Que faire… ?

Bâtie après le crash de l'Atlas IV, c'est une ville complexe à la pointe des nouvelles technologies, futuriste, propre, et protégée par un Dôme d'énergie fort curieux.

Image

Re: Que faire… ?

Messagepar Benedikt » 15 Oct 2012, 10:43

« Heu, oui, s'ils ne peuvent pas rentrer, ils ne peuvent pas nous faire grand-chose... » répondit le botaniste, un peu sonné de toute l'agitation des secouristes qui avait disparu d'un seul coup. « Et sans lumière allumées, il ne pourront pas voir que nous sommes là, c'est une bonne idée. On n'a plus les personnes qu'ils cherchent avec nous mais ils ont l'air un peu... violent alors je préfère ne pas tester leur patience. Après, si la police s'occupent d'eux, très bien. »

Contrarié par le militaire, parti comme si de rien n'était alors qu'il avait annoncé vouloir les aider, par la tournure de la soirée en général, et un peu par le fait qu'il ne saurait probablement pas ce qui arriverait à l'homme blessé – mais c'était peut-être pour le mieux, en définitive -, Benedikt gardait d'autant plus d'estime pour son client tatoué qui était toujours dans la boutique alors que cela faisait un bon bout de temps qu'on lui avait répondu qu'ils n'avaient plus ce pourquoi il était venu.

« Je suis désolé, si j'avais su, j'aurais fermé la boutique bien plus tôt... On peut vous laisser sortir si vous n'avez pas envie de rester, mais je ne voudrais pas qu'il vous arrive quelque chose. Surtout qu'ils vous reconnaîtront s'ils vous croisent. » ajouta-t-il alors qu'il se tournait vers lui en se relevant. Ce serait bien d'éviter de nouveaux dégâts, non ?

En parlant de rentrer chez soi ; il y a quelqu'un qui devait l'attendre, aussi... Benedikt soupira ; ce n'était pas vraiment ce à quoi il avait espéré s'occuper pendant la soirée, mais ce n'est pas comme s'ils avaient le choix. Une fois que le groupe de joueurs arnaqués se serait aperçu qu'il n'y aurait plus personne dans l'herboristerie, ils repartiraient et tout rentrerait dans l'ordre. C'était en tout cas les prévisions idéales de Benedikt, qui baissa les yeux sur ses mains pleines de sang maintenant en train de sécher.

« Belladona, tu crois que j'ai un moyen de prévenir Vrass que tout va bien ? J'ai peur qu'il s'inquiète, je devrais être rentré depuis un certain temps. »

Peut-être pourrait-il même lui demander s'il pouvait venir le chercher ici ? Le botaniste détestait l'idée de se sentir obligé d'être accompagné comme un gamin dans les ghettos, mais la vision de l'homme à moitié ouvert en deux ne l'aidait pas à avoir envie de gambader là-bas après la tombée de la nuit. Difficile de choisir entre orgueil et prudence...

« On a quelque chose qui pourrait servir d'arme et que je pourrais emmener avec moi ce soir ? » rajouta-t-il à l'adresse de la picaris. Ah, orgueil avec un zeste de prudence ? Quant à décider si ce n'était pas très malin d'agir ainsi après ce qui venait de se passer...

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Que faire… ?

Messagepar Antiphane Bevnadin » 15 Oct 2012, 21:15

Antiphane ne fit aucune allusion quant aux réactions de la Picaris lorsqu'il lui avait parlé. Il avait presque l'habitude de se confronter à ce genre de réactions qui étaient quelque peu étonnantes. Ce n'était pas agréable d'être prit pour un animal de foire, car oui l'ignorance s'élevait très haut parfois... Mais il pouvait néanmoins comprendre la surprise, la crainte aussi provoquée par cette – intrusion – comme se plaisait à dire certaines personnes.

Apparemment la magie de Sayah, l'homme hybride à tout faire, opérait sur cette boutique. L'herboriste semblait avoir tous les droits sur sa boutique, y compris celui de trier ses clients. C'était une excellente chose en soi ! Il l'observa s'agenouiller près du blessé. A cet instant il enviait cette personne. Ce n'était pas Belladona qu'il enviait, mais plutôt sa liberté ! A ses yeux, comme depuis toujours, la liberté véritable consistait à être en sécurité. Cette liberté se trouvait seulement en société. Ses ancêtres n'avaient malheureusement jamais pris conscience de cela, car ils avaient fui toute civilisation, privilégiant les lois naturelles aux lois communes, qui quant à elles offraient la sécurité et donc la liberté.

Antiphane recherchait précisément ceci et il l'avait trouvé chez les Rebelles. Quoi de mieux qu'une communauté redoutée ? En plus des lois internes aux rebelles, aucune loi externe ne semblait les atteindre. Mais cela avait un prix fort redoutable... Le désir, l'envie : tristes passions qui poussaient les hommes à se diviser. Il y avait une hiérarchie, avec Antiphane au sommet, mais ils étaient cependant tous égaux en un point. Le plus fort, bien que par définition est le plus fort, était malgré tout exposé à la menace et pouvait être renversé par plus faible que lui, par la ruse.

Le fil de ses pensée fut interrompu par la remarque candide de Belladona, mais astucieuse.

« Je pense que c'est une bonne idée. » Il porta instinctivement son attention sur l'herboriste afin de voir sa réaction quand il parlait. Puis il s'adressa à l'assistant. « Pour être sincère je préfère attendre un peu... » Pourquoi sortir si personne ne pouvait rentrer ? Il n'était plus à ceci près désormais ! Puis comme il l'avait pensé pour lui-même tout à l'heure, un homme seul était incapable de faire ce que deux hommes pouvaient faire. Et comment ce raisonnement s'appliquait-il pour trois personnes dans une boutique qui faisaient face à une... dizaine de personnes ?

Cette pensée le poussa à scruter dehors à travers la même vitrine qu'auparavant. Les rues étaient désormais éclairées par les lampadaires. La Basse-Ville avait aussi ses petits avantages ! Il voyait des passants, mais rien de bien inquiétant. Antiphane se rassurait à se dire que désormais ils n'avaient plus avec eux les individus recherchés. Mais le destin en décida autrement. Il vit à l'angle de la rue la plus éloignée tout un groupe. Pas de doute, c'était bien eux !

« Eteignez les lumières ! » Il avait crié comme un diable, pourtant la boutique était restée silencieuse.

Avec un peu, voire beaucoup de chance, ils n'auraient pas eu le temps de voir de la lumière... Mais comment étaient-ils arrivés jusqu'ici ? S'étaient-ils rendus compte compte de la supercherie ? Ou peut-être... Mais oui !

« Merde ! Ils ont du entendre les pompiers ! »

Ils devaient savoir pertinemment que l'homme qu'ils avaient amoché allait avoir besoin de soin. Ils leur avait simplement suffi de tendre l'oreille, comme un fauve traquait sa proie.

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Que faire… ?

Messagepar Belladona » 16 Oct 2012, 23:25

Éteindre les lumières? Il suffisait de demander! Les boutiques de Sayah n'étaient pas le genre à fonctionner à l''électricité ou à tous ces trucs technologiques! Non, Sayah, c'était la magie son domaine! Donc Belladona frappa ses mains et ils se retrouvèrent presque dans le noir, des lucioles volaient encore de-ci de-là, et certaines fleurs brillaient aussi délicatement mais ce n'était tout de même pas suffisant pour qu'on puisse les voir au travers de la vitrine!

La picaris vint se blottir contre la plante carnivore, laissant les hommes se cacher où ils voudraient! Ramenant ses genoux contre sa poitrine, elle attendit un peu et remarqua que le botaniste n'était pas loin d'elle et elle se pencha vers lui en souriant même s'il ne pouvait pas le voir
«Tu sais, Vrass sait ce que c'est de travailler pour Sayah! je suis sure qu'il ne doit pas s'inquiéter!» - elle eut un léger rire avant de voir les hommes approcher, ils se collèrent tous à la vitrine en ramenant leurs mains au-dessus de leurs yeux pour voir à l'intérieur, puis finalement ils entendirent des voix qui disaient clairement qu'ils les avaient loupés
«Fais chier! S'ils sont déjà à l'hôpital, on n'arrivera pas à leur mettre la main dessus sans que les flics y fourrent leur nez!!!»
- «Bordel! Si je retrouve ce type aux tatouages qui nous a donné une mauvaise direction, je lui fais la peau!»


Puis ils s'éloignèrent. Belladona cherchait Antiphane du regard, supposant qu'ils parlaient de lui même si elle n'en était pas sure! Ils restèrent quand même encore un long moment dans l'obscurité, puis elle frappa dans ses mains pour rallumer quelques lampes avant de regarder les deux autres d'un air ennuyé
«Bon euh... est-ce que vous savez où il y aurait un jardin tranquille où je pourrais m'endormir pour la nuit? Sinon je peux rester ici au pire. Mais il se fait tard et je ne vais pas tenir longtemps, je ne peux pas rester éveillée quand le soleil est couché»

Du moins, sauf cas exceptionnel et ce ne serait pas pour ce soir, du moins pas avec Belladona, il aurait fallu qu'Erin prenne le relais et saute sur l'un ou l'autre, enfin il ne restait qu'Antiphane en réalité puisqu'Erin avait promis de ne plus toucher à Benedikt! Elle restait donc là, assise par terre à les regarder tous les deux, puis la picaris se tourna vers le botaniste en souriant avec cet air innocent
«Tu sais, si tu veux que Vrass vienne te chercher, il te suffit juste de vouloir un tatouage! C'est son appel à lui et sa perle l'entraînera ici! S'il est réveillé...»

Probablement le cas s'il s'inquiétait pour Benedikt, mais au moins voilà, elle lui donnait un petit coup de pouce!


J'avais oublié le détail de Belladona et la nuit, donc au pire, j'intervertirai avec Vrass si vous souhaitez poursuivre le rp à trois ;)

Avatar de l’utilisateur
Belladona
Shaman
Shaman

Âge: 29
Crédit: 1,503.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Shaman
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500

Re: Que faire… ?

Messagepar Viktor Zacharias Kobalt » 17 Oct 2012, 20:25

Précédemment : C'est p'têt une connerie
*°*°*°*°*°*°*°*°*

Ce soir là, Viktor avait failli passer une super soirée peinarde en compagnie de débilités prononcées à la télé. Failli ! Seulement voilà, il avait fallu que son portable sonne pile au générique d'un « People ignominie » quelconque, le coupant dans son élan pourtant enthousiaste à se lobotomiser... Son ex-femme ? Sa fille ? Perdu : le boulot. Et en même temps, le lieutenant de police préférait. Manifestement, il y avait du grabuge dans son quartier, comme de par hasard à deux pas de chez lui. Aaron Stern – son patron et ami – lui demandait donc d'aller y faire un saut. Chez l'herboriste qu'il disait, ce qui fit hausser un sourcil à Viktor. Ah bon, y'avait un herboriste ici ? Même pas au courant !

C'est donc après avoir enfilé un blouson qu'il s'était offert avec la prime de Krän Guush qu'il arpenta les quelques mètres le séparant de la dite boutique. Les rues étaient sombres, tout justes éclairées par quelques lampadaires récalcitrants dont l'ampoule clignotait, lorsque ce n'était pas la seule lueur du Dôme qui donnait un peu de lumière. La nuit était fraîche, les trottoirs humides et luisants, les rues mal fréquentées. Mais quand on se baladait avec la carrure de Viktor, on ne craignait pas trop pour sa sécurité. À l'angle de deux ruelles qu'il n'empruntait jamais, il découvrit avec un certain scepticisme la devanture tant cherchée. Ce coup-ci, il en fut quitte pour hausser les deux sourcils à la fois. Une herboristerie au beau milieu de son quartier. Pendant une longue seconde il se demanda s'il s'était pas plutôt endormit devant son émission de télé-réalité... Même qu'il serait en train de rêver qu'une boutique pleine de plantes tropicales s'étalait juste sous son nez comme si qu'elle avait toujours été là !

Enfin tout ça, ce fut juste avant qu'il ne repère quelques traces de sang au sol. Effectivement, il y avait grabuge... Un soupir lui redonna un peu d'entrain. Sortant ses mimines de Grizzly de ses poches, il entreprit donc de tambouriner très délicatement à la porte de la boutique. Le but du jeu ? Réveiller tout le quartier, pourquoi pas ? Et pour entretenir la subtilité, il s'annonça d'une voix fortement mal emmanchée...

« Police ! Ouvrez ! »

Avatar de l’utilisateur
Viktor Zacharias Kobalt
Humain(e)

Crédit: 118.00 Ore(s)
Pelel'je: Oui
Métier: Lieutenant de police
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200

Re: Que faire… ?

Messagepar Benedikt » 18 Oct 2012, 15:30

« Ah, c'est vrai, j'oublie toujours ça ! Il me l'a dit, pourtant, d'y penser quand j'en avais besoin. »
Oui, mais, il restait l'amour-propre du botaniste qui boudait pas mal à cette idée. Aussi Benedikt continua ;
« Il y a les jardins de Bellevue où tu pourrais dormir, ils ne sont pas si loin mais j'ai peur que tu ne tiennes pas tout le chemin ; enfin, je pourrais peut-être te porter jusqu'à là-bas mais je ne voudrais pas que quelqu... »

Benedikt se figea un instant, le visage décomposé, en entendant les mugissement derrière la porte. Jusqu'à ce qu'il se rappelle que c'était eux précédemment qui avait demandé l'intervention de la police. Dans ce cas... Il alla ouvrir rapidement à l'homme, histoire que de faire cesser tout ce boucan le plus possible – et puis ce n'était pas une très bonne pub pour l'herboristerie -.

Le nez du botaniste se fronça aussitôt qu'il fut en mesure de distinguer qui se trouvait sur le pas de la porte ; il le connaissait aussi, cet homme-là... C'était celui que Vrass et lui avaient vu lorsque le tatoueur était allé se rendre à la police. Cela semblait s'être passé il y a une dizaine d'années, mais Benedikt ne se rappelait que d'une chose. Il n'aimait pas du tout du tout la façon de se comporter du lieutenant. Il avait l'air arrogant, violent et mal embouché. Et il était encore plus imposant que Vrass, ce qui voulait dire à ce stade que Benedikt avait l'air d'une abeille en train de bourdonner autour de la tête d'un ours des montagne. Mais pour la défense du botaniste, il était probable vu sa carrure que pas mal de gens soient dans le même cas.

Benedikt recula pour laisser l'homme rentrer dans l'herboristerie, et soupira silencieusement. C'était un peu tard, pour arriver, maintenant que tout le monde était parti. Enfin, il était peut-être toujours temps d'arrêter le groupe d'homme qui cherchaient les trois fugitifs, cela éviterait à ces derniers de gros problèmes dans un avenir prochain.

« Bonjour. »
Le botaniste jeta un coup d’œil furtif vers la mare de sang qu'il y avait au milieu de la pièce, puis sur ses mains. « Les secours sont déjà passés... »
Par Alrik, il fallait espérer qu'il ne leur demande pas d'aller expliquer ce qui s'était passé au poste de police ! D'autant plus que Benedikt ne savait encore combien de temps Belladona serait en mesure de rester éveillée.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Que faire… ?

Messagepar Antiphane Bevnadin » 21 Oct 2012, 12:17

Maintenant que tout était terminé, Antiphane envisageait de partir. Il n'y avait plus de blessés, ni même de menace pour le retenir. Sauf peut-être Belladona ! Car si elle avait le pouvoir de choisir qui entrait dans sa boutique, cela impliquait également qu'elle pouvait certainement décider de qui n'en sortirait pas... Cependant, elle expliqua qu'elle s'endormait lorsque le soleil se couchait, un peu comme une fleur en fait. Pas de risque donc de ce côté là étant donné que la nuit était presque entièrement tombée.

Par correction, il attendait qu'ils aient terminé leur discussion. Même s'il avait hâte de rentrer cher lui, il n'était désormais plus à trois minutes près ! Mais quelqu'un vint frapper à la porte. Il se figea alors, se remémorant les menaces proférées. Il souffla, soulagé d'apprendre qu'il s'agissait d'un policier. Mais à frapper la porte aussi violemment et à beugler de la sorte, il allait alerter tout le quartier ! Antiphane craignait que ce dernier attire de nouveau la bande dégénérée. Et comme si l'herboriste brun avait lu dans ses pensées, il alla ouvrir rapidement.

Le policier entra dans la boutique et sa présence rassura le Cortésian. Même s'il paraissait renfrogné, personne n'oserait sans prendre à eux si un policier les accompagnait. Enfin, personne qui était saint d'esprit du moins. Il le salua à son tour, étant presque persuadé qu'il ne réagirait pas à cette intrusion dans sa tête.
Avec le temps, il avait complètement oublié le coup de fil. Il n'attendait plus les secours désormais, il était un peu trop tard...

Etant un peu pressé, il décida d'expliquer lui-même la situation. Habituellement il serait resté muet, préférant attendre qu'on se charge de tout. Mais la fatigue aidant, il prit l'initiative.

« Si je peux me permettre. » commença-t-il à l'attention des deux herboristes. « Au départ nous étions trois dans la boutique. Il y avait un militaire qui est maintenant parti, l'herboriste et moi-même. Trois personnes sont arrivées, dont une en très mauvais état. En fait ils avaient joué de l'argent qu'ils n'avaient pas. » Il parlait sans s'interrompre, pas la moindre pause pour reprendre son souffle. Il n'en avait pas besoin. « Je suis parti et j'ai croisé ceux qui leur avait infligé ces blessures. Ils cherchaient la boutique, car quelqu'un leur a dit qu'il avait vu trois personnes rentrer dedans. Je les ai envoyé à l'opposé pour avoir le temps de prévenir l'herboriste. C'est à ce moment que le militaire est parti et que Belladona est arrivée. Les pompiers sont arrivés par la suite, très rapidement eux, et très vite ont suivi les agresseurs. Nous avons alors éteint la lumière et ils sont tout simplement partis pensant que la boutique était déserte. Voilà, je crois que c'est à peu près ça. »

Il se tourna vers l'herboriste pour être sur de ne rien avoir oublié. Il pensait avoir dit le principal, le plus important. Mais il était conscient qu'avec la police ce n'était jamais aussi simple.

Désolé de ce post inutile, j'ai du mal à me remettre dans le bain.

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Que faire… ?

Messagepar Viktor Zacharias Kobalt » 28 Oct 2012, 17:16

L'avantage de sortir l'argument du flic, c'était que les portes s'ouvraient comme par enchantement... Pas toujours, c'était vrai. Il y avait les gros malins qui préféraient se carapater par les portes de secours, ou les éternels suspicieux qui ne faisaient qu'entrebâiller et exigeaient des preuves de son identité. Le monde à l'envers quoi. Mais ce soir, coup de chance, que des « clients » impressionnables. En fait, il haussa même les sourcils en se retrouvant nez à nez avec Benedikt. Tiens donc, il avait déjà vu cette belle gueule quelque part, non ?

« Salut. »

Inutile de lui coller sa carte de police sous le nez, vu sa tête, le gamin se souvenait de lui. Viktor s'engouffra donc dans la boutique dès qu'il eut le champ libre et jeta un oeil à l'intérieur, mode flic activé. Il détailla brièvement Antiphane, un sourire narquois aux lèvres. Dis donc, c'est qu'il avait le béguin pour les tatoués le Benedikt. Il s'en désintéressa pourtant rapidement. Avec autant de dessins sur la peau, il se serait souvenu de lui s'il avait été fait l'objet d'un avis de recherche.

Surtout, autre chose venait d'attirer son attention : dans un coin de la boutique, un corps recroquevillé et immobile lui fit froncer les sourcils. Si les secours étaient bel et bien passés comme l'avait prétendu Benedikt, pourquoi y avait-il encore une victime à terre ? Un poil contrarié, il s'approcha un peu trop vivement au goût de la Dioctanis qui se rebiffa aussitôt.

Surpris par l'attaque d'une plante plus haute que lui, Viktor fit un bond en arrière et se défendit aussitôt d'un crochet du droit. Manque de bol, son mouvement de défense mit la Dioctanis dans une fureur que le lieutenant n'avait jamais eu l'occasion d'observer chez une plante verte ! Une fois à distance raisonnable, il se retourna vers les deux autres, l'air un peu con de s'être fait agressé par un bégonia, et se figea en entendant une voix dans sa tête. Un Cortesian... fantastique ! Il ne manquait plus que ça ! Et très bavard en plus.

« Faudra passer au poste pour me décrire tout ces joyeux lurons. Puis il planta son regard perçant sur Benedikt dont les mains étaient toujours tachées de sang. Et elle, c'est qui ? »

Il désigna la Picaris d'un mouvement de tête. Bon, fallait juste espérer qu'il se mette pas à lui présenter la plante carnivore... c'était pas trop son genre. Quoi que son ex femme en avait un peu l'allure par moment... bref.

Avatar de l’utilisateur
Viktor Zacharias Kobalt
Humain(e)

Crédit: 118.00 Ore(s)
Pelel'je: Oui
Métier: Lieutenant de police
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200

Re: Que faire… ?

Messagepar Benedikt » 28 Oct 2012, 18:27

« Belladona, elle gère l'herboristerie. Mais c'est une picaris et elle ne peut pas rester éveillé la nuit, elle a besoin de soleil. » répondit Benedikt avec un sourire en coin un peu hautain, aussi fier de la plante carnivore que si elle venait de faire une multiplication à quatre chiffres. Oh, il ne détestait pas le lieutenant de policier au point qu'il lui souhaite de se faire grignoter par la Dioctanis - et puis il y avait eu assez de blessés pour ce soir - mais le voir se faire embêter par une plante verte, il n'était pas contre. Malgré ça, il cacha ses mains pleines de sang dans son dos, soudain un peu gêné alors qu'il n'avait rien à dissimuler. Le regard de l'homme était un peu trop perçant pour le petit botaniste.
« C'est vraiment indispensable qu'on aille au poste ? On n'a pas grand chose à dire propos de ces gens, vous feriez mieux de demander à ceux qui ont été emmenés à l'hôpital. »

En ce qui le concernait, il avait plutôt raison étant donné qu'il ne les avait même pas réellement vu, mais c'était surtout l'idée peu agréable de devoir encore passer par des questions interminables posées par des policiers renfermés avant d'aller se coucher qui le poussait à protester. Le botaniste s'éloigna alors de quelques pas.

« Vous m'excuserez, je reviens tout de suite. »

Benedikt marcha jusqu'à Belladona et récupéra la picaris pour la porter jusqu'à l'arrière-boutique. Il n'avait pas trop envie qu'elle dorme dans la boutique, là où n'importe quel client pouvait rentrer, elle serait plus tranquille ailleurs. Étonné de sa légèreté, il n'allait pas s'en plaindre et disparut en quelques secondes dans leur local, où il en profita aussi pour se laver les mains, même si c'était relativement inutile car il en avait sur le visage à force de passer ses mains sur son visage – ça, il ne s'en était pas vraiment aperçu - et ses vêtements – ça, il n'y pouvait pas grand-chose à moins de se changer -. Lorsqu'il revint quelques minutes après, Benedikt réalisa qu'il lui faudrait encore nettoyer la boutique avant de partir, et soupira clairement avant d'essayer de convaincre à nouveau le lieutenant de les laisser tranquille.

« On ne peut pas faire ça demain, ou après-demain, aller au poste pour vous les décrire ? Je suis fatigué et j'ai envie de rentrer chez moi, je crois que je peux dire la même chose de mon client sans me tromper, et de toutes manières, ils viennent des Ghettos, vous vous en fichez un peu, non ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Que faire… ?

Messagepar Antiphane Bevnadin » 29 Oct 2012, 12:09

Malgré sa petite carrure, l'herboriste réussit à porter la femme-plante dans l'arrière boutique. Elle devait être légère tout de même ! Antiphane n'avait remarqué aucune grimace sur son visage enfantin que le poids aurait pu lui provoquer. Il était bien gentil tout de même, lui à sa place l'aurait très certainement laissé sur le sol. Elle semblait dormir très sereinement.
Il était certain qu'elle ne s'était même pas rendue compte sur quoi elle s'était endormie.

Aussi, tout à l'heure, lorsqu'elle s'était effondrée sur le sol, il avait craint un nouveau blessé. Mais c'était avant de se souvenir qu'elle était comme une fleur. Ce devait être plutôt contraignant de vivre en étant dépendant du soleil. Etait-elle réellement comme une fleur ? Son corps réagissait-il à la lumière ? Donc logiquement, si le ciel était sombre à cause du mauvais temps, elle s'endormirait ? Et ce même en pleine journée ? Il avait là de drôles d'idées et c'est lorsqu'il remarqua le regard du policier sur lui qu'il interrompit le cours de ses pensées.

Un silence plutôt gênant s'installa dans la boutique. Antiphane pensait que cela serait de courte durée, mais l'herboriste tardait à venir. Que faisait-il ? La poser sur un lit, ou sur l'herbe pourquoi pas, ne prenait pas tant de temps. Ou peut-être lui lisait-il une histoire, gentil comme il était, il en serait bien capable. D'ailleurs il visualisa très bien la scène, comme s'il avait lui-même été à la place de Belladona...

Revenons à nos moutons noirs, au policier plus précisément. Il avait précisé qu'il serait bien de passer au poste pour raconter dans les détails. Ce dont Antiphane avait horreur. En réalité il ne souhaitait pas vraiment fréquenter les postes de police, même ceux de la Basse-Ville. Il savait avoir un physique plutôt marquant et l'idée de s'afficher clairement ne l'enchantait que très peu. C'était dans ce genre de situation futile que l'on pouvait se trahir assez facilement puis il suffisait également d'un malheureux hasard et il serait démasqué. Antiphane ne voulait prendre aucun risque sur ce point là. Il n'irait pas au poste. Surtout que maintenant ce policier, qui l'avait dévisagé tout à l'heure, connaissait son visage. Certes il fallait plus que du hasard pour faire le rapprochement avec les Rebelles, mais le risque zéro n'existait pas.

« Vous ne pouvez pas prendre nos témoignages ici ? » Il sentait la fatigue le gagner. « Il y a aussi cet homme dont je vous ai parlé tout à l'heure, le militaire. Vous pourrez peut-être l'interroger lui aussi, non ? »

Tout témoignage était bon à prendre n'est-ce pas ? C'est à ce moment qu'arriva l'herboriste qui à son tour fit preuve de mauvaise foi pour se rendre au poste. Si avec eux deux le message n'était pas passé... Pour être plus convainquant il chercha dans sa mémoire certains détails qui aurait pu lui échapper. Il se rappela alors que Benedikt avait dit, très bas, qu'il connaissait l'une des victimes. De surcroît, celle qui était mortellement blessée. Il s'adressa alors à ce dernier.

« Vous n'avez pas dit que vous le connaissiez tout à l'heure ? »

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Que faire… ?

Messagepar Viktor Zacharias Kobalt » 29 Oct 2012, 15:41

Les informations que lui donnaient Benedikt allaient se loger dans un coin de sa tête tandis que Viktor observait la petite forme verte à distance respectable. Picaris, ok. Les plantes parlantes quoi. Il avait reçu une formation là-dessus à ses débuts, mais il n'en avait jamais vu de sa vie. Fallait bien admettre, pour sa défense, que ça ne courait pas les rues. Encore moins celles de la Basse-Ville. Bref, dommage qu'elle soit en train de roupiller, ça aurait pu être marrant de voir ça en vrai de vrai... mais ce ne serait pas pour ce soir visiblement. Tant pis. Et puis Benedikt la transportait déjà vers une autre pièce comme s'il déplaçait son ficus en fonction de la luminosité, ou un truc du genre. Viktor le suivit des yeux avec intérêt. Qu'il s'avise pas de dissimuler des preuves, celui-là.

Il y avait des jours comme ça, où on rêvait de retourner se coucher jusqu'au lendemain. Et là, le lieutenant était pile dedans. Qu'on le déloge de devant sa télé ne le dérangeait pas tant que ça, au moins s'aérait-il les neurones. Par contre qu'un môme - ou n'importe qui d'autre d'ailleurs - se permette de lui dire qui il était, quoi faire et comment le faire, ça lui donnait envie de distribuer des mandales à tour de bras. Sans blague, les gros malins qui ne loupaient pas une occasion pour cracher sur les flics lui mettaient vraiment les nerfs en pelote. En fait, s'il ne gifla pas Benedikt sur le coup après sa réflexion, ce fut uniquement parce qu'il hésita entre cogner d'abord l'autre type. En prendre un pour taper sur l'autre résoudrait le problème.

« Bien sûr, et on va prendre rendez-vous pour la semaine prochaine en fonction de votre emploi du temps aussi, hein ? Histoire de vous laisser le temps d'oublier les détails, de vous faire la malle ou non tiens, mieux, de vous mettre d'accord sur une version commune. Sans déconner, ils le prenaient pas un peu pour un con par hasard ? Et t'es qui toi, pour décréter que les flics se foutent des Ghettos ? »

Le ton du lieutenant montait tout seul. Pas sa faute, ça suivait le mouvement de l'impatience que ces deux suspects entretenaient vachement bien. Non mais sérieusement, c'était quoi ces sous-entendus et cette façon de minauder ? Ça lui faisait une belle jambe que monsieur le botaniste soit fatigué. Genre lui il l'était pas hein. C'était bien connu que la police passait sa vie à rien glander chez elle et à se reposer. Il voulait la bouffer sa Dioctanis ?

« On est un peu au courant de comment faire notre boulot, au fait. Même qu'on reçoit une formation pour ça. Bref. D'un mouvement agacé, il dégaina une paire de menottes et sans leur demander leur avis, attacha ses deux témoins par les poignets. Refus de coopérer, en plus de me prendre pour un con. J'aime pas les gens qu'aiment pas les flics. »

D'ailleurs, leur volonté combinée à vouloir à tout prix éviter d'aller au poste de police était un peu trop louche au goût de Viktor. Des trucs à se reprocher peut-être ? Quel meilleur moyen d'attirer l'attention que de tout faire pour qu'on se s'intéresse pas à soi ? Les gens, j'vous jure...

Avatar de l’utilisateur
Viktor Zacharias Kobalt
Humain(e)

Crédit: 118.00 Ore(s)
Pelel'je: Oui
Métier: Lieutenant de police
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200

Re: Que faire… ?

Messagepar Benedikt » 29 Oct 2012, 21:59

Benedikt failli dégager vivement son poignet, il n'aimait pas être touché par des étrangers – encore moins par un monsieur muscle plein de mépris -. Sauf qu'il s'aperçut des menottes et resta figé d'horreur à les fixer alors que le lieutenant les attachait avec.
Bien sûr, dans les royaumes du Nord, les soldats ne s'embêtaient pas à emmener quelqu'un si ce n'était pas pour lui faire passer quelques moments peu sympathique. Alors se faire arrêter, c'était tout simplement signe qu'on allait avoir de gros problèmes. Or, vu la manière de parler du lieutenant, encore moins aimable que d'habitude, ça ne s'annonçait pas très bien. Benedikt repensa un instant à appeler le tatoueur, mais il ne voulait pas le mêler à ça. Non seulement il ne pourrait rien faire de spécial, mais il avait aussi sa réputation de commerçant à préserver. À cette dernière pensée, le botaniste se raidit. Et si Sayah le virait après avoir entendu toute cette histoire ? Benedikt laissa échapper une espèce de gémissement désespéré. On aurait dit un chien à qui on avait marché sur la queue.
Qu'est-ce qu'il avait pris de lui parler comme ça ? Il aurait dû faire exactement ce qu'il leur ordonnait sans rechigner ou protester. Non mais quel idiot ! Le botaniste se sermonna encore un peu intérieurement avant d'ouvrir la bouche.

« Personne, je ne sais pas, c'est juste qu'ils n'appartiennent pas à la Basse-ville, je ne pensais pas que vous étiez sensé vous en occuper ! » Et il y avait tellement de problèmes là-bas que ce n'était pas évident de savoir qu'ils y passaient ; enfin ça, il n'allait sûrement pas le dire à voix haute.
« Et puis, je ne le connaissait pas, l'homme sur lequel ils se sont défoulés ! C'est juste qu'on s'est battu un jour dans les Ghettos, rien d'autre ! »
Mauvaise façon de l'expliquer, mais la panique n'arrangeait pas le botaniste.

Il recula d'un tout petit pas avec un regard qui disait « mais qu'est-ce que vous allez faire de nous ? », beaucoup moins fier et de mauvaise volonté que quelques secondes auparavant. Mais maintenant, c'était trop tard, tant pis !

Désolé, c'est court, mais on doit attendre les ordres de mônsieur Viktor pour la suite, du coup ! ^^

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Que faire… ?

Messagepar Antiphane Bevnadin » 30 Oct 2012, 12:44

Antiphane n'aimait pas le ton ironique que prenait le policier. Aussi, il n'apprécia que très peu lorsqu'il vit la paire de menottes. Il eut à peine le temps de contester qu'il se retrouvait déjà menotté avec l'herboriste. De toute manière, était-ce vraiment raisonnable de contester ? Après tout, ils n'avaient rien à se reprocher, bien au contraire ! Ils étaient venus en aide à des personnes en danger, si cela n'était pas une conduite exemplaire ! Que fallait-il faire pour ne pas être pris pour un brigand ou un voleur ?

Mais s'ils arrivaient au poste de police dans cet accoutrement, il allait forcément attirer l'attention sur lui, pas vrai ? Il agita alors sa main, secouant en même temps celle de l'herboriste bouclé. Tout le monde allait se rendre compte de l'erreur en voyant ce jeune homme, qui pouvait bien penser qu'il était un criminel ou même un voleur ? Ce type était, il en était certain, du genre à culpabiliser pour rien. Son esprit devenait confus. Comment devait-il réagir ? Le policier avait-il le droit d'arrêter n'importe qui ? Logiquement, ce n'était pas eux qui devraient être menottés !

Et après le flic sortait qu'il était au courant de son boulot ? Vraiment ?

« Bah moi j'aime pas les flics qui se croient tout permis ! » C'était là une très grossière erreur, car en agissant ainsi, la situation ne pouvait plus s'arranger. Bien au contraire... « Protéger des innocents, appeler les pompiers... et la police au passage, c'est un refus de coopération peut-être ? »

Il sentait son visage s'empourprer par l'emportement. D'un geste las, il passa sa main sur son visage. Il était vraiment fatigué et ce... ce con de flic avait décidé de faire chier son monde ! De plus l'angoisse de se retrouver dans un poste de police n'arrangeait strictement pas les choses. Il n'agissait plus avec raison, mais sous l'emprise de la colère et de la crainte. Il aurait tant aimé que son frère soit là pour le sortir de ces sales draps...

Mais il décida de ne pas s'arrêter là. Il y avait une double injustice ! La première étant de se faire arrêter sans raison, la seconde que la Picaris et le militaire s'en sortent également. Alors soit Antiphane et l'herboriste avaient tous deux des têtes de vilains, soit ce flic en faisait qu'à sa tête. Moins agressif cette fois-ci, mais toujours aussi agité il s'adressa au policier.

« Et pourrais-je savoir pourquoi vous n'emmenez pas Belladona ? Elle aussi était présente. Et ce militaire ? Il ne vous intéresse pas ? »

S'il fallait s'endormir ou partir comme un voleur pour ne pas aller au poste, cela pouvait s'arranger ! Voilà comment on remerciait les honnêtes citoyens qui restaient ? Il était hors de question qu'il aille au poste de police et encore moins menotté !

Aie aie aie... J'ai peur pour mon petit Antiphane !!

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Que faire… ?

Messagepar Viktor Zacharias Kobalt » 31 Oct 2012, 13:16

Rien de tel apparemment, pour y voir plus clair dans les personnalités des suspects, que de les menotter. Résultat : les réactions de ses deux témoins était mitigées, plus spontanées surtout. Benedikt semblait réaliser qu'il avait été trop loin. Il faisait un peu penser à ces gosses qui vous poussent à bout jusqu'à trouver leurs limites, et s'inclinent lorsqu'on les leur impose. L'autre en revanche, se rebellait de plus en plus et ne répondait que par l'agressivité. Celui-là était bon pour une nuit au trou, ça lui ferait les pieds.

S'interposant entre ses prises et la porte, Viktor croisa les bras et les fixa de son regard vif, l'un après l'autre, cherchant surtout à sonder le tatoué dont le comportement lui courait sur le haricot.

« Y'a pas de lumière ici ? »

Il plissa les yeux, froissant la cicatrice qu'il avait à l'oeil gauche. L'idée de les emmener au poste le fit soupirer. Crapahuter à pattes jusqu'au Pôle de Sécurité Central du Quartier Nord ne l'enchantait pas vraiment, et s'il pouvait l'éviter, c'était tant mieux. Sauf que voilà, il fallait qu'il tombe sur le genre de type qui suivait la mode « nike la police ». Juste comme ça, parce que c'était fun de s'opposer à l'autorité sans raison.

« Je vous rafraîchis la mémoire : vous avez demandé une ambulance et une patrouille de police pour un blessé grave et deux personnes en état de choc. Fallait pas croire, il avait beau faire semblant de s'en foutre le lieutenant, il retenait bien ses leçons mine de rien. Elle est là, votre patrouille de police, et elle aime pas bien qu'on la dérange pour des prunes. Ni qu'on la prenne de haut. » Ajouta-t-il à l'attention d'Antiphane.

Si ça n'avait tenu qu'à lui, il aurait bien collé une beigne à ce Cortesian de mes deux. Déjà qu'il aimait pas ce peuple à cause de leur façon de s'introduire dans la tête des gens, mais alors en plus leur arrogance d'êtres supérieurs lui donnait des envies de meurtre. Il allait lui en filer du mépris, lui.

« Bon, Benedikt Bloom si j'ai bonne mémoire, et vous ? Parce que mine de rien, il ne s'était toujours pas présenté monsieur je m'indigne qu'un flic ose m'adresser la parole. On reprend depuis le début, mais avec les détails. Un type blond c'est bien mignon, m'enfin je vais pas lancer un avis de recherche sur tous les décolorés de Nideyle hein. Taille, poids, particularités. S'il a touché votre téléphone, y'a forcément ses empreintes dessus, mais ça c'est pas mon boulot. Celui de sa fille, en fait. Combien ils étaient à l'intérieur. Combien ils étaient à les chercher, et leurs descriptions. Plus utile que la couleur de leurs cheveux si possible. »

Et puis même que s'ils étaient sages, il envisagerait de leur retirer les menottes.

Avatar de l’utilisateur
Viktor Zacharias Kobalt
Humain(e)

Crédit: 118.00 Ore(s)
Pelel'je: Oui
Métier: Lieutenant de police
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200

Re: Que faire… ?

Messagepar Benedikt » 31 Oct 2012, 19:46

Benedikt hocha la tête en entendant son nom. C'était surprenant que l'homme l'ai retenu, quand même, mais preuve qu'il avait une bonne mémoire et qu'il ne valait mieux pas se faire remarquer. Même si c'était un peu tard, maintenant.

« C'était un homme blond plutôt grand, je crois qu'il faisait parti de l'armée et de la police ou je ne sais quoi parce qu'il était en uniforme, il est venu me poser des questions mais il a disparu avant que je les entende. Dans ceux qui sont venus chercher de l'aide, ils étaient trois, une femme et deux hommes. La femme était brune avec des cheveux longs et ondulés, des yeux marrons, elle avait une cicatrice sur la joue droite et elle était plutôt petite. L'autre homme était brun aussi, je ne me souviens plus de quelle couleurs était ses yeux, en fait je ne l'ai pas trop regardé. Je crois qu'il avait un très grand nez en forme de demi lune. Celui qui était blessé, il est châtain clair, il a une peau plutôt basanée, il doit faire à peu près quinze centimètres de plus que moi. Je n'ai pas eu l'occasion de plus le regarder parce que j'essayerais de le garder en vie. Ceux qui sont venus les chercher étaient nombreux, un peu moins d'une dizaine, je dirais, mais ce n'est pas moi qui les ait vu. »

Benedikt prit une grande respiration à la fin de sa phrase, histoire de respirer enfin un peu, et jeta un œil derrière lui vers l'arrière-boutique, détachant enfin son regard aux sourcils résolument froncés du lieutenant. Belladona avait bien de la chance d'être en train de dormir paisiblement. Par Alrik, qu'est-ce qu'il lui prenait, à l'homme tatoué, de parler comme ça alors qu'ils risquaient gros ? Le botaniste était tout aussi furieux ; mais l'appréhension avait fini par donner la priorité à la raison, et à la technique « j'obéis alors laissez-moi tranquille ».

Il se tourna vers Antiphane et lança un regard suppliant qui suggérait de faire une description détaillée de ce qu'il avait vu sans rechigner. Il était déjà surpris et se demandait bien pourquoi le lieutenant ne leur avait pas encore tapé dessus ; vu son expression, c'était la seule chose qu'il avait envie de faire. Benedikt ne comprenait pas ce qui le retenait, mais il n'allait pas se plaindre pour ça, loin de là.

« Après avoir eu vos informations, vous allez nous relâchez ? » rajouta-t-il sans pouvoir s'en empêcher, avant même que l'homme tatoué ne reprenne la parole. « Je veux dire, juste après ? Vous allez nous laissez partir comme si de rien n'était ? N'est-ce pas ? »
Le botaniste espérait que ses paroles donnent de bonnes idées au policier, mais malheureusement ce n'était sûrement pas en le bombardant de question qu'il allait améliorer son humeur. Quelque part, Benedikt s'en doutait, mais parlait simplement à cause du stress.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Que faire… ?

Messagepar Antiphane Bevnadin » 09 Nov 2012, 21:00

Le policier fit des remarques désobligeantes, mais Antiphane décida de ne pas répliquer. A quoi bon finalement ? Que cela allait-il lui apporter de plus ? Rien outre un séjour au poste et il était certain que cette possibilité était envisageable à bien voir l'individu qui les avaient menotté ! Il résuma ce qu'ils avaient eux-même fait auparavant, avec un certain air supérieur, signifiant qu'il avait le pouvoir, qu'il pouvait dire et faire ce qu'il voulait parce qu'il était flic. Certainement un complexe d'infériorité d'ailleurs, il cherchait très certainement à compenser son manque de pouvoir dans sa propre vie. Chose qui se voyait partout !

Il croisa de façon furtive le regard de l'herboriste. Apparemment, tout comme lui en fait, il ne voulait pas finir en garde à vue et il semblait le supplier de ne pas répondre de la même façon que tout à l'heure. Soit ! De toute manière il avait déchargé son sac, désormais il se sentait mieux. Enfin, c'était l'impression qu'il avait...

Aussi on lui demanda de se présenter. Il n'y avait pas de mal à cela, mais Antiphane hésita malgré tout. De toute évidence, ce flic ne le portait pas dans le cœur et si en plus il se souvenait de son nom, il serait fiché ! Quoi de plus angoissant ? Peut-être, oubliait-il, qu'il n'avait rien fait et que donc, ceux qui avaient du soucis à se faire étaient ces bandits !

« Bien... Je m'appelle Antiphane Bevnadin. » Le ton était neutre sans une onde de rancune. Il regarda Benedikt l'air de dire « t'as vu, je peux être gentil aussi ! »

Les présentations faites, enfin la présentation d'Antiphane terminée, ils enchainèrent sur les détails importants. L'herboriste se démena très bien ! Même lui n'avait pas si bonne mémoire visuelle. C'était impressionnant la façon qu'il avait de réciter ce qu'il se rappelait à la manière d'une leçon qu'on apprenait par cœur. Aussi il avait porté son aide au blessé grave et cela était à son avantage. Il l'avait vu de très près ! Il se rappela aussi que Benedikt avait dit l'avoir déjà rencontré.

« Je n'ai absolument rien à rajouter... Monsieur Bloom a meilleure mémoire que moi. » Espérons que ce flic ne pense pas qu'il cherchait à cacher quelque chose ! « Par contre je suis le seul à avoir vu les véritables coupables... » Il accentua bien sur cette phrase, histoire de rappeler qui étaient les coupables. « Mais... Il faisait nuit vous savez et ils étaient très nombreux. Le chef de bande, enfin celui qui prenait la parole, était roux. Non, il avait aussi un œil vert et l'autre bleu... (Toute ressemblance avec un personnage de ce forum serait fortuite ^^) C'est à peu près tout. Je m'en excuse et n'allez pas croire que c'est un refus de coopération ! »

Oui car il ne l'avait pas précisé, mais il avait été vraiment angoissé à ce moment et l'idée d’imprégner leurs visages ne lui était pas venu à l'esprit. Cherchant en quelque sorte à se faire pardonner ou plutôt à se faire plus aimable qu'il ne l'était, il se dirigea vers l'interrupteur et l'enclencha.

« Vous vouliez de la lumière me semble-t-il ? » dit-il à l'intention du flic.

Ce qu'il vit l'étonna. La beauté était subjective, les goûts encore plus ! Mais tout de même... Pour un flic qui se faisait passer pour un bad-boy, avoir les cheveux roses n'était très convainquant... Il le fixa, ne sachant plus où se placer ni quoi dire. Il était surpris, mais malgré cela un sourire se dessina sur son visage.

Alors bon... je me suis permis de débuter l'évènement propre à Victor. J'espère que vous ne m'en voudrez pas étant donné que mon personnage n'est pas concerné et que c'est comme si je faisais parler/agir le personnage d'un autre joueur. Mais je trouvais que le coup de la lumière était idéal pour mettre en scène sa chevelure flamboyante ! Donc si besoin, j'éditerai sans broncher !

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Que faire… ?

Messagepar Viktor Zacharias Kobalt » 11 Nov 2012, 20:53

J'ai dû improviser, Antiphane t'étais menotté à Benedikt, pour allumer l'interrupteur tu aurais dû le traîner avec toi XD Sinon pas de soucis, je ne savais pas comment amener cette histoire de capillarité Barbie, merveilleux cadeau de l'Imbroglio.


http://nideyleforum.free.fr/kits/speciaux/viktorrose.jpgBonne nouvelle pour Viktor, le petit brun se mettait à table sans discuter. Trop facile ! Et en même temps avec une carrure comme la sienne, il aurait été étonnant qu'il se rebelle. Bref. Sa description dessina une moue à cheval entre suspicion et réflexion sur le visage déjà moche du lieutenant. Enregistrant chaque information dans un coin de sa tête, il se contenta d'acquiescer à la fin du récit du botaniste, le félicitant à sa manière de sa bonne volonté. Cette histoire de soldat ou de policier l'intriguait. D'après ce que lui avait dit son patron au téléphone, il était le premier flic à mettre les pieds sur les lieux... Alors qui d'autre ? Un membre de l'Escadron ? Si oui, il ne serait pas difficile à identifier, à condition d'en avoir la certitude. Mine de rien, il y en avait du monde, dans cette armée. Benedikt n'avait pas mentionné d'écusson frappé d'un aigle, mais Benedikt ne semblait pas très au fait de toutes les choses bizarres de la Basse-Ville. L'ennui, c'est que Viktor ne voulait pas influencer ses réponses. Quelque part, il se disait que s'il lui demandait s'il n'avait pas vu un écusson à l'effigie d'une autruche, le petit botaniste serait fichu de confirmer pour lui faire plaisir.

C'était ça aussi, d'impressionner les plus petits que soi.

« Votre blondinet en uniforme, il avait pas un animal brodé quelque part des fois ? » Demanda-t-il en se retenant de rire.

La candeur du gosse l'amusait, avec cette façon sincèrement innocente de demander s'il serait relâché après avoir été sage. Au moins n'était-il pas un mauvais bougre, ce qui était surprenant lorsque l'on connaissait ses fréquentations. D'ailleurs, en parlant de ses fréquentations, Viktor haussa de nouveau les sourcils en écoutant les descriptions que lui faisait à présent le dénommé Antiphane. Il n'y avait bien que les cortesians pour porter des noms pareils !

« Tiens donc, un rouquin aux yeux vairons. C'est normal si ça me rappelle quelqu'un ? » Demanda-t-il en jetant un coup d'œil suspicieux vers Benedikt.

Décroisant les bras, il fouilla sa poche pour en sortir une petite clé avec laquelle il défit les menottes, l'air de dire à ses témoins qu'ils avaient bien travaillés. Évidemment, le cortesian en profita pour s'éloigner aussitôt et allumer la lumière, aveuglant la petite assemblée du même coup. C'est sûr qu'on y voyait plus clair d'un coup ! Ceci dit, à moins d'être bizarrement constitué, Viktor ne remarqua pas du tout sa nouvelle couleur de cheveux. Par contre il remarqua très bien le sourire d'Antiphane. En fin de compte, il allait peut-être l'embarquer celui-là. Une nuit en cellule en compagnie d'un ivrogne qui lui vomirait dessus, ça lui ferait les pieds.

« Elle vous fait marrer ma gueule ? »

Il serait bien le seul.

Avatar de l’utilisateur
Viktor Zacharias Kobalt
Humain(e)

Crédit: 118.00 Ore(s)
Pelel'je: Oui
Métier: Lieutenant de police
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200

Re: Que faire… ?

Messagepar Benedikt » 12 Nov 2012, 01:03

« Oui... Un écusson avec un oiseau, je crois... C'est un problème ? »
Si le fait que cet homme se trouvait avec eux était aussi source de suspicions, Benedikt se jurerait de ne plus accepter personne dans sa boutique après la fermeture, à la seconde près. En fait, c'était déjà fait. Il semblait qu'on avait jeté une vraie malédiction sur eux pour les empêcher de rentrer dans leur petit chez-soi.

Le botaniste laissa échapper une petite exclamation de soulagement alors que l'officier les libéra et frotta son poignet par réflexe avant de répondre.
« Oui, c'est normal, vous pensez sans doute à Vrass Rannveig, mais il n'est pas roux, et je me permet de vous préciser qu'il n'a aucun rapport avec cette histoire. »
L'ironie des paroles du lieutenant lui avait totalement échappé. Il ne fallait pas trop en demander au botaniste dans une situation comme celle-ci. Il tentait de garder un certain respect dans ses paroles, mine de rien, les menottes étaient toujours dans le cadre des possibilités et le physique de l'homme en lui-même était aussi une incitation. Mais en réalité, c'était de la prudence et rien de plus. Pourtant, si Benedikt avait entendu dire que « ses fréquentations » lui donnait un air plus rude devant ceux qui ne le connaissait pas, un sourire très satisfaisait aurait sûrement envahi son visage – détruisant ainsi immédiatement l'idée qui lui plaisait autant en affichant ses expressions enfantines, et preuve que l'ingénuité qui lui collait à la peau ne risquait pas de le laisser tomber -.

Benedikt cligna des yeux plusieurs fois, un peu ébloui, son client venait d'allumer la lumière et revenait vers eux avec un léger sourire moqueur. Le botaniste n'en compris pas la raison jusqu'à ce qu'il se retourne sur le lieutenant. Lui ne connaissait pas les teintures aux couleurs flashy qu'on pouvait vendre à la Basse-Ville. Mais bon, avec tout ce qui se faisait ici, ce n'était peut-être pas étonnant. Ce qui le fit réagir, c'était plutôt le fait que l'obscurité qu'il y avait dans l'herboristerie quelques secondes plus tôt n'était pas quand même assez profonde pour cacher une couleur aussi vive. Et puis, il fallait avouer que c'était plutôt ridicule, et Antiphane avait l'air relativement d'accord avec lui.

« C'est qu'en fait... Je m'excuse mais... Est-ce que vous avez les cheveux rose, d'habitude ? Parce que... Vous avez les cheveux rose, en fait, là. Je veux dire, il n'ont pas l'air d'être rose, ce n'est pas un reflet, ils sont rose.» demanda-t-il, une expression désolé d'avance au cas où il se révélait que c'était un choix de style, et que la question était ainsi plutôt vexante. Il stoppa une seconde, terrifié à l'idée que le lieutenant décide de les arrêter bel et bien parce qu'il pensait qu'ils se foutaient de sa gueule.
« Mais... Ça vous va plutôt bien, hein... »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Que faire… ?

Messagepar Antiphane Bevnadin » 16 Nov 2012, 10:03

Le flic remarqua de doute évidence son sourire moqueur. Antiphane s'en voulut de s'être laissé aller de la sorte, pourquoi diable fallait-il qu'il se moque ouvertement de ce drôle de type ? Il avait déjà bien assez de soucis comme ça... Mais en même temps, n'importe qui dans ce même genre de situation délicate aurait esquissé un léger sourire. Aussi il préféra ne pas répondre à la provocation du punk. Avec un peu de chance, l'eau allait couler sous les ponts. De nouveau il figea son visage pour exprimer une neutralité parfaite. Pourquoi avait-il fallu qu'il allume cette lumière ? Il trouva malgré tout bizarre de ne pas avoir remarqué cette coloration plus tôt. Même avec le peu d'éclairage, il pouvait distinguer les couleurs, sans pour autant dire les nuances qu'il existait. Alors pourquoi ne l'avait-il pas remarqué plus tôt ?

Qu'allait-il se passer maintenant ? Allaient-ils aller au poste de police ? Cette simple déposition allait-elle suffire ? Mais le jeune herboriste décida de remuer le couteau dans la plaie. Selon lui c'était inconscient la façon dont il agissait, c'était même presque idiot et plus il parlait, plus il s'enfonçait dans sa propre bêtise. Il était pire que lui ! Quelle idée de demander si cette couleur était naturelle ! Si le flic avait les cheveux de cette couleur, c'était de toute évidence volontaire ! Ses cheveux n'allaient pas se teinter comme par magie... Et le comble du comble, il sortit que cette couleur lui allait à merveille. Il posa sur lui un regard désespéré. C'était d'un manque de naturel flagrant, le flic ne pouvait que s'en rendre compte. Cherchant à l'aider il intervint.

« Je suis sur que ce n'est pas ce qu'il voulait dire ! »

Et une nouvelle occasion manquée de se taire. Il avait parlé sans réfléchir – l'angoisse certainement le faisait agir de la sorte – et le flic pouvait mal interpréter ce qu'il venait de dire. Il pouvait très bien penser que Antiphane disait que l'herboriste ne pensait pas que sa couleur lui allait bien... C'était compliqué et il en avait marre, peut-être que la fatigue avait aidé à dénouer sa langue. Il toussota comme mal à l'aise. La peur le faisait réagir plutôt bizarrement, mais il préférait ça à l’agressivité. Des deux maux, il était le moindre. Mais à choisir, il aimerait mieux qu'il n'y ait aucun maux du tout !

« C'est ça oui, il avait une sorte d'autruche sur son écusson... »

Avec un peu, voire beaucoup de chance son côté professionnel allait reprendre le dessus. Aussi pour l'inciter à se réorienter non pas vers la couleur de ses cheveux, mais vers l'affaire qui les occupait tous les trois, il posa son doigt là où était l'écusson du militaire.

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Que faire… ?

Messagepar Viktor Zacharias Kobalt » 18 Nov 2012, 21:58

http://nideyleforum.free.fr/kits/speciaux/viktorrose.jpgViktor secoua brièvement la tête en signe de négation aux inquiétudes de Benedikt.

« Nan, ça veut seulement dire qu'il sera plus facile à retrouver. Sûrement un membre de l'Escadron. »

Pour le reste, son sourire revint déformer ses traits. C'était pas mignon ce gosse qui défendait son amoureux bec et ongle. Bon, ça pouvait tout aussi bien n'être qu'un ami aussi, ou un client. M'enfin bon, d'après les nombreuses rumeurs courant à son sujet, Vrass Rannveig son truc, c'était plutôt les conquêtes. Déduction logique du flic trop fatigué pour pousser son raisonnement plus loin, donc.

« Ouais je sais, Vrass est un héros. Détendez-vous, le monsieur n'a pas parlé de cornes... et comme c'est quand-même ce qu'on remarque en premier chez le tatoueur, y'a peu de chances qu'on parle du même. »

S'il avait dû le décrire lui, c'est bien le premier truc qui lui passerait par la tête. Des cornes, et après des cheveux rouges. Éventuellement des yeux vairons. M'enfin bon, les cornes ça passait pas inaperçu quand-même. Bref, notre lieutenant avait d'autres chats à fouetter. Car si la nuit tous les chats étaient aussi gris que la chevelure de Viktor, à la lumière du plafonnier, ça changeait radicalement de couleur ! L'ennui c'est que le policier ne pouvait pas apprécier le spectacle et n'avait, pour en juger que la réaction des deux autres. Il rêvait ou ils s'y mettaient à deux pour se payer sa tête ?

« C'est quoi le plan ? Vous espérez me voir courir admirer mon reflet pour vous faire la malle ? On m'en a sorties des âneries pour noyer le poisson, mais le coup des cheveux, on me l'avait jamais fait. »

Ça méritait presque une médaille pour le coup. Prix de l'originalité. Peut-être même qu'il allait les faire souffler dans un alcootest dès qu'ils auraient fini de se poiler. Parce qu'en fait, c'était ça le plus dérangeant dans l'histoire... Heureusement, son attention fut détournée par l'homme qui murmurait à l'oreille des poulets. L'emplacement de l'écusson était le bon. Sa représentation en revanche... Une autruche, hein ? Ben mon vieux, s'il était pas fichu de faire la différence entre une autruche et un aigle celui-là, y'avait de quoi s'interroger quant à la fiabilité des descriptions qu'il avait faite des suspects.

« L'accès à l'hôpital est déjà surveillé, s'ils tentent d'entrer on les aura. Je vais avoir besoin de portraits robots, donc vous – il désigna Antiphane – vous allez me suivre au poste. Et vous – son regard se planta sur Benedikt qu'il aimait bien intimider – vous voulez porter plainte pour agression ? »

Désolé j'ai un peu de mal à RP en ce moment. Si un petit détour par le commissariat vous tente vous pouvez le décrire au prochain message. Sinon on peut clôturer ici si vous préférez.

Avatar de l’utilisateur
Viktor Zacharias Kobalt
Humain(e)

Crédit: 118.00 Ore(s)
Pelel'je: Oui
Métier: Lieutenant de police
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200

Re: Que faire… ?

Messagepar Benedikt » 19 Nov 2012, 01:59

J'ai bêtement supposé que tu voudrais continuer, Antiphane, mais pas de problème si tu ne veux pas, je modifie ça quand tu veux.


La réaction du policier confirma son ignorance crasse de sa situation capillaire. Mais c'est à ce moment-là que Benedikt décida qu'il était probablement mieux qu'il le découvre par lui-même plus tard. Après tout, s'il ne voulait pas les croire, c'était son problème. Il s’apercevrait de son erreur quand tout le monde se mettrait à rire en le regardant. Un peu d'humiliation, tant pis, ça lui apprendra à le regarder comme s'il n'avait qu'à lui souffler dessus pour le faire tomber.

« Heu, non, je crois qu'il a déjà eu ce qu'il méritait, là, et.. et ça fait assez longtemps, je m'en fiche un peu. » répondit le botaniste en essayant d'échapper au regard perçant du lieutenant. « Mais j'aimerais bien vous accompagner au commissariat. »

Il devait avouer qu'il se sentait un peu mal de laisser son client tatoué tout seul alors qu'il avait même essayé de rattraper ses paroles maladroite. Il lui était sympathique, il était resté jusqu'à maintenant l'aider alors qu'il n'en avait pas l'obligation, aussi il semblait naturel à Benedikt de ne pas le laisser se débrouiller avec l'ours de mauvais poil qu'ils avaient devant eux.

Il jeta un regard circulaire sur la pièce et réalisa qu'il ne pouvait pas laisser tout en l'état et partir immédiatement. Belladona dormait ici, aussi même s'il venait bien plus tôt le lendemain, elle tomberait sur tout ce bordel avant qu'il soit arrivé. Aussi il fila sans prévenir dans l'arrière-boutique pour revenir aussi rapidement avec une serpillière qu'il frotta aussi fort et aussi frénétiquement qu'il pouvait contre les traces de sang sur le sol, remerciant silencieusement le parquet parfaitement ciré qui rendit la chose assez facile, finalement. Il alla la jeta dans l'évier de l'arrière-boutique et s'occupa alors du coffre qu'il avait pratiquement vidé lorsqu'il essayait de sauver l'homme blessé. Le rangement fut aussi rapide et c'est moins de quatre minutes plus tard qu'il se planta à nouveau à côté des deux hommes, son sac sur l'épaule et les clés de la boutique dans la main, à peu près satisfaisait avec son arrangement express. Son regard tomba naturellement sur le lieutenant qui se trouvait devant lui.

La raison pour laquelle il osa éclater de rire lui échappa totalement. Peut-être était-ce un peu de fatigue, ou tout le stress des derniers événements qui retombait enfin, ou la surprise car entre-temps, les cheveux du lieutenant lui était sorti pendant quelques secondes de l'esprit, mais rien n'excusait les trois gloussements qu'il tenta de retenir avant de réussir à reprendre un visage à peu près neutre. Il n'était pas impossible de ne pas rire lorsqu'on se retrouvait soudainement devant un homme bien plus grand et large que soi, pleins de muscles et non de gras, l'air de vouloir vous découper en morceaux pour son petit-déjeuner malgré quelques sourires éventuels qui semblait plus moqueurs qu'autre chose, mais avec des cheveux roses bonbon. Surtout, il était plus facile de s'abstenir quand on risquait de se faire arrêter pour ça. Mais le botaniste venait de se rappeler à quoi il lui faisait penser ; une gamine qu'il avait croisé au supermarché deux jours auparavant, tout de rose vêtue, des chaussures aux barrettes, et qui expliquait à son père qu'elle voulait devenir policière pour sauver des gens, mais que l'uniforme était bleu à son grand désespoir et que c'était « trop triste ».

« Je m'excuse, je rigole pas à cause de vous, c'est à cause de certaines personnes que j'ai croisé il y a quelques temps, je suis vraiment désolé, ça n'a pas de rapport. » essaya de se rattraper Benedikt, trop occupé à garder un visage stoïque pour inventer un mensonge décent - était-ce vraiment possible de sa part, de toutes manières -.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

PrécédenteSuivante

Retourner vers La Basse-Ville et son Dôme

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron