La curiosité est un vilain défaut !

Bâtie après le crash de l'Atlas IV, c'est une ville complexe à la pointe des nouvelles technologies, futuriste, propre, et protégée par un Dôme d'énergie fort curieux.

Image

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Benedikt » 08 Nov 2012, 03:17

« Ah oui, ce sera parfait ! » La perle de Vrass réglait bien des problèmes !
« C'était, heu... personne. Quelqu'un qui me demandait... qui cherchait son chemin. » finit par lâcher Benedikt avec un air plus ou moins coupable lorsque le tatoueur s'interrogea à propos de la discussion qu'il avait entendu. Il n'aimait pas du tout l'idée de mentir à Vrass, mais il s’inquiétait assez pour lui pour ne pas avoir envie de lui révéler cette histoire. Si c'était effectivement important et réel, après vérification, il lui raconterait tout. Pour l'instant, le botaniste préférerait qu'il se repose sans stress et sans questions.

Une infirmière rentra heureusement à ce moment-là, coupant court à la conversation alors qu'elle reprenait le verre vide sur la table.
« Je n'étais pas sûre que vous sauriez quoi faire avec ce qu'on vous a donné... » Benedikt n'eut pas le temps de protester puisqu'elle continuait déjà. « Il y a une femme qui vient juste de me poser des questions à propos de vous, elle m'a dit qu'elle voulait vous parler un peu plus tard... »
Le botaniste ne réagit pas tout de suite, croyant qu'elle parlait à Vrass, avant de s’apercevoir que c'était bel et bien de lui qu'elle attendait une réaction. Il se mordit la lèvre – décidément, non seulement il mentait mal mais en plus on ne l'aidait pas – et leva la tête vers l'infirmière.
« Ah... vraiment ? Je... Je vais aller voir ce qu'elle veut, alors. » Il se releva et se retourna sur Vrass avant de sortir. « Je reviens tout de suite, je fais au plus vite, promis. »
Autant ne pas laisser traîner cette histoire, finalement...

Benedikt n'eut pas à chercher longtemps la journaliste, elle rodait au bout du couloir, les doigts entremêlés dans ses cheveux, accompagnant un beau sourire venimeux planté là à l'intention de l'infirmier à qui elle était en train de parler – bien sûr, les médecins étaient moins intéressants puisqu'ils n'avaient pas à gérer les dossiers des patients -.
« Mais qu'est-ce que vous voulez, à la fin ? »
Peu importait au botaniste d'interrompre impoliment leur discussion, il était déjà en colère. Elle se retourna avec un air de surprise plein de contentement, et toisa le jeune homme avec un nouveau sourire.

« Oh-oh, on dirais bien que quelqu'un vous a reparlé de moi. »
« Bien sûr, vous fouinez partout pour essayer d'obtenir des informations à propos de nous ! Ma question, c'est pourquoi ? Qu'est-ce que vous voulez à Vrass ?! »
« Vous ne vouliez pas répondre à mes questions, alors il fallait bien que je trou- »
« Non ! Je ne vous parle pas de ça, je vous pa- »
« Baissez d'un ton, on est dans un hôpital, pas dans un bar. Il y a des malades, ici. » intervint soudain l'infirmier.
« Ce que j'étais en train de dire... » reprit Benedikt plus calmement, les dents serrées, « C'était que j'aimerais que vous arrêtiez de vous moquez de moi pour me dire ce que vous cherchez. »
Elle soupira et roula des yeux avant de répondre ; « Je travaille pour un journal. J'ai besoin d'informations sur Vrass Rannveig, d'un peu de matière, pour écrire mon article, vous voyez. »
« Votre article ? » Benedikt s'arrêta et fronça les sourcils. « Vous voulez écrire un article sur lui à cause de son accident ? »
Elle soupira à nouveau. « Peu importe, vous le lirez dans les journaux, n'est-ce pas, hein ? Je pense que ce que j'ai me suffit, et personne ne semble être au courant de rien d'intéressant, sauf peut-être vous qui êtes une vraie tête de mule. Je ne vois vraiment pas ce que vous faîtes ici, en fait, en tant que beau-frère. Et vu ce que j'ai entendu, votre relation soulève quelques questions... »
Le botaniste resta muet, un air offensé tentant de cacher son embarras. L'infirmier le regarda avec un sourcil levé.
« C'est quoi la date d'anniversaire de votre sœur ? » Il posait en vérité la question à tout hasard, comme il était facile de détecter certains mensonges en demandant des dates qui obligeaient à gens à réfléchir pour inventer une bêtises à peu près crédible (et que les patients n'étaient pas les plus honnêtes dans certains domaines). Ce que fit exactement Benedikt. Le temps qu'il torture son esprit à faire le calcul d'une année de naissance possible et à choisir un mois et un jour, l'homme posait sur lui un regard des plus suspicieux.
« Vous savez que le problème n'est plus de protéger la tranquillité de nos patients, puisque de toutes évidences, il semble vous connaître, mais qu'il s'agit d'une usurpation d'identité, et qu'en plus votre nom de famille est inscrit dans le dossier de son fils ? À moins qu'il s'agisse d'un très heureux hasard ? »

Benedikt recula d'un pas, bien tenté par l'idée de se réfugier dans la chambre de Vrass, mais cela ne risquait de régler grand-chose. Les deux autres, eux, s’engouffrèrent dans la chambre du tatoueur, l'un dans l'intention de demander confirmation de son hypothèse bien qu'il n'en avait guère besoin vu le manque de répartie du jeune homme qui le suivait en répétant que Vrass n'avait rien à voir dans tout ça, l'autre parce que sa curiosité était enfin piquée par un événement imprévu.

Désolé, c'est devenu un gros pavé repoussant sans faire exprès. :$ - Ah, et libre à toi de faire ce que tu veux des deux autres, je n'ai rien du tout de prévu. ^^

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Vrass Rannveig » 08 Nov 2012, 11:09

Décidément, il fallait croire qu'il était impossible d'être tranquille cinq minutes, même dans un hôpital! Je venais soupirer alors que la porte s'ouvrait à nouveau sur une infirmière qui semblait décidée à prendre le gosse pour un handicapé mental sous prétexte qu'il ne connaissait pas l'aspirine, ce qui commençait déjà à me gonfler.

Puis il fut question d'une personne qui voulait parler à Benedikt, et probablement cette «personne» comme il l'avait dit un peu plus tôt et je le voyais donc partir alors que l'infirmière venait m'examiner. J'essayais d'écouter ce qui se disait dehors mais la jeune femme me posait des questions en même temps, donc c'était difficile pour moi
«C'est impressionnant! Vos os sont déjà presque ressoudés!»
- «C'est dingue hein ce que quelques plantes peuvent faire?»
- que je lui répondais d'un ton pas du tout ironique! Elle afficha un sourire amusé tout en soulevant les bandages pour vérifier quand même et les remettre soigneusement en place ensuite pendant que je désignais la porte du menton
«Qu'est-ce qui se passe à côté?»
- «Une journaliste. Elle pose des questions sur vous et sur ce jeune homme!»
- «Font chier ces journalistes... faites la entrer!»
- «Vous êtes sur?»
- «Vous avez de quoi lui sauver la vie si je décide de lui foutre un coup de corne de toute manière non?»
- elle écarquilla les yeux de terreur sur le coup, se demandant si j'étais sérieux ou non, puis elle se dirigea vers la porte pour l'ouvrir et j'entendis donc la fin de la conversation concernant le problème de l'identité de Benedikt, et le groupe tout entier entra donc avant même qu'elle n'ait pu les y inviter et je me retrouvais avec un médecin contrarié, un gosse totalement affolé et une fouine à embrocher.
«Monsieur Rannveig. Puis-je savoir qui est ce jeune homme?»

Je venais me redresser en appuyant sur le bouton du lit pour me mettre presque assis sans trop tirer sur mes côtes encore blessées, puis je venais croiser les mains devant moi avant de plonger mon regard dans celui du médecin sans me soucier de l'autre grognasse pour le moment
«Même s'il n'y a pas de lien de sang, il est comme un oncle pour mon fils...» - l'homme commençait à froncer les sourcils et je venais pencher la tête sur le côté - «est-ce que vous me connaissez, docteur» j'avais bien appuyé sur le «docteur» alors que l'autre commençait à prendre des notes
- «Je vous connais de réputation. Rien de plus»
- «Vous ne savez donc pas si j'ai de la famille? Du moins, si j'ai de la famille en ville?»
- «Nous savons que vous avez un fils!»
- «Vous le saviez hier déjà?»
- «Euh.. non.»
- «J'ai découvert l'existence de mon fils il y a quelques semaines à peine, lorsque sa mère est décédée. Que se serait-il passé si j'avais continué à ignorer son existence? Je me serais retrouvé seul ici, dans cet hôpital qui interdisait quiconque ne porte pas mon nom de venir me voir!! Vous ne vous êtes même pas soucié de savoir si j'avais des amis, des connaissances qui pouvaient être bien plus importantes à mes yeux que ma famille!!»


L'infirmière ayant remis les électrodes sur mon torse, on pouvait voir que mon rythme cardiaque s'accélérait sous le coup de la colère
«Et il se trouve que ma famille est toujours à Windrakk! Je sais pas si vous êtes au courant, mais la radio ne passe pas là bas!!! Ma vie est dans les Ghettos, le Doc, le patron du bar à côté de chez moi, l'ébéniste à deux pas de ma boutique, l'herboriste derrière vous! Tous ces gens sont des amis que je considère comme ma famille! Mais à cause de vos règles à la con, aucun n'était en mesure de venir me voir!»

Le médecin commençait à avaler sa salive avec difficulté, la journaliste semblait se dégonfler peu à peu comme un ballon alors que je citais d'autres personnes que Benedikt exprès pour noyer le poisson
«Benedikt Bloom derrière vous était présent lorsque j'ai découvert l'existence de Nathan, c'est pour ça qu'il est actuellement le seul à le connaître. Il a lui-même vécu dans un orphelinat dans le passé et c'est pour ça que j'ai trouvé utile de le rencontrer avec lui! De par leur passé commun, mon fils l'a tout de suite apprécié et a commencé à l'appeler Tonton! C'est pour ça que l'orphelinat a bien voulu jouer le jeu en le faisant réellement passer pour son oncle! C'était le seul moyen pour qu'il y ait avec moi une personne qui me connait vraiment, et mon fils!»

Ma gorge devenait sèche et l'infirmière se dépêcha de me servir un verre d'eau, et je me tournais vers la journaliste
«Vous! Vous voulez quoi? Ça vous fait bizarre de savoir qu'un winghox puisse avoir des amis humains? C'est parce qu'il n'y a pas une minette dans ma chambre que vous vous dites qu'il est mon amant? L'hôpital interdit les visites pour ma part! Si vous voulez trouver d'anciennes maîtresses, sortez, il parait qu'elles font la queue dans la rue!»

Je ne savais pas comment je le savais en fait, probablement une conversation interceptée pendant mon coma, ou alors simple déduction puisqu'ils ne laissaient entrer personne. En tout cas, elle continuait de griffonner dans son carnet alors que le médecin ne savait pas vraiment quoi faire et je venais de nouveau lever les yeux vers lui
«Il n'y a pas d'usurpation d'identité. Ce jeune homme s'appelle bien Benedikt Bloom, c'est le nom de la mère de Nathan qui a été changé, et elle est morte aujourd'hui alors qu'est-ce que ça peut vous foutre? Mon fils le considère bien comme son oncle, je le connais, il est mon ami alors à moins que vous ne vouliez que je fasse une attaque et que je replonge dans le coma à cause de vos conneries, foutez moi la paix!»
- «Restez poli! On ne faisait que vous protéger!»
- «Me protéger de quoi? De ma famille? De mes amis?»
- «Calmez vous s'il vous plait!»
- «Amenez-moi la facture pour les soins! Je veux partir d'ici...»
- «Vous n'êtes pas entièrement remis!»
- «Je m'en fous! Quitte à rester couché toute la journée, je préfère le faire chez moi!»
- «Où vous serez tout seul j'imagine?»
reprit sur un ton mielleux la journaliste en posant un regard insistant sur Benedikt.. je venais alors attraper le verre d'eau que l'infirmière m'avait donné et je le lui balançais à la tronche! Résultat, carnet trempé et notes foutues!
- «Ça vous arrive d'écouter autre chose que ce que vous voulez entendre? Ce type est herboriste, HERBORISTE!!! Si je dois avoir un médecin à domicile, ce sera soit lui, soit le Doc! Vous m'emmerdez à la fin!»
- «Mes notes!!! Espèce de sauvage!!»
- «Je suis un winghox, connasse!! Foutez la moi dehors!»


L'infirmière appuya rapidement sur un bouton afin de prévenir la sécurité alors que la journaliste essayait de sauver désespérément ses notes! De mon côté, j'étais vraiment sur le point de me lever pour l'empaler mais j'étais retenu par les électrodes et la douleur encore un peu présente de mes côtes! On la fit rapidement sortir alors qu'il était évident que j'entrais en état de rage, et l'infirmière se tournait vers Benedikt pour qu'il l'aide à me calmer.. le médecin était surement parti chercher les papiers de sortie pour éviter de garder un monstre dans son hôpital...


Bon ben c'est moi qui ait fait un pavé finalement ^^

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Benedikt » 09 Nov 2012, 00:41

Il était presque amusant de voir toutes les personnes présentes reculer plus ou moins visiblement lorsque Vrass se mit en colère, sauf le petit botaniste. Cela restait quand même impressionnant pour lui, mais ce qui l’inquiétait, ce n'était pas précisément ce qu'il pouvait leur faire – de toutes façons, les actions du tatoueur étaient assez limitées pour l'instant -, c'était paradoxalement qu'il puisse lui-même se faire mal.

« Vrass ! » Benedikt posa ses mains sur ses épaules pour l'empêcher de se relever comme il semblait en avoir très envie.
« Je suis désolé, c'est ma faute, tout ça, mais je t'en supplie, calme-toi. Je n'ai pas envie qu'il t'arrive quelque chose et toi non plus. Ce n'est pas la peine de s'embêter avec ça alors que tu seras bientôt chez toi. »

Le botaniste se fit la réflexion qu'il n'arriverait pas de toutes manières à rendre de meilleure humeur Vrass avant de rentrer à la boutique, aussi il détala dehors dès qu'il entendit des pas dans le couloir. Il préférait éviter de faire rentrer à nouveau le médecin, qui sortit d'un dossier quelques feuilles pleines de tableau remplis d'écritures.
« Tenez, vous pourrez vous débrouiller avec l'administration pour payer. Vous n'êtes pas obligé de le faire immédiatement, vous pouvez attendre jusqu'à une semaine. S'il y a un problème, tant pis pour lui. »

« Ça m'étonnerait de vous entendre dire qu'il ne vous a jamais tapé dessus. »
Le botaniste se retourna sur la journaliste en train d'essayer de décoller les pages détrempées de son calepin. Son petit sourire donna envie à Benedikt de lui arracher le visage. Mais comme avoir quelqu'un en colère à côté de soi était parfois la meilleur méthode pour se calmer, ce fut froidement qu'il répondit.
« Ça m'étonnerait de vous entendre dire qu'on ne vous a jamais tapé dessus. Et non, jamais, au grand jamais il ne m'a frappé. Allez-vous en. »
Il récupéra les feuilles que lui tendait le médecin avec un merci mitigé, puis s'apprêta à repartir lorsque tout les beepers du personnel autour d'eux se mirent à sonner. L'homme lâcha un juron et s'en alla immédiatement, laissant Benedikt seul dans le couloir - la journaliste s'étant évaporée aussi, probablement pour passer son carnet au séchoir -. Il repartit aussitôt dans la chambre de Vrass, où il se retourna vers l'infirmière avec son air le plus convaincant. La meilleure occasion pour pouvoir filer en douce sans que personne ne se pose des questions sur leur disparition soudaine, qui ne devait pas être montré en publique, était maintenant et pas dans quelques minutes.

« Je m'occupe de tout, c'est bon. Je crois qu'on va s'en aller dès que possible. »
Elle ne se fit pas spécialement prier et disparut sans cérémonie, permettant au botaniste de se retourner sur Vrass pour lui parler sans détour.
« Tu peux utiliser la perle de Sayah maintenant. Ils sont tous partis en courant, à cause d'un cause d'un accident grave, je suppose, ils ne se poseront même pas la question de savoir comment on est sortis. » souffla-t-il en attrapant sa main.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Précédente

Retourner vers La Basse-Ville et son Dôme

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron