La curiosité est un vilain défaut !

Bâtie après le crash de l'Atlas IV, c'est une ville complexe à la pointe des nouvelles technologies, futuriste, propre, et protégée par un Dôme d'énergie fort curieux.

Image

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Benedikt » 30 Oct 2012, 20:21

Benedikt ne saisit pas la question sous-jacente des paroles de Vrass, mais il répondit quand même sans s'en rendre compte, en révélant qu'il en savait un peu plus de son passé que d'autres ;
« Non, non, je parlais d'un souvenir précis. Quand tu es parti, tu étais déjà assez vieux. Non, le premier souvenir que tu as de toute ta vie, quand tu étais encore enfant. Mais c'est pas grave, oublie ça ! »

Mais déjà, le tatoueur était en train d'essayer de se relever. Le botaniste fronça aussitôt les sourcils et posa une main sur son épaule.

« Heu, tu es sûr que c'est une bonne idée ? Je peux te porter, après tout je l'ai déjà fait, mais je ne veux pas que tu te fasses mal. » Il soupira avant de continuer. « Tu ne sens plus tes blessures, n'est-ce pas ? C'est bien, ça prouve que c'est en train d'agir. Bon, attends, je vais t'aider. Si tu ne te penches pas et que tu ne portes rien, il n'y a pas de raison que ça soit mauvais pour toi. Mais si tu sens que c'est douloureux, pas de fierté ni rien, tu le dis et tu restes allongé, d'accord ? »

Benedikt eu un sourire amusé alors qu'il aidait le tatoueur à descendre du lit ; la scène lui rappelait les fois où ils apprenaient à marcher aux gamins les plus jeunes qu'ils avaient à l'orphelinat. Il n'y avait pourtant que le fait que Vrass ait du mal à marcher comme ressemblance, car celui-ci était malheureusement un poil plus grand et plus costaud. Mais ils étaient à peine à niveau de la porte qu'un infirmier rentra et les regarda avec de grands yeux contrarié ;

« Mais qu'est-ce que vous faîtes ? Et vous, vous êtes idiot pour le laisser faire ? Retournez tout de suite vous allonger ! »
Une autre infirmière, celle qu'ils avaient vu quelques minutes auparavant, posa un pied dans la chambre – elle les avait probablement entendu alors qu'elle passait dans les couloirs puisque la porte était resté ouverte - ; « C'est bon, il a signé une décharge. » Elle se tourna vers Vrass en roulant des yeux. « Si ça se passe mal, ce sera la faute de votre impatience et de ce jeune homme. »

Benedikt lui lança un regard indigné, les pommettes écarlates, mais ne dit rien. En réalité, il était en train de s’apercevoir que personne ne trouvait encore étrange leur relation, quand il disait être l'oncle de Nathan. Bien sûr, pour l'instant, ils ne s'y étaient pas arrêté, Benedikt et Vrass pouvaient après tout simplement être proche, mais le botaniste nota dans un coin de son esprit qu'il serait plus prudent d'éviter de montrer trop visiblement son affection au tatoueur, sinon l'histoire risquait d'être un peu plus embarrassante ; « Vrass ne s'est pas arrêté à la mère de Nathan, parce que maintenant, c'est son frère. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Vrass Rannveig » 31 Oct 2012, 00:20

Sérieusement? Il m'a vraiment porté? Ah oui, lorsque je me suis fait tirer dessus! Oui mais non franchement, j'avoue que je préférerai m'appuyer sur une béquille quand même. Enfin déjà, je commençais à me lever, retirant les perfusions et les électrodes sans me soucier que ça risquait d'ameuter tout l'hôpital! Je venais hausser un sourcil intrigué lorsque le gosse me signifia que je devais mettre mon orgueil de côté si je venais à souffrir, et je venais hausser une épaule
«Ça va, je ne suis pas en sucre... ne t'inquiète pas pour moi» je me levais doucement, signifiant d'un signe de tête lorsqu'il me demandait si je ressentais encore mes blessures que ce n'était pas le cas. Je passais donc mon bras par dessus ses épaules et je commençais à marcher en raidissant bien la jambe blessée, forcément je boitais mais ainsi justement, je ne m'y appuyais pas trop!

Évidemment maintenant que je n'étais plus connecté à leurs fichues machines, on se retrouvait avec des infirmiers et infirmières qui n'étaient pas très enclins à nous laisser sortir! Je me redressais donc de toute ma hauteur pendant que l'infirmière spécifiait que j'avais signé une décharge et donc que c'était mon problème!
«Filez moi une béquille au lieu de m'emmerder!» - j'avoue que sur le coup, j'avais zappé qu'il était censé être mon beau frère, mais tant pis! J'avais besoin de marcher et de prendre l'air surtout! Je n'aimais pas la façon dont ils nous regardaient et je me penchais pour passer par la porte pendant qu'on sortait sans leur demander leur avis! L'infirmière revint vite avec une béquille que je pouvais glisser sous mon aisselle et me mettre à peu près en marche... ça allait mieux tout de même ainsi, même si j'appréciais la proximité du gosse, je me sentais plus stable de cette manière

«Vous ne voulez pas un fauteuil roulant plutôt?» - qu'elle me demande! Je fronce les sourcils en plongeant mon regard vairon dans le sien
«J'ai l'air d'un grand père?»
- «Vous n'êtes vraiment pas raisonnable...»

Non en effet, mais j'avais toujours été ainsi et je ne comptais pas changer
«Je veux juste prendre l'air bordel! J'en ai mare de votre air conditionné!»

Elle soupira et nous indiqua la cour intérieure, il fallait prendre l'ascenseur par contre, aussi on s'y rendait dans un premier temps, il est vrai que je prenais mon temps tout de même, je suis peut être un peu con et - beaucoup - inconscient, mais je connais quand même mes limites, et mon envie de guérir était telle que je préférais quand même me ménager. Aussi je faisais surtout attention de ne pas trop m'appuyer sur ma jambe blessée en prenant bien appui sur l'autre et sur la béquille. On suivait ensuite le couloir jusqu'à arriver vers l'extérieur où effectivement, on ne pouvait pas trouver ça très gai! Un grand carré de béton, quelques bancs et des arbres aux quatre coins qui devaient avoir bien du mal à survivre dans le coin
«Charmant» - mais mieux que la chambre! Je m'approchais d'un banc, j'avais déjà bien assez marché pour le moment et je m'installais en gardant la jambe bien tendue pour ne pas abîmer davantage mon genou, puis je soupirais en regardant un petit vieux qui avançait à l'aide d'un déambulateur avec une infirmière et un enfant avec une jambe dans le plâtre à qui une femme - surement sa mère - lisait une histoire.

Je levais les yeux au ciel, le temps était plutôt gris, mais au moins il ne pleuvait pas! Puis je baissais les yeux vers le gosse, je le voyais plutôt songeur depuis l'épisode des infirmiers...
«Mon plus vieux souvenir doit surement être quand j'avais cinq ans... mon père m'avait conduit dans le jardin et m'a demandé de fracasser une pierre avec ma tête! Mes cornes commençaient à peine à pousser, mais bon, à l'époque j'étais encore dans la phase où j’idolâtrais mon père! Alors je l'ai fait... et le rocher s'est fendu.» - mon regard s'assombrissait alors sur le coup et je fixais un point devant moi - «je m'en souviens car je crois que c'est la seule fois de ma vie où mon père a eu l'air d'être fier de moi... car c'est à partir de là que je me suis rendu compte que c'était totalement stupide! Je me suis fait mal, j'ai eu la colonne déviée pendant des semaines avant que ça ne se remette en place, et je me suis éloigné peu à peu de ce qu'il espérait...»

Je continuais quand même de suivre l'enseignement winghox, l'entrainement musculaire, le maniement des armes, mais mon père savait que je n'étais pas un tueur sanguinaire. Je ne le faisais pas par passion mais par mécanisme... rien de plus.

Je me tournais alors vers lui, je n'avais pas souvenir de le connaître vraiment finalement! Est-ce que je savais vraiment qui il était en fait?
«Et toi? ton plus vieux souvenir? Autant que je réapprenne à te connaître non?»

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Benedikt » 31 Oct 2012, 19:01

« D'accord, alors sincèrement, j'ai quelques réserves sur la façon winghox d'éduquer les enfants, à chaque fois que tu m'en parles, c'est pour dire un truc délirant de ce genre ! Non mais il pensait quoi, ton père ? Je veux dire, là, c'est même pas une histoire d'entraîner ses fils à devenir des guerriers, c'est carrément stupide et dangereux ! Et si à partir de cinq ans, tu te disais la même chose, il faut vraiment qu'ils commencent à se poser quelques questions ! Heu... »

Benedikt se calma lorsqu'il réalisa que son ton était monté sans qu'il ne s'en aperçoive vraiment. Argumenter sur la façon peu pédagogique d’élever ses enfants à Wingdrakk n'était pas très pertinent quand son interlocuteur était parfaitement d'accord. Et puis ce n'était peut-être pas la peine de s'énerver maintenant pour ça. Le botaniste s'étala sur le banc alors que Vrass lui retourna sa question, puis soupira tout doucement et silencieusement. La formulation qu'il avait utilisé, « autant que je réapprenne à te connaître », était à la fois déprimante et agréable. Benedikt hésita et réfléchit un moment.

« Mmmmh... Je ne suis pas sûr que c'est vraiment celui-là le plus vieux, ni de l'âge que je devais avoir. Peut-être six ans. Mais j'ai du mal à les remettre dans un ordre précis même si je n'en ai plus beaucoup de cette époque là. Enfin, si, je crois que c'est celui-là. »

Il s'installa un peu plus confortablement sur le banc pendant qu'il continuait ;
« J'ai fais une vraie crise parce qu'on voulait que je discute avec une femme qui était venu à l'orphelinat ; ça devait être une noble qui voulait adopter un gamin, ou peut-être chercher des servants, je ne sais pas. Mais je refusais de parler aux gens que je ne connaissait pas à cette époque, voir même à ceux que je connaissait, pour la plupart, et je suppose que tout le monde s'est énervé au bout d'un moment. Quelqu'un me tenait par la main pour ne pas que je m'en aille et je me suis à pleurer et à hurler jusqu'à ce qu'on me laisse le droit de partir. »
Le botaniste se mit à rire et cueillit une feuille de houx d'un buisson en train d'agoniser.
« C'est pas le moment dont j'aurais voulu le plus te parler, en y repensant. Mais je t'assure que je me suis amélioré, alors tu m'excuseras. »

Il fit glisser son pouce contre les bords de la feuille et l'observa d'un peu plus près avant de relever la tête vers les arbres alentour.
« Dis donc, j'espère qu'elle n'est pas faite pour remonter le moral des patients, cette cour, parce qu'elle donne facilement envie de se suicider ! Regarde, c'est un hêtre. Ce n'est pas sensé avoir besoin d'attention, comment ils ont réussi à le mettre dans cet état-là ? »
Il se pencha sur Vrass et sourit. « Mais c'est de l'air frais comme tu aimes, n'est-ce pas, maintenant ? C'est quoi de l'air conditionné ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Vrass Rannveig » 31 Oct 2012, 19:52

C'est vrai que c'était vraiment un système d'éducation à la con, on ne pouvait pas le nier! Basé sur le principe de tout dans les muscles et rien dans la tronche! Je suis sur que ce coup de tête avait pour but de me rendre encore plus con pour suivre les instructions de mon père sans réfléchir. Mais la réaction du gosse m'amusait et j'affichais un sourire en coin à le voir ainsi s'emporter sur le fait que c'était horriblement dangereux!
«Je ne suis pas sur que tous les pères soient comme ça non plus. Chaque famille a sa façon de faire, mais c'est sur que mon père n'était pas parmi les plus tendres du clan!»

Je gardais un bon appui sur ma béquille tout de même pour ne pas m'appuyer sur ma hanche encore fragile, alors qu'à l'inverse, Benedikt venait s'étaler de tout son long! Je lui retournais donc la question, essayant d'en apprendre un peu plus sur lui et probablement aussi qu'à parler de tout et de rien mon cerveau se remettrait normalement en place? Enfin il n'était pas sur que ce souvenir soit le plus ancien - et d'un autre côté, je n'en étais pas sur non plus, mais disons que c'était l'un des plus anciens et des plus marquants - et je ne fus pas vraiment surpris d'apprendre qu'il ait pu être timide ou réservé. Disons que ça me semblait logique, beaucoup d'enfants le sont, sauf que je venais de me rendre compte qu'il avait grandi dans un orphelinat et que ce détail là m'avait échappé.

Je supposais qu'il m'en avait parlé avant, et surement pour ça donc qu'il connaissait Nathan. Il avait du m'aider pour comprendre ce que le petit devait ressentir à se retrouver dans un endroit pareil après la mort de sa mère, mais sur le moment, je n'avais pas retenu ce point et j'essayais de le garder dans un coin de ma tête en espérant ne pas l'oublier à nouveau.

Je le laissais s'allonger pour venir poser sa tête sur ma cuisse «valide», il avait attrapé une feuille presque séchée et semblait un peu ennuyé de la voir dans cet état et me désigna l'arbre comme étant un hêtre qui devrait être probablement plus vert et en meilleure santé
«Tu as pu le voir avec les infirmières, les plantes, c'est pas trop leur truc ici. Ils travaillent avec des microbes, autres choses tellement petites qu'on ne peut pas les voir et qu'ils appellent des molécules pour faire leurs médicaments. Et je crains que fort peu ne viennent des plantes! Ils utilisent surtout des animaux pour ça...»

Du moins, je le supposais un peu par rapport à ce que j'avais appris d'Iza et des expériences qu'elle avait pu subir. Probablement qu'ils étudiaient aussi les plantes, le souvenir d'une serre qui aurait récemment explosé me revenait en mémoire même si je ne faisais pas encore le rapprochement avec Benedikt... mais bon, je sentais qu'il aimait vraiment les plantes et j'en venais presque à trouver cela étrange qu'il se soit installé dans la Basse Ville, on ne peut pas dire qu'il y ait beaucoup d'arbres ou autre dans les environs! Le pire c'est qu'il serait surement heureux à Yeillstrand qui est, de ce qu'on dit, perdu au beau milieu d'une forêt.

Enfin, il levait les yeux vers moi pour me signifier que j'étais ici pour l'air frais, me demandant ce qu'était l'air conditionné par la même occasion et je me mettais de nouveau à sourire d'un air amusé
«Tu vois ces grosses machines sur les murs?» - je lui désignais les blocs de climatisation un peu partout au-dessus de nous - «En fait, ces machines absorbent l'air, puis elles le filtrent, le font passer dans pleins de tuyaux différents pour enlever la poussière et éventuellement les microbes, puis ils changent éventuellement la température pour avoir du chaud en hiver et du froid en été... et ensuite ils le libèrent à l'intérieur! En soit, ça reste de l'air, mais après être passé par des dizaines de tuyaux différents, personnellement je n'appelle plus ça de l'air frais... je trouve que ça garde un peu l'odeur du métal des tuyaux par lesquels l'air est passé...»

Bref, ça sent le renfermé. Je venais passer ma main dans ses cheveux, jouant des bouclettes du bout des doigts alors que le souvenir de ce mouton noir revenait peu à peu. Puis je venais me rappeler d'un truc aussi! Un vieil homme qui m'avait aidé à sortir! Je baissais les yeux vers Benedikt, comment lui parler de ça?
«Il y a un truc dont je me souviens quand j'étais inconscient. Je me suis retrouvé dans un drôle d'endroit, mais un vieil homme m'a aidé à sortir de là! Avec ton aide et celle de Nathan, j'ai pu me réveiller...» - compliqué à expliquer en soit, peut être allait-il me poser bien des questions et je ferais de mon mieux pour y répondre - «Il faudrait que je sache si ce vieil homme n'est pas dans cet hôpital. Et si c'est le cas, j'aimerais lui rendre la pareille... bien que je ne sache pas comment»

Et sans savoir pourquoi, une fois de plus, le souvenir d'un puits me revenait en mémoire, ce même puits d'où une lumière était sortie pour foncer dans le corps de Benedikt, où des tas d'accessoires de plage avaient jailli aussi, et où le dauphin à mon poignet avait disparu pour devenir une flamme sur mon épaule...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Benedikt » 01 Nov 2012, 00:03

« Des molécules ? » répéta soudain le botaniste tout pensif. Il devait avouer sur ce coup-là que le personnel de cet hôpital en savait bien plus à propos de tout que lui. Autant sur l'air conditionné que sur les microbes.

Ce nouvel accès d'ignorance lui rappela l'histoire des planètes habitées d'où venait l'Atlas IV. Il n'avait pas encore pris le temps de s'y intéresser, mais maintenant de nouvelles questions s'ajoutaient à la pile. Et c'était d'ailleurs pour cela que Benedikt s'était installé à la Basse-ville ; pour tout ce qu'il n'y connaissait pas. À la fin de la première journée qu'il avait passé ici, il avait déjà décidé d'y rester. Se réveiller dans une roulotte et découvrir un univers totalement différent de l'habituel – sans voitures, sans immeubles de trente étages, sans l’avalanche de couleurs vives qui n'existaient que dans les maisons des nobles les plus riches - était spécialement choquant, mais Benedikt n'avait pas mis plus de dix minutes à laisser sa curiosité prendre le dessus.

Et entre l'électricité, la télévision, les hamburgers et autres shampoings aux senteurs d’eucalyptus, il n'avait jamais été déçu par la profusion de nouvelles choses totalement inconnues capable de le transformer en une espèce d'adolescente en furie à qui on a donné plus d'argent de poche. Si parfois il était un peu fatiguant et frustrant de se retrouver au milieu d'un monde dont on ne comprenait pas la moitié, Benedikt n'avait jamais regretté son choix. Même s'il n'avait pas rencontré le tatoueur, il y avait ici tellement de confort et de découvertes à faire qu'il ne se serait probablement pas ennuyé. Le manque cruel de végétation à la Basse-ville ? Tant pis, il y avait bien d'autres nouveautés qui garderaient son esprit loin des remords ! Comment résister à une salle de bain avec l'eau chaude courante quand on a passé sa vie à se laver dans des pièces communes ou des rivières ?

Benedikt regarda le visage du tatoueur penché sur lui alors qu'il commençait à parler de retrouver un homme dans l'hôpital.
« Comment ça, tu t'es retrouvé dans un drôle d'endroit ? »
Il fronça les sourcils pour réfléchir à nouveau à ce que venait de dire le tatoueur.
« Je ne comprends pas trop, Vrass... Tu veux dire que tu nous entendais, Nathan et moi ? Parce qu'il n'y avait aucun... vieil homme avec nous. Et s'il était dans ton... rêve, je ne crois pas qu'il puisse exister en réalité, non ? » Nouvelle pause de réflexion du botaniste. « Une infirmière nous a dit que te parler t'aiderait à te réveiller. Mais je ne savais pas trop comment prendre ça. Je ne pensais pas que les gens dans le coma rêvaient. Tu t'en souviens, en plus, du coup ? »

Si Vrass pouvait effectivement les entendre, alors il était peut-être logique de Nathan et Benedikt se retrouve dans les rêves qu'il faisait ? Mais en ce qui concernait l'homme dont il parlait ?

« J'ai appris ton accident en début d'après-midi, alors ça faisait déjà quelques heures que tu étais à l'hôpital... Quelqu'un est peut-être venu te voir avant que j'arrive ? » Benedikt secoua la tête, emmêlant ses boucles dans les doigts de Vrass. « Mais ce n'est même pas possible ; ils refusaient que ceux qui ne font pas partie de ta famille viennent te voir. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Vrass Rannveig » 01 Nov 2012, 18:03

Le sujet n'était pas vraiment évident à aborder, surtout pour quelqu'un qui finalement n'avait jamais connu le coma. J'écoutais les explications de Benedikt et je venais froncer légèrement les sourcils en hochant la tête de gauche à droite
«Non, je n'entendais pas ce que vous me disiez, mais je ressentais votre présence d'une autre manière. Alors que cet homme était bel et bien avec moi, je pense qu'il doit être dans le coma aussi quelque part...»
Je n'avais pas vraiment envie de parler du mouton et de l'écureuil, ce serait surement trop bizarre pour le gosse! En tout cas, je n'étais pas sur qu'il soit dans cet hôpital, des gens dans le coma, il peut y en avoir partout sur Nideyle et il n'était pas dit que ce dont je me souvienne ne soit pas qu'un simple rêve.

Je levais les yeux au ciel, jusqu'à ce que je me rende compte d'un détail qui me faisait un peu chier, sans vraiment que ce ne soit le cas... l'hôpital interdisait quiconque ne soit pas de ma famille de venir? Je baissais les yeux pour le regarder un moment, jouant de nouveau dans ses cheveux noirs qui s'enroulaient autour de mes doigts avec une facilité déconcertante
«C'est pour ça que tu as dit être mon beau-frère? Sinon ils ne t'auraient pas laissé venir?»
Quelle bande de con! Et si j'avais eu une fiancée? - dans ce genre d'endroit, vaut souvent mieux parler d'une compagne d'un compagnon - ils l'auraient empêchée de venir? Ils auraient surement demandé des photos pour preuve à l'appui je présume, et je doute que Benedikt et moi en soyons déjà à nous prendre en photo comme un couple d'amoureux. Je soupirais doucement avant de regarder un point devant moi

«Désolé que tu aies eu tant de mal à me trouver...» - et je comprenais un peu le fait que l'autre gonzesse soit venue à son secours pour l'y aider, espérant surement s'attirer ses faveurs de cette manière, m'enfin je n'allais pas penser à elle sinon je risquais fort de me mettre de mauvaise humeur. Je baissais les yeux vers lui afin de lui sourire avec un certain amusement et hocher légèrement de la tête
«Pour revenir à ce vieil homme, il me semble qu'il m'a dit que ça faisait des années qu'il était là bas, s'il est dans cet hôpital, ils ne doivent pas avoir beaucoup de patients qui sont dans le coma depuis de nombreuses années, il semblait penser être arrivé environs à mon âge, et il avait vraiment l'air d'avoir 60-70 ans désormais, donc un gars dans le coma depuis 40 ans, je devrais pouvoir le retrouver non?»

Du moins, s'il est dans un hôpital de la Basse Ville. Ça ne coute rien de le chercher un peu... J'attendais de voir s'il voulait rester encore un peu ou si on allait commencer à chercher. Demander à l'accueil serait déjà un bon début.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Benedikt » 01 Nov 2012, 20:03

Benedikt hocha la tête et cacha un bâillement en repliant son bras sur son visage – se retrouver allongé avec les doigts de Vrass en train de jouer avec ses cheveux l'endormait doucement -.
« Ce n'est pas de ta faute... Mais je peux remercier l'orphelinat de Nathan d'avoir carrément changé le nom de sa mère pour le mien dans le dossier qu'ils ont donné à l'hôpital pour prouver son identité... Je ne leur avait même pas demandé ! Sans eux non plus, je ne sais pas ce que j'aurais fait... »
Le botaniste fut soulagé qu'il ne lui ait pas demandé pourquoi l'hôpital avait mis de telles restrictions à sa visite ; il n'aimait pas trop l'idée de révéler à Vrass que des dizaines de femmes étaient venues dans l'intention de le voir, sans qu'il ne prenne la peine de se l'expliquer. Heureusement le sujet revint vite sur le vieil homme que le winghox cherchait à retrouver.

« Depuis 40 ans dans le coma ?! C'est horrible, c'est plus de la moitié de sa vie ! Et t... »
Benedikt se tut juste avant de dire à voix haute ce à quoi il pensait à cet instant. Maintenant que Vrass allait mieux, ce n'était pas la peine de remuer le couteau dans la plaie. Il ferma les yeux une seconde pour chasser les images dérangeantes qui flottaient dans son esprit avant de reprendre.
« Je pense que si on leur demande, ils n'auront pas de mal à le retrouver... Ils auront une liste de noms, sûrement, au pire. Mais je ne suis pas sûr qu'ils acceptent de donner des informations de ce genre... Mais... attends. »

Benedikt se redressa souplement et lança un sourire à Vrass avant de s'éloigner. « Je reviens. »
Il s'arrêta devant une infirmière – peut-être pas, mais pour le botaniste, tout ceux qui travaillaient dans cet hôpital était soit des infirmiers, soit des médecins – qu'il était sûr n'avoir jamais encore vu et qui passait par là, et lui adressa le plus grand sourire qu'il pouvait être physiquement capable de faire.

« Bonjour ! J'aimerais vous poser une question ; est-ce que vous pensez qu'il serait possible de retrouver un homme qui serait ici dans le coma depuis 40 ans ? Mon... père le connaissait... mais il vient de mourir et j'aimerais savoir... si cet homme est encore ici, pour... heu... »

Les yeux de Benedikt se remplirent de détresse alors qu'il s'enlisait dans son mensonge qu'il n'arrivait pas à rendre consistant, et s’apercevait qu'il aurait dû tout simplement y réfléchir avant. Essayant de garder une expression pleine d'assurance et d’honnêteté – c'était pas gagné -, il resta silencieux quelques secondes puis reprit d'un ton légèrement moins hésitant.

« Il venait souvent le voir et maintenant, il ne peut plus le faire, alors je voudrais continuer, en... hommage à sa mémoire, vous voyez ? Mais je ne me souviens plus de son nom, ce n'est pas le genre de choses qu'on retient, en fait... Mais je pense que je le reconnaîtrais en le voyant, je l'ai déjà vu en photo. »

Le botaniste leva le menton, tout fier de son histoire bancale qu'il avait réussi à plus ou moins finir - et de son savoir infini sur l'existence de la photographie à la Basse-ville -.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Vrass Rannveig » 02 Nov 2012, 12:00

Oui... quarante ans, c'était une très longue période, et c'est peut être pour ça aussi que je voulais l'aider. Je ne me souvenais plus pourquoi, il m'avait dit il me semble qu'il savait comment sortir, mais que son corps ne le laissait pas faire, quelque chose comme ça. Est-ce que c'est aussi pour ça que je n'ai pas pu sauter du toit tout de suite? Je savais au fond de moi que c'était comme ça que je me réveillerais et pourtant, je n'avais pas fait le grand saut avant de me sentir prêt. Peut être que de la même manière, mon corps n'était pas encore suffisamment fort pour supporter mon réveil et la douleur que ça générerait?

J'allais parler un peu plus du vieil homme à Benedikt lorsqu'il se leva en trombe et qu'il alla poser la question aux infirmières, et je venais serrer des dents avant de prendre appui sur la béquille, car déjà la jeune femme le regardait d'un air des plus suspicieux
«Vraiment? Votre père venait vraiment lui rendre visite?» - je me souvenais de ce que le vieil homme avait dit... au début, les gens venaient, puis après plus rien, aussi je m'avançais en boitillant jusqu'à me retrouver à leur hauteur et elle me regardait avec un air partagé entre la méfiance et la peur
«Quand il était jeune... quand il pensait qu'il y avait de l'espoir. Pardonnez moi, je suis son beau-frère et ma femme m'a également parlé de cet homme que leur père allait voir avant.»

J'étais plus doué que Benedikt pour mentir, pour sûr
«Je connais cette famille depuis que nous sommes enfants nous aussi, j'ai épousé sa sœur il y a maintenant 9 ans avant qu'elle ne nous quitte. Son père n'a pas tenu bien longtemps après et il a éprouvé du regret de ne pas avoir continué à aller voir son ancien ami. Nous n'étions même pas nés qu'il avait déjà cessé d'aller le voir, mais il s'en est voulu et on aimerait réparer un peu, même si on ignore s'il est encore dans le coma ou s'il a fini par se laisser aller...»

L'infirmière nous regarda alors, la proximité qu'on pouvait avoir était surement crédible si on était finalement des amis d'enfance aussi. En tout cas à présent, ma version collait beaucoup mieux avec la vérité et l'infirmière se calma avant de baisser la tête d'un air triste
«Il est bien dans cet hôpital. Tout le monde le connait ici, c'est notre plus vieux patient. Sa femme est très riche et continue de payer pour qu'on le maintienne en vie, elle veut partir en même temps que lui. On a reçu pour instruction de le débrancher lorsqu'elle-même serait mise en terre, pas avant...»

Quelle connasse sa femme! Et elle ne va même pas le voir? Je venais hocher la tête d'un air sombre
«Je suis désolé pour lui. Vous pensez qu'on pourrait le voir?»
- «Oui, bien sur. De toute manière, le pauvre homme ne reçoit jamais de visites. Même les infirmières ont renoncé à lui faire la lecture! On pense qu'il ne nous entend plus...»

Et pourtant moi, j'étais bien placé pour savoir que même si on n'entend pas les paroles des gens autour de nous, on sait qu'ils sont là. Je venais m'appuyer sur ma béquille d'un côté et sur Benedikt de l'autre avant de suivre la jeune femme, il fallait monter tout en haut, vers les chambres de luxe d'une certaine manière. La femme de ce type devait vraiment être riche en effet. Une fois à l'intérieur, l'infirmière nous regarda avec encore une pointe de suspicion, et je m'avançais jusqu'à voir son visage que je reconnaissais tout de suite puisque c'était le même que dans mon rêve, mais on était censé n'avoir vu que des photos de lui de plus de 30 ans
«Je crois bien que c'est lui... il a plus de rides et les cheveux gris maintenant, mais on dirait bien l'homme de la photo non?»

Je me tournais vers Benedikt pour qu'il fasse semblant de confirmer. Puis je prenais le fauteuil pour m'asseoir à côté de lui en attendant que le gosse fasse de même... je ne savais pas quoi faire, il fallait attendre que l'infirmière dégage pour que je puisse lui parler, mais pour le moment, elle semblait résolue à rester! Et comme Benedikt était celui qui devait le «connaître» vis à vis de son père, je n'avais pas trop mon mot à dire pour le moment.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Benedikt » 03 Nov 2012, 03:13

Benedikt s'arrêta en plein milieu de la pièce. Son expression s'effrita comme de la peinture écaillée pendant un instant, la vision du vieil homme un peu trop familière avec l'un de ses souvenirs très récent. Puis il fronça le nez et s'approcha du lit au centre de la pièce alors que Vrass le lâchait pour aller s’asseoir dans un fauteuil tout près.

« Oui, c'est lui. Tu as raison. » confirma le botaniste immédiatement, n'ayant même pas besoin d'y réfléchir. Il jeta un regard qui disait clairement « pourrais-t-on avoir un peu d’intimité ? » à l'infirmière, mais celle-ci semblait avoir pris racine. Peut-être trouvait-t-elle leur histoire un peu étrange ? Ce n'était pas impossible, vu la façon bancale selon laquelle ils lui avaient expliqué, c'était déjà bien heureux que Vrass soit venu à sa rescousse pour réparer ce qu'il pouvait.
Benedikt se mit à genoux pour se retrouver à la même hauteur que l'homme qui semblait presque seulement endormi et resta quelques instants silencieux, les sourcils froncés.

« Bonjour... Vous ne me connaissez pas et je ne pense pas que vous puissiez m'entendre, mais... Quelqu'un que j'- qui m'est cher m'a dit que vous l'aviez aidé et même si je peux difficilement vous remercier proprement, je peux au moins vous dire... Merci. » murmura-t-il assez bas pour que l'infirmière ne l'entende pas, avant de jeter un coup d’œil à Vrass derrière lui. « Et je crois qu'il voudrais vous dire quelques petites choses... »

Il se releva et recula d'un pas avant de planter son regard dans celui du tatoueur, réfléchissant à ses paroles avant afin de ne rien éveiller de suspicieux chez l'indésirable quatrième personne dans la pièce.
« Vrass, je... Je me dis, si plusieurs personnes lui parlent, c'est mieux, non ? J'aimerais... J'aimerais bien qu'il puisse savoir que tu es là aussi. Surtout si personne je viens plus depuis longtemps, je pense que ce serait bien qu'il puisse sentir ta présence ? »

Benedikt se pencha pour attraper la main du tatoueur par réflexe, mais stoppa son geste pour se retourner sur l'infirmière.
« Excusez-moi, est-ce qu'on pourrait rester seul avec lui ? » L'infirmière leva un sourcil et s'apprêta à répondre, mais il l'interrompit net. « Ce n'est pas comme si on pouvait aggraver son état, non ? S'il vous plaît. »

Elle soupira, les jaugea du regard puis lança un « D'accord... » avant de sortir de la chambre. Le botaniste passa ses bras autour des épaules de Vrass.

« Quand tu disais que tu voulais l'aider, tu parlais de... le faire sortir du coma, Vrass ? Parce que... On ne peut pas faire grand-chose pour ça, tu sais... » chuchota-t-il comme si parler à voix haute était inappropriée dans cette pièce qui manquait décidément de... vie.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Vrass Rannveig » 03 Nov 2012, 12:36

C'était vraiment chiant ces règles à la con... c'est moi qui voulait voir ce type et c'est Benedikt qui devait se démerder pour lui parler à ma place! Dans un premier temps, j'essayais de jouer les indifférents, ce vieil homme était censé être un ami d'enfance de son père et n'avait donc rien à voir avec moi, aussi je ne disais rien, j'attendais. Lorsque Benedikt me demanda de lui parler dans un premier temps, je ne répondis pas, gardant un air sombre car je ne voulais pas dire quelque chose de bateau. Au moins l'infirmière prenait-elle ça que comme une sorte de réaction normale à moi qui était dans le coma il y a peu.

Finalement, il avait réussi à la faire sortir, et je venais prendre une profonde inspiration alors que le gosse enlaçait mes épaules pour me signifier qu'il n'y avait pas grand espoir, et je venais hocher de la tête
«Je sais. Et il le sait aussi. C'est trop tard maintenant. Son corps ne serait pas capable de supporter son réveil.»

Je venais prendre le poignet de Benedikt pour sentir un peu mieux sa présence... oui, il m'en avait parlé. Si on reste trop longtemps là bas, au bout d'un moment, on ne peut plus sortir... je reculais la main du gosse pour y déposer au creux de sa paume avant de me lever pour finalement m'asseoir carrément sur le bord du lit, ça me permettait de garder la jambe bien tendue et de moins avoir mal à mon genou ainsi. Je posais ma main sur le poignet du vieil homme, puis je fronçais les sourcils avant de me tourner vers Benedikt
«Nathan ou toi, vous avez pris mon poignet ainsi à un moment n'est-ce pas?» - je ne suis plus très sur, mais je me souviens que parfois, je sentais vraiment le contact sur ma peau quand j'étais là bas, en tout cas, l'écureuil était venu sur ma main ou quelque chose du genre.

Je venais donc carrément prendre la main du vieil homme, comme si je la lui serrais dans une salutation avant de me pencher sur lui tout en gardant quand même mes distances - d'une part, je ne pouvais pas trop me plier en deux, et d'autre part, j'étais pas là pour lui faire une déclaration d'amour
«Je ne sais pas si vous m'entendez... mais je sais que vous sentez ma présence! Je voulais vous remercier pour m'avoir aidé à sortir...» - je sentais ma gorge un peu sèche, je trouvais cela injuste que sa femme le maintienne ainsi par égoïsme juste pour partir en même temps que lui! À quoi ça sert si elle ne vient même pas le voir? - «Je vais faire de mon mieux pour vous faire sortir de là aussi. Je vous le promets.»

Je serrais un peu plus sa main en la soulevant et l'abaissant pour qu'il ressente une vraie poignée de main, puis je levais les yeux vers Benedikt qui devait me trouver contradictoire par rapport à ce que j'avais dit un peu plus tôt
«Il y a deux façons de sortir. Se réveiller, ou mourir... s'il ne peut pas se réveiller, je dois convaincre sa femme de le débrancher! Crois moi, tu ne voudrais pas passer toute ta vie là bas!»
Certes, il pourrait aider d'autres personnes comme moi à sortir, mais d'un autre côté, ce n'est pas juste pour lui qui est tout seul dans cette espèce d'hôpital vide. La solitude est probablement pire que la mort en fin de compte...

J'avais lâché sa main avant de me lever en prenant appui sur ma béquille pour tendre l'autre bras afin que le gosse vienne contre moi
«Je suis désolé pour tout ça. Je sais que ça n'a pas du être facile pour toi non plus, mais je n'aime pas avoir de dette, et j'en ai une envers lui...» - je reculais pour plonger mon regard dans le sien - «on va devoir trouver les coordonnées de sa femme, mais une fois que j'irai mieux. Dans un premier temps, pour être crédible, on risque de devoir venir le voir pendant quelques jours.»

Mais est-ce qu'il acceptera? Il avait un peu autre chose à faire qu'aider un vieil homme à mourir hein?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Benedikt » 03 Nov 2012, 17:33

« Nathan l'a fait aussi, je crois, je ne m'en souviens plus exactement... Je trouvais ça plus rassurant... de sentir que ton cœur battait encore. Enfin. »

Le botaniste écouta sans faire de bruit les paroles de Vrass au vieil homme, mais son expression s'assombrit un peu lorsque le tatoueur lui exposa ce qu'il avait l'intention de faire.

« Je veux bien venir le voir avec toi. »
Benedikt baissa les yeux pour éviter les yeux perçant du tatoueur et l'incita à se rasseoir. Bien que le botaniste avait envie de d'accepter tout ce que Vrass lui proposerait simplement pour être sûr de le garder auprès de lui, et qu'il était évident que le vieil homme ne se réveillait plus – si ça avait été le cas, en aurait-il été plus heureux, après avoir passé toute ces années inconscient et perdu tout les gens et les choses qu'il connaissait ? -, il n'arrivait pas à lui dire qu'il l'aiderait pour le reste. Il avait passé toute ces années à apprendre à soigner, aussi l'idée de stopper la vie de quelqu'un, même dans ce cas précis, lui était dérangeante. Il gardait l'impression inadéquate que c'était la même chose que s'il l'avait fait pour Vrass il y a quelques heures. Et d'ailleurs, aurait-il eu le courage de le faire même si cela faisait vingt ans que le tatoueur était resté ainsi ? Difficile de savoir sans se retrouver dans cette situation.

« À quoi cet endroit ressemble ? L'endroit où vous étiez ? » demanda-t-il finalement, les yeux viré sur la paume de la main de Vrass qu'il avait gardé entre ses doigts, comme s'il voulait y lire l'avenir.
Il ne lui avait pas encore décrit ni même raconté ce qu'il lui était arrivé là-bas, et le botaniste aurait aimé plus de détails. Que voulait-il dire quand il lui disait qu'il ne voudrait pas passer toute ta vie là bas ? Benedikt fut surpris de se sentir frustré, comme s'il avait été plus juste que ce soit un vrai paradis, puisque après tout, ceux qui attendait le réveil de ces gens était déjà dans une situation peu plaisante, alors pourquoi fallait-il qu'ils soient aussi en train de souffrir ? Il faillit ouvrir la bouche, mais considéra que c'était décidément bien innocent d'énoncer ce qui pouvait être résumé en disant « la vie est injuste ».
Que pouvait d'ailleurs répondre la tatoueur à ça, à part être surpris qu'il ne l'ait pas encore remarqué – le botaniste l'avait déjà remarqué depuis bien longtemps, comme tout le monde - ? Et ils pouvaient au moins s’estimer heureux en ce qui les concernait, pensa Benedikt. Si Vrass n'avait pas toute sa mémoire, il était en vie et en pleine guérison.
« Est-ce que tu ressentais la douleur, là-bas ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Vrass Rannveig » 03 Nov 2012, 18:54

L'idée de tuer quelqu'un est forcément dérangeante, mais je savais ce que je faisais. Je me souvenais de son regard envieux lorsque la jeune femme avait disparu quand je m'étais jeté sur la porte, il savait que cela faisait partie des options pour quitter cet étrange hôpital et je savais qu'au fond, il préférait ça à demeurer ainsi.
Je laissais Benedikt m'aider à me rasseoir dans le fauteuil, et je pouvais voir qu'il semblait soucieux vis à vis de tout ça, et je devais reconnaître que moi-même, cela ne m'enchantait pas tellement... il en vint à me demander où je m'étais trouvé, ce n'était pas évident de répondre finalement, mais j'allais essayer en rassemblant mes souvenirs
«Un hôpital. Mais totalement vide, il n'y a pas de meubles, ni d'appareils, ni de médecins. Juste d'autres gens qui sont soit debout, soit assis, le regard vide. Je pense que la plupart ont renoncé, peut être que ça dépend aussi de l'état du corps et pas seulement de l'esprit»

Je regardais encore ses cheveux bouclés, plus à ma portée puisqu'il baissait la tête d'un air surement triste à l'idée que j'ai pu me retrouver dans un tel endroit
«Ce n'est peut être pas réel, ce n'est peut être que mon imagination, mais ce vieil homme est bien là, tel que dans mes souvenirs alors que je suis sur de ne l'avoir jamais vu avant...»
Je soupirais doucement avant de serrer sa main dans la mienne et d'y entrelacer mes doigts
«Puis lorsque je me suis senti prêt à partir de là, lorsque j'ai senti votre présence à Nathan et toi, j'ai atterri sur le toit de cet hôpital, et... il y avait un mouton noir et un petit écureuil rouge aux yeux vairons...»

J'affichais un sourire amusé afin de voir sa réaction! Allait-il comprendre que d'une certaine manière, c'était de Nathan et lui que je parlais? D'ailleurs, sous quelle apparence le vieil homme sentait ma présence à cet instant? Un bison? Un dragon? Ou bien comme lui se souvenait de moi, je lui étais peut être apparu dans mon apparence réelle? Allez savoir, en tout cas, je baissais les yeux d'un air sombre tout en serrant un peu plus la main de Benedikt dans la mienne
«Puis je sais pas, j'ai plongé mon regard dans celui du petit écureuil, je me suis souvenu de son nom, mais ça m'a fait mal, je n'ai pas compris ce qu'il s'est passé, mais je me suis à nouveau retrouvé dans la chambre d'hôpital où j'étais au tout début! Mais je ne ressentais aucune douleur à part peut être parfois une certaine migraine» - cela correspondait à la fois où j'avais prononcé le nom de Nathan et où mon cœur avait eu la bonne idée de s'arrêter, en tout cas, je me rendais compte que tous mes souvenirs revenaient peu à peu au fur et à mesure que je me sentais retourner dans cet hôpital et je fixais un moment Benedikt, sans dire un mot

Je venais de me rappeler son ancien «métier»; et pourtant, ça ne me dérangeait pas plus que ça... je me penchais pour l'attirer vers moi afin de souder mes lèvres aux siennes, retrouvant peu à peu ce goût de dépendance qu'il était le seul à attiser en moi.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Benedikt » 03 Nov 2012, 22:56

Le botaniste soutint son regard un instant avant de laisser un sourire apparaître sur ses lèvres.
« À quoi tu penses ? » faillit-t-il demander sans qu'il en ait vraiment le temps, Vrass l'ayant déjà attrapé contre lui. Benedikt ne recula d'un petit pas que lorsqu'il sentit ses mains devenir baladeuses - bien que de toutes manières, avec les multiples bandages qui recouvraient le tatoueur, cela devenait plus difficile -, puis soupira en levant le menton vers le tatoueur.
« Je vais t'aider, pour tout. On va demander le nom de sa femme à l'infirmière, la retrouver, et la convaincre de le débrancher. Elle a ses raisons de ne pas vouloir le laisser partir mais... Je pense que c'est seulement pour elle qu'elle le fait, maintenant, et je pense qu'elle sera d'accord si on arrive à lui donner un autre point de vue. » Il sourit tristement. « À nous deux, on forme la paire parfaite pour ça.»

Il s'approcha de la porte de la chambre dans l'intention d'aller voir si l'infirmière les attendait quelque part, mais s'arrêta en chemin pour se retourner.
« Attends... L'écureuil aux yeux vairons, c'était forcément une espèce de représentation de Nathan... Et la seule personne qui était avec lui, c'était moi, alors... J'étais un mouton ?! » Le botaniste sembla tout à fait choqué et perplexe, puis passa une main dans ses boucles brunes.
« J'espère qu'il n'y a que mes cheveux comme point commun ! » rajouta-t-il avec un éclat de rire bref. Son regard retomba sur le lit d'hôpital et tout son visage redevint ennuyé en moins d'une seconde.
« Mais tu avais au moins de la compagnie... Je ne veux pas que cet homme reste là-bas encore longtemps, seul à voir tout ces gens venir et repartir. C'était dans ta tête mais... je te fais confiance pour savoir ce que tu fais. Et puis... C'est une question de dignité, aussi. Qui voudrait passer sa vie dans cet état ? »

Il s'approcha du tatoueur pour lui voler un dernier baiser avant d'aller chercher la jeune femme qui les avait conduit jusqu'ici. Le sentiment diffus d'horreur que lui inspirait la vision du vieil homme dans le coma faisait d'autant plus grandir son envie d'être près de Vrass, mais il y avait cette histoire de beau-frère, et aussi le fait que Vrass ne se souvenait que d'une partie de ce qui c'était passé entre eux et considérait peut-être ça différemment - le botaniste hésitait entre faire semblant de rien et attendre d'être sûr de ce que pensait le tatoueur à propos de tout cela, ce qui résultait en une manière étrange de piquer des gestes d'affection, pour s'envoler comme un moineau effrayé juste après -. Même si Vrass s'était montré loin d'être opposé à la proximité de Benedikt, celui-ci supposait qu'il n'était pas, naturellement, à en refuser de quelqu'un qui lui plairait.
Il ouvrit la porte de la pièce et laissa échapper une exclamation en découvrant l'infirmière tout simplement postée juste devant.

« Vous êtes un tout petit peu effrayante, à faire ça, vous savez ? Enfin, heu, est-ce que vous auriez les coordonnées de sa femme ? On... J'aimerais bien la contacter. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Vrass Rannveig » 04 Nov 2012, 02:24

La réaction de Benedikt vis à vis de cette histoire de mouton eut de quoi me faire sourire, dès qu'il avait prononcé le mot «mouton» j'avais levé les yeux vers ses cheveux et il avait vite fait le rapprochement, et je venais rire doucement avant de hocher la tête
«Si tu es tel que je me souviens, je pense que tu n'as rien d'un mouton en effet... à part la tignasse!»

Je détournais donc les yeux vers le vieil homme, mon regard de nouveau sombre. Non, cet endroit n'était pas vraiment le mieux pour y passer l'éternité, et je ne voyais pas quel intérêt il y avait à perdre des sommes folles pour maintenir un homme en vie si c'était pour le laisser ainsi seul. Benedikt ouvrait grand la porte et toma nez à nez avec l'infirmière qui nous regardait l'un et l'autre avec un air triste au moment où il demandait les coordonnées de l'épouse... elle soupira
«Je sais pourquoi vous voulez la voir...» - elle tourna les yeux vers moi et je sus qu'elle savait quelque chose qu'elle n'aurait pas du entendre! Elle avait écouté aux portes - «vous ne le connaissiez pas n'est-ce pas? J'ai vu dans votre dossier que vous étiez l'homme dans le coma d'hier... vous aussi vous y étiez n'est-ce pas? Et vous l'avez vu là bas?»

Je venais froncer les sourcils avant de me lever en prenant appui sur ma béquille, plongeant mon regard dans le sien. Elle tenait son dossier contre elle et eut un sourire des plus tristes à nouveau
«Si je suis devenue infirmière, c'est grace à lui! Il m'a sauvé la vie à moi aussi quand j'ai eu mon accident de voiture à l'âge de 16 ans...» - elle s'avança, serrant toujours ses dossiers comme s'ils étaient ses bien les plus précieux avant de me regarder - «il m'a expliqué comment sortir... moi aussi j'ai sauté du toit! Et quand je me suis réveillée, je n'ai pas compris et je ne m'en souvenais pas...» elle soupira à nouveau avant de tourner les yeux vers lui - «je suis tombée par hasard sur une photo de lui lorsqu'une infirmière a fait tomber ses dossiers par terre et là, je l'ai reconnu tout de suite. Sa femme ne venait déjà plus le voir, et la mémoire m'est revenue...»

Je comprenais ce qu'elle ressentait, cependant, ça ne m'aidait pas vraiment aussi je venais plonger mon regard dans le sien à nouveau
«Vous êtes devenue infirmière pour le sauver aussi?»
- «À l'époque, je pensais que je pouvais l'aider à se réveiller, je lui ai parlé, je lui faisais la lecture, mais il ne se passait rien. Alors je suis devenue infirmière mais quand j'ai réussi à être embauchée ici, on m'a dit que son corps était à présent trop affaibli et qu'il était impossible qu'il se réveille...»
- «Et vous n'avez pas cherché à demander à ce qu'on le débranche?»


Elle se mordit les lèvres avant de baisser les yeux au sol, je comprenais pourquoi elle tenait si bien ses dossiers, elle ne voulait pas les faire tomber comme l'infirmière qui lui avait montré involontairement la photo
«Si, j'ai essayé. Mais en fait, ce n'est pas aussi romantique que je vous l'ai dit. La fortune de cette dame ne lui revient que tant que son mari est en vie! Il a rédigé un testament qui lègue toute sa fortune à une association et un orphelinat! C'est pour ça qu'elle le laisse en vie pour pouvoir en profiter jusqu'à sa mort! Ils n'ont jamais eu d'enfants...»

Mais quelle connasse! Je sentais mes bras trembler sous la colère, aussi je me tournais vers Benedikt, l'air contrarié
«S'il te plait, j'aimerais me reposer un peu... retournons dans la chambre si ça ne t'ennuie pas.» - elle leva les yeux vers moi et je devais avoir l'air bien sombre
«Merci pour vos renseignements... mais je ferai de mon mieux pour la convaincre quand même.»
- «Bonne chance!»
- dès qu'il est question d'argent, les gens deviennent cons! Je sais bien qu'elle a essayé, mais elle a quoi? 25 ans? Peut être 30 tout au plus... Trop jeune pour pouvoir convaincre une riche bonne femme de renoncer à son argent juste pour que son mari repose en paix...

Fait chier...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Benedikt » 04 Nov 2012, 22:37

« Non, bien sûr, viens. »
En ce qui concernait sa santé, de toutes manières, le botaniste ferait tout ce que voulait le tatoueur. Aussi annoncer qu'il était fatigué lui valait une acceptation immédiate et spontanée.
« On reviendras vous dire comment ça s'est passé, si vous voulez ? Même si vous risquez de le savoir... Enfin, d'être au courant du résultat. » rajouta Benedikt avec un sourire amical.
Il lui dit au revoir et s'enfonça dans les couloirs interminables de l'hôpital avec Vrass.

« Je ne vois pas trop à quoi servent ces voitures à part pratiquement tuer des gens... » grommela-t-il en chemin, alors qu'il passait à nouveau à travers la petite cour aux arbres mal en point. Il commençait à faire un peu frais, comme un début timide de l'automne, les faisant légèrement frissonner. « Si cet homme a été renversé par une voiture lui aussi, il y a 40 ans, ça ne m'étonnerais même plus, tu vois. »
Ce n'était qu'un exemple de plus qui venait alimenter sa réticence envers tout ce qui avait deux ou quatre roues et qui dépassait les 30 km/h. À propos du reste de l'histoire, par contre, Benedikt n'était finalement que très peu surpris. Ce genre de situations n'arrivait pas qu'à la Basse-ville, et peut-être d'autant plus à Païlandune où les différences entre riches et pauvres étaient beaucoup plus visibles, l'argent justifiait les moyens. Mais ce n'était, bien sûr, pas une bonne nouvelle ; quel argument pourras être assez fort contre celui de la perte de sa fortune ? Ils ne pouvaient plus qu'espérer que cette vieille femme ne serait pas aussi indifférente qu'elle en avait l'air. L'infirmière leur avait donnée un morceau de papier avec seulement un nom griffonné dessus, mais il ne serait pas difficile de la retrouver. Son nom autant que son prénom avaient une odeur aristocratique et distinguée, et ce serait bien un miracle si quelqu'un d'autre dans cette ville portait le même. Benedikt repensa un instant aux paroles de l'infirmière en relisant son écriture fine.

« Tu crois qu'il s'agit de l'orphelinat de la Bonne Étoile, celui où est Nathan, sur ce testament ? Il ne doit pas y en avoir tant que ça ici. »
Ce serait une nouvelle motivation pour convaincre cette femme de laisser partir son mari. Le botaniste n'imaginait pas qu'il puisse exister des subventions pour ce genre d'établissement, et s'était demandé plusieurs fois comment l'orphelinat trouvait de l'argent, ici. Si cela pouvait assurer à Nathan des meilleures conditions de vie, ce n'était pas de trop.

Ils rentrèrent dans la petite chambre de Vrass – aux murs toujours aussi décidément pâles – et Benedikt aida ce dernier à s’asseoir sur son lit. Rejoignant le tatoueur, il se pencha vers lui pour poser une main à plat sur son front, puis se mit à sourire en l'enlevant.
« Tu n'es pas trop fatigué ? Tu devrais dormir un peu. Je sais que tu es un winghox, mais ça n'empêche que vous aussi vous avez besoin d'un peu de repos, après être passé sous un camion. Et puis je pense que tu vas avoir de la fièvre, bientôt, alors autant que tu dormes pendant ce temps là. »

Désolé d'avoir été si lent à répondre alors que c'est dimanche, c'était Amour, Gloire et Beauté, ma vie, aujourd'hui ^^

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Vrass Rannveig » 05 Nov 2012, 15:29

Honnêtement, je ne savais pas dans quel état je me trouvais. Est-ce que j'étais déprimé? En colère? En tout cas, je m'enfermais dans un certain mutisme, l'infirmière n'y était pour rien finalement, et je comprenais mieux sa réticence lorsqu'on est allé lui demander pour cet homme! J'avais trouvé étrange qu'elle le connaisse si bien alors que mine de rien, cet hôpital est vraiment très grand et que si plus personne ne s'occupe de lui, vu son jeune âge si je puis dire, il n'y avait pas trop de raison qu'elle le connaisse. Elle avait vécu la même chose que moi, elle n'avait pas précisé si elle s'était retrouvée dans cet hôpital aussi au cours de son coma, et si l'hôpital de notre rêve ne regroupait que les personnes se trouvant ici ou sur tout Nideyle.

Je n'avais pas envie de savoir en fait, et je marchais donc en silence alors que Benedikt semblait en proie à la colère vis à vis des véhicules, et je venais juste murmurer tout en continuant de faire attention où je mettais les pieds
«Il peut y avoir tout autant d'accident à cheval ou en bateau...»

En soit, le problème n'était pas forcément le véhicule en lui-même, juste l'abruti qui le conduisait... je me tournais vers lui, un léger sourire plutôt sombre sur les lèvres à l'idée qu'il puisse encore s'inquiéter pour moi. D'une certaine manière, cela me faisait bizarre de savoir que oui, il y avait eu quelqu'un pour venir me voir et s'inquiéter à mon sujet lorsque j'avais été percuté.

De toute évidence, il semblait réfléchir encore à tout ça, et revint sur l'orphelinat et l'association à qui l'argent de cet homme devait revenir, et je venais hausser les épaules
«Aucune idée... je doute qu'il n'y ait qu'un seul orphelinat dans toute la Basse Ville. Mais de toute manière, si on veut convaincre cette femme de laisser son mari partir, il faudra surement s'arranger avec l'association ou l'orphelinat en question pour qu'ils refusent une partie de cet héritage!»

Il y avait une autre solution à laquelle j'envisageais depuis le moment où Benedikt avait parlé des accidents de voiture, si cette femme venait à mourir, alors l'hôpital débrancherait automatiquement son mari... comme on a pu le démontrer, les accidents arrivent souvent. Le regard sombre, on finissait par arriver dans la chambre et je venais m'allonger doucement sur le lit en grimaçant légèrement. Il était étrange de voir que là où j'avais le plus mal finalement, c'était là où les os n'étaient pas brisés... mais c'était surement normal puisque le reste était badigeonné de doses généreuses de plantafix. Je commençais à avoir du mal à plier la jambe, mon genou et ma hanche me faisaient mal à présent à force, même si je ne m'appuyais pas dessus, et mon coude était toujours engourdi par le baume qui faisait effet.

J'avais aussi mal à la tête à présent, j'avais bien besoin d'un cachet, une aspirine ou autre, je comptais en demander une lorsque l'infirmière reviendrait. Benedikt s'inquiétait de mon état, et je préférais ne pas lui mentir, en fait, je n'en avais pas la force
«J'ai mal à la tête... je ne suis pas forcément fatigué mais je sais que mon corps a besoin de repos. Je vais rester allongé un peu mais je n'ai pas vraiment envie de dormir, j'y arriverai mieux lorsque je serai chez moi»

La vérité c'est qu'une part de moi avait peur que si je m'endorme, je me retrouve à nouveau dans cet hôpital. En soit, je pourrais peut être retrouver ce vieil homme et le remercier sincèrement pour ce qu'il a fait pour moi et cette infirmière, et lui promettre en personne si je puis dire que je comptais bien le faire sortir de là, mais je n'étais pas sur d'avoir une nouvelle fois le courage de sauter de ce toit.

Je tournais les yeux vers le gosse, cherchant son regard qui semblait encore un peu inquiet avant de soupirer et détourner le regard à nouveau
«Au fait... comment tu as su que j'étais ici? Est-ce que j'avais quelque chose dans mes papiers qui disait de te contacter en cas de problème?»

J'en doutais puisqu'il m'avait dit être passé par l'orphelinat pour pouvoir venir, mais d'un autre côté, je me demandais quand même comment il avait pu savoir que j'étais là! Qui l'avait prévenu? Quelles relations nous avons en commun? J'avais l'impression que ma mémoire revenait peu à peu, en tout cas, j'avais beaucoup moins cette sensation de vide que lorsque je me suis réveillé. Les instants que nous avions vécus depuis que je le connaissais, l'explosion de la serre où il travaillait à cette époque, le fait qu'il se soit fait agressé dans la rue en venant chez moi, et aussi un passage dans une fête foraine où un groupe de minettes en furie l'avait confondu avec une pop star - sans oublier un passage où j'ai du me tourner en ridicule sur une scène pour gagner mon poids en bonbons!

Mais tout ça ne m'aidait pas à savoir comment il avait su ce qui m'était arrivé, je n'ai pas de téléphone portable, je n'ai pas pu l'appeler alors finalement, qui l'a fait?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Benedikt » 05 Nov 2012, 22:38

« Non, mais ton accident, c'est passé à la radio, à cause de ce prix que tu as eu, le héros de Nideyle ou je ne sais quoi. Et je travaillait dans une entreprise, heu, je ne sais pas si tu t'en rappelle, mais je reclassais toutes leurs archives. Enfin j'ai entendu deux employés en parler, et... Je voulais te voir, mais je ne savais pas trop comment faire, et malgré l'aide de Moïra, ils ne voulaient pas nous dire dans quel hôpital tu étais. Il n'y avait que Nathan qui pouvait être la solution, il porte le même nom que toi, mais je n'avais pas envie de lui dire ce qui se passait, et puis, finalement... Si tu étais mort et qu'il n'avait pas pu te dire au revoir, il l'aurais peut-être regretté. Alors on a appelé l'orphelinat, on est passé chercher Nathan, et puis on a filé tout les trois ici. Et... c'est tout. »
Benedikt baissa les yeux sur les bandages du tatoueur.
« Je vais essayer de trouver une infirmière, elle pourra te donner un de ces... médicaments fait avec des molécules. » fit-il remarquer avec un sourire rassurant, avant d'attraper la tête du tatoueur entre ses mains pour déposer un baiser sur son front et ressortir de la pièce.

« Mais. Qui. Êtes. Vous ? »
Le botaniste n'avait même pas lâché la poignée de porte. Il s'arrêta et se retourna sur une femme d'une trentaine d'années, l'air très curieuse et bien contente. Bien sûr, cela faisait dix minutes qu'elle les suivait dans tout l'hôpital, et bien plus longtemps encore qu'elle cherchait le winghox aux cheveux rouge, alors voir le gosse qui l'accompagnait sortir de cette chambre qui ne pouvait être que la sienne était presque un cadeau de Noël.

« Je m'excuse mais... C'est plutôt moi qui devrait vous poser la question... »
Benedikt n'avait jamais vu une journaliste autrement qu'à la télévision, aussi qu'elle sorte un calepin lui sembla étrange mais ne lui permit pas de faire le rapprochement. En fait, il ne s'était jamais fait la réflexion qu'il devait aussi exister des journalistes qui ne parlent pas dans un micro, et sans cet air très sérieux.
« Oh, ça n'a pas d'importance, croyez-moi. C'est bien Vrass Rannveig, dans cette chambre ? J'ai entendu qu'il allait mieux, n'est-ce pas ? » Elle avait un sourire qui ne l'empêchait pas d'avoir l'air manipulatrice. Benedikt ne le percevait pas vraiment mais sentait que quelque chose clochait, ce qui le rendait méfiant. Il resta planté dans l’encadrement de la porte comme pour l'empêcher d'y rentrer.
« Oui... Effectivement... Vous vous connaissez ? »
« Ça dépend de ce qu'on appelle connaître. »
En voilà une réponse ! Ce n'était donc pas une amie – elle pouvait difficilement se faire passer pour alors qu'elle ne savait pas ce qui liait le jeune homme à Vrass et qu'il avait les moyens de vérifier ses dires en quelques secondes -.
« Il vous a tatoué ? »
« Oh, non. »
« Vous avez couché avec lui ? »
« Non plus. » - là s'ajouta un gloussement moqueur -
Le botaniste fit une dernière tentative alors qu'il se creusait la cervelle pour trouver une explication plausible à la présence de cette femme ici – puis se rappela soudain la réaction des deux employés de bureau -.
« Vous êtes une … heu... fan ? » Il prononça ce dernier mot avec une précaution toute particulière, comme il n'était pas sûr de ce que cela voulait vraiment dire, ni si c'était le mot exact.
« Je ne crois pas que l'on puisse dire exactement ça. » répondit-elle avec ce même ton mielleux qui donnait l'impression qu'elle essayait d'attirer un chiot abandonné avec une gamelle de croquette qu'elle lui passait sous le nez sans jamais la mettre à sa portée. Plus la conversation avançait, plus le visage de Benedikt s'enfonçait de la confusion, plus le sourire de la femme s'élargissait. Et finalement, il n'aimait pas trop sa manière de se comporter, délibérément de mauvaise volonté.

« Écoutez, soit vous connaissez bien Vrass et je vous aurais laissé rentrer pour lui demander vous-même comment il va, mais manifestement ce n'est pas le cas, soit vous n'avez pas besoin de le savoir. Lisez les journaux, apparemment ils parlent de ce genre de choses. »
Les yeux de la journaliste se rétrécirent et elle contempla Benedikt pendant quelques secondes, contrariée. Elle devrait la jouer plus sournoise, la prochaine fois. Pour le moment, ce n'était pas la peine, elle allait devoir y réfléchir un peu plus avant d'attaquer à nouveau. Et d'après ce qu'elle avait obtenu des infirmières, ce n'était probablement pas une bonne idée d'aller directement parler à ce winghox à fort caractère.
« Oh, je n'y manquerais pas, ce ne sera pas bien difficile... »
Benedikt croisa les bras et la fixa d'un regard frondeur jusqu'à ce qu'elle disparaisse. Il attendit encore quelques instant, puis marcha rapidement jusqu'au bout du couloir où passait justement un infirmier.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Vrass Rannveig » 06 Nov 2012, 23:18

Un cachet avec des molécules? Il fallait reconnaître que sa vision des choses était amusante la plupart du temps et je ne pouvais m'empêcher de sourire en le oyant partir alors que je m'enfonçais un peu plus dans les coussins. Fixant le plafond, je commençais à fermer les yeux juste pour me reposer un peu, mais j'entendais encore Benedikt parler derrière la porte et je venais me redresser légèrement pour voir si je savais à qui il parlait, mais je ne reconnaissais pas cette voix et je fronçais donc les sourcils avec une envie de me lever pour aller voir par moi-même!

Mais finalement, les paroles se turent et j'entendis les pas s'éloigner. Prenant une profonde inspiration, je sentais que j'aurais pu me laisser gagner encore par le mécontentement à l'entendre discuter avec une femme, mais le ton que j'avais cru percer à travers la porte me laissait entendre qu'il n'était pas vraiment ravi de cette conversation! Je prenais une profonde inspiration avant de me sentir m'endormir petit à petit.

Puis je réouvrais brutalement les yeux! J'avais cru me retrouver de nouveau dans cette chambre vide et je ramenais ma main sur mon torse en sentant mon cœur battre à toute vitesse! Bordel! Sérieusement, est-ce que je suis condamné à ne plus pouvoir dormir de peur de me retrouver à nouveau là bas? Je me redressais un peu, me fichant pas mal d'avoir de plus en plus mal à la tête et à la hanche! En position assise sur le bord du lit, je sentais presque mes yeux me brûler par l'angoisse qui m'avait traversé, je les frottais de mes paumes et pourtant je n'en étais pas à avoir les larmes sur le point de se montrer...
«Qu'est-ce qu'il m'arrive?» - je tendais les mains devant moi et je me rendais compte qu'elles tremblaient! Je venais baisser la tête avec dépit, je n'aimais pas ça du tout et je ramenais une nouvelle fois mes paumes sur mes yeux pour essayer de faire le vide dans mon esprit!

D'un autre côté, forcément, je me suis fait percuter par un camion de pompier, c'est pas rien et pourtant, je ne me souviens pas de l'accident en lui-même... je sais que le matin, Benedikt avait encore oublié de prendre son thé, une cliente est passée pour que je lui fasse Drakmoniss sur tout le corps et elle devait repasser... aujourd'hui surement si je n'ai dormi qu'une journée. Ce que je suppose en fait donc elle a du trouver la boutique fermée et surement que j'ai perdu une cliente dans l'histoire mais tant pis. Je me redressais un peu, je trouvais que Benedikt mettait du temps à revenir pour une simple aspirine et j'espérais qu'il serait bientôt là, je me sentais comme un enfant perdu dans une pièce obscure sans savoir comment en sortir, en fait, je crois que cette chambre ressemble trop à celle dans laquelle je me trouvais avant de me réveiller, j'avais besoin de retrouver mon lit je pense...


Désolé, je ne fais pas trop intervenir la journaliste, je ne sais pas ce que tu me réserves avec elle ^^

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Benedikt » 07 Nov 2012, 15:58

« Vrass ? Ça va ? » Benedikt posa brutalement le verre d'eau qu'il avait dans la main sur la petite table de nuit pour prendre le visage du tatoueur dans ses mains et l'obliger à le regarder. « Hé, tout va bien, calme-toi, je suis là. Qu'est-ce qu'il y a ? »

Il n'avait jamais vu Vrass avoir l'air aussi désemparé. Ce n'était visiblement pas de la douleur, il semblait simplement perdu. Le botaniste se demanda si c'était sa discussion avec l'inconnue qui pouvait en être la raison, mais ce serait bien un miracle qu'il ait pu distinguer ses paroles à travers la porte fermée. Mais après tout, vu les événements récents, il n'y avait pas à chercher bien loin pour trouver d'autres raisons. Benedikt attrapa les mains du tatoueur, s'assit sur le bord du lit pour se pencher vers lui et l'embrassa doucement.

« Tout va bien... »

Le botaniste jeta un œil intrigué sur le cachet effervescent qui coulait au fond du verre en chuintant. Bon, il n'allait pas critiquer leurs méthodes alors qu'il n'aimait pas qu'on critique les siennes, c'était juste une autre façon de faire, mais c'était quand même un peu étrange, ce machin. Benedikt attendit d'avoir quelque chose qui ressemblait à de l'eau pétillante pour le tendre au tatoueur avec un sourire qui tentait de faire oublier son air inquiet ; « Pour ton mal de tête » précisa-t-il, même si Vrass était de toutes évidences plus au courant des médecines de la Basse-ville.
Il avait eu l'intention de lui parler de la femme qui lui avait posé des question quelques minutes auparavant, mais à présent, il hésitait. Sans aucun moyen de savoir qui elle était et s'il devait être prudent avec elle, le botaniste préférait ne pas donner à Vrass des raisons de s’inquiéter. Il s'occuperait d'elle plus tard, pour être sûr qu'elle n'avait pas de mauvaises intentions – il ne l'imaginait être en train d'essayer de soutirer des informations à tout le personnel pendant ce temps-là, malgré le fait que c'était exactement ce qu'elle était en train de faire -.

« Je pense que si on trouve un moyen de transport approprié, tu pourrais dormir à la boutique ce soir ? Tu préférerais ? Mais... tu accepterais de monter dans un taxi ? »
Benedikt cherchait un moyen de rassurer le tatoueur et quelque part dans son esprit lui était venu l'idée qu'être chez lui serait probablement plus rassurant qu'être ici dans cet hôpital froid et austère.
« Je dis ça comme ça, c'est juste une idée, elle est peut-être idiote. » rajouta-t-il, un peu gêné lui-même à l'idée de devoir remonter dans une voiture, et plus encore à celle de ne plus avoir les infirmières autour d'eux si quelque chose se passait mal.
« Et c'est seulement si tu acceptes de rester la plupart du temps allongé et de ne pas te forcer à faire quoique ce soit juste parce que tu en as marre d'être limité dans tes mouvements. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: La curiosité est un vilain défaut !

Messagepar Vrass Rannveig » 07 Nov 2012, 20:35

Finalement, la porte avait fini par s'ouvrir sur un Benedikt encore plus inquiet que d'ordinaire! J'ai vraiment une tête qui fait peur à ce point ou quoi? J'ouvrais difficilement les yeux, comme ébloui par la lumière ambiante après être resté dans l'obscurité de mes paumes qui me couvraient les yeux avant de le regarder avec un air plutôt absent
«Je n'aime pas cet endroit. Rien de plus.»

Je le suis alors du regard pendant qu'il s'assoit à côté de moi, appréciant sa présence et son baiser avant de soupirer en ayant toujours aussi mal à la tête, et c'est pourquoi je venais boire sans le moindre problème le cachet d'aspirine d'une traite avant de lui rendre le verre pour qu'il le pose sur la table à côté
«Ce truc n'a rien à envier à tes plantes, c'est tout bonnement dégueulasse...» - amer et le goût reste en bouche en prime! Non mais vraiment, ça leur viendrait pas à l'idée d'inventer des médicaments qui auraient bon goût pour changer? Enfin, je soupirais en me pinçant l'arête du nez, laissant le temps au cachet d'agir alors qu'il me demandait si je voulais rentrer et je venais porter machinalement ma main à mon oreille pour voir que j'avais toujours la perle de Sayah - nom de merde tiens

«Non, j'utiliserai la perle. Je veux juste être sûr de bien leur régler ce que je leur dois pour les soins pour pas avoir d'ennuis à partir trop vite...» - car bon, ils doivent pas trop avoir l'habitude des gens qui se téléportent! Je finissais par le contourner pour m'allonger à nouveau, laissant ma main venir chercher la sienne pour la serrer un moment tout en fixant le plafond - «Sérieusement, cet endroit a vraiment quelque chose de déprimant...»

J'essayais de fermer les yeux un moment, mais de nouveau, l'angoisse de me réveiller au mauvais endroit me revenait et je sursautais tout en ayant du mal à respirer, puis je me calmais peu à peu, il était préférable que je parle pour le moment, je n'arriverais pas à m'endormir de toute manière à présent
«Je t'ai entendu parler à quelqu'un toute à l'heure. Une femme. Mais je doute que ce soit une infirmière sinon elle serait venue me voir non? Qui était-ce?»

Je n'en avais rien à faire d'être indiscret, la voix n'avait rien à voir avec celle de l'autre cruche amoureuse, donc je supposais que c'était quelqu'un d'autre et j'en venais à me demander si je ne m'étais pas trouvé un amant qui avait autant de conquêtes que moi finalement? Ce serait une première tiens!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

PrécédenteSuivante

Retourner vers La Basse-Ville et son Dôme

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron