L'antre des fauves

Image

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Archélas Ages » 29 Jan 2012, 00:22

Le soldat cru déceler une pointe de brusquerie dans le ton de sa féline, juste avant qu'ils ne descendent pour les lavoirs. Un peu surpris une seconde, il ne lui en tint pourtant pas la moindre rigueur, trop au courant du fait que lui-même pouvait se révéler détestable à ses heures. Comme la jeune femme le lui avait fait remarqué à Balaïne, lorsqu'il entrait dans la peau du capitaine qu'il était, sa personnalité changeait. Et même sans cela, il ne comptait plus les fois où il s'était énervé après elle pour des broutilles. Pas rancunier ni susceptible pour un Ore – du moins cette fois-ci – il la suivit donc à l'extérieur et salua par un sourire les quelques clients qu'il croisa. Certains lui lancèrent un regard suspicieux en se demandant ce qu'un soldat de Livian d'Ephtéria venait faire ici tandis que d'autres lui lancèrent des plaisanteries après sa démonstration avec la Teigne. Il y eut même un jeune homme pour le féliciter d'avoir rejoint la boucherie Elbereth, persuadé qu'Archélas était un « chasseur » nouvellement employé par Rhëanor.

Pressant le pas, l'homme rejoignit Ceithli sans réellement faire attention à son comportement changeant. Pensant qu'il devait peut-être porter sur lui une odeur que l'odorat sensible de sa féline avait du mal à supporter, il la laissa prendre ses distances sans chercher à la rattraper ni à lui imposer sa présence. Il jeta toutefois un œil au sac de toile qu'il portait à bout de bras en se promettant de s'appliquer à tout nettoyer au mieux.

Ils furent arrêtés à quelques pas du lavoir par une femme qui revenait en sens inverse, et Archélas fut une nouvelle fois surpris de constater qu'à Banba, tout le monde semblait se connaître. Il perdit alors un peu de sa bonne humeur en réalisant que c'était loin d'être le cas à Ephtéria ou même à Aspasie. Dans ces deux villes, les voisins se parlaient peu et ne s'adressaient souvent la parole que par intérêt. La médisance, les on-dits, les potins allaient bon train. Combien de Nobles avaient invité le soldat à leur table dans l'espoir d'en faire leur larbin ? S'attirer la sympathie d'un homme de Livian était tout à leur avantage... mais pas de celui d'Archélas qui avait fini par refuser systématiquement toute sollicitation si elle n'émanait pas de l'un de ses supérieurs. Et ainsi les habitants des grandes villes se méfiaient-ils les uns des autres, craignant les lettres de cachet ou les rumeurs sur leur personne. Car là encore, une simple rumeur pouvait détruire une vie. Ici, tout semblait différent... peut-être trop différent pour Ceithli qui se voyait imposer cette nouvelle vie. Seraient-ils victimes de rumeurs eux aussi ? Leur couple y survivra-t-il ? Et lui, sera-t-il présent aux côtés de son épouse ou toujours en mission sur les routes ?

« Merci pour la planche. » lança-t-il lorsqu'il fut sorti de ses rêveries de force.

Il suivit ensuite sa féline jusqu'à la berge tout en se faisant la réflexion qu'il préférait la magie de Sayah à la technologie étrange des Atlantes de la Basse-Ville... et en voyant la jeune femme se pencher afin de plonger sa planche dans l'eau, il faillit hurler pour la mettre en garde. La bouche à demi-ouverte sur sa terreur passagère – et muette – il dû faire un effort impensable pour réussir à remuer de nouveau et alla s'agenouiller à son tour près de l'eau. Une sueur légère perlait sur ses tempes encore humides après son bain, et il eut beaucoup de mal à avaler sa salive alors qu'il déballait son uniforme.

« Tu devrais me laisser commencer. Proposa-t-il avec douceur alors qu'il s'empressait d'immerger ses vêtements dans le lit du canal. Je vais le rincer le plus possible pour faire partir le plus gros. L'odeur a l'air de te rendre malade, laisse. Je vais m'en charger. »

Habitué à nettoyer ses vêtements à mains nues et un peu n'importe où depuis des années, la planche à laver fut pour lui un luxe très appréciable et il se mit aussitôt à l'œuvre avec un enthousiasme presque enragé. À vrai dire, s'il n'avait jamais été très à l'aise avec l'eau, son appréhension de cet élément avait pris des proportions déraisonnables depuis l'attaque de Drakmonniss... il s'en rendait compte à présent qu'il y était confronté, mis à part lorsque le liquide était circonscrit dans une baignoire ou une marre de boue, il en avait franchement peur à présent. Cependant, un homme effrayé n'étant pas vraiment un homme, il s'efforçait de surmonter le vertige insaisissable qui le gagnait en se vengeant sur sa lessive. Fort heureusement pour la femme encore présente et occupé à frotter un grand drap blanc, Ceithli avait eu la bonne idée de se placer un peu en aval, et ainsi l'eau rougie par le sang de la Teigne alla se perdre plus loin sans entacher le linge de leur voisine.

« Il faudra peut-être creuser un puits près de notre maison si elle est isolée. Je nous vois mal faire l'aller-retour jusqu'au centre ville avec nos seaux d'eau. Surtout toi, pendant ta grossesse... »

Les mots lui avaient échappés, mais il était tellement concentré sur un moyen de détourner son esprit de ses angoisses qu'il ne faisait plus trop attention à ce qu'il disait.

« J'aurai bien aimé avoir une vache aussi. C'est un peu idiot mais je rêve d'en avoir une depuis que je suis petit. Tu sais les traire toi ? Oh, et des poules aussi, pour les œufs ! Ou un ragondindon, mais j'ai entendu dire que ça faisait des dégâts... Est-ce qu'on pourra voir un Orios aussi ? »

Il s'était redressé pour interroger la jeune femme du regard, se soustrayant de moitié à son calvaire. En fait, laisser libre court à ses idées farfelues le détendait un peu, même si ça le faisait passer pour un incorrigible gamin... qu'il était ! Mais ses sourcils se froncèrent sur un air inquiet en croisant le visage las de Ceithli.

« Toujours des nausées ? Je ne sens pas bon ? J'ai frotté pourtant... »

Joignant le geste à la parole, il se mit à renifler ses aisselles sous le regard médusé de leur voisine dont le drap était propre, mais qui s'amusait beaucoup en leur compagnie.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Ceithli » 29 Jan 2012, 16:13

Sursautant lorsqu'Archélas intervint pour lui prendre la planche des mains, elle la lui laissa avant de sortir le savon de sa poche pour le lui donner. puis elle regarda un peu dans ses affaires ce qui était le moins sale et qui pouvait être lavé simplement à la main. En soit, l'odeur ne la gênait plus pour le moment, elle était un peu trop perdue dans ses pensées pour réfléchir à quoi que ce soit. Au début, elle avait levé la tête lorsqu'il avait parlé d'un puits et elle avait hoché la tête en souriant un peu plus sincèrement... après tout, il ne fallait pas oublier qu'il y aurait sa vie de soldat, oui, mais qu'il pensait tout de même à leur vie à eux deux aussi.

«Oui, l'idée d'un puits est excellente. Aphasie est tout de même une région humide, il doit bien y avoir des nappes en profondeurs pour avoir de l'eau.»

Elle se demanda alors si Sayah avait un objet en magasin qui permettrait de savoir s'il y a de l'eau dans le sol afin de ne pas passer trois ans à creuser pour trouver où installer ce puits. Mais l'idée était bonne, en revanche, il se mit à parler de vaches, de poules et autres animaux d'élevage, et de nouveau son regard s'assombrit, visiblement, il y avait un détail qu'il avait oublié

«Je... je ne peux pas, Archélas. Si on avait une vache, elle aurait peur de moi, tu le sais bien.»

Il n'y avait qu'à voir Némésis. Encore, un cheval, c'était différent, c'était un minimum intelligent, mais une vache ou une poule, il ne fallait pas y compter, jamais le bovin se laisserait traire par un félin! Le stress lui ferait donner du beurre tourné à n'en pas douter. Elle avait pris une paire de chaussettes et les trempa dans l'eau avant de lui prendre le savon des mains juste le temps de faire mousser un peu avant de le lui rendre pour qu'il continue à laver. Décidément, encore une chose pour laquelle elle ne pouvait convenir en tant qu'épouse. Elle allait probablement être haïe par ses beaux-parents, et maintenant elle ne pouvait tenir une ferme alors qu'il semblait porté par cette idée.

Se concentrant sur la lessive, elle ne s'était pas rendu compte qu'une femme écoutait d'une oreille distraite leur conversation, s'amusant un peu des remarques gamines du soldat. Mais pour la féline, ce n'était pas évident. Les orios étaient plutôt apparentés à des canidés, il était peu probable qu'il s'entende avec elle, lui aussi.


«On pourra toujours essayer d'avoir un orios si tu veux, mais je doute qu'il m'aime bien aussi... ils sont un peu canins tu sais...»

Elle sentait une boule grimper dans sa gorge et les larmes n'allaient pas tarder à lui monter aux yeux, elle était prise d'un horrible sentiment qu'elle n'arriverait pas à rendre le soldat heureux et alors qu'il lui demandait la raison de son malaise, pensant que c'était à cause de l'odeur ou autre, elle sauta sur l'occasion même si son visage n'avait vraiment rien à voir avec un simple problème de nausée

«Oui, je... je suis désolée, je vais rentrer en fait. Je ne me sens pas bien. Pardon...»

Les larmes avaient fini par couler toutes seules et elle se dépêcha de finir de laver les chaussettes avant d'essayer de se lever, mais sa vue se retrouvait un peu brouillée par ses larmes et peu probable qu'Archélas la laisse partir dans cet état.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Archélas Ages » 31 Jan 2012, 22:49

Archélas hocha la tête en repensant au puits. Dans la mesure où la ville était traversée par un fleuve et que les terres alentours étaient fertiles, il ne devait pas y avoir à creuser longtemps pour trouver de l'eau. Peut-être même que les Olumps qu'avait acheté Ceithli suffiraient à faire leur bonheur. Tant qu'ils ne tombaient pas sur une source d'eau croupie susceptible de leur transmettre des maladies étranges ou des vers répugnants, tout irait bien. En fait – et aussi paradoxal que cela puisse paraître compte tenu de sa phobie – le soldat avait depuis le début l'idée de bâtir leur maison à proximité du Larme. Bien sûr ils devraient respecter une distance raisonnable pour les mois où il devrait sortir de son lit, et pour leur enfant, mais il trouvait l'emplacement idyllique rien que d'y penser.

Concentré de nouveau sur sa lessive autant que sur les débordements enthousiastes de son imagination, il ne remarqua pas l'air sombre de sa compagne et haussa simplement les épaules lorsqu'elle fit mention de la crainte qu'elle risquait d'inspirer à leurs animaux, s'ils en avaient. Le souvenir de cet épisode à Guttenvald, où elle avait dû se retenir de dévorer toutes les chèvres d'un boucher local, le fit sourire. Effectivement, une vache aurait peur d'elle, et elle... et bien elle était susceptible de la manger ! C'était comme adopter un renard pour garder ses poules...

« Ah oui, c'est vrai... et bien ce n'est pas grave, on trouvera bien une bestiole qui n'aura pas peur de toi. Tiens, un Hieras ! Ça donne bien des œufs un Hieras ? »

Malheureusement pour lui, son humour tomba complètement à plat, et lorsqu'il se tourna enfin vers Ceithli pour l'interroger du regard, il se heurta à un visage que la douleur déformait malgré ses efforts pour le cacher. La mâchoire crispée comme si elle s'efforçait de retenir ses sanglots, elle se leva un peu trop précipitamment au goût d'Archélas qui la retint de justesse par le bras, oubliant au passage de faire preuve de douceur. Le savon alla s'échouer dans l'herbe en même temps que la planche à laver. Cet air là, il l'avait déjà croisé quelque part, et plus d'une fois encore !

« Eh ! »

Debout d'un bond, il obligea sa féline à lui faire face alors qu'il se plaçait volontairement entre elle et l'autre femme qui leur portait un peu trop d'attention. Ses mains se saisirent alors du visage à présent inondé de larmes de Ceithli, et il plongea ses yeux clairs dans les siens, cherchant à comprendre ce qu'il avait encore raté.

« Qu'est-ce que j'ai dit qui t'as blessé ? Dis-moi. »

Sa voix s'était faite curieusement douce, murmurant à peine comme pour instaurer une atmosphère la plus calme possible.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Ceithli » 01 Fév 2012, 18:52

Comme elle s'y était attendue, le soldat n'avait pas tardé à comprendre que quelque chose clochait, et que cela n'avait rien à voir avec la grossesse ou l'odeur. Ses tentatives pour faire passer ses larmes pour un simple malaise furent vaines, d'un autre côté, il aurait vraiment fallu qu'il soit stupide pour ne pas voir qu'il y avait forcément autre chose. Il tenait son visage dans ses mains, mais elle fuyait son regard d'azur, baissant les yeux pour regarder un point invisible sur son torse. Les larmes coulaient encore le long de ses joues, humidifiant les paumes de son compagnon alors qu'elle avait ramené ses mains sur ses bras croisés devant elle, dans une posture défensive et même recroquevillée sur elle-même

«Tu... tu n'as rien dit Archélas. Ce n'est pas toi... c'est moi.» il était vrai que d'ordinaire, c'était toujours quelque chose qu'il disait de façon maladroite qui réussissait à lui faire du mal. Mais là non, enfin pas tout à fait dirons nous. Les mots restaient coincés dans sa gorge et elle chercha à se libérer de l'étreinte qu'il exerçait sur elle, aussi douce soit-elle... «Je te demande pardon...»

Elle aurait voulu fuir à cet instant, mais ce n'était pas non plus une solution. Elle avait donc simplement posé sa main sur l'un des poignets du soldat, sans pour autant serrer ni chercher à lui faire mal ou l'obliger à lâcher prise. Elle leva enfin les yeux, son regard d'une tristesse aussi profonde que le noir dont il était fait

«Je... je me rends compte que... je... je ne te conviens pas, Archélas.» elle baissa de nouveau les yeux de manière honteuse, jamais elle n'avait eu un tel sentiment en elle, celui d'une petite fille incapable et bonne à rien finalement... certes ce n'était pas le cas, il y avait pleins de choses qu'elle savait faire et qu'une bonne épouse devait savoir faire, mais elle ne convenait pas par rapport à ce qu'Archélas voulait pour sa vie de couple «Je... je ne savais pas que tu voulais une ferme, des animaux, tout ça. Moi... je ne peux pas. Je ne sais pas m'occuper d'animaux, je sais juste les chasser, les dépecer et les préparer pour les manger. Je suis une chasseuse, pas une éleveuse...»

Et en prime, elle n'était même pas sure d'avoir la main verte et de savoir faire pousser quoi que ce soit dans un éventuel potager. Autrement dit, rien qui ne pourrait satisfaire finalement le soldat dans leur vie à deux. Refusant de le regarder dans les yeux, elle se sentait vidée de toutes ses forces, comme si elle ne pouvait plus rien faire désormais pour sauver la situation... car là, il ne s'agissait pas de quelque chose qu'elle pourrait apprendre - quoi que tenir un potager, elle pouvait vraiment apprendre - mais quelque chose qui avait un rapport avec sa manière d'être. Un fauve ne sera jamais un berger.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Archélas Ages » 02 Fév 2012, 00:25

L'espace d'une seconde, le soldat se sentit soulagé d'entendre que pour une fois, il n'y était pour rien. Malheureusement ce soulagement fut de courte durée. Comme chaque fois, il eut mal de lire la tristesse douloureuse sur ce visage qu'il aimait tant, et il sentit son cœur se déchirer de voir les larmes et cet air coupable accompagner quelques excuses maladroites. Des excuses infondées selon lui. Mais s'il commença par froncer les sourcils à mesure que les paroles de sa féline lui parvenaient, il se détendit progressivement et parvint à sourire gentiment en réponse aux accusations que la jeune femme portait contre elle-même.

« Qu'est-ce que tu raconte ? Évidemment que tu me conviens ! »

Il finit par lâcher son visage pour l'enlacer aussitôt et la serrer contre lui comme s'il la revoyait après une absence de six mois. Puis il se recula doucement afin de mieux la voir. Du dos de ses doigts sur le menton où convergeaient les larmes de sa compagne, il l'incita à le regarder, sans l'y forcer toutefois.

« Écoutes-moi. Je ne suis pas tombé amoureux de toi pour tes bons petits plats, pour ta façon de tenir une maison, pour ta toilette distinguée ou pour tes bonnes manières. Non. Je t'ai aimé et je t'aime, pour ce que tu m'as montré : toi. Si je voulais une gentille ménagère bien sage capable de s'occuper d'un potager, d'une maison, de bêtes d'élevage et d'un enfant pendant que je suis sur les routes, il m'aurait suffit d'aller piocher parmi toutes ces gourdes d'Ephtéria. Il y en a même à vendre sur le marché aux esclaves de Balaïne. Mais je n'en veux pas d'autre. Je t'aime toi, avec tes défauts et avec tes qualités telles que tu mes les as montrées, et non pas comme tu « devrais » être selon je ne sais quels critères. »

Il se redressa, marquant une pause comme s'il cherchait quoi ajouter de plus, avant de décider qu'il avait dit ce qu'il voulait. Passant sa main dans la chevelure noire et or sans quitter sa féline des yeux, il épiait ses réactions. Il était à la fois inquiet de la voir se mettre dans un état pareil pour de simples projets et soulagé que ses larmes ne soient finalement due qu'à cela. Il s'en serait voulu de l'avoir blessée comme il l'avait déjà fait par le passé, en lui annonçant qu'il en « trouverait une autre » par exemple. Lui offrant un sourire rassurant, il reprit avec douceur, à voix toujours suffisamment basse pour ne pas nourrir la curiosité de l'autre femme mais assez soutenue pour lui permettre de vêtir les tons chauds du réconfort autant qu'il le pouvait.

« J'ai parlé de vaches et de poules sans réfléchir, c'est de ma faute. Je pensais à autre chose. En plus, c'est du travail, et je n'aurai peut-être pas toujours le temps de m'en acquitter. Toi tu es un guépard, je ne vais pas t'imposer de rester à la maison, ce serait comme te mettre en cage. Ne t'en fait pas pour ça. C'étaient seulement des idées en l'air. Moi ce que je veux, c'est que tu sois heureuse, et pour ça, ton avis compte autant que le mien. »

Il se pencha pour déposer un baiser sur son front, puis s'activa à essuyer ses larmes à l'aide de ses pouces, comme s'il cherchait à effacer toutes preuves de son chagrin. Intérieurement, il s'en voulu d'avoir parlé de toutes ces choses avant de réfléchir... Ceithli avait beau prétendre que ce n'était pas de sa faute à lui, il devinait qu'au contraire, il était une nouvelle fois responsable. En fin de compte, chaque fois qu'il ouvrait la bouche, il lui faisait mal...

« Je suis désolé. Tu n'as qu'à me dire ce que tu avais envisagé. Tu as bien fait quelques projets ? Dis-moi. »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Ceithli » 02 Fév 2012, 00:38

Évidemment, le soldat sortait de belles paroles pour essayer de la calmer et de la rassurer, le problème était que justement, s'il avait dit ces choses sans réfléchir, c'est qu'au fond de lui, c'était à cela qu'il aspirait. En soit, elle se doutait qu'il n'aimait pas ce genre de femme noble et sans cervelle qui faisait des chichis pour un rien, ni les espèces d'esclaves soumises qui obéissaient au doigt et à l'œil de leur époux. Mais là, on parlait de choses simples, justement... des petites choses du quotidien qui rendaient la vie meilleure et qu'elle ne pouvait lui apporter, et même son étreinte ou son regard rassurant ne pouvait retirer cette pointe qu'elle avait désormais dans le cœur.

Elle n'avait pas dit le moindre mot, son regard se perdant dans un vide de tristesse et de douleur muette jusqu'à ce qu'il lui explique qu'il l'aimait comme elle était, qu'elle était un guépard et qu'il ne voulait pas la mettre en cage. Mais s'occuper d'une ferme n'avait rien à voir avec une cage, le problème n'était pas là même s'il faisait réellement de son mieux pour la rassurer. Elle le voyait, bien sur, et elle ne doutait pas de ses paroles. Elle savait qu'il l'aimait comme elle était, mais sa crainte la plus profonde était qu'un jour, il en vienne à être malheureux de la vie qu'elle risquait de lui offrir, le peu de temps qu'il passerait chez eux ne serait pas comme il l'avait espéré et rêvé et probablement que, comme beaucoup d'autres hommes, il partirait de plus en plus loin, de plus en plus longtemps pour ne pas avoir à supporter ce qu'il avait chez lui.

Il avait essuyé ses larmes et demandé ses projets, et elle avait alors hoché la tête de gauche à droite


«Non... je n'y ai jamais vraiment réfléchi. En fait, même si je suis.. heureuse de ce qui nous arrive...» elle avait levé - enfin - les yeux vers lui alors que l'une de ses mains se posait sur son ventre «mais la vérité, c'est que... je suis terrifiée... et totalement perdue.»

Elle se sentit alors vraiment mal... une sorte de tournis s'empara d'elle et la féline dut ramener une main sur son front alors que sa vue se brouillait. Ses yeux roulèrent dans leurs orbites jusqu'à ce que ses jambes se dérobent sous son poids et qu'elle tombe assez violemment à genoux... elle commençait à cumuler un peu trop d'émotions d'un coup, son rythme cardiaque s'emballait et elle se sentait partir «Je... je t'aime Archélas... mais...» son regard se faisait vitreux, ce n'était pas la première fois que ce genre de chose arrivait, qu'elle manquait de s'évanouir au mauvais moment, aussi voulait-elle résister cette fois-ci «j'ai peur de ne pas être à la hauteur de tes... espérances.»

Avalant sa salive avec difficulté, elle tenait bon.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Archélas Ages » 05 Fév 2012, 01:42

Tout à coup, le soldat ne comprenait plus rien du tout. La journée avait pourtant bien commencée : il avait retrouvé sa véritable apparence de mâle dominant, offert un os à ronger à Manôlis de Banba, été accepté par les parents de Ceithli, avait obtenu sa main, savourait l'absence de Jhérer... mais non. En moins de temps qu'il ne lui avait fallu pour le réaliser, tout semblait lui échapper, et rien de ce qu'il tentait ne semblait y remédier. Se passerait-il un seul jour dans sa vie où les choses ne finiraient pas fatalement par s'envenimer ? Était-ce réellement comme le lui avaient enseigné ses parents, une punition des Infinitudes en représailles de son manque de piétée ?

Un peu déçu d'apprendre que sa compagne n'avait jamais réfléchi à leur avenir, il oublia toutefois toute rancœur lorsqu'il la vit s'écrouler juste sous son nez ! Aussitôt paniqué, il la rattrapa un peu maladroitement par un bras avant de l'aider – voir la forcer – à s'allonger. La déposant avec douceur dans l'herbe, il lui plia les genoux afin de surélever un peu ses jambes et l'aider à garder ses esprits par cet afflux de sang. L'air soucieux, il dégagea son visage des mèches blondes que la sueur collait et serra l'une de ses mains dans la sienne.

« Shuuut... calme-toi. »

Il se pinça les lèvres, regrettant déjà de ne pas avoir emmené leur sac avec lui. Une couverture aurait été la bienvenue à cet instant ! L'autre femme fit un mouvement pour leur porter secours, mais Archélas l'en dissuada d'un geste et elle recula. Le regard du soldat balaya alors subrepticement les lieux tandis qu'il réfléchissait à toute allure. Ils étaient beaucoup trop éloignés de la boucherie pour qu'il puisse espérer la porter jusque là-bas. Peut-être alors pouvait-il siffler Nemesis, mais il n'était pas certain que Rhëanor ou Sofiaa n'en fassent pas leur repas du soir... Définitivement, il leur faudrait une monture qu'un guépard n'aurait pas envie de manger. Délaissant ses raisonnements absurdes, il plongea un regard inquiet dans les yeux sombres de sa féline tout en continuant de lui caresser la joue.

« Je suis là... » tentait-il de la rassurer.

Mais autre chose le préoccupait : Ceithli, ou plus exactement son état de santé. Depuis qu'il avait fait sa connaissance à Aspasie, et de Guttenvald à Wingdrakk en passant par un tête à tête avec Drakmonniss, elle s'était toujours montrée plus forte que lui. Or, depuis quelques temps il assistait – impuissant – à des démonstrations de faiblesses qui ne lui étaient pas coutumières. Était-elle malade ? Certainement, selon lui. Et qu'elle soit d'accord ou non, la prochaine étape serait la boutique de Belladona. Il ferma les yeux un instant, cherchant un certain réconfort à cette idée. Il imagina brièvement l'herboristerie verdoyante comme ils l'avaient quittée la dernière fois. Le bruissement des Dioctanis, le vol paresseux des insectes, le parfum de bergamote et l'enthousiasme de la Belladone se dessinaient mollement dans son esprit, faisant paraître l'idée d'y retourner deux fois meilleure. Oui, ils iraient !

Délaissant une seconde la chevelure d'or afin de porter ses doigts à ses lèvres, il se décida enfin à siffler puis se tourna vers la jeune femme et s'assit plus confortablement à ses côtés. Détendu comme un père qui s'apprête à raconter une histoire pour endormir son enfant, sans lâcher ni sa main, ni son regard fatiguée.

« Tu sais, j'ai passé beaucoup de temps sur les routes. Il n'y avait que Nemesis pour m'accompagner. Les soirs d'hiver, il faisait souvent trop froid pour que j'arrive à dormir, alors j'imaginais une autre vie. Celle que j'aurais pu vivre si je n'avais pas été soldat. Si je m'étais marié. Si j'avais suivit la voie qu'a toujours tenté de m'imposer mon père. Je n'avais que ça à faire en attendant que le jour se lève et nous réchauffe un peu ; mais ce sont des rêves de gosse. Je dis vouloir une vache, mais qui me dit qu'elle ne me chargera pas sitôt que je serai dans l'enclos ? Est-ce que je sais au moins faire la différence entre une vache et un Euther ? Il marqua un silence inquiet avant de reprendre. C'étaient des idées en l'air Ceithli. Juste des idées. Ce que je veux vraiment c'est que tu ailles bien. Que tu sois heureuse... et... ce n'est pas le cas... Je ne veux pas que tu aies peur. Je t'aime. Je t'aime pour ce que tu es, et pour qui tu es. S'il te plaît, n'essaie pas d'être quelqu'un d'autre que toi-même. »

Mais alors qu'il ouvrait la bouche pour continuer, un cri affolé se fit entendre et il leva la tête. Il n'y avait pas prêté attention, mais la femme restée pour la lessive avait cru bon de récupérer la planche à laver et le savon d'Archélas pour s'acquitter du nettoyage de son uniforme. Sa manière à elle de se rendre utile là où le soldat avait refusé son aide quelques minutes plus tôt. L'ennui, c'est qu'elle venait de laisser échapper le pantalon qui dévalait mollement le courant.

« Je suis désolée... je suis désolée... »

Debout en un bond, l'homme hésita une seconde. Très aux prises avec sa crainte de l'eau, il se jeta pourtant courageusement en avant et courut le long de la berge jusqu'à rattraper la pièce d'uniforme fugitive. Prenant une profond inspiration, il se jeta alors à l'eau, son contact glacial lui coupant le souffle. Le canal n'était que très peu profond, et ainsi ne se retrouva-t-il immergé que jusqu'à mi-cuisses, mais il lui fallu tout de même quelques longues secondes pour parvenir à bouger tant la peur le tétanisait. Par chance, le fameux pantalon s'emmêla à ses chevilles, et il n'eut plus qu'à se baisser pour le récupérer, grelottant sous les températures quasi négatives qui lui engourdissaient les membres.

« Vous l'avez ? Oh... je suis tellement désolée...
_ Ce n'est pas grave... »
mentit Archélas en se hissant sur la berge.

Totalement frigorifié de la tête aux pieds, il jeta un regard amer à ce maudit uniforme qui lui avait causé tant de soucis depuis le puits à souhaits des Ghettos... Cette fois c'était certain : les Infinitudes lui en voulaient ! Malgré tout, il était fier de son sauvetage et retrouva bien vite son assurance, ce dont la fautive de ce désastre s'étonna un peu. Ce n'était pas tous les jours qu'elle assistait à autant de fierté pour un acte de bravoure aussi... ridicule ? Bien sûr, elle ne pouvait pas savoir à quel point Archélas pouvait avoir peur de l'eau, et du courage que cela lui avait demandé d'aller repêcher ce vêtement, et elle se contenta de lui sourire d'un air coupable alors qu'il repartait déjà aux cotés de sa féline. De loin en loin, il venait de distinguer la silhouette de Nemesis lancée au grand galop dans leur direction.

« Nemesis arrive. Murmura-t-il en s'agenouillant pour aider Ceithli à se relever. On va pouvoir rentrer tranquillement. Écoute, je suis inquiet pour toi, ça ne te ressemble pas d'être si faible, alors je veux que tu vois Belladona. Si c'est trop loin pour toi je peux la faire venir à la boucherie, j'irai la chercher dès que tu seras au chaud. »

Leur lavandière s'approcha alors à pas pressés pour leur rendre leur linge propre. Elle avait même été jusqu'à nettoyer le sac de toile! Archélas la remercia et s'étonna de la voir rougir jusqu'aux oreilles... Peut-être était-ce la première fois de sa vie qu'elle entendait un « merci » de la bouche d'un soldat, à moins que sa gratitude lui fasse honte après l'épisode de la noyade du pantalon ? Renonçant à comprendre, le jeune homme se tourna vers Ceithli. Il ne lui lâchait plus la main, guettant d'un air inquiet le moment où elle s'aviserait de tomber de nouveau.

« Est-ce que ça va ? »

Le sol vibrait de plus en plus fort à l'approche de Nemesis qui ne semblait pas décidée à ralentir l'allure. En fait, elle ne repassa au trot qu'en apercevant la grande dalle claire destinée à accueillir un futur lavoir pas encore bâtit. Le son de ses sabots sur la pierre creuse se répercuta jusqu'au fond des champs alors qu'elle s'arrêtait enfin à quelques pas, un peu essoufflée après son évasion. Archélas eut un sourire d'imaginer la tête de Jake en voyant la jument s'échapper. Il faudrait qu'il aille le rassurer à ce sujet.

« Allez, on y va ! » déclara le soldat en soulevant sa féline pour la mettre en selle – même s'il n'y avait pas de selle.

Nemesis coucha les oreilles avec désapprobation. Elle n'appréciait définitivement pas qu'un autre que son cavalier habituel se permette de monter sur son dos ! Pourtant, une caresse plus tard, elle se laissait guider par le jeune homme qui marchait devant elle, et prit docilement la route de la boucherie. Seules ses oreilles témoignaient de son humeur, et de son intérêt subit pour les bruits que produisaient les bottes détrempées d'Archélas à chaque pas.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Ceithli » 05 Fév 2012, 02:32

Cette fois-ci, les paroles d'Archélas atteignaient bien son cœur, et les larmes continuèrent de couler alors que la féline cherchait à se réfugier dans son cou. Oui elle avait peur, oui elle était fatiguée... et oui il avait raison, ce n'était pas normal. Son corps avait emmagasiné trop de stress, trop d'adrénaline, et maintenant qu'elle était libérée de tout ce fardeau - même si elle avait encore celui de porter cet enfant - ses forces l'abandonnaient et son corps réclamait le véritable repos mérité. Plus d'aventures, plus d'examens médicaux, plus de route à cheval... toutes ces choses qui étaient en train de la tuer à petits feux. Elle n'avait pas dit un mot jusqu'à ce qu'il la laisse tomber pour aller sauver son pantalon, elle s'était alors retrouvée allongée dans l'herbe et fixa le ciel.

Ses yeux profondément noirs semblaient perdus dans le ciel, elle ne battait même pas des cils comme si elle craignait de fermer les yeux et de ne plus jamais pouvoir les ouvrir à nouveau. Les larmes coulaient toujours le long de ses tempes, mais elle se calmait peu à peu. Elle se sentait même plutôt stupide, après tout, mais pour sa défense, il ne fallait pas oublier que les deux amants ne se connaissaient pas depuis si longtemps que ça, tout était allé tellement vite et ils avaient clairement sauté quelques étapes. Et pourtant, il y avait une part d'elle-même qui savait que c'était ce qu'elle voulait, et un sourire se dessina légèrement sur ses lèvres au moment où il revenait vers elle, après son acte héroïque pour lui dire qu'il s'inquiétait à son sujet. Se redressant, elle enlaça son cou de ses bras pour se laisser soulever et ainsi se retrouver sur le dos de Némésis. Oui, elle irait voir Belladona, car elle-même ne savait pas pourquoi elle se sentait aussi faible. Elle n'était pas enceinte depuis suffisamment longtemps pour que ce soit l'un des effets? Elle n'en savait rien en réalité et elle espérait que sa mère ou la picaris pourraient la renseigner d'avantage.
«Oui, tu as raison. Mais allons plutôt la voir, je me sens un peu mieux.» sans même se soucier des regards et espérant qu'il ne lui en voudrait pas, elle pressa ses lèvres contre les siennes, soupirant d'aise alors qu'elle se calmait peu à peu. Puis elle réalisa qu'il était mouillé et baissa les yeux en rompant le contact

«Tu... tu es trempé? Tu as sauté dans l'eau?» elle le regarda de nouveau avant de finalement faire le tour d'horizon, et lui sourit... il portait les vêtements de chat, aussi cela devait normalement sécher vite? Pouvait-on considérer l'eau comme de la saleté? En tout cas, celle du canal, oui, puisqu'elle évacuait justement les saletés lavées par les ménagères. «Bon, finalement, rentrons à la boucherie, aussi bien toi que moi avons besoin d'être au chaud, et ma mère fera appeler Belladona, ou mon père ira la chercher?» elle ne doutait pas qu'il refuserait, après tout, il n'était pas le genre à déranger sa future belle-famille pour quelque chose dont il avait la charge, il considérait forcément que s'occuper d'elle faisait partie de ses obligations désormais, aussi elle vint se blottir dans son cou et ne dit plus un mot, s'avouant vaincue par avance de n'avoir pas la force de lutter non plus. Et pourtant, elle souriait, elle souriait car finalement, elle se rendait compte qu'Archélas faisait toujours de son mieux pour atténuer ses craintes, qu'il trouvait toujours les mots pour la rassurer, même s'il savait aussi trouver ceux qui lui faisaient mal. Mais les premiers étaient volontaires, recherchés, source de sa détermination à la rendre heureuse, les seconds n'étaient que des mots prononcés trop vite, des erreurs d'inattention, source de son côté un peu enfant.

Malgré tout, c'était justement toutes ces petites choses qui faisaient qu'elle aimait Archélas aussi, et elle avait trouvé amusantes ses remarques concernant la vache et l'euther. Levant les yeux vers lui, elle s'apprêtait à lui dire simplement qu'elle l'aimait, mais ils arrivaient à la boucherie et sa mère les avait vu approcher en regardant par la fenêtre, l'inquiétude l'avait gagné alors qu'elle posait sa main sur la vitre pour l'ouvrir
«Ceithli?»

Elle disparut alors et réapparut à la porte pour l'ouvrir et venir vers eux, contrairement à ce que craignait le soldat, elle ne fut absolument pas intéressée par Némésis, mais elle pouvait voir un léger voile d'inquiétude sur ses yeux au moment où il baissait le regard sur la jument «Ne vous inquiétez pas, je n'aime pas la viande de cheval!» dit-elle avec une pointe d'humour avant de la contourner pour regarder sa fille «Qu'est-ce qui se passe?»

Elle tendit la main pour aider Ceithli à descendre, la féline leva alors les yeux vers son futur époux et lui sourit tendrement «Est-ce que... tu peux aller chercher Belladona?»
- «Belladona? L'herboriste? Tu la connais?»
- «Oui»


Comprenant qu'elle lui expliquerait plus tard, Sofiaa vint passer son bras autour de la taille de sa fille, mais Ceithli tenait bien debout maintenant et se contenta de lever les yeux vers son amant pour lui assurer qu'elle était en de bonnes mains le temps qu'il aille chercher Belladona.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Archélas Ages » 05 Fév 2012, 23:16

Un air un peu coupable étirait les traits du soldat alors que Sofiaa s'occupait de sa fille. Coupable de la ramener dans cet état, comme un enfant à qui l'on autorise de sortir pour la première fois et qui revient en ayant fait la plus grosse bêtise de sa vie. Coupable aussi d'avoir trahi un air méfiant vis à vis de sa future belle-mère à cause de sa jument... décidément, il n'en ratait pas une !

« Je suis désolé. »
S'excusa-t-il en aidant Ceithli à rejoindre les bras de sa mère.

Nemesis ne fut pas de cet avis et recula brutalement lorsqu'elle sentit le poids sur son dos glisser à ses pieds. Archélas la vit rouler de grands yeux affolés en s'éloignant par petits bonds stressés, les oreilles couchées dans le poil et les lèvres pincées. Il était inutile de faire un dessin pour comprendre l'angoisse de la jument qui – jugeant qu'il y avait un peu trop de prédateurs autour d'elle – manifestait une certaine rébellion. Mine de rien, elle avait beau être docile et fidèle à son cavalier, elle n'en avait pas moins sa fierté de proie aux abois, et ainsi se fit-elle prier durant de précieuses secondes pour se laisser rattraper par son soldat préféré. Ce dernier venait de se détacher de sa féline à contre cœur et dut gronder pour obliger sa monture au calme avant de grimper souplement sur son dos.

« Je vais chercher Belladona, je me dépêche. »

Une pression des mollets plus tard et il galopait déjà en direction du village, Nemesis se délestant de sa panique en avalant les kilomètres furieusement... ce qui arrangeait bien les affaires d'Archélas, il fallait le reconnaître ! Rapidement sur les lieux, il demanda où se situait l'herboristerie à une jeune femme aux bras encombrés d'un poupon braillant plus fort qu'un troupeau entier de moutons. Les yeux plissés pour tenter d'intercepter les mots entre deux pleurs de l'enfant, il lui sembla comprendre la direction à prendre et s'y engagea avant de devenir sourd. En chemin, il se surprit à supplier Alrik de ne pas hériter d'un enfant aussi bruyant... fut-il Morphe ou humain...

Lorsqu'il reconnut la devanture fleurie malgré la saison, le soldat sauta au bas de sa jument et s'engouffra dans la boutique, se précipitant vers le comptoir en appelant Belladona. Une minute plus tard, il ressortait en poussant la vendeuse par les épaules devant lui, une Dioctanis furieuse tentant de lui arracher un bras sur son passage. Quant à l'Orphe singe, il pouvait bien la suivre ou rester, ça lui était complètement égal. S'il suivait, et bien... il n'avait qu'à courir !

« C'est Ceithli, expliquait-il en s'approchant de Nemesis qui attendait sagement dehors. De la fumée s'élevait de sa croupe pour s'évanouir dans l'air glacial de l'hiver. Elle ne va pas bien. Je m'inquiète pour elle et pour le bébé... »

Il chargea la jeune femme sur Nemesis et les regarda toutes les deux avec étonnement. D'abord Belladona qu'il trouvait particulièrement légère là où il ne s'y attendait pas, ensuite sa monture qui semblait très intéressée par ce repas potentiel sur son dos. Sortant de ses rêveries, il se hissa juste derrière la vendeuse et reprit la direction de la boucherie, serrant Belladona contre lui de crainte qu'elle ne tombe - ou qu'elle ne s'envole ?


Je te laisse décrire le voyage, Belladona toute nue entre les mains d'Archélas et faisant du poney pour la première fois, ça risque d'être drôle XD

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Belladona » 05 Fév 2012, 23:43

Belladona était encore à Ephtéria lorsqu'elle sentit la perle dans ses cheveux l'appeler, signe qu'un client passait la porte d'une de ses boutiques. Elle se demandait alors ce qu'il se passerait si un jour, deux personnes se rendaient à deux herboristeries différentes en même temps? L'une des portes serait fermée? Louis se chargerait de l'une en attendant? Ou encore peut être Sayah? Elle ne savait pas, le cas de figure ne s'était jamais présenté en réalité. En attendant, elle venait d'atterrir dans la boutique de Banba et Louis était arrivé une seconde avant elle et la laissait passer.

De son air habituellement frais et guilleret, elle afficha son plus larde sourire à Archélas lorsqu'elle reconnut
«Oh! Bonjour Archélas... comm...» - elle ne put pas finir sa phrase que déjà il la prenait par les épaules et l'entrainait à l'extérieur, elle avait failli l'empoisonner par réflexe, mais heureusement qu'elle le connaissait quand même un peu et les lianes retinrent donc leur poison. Louis sembla râler mais de toute manière, tant que le soldat n'emportait pas des produits de la boutique avec lui, il s'en fichait. Servir Sayah ou Belladona, c'était à peu près pareil, sauf que l'orphe au moins faisait nettement plus attention aux dépenses! L'air surpris, la plante n'était cependant pas en état de lutter et se laissa docilement faire jusqu'à être amenée près d'un cheval. Battant des cils, elle resta quelques secondes figées alors qu'il la soulevait sans aucune difficulté pour la poser dessus, signalant que c'était Ceithli qui n'allait pas bien.

«Euh... je suis herboriste, pas guérisseuse...» - car mine de rien, ce n'était pas pareil, mais voyant l'inquiétude dans les yeux du soldat, elle hocha la tête en se pinçant les lèvres - «Enfin je vais voir ce que je peux faire...»

Assise sur la jument, une jambe de part et d'autre du garrot, elle avait posé ses mains à plat sur l'encolure et fut surprise lorsqu'elle se mit à trotter! Elle pouvait sentir ses fesses se soulever à chaque petit saut, et elle atterrissait souplement - heureusement qu'elle n'était pas de même constitution que les humains, cela ne lui faisait absolument pas mal, mais les crins la chatouillaient un peu! Elle se mit même à rire, trouvant vraiment amusant la manière dont elle sautait partout! Ses lianes s'étaient instinctivement accrochées à Archélas pour ne pas qu'elle tombe, même si le soldat la tenait bien. Elle se tourna un peu, entre deux sauts, il avait vraiment l'air inquiet, aussi elle craignait quand même le pire pour la féline.

Une fois sur place, ce fut Sofiaa qui vint les accueillir, mais contrairement à Archélas, elle ne semblait pas aussi morte d'inquiétude.

«Bonjour Belladona. Je suis Sofiaa, la mère de Ceithli. Venez, je l'ai amenée dans sa chambre pour qu'elle s'allonge.»
- «Bonjour Madame... euh merci enfin... oui, mais qu'est-ce qu'elle a en fait? Monsieur Archélas ne me l'a pas dit...»
- «Disons qu'elle est fatiguée. Un peu trop pour que ce soit normal on va dire, malgré son état.»
- «Oh...»


Elle se fit donc conduire à l'étage et trouva Ceithli allongée sur son lit, Belladona afficha un large sourire et s'approcha pour la regarder un peu.

«Bonjour Madame Ceithli... alors? Il parait que vous êtes fatiguée? Vous avez mangé quelque chose de lourd? Fait de l'exercice? Ou... vous avez eu des émotions fortes?»

Elle se pencha et regarda les différents signes vitaux qu'elle connaissait, elle avait posé sa tête sur la poitrine de la féline pour écouter les battements de son cœur, puis elle se plaça juste au-dessus de ses lèvres pour ressentir sa respiration puis posa son front contre le sien pour savoir s'il était chaud. C'était probablement une étrange manière de procéder, mais elle ne savait pas comment faire autrement...

«Vous avez l'air nerveuse, comme si vous étiez contrariée...»

Elle passa ensuite ses mains sur les bras de Ceithli et sur ses jambes aussi alors que la féline lui répondait, puis elle leva les yeux vers elle. «Honnêtement, je ne sais pas trop ce que vous avez, mais vos muscles sont vraiment très très très tendus! Je pense que vos nerfs ont été mis à rude épreuve. Je vais vous prescrire des herbes pour vous détendre, vous avez surtout besoin de bien dormir et vous reposer.»

Puis elle se tourna vers Sofiaa et Archélas

«Je suis désolée, je ne suis pas guérisseuse, peut être qu'elle a quelque chose de plus grave, mais elle n'en a pas l'air, à part ses muscles tous durs... ça c'est pas bon et son cœur bat un peu trop vite aussi.»

Mais elle ne savait pas quoi faire d'autre malheureusement.

Avatar de l’utilisateur
Belladona
Shaman
Shaman

Âge: 30
Crédit: 1,503.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Shaman
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Ceithli » 06 Fév 2012, 00:01

Nullement vexée par le fait qu'Archélas ait eu peur pour sa jument, Sofiaa s'était dépêchée de faire monter Ceithli à l'étage

«Qu'est-ce qui se passe ma chérie? Ça ne te ressemble pas, même si tu es enceinte...»
- «Je ne sais pas, mère... j'ai l'impression de ne plus avoir de force»
- «Hum... j'espère que Belladona pourra savoir ce qui ne va pas.»
- «Ce n'est peut être qu'un peu de fatigue du au voyage... je n'ai pas vraiment eu de vrai repos depuis Ephtéria.»
- «Possible»


Une fois à l'étage, elle s'allongea sur son lit, il ne faisait pas assez frais pour qu'elle ait besoin de mettre la couverture, et Sofiaa vint s'assoir quelques secondes à côté d'elle, elle ne semblait pas vraiment inquiète malgré tout, posant sa main sur le front de sa fille, puis la passant sur sa gorge avec douceur «Tu n'as pas de fièvre... c'est déjà bon signe.»

Ceithli eut un faible sourire, elle se sentait déjà mieux d'être allongée, aussi en profita t'elle pour respirer calmement en regardant autour d'elle les murs couverts d'une ancienne tapisserie. Puis sa mère se leva pour aller accueillir Belladona, et remonta quelques minutes plus tard avec la picaris à ses côtés.

«Bonjour Belladona» elle écouta attentivement les questions de la picaris, essayant d'y répondre le plus sincèrement possible

«Je... non je ne pense pas que le repas était trop lourd. Et je n'ai fait que marcher cet après-midi, je n'ai vraiment pas fait d'exercice trop intense.»

Sofiaa avait alors haussé un sourcil amusé en tournant son regard vers Archélas, avec un sourire moqueur qui posait clairement la question de savoir s'ils n'avaient pas fait un petit détour avant d'aller au lavoir. Les bras croisés, elle se tourna ensuite vers sa fille qui n'avait rien vu «Des émotions fortes... je ne sais pas trop. Oui un peu. J'avoue que depuis que je sais que je suis enceinte, je me sens un peu nerveuse.»
- «Et c'est tout à fait normal ma chérie. Mais il va falloir que tu te calmes un peu tout de même.»


Visiblement, le diagnostic de la picaris semblait tourner vers le stress, les muscles de la jeune femme étaient tendus et son rythme cardiaque un peu trop rapide. Autrement dit, elle avait besoin de vrai repos comme elle l'avait supposé, le problème était qu'avec la rencontre avec ses beaux parents qui devait avoir bientôt lieu, elle ne risquait pas de pouvoir être au calme avant un moment, sans compter qu'il y avait de grandes chance pour que ça tourne à la mayonnaise à cause de la «race» de la jeune femme. Rien qu'à cette pensée, le cœur de Ceithli se mit à battre encore un peu plus fort, et il était probable que les herbes ou tisanes de la picaris soient vraiment les bienvenues.

Le bruit d'un trousseau de clés qui tombe laissa entendre à Sofiaa que son époux était rentré, aussi elle laissa le trio pour aller commencer à préparer le dîner. Elle allait devoir aller en ville acheter quelques légumes pour faire une bonne soupe, puisqu'elle devait manger léger. Une fois en bas, elle prévint donc son époux, comme toujours couvert de sang après sa chasse et qui souhaitait se rendre à la salle de bain, en lui signifiant de passer par la chambre de Jhérer pour ne pas faire peur à Belladona.

En tout cas, il fallait donc retourner à l'herboristerie pour que la picaris puisse chercher les herbes nécessaires pour les infusions qui feraient du bien à la féline, et si Ceithli ne voulait pas se retrouver toute seule, elle ne dit rien et laissa Archélas raccompagner la belladone... elle devait se montrer raisonnable.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Archélas Ages » 06 Fév 2012, 02:38

Curieusement, plus les secondes s'écoulaient et plus Archélas se laissait aller à ses pires angoisses, si bien que ce fut un homme muet et rongé d'inquiétude qui se présenta à la boucherie en compagnie de Belladona. Ce fut Sofiaa qui les accueillit, et à son ton plutôt détendu, le soldat desserra un peu les dents. Si la jeune femme se montrait de si bonne humeur, c'était bien que sa compagne ne devait pas être si mal en point. Sur le moment, il se sentit un peu ridicule après la façon dont il avait enlevé l'herboriste comme si la vie de sa féline dépendait de sa présence immédiate, puis l'inquiétude revint à l'assaut et il suivit les deux femmes à l'étage avec empressement. Ceithli était allongée sur son lit et semblait un peu moins pâle. Archélas alla se placer dans le coin de la pièce qui lui sembla le plus pratique pour avoir une vue d'ensemble, et attendit. Son pantalon, toujours trempé, goutait au sol et détrempait le parquet sans qu'il y prête la moindre attention. Seuls les tremblements frigorifiés de ses jambes lui rappelaient qu'il était trempé, et que contrairement à la pèlerine d'Axo, l'ensemble de chat ne séchait pas tout seul...

Il croisa le regard de Sofiaa lorsqu'il fut question d'exercice physique, mais ne fit bizarrement pas le rapprochement avec ce à quoi la jeune femme pouvait penser. Dans son esprit, il se remémorait simplement leur longue route jusqu'aux lavoirs, et il s'en voulu d'avoir laissé Ceithli marcher si longtemps. Peut-être aurait-il du se faire expliquer le chemin et y aller seul ? Oui, certainement. C'était de sa faute. Encore. Ce constat fut comme un coup de fouet qui lui fit se jurer intérieurement de prendre soin de sa compagne à chaque seconde passée à ses côtés...

… sauf qu'il était temps de raccompagner Belladona à sa boutique...

Archélas grimaça un peu face à cette contrainte, mais se reprit aussitôt, contrarié de se découvrir si égoïste avec la commerçante qui avait pourtant fait de son mieux pour les aider. La vérité, c'est qu'il souhaitait rester auprès de Ceithli et ne plus en bouger. Alors, tandis que Sofiaa sortait pour accueillir son mari, il s'approcha du lit et joua à remettre de l'ordre dans les cheveux bariolés, rassuré quoi qu'un peu coupable.

« Je vais raccompagner Belladona. Lui expliqua-t-il d'une voix si calme qu'il en fut surpris lui-même. J'en profiterai pour ramener Nemesis à Jake, alors ça va me prendre un peu de temps de revenir à pieds mais je me dépêche, promis. »

Il lui embrassa le front et sortit en coup de vent, pressé d'être de retour alors qu'il n'était pas encore partit. Dans son esprit, résonnaient les dernières recommandations de Belladona. Du repos, du calme. Rien qui ne soit réellement compatible avec sa présence maladroite... et pourtant, il voulait être là pour vérifier que tout irait bien. Oui, mais il y avait le repas avec ses parents, son départ pour Ephtéria le lendemain, le mariage, la grossesse qu'ils voulaient éviter d'ébruiter. Autant de facteurs de stress supplémentaires que le soldat ne savait pas du tout comment gérer. Lorsque la commerçante le rejoignit dans le couloir, il s'empressa de redescendre, saluant brièvement – et poliment – Rhëanor en le croisant. Nemesis s'était éloignée au retour du chef de famille, et jetait sur son cavalier des œillades amères, comme si elle lui reprochait de fréquenter autant de prédateurs.

« Dis-moi Belladona, est-ce que tu vends des huiles de massage ? Lui demanda-t-il alors qu'il la remettait à cheval. Ça pourrait aider Ceithli si je la massais avec des huiles chauffantes ? J'ai entendu des femmes à Aspasie parler de sels de bain et d'huiles essentielles, à la lavande je crois. Elles disaient que ça les détendaient, qu'est-ce que tu en penses ? »

Autant dire qu'en la matière, il n'y connaissait rien du tout. Pour tout dire, ce n'était pas comme s'il avait pour habitude de prendre des bains relaxant tous les jours... déjà que prendre des bains n'était pas forcément un réflexe. En montant derrière elle pour renvoyer Nemesis vers Banba, il se demanda si ce serait une bonne idée d'acheter une cargaison de bonbons Rigoloth avant de se raviser. Dans son souvenir, la dernière fois qu'il en avait pris un et Ceithli non, la féline avait failli l'étriper. Lui, il s'était sentit tout guilleret. Il n'aurait peut-être pas envie de tuer sa compagne si elle était sous l'emprise du bonbon, mais tout de même, il préférait éviter... de son avis, les effets de cette maudite friandise étaient un peu trop proches de ceux d'une drogue... Dangereux pour Ceithli et le bébé, donc. Puis Belladona parla des vertus décontractantes de la Cimaille entre deux gloussements – elle semblait trouver très amusant de monter à cheval – et Archélas se souvint avec un certain soulagement que sa compagne en avait acheté quelques temps plus tôt. Il promit alors de lui en préparer tout un chaudron... ce que la vendeuse lui déconseilla en pensant qu'il parlait sérieusement.

De retour en centre ville, il déposa la commerçante juste devant l'herboristerie et s'excusa pour le dérangement, la remerciant une bonne dizaine de fois pour son aide. Il alla ensuite ramener Nemesis à l'auberge et revint sur ses pas, traversant un attroupement de poulets bien bavards qui voletèrent à son approche. Près du puits à souhaits, il remarqua quelques chiens occupés à nettoyer les restes que les paysans n'avaient pas su emporter pour le repas collectif du soir. Ce qui fit penser à Archélas qu'ils ne participeraient finalement pas à cette veillée. Les mains dans les poches pour les protéger du froid qui tombait à présent, il pressa l'allure afin de rejoindre sa compagne, contrarié par le tissu détrempé et glacial qui entravait ses enjambées.

Ce fut donc une grosse demi-heure plus tard qu'il arriva aux abords de la boucherie Elbereth. Il repéra son sac qu'ils avaient jeté devant la porte dans la précipitation et s'autorisa à en sortir rapidement le contenu pour l'étendre sur un fil qui semblait destiné à cela, un peu plus loin. Archélas s'appliqua même à pincer son uniforme d'une multitude de grosses épingles en bois, jugeant qu'avec sa malchance, un coup de vent était bien capable de tout emporter. Une cliente le regarda faire en souriant largement avant de s'éclipser lorsqu'il se retourna pour rentrer. En passant par la cuisine comme s'il connaissait les lieux par cœur, il demanda poliment à Sofiaa s'il pouvait faire chauffer de l'eau et ne se décida à remonter que lorsqu'il eut sa bouilloire brûlante dans une main et un bol de l'autre. Ouvrant la porte de la chambre de Ceithli avec le coude, il se glissa prudemment à l'intérieur et posa son précieux butin sur le chevet avant d'embrasser sa compagne. Penché ainsi sur elle, son pendentif s'échappa de sa chemise et émit aussitôt une lueur bleutée que lui seul pouvait voir, douce, comme un cristal baigné de lumière, presque surréaliste. Il s'attarda quelques secondes ainsi à caresser la joue de la jeune femme comme pour la rassurer, puis se redressa.

« Ça ne t'ennuie pas si je reste un peu ? Murmura-t-il. Je te promets de me taire... pour ne pas dire d'ânerie. »

Il lui sourit d'un air un peu moqueur et l'aida à s'asseoir en calant tous les coussins qu'il put attraper derrière son dos. Puis il alla fouiller leur sac et en sortit le sachet de Cimaille qu'il mit à infuser. Sofiaa entra à ce moment là avec un pantalon sec et une serviette qu'elle tendit à Archélas, puis elle redescendit s'occuper du repas après avoir adressé un sourire à sa fille. Maladroit à cause du froid, le soldat se hâta de retirer son bas, se sécha énergiquement et enfila le linge sec avec soulagement avant de venir enfin s'asseoir auprès de sa féline. Une seconde, il sembla sur le point de dire quelque chose mais se ravisa de crainte de la blesser sans le vouloir. Aussi, il se contenta de mélanger doucement la Cimaille et plaça le bol fumant entre les mains de la jeune femme. Tout était calme. On n'entendait que les clapotis de l'eau que Rhëanor remuait et les bruits de couvert que Sofiaa posait sur la table.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Ceithli » 06 Fév 2012, 17:04

Finalement, comme elle l'avait supposé, elle avait surtout besoin de repos, mais elle ne savait vraiment pas comment ce serait possible en réalité. Ou alors, elle allait devoir attendre quelques jours avant de se rendre à Ephtéria pour rencontrer ses beaux parents, histoire d'éviter qu'elle ne s'évanouisse en plein repas. En tout cas, elle avait lancé un regard craintif à l'attention d'Archélas qui devait malheureusement aller raccompagner Belladona, mais il se montra rassurant et lui promit de faire vite. Le regard qu'elle lui lança fut alors plus doux, et elle ferma simplement les yeux pour ne pas le voir partir, une pointe dans son cœur jusqu'à ce qu'elle ne l'entende plus dans les escaliers.

Elle avait entendu son père se rendre dans la salle de bain et s'y enfermer, aussi elle se recroquevilla sur elle-même en position fœtale et ferma les yeux pour essayer de dormir un peu. D'ailleurs, son état semblait tel qu'elle ne mit que quelques secondes à commencer à rêver, se retrouvant de nouveau dans ses steppes arides à l'Ouest de Banba où elle pouvait courir en toute liberté sous son apparence féline, chassant ce qui se trouvait sur son chemin sans aucune entrave. Puis le décor changea et elle se retrouva dans une immense salle qui lui rappelait l'endroit où le bal d'Ephtéria avait eu lieu. De magnifiques tapisseries ornaient les murs, des lustres de cristal pendaient au plafond et le sol était recouvert d'une douce moquette épaisse qui chatouillait ses pieds nus. Au centre de la pièce, une table gigantesque au bout de laquelle se tenaient un homme et une femme. L'homme était brun, les cheveux courts et une barbe imposante avec des yeux d'un bleu perçant, la femme avait la peau brune, de longs cheveux noirs et les mêmes yeux de ce bleu si profond. Évidemment, elle n'avait jamais vu les parents d'Archélas, aussi n'était-ce que la façon dont elle les imaginait, et elle baissa les yeux pour voir qu'elle était entièrement nue, comme si elle venait juste de se transformer. Ramenant un bras pour dissimuler sa poitrine et sa main pour camoufler son intimité, elle écarquilla les yeux d'horreur en voyant leur regard de dégoût. Archélas n'était pas là, elle avait beau regarder à gauche et à droite, elle ne pouvait pas le voir... l'homme fit alors un geste de la main et une cage dorée se dressa autour d'elle alors qu'il s'approchait pour la regarder comme on admirerait une bête sauvage fraichement capturée.

Son rythme cardiaque s'accéléra alors qu'elle sentait chacun de ses muscles se contracter, puis la vision changea à nouveau... elle était... dans une maison? Regardant autour d'elle, la féline se rendit compte qu'elle ne connaissait pas les lieux, et pourtant, cela ressemblait beaucoup à la maison de ses parents, mais la disposition était différente. Elle était dans un petit salon, très simple. Parquet en bois au sol, une cheminée laissait ronfler un feu de bois qui réchauffait l'atmosphère, un buffet de bois sculpté à la main visiblement supportait ce qui semblait être une carafe d'eau et du linge. Avançant prudemment, elle remarqua un couffin posé sur l'un des fauteuils et s'en approcha, mais au moment où elle s'apprêtait à voir le bébé qui s'y trouvait - espérant surtout voir ses yeux - elle entendit le bruit du soldat qui revenait à toute vitesse, ce qui la fit sursauter et la réveilla avant même qu'il ne soit dans la pièce.

La dernière vision ayant été beaucoup plus douce et agréable, la jeune femme était désormais plus calme, et elle leva son regard d'onyx vers son compagnon et lui sourit doucement, n'ayant presque plus de souvenir du désagréable moment avec ses parents. Le mauvais rêve avait été comme effacé par la douce vision de leur future maison, et elle avait alors posé sa main sur la joue de son compagnon qui la regardait pour s'assurer qu'elle allait bien. Il faisait un peu chaud, et elle avait l'impression que le feu de cheminée était encore quelque part autour d'elle, puis en tournant le regard, elle vit l'infusion et sourit en cherchant à l'embrasser à son tour avant de se redresser.


«Bien sur que tu peux rester... au contraire, ça me ferait du bien.»

Bien calée contre les coussins, elle but une première gorgée de la tisane qui n'avait pas trop mauvais goût, et elle sentait déjà ses muscles se détendre un peu. Elle leva le regard vers Archélas en souriant doucement

«Je sais quelque chose que j'aimerais dans notre maison... une cheminée. Tu penses que nous pourrons en construire une?» il n'y en avait pas dans la maison de ses parents. L'avantage de Banba, était qu'avec tous les moutons élevés dans le coin, il était très facile d'avoir de la bonne laine pour se faire des vêtements chauds et de bonnes couvertures, aussi son père n'avait-il jamais construit de cheminée dans sa demeure. Son regard se faisait doux alors qu'elle essayait de se souvenir de ce qu'elle avait vu du salon de leur maison dans son rêve, puis elle but une nouvelle gorgée avant de plonger son regard dans le sien... ce n'était pas grand chose, mais déjà, rien que cela, c'était un premier petit pas vers leur vie future, non?

En bas, Sofiaa était redescendue pour continuer à préparer le repas après avoir prêté un pantalon sec à Archélas, alors que le bruit de la salle d'eau signifiait que Rhêanor avait terminé. Le patriarche était passé de nouveau par la chambre de Jhérer pour les laisser tranquille tous les deux et descendit donc pour aider son épouse pour le dîner. Il était probable que finalement, ils dorment ici cette nuit, sauf si Archélas souhaitait vraiment retourner à l'auberge, mais la féline aurait du mal à supporter qu'il ne soit pas dans ses bras alors que peut être elle n'allait pas le voir pendant plusieurs jours.

Posant son bol sur ses genoux tout en le gardant dans ses mains pour ne pas le faire tomber, elle eut un léger regard triste avant de lever les yeux vers son futur époux


«Tu sais, je pense que je ne vais pas pouvoir rejoindre Ephtéria dès demain. Je vais avoir besoin de quelques jours pour me reposer avant... ça... ça ne te dérange pas de partir seul?» en réalité, il aurait préféré que lui aussi reste quelques jours à Banba avec elle, mais elle supposait qu'il avait des choses à y faire auprès du Roi, et c'est pourquoi elle n'osait pas lui demander de rester, bien que son regard devait surement le trahir un peu.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Archélas Ages » 08 Fév 2012, 01:26

Assis sur le rebord du lit comme un enfant sage, Archélas ne bougeait pas, se contentant d'épier les faits et gestes de sa féline afin de lui venir en aide à la moindre alerte. Il eut toutefois un sourire soulagé de se voir autorisé à rester et étendit un peu les jambes. Les pans de son pantalon détrempé y étaient restés collés si longtemps qu'il se sentait un peu engourdit à présent qu'il était au sec. Il se pencha d'ailleurs pour frictionner un peu ses genoux avant de tourner la tête vers Ceithli. Il avait, dans le regard, son étincelle de gamin à qui l'on vient de promettre un nouveau jouet sensationnel.

« Une cheminée, c'est une excellente idée ! »

Si sa féline avait pu lire dans ses pensées, elle aurait pu y voir l'enfance du soldat... et aurait certainement bien rit ! Ces trop courtes journées d'hiver, il les avaient passées à s'époumoner dans la neige, érigeant des bonshommes chaque fois plus hauts, se lançant dans d'interminables batailles avec Hogan – leur domestique – construisant des igloos comme il en avait vu dans les livres ou s'émerveillant simplement de ses traces de pas dans la poudreuse virginale, et des craquements secs de la neige sous ses chausses. Le soir, il rentrait trempé mais heureux et se collait à la cheminée, respirant avec délice le fumet d'une potée de pigeon mise à chauffer à la crémaillère. Sa mère veillait alors silencieusement sur lui tout en reprisant les vêtements que son fils usait plus vite qu'elle ne les réparait ! Dans la mémoire du soldat demeuraient les doigts agiles capables de l'hypnotiser des heures, et les grands ciseaux avec lesquels il avait toujours rêvé de refaire les rideaux... mais c'était interdit...

À la nuit tombée, son père rentrait se réchauffer les mains. Encore aujourd'hui, Archélas revoyait l'immense silhouette de son paternel se découpant dans l'âtre rougeoyant. Ses souvenirs étaient si présents qu'il lui sembla même ressentir la chaleur des flammes sur ses joues. Alors oui. Une cheminée, c'était certain, il en voulait une ! Ronflante et chaleureuse, jetant à travers la pièce sa mélodie de bois crépitant et ses ombres chatoyantes. Sa cheminée à lui ! Leur cheminée à eux.

« Oui, nous en aurons une. On construira la cheminée et la maison autour si tu veux. »

Souriant comme un bienheureux, il se laissa même aller à l'embrasser à la volée pour lui exprimer son enthousiasme, avant de se lever pour se frotter les fesses décidément gelées après l'épisode du canal. Après coup, il remarqua qu'il tremblait, mais il n'arrivait pas à savoir si c'était parce qu'il grelottait ou parce qu'il était plus excité qu'une puce rien qu'à l'idée de posséder une maison à eux. Une maison qui leur ressemblerait. Plié en deux alors qu'il s'appliquait à frictionner ses genoux, il prenait soin de garder son regard bleu planté dans celui de sa compagne, attentif à ce qu'elle disait comme à ses réactions. Il était toutefois soulagé de constater qu'elle se détendait, et ce malgré la contrainte qui lui avait été imposée de ne pas bouger. La dernière fois qu'on leur avait demandé une telle chose, l'effet sur leur nerfs avait été à mille lieux de la détente... mais ici, il n'y avait pas de guérisseur fou. Pas de blouses. Pas d'appareils bizarres. Seulement eux deux, et les parents de la jeune femme. Sa chambre. Ses repères.

« Je n'osais pas te le proposer... Enchaina-t-il sur les propos de sa féline. Il était légèrement essoufflé à force de s'agiter, mais il avait toujours aussi froid ! Ça m'ennuie un peu de te laisser seule, et j'aurai bien aimé rester un peu avec toi, pour m'assurer que tout va bien... Je... Je suis désolé mais... je dois vraiment faire mon rapport à Livian d'Ephtéria au plus vite. »

Lassé de s'agiter pour rien, il fini par revenir s'asseoir, prenant bien garde de ne pas renverser le bol de Cimaille. Adressant un regard désolé à la jeune femme, il lui sourit tout de même pour la rassurer.

« C'est peut-être mieux finalement, puisque je rentre à cheval. Ce n'est pas très conseillé pour toi de traîner encore sur les routes, je préfère que tu prennes le train. Je vous enverrai des billets par Flabo, pour toi et ta mère, et j'essaierai de vous obtenir des premières classes. Et ne dis rien ! J'insiste, je veux que tu voyage au calme. Il marqua un temps d'arrêt, comme hésitant. Ça va aller avec Jhérer ? Je suis désolé de demander ça mais... je... Je m'inquiète à l'idée du soucis qu'il pourrait te causer. Je n'aime pas savoir que sa jalousie te tourne autour... »

Machinalement, il caressa du bout des doigts le cou de la jeune femme, là où quelques temps plus tôt de belles marques de crocs lui faisaient comme un chapelet.

« Je demande à Sayah de lui jeter un sort si tu veux. Si je le transforme en chaton ? »

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Ceithli » 08 Fév 2012, 13:23

Après vérification, «pécunier» est une faute d'orthographe, il faut dire «pécuniaire», donc je mets la bonne orthographe si ça ne te dérange pas :$

Au moins avait-il apprécié l'idée de la cheminée, et elle afficha un sourire amusé à le voir ainsi excité par cette perspective, certes, elle n'avait pas eu un aperçu de toutes les pensées qui s'étaient enchainées dans l'esprit du soldat et elle n'avait pas encore d'idée sur le type de cheminée qu'elle désirait, l'idée restant encore un peu abstraite dans son esprit, mais au moins étaient-ils d'accord là dessus et elle lui avait surtout montré que mine de rien, elle y réfléchissait un peu. Buvant une nouvelle gorgée de sa tisane, elle posa le bol vide sur la table de nuit, elle sentait la fatigue la gagner et elle ne se souvenait plus vraiment des doses conseillées par la belladone. Ses paupières se faisaient lourdes mais elle prit quand même sur elle pour parler à Archélas du fait qu'elle devait se reposer un peu avant de gagner Ephtéria.

Le fait qu'il accepte la soulageait un peu, et même s'il ne pouvait rester auprès d'elle, la féline ne doutait pas qu'il l'aurait souhaité, mais que ses contraintes au niveau de cet entretien avec le roi l'en empêchaient. Elle eut un sourire amusé alors qu'elle s'enfonçait un peu plus dans les coussins, la fatigue s'emparant d'elle de plus en plus, lorsqu'il lui parla des billets de train. Elle s'apprêtait à lui dire que ce n'était pas nécessaire, mais il insista avant même qu'elle ne parle, et elle se sentait trop fatiguée pour le moment pour dire quoi que ce soit, aussi ne fit-elle que hocher la tête d'un air absent. Certes, elle ne doutait pas que ce genre de billets coûterait assez cher, et elle craignait que cette perte pécuniaire ne leur cause des soucis dans l'avenir pour la construction de leur maison.


«Archélas... je... d'accord mais... notre maison? Nous devons économiser, non?» sa voix se faisait de plus en plus faible, mais le soldat semblait tout de même camper sur ses positions, et elle s'enfonça donc un peu plus dans les coussins en se retrouvant pratiquement allongée désormais. Elle ne tiendrait pas très longtemps, elle n'aurait du boire qu'une grande tasse au lieu d'un bol entier, mais au moins maintenant était-elle totalement détendue. Puis le sujet dévia sur Jhérer, et elle lui sourit simplement, sur le point de s'endormir

«Jhérer.... ne... fera... rien... mon.. père...» ses phrases entrecoupées tels des segments dévoilaient son sommeil inévitable, elle battit des cils avant de tendre la main vers lui «je... suis... tellement.... fatiguée.. la cimaille...» son regard se fit presque implorant, elle luttait pour ne pas s'endormir, et Sofiaa entra dans la pièce avec douceur pour voir si tout allait bien

«Ah? Elle s'est endormie?» l'odeur de l'infusion flottait encore dans la pièce, et elle sourit à l'attention d'Archélas «Je lui garderai un bol de soupe pour le cas où elle se réveille pendant la nuit, mais je crois que ce genre de tisane fait bien dormir plusieurs heures, il n'est pas impossible qu'elle ne se réveille que demain matin.»

Elle se tourna alors vers Archélas et lui sourit simplement «Vous voulez manger avec nous? Je peux vous monter un bol de soupe sinon. Et puis...» elle regarda cette fois-ci sa fille et soupira «Je sais que Jhérer doit rentrer dans la soirée, mais si elle se réveille demain matin et que vous êtes parti sans qu'elle n'ait pu vous dire au revoir, elle en sera très malheureuse. Vous êtes sur que vous ne voulez pas dormir ici? Avec elle?»

C'était une sorte de demande déguisée, elle ne doutait pas qu'ils seraient sages puisque la féline allait surement avoir un sommeil de plomb, et au pire des cas, elle donnerait de la tisane à son fils à son insu pour qu'il dorme aussi d'une traite afin d'être tranquille.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Archélas Ages » 10 Fév 2012, 17:36

« Ne t'inquiète pas pour la maison, on l'agrandira au fur et à mesure s'il le faut. La rassura-t-il gentiment en prenant l'une de ses mains. On commencera par la cheminée, et puis on économisera et on fera d'autres pièces petit à petit. J'aimerai un étage, et une salle d'eau avec une baignoire. Ce serai bien non ? »

Se doutant qu'elle ne devait plus entendre sa voix qu'à moitié à présent, Archélas inspira profondément et ne prononça plus un seul mot, laissant sa féline sombrer dans un sommeil bien mérité. Il eut toutefois un sourire un peu crispé d'entendre parler de Jhérer, même si les paroles de Ceithli étaient surtout destinées à le rassurer. En fait, il devinait qu'il lui serait impossible d'évoquer le frère de la jeune femme sans éprouver immédiatement une fureur quasi viscérale. L'épisode du baiser volé lui restait encore en travers de la gorge, et même s'il ne voulait pas créer d'ennui, la prochaine fois qu'il croiserait Jhérer, il n'était pas certain de savoir se tenir... Clignant des yeux dans l'obscurité qui commençait déjà à tomber en cette saison, il n'osa pas bouger et en fut quitter pour bailler à s'en décrocher la mâchoire au bout de quelques minutes. Maintenant qu'il y pensait, lui aussi était fatigué. Ils n'avaient pourtant rien fait d'exceptionnel aujourd'hui – si ce n'était fouiller les entrailles d'une Teigne et sauter courageusement dans un canal glacé – mais sans-doute que les émotions accumulées ces derniers temps jouaient avec leurs nerfs...

Se levant doucement, Archélas retira quelques coussins de derrière le dos de la jeune femme afin de mieux l'installer puis remonta une couverture sur elle. Sofiaa entra à ce moment là et lui demanda s'il voulait descendre manger, ce que le soldat accepta après une brève seconde d'hésitation. Puisque Ceithli venait de s'endormir, il y avait fort à parier qu'elle ne se réveillerait pas de si tôt et il avait tout le temps de prendre son repas. Il referma donc prudemment la porte et rejoignit Rhëanor pour le souper.

Ils discutèrent un peu, le patriarche s'intéressant de près à la peau de Teigne que le soldat avait ramenée et que ce dernier lui offrit en compensation de leur hospitalité. Puis il fut question de chasse, Archélas montrant de l'intérêt cette fois sur les capacités des guépards, s'étonnant qu'un félin si frêle puisse s'attaquer à des proies telles que les bovins, considérablement plus puissants que leur prédateur. De mémoire, Ceithli n'avait jamais chassé que de petits gibiers. Des lapins, des marcassins, des paons... peut-être un chamois, mais il ne s'en souvenait plus très bien. D'abord parce qu'il avait été durement malade à cette période, ensuite parce que la vision de sa féline couverte de sang ce jour là venait de lui revenir comme un boomerang... et qu'il ne lui était pas agréable. En revanche, l'épisode du bain de boue qui leur avait finalement causé tant de soucis le fit sourire. La conversation s'orienta ensuite sur la fameuse maison que le couple prévoyait de construire, et Archélas fit part de tout ce qui lui passait par la tête à ce sujet, en commençant par la cheminée. Le dîner s'attarda alors longtemps après le dessert alors que les deux hommes parlaient architecture, isolation, matériaux et techniques diverses de remblai ou d'étai. Jusqu'à ce que la voix de Jhérer se fasse entendre depuis l'extérieur, faisant se raidir le capitaine sur sa chaise.

Une minute plus tard, il remontait dans la chambre de Ceithli escortée par Sofiaa qui avait intercepté sa subite colère. Il l'aida à installer un petit matelas dans un coin de la pièce et la remercia encore avant de s'allonger. Sa compagne dormait toujours, et son souffle tranquille lui était apaisant. Un peu barbouillé à l'idée que Jhérer partagerait le même toit – après tout, il était chez lui - Archélas resta un moment ainsi à regarder le plafond, se demandant s'il avait pris la bonne décision en choisissant de rester ici pour la nuit. Il ferma les yeux. Oui. D'abord son uniforme séchait sur le fil à linge du jardin – Jhérer l'avait d'ailleurs peut-être aperçu. Ensuite il en avait plein les pattes après sa baignades forcée et ne se sentait pas le courage de retourner à l'auberge à pieds. Et pour finir, il préférait rester auprès de sa féline... car elle ne serait pas la seule à se sentir triste de se réveiller seule le lendemain.

La tête appuyée sur son bras, Archélas roula sur le côté afin de mieux « surveiller » Ceithli. Il ne savait pas trop pourquoi, mais il se doutait que les jours à venir allaient être pires que les semaines passées en mission... Livian d'Ephtéria, ses parents, sa mission commanditée par Manôlis...

… et zut ! Il avait oublié de jeter un œil au livre de commande de la boucherie !

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Ceithli » 10 Fév 2012, 21:04

Tout était calme dans la maison, ou presque. Lorsque Jhérer était rentré, son père l'attendait de pied ferme et lui mit un coup de poing en pleine joue à peine avait-il franchi le seuil de la porte. D'abord ahuri, le jeune homme avait demandé à son père la raison d'une telle violence dans la mesure où il ramenait bien l'argent et qu'il ne s'était pas tant attardé que cela.

«C'est pour avoir embrassé l'amie de Ceithli sans son accord! Combien de fois devrais-je te répéter que cela ne se fait pas? Tu commences sérieusement à m'emmerder Jhérer! Dès que l'on parle de toi, les visages s'assombrissent, je commence à en avoir assez que tu salisses notre réputation, il va falloir que tu te calmes!»

Les bras croisés sur le torse, Rhëanor toisait son fils du regard, le visage grave alors que le jeune félin était assis par terre, se massant la joue et haussant seulement des épaules

«Je ne ternis pas tant que ça la réputation de la boucherie. Je te signale que c'est quand même grace à moi et mes livraisons si on a quelques jolies nobles comme clientes!»
- «Je n'ai pas besoin d'un gigolo pour avoir une bonne réputation! Ce n'est pas avec ses oiselles qui demandent à peine une cuisse de poulet à se faire livrer pour garder la ligne qu'on va tenir la boutique!»
malgré la tournure de la conversation, le patriarche gardait la voix calme et posée car il savait que sa fille dormait à l'étage et il ne voulait pas la réveiller
«C'est pour ça que tu te lances dans les soldats comme clients maintenant?» demanda le fils d'un ton arrogant
«Pas comme client. Comme gendre.»

Le temps semblait s'être arrêté... Jhérer était figé, le cul toujours par terre, et c'était pas plus mal car avec une nouvelle pareille, nul doute qu'il serait tombé de toute manière, la bouche ouverte, il avait l'air encore plus stupide qu'à l'accoutumée
«G... gendre? Tu veux dire... CE soldat?»
- «Oui. Il a demandé la main de ta sœur ce midi.»
- «ET TU AS ACCEPTÉ???»
il y eut alors un bruit de claquement assez violent. Cette fois-ci, ce ne fut pas le poing qui était parti, mais une belle baffe en bonne et due forme
«La ferme! Elle est en train de dormir. Elle est épuisée par le voyage! »
- «Elle... elle est là?»
- «Oui, et lui aussi. Alors interdiction d'aller la voir.»
- «Mais...»

«C'est pas bientôt fini ce boucan? Vous allez finir par la réveiller!»
Sofiaa venait d'arriver de la cuisine, un bol de tisane dans les mains... elle avait repensé à son idée d'en donner à Jhérer pour le faire dormir, et vu la tournure que prenait la conversation, ce serait probablement utile, car même si Rhëanor empêcherait le félin de faire une connerie, rien ne l'empêcherait d'aller dans la chambre de sa sœur pendant qu'ils dormiraient. Alors autant l'endormir lui, d'abord. Elle se mit à genoux pour donner le bol à son fils, en réalité, c'était de la soupe, mais elle l'avait diluée avec une bonne dose de cimaille... elle espérait ne pas en avoir trop mis tout de même, quoi que s'il dormait plusieurs jours, ça leur ferait des vacances.

Le regard doux et rassurant de sa mère mit en confiance le fils qui prit le bol en ronchonnant, toujours assis par terre, il porta le bol de soupe à ses lèvres sans dire un mot alors que Rhëanor restait tel un pilier devant la porte qui menait à l'escalier. Son regard noir se posa sur son épouse, qui souriait doucement en posant une main attentionnée sur l'épaule de son fils, alors que Jhérer faisait une pause, il tourna le regard vers sa mère


«C'est vrai, M'man? Elle va vraiment se marier?» elle passa doucement sa main dans les cheveux blonds de son fils en hochant la tête
«Oui. Tu sais, il fallait bien que cela arrive un jour, elle est en âge de se marier...»

Les paupières du jeune félin devinrent lourdes, mais il pensait que cela venait de son long voyage du retour et de la nouvelle qui l'accablait. Il but une nouvelle gorgée de soupe dans l'espoir de reprendre des forces, puis tendit le bol vide avant de se frotter les yeux

«Je suis naze. Je vais aller me coucher.»
- «Je t'accompagne.»
reprit le père
- «Oh ça va... je vais pas aller déranger le petit couple.»
- «Peu importe.»


En réalité, c'était surtout pour le cas où il soit tellement crevé qu'il tombe dans l'escalier. Suivant son fils à l'étage, il dut effectivement le rattraper une fois devant la porte de la chambre, le jeune homme tombant de sommeil. Effectivement, Sofiaa avait mis la dose. Il le coucha alors tout habillé et déjà il se mettait à ronfler. Soupirant d'exaspération, il ne doutait pas que les jours à venir allaient être pénibles finalement. Il entendit son épouse se diriger vers leur chambre, aussi il s'y dirigea également, sur que le fiston n'allait pas poser de problème pour la nuit.

Le lendemain matin, la féline ouvrit doucement les yeux, éblouie par la fenêtre qui était derrière elle malgré les rideaux assez épais. Elle se leva doucement et passa ses bras autour de ses genoux pour voir qu'Archélasavait dormi sur un petit matelas par terre... pourquoi n'était-il pas venu dormir avec elle? Le lit n'était pas très grand, mais quand même assez pour deux. Penchant la tête sur le côté, elle entendait déjà le bruit de sa mère qui préparait le petit déjeuner. Son père était surement déjà parti chasser et il lui semblait même entendre Jhérer ronfler. Retirant les couvertures, elle se faufila hors du lit et alla le rejoindre, se glissant doucement contre lui, elle déposa un baiser sur ses lèvres, malgré l'haleine matinale qui n'avait rien d'agréable, elle se rendait compte qu'elle s'en fichait. Elle attendrait juste qu'il se réveille pour profiter de chaque minute avant qu'il ne parte pour Ephtéria.

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Archélas Ages » 11 Fév 2012, 23:57

Archélas n'entendit rien du tout de l'esclandre qui avait éclatée en bas. Ou plutôt ne voulut-il rien entendre. Il avait beau ne pas apprécier Jhérer – voir le haïr foncièrement – il n'approuvait pas pour autant la violence qu'il jugeait trop extrême. Bien sûr, c'était parce qu'il s'était toujours contenté d'obéir lorsque son père haussait le ton, et il n'imaginait pas un seul instant qu'un enfant puisse défier l'autorité paternelle et n'en faire qu'à sa tête si souvent. Cette nuit là, son sommeil fut agité de rêves étranges, retranscription de ses angoisses. Il se voyait affronter son père au milieu d'une arène et se faire lamentablement dominer, comme il l'avait été par Zlata lors de ce fichu tournoi des Hiéras. La voix autoritaire de Démétrien résonnait alors dans les tribunes, relayée par les chuchotis des spectateurs qui le montraient du doigt. « Tu n'épouseras pas cette sans le sou ! Nous avons déjà organisé le mariage avec la fille du Seigneur Manôlis ! ». Derrière, dans l'une des niches par où entraient habituellement les combattants ou les Teignes, un guépard se battait pour protéger un tout petit nourrisson que l'on tentait de lui arracher. « Si tu veux ton enfant, bats-toi contre lui. » criaient-il en désignant Archélas du doigt.

« NE FAIS PAS ÇA !!! » cria le soldat alors que Ceithli venait de l'extirper de son mauvais rêve.

Par réflexe, il lui empoigna brusquement les épaules et la renversa sur le sol pour s'asseoir sur elle, ses jambes de part et d'autre de ses hanches. Affolé et le cœur battant à tout rompre, il la regarda d'un air ahuri quelques secondes, sans comprendre où il était. En fin de compte, un peu de Cimaille ne lui aurait pas fait de mal à lui non-plus !

« Je... pardon... Ça va ? »

Il relâcha aussitôt la pression qu'il exerçait pour la maintenir sous lui, rougissant légèrement de ce zèle matinal. Heureusement, il savait pour l'avoir vécu assez souvent que sa féline était capable de retourner la situation si elle le souhaitait, et il espérait que cela suffirait à la rassurer. Souriant maladroitement, il profita de son ascendant temporaire pour aller l'embrasser gentiment, puis se leva.

« Excuse-moi, c'était un très mauvais rêve... Tu as bien dormit ? »

Il l'aida à se relever, profitant de l'occasion pour s'excuser au moins dix fois d'affilées avant de finalement la prendre dans ses bras et la serrer contre lui comme s'il ne l'avait pas vu depuis des années. En se reculant, il lui caressa la joue tendrement tout en lui offrant un sourire mi-fatigué, mi-désolé. Quelque part, il redoutait le moment où il se retrouverait seul sur la route, sans sa féline à ses côtés au réveil. Comment avait-il fait pour sombrer dans une telle addiction déjà ? L'œuvre d'une Infinitude, certainement ! En attendant, il culpabilisait comme ce n'était pas permis à l'idée de l'abandonner ici, et ce même si finalement elle était chez elle, parmi les siens. Elle serait bien, quelques jours sans ses éternelles maladresses.

« Je suis désolé, je ne peux pas m'attarder. Les journées sont courtes, j'aimerais profiter au maximum du soleil tant qu'il est debout. Ça ne t'ennuie pas si je prends la laine d'Euther avec moi ? Je me dépêcherai, promis. De toute façon les nuits seront trop froides pour espérer faire de longues pauses. »

Lâchant la jeune femme et ne s'en éloignant qu'à contre cœur, il ramassa ses affaires et plia sa couverture en un rien de temps afin de tout laisser propre pour Sofiaa. Puis il ramassa les bottines de Ceithli et les lui tendit alors que lui-même allait s'asseoir sur le lit pour enfiler ses bottes. Il lui fallait encore descendre récupérer son uniforme – en espérant qu'il ait eu le temps de sécher – et récupérer Nemesis à l'auberge. Régler la note aussi, et remercier les parents de la jeune femme pour leur hospitalité. Un peu agité à l'idée de tout ce qu'il avait encore à faire, il s'élança dans l'escalier comme s'il allait au-devant d'une bataille et salua Sofiaa gentiment. L'odeur du café chaud l'apaisa légèrement et lui rappela qu'il avait faim... comme tous les matins où il avalait une quantité impressionnante de tartines en tous genres, même s'il ne faisait pas autant de mélanges que sa féline. Il mangea rapidement, un peu angoissé de l'heure tardive à laquelle il s'était levé – heureusement que Ceithli l'avait réveillé – puis alla récupérer son uniforme qu'il enfila à la va-vite dans la grange. Le tissu était encore humide et surtout glacial, mais il n'avait pas le choix. Enfilant sa pèlerine par-dessus, il revint dans la cuisine. Sur son visage, un air atterré comme s'il trahissait ses hôtes durcissait ses traits.

« J'ai laissé mes harnachements à Aspasie. Je ne vais pas pouvoir mettre la couverture dans mes fontes... je... j'aurai aussi besoin du sac... »

Coupable de délester sa féline de leurs biens communs comme un couple en plein divorce – ce qui n'était pas toléré dans leur royaume par ailleurs – il se fit la promesse de se rattraper plus tard. Pour commencer, il enverrait des billets de train pour Ephtéria, les meilleures places qu'il pourra trouver. Ensuite il inviterait sa compagne dans l'auberge la plus réputée d'Ephtéria. L'une de celles où les chef cuisiniers arboraient une drôle de toque blanche. Oui, il ferait cela. En attendant, il devait prendre congé, et pour la première fois, ce fut un calvaire pour lui.

« Je vous remercie pour votre hospitalité. Prenez soin de Ceithli pour moi. Et toi, sourit-il en se tournant vers sa compagne, prends bien soin de toi. Pas de surmenage, sinon je commande tout un stock de Cimaille à Belladona ! »

Sur ce, il embrassa poliment les mains des deux femmes et s'apprêta à sortir, grimaçant de sentir ses vêtements coller un peu... ce qui lui donnait une démarche un peu louche.


Si tu veux répondre il n'y a pas de soucis, on peut faire encore un bout de chemin jusqu'au village pour qu'il aille récupérer Nemesis. Sinon j'ouvre un autre sujet directement à Ephtéria ?

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 39
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Présentations peu ordinaires...

Messagepar Ceithli » 12 Fév 2012, 16:09

Le réveil fut particulièrement brutal... allongée sur le dos, le soldat assis sur elle qui la maintenait, elle avait battu des cils l'air ahuri sans tenter de faire le moindre mouvement. Oui elle aurait peut être pu faire quelque chose, mais pas dans cette position... il la maintenait totalement prisonnière sur le coup, notamment par son poids sur son bassin qui la bloquait. Avait-il vu le regard empli de terreur qu'elle arborait? Peut être, car il la libéra rapidement en s'excusant alors que son cœur battait à toute vitesse jusqu'à ce qu'il l'aide à se relever.

S'enfermant dans un silence presque apeuré, elle esquissa seulement un petit sourire timide avant de soupirer pour signifier que ce n'était pas grave. Elle avait dormi toute habillée aussi n'avait-elle pas besoin de se préparer à proprement parler pour descendre. Elle alla simplement faire son lit alors qu'Archélas rangeait le matelas et les couvertures. Il allait devoir partir rapidement pour ne pas perdre de temps, et elle avait simplement hoché la tête d'un air triste
«Prends tout ce dont tu as besoin. Je n'aurai besoin de rien ici.»

Elle se calmait peu à peu, même si l'angoisse de la séparation était belle et bien présente en permanence et qu'elle ne la quittait plus. Ils descendirent ensembles, et si au début il voulait partir tout de suite, l'appel d'un bon petit déjeuner fut le plus fort et ils allèrent donc en cuisine pour manger. Jhérer n'était toujours pas réveillé ce qui n'était pas plus mal pour le moment. Aussi étrange que cela puisse paraître, Ceithli ne fit aucun mélange, et en réalité elle ne mangea pas beaucoup. L'estomac noué à l'idée que les prochains jours, elle les passerait sans Archélas, et sa mère en fut consciente et vint lui prendre la main d'un air rassurant. Elle allait devoir s'y habituer après tout, avec son travail, le soldat ne serait pas tout le temps chez eux, il devrait partir en mission comme cela avait été le cas ce dernier mois... passer tout un mois sans le voir, était-ce vraiment vivable? Elle n'en savait rien encore, et peut être allait-elle en parler un peu avec sa mère.

C'était l'heure du départ, et la jeune femme avait passé ses bras autour du cou d'Archélas pour l'embrasser d'un air presque douloureux, mais elle réussit à lui sourire malgré tout
«Tu vas me manquer. Sois prudent surtout, d'accord? Je me repose quelques jours et je viendrai te rejoindre à Ephtéria...»

Puis il s'éloigna, son uniforme collait un peu à sa peau et il avait donc du mal à marcher, ce qui la fit sourire alors que Sofiaa venait prendre son bras «Allez viens, rentre. N'oublie pas que tu lui as promis de te reposer.» d'un hochement de tête, elle attendit tout de même qu'il disparaisse au loin avant de faire demi-tour et de rentrer chez elle. Montant les escaliers alors que sa mère allait ranger la cuisine, elle rentra dans la chambre de Jhérer et vint s'assoir sur son lit. Le jeune homme dormait profondément et était lui aussi toujours habillé, d'un geste nonchalant, elle lui caressa doucement les cheveux, et il finit par battre des cils avant de se relever en sursaut, essayant de réaliser ce qu'il s'était passé depuis la veille avant de voir sa sœur face à lui et son visage se radoucit «Ceithli?»
- «Bonjour Jhérer.»
il se mit alors à genoux et prit sa sœur dans ses bras avec soulagement. Il n'était vêtu que d'un pantalon, c'était la seule chose qu'il avait eu le temps d'enfiler en rentrant dans la grange avant de se faire recevoir par son père, puis il recula et la regarda de haut en bas, puis son regard se durcit alors qu'il plongeait ses yeux d'onyx dans les siens

«Dis moi... c'est vrai? Tu vas te marier?» elle sourit tristement et chassa une mèche de cheveux rebelle du front de son frère avant de hocher la tête
- «Oui, Jhérer. Je l'aime... et il m'aime aussi. Bien plus que tu ne peux l'imaginer.»
- «Il ne peut pas t'aimer plus que moi et tu le sais.»
- «Oui, je le sais. Mais tu sais aussi qu'il est temps pour moi de faire ma vie? Je t'aimerai toujours, tu seras toujours mon grand frère, celui qui m'a protégée, m'a appris à me défendre et a toujours été là pour moi. Mais j'ai besoin de grandir et de voler de mes propres ailes maintenant.»
le regard du morphe se fit alors profondément triste. Il savait qu'elle avait raison, l'amour qu'il portait pour sa sœur n'était pas... normal d'une certaine manière et il savait aussi qu'il n'était pas partagé. Elle l'aimait comme une sœur doit aimer son frère, lui l'aimait plus encore. Mais cela n'empêchait pas que ça lui faisait horriblement mal.
- «Tu vas vraiment partir? Vous allez vivre où? À Ephtéria?»
- «On n'est pas surs encore. Mais plutôt Aspasie surement.»
- «Oh... c'est... ce n'est pas trop loin.»
elle hocha juste la tête. Il était étrange de le voir ainsi, comme le petit garçon qui avait fait une bêtise et attendait simplement le moment où la punition serait levée. Il vint prendre sa sœur à nouveau dans ses bras et il pouvait sentir les larmes lui monter aux yeux. Ceithli de son côté se mit simplement à pleurer. Elle aimait ce Jhérer là, pas celui qui était bête, soûl et jaloux, mais le grand frère qui l'aimait et qui se montrait attentionné simplement. Reniflant doucement, elle recula alors pour le regarder dans les yeux, d'un autre côté, elle était triste puisqu'Archélas était parti aussi, peut être que les larmes montaient facilement à cause de ça aussi, mais il essuya rapidement ses larmes avant de sourire d'un air un peu bête
«Tu m'as manqué tu sais. Ça va être dur si tu n'es plus à la maison.»
- «Je vais rester quelques jours à Banba. Archélas est rentré à Ephtéria, j'irai le rejoindre plus tard... je dois me reposer.»
- «Tu es malade?»
son regard trahit alors une certaine inquiétude et machinalement il avait posé sa main sur le front de la féline
- «Non. Juste un peu de surmenage. Ce dernier mois n'a pas été de tout repos.»
- «Ça m'étonne pas... un soldat. Franchement.»
- «Ne commence pas s'il te plait. Je l'aime, ne l'oublie pas. Dire du mal de lui, c'est me faire du mal à moi.»
- «D'accord. Je te promets de faire des efforts... pour être... gentil.»
- «Tu n'as pas idée à quel point ça compte pour moi...»
et elle se remit à pleurer. Elle savait qu'Archélas et lui ne pourraient jamais s'entendre, surtout après ce que Jhérer avait fait, même si le félin ignorait la gravité de son acte en lui-même. Il vint déposer ses lèvres sur celles de sa sœur en un baiser furtif avant de la serrer de nouveau dans ses bras pour qu'elle cesse de pleurer. Ils allaient rester un moment comme ça et il refuserait catégoriquement de partir le temps qu'elle resterait à Banba, bien déterminé à profiter au maximum de Ceithli avant qu'elle ne parte pour Ephtéria.

Les jours suivants allaient donc être finalement très reposants pour la jeune femme, Jhérer décidant de la bichonner en accomplissant toutes les tâches de la maison au grand bonheur de Sofiaa. Les livraisons avaient été interrompues en revanche et ils allaient devoir faire des gestes commerciaux à ceux qui auront été mis de côté durant ces quelques jours. Mais au moins, la jeune femme reprenait des forces et s'amusait avec son aîné qui lui apportait toujours des plats aux mélanges plus loufoques les uns que les autres... cela devenait un peu leur jeu. Au départ, Jhérer avait mal pris le fait qu'elle était enceinte, jusqu'à ce qu'elle lui rappelle qu'il serait tonton, et il avait donc fini par se calmer. De toute manière, comment pouvait-il ne pas aimer une part d'elle? C'était même peut être pour ça qu'il avait fini par être encore plus attentionné à son égard, mais personne ne pouvait encore prévoir comment il réagirait le jour du mariage, ce jour où vraiment, elle ne pourrait plus jamais être SA Ceithli, et c'était quelque chose que la jeune femme appréhendait un peu, même si elle essayait de ne pas y penser le temps de se remettre.


*°*°*°*°*°*°*°*°*
La suite pour Archélas : Complaisance prudente.
La suite pour Ceithli et Archélas : Affaires de famille

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 38
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Précédente

Retourner vers Archélas & Ceithli Ages

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron