Sinnæus Notos

Après validation, les fiches restent ouvertes aux ajouts : anecdotes ou descriptions de P.N.J., évolution de l'histoire de votre personnage. Vos fiches sont à vous !

Sinnæus Notos

Messagepar Sinnæus Notos » 25 Mar 2015, 00:33

    Sources : Fiche : Entreburd by Hexabeast
    Avatar : Bete dhe.. by omupied & Golden eagle by Manzanedo, modifications par Vraas Rannveig ♥

    Nom : Notos

    Prénom(s) : Sinnæus (dit Sin’)

    Race : Orphe (Messager Sagittaire)

    Âge : 24 ans

    Métier(s) : Messager

    Don éventuel : Ses ailes, et son ossature creuse et légère comme celle des oiseaux, lui permettent de voler (ce qui signifie que, comme ceux des oiseaux, ses os sont particulièrement fragiles). Ses longues pattes lui permettent également de courir plus rapidement que la moyenne sans guère d’efforts, ce qui est bien pratique quand les intempéries rendent le vol trop dangereux.

    Inventaire : Il a pour compagnon un vulnae nommé Pip’, qui l’accompagne dans ses déplacements et l’aide parfois dans son travail.

    http://i.imgur.com/Q2cwzTP.pngDescription : Sinnæus est un Orphe, ça ne fait pas le moindre doute dès le premier regard. Ses membres supérieurs sont à la fois des bras, recouverts du scutelles noires et aux mains griffues, et des ailes, ces dernières étant directement rattachées aux premiers. Sa tête et son torse sont entièrement humains, à l’exception de la coloration rouge en forme de masque autour de ses yeux, et des plumes qui se forment un pinceau à l’extrémité de ses oreilles et une crête dans ses courts cheveux noirs. Il a les yeux verts, des traits fins, juvéniles, lui donnant l’air plus jeune qu’il ne l’est en réalité et on le prend souvent pour un adolescent. Les muscles de son dos et ses pectoraux se sont développés à force de voler, mais il s’agit d’une musculature fine et peu visible, si bien qu’il conserve une stature élancée, mince voire frêle. Ses membres inférieurs sont pour leur part entièrement des pattes d’oiseau, couvertes de plumes au-dessus du genou et de scutelles grises en deça, elles se terminent par des serres à quatre doigts. Longues et fines, elles font de lui un garçon plus grand que la moyenne, facilement qualifié de grand échalas. Il possède également une queue de plumes large et fournie, qui l’aide à s’orienter lorsqu’il vole.

    Sa morphologie particulière fait qu’il lui est difficile de porter le moindre vêtement — heureusement pour lui, ses plumes protègent la décence — à l’exception peut-être d’une cape par temps particulièrement froid. Au sol, il a une démarche mesurée, légèrement maladroite, comme s’il craignait à tout instant de briser quelque chose. Assortie au sourire rêveur qu’il affiche souvent et au fait qu’il parle peu, les étrangers ont tôt fait de le prendre pour un simple d’esprit, ce qu’il n’est pourtant pas. À le voir dans le ciel, on pourrait presque croire qu’il ne s’agit pas de la même personne. Son vol est gracieux, précis, ressemblant presque à une danse, surtout lorsqu’il se lance dans des pirouettes et autres tours de voltige dont il est friand.

    Dernier né d’une famille nombreuse, Sinnæus a un caractère discret et effacé. Non pas qu’il ait été délaissé ou négligé, au contraire sa famille a toujours été aimante et unie, mais il lui a simplement toujours été plus facile de se laisser oublier que de chercher à se faire entendre au milieu du joyeux brouhaha qui régnait dans la maison Notos. Tous ceux qui le connaissent diront de lui qu’il est gentil, trop pour son bien préciseront même certains. Serviable à l’excès, il lui arrive rarement de refuser quoi que ce soit à qui que soit, du moins si c’est dans la mesure de ses capacités. Peut-être pour compenser cette maladresse, amplifiée par ses ailes encombrantes, qui le caractérise et qui fait qu’il lui est difficile de se rendre utile pour tout tâche un peu manuelle. Timide, au point qu’il lui arrive de bégayer lorsqu’il est nerveux, il accorde cependant sa confiance avec une naïveté d’enfant, voyant toujours le bon côté des choses et des gens. Il partage avec son frère un enthousiasme facile et pas toujours justifié, quoi que celui de Sinnæus soit plus discret, visible surtout dans ses sourires et dans ses regards émerveillés. Il peut rester plusieurs minutes à ne rien faire d’autre que d’observer le ballet d’une feuille dans le vent, ou un feu en train de crépiter, simplement parce que « c’est joli ». Il parle peu, souvent pour s’excuser — même quand ce n’est pas sa faute — et quand il le fait, c’est d’une voix douce et légère, comme si même là, il craignait de déranger. Il est incapable — et n’a d’ailleurs jamais essayé — de dissimuler ses émotions, d’autant que les plumes disséminées dans ses cheveux s’agitent à leur gré. Il déteste les conflits et les fuit immanquablement, au sens propre comme au figuré. Il ne sait pas le moins du monde se battre, et n’a d’ailleurs jamais essayé. S’il ne peut pas s’envoler — littéralement ou pas — avant que ça lui tombe dessus, il se contentera d’attendre que ça passe. Il est fasciné par la musique, et son plus grand regret est que ses mains ne lui permettent pas de jouer d’un quelconque instrument. Il a en revanche une assez jolie voix, et siffle surtout merveilleusement bien. Il pourrait passer des heures à simplement écouter de la musique et regarder sa sœur Lucilie danser. Ce qui lui est d’ailleurs arrivé bien des fois.

    Morceau de parcours/histoire : Sinnæus a eu une vie des plus banales, ennuyeuse diraient même certains. Fils de paysans, il a grandi aimé et choyé, dans une famille où règne la bonne humeur et l’entraide, et dont le fils aîné, Krait, a à cœur de protéger sur ses cadets. Très vite pourtant, le benjamin ne s’y sent pas tout à fait à sa place, de trop, bien que ce sentiment ne soit en rien appuyé par le comportement du reste de la famille à son égard. Dans cette demeure bien remplie où l’on se marche facilement sur les pieds, il a l’impression d’encombrer, avec ses grandes ailes malhabiles qui l’empêchent d’aider dans la maison ou de travailler aux champs. Alors il s’efforce de se faire tout petit, de déranger le moins possible, et il passe la majeure partie de son temps en extérieur, là où il ne gênera personne et où il pourra étendre ses ailes librement sans avoir peur de rien casser.

    Et puis après tout, il n’y a pas de raison qu’elles ne fassent que l’encombrer, ces ailes ! Il ne peut pas s’en débarrasser, mais il peut au moins faire en sorte qu’elles servent à quelque chose, au lieu de se contenter de le gêner. Et puis le ciel le fait rêver ; alors il décide d’apprendre à voler, seul, alors qu’il n’a que huit ans. Ça a l’air tellement facile, quand on regarde faire les oiseaux ! Oui mais voilà, lui n’en est pas un, en tout cas pas complètement, et ça complique sensiblement les choses. La première tentative n’est pas brillante, et si la chute n’est pas des plus impressionnantes, elle suffit pourtant à lui casser une jambe, là où d’autres enfants s’en seraient sortis avec tout juste quelques bleus. Mais ni l’attelle qu’il y gagne ni l’inquiétude de sa mère ne suffisent à le dissuader, et il faudra qu’il en arrive à se casser un bras pour se décider, bien obligé puisqu’il est pour un temps cloué au sol, à se tenir tranquille le temps qu’on lui trouve quelqu’un capable de lui enseigner cet art délicat en lui évitant de se briser le cou.

    Il apprend vite, et au bout d’un an il voltige déjà comme s’il était fait pour ça, ce qui n’est pas entièrement faux. Ce ne seront certes pas ses dernières fractures, mais les suivantes ne seront plus causées par des atterrissages malheureux. Plus besoin de professeur, et il passe désormais plus de temps en l’air que sur terre, mais il ne sait toujours pas quoi faire de ses dix doigts et ça lui pèse. Il aide comme il peut, c’est à dire peu, causant souvent plus de catastrophes qu’il ne rend service. C’est en début d’adolescence qu’il va réussir à se trouver une utilité, à défaut d’une vocation. L’hiver a été rude, il a beaucoup neigé, et si le temps s’est à présent calmé, la route entre Kobiki et Tib’Koh n’en est pas loin bloquée. Ce qui s’avère être un problème à cause d’un message qui doit y être envoyé, pour des raisons que l’enfant qu’il n’est plus tout à fait ne comprend pas entièrement, aussi vite que possible. Puisque les routes ne sont pas un problème pour lui, puisque pour une fois il peut vraiment se rendre utile, il se propose. Il faut un peu d’insistance pour convaincre sa mère de le laisser y aller seul, mais finalement on accepte de l’envoyer.

    C’est la première fois qu’il découvre la Ville, si proche et pourtant bien différente de son village natal, avec ses rues pavées et ses grands bâtiments de pierre blanche immaculée. Il observe ce nouveau décor avec un regard ébahi, mais n’en oublie pas pour autant sa mission, dont il s’acquitte avec zèle. Il aimerait rester pour flâner un peu, découvrir davantage, mais il sait que sa mère s’inquiétera s’il ne rentre pas rapidement, aussi s’empresse-t-il de prendre le chemin du retour. Si elle voit que tout se passe bien, peut-être qu’elle le laissera revenir, s’il y a d’autres messages à porter ?

    Et effet, s’il est un peu jeune pour en faire une profession à proprement parler, il commence à rendre service de plus en plus souvent, acheminant divers courriers et même de petits colis qu’il porte entre ses serres de Kobiki à Tib’Koh et inversement. Sa mère en vient même à lui confectionner un petit sac à dos spécialement adapté à sa morphologie, assez étroit pour ne pas gêner ses mouvements d’ailes mais assez profond pour pouvoir contenir un certain nombre de choses, et dont les bretelles s’ouvrent avec des boucles, comme une ceinture, puisqu’avec ses ailes il ne pourrait l’enfiler à la façon habituelle. Maintenant qu’il s’est trouvé une utilité, une place au village, il se sent mieux, et c’est tout naturellement qu’il en fait son métier officiel, une fois l’âge venu.

    Il s’est même trouvé un compagnon pour l’aider dans sa tâche. Ou peut-être serait-il plus exact de dire que Naja le lui a trouvé. Car, c’est bien lui qui a ramené, comme à son habitude, le petit vulnae blessé, et qui l’a soigné à force de patience. Pourtant, durant sa convalescence, c’est pour Sinnæus, qui a également aidé à s’occuper de lui, que le volatile s’est pris d’affection. Peut-être parce qu’il a reconnu en lui un semblable. Quoi qu’il en soit, une fois guéri, le vulnae a refusé de repartir et s’est mis à suivre obstinément le jeune homme, qui ne s’est pas fait prier pour l’adopter, heureux d’avoir trouvé un ami qui pouvait le suivre partout sans être contraint de rester ancré au sol.

    Heureux oui, mais pourtant pas entièrement satisfait. C’est que le village, la ville même, maintenant qu’il a grandi, semblent bien petits vus du ciel, et Sinnæus ne peut s’empêcher de se demander ce qu’il y a au-delà, de rêver d’horizons lointains et mystérieux. Il a envie de voyager, de découvrir le monde, mais l’idée l’effraie aussi. Lui qui est si maladroit, comment s’en sortirait-il, loin des siens, de ceux qui le connaissent, l’aiment, et lui pardonnent ses inadvertances ? Et puis la vie est belle, ici, qui sait ce qu’il trouvera ailleurs ? Alors il rêve, mais sans oser, se contentant de regarder le ciel, comme quand il était enfant.

    Et il aurait pu s’en contenter, peut-être, s’il n’y avait pas eu l’incident. Un bien grand mot pour un mystère dont on ne sait pas grand-chose, en vérité. Un jour, Naja a disparu. Ce n’est inhabituel en soi, ça lui arrive souvent, de partir à la rescousse d’un animal blessé ou perdu. Mais cette fois, Naja ne revient pas, et l’on commence à s’inquiéter. Des rumeurs obscures d’ombres dans le ciel, à peu près au moment de sa disparition, se font entendre à mi-voix. L’inquiétude grandit, on entame des recherches. Peut-être s’est-il blessé en voulant venir en aide à un animal ? La région est fouillée, en vain. Et de nouveau, Sinnæus se sent inutile. Il refuse de croire son frère mort. S’il l’était, on aurait retrouvé au moins son corps. Mais il n’y a rien. Alors c’est qu’il doit être ailleurs, forcément.

    Il en parle à ses parents, qui n’aiment pas son idée. Un de leur fils a déjà disparu, ils ne veulent pas en perdre un deuxième. Et le monde est si vaste, comment espère-t-il le retrouver, sans la moindre idée d’où aller ? À cette question, il n’a pas de réponse. Mais que peut-il faire d’autre ? Rester là à attendre ? Ce n’est pas une solution, ça n’aidera pas Naja, et il n’en peut plus de ne servir à rien. Finalement, il parvient à les convaincre, contre la promesse d’être prudent et de leur donner souvent des nouvelles. Et le voilà parti, dans ce monde dont il ignore tout ou presque, décidé à retrouver son grand-frère, même s’il ignore encore comment il va bien pouvoir s’y prendre.

    Questions subsidiaires :
      Quel est - en moyenne - votre rythme de jeu ? Tous les jours ou presque, a priori
      Comment avez-vous connu le forum ? partenaire de partenaire de… bref, vous avez saisi l’idée :p
      Y-a-t-il un point que vous ne comprenez pas ? Lequel ? Pour le moment tout me semble clair !
      Y-a-t-il un point que vous n'aimez pas ? Lequel ? Pas de Chatbox ? Un peu triste mais je m’en remettrai x)
      Si vous deviez apporter des modifications sur ce forum ? J’ai vu quelques petites fautes qui traînent par-ci par-là *sort* Rien de grave, mais j’ai tendance à légèrement chipoter là-dessus, faut pas faire attention :p

Avatar de l’utilisateur
Sinnæus Notos
Abonné absent

Âge: 28
Crédit: 887.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Messager (en congé indéterminé)
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Bete dhe.. by omupied & Golden eagle by Manzanedo, modifications par Vraas Rannveig ♥

Re: Sinnæus Notos

Messagepar Seby » 25 Mar 2015, 01:33

Fiche validée


Équipement :
    1 vulnae (Pip').

Don éventuel :
    Les bras de Sinnæus étant soudés à ses ailes, il est capable de voler. En contrepartie, ses os sont plus fragiles car poreux à l'image de ceux des oiseaux et il est maladroit de ses bras.

Autre :
    /

Avatar de l’utilisateur
Seby
Administratrice timbrée
Administratrice timbrée

Crédit: 40.00 Ore(s)
Avatar:
Namine du jeu Kingdom Hearts II - Square Enix


Retourner vers Fiches validées

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron