Passons aux choses sérieuses !

Bâtie après le crash de l'Atlas IV, c'est une ville complexe à la pointe des nouvelles technologies, futuriste, propre, et protégée par un Dôme d'énergie fort curieux.

Image

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 07 Oct 2013, 21:56

http://i56.servimg.com/u/f56/12/38/17/29/benelo10.pngLa journée passa à une lenteur qui donnait envie à Benedikt de se bouffer la queue. Concrètement, ils ne faisaient strictement rien à marcher et surveiller, et très bien, mais c'était absolument terrible de le faire dans des couloirs tristes et ennuyeux. Les seules musiques qui retentissaient à ses oreilles se composaient des cuillères à cafés qui tintaient dans leurs tasses comme des clochettes, du bruit des claviers d'ordinateurs, des imprimantes et des murmures de discussions dans les bureaux.
Les odeurs ? Toutes aussi déprimantes. Ça sentait la photocopieuse en surchauffe, le stress des employés, encore le café, forcément, et la colle à moquette.

Moquettes qui donnaient clairement envie de vomir. Alors certes, ses nouveaux goûts esthétiques de loup n'était peut-être pas exactement au top, mais l'orphe Benedikt derrière était déjà en train de lever un sourcil. Qui avait laissé un type faire ce design ? Est-ce que c'était fait pour donner envie au gens de filer travailler dans leurs bureaux ? Trop bête pour eux, dans leur bureaux, ils avaient la tapisserie hideuse qui allait avec, donc c'était encore pire. Le décorateur d'intérieur de ce bâtiment méritait une médaille pour avoir réussi à donner envie aux employés de se mettre des fonds d'écran d'ordinateur magnifiques pour reposer leurs yeux offensés.

Le seul événement notable pour le loup fut sa rencontre avec un autre chien de garde en milieu d'après-midi ; qui lui était passé devant comme si de rien n'était avant d'essayer de lui renifler le derrière.
Benedikt lui avait grogné dessus jusqu'à qu'il baisse les oreilles et recule ; c'est qui le loup, alors, là, hein ? Et était reparti en trottinant, le museau en l'air, balançant les hanches fièrement au côté du tatoueur. Même s'il devait avouer que sa relation avec les humains à présent étaient un peu spéciale puisqu'il était sensé faire semblant de tous les considérer comme supérieurs, ça n'empêchait pas de mettre les choses au clair avec les autres. Il préférait la hiérarchie bien définie ; et Vrass, c'était différent, on mettait ça de côté. Ils étaient en couple, ce qui était pratique ; parce que ça faisait d'eux deux loups Alpha dans une meute de deux et personne en dessus. Ah, si, Iza. Mais ils ne la voyait pas en ce moment, heureusement qu'elle avait une autre meute temporaire pour la protéger. Parce qu'ils étaient là pour ça, et qu'ils seraient bien mauvais s'il n'arrivait pas à s'occuper d'elle.
Le botaniste ronfla avec son museau et s'allongea sur la moquette moche. Autant mettre des poils dessus, ce n'était pas qu'il allait la rendre pire, peut-être même que ça allait l'arranger. Il jeta un coup d’œil au tatoueur et se remit à le fixer.
Quand est-ce qu'on rentrait à l'hôtel ? Dans longtemps ? Il avait besoin d'un peu de verdure et d'espace, là... C'était vraiment nul ici. Et de saucisse, aussi. Oui, tiens. Des saucisses comme celle de ce matin. Il commençait à avoir faim.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 08 Oct 2013, 11:11

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngPour sûr que la journée n’avait vraiment pas été passionnante, cependant, j’en avais profité pour repérer les lieux, et même si Benedikt – ou plutôt Siham – avait l’air de profondément s’ennuyer, je m’arrêtais régulièrement vers les portes de sorties de secours pour voir un peu les différentes façons de s’enfuir de cet endroit.

À un moment, j’avais d’ailleurs été interpelé par un autre membre de la sécurité qui me regardait d’un air suspicieux
« Et toi ! Qu’est-ce que tu fous ?» – je m’étais alors tourné vers lui d’un air presque blasé, comme s’il me faisait royalement chier en gros.
« Mon boulot. Je vérifie les différents moyens de pénétrer dans cet endroit afin d’évaluer les risques d’intrusion dans ces locaux. » – je sais pas, ça me paraissait logique en plus. Mais l’homme plissait les yeux avant de regarder mon badge, puis mon chien en se rendant compte qu’il n’était pas muselé, ce qui l’obligea à reculer de deux pas au cas où. Il essaya ensuite de reprendre contenance avant de se racler la gorge.
« Hum, oui bon… fais gaffe à ce que tu fais ! Quelqu’un s’est déjà introduit au quinzième étage et a posé des micros apparemment… donc on est un peu sur les dents ! »
- « C’est pas pour ça que vous avez justement embauché du personnel supplémentaire ? »
- « Si… une équipe a passé trois jours à s’assurer que tous les micros avaient été retirés… »
- « Si quelqu’un avait fait ce que je suis en train de faire, votre espion n’aurait peut être pas réussi à entrer. Il est important d’évaluer les lieux où il y a des failles de sécurité. »
- « T’es un pro toi dis donc… »
- « C’est pour ça qu’on m’a engagé. »
– dis-je sur un ton blasé. Le type me ficha alors la paix et je continuais mon inspection. Selon moi, tous les étages étaient fichus pareils, mais je savais que je ferai tout de même des plans détaillés étage par étage, au cas où. Normalement, on était là que pour assembler des preuves, mais si je pouvais en profiter pour en faire sortir quelques uns, autant agir en conséquence. Surtout que ça passait facilement inaperçu dans ce que je faisais ici.

Malgré tout, ce n’était pas cet étage qui m’intéressait. Je me rendais compte que le conduit de ventilation était assez grand pour faire passer quelqu’un, mais sans les plans détaillés du bâtiment, je ne pouvais pas savoir par où ça passait exactement.
On finissait par quitter le bâtiment, remettant mon badge à la standardiste comme convenu avant de sortir. Je gardais Benedikt en laisse jusqu’à ce qu’on retourne à l’hôtel. Seulement le temps de récupérer nos affaires, car celui-ci était trop cher et il valait mieux qu’on en prenne un plus tranquille histoire de pas se ruiner pendant la semaine.

Je ne laissais pas Beneditk reprendre sa forme tout de suite, préférant qu’on me voit entrer avec un chien plutôt que de se poser des questions par la suite, et j’arrivais à un petit motel qui acceptait les animaux, de même, ils nous proposaient une chambre en rez-de-chaussée avec jardin. Le prix ici était bien plus abordable sans aucun doute, même si seul le petit déjeuner était compris.
Pas de double lits cette fois, un seul grand ce qui nous conviendrait très bien. La salle de bain était petite, sans baignoire avec une simple douche, mais de même, ce serait suffisant. Je m’approchais du lit pour fouiller rapidement dans le sac de Benedikt et en sortir la potion de gloubi

« Allez viens boire ça… » – je le laissais basculer la tête en arrière avant de faire couler doucement le liquide dans sa gueule, il en mettait un peu partout mais ça n’avait pas d’importance. Rapidement, il commença à perdre ses poils et je souriais au moment de le voir de nouveau entièrement nu devant moi ! – « Salut beau gosse ! Alors ? » – pas besoin de lui poser réellement la question, il devait bien comprendre que je voulais savoir ce que ça faisait de se retrouver dans la peau d’un loup toute une journée !

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 08 Oct 2013, 22:49

« Eh... Ohlàlà... C'est trop bizarre de me remettre à penser comme... D'accord... Okay... »
Le botaniste secoua la tête, respira un bon coup et s'assit sur ses talons, parce que pour être honnête, il se sentait assez bête, à quatre pattes et nu au milieu de la chambre. Même si Vrass aurait peut-être une bonne blague à lancer. Benedikt se redressa et s'étira un peu, trottinant un peu incertainement jusqu'à son sac, comme si marcher sur deux pattes était un peu plus ardu qu'hier. Ça l'était. Même s'il aurait dû mal à oser l'avouer, le botaniste mis quelques minutes à retrouver son comportement habituel d'une manière naturelle. Le monde semblait tellement plus silencieux et inodore, Benedikt avait pratiquement l'impression d'avoir perdu ses sens. Pas tous, parce qu'il voyait bien plus précisément ce qu'il y a avait juste autour de lui, et ça c'était plutôt agréable, il fallait dire. Au moins, il n'avait pas besoin de se planter à trente centimètres du visage de Vrass pour le voir nettement. Et bien. La journée avait été plus qu'étrange, même s'il ne s'en était pas véritablement rendu compte sur le moment.

En tout cas Benedikt était bien content, sans doute pour la première fois, de retrouver son corps à lui et la totalité de son esprit, tout défauts et manque compris. Et puis c'était tout aussi agréable de savoir que la journée était passé sans encombre. Le botaniste était pour le coup plus rassuré qu'il n'aurait cru possible. C'était peut-être pour ça qu'il ne finit pas même de s'habiller pour se retourner sur le tatoueur et lui sauter dessus afin de l'attaquer d'une bien autre manière que celle d'un chien de garde.

* * * * * * * * * * * *

« Ah, c'est bon, maintenant on peut aller manger... » murmura Benedikt dans le ventre de tatoueur, son regard vague remontant jusqu'à ce dernier avec le sourire rêveur qui allait avoir. « J'avais besoin d'un peu d’exercice, là. »
Il s'appuya sur les mains pour glisser un peu plus haut et déposer un dernier baiser sur les lèvres du winghox.
« C'était bizarre d'être un loup, je dois avouer... J'avais l'impression que la moitié de mon cerveau avait été court-circuité pour qu'on y mette des trucs bizarres. Beurk, dire que j'ai mangé de la viande crue... et que j'ai aimé ça... J'espère que je vais pas me mettre à faire des trucs étranges à la fin de la semaine. Pour être tout à fait honnête, il a fallu de que je me retienne de te lécher la figure, tout à l'heure, au début... » Le botaniste montra un sourire un peu embarrassé et il roula sur le dos pour sortir du lit et disparaître dans la salle de bain.
Benedikt savait bien qu'il n'avait qu'à attendre quelques secondes pour voir le tatoueur le rejoindre, parce que lui aussi devait commencer à avoir les crocs et qu'il allait vouloir se laver en vitesse, aussi le botaniste attendit que l'eau de la douche se réchauffe en regardant l'encadrement de la porte de la salle de bain. Et ce fut en pensant vaguement à ces mauvaises manières et en se demandant s'il était véritablement impoli de reluquer Vrass parce que bon, c'était Vrass, il avait le droit dans un sens, non, surtout qu'il n'avait jamais paru gêné mais c'est vrai que ce n'était pas très poli et la politesse, c'était important, plutôt et... Benedikt éclata de rire tout seul.
« Eh ? Je rêve où tu m'as appelé beau gosse ? » demanda-t-il en prenant une pose comme celle des magazines de la Basse-ville, essayant d'imiter le sourire de tombeur que prenait si souvent Vrass – sur Benedikt, malheureusement, cela rendait surtout l'impression d'un chaton émerveillé, mais qui allait avoir le courage de lui dire -.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 08 Oct 2013, 23:10

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngOn aurait dit qu'il ne m'avait pas vu depuis une semaine! Et étrangement, lorsque je le vis se transformer, il me rappelait vaguement la première fois que j'avais vu un homme se transformer en chien, et reprendre quelques minutes plus tard son apparence humaine. Mon regard avait du s'assombrir un peu sur le coup avant que je ne me mette à sourire en le voyant aussi maladroit. Rien à voir avec le cabot finalement...

Il était temps de prendre une douche après un tel effort, je le laissais se faufiler hors du lit alors que mon estomac grondait d'un appétit féroce! Faut dire qu'au déjeuner, j'ai eu droit qu'à un ridicule sandwich et Benedikt à des boulettes de viande! Aussi forcément, là, j'avais envie d'un énorme hamburger ou d'une bonne pizza. Je me levais souplement pour me diriger vers la salle de bain après lui, en poussant la porte, je pouvais voir qu'il me reluquait ce qui me faisait sourire, jusqu'à c qu'il se mette à prendre des poses bizarres dans le but de se faire probablement séducteur. Je ramenais mes bras pour me tenir le ventre et éclater de rire, avant de revenir vers lui et me glisser dans la minuscule cabine de douche
«T'es beau gosse au naturel! Fais pas l'andouille!» - je le plaquais un peu contre la paroi alors que l'eau nous coulait dessus, ça faisait du bien mine de rien, l'immeuble où on a passé la journée dégage une sorte de malaise à lui seul, et sous la douche, c'est comme si ça me lavait de tout cela.

Profitant également de ça pour lui laver les cheveux et leur retirer cette odeur de chien mouillé, on finissait enfin par sortir de là, même si on aurait probablement pu se trouver quelques jeux encore, mais nos estomacs avaient cruellement besoin de se remplir, aussi j'attrapais une serviette que je lui lançais à la figure avec amusement avant d'en prendre une pour moi.
«Tu veux manger quoi? Oh! Ça me fait penser à un truc! T'as jamais mangé asiatique?» - c'est vrai que j'ai pas souvent eu l'occasion de lui faire découvrir ce genre de cuisine, surtout que ça pourrait lui plaire, ils font quand même pas mal de légumes en tout genre, des soupes, des machins wok là ou je sais pas quoi. Ils font aussi de la bonne viande en général et en plus, c'est pas cher! Donc ça pourrait être sympa!

«Y'en a pas dans les Ghettos, mais dans la Basse Ville, y'en a quelques uns! C'est l'occasion d'essayer!» - je me dirigeais vers mes affaires pour m'habiller. Un pull à ras le cou pour dissimuler mes tatouages toujours, et un pantalon noir. Je m'approchais de la glace en soupirant, me disant que j'avais du mal quand même à me faire à cette tête.
«Vivement que tout ça se termine...»

Je murmurais surtout pour moi, surtout que je n'avais pas la moindre idée de comment cela allait se terminer. Est-ce que mon simple témoignage suffirait vraiment à ce que la police vienne libérer les otages? Un type qui se fait passer pour quelqu'un d'autre afin de s'infiltrer illégalement... je ne sais pas ce que ça pourrait donner, et s'ils décident de se débarrasser des preuves au moment où la police perquisitionne? Après tout, ils sont au quinzième étage, le temps que la police monte, ils ont largement le temps de les tuer.

Je soupire en me remettant de l'eau sur le visage, lorsque j'ai accepté, c'était surtout dans l'optique de trouver un moyen de les libérer et non de laisser la police faire. Cependant, même si on y arrive, si on ne les arrête pas, ils les retrouveront, sauf si j'arrive à les convaincre de tous témoigner. Depuis le temps qu'ils ont disparu, la police les croira forcément s'ils disent avoir été enlevés?

Bref, on verra plus tard. Je faisais signe au gosse qu'on y allait, et on sortait du petit hôtel pour se diriger vers un quartier où il y avait des restaurants, on finissait donc par trouver notre bonheur et on s'installait à une table. Pour ma part, je prenais un verre de saké pour l'apéritif, rappelant à Benedikt qu'il tenait très mal l'alcool, avant de commander leur plat spécial «brochettes» avec du riz! J'allais me remplir le ventre de viande, pour sûr!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 09 Oct 2013, 02:39

Benedikt était toujours prêt à goûter des nouvelles saveurs, alors l'idée de Vrass l'enthousiasma sans surprise. Il était même plutôt très fier de se souvenir que ce qu'il y avait écrit dans certains bouquins sur la Terre qu'il avait lu et qui parlait parfois du continent asiatique. Il y avait pourtant bien des choses que le botaniste ignorait à propos de cette ancienne culture terrestre. Et dont il ne se soucia que lorsque leurs plats arrivèrent, le sien rempli de nouilles et légumes à l'air fort appétissant. Car à ce moment-là se posa soudain la question d'enfourner la nourriture en question dans sa bouche.

Le botaniste ouvrit la bouche sans que aucun son n'en sorte, jeta un coup d’œil au couple d'à côté qui mangeait tranquillement, un autre coup d’œil à la jeune femme qui mangeait tout aussi sereinement de l'autre côté, puis baissa les yeux sur sa propre table. Comment ils arrivaient à faire comme si c'était parfaitement normal ?! Benedikt leva un minois désespéré sur Vrass et lui mit ses baguettes sous le nez.
« Vrass. Pourquoi les fourchettes et les couteaux ça existe pas ici ? » couina-t-il. Flûte, il aurait dû commander de l'alcool, en fait. Il se serait peut-être senti moins stupide et ignorant. « On mangeaient avec ça, sur la Terre ?! »
Dans un sens, cela expliquerait certaines choses ; les hamburgers et les pizzas pouvaient être mangés sans couverts, après tout, non ? Coïncidence ou facilité ?

Sauf que pendant ce temps-là, Benedikt allait quand même finir par devoir manger, parce que ça allait refroidir, et qu'il avait faim, bon sang. Alors le botaniste soupire et jette un nouveau coup d’œil, cette fois observateur, à ceux qui savent comment gérer cet instrument improbable, avant d'essayer d'attraper avec ça les plus gros morceaux qui traînent dans son assiette.
Une vingtaine de minutes plus tard, il a gagné assez d'assurance pour piquer des boulettes de viande dans l'assiette de Vrass avec un sourire très fier chaque fois qu'elles atterrissent dans sa bouche sans tomber dans son assiette à lui en chemin. L'effet de la sauce de soja semble avoir pratiquement le même effet que la première fois qu'il a goûté un hamburger, et Benedikt se trémousse sur sa chaise à chaque bouchée avec un air ravi et des yeux brillants. Mais c'est pour ça qu'il est venu à la Basse-ville, non ? Pour toutes les découvertes.
Lorsque son assiette se retrouve vide – après avoir passé trois ans et demi pour récupérer chacun des derniers petits morceaux de légumes trop difficile à attraper dans le fonds de son plat -, le botaniste a presque oublié les circonstances incertaines qui les obligent à passer la semaine dans un hôtel à fureter dans les couloirs d'un bâtiment déprimant. Jusqu'à ce que son esprit divague dans des réflexions plus actuelle et sérieuse, effaçant son sourire progressivement au fur et à mesure de ses inquiètude.
« Dis, Vr... Drake, je suis en train de penser à ce que j'ai acheté à l'herboristerie la dernière fois, des bonbons qui permettent de lire dans les pensées des gens pendant cinq minutes... et... Je me dis qu'on pourrait les utiliser pour en savoir plus. Peut-être que les secrétaires ne savent pas ce qu'il se passe là-dedans... Mais certains de la sécurité, forcément. Quand ils m'ont... gardé là-bas, j'en ai vu plusieurs, et ils savaient très bien ce qu'ils faisaient. Ils avaient l'habitude, même, probablement. Et il n'y a aucune raison pour que ce ne soit pas pareil là-bas. Donc en cherchant les bonnes personnes et en leur posant les bonnes questions au bon moment, on pourrait facilement avoir pas mal d'informations qui nous serait très utile. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 09 Oct 2013, 10:25

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngC'est vrai que je n'avais même pas remarqué qu'il n'y avait pas de fourchettes pour manger, cependant vu que j'avais surtout pris des brochettes, je m'en fichais un peu puisque je pouvais les manger avec les doigts. Cependant, je fus vite ennuyé pour le riz, mais contrairement à Benedikt, je comptais voir s'ils n'avaient pas au moins une cuillère pour faire l'affaire, hors de question que je me batte comme un idiot avec deux bouts de bois.

«Je sais pas, ça semble déranger personne pourtant...» - mais finalement, ils prêtaient également des fourchettes si bien que je m'en sortais tranquillement.
Le gosse en revanche montra une sacrée dextérité pour assimiler le truc, en soit, j'aurais pu essayer aussi, je suis assez habile de mes mains, mais la flemme. Après la journée passée, j'en avais pas envie.

Le repas terminé, je poussais un soupire de soulagement en me tenant le ventre alors qu'il bataillait avec quelques légumes, puis il me parla d'un petit plan pour pouvoir obtenir certaines informations, et je venais hocher de la tête pour approuver
«Très bonne idée... mais il faudra le faire lorsqu'on sera au quinzième étage, c'est là qu'on pourra prendre le plus de renseignements. Donc après-demain»
Je venais boire une gorgée d'eau avant de me lever, je n'avais pas trop envie de parler de ça dans un restaurant. On ne connait pas tous les membres du personnel, rien ne dit qu'il n'y en a pas un dans le coin

«Viens, on rentre. On parlera de ça plus tard.»
Je lui faisais un simple hochement de tête avant qu'on ne quitte les lieux après avoir payé. L'hôtel n'était pas très loin, les mains dans les poches, je regardais ce ciel légèrement orangé, les Ghettos me manquaient déjà.

Une fois à l'hôtel, je me jetais sur le lit, ne retirant même pas mes chaussures, je me sentais crevé en fait, et je savais que je n'allais pas faire long feu.
«J'arrive pas à savoir si c'est vraiment une bonne idée ce qu'on fait...» - je roulais sur le côté pour caler ma tête dans ma main après avoir enfoncé mon coude dans le matelas, regardant le gosse s'affairer et gigoter comme à son habitude dans la pièce - «ces types ont l'air de savoir ce qu'ils font, j'ai peur que même si on arrive à sortir ces gens de là, ils trouvent un moyen de les récupérer tôt ou tard...»

Oui, au fond, c'était ça le problème, non?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 09 Oct 2013, 15:56

Le botaniste se figea, à moitié déshabillé – inutile de dormir en pyjama quand il se transformera en bestiole pendant la nuit – et se retourna sur Vrass.
« Tu... Tu es en train de dire qu'on devrais arrêter ? Et rentrer à la maison ? » demanda-t-il en se mordant la lèvre, hésitant. Benedikt alla s’asseoir sur le lit en tailleur avant de continuer. « Écoute, je... Je ne suis pas sûr de mon coup non plus mais maintenant, on est là-dedans, non ? Si on essaye pas de les sortir de là, il n'y aura personne pour le faire. On ne peut les laisser comme ça. En tout cas, moi je ne peux pas. Je n'ai disparu que trois jours alors je ne sais même pas ce que ça peut pouvoir être pour eux, et... »
Le botaniste soupira et finit par enlever le reste de ses vêtements pour se glisser sous les couvertures. « On peut au moins essayer. Je sais qu'il reçoivent de l'aide de l'état Altante de toutes manières mais ils cachent certaines choses, je le sais. Et si cette saleté journaliste publie un article, peut-être que les gens réagiront ? Je ne veux pas qu'ils continuent comme si de rien n'était, Vrass, c'est... c'est... injuste ! »
Benedikt soupira rageusement, le nez froncé devant la dure cruauté de l'existence. Malgré les nombreux événements tout au long de sa vie qui aurait dû l'y habituer, le botaniste semblait toujours aussi scandalisé et incapable de comprendre.

« J'aurais peut-être dû tuer ce Parsons quand j'en avais l'occasion. » chuchota-t-il soudain après quelques minutes de silence, gigotant avec embarras. « Il l'aurait... mérité... j'imagine et... peut-être que... les assistants de Bellevue... ne serait pas là-bas... »
Mais le botaniste à beau chercher une manière intelligente de finir sa phrase, il savait bien qu'il n'aurait jamais eu le courage d'appuyer sur la gâchette du revolver à ce moment-là. Ni probablement à un autre moment. Il se posait déjà trop de question en temps normal, et Benedikt n'était pas quelqu'un avec une volonté de fer et un esprit résolu. Il n'était que rarement sûr d'avoir raison et son assurance avait rapidement des limites.
Et puis son éducation à l'orphelinat avait ancré avec sûreté deux seules principes immuables ; la politesse n'est pas une option, et hors de question de faire du mal à quelqu'un d'autre mal, même si celui-ci l'a cherché. Bien sûr, à l'époque, la dernière interdiction était aussi une tentative de stopper les incessantes bagarres qu'avait Benedikt avec certains autre gamins de St Bart, mais elle était resté sous cette forme jusqu'à maintenant.
Et si Benedikt avait bien moins de scrupules à mettre son poing dans le nez de quelqu'un insupportable, l'apprentissage de la vie aidant, tuer quelqu'un, volontairement, de plus, était une autre affaire.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 09 Oct 2013, 16:20

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngNon, évidemment que je ne pensais pas à renoncer, juste que selon moi, il valait mieux avoir un plan un peu plus sûr pour la suite des évènements. Je venais sourire avant de m’approcher de lui, passant ma main derrière sa nuque pour le rapprocher de moi.
« Bien sur que non je ne veux pas renoncer… je dis juste qu’il n’y a pas que nous à prendre en compte. Libérer ces pauvres bougres ne garantira pas leur sécurité après… cependant… c’est vrai qu’avec l’article de la journaliste, ça risque de causer un sacré problème à la société qui aura plutôt intérêt à se tenir à carreau à l’avenir… » – et cela permettrait peut être aux policiers de leur offrir une nouvelle vie aussi. J’ai entendu dire que cela se faisait, on offre un nouveau nom, une nouvelle adresse et on leur trouve un travail pour qu’on ne les retrouve pas. Au mieux, on essaie de les installer en Païlandune si ça leur dit la vie à la campagne.

Je le rapproche de moi en déposant un baiser dans ses cheveux avant de l’entendre raconter une ânerie plus grosse que la tête de la journaliste et je viens lui pincer légèrement la nuque en fronçant les sourcils
« Ne pense jamais à ce genre de choses… tu n’as pas à prendre la vie de qui que ce soit… » – évidemment, d’une certaine manière, je sous-entendais que moi je pouvais, mais je préférais éviter de le dire à voix haute.

« Allez, on verra bien de toute manière. On ferait mieux de se coucher, la journée de demain risque d’être aussi chiante que celle d’aujourd’hui, ça deviendra intéressant à partir d’après-demain. » – je me tournais de manière à éteindre la lampe de chevet avant de me glisser dans les draps et de refermer mes bras autour de lui. J’en profitais pour le moment car je savais déjà que demain matin, je serais réveillé par une langue râpeuse sur le visage !

D’ailleurs, ça ne loupa pas. Je n’avais même pas besoin d’être réveillé par le mec de l’accueil, comme hier, Benedikt semblait tout foufou à l’idée de cette nouvelle journée. Évidemment, il serait probablement moins enthousiaste une fois sur place, il faut dire qu’il devait s’ennuyer un peu là bas à ne faire que marcher gentiment à côté de moi. Enfin, je me préparais avant de me diriger vers la salle à manger pour le petit déjeuner, cette fois-ci, pas de légumes, je demandais directement un plat de viande et de charcuterie pour lui, et moi un truc classique avec du café et des tartines – bizarrement, j’avais pas envie de manger salé ce matin.

La journée n’avait rien eu de bien intéressant comme je l’avais supposé. Les étages 5 à 10 ne comptaient que des bureaux pour de la paperasse, cependant, j’avais appris un truc, c’est qu’ils avaient une aile au seizième étage consacrée à des études sur des animaux : lapins, rats, et malheureusement aussi, chiens et chats. L’idée qu’il puisse y avoir des morphes là dedans me traversa l’esprit juste une seconde avant que je ne me souvienne que les plus petits morphes devaient généralement avoir la taille d’un berger allemand, aussi je m’étais rassuré tout seul en me disant que ce devait être de vrais animaux. Et heureusement, pas d’insectes sinon Benedikt – alias Siham – aurait pêté un câble.
« Drake ? Tu as le permis de conduire ? » – me demanda la standardiste au moment où j’allais partir à la fin de la journée
- « Oui pourquoi ? » – en réalité, je ne l’ai pas, mais je sais conduire. La journaliste n’aura probablement pas de mal à me faire faire un faux permis si besoin
- « On doit conduire des animaux dans une clinique vétérinaire dans deux jours, il doit y en avoir une bonne vingtaine, tu sais, ce sont ceux du seizième étage.. »
- « Oui, et ? »
- « Et bien, il n’y a pas grand monde qui sait conduire parmi les gens du service, ça t’ennuierait de les y conduire ? La camionnette t’attendra en bas, y’a le GPS dessus pour trouver le chemin de la clinique, ça devrait pas être trop compliqué ? »


C’est alors qu’une idée germa dans ma tête, et je venais hausser des épaules pour ne pas montrer une certaine excitation
« Pas de problème, ça me changera de la marche à pied… allez j’y vais, on en reparle demain »
- « D’accord, tu penseras à m’amener ton permis de conduire ? »
- « Faut que je le retrouve, je peux te l’apporter plutôt après-demain ? Là je vais avoir la flemme de le chercher… »
- « D’accord, mais il me le faudra vraiment avant que tu ne prennes la camionnette hein ? »
- « Tu l’auras… promis. »
– je lui faisais un petit salut de la main avant de tourner les talons. Il fallait qu’on se dépêche de rentrer pour que je puisse parler de mon idée à Benedikt, mais d’abord, il fallait qu’on repasse chez la journaliste, et je préférais qu’il reste en loup, ça lui éviterait d’avoir à pester après elle.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 09 Oct 2013, 21:10

Benedikt gronda intérieurement pendant tout le temps qu'ils passèrent dans le bureau de la journaliste, fixant ses yeux bleus sur elle avec tellement de persistance qu'il semblait sur le point de lui sauter dessus et la mordre à n'importe quelle seconde. C'était le cas ; si Benedikt avait assez de retenue pour ne pas l'étrangler dès qu'il la voyait, sa moitié de loup se mettait elle à grogner dès que la jeune femme s'approchait un peu trop du tatoueur. Et même si elle fit quelques plaisanteries à base de bon toutou, elle renonça rapidement à se placer trop près de Vrass, parce que le loup était assez menaçant pour déranger leur discussion. Après tout, ce n'était pas très intelligent de finir à l'hôpital pour quelques points de suture juste pour le plaisir de faire enrager un botaniste à fourrure.

Le reste de cette fin d'après-midi là se passa sans incident, à la seule différence que Benedikt s’inquiétait cette fois d'autre chose, mais il n'en parla pas au tatoueur, bien conscient que cela ne servirait à rien en plus d'avoir un peu honte de lui-même.
Il y a des dizaines et des dizaines de gens qui conduisent et vont en voiture d'un point à un autre sans aucun soucis chaque jour, tenta de se raisonner le botaniste qui soupira dans le vide encore une fois, trottinant à côté du tatoueur pour aller manger. Même s'il avait été surpris d'entendre Vrass accepter la demande de la standardiste, il s'était rappelé vaguement être au courant de ce détail au détour d'une conversation qu'il avait eu. Oui, le tatoueur savait conduire, alors tout allait bien. Cela n'aidait pourtant pas Benedikt à se rassurer ; une camionnette lui semblait encore plus dangereux qu'une simple voiture, et outre le fait qu'il allait lui falloir bien du courage pour monter la-dedans, il aurait encore plus de mal à laisser le tatoueur faire la même chose.

Le botaniste venait à peine de se transformer à nouveau et resserra ses bras croisés pour empêcher le vent refroidir encore plus. Mine de rien, la fourrure était bien utile, parfois.
« On vas vraiment conduire ces pauvres animaux là-bas ? » demanda-t-il soudain à Vrass alors qu'il arrivait devant la devanture du fast-food où il avait décidé de manger. « On ne pourrait pas les libérer quelque part ? »

Il se laissa tomber sur une chaise et se détendit un peu dans la chaleur de l'endroit, malgré ses sourcils toujours aussi froncés. Sa propre mauvaise humeur l'agaçait, Benedikt n'avait plus l'habitude d'être aussi stressé, énervé, ou ennuyé constamment. Il était rare que le botaniste n'oublie pas ses ennuis et n'arrive pas à se changer les idées, et l'impression d'obliger le tatoueur a faire des efforts pour le supporter l'agaçait encore plus, dans un cercle vicieux parfaitement idiot. Son regard navigua sur la carte des hamburgers sans qu'il ne la lise vraiment, et il leva les yeux sur Vrass.
« Tu crois que certains sont des morphes ? Dans ceux qu'on va emmener ? Peut-être qu'ils le sont tous... Je me demande ce que cette clinique est sensé leur faire... »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 09 Oct 2013, 22:27

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngJ'aurais du m'y attendre que le gosse cherche à sauver lapins et rats. Je soupirais en commandant mon habituel double burger avec frites et soda avant de me tourner vers lui, un sourire un peu triste sur les lèvres
«J'y ai pensé aussi, les morphes ne peuvent pas être des créatures plus petites qu'un humain, il me semble que la moyenne de poids est toujours dans les cinquante kilos... tu ne verras jamais de morphes chats, ou rats... c'est trop petit pour l'organisme d'un humain...» - je sais plus qui m'avait dit ça, je crois que c'était une nana scientifique qui les étudiait justement. Je préfère éviter de faire cette précision, s'agirait pas qu'il sache ce que certains peuvent faire aux morphes pour les étudier.

«Cependant, si j'ai accepté, c'est parce que j'ai une idée... la sève de morphe de Sayah, je ne sais pas si tu connais?» - je me penchais légèrement vers lui pour parler à voix basse, histoire qu'on ne nous entende pas - «contrairement aux morphes justement, cette sève transforme un être humain en une toute petite bestiole, toujours un mammifère.. lapin, furet, chat... si l'on sait combien il y a exactement d'otages... et qu'on arrive à leur en faire boire...»

Était-il vraiment nécessaire que je termine ma phrase? Si on arrive à les transformer en petits animaux et à la mélanger avec ceux qu'on doit conduire à la clinique, on pourra simplement s'enfuir avec la camionnette, et si ça lui chante, libérer autant les petits lapins que les otages.

On apportait nos hamburgers et je commençais par siroter mon verre à la paille avant de réfléchir quelques secondes et soupirer en le posant
«Le problème, c'est qu'il est possible que quelqu'un de la société monte avec nous. La standardiste me l'a pas précisé, mais ce serait pas impossible...» - ce qui implique donc qu'il faudrait aussi s'en débarrasser. Il existe plusieurs articles de l'herboristerie qui pourraient éventuellement endormir ou paralyser quelqu'un... là par contre, c'était Benedikt le pro.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 10 Oct 2013, 00:13

« Oh... C'est super, comme idée ! »
Le visage du botaniste s'éclaira un peu. « Ce serait super discret, en plus ! Et après, il serait facile d’appeler la police pour qu'ils les récupèrent en lieu sûr ! »
Benedikt fourra quelques frites dans sa bouche et réfléchit un instant. Ils trouvaient les otages, leurs expliquait leur plan, repartaient avec leur petite cargaison de bestioles et filaient... dans les ghettos, par exemple, ce n'était pas une bonne idée de conduire là-bas, il était bien placé pour le savoir, mais il serait facile de trouver un vieux bâtiment abandonné où cacher la fourgonnette juste aux bordures de la Basse-ville. Là-bas, ils pourraient attendre tranquillement la police ou qui que ce soit. Vrass interrompu pourtant ses réflexions en précisant qu'il se pourrait très bien que quelqu'un les accompagne et le botaniste posa son menton dans la paume de sa main en croquant une autre frite.

« D'accord, ça, je m'en occuperais. Tu sera occupé à conduire, moi je me transformerais à l'arrière et je vais acheter des boutons de Cimaille à l'herboristerie demain matin, il faudra qu'on passe de toutes manières dans une boutique de Sayah pour la sève de morphe. Enfin, la Cimaille, ça endort immédiatement. Ça devrait être facile, il - ou elle - ne s'y attendrais pas puisque je serais en loup depuis le début. »
Benedikt repassa l'histoire dans sa tête plusieurs fois, oui, si tout allait bien, ça marcherait parfaitement et il n'y avait probablement pas de meilleure manière de faire la chose.
« Oh, mais il va falloir que tu fasse attention en récupérant les otages... Je ne veux pas être vexant mais tu peux être facilement effrayant, ils vont probablement avoir peur de toi, et moi je ne peux pas me transformer avant qu'on quitte le bâtiment. Je veux dire... Tu est un winghox et en plus tu aura l'air d'appartenir à la sécurité. Ils utilisent des gens de la sécurité pour nous, enfin, les faire parler. Ils vont probablement avoir un peu de mal à te faire confiance au début. »

Le botaniste fouilla ses souvenirs. Il ne fréquentait pas les autres assistants à l'époque, ils ne travaillaient que très rarement ensembles, mais ils en avait croisé ou discuté rapidement avec la plupart au moins une fois.
« En plus, ils sont normalement tous très jeunes, les assistants de Bellevue. Je crois que j'étais le plus vieux d'entre eux, même si je n'en n'avais pas l'air. Ils sont là pour faire des trucs basiques alors ils ne prennent pas de gens avec de l'expérience, et je crois aussi que ça leur permettait d'éviter que des espions des laboratoires et d'ailleurs viennent fourrer le nez dans leurs affaires. Dans les dossiers que j'ai lu dans le bureau de Parsons, il y avait des rapports qui montraient qu'ils avaient vraiment du mal à réussi à obtenir des informations venant des jardins. Oh, ben, c'est bien pour ça qu'ils sont obligé de faire des trucs stupides comme enlever des gens, tiens... » Benedikt soupira et se cala au fond de sa chaise.
« Par contre, ça va être plus difficile de trouver l'endroit exact où ils sont et... surtout d'y rentrer. Je suis en train d'y penser. Dans leurs anciens bureaux, ils avaient ces serrures insupportables qui répondent aux empreintes digitales. Ici, il n'y a pas l'air d'en avoir des pareilles, enfin je n'en ai pas vu, mais au cas où... De toutes manières, ils ne les ait sûrement pas laissé derrière une porte que je pourrais forcer facilement. Oh.... et puis je serais encore en loup, je pourrais pas. À moins qu'ils aient pris soin de faire en sorte que les assistants puissent ne rien faire d'une manière ou d'un autre, je ne sais pas... »
Le botaniste mordit dans son hamburger et fronça les sourcils. En vérité, ce n'était peut-être pas si facile que ça en avait l'air... Flûte, et puis il s'était encore mis à blablater sans fin. Benedikt avait toujours tendance à devenir un moulin à parole encore plus efficace quand il était stressé.
« Ah, désolé, je parle trop... » s'excusa auprès du tatoueur, les yeux baissé sur sa nourriture qu'il avait du mal à finir.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 10 Oct 2013, 10:32

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngPetit à petit, on commençait à échafauder un plan, cependant, je jugeais que ce fast-food n’était pas le meilleur endroit pour en parler, si bien que je laissais Benedikt raconter d’abord sa version avant de hocher de la tête et lui faire signe qu’il était temps d’y aller. Une fois dehors, je mettais mes mains dans mes poches pour regarder le ciel et prendre la direction de l’hôtel.

« Je vais avoir mon permis demain soir. On en profitera pour faire tous les achats dont on aura besoin d’ici là… il faut que je fasse un repérage de toute façon dans les étages, je pense qu’il vaudrait mieux créer un petit instant de panique en relâchant quelques animaux dans les étages pour que les otages puissent se confondre avec eux pendant la pagaille… » – il faudrait alors que je convainc les otages de mettre quelque chose sur eux qui nous permettent de les reconnaître, leur donner un collier par exemple. Si ce sont des jeunes, ils vont avoir un cou assez fin, il faudrait un truc élastique pour que ça tienne encore une fois transformés en lapins ou autres.

On arrivait à l’hôtel et je fermais la porte de la chambre avant de m’asseoir sur le lit.
« Je vais acheter de la bombe de peinture. Une fois qu’on sera parti avec la camionnette et qu’on aura endormi notre éventuel accompagnateur, je m’arrêterai dans une petite ruelle pour la repeindre, comme ça, s’ils envoient quelqu’un à notre recherche, ils auront plus de mal à nous retrouver.. ça devrait à peine me prendre cinq minutes pour faire un motif à la con. » – je retirais mes chaussures avant de me débarrasser progressivement de chacun de mes vêtements – « Il va falloir trouver un endroit sûr où les cacher, mais je pense que je vais carrément demander à la journaliste de nous prévoir un local dans ses bureaux, après tout, c’est elle qui a besoin de leur témoignage, une fois qu’ils auront repris leur apparence, elle pourra biiiien leur mettre en avant que c’est grace à elle s’ils sont libres et elle obtiendra tout ce dont elle aura besoin pour son article. Ensuite, on pourra prévenir la police » – quant aux autres animaux, allez savoir, on pourra les emmener quelque part, dans un parc ou un truc comme ça, je m’en fous personnellement mais je sais que pour Benedikt ce sera autre chose.

« Dommage que je ne connaisse personne au sein de la police. J’aurais préféré avoir quelqu’un en qui j’ai un minimum confiance pour cette affaire, on ne peut pas savoir s’ils se sont pas mis quelques flics dans les poches. Faut pas oublier aussi que je vais garder cette apparence entre quatre jours, il va falloir que je me cache pendant ce temps. » – ou alors que j’achète ce fameux peigne qui change de couleur de cheveux, ça posera encore problème pour mes yeux, mais bon tant pis. De toute manière, je me changerai aussi, en me baladant dans un autre look avec mes tatouages déjà, je risque moins d’être reconnu. Enfin je me tournais vers le gosse pour voir ce qu’il en pensait déjà,

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 10 Oct 2013, 19:52

Benedikt tapota distraitement le verre en plastique où il était en train de siroter du soda. Quelqu'un dans la police... Le botaniste connaissait quelqu'un dans la police. Le tout était de savoir si ça valait la peine de révéler ce détails maintenant quand il l'avait plus ou moins caché au tatoueur de peur que celui-ci grogne de jalousie.
« Je... Je connais quelqu'un, moi. Viktor Zacharia Kobalt. Tu... tu l'as vu plusieurs fois. J'ai travaillé pour lui la dernière fois en rangeant son bureau et on a pas mal discuté. Il m'a dit que si un jour, j'avais besoin d'un service, je pouvais lui demander. Ce... Ce serait le moment, non ? »

Le botaniste mordilla sa paille misérablement, un regard penaud en attendant la réaction de Vrass. Le winghox n'aimait pas du tout les gens de la police et Viktor n'était pas vraiment le genre de personne à avoir un caractère pouvait s'accorder avec celui du tatoueur. Mais bon, ce n'était pas comme s'il avait fait quelque chose de mal, non ? Il avait simplement travaillé et déjeuné avec lui. Il avait apprécié cette journée, le lieutenant lui avait appris beaucoup de chose et il n'était pas plus mauvais qu'un autre, voir possédait un bon sens de la justice. Probablement qu'il accepterait de les aider pour une bonne cause comme celle-ci. Surtout qu'il était bien au courant de l'innocence crasse de Benedikt et de son incapacité à mentir. Il ne risquerait pas de se poser des questions sur la légitimité de la demande.
« Je lui fais confiance pour nous aider, je suis sûr qu'il n'a rien à voir avec les laboratoires. Il a eu des problèmes avec eux aussi. »

Ils avaient déjà fini de manger et alors qu'ils ressortaient dans la fraîcheur du soir après avoir payé, Benedikt sautilla jusqu'au tatoueur pour l'enlacer pendant qu'ils marchaient jusqu'à l'hôtel, partiellement parce qu'il pouvait profiter de sa chaleur corporelle comme ça, partiellement parce qu'il voulait être sûr que Vrass ne lui en voulait pas. Ce n'avait pas été vraiment un mensonge, non, de ne pas en parler ? Peut-être un mensonge par omission, mais... Ça n'avait pas vraiment d'importance.
« Mais... Je pense qu'on a à peu près tout les détails de notre plan décidé, non ? C'est déjà ça. Il faudra demain qu'on vérifie que l'on a rien oublié, et qu'on passe dans quelques boutiques de Sayah... Peut-être qu'il a quelques chose contre les serrures récalcitrantes ? Mais je peux essayer de t'apprendre comment faire les sauter si tu veux. J'ai juste un peu peur que tu manques d’entraînement... »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 10 Oct 2013, 21:35

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngJe me souvenais de ce Viktor, c'était le gars qui avait pris ma déposition lorsque je m'étais rendu pour délit de fuite et bagarre dans un bar. Je n'avais pas désiré m'enfuir ni causer de problème, c'était à cause d'un autre gars que je m'étais retrouvé dans cette situation, et c'est d'ailleurs ce jour là que j'avais rencontré Benedikt...

Cependant, contrairement à ce qu'il pouvait penser, je n'étais pas jaloux. Honnêtement, je ne pourrais jamais imaginer ce Viktor avoir des vues sur Benedikt, c'est clairement le genre de mec où tu te demandes même si le mot «vie sexuelle» fait partie de son vocabulaire. Le genre de gars patibulaire et accro à son boulot, si bien que j'aurais du mal à croire qu'il ait une fille.
«C'est vrai qu'il avait l'air honnête. C'est le genre de gars qui fait ce boulot par vocation, je pense qu'il se fiche du salaire ou de la gloire, il veut juste être flic... et c'est le genre de flic qu'on a pas envie de faire chier, c'est exactement le gars qu'il nous faudrait...»

Il était temps de retourner à notre hôtel, le gosse me sautait presque dessus et je pouffais de rire avant de passer mon bras autour de ses épaules. Il faut croire qu'il s'attendait à une crise de jalousie, mais avec moi des fois, faut pas chercher à comprendre. Je n'arrive pas à imaginer ce type comme un rival potentiel, mais peut être parce que j'ai le flair pour savoir si Benedikt peut être le genre de quelqu'un ou non. En fait, ce n'est pas forcément les gens qui pourraient lui plaire qui m'ennuient, mais ceux à qui il plait, et il était évident pour moi qu'il ne pouvait être le genre de ce Kobalt.

Une fois dans la chambre d'hôtel, je m'installais sur le lit, retirant mes chaussures et mes vêtements avant de me glisser sous le drap, de son côté, le gosse fignolait un peu les détails, et je venais hocher de la tête pour approuver
«On n'aura qu'une seule chance... demain, il faut que je fasse du repérage et que j'arrive d'une manière ou d'une autre à communiquer avec les otages pour leur expliquer que je suis là pour les aider... et après demain, il faudra trouver un moyen de leur faire boire de la sève de morphe au moment même où on fera s'échapper les autres animaux... on risque d'avoir un timing très serré.» - et ça risque d'être un peu le bordel et la panique, mais d'un autre côté, c'est justement la panique qui pourra nous aider à nous en sortir. Il faut juste espérer qu'on s'en sortira entier. Je ne me fais pas de souci pour Benedikt, tant qu'il se tient bien sous sa forme de loup et qu'il n'essaie pas d'attaquer quelqu'un, on ne lui fera rien, moi par contre, je risque de me faire tirer dessus si on me repère, et on ne me laissera pas monter dans la camionnette. Je vais devoir faire gaffe à bien avoir l'air aussi perdu que les autres pour qu'on ne me suspecte pas.

«Allez viens...» - je l'incitais à venir contre moi avant de refermer mes bras autour de lui, sachant très bien que demain matin, j'allais avoir un loup dans les bras à la place.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 11 Oct 2013, 14:59

Benedikt alla se blottir contre le tatoueur en soupirant – ça commençait à devenir une habitude, là -.
« Tu ne me rassures pas vraiment... » souffla-t-il, mais Vrass avait raison, il allait falloir qu'ils s’arrangent précisément pour ne pas faire de bêtises. Surtout qu'au final, le botaniste s'aperçut qu'il n'aurait que la possibilité de faire peu de choses, et qu'il allait devoir faire attention à ne pas bêtement perdre le fil des événements parce que sa capacité de concentration et de compréhension était parfois sérieusement compromise. Même s'il commençait à mieux gérer ça avec l'habitude...
« Enfin. Il faudra qu'on mette tout ça définitivement en place demain. »
Le botaniste quémanda un dernier baiser de bonne nuit et tenta de trouver le sommeil le plus vite possible, comme demain serait une nouvelle journée où ils se lèveraient bien tôt.

* * * * * * * * * * * *

http://i56.servimg.com/u/f56/12/38/17/29/benelo10.pngEt ainsi, tôt le lendemain, Vrass Rannveig eut le plaisir de se faire réveiller pour la troisième fois par une langue de trois mètres de long, une truffe humide et des couinements qui voulaient parfaitement dire j'ai faim, nourris-moi.
Pourtant, malgré l'enthousiasme incompréhensible qui faisait gigoter le botaniste plein de poils chaque matin, il se retrouva à nouveau à s'ennuyer comme un loup mort dans les couloirs tout gris des bureaux qui n'en finissaient pas. Du moins pendant la matinée.
En début d'après-midi, Benedikt fit une découverte beaucoup plus importante sous la forme de nouvelles odeurs qui l'incitèrent à échapper à la poigne de Vrass pour aller renifler une porte un peu plus long. Ça sentait un poil la terre et les fleurs, pas mal la peur, et il y avait décidément trop d'odeurs humaines là-dedans qui ne ressemblaient pas à celles des employés. Le botaniste tendit les deux oreilles quelques secondes pour tenter d'entendre ce qui se passait derrière, mais les bruits étaient trop étouffés quand pourtant, ils pouvaient toujours écouter ce qui se passait dans les bureaux d'habitude.

Le loup glapit devant la porte et gigota, ne prêtant aucune attention à l'homme qui passait à côté de lui en fronçant les sourcils ; Benedikt n'avait qu'en tête d'attirer celle de Vrass de l'autre côté du couloir. Ce qui n'était pas très intelligent parce que l'employé ramassa le bout de la laisse et tira violemment dessus pour l'éloigner avant de la donner au tatoueur avec un air désapprobateur. Le botaniste résista un peu et pensa à grogner sur cet inconnu pour le remettre à sa place, et puis se laissa traîner plus loin en se rappelant des consignes de Vrass.
« Tenez mieux votre chien. » grommela l'homme à l'attention de ce dernier avant de leur jeter un dernier coup d’œil et disparaître aux étages supérieurs.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 11 Oct 2013, 15:18

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngJe commençais presque à m'habituer à être réveillé par Benedikt sous sa forme de loup, m'enfin il me tardait tout de même que l'on reprenne nos habitudes et qu'on soit surtout en sécurité chez nous, car plus l'instant du sauvetage approchait, et plus je sentais une boule au creux de mon estomac.

C'était le grand jour, il fallait qu'on visite les étages qui nous intéressaient vraiment, et il fallait donc que je sois des plus attentifs aujourd'hui.
Cependant, alors que l'on arpentait les différents couloirs de l'étage, je ne voyais rien de particulièrement différent, si bien que j'en étais à me demander si on ne s'était pas trompé, et si ce n'était pas encore plus haut. Jusqu'à ce que Benedikt m'échappe et que je fronce des sourcils en me dirigeant vers lui
«Siham! Au pied!» - mais je n'avais pas eu le temps de revenir vers lui qu'un homme passait en fronçant les sourcils pour tendre la laisse, et je venais m'incliner légèrement pour m'excuser - «cela ne se reproduira plus» - j'avais cependant compris que le couloir où il avait tenté d'aller était celui où se trouvaient les otages, mais avec cet homme, je ne pouvais me permettre de faire le moindre faux pas, aussi je commençais à tracer mon aller tout droit, et l'homme me regarda passer d'un air surpris

«Tu ne t'interroges pas sur la raison pour laquelle ton chien a réagi?» - je me tournais alors vers lui d'un air las
- «Non. Mon travail consiste à faire des patrouilles de sécurité, pas à pister si quelqu'un a mangé un steak récemment. S'il s'était s'agit de quelque chose de dangereux, Siham aurait grondé et aurait même probablement défoncé la porte.»
- «Je vois... t'es pas un curieux toi...»
- «La curiosité est le pire ennemi de mon travail.»
- je commençais à tourner les talons avant qu'il ne me court après et me passe devant
- «Hey attends.. t'es le nouveau non?»
- «Ça dépend de ce que tu appelles nouveau. Je suis là depuis maintenant trois jours.»
- «oui c'est ça, le winghox qui a tapé dans l'œil de la standardiste...»
- tiens donc? Je levais les yeux au ciel de dépit - «dis donc... tu pourrais peut être nous aider.» - je venais froncer les sourcils avant de reculer d'un pas
- «Pourquoi faire?»
- «Voilà... tu vois, on a des petits jeunes qui travaillaient dans une serre qui a explosé y'a plusieurs semaines.. on essaie vainement de les interroger pour savoir ce qu'il s'est passé, mais ils veulent rien dire»
- et en quoi ça me concerne?
- «Ils ne savent peut être rien, tout simplement...»
- «Oh si, on sait qu'ils savent forcément quelque chose, le moindre petit indice sur l'explosion, on aimerait au moins savoir les emplois du temps des gens avec qui ils bossaient, mais même ça ils veulent pas le dire! Ils sont persuadés qu'on les a enlevés et qu'on va les tuer s'ils parlent!»
- on se demande pourquoi ils ont une telle idée tiens
- «Vous n'avez pas essayé des drogues comme des élixirs de vérité?» - l'homme recula alors, agitant ses mains devant moi d'un air paniqué
- «m.. mais non! On ne leur veut pas de mal! Ils sont bien logés et nourris et tout! Si on les drogue, la police pourra le détecter et on aura des problèmes!» - je vois, c'est donc ça la version officielle? Ça va donc être encore plus difficile de prouver qu'ils ont été enlevés pour de bon... - «donc je me disais... toi ils te connaissent pas, t'as l'air sympa et tout, y'a même deux filles parmi les stagiaires, je suis sur que tu les ferais craquer! Et ton chien est superbe, tu sais, le truc du bon gros toutou qui fait des léchouilles et tout, s'il le faut à toi, ils voudront bien dire des trucs! T'as pas à les interroger à proprement parler, essaie juste de les faire parler de tout et de rien?»
- «Siham n'est pas un caniche, il ne fait pas de léchouilles sur commande!»
- «oui bon tu peux au moins faire en sorte qu'il les bouffe pas non?»
- bon, c'est clair que Benedikt n'aura aucun mal à jouer les bons gros toutous... je soupirais en baissant les yeux
- «C'est pas mon boulot, je suis pas payé pour ça... et puis, leurs chambres là, y'a des caméras ou des micros pour que vous puissiez entendre?»
- «Non, seulement des caméras quand même pour les surveiller.»
- «Je doute qu'ils soient cons, ils vont bien savoir que je travaille pour vous et que je veux juste les interroger...»
- « Débrouille toi, raconte leur un bobard, que tu peux les faire sortir d'ici, ce que tu veux, mais essaie au moins! On a réussi à rien pour le moment alors bon...»


Voilà qui devenait intéressant. Je pourrais au moins leur dire simplement de porter demain un collier rouge que je leur donnerai et de boire une fiole que je leur donnerai... ça valait le coup d'essayer là...
«Le problème c'est que demain je dois m'occuper des animaux aussi! Si je dois gagner leur confiance, il faudra que je vienne plusieurs jours de suite...»
- «Bonne idée! Tu essaies aujourd'hui, puis tu repasseras demain avant la livraison! Je vais m'occuper de ton planning t'en fais pas!»


Et le voilà parti. Je me tournais donc vers la porte du fameux couloir avant de baisser les yeux vers Benedikt
«Bon, t'as compris Siham? Tu dois être un bon toutou...» - c'est parti, première phase du plan en marche.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 11 Oct 2013, 20:58

Désolé, c'est court, mais là, je n'ai pas beaucoup de marge de manœuvre. ^^

http://i56.servimg.com/u/f56/12/38/17/29/benelo10.pngLe botaniste jeta un air déçu à Vrass. Non mais... Il était toujours un bon toutou ! Il obéissait toujours et se comportait comme un bon chien alors que c'était un loup ! La bestiole ronfla bruyamment et glapit brièvement, ses yeux fixé dans ceux du tatoueur. Mais fierté mise à part, il avait raison et Benedikt resta aussi calme qu'il pouvait jusqu'à ce que Vrass entre dans la pièce où ils étaient trouver précisément ce qu'il cherchait.

Benedikt resta un instant planté dans l'encadrement de la porte, les oreilles baissées parce qu'il était plutôt contrarié de ne pas pouvoir parler à ce moment-là. Puis s'approcha doucement de la première personne à sa porté, qui le regarda trente secondes avec un visage fermé avant de reculer. Un gamin derrière elle qui devait pas avoir à peine 19 ans et arborait une impressionnante tignasse blonde, murmura « Laissez-nous tranquille... ». Le botaniste le reconnaissait, il lui avait parlé une ou deux fois mais son prénom lui échappait, même avec une bonne mémoire. Qu'est-ce que c'était, déjà ? Arthur ? Alan ? Oh, mais peu importe, finalement. Il ne pouvait pas parler et c'était Vrass qui allait devoir le faire. La seule chose qu'il pouvait, c'est essayer de lui faciliter la chose.
Il posa sa tête sur les genoux du jeune homme et resta là à la regarder, couinant doucement jusqu'à ce qu'il lève un drôle de regard sur lui mais qu'il commence à le caresser.

Oh, par Alrik. En fait, c'était super, les caresses. Le botaniste lécha les mains talentueuses et glapit joyeusement avant d'aller quémander d'autres paires de mains pour d'autres caresses, et une des filles assise par terre, ses genoux ramenés contre elle, fronça les sourcils en le grattant derrière les oreilles.
« On dirait un loup, ce chien... » fit-elle remarquer même si elle semblait ne parler à qu'elle-même. De toutes manières, toutes les assistants présents faisaient particulièrement attention à ne faire comme si de rien n'était et prenait garde à ne jamais croiser le regard de Vrass, chacun espérant quelque part qu'il ne les remarquerait pas. Benedikt n'avait pas besoin d'avoir tout son cerveau de botaniste pour comprendre pourquoi ; même si ce n'était pas drôle qu'un nouvel interrogatoire tombe sur quelqu'un d'autre, c'était toujours mieux que sur soi. Surtout vu le type que c'était, un winghox aussi musclé que ce qu'on pouvait attendre d'un winghox, du moins à la Basse-ville.
Un chien laissé en liberté et en train de quémander de l'affection était nouveau, pourtant. Pas le style de la maison de les utiliser comme ça ou de les laisser faire. Est-ce que c'était une nouvelle technique pour les faire parler ? Leurs amener un putain de chien pour les attendrir, comme des enfants ?

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 12 Oct 2013, 19:49

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngBon sang! Je m'attendais à ce qu'ils soient dans des chambres séparées... et en fait, c'est bien le cas, mais la journée, il semble qu'ils les collent tous ensembles et j'en viens à soupirer en voyant à quel point ils m'évitent du regard. Benedikt de son côté joue rapidement les gentils toutous et semble particulièrement apprécier les caresses, ce qui me fait sourire alors que je m'assois par terre, le dos plaqué contre le mur.

«Je peux pas... si je vous laisse tranquille, mon chien me le fera payer...» - inutile de dire que si je laisse tomber cette opération de sauvetage, Benedikt va m'en vouloir un sacré bout de temps, mais ma phrase semble faire de l'effet à l'un des gosses qui me regarde d'un air bizarre. L'une des filles se rend compte que Benedikt n'est pas un chien ordinaire, et je viens hocher de la tête à ce qu'elle peut dire

«C'est parce que c'est un loup... quand on utilise la magie du Shaman, ce n'est pas évident de savoir en quoi l'on va être transformé. Si j'avais demandé à ce qu'il soit transformé en chien, il aurait pu devenir un de ces saucissons sur patte! Pas vraiment crédible comme chien de garde...»
- «Le Shaman? Celui qui peut lancer des sorts? J'ai entendu dire qu'il pouvait transformer des hommes en femmes et inversement...»
- dit celui qui m'avait regardé d'un drôle d'air. Je venais hocher de la tête pour approuver
- «Il peut faire pleins de choses. Une fois, j'ai été transformé en gamin par un soldat avec qui... j'ai un certain différent. On n'arrête pas de se lancer des sorts à la tronche! Je l'ai transformé en femme, en chien, et en Sayah aussi... lui il ma transformé en gosse et il m'a aussi filé des yeux de serpent et une langue fourchue! Ça dure que 24h, mais parfois c'est bien chiant!»
- «Pourquoi vous faites ça?»
- «Oh... parce qu'on est un peu con et qu'on a un caractère de merde?»


Ça en fit rire un et je me mettais à sourire. Je pouvais voir les caméras, je m'étais justement placé juste en dessous, dans un angle qui ne leur permettait pas de me voir correctement, si bien que j'étais assez libre de parler
«Vous connaissez Benedikt? Il a bossé avec vous aux jardins. Un petit jeune, cheveux bouclés, qui parle sans s'arrêter dès qu'un truc le passionne?» - je jetais un petit coup d'œil malicieux au loup qui devait avoir envie de bouder, mais l'une des deux filles se mit à pleurer
- «Oui... je le connaissais...» - je me mets à froncer les sourcils
- «Pourquoi t'en parles au passé?»
- «Vous ne le savez pas? Il est mort...»
- je manquais d'avaler ma salive de travers et je toussais alors violemment avant de secouer la tête de gauche à droite
- «N'importe quoi! Qui t'a raconté n truc pareil?»
- «Ils... ils nous ont dit qu'il avait débarqué avec un wingox, celui qu'on a vu à la télévision, le tatoueur... ils ont voulu se venger de l'explosion de la serre et les gardes ont du leur tirer dessus! Il parait que le winghox s'en est tiré, mais Benedikt a été tué... ils nous ont dit que c'était pour ça qu'ils nous gardaient ici, parce que le winghox va vouloir nous tuer aussi... mais moi je sais que c'est pas vrai, ce winghox, c'est un héros... je pense qu'il a voulu sauver Benedikt, j'avais vu une couverture de magazine, ils étaient ensembles...»


Je commençais à comprendre, ils se servaient de Benedikt pour les empêcher de tenter de s'évader...
«Benedikt est vivant, c'est lui qui te lèche la main en ce moment même...» - les jeunes gens se mirent à sursauter. Je relevais doucement mon t-shirt pour montrer le tatouage du loup garou, assez populaire dans les magazines - «je suis le tatoueur... j'ai changé d'apparence pour venir vous chercher. Si jamais vous en parlez, Benedikt et moi on va disparaître et vous n'aurez plus la moindre chance de sortir d'ici... mais il va falloir que vous me fassiez confiance.»
- «Qu'est-ce qui nous dit que vous vous êtes juste pas fait un tatouage pareil que celui du tatoueur? En plus, il a trois six sur le front!»
- «Celui là, j'ai du me l'enlever, s'ils avaient vu un winghox avec trois six sur le front, ils auraient su que c'était moi, même en ayant changé de couleur de cheveux et d'yeux... les autres, je pouvais les cacher. Je peux vous les montrer mais je dois rester à l'abri des caméras... »


On en était à la première étape du plan. Ils pouvaient aussi regarder les pattes de Benedikt pour voir ses propres tatouages, si la fille en question l'a vraiment vu dans les magazines, peut être qu'elle a vu ses tatouages... en tout cas, je gardais un air des plus sérieux, je ne savais pas si ça marcherait, mais j'avais pas d'autre idée. je devais gagner leur confiance avant de continuer et leur expliquer comment je comptais les faire sortir d'ici.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Benedikt » 12 Oct 2013, 23:05

http://i56.servimg.com/u/f56/12/38/17/29/benelo10.pngBenedikt glapit et couina en gigotant, frustré de ne pas pouvoir s'expliquer. La jeune fille qui venait de parler le regarda un peu bizarrement – mais elle venait de se faire lécher les mains par un jeune homme qu'elle ne connaissait pas normalement assez pour ce genre de choses, et qu'elle croyait mort, en plus, donc on pouvait difficilement lui en vouloir -. Pourtant elle finit par lever les yeux à nouveau sur le tatoueur :
« Il comprends si on lui parle ? » demanda-t-elle, et le botaniste se mit à japper d'un ton décidé pour tenter de lui comprendre que oui. Par Alrik, qu'est-ce qu'il voulait dire quelque chose. C'était tellement énervant de ne pas pouvoir parler humain. Elle reporta à nouveau son attention sur le loup.
« Heu, okay... Bon, j'imagine que d'habitude, les loups ne sont pas si amicale... Et puis les dessins sur sa fourrure sont pas vraiment normaux... Est-ce que tu peux me dire dans ce cas, heu... La première fois qu'on s'est rencontré, tu m'as posé une question très bizarre et j'ai compris juste après que tu n'étais pas de la Basse-ville ; est-ce que tu t'en souviens ? Est-ce que tu peux me dire ce que c'était ? »

Oh, flûte. Elle n'aurait pas pu trouver une question plus facile pour vérifier que c'était vraiment lui ? Il avait posé tellement de question depuis qu'il était arrivé ici ! Mais il faut croire que l'ignorance du botaniste l'avait surprise parce que cela l'avait marqué assez pour qu'elle s'en souvienne... Voyons voir... Benedikt se mit à réfléchir. Oh... Oui, il l'avait vu utilisé son... téléphone portable. Il l'avait regardé absolument pensif pendant les deux minutes de son appel, et puis avait demandé candidement à quoi servait ce truc dans lequel tout le monde parlait constamment, ce qui lui avait valu une expression éberlué avant qu'elle n'éclaire ses lanternes.
Heu, il était sensé répondre comment maintenant ? Benedikt se tourna vers Vrass pour lui glapir dessus, demandant ses talents d’interprète. Il suffisait qu'il pense très fort à un téléphone portable, non ?
Un garçon un peu plus long interrompit leur discussion avec des sourcils froncés.
« D'accord, mais même si vous dites vraiment la vérité, vous êtes sensé nous sortir de là comment ? Il y a pleins de gens ici avec des pistolets et vu le nombre qu'on est, on passera jamais inaperçu. Ça fait longtemps qu'on leur répète qu'on a rien à leur dire et ils ne veulent pas nous laisser tranquille. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Passons aux choses sérieuses !

Messagepar Vrass Rannveig » 13 Oct 2013, 09:16

http://nsm08.casimages.com/img/2013/09/24//13092408565916241211580754.pngIl était normal qu'ils se méfient de moi. Après tout ce qu'ils avaient du vivre ici, je me souvenais des coups qu'avait pris Benedikt pendant qu'il était enfermé ici, et je ne doutais pas qu'ils avaient du subir le même sort, même s'ils avaient du viser des parties invisibles pour éviter de laisser des preuves de leurs sévices...
Malgré tout, l'une des filles semblait comprendre que le loup n'était pas normal, et finit par poser une question plutôt bizarre au botaniste. Sur le coup, je regrettais de ne pas avoir acheté de KIP.

Malgré tout, il semblait se souvenir de sa réponse, et la façon dont il me regardait me fit comprendre ce qu'il essayait de faire. Je retirais alors l'une des mèches blondes vers l'arrière pour montrer la perle noire que j'avais accrochée, semblable à la perle de Sayah
«Tu as vu autour de son cou? Il a un anneau accroché à une sorte de ficelle... c'est une perle jumelle. J'ai l'autre. De cette manière, on peut plus ou moins communiquer ensembles et il semblerait qu'il ait envie de me donner la réponse à ta question...» - je plongeais donc mon regard dans le sien avant de froncer légèrement les sourcils. Je pouvais voir un carré sombre, non, un rectangle... puis des boutons... une télécommande? Non, une antenne - «Un téléphone portable? Est-ce qu'il t'a posé des questions à propos de ton téléphone?»

Ça ne m'étonnerait pas... si c'était le premier qu'il voyait, il avait du la submerger de questions! En tout cas, Benedikt se mit à glapir, signe que j'avais vu juste et je venais ramener ma main sur mon front. Le bourdon était en train de combattre la déprime occasionnée par l'utilisation de la perle, et je prenais une profonde inspiration avant de me tourner vers un autre adolescent qui se demandait comment j'allais les faire sortir de là
«C'est impossible que vous n'ayez rien à dire... mais je comprends que vous ne vouliez rien dire. Benedikt non plus n'a pas compris ce qu'ils lui voulaient. Personnellement, ce sont leurs méthodes que je n'apprécie pas. Je ne vais vous poser qu'une seule question histoire qu'ils croient que vous avez commencé à me parler et que je puisse revenir vous voir demain. Est-ce que vous vous souvenez si l'un des scientifiques avec lesquels vous avez bossé, est allé aux toilettes dans la soirée de l'explosion? Ceux qui s'en souviennent, levez la main.»

Ils semblèrent surpris par la question, mais trois d'entre eux levèrent la main. Je prenais mon carnet où je notais en temps normal les trucs de sécurité, et je rédigeais leur apparence et leur réponse. Voilà, ça suffirait pour aujourd'hui.
«Bon super. Demain, je vais revenir, pareil, soit disant pour vous interroger. Mais ensuite, il faudra que j'aille amener des animaux dans une clinique vétérinaire... je vous donnerai deux trucs demain, un petit collier rouge, et une petite fiole. Il faudra que vous mettiez les colliers et que vous buviez le contenu de la fiole juste lorsque vous entendrez les alarmes! Je vais libérer quelques animaux par mégarde et vous allez vous mélanger à eux...»
- «Des animaux??»
- «Oui. La sève de morphe va vous transformer en petits animaux, chats, lapins, furets... vous allez vous mélanger à ceux que je dois conduire à la clinique, puis je vous conduirai en lieu sûr. Mais il va vraiment falloir que vous me fassiez confiance, sinon je ne pourrai rien faire. Je peux me téléporter si ça se passe mal, avec Benedikt, donc quoi qu'il arrive, moi je peux m'en sortir, mais si vous n'agissez pas comme je vous le dis, je ne peux pas garantir qu'il en soit de même pour vous...»

Je me tournais vers le gamin qui avait parlé des pistolets - «comme tu l'as dit, ils ont des pistolets. Si vous êtes des animaux, ils ne sauront pas lesquels vous êtes dans le lot et même, ils ne se douteront pas que vous vous êtes transformés. Une grande partie de la sécurité va vous chercher, probablement même qu'ils chercheront Vrass Rannveig, le winghox qui aura permis à Benedikt de s'échapper. Moi je serai en train de courir après les animaux pour les mettre dans des cages de transport, ils ne pourront pas me soupçonner.»

Le plan était plutôt bien huilé. Je parlais très doucement pour ne pas qu'on m'entende de dehors. De toute façon, Benedikt pourrait sentir si un garde s'approchait pour écouter aux portes.
«C'est le professeur Wantred qui est resté le plus longtemps au laboratoire le soir de l'explosion... il s'est enfermé dans son laboratoire et a refusé de me laisser entrer...» - je me tournais alors vers un adolescent qui souriait d'un air épuisé
«Pourquoi me dis-tu ça?»
- «Il faut qu'ils aient confiance en vous, non? Pour que vous puissiez revenir demain... cette information devrait déjà vous permettre de gagner leur confiance. Et elle est vraie...»
- «T'écris ça comment Wantred?»
- «W-A-N-T-R-E-D»
- je notais donc cette information aussi, bien que ça m'ennuyait un peu, je ne voulais pas qu'ils m'en disent trop et croient que je travaillais vraiment pour cette société
- «Pas la peine de m'en dire davantage. Si vous m'en dites trop, ils vont estimer que je n'ai plus rien à apprendre de vous.»
- «D'accord...»


Je pouvais voir qu'ils regardaient Benedikt avec un air plein d'espoir. De toute évidence, le fait qu'il s'en soit sorti leur donnait vraiment l'espoir qu'ils allaient aussi s'en sortir.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

PrécédenteSuivante

Retourner vers La Basse-Ville et son Dôme

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron