C'est parti pour l'aventure... ou pas?

Image

Re: C'est parti pour l'aventure... ou pas?

Messagepar Sayah Cordylus » 02 Mar 2013, 14:59

Attentif à la demande du tatoueur, Sayah ne tarda pas à esquisser un sourire carnassier... un sourire bien à lui, en somme. Du plat de la main, il frappa vivement sur le comptoir, et le Vulnae occupé à dépecer son rat dans son coin s'envola aussitôt. Si les étagères à hauteur d'homme hébergeaient toutes sortes d'objets prêts à sauter au visage de ses clients, les tiroirs situés en hauteur en revanche, n'étaient accessibles que pour qui mesurait plus de deux mètres... ou savait voler ! D'où l'intérêt de quelques « assistants » un peu particulier à la boutique. Le rapace se dirigea donc vers l'un des tiroirs qu'il ouvrit doucement, piochant à l'intérieur grâce à son bec crochu. Sayah, lui, venait de faire cligner sa troisième paupière comme chaque fois qu'il réfléchissait.

« Un tatouage aux couleurs changeantes... ccc'est possssssible oui. J'ai quelques articles qui font la même chose : le peigne Arc-en Ccciel, le Vernidor... Néthi, la joaillière, connaît quelques enchantements permettant ccce genre de fantaisie également. L'Orbe médicccinal ou le cœur de Morphe par exemple. Tout dépend de l'effet que vous sssouhaitez. »

Vrass avait beau avoir un foutu caractère, il avait toujours de bonnes idées ! En attendant, le Vulnae multipliait ses allers-retours et déposait sur le comptoir un éventail assez surprenant d'ingrédients. Sans se presser, Sayah récupéra deux petits pilons et se mit à les écraser pendant que le rapace retournait finir son repas. Lorsque le reptile eut terminé, il versa la poudre ainsi obtenue dans deux flacons différents, l'un étiqueté avec un éléphant, l'autre avec un papillon.

« Inutile de vous rappeler les prix, ccce sssont vos articles. Moitié prix pour vous, ccce qui nous fait un Éléphant à dix Ores au lieu de vingt, et un Papillon à douze Ores au lieu de cccinquante grâccce à votre carte de fidélité. Ah, et vous avez droit à une monture gratuite, pensssez-y. »

Nul besoin d'une caisse enregistreuse, et Sayah tendit ses flacons à l'un de ses meilleurs clients... et souffre douleur...!




Pour payer... tu connais la musique :D
La fiche de Vrass sera mise à jour dans la journée. Merci.

Avatar de l’utilisateur
Sayah Cordylus
Reptile Sournois
Reptile Sournois

Âge: 43
Crédit: 3,862.00 Ore(s)
Métier: Commerçant polyvalent

Re: C'est parti pour l'aventure... ou pas?

Messagepar Benedikt » 02 Mar 2013, 20:01

« C'est une bonne idée ! » s'exclama Benedikt en entendant Vrass parler de tatouages changeant de couleur. « Je pense que ça plairait à pleins de gens. Tu pourrais peut-être même en faire de la même couleur que leur peau, si jamais ils veulent profiter des effets des tatouages mais qu'ils ne veulent pas que ça se voit ? C'est bête pour eux, mais parfois, c'est un peu mal vu. »
Il se glissa aux côté du tatoueur lorsque le Vulnae se mit à faire des allers-retours aux quatre coins de la pièce et baissa les yeux sur le sien ; comme il n'y était pas encore habitué, il était facile de l'admirer, d'autant plus que sa peau avait presque repris sa teinte normale, même s'il avait remonté les manches de son manteau et de son pull pour empêcher tout tissus de frotter contre.
Son intérêt se retrouva pourtant très rapidement sur les préparations de l'orphe reptile, qu'il observa avec attention. Il n'oserait pas demander à Sayah comment celui-ce faisait ses enchantements pour l'instant, mais cela aurait été de toutes façons très surprenant qu'il laisse se promener sur sa langue fourchue de telles informations.
« Ne t'inquiètes, je rentrerais bien tout seul, promis, je serais tôt à la maison. » rajouta le botaniste à l'intention de Vrass, sans lâcher des yeux l'alchimiste à écailles qui travaillait devant lui.
Benedikt attendit de le voir finir et tendre les deux flacons au winghox pour qu'il le paie.

Une quinzaine de minutes plus tard, après un baiser et un « à tout à l'heure ! », Benedikt pénétrait dans le hall de son immeuble aux murs recouvert de graffitis. Il s'arrêta en plein milieu et fit quelques pas en arrière. Les paroles du visiteur inconnu à la boutique lui revinrent soudain. « Vous ne regardez jamais votre boite aux lettres. »
Il y avait effectivement cinq lettres dedans, lorsque le botaniste réussit enfin à retrouver la clé de la boite parmi son trousseau. L'une concernait une réunion de voisins et ne l'intéressait absolument pas, les quatre autres venaient du même expéditeur, les laboratoires Deilofd, où un logo à trois triangles ré-apparaissait décidément bien souvent aujourd'hui. Il les prit toutes avec lui pour monter l'interminable escalier, et se mit à fouiller dans ses poches pour chercher ses clés, presque arrivé devant sa porte. Heu. Pas besoin de clés. C'était déjà ouvert, puisque apparemment, un pied de biche ou un outil dans ce genre avait fait le travail à sa place. Benedikt contempla les dégâts avec des yeux grands comme des soucoupes.

« Vous n'étiez pas au courant ? Vous n'êtes pas rentré chez vous depuis une semaine et demi ? »
Le botaniste se retourna pour regarder une femme d'âge mur arrêtée à son palier, une de ses voisins qui lui jetait un regard surpris. Apparemment, il y avait certains événements desquels il aurait dû être au courant. Il secoua la tête, attendant l'explication qui ne tarda pas à venir.
« Il y a eu une descentes de police. » Jusque-là, rien d'extraordinaire. Cela arrivait souvent.
« Mais ils n'ont jamais forcé ma porte. »
« Oui mais là... J'sais pas, ils étaient pressé ou de mauvais poil, mais ils y sont pas allé avec le dos de la cuillère, c'est moi qui vous le dit. »
Benedikt poussa la porte doucement du plat de la main, et la femme derrière lui jeta un coup d’œil dans l'appartement.
« Ils ont tout vidé ?! Qu'est-ce que vous aviez là-dedans ? »
« Heu, non, c'était comme ça avant. »
Évidemment, considérant que le matelas à même le sol était le seul élément de la pièce qui pouvait être appelé meuble, on pouvait excuser le malentendu. Jetant un regard circulaire autour de lui, Benedikt la remercia vaguement pour ses informations et la laissa s'éloigner. Après une inspection complète de l'appartement, qui ne dura pas bien longtemps, il devint évident que la seule trace de leur passage n'était que de la saleté. De toutes manières, qu'auraient-t-ils bien pu trouvé d'intéressant à emmener ? Il était fort possible que d'autres personnes aux intentions contestables soient passés après, puisque sa porte n'avaient même plus de serrure, et se soient fait la même réflexion. Même ses économies, cachées derrière une pile de boites de conserve, ne manquaient pas l'appel, sans doute parce qu'on avait pas pris la peine de fouiller aussi soigneusement.
La porte d'entrée claqua violemment derrière lui. La baie vitrée avait été laissé ouverte et un vent froid s'engouffrait dans l'appartement – cela expliquait pourquoi il faisait déjà un froid polaire à l'intérieur -. Ce fut à ce moment-là que Benedikt découvrit qu'il manquait effectivement quelque chose. Toutes les plantes qui s'amoncelaient d'habitude sur son balcon. Toutes ses chères plantes dont il prenait soin ! Le botaniste se pencha au-dessus la rambarde pour vérifier qu'elles n'étaient pas tombées, mais en plus d'être improbable, l'hypothèse se révéla fausse. Donc c'était ça qu'ils avaient pris ? Mais pourquoi ? La plupart venaient des jardins de Bellevue, et étaient assez rares, certes, mais à priori, ne ressemblaient à rien d'illégal ! Qu'en savait-il, on était à la Basse-ville, après tout.
Benedikt referma la baie vitrée en soupirant et ouvrit les lettres qu'il avait jeté sur son lit. Les laboratoires Deilofd et leur représentant passé à la boutique de tatouage avaient exactement le même discours, il n'y avait aucune nouvelle information dedans qui pouvait l'aider à comprendre ce qu'ils lui voulait. Seule la date d'expédition changeait, la plus récente vieille de deux semaines. Deux semaines, vraiment ? Et l'autre ramenait ses fesses maintenant pour dire qu'il venait à peine de le retrouver ? Mais bon, puisqu'il était enfin passé en personne et avait découvert qu'il n'aurait rien, c'était une affaire classée, au moins. Pas comme mes pauvres plantes, pensa le botaniste en levant un regard penaud vers son balcon. Il se voyait mal aller au poste pour leurs demander de lui rendre ses pots de fleurs. Il n'avait aucune idée de l'endroit où elles pouvaient être en ce moment et il y avait peu de chance qu'il les revoit. Soupirant une dernière fois, il se releva, laissant les quatre lettres sur le lit, et se contenta de récupérer le pot en verre rempli d'ores avant de filer en direction des Ghettos.

Lorsqu'il rentra enfin chez Vrass, ce fut sur la pointe des pieds, et pour filer directement sans bruit dans la cuisine. Benedikt enfouit dans le frigo le carton blanc de ses pâtisseries, puis réapparut près du comptoir pour manifester sa présence.
« Vrass, je suis rentré ! » appela-t-il, à mi-chemin dans l'escalier - puisque le tatoueur n'était pas au rez-de-chaussé, il devait forcément être à l'étage -. Peut-être en train de faire quelques croquis pour son nouveau tatouage ?
« La police est passé dans mon immeuble et ils ont détruit ma porte, quoi, je ne peux même plus la fermer ! Tu le crois, ça ? » rajouta-t-il d'un ton plaintif en se jetant sur le lit. « J'espère que c'est la propriétaire qui va réparer ça ! Mais je crois qu'il va falloir que je m'en occupe moi-même. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 34
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: C'est parti pour l'aventure... ou pas?

Messagepar Vrass Rannveig » 03 Mar 2013, 11:10

Flute, j'avais presque fini mon poste hier soir, mais je suis parti sur un autre truc en même temps et tellement crevé que j'ai tout fermé en oubliant que j'avais pas fini T.T

De toute évidence, non seulement Sayah, mais Benedikt trouvait aussi que le principe du tatouage qui change de couleur était une bonne idée. Certes, j'allais devoir travailler là dessus et faire quelques expériences, mais déjà le reptile me donnait des indications sur des objets qui pouvaient faire de même. J'allais probablement me renseigner auprès de Nethi dans ce cas qui serait sûrement bien plus à même de m'aider avec la dette qu'elle se sent avoir envers moi.

Mais ce qui m'inquiétait surtout, c'était cette histoire comme quoi le gosse voulait absolument se rendre seul chez lui. En soit, je savais qu'il avait l'habitude des ghettos à présent et qu'il savait très bien le chemin à emprunter pour retourner chez moi, et il savait aussi les quartiers à éviter. Mais il allait bientôt faire nuit et donc forcément, ça ne m'aidait pas à garder l'esprit tranquille. Cependant voilà, je suis pas sa mère! Je le regardais donc partir après qu'il m'ait embrassé et je me tournais vers Sayah en lui lançant un regard qui isait clairement «au moindre sourire tu deviens une paire de bottes» mais je savais qu'il ne se priverait pas s'il en avait envie! Je venais donc le payer rubis sur l'ongle avant de prendre le sac avec les ingrédients pour rentrer chez moi. Je ferai les expériences plus tard dans la semaine, et il me faudra des cobayes une fois de plus, ce qui signifiait une bonne dose de crème tecol à acheter. Pratique d'avoir l'herboriste sous son toit dans ces cas là.

Une fois à la maison, je me disais que j'allais profiter de l'absence du gamin pour faire mes tatouages, aussi je m'installais sur la table qui me servait d'ordinaire à tatouer les clients pour préparer l'encre. En me souvenant du dernier tatouage de Benedikt, je me disais que j'allais me faire également deux sortes de bracelets sur les avant-bras, un de chaque côté, sauf que je comptais faire plutôt des signes tribaux aux couleurs enflammées. Je préparais donc mes encres de manière à en avoir un demi-pot rouge et un demi-pot orange de chaque, laissant bien soigneusement le papillon d'un côté et l'éléphant de l'autre. Puis je me mettais à l'ouvrage. Étant ambidextre, il m'est facile de me tatouer moi-même, même sur les bras et je prenais donc un soin minutieux dans les détails. Comme j'ai la peau mate, le rouge et le orange vont moins ressortir et c'est mon but, je n'ai pas trop envie que ça se voit trop sur les bras, un peu comme si ces flammes faisaient vraiment partie de moi.

Il me fallut une demi-heure pour faire le premier, l'éléphant. J'avais préféré commencer par celui-là. Maintenant je m'attaquais à l'autre bras pour le papillon et je mis environs le même laps de temps. Je regardais le résultat en tendant mes deux bras légèrement devant moi et j'affichais donc un sourire satisfait avant de ranger mon matériel et sortir un peu de crème pour m'en badigeonner la peau. Elle était encore un peu rouge, chose normale malgré mon habitude, mais ça passerait vite.

Je commençais à sentir l'effet du rhuminol s'estomper et donc, la fatigue me rattraper un peu. À mon avis, le gosse va insister pour que je prenne une bonne soupe ce soir puisque c'est bon pour le rhume. Ça me fait bizarre tout de même d'avoir quelqu'un qui veille ainsi sur moi en permanence. Je finissais par grimper à l'étage une fois que tout fut rangé, j'avais envie de tester le papillon, bien que je l'ai déjà testé sur d'autres, je voulais vraiment voir l'effet que ça pouvait faire. Aussi je m'installais au chaud dans mon lit - au moins le gosse ne pourra pas me remonter les bretelles parce que je ne prends pas soin de moi - et je prenais mon carnet pour réfléchir à ce que j'aimerais faire. Un truc pas dangereux évidemment, quoi qu'il pourrait être marrant de voir une mini teigne courir partout pendant une douzaine d'heures !

Je me concentrais donc en me disant que quitte à avoir fait le papillon, autant en dessiner, et je venais donc prendre une profonde inspiration pour en faire plusieurs petits, et chaque fois que j'en dessinais un, il s'échappait de la feuille pour s'envoler et me tourner autour. Il était noir et blanc puisque je le dessinais avec un crayon à papier, et j'affichais un sourire amusé alors que j'en faisais un autre, et encore un autre. Mais je réalisais que ça me fatiguait en fait, j'avais oublié ce détail ce qui fait qu'après le cinquième, je m'arrêtais en les regardant se poser tous au plafond! Ils ne furent pas dérangés par le gosse qui revenait, j'entendais sa voix impatiente alors qu'il était rentré depuis quelques minutes. Il a fait les courses? Encore des légumes?

«Je suis en haut» - il devait s'en douter, en tout cas il monta rapidement et se vautra sur le lit comme s'il était épuisé et je fronçais les sourcils lorsqu'il mentionna avoir eu une descente de police chez lui
«Ils ont laissé un mot ou prévenu les voisins sur la raison pour laquelle ils sont entrés chez toi? Ils ont pris quelque chose?» - avec le dealer en bas de chez lui, j'en viens à me demander si cet abruti n'avait pas caché de la drogue chez lui en profitant du fait qu'il ne venait plus. Enfin, je posais mon carnet, la fatigue des tatouages me gagnait peu à peu mais je voulais le ramener près de moi. Il devait voir ma peau un peu rougie et donc constater que j'avais déjà fait mes tatouages pendant son absence, mais je lui désignais surtout le plafond où les petits papillons battaient paresseusement des ailes sans pour autant quitter leur emplacement

«Regarde, ça marche! Mais ça fatigue un peu par contre. Ça pioche dans mon énergie pour les matérialiser» - logique. On n'a rien sans rien sur Nideyle, je ne connais aucun pouvoir magique qui ne vous crève pas en l'utilisant. Même les grands tatouages que je peux créer et qui permettent donc de développer un certain pouvoir, ils vous vident totalement de vos forces en quelques secondes.

Enfin, je me tournais de nouveau vers le gosse, je n'aimais pas vraiment cette histoire et tout comme lui, je me souvenais de ce type qui avait parlé de sa boîte aux lettres
«Au fait alors, l'autre abruti t'avait bien envoyé des lettres à propos de son histoire de plantes?» - s'il le faut en fait, c'est pour ça qu'il a voulu rentrer seul chez lui? Pour vérifier? Il me cache un truc ou quoi? Je commençais à me dire que c'était le cas, peut être qu'il savait très bien ce que le type lui voulait mais il n'avait pas voulu en parler devant moi? Mon regard s'assombrissait un peu avant que je ne fixe à nouveau le plafond, j'espère juste que lorsqu'ils vont disparaître, ils ne vont pas se transformer en encre et en foutre partout.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 39
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: C'est parti pour l'aventure... ou pas?

Messagepar Benedikt » 03 Mar 2013, 22:21

« Non, ils n'ont rien dit, mais tu sais ils passent souvent vu que tout le monde vends de la drogue dans cet immeuble, même les mères de famille, et que ce n'est pas autorisé. Sauf qu'ils m'ont piqué toutes mes plantes ! Plus de la moitié étaient vraiment difficile à trouver ! Je suis sûr qu'ils les laisseront mourir dans un coin ! » gémit Benedikt en retirant ses chaussures paresseusement. Bien sûr, il aurait pu estimer que c'était un juste retour des choses puisqu'il les avait elles-mêmes plus ou moins chipé aux jardins pour la grande majorité, mais il s'agissait toujours de plants dont plus personne ne s'occupait pour une raison ou une autre, étant donné que le botaniste n'avait à ce moment-là aucune envie de s'attirer des problèmes et se faire renvoyer.
Il se retourna vers lui pour montrer un visage boudeur, mais remarqua soudain les nouveaux tatouages qui s'étalaient sur les poignets de Vrass et les observa un instant.
« Oh, tu as- » Benedikt s'arrêta alors qu'il suivait du regard le bras du tatoueur pour découvrir les papillons noirs et blancs qui virevoltaient au plafond. Fronçant les sourcils, le botaniste comprit soudain et ouvrit la bouche et des yeux immenses dans un air de totale stupéfaction. Une seconde plus tard, il était debout sur le lit, deux pieds de chaque côté des jambes étendues du tatoueur pour scruter de plus près les œuvres vivantes de Vrass.
« C'EST. TROP. BIEN. » laissa-t-il échapper par hoquets alors qu'il tendait les bras pour en attraper un. Il n'atteignait pas le plafond mais l'un d'entre eux fit un détour assez bas pour lui permettre de l'enfermer entre ses deux mains qui formaient une cage. « Tu as vraiment fait ça en dessinant ? Ce n'est pas possible... »

Les ailes des papillons, pourtant bien réelles et si proches des véritables insectes, avaient des nervures faites en coup de crayon si l'on y regardait bien. Benedikt fait toujours l'air d'un parfait idiot à ce stade, absolument émerveillé, écartant ses pouces de manières différentes pour voir sa capture comme il le voulait sans la laisser s'échapper. Lorsqu'il baissa enfin les yeux sur la personne en dessous de lui, c'était avec un sourire radieux qui lui mangeait la moitié du visage. La perte de ses précieux plantes était momentanément au placard et il n'écoutait que d'une oreille le tatoueur qui parlait des lettres qu'il avait pu recevoir, sujet complètement ennuyeux par comparaison.
« Yep. Tout à fait inintéressantes. Et vieilles de plusieurs semaines. » consentit tout de même à répondre le botaniste. Il ouvrit ses paumes pour libérer le papillon bicolore qui regagnait le plafond, et mit ses poings sur ses hanches pour rajouter :
« Vrass Rannveig, tu es un dieu vivant. » Bien conscient de l'exagération légère de ses paroles, son ton était incompréhensiblement moralisateur. Il avisa le nez rouge du winghox et se laissa tomber à genoux pour se retrouver à la hauteur de ce dernier.

« Mmmh. C'est vrai que tu as l'air fatigué. Tu devrais éviter d'en faire jusqu'à ce que tu soit guéri, quand même. » La façon dont le botaniste haussa les épaules et son expression trahissait sa déception – il allait devoir attendre avant de quémander à Vrass quelques nouveaux tours de magie de ce genre -, mais il posa avec attention sa main contre son front pour vérifier s'il n'avait pas de fièvre. Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu'il décida que ce n'est pas le cas.
« Je suppose que ça mérite bien de manger maintenant ce que j'ai rapporté. »
Il remonta aussi rapidement qu'il put avec deux petites assiettes où trônaient des petites cuillères et deux parts de tarte aux pommes et en tendit une à Vrass.
« J'espère que ça te plaît. Il y avait trop de pâtisseries différentes et je ne savais pas quoi choisir, la boulangère m'a dit que la plupart des gens aimaient ça. » déclara-t-il avant que sa bouche pleine ne l'empêche de continuer.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 34
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: C'est parti pour l'aventure... ou pas?

Messagepar Vrass Rannveig » 04 Mar 2013, 11:31

La réaction du gosse n'avait rien de surprenante! Je m'étais attendu à quelque chose du genre lorsque j'avais décidé de dessiner des papillons. Mais j'étais à présent épuisé, bien que j'avais encore en tête tout un tas de dessins que je pourrais faire, mais je pensais surtout à Nathan. La mention de dieu vivant eut de quoi me faire pouffer de rire alors que je rejetais mon carnet à dessin sur la table de nuit où les pages étaient désormais vierges

«Je m'entraînerai à faire des écureuils pour Nathan! Ça devrait l'amuser...» - ou toute autre petite bestiole qu'il ne connaît peut être pas, comme des raanaï, des omuses ou des feunetons. Je m'allongeais un peu alors qu'il me signifiait que je ne devais pas en faire trop, mais je l'observais avec un regard amusé alors qu'il libérait le papillon de papier pour qu'il retourne au plafond. Les ailes semblaient fines et pourtant, elles devaient logiquement être de papier aussi mais il semblait tout simplement fasciné et je commençais à fermer un peu les yeux sous l'épuisement.

Aussi, pour m'aider à récupérer des forces, il me proposa de manger un morceau et je venais hausser les sourcils alors qu'il parlait d'une surprise, d'un truc qu'il avait apporté?
«Tu as fait les courses en chemin?» - apparemment oui, j'eus à peine le temps de le voir s'échapper pour filer au rez-de-chaussée. En bas, Iza était debout sur un tabouret avec un balai pour enlever la toile d'araignée et s'était figée lorsque Benedikt était entré dans la cuisine, de peur qu'il la gronde parce qu'elle était justement en train de nettoyer, mais le jeune homme était si enthousiaste qu'il ne la vit pas, prenant juste les parts de tartes pour les mettre dans des assiettes et filer. Elle avait été comme une statue qui aurait souhaité se fondre dans le mur, mais le regarda partir avec curiosité et probablement une pointe de gourmandise en sentant l'odeur de tarte aux pommes.

La pauvre, probablement qu'elle aurait aimé goûter aussi, je ne suis pas le genre à acheter des pâtisseries, et elle a plutôt tendance à acheter des choses que j'ai moi-même déjà prises pour être sûre de prendre ce qu'il faut. Elle n'est pas le genre à faire des essais et à acheter des trucs nouveaux donc elle n'a jamais goûté ce genre de pâtisserie de toute sa vie. Elle connaît les croissants et les pains au chocolat tout de même, mais rien de plus.
Lorsqu'il revint dans ma chambre avec sa surprise, j'affichais un large sourire. Je me doutais qu'il avait pris des pommes pour me faire manger des fruits, vitamines encore pour mon rhume hein? Mais en fait non, il semblait qu'il avait pris ça un peu au hasard et je me tournais donc vers lui en me rendant compte qu'il y avait quand même des choses qu'on ignorait l'un sur l'autre

«Le moelleux au chocolat. C'est mon gâteau préféré...» - comme ça, il le saura! - «mais ne t'inquiète pas, j'aime aussi la tarte aux pommes!» - je venais attraper sa mâchoire de ma main pour l'embrasser afin de le remercier. Le rhume commençait malheureusement à me rattraper et la migraine pointait le bout de son nez. Je venais donc me caler un peu et le bruit du balai dans la cuisine me fit penser à Iza
«Tu en as pris une part pour Iza? Je crois qu'elle n'a jamais goûté...» - mais je voyais bien à ses joues rouges qu'il avait oublié et je venais sourire alors en lui faisant un clin d'œil - «ce n'est pas grave! On va lui en laisser un morceau!» - je prenais donc ma cuiller pour couper ma part en deux, pas en deux parts égales par contre, c'était histoire qu'elle goûte et j'étais gourmand! Et puis, si Benedikt fait de même, elle aura alors deux morceaux proches de ce qu'on a eu aussi.

Je me calais un peu dans les oreillers derrière moi, levant les yeux au plafond pour voir que les papillons étaient très bien là où ils étaient! D'un autre côté, ils sont de papier et n'ont donc pas besoin de manger ou de dormir, donc ils ont juste à rester là jusqu'à ce qu'ils redeviennent de simples morceaux de papier. Je tendais alors l'un de mes bras pour montrer mes tatouages au gosse histoire d'avoir son avis
«Qu'est-ce que tu en penses? C'est toi qui m'a inspiré!» - je ramenais ensuite mon bras devant moi pour finir mon morceau de tarte avant de poser l'assiette sur la table de nuit, puis je m'avançais à nouveau vers lui, l'envie de me laisser aller était vraiment tentante, mais entre mon rhume, la fatigue et son dos, c'était mission suicide

«Merci pour le dessert...» - bien que j'en aurais voulu un autre! Enfin, je m'allongeais un peu, il était pourtant tôt, mais honnêtement je ne me sentais pas trop de faire quoi que ce soit à présent. J'aurais bien aimé aller voir Nathan demain, mais je ne pouvais pas prendre le risque de le rendre malade non plus... les prochains jours allaient sûrement être chiants mais bon, c'était le genre de choses qui pouvait arriver hein? En tout cas, je risquais de très vite m'endormir à présent.

Je te laisse clôturer, puis on peut lancer un nouveau rp quelques jours après lorsqu'ils seront tous les deux guéri? Soit pour faire notre petit tour des auberges, soit pour ton petit truc avec le type aux trois triangles ^^

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 39
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: C'est parti pour l'aventure... ou pas?

Messagepar Benedikt » 04 Mar 2013, 16:35

« Oh, je n'avais pas... Je ne pensais pas qu'elle aimerait ce genre de nourriture, vu que, tu sais, elle adore la viande et heu... » Les joues enflammées, le botaniste s'excusait avec maladresse. D'autant plus, que si dans sa tête, Iza préférerait sûrement la viande à cause de sa nature morphe, dans ses paroles, on pouvait aisément lui faire remarquer que Vrass avait aussi une préférence pour ça.
Benedikt découpa une partie de sa propre part et la glissa dans l'assiette du winghox à côté de ce qu'il avait laissé pour la morphe puisqu'il venait de finir la sienne.
« Oui, ils sont beaux ! Et ils vont bien avec le reste. Et leurs effets sont plutôt géniales, en plus. » déclara le botaniste en étudiant les nouveaux tatouages de celui-ci. « C'était une journée tatouage, aujourd'hui. »
Il glissa son poignet entre ceux du tatoueur et laissa un «oh.» de compréhension s'échapper quand il découvrit pourquoi Vrass venait que lui dire qu'il s'était inspiré de lui. Benedikt se mit à rire et planta un baiser décidé sur les lèvres du tatoueur avant de se rendre compte que la réserve dont faisait soudain preuve le tatoueur n'était pas si mauvaise idée. Il en rajouta un sur sa tempe et se pencha pour récupérer la petite assiette à dessert posée sur la table de nuit.
« Je vais aller donner ça à Iza. Je reviens tout de suite. »


« Hé, Iza. »
Benedikt s'appuya contre le chambranle de la porte de la cuisine, un peu gêné. Il n'avait jamais vraiment eu l'occasion de discuter avec la morphe chienne sous sa forme humaine, au mieux l'avait-t-il entre-aperçu plusieurs fois en train de filer quelque part. Il regarda la jeune fille frêle perchée sur son tabouret en train de se battre avec son balai.
« Tu devrais peut-être me laisser le faire, la prochaine fois, ce sera plus facile pour moi. Pour une fois que je suis plus grand que quelqu'un, autant en profiter. » continua-t-il, espérant que son sourire lui confirmerait que c'était une blague, qu'elle ne se vexe pas. Le petit botaniste n'était pas du genre à faire remarquer à quiconque que leur physique ne convenait pas alors qu'il avait l'habitude d'entendre des réflexions à propos de lui-même.
« Tiens, c'est... de la tarte au pommes, Vrass m'a dit que tu n'y avais jamais goûté. Si tu aimes ça, tu n'as qu'à me dire, je t'en prendrais la prochaine fois que j’achèterais des pâtisseries. »
Il frotta le bout de sa chaussette avec son autre pied alors qu'il n'y avait absolument rien dessus, attendit quelques instants pour voir ce que ferait Iza, mais elle semblait plutôt très mal-à-l'aise, aussi il estima préférable de la laisser tranquille. Après tout, elle aurait tout le temps qu'il lui faudra, plus tard, pour s'habituer à lui.
« Bonne nuit ! Dors bien. » finit par conclure le botaniste en s'inclinant pour une petite révérence, les deux mains juste au-dessus de ses genoux, avant de disparaître.

Lorsqu'il remonta dans la chambre, le tatoueur était déjà endormi. Benedikt se déshabilla silencieusement, récupéra ce qui traînait sur le lit pour les mettre un peu plus loin et se glissa à côté du tatoueur, le couvrant soigneusement avec la couette – il s'en voudrait bien de le laisser attraper froid à nouveau -. Blotti contre lui comme à son habitude, il s’aperçut qu'il n'avait pas vraiment envie de dormir (c'était Vrass qui était malade, après tout, et lui était moins fatigué depuis que la douleur dans son dos s'estompait même sans les produits de l'herboristerie, sans compter sa sieste plus longue), mais se laissa porter par l'observation des papillons qui voletaient au plafond et par les bruits étouffés des Ghettos (les gangs des quartiers n'avaient pas d'horaires de couvre-feu) jusqu'à tomber dans les bras de Morphée.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 34
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Précédente

Retourner vers Vrass Rannveig

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron