Passons aux choses sérieuses !

Bâtie après le crash de l'Atlas IV, c'est une ville complexe à la pointe des nouvelles technologies, futuriste, propre, et protégée par un Dôme d'énergie fort curieux.

Image

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 13 Oct 2013, 18:27

http://i56.servimg.com/u/f56/12/38/17/29/benelo10.pngBenedikt planta son regard bleu marine dans ceux de l'adolescent à l'air épuisé qui venait de parler. Oh, vraiment...? Le botaniste commença pour la première fois à réellement être curieux sur ce que les laboratoires cherchaient. Jusqu'ici, il avait toujours balayé l'idée parce qu'il s'agissait forcément de mauvaises intentions, mais à présent, il devait avouer que les détails lui donnait l'occasion de se poser de plus en plus de questions.

Ou du moins, c'était sur ce quoi une petite part de son cerveau travaillait. L'autre était bien trop occupé à quémander des caresses comme... un bon toutou. Mais pourquoi se sentir mal, c'était ce qu'avait demandé Vrass, non ? Et Vrass avait si souvent raison ! Benedikt s’inquiétait beaucoup moins sous sa fourrure épaisse. Et pour l'instant, ils pouvaient s'estimer heureux parce que leur plan fonctionnait presque à merveille.
Tout les assistants savaient ce qu'ils devaient faire et nul doute qu'ils s'en rappelleraient avec exactitude quand c'était leur seule chance de sortir d'ici. Ah, minute, une dernière chose. Il fallait qu'ils fassent attention en se transformant. Il était très possible que des gens soient payés pour regarder ces caméras toute la journée, s'il voyait un truc pareil, ils allaient prévenir tout le monde immédiatement et pas sûr qu'ils pourraient filer entre-temps.
Le mieux était probablement qu'ils vérifient où les cameras dans cette pièces avaient des faiblesses pour qu'ils puissent se glisser là le temps de se transformer pour aller filer sous un meuble, et puis garder un bon timing pour que lorsque le dernier des assistants disparaisse, Vrass arrive et leur ouvre en vitesse. Ça devrait suffire pour ne pas les alarmer immédiatement, ils étaient probable qu'ils surveillaient tout les bâtiments, ce qui faisait pas mal de caméras... À moins qu'ils réussissent à trouver l'endroit où était la surveillance ? Dans ce cas, Benedikt pourrait probablement faire du bordel pour les distraire pendant que les assistants se transformaient et que Vrass allait les faire sortir.

La tête penché sur le côté, le loup reprit soudain ses esprits sous ses divagations difficiles. Le botaniste avait beau l'habitude de réfléchir à cent à l'heure, là, c'était malheureusement bien plus lent avec tout ce qui le distrayait, les bruits et les odeurs alentours et son propre esprit qui réfléchissait d'une tout autre manière que habituellement.
Benedikt glapit et se tourna vers Vrass pour tenter de parler de ce auquel il venait de penser. Pas sûr qu'il arriverait à tout piger, mais maintenant, il n'y avait pas énormément de moyen par lesquels il pouvait se faire comprendre, alors ça allait devoir être suffisant.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 14 Oct 2013, 17:29

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngIl semblait finalement que j’avais réussi à gagner leur confiance, et je ne pouvais qu’en être soulagé, j’essayais de réfléchir un peu à tout ce qui pouvait manquer dans le plan, je gardais ma main devant ma bouche pour ne pas qu’on me voit marmonner envers moi-même, jusqu’à ce que je sente de nouveau la migraine alors que je voyais des images totalement embrouillées qui défilaient dans ma tête. Des animaux, des enfants, puis encore des animaux et je finissais par lever un regard noir sur Benedikt qui n’était pas capable de mettre de l’ordre dans sa tête ! Puis l’image d’un rectangle noir se dessina à nouveau, je pensais encore à un téléphone avant de voir une drôle de forme devant, comme un cône et je finissais par lever les yeux pour suivre le regard du loup et repérer la caméra…

Merde.

Je regardais alors autour de moi pour essayer de réfléchir avant de prendre une profonde inspiration
« Ok, j’avais zappé les caméras… elles vont vous voir quand vous allez vous transformer… j’ai pas d’autre choix, il faudra que je fasse sauter les plombs de l’étage. » – ça coupera le courant et ça permettra donc de déconnecter les caméras. Ce n’était pas très compliqué à faire, mais il allait falloir que je trouve une raison d’aller traîner par là. Je pouvais très bien prétexter que c’était pour couper l’alarme lorsque les animaux allaient s’enfuir, après tout, ce serait mauvais pour l’image de la boîte que toutes les sirènes se mettent à hurler juste pour trois lapins évadés ?

« Vous occupez pas de ça. Lorsque vous entendrez les sirènes, chacun votre tour vous regarderez les caméras, lorsqu’il n’y aura plus le petit point rouge, vous boirez la potion, d’accord ? »
Tous me regardaient d’un air plein d’espoir, jamais je n’avais ressenti une telle pression devant tous ces yeux braqués sur moi. J’essayais de garder mon calme, mais je savais très bien qu’il y avait beaucoup d’inconnues dans ce plan, comme le nombre de gardes qui débarqueraient, est-ce qu’ils allaient compter les animaux ? Ou est-ce qu’ils n’en auraient rien à faire ? J’avais dans l’idée de passer chez le Shaman pour lancer un sort sur l’un des vigiles afin qu’il ait mon apparence, ma vraie apparence, afin qu’ils partent à la poursuite de Vrass Rannveig, mais il faudrait qu’il change de physique pendant la matinée, et pas dès son réveil sinon pour sûr qu’il pourra jamais passer le contrôle de sécurité, ni même qu’il va se pointer au boulot.

Non, je zappais déjà ce passage, mais je me levais avant de hocher de la tête pendant que les gosses commençaient à tous se renfrogner, puis je sortais en supposant que quelqu’un allait écouter aux portes
« Continuez à me donner ce genre d’informations, et je vous ferai sortir d’ici quelques jours, c’est promis ! » – je fixais quelques secondes la porte pour qu’ils comprennent que je parlais pour celui qui se cachait derrière, et ils hochèrent de la tête d’un air peu convaincu – et je comptais justement dessus. Je sortais ensuite avant de tomber nez à nez devant le gars qui m’avait demandé de leur parler.

« Alors ? Ça a marché ? »
- « Je crois… Siham a fait sensation en tout cas, il semble qu’ils l’aiment bien… tenez, j’ai cette info par rapport à un certain professeur Wantred… il se serait enfermé dans son laboratoire au cours de la soirée et aurait empêché son assistant d’entrer.. »
- « Wantred ? Ah AH ! On le suspectait celui là ! Et comme par hasard, on n’a pas retrouvé son corps !! Faut que tu continues à leur poser des questions ! »
- « J’y retourne demain… je préférais ne pas insister sinon ils auraient compris que je bluffais quand je leur ai dit que je les ferais sortir… »
- « Oui oui pas de souci ! M’enfin tu sais, t’as pas trop menti hein ? S’ils nous aident, on les laissera vraiment partir ! »


Vas y, prends moi pour un con… je soupirais avant de faire un signe de tête à Benedikt
« Je peux continuer ma ronde à présent ? »
- « Oui oui, vas y ! »


Je soupirais encore avant de me remettre en marche, je cherchais surtout le compteur électrique de l’étage, dès que je le repérais, je l’ouvrais pour faire une rapide inspection. Lorsqu’on me posait la question, je répondais simplement que je vérifiais que personne n’avait mis de dispositif pour tenter de pirater l’alarme, au passage, le gars m’expliquait justement comment elle fonctionnait et j’en profitais pour retenir justement comment la couper demain. Mais après qu’elle ait sonné évidemment.

La journée était terminée et je sortais avec dans l’optique d’aller d’abord à l’hôtel. J’étais crevé, et même si je savais qu’il fallait qu’on passe chez l’antiquaire, j’avais dans l’idée d’y aller après une bonne douche et après que Benedikt soit redevenu humain. J’avais besoin de décompresser un peu, et pour ça, il fallait que je le tienne un peu dans mes bras. Oh non, je n’avais pas l’intention de lui sauter dessus, j’étais un peu trop crevé en fait, mais juste qu’on parle un peu.
Une fois dans la chambre, je lui tendais sa potion de Gloubi avant de m’allonger sur le lit, le cœur battant encore horriblement vite et fort dans mon torse après une telle journée
« Bordel… c’est la première fois que j’ai autant la trouille… » – et il devait bien comprendre pourquoi. Autant mettre ma vie en jeu, je m’en fous, mais là… ils sont six quoi ! Et avec Benedikt ça fait sept…

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 14 Oct 2013, 22:19

Benedikt resta figé pendant un petit moment, le temps de reprendre ses esprits après sa transformation et d'assimiler ce que venait de dire Vrass. Parce que le tatoueur venait de déclarer clairement qu'il avait peur de ce qui allait se passer et s'il avait bien une personne trop fière et trop fonceuse pour dire ce genre de chose, c'était bien Vrass. C'était un winghox, il n'avait jamais appris à montrer ces émotions de femmelettes qu'étaient l'appréhension ou l’inquiétude, après tout. Alors s'il proférait de tels paroles, qui n'était sûrement pas pour rire, dans quel bordel pouvaient-ils bien être ?
Le botaniste chercha de quoi s'habiller un peu et enfila caleçon, pantalon et t-shirt avant de grimper sur le lit pour s’asseoir à côté de lui, glissant ses orteils en train de refroidir sous la cuisse de Vrass.

« Je suis vraiment désolé. » finit-il par souffler, le menton posé sur ses genoux. « Je sais que ce sera ma faute s'il t'arrive quelque chose... Parce que c'est moi qui est insisté et... Je suis vraiment désolé de t'obliger à faire ça pour moi. Mais... on... a fait des choses plus idiotes et inconsidérées, non ? La dernière fois, tu es venu mettre le bazar dans les bureaux des laboratoires juste pour me ramener à la maison et tu étais en colère, et tu n'avais rien prévu du tout...? Je suis d'accord qu'on a eu de la chance mais ça s'est bien fini... On s'est retrouvé dans tellement de situations dangereuses où on aurait dû avoir des problèmes, mais on finit toujours par s'en sortir. »
Benedikt attrapa la main du tatoueur pour la mettre dans les siennes. D'habitude, c'était Vrass qui palliait à son manque de courage. Le botaniste n'était pas sûr de savoir comment rassurer le winghox qui avait de bonnes raisons de s’inquiéter, et quand même lui-même était effrayé par le lendemain. Il fit claquer sa langue et s’allongea lui aussi, son pouce effleurant la paume du tatoueur aussi doucement qu'une plume pour y tracer des cercles réguliers.

« On a tout prévu... Il y a énormément de possibilités pour que ça parte en vrille, mais aussi énormément d'autres possibilités pour que ça se passe bien... » Le botaniste fronça les sourcils. « Woah, Benedikt, tu es vraiment trop bon pour rassurer les gens, j'espère que tu te sens mieux maintenant, Vrass. »
Benedikt soupira et se blottit contre le tatoueur. « Écoute, je ne sais pas trop quoi dire, je crois que je m'inquiète autant que toi mais... J'ai déjà eu plus peur dans ma vie, mine de rien. Parce qu'on sait à peu près ce qu'on fait, là, au moins. Et je sais qu'on est pas mal là-dedans. Mais je sais aussi qu'ils feront attention à ce qu'ils feront, c'est leur seule chance de sortir d'ici. Et nous... Jusqu'ici, on a toujours été une bonne équipe, non ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 15 Oct 2013, 12:19

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.png«Ce n'est pas pour moi que j'ai peur... ni pour toi d'ailleurs, je sais que je ne laisserai personne te faire du mal, et moi, avant de me mettre à terre, faut s'accrocher» - même un bison n'y est pas arrivé... bon ok j'ai eu la migraine pendant une semaine après ça, et quelques douleurs au dos quand même, mais il m'a pas foutu KO non plus. Alors c'est pas ces types qui vont vraiment me faire peur - «ce sont ces adolescents. Déjà, je m'attendais pas à ce qu'ils soient aussi jeunes, et le pire, c'est que j'ai l'impression que les gens qui bossent là bas se rendent pas compte de ce que font leurs patrons. Le garde qui m'a demandé de les interroger avait vraiment l'air de croire que les gosses seraient relâchés s'ils parlaient.»

Sans compter qu'il devait probablement croire aussi à cette histoire comme quoi, c'est moi qui suis venu foutre le bordel et que Benedikt est venu dans cette société pour voler des documents. Il en a réellement pris quelques uns aussi les dirigeants n'ont surement pas eu de mal à convaincre leur personnel que nous étions les méchants de l'histoire. Je venais passer ma main dans son dos d'un air affectueux, comme j'aimais à le faire avant de le rapprocher de moi. Je sentais qu'il s'en voulait pour tout ça, puisque c'était surtout pour lui que je le faisais, mais j'affichais un léger air amusé tout de même

«C'est pas ta faute... après tout, je suis le héros de Nideyle non? Faut que j'assume!» - je pouffais légèrement de rire avant de lui faire un signe de tête pour qu'on se lève - «Allez, on y va. On doit passer chez l'antiquaire pour acheter de la sève de morphe, au passage, on pourra aussi lui demander ton truc là pour endormir l'éventuel garde qui nous accompagnera à la clinique vétérinaire. Faut aussi que j'achète des bombes de peinture spéciales pour le fourgon, et qu'on passe voir la journaliste pour qu'elle nous donne l'adresse d'un local où on pourra cacher les otages.»

Autrement dit, la journée était loin d'être finie. Faudrait ensuite qu'on aille manger. Probablement une pizza puisqu'hier on avait mangé des hamburgers. J'allais quand même me doucher rapidement avant, j'en avais bien besoin, puis je m'habillais d'un pull à manches longues et d'un pantalon sombre avant de me diriger vers la sortie de l'hôtel d'un air encore un peu las. Mine de rien, ce boulot était particulièrement stressant, j'avais l'impression de devoir, en permanence, penser à tout.

Je demandais à l'accueil s'il connaissait la boutique d'antiquités la plus proche, et l'homme me la montra sur un plan, aussi je venais hocher de la tête avant qu'on ne s'y rende en premier. Avec Sayah au service, on devait être en mesure de faire d'une pierre deux coups et prendre tout ce dont on aurait besoin sur place. Ah oui... il me fallait un passe partout aussi! Je lui demanderai s'il sait où il y a un serrurier doué dans le coin.


Je te laisse ouvrir chez l'antiquaire?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 16 Oct 2013, 22:10

Détour par ici !

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 17 Oct 2013, 16:44

Précédemment
=============================
http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngForcément, j'avais oublié un petit détail. C'est bien beau de ne pas vouloir être remarqué dans une boutique, sauf qu'avec cette histoire de carte de fidélité, j'étais obligé de donner mon vrai nom. Résultat, elle fut étonnée de mon changement d'apparence, mais ne chercha pas à en savoir davantage... c'était probablement mieux ainsi.

Au moins, avec ma carte de fidélité, j'avais eu une petite ristourne, c'était toujours ça de pris, même si on ne pouvait pas dire que j'étais dans le besoin. Je récupérais les flacons de sève de morphe, plutôt content de savoir qu'ils allaient tous se transformer en lapins, avant d'attendre que Benedikt termine pour partir. Une fois dehors, je baissais les yeux vers lui d'un air assez blasé
«Bon, au moins, elle n'est pas aussi rancunière que son mari. J'ai pas l'impression qu'elle ait cherché à nous piéger dans nos achats...» - c'était mieux que rien.

Direction l'épicerie, il y avait un rayon animaux et j'en profitais donc pour acheter tous les colliers disponibles. Seulement six rouges, mais j'avais au moins sept bleus, trois noirs, deux verts, et huit jaunes. Ça devait suffire. On prenait aussi un pot de miel pour Benedikt, des bombes de peinture et des fruits aussi
«Faudra bien les nourrir pendant qu'ils seront sous leur forme animale... la sève de morphe dure 24h...» - bon, il me semble que si on leur file que la moitié, c'est douze heures.. mais je préfère pas prendre de risques et qu'ils boivent la potion entière. Il vaut mieux qu'ils disparaissent totalement pendant une journée entière, ce sera plus sûr.

Benedikt récupéra le sac avec les fioles de sève de morphe pour que je puisse porter les bombes de peinture. Afin de peindre la camionnette, j'en avais pris une bonne dizaine, de teinte grise, ça passait partout. Il fallait maintenant qu'on aille voir la journaliste, mais je ne comptais pas y passer trop de temps. D'ailleurs, je ne montais même pas à son bureau, c'est elle qui descendit nous trouver et accepta de nous laisser un local réservé au stockage des invendus de la presse pour y mettre nos petits réfugiés. Avec tout le papier qu'il y a là bas, ils auraient de quoi avoir un bon nid pour la nuit! Ça ne me plaisait pas trop qu'elle les traite vraiment comme des animaux, mais on n'avait pas le choix.

«Prévoyez leur quand même des couvertures et des vêtements pour quand ils reprendront leur forme initiale!» - approuvant d'un signe de tête, je pouvais voir qu'elle jubilait à l'idée d'avoir carrément ses six précieux témoins sous son toit. Oh oui, le scoop serait totalement pour elle cette fois! Quant à moi... j'irai prévenir ce fameux Kobalt le lendemain pour qu'il aille les chercher... tant pis pour elle si elle n'a pas eu le temps de les interroger avant.

Il était temps de rentrer à l'hôtel, j'étais crevé, et il valait mieux ranger tout notre matériel, qu'on ne nous voit pas trop les bras chargés comme ça. Posant le tout dans un coin, je m'asseyais sur le lit en ramenant mes mains sur mes yeux, l'air profondément las...
Pitié, que ce soit fini demain...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 17 Oct 2013, 21:06

« Oh, j'avais oublié... Ah, j'imaginais qu'ils se transformeraient pour seulement quelques heures, je n'avais pas réfléchi... »
Mais bien sûr, ce n'était pas parce qu'il n'avait pas réfléchi que ça allait les empêcher de devoir s'en occuper. Et Benedikt hésitais réellement à laisser les assistants seuls entre les mains de cette harpie. Au moins jusqu'à qu'ils soient humains à nouveau. Au mieux jusqu'à ce qu'elle les laisse tranquille. Même si Vrass n'allait probablement pas apprécier son zèle... On verra bien, décida finalement le botaniste sans décider. Il était vrai qu'un peu de calme serait fortement agréable le plus vite possible, rentrer à la maison, récupérer Iza seraient vraiment des vacances comparé à ça.

Mais évidemment, ne plus voir la tête de fouine de la journaliste qu'ils avaient devant eux serait aussi des vacances... délicieuses.
« Et un peu de nourriture, aussi. » Le botaniste se retourna sur Vrass pour murmura à son attention. « Ce n'est pas nos fruits qui vont vraiment faire quelque chose quand ils se seront re-transformés... »
Bien sûr, pas sûr qu'elle les écouterais ni qu'elle s’embêterait à les cajoler, mais après tout, si elle voulait leur témoignage, elle allait devoir bien être un peu sympa, non ? Ce n'était pas le genre de méthode sournoise qu'elle utilisait d'habitude ?
Le botaniste garda son expression de chiot furieux pendant tout le trajet du retour, encore bloqué sur l'image de la journaliste, mais eut quand même la présence d'esprit de s'arrêter devant une pizzéria pour y traîner Vrass. Manger, c'était important.

Lorsqu'ils furent enfin dans le calme feutré de l'hôtel, Benedikt déposa ses sacs dans un coin de la chambre, avec ce que venait de déposer le tatoueur.
« Il faudrait penser à déposer tout ça dans la camionnette avant, demain matin. » fit-il remarquer avant de se retourner. Oh.
Il rejoignit Vrass assis sur le lit comme si le monde pesait lourd sur ses épaules, et la seule envie du botaniste fut soudain d'enfouir le tatoueur avec lui sous les couvertures et de rester là jusqu'à ce qu'on les déloge. À la place, pourtant, Benedikt enleva ses chaussures et se glissa sur ses genoux pour se retrouver face-à-face avec lui, passant doucement une main sur sa joue bronzée.
« Tu as l'air fatigué... » souffla-t-il inutilement face à l'évidence, les sourcils froncés dans le même genre d'expression qu'il avait encore une ou deux heures auparavant dans la boutique de l'Antiquaire. « On a qu'à manger en vitesse et aller se coucher tôt... »
Le botaniste attrapa les deux boites en carton encore chaudes et en cala une entre eux, avant de découper une part pour Vrass. Il lui donna avant de s'occuper de sa propre faim que quelques pommenelles n'avait pas calmé, sans même s'embêter avec l'idée que sa position risquait d'être un peu étrange pour un dîner. Tant pis pour les bonnes manières.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 18 Oct 2013, 09:13

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngJe ne pouvais pas m'en empêcher. J'avais l'impression d'oublier sans cesse quelque chose. Heureusement, deux cerveaux valent mieux qu'un, et Benedikt pensa effectivement au fait que demain il faudrait penser à leur prévoir à manger une fois qu'ils seraient transformés. La journaliste jubilait et précisait donc qu'il n'y aurait aucun problème, qu'elle serait aux petits soins pour eux et qu'elle leur prévoirait café et croissants. Je soupirais d'agacement devant son ton mielleux, Benedikt allait être transformé en loup pendant encore trois jours de plus, mais il pourrait boire la potion de gloubi dès le matin s'il le souhaitait pour aller les voir et s'occuper d'eux au pire.

Moi, il faudrait que je continue à bosser pour cette société pour ne pas éveiller les soupçons, quitte à dire que j'ai un souci avec mon chien, qu'il a été blessé lorsque je l'ai conduit à la clinique vétérinaire et que j'ai du le laisser là bas. Tant que j'ai cette apparence, je ne peux pas vraiment disparaître, et je ne me vois pas aller retrouver les Infinitudes pour leur demander de me rendre mon apparence tout de suite, ni m'envoyer un sort sur moi-même par le Shaman pour avoir le physique de Vrass Rannveig pendant quatre jours... ce serait un peu con.

Benedikt signifiait qu'il fallait mettre les affaires dans la camionnette quand on pourrait, cependant, je savais déjà que je n'aurais pas accès à celle-ci tant qu'il ne sera pas temps justement de charger les animaux dedans
«Ce n'est pas grave, j'ai un sac sans fonds je te rappelle, on mettra tout dedans. Je dirai que j'en ai besoin pour prévoir des vêtements de rechange à cause des animaux, c'est forcément salissant comme boulot.»

Une fois rentrés d'ailleurs, après un détour dans une pizzéria, j'en profitais justement pour attraper le fameux sac et y ranger les bombes de peinture et les colliers. Le passe partout, je comptais le garder dans ma poche. Je m'installais sur le lit, l'air particulièrement las de cette pression qui pesait sur mes épaules. Ce sentiment désagréable qu'une fois qu'on aura terminé, il y aura autre chose pour nous tomber dessus. Au moins, ça nous permet de ne pas nous ennuyer, ça c'est sur... mais quand même, je n'aime pas l'idée d'être ainsi sous pression. Je sens le gosse se rapprocher de moi et je lève donc les yeux pour le regarder alors qu'il jugeait que je devais être fatigué

«Je sais... ça ne me ressemble pas. Mais je pense que c'est plus de la fatigue morale que physique...» - aucun sous-entendu là dessous. Inutile de dire que je n'avais pas la tête à ça. Il s'installa un peu bizarrement sur mes cuisses en me filant une part de pizza, et je souriais avant de commencer à manger. Je mâchais lentement, au fond, je n'avais pas très faim - «je crois qu'il me tarde un peu aussi de me réveiller le matin sans que tu ne sois un loup. Tes manies du matin me manquent...» - le voir gigoter partout à moitié à poils pour attraper quelques vêtements qui traînent, filer à la cuisine se préparer un thé qu'il a cinquante pour cent de chances de ne pas boire, faire le petit déjeuner, discuter avec Iza qui peut pas lui répondre. C'est des conneries, mais au fond je sais que ça me manque. Ça me fait rire.

Je soupirais en ne finissant pas ma pizza, je me levais juste pour aller me laver les dents et me passer un peu d'eau sur le visage avant d'aller me coucher. Comme toujours, je laissais la place à Benedikt pour qu'il vienne contre moi. Pas de câlin ce soir, je n'étais pas trop d'humeur, et trop stressé en fait pour y penser. Mais au moins, l'avoir contre moi me calmait un peu.

Le lendemain matin, j'étais réveillé bien avant que le soleil ne se lève. Les yeux grands ouverts, je regardais la masse poilue à côté de moi. Je savais qu'à peine j'allais bouger, il se réveillerait, avec ses sens canins, pas la peine de réfléchir. Je soupirais en me levant quand même pour aller ouvrir la baie vitrée qui menait sur une mini cours extérieure. Je me rendais compte qu'à cet instant, j'aurais bien fumé une cigarette, pourtant je ne suis pas fumeur de nature, mais ça m'aurait probablement détendu. La journaliste m'avait remis mon permis de conduire hier, il fallait que je le remette à la standardiste en arrivant ce matin, ne pas oublier.

Machinalement, je réfléchissais à tout ce que je devais faire, dans l'ordre. Donner le permis de conduire, faire ma ronde habituelle, passer voir les gosses pour discuter avec eux, leur remettre les colliers et les fioles de sève de morphe. Puis au moment où il faut que j'aille chercher les animaux, m'arranger pour bidouiller les cages pour qu'ils se sauvent et leur courir après. Même s'ils savent que c'est moi qui l'ai fait, je pourrai très bien dire que je ne connaissais pas ce système de cage et que je n'ai pas fait exprès. Profiter de la panique pour déclencher l'alarme et couper les caméras de surveillance. Utiliser le passe-partout pour ouvrir aussi la porte des gosses et attirer les lapins aux colliers rouges dehors pour qu'ils se mêlent aux autres bestioles. Signaler l'évasion des stagiaires pour que les gardes ne se préoccupent plus des animaux pendant que moi je me charge de tous les récupérer et les mettre dans la camionnette.

De là, Benedikt reprend sa forme humaine, endort l'éventuel gars qui m'accompagnerait - même si je préfère prier qu'avec la panique, on juge qu'ils ne peuvent pas me coller quelqu'un - et on va jusque chez la journaliste déposer les lapins aux colliers rouges. Je laisse Benedikt là bas puisqu'il sera humain et je file à la clinique déposer les autres bestioles. Je sais bien qu'il voudrait qu'on les sauve aussi ceux là, mais si je ne les amène pas comme prévu, je risque d'avoir des problèmes et les jours suivants vont être dangereux pour moi. Je dois montrer patte blanche.

Bon sang... j'aimerais une cigarette là!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 18 Oct 2013, 22:57

« Mes manies du matin...? » demanda le botaniste avec un sourcil levé, mais il balaya la question avec un sourire et un haussement d'épaules. Optant plutôt pour déposer une autre part de pizza dans les mains de tatoueur qui, de manière très suspecte, ne mangeait pas vraiment... Il ne parvint pourtant pas à lui faire finir la sienne et regarda tristement Vrass disparaître dans la salle de bain pour baisser les yeux sur les cartons de nourriture encore à moitié pleins. Benedikt ne mangeait jamais tout, et finissait toujours par laisser le reste au tatoueur, mais ce soir, il jeta tout à la poubelle. Pas la peine d'essayer de se battre avec lui pour qu'il mange plus alors qu'ils étaient tout les deux fatigués et stressés, cela ne ferait que du mal. Le botaniste passa en vitesse dans la salle de bain et rejoint au lit Vrass, le nez enfoui dans sa poitrine. Même si le matin suivant, il se retrouva avec la bouche pleine de poils, comme d'habitude.

Benedikt se réveilla tout de suite lorsqu'il se leva et sortit de la chambre, mais le loup le suivit du regard par la baie vitrée. La moitié de son esprit lui disait d'aller chercher le tatoueur pour le faire retourner au lit et grappiller quelques heures de sommeil en plus, l'autre moitié voulait elle-même se rendormir et laisser Vrass tranquille avec ses pensées. Le botaniste l'observa un moment, immobile, puis se roula en boule à nouveau pour finir sa nuit, indécis de déranger ses réflexions. Il savait encore moins comment le rassurer sous cette forme, incapable de parler et avec une cervelle sérieusement attirée par la viande crue.

Mais même en loup, Benedikt n'arrivait pas à dormir correctement sans le tatoueur et en sachant pertinemment que celui-ci était de se ronger les sangs à quelques mètres. Il se releva une demi-heure plus tard pour se glisser dans le froid matinal qui piquait la truffe et s'asseoir en silence à côté de Vrass.
Pendant environ 48 secondes, après quoi il se mit à couiner et japper en tournant autour de lui pour ramener son attention sur la grosse boule de poil que le botaniste était maintenant au lieu de ses pensées lugubres. Autant aller manger, et cette fois, il s'assurerait que Vrass mangerait assez.

Ce qui expliquait pourquoi Benedikt se mit à pousser du museau tout les plats qui trônaient sur la table du petit-déjeuner pour les mettre sous le nez du tatoueur. Une des serveuses s'amusa même beaucoup de la manière du loup d'aller lui déposer une assiette vide pleine de miette pour qu'elle la remplisse à nouveau. Même si elle avait été plutôt effrayé à l'idée qu'il casse sa vaisselle en porcelaine, mais apparemment, ce chien-là avait été plus qu’élevé... Presque un humain, tiens, plaisanta-t-elle à sa collègue, sans comprendre le regard que lui lançait le dit chien en l'entendant.

Moins d'une heure plus tard, ils rentraient dans le bâtiment déprimant et froid sensé leur servir de lieu de travail, et l'agent de sécurité qu'il avait vu hier leur sautait dessus pratiquement immédiatement, afin de quémander l'intervention du tatoueur auprès des assistants une nouvelle fois. Apparemment on avait été très heureux du succès immédiat de Vrass... Au moins, cela lui garantirait un peu de crédibilité pour sa couverture, on ne viendrait pas l'emmerder tout de suite alors qu'il avait réussi de telles prouesses, n'est-ce pas ?

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 19 Oct 2013, 20:11

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngMême si j'appréciais que Benedikt vienne à moi pour tenter de me calmer, le fait qu'il soit sous sa forme lupine me déprimait davantage. Malgré tout, j'étais venu me mettre accroupi pour laisser mes doigts glisser dans son épaisse crinière, qui n'avait rien à voir avec la douceur de ses boucles ordinaires. Je soupirais avant de poser mon front contre celui du loup, puis je décidais qu'il ne servait à rien d'attendre plus longtemps et j'allais donc finir de m'habiller. Je me regardais dans le miroir, même cette apparence commençait à me taper sur les nerfs. Et j'allais rester comme ça encore trois jours, ou quatre, je ne sais même plus ce que j'ai demandé aux Infinitudes de toute manière, et je doute que la potion de Gloubil marche sur un sort jeté par Alrik ou Amroth lui-même.

L'impression d'avoir un inconnu en face de moi, et au fond, c'est peut être mieux ainsi puisque finalement, c'est cet inconnu qui va risquer sa peau, ce Drake Ganunmachinchose qui va sauver les otages, Benedikt et moi on va pouvoir retrouver notre tranquillité et cette fichue journaliste a plutôt intérêt à nous foutre la paix après ça, sinon je pense qu'il y a d'autres choses que je vais me risquer à dire à ce Kobalt.

Une fois dans le grand bâtiment, je m'étais dirigé vers la standardiste pour lui donner mon permis de conduire, elle en fit juste une photocopie avant de me lancer un sourire charmeur, mais à ma tête, elle voyait que je n'allais pas bien
«Oooh... tu es fatigué, Drake?»
- «J'ai mal dormi... et je sais pas, j'ai un mauvais pressentiment pour aujourd'hui.»
- «Ah? t'es bien le seul! Frantz est tout content, lui! Ah ben tiens... le voilà!»
- le dénommé Frantz était en fait le type d'hier. Il me sauta dessus pour que je retourne interroger les gamins. Visiblement, avec l'info d'hier, ils se sont penchés sur le dossier du fameux scientifique qui aurait mystérieusement disparu. Il avait déclaré peu avant l'incident qu'il prenait quelques semaines de congés et c'est pourquoi ils ne s'en étaient pas préoccupés, mais si finalement il était bien présent ce jour là, ça changeait tout!

Je venais hocher de la tête avant de sortir des petites fioles de mon sac, l'air fatigué
«Je leur ai apporté à boire... c'est juste du soda. J'avais pas de bouteilles en plastique alors je l'ai réparti dans ces fioles...»
- «Ouais, j'ai entendu dire que chez les winghox, y'a pas trop de trucs en plastique, tu dois être plus habitué avec ce genre de choses?»
- «Aussi...»
- même pas pensé à ça tiens. Bon ben il me file un alibi sans que j'ai besoin de me justifier. Tant mieux. Je rentre donc dans la salle, laissant Benedikt près de la porte de façon à ce qu'il me prévienne chaque fois qu'il sentirait que quelqu'un s'approche de la porte.

«Alors t'es revenu...»
- «Oui, comme promis... tenez, je vous ai apporté les fameuses potions. Je me suis arrangé avec l'antiquaire, elles vont vous transformer en lapin. Par contre, je vous préviens, c'est assez désagréable, et peut être un peu douloureux...»
- «Tant qu'on sort d'ici, je m'en fous.»
- ils avaient l'air presque aussi crevés que moi. Je distribuais à chacun un collier rouge qu'ils devaient très vite cacher pour ne pas être vu des caméras, et une fiole.

«Dès que vous entendrez l'alarme, vous regarderez les caméras. Le petit voyant rouge finira par disparaître, j'ai vu comment les désactiver, et là, vous mettrez les colliers et vous boirez les potions. Je viendrai ensuite vous ouvrir pour vous mêler aux autres animaux.»
- «Et ensuite?»
- «Je préfère que vous n'en sachiez pas trop... on sait jamais. Mais on vous conduira dans une cachette le temps que vous repreniez votre forme normale. Surtout, vous buvez bien la potion, il vaut mieux que vous restiez caché pendant 24h...»


Je venais m'asseoir, plaquant ma tête contre le mur derrière moi
«Vous avez l'air crevé...»
- «Désolé, mais c'est pas tous les jours que je fais évader six gamins d'une prisons de quarante étages...»
- je soupirais en me tournant vers Benedikt, essayant de sourire quand même pour ne pas montrer ma nervosité, puis je les regardais un à un avant de reprendre - «bon... si vous avez des questions, je peux essayer d'y répondre.» - après tout, c'était surtout leur vie qui était en jeu, pas la mienne.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 20 Oct 2013, 03:40

http://i56.servimg.com/u/f56/12/38/17/29/benelo10.pngBenedikt souffla bruyamment par le museau pendant que certains assistants hochaient la tête de gauche à droite. Le sourire fatigué du tatoueur ne trompait pas du tout ses sens ni de loup, ni de botaniste, mais ce n'était pas le moment d'aller réconforter Vrass. D'ailleurs, la seule manière de régler le problème était de suivre leur plan comme prévu jusqu'à... la fin.

Lorsqu'ils ressortirent de la pièce, après qu'un des assistants leur ait lancé une nouvelle information à propos des explosions histoire que Vrass ait quelque chose sous la dent, le dénommé Frantz leur sautait à nouveau dessus avec une bonne humeur désarmante. Le botaniste s'assit pratiquement sur les pieds du tatoueur pour l'empêcher d’approcher, dans un geste un peu possessif et tout à fait inutile, mais il faisait souvent la même chose avec la standardiste qu'il n'aimait pas non plus malgré sa bonne humeur et à cause de son ton mielleux envers Vrass. Enfin, au moins, ils ne les verraient plus bientôt...

Vrass et Benedikt finirent par reprendre leur ronde comme si de rien n'était, jusqu'à ce que deux heure plus tard, on revint les chercher pour aller déposer les bestioles à la clinique. Le loup se raidit et écouta les instructions que le tatoueur recevait pour aller les prendre et les déposer là-bas.
Étape deux du plan ; en cours. Il fallait à présent que Vrass s'arrange pour qu'une bonne tripotée d'animaux s'enfuit. Benedikt, lui... Allait devoir mettre son instinct de chasse au placard.
Et il s'aperçut vite que ce n'était pas le plus facile en rentrant dans la salle remplie de cages empilées les unes sur les autres. L'odeur et les bruits qui retentissaient un peu partout firent reculer Benedikt, les oreilles aplatie, malgré sa truffe qui humait l'air à plein régime. Loin d'avoir peur de ses mignonnes petites bêtes, le loup dû faire appel à tout sa moitié de cerveau humaine pour ne pas se jeter sur les plus proches et faire un carnage. Bien heureusement, elles étaient en cage. C'était déjà ça.
Enfin... Pour l'instant. Le botaniste couina et se retourna sur le couloir, histoire de monter la garde et de vérifier si personne de nouveau n'arrivait, et surtout pour se changer les idées.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 20 Oct 2013, 08:18

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngMa nervosité se sentait auprès de tous. Et je pense que c'est justement ce qui faisait que les gamins avaient décidé de me faire confiance. Ils devaient se dire qu'il était impossible d'être aussi bon comédien, surtout pour un winghox aussi ils avaient parfaitement compris que la situation était vraiment sérieuse et qu'ils devaient faire tout ce que je leur disais. Certains mirent les colliers tout de suite, ils portaient un col roulé et ça ne se voyait donc pas. Ils trouvaient ça un peu serré, mais je leur rappelais qu'ils allaient avoir la taille de lapins après, donc que c'était normal que ça leur serre un peu alors qu'ils ont encore taille humaine, et que c'est pour ça qu'il fallait que ce soit élastique.

L'une des filles me donna quelques informations concernant l'incident du laboratoire. Apparemment, le fameux Professeur Wantred avait ramené une drôle de plante avec lui, soit disant d'un séjour à Ohime Quinah, et que c'était pour ça qu'il avait «écourté ses vacances» bien que, selon le stagiaire, il n'avait pas pu faire un tel voyage en ne s'absentant qu'une journée. Il était sûr et certain que le professeur n'avait pas disparu pendant plus d'une journée lorsqu'il avait dit prendre ses congés, alors que d'après le planning du laboratoire, il était partie depuis trois ou quatre jours avant l'explosion. Comme quoi, ce professeur avait vraiment un truc à se reprocher, et je me disais que ça pourrait être une bonne info pour la journaliste au passage, une autre garantie qu'elle nous foute la paix.

Il était temps de passer à la suite. Je sortais et je transmettais l'information à Frantz alors que Benedikt se plaçait soigneusement entre nous pour l'empêcher de m'approcher, ce qui aurait presque eu le mérite de me faire rire.
Je me dirigeais vers la salle des animaux, et je fus surpris de voir qu'il y en avait encore plus que je le pensais.
«Sérieusement? Je dois tous les emmener à la clinique??»
- «Non.. seulement une vingtaine...»
- je soupirais avant de m'approcher des cages. Un jeune homme plein d'enthousiasme s'approcha de moi avec une cage de transport dans les mains

«Bonjour!! Je suis Mathis! Je vais vous aider à mettre les animaux dans les cages de transport pour le voyage!!» - je regardais le gamin de haut en bas en grimaçant, ça m'ennuyait de le mêler à ça, mais tant pis
- «Je dois mettre des colliers à ceux que je vais emmener. Tu m'aides?» - il n'avait pas l'air d'être au courant de tout et j'allais compter sur sa naïveté. Il hocha de la tête avec un large sourire et je lui donnais donc des colliers de pleins de couleurs différentes avant de m'approcher des cages avec l'étiquette «clinique».

Il nous fallut quand même vingt bonnes minutes avant de réussir à mettre les colliers à chaque lapin et furet, et je cherchais maintenant un moyen d'ouvrir les cages sans que ça ne paraisse suspect. On ne les avait pas encore mis dans leurs cages de transport, et c'est alors que le garçon s'approcha du centre de commande, voulant probablement ouvrir les cages uniquement de ceux qui devaient être transportés, mais il se trompa de bouton et toutes les cages s'ouvrirent en même temps!

«Hein??» - je réalisais alors que ce n'était pas possible une chance pareille, avant de me souvenir d'un truc... bordel, j'ai le tatouage de l'étoile filante... moi qui pensais que ce truc servait à rien! Je me baissais vers Benedikt pour lui murmurer rapidement à l'oreille
«Fonce ouvrir la porte, vite!!» - je le laissais s'exécuter, pendant que je commençais à courir après les bestioles, surtout dans l'optique de les faire paniquer, mais le gamin était bien plus doué que moi dans le domaine, et dès que la porte fut ouverte, les bestioles commencèrent à courir partout dans les couloirs!

«Surtout faites gaffe à ceux qui ont un collier!!! BORDEL!» - j'attrapais les cages de transport en disant au stagiaire de faire de même, je commençais déjà à en récupérer un ou deux alors que les vigiles commençaient à venir pour essayer de nous aider. Benedikt faisait de son mieux pour ne pas tenter de les bouffer, mais il ne faisait rien non plus pour leur barrer la route
«Hey! Il pourrait pas les bloquer vot' chien?? »
- «Tu crois quoi? Que c'est un chien de berger peut être? Déjà il les bouffe pas, estime toi heureux!»
- comme prévu, l'alarme s'était mise à siffler et je grimaçais en me bouchant les oreilles
«Hey, c'est que des lapins bordel! Pas besoin de l'alarme! Je vais la couper je reviens!»
- «Dépêche toi, on va mourir là!!»


Comme je le pensais, c'était la panique. Je me dirigeais vers le panneau de contrôle pour couper l'alarme, et j'en profitais pour couper les caméras de la salle d'interrogatoire. Puis je me dirigeais vers la porte pour l'ouvrir à l'aide du passe-partout avant de voir des lapins et des furets me foncer dessus! Tant mieux, ils vont se fondre avec les autres. Au bout de quelques minutes à peine, les petits lapins aux colliers rouges arrivaient vers moi et je venais appeler mon assistant de fortune
«Hey!! Par ici! J'ai un groupe là! Ramène les cages!!» - tout penaud, mort de honte même en pensant que tout ça était de sa faute - et le pire c'est que mine de rien c'était vrai - il venait vers moi pour attraper les lapins à colliers rouges, bien qu'il y en avait à colliers bleus et jaunes aussi au milieu, et tant mieux. Il était le seul à savoir que normalement, il ne devait y avoir que vingt animaux à conduire à la camionnette, et lorsque les gardes s'approchèrent avec les cages contenant seulement des animaux à colliers, l'un d'entre eux se tourna vers moi

«Il t'en manque?»
- «Je crois pas... y'en avait un peu moins d'une trentaine...»
- «Heureusement que tu leur avais mis un collier avant.»
- «J'ai rien décidé, on m'a dit de faire comme ça...»

Quatre vigiles m'aidèrent à transporter les cages pendant que les autres essayaient de rentrer les autres bestioles au laboratoire. Je priais que ça les occupe assez pour qu'ils ne se rendent pas compte tout de suite que les gamins avaient disparu. Et il fallait croire que la chance était encore avec nous, car finalement, seul le petit stagiaire allait venir avec nous dans la camionnette.

J'attachais ma ceinture, Benedikt était placé entre le gosse et moi, aussi... je le laissais voir ce qu'il voulait faire. Je sortais tout de même la potion de Gloubi pour la tendre au gamin
«Tiens, je te donne ça. Tu en donneras à mon chien s'il te regarde avec insistance en se léchant les babines, c'est qu'il aura soif!»

Bon, la première étape s'était plutôt bien passée jusque là, fallait voir la suite maintenant.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 20 Oct 2013, 16:35

Benedikt attendit à peine cinq minutes pour se mettre à glapir et à se lécher les babines devant le gamin qui les accompagnait. Franchement, il fallait vraiment qu'ils tombent sur celui-là ? Ce n'était peut-être pas plus mal après tout, mais le botaniste n'aurait jamais imaginé se retrouver devant quelqu'un qu'il connaissait. Il décida de laisser le bouton de cimaille de côté ; au moins, ce sera plus discret de simplement en discuter. Cela permettrait à Vrass et au gamin de revenir aux bureaux comme si de rien n'était pour que le tatoueur finisse sa semaine de boulot sous cette apparence. Ils trouverait bien une excuse à la fin de la semaine pour le faire démissionner. Et Benedikt décida qu'il reviendrait lui aussi comme si de rien n'était avec lui demain. Ou après demain, au pire. Ce ne serait pas compliqué de prétendre qu'il l'avait laissé à la clinique vétérinaire, par exemple, pour une raison ou une autre.

Le loup engloutit la potion de Gloubi dès qu'on lui tendit et... reprit ses esprits aussi rapidement qu'il pouvait pendant que le gamin se mettait à hurler et à lui taper dessus. Le botaniste étouffa d'abord ses cris avec une main et le garda plaqué contre son siège avec l'autre. Sa victime, elle, ouvrit des yeux grands comme des soucoupes en voyant son visage.
« Mathis ! C'est bon, arrête de hurler ! Je ne vais te faire aucun mal ! » - Sa demande fut admirablement rapidement exaucé et le stagiaire arrêta de se débattre, si bien que Benedikt le lâcha.

« Benedikt ! » laissa enfin échapper le garçon, un peu essoufflé. « Qu'est-ce que tu- T'étais un- »
« Chut ! Écoute-moi et réponds à mes questions. Personne ne va te découper en morceaux, tout va bien. Comment ça se fait que tu travailles là-bas, déjà, toi ? »
« Heu- J'aide ma mère à payer le loyer... Je fais le café pour les employés et je vais donner des dossiers d'un bureau à l'autre, des trucs comme ça. J'ai du temps de libre parfois avec le lycée. Mais c'est moi qui devrait poser des questions ! Pourquoi t'étais un chien ?! »

Le botaniste soupira. « Je fais du... sauvetage, et tout ce que je te demande, c'est de faire comme si de rien n'était, d'accord ? »
« Du sauvetage, d'animaux ?! Pourquoi ?! »

Benedikt grogna intérieurement. Hors de question de tout révéler à ce gamin, mais vu sa propre capacité à mentir, il allait devoir s'arranger comme il pouvait.
« Parce que... ils les maltraitent, d'accord ? Alors je les met en lieu sûr pour qu'ils vivent tranquillement le reste de leur petite vie de... lapins. De furets. Voilà. »
Flûte, mais ils n'allaient déposer que quelques lapins dans le local, là. Ça faisait pas très crédible.
« Et... je le fais petit à petit pour ne pas éveiller leurs soupçons. Je n'en prends que quelques uns à chaque fois. Comme ça, je peux continuer. »

Vu la tête du stagiaire, son mensonge passait plutôt bien... Bon, il fallait remercier le ciel qu'il le connaisse et soit encore plus innocent que lui, tiens.
« Oh. T'aimes vraiment les animaux... » Il leva les yeux vers Vrass en fronçant les sourcils.
« Mais vous êtes pas sensé l'empêcher de faire ça ? »
« Il me laisse faire parce qu'il sait que j'ai raison. »
répondit immédiatement Benedikt à la place du tatoueur. « Mathis, écoute, c'est important, il faut vraiment que tu ne parles de ça à personne, d'accord ? Si tu en parles, je vais finir en prison et probablement me faire condamner à mort. »
« Ça existe pas chez nous, ça. »
« Et tu préfères que je finisse ma vie en prison ? »
« Heu, non... Je dirais rien. »
« Tu me promets, n'est-ce pas ? »
« Hé, pourquoi tu me parles comme à un gamin, j'ai compris ! Promis ! »


Le botaniste soupira de soulagement et se redressa. Flûte, c'était vraiment inconfortable, ici, il avait beau être souple, fallait pas abuser non plus, et plus, il était à moitié à poil et il faisait froid. Benedikt se fraya un chemin derrière les sièges de la voiture et s'étira à l'intérieur du fourgon avant de se pencher entre Vrass et le gamin.
« C'est un des fils de mon ancienne voisine... » murmura-t-il au tatoueur en frissonnant. « Bon, par contre, au moins, on aura pas besoin de peinture si tu retourne là-bas comme si de rien n'était... J'aurais... aimé récupéré plus... d'animaux mais je suppose que je n'ai pas le choix et que je devrais me contenter de ceux-là. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 20 Oct 2013, 22:19

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngBon ok, changement de plan total. Benedikt connaissait le gosse et n'aurait donc pas à l'endormir, mais je gardais une oreille attentive sur ce qu'ils se disaient tout en regardant la route. Dans un premier temps, je me dirigeais vers la clinique avec le plan qu'on me donnait, puis je profitais d'un embouteillage sur la voie principale pour passer par une petite rue et me diriger vers le local de la journaliste.

L'excuse de Benedikt était donc qu'on allait plutôt sauver de simples lapins, tout en amenant quand même les autres à la clinique? Voilà qui était pas trop mal, surtout qu'à la clinique, ils verraient bien que je leur avais amené tous les animaux prévus et donc.. je n'aurais pas d'ennui. Réfléchissant longuement alors que je voyais Benedikt passer derrière moi, je le regardais par le rétroviseur quelques secondes pour essayer de trouver quelque chose à dire qui n'allait pas mettre la puce à l'oreille du gamin.
«Bon... pour aujourd'hui, tu n'as qu'à prendre les animaux qui ont un collier rouge. Essaie de mettre leurs cages à part, on va aller les décharger là où c'était prévu, tu resteras avec tes petits protégés pendant que j'irai à la clinique avec Matthis et les autres animaux.»

Je me tournais vers le gosse en gardant un air sérieux - «si jamais y'a un problème à la clinique, s'ils comprennent qu'il manque des bestioles, on leur dira simplement ce qu'il s'est vraiment passé. Les bestioles se sont échappées de leurs cages et on a essayé de toutes les attraper. On leur apportera les autres la prochaine fois, d'accord?»
- «Oui, d'accord...»


J'arrivais au local de la journaliste et je me tournais vers Benedikt
«Désolé, tu dois te débrouiller tout seul pour les sortir de là, il ne faut pas qu'on me voit quitter cette camionnette. Y'a des vêtements dans mon sac si tu veux, j'avais prévu le coup!»

Non parce que bon, le rubsang, j'avais pas trop confiance.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 20 Oct 2013, 23:28

J'étais en train de finir ma valise, et... mes doigts sont tombés sur le clavier tout seul. XD Mais cette fois, je vais me coucher !


« Oh, super, merci ! » s'exclama le botaniste qui alla immédiatement fouiller dans le sac de Vrass avec enthousiasme. Ce n'était pas qu'il se sentait tout nu avec un simple voile autour des hanches, mais si, un peu, quand même. Benedikt était malgré toutes indications du genre prude et était déjà gêné devant le jeune stagiaire.

Malheureusement pour lui, il avait à peine enfilé des chaussettes que la camionnette arrivait devant le local. Soufflant par le nez, le botaniste entreprit alors de débarquer les cages en vitesse pour ne pas retarder trop le tatoueur ; son habillage attendra un peu. La fouine de journaliste était déjà là et fut aussitôt enchanté de la situation ; sans pour autant prendre la peine d'aider au déchargement. Le botaniste attrapa la dernière cage d'une main et quelques vêtements avant de s'arrêter pour dire au revoir. Même si laisser partir le tatoueur était probablement la dernière chose dont il avait envie à présent.

« Tu... prendras soin de toi, hein ? » demanda Benedikt en se mordant la lèvre. Pas possible d'embrasser Vrass devant le gamin qui les pensait être de simples complices, Benedikt voulait être sûr qu'il en sache le moins possible, mais ce n'était pourtant pas l'envie qui lui manquait. « Et toi, Mathis, tu ferais bien d'essayer de trouver un boulot ailleurs. Mais pendant ce temps-là, ne fais pas de bêtises, hein ! Et ne traîne pas dans les Ghettos tard le soir. »
Il recula de deux pas et tripota le collier en cuir encore autour de son cou ; il le portait tellement souvent qu'il n'y faisait même plus attention, maintenant... Mais c'était qu'il y avait accroché dessus qui venait de lui passer à l'esprit. « Faut attention à toi, je t'en supplie... On se retrouve en fin de journée à l'hôtel. » pensa le botaniste si fort qu'il aurait été possible que le tatoueur l'entende sans la perle jumelle.
Il finit tout de même par descendre de la camionnette pour se glisser définitivement dans le local sombre maintenant agrémenté de six petits lapins, un botaniste en chaussettes et une journaliste en train de jubiler et de prendre une photo... de lui ?!

« Vous croyez vraiment que vous allez pouvoir me faire du chantage avec ça alors que vous avez des photos de moi en train de tripoter Vrass ? Je vous jure que si je vois ces photos quelque part, je vous étrangle à mains nues. » Le botaniste plissa les yeux pendant qu'il finissait de se rhabiller, et la regarda en tirant sur son t-shirt pour l’ajuster. « Ou mieux, je demande à Vrass de vous étrangler à mains nues. »
La journaliste se mit à rire comme d'habitude, mais laissa tranquille son appareil photo. Mon dieu, ça allait être effectivement terrible de passer le reste de la journée avec elle. Quand est-ce que Viktor allait arriver ? Autant le prévenir le plus vite possible, pour qu'il arrive le plus vite possible... Enfin, elle allait vouloir leur parler avant, probablement.
Tout c'était passé dans un coup de vent mais Benedikt sentait encore son cœur tambouriner dans sa poitrine ; et savait qu'il en serait de même jusqu'à ce qu'il retrouve Vrass ce soir.

Il se retourna à nouveau sur la jeune femme.
« Ils vont rester comme ça pendant 24h et je ne dormirais pas ici ce soir, mais je reviendrais demain matin. Je vous conseille de bien les traiter parce que si vous voulez obtenir des informations, il va falloir être très sympathique vu ce qu'ils viennent de vivre, et ça risque d'être un peu dur, pour vous... »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 21 Oct 2013, 09:38

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngOn venait enfin d'arriver chez la journaliste, mais la façon dont elle regardait Benedikt à moitié nu ne me plaisait pas beaucoup, et je lui avais clairement lancé un regard qui signifiait qu'elle n'avait pas intérêt à ce que quelque chose de mal se passe. D'ailleurs, au moment où elle m'approchait pour me féliciter de son ton mielleux, je m'approchais à mon tour au point que j'aurais presque pu l'embrasser

«Ils reprendront leur apparence dans vingt-quatre heures... demain, en début d'après-midi, je préviens les flics pour qu'ils viennent les chercher et s'occuper d'eux. Je prendrai soin de leur demander de vérifier que vous avez très bien pris soin d'eux!» - autrement dit, elle savait qu'elle n'aurait pas beaucoup de temps pour les interroger. Elle fronça légèrement du nez mais se doutait qu'avec tout ce qu'on était en train de vivre, et vu l'état de nervosité apparente dans lequel j'étais, elle n'avait pas intérêt à me faire de coup fourré.

Je me tournais vers Benedikt qui me lançait un regard presque désespéré et je lui souriais en hochant de la tête
«Ne t'en fais pas... ça ira.» - je faisais tout de même un signe de tête avant de fermer les yeux quelques secondes, puis mon sourire s'élargit avant que je ne hoche à nouveau de la tête pour lui signifier que j'avais saisi et ses pensées et je faisais démarrer la camionnette pour me rendre à la clinique.

«Comment vous avez connu Benedikt?»
- «Je croyais qu'il s'appelait Siham... il est venu me trouver après avoir vu que j'avais passé un entretien d'embauche il y a trois jours... apparemment, il a un ami winghox et c'est comme ça qu'on a commencé à discuter.»
- le fait qu'il sorte avec moi était plutôt connu, en jouant là dessus, je rendais l'histoire plus crédible.
- «On dirait pas que vous vous connaissez depuis seulement trois jours...»
- «C'est surtout que je risque un peu ma peau à l'aider. Lui il s'en fout, personne ne l'a vu il s'est transformé en chien et on ne pourra jamais le suspecter. Moi par contre, j'ai plutôt intérêt à me faire oublier lorsque mon contrat sera terminé à la fin de la semaine.»
- «Oh... tu ne restes qu'une semaine?»
- «Pour l'instant, oui. Si jamais je vois qu'ils ne me suspectent pas pour la disparition des animaux, je referai surement une mission dans quelques mois pour en libérer d'autres. Mais seulement si je suis sur que je ne risque rien, je tiens à mes fesses.»
- «Je vois...»


On arrivait à la clinique et je descendais pour décharger les cages. Évidemment, il ne manquait aucun animal ce qui eut probablement pour effet de mettre la puce à l'oreille du gamin, mais j'avais déjà une excuse pour ça aussi. Sur le chemin du retour, je voyais bien qu'il se posait des questions et je finissais donc par répondre avant même qu'il ne pose la question
«Ceux qui avaient un collier rouge ne faisaient pas partie de ceux que je devais emmener aujourd'hui. J'ai profité de la panique que tu as créée en libérant tous les animaux pour ajouter ces colliers à d'autres lapins.»
- «Oh... je me disais bien que je n'avais pas vu de colliers rouges dans ceux que vous m'aviez donnés...»


Rassuré finalement, je pouvais voir qu'il était mal à l'aise avec tout ça. Cependant, il n'y avait pas de raison qu'il s'inquiète
«Si on te pose des questions sur les lapins disparus, dis juste que tu ne sais pas et qu'ils ont du se faufiler quelque part dans l'immeuble pendant le bordel. De toute manière, je ne pense pas qu'on en fasse tout un fromage.»
On arrivait à destination, je garais la camionnette et alors que je descendais pour mettre mon sac sur l'épaule, un type se jeta sur moi l'air paniqué, c'était le fameux Frantz
«Drake!!! C'est terrible! Les gosses, ils ont profité de la pagaille des lapins pour s'enfuir!!»
- «Hein??? T'es sérieux? Comment avez-vous pu perdre des gosses au milieu de lapins?»
- jouant parfaitement mon rôle, je repoussais le type en grommelant pour me diriger vers le bâtiment, en arrivant vers la standardiste, je la poussais carrément pour accéder au panneau de contrôle

«Ils n'ont pas du aller bien loin.. elle est où la caméra de leur salle?»
- «Justement... elle a été coupée pendant qu'on essayait d'attraper les lapins...»
- «Ils ont eu de l'aide...»
- «Euh.. où est ton chien?»
- «Pendant le transport, j'ai tourné un peu trop brusquement et une cage lui est tombé dessus. Rien de grave mais je l'ai laissé à la clinique pour le reste de la journée.»
- «oh le pauvre...»
- je me tournais vers la standardiste de l'air de dire que c'est pas un chihuaha que j'ai hein?

En tout cas, je finissais par râler et à me lancer à la recherche des fugitifs. Je passais par tous les endroits possibles, demandant à ce que l'on vérifie les conduits d'aération, les sorties de secours. Ma détermination à les retrouver semblait porter ses fruits car personne ne semblait me soupçonner, et à la fin de la journée, je venais à pester en croisant les bras
«Je me demande si tu ne connais pas leur complice» - vint me dire Frantz. Je levais les yeux vers lui, l'air agacé, est-ce qu'il me soupçonnait? Voilà qui était ennuyeux
- «Qu'est-ce qui te fait dire ça?»
- «Il a attendu le jour où tu devais quitter le bâtiment pour agir. Je pense qu'il devait croire que si tu le voyais, tu comprendrais qu'il ne travaillait pas ici...»
je venais hausser les sourcils, oh si c'est que ça, c'est pas bien grave
- «J'ai travaillé dans un paquet de sociétés différentes, mais j'ai jamais vraiment connu de gars du genre bon samaritain qui serait prêt à s'infiltrer dans un bâtiment aussi bien gardé pour faire s'évader une poignée de gosses.»
- «Tu connais Vrass Rannveig? C'est un winghox comme toi.»
- «Je le connais de nom, par les journaux. Mais lui n'est pas né à la Basse Ville contrairement à moi.»
- «Il s'est déjà infiltré une fois dans nos locaux pour faire s'évader un gamin. Il aurait très bien pu recommencer.»
- «Possible, mais quel rapport avec moi?»
- «Face à des humains, il semble plus ou moins invincible. Il a du se dire que face à un winghox de ta carrure, il n'aurait rien pu faire.»
- «Possible... mais bon, c'est pas comme si un type comme lui passait inaperçu! Si tu sais que la dernière fois c'était lui, c'est que vous l'aviez vu non?»
- «Oui, c'est vrai qu'un winghox, ça se remarque...»
- il était préférable que je fasse en sorte qu'il ne me suspecte pas non plus, sinon ça servait à rien que j'ai changé de tête.
- «Je pense plutôt que c'était un type qui passait partout, qui vous ressemblait à vous autres. Il y a une majorité d'hommes bruns de bonne carrure dans votre boîte, du moins dans la sécurité. Si je voulais passer inaperçu, je me serais arrangé pour ressembler à tout le monde, donc il vaut mieux regarder les bandes vidéos et chercher l'un des vigiles qui ressemble peut être à l'un des vôtres, mais qui n'est pas tout à fait pareil. Ça prendra du temps, mais ça peut être un détail. Un gaucher alors qu'il devrait être droitier, il peut avoir un tatouage ou au contraire il n'en a pas...»
- «On voit que t'as l'habitude»
- «C'est pour ça qu'on m'a engagé. Bon j'y vais, je dois aller chercher mon chien et rentrer me reposer. Je suis crevé.»
- «ok, à demain.»
- je faisais un signe de tête avant de quitter les lieux. Une fois à l'hôtel, je frappais doucement à la porte avant d'entrer, espérant que Benedikt serait déjà là.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 23 Oct 2013, 00:09

« Vrass ! »
Benedikt courra dans les bras du tatoueur dès qu'il entrait dans la chambre, sans même lui laisser la possibilité de respirer. « Comment ça va ? Ils t'ont posé des questions ? Tu as pu faire comme si de rien n'était ? »
Le botaniste enfouit son visage dans le cou du tatoueur avec bonheur – quand il sautait dans les bras de Vrass, ce n'était pas souvent que métaphorique – et soupira de soulagement.
« J'ai réussi à la convaincre de mettre les lapins dans son bureau, moi...! Les femmes de ménages passent pas chez elle parce qu'elle a peur que certains collègues a elle lui volent des dossiers ou des infos, quelle folle, tu te rends compte ?! Mais c'est chauffé, là-bas, alors ils seront mieux et je leurs ait laissé pleins de fruits. J'aurais bien aimé aller les voir demain matin, mais si je prends du gloubi, je ne pourrais pas revenir pendant la journée pour te voir... Et je préférerais rester avec toi même si c'est ennuyeux. Mais je fais confiance à Viktor, alors comme il arrivera assez tôt... »

Benedikt commençait à avoir un peu faim, mais ne décolla pas du tatoueur, trop heureux de ne plus être sous forme de loup et trop heureux que leur petit plan se soit déroulé comme sur des roulettes pour l'instant.
« J'ai le droit à du sexe de réussite-en-équipe ? » demanda-t-il avec un grand sourire, en profitant pour voler un baiser au tatoueur.
Bien sûr, il était encore possible qu'ils aient des problèmes plus tard ; mais le plus délicat était fait. Maintenant ils n'avaient plus qu'à remettre leur chance dans les mains, d'Alrik, et le botaniste était toujours assez optimiste pour être soulagé à présent. Il n'attendais à présent que les réassurances de Vrass, et comme il était rentré en un seul morceau, c'était bien parti. Benedikt déposa quelques baisers sur la mâchoire de celui-ci, et arrivé au bout, lui fit une grosse léchouille sur la joue. Avant de s’apercevoir de ce qu'il venait de faire et de glapir, horrifié.
« Ohlàlà, je suis désolé... Je prends des habitudes de loup, c'est bizarre... C'est nul qu'on ne puisse rentrer qu'à la fin de la semaine, si déjà, ça me fait ça... »

Désolé, c'est petit. >< Je suis crevé et j'ai pas de temps, alors j'espère qu'il y a pas trop de fautes même si j'ai relu... Je rentre après demain soir...

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 23 Oct 2013, 16:51

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngTrouver un Benedikt entier, humain et en pleine forme dans la chambre eut de quoi me détendre d'un coup. Je le réceptionnais dans mes bras avec un léger sourire fatigué alors qu'il semblait profondément soulagé de me revoir aussi vivant.

«Tu parles trop... on va occuper ta bouche autrement...» je répondais ainsi à son interrogation, le soulevant simplement pour qu'il passe ses jambes autour de ma taille et le conduire jusqu'au lit. Alors qu'il se perdait en quelques baisers, il en vint carrément à me lécher la joue, ce qui eut de quoi me surprendre et je me redressais alors pour planter mon regard d'azur dans ses yeux horrifiés!

«Euh... oui, il te faudra très vite perdre cette habitude!» - j'étais cependant trop crevé pour m'énerver, aussi je me mettais plutôt à rire avant de commencer à retirer ses vêtements. Je mourrais de faim mais tant pis, mon estomac attendrait cette fois. De toute manière, il ne fallait pas s'attendre à des prolongations, ce serait surtout histoire de fêter nos retrouvailles et le début du plan qui avait bien fonctionné, si bien que moins d'une demi-heure plus tard, on était tous les deux sous la douche.

Je laissais l'eau couler sur ma tête, les yeux clos, plutôt crevé par cette partie de jambes en l'air, surtout que l'enthousiasme de Benedikt n'est pas toujours facile à gérer, et encore moins lorsqu'on a passé la journée à être tendu comme un arc. Mais mine de rien, il avait réussi à me détendre, et j'avais bien envie d'aller dans une sorte de petite brasserie ce soir, histoire de manger un repas normal. j'avais envie d'une entrecôte bien saignante et de frites ou d'une bonne purée. je me penchais vers l'avant, posant mes mains de part et d'autre de sa tête pour l'enfermer afin de le plaquer encore un peu contre moi, même si l'eau continuait de couler sur nos têtes.

«Allez, le plus dur est passé... on risque cependant de devoir chercher le traître pendant les quelques jours qu'il nous reste à bosser, mais au fond, on s'en fiche un peu... ils ne me suspectent pas du tout.» - autrement dit, on était tout de même tranquilles.
On finissait donc par sortir de la douche pour aller s'habiller et se trouver un petit restaurant simple et sympa, tout ce qui m'intéressait, moi, c'était d'avoir une bonne pièce de viande, pour le reste, je m'en fichais un peu. La journée de demain serait probablement encore un peu stressante, mais surtout parce qu'on ignorait comment ça allait se passer du côté de la journaliste, et il fallait espérer que ce Viktor nous aide sérieusement. Je n'avais pas vraiment envie que ces pauvres gamins se fassent torturer psychologiquement par cette vieille chouette et en prime, je comptais profiter de sa présence pour mettre en avant le chantage qu'elle nous a fait et m'assurer ainsi que toutes photos sont bien détruites et qu'elle se paie une amende pour nous avoir mis en danger.

Une bonne nuit de sommeil, ça va faire du bien.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 26 Oct 2013, 00:40

Benedikt grignota ses légumes tranquillement, installé dans la petite brasserie qu'ils avaient trouvés après quelques minutes de marche hors de l'hôtel. Le botaniste essayait bien de ne pas être trop bavard vu la tête épuisé du tatoueur mais c'était bien difficile de ne pas l'être alors que le stress qui l'avait étouffé depuis quelques jours avait pratiquement disparu. Entendre carrément dire Vrass qu'on ne le soupçonnait pas du tout l'avait parfaitement rassuré, aussi Benedikt mâchonnait avec un sourire satisfait comme si on avait de lui annoncé que des cadeaux de Noël l'attendait dans leur chambre d'hôtel.

Cela ne les empêcha pas de rentrer rapidement à celui-ci pour profiter d'une bonne nuit de sommeil bien mérité, même si écourté par un réveil tôt le matin, comme depuis le début de la semaine. De même que le pauvre tatoueur se retrouvait à manger encore de la fourrure sombre vu l’insistance de Benedikt à se blottir contre lui même dans son sommeil et même sous forme de loup.
Ça commençait à devenir un peu répétitif, mais vu le boulot qu'ils effectuaient, ce n'était pas très étonnant. Et puis le botaniste en avait un peu marre d'être une bestiole pendant la plus grande partie de la journée. Ce n'était pas seulement qu'un loup n'avait grand chose pour être contenté à la Basse-ville, mais aussi qu'il n'aimait pas devoir se battre avec son propre cerveau pour se faire comprendre, ni non plus avoir autant de difficulté à se faire comprendre.

La matinée passa donc avec longueur, malgré la suspicion et l’inquiétude qui ajoutait un peu de stress au botaniste chaque fois que quelqu'un s'arrêtait pour parler avec Vrass. Mais jusqu'ici tout allait bien, et personne n'était venu essayer de tirer les vers du nez du tatoueur, même si à présent, toutes les autorités compétentes de la compagnie devaient être au courant de la disparition soudaine des assistants de Bellevue. Heureusement que le winghox mentait bien, parce qu'il y avait forcément des questions à se poser quand cela ne faisait qu'une semaine qu'il travaillait ici et que leurs précieux protégés s'étaient enfuis le jour où leur nouvel employé avait fait un petit tour dans la ville en camionnette. Mais Benedikt ne pouvait qu'être heureux qu'ils soient sur une fausse piste ; et que leur plan ne soit pas si bancal.

A l'heure où Vrass appelait le lieutenant pendant la pause déjeuner, le botaniste était pourtant bien trop occupé à manger avec une faim de... loup pour s'en préoccuper. Il perdait complètement son appétit d'oiseau sous forme de bestiole et ce moment-ci en était la preuve, même s'il devait surtout remercier le tatoueur qui lui procurait de la vraie viande crue plutôt que des croquettes pour chien qui l’emballait pas du tout.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 26 Oct 2013, 15:46

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngUne nouvelle journée qui commençait avec un Benedikt couvert de poils dans les bras. Je commençais sérieusement à me lasser de tout ça, mais on était le quatrième jour... pour Benedikt, il ne lui en fallait plus que deux avant qu'il n'ait plus à se réveiller dans la peau d'un loup, et moi encore trois puisque j'avais demandé une semaine entière. Mais mon dernier jour serait réservé uniquement à la négociation de ma fin de contrat.

La matinée se passait encore pendant que je regardais des vidéos, cherchant quelqu'un qui pouvait paraître suspect tout en regardant les photos de tous les employés présents. Collaborer de cette manière était le meilleur moyen de m'innocenter, bien que personne ne semblait vouloir me suspecter dans la mesure où je n'étais pas là et que tous les animaux sont bien arrivés à destination sans le moindre imprévu à part un petit délai à cause d'embouteillages. Le copain de Benedikt avait bien tenu sa langue et on n'avait donc pas eu de problème. Je soupirais en me massant le front, il manquait beaucoup de vidéos puisque j'avais coupé le système de sécurité pendant
«Je suis désolé... mais sérieusement, vous vous ressemblez tous! La plupart de vos employés sont bruns, bien bâtis, et en prime vous leur faites porter des lunettes noires à l'intérieur!! Comment vous voulez que j'arrive à les différencier les uns des autres?»
- «Je sais... mais on se disait que justement, ce serait plus facile pour vous qui ne les connaissez pas.»


Mais évidemment, je ne réussissais pas à trouver qui que ce soit de suspect, mais tous les hommes ayant des apparences similaires étaient désormais interrogés.
C'était l'heure du déjeuner, je quittais le bâtiment d'un air las, ayant tout de même hâte que ces trois derniers jours se terminent. Je m'approchais d'une cabine téléphonique après m'être assez éloigné pour demander à parler à ce fameux Viktor Kobalt. Je murmurais tout en caressant la tête de Benedikt qui devait avoir faim, mais je préférais me dépêcher de passer ce coup de fil.
«Oui... les fameux assistants disparus... vous les trouverez au journal "Prima Nova", la journaliste nous a obligé à les amener là bas en premier pour qu'elle puisse les interroger et avoir son scoop. Elle nous faisait chanter avec des photos compromettantes...»

J'entendais alors le policer râler et jurer comme un vrai charretier, ce qui ne pouvait que me faire rire! Je lui parlais donc du service qu'il devait à Benedikt, et il acceptait donc de s'en charger.
«Si vous pouviez aussi faire en sorte qu'elle ne puisse plus nous faire du chantage, peu importe par quel moyen! C'est que j'ai pas envie de me remettre en danger chaque fois qu'elle aura envie d'un scoop!»

Oh oui, visiblement, il allait lui apprendre la vie! Je pouffais de rire en l'entendant s'énerver tout seul avant de raccrocher et baisser les yeux vers mon petit loup
«Sacré caractère! Mais il s'occupe de tout!»

Je l'amenais à une boucherie pour pouvoir manger un bon steak pendant que je me prenais un sandwich à côté, puis on terminait la journée au boulot, heureusement cette fois, on reprenait plutôt les rondes de garde, mais je savais que demain, j'allais encore regarder ces fichues vidéos interminables.

Le soir venu, on se dirigeait vers les bureaux du journal, je me demandais si Viktor était encore là bas ou s'il avait déjà embarqué les pauvres assistants. On s'arrêtait dans une ruelle sombre pour que Benedikt puisse reprendre son apparence et s'habiller avant d'y aller, et j'affichais un sourire amusé en ajustant ses vêtements débraillés
«Allez... c'est bientôt fini tout ça. On va récupérer toutes les photos, et normalement, Viktor lui aura fait passer un sale quart d'heures. Et comme on va lui lancer le sort pour qu'elle chante nos louanges pendant toute une journée, peut être qu'on pourra justement en profiter pour s'assurer qu'elle ne garde pas le moindre négatif de tout ça et on sera tranquilles!»

Je me tâtais aussi à lancer un sort ou autre pour qu'elle nous oublie carrément, mais je ne savais pas si c'était possible.. il faudrait se renseigner tiens.


Je te laisse éventuellement jouer un peu Viktor, je pense que tu le connais un peu mieux que moi ^^'

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

PrécédenteSuivante

Retourner vers La Basse-Ville et son Dôme

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron