Un bol d'air dans les profondeurs

Bienvenue dans le monde de l'immatériel, également appelé le royaume des morts... N'ayez crainte, laissez-vous guider. Ni rêve, ni réalité, qui sait si votre voyage dans cette sphère spectrale ne sera pas sans retour...?

Un bol d'air dans les profondeurs

Messagepar Benedikt » 10 Déc 2013, 17:33

Benedikt était un inconscient, mais même les inconscient étaient effrayés par un ver plein de dents pointues et de la taille d'une maison, aussi le botaniste se mit à hurler presque immédiatement. De toutes manières, deux secondes après, il était avalé par la bestiole en question, aussi il n'eut pas vraiment le temps de hurler longtemps. Comme quoi, Amroth n'était pas plus fan des insultes que d'autres, même s'il était possible qu'il eut fait la même chose sans.

Le botaniste se tomba pas dans un estomac, pourtant. Non, il tomba longtemps, très longtemps, assez longtemps pour arrêter de hurler parce que ça commençait à être ennuyeux, assez longtemps pour commencer à se demander ce qu'il faisait là et qu'est-ce qui se passait. Et puis aussi soudainement qu'un claquement de doigt, la lumière l'aveugla et s'écrasa dans un tas de feuille mortes qui croustilla sous son poids. La tête lui tournait, et le botaniste se redressa en fronçant les sourcils. D'accord, une forêt. Qu'est-ce qu'il faisait dans une forêt ? Au moins, il ne faisait pas froid. Pas un poil de vent, et le botaniste enleva son manteau en regardant autour de lui.

« Bonjour ! » - Il se retourna dans la direction de la voix juvénile qui l'accueillait. Un gamin au grand sourire se tenait là et lui tendait la main comme s'il allait l'aider à se relever ; ce qui risquait d'être difficile vu sa taille. Il devait à peine avoir 6 ans, et encore, la tignasse de boucles brunes qu'il avait semblait lui faire gagner pas mal de centimètres.
« Je m'appelle Benedikt ! » déclara-t-il avec fierté.
« Ah, heu... D'accooord... » - Le nom lui semblait légèrement familier, comme un souvenir. « Dis, on est où, là ? »
« Chez moi ! »
« Chez toi ? »
« Oui, j'habite ici ! »
« Heuuu, et elle est où ta maman, dis-moi ? »

Le gamin se mit à bouder. « J'en ai pas. Pourquoi tu demandes ça ? Tu cherches une maman ? »
« Non, je... » - Flûte, qu'est-ce qu'il était venu faire ici, en fait ? Et où est-ce qu'il était, avant ? Le botaniste, assis sur les fesses par terre de la manière dont il était tombé, resta regarder le gamin avec un regard confus. Ce dernier venait de ramasser une feuille morte par terre et s'enthousiasmait grandement de la chose parce qu'elle était jolie.
« Tu viens avec moi ? » demanda-t-il soudain en lui attrapant la main, sautillant pratiquement sur place.
« Où tu veux aller ? »
« Jouer dans la prairie ! D'habitude, il y a personne pour jouer avec moi. »
« Je ne sais pas si j'ai vraiment le temps de jouer. »
« Tu as quoi à faire d'autres ? »

Benedikt regarda son mini-moi, soupira et le prit dans ses bras à défaut de savoir quoi répliquer.
« D'accord, dis-moi où tu veux aller. » - Après tout, il était complètement paumé, alors autant suivre les indications du gamin ou autre chose, peu importe.
« Ah, je sais pas comment tu t'appelles ? »
« Je... ne sais pas non plus. »
« Ah super, je vais te trouver un nom ! Mmmh, Pas Réveillé ? T'es en pyjama, c'est bizarre, c'est la journée. »
« … »
« Mouton ! Trois pommes ! »
« Ce ne sont pas des prénoms... »
« Buisson ! »
« Hein ? D'abord, s'il y a quelqu'un haut comme trois pommes ici, c'est toi, et maintenant buisson ? »
« Tu crois que je les prends au hasard ? C'est toi qui as pleins de feuilles dessinés sur toi ! »
répliqua le gamin, pratiquement scandalisé qu'on puisse être sceptique sur ses propositions.
Nul besoin de préciser que le débat dura un bon bout de temps dans le chemin.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 34
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Un bol d'air dans les profondeurs

Messagepar Vrass Rannveig » 10 Déc 2013, 17:43

Que je réfléchisse. La dernière fois que je me suis retrouvé dans un tel endroit, il fallait que je me jette dans le vide pour pouvoir me réveiller. Problème, là je ne suis pas dans un hôpital de plusieurs étages, mais chez moi et moi, je n'ai qu'un seul étage - déjà pas mal quand on vit dans les Ghettos.

Croisant les bras, je regarde par la grande baie vitrée qui mène sur les taudis d'en face, les sourcils froncés, je baisse les yeux à nouveau sur la blessure que j'ai au flanc. Les drôles de lignes semblent s'étendre, et même moi qui n'y connais pas grand chose en poison, je sais que ce n'est pas bon. Plus mon esprit s'enfonce dans les Abysses et moins j'ai de chance de m'en sortir, le poison se répand de plus en plus dans mon esprit et je ne suis même pas capable de lutter.

Puis soudain, le sol se met à trembler, et au loin, je vois une sorte de ver géant apparaître!
* C'est quoi cette horreur?* - les yeux écarquillés, j'essaie d'ouvrir la porte pour sortir et voir, mais je ne peux pas, je suis coincé dans cet appartement et je me mets à cogner de toutes mes forces sur la vitre alors que le ver géant disparaît... et là où se trouvaient quelques secondes encore des bicoques tordues, apparaît une immense forêt...

Je recule d'un pas, ayant du mal à piger ce qui se passe jusqu'à me pincer l'arête du nez. Oui... la dernière fois aussi y'avait des trucs bizarres en fonction de ce qu'il se passait dans la réalité. Lorsque Benedikt était près de moi, j'avais un petit mouton qui venait me rendre visite, et lorsque c'était Nathan, un écureuil. Je regardais mes mains, réalisant surtout que la dernière fois, je ne me souvenais pas de ces personnes. Je n'avais pas fait le lien entre eux et pourtant là, je me souvenais très bien de lui.

Je ne suis donc pas dans le coma?

Qu'est-ce qu'il m'arrive alors? Baissant de nouveau les yeux sur cette blessure qui semble s'étendre de plus en plus sur mon dos, je réalise que cette simple pensée a stoppé net la progression. Donc... je suis sur la bonne voie. Sauf que je ne suis pas plus avancé, c'est pas parce que j'élimine une possibilité que j'ai trouvé la bonne!

Bordel... je redescends

* Iza? Benedikt? * - peut être que d'appeler quelqu'un m'aidera? Je m'arrête un moment avant de voir sur la porte d'entrée deux photos... Nessy et le Doc? Je m'approche pour prendre ces photos, cherchant à savoir pourquoi elles sont là avant de soupirer et essayer de nouveau de sortir d'ici. De ce côté là, il y a la rue, les Ghettos semblent normaux, aussi je vais vers la cuisine pour voir de l'autre côté et effectivement, le paysage est radicalement différent. Une plaine avec une forêt au bout. Qu'est-ce qu'elle fout là cette forêt bordel? Et surtout, ça sert à quoi qu'elle soit là si je peux pas y aller?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 39
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Un bol d'air dans les profondeurs

Messagepar Benedikt » 10 Déc 2013, 19:52

« Regarde, y a une maison là-bas !!! »
Benedikt trottina jusqu'à lui et se pencha sur le gamin en riant légèrement. « Tu sais, il y a peu de chance que je ne te trouve pas si tu te mets à blablater tout le temps. Même si j'ai du mal à comprendre pourquoi tu veux jouer à cache-cache dans une plaine, l'herbe est vraiment haute mais... »
« Mais il y a une nouvelle maison !!! »
« Quoi nouvelle, elle n'était pas là avant ? »
« Non. Peut-être qu'il y a un monstre dedans ? »
« Pourquoi il y aurait un monstre dedans ? »
« Parce qu'il y a un monsieur qui fait peur avec des cornes, dedans, et il nous regarde. Tu crois qu'il va venir nous manger ??! »


Le gamin se réfugia dans les bras de Benedikt, et ce dernier jeta un coup d’œil à la fenêtre dont il parlait. Ils étaient à environ vingt mètres de la maison en question, assez près pour voir parfaitement que quelqu'un était bien là, avec effectivement, de grandes cornes.
Depuis son arrivée ici, Benedikt tentait de comprendre ce qui se passait mais ses questions au gamin ne l'aidait pas vraiment à savoir où il était et qu'est-ce qu'il faisait ici. Ses réponses étaient rarement sensées ou réalistes, et le botaniste commençait sérieusement à se demander qui s'occupait de cet enfant en temps normal. Alors parler à quelqu'un d'autre, un adulte de surcroît, allait peut-être être très utile.
« Hé, tu sais quoi, on va aller le voir, ce monstre. Je suis sûr qu'il est gentil. » - Le botaniste attrapa la main du gamin et s'approcha, malgré le fait que ce dernier traînait des pieds en couinant.
« Noooon, il va nous maaannger. »
« Bien sûr que non, et puis je suis là pour te protéger, alors il n'y a aucune chance ! »
« Tu me promets...? »
« Promis ! »


Le botaniste n'alla pas très loin, pourtant, parce qu'il se heurta à... À quoi, d'ailleurs ? Il regarda devant lui en cligna des yeux, une main frottant son nez endolori. Puis essaya de reprendre sa route pour répéter exactement pas la même chose. Bordel. Benedikt fila un coup de pied dans l'air et son pieds rencontra une surface lisse et dure à mi-chemin.
Hein ? Voilà autre chose, des murs invisibles. Le botaniste commençait à en avoir un peu marre. Il fila un bon coup de poing dans son obstacle, et recula d'un pas lorsqu'un morceau de paysage se brisa, des éclats de ciel tombant dans l'herbe et révélant un trou d'un noir profond qui ne disait rien qui vaille. Oh-oh. Okay, on y touche plus.
Benedikt s’aperçut alors que le gamin se trouvait devant lui et le regarda avec la tête penchée sur le côté.
« Pourquoi tu peux pas venir ? » demanda-t-il, les yeux rivé sur le trou béant flottant dans l'air.
« Je ne sais pas, pourquoi toi tu peux, c'est la vraie question. Oh, flûte. Bon, heuuu, écoute, tu vas aller demander quelque chose pour moi là-bas, d'accord ? »
« Hein, non ! T'as dit que tu me protégerais ! »
« Mais je t'assure que ce n'est pas un monstre, Benedikt, il ne te fera rien. »
« T'as vu ses cornes ! Et il est grand et gros ! »
« Ce n'est ni gentil ni intelligent de juger des gens sur leur apparence, Benedikt, tu dirais quoi si on avait peur de toi à cause de tes ailes ? »

Les yeux du gamin s'écarquillèrent. « Comment tu sais que j'ai des ailes ? » souffla-t-il, et les yeux botaniste prirent soudain eux aussi la même taille, créant un étrange miroir entre les deux d'une vingtaine d'années de différence. Comment le savait-il, oui ? Bordel, mais qu'est-ce qui se passait aujourd'hui.

Il mit au moins cinq minutes à le convaincre d'aller voir l'homme dans la maison un peu plus long, mais au moins avait-il réussi. C'est pourtant la peur au ventre que le botaniste miniature alla frapper à sa porte, pour finir par se glisser à l'intérieur après n'avoir reçu aucune réponse.
« Y-y a quelqu'un-n ? » bredouilla le gamin, prêt à détaler s'il entendait le moindre bruit suspect.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 34
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Un bol d'air dans les profondeurs

Messagepar Vrass Rannveig » 10 Déc 2013, 22:55

Qu'est-ce que je pouvais faire? J'étais coincé dans cette maison, ma maison mais sans couleur. Pour un tatoueur, c'est quand même un peu con d'être dans un monde en noir et blanc, même si... oui en fait non, ça me ressemble. J'ai l'impression d'être dans un dessin? Pourquoi est-ce que je serais dans un endroit comme celui-là? J'ai beau réfléchir, rien ne m'aide à comprendre ce qu'il m'arrive et je finis par m'asseoir sur la chaise de la cuisine.

Tendant le bras, j'ouvre le frigo, mais comme absolument tout ici, il est vide. Ramenant ma tête entre mes mains, j'essaie de comprendre, mais plus je réfléchis et plus tout semble se vider autour de moi. Les meubles sont bien là mais ils ne servent à rien, même cette chaise ne ressemble pas à ce qu'elle devrait être. D'énervement, je me lève et je shoote dans la table qui n'est même pas effritée là où je l'aurais normalement défoncée

* BORDEL MAIS JE SUIS OÙ LÀ?* - j'avais l'impression de rugir, pourtant je n'étais même pas sur que ma voix portait quelque part. En regardant par la fenêtre, je vis un petit garçon aux cheveux bouclés avec un plus grand... je plaquais mes mains sur la fenêtre en écarquillant les yeux
* Benedikt!!* - qu'est-ce qu'il fout avec un gosse lui? Et pourquoi il ne vient pas? Je vois le petit se diriger vers la maison mais il disparaît bien vite de mon champs de vision jusqu'à ce qu'il y ait le bruit de clochette de la porte d'entrée, et une petite voix qui se fait entendre

*Que... qui est là?* - je m'avance prudemment pour sortir de la cuisine et je vois le petit garçon devant moi, et il ne me faut pas longtemps pour faire le rapprochement - * Benedikt? *

Pourtant, je l'ai vu dehors... je recule d'un pas pour regarder encore par la fenêtre de la cuisine et je vois l'autre, celui que je connais, MON Benedikt toujours dans l'herbe
* Pourquoi l'autre n'est pas venu avec toi?* - je m'approche doucement en posant un genou à terre avant de grimacer de douleur. Ramenant une main sur mon flanc, l'appartement autour de moi s'assombrit davantage, et l'encre sous ma peau s'étend de nouveau et recouvre presque tout mon dos à présent, donnant l'impression que le scorpion dégage des éclairs pourpres tout autour de lui et je me sens horriblement faible.

*Que... pourquoi tu es venu?* - car peu importe où je suis, Benedikt, sous n'importe quelle forme, ne devrait pas être là. Il doit être quelque part dans le monde réel, en train de me parler et c'est pour ça que je le vois ici. C'est comme dans mon coma donc finalement... contrairement à ce que je pensais, je suis bel et bien dans le coma. À peine ai-je pensé ainsi que l'encre trace son chemin sous ma peau, s'acheminant le long de mon cou et vers mes épaules... je suppose qu'une fois que je serai entièrement recouvert, il sera trop tard?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 39
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Un bol d'air dans les profondeurs

Messagepar Benedikt » 10 Déc 2013, 23:49

« Comment tu connais mon nom ? » s'étonna le gamin avec des yeux ronds. Mais le fameux monstre devant lui semblait bien mal en point et il se pencha sur lui avec un regard inquiet. « Tu es malade ? »
Comme l'homme lui avait posé un autre question, et qu'il ne semblait plus aussi menaçant que de loin, Benedikt se balança d'un pied sur l'autre.
« L'autre, il est pas venu parce qu'il peut pas venir. Il y a un mur bizarre qui veut pas le laisser passer. Il connaît pas son nom mais moi je l'ai appelé Grognon parce qu'il aime aucuns prénoms que je lui propose. Il a dit que tu pourrais peut-être l'aider parce qu'il veut te poser pleins de questions. Mais comme il pouvait pas avancer, il m'a demandé de venir à sa place, même si moi j'avais peur parce que j'ai cru que t'étais un monstre qui allait me manger. Il est tombé du ciel il y a pas longtemps, mais je trouve plus bizarre qu'il est en pyjama, parce qu'on porte pas de pyjama quand le soleil brille, normalement. »

Le petit botaniste jeta un regard à la maison avec un regard triste.
« Pourquoi ta maison est toute grise ? Elle serait mieux avec des couleurs. Attends. »
Le gamin s'approcha d'un mur et passa sa main dessus, laissant des couleurs sur ses traces. Il dessina maladroitement une fleurs sur un mur, puis son prénom, puis s'attaqua au comptoir de la boutique de tatoueur, y laissant des rayures colorées avant d'admirer son travail, ses doigts et ses paumes comme seules pinceaux et peintures.
« Je ferais bien le reste mais Grognon va pas être content s'il nous attends trop longtemps. Tu viens avec moi ? » - Le gamin tendit une main au tatoueur comme il l'avait fait avec Benedikt, un grand sourire fier de lui plaqué sur le visage. « Il a dit qu'il fallait pas juger les gens sur les apparences et il avait raison parce que tu as l'air gentil en fait. Et je crois qu'il se sent tout seul parce qu'avec moi, c'est comme s'il était tout seul parce que je réponds pas bien aux questions. Il sera content avec toi, mais je pense que c'est un peu bête parce que tu le connais alors tu peux pas lui dire son prénom et tout. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 34
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Un bol d'air dans les profondeurs

Messagepar Vrass Rannveig » 11 Déc 2013, 00:19

C'était étrange, je ne ressentais aucune douleur et pourtant, je me sentais horriblement faible. Les filaments pourpres s'aventuraient de plus en plus sous ma peau, traçant leurs sillons un peu partout dans mon dos, mon cou et mes épaules, contournant mes tatouages comme pour teindre mon corps entièrement d'encre tout en les laissant visibles. Cette illusion avait de quoi me laisser perplexe, et si déjà la dernière fois je me demandais si j'étais en train de mourir, là je commençais à croire que je n'avais pas de moyen de m'en sortir.

Ce n'est pas ce petit garçon qui va me dire comment sortir d'ici, et je m'affaiblis de seconde en seconde...
Puis le petit garçon a commencé à ajouter de la couleur, et je me sentais un peu mieux, comme si j'arrivais à respirer plus facilement et je me redressais en m'appuyant sur le comptoir pour reprendre mon souffle
*Je te connais... et je connais le garçon dehors. Il s'appelle Benedikt lui aussi. Un jour, tu seras grand, et tu verras que tu seras exactement comme lui.*

Je réalisais alors que peut être, je ne le reverrai plus. Il était coincé dehors, et moi ici. Cette réalité me frappait de plein fouet et toutes les couleurs que le petit Benedikt avait mis aux murs devinrent noires et je tombais par terre, sur les fesses en m'appuyant le dos au comptoir en ayant du mal à respirer
*Je ne peux pas sortir non plus... je suis coincé ici. Et j'ai l'impression que je vais rester ici pour toujours...*

Je tournais les yeux vers lui en souriant légèrement
*Il ne sait pas son nom? Il ne doit pas savoir le mien non plus alors...* - j'écarquillais alors les yeux avant de me redresser brusquement - * il ne se souvient pas de son nom??? *

Je réalisais alors que si peut être, je n'étais pas dans le coma, lui devait l'être!
[b}* Qu'est-ce qu'il a fait? Est-ce que... est-ce qu'il a des marques comme ça lui aussi? Il a été empoisonné? Qu'est-ce qu'il a? Pourquoi il est ici?*[/b] - je lui montrais les drôles de marques sur mon corps, si Benedikt avait été empoisonné ici, il fallait vraiment que je le retrouve, que j'aille le chercher et que je le soigne!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 39
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Un bol d'air dans les profondeurs

Messagepar Benedikt » 11 Déc 2013, 11:26

« Benedikt ? Oh... Je me disais qu'il me ressemblait beaucoup... »
Mais l'homme se remettait déjà à paniquer, et le gamin secoua la tête, le visage fermé. « Je t'ai dit, il est tombé du ciel. Il a pas des marques comme toi. Il a l'air pas malade comme toi. » Le petit botaniste s'accroupit devant Vrass. « Tu vas mourir ? » demanda-t-il d'une petite voix. « Si Benedikt, c'est moi... il devrait pouvoir être ici, non ? Il faut peut-être attendre que je grandisse... Mais il a l'air vieux, il faudra attendre longtemps. »
Le visage de Benedikt s'éclaira soudain. « En attendant, je vais te faire un bisou magique, ça guérit tout. » - Et il claqua un baiser sonore sur les lèvres du tatoueur en se penchant sur lui, tout à fait sûr de son coup.

Il avait peut-être raison de l'être. Lorsque le botaniste rouvrit les yeux, il était beaucoup plus penché sur Vrass parce que beaucoup plus grand, et avait pris aussi prit de nombreuses années. Benedikt ouvrit la bouche mais la suite des événements était allé un peu trop vite pour lui, de la pairie à l'intérieur de cette maison dans laquelle il voulait tellement entrer, de la réalisation de sa présence ici au souvenir de qui il était, et...
« VRASS. » Benedikt se jeta dans ses bras, serrant le tatoueur aussi fort que s'il voulait être sûr qu'il n'était pas une illusion. « Vrass... Vrass ! Il faut qu'on sorte d'ici le plus vite possible ! Tu t'es fait empoisonné et je n'arrivais pas à te réveiller, tu es tombé dans un sommeil éternel ou quelque chose chose comme ça. Seulement il va vraiment être éternel si je réussis pas à t'emmener ailleurs... »
Le botaniste se mit à regarder partout,
« Putain ! Je suis vraiment trop stupide. J'ai demandé à Amroth de te sauver et il m'a envoyé ici te chercher moi-même, mais il ne m'a pas dit comment je pouvais en sortir ! Faut dire que je ne lui pas vraiment parlé poliment, mais... » - Benedikt se retourna à nouveau vers le tatoueur et prit son visage entre ses mains. « Il faut que tu rêves, Vrass. Il ne faut pas que tu restes ici. Emmène-nous ailleurs. Tu peux le faire, j'en suis sûr, regarde ce qui vient de se passer. Rien n'est logique ici. Au fond, c'est à propos de toi, tout ça. Ça ne tourne qu'autour de toi. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 34
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Un bol d'air dans les profondeurs

Messagepar Vrass Rannveig » 11 Déc 2013, 20:58

Plus ça allait et plus je me sentais fatigué. Je ne savais pas ce qui m'arrivait, je n'avais pas souvenir que c'était comme ça la dernière fois. Surtout que mon appartement devient de plus en plus sombre, les meubles semblent disparaître comme si je me retrouvais peu à peu dans une simple pièce entièrement vide.

J'essayais d'expliquer à l'enfant quelque chose, mais je ne savais pas s'il me croirait, et étrangement oui, la réalité semblait presque être naturelle pour lui, si bien que je ne réagissais même pas lorsqu'il m'embrassa... et je réagissais encore moins lorsque la voix adulte que je connaissais bien m'appelait. La tête penchée en avant, j'avais l'impression que j'avais besoin de dormir... et justement, le gosse me disait que c'était déjà ce que j'étais en train de faire et je levais alors les yeux vers lui, les filaments pourpres avaient grimpé le long de mon cou et commençaient à apparaître le long de ma mâchoire jusqu'à mes oreilles

* Am... roth? * - le sol se mit alors à trembler et le plafond disparut, arraché par un immense dragon qui poussa un puissant hurlement pour ensuite plonger droit vers nous. Je repoussais Benedikt en arrière alors qu'il se saisissait de moi dans sa gueule pour me soulever, véritable loque incapable de me défendre face à une créature suffisamment gigantesque pour se servir de moi comme cure-dent! J'ouvris les yeux et l'appartement disparut totalement, à la place, Benedikt se retrouvait sur une immense plate-forme d'un noir d'encre et de la lave se trouvait tout autour de moi... est-ce que le dragon nous a emmenés ici? Pourquoi? Il me lâcha alors brutalement et je m'étalais sur le sol à côté du botaniste alors que je sentais la température particulièrement élevée.

Couché sur le ventre, je ne savais pas encore si j'allais réussir à me lever. Mon dos me faisait mal et pour cause, le poison l'avait à présent totalement recouvert et commençait à passer sur mes flancs et mon ventre. Ma peau était entièrement violette excepté là où se trouvait le tatouage du scorpion encore visible...

Rêver? Il suffisait de demander, mais pas dit que Benedikt s'attendait à ça.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 39
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Un bol d'air dans les profondeurs

Messagepar Benedikt » 14 Déc 2013, 01:38

Benedikt hoqueta et se mit à hurler le nom de Vrass – qui revint assez rapidement à côté de lui, pourtant. Là n'était plus tellement le problème, étant donné qu'un dragon se dressait devant eux, probablement deux fois plus grand qu'un immeuble. Le botaniste recula de trois petits pas hésitant, le visage décomposé, alors que des énormes narines et canines s'approchait de lui. Le bruit qui sortait de la bestiole en question n'était ni humain ni animal, et assez fort pour devoir le faire reculer encore sous le souffle brûlant qui lui balayait le visage.

Les oreilles qui botaniste sonnaient encore quand son talon heurta quelque chose... ou plutôt quelqu'un. Benedikt faillit trébucher contre le corps du tatoueur qui ne bougeait plus vraiment, et son visage déjà pâle perdit toutes couleurs. Cette fois, il était bien dans la merde, tiens. Il resta figea une seconde, la panique bloquant le trajet habituel de ses neurones, avant de jeter un coup d’œil désespéré autour de lui. Une plate-forme n'allait pas lui offrir grand chose pour se défendre ; sauf que par miracle, l'épée de Vrass se trouvait pas là pas loin. Depuiq quand était-elle là ?
Ou peut-être que ce n'était pas vraiment un miracle, parce que quand le botaniste brandit avec toutes les forces qu'il pouvait rassembler l'arme un peu trop lourde pour lui, il s'aperçut bien vite que cela n'allait pas suffire. Si Vrass Rannveig était un cure-dent pour cette bestiole monstrueuse, alors son épée, elle, n'était qu'une écharde.

La colère envahit Benedikt alors que le dragon se rapprochait encore une nouvelle fois. Non. Et non. Il n'avait pas fait tout ce chemin pour rien. Pas pour finir comme ça, pas pour servir de snack à un monstre disproportionné.
« Hé bien vas-y, ramène-toi sale bête, je t'attends ! » hurla-t-il à la bestiole qui gronda et lui rugit dessus à nouveau, si on pouvait encore appeler ça un rugissement. Le botaniste n'en avait que faire et se mit à lui hurler dessus le plus force possible en retour lui aussi, une fois qu'il eut retrouvé son équilibre. C'est sûr, c'était moins impressionnant, hein, mais au moins, il y avait de la motivation.
La même motivation le fit planter son épée dans la mâchoire du dragon qui grogna. Benedikt mit une seconde à comprendre que son épée venait de se coincer entre deux canines qui faisaient à peu près sa taille et se débattit avec son adversaire à écailles pour la récupérer. Le dragon grogna, secoua la tête, mais Benedikt s'accrochait à son épée comme une tique sur un chien et se retrouva très vite soulevé du sol. Qu'à cela tienne, le botaniste utilisa un autre croc d'en dessus pour s'étirer de toute sa force et tenter de décoincer son arme.

Incidemment, pourtant, il utilisait à présent cette dernière comme levier, et le botaniste poussa un cri de surprise quand un des crocs entre lesquelles elle était coincée s'arracha purement et simplement. Benedikt Bloom était maintenant devenue une petite souris d'un autre genre, mais n'avait plus rien auquel se retenir et tomba dans le vide. La grosse bestiole, elle, avait l'air aussi peu heureuse qu'on peut l'être et se mit à s'énerver toute seul pendant que le botaniste s'écrasait contre le sol et couinait de douleur.

Comme le dragon continuait sa crise pour un petit temps au lieu de s’intéresser à eux, Benedikt en profita pour se jeter sur le corps pratiquement inerte du tatoueur.
« Vrass ! Vrass... Tu m'entends ? Oh, merde, Vrass... » Il le retourna pour qu'il se retrouve sur le ventre, attrapa son visage entre ses mains dans l'espoir d'obtenir la concentration du winghox. « T'as pas le droit de mourir... On meurt que dans la réalité... Tu n'es pas sensé aller mal, ici... » Le petit botaniste se mit à pleurer devant son manque de réaction, et l’embarrassa quatre ou cinq fois comme dans l'espoir que les fameux bisous magiques de sa version enfant existent. La situation ne pouvait probablement pas être pire, tiens. Il le réalisait de plus en plus en sentant la gueule du dragon furieux s'approcher de plus en plus d'eux, maintenant bien décidé à s'occuper de leur cas, apparemment.
« Il faut que tu penses à autre chose... Pense à... Pense aux matins où je te réveille avec l'odeur du petit-déjeuner, ou... quand on est en sécurité à la maison, sous les draps, et qu'on y reste pendant des heures... Je t'en supplie... Emmène-nous ailleurs... Dans un endroit que tu aimes... »
Le botaniste prit Vrass dans ses bras, le serra contre lui et ferma les yeux pour ne pas voir l'obscurité se refermer autour d'eux. Quelle fin stupide, pensa-t-il, se faire bouffer par un dragon même pas réel. Il était venu ici sauver son tatoueur mais avait échoué dans les grandes largeurs. Combien de fois Vrass l'avait-il sauvé de la mort ? Lui n'avait pas réussi une seule fois. Furieux, Benedikt récupéra une dernière fois l'épée du tatoueur et la planta dans le palais du dragon alors qu'ils se retrouvaient dans sa gueule. Ce n'était peut-être pas grand chose mais l'insupportable bestiole le méritait.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 34
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Un bol d'air dans les profondeurs

Messagepar Vrass Rannveig » 14 Déc 2013, 19:52

Le purgatoire.. je ne voyais pas d'autre mot pour décrire là où je devais me trouver. Je pouvais sentir la chaleur de la lave autour de moi, et probablement que c'est là qu'Amroth envoie ceux qui ne l'ont pas suffisamment servi, qui ne l'ont pas suffisamment vénéré ou simplement qui ne lui ont pas fait honneur. Moi un winghox qui a fuit les siens pour ne pas entrer dans le moule des brutes sanguinaires et sans cervelle à ne suivre que leur protocole et rien d'autre, moi qui vit à la Basse Ville sans chercher à la mettre à feu et à sang ou même simplement sans chercher à assouvir mon pouvoir... bref, je l'avais toujours su que j'étais une honte aux yeux des winghox, et au final, je m'en foutais.

Sauf que là, j'avais entraîné Benedikt dans ma déchéance, et c'était quelque chose que je ne pouvais accepter. Je me sentais pitoyable et misérable, faible et abruti sur cette terre sèche et noire comme de l'encre. J'entendais du bruit derrière moi, et en levant légèrement les yeux, je pouvais voir le gosse en train de lutter contre cette bête, lutter pour le salut de mon âme qui, selon moi, ne pouvait plus être sauvée. Mais il réussissait miraculeusement à arracher un croc avant de se jeter sur moi et m'implorer de penser à autre chose, de nous envoyer ailleurs, à la maison, chez nous... n'est-ce pas justement là qu'il m'a demandé de partir? Et puis là, nous n'étions pas dans un rêve, c'était trop réel pour ça, la chaleur de la lave, la joue noircie de Benedikt devant moi et le poison qui continue peu à peu de se répandre dans mon corps.

Ma tête retombe mollement sur la pierre alors qu'il hurle que je dois changer ça, que je dois me battre... oui, qu'est-ce que j'aimerais, en ce moment, être dans mon lit, confortablement emitoufflé dans les couettes en train simplement de lui faire l'amour...
Tout devint noir alors autour de nous, le dragon disparut et je me retrouvais sur le ventre, appuyé sur mes coudes avec Benedikt en dessous de moi. Les yeux écarquillés, je réalisais que j'étais exactement en train de faire ce que je venais de penser et ça avait du sacrément le surprendre aussi! Surtout qu'il n'y avait pas eu la moindre transition entre le moment où j'étais étendu sur cette terre de feu et l'instant où je me suis retrouvé dans ce lit avec lui.

Reculant brutalement, je me retrouvais à genoux après l'avoir libéré, regardant autour de moi pour voir que nous étions bien de retour à l'appartement, dans la chambre. Les filaments commencèrent doucement à disparaître au moins de mes flancs et de ma mâchoire alors que je commençais doucement à croire que j'étais peut être vraiment dans un rêve? Le purgatoire ne m'aurait jamais ramené dans une telle situation...
«Euh je... ça va?» - je ne savais pas trop le choc que ça avait du être pour Benedikt de se retrouver dans cette situation à laquelle il ne s'attendait peut être pas - surtout qu'il ne devait pas se douter que je pensais à une telle chose alors qu'il était en train de combattre un dragon - aussi je tendais le bras vers lui, réalisant que le lit était dans un drôle d'état comme si l'on venait de se faire une sacrée partie de jambes en l'air...

Battant des cils sans comprendre, je ramenais finalement mes mains sur mes bras pour les croiser en un geste défensif... j'avais l'impression que mon esprit était un peu plus clair à présent mais j'étais encore perdu. L'appartement était toujours en noir et blanc par contre, mais moins foncé que la première fois, comme si la lumière s'engouffrait un peu dans mon esprit... j'ai du mal à comprendre ce qui m'arrive là...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 39
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Un bol d'air dans les profondeurs

Messagepar Benedikt » 15 Déc 2013, 01:32

Benedikt grimaça et gigota, un air absolument tellement perplexe coincé sur la figure qui lui laissait la bouche ouverte. Il ne s'attendait vraiment pas à ça, en effet. Ce qui expliquait aussi la grimace et le gigotage, et le soupir de soulagement quand Vrass se redressa.
Le botaniste s'appuya sur ses coudes et le regarda soudain comme s'il avait vu un mort.
« Ça va ? C'est moi qui devrait te demander ça ! » Benedikt se jeta sur lui pour l'écraser dans un câlin étouffant, ignorant ses bras croisés inconfortables que le tatoueur finit par enlever pour laisser le petit botaniste l'empêcher de respirer comme il fallait.
« D'accord, heu... On devrait peut-être se rhabiller, déjà. » finit par bredouiller le botaniste qui se mit à la recherche de ses vêtements au milieu des draps jetés par dessus-bord. Il retrouva un caleçon et fit claquer l'élastique sur ses hanches, jetant un regard désapprobateur là où le tissus s'étirait sous son nombril. Ce n'est pas trop le moment, sermonna Benedikt à sa virilité avant de décider que ce n'était pas non plus vraiment le moment de parler à des parties de son anatomie.

Il pêcha son pyjama, hésita à remettre ses chaussures qui traînait abandonnées dans un coin. La baie vitrée montrait un ciel bleu avec quelques nuages gris paresseux, et le botaniste prit soudain intérêt dans le paysage. Parce que notamment, ils manquait les toits des Ghettos et les contours du Dôme. En fait, réalisa-t-il quand il ouvrit la baie vitrée et fit quelques pas sur la terrasse, il manquait tout. Inclus là-dedans le sol, et tout ce qui n'était pas ciel sous un beau temps clément.
Le contraste était étrange, la maison entièrement dans des niveaux de gris et ce bleu qui tranchait. Mais forcément, Benedikt avait demandé à Vrass de rêver de la maison, non ? Il n'avait pas imaginé que cela signifierait de ne rêver que de la maison. Un ciel bleu valait mieux qu'un dragon furieux, pourtant.

Le botaniste se retourna et recula un peu pour attrapa la main de Vrass. Pas question de le perdre, celui-là. Il frotta ses pieds froids l'un contre l'autre, la douceur de l'herbe agréable quoique grise.
« Bon, maintenant... Il faut qu'on trouve un moyen de sortir de là. Tu te sens bien, hein ? » - Benedikt réfléchit quelques instants, se mordant la lèvre, et se retourna à nouveau vers lui. « Le Doc m'a dit qu'il fallait que tu... prends conscience que tu étais en train de dormir. Et qu'après, tu pourrais aller dans le royaume des rêves. Mais moi... Ça ne me dit pas comment je sors de là. »
Le botaniste s'assit sur le rebord de la terrasse, son regard scrutant les flammes violettes moins visibles sur le corps de Vrass. « Parce que tu es vraiment en dormir, dans la réalité. Ce matin, je n'ai pas réussi à te réveiller. Tu es... dans un espèce de sommeil éternel, ou je ne sais quoi. Je n'ai pas besoin de deviner pourquoi maintenant, tu as dû te faire empoisonner avec cette blessure dans ton dos. Mais tu vas bien. C'est seulement si on ne fait rien que tu vas te retrouver dans le coma, et là... »
Benedikt leva un sourire léger un peu triste avec le tatoueur. « Et là, j'essaye de faire quelque chose. Je ne sais juste pas trop comment je suis sensé me débrouiller et je m'en excuse. » - Le petit botaniste avait la cervelle sans dessus-dessous mais tentait tant bien que mal de ne pas le montrer. Le beau temps autour d'eux avait le mérite de le calmer, mais il devait avouer que c'était plutôt étonnant de le voir garder son calme aussi correctement. Probablement que le contraste avec sa confrontation avec un dragon jouait en sa faveur. Il se releva pour prendre à nouveau le visage de Vrass dans ses mains, comme si cela lui donnait son attention et approbation immédiate et automatique.
« Tu es en train de dormir, Vrass. Si ce ne sont pas des véritables rêves, maintenant, la preuve puisque tu peux les contrôler aussi facilement, ça le sera bientôt. Il faut juste que tu me crois. Tu es plongé dans le sommeil et tu pourras parfaitement te réveiller. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 34
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Un bol d'air dans les profondeurs

Messagepar Vrass Rannveig » 15 Déc 2013, 11:03

D'accord, dans le genre esprit de contradiction, il se pose là lui! D'abord il se tortille pour que je libère comme s'il cherchait à me fuir, puis deux secondes après il me saute dessus comme en demande d'un nouveau round! J'avais fini par refermer mes bras autour de lui quand même pour réceptionner ses baisers alors qu'il souriait avec un air rayonnant. Il oubliait un peu vite que j'étais encore dans un certain état de faiblesse à cause du poison dans mon dos, mais il se relevait vite pour s'habiller un peu.

Étrangement, de mon côté, il avait suffi qu'il demande ça pour que je me retrouve habillé normalement, pantalon et t-shirt inclus, et même chaussures. Je me redressais donc pour m'asseoir au bord du lit alors qu'il sortait dehors pour voir le ciel depuis notre nouveau balcon. Je regardais mes mains en essayant de comprendre ce qu'il m'arrivait, c'était vraiment comme dans un rêve et pourtant, j'avais l'impression que c'était encore différent. Je le sentis revenir vers moi et m'attirer dehors, je n'aimais pas vraiment aller sur le balcon avec des chaussures car j'avais peur d'abîmer sa pelouse, et ce simple fait entraîna que mes chaussures disparurent lorsque je mis le pied sur le gazon.

Un rêve... J'essayais d'écouter ce qu'il voulait me dire, et je ramenais donc une main sur mon torse, en essayant de réfléchir à ce que le Doc aurait dit.
*C'est un poison qui frappe l'esprit... pas le corps.* - je commençais à comprendre. Sauf que mon corps à moi était bien dans mon appartement dans les Ghettos, mais où était celui du botaniste? Normalement, son corps ne peut pas venir dans les limbes, ni dans les rêves, donc il doit être encore près du puits à souhait si cette andouille a été faire un vœu là bas. Je soupirais avant de le prendre dans mes bras, m'accrochant donc au fait que tout ceci n'était qu'un rêve et que je pouvais donc avoir le contrôle de tout ce qui m'entourait.

Peu à peu, les couleurs commençaient à revenir dans l'appartement. Les draps prenaient leur teinte beige ou bleue selon, les plantes du jardin commençaient aussi à reprendre leurs couleurs.
* Tu es ici avec moi, donc si je pars, je pars avec toi.* - en tout cas, jusqu'à présent, je l'ai toujours emmené chaque fois que j'ai changé de rêve, donc je dois pouvoir l'emmener avec moi n'importe où.

L'encre sur mon corps commençait à disparaître même si ça ne se voyait pas pour le moment puisque j'étais habillé, mais je regardais l'horizon alors que petit à petit, les maisons des ghettos apparaissaient, et je souriais en regardant au loin avec amusement.
* Il faut que tu partes le premier pour venir me réveiller.* - je baissais les yeux avant de le prendre dans mes bras en le soulevant, comme lorsque j'ai envie de lui, puis je m'approchais du rebord du balcon avant de plonger mon regard dans le sien

* Fais moi confiance, d'accord? Et viens me réveiller avec un bon café...* - je l'embrassais avant de l'attraper sous les aisselles et le jeter carrément dans le vide. Au lieu du sol, un trou noir apparut et il disparut à l'intérieur alors que je souriais simplement. Puis je me dirigeais vers mon lit pour m'y allonger et regarder le plafond d'un air serein. Il ne me restait plus qu'à attendre maintenant qu'il me tire des bras de Morphée. Le poison avait pratiquement fini de s'évaporer à présent, grace à lui, je l'avais vaincu. Et lui allait se retrouver un peu comme un con près d'un puits à souhait à moitié détruit maintenant!


=================================

La suite ici

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 39
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart


Retourner vers Les Abysses

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron