Une séance de thérapie... mais oui bien sur!

Surgissant d'un lac immense pour s'étirer vers les nuages, Néobabel est une merveille de technologies et d'auto-défense. Imprenable, elle abrite les grands pontes Atlantes qui observent la Basse-Ville depuis leurs bureaux dans le ciel.

Une séance de thérapie... mais oui bien sur!

Messagepar Shell Covald » 30 Mai 2013, 01:16

Précédemment : Les rives du Liek
=========

Une semaine... cela faisait déjà une semaine que la mechanimae était revenue de sa mission du marais des lucioles, et en passant aussi de son interim pour débusquer un gros dragon qui bouchait le Liek! Une semaine où elle avait été rafistolée, certes elle n'était pas en aussi mauvais état que son partenaire de fortune, mais mine de rien, certaines parties mécaniques de son corps avaient été rudement malmenées en quelques jours à peine.

Nourrie, réhydratée, lavée, soignée, elle était désormais en pleine forme. Sauf en ce qui concernait visiblement son état mental.
Son rapport n'avait pas été des plus appréciés par ses supérieurs, persuadés qu'elle avait été victime d'une sorte de drogue en cours de route qui aurait perturbé ses neurones, quoi que certains en étaient arrivés à la conclusion que son collègue lui avait mis un mauvais coup sur la tête, sa réputation n'était plus à défendre!

Toujours est-il qu'ils se retrouvaient là tous les deux. Pas seulement à cause de cette histoire de lianes folles qui avaient réussi à décoincer un dragon aussi facilement qu'un laxatif, mais aussi à cause d'une histoire de teignes totalement bourrées, d'un monde immatériel avec des lumières et des nuages noirs, une machine ayant l'apparence d'un guépard et autres bizarrerie. Finalement, la jeune femme en était à se demander si elle n'était pas vraiment folle pour le coup, essayant tant bien que mal de remonter à la genèse des événements et réfléchir à quel moment tout ça avait bien pu déraper!

Bref... la salle était plutôt vide. Haine dans un coin, elle dans l'autre à attendre qu'un psy veuille bien les écouter une énième fois pour avoir leur version de l'histoire et s'assurer qu'ils n'étaient pas fous. Leurs rapports se rejoignaient, du moins pour la partie sur le dragon, mais il s'agissait de savoir s'ils n'avaient pas manigancé cela ensembles. Une pile de magazines sur une petite table basse, la jeune femme ne voulait pas s'asseoir, elle tendit cependant le bras pour regarder ce qu'il y avait. Évidemment, que des bouquins sur la psychologie et les études du cerveau! Avec des titres accrocheurs pour les scientifiques de Neo Babel comme «Comment développer sa mémoire?», «Les mystères du cerveau humain» ou autres bouquins de philo avec des sujets plus tordus les uns que les autres tels que «L'altruisme est-il condamné à mener l'homme à sa perte?» - depuis quand l'Homme est altruiste en ce monde? - ou encore «Le visage de mon prochain est une altérité qui ouvre l'au-delà». Des fois, la jeune femme se demandait s'ils n'inventaient pas des mots exprès pour leurs fichus magazines.

Elle finit cependant par trouver le temps long et se tourna enfin vers Haine, les bras croisés

«Allons nous devoir attendre encore longtemps?» - cela faisait bien une heure qu'ils attendaient non?

Avatar de l’utilisateur
Shell Covald
Mechanima

Crédit: 445.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Élite de l'Escadron (lieutenant)
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Ghost in the Shell by ROSSJCBR

Re: Une séance de thérapie... mais oui bien sur!

Messagepar Neythen N. » 31 Mai 2013, 00:45

Haine n'aimait pas attendre. Bon ok, Haine n'aimait rien tout court, mais en prime il aimait encore moins attendre. Et puis pour couronner le tout, Haine venait de découvrir qu'il n'aimait pas attendre avec quelqu'un qui n'aimait pas non plus attendre...!

Bref.

Le seul point positif pour le moment, c'étaient les fauteuils, parce qu'ils étaient confortables. Pour le reste, le tapis était moche, la tapisserie à vomir, et les peintures lui filaient mal au crâne. Quant aux magazines, il avait préféré ne même pas y toucher. On savait jamais, ça aurait pu le psychanalyser par simple contact... Donc, enfoncé dans un siège comme une otarie gestante, les bras mollement jetés sur les accoudoirs, il avait l'air très aspiré par la contemplation de ses genoux. C'était ça ou regarder Shell tourner en rond... et devenir dingue ! Ils étaient au courant, les psy, qu'on avait davantage de chances de finir taré en poireautant dans une salle d'attente moche en compagnie d'un lion en cage... qu'en déblayant un fleuve bouché par un dragon au moyen d'un hamac tentaculaire ?

Un sourcil se leva à la question de sa copine Élite, et ses yeux bleus daignèrent enfin la toiser. Sans blague, il avait une gueule de comtoise ou quoi ? Heureusement il n'eut pas besoin de répondre puisque la porte s'ouvrait sur une jeune femme en tailleur et talons hauts qui ne les regarda même pas, trop occupée à fixer son petit carnet.

« Madame C. et monsieur N. ? »

Dit comme ça c'était limite bizarre, pourtant la secrétaire devait avoir l'habitude puisqu'elle ne leur lança qu'un regard qui disait clairement : « cherchez pas je sais que c'est vous, et c'est votre tour ! ». Faisant un pas de côté pour dégager la porte, elle leur fit signe d'entrer. Chouette alors ! Haine se leva sans galanterie - on lui avait appris à se battre, pas à tenir la porte aux dames - et s'engouffra dans le bureau désigné. La journée allait être longue... autant ne pas la rendre encore plus longue en traînant la patte, hein ?

http://nideyleforum.free.fr/illustrations/rp/mechanimapsy.jpgSpecial kind of doctor by ~SilverOfTwoWings

« Bonjour. Je vous en prie, asseyez-vous. Les invita un type que Haine dévisagea sans s'en cacher. Un problème ?
_ Nan, mais j'savais pas qu'ils avaient des psy Mechanimae pour les Mechanimae. »


Le psy en question eut un sourire, gentil, mais déplaisant de l'avis de Haine qui n'aimait pas bien la technique à base de « je te mets en confiance avec quelqu'un comme toi ». Personne n'était comme lui, et d'une - et tant mieux pour Nideyle - et la manœuvre ressemblait assez à de la manipulation. Bizarre de la part d'un soldat qui obéit bêtement aux ordres, je sais. N'empêche qu'à Haine, ça lui plaisait pas. Bougon d'emblée, il alla donc s'asseoir dans l'un des fauteuils présenté. Genre il avait que ça à faire d'essayer tous les fauteuils de Neobabel...

« Veuillez pardonner mon retard, un petit imprévu. Alors, madame Shell C. numéro de série 497, et monsieur Neythen N. numéro de série 398.
_ 378...
_ 378, excusez-moi. Un chiffre mal formé. Je suis le docteur Thissien, Mechanima comme vous l'avez remarqué. Vos supérieurs vous ont envoyé vers moi pour une histoire de... hamac dégageant un dragon coincé dans un fleuve...?
Relu-t-il en fronçant les sourcils. Délaissant ses notes, il marqua une pause en observant ses deux patients qui n'exprimèrent aucune surprise, contrairement à lui. Euh... alors, qui veut commencer ? »

Et là, Haine pensa très fort : « pas moi ! ». Au fait, c'était normal qu'il s'emmerde déjà ?

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Une séance de thérapie... mais oui bien sur!

Messagepar Shell Covald » 31 Mai 2013, 11:51

La compagnie de N ne pouvait être des meilleures, mais d'un autre côté, la jeune femme ne cherchait pas vraiment à faire la conversation. Il pouvait ne répondre que d'un haussement d'épaules que ça lui conviendrait, mais même cela était visiblement trop demandé au mechanimae. De toute manière, il n'eut pas à répondre puisque la porte s'ouvrit enfin sur une de ces femmes perchées sur des talons si haut que Shel se demandait comment elles ne se cassaient pas une jambe à chaque pas, pour leur annoncer que ce serait leur tour.

Ils entrèrent donc, l'un à la suite, bien que N lui passa sous le nez sans lui tenir la porte. De toute manière, la mechanimae n'était pas non plus le genre à s'offusquer d'un manque de galanterie, quand on vit dans un monde d'hommes, ce sont des choses qu'on oublie vite. Ils se retrouvèrent dans un bureau où traînait une petite musique d'ambiance avec un homme qui les salua poliment. Haussant un sourcil, elle eut la même réflexion que N au sujet de leur psy, à savoir si l'Escadron ne leur avait pas collé un mechanimae pour les mettre en confiance! En tout cas, il ne fallait pas compter qu'elle change de version juste parce que ce type aurait un menton en acier ainsi que d'autres stigmates d'une vie probablement difficile.

Elle s'installa sur le fauteuil, sans rien dire dans un premier temps, les coudes reposés, le dos droit, comme si elle demeurait en permanence au garde à vous. Il était temps de commencer la séance, et le regard de N en disait long sur le fait qu'il ne souhaitait pas commencer. Elle hocha légèrement de la tête avant de fixer le médecin

«Quel est le point qu'il est encore nécessaire d'éclaircir?» demanda t'elle d'une voix neutre. On aurait pu penser qu'elle perdait un peu patience, et c'était sûrement le cas. Après tout, ce n'était pas comme si elle n'avait pas raconté cinquante fois cette histoire déjà
«Malheureusement, il faut que vous commenciez depuis le début, à partir du moment où vous avez trouvé ce qui bouchait le Liek, objet de votre mission»
- «De sa mission. Je ne lui ai porté assistance que parce qu'il se trouvait sur mon chemin.»
- «Oui, de la mission de monsieur Neythen N.»


La jeune femme se mit à tapoter doucement en rythme sur son accoudoir du bout des doigts, suivant toujours la petite musique de fond dans un rythme assez doux avant de lever les yeux vers le médecin
«Les scientifiques ont-ils vérifié les propriétés de mon hamac?»
- «Euh... oui en effet, bien que cela ne réponde pas à la question de savoir ce qui s'est passé»


Elle avait du laisser l'ensemble de son matériel en examen, ses griffes rétractables, le hamac, et le sel. Soupirant doucement, elle se redressa à nouveau avant de commencer son récit, ou plutôt son rapport, mais le médecin l'arrêta tout de suite
«Hum... non attendez, il faudrait que vous me racontiez cela avec... d'autres mots. Disons... je ne veux pas que vous me récitiez votre rapport, j'ai l'impression que vous le connaissez par cœur à force. Il faut que vous me racontiez vraiment cette histoire, comme si nous étions dans un bar tranquillement en train de discuter»

Elle haussa un sourcil intrigué. Avait-elle vraiment la tête de quelqu'un qui discute dans les bars? Haussant des épaules, elle commença par le début donc, lorsque N lui avait montré l'écaille de la taille d'un plateau en argent et qu'ils avaient remonté le fleuve jusqu'à l'endroit où il était obstrué, mettant alors les pieds dans une véritable mare de boue et probablement de déjections
«Vous vous enfonciez profondément? Quelle taille faisait cet espèce de marécage?»

Il commençait sérieusement à lui courir sur le haricot avec ses questions celui la. Levant les yeux au plafond dans l'espoir de se souvenir, elle baissa un instant les yeux sur ses pieds pour essayer de se rappeler la profondeur
«Disons que ça dépendait des endroits. Parfois on ne s'enfonçait que jusqu'aux chevilles, parfois aux genoux. Le terrain n'était pas régulier.»

Le médecin prenait des notes, on entendait le bruit incessant du crayon sur le papier. Il se tourna cependant vers Haine, histoire qu'il confirme ou non les propos de la jeune femme. Visiblement, l'homme n'était pas là pour écouter l'histoire en elle-même, il recherchait les petits détails sournois pour prouver la véracité ou non des faits. Cette séance promettait d'être longue, surtout qu'une semaine s'était tout de même écoulé depuis, donc ils auraient bien besoin d'être deux pour se remémorer.

Avatar de l’utilisateur
Shell Covald
Mechanima

Crédit: 445.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Élite de l'Escadron (lieutenant)
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Ghost in the Shell by ROSSJCBR

Re: Une séance de thérapie... mais oui bien sur!

Messagepar Neythen N. » 04 Juin 2013, 23:02

http://nideyleforum.free.fr/illustrations/rp/mechanimapsy.jpgSilencieux comme si tout ce qu'il pourrait dire pouvait être retenu contre lui, Haine écoutait Shell patauger dans la semoule en se disant que raconté comme ça, c'était pas très étonnant qu'ils finissent tous les deux chez le psy. Faire son rapport était une chose... entendre quelqu'un le faire à sa place... c'était presque inquiétant. Il haussa toutefois un sourcil en entendant son acolyte prétendre lui avoir prêter assistance. Si on voulait, ouais. M'enfin lui il estimait qu'on avait fait plus obligeant que de lui balancer un hamac fou sous le nez. Vous parlez d'une assistance vous, elle avait failli le tuer avec son truc mal assaisonné !

Bref.

Il fut ensuite question de refaire leur rapport pour la millième fois, sauf que surprise ce coup-ci. La boîte de conserve qui espérait sans-doute s'attirer leur sympathie en exhibant ses morceaux de métal exigea que Shell et lui racontent « autrement ». Sans déc' ? Un poil sidéré, Haine l'observait durement, hésitant entre lui suggérer d'aller se faire voir chez les Tenaag'i et lui coller une beigne. Pour voir si ça sonnait plutôt comme un gong ou plutôt comme une cloche... Jusqu'à ce qu'il croise le regard inquisiteur du psychianima qui demandait confirmation pour la fange.

« J'peux pas dire, j'pèse plus lourd. Moi ça passait au-d'sus des Rangers minimum, j'en avais plein les chaussettes. Au fond du lit j'en ai dragué plein l'calbut'. »

Il marqua une pause, hésitant à répéter mais en commençant par « il était une fois... ». Pour faire plaisir au psy Téfal quoi.

« Vous avez mentionné des Teignes dans vos rapports. C'est étonnant.
_ C'est pas l'mot que j'aurai employé... une Teigne c'est con et aggressif... c'est pas étonnant.
_ Euh oui... je vois ce que vous voulez dire, mais ce n'était pas le sens de ma question.
Après quoi Haine se mit à imaginer des questions avec des panneaux de signalisation. Genre sens unique, demi-tour interdit, attention chicanes... Il était pas un peu fêlé ce psy des fois ? Ce que je trouve étonnant, c'est qu'elles aient pu vous suivre dans de telles conditions. Si vous en aviez jusqu'à la taille, elles auraient dû se noyer, pardonner mon scepticisme.
_ Vous avez lu mon dossier ? Rapp'lez-moi mon poids déjà... et comparez avec celui d'une Teigne... »


L'homme griffonna frénétiquement sur son carnet. À ce rythme, il aurait colorié la page en noir dans cinq minutes. Mais bref, toutes ces histoires de fange, de scepticisme plus profond qu'une fosse du même nom, ça le faisait chier autant que leur dragon dans le lit du Liek, et à ce seul souvenir, il sembla à Haine que l'odeur lui revenait. La plaie !

« Mais si votre... hamac... réagit si violemment à l'humidité, pouvez-vous m'expliquer pourquoi il ne s'est pas déployé avant. Vous avez mentionné avoir nagé dans le marais des Lucioles afin d'échapper à... Il fouilla ses notes et lu sans conviction. ... à une meute de Flabos...? »

Haine le vit lever les yeux par-dessus ses lunettes pour dévisager Shell d'un air ahuri. Finalement, ça risquait d'être marrant comme séance... En tout cas Neythen souriait déjà. Si si, c'était possible !

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Une séance de thérapie... mais oui bien sur!

Messagepar Shell Covald » 05 Juin 2013, 18:22

Cet interrogatoire semblait tourner en véritable farce. Qu'est-ce qu'ils en avaient à faire que les teignes se soient amusées à nager jusqu'à eux, à flotter ou à voler même? Est-ce ce médecin pensait vraiment qu'ils avaient que ça à faire de se préoccuper de comment elles pouvaient avancer jusqu'à eux? Non mais vraiment, parfois, elle se disait qu'ils en avaient de bonnes franchement. Cependant, Shell n'était pas le genre à perdre patience, ni même à se moquer, si bien qu'elle n'esquissa même pas l'ombre d'un sourire face aux remarques plutôt ironiques de son ancien collègue.

Attendant sagement son tour, les mains jointes sur ses genoux, elle écoutait d'une oreille distraite cette histoire qu'elle avait non seulement répété un nombre incalculable de fois - bien que pas dans ces propos - et en même temps qu'elle connaissait pour l'avoir vécue elle-même.
Mais au bout d'un moment, le problème du hamac se reposa et sur le coup, la jeune femme ne savait pas trop quoi répondre et essayait de se souvenir. Pourquoi ne s'était-il pas déployé lorsqu'elle avait plongé?

«Je ne sais pas. Je me souviens que je l'avais bien enveloppé dans la toile du hamac de telle sorte que les pieds étaient prisonniers dedans. Je suppose que la toile est imperméable et les a protégés? Je dois vous avouer que je ne me suis pas posée la question.»

Une fois de plus, l'homme griffonna quelque chose sur son papier et leva les yeux vers elle à nouveau
«Et pour les teignes? Vous avez une explication?»
- «Je ne comprends pas le sens de la question»
- «Comment ont-elles pu venir jusqu'à vous?»
- «Je ne sais pas. Au début, elles n'étaient que dans le lit du fleuve qui était sec, aussi elles n'avaient pas de raison de s'embourber. Et lorsqu'elles ont réussi à atteindre les berges, j'étais dans l'eau à essayer de couper les lianes du hamac.»
- «Avec un simple couteau de chasse?»
- «Oui. Je ne m'attendais pas à ce que le sel fonctionne alors qu'il y avait tant de branches.»
- «Donc, vous aviez échoué»
- «Oui. Cette espèce de magie m'est encore trop inconnue, je n'en connais ni les règles, ni les limites.»
- «Vous vous rendez compte que vous auriez pu vous tuer, ou tuer votre co-équipier.»
- «Il ne fait pas partie de mon équipe. Mais la mort fait partie du métier.»
d'ailleurs, ce point rappela autre chose au psy
- «En parlant de mort, vous dites vous être retrouvée à un moment dans un marais plutôt différent avec un guépard en métal qui vous aurait parlé?»
- «J'ai mentionné dans mon rapport que j'avais pris une espèce de pâte étrange vendue par ce Sayah. J'ai bien garanti qu'il était plus que probable que je délirais alors.»
- «Et pourquoi ce ne serait pas le cas pour le reste?»
- «Le Lieutenant N n'a pas pris cette mixture. Hors il a visiblement vu et vécu les mêmes choses que moi dès notre rencontre. J'en déduis donc que l'illusion s'est arrêtée après le marais des Lucioles.»


Il se tourna alors vers N, comme s'il espérait avoir son avis sur la question
«Avez-vous eu l'impression que le Lieutenant C était sous drogue à votre rencontre?» quelle question con. Connaissant N, c'était obligé qu'il allait dire oui, mais Shell demeurait impassible, cela n'avait pas d'importance, il ne pouvait pas le prouver.

Avatar de l’utilisateur
Shell Covald
Mechanima

Crédit: 445.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Élite de l'Escadron (lieutenant)
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Ghost in the Shell by ROSSJCBR

Re: Une séance de thérapie... mais oui bien sur!

Messagepar Neythen N. » 05 Juin 2013, 19:36

http://nideyleforum.free.fr/illustrations/rp/mechanimapsy.jpgLa séance tournait au carnage, même à Haine, ça semblait évident. C'était pour dire ! Le psy griffonnait comme si sa vie en dépendait, et fronçait tellement les sourcils qu'à un moment, le lieutenant se demanda s'il n'allait pas finir par rester coincé dans cette expression ridicule. Ça lui apprendrait, tiens, à remettre leur parole en doute. Enfin surtout la sienne quoi, parce que la solidarité envers sa copine Élite, Neythen l'avait oubliée en cours de route. Ou pas d'ailleurs.

« Elles étaient sur la rive droite, les Teignes. Le sous lieutenant Mugen et moi on était descendu au fond du lit pour remonter le Liek et récolter des indices, et on a repéré un truc intéressant au sol. Le problème c'est que du coup les Teignes, elles nous ont repérés nous ! La meute est descendue nous faire coucou... C'est comme ça qu'elles se sont retrouvées au fond.
_ Je veux bien, mais vous avez signalé dans votre rapport qu'elles vous avaient suivies depuis le lit alors que vous et le lieutenant Covald étiez sur la berge.
_ Ouais.
_ Dans ce cas, pourquoi avez-vous délibérément pris le risque de redescendre dans le lit ? Et comment expliquez-vous qu'elles ne vous aient pas attaqué à ce moment là ? »


Haine soupira rien qu'à l'idée de la réponse qu'il s'apprêtait à donner. Pas dit que ça lui plaise, au psy. Ou alors, peut-être bien qu'il serait content d'avoir de si beaux spécimens pour sa thèse, allez savoir.

« Parce qu'elles étaient bourrées...
_ Je vous demande pardon ?
_ Covald leur a balancé des baies d'Argus à picorer. Elles étaient bourrées.
Répéta Neythen.
_ Euh...
_ Elles nous ont pas suivi tout d'suite, c'est pour ça qu'on est redescendus dans l'lit. Et je signale que j'étais contre ! J'pèse trop lourd pour ces conneries, et en plus ça chlinguait...
_ D'accord, d'accord... mais je ne comprends pas bien comment, arrivés à une telle profondeur du fleuve, vous avez pu remonter... »


Oui, bon... en fait il ne pigeait pas grand chose ce psy. Il était pas un peu con sur les bords des fois ? Haine se passa une main sur le visage, genre comme pour essuyer l'exaspération qu'on pouvait y lire. Enfin sauf que ça ne marcha pas du tout. Mais tout ça, c'était écrit dans son rapport... et déjà qu'il aimait pas se répéter, mais alors en plus en brodant comme pour un conte de fée, ça commençait à lui courir sur le haricot magique.

« Paskeu Covald a déployé son hamac mutant... Asséna-t-il comme si c'était super évident, et qu'il fallait vraiment être le dernier des abrutis pour pas piger ça. On s'en est servis pour remonter sur la berge...
_ Ça n'explique pas la Teigne qui vous avez dit avoir vu à vos côtés plus tard... sur la berge...
_ Catapultée par une liane folle. Vous les avez lus nos rapports ou vous avez juste pris des extraits au pif ?
_ Je les ai lus... calmez-vous s'il vous plaît monsieur N. Je suis toujours votre supérieur... »


C'était bien sa veine, tiens. Du coup il se renfrogna et laissa Shell raconter la suite, mais visiblement elle avait autant de mal que lui à faire comprendre à leur psy que tout était parfaitement logique... Bon, à condition de ne pas se poser trop de questions non plus, mais logique quand même... En fait, il y eut juste une phrase qui lui fit hausser un sourcil. Genre il faisait pas partie de son équipe... ben qu'elle dise tout de suite qu'elle en avait rien à foutre qu'il y passe aussi, tant qu'elle y était ! Enfin bon, en attendant il esquissa un sourire ironique en l'entendant parler d'un guépard mécanique et d'une pâte-à-mâcher manifestement épicée aux champignons hallucinogènes. Tout à coup, il se sentait moins seul. Seulement voilà que monsieur psychanima supérieur hiérarchique boulet s'inquiétait de l'état de santé mental de sa collègue.

Sur le coup, Haine accusa une seconde d'hésitation. Qu'il réfléchisse... elle avait commencé par causer à ses Anticus comme une vieille folle parle à ses chats, déjà... Ensuite elle avait prétendu peser la moitié de son poids grâce à un tatouage magique... les gonzesses et leur obsession de la ligne, j'vous jure... bref. Si elle avait l'air sous l'emprise de la drogue ?

« Nan. »

Faux à mille pour cent. Ç'avait même été la première chose à laquelle il avait pensé, et la dernière aussi. En fait, il l'avait pensé tout le long. Mais ce psy le faisait chier, et il l'aimait pas. D'ailleurs, il n'aimait pas non plus sa manie de prendre des notes dès qu'une réponse lui déplaisait. Autrement dit depuis le début de l'entretien...

« Estimez-vous, lieutenant Covald, que votre collègue ait pu être victime de délires dû à la douleur provoquée par sa plaie au bras...? Vous parlez d'endosquelette à nu... »

Et là, Haine se retînt de se lever pour aller lui faire bouffer ses lunettes, à cet empaffé de psy à la mords-moi l'nœud...

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Une séance de thérapie... mais oui bien sur!

Messagepar Shell Covald » 05 Juin 2013, 20:22

Les choses étaient en train de dégénérer. Le psy semblait s'acharner sur des petits détails à la con dont ils n'avaient pas toujours souvenir, et Shell était même étonnée de voir avec quelle précision Haine pouvait se souvenir de certaines choses. Bien que le fait qu'elle ait envoyé les baies d'argus aux teignes était assez mémorable car elles les avaient suivi pendant un bon moment, dodelinant de gauche à droite et allant même jusqu'à se bouffer entre elles. Mais entendre les choses de la bouche de Haine aurait pu faire éclater de rire n'importe qui, et Shell elle-même se risqua à un léger sourire en voyant la tête du psy lorsque le mechanimae lui raconta l'état des teignes.

Elle avait seulement hoché de la tête pour approuver ses dires, à plusieurs reprises, elle voyait que leur thérapeute s'amusait à la regarder pour voir ses réactions et ainsi s'assurer de la véracité des propos du soldat. Mais dans la mesure où l'un comme l'autre semblait bien plus agacé qu'amusé de cet entretien, il était presque impossible de lire autre chose que de la lassitude sur leur visage.
Malgré tout, Shell fut surprise que N ne saute pas sur l'occasion pour signaler qu'il l'avait toujours pensée plus ou moins barge tout au long de cette mission. Elle se tourna vers lui d'un air presque surpris avant de soupirer légèrement et hausser un sourcil lorsqu'il lui retourna la question.


«Si le Lieutenant N. a souffert, il ne l'a montré à aucun moment. Son élocution était la même que maintenant et il n'a démontré aucun signe distinctif de delirium.» juste qu'elle n'avait pas envie de répondre bêtement «non» et ainsi s'assurer qu'elle pouvait être prise au sérieux. De tout l'interrogatoire - ou l'entretien selon les points de vue - elle n'avait pas changé de position, et le psy semblait à cours de question.

Il posa enfin son carnet sur la table et plongea son regard sur chacun d'eux, les mains croisées devant son visage à les observer comme s'il cherchait à les analyser aux rayons X

«Est-ce que vous comprenez les raisons pour lesquelles vous êtes ici?» Shell se tourna vers N, puis vers le psy. À parlait-il? Voyant que ni l'un ni l'autre ne semblait prêt à répondre, il se tourna vers elle en premier «Lieutenant C?» ah ben voilà!
- «Oui.»
- «Mais encore? À votre avis, pour quelle raison est-ce que je vous ai posé ces questions?»
- «Parce que vous doutez de la véracité de nos propos, même si nous vous avons remis l'intégralité des preuves dont nous disposions. L'écaille du dragon, le ronçamac, nos blessures.»
- «Vous ne nous avez pas fourni la preuve pour le guépard»
- «Je n'avais plus de cette pâte. Mais il vous suffisait d'aller dans une herboristerie pour en demander et ainsi l'analyser. Il est également possible que ce soit la douleur de la morsure du protéus et son poison qui m'aient fait délirer. Il me semble qu'à ce moment là, j'avais des circonstances atténuantes.»
- «Oui bien sûr. Mais honnêtement....»
- «Je comprends que ce soit difficile à croire, mais que voulez-vous que je vous dise. Nous n'avons pas choisi que les choses se déroulent ainsi.»
non, sérieusement, tout ça commençait vraiment à l'agacer, et pourtant, la jeune femme avait en général une sacrée patience, et inutile de dire que là, elle commençait un peu à saturer. Heureusement, il semblait que cet entretien touchait bientôt à sa fin alors qu'il se tournait vers Haine pour savoir si lui-même avait quelque chose à défendre. Mais oui bien sur.

Avatar de l’utilisateur
Shell Covald
Mechanima

Crédit: 445.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Élite de l'Escadron (lieutenant)
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Ghost in the Shell by ROSSJCBR

Re: Une séance de thérapie... mais oui bien sur!

Messagepar Neythen N. » 05 Juin 2013, 22:48

http://nideyleforum.free.fr/illustrations/rp/mechanimapsy.jpgUn nouveau sourire étira les lèvres du lieutenant alors que sa collègue le disculpait de toute trouble psychiatrique grave. Ouais, bien dit. Il avait été lui-même quoi, comme d'hab'. La seconde qui suivit pourtant, il se sentit tout bizarre.

En fait s'il réfléchissait juste un petit peu, c'était la première fois qu'un soldat ayant eu à subir une mission en sa compagnie ne se sentait pas obligé de se plaindre de ses manières. Pas sûr que Yoji Mugen se soit montré aussi sympa en rentrant au bercail en fait, comme tous les autres avant lui. À l'unanimité, quand on leur demandait leur avis, c'étaient des remarques sur sa grossièreté et son caractère de merde qui fusaient, avec quelques avis très intelligents sur son poids et son disque dur défectueux. Bon, pour sa défense Shell était aussi Mechanima. Mais quand même, ça lui foutait les boules sans qu'il pige trop pourquoi.

Et du coup à trop se poser de questions sur le pourquoi il avait mal au bide, Haine zappa un peu le psy et ses questions stupides, jusqu'à ce qu'il intercepte le regard planté sur lui, par dessus les lunettes. Tiens d'ailleurs, quitte à le rafistoler celui-là, ils auraient pas pu corriger sa vision ?

« Monsieur N. ?
_ Quoi ?
_ Et bien, je vous pose la même question qu'au lieutenant Covald. Est-ce que vous comprenez les raisons pour lesquelles vous êtes ici ? Pourquoi pensez-vous que je vous aie posé ces questions ?
_ Parce que vous êtes payé pour.
_ Pas exactement...
Sourit-il. Comme si c'était marrant ! J'ai passé un peu de temps sur votre dossier... Enchaîna-t-il en tapotant une pile de papier plus épaisse qu'un tome de Thésaurus. Pour le coup, ça épata Haine d'avoir un dossier si balèze. Je n'ai pas trouvé un seul membre de l'Escadron qui ne se soit pas plaind de votre comportement. Agressivité, brutalité verbale, refus de vous soumettre aux règles d'une vie en société. C'est peut-être le moment d'en parler. »

Alors ça, si c'était pas du foutage de gueule ! Parce que bon, il se rappelait pas avoir vu la queue d'un psy quand il s'était réveillé amnésique et chargé de ferraille à en faire péter tous les détecteurs de métaux des portails de sécurité de la Basse-Ville, hein. Genre quand il avait été susceptible d'en avoir besoin, histoire de lui expliquer où il était, qui il était ou tiens, que c'était pas grave d'être juste un peu différent. Au lieu de le laisser s'en prendre plein la gueule et apprendre tout seul à encaisser la douleur.

« Vous êtes en r'tard de dix ans. Balança Haine en se levant de son fauteuil. Calme, mais beaucoup plus froid que durant toute la durée de l'entretien. Ah, et j'ai une dette de six millions quatre cent quatre-vingt douze mille Ores et des brouettes, alors ranafout' que vous m'déclariez fêlé jusqu'à la moelle. L'Escadron me réformera pas avant que j'ai fini d'les rembourser. »

Supérieur hiérarchique ses fesses ouais. Encore un qui n'avait jamais foutu les pieds sur le terrain ! Du coup, Neythen n'attendit pas de s'y faire inviter et pris congé tout seul comme un grand. Fallait qu'il prenne l'air, c'était ça ou balancer le psy Téfal par la fenêtre. Pi on verrait à quel point ses pièces de carrosserie étaient aérodynamique. Sérieux, perdre son temps avec des conneries pareilles...

Avatar de l’utilisateur
Neythen N.
Mechanima

Âge: 51
Crédit: 1,369.00 Ore(s)
Suivi: Image Image
Métier: Élite de l'Escadron
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar:
Edward Carnby ~ Alone in the Dark, the new nightmare ~ INFOGRAMES

Re: Une séance de thérapie... mais oui bien sur!

Messagepar Shell Covald » 06 Juin 2013, 17:46

Changement radical de sujet. Est-ce que ce psy les avait en réalité convoqués pour avoir un témoignage supplémentaire sur le mauvais comportement de N? Avec Shell, il était alors très mal tombé, car s'il y avait bien une chose qu'elle ne jugeait pas, c'était les attitudes de ses co-équipiers, et heureusement d'ailleurs, après tout, elle faisait tout de même équipe avec deux mages farceurs, un orphe renard filou et un winghox misogyne. Valait donc mieux pas qu'elle ait des soucis de ce côté là.

Cependant, elle n'avait pas dit le moindre mot pendant l'échange entre Haine et le médecin, jusqu'à ce que celui-ci se lève et s'en aille en claquant la porte. Elle était restée simplement là, assise et posée à attendre. Au bout de quelques secondes, alors qu'il terminait d'écrire, il se tourna vers elle, baissant légèrement ses lunettes pour la regarder avec une attention qui aurait mis n'importe qui mal à l'aise.

«Bon, et vous?»
- «Quelle est la nature de votre question?»
- «Avez-vous une plainte à déposer concernant le comportement du Lieutenant N?»
- «Si j'avais du déposer une plainte, il me semble que je l'aurais fait.»
- «Justement, à ma connaissance, vous êtes la première à ne pas l'avoir fait, pourquoi?»
- «Le Lieutenant N. a agi selon les ordres et a accompli sa mission. Je ne vois pas en quoi j'aurais eu à me plaindre.»
- «N'a t'il pas râlé? Ne vous a t'il pas insultée? Frappée peut être?»
- «Ces éléments n'entrent pas en compte dans l'accomplissement ou non de la mission.»
- «Donc il l'a fait?»
- «Il ne m'a pas frappée, non. Et je n'ai pas souvenir d'avoir été insultée. Cependant, même s'il l'avait fait, vu le contexte dans lequel nous nous trouvions, il me semble que n'importe quel homme aurait poussé quelques jurons. Les hommes semblent apprécier ce genre de vocabulaire dans les situations difficiles, je présume que ça renforce leur sentiment de virilité.»
- «Euh... c'est moi le psy, pas vous.»
la jeune femme haussa un simple sourcil mais ne répliqua pas à cette annonce, après tout, il ne le lui avait pas prouvé lui non plus. «Hum bon... vous estimez donc que le Lieutenant N a été aimable avec vous?»
- «En quoi cela a t'il de l'importance? Sa mission consistait à trouver ce qui bouchait le Liek et faire en sorte d'y remédier. Il a pleinement accompli sa mission, en quoi le fait qu'il soit poli aurait pu y changer quelque chose?»
- «Donc il a été malpoli?»
- «Définissez-moi le poli et je vous répondrai»
- «C'est moi qui pose les questions»
- «Mais vos questions n'ont aucun intérêt»
- «C'est à moi d'en juger»
- «Et en quoi votre jugement dépasse t'il le mien?»


À aucun moment la jeune femme ne haussait le ton. Elle ne paraissait absolument pas énervée et on aurait presque pu croire qu'elle était simplement en train de réciter ses tables de multiplication tellement elle paraissait blasée. Le médecin se mit à soupirer avant de retirer ses lunettes pour se pincer l'arête du nez
«Si je comprends bien, à vos yeux, peu importe le comportement de votre partenaire du moment qu'il fait ce qu'il faut pour que la mission soit accomplie?»
- «Affirmatif»
- «Je vois... et bien, il semblerait que vous soyez peut être la seule qui serait à même de le supporter.»
- «Je dispose déjà d'une équipe. Et si je me fie à sa réputation, le Lieutenant N préfère travailler seul, et à mon avis, il s'en débrouille très bien.»
- «Jugez-vous donc qu'il s'en serait aussi bien sorti sans vous?»
- «Ça lui aurait probablement été plus long, plus difficile et plus douloureux, mais oui.»
- «Je vois. Vous pouvez disposer.»
de toute façon, il ne réussirait jamais à lui faire dire ce qu'il voulait. La jeune femme se leva donc et se dirigea vers la porte «Une dernière question. Je sais que vous avez votre équipe mais... si nous vous affilions à une mission avec le Lieutenant N, est-ce que vous diriez alors qu'il fait partie aussi de votre équipe?»
- «Si nous sommes affiliés de façon officielle à une même mission, oui. Ce n'était pas le cas pour celle-ci, je n'ai fait que lui porter assistance.»
- «Vous estimez donc qu'il a rempli seul cette mission?»
- «Officiellement, oui. Il arrive parfois qu'on obtienne de l'aide extérieure sur le terrain, que ce soit de civils ou d'autres soldats. J'ai simplement été cette aide.»
- «Je vois. Merci. Rompez.»


Elle sortit enfin de ce bureau, non sans un certain soulagement. Elle referma la porte derrière elle, sans trop savoir pourquoi, elle avait le pressentiment que cette affaire n'était pas tout à fait terminée.


RP clos ou tu voudrais que N ait écouté aux portes? :p

Avatar de l’utilisateur
Shell Covald
Mechanima

Crédit: 445.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Élite de l'Escadron (lieutenant)
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Ghost in the Shell by ROSSJCBR


Retourner vers Néobabel

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron