A l'assaut de la grande ville !

Imprenable cité ceinte de hauts remparts, Ephtéria est la capitale des peuples du nord. Elle abrite le château du Roi, sa cour, son armée, mais aussi son arène dont les sous-sols sont creusés des geôles tant redoutées.

Image

A l'assaut de la grande ville !

Messagepar Bell Petipa » 09 Jan 2016, 20:49

Précédemment

Bell, en regardant Sinnæus se faire soigner, est bien embêté d’entendre qu’il faudrait bien trois semaines avant que l’intéressé puisse enlever son attelle. C’est bien long, trois semaines. Pour le danseur, se fouler la cheville est une vraie catastrophe susceptible d’entrainer de gros ennuis dans un torrent de larmes ; de se voir enlever son rôle pour les représentations à venir, par exemple. Qu’on puisse prendre la chose aussi bien, comme l’orphe oiseau qui sourit grandement en apprenant qu’ils sont proches d’Ephtéria… Ça lui passe au-dessus.

Le danseur n’arrive pas à comprendre, même s’il sait bien que les enjeux ne sont pas les mêmes. Quelque part, il serait presque jaloux. Après tout, Sin’ utilise aussi son corps en tant qu’outil de travail, et il n’en fait pas tant un plat que tous ceux qui appartenaient à la compagnie de danse de Bell. C’est plus de l’inquiétude qui assombrit le visage du blessé lorsqu’il lui demande s’ils auront assez d’argent pour vivre jusqu’à sa guérison, pas la terreur sans nom qui avait envahi le danseur lorsqu’il s’était fait mal à un genou quelques années auparavant.

« Je suis content que tu le prennes aussi bien. » murmura-t-il alors, pourtant toujours plein de culpabilité, ce qui le poussa à continuer : « Mais ne t’inquiète pas pour l’argent, je payerais pour nous autant que je peux jusque-là. C’est ma faute si tu es blessé alors c’est à moi de payer. »

Bell s’arrêta de parler un instant pour réfléchir. Sinnæus disait qu’il ne savait rien faire d’autre, ce qui lui semblait bien peu probable pour être honnête, mais après tout, il n’aimait pas contredire les gens quand ils parlaient d’eux-mêmes. Si ça se trouve, c’était vrai. Le danseur, s’il y réfléchissait bien, ne savait pas faire grand-chose non plus. Danser, d’accord, mais à part ça ?
Le problème de devoir s’investir autant dans une passion, c’était qu’il n’y avait de place pour rien d’autre. C’était, au final, la raison pour laquelle le danseur errait à travers des terres qu’il ne connaissait pas ; incapable de savoir quoi faire s’il n’était plus dans sa compagnie de danse, il s’était enfuit dans un voyage qui ne demandait que de la détermination.

Retrouvant le fil de ses pensées, Bell posa un regard embêté sur son compagnon de voyage. Ils avaient beau être très différents, ils ne l’étaient pas autant qu’il pensait, au final…
« Et bien, moi non plus je ne peux pas danser pour de l’argent ici, alors on est deux. On apprendra et puis c’est tout ! Pour l’instant, j’ai encore quelques économies, il faut en profiter. »
Le danseur lui fit un signe de la main pour qu’ils continuent leur route. Mieux valait être positif dans la vie ! Bell savait lire et écrire, cela pourrait sans doute se révéler utile en Païlandune. Sin’, lui, pourrait sans doute l’aider quoiqu’on leur demande de faire. Et puis en attendant, surtout, il fallait trouver une auberge pour la nuit.
« On pourra réfléchir à ça plus tard, de toutes manières. Trouvons une auberge, déjà. »

La route était facile et agréable, aussi il valait mieux en profiter. Il fallait dire qu’il faisait doux et que la campagne autour d’Ephtéria offrait des champs bien cultivés à perte de vue. Ce n’était pas difficile de suivre les chemins de terre utilisés par les paysans et leurs charrettes, et Bell appréciait beaucoup ce genre de paysages, si différents des Ghettos de son enfance.

Et pourtant, les pourtours de la ville s’étalèrent rapidement devant eux, si bien qu’ils regagnèrent les ruelles pavées et étroites qu’on trouvait aussi à Aspasie ; sauf qu’ici, tout semblait plus peuplé et fourmillant. Habitué à la foule de la basse-ville, Bell observa d’un œil intéressé son compagnon de voyage, qui avait l’air de venir d’un coin assez perdu, avant d’être distrait par une enseigne prometteuse.
« Ah, une auberge ! »

Avatar de l’utilisateur
Bell Petipa
Hybride

Âge: 32
Crédit: 132.00 Ore(s)
Suivi: Image
Métier: Danseur de ballet
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Ama de LaurenJacob

Re: A l'assaut de la grande ville !

Messagepar Sinnæus Notos » 16 Jan 2016, 18:25

« Oh non, c’est pas ce que je voulais dire ! C’est aussi de ma faute, j’aurais dû faire plus attention en décollant… Et puis ça m’arrive souvent. Je suis pas très solide… »

La voix de l’Orphe, d’abord presque paniquée, a pris des accents d’excuses sur la dernière phrase. Il est vrai que la plupart des gens auraient bien mieux supporté la chute que lui, et que sa morphologie particulière est pour beaucoup dans le résultat. En tous les cas, il ne blâme pas une seule seconde Bell, et s’inquiète même que ce dernier puisse s’en vouloir ; selon lui, si c’est la faute de quelqu’un c’est bien la sienne, et pas celle du danseur qui ne pouvait pas prévoir ce qui allait se passer ; et il ne voit donc pas pourquoi ce serait à lui de payer jusqu’à ce qu’il se remette.

Il est en revanche réconforté par la suite des paroles de son ami. S’il a du mal à imaginer qu’il se compare à lui, alors qu’il s’est montré si débrouillard en tout depuis qu’il l’a rencontré, son attitude positive suffit à rassurer Sin’. S’il dit que ça va aller, c’est que ça va aller ! Si bien qu’il retrouve bien vite son sourire et son entrain habituel, même s’il n’est pour sa part pas vraiment persuadé d’être capable d’apprendre quoi que ce soit d’utile… au moins il est avec Bell !

« Oui ! Et puis il me reste aussi des sous, ça devrait aller. On fera juste attention à ne pas tout dépenser. »

De toute manière, il n’était pas du genre à acheter grand-chose, ils devaient être capables de tenir un certain temps en se contentant de la nourriture et de l’hébergement. Bien sûr, en se faisant cette remarque, il avait en tête les prix dont il avait l’habitude, dans son petit village, et n’avait aucune idée de ce que ces choses pouvaient coûter dans la capitale de Païlandune…

Le trajet est agréable, et ils arrivent rapidement en vue de la ville. Si les champs et les petits chemins qu’ils ont parcourus pour y arriver semblaient familiers à Sin’, ce n’est manifestement pas le cas de la vision qui s’offre désormais à lui ! L’Orphe en reste les yeux écarquillés et bouche bée. C’est immense ! Il trouvait qu’Aspasie était une grande ville, mais il se rend compte qu’il n’a rien vu !

Tout ça l’intimide un peu, en fait, d’autant que ce n’est pas seulement immense, mais également très peuplé ! Ça doit bien être la première fois qu’il voit autant de monde réunit à un seul endroit… et il ne voit qu’une toute petite partie de la ville ! Il jette des regards de tous les côtés, incapable de poser son regard plus d’une seconde sur quoi que ce soit avant que son attention ne soit irrésistiblement attirée ailleurs, tiraillé entre l’émerveillement et la nervosité. Pour se rassurer autant que pour éviter de le perdre au milieu de toute cette foule, il attrape la main de Bell, qui a pour sa part l’air tout à fait dans son élément, et le suit sagement puisqu’il a l’air de bien mieux savoir où aller.

De fait, le danseur trouve rapidement une auberge, qui à en juger par un premier regard à l’intérieur semble tout à fait dans leurs moyens, tout en restant apparemment fréquentable. Si près des limites de la ville, ce sont surtout des voyageurs qui s’y arrêtent, tout comme les deux jeunes gens, pour se reposer d’un long voyage.

L’aubergiste leur jette un rapide regard en biais, mais semble satisfait dès qu’il constate qu’ils ont de quoi payer. Il leur lance un regard un peu plus appuyé quand ils demandent une chambre pour deux — il faut bien économiser ! — mais ne fait pas spécialement de commentaire.

Le repas qui leur est servi n’a rien d’exceptionnel, mais il est raisonnablement bon, pour le prix, et cale allègrement la faim que Sin’ se découvre en se mettant à table, ayant avant cela plus ou moins oublié qu’il n’avait rien oublié depuis le petit déjeuner. Comme leurs moyens sont pour le moment limités, ils évitent de trop s’attarder dans la salle commune, où le tenancier n’apprécie guère que l’on occupe une table sans consommer, et ils montent assez tôt dans leur chambre. De toute manière, l’Orphe est épuisé après toutes ces émotions, si bien qu’il s’effondre rapidement dans l’un des lits, sombrant dans un sommeil bienvenu sans se soucier si Bell en fait de même, ou choisit d’occuper sa soirée d’une façon ou d’une autre.

Le lendemain matin, c’est Pip’ qui réveille l’Orphe, apparemment mécontent qu’on se soit si peu occupé de lui la veille, par des petits coups de bec amicaux, mais déterminés. Aux rayons obliques qui entrent par la fenêtre, Sin’ constate qu’il est encore assez tôt, mais il se sent reposé et en pleine forme, son attelle ne l’ayant pas du tout gêné pour dormir. Voyant que Bell dort encore, il se dit que c’est cette fois son tour d’apporter le petit déjeuner.

Le patron étant apparemment également encore au lit, c’est une jeune femme qui s’occupe de lui. Il prend le temps de discuter avec elle, ne voulant pas réveiller son ami trop tôt, puisqu’il ne sait pas à quelle heure il s’est couché. Le soleil est donc cette fois bien levé quand il remonte — avec force précautions — le plateau de petit déjeuner dans la chambre. Il manque d’ailleurs de tout renverser quand il en arrive à l’étape délicate de l’ouverture de la porte, et finit par poser le plateau, qu’il récupère une fois le passage libéré. Sans trop savoir si c’est à cause du boucan qu’il a fait ou simplement parce qu’il avait fini, il constate en entrant que Bell est cette fois bien réveillé, et le salue avec un grand sourire, tout en déposant le plateau sur le lit.

« Bonjour ! C’est pour toi. Tu as bien dormi ? »

Il laisse le temps au danseur de répondre, et de s’installer pour manger, et s’assoit sur son propre lit avant de reprendre la parole :

« J’ai parlé un peu avec Tasha ce matin — c’est une des cuisinières ici —, elle m’a dit qu’ils n’embauchent personne en ce moment à l’auberge, mais que si on a besoin d’argent il y a des panneaux en ville où les gens affichent quand ils ont besoin de service, ce genre de choses. Tu voudras qu’on aille voir, quand tu auras fini de manger ? »

Il ne se rend pas vraiment compte que c’est peut-être un peu agressif de lui sauter comme ça dessus dès le réveil, mais il est tellement fier d’avoir réussi à faire quelque chose d’utile, pour une fois, qu’il n’y pense même pas !


Je me disais que ça pourrait être rigolo de lancer nos deux zigotos dans une mission (ou même une quête) quelconque, vu comme ils sont doués tous les deux… XD Mais aucune obligation si ça ne te dit pas, bien sûr ! ;) Si oui, je te laisse choisir laquelle, vu que de toute manière il ne faut pas compter sur Sin’ pour prendre une décision… x)
Et comme d’habitude, si je suis allé trop vite dans mon post ou que quelque chose ne te convient pas, n’hésite pas à me le dire ! (Oui je sais, je me répète, mais je préfère le dire trop que pas assez…)

Avatar de l’utilisateur
Sinnæus Notos
Abonné absent

Âge: 28
Crédit: 887.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Messager (en congé indéterminé)
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Bete dhe.. by omupied & Golden eagle by Manzanedo, modifications par Vraas Rannveig ♥

Re: A l'assaut de la grande ville !

Messagepar Bell Petipa » 18 Jan 2016, 01:53

Le danseur est encore en train de se frotter les yeux lorsque Sinnæus, complètement éveillé et bien enthousiaste, dépose un plateau plein de nourriture sur le lit. Hé bien, il est bien matinal, celui-là. Bell baille et s’étire tranquillement.
« Merci, c’est gentil. » - Il soulève le couvercle d’une théière dont la vapeur amène une bonne odeur. Dommage, pas de café, mais Bell s’en passera bien. « J’ai bien dormi, oui. »
Écoutant d’une oreille encore ensommeillée le flot des paroles de son compagnon de voyage, le danseur attrape son portable dans son sac et ouvre de grand yeux. Mais qu’il est tard ! Une culpabilité idiote l’envahit aussitôt, lui qui est habitué à se lever si tôt tous les jours, y compris le dimanche. Si bien qu’il met quelques longues secondes à répondre à Sinnæus, le temps de retrouver le fil de ses paroles et de comprendre de quoi il parle.

« Tu perds pas de temps à te faire des amis, toi ! Je croyais que t’étais sensé être timide ? » s’amuse d’abord Bell avec un léger sourire avant de mordre dans une des tartines qui est devant lui. « Mais oui, c’est une bonne idée. En plus, ça nous permettra de rencontrer des gens facilement pour leur poser des questions sur ton frère. »
Parce qu’après tout, ils étaient là pour ça. Le danseur jette à nouveau un regard vers les numéros accusateurs qui s’affichent sur son portable. Il ne s’est pourtant pas couché tard, hier. L’orphe oiseau s’étant écroulé sur un lit aussitôt arrivé, Bell n’avait fait que s’étirer tranquillement dans l’obscurité de la chambre pendant une petite heure. Mais c’est vrai qu’il avait mis pas mal de temps à s’endormir ; trop de pensées se bousculaient dans son esprit. Il y avait de quoi réfléchir, il fallait dire. Il venait de s’embarquer dans une joyeuse aventure avec un parfait inconnu qu’il avait rencontré à peine quelques jours auparavant, et son avenir semblait bien opaque. Il pouvait bien s’amuser avec Sinnæus le temps qu’il retrouve son frère, il faudrait qu’il décide ce qu’il allait faire des problèmes qu’il avait fui dans la Basse-ville et de ce qu’il allait faire durant les prochaines années.

Heureusement, Bell n’était ce matin pas assez réveillé pour se poser de tels nœuds au cerveau, et le goût du pain et du beurre lui assurait une solide bonne humeur. D’autant plus que vu combien Sin’ était bavard, il n’y avait pas le temps de réfléchir à autre chose que ses bavardages. Le danseur ne répondaient souvent que par un murmure d’approbation ou de refus, la bouche pleine, mais il trouvait cela malgré tout plutôt agréable. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas pris le petit-déjeuner avec quelqu'un d’autre et la seule chose que cela lui rappelait datait de l’époque où il vivait encore chez sa mère. Elle travaillait souvent si tard que Bell ne la voyait pratiquement que le matin, et il avait toujours apprécié ces moments précieux. Si bien qu’il aurait eu du mal à voir Sinnæus comme une nuisance en ce bon matin.

Comme il était déjà tard et que l’orphe oiseau lui avait proposé ce planning, le danseur se prépara aussitôt qu’il eut fini de grignoter pour sortir. Après tout, ils n’allaient pas rester toute la journée à l’auberge. Lorsqu’il eut finit de ranger tout le reste de ses affaires, Bell demanda à Sinnæus de l’attendre dans le hall, gêné de s’habiller devant quelqu’un d’autre. Aussi il se dépêcha pour ne pas trop le faire attendre, et moins de dix minutes plus tard, ils étaient déjà à nouveau dans le tumulte des rues de la capitale.

Il faisait beau mais froid, et Bell sortit une écharpe de son sac pour l’enrouler autour de son cou, ce qui lui fit jeter un coup d’œil à Sinnæus. Est-ce qu’il portait parfois des vêtements en hiver, ou est-ce que ses plumes lui tenaient assez chaud pour ça ? Dans le fil de sa question, regarder l’orphe oiseau lui rappela comment celui-ci avait attrapé sa main le jour d’avant pour naviguer à travers la ville. Bell n’avait pas l’habitude d’être touché par les gens, en général, et le peu d'amis qu'il avait eu ces dernières années ne l'avait pas habitué à autant de familiarité si peu de temps après avoir rencontré quelqu'un. Le geste de Sinnæus, sans qu’il ne le trouve désagréable, l’avait plongé dans l’embarras d’un adolescent, si bien qu’il le danseur se demanda s’il ferait la même chose aujourd’hui lorsqu'ils se promèneraient.

Avatar de l’utilisateur
Bell Petipa
Hybride

Âge: 32
Crédit: 132.00 Ore(s)
Suivi: Image
Métier: Danseur de ballet
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Ama de LaurenJacob


Retourner vers Ephtéria la Grande

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron