indécent puisqu'on était encore habillés, mais évidemment, ça portait quand même à confusion et elle s'excusa rapidement en fermant la porte derrière elle en virant rouge tomate!

Inutile de dire que là par contre, j'éclatais vraiment de rire et je me retournais donc pour me mettre sur le dos, les mains sur mon ventre sans pour autant me retenir, mais comme j'avais déjà ramené le gosse sur le bord du lit en le retournant la première fois, juste en faisant ça je réussissais à le pousser et je tournais la tête pour voir qu'il avait disparu! Je m'approchais donc en rampant pour le voir par terre, ramenant ma main dans mon menton pour lui lancer un regard des plus joueur
«Et de un!» - et je me remettais à rire...

Court aussi, mais on s'en fout, on s'amuse!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Benedikt » 14 Avr 2013, 02:06

Benedikt hoquetait encore en se tortillant quand la femme de chambre apparut. Il apparaissait que si le botaniste avait une bonne résistance aux caresses suggestives, il n'en avait strictement aucune en ce qui concernait les chatouilles ; sa seule résistance contre celles de Vrass était donc de couiner des morceaux de protestations qu'il n'arrivait même pas à finir, puisque respirer était déjà assez difficile. Le botaniste essaya de se redressa vaguement alors le tatoueur s'arrêtait soudainement, et regarda l'inconnue qui venait d'entrer dans leur chambre avec un visage écarlate et des larmes aux coins des yeux qu'il agrandit immédiatement à la taille de deux soucoupes, en avisant sa présence. Elle n'avait pas l'air mieux, bégayant des excuses inintelligibles alors qu'elle filait hors de la pièce aussi rapidement que ses petites jambes et sa surprise lui permettaient. Une seconde plus tard, Benedikt se retrouvait par terre, pendant que les rires de Vrass envahissaient la pièce. La joue écrasée sur le parquet, le botaniste gigota pour se retourner sur le dos.

« Mais pourquoi tu rigoles, elle va nous dénoncer ! » lâcha-t-il avec un ton de panique évident alors qu'il restait figé dans la position qu'il avait pendant qu'il essayait de remonter sur le lit. Il jeta un regard effaré au tatoueur. Bon dieu, il trouvait ça drôle, lui ! Et puis le botaniste réalisa peu à peu que ce n'était pas cette simple jeune femme de chambre embarrassée qui irait tenir tête à un winghox, d'autant plus un client. C'était un coup à perdre plus que son travail, et puis, il ne fallait pas trop disputer les riches d'Ephtéria et pour pouvoir se permettre de dormir dans une auberge comme celle-ci, ils en étaient forcément pour elle. Ses théories ne devaient pas être si folles que ça si le tatoueur ne s’inquiétait pas au point de trouver ça terriblement drôle.
Benedikt sentit les battements de son cœur se calmer et regarda Vrass qui s'était penché sur le bord du lit, et lui faisait remarquer qu'il venait de tomber pour la première depuis le début de leur pari. « Quoi, non mais genre, les winghox, quoi ! On vous laisse tous faire, ou je rêve ! »

Il se redressa pour attraper un oreiller et le jeter à la figure du tatoueur alors que son affolement s'effaçait peu à peu. Puis remonta sur le lit bel et bien.
« Et je t'interdis de te moquer de moi ! » prévint le botaniste en gémissant alors qu'un léger sourire se frayait à nouveau sur ses lèvres et qu'il frappait encore une fois Vrass avec son arme bien trop inoffensive pour un winghox bâtis pour résister à largement bien pire qu'un tas de plumes recouvert de soie mollement lancé contre lui. « D'abord ça compte pas ! Il y a eu un élément perturbateur et imprévu ! C'était pas dans les règ- »
Benedikt s'arrêta avec un minois pas bien méchamment offensé. Si, si, les règles, il les avait faîtes lui-même, et dire « quoiqu'on fasse, et où qu'on le fasse » pouvait être très clairement retourné contre lui. Mais qu'il était stupide ! Il aurait dû être un peu plus sournois sur ce coup-là.
« Bon, d'accord, mais je m'en fiche, c'est la dernière fois, de toutes manières ! » rétorqua-t-il en lui tirant la langue, avant d'ajouter pour conclure ses propos un troisième coup d'oreiller, qui cette fois ne laissa le temps à Vrass de se protéger avec ses bras et atterrit directement contre son visage. Le botaniste se figea un instant et le jeta sur le côté pour vérifier qu'il n'avait pas fait de mal à Vrass, précaution plutôt comique quand on voyait ce avec quoi il venait de le frapper. À priori, peu de personnes sur Nideyle pouvaient témoigner d'avoir été blessés à lancers d'oreillers. Très très très probablement, même, personne. Mais le tatoueur y gagnait, finalement, puisqu'il se vit instantanément gratifier d'un soigneux baiser d'excuse.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Vrass Rannveig » 14 Avr 2013, 12:03

Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit chatouilleux à ce point, et c'était donc un vrai régal de le malmener ainsi! Pour ma part, je n'ai qu'un seul point faible concernant les chatouilles et je ne comptais pas le lui dire! En tout cas, l'épisode de la femme de ménage semblait l'avoir traumatisé et je le regardais avec un air amusé avant de lui mettre une pichenette sur le nez pendant qu'il était encore par terre
«Mais ne t'inquiète pas, vu le prix de la chambre, elle ne va pas nous dénoncer! Et puis de toute manière, le réceptionniste a bien vu qu'on était deux hommes hein?»

Au pire des cas si ça l'amuse, je crois qu'il lui reste une coquille d'escargot! Elle aura l'air maligne si elle nous dénonce et que finalement je me retrouve au lit avec une femme. Enfin, il me balançait le coussin à la figure et je basculais en arrière en rigolant, mais il se jetait bien vite sur moi en m'interdisant de me moquer de lui tout en continuant de m'agresser à coups de coussins! Et en plus il osait dire que ça comptait pas?
«Hey! si ça compte d'abord! Non mais ! T'es tombé et puis c'est tout!» - et je suis sur que j'aurais pu le faire tomber même sans elle, vu le fou rire que je me suis pris principalement parce que je réussissais à le rendre fou avec mes chatouilles, alors voilà!

Il revenait vers moi en s'avouant finalement vaincu et jugeant que c'était la dernière fois qu'il tombait, je levais un sourcil amusé vers lui alors qu'il me balançait un nouveau coup de coussin en plein sur le nez «Ouille!» - je ramenais mes mains de part et d'autre de l'arête comme s'il me l'avait cassé et il se rapprocha vite pour m'embrasser, je frottais donc mon nez contre le sien avant de plonger un regard malicieux dans le sien «je suis sur que je réussirai encore à te faire tomber, tu verras!»

Je me redressais pour poser mes mains sur ses hanches alors qu'il se retrouvait sur moi et je me mettais à sautiller comme un gosse - en gardant la tête en arrière pour pas prendre le risque qu'il se prenne un coup de corne - de façon à le faire bondir aussi jusqu'à ce que je perçoive un manque d'équilibre et que je le pousse légèrement! Mais c'est qu'il est agile le bougre et il réussit à s'accrocher au dernier moment à mes jambes! Et Flûte! Bon, va falloir trouver autre chose! Surtout que plus le temps passe, plus je commence à avoir envie d'autre chose!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Benedikt » 14 Avr 2013, 22:13

Oui, mais le réceptionniste n'était pas sensé savoir ce qu'ils faisaient plus que partager un lit, non ? Benedikt regarda le tatoueur avec confusion ; c'était une simple auberge, après tout, non ? On cherchait à avoir un toit sur la tête pour la nuit, surtout. Deux hommes qui ne prenaient qu'une seule chambre pouvaient être excusé par le fait que c'était moins cher de faire comme ça. Le botaniste ne s'attarda pas si longtemps sur les détails, peu intéressants pour le moment. Tant qu'eux ne risquaient rien, peu importait ce que les autres pensaient.
« Mmh, attends, c'est pas juste, si tu veux vraiment me faire tomber intentionnellement, c'est facile pour toi ! » répliqua Benedikt en riant, résistant comme il pouvait aux tentatives de Vrass de le faire tomber.

Il roula sur le dos jusqu'au centre du matelas, poussant le tatoueur sur le côté à grands renforts de chatouilles – comment pouvait-il réagir aussi peu ? Par Alrik, mais est-ce que les winghox avaient une peau plus épaisse que les autres ? Ou est-ce qu'il avait une botte secrète ? Un jour, il faudrait qu'il étudie le sujet plus sérieusement - et avec toute la force qu'il pouvait déployer – mais il semblait que le botaniste faisait plus de bruit qu'autre chose, comme si pousser des rugissements guerriers aillait l'aider, ce qui n'était pas le cas -, pour se mettre à sa place. Benedikt poussa un soupir de victoire lorsqu'il réussit à se dégager un peu petit de place au milieu du lit et s'assit en tailleur, retenant difficilement son expression amusée. Mais ne resta pas là sans rien faire bien longtemps, parce que ce n'était vraiment pas drôle.
Le botaniste passa un bras dans la nuque de Vrass pour qu'il se penche vers lui et l'embrassa. Plus longuement et avec plus d'enthousiasme qu'il était nécessaire, apparemment, parce que lorsqu'il baissa les yeux, le corps du tatoueur commençait clairement à montrer des signes d'impatience, le rire clair de Benedikt suivant la découverte.
« Oh, tu as un cadeau pour moi ? » Un air espiègle envahit progressivement mais sûrement le visage du botaniste, déployant un sourire qui lui mangeait la moitié du visage. Voilà pour une fois quelque chose qu'il pourrait tirer à son avantage. « Je peux l'ouvrir ? »
Benedikt tendit la main pour défaire le premier bouton du pantalon de Vrass, puis s'arrêta et se rassit dans sa position initiale.
« Mmmmh... Mais je ne suis pas sûr d'avoir envie de faire quoique ce soit avec toi ce soir si tu n'arrêtes pas de me jeter par terre... » Le botaniste tenta de faire sa tête de chien battu la mieux réussie malgré son envie de rire.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Vrass Rannveig » 15 Avr 2013, 00:13

Bon, c'était loupé pour le faire tomber une deuxième fois, surtout qu'il commençait sérieusement à se faire de plus en plus câlin et ce serait donc de plus en plus dur pour moi de lui résister, surtout avec tous les efforts qu'il déployait! Je devais renoncer à ma place au milieu du lit pour qu'il ait la place, et je basculais légèrement sur lui pour l'embrasser jusqu'à ce qu'il se rende compte de l'effet qu'il me faisait! Eeeeeh ben oui, je change pas hein?

Je pouffais de rire à sa remarque avant de le laisser faire jusqu'à ce qu'il prenne une fausse mine boudeuse pour me faire un pseudo chantage!
«Non mais j'y crois pas... tu me fais du chantage? Une nuit de folie contre une assiette de légumes?» - je pouffais de rire en voyant qu'il était presque sérieux, et je commençais donc à attraper son poignet pour le tirer vers moi, affichant un regard des plus séducteurs pour le faire succomber, même si je sais combien il est doué pour me résister - «bon, je te promets que je ne fais pas exprès de te faire tomber, mais ce ne sera pas ma faute si tu tombes quand même hein?»

Non mais hé! J'y pouvais rien moi si des fois je me laissais emporter. En tout cas, je ne comptais pas y aller avec des pincettes cette fois, l'ambiance n'est plus aussi romantique qu'à Aspasie avec la cheminée et la peau d'euther! Là, on est parti pour faire des conneries plus grosses que nous-mêmes! Je crois qu'après notre passage, on va savoir pourquoi ce matelas est aussi mou!

.¤*'*¤.¤*'*¤.¤*'*¤.¤*'*¤.¤*'*¤.¤*'*¤.¤*'*¤

Affalé en travers du lit, sur le dos et les bras écartés, couvert de sueur alors que je fixe le plafond, je baisse les yeux vers lui avec un certain bien être
«Bon, t'es toujours pas tombé! C'est que t'as un sacré équilibre! Et pas que pour rester sur le lit!» - je pouffais de rire en ramenant une main sur mon torse en cherchant à reprendre mon souffle. C'est que mine de rien, ça crève tout ça! Je baissais à nouveau les yeux vers lui, cherchant à glisser ma main dans ses cheveux avant de prendre une nouvelle inspiration pendant que mon rythme cardiaque se calmait peu à peu.

«Tu sais quoi? Je crois qu'on a bien mérité un bon bain!» - non mais vraiment je crois que ce gosse me rend vraiment dingue en fait...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Benedikt » 15 Avr 2013, 13:38

« Je ne pense pas que tu m'aurais laissé m'éloigner, non plus. » gloussa Benedikt lorsqu'il entendit le tatoueur faire quelques remarques à propos de son équilibre. Il enfonça le bout de son nez dans le ventre du winghox pour y déposer un baiser, alors qu'il continuait et parlait... d'un bain ? Ça, c'était intéressant...
« Ah... Tu as raison... » murmura-t-il. Le botaniste resta pourtant encore quelques minutes sans trop bouger, sauf pour quelques caresses paresseuses à l'intention du tatoueur, ramolli par la chaleur et la satisfaction. Ce ne fut que quand sa respiration fut redevenue régulière qu'il se décida à quitter le confort des bras de Vrass.

Grimaçant clairement alors qu'il se relevait et faisait quelques pas en s'étirant pour atténuer la douleur dans son dos, Benedikt disparut dans la salle de bain sur des pieds hésitants, et resta quelques secondes dans l'encadrement de la porte, donnant une vision bien courageuse devant sa position à l'allure déterminée. Dommage que les seuls qui pouvaient se sentir intimidés par un petit botaniste même pas habillé étaient la baignoire en fonte et quelques affaires de toilettes. Mais le but n'était pas là et le botaniste s'aperçut très vite après quelques secondes d'observation qu'ils leur manquaient tout simplement de quoi se débrouiller pour obtenir de l'eau, chaude ou froide.
« 'Sont assistés, les riches, ohlàlà, même pas capable de se remplir une baignoire tout seuls. Parfois je me demande ce qu'ils font de tout ce temps libre sans avoir rien à faire. » Il se retourna vers le tatoueur pour revenir vers le lit, zigzaguant sur le chemin parce qu'il s'étirait en même temps.
« Ils font peut-être la même chose que nous, du coup. En plus d'avoir des dîners qui durent des heures et qui sont trop ennuyeux. »
Benedikt retomba à plat ventre juste à côté de Vrass, puis se tourna vers lui pour le regarder malgré son visage à moitié caché par les couvertures avec un léger sourire enjôleur.
« Il faut demander à la servante pour avoir de l'eau pour le bain, mais c'est toi qui y va, hein...? Parce que sincèrement, si tu m'obliges à descendre des escaliers maintenant, tu devrais être accusé de torture. » Et puis, même si Benedikt était moins enclins à l'avouer, il avait un peu de mal à rassembler assez de courage pour se montrer devant elle après ce qu'elle avait vu. Ce n'était pas si gênant que ça, ils n'étaient même pas en train dans une situation vraiment embarrassante à ce moment-là, mais elle venait de Païlandune, et si le tatoueur risquait fort de l'entendre bredouiller dans le vide, le botaniste lui s'attendait clairement à une ou deux remarques acerbes pour lui. Il y en avait eu pour moins que là. Et bien que Benedikt n'était pas forcément attentif à l'opinion des gens, bien conscient depuis longtemps qu'il n'était pas la peine de leur demander leur avis sur certains sujets, ce n'était pas bien agréable. Il préférait clairement rester dans la petite bulle chaleureuse de sa présence et de celle de Vrass.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Vrass Rannveig » 15 Avr 2013, 15:17

Quoi? Ils mettent même pas de quoi avoir de l'eau soi-même ici? Mais quelle bande d'assistés! Je me redressais en position assise alors que le gosse revenait en titubant un peu, c'est vrai que j'y suis peut être allé un peu fort cette fois, le pauvre, je vais finir par le casser en deux à force! Enfin, il ne voulait pas aller voir à l'accueil pour demander de l'eau et je pouvais bien le comprendre après ce qu'il s'était passé, dans ces cas là, vaut peut être mieux être un winghox en effet!

Je pouffais de rire avant de l'attirer vers moi avant en tirant son poignet pour l'embrasser, puis je frottais mon nez contre le sien avant de murmurer
«Ok j'y vais, mais tu devrais t'habiller un peu, si la femme de ménage te voit dans cet état, on va finir au bûcher toi et moi!» - enfin surtout lui, moi ils auraient du mal à trouver un four assez grand! Mais bon de toute manière, au pire des cas, je n'ai pas utilisé la perle aujourd'hui et on déguerpira plus vite que le temps de dire Nox!

Je me levais rapidement pour enfiler mon pantalon et un t-shirt, restant pieds nus avant de sortir de la chambre et descendre au rez-de-chaussée, de là, la femme qui était entrée toute à l'heure se mit à rougir en me voyant et je lui souriais d'un air amusé
«Quoi?»
- «Je.. n.. non pardon monsieur»
- «On aurait besoin d'eau chaude maintenant pour un bain..»
- «... on?»
- «Ben oui, on est deux vous savez? On n'a pas le droit de prendre un bain?»
- «Oh euh.. oui bien sûr. Je vais venir vous porter les seaux d'eau pour le premier, vous n'aurez qu'à m'appeler quand il vous faudra de l'eau chaude pour le deuxième!»
- je voyais bien qu'elle cherchait désespérément une explication et je venais hocher de la tête - «pas la peine, on a un truc de Sayah pour réchauffer l'eau, je m'en servirai.»

Elle semblait soulagée sur le coup puisque je sous-entendais bien qu'on ne prendrait pas notre bain ensembles avec Benedikt, qu'on irait chacun notre tour. Elle devait finalement penser qu'on n'était des amis proches qui ne s'étaient pas vus depuis longtemps... elle me suivit dans l'escalier avant de bifurquer vers la salle où ils chauffaient l'eau et entreposaient les seaux, moi pendant ce temps, je revenais dans la chambre en pouffant de rire
«C'est notre copine de toute à l'heure qui nous apporte l'eau! Elle pense qu'on va prendre un bain chacun notre tour!» - je m'asseyais sagement sur le lit avant de regarder l'état dans lequel il était. Elle va avoir du mal à croire qu'on a fait que chahuter un peu avec l'odeur qui régnait ici, mais tant pis!

Elle entrait après avoir frappé et je lui faisais signe de la tête d'y aller, mais je voyais bien à sa tronche qu'elle s'inquiétait de l'ambiance des lieux et je me mordais les lèvres en la regardant passer d'un air innocent.
Il ne fallut pas plus de quelques minutes pour qu'elle vide les seaux dans la baignoire et file en me rappelant que si besoin elle pouvait revenir
«Vous pourriez juste nous laisser quelques seaux d'eau froide?»
- «Oh euh... oui, bien sûr...»
- elle fit donc demi tour pour nous laisser les derniers seaux dont elle n'avait pas eu besoin et filer une bonne fois pour toute, les joues toujours aussi empourprées.

Je me levais et retirais rapidement mes vêtements qui me collaient à la peau avec la sueur, et ça me faisait penser à un truc aussi je passais juste la tête par la porte - car oui maintenant j'étais à poil
«Dites! y'a moyen d'avoir une petite lessive?»
- «O... oui bien sûr monsieur, je vais vous donner un panier pour y mettre vos vêtements et vous les aurez demain matin?»
- «Parfait!»
- elle retourna dans la salle avant de revenir en courant, lorsque j'attrapais le panier, elle eut le temps de me voir nu et détourna si vite les yeux que je crus qu'elle s'était fait un torticolis! Je devais vraiment me retenir de ne pas exploser de rire à nouveau avant de fermer la porte et poser le panier par terre. J'y jetais mes fringues en invitant le gosse à faire de même s'il voulait!

«Bon allez hop! Au bain monseigneur!» - dis-je d'un ton moqueur.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Benedikt » 15 Avr 2013, 21:01

Lorsque la femme de chambre revint, Benedikt avait fait le lit proprement et s'était rhabillé. Assis en tailleur, le botaniste se tenait bien droit comme il faut et n'avait pas l'air si dépravé. Vrass l'avait rejoint, assis aussi sagement à côté de lui, mais malgré leurs petites efforts, la scène rendait finalement assez faux. Rien de terrible, mais quand on pouvait facilement remarquer que quelque chose clochait ; les cheveux en bataille de Benedikt, son sourire un peu trop éclatant et retenu pour être présentable, ses pommettes rouges qui donnait l'impression qu'il venait de courir, leurs vêtements qui leur collaient à la peau, le manque de sous-vêtements en ce qui concernait le botaniste, mais ça, personne n'était sensé le savoir comme ça. Et surtout, la façon artificielle dont ils se tenaient là comme des babioles sur une cheminée. Même si cela ne dénotait pas vraiment avec le reste de la pièce surchargée. Ils étaient finalement plutôt drôle, figée dans une photo de famille particulièrement originale.
Elle fila aussitôt qu'il lui était possible, pourtant, parce qu'il était évident qu'ils la mettaient à l'aise, d'autant plus Vrass qui ne se retenait pas de lui faire remarquer son embarras et lui redemanda ses services deux fois, dont une dans le plus simple appareil.

« Ah bah bravo ! Moi je n'ai pas le droit d'avoir des gens qui s'approchent de moi mais toi tu te montres nu devant n'importe qui ! » déclara Benedikt d'un air faussement offensé, alors qu'il croisait les bras et se mettait à rire, dès lors qu'il était sûr qu'elle s'était éloigné.
Le botaniste se déshabilla à nouveau pour jeter ses vêtements dans le panier que venait de déposer devant lui Vrass, et en rajouta quelques autres qui venaient de son sac, avant de se retourner vers ce dernier. Il irait descendre le panier, ou Vrass pourrait le fair, lorsqu'il serait enfin propre de la tête aux pieds. Ce n'était pas urgent. Relevant la tête alors que ce dernier lui annonçait l'heure du bain, il se remit à rire.
« Oui, oui, j'arrive. Dis donc, si je suis un seigneur, tu ferais mieux de ne pas me donner d'ordre, mon cher. » répondit Benedikt avec un sourire en coin, avant d'attraper la main du tatoueur pour l'entraîner avec lui.

La salle de bain restait plutôt fraîche, au plus grand bonheur du botaniste, qui même s'il préférait clairement se laver à l'eau chaude, trouvait sa chaleur corporelle encore un peu trop haute pour être vraiment agréable, sans parlait de la sensation poisseuse qui allait pour l'instant avec. Après avoir laissé Vrass s'installer, Il se glissa dans l'eau chaude avec un murmure vague de satisfaction.
« Si c'est toi qui me lave les cheveux, tu as le droit de demander une faveur en échange. » Benedikt se tut un instant et se lova dans les bras du tatoueur, c'était toujours un peu risqué de ne pas mettre de conditions à ses promesses. Après on ne pouvait pas se plaindre du résultat ! Surtout que ça pouvait ne pas valoir du tout un shampoing, quand l'unique raison était d'avoir d'autres mains que les siennes dans ses cheveux.
« Heu, valable une semaine et rien qui concerne le ménage. Quoique, ce n'est pas comme si tu le faisais vraiment à la boutique. Disons rien... Oh, je ne trouve pas. Disons rien de trop horrible. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Vrass Rannveig » 15 Avr 2013, 23:12

C'est vrai que si les rôles avaient été inversés et que Benedikt s'était baladé à poils devant une femme de ménage, j'aurais fait la tronche, je le sais mais voilà, l'adepte de faites ce que je dis, pas ce que je fais hein, c'est tout moi. Aussi pour le moment, je pouffais juste de rire avant qu'on aille se plonger dans un bon bain.

Je m'y glissais le premier, écartant bras et jambes pour qu'il puisse venir contre moi, et je déposais déjà un premier baiser sur sa tempe alors qu'il se lovait contre moi avec un certain apaisement. Je fermais paresseusement les yeux, je me sentais bien là, tout simplement. Pas besoin de plus finalement, on est juste bien, non? Mais déjà la voix du gosse me tire de ma torpeur et je baisse la tête alors qu'il me propose de lui laver les cheveux en échange d'un service? Je venais pousser un léger rire avant d'attraper le savon et le plonger dans l'eau avec mes mains pour pouvoir lui mouiller les cheveux et commencer à les laver

«Je sais déjà quel service je vais te demander... ça fait un moment que j'y pense en fait...» - il devait probablement s'attendre au pire, aussi je laissais planer un certain suspens. Non je n'allais pas lui demander de m'épouser et je doutais fort qu'il pense une telle chose venant de moi. Au bout de quelques secondes pendant lesquelles je coordonnais mes pensées, je finissais par lâcher le morceau tout en massant délicatement son cuir chevelu du bout des doigts, faisant au passage mousser le savon - «j'aimerais que tu acceptes que je te fasse le tatouage du bourdon.»

Je ne sais pas s'il se souvient de ce que ça fait, et pour sûr qu'il va imaginer qu'il n'a pas besoin d'une telle chose vu son caractère naturellement optimiste et enjoué, mais c'est justement parce que je l'aime ainsi que je veux qu'il fasse ce tatouage - «C'est une sorte d'anti-dépresseur. Je sais que tu vas penser que tu n'en as pas besoin, mais c'est parce que j'aimerais nous acheter les perles jumelles...»

Je remettais un peu d'eau dans mes mains, le laissant éventuellement poser des questions, mais je continuais mon explication - «ces perles permettent de garder un certain contact entre elles. Si tu en as une et moi l'autre, nous pourrons plus ou moins savoir comment va l'autre. Mais ces perles ont tendance à créer une certaine déprime et c'est pour ça que le bourdon sera utile, ça contrera ces effets.»

Il ne fallait pas non plus prendre ça pour un téléphone portable. Ces perles permettent surtout de savoir si l'autre est en vie déjà, s'il va bien tout ça, ça permet de ressentir les émotions les plus fortes. Si on avait été en possession de ces perles lorsqu'il s'est fait enlever, j'aurais pu le retrouver bien plus facilement, j'aurais commencé à le chercher bien plus tôt. Enfin, j'attendais déjà de voir ce qu'il en pensait, le bourdon est un petit tatouage discret donc il n'aura pas trop besoin de se casser la tête sur ce qu'il veut finalement.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Sous les sunlights d'Ephtéria?

Messagepar Benedikt » 16 Avr 2013, 00:42

Benedikt se figea, partagé entre la curiosité et l’inquiétude. Depuis combien de temps y pensait-il et pourquoi ? La botaniste n'eut d'autre choix que d'attendre le début des explications pour se remettre à respirer, et la fin de celles-ci pour comprendre où il voulait en venir. Il soupira, difficile de prendre une décision, et même si c'était normalement un service qu'il aurait dû accepter à cause de sa promesse, c'était une proposition trop sérieuse pour être considéré comme tel.

« D'accord, je ne dis pas que je refuse... Mais... Ça me semble un peu bizarre comme ça. J'ai quelques questions, avant. Beaucoup, en fait. »
Il se rapprocha du tatoueur, le laissant continuer de passer ses mains savonneuse entre ses boucles.
« J'avoue que j'aime l'idée d'avoir quelque chose comme ça, surtout quand on va rentrer à la Basse-ville. Mais... » Le botaniste se tut quelques instants, lui aussi devait réorganiser ses pensées pour ne pas perdre le tatoueur sous sa tonne de questions, pas plus qu'il ne serait déjà, au moins.
« Comment elles marchent, ces perles ? Qu'est-ce qu'on est en mesure de refuser de communiquer avec l'autre ? Qu'est-ce que tu entends exactement par « savoir comment va l'autre », on peut discuter, ou tu sentiras comment je me sens et inversement ? Elles fonctionnent tout le temps, j'imagine ? »

Benedikt se mordit la lèvre et ramena ses genoux contre lui alors qu'il réfléchissait. Il n'avait pas besoin de demander d'où la proposition était venue. Quelque part, c'était une sorte de solution. Le botaniste se demandait parfois s'il serait toujours réticent à sortir de la boutique de tatouage, et il y avait eu tout le temps d'y réfléchir aux petites heures du matin alors qu'il lui était impossible de se rendormir. Même s'il avait bien du mal à l'avouer, l'idée même de se balader seul sur les trottoirs de la Basse-ville, et encore plus des Ghettos, lui faisait grincer des dents. Et cela le mettait d'autant plus en colère que ça allait à l'encontre de son caractère et que ce n'était vraiment pas faire preuve de courage. Benedikt avait toujours aimé se promener pour le simple plaisir, n'importe où pourvu qu'il y ait des choses intéressantes à découvrir, et dans les villes – à fortiori l'état Atlante -, il y avait toujours pleins de découvertes à faire ; dans la campagne, il y en avait parce qu'il était botaniste. Il ne risquait pas de le faire forcément avec Vrass parce qu'il savait d'avance que cela ne lui plairait pas vraiment. Mais est-ce que ce serait toujours possible quand ils rentreraient, quand il deviendrait méfiant chaque fois qu'une voiture passait trop près de lui – et il y en avait tellement là-bas -, qu'il éviterait les endroits à l'air trop peu fréquenté et ceux qui l'était trop ?
Le principe des perles jumelles était plutôt séduisant, parce que cela le rassurait malgré le fait que cela n'empêcherait personne de lui faire du mal et qu'il était difficile de se convaincre à attirer automatiquement Vrass dans ses propres ennuis – qui n'était pas du genre à demander de l'aide pour faire des opérations sauvetage, non, lui rentrait dans un bâtiment du quartier des affaires et tapait du poing sur la table en exigeant qu'on lui rende son botaniste personnel -. D'autant plus séduisant parce que cela pouvait marcher pour des milliers d'autres situations. Même pouvoir communiquer en privé avec Vrass alors qu'ils se trouvaient avec d'autres personnes semblait tentant, même si c'était de manière complètement sommaire.

« Et... le tatouage du bourdon, qu'est-ce que ça va changer dans mon humeur ? Est-ce que ça va simplement m'éviter de déprimer quand je communique avec toi, ou est-ce que je serais toujours content ? Ou est-ce que ça enlèvera simplement des choses que je n'aurais pas dû ressentir à l'origine ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Suivante

Retourner vers Ephtéria la Grande

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron