Le temps d'une sieste.

Bienvenue dans ce monde onirique dépourvu de frontières et exempt de limites à votre imagination. Laissez-vous porter par vos songes... faites connaissance avec d'autres rêveurs.

Le temps d'une sieste.

Messagepar Glennwood Becchis » 21 Avr 2011, 16:05

«Où... Où suis-je ?»

Je n'entendais rien autour de moi, pas un bruit, pas un souffle de vent, rien. Il faisait sombre, pour pas dire que je ne voyais strictement rien.
Je tentais d'ouvrir les yeux, c'est mieux. Voilà la raison pour laquelle je ne voyais rien, mes yeux étaient fermés.

Maintenant que j'avais les yeux ouverts, je pouvais voir le lieu dans lequel je me trouvais : vide ! Du vide a perte de vue ! Blanc à en faire mal à la tête.

«C'est quoi cet endroit ?! Pourquoi je passe des ténèbres au paradis ?»

J'étais complètement désorienté, je commençais à marcher dans une direction, peut être tout droit ou peut être que je tournais en rond, comment savoir dans cet espace bizarre.

«Il y a quelqu'un ?»

Aucune réponse, hormis mon échos. Je réfléchissais au comment j'étais arrivé ici, je ne savais pas, le dernier souvenir que j'avais, je marchais dans les plaines, vers quelle destination et pourquoi, aucune idée.
Tout de suite après avoir pensé aux plaine remplies d'herbe, bordées par une forêt plutôt dense, le paysage apparue devant moi, jusque sous mes pieds. Par un sursaut, je me retrouvais sur le cul plus vite qu'il n'en faut pour le dire.

«Waaaoo ! c'est quoi sa ? Je suis où sérieusement là ?!»

Est-ce moi qui est provoqué ce changement de couleur ? Si oui, comment j'avais fais ? Et si non, pourquoi si brusquement ?
Je comprenais de moins en moins ce qui se passait ici. Le chemin sur lequel je me trouvais me semblait familier. Ce monde pouvait lire dans les pensées des personnes s'y trouvant.

«Et si je pensais à l'apocalypse ? Essayons.»

Ce n'étais pas très intelligent de ma part de penser à ça, mais je devais être sur et certains que cet endroit lisait et recréait la pensée. Je me mis à penser très fort à la fin du monde, et tout à coup, une énorme fissure apparue entre mes jambes, le sol tremblait comme jamais et des explosions se fit entendre depuis l'horizon. Un papillon qui tombait du ciel, probablement ayant échappé à la modification, me fit retourner dans les plaines.
Je continuais de marcher le long du sentier boiser.

«Si ce papillon n'avait pas été là, je serais mort... Sauvé par un insecte, quelle ironie pour un homme-faucon...»

Avatar de l’utilisateur
Glennwood Becchis

Crédit: Fermé

Re: Le temps d'une sieste.

Messagepar Belladona » 21 Avr 2011, 17:27



Une musique se mit à retentir alors que les fissures se comblaient pour laisser de nouveau place à une immense prairie verdoyante où des milliards de petites fleurs poussaient à une vitesse fulgurante sans pour autant dépasser les quelques centimètres de hauteur, mais plusieurs haies se dessinèrent, composées de fleurs gigantesques, un seul pétale avait taille humaine et les pistils dégageaient un parfum envoûtant et des papillons de toutes tailles et de toutes couleurs venaient s'y poser ou cherchaient simplement à s'approcher avec curiosité de l'orphe.

Au centre de l'allée ainsi dessinée par une végétation de plus en plus colorée et luxuriante, une femme s'approchait en dansant sur le rythme de la musique ambiante, les bras relevés, elle avançait sur la pointe des pieds, tournant sur elle-même avec une grâce et une légèreté sans pareille, sans se soucier de quoi que ce soit d'autre que la musique et les fleurs. À chacun de ses pas, une fleur différente poussait, dégageant un nouveau parfum envoutant, elle s'approcha d'une des fleurs en penchant la tête sur le côté pour la toucher du bout des doigts et l'une des fleurs dans ses cheveux changea pour devenir identique à celle qu'elle venait d'effleurer, en plus petite évidemment.

Car il ne s'agissait pas d'une femme ordinaire, mais d'une picaris, évolution de la belladone, elle arborait une peau d'un vert pâle recouverte à de nombreux endroits de fines lianes lui donnant une allure un peu zébrée. Elle était entièrement nue, après tout dans un rêve, pourquoi s'encombrer de vêtements? Et la jeune plante n'aimait pas en porter en étant éveillée, il aurait été ridicule qu'elle en porte en rêve! Ses yeux d'or s'ouvraient et se fermaient en rythme avec la musique, ses cheveux d'ordinaires d'un vert menthe était beaucoup plus foncés, comme lorsqu'elle était parfaitement rechargée en nutriments.

Continuant de danser, un ruisseau se dessina à ses côtés et elle s'arrêta pour en admirer le fond. Comme le reste du paysage sous son imagination, des algues de toutes les couleurs recouvraient les profondeurs et alors qu'elle y entrait délicatement en savourant la fraîcheur, elle eut l'impression de marcher sur un tapis doux et moelleux... et autour d'elle, l'eau se mit à clapoter en faisant comme des dizaines de petites fontaines qui montaient et descendaient sur le rythme de la musique. Et c'est là, alors qu'elle était au beau milieu de ce petit ruisseau où l'eau ne lui arrivait qu'aux genoux qu'elle remarqua l'orphe.

Les fleurs à ses pieds, dans l'eau, se mirent alors à grandir, grandir encore jusqu'à la dépasser elle même et l'entourer, se transformant en d'impressionnantes plantes carnivores, dont la tête rappelait vaguement des félins dorés aux dents tranchantes, les feuilles rappelaient d'avantages de longs bras aux épines comme des griffes, qui se dressaient autour d'elle pour la protéger... elle semblait légèrement inquiète, et la musique avait fini par se taire...

«Qui êtes vous?»

Du monde de l'imaginaire de la plante, ou de celui de l'orphe, lequel l'emporterait sur l'autre? Ici tout est possible non?

Avatar de l’utilisateur
Belladona
Shaman
Shaman

Âge: 29
Crédit: 1,503.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Shaman
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500

Re: Le temps d'une sieste.

Messagepar Glennwood Becchis » 21 Avr 2011, 18:25

J'adore la musique ! ^^


Je marchais tranquillement, suivant toujours le chemin de terre dans le même sens. De petites fleures de toutes les couleurs apparaissaient sur le bord du sentier sans trop de raisons. Il y avait une musique de fond, comme si j'avais mis des écouteurs, elle était apaisante, calme.

Tout à coup, j'entendis une voix. Je me retournais pour voir mon interlocuteur, une femme de couleur verte debout au milieu du court d'eau, elle avait une chevelure tout aussi verte que sa peau et ressemblant à de nombreuses petites lianes. Je remarquais deux grandes plantes avec une tête féroce, des branches épineuses faisant penser à des bras armés.
Malgré mes ailes, je n'ai jamais réussis à voler comme un oiseau, puisque je suis dans un monde magique où tout est possible, pourquoi ne pas essayer de voler ? Je sautais le plus haut possible puis je pensais à m'envoler. Ça marchait ! Je battais des ailes tel un oiseau, je restais suspendu entre terre et ciel. Maintenant que j'étais en l'air, les plantes humanoïdes ne m'atteindraient plus, j'étais tranquille, mais pour plus de sécurité, je pris la dague que j'avais dans mon sac.

«Je suis Glennwood. Et toi ? Que fais tu ici ?»

Sous le coup de la surprise, je l'avais à moitié agressée en lui parlant.
La musique c'était arrêtée, le ciel se couvrais de plus en plus, la température chutait rapidement, tout aux alentours devenaient sombre.

Avatar de l’utilisateur
Glennwood Becchis

Crédit: Fermé

Re: Le temps d'une sieste.

Messagepar Belladona » 21 Avr 2011, 18:52

La picaris le regarda s'envoler, et les plantes dressaient leurs feuilles hérissées d'épines au-dessus d'elle pour la protéger de ce nouveau prédateur, et s'il semblait découvrir à peine l'univers des rêves et de savoir qu'elles étaient les possibilités et les limites, elle avait toujours eu une grande imagination et lorsqu'il dégaina une arme, l'une des plantes carnivores déroula une liane gigantesque pour s'enrouler autour de son corps et l'obliger à se poser... ils étaient dans un monde où seul leur esprit pouvait décider des limites existantes...

Mais la picaris n'était pas du genre agressif, et les plantes étaient simplement inspirées de l'homme qu'elle aimait et qui la protégeait toujours, lorsqu'elle était éveillée, et par conséquent, il le faisait aussi dans son sommeil. Les plantes carnivores étaient donc beaucoup plus le fruit d'un subconscient visant à ce qu'elle soit toujours protégée, probablement parce que son compagnon n'avait jamais cessé de lui répéter qu'il serait toujours là pour elle. Elle posa donc sa main sur la tête d'une des plantes agressives comme pour la calmer, murmurant des petits «chuuuut» délicats, jusqu'à ce que l'orphe se retrouve libéré.

«Pardonnez ma plante... je suis Belladona, et je suis simplement en train de rêver...»

Sa voix était douce, comme un chant. Les plantes carnivores étaient toujours là, mais avaient considérablement diminué, ne lui arrivant qu'à la taille désormais, elle les caressait délicatement, comme s'il s'agissait de ses animaux de compagnie. Elle n'osait cependant pas l'approcher, mais si l'orphe voyait le ciel s'assombrir, juste au-dessus de la jeune femme se dressait un arc-en-ciel de mille couleurs - pourquoi se limiter à sept? - et des oiseaux aux couleurs chatoyantes passèrent au-dessus d'eux, laissant derrière eux des trainées de minuscules fleurs qui tombèrent en cascade au-dessus de la jeune femme. Cela faisait bien longtemps qu'elle avait cessé d'avoir peur de ses rêves, elle avait compris qu'elle était la seule à choisir ce qu'il pouvait s'y passer, et à sa connaissance, les seuls cauchemars qu'il lui arrivait encore de faire, ne concernaient que celui qu'elle aimait, lorsqu'elle craignait qu'il la quitte.

D'ailleurs, alors qu'elle y pensait, les plantes carnivores changèrent progressivement pour paraître beaucoup moins agressives, même si elles avaient toujours leurs crocs et leurs griffes, mais elles s'enroulèrent affectueusement autour de la picaris, comme pour la rassurer que cela n'arriverait jamais, qu'il serait toujours là. Le ruisseau avait disparu, elle était désormais sur la prairie couverte de fleurs et elle fixait l'orphe en penchant la tête sur le côté

«C'est la première fois que je rencontre quelqu'un ici... D'où venez-vous?»

La question aurait pu être «où vous êtes vous endormi?», mais elle avait posé sa question ainsi, sa nature curieuse prenant le dessus alors que les plantes carnivores reprenaient un peu leur allure menaçante, comme pour inciter la picaris à ne pas s'approcher de l'inconnu

«Vous êtes un orphe n'est-ce pas?»

Cela pouvait paraître évident, vu comme ça, mais d'un autre côté, il pouvait tout aussi bien être un ohime... alors la jeune femme préférait poser la question et elle fit un premier pas vers lui, légèrement retenue par la plante, mais elle était dans son esprit, elle ne pouvait donc pas l'empêcher d'avancer si elle le désirait. À chacun de ses pas, des fleurs poussaient à nouveau sous ses pieds, et l'arc-en-ciel semblait la suivre. Les oiseaux se mirent à chanter à leur tour une douce plainte et la lumière inonda la vallée... signe que la jeune femme était d'une nature joyeuse et pleine de vie...

Avatar de l’utilisateur
Belladona
Shaman
Shaman

Âge: 29
Crédit: 1,503.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Shaman
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500

Re: Le temps d'une sieste.

Messagepar Glennwood Becchis » 21 Avr 2011, 23:02

A peine j'avais eu le temps de sortir ma dague, qu'une liane m'enroulaient la taille pour me reposer à terre. je me relevais doucement pour ne pas subir une autre attaque de sa part, je n'étais vraisemblablement pas assez fort, ou du moins pas assez rapide, pour me battre.

Elle a bien dit qu'elle rêvait ? sa veut dire que moi aussi... Mais comment est-ce possible que deux personne rêvent de la même chose au même moment ?

«J'ai pas du bien entendre... On est en train de rêver ?! Comment je peux vous parler dans ce cas ?»

Il vas me falloir un peu plus d'explication que "je suis en train de rêver". Je ne comprend rien du tout, sa expliquerais beaucoup de chose que je sois en train de rêver mais c'est pas une raison.
Le temps continuait de changer, on aurait dit qu'il ressentait mes émotions et celles de Belladona, un arc en ciel, des oiseaux multicolores qui sèment des pétales de fleurs, une musique douce et apaisante, c'est à sa que ressemble son imagination, c'est..coloré et..fleuri...

«Je faisait route pour Banba, et j'ai du m'endormir.»

A part en dormant, je vois pas comment on peut arriver ici puisque je suis dans un rêve...

«Je suis bien un Orphe. Et vous je dirais..mmmh.. Picaris ?»

Je ne prenais pas beaucoup de risque en disant ça, une femme verte avec des lianes verte en guise de cheveux, je ne vois pas ce que sa pourrait être.

«Désolé d'avoir réagit comme sa... Je ne sais pas où je me trouve et je savais pas qu'il pouvait y avoir une autre personne que moi ici...»

Je ne savais plus quoi dire, je me demandais pourquoi elle était ici, dans mon rêve.

Avatar de l’utilisateur
Glennwood Becchis

Crédit: Fermé

Re: Le temps d'une sieste.

Messagepar Belladona » 21 Avr 2011, 23:43

Les plantes carnivores semblaient se calmer peu à peu, mais elles ne voulaient pas que Belladona s'approche d'avantage de l'orphe, mais elle continuait d'avancer encore. Finalement, elle tendit la main vers lui et finalement lui toucha l'épaule en souriant, ses lianes venant renifler doucement sa peau, même si elles ne pouvaient pas se nourrir ici.

«Oui, nous rêvons. Je ne savais pas non plus que certaines personnes pouvaient se retrouver dans leurs rêves, et pourtant, vous êtes loin de là où je me trouve! Je suis actuellement dans une plaine au Sud d'Ephtéria, mais en cette saison un peu fraiche, j'avoue que le printemps me manque...»

Elle leva les yeux et de nouvelles plantes apparurent, commençant à s'assembler pour former un arbre au tronc épais, elle laissa l'orphe quelques secondes et elle écarta les bras pour s'élever doucement dans les airs afin de se poser sur l'une des branches, les fleurs qu'elle avait dans les cheveux, d'ordinaire de la même couleur que ses lianes, arboraient désormais de belles nuances de rose et de violet. Elle agita doucement ses jambes dans le vide, souriant simplement à l'attention de Glennwood

«Je ne viens pas toujours ici... je crois que c'est lorsque l'on atteint un certain sommeil qu'on peut y parvenir, mais je n'en sais pas beaucoup plus.»

Les plantes carnivores sortirent du tronc, comme pour empêcher l'orphe de la rejoindre, enroulant légèrement leurs lianes autour de l'un des bras de la jeune plante, comme si, même dans l'esprit, Vilal refusait de se séparer d'elle. Elle pencha la tête sur le côté avant de regarder le ciel où des petits lutins brillants se mettaient à danser une jolie farandole, le ciel étant passé subitement à la nuit en s'illuminant de milliers d'étoiles de toutes les couleurs, les plantes elles-mêmes revêtaient des parures de lumières, et la picaris se retrouvait également à briller d'une douce lueur bleutée.

En réalité, il n'y avait que dans quelques rares cas, dans la réalité, que la plante pouvait se mettre à briller ainsi, mais elle ne le dirait surement pas à Glennwood...

«Vous pouvez faire ce qu'il vous chante, ici... seule votre imagination est la limite des lieux! Et la mienne aussi... si nos esprits s'affrontent, je pense qu'il y a des chances que nous nous réveillions simplement...»

Elle tendit le bras derrière lui et des lucioles roses et vertes se mirent à lui tourner autour à une vitesse telle qu'on ne voyait plus que des traits de lumière... elle se demandait bien ce qu'il allait essayer de faire? Pour sa part, elle aimait les couleurs, ça la changeait tellement, après tout, dans les forêts, le vert et le bruns ont tendance à dominer, surtout en hiver...

Avatar de l’utilisateur
Belladona
Shaman
Shaman

Âge: 29
Crédit: 1,503.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Shaman
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500

Re: Le temps d'une sieste.

Messagepar Glennwood Becchis » 22 Avr 2011, 18:09

des lutins ?? XD tas vraiment des idées bizarres toi ! ^^



La nuit venait de tomber. Lorsque Belladona tendit le bras dans ma direction, des milliers de pétales lumineux se mirent à tourner autour de moi. Je décidais de me laisser faire, de me laisser emporter dans l'univers de la plante. Un courant d'air aussi doux que du coton effleura pas peau. Je me sentis m'envoler. Les pétales me déposèrent sur une branche à coter de celle de Belladona. Je regardais le ciel étoilé tout en pensant à l'univers dans lequel je me trouvais.
J'avais une soudaine envie de changer complètement de monde, une envie de..nuages, de ciel ; comme si ma partie oiseau surgissait. Des nuages blancs cassés apparurent, le ciel bleu était juste au dessus de nous, on pouvait presque le toucher. Je pris mon envol, j'avais toujour rêver de pouvoir voler.

«Mon monde aussi est bien non ?»

On pouvait même s'assoir sur les nuages, ils étaient aussi doux que de la laine et on pouvait leur donner la forme que l'on voulait. C'était, pour moi, le symbole de la liberté, être libre comme le vent.

Avatar de l’utilisateur
Glennwood Becchis

Crédit: Fermé

Re: Le temps d'une sieste.

Messagepar Belladona » 22 Avr 2011, 23:57

Lorsque le paysage avait changé, Bella avait souri pour se laisser faire le temps de voir ce qu'il lui réservait, et lorsqu'elle se retrouva assise sur un nuage, elle créa rapidement un petit tapis de verdure juste autour d'elle avec des fleurs encore, car oui, elle était une plante et par conséquent, elle avait besoin de voir de la verdure autour d'elle si elle voulait être heureuse.

La plante carnivore avait disparu, cependant un rapace se dirigeait vers eux et se posait sur son épaule. Sa tête était d'une couleur rappelant le blond des cheveux de son compagnon et ses griffes acérées épousaient parfaitement la peau de la picaris sans la blesser. Elle sourit en ramenant sa main pour caresser le torse aux plumes soyeuses

«Tu ne me laisseras jamais toi...» elle déposa un baiser au niveau de sa tête «Merci»

Elle se tourna alors vers Glennwood, effectivement, son monde n'était pas mal, mais il manquait de détails, alors elle se pencha en avant et une harde de chevaux de lumière se mirent à courir sous leurs pieds, ils émettaient une douce lueur colorée - oui, Bella aime les couleurs - et lorsqu'ils couraient, au lieu de soulever de la poussière, ils laissaient derrière eux des papillons qui s'envolaient pour venir jusqu'à eux. Elle se mit à rire lorsque l'un d'entre eux se posa sur son nez

«Je suis sure que vous pouvez faire encore mieux! Regardez!»

Elle montra quelque chose derrière lui, et des petits poissons se mirent à nager autour de lui, comme s'ils étaient dans l'eau alors qu'ils nageaient dans l'air... leurs écailles reflétaient la lumière et ils se mirent à tourner autour de l'orphe avec amusement... oui, il pouvait faire bien mieux

Avatar de l’utilisateur
Belladona
Shaman
Shaman

Âge: 29
Crédit: 1,503.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Shaman
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500

Re: Le temps d'une sieste.

Messagepar Glennwood Becchis » 27 Avr 2011, 23:26

désoler pour le retard... J'ai Préférer avancer avec Estrello.



La plante modifia quelque peu le monde que j'avais créé, des cheveux, des poissons c'est pas une animalerie le ciel ! Cependant, je ne pouvais que contempler la splendeur et la finesse des détails de l'imagination de Belladona. 
Le rapace sur son épaule m'intriguais, il était plus gros que les normaux et avait un plumage tellement blond qu'on le confondrait avec la couleur des nuages.

«Qu'est ce que c'est que sa ? Tout à l'heure tu avais des plantes carnivore et maintenant c'est un oiseau. T'as la bénédiction de Mère-Nature ou il y a un truc ?»

Comment se fait il qu'il y ai un "esprit" qui veille sur elle ?
Je m'asseyais à mon tour sur les nuages, puis m'allongeais, je rassemblais un petit amas de nuage pour en faire un oreiller - très confortable d'ailleurs . Je vis alors que le ciel n'était pas dégagé, qu'il y avait encore des nuages au dessus de nous. Je voulais pouvoir voir les étoiles, même en plein jours ! Je décidais donc de "gommer" les nuages gênant et un magnifique spectacle s'offrait à nous. On voyait les constellations mieux que personne, et voir le ciel briller d'un tel éclat en milieu de journée était assez exceptionnel.
Tout à coup, quelque chose traversa ce ciel, rapide. Encore un poisson de Belladona ? J'espérais que se soit autre chose qu'un poisson ou un cheval...c'est mignon cinq minutes mais sa va maintenant... Bref, c'était donc un singe, avec un casque d'astronaute, un reacteur dans le dos, et tout l'attirail qui allait avec. Qu'est ce qu'il faisait ici lui ? C'est moi qui ai pensé à ça ? Je n'ai pas un esprit aussi bizarre... Quoique...

Avatar de l’utilisateur
Glennwood Becchis

Crédit: Fermé

Re: Le temps d'une sieste.

Messagepar Belladona » 28 Avr 2011, 10:44

Pas de souci, je préfère aussi que tu favorises ton rp avec Estrello, comme tu as pu le constater, j'ai plusieurs comptes donc j'ai de quoi rp à côté, alors que lui n'a que ce compte la :002:


La picaris continuait de caresser doucement le cou du rapace avant de sourire doucement à l'orphe

«En fait, je pense simplement que comme je me suis endormie dans ses bras, une part de mon esprit veut qu'il soit toujours près de moi, ou peut être sommes nous si proches qu'il parvient à me rejoindre dans mes rêves de cette manière? Je ne sais pas, c'est la première fois que je viens ici depuis qu'il est mon compagnon...»

Souriant doucement, elle ferma un peu les yeux avant de regarder le ciel étoilé malgré la clarté du jour, cela rendait un contraste intéressant, mais la jeune plante trouva bon de rajouter encore d'autres étoiles, en plus de celles qui illuminaient le ciel dans la réalité, donnant un spectacle de lumière plus grand encore, et elle fit se lever les deux lunes de Nideyle au loin, rondes et pâles comme deux perles nacrées.

Elle éclata de rire en voyant le singe avec un attirail étrange qu'elle ne connaissait pas et se tourna vers l'orphe en se demandant bien où il avait pu imaginer une chose pareille! Mais ça avait le mérite d'être terriblement amusant

«Quelle drôle de créature! Je n'en avais jamais vues de telles!»

Et encore moins capable de voler avec une machine aussi étrange. Il fallait dire que la jeune plante ne connaissait absolument rien de la technologie, elle avait toujours préféré ne pas s'approcher de la Basse Ville et de sa Grande Tour, Fleïana lui avait toujours dit qu'il y avait un risque qu'ils ne connaissent pas sa race et veuillent faire des expériences sur elle... même si elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'était une expérience, le regard apeuré de la petite morphe avait suffi à la convaincre de ne pas y aller.

Ses pieds se balançaient dans le vide et elle continuait de regarder le ciel et le petit singe qui semblait s'amuser comme un fou à voler ainsi. Pour sa part, elle n'appréciait pas plus que ça de voler, c'était comme nager selon elle, sauf qu'elle ne pouvait pas se nourrir en même temps. Actuellement, son corps se trouvait sous une tente, elle n'avait donc pas planté ses lianes dans le sol pour se régénérer en même temps, et il était probable qu'elle n'aurait pas pu, même en étant dehors puisque le sol était particulièrement dur et froid. On pouvait voir alors sa peau prendre une teinte un peu plus foncée sous la fatigue car non, le sommeil chez elle n'était pas réparateur comme chez les humains, il lui empêchait juste de trop puiser dans ses ressources.

Elle tendit son bras et remarqua qu'il commençait un peu à devenir transparent, comme si elle disparaissait

«Je crois que je commence à me réveiller... je ne vais plus pouvoir rester très longtemps»

Elle lui sourit doucement, après tout, il n'y avait aucune notion de temps ici, il n'était pas évident de savoir combien de temps s'était réellement écoulé depuis qu'ils s'étaient rencontrés

Avatar de l’utilisateur
Belladona
Shaman
Shaman

Âge: 29
Crédit: 1,503.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Shaman
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500

Re: Le temps d'une sieste.

Messagepar Glennwood Becchis » 04 Juin 2011, 12:54

Voyant la plante devenir transparent un peu plus à chaque instants, j'eu le reflex de vérifier aussi mon corps. Mon bras, était effectivement un peu plus pâle qu'en temps normal, mais rien d'extraordinaire. Je regardais alors Belladona avec un air surpris, ça n'arrive pas tous les jours de disparaitre.
Apparemment elle commençait à se réveiller.

«Si je me souvient bien, j'étais assez fatigué avant d'arriver ici... Je risque de ne pas me réveiller tout de suite.»

C'est vrai que je n'avais pas l'habitude de marcher autant en une journée, je savais très bien que je me réveillerais en ayant mal aux jambes. Dommage que je ne puisse pas voler comme dans ce monde, en plus d'être plus rapide ce serait moins fatiguant.

«Tu pars déjà ?»

Je regardais une seconde fois mon bras et j'essayais de calculer le temps qu'il me restait a être dans cet univers si bizarre qui, n'était pas désagréable.
Je pensais à la plante et nous fit redescendre sur terre au milieu d'une clairière dans une forêt. Je m'assis sur un rocher qui était exactement au centre de la clairière. Le rapace avaient céder la place aux plantes carnivore autour de Belladona qui était assise dans l'herbe jouant avec des fleures. Elle continuait de disparaitre au fur et à mesure du temps, malgré qu'elle se trouvait dans son millieu naturel.

Avatar de l’utilisateur
Glennwood Becchis

Crédit: Fermé

Re: Le temps d'une sieste.

Messagepar Belladona » 05 Juin 2011, 11:50

Maintenant qu'elle était au sol, le rapace avait disparu et elle le chercha du regard. Son bras commençait à disparaître mais elle ferma les yeux quelques instants, comme si elle espérait se rendormir d'une certaine manière. Elle avait eu le sentiment que Vilal n'était plus là, et elle n'aimait pas cette sensation, était-il réveillé?

Non, car déjà un fauve rappelant un puma, mais de la taille d'un tigre s'approchait, et elle sourit doucement en se mettant accroupie pour entourer son cou de ses bras. Elle eut l'impression qu'il ronronnait et elle reprit alors une nouvelle consistance, preuve qu'elle s'était de nouveau endormie et se releva donc pour regarder Glennwood

"Fausse alerte! J'ai failli me réveiller, mais il faut croire qu'il avait juste bougé un peu"

Évidemment, elle parlait de l'orphe qui avait du simplement s'agiter dans son sommeil mais qui l'avait de nouveau enlacée de ses bras, car elle sentait sa présence autour d'elle, et tant qu'il serait présent dans son rêve, il était probable qu'elle ne se réveille pas vraiment. Ou alors, il fallait que le soleil se lève.

"Normalement, je ne me réveille qu'au lever du soleil..."

Elle le prévenait ainsi, levant les yeux pour voir que le ciel avait désormais une teinte d'un joli jaune d'or avec des zébrures colorées, elle croisa ses bras dans son dos en souriant

"Qu'est-ce que vous allez faire une fois réveillé? Avec mon ami, nous allons à Ephtéria!"

Elle se baissa pour plonger ses jambes dans une rivière qui venait d'apparaître, jouant en agitant les pieds avec les poissons qui ressemblaient plus à des papillons recouverts d'écaille qu'autre chose, de toutes les couleurs une fois de plus. Le fauve était toujours à côté d'elle pour la protéger, peu lui importait l'apparence qu'il prenait, il se voulait toujours menaçant, comme pour inciter Glennwood à ne pas tenter quoi que ce soit avec elle, même en rêve

Avatar de l’utilisateur
Belladona
Shaman
Shaman

Âge: 29
Crédit: 1,503.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Shaman
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500


Retourner vers Les Songes

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron