Une croisière? Pas vraiment...

Paresser sur les plages sereines d'un lac, ça vous tente ? À moins que vous ne préfériez l'humeur imprévisible des mers tumultueuses ? Baignades autorisées...!

Re: Une croisière? Pas vraiment...

Messagepar Ceithli » 21 Mai 2011, 16:31

C'était probablement la plus longue nuit de sommeil qu'ils avaient pu avoir depuis qu'ils étaient sur ce bateau. Certes, la jeune femme avait eu le sentiment de manquer un peu d'oxygène au cours de la nuit, Archélas étant appuyé sur elle de tout son poids la plupart du temps, et elle avait du, à plusieurs reprises, se décaler pour pouvoir respirer un peu. Malgré tout, elle avait apprécié qu'il soit ainsi contre elle, même si elle ne comprenait pas cette soudaine envie de la protéger.

Le lendemain matin, lorsqu'il expliqua le plan, lui estimant presque qu'elle n'avait pas son mot à dire, elle écarquilla les yeux d'un air inquiet et elle tendit le bras alors qu'elle venait de se changer pour remettre ses vêtements à elle


«Attends, tu es fou? Si tu me sers comme ça de garde du corps, ça risque d'aggraver les choses et tu le sais!»

Mais il semblait qu'il semblait déterminé à cet instant. Son regard se fit alors assez triste, mais elle n'insista pas. Elle lui avait dit qu'elle ferait tout ce qu'il lui dirait de faire alors. Elle baissa juste les yeux, serrant les dents et sortit pour aller en cuisine. Lorsqu'elle entra, Puck était déjà là

«T'es en retard fillette!!»
- «Vraiment désolée, Puck. Ça ne se reproduira plus»
- «Y'a intérêt! Allez, va préparer la table!»


Il fut surpris de voir son regard sombre et fronça les sourcils. Lorsqu'elle revint après avoir nettoyé la table et déposé les carafes, il mit une main sur son épaule et la força à le regarder

«C'est quoi cette tronche? Qui est mort?»
- «Moi peut être. Ça n'a pas d'importance, Puck.»
- «Qui te cherche des noises?»
- «Personne. Mais j'ai un mauvais pressentiment sur la fin de cette... mission»


Elle eut alors une idée, Puck semblait être l'un des membres les plus vieux de l'équipage, il devait connaître Le Docte depuis longtemps, probablement depuis plus longtemps que tous les autres, et elle prit donc une profonde inspiration en plongeant son regard noir dans les yeux marrons du cuistot

«J'ai l'impression que ce Chaemil n'a pas l'intention de me laisser... de nous laisser nous en sortir vivant de cette expédition.»
- «Il t'a menacée?»
- «Chacune de ses paroles est une menace, Puck. Ça ne veut pas forcément dire qu'il va faire quoi que ce soit. Du moins je suis sure qu'il est assez sournois pour ne pas avoir à se salir les mains et je ne pourrai jamais prouver quoi que ce soit... seulement voilà, maintenant, Archélas ne veut plus me lâcher»
- «Il veut te protéger?»
- «Je pense, oui. Mais tu comprends bien que s'ils nous tombent à 10 dessus, qu'il me protège ou non ne changera pas grand chose»
- «Quel sale con!»


Mais il ne dit rien de plus et se contenta de donner les assiettes à la jeune femme. Malgré tout, elle voyait bien qu'il réfléchissait à quelque chose, et elle se demandait bien à quoi. Même si elle espérait, au fond d'elle, que le cuistot pourrait trouver un moyen de convaincre Le Docte qu'il se tramait vraiment quelque chose sur son bateau et qu'il valait mieux foutre Chaemil par dessus bord, il n'y avait aucune preuve et le Capitaine n'allait certainement pas agir de la sorte. Mais au moins, foutre la pression à cet enfoiré de soldat pouvait au moins le forcer à commettre des erreurs. C'était la seule chance qu'elle avait. Sauf s'ils parvenaient à rester en vie assez longtemps pour descendre à terre, ou encore... qu'elle profite qu'elle puisse voir dans le noir pour agir, mais elle savait qu'Archélas n'accepterait jamais que ce soit elle qui lui règle son compte.

Finalement, elle laissa ses pensées de côté le temps de servir le petit déjeuner, mais contrairement à ce qu'il pensait, il ne put rester devant la porte de la cuisine jusqu'à ce qu'elle sorte car il avait été entrainé sur le pont, mais avant celà, Puck était sorti pour lui attraper le bras


«J'embarque la gamine avec moi pour la matinée. J'ai à discuté avec elle, alors ne te soucie pas d'elle, fais ton boulot et garde un œil sur tes arrières»

Et la féline s'était donc retrouvée dans la cabine de Puck avec Côle. Elle s'était assise sur le lit à côté du gamin, les jambes ramenées contre sa poitrine pendant qu'il leur racontait quelques anecdotes passées en mer, en particulier à propos de missions ordonnées par le roi, et il semblerait qu'il soit arrivé quelques fois, pas si souvent que ça non plus, mais quelque fois tout de même que les soldats aient fait un peu trop de grabuge aux yeux de Le Docte et qu'il avait alors choisi de les débarquer sur les terres les plus proches et de leur ordonner de se démerder pour rentrer par leurs propres moyens. Il était presque impossible de revenir de Windrakk par les voies terrestres, enfin si la féline pouvait sous sa forme animale puisqu'elle pouvait emprunter des sentiers escarpés, il était évident que les hommes de Chaemil habitués à monter à cheval plus qu'autre chose, auraient du mal à retourner à Ephtéria. Si Le Docte décidait de ne pas les faire monter à bord après, Archélas et elle pourraient être les premiers à gagner la capitale pour remettre le rapport au Roi. Et à ce qu'elle savait, c'était surtout cela qui comptait. Elle gardait donc cette idée quelque part dans sa tête, normalement, ils devaient arriver aujourd'hui, et tout allait donc probablement se jouer là... l'angoisse continuait de la gagner, décidément, elle craignait vraiment pour la suite

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Une croisière? Pas vraiment...

Messagepar Archélas Ages » 21 Mai 2011, 18:49

Encore un petit déjeuné expédié sur fond de vantardises diverses, puis Archélas se leva pour rejoindre les cuisines après un regard entendu vers le Docte. Il croisa trois hommes de Chaemil qui traînaient dans le coin et qui se dispersèrent à son approche. Jugeant que le hasard n'avait pas grand chose à voir avec cette rencontre, il redoubla de méfiance... et attendit. Quelques heures plus tard, il fut traîné à l'écart par un « Puck le cuistot » sur les dents qui lui ordonna en deux mots d'aller voir ailleurs s'il y était. Ce qu'Archélas n'avait pas du tout l'intention de faire.

« Mes arrières vont bien, c'est pour ceux de Ceithli que je m'inquiète. Grogna-t-il sur son ton d'ours mal léché.
_ Je te dis que je m'en occupe ! Si vous êtes tous les deux ils n'hésiteront pas à vous tomber dessus, alors qu'ils n'oseront pas toucher à un homme de le Docte. En l'occurence : moi. Ils prendront pas le risque de provoquer une mutinerie en provoquant l'équipage. Mais vous, vous faites pas partie de l'équipage. Restez avec eux, ils surveilleront vos miches pour vous et ça vous fera moins à penser. »

Dit comme ça... Archélas soupira et s'éloigna à contre cœur. Puck avait mille fois raison et lui se sentait mille fois inutile. Malgré tout, il était reconnaissant envers ce cuisinier et ses conseils, même si cela l'empêchait du même coup d'être avec Ceithli. Il se dirigea alors vers le pont comme un condamné se serait traîné jusqu'à l'échafaud, avec pour seul désir celui d'être seul. Sauf que ce n'était pas tout à fait ce que venait de lui conseiller Puck.

« On a perdu son chat ? » demanda Chaemil qui venait d'apparaître en travers de son chemin.

Archélas se contenta de le dépasser sans répondre. Peut-être que Ceithli pourrait reprendre sa forme féline ? Ne serait-elle pas plus tranquille une fois que ces imbéciles auraient vu de près la taille de ses crocs ? Il se massa la nuque ou la transpiration commençait à perler. Sous cet uniforme et avec ce soleil radieux juste au-dessus de sa tête, il avait chaud comme jamais. D'autant qu'aucun souffle de vent n'était susceptible de le rafraîchir. Son geste s'arrêta. Chaemil derrière lui débitait un flot continu d'obscénités qu'Archélas n'entendait plus. Autre chose occupait ses pensées. Comme ces pressentiments que l'on ne ressent qu'une fois dans une vie. Quelque chose n'allait pas. Quelque chose sur lequel il ne parvenait pas à mettre de mots alors qu'il avait cette sensation d'évidence lui pesant sur la poitrine. À quelques pas, un groupe de marins commençait à se former. Alors, abandonnant Chaemil à ses stupidités, Archélas les rejoignit. Owen dont la tête dépassait de l'attroupement lui expliqua à la volée que le bateau... n'avançait plus faute de vent !

Archélas reporta son regard sur les flots. La mer, tout autour, ressemblait à un gigantesque flaque d'huile, immobile comme jamais. C'était cela, qui n'allait pas. Il se retourna pour constater que les voiles pendaient mollement au bout des bômes. Le pavillon même du Hart Nacré était dépourvu de vie.

« Il faut ramer ?
_ Par Alrik, non !
Se mit à rire Owen. Derrière lui, les autres membres d'équipage éclatèrent de rire. Un vaisseau de guerre de cette taille n'a pas de rames ! Tout ce que nous pouvons faire, c'est attendre. Le vent finira bien par se relever. »

Archélas soupira. Attendre sans bouger, ce n'était pas pour arranger ses affaires. Cette fois-ci c'était sûr, il allait devenir fou !

« En attendant nous, on va se faire une petite partie de cartes. Tu viens avec nous ? »

Un coup d'œil en direction des cuisines plus tard, le soldat accepta et les accompagna dans la grande salle pour quelques parties de carte. Il n'y eut aucune distribution d'alcool cette fois. Sur un banc un peu à l'écart, Hyacinthe le Docte était plongé dans un livre, une pipe fumante à la main. Son regard attentif se levait parfois afin de surveiller tout ce petit monde sans avoir l'air de rien. Les hommes de Chaemil jouaient entre eux mais Archélas remarqua qu'ils n'avaient pas l'air de s'amuser autant. Certains faillirent même en venir aux mains en se traitant de tricheurs, ce qui arracha une remontrance de la part de le Docte qui ne perdait pas une miette de ce qui se déroulait sous son nez. Quant à Chaemil lui-même, il restait planté sur sa chaise sans détacher son regard de son subalterne.

« T'as une touche avec le lieutenant-colonel... » finit par murmurer son voisin de table à Archélas.

Ce qui déclencha un nouveau fou-rire général et détendit un peu le capitaine. Le Docte leur jeta à peine une œillade suspicieuse. L'avantage d'avoir Chaemil à sa portée étant que tant qu'il était là, il ne cherchait pas d'histoires à Ceithli. Quelques heures s'écoulèrent ainsi dans une relative bonne humeur, puis il fut l'heure du déjeuner et chacun se leva pour regagner sa table. Durant un bref instant, la grande salle ressembla à un gigantesque jeu de chaises musicales jusqu'à redevenir aussi calme que le temps au dehors.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Une croisière? Pas vraiment...

Messagepar Drakmonniss » 21 Mai 2011, 18:54

ATTENTION
Les messages suivants s'adressent à un public averti (scènes de violence, érotisme). Âmes sensibles, s'abstenir.


Thème musical

(Prince of Persia Warrior Within Soundtrack - Tower Encounter)


Le repas fut assez calme puisque les hommes avaient déjà passé la matinée ensembles à discuter, mais au moment du dessert, un silence de plomb s'abattit. Les regards délaissèrent les assiettes et chacun fixait son voisin le plus proche comme pour être certains qu'ils n'avaient pas rêvés.

« Et bien remuez-vous ! Éclata soudain la voix de le Docte. Si on s'échoue sur un banc de sable on aura l'air malin ! »

Plusieurs hommes se levèrent d'un bond et disparurent sur le pont tandis que les autres épiaient leur retour. Au bout de quelques minutes interminables, un matelot revint tout essoufflé.

« Il y a trop de fond pour s'échouer mon capitaine.
_ Cette histoire. Le Hart Nacré aurait touché une baleine ?
_ Sans doute. »


Hyacinthe se détendit sur un sourire et les conversations reprirent timidement, jusqu'à emplir de nouveau la salle. Archélas eut un sourire en constatant que Chaemil était blanc comme un linge, même s'il se doutait bien qu'il ne devait pas avoir meilleure mine lui non-plus. En réalité, ce ne fut rien comparé à la tête qu'il dut faire lorsque le navire fut secoué pour la seconde fois. Le Docte se leva d'un bond, et on ne sut dire d'après son expression s'il était furieux ou seulement paniqué. À la troisième secousse, on le vit disparaître en courant au bout de sa canne... trop tard malheureusement.

http://nsa19.casimages.com/img/2011/05/21/110521070245282472.jpgStorm by ~Ilona-Nelapsi

Alertés par la lumière déclinant tout à coup, les hommes se tournèrent vers les écoutilles, et on n'entendit plus bientôt que les martèlements douloureux des cœurs dans les poitrines. Rien d'autre ne bougeait. Car en guise de nuage occultant l'astre solaire, un immense serpent se dressait devant eux comme l'un de ces cobras, dans des proportions déraisonnables. On dit que l'on voit sa vie défiler devant ses yeux juste avant de mourir... pour l'heure, des centaines de vies devaient défiler juste sous les pupilles fendues de Drakmonniss qui les observait.

La seconde qui suivit, un craquement assourdissant se fit entendre et une secousse d'une violence inouïe les jeta tous à terre. Les chaises se renversèrent et les tables glissèrent sur le parquet jusqu'à aller se fracasser contre les cloisons tandis que les hommes roulaient comme des billes dans un récipient malmené. Le Docte n'atteindrait jamais sa cabine ! Aussitôt, les cris paniqués des soldats se firent entendre, mêlés aux ordres qu'aboyaient les matelots. Un grondement sourd retentit quelque part au dehors, et personne ne sut s'il s'agissait de l'orage ou du dragon qui se dressait devant eux. Le Hart Nacré sembla tout à coup tanguer dans l'autre sens avant de se soulever, et les meubles firent le chemin inverse vers l'autre cloison, heurtant cruellement les hommes qui se saignaient les mains en essayant de se raccrocher au parquet. Surtout, un frisson glacial rampa sur le sol de la salle éventrée : les flots s'infiltraient entre les planches comme pour leur rappeler à tous que rien ne pouvait les contenir. Dehors, un éclair blafard puis un crépitement lugubre annonça la tempête que la terreur des océans affectionnait tant, mais qu'elle avait retenue après sa précédente mésaventure avec ce capitaine et sa maudite corne ! La navire chancela, pris entre les vagues et les rafales d'un vent qui se déchaînait dehors, sifflant entre les mâts arrachés.

Non, ils ne sillonneraient pas ses océans !

La première terreur passée, les hommes s'étaient précipités sur les ponts, en rampant plus qu'ils n'étaient autorisés à se tenir debout. L'état du navire ou les manœuvres à exécuter ne leur importait plus désormais, il était trop tard et les cales se remplissaient déjà d'écume bouillonnante. Les chaloupes furent jetées à l'eau, vides. Face à Drakmonniss, inutile d'espérer y monter tout de suite. Le mieux était encore de résister autant qu'ils le pouvaient, d'attendre qu'elle ait terminé de détruire leur navire, et de ne se rabattre sur les canots qu'une fois qu'ils seraient tous à l'eau... s'ils y survivaient. Dans un long grincement, un mât s'écroula sur le gaillard d'arrière et écrasa les cabines et leurs occupants, faisant voler le bois en éclats et envoyant des shrapnels à la face des marins restés trop près. Mais la terreur des océans ne s'arrêtait pas pour autant. Furieuse de leur affront, elle déversait sur eux plus de rage qu'elle n'avait jamais déployé pour quiconque. Une nouvelle secousse souleva le navire et il retomba, sa coque gémissant en rencontrant l'océan déchaîné. Une vague immense le balaya en retour, arrachant plusieurs canons de leurs logements, éparpillant les hommes ou les aspirant dans ses courants puissants. Et puis, déchirant la surface des flots, sa queue hérissée d'arêtes tranchantes vint gifler ce qui restait du prestigieux bâtiment de guerre du Roi Livian d'Ephtéria, l'éventrant brutalement dans un horrible craquement du bois... puis elle disparue.

Derrière elle, la mer agitée, les bribes de ce qui fut autrefois un bateau, des morts par centaines, et une pluie diluvienne lavant les corps flottant à la surface. Une formalité.

Avatar de l’utilisateur
Drakmonniss
Infinitude
Infinitude

Crédit: 1.00 Ore(s)

Re: Une croisière? Pas vraiment...

Messagepar Ceithli » 21 Mai 2011, 19:46

Tout s'était passé à la fois extrêmement vite, et très lentement. La féline ne sut exactement comment l'expliquer, mais la cuisine se retrouva rapidement sans dessus dessous, les couteaux et autres objets coupants volaient un peu partout et Côle se coupa la cuisse assez gravement. Malheureusement, en étant ainsi ballotés dans tous les sens, ils ne purent s'occuper de lui jusqu'à ce que la cuisine se retrouve remplie d'eau, le mur du garde manger avait été éventré et l'eau s'infiltrait partout. Ils en profitèrent pour sortir rapidement par la brèche, heureusement pour elle, Ceithli savait très bien nager. Mais elle se rendit rapidement compte que ce n'était pas le cas pour le gosse car il ne sortit pas de l'eau. Puck s'était agrippé à une planche, écarquillant les yeux de terreur alors que Drakmoniss s'attaquait encore au bateau et qu'une vague l'emporta au loin, Ceithli ne le reverrait probablement plus jamais, quoi que... il pouvait s'en sortir, c'était un dur à cuire, mais de là où elle était, elle voyait à peine les côtes et elle plongea pour aller chercher le gamin, retirant d'abord ses bottines pour pouvoir nager plus facilement. L'avantage de son tatouage de chat, était qu'elle voyait bien sous l'eau, flou, mais elle voyait.

Malheureusement, lorsqu'elle vit enfin le gamin, ce ne fut que pour le voir, les yeux et la bouche grands ouverts, noyé. Elle ferma les yeux et remonta à la surface où elle voyait de plus en plus de planches flotter. Elle sortit la tête de l'eau en prenant une profonde goulée d'air alors qu'elle entendait les hommes hurler. Elle se mit à nager vers le bateau et s'engouffra de nouveau à l'intérieur, rampant pour chercher le seul qui méritait d'être sauvé à ses yeux. Il y eut alors un cri puissant et le plafond s'effondra au-dessus d'elle et elle sentit un morceau de bois se planter dans son épaule


«aaghh»

Elle le retira rapidement, le bateau était en train de couler, aussi vite que les larmes sur ses joues. Elle se retrouva sur une partie du pont qui sombrait dans les flots, et ce fut probablement à cet instant qu'elle repéra l'habit blanc trempé de Chaemil qui se dirigeait vers l'un des canots

«Même pas en rêve!» murmura t'elle entre ses dents. Elle prit appui et se mit à courir rapidement, gardant l'équilibre comme elle le pouvait et elle le percuta de toutes ses forces, le sang de son épaule giclant sur l'uniforme du lieutenant colonel qui tomba alors à l'eau. Elle-même s'était jetée à l'eau à ce moment là, et elle se mit de nouveau à chercher Archélas. Elle ne sut pas combien de temps il s'était écoulé pendant qu'elle le cherchait, était-il toujours vivant? Elle plongeait régulièrement pour essayer de le chercher sous l'eau, lorsqu'elle voyait l'un des hommes de Le Docte se débattre, elle essayait de l'aider à remonter à la surface, mais elle ne fit pas le moindre geste pour les soldats de Chaemil. Alors qu'elle commençait à perdre espoir de retrouver son amant, elle le vit enfin, accroché comme il le pouvait, buvant probablement de grandes quantités d'eau alors que Drakmoniss partait, probablement enfin satisfaite d'avoir accompli sa mission. Elle nagea rapidement jusqu'à son amant et glissa son bras sous ses aisselles

«C'est moi, il faut s'éloigner, le bateau en coulant va nous attirer vers le fonds! mets toi sur le dos!!»

Elle nagea alors, le sang traçait un certain sillage derrière elle jusqu'à ce qu'elle s'estime assez loin de l'épave qui sombrait, elle prit appui sur un morceau de plusieurs planches qui flottait par là et elle laissa Archélas s'y accrocher avant de faire de même. Les larmes se mélangeaient à l'eau qui tombait sur eux abondamment, au loin, quelques survivants grimpaient dans les cachots et la jeune femme espérait que Chaemil ne savait pas nager, d'autant qu'avec son uniforme, ses vêtements avaient du se gonfler d'eau et l'entrainer vers le fond. Elle prit une profonde inspiration et plongea, retirant les bottes d'Archélas pour l'alléger. Puis elle sortit la tête de l'eau et le regarda avant de regarder les côtes, encore trop loin pour qu'ils puissent y aller ainsi à la nage, et il fallait donc espérer que les marins qui parvenaient à gagner les quelques canots encore entiers, allaient les voir et les prendraient à bord. Ils avaient tout perdu dans le naufrage, leurs affaires, leurs armes... mais ils étaient vivants... pour l'instant. La jeune femme perdait encore un peu de sang par sa blessure, et le sel rendait la douleur presque insupportable, mais elle s'accrochait, elle ne devait pas mourir, pas maintenant, pas tant qu'Archélas ne serait pas en lieu sur, sur la terre ferme. Elle toussa violemment après avoir bu la tasse et resta accrochée du mieux qu'elle put sur les planches, essayant de se reposer un peu avant de se remettre à nager pour tenter de gagner le rivage. Elle ne savait pas si elle pourrait ramener son compagnon jusque là, mais elle essaierait au moins...

Plongeant son regard dans le sien, elle lui sourit, la pluie camouflait ses larmes, mais il était probable qu'il les voit malgré tout...


«On... va s'en sortir...»

Elle tendit la main pour qu'il la prenne, essayant de sourire tristement alors que son cœur battait avec force dans sa poitrine. Si elle avait peur de mourir? Évidemment, mais elle préférait mourir ainsi, par la fureur de Drakmoniss, que sous la trahison de Chaemil... quoi qu'il pouvait peut être encore lui réserver bien des surprises celui là, elle ne savait pas du tout ce qu'il était devenu après qu'elle l'ait poussé à l'eau

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Une croisière? Pas vraiment...

Messagepar Archélas Ages » 21 Mai 2011, 22:57

Archélas ne fut pas mécontent d'avoir enfilé sa brigandine lorsqu'il sentit le coin d'un meuble lui écraser les reins. Le cuir venait d'amortir le plus gros du choc, bien que la douleur fut réelle. Projeté d'un bout à l'autre de la grande salle, il se retrouva à plat ventre contre la cloison proche de la porte, la poitrine se balançant par l'embrasure. C'était comme si le bateau s'était couché sur le flanc, transformant le mur en plancher l'espace d'un bref instant. En fait, c'était effectivement le cas ! Le souffle coupé mais l'adrénaline bouillonnant dans ses veines, le soldat parvint à basculer vers l'avant afin de se retrouver dans le couloir juste avant que le navire ne chavire dans l'autre sens. Sa tête heurta durement la cloison et il resta hébété un instant, le sang commençant déjà à couler de son cuir chevelu. Une gerbe d'eau glacée s'engouffrant par la porte lui réveilla les sens. Et Ceithli ? Elle devait très probablement se trouver en cuisine, à la merci d'objets tranchants en tous genres. Incapable de se relever sous les secousses incessantes du vaisseau, Archélas fit le choix de ramper à quatre pattes jusqu'à la porte des cuisines, sourd aux hurlements qui continuaient de retentir autour de lui. D'autres hommes étaient parvenus à gagner le couloir à présent que le bateau se tenait plus ou moins droit. L'un d'eux lui marcha sur la main en courant jusque sur le pont, mais au vu de l'état d'urgence, l'homme n'allait pas lui en tenir rigueur. Il se redressa afin d'ouvrir, mais la porte refusa de bouger, probablement bloquée par un placard projeté là par les embardées successives du bateau.

« CEITHLI ! PUCK ! »

Il sentit un nœud se former dans sa gorge. Il ne se souvenait même pas du prénom du gamin, et il ne pouvait rien faire pour les aider. Ses jambes se dérobèrent sous lui au moment où le navire était soulevé et il se cramponna à la poignée en craignant le pire. Alrik reçu au moins cinq prière de sa part en quelques secondes, jusqu'à ce que son cœur se soulève lors de la chute du bâtiment. Le choc provoqué par sa rencontre avec les flots provoqua un craquement horrible, et la porte céda sous son poids, subitement dégagée. Mais Archélas écarquilla les yeux de terreur en voyant la brèche immense dans la coque. Il n'eut pas l'occasion de s'y attarder trop longtemps toutefois, puisqu'à la secousse suivante plusieurs ustensiles glissèrent dans sa direction, ce qui lui fit refermer précipitamment. Il ferma les yeux et pria que les occupants de la cuisine soient sortis avant tout le monde. Pour aller où ? Quelque part où Drakmonniss n'était pas. C'était ridicule, mais il ne pouvait pas espérer mieux pour l'instant. Un matelot le bouscula en perdant l'équilibre alors qu'il courait vers le pont, et cette fois, Archélas le suivit en titubant. Dehors, le spectacle était pire. Le vent s'était levé et sifflait entre les morceaux de bois arrachés, s'engouffrant partout où les brèches se dessinaient afin d'aider au démantèlement du navire. Un canon traversa le pont juste devant lui, manquant de le renverser, et il le vit avec horreur continuer sa course et faucher Owen qui se tenait plus loin, défoncer le bastingage en l'emportant dans son élan et disparaître dans les flots sombres... et au dessus de sa tête, la gueule immense de la colère des océans lui glaça le sang.

Perdus... ils étaient perdus...

Une vague puissante le jeta au sol. Pris de cours, Archélas but la tasse et dut porter ses deux mains à sa bouche pour s'empêcher de tousser et donc, d'avaler deux fois plus d'eau, ce qu'il fit tout de même lorsqu'il fut projeté contre le bastingage qui craqua sous le choc, puis céda. Jeté à la mer, il se raccrocha à un bôme arraché et toussa longuement, s'efforçant de retenir son souffle chaque fois qu'une vague le submergeait jusqu'à calmer la douleur. L'iode lui brûlait la gorge, le sinus et les yeux, mais il était vivant... pour combien de temps ? Un grincement se fit entendre, et lorsque Archélas leva les yeux il vit l'immense silhouette du mât principal se découper sur le ciel orageux et s'écraser sur la dunette, ses voiles déchirées avalant les hommes restés dessous, et les cordages cinglant le pont en cédant. Ensuite, un étai fut précipité sur lui et il l'évita de justesse en lâchant son radeau de fortune, coulant aussitôt qu'il n'eut plus aucun secours pour flotter. Retenant encore son souffle, il se débattit pour remonter, jusqu'à réaliser après de longues minutes qu'il ne se noyait pas. Le Tecoluta ! Presque soulagé, il décida de ne plus bouger du tout et de réfléchir, son cœur battant encore comme un fou dans sa poitrine. Autour de lui, l'océan formait un voile sombre traversé de débris et de quelques corps. Juste au-dessus, la coque éventrée gargouillant de remous. Juste en-dessous... des poissons ? Un banc de poissons argentés semblaient passer juste sous lui, se rapprochant insidieusement de lui jusqu'à se révéler n'être en réalité qu'une partie du corps de Drakmonniss ! Pris de panique, le soldat chercha à remonter à la surface, mais le muscle puissant le rattrapa et le souleva sans effort dans son mouvement pour faire demi-tour, le propulsant à l'air libre malgré lui. Archélas se raccrocha aussitôt à la première chose qui lui venait et respira enfin, heureux d'être en vie, mort d'inquiétude pour Ceithli.

Quelques vagues faillirent le renvoyer par le fond, mais il se battait avec la force du désespoir pour tenir le coup. Le dragon parti, peut-être qu'ils avaient une chance de s'en sortir...? Il regarda autour de lui. Les cris retentissaient toujours. La plupart des matelots nageaient d'un débris à l'autre et se venaient déjà en aide mutuellement tandis que les hommes de Chaemil se noyaient pour la plupart, ou s'agrippait à de maigres vestiges du vaisseau sans les lâcher. Comme lui le faisait. Et puis là, sous ses yeux exorbités, Ceithli venait d'apparaître. Saine et sauve et pour lui. Nideyle aurait pu s'arrêter à cet instant, ça lui était complètement égal. Alors il se laissa faire, totalement vidé de ses forces à force de paniquer, et s'accrocha aux planches que lui avait trouvé sa compagne lorsqu'elle estima s'être suffisamment éloignée. Le spectacle du Hart Nacré disparaissant de moitié était digne d'un cauchemar, alors il détourna les yeux, mais partout où il les posait il ne voyait que des corps sans vie ou des objets lui rappelant que leurs propriétaires devaient être morts. Des bottes, des pans de tissu. Il vit même avec horreur un bras tout seul. Lui demeurait à moitié paralysé à présent que le plus gros de l'adrénaline était redescendu, ses reins le faisant atrocement souffrir.

Un canot s'arrêta près d'eux et deux marins les hissèrent à bord, grognant en constatant qu'Archélas avait conservé sa brigandine en cuir et son arme qui l'alourdissait. Puis il ramèrent à l'aide de planches jusqu'à d'autres naufragés, faisant le tour des débris afin de récupérer un maximum de monde. Puis les canots se regroupèrent progressivement jusqu'à ne plus former qu'une sorte de caravane flottante. Au plus grand déplaisir du soldat devenu muet, il aperçu Chaemil dans l'une des chaloupes. Peu de ses soldats avaient survécus. En revanche, Hyacinthe le Docte posait un regard écœuré sur les restes de son navire, l'un de ses bras pendant mollement le long de son corps voûté. C'était la première fois qu'ils le voyaient en si piteux état, mais il n'était pas du genre à se laisser abattre. Pour preuve, au bout d'une heure à tourner en rond autour des débris, il se leva.

« Ça suffit. Transférez le plus de monde possible dans les mêmes chaloupes et regagnez les côtes. Les canots vides repêcheront ce qui peut être sauvé. Il désigna un fût dont le ventre rond dépassait des flots. Les tonneaux de bières, trouvez des cordes pour les remorquer. Les voiles pourront nous être utiles également. On se remue. Allez ! »

Aussitôt les hommes se mirent en mouvement et les barques tanguèrent sous le poids des rescapés qui descendaient de l'une pour monter sur l'autre. Archélas faillit faire une crise de nerfs lorsqu'on voulu le séparer de Ceithli sous prétexte qu'il n'y avait plus de place, mais ils renoncèrent à le contrarier et échangèrent sa place avec un autre. De toute façon, il venait de prendre la jeune femme dans ses bras et refusait de la lâcher. Car s'il détestait les bateaux, il détestait deux fois plus les bateaux qui coulaient, et trois fois plus les canots de sauvetages qu'il jugeait trop près de l'eau à son goût.

« C'est bon, on vous rejoins. » firent ceux qui s'étaient portés volontaire pour ramasser ce qui pouvait être utile.

Les canots se séparèrent alors. Deux regagnèrent le Hart Nacré tandis que les cinq autres se dirigeaient vers les côtes. Archélas leva les yeux. Ils n'étaient qu'une petite trentaine.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Une croisière? Pas vraiment...

Messagepar Ceithli » 21 Mai 2011, 23:38

Les larmes semblaient avoir creusé de profonds sillons dans les joues de la jeune femme qui voulut, absolument se mettre dans le canot qui aiderait à récupérer les blessés. Mais Archélas la maintenait, et même les marins semblèrent lui indiquer qu'elle ne devait pas bouger à cause de sa blessure, blessure qui avait bien déchiré sa tunique et qui dévoilait par moment une partie de sa poitrine. Elle se retrouvait donc sur les genoux d'Archélas et tint sa tunique d'une main pour ne pas se dévoiler d'avantage, mais jamais elle n'aurait cru voir tous ces hommes aussi tristes, et pourtant, ils ne semblaient pas vouloir se laisser abattre. Et elle les admirait pour ça.

Lorsqu'elle leva les yeux vers Chaemil, celui-ci lui lança un sourire presque victorieux, était-ce parce qu'il était toujours en vie ou parce qu'il se disait qu'il allait pouvoir l'accuser de tentative de meurtre? Elle s'en fichait, il ne pourrait rien prouver. Dans une telle panique, comment savoir ce qui était volontaire ou non, elle se blottit donc un peu plus contre Archélas, inquiète à ce qu'il allait advenir par la suite. Elle ne craignait pas trop pour elle, en temps que fauve, elle pourrait aller où elle voudrait, fuir loin malgré sa blessure, mais elle ne pourrait pas le laisser derrière. Il pleuvait toujours et elle pencha la tête en arrière pour rincer un peu sa peau, ouvrant la bouche comme pour se la rincer un peu avec les gouttes de pluie, et plusieurs marins se virent faire la même chose. Elle finit malgré tout par bouger, et quitter les genoux d'Archélas pour se mettre sur le côté, tenant sa tunique d'une main et plongeant la main dans l'eau de l'autre pour aider à ramer


«Laisse tomber, fillette. Tu te fatigues pour rien! Reste tranquille!»

Elle ne l'écoutait pas. Comme le pensait Archélas, elle avait la bougeotte et ne pouvait pas rester sagement en place après tout ce qu'il venait de se passer. Elle avait un goût de bile et d'iode dans la bouche et elle avait besoin de sentir la terre sous ses pieds. Elle continuait donc de ramer, encore et encore, n'écoutant pas les protestations et étrangement, ils finirent par la laisser faire. Elle était en état de choc. L'un des hommes hocha la tête à l'attention du capitaine, comme pour lui expliquer du regard qu'il allait devoir prendre soin d'elle, mais ils continuaient tous de ramer.

Combien de temps s'était-il écoulé? Elle ne le savait pas, mais maintenant que Drakmoniss était partie, la mer était tellement calme qu'ils avaient enfin fini par rejoindre la côte, l'épaule de la féline semblait enflée sous l'effort produit tout ce temps, et personne n'avait réussi à vraiment l'en empêcher. Lorsqu'ils débarquèrent, elle sentit le froid l'envahir à cause du vent et de la soirée qui tombait. Un des marins s'approcha d'elle pour regarder ses deux épaules désormais dans un sale état


«J'ai entendu dire que vous aviez tendance à vous soigner un peu mieux lorsque vous êtes sous votre forme animale, c'est vrai?»

Aucun son ne sortit de sa bouche, elle n'arrivait pas à parler, son regard était vide, s'illuminant que lorsqu'elle voyait le visage d'Archélas, ou exprimant un profond dégoût lorsqu'elle apercevait Chaemil. C'étaient les deux seules expressions qu'elle pouvait exprimer à cet instant, mais elle hocha malgré tout la tête

«Tu devrais peut être te transformer alors, non? Du moment que tu ne nous bouffes pas»

Et là, elle hocha la tête de gauche à droite et regarda enfin le marin qui lui parlait, c'était celui qui l'avait prise avec lui lorsqu'elle avait été agressé par le soldat de Chaemil, lorsqu'elle lui avait bouffé l'oreille. Mais dans la même direction, elle pouvait voir le Lieutenant Colonel et elle dut contenir une nouvelle nausée

«Je suis trop.. fatiguée mentalement. Si je me transforme, l'instinct prendra le dessus et... je le tuerai...» dit-elle sans le quitter des yeux. Le marin suivit donc son regard avant de revenir vers elle et de hocher la tête, il ne comprenait pas trop ce principe évidemment, mais il se tourna vers Archélas

«Prends soin d'elle, je crois qu'elle est en état de choc»

Elle se blottit donc contre lui, mais ses yeux semblaient encore profondément vides, et elle n'entendait pas grand chose de ce qui se passait autour d'eux. Les marins semblaient savoir ce qu'ils devaient faire, sortant les barques de l'eau et attendant que les autres reviennent avec ce qu'ils avaient pu sauver. Ils avaient passé la gueule d'Amroth et Windrakk ne devait pas être très loin désormais, mais ils allèrent surtout chercher du bois pour préparer plusieurs feux pour la nuit. Petit à petit, Ceithli reprenait ses esprits et semblait de nouveau vouloir bouger pour les aider, mais le soldat la tenait bien. Un homme s'approcha

«Euh, je suis pas docteur, mais je l'ai souvent vu faire... je peux juste voir?»

Elle hocha la tête et baissa un peu sa tunique, mais pas trop. Il toucha à peine du bout des doigts qu'elle grimaça de douleur

«Je crois qu'elle a encore des échardes dans la plaie, il faudrait les lui retirer mais je ne suis pas doué pour ça»
- «Ne vous inquiétez pas... je... je me transformerai, ma peau de guépard est plus épaisse et les repoussera et je pourrai me les enlever moi-même avec mes crocs et ma langue... et puis... je pourrai vous chasser un peu de viande comme ça»
- «Dans ton état? Ce n'est pas raisonnable!»
- «Je suis déjà venue dans ces plaines, il y a beaucoup de lièvres et de lapins. Rien de bien dangereux et ce sera toujours ça pour vous... mais... tenez cet homme hors de ma vue s'il vous plait...»


Elle avait de nouveau désigné Chaemil de la tête et le marin comprit. Il se dirigea vers le Lieutenant Colonel, signifiant que Le Docte allait s'installer un peu plus loin et qu'il tenait à ce qu'il reste près de lui. Étrangement, il sembla le croire et s'éloigna. Ceithli se dégagea donc des bras de son amant et plongea son regard dans le sien, comme pour se donner du courage

«Je me souviens de ce que tu as dit. Tiens moi éloignée de Chaemil... je suis trop fatiguée pour contenir ma haine si je suis transformée, mais ça marche dans l'autre sens, je ne pourrai pas lutter contre mon amour pour toi non plus.»

Cela faisait un peu niais, mais les animaux étaient ainsi, ils aimaient ou haïssaient sans compter. Elle l'embrassa rapidement, se fichant de si on la voyait ou non avant de se transformer, toute habillée. Elle eut un peu de difficulté à se défaire du tissus, puis elle se tordit un peu le cou pour essayer de lécher sa plaie, malheureusement, il fallait reconnaître que ce n'était pas à un endroit très accessible, et c'est donc en boitant qu'elle partit, faisant attention d'aller dans la direction opposée à celle de Chaemil.

Le premier lièvre qu'elle tua, elle le dévora immédiatement, préférant reprendre des forces de manière à renforcer autant son esprit que son corps, puis, lorsqu'elle en tua un autre, elle le ramena au campement, le déposant à proximité mais pas trop près avant de repartir. Les deux heures qui suivirent lui permirent de ramener une dizaine de bestiaux, ce n'était peut être pas énorme pour une trentaine de personne, mais c'était déjà ça. Avec la nuit qui tombait, ils s'étaient tous réfugiés dans leurs terriers désormais. Lorsqu'elle revint, elle resta loin du campement, mais visible malgré tout et se contenta de se coucher. Qu'est-ce qu'elle attendait? Elle ne le savait pas. Qu'Archélas vienne vers elle pour lui porter ses vêtements? Qu'on lui dise simplement qu'elle pouvait venir? Elle ne savait pas ce qu'elle voulait. Elle était épuisée, encore choquée d'avoir vu tant de morts, sauf celui qu'elle aurait voulu voir mourir justement, et une certaine colère la gagnait, une colère contre Drakmoniss qui avait pris tant de vies, des vies qui pourtant méritaient d'être plus longues, là où une autre ne méritait pas la chance d'être toujours de ce monde. Dans l'obscurité, elle voyait clairement chaque visage, et elle trembla légèrement en voyant Chaemil qui affichait toujours ce sourire satisfait. Que se passerait-il si elle plantait ses crocs dans sa gorge là, devant tout le monde? Est-ce que les marins chercheraient à la tuer en pensant qu'elle était devenue folle? Probablement, mais au moins, il ne serait plus là. Ses yeux commencèrent à se fermer alors que son épaule lui faisait encore terriblement mal, mais la bonne nouvelle était que la feuille d'ortie empêchait la plaie de s'infecter, et les échardes étaient pratiquement toutes sorties à force qu'elle ne bouge... mais la douleur était toujours là, malheureusement

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Une croisière? Pas vraiment...

Messagepar Archélas Ages » 22 Mai 2011, 01:03

Archélas ne bougeait plus du tout. Chaque infime mouvement qu'il esquissait lui électrisait les reins. Chaque inspiration lui brûlait les poumons. Et il ne parlait pas, la gorge nouée depuis des heures. Tout ce qu'il était capable de faire, c'était regarder les autres s'agiter autour de lui. Ceithli s'était mise à ramer, et s'il avait voulu l'en empêcher pour la garder près de lui, elle n'écoutait personne. Il voulu tendre la main vers elle mais ses vertèbres faillirent le faire hurler de douleur. Il voulu lui demander de s'asseoir mais il n'y parvint pas. Il savait qu'à la seconde où il ouvrirait la bouche, ce serait pour pleurer de douleur, et il n'avait pas envie d'offrir ce spectacle à ceux qui avaient survécu. Alors il se taisait, se maudissant des milliers de fois d'être inutile. Immobile comme l'était Chaemil, sauf que dans le cas du lieutenant-colonel, il s'agissait de paresse et de mauvaise volonté. Les heures s'écoulèrent ainsi où ses muscles se tétanisaient progressivement. Voir Ceithli s'acharner à ramer de ses mains lui arrachèrent des larmes de révolte, mais personne ne pensa se payer sa tête. Sauf un.

Lorsqu'ils atteignirent enfin les côtes, il se déplia en grimaçant sous le coup de la douleur. Sans souffler le moindre mot toutefois, il tituba jusqu'à un rocher sur lequel il s'appuya le temps de suivre les autres un peu plus loin. Des langues de roches coupantes se déployaient aux pieds de la Gueule d'Amroth. Un peu plus loin où ils se trouvaient, c'était du sable. Plus loin encore, les falaises revenaient défier l'océan. Ils s'enfoncèrent un peu dans les terres afin de ne pas être surpris par la marée, la plupart se laissant tomber au sol. Archélas en vit un rendre une quantité impressionnante de bile, ce qui lui fit penser qu'il en ferait volontiers autant si seulement il en avait la force. Son regard se reporta sur Ceithli. Tout juste avait-il intercepté les conversations qui avaient lieux autour de lui. Tout ce qui comptait pour lui était d'avoir sa compagne à portée de ses bras encore quelques temps. Juste assez pour reprendre ses esprits, se calmer, se relever. Mais l'image de Drakmonniss dressée devant lui persistait comme l'image rémanente des flammes qu'il aurait fixé trop longtemps. Pour le moment il se moquait de sa mission, il se moquait de Chaemil, il se moquait même de survivre. Il se moquait de tout comme s'il flottait au-dessus de ce monde trop absurde pour lui, et Ceithli seule semblait faire le lien entre l'endroit où son esprit se trouvait et la réalité.

Ce qu'il ne savait pas, c'est qu'elle avait autant besoin de lui qu'il avait besoin d'elle.

Il regarda le médecin examiner l'épaule de sa compagne d'un air absent, et hocha la tête sans avoir compris ce qu'elle lui demandait lorsqu'elle se transforma pour aller chasser. Ce ne fut que lorsqu'elle disparu au détour des rochers qu'il réalisa. Où était-il ? Où était Ceithli ? Il se leva comme pour partir à sa recherche et un marin vint à son secours en interceptant ses mouvements hachés.

« Vous devriez rester tranquille. Là. »

Il l'obligea à se rasseoir et c'est alors seulement qu'il remarqua le sang qui maculait ses cheveux sombres. Son uniforme étant tout aussi noir et détrempé par la pluie, personne n'y avait prêté attention, mais sa plaie à la tête avait beaucoup saignée. Le marin se pencha afin de voir la blessure de plus près avant de le rassurer. Il lui expliqua qu'il aurait une bosse, quelques cheveux en moins et une méchante migraine mais que ce n'était rien, le cuir chevelu ayant tendance à saigner abondamment pour pas grand chose. Il répéta le tout deux fois en constatant qu'Archélas ne l'écoutait pas, ce à quoi le soldat hocha la tête comme s'il s'en moquait. D'autres n'avaient pas eu sa chance... alors sa tête ou ses reins, il s'en fichait. Avait-il mérité plus qu'un autre de s'en sortir vivant ? Non. De nouveau inquiet pour Ceithli, il chercha brièvement des yeux sans la trouver, et l'homme dut lui expliquer qu'elle était partie chasser pour eux, puis il pris congé et retrouva les autres un peu plus loin. Les canots revenaient avec du matériel.

Quelques longues minutes s'écoulèrent encore avant que le capitaine ne recouvre enfin ses esprits. Il se rendit alors compte qu'il avait atrocement fin et mal... et que Ceithli lui manquait. L'estomac noué de se souvenir d'elle blessée, il se leva et se dirigea d'un pas incertain vers le campement où il assista à une scène quasi surréaliste. Les hommes étaient revenus avec deux tonneaux de bière, une quantité non négligeable de voiles et de cordes qu'ils tendaient déjà afin d'en faire des tentes, du bois pour le feu (ce qui n'avait vraiment pas été difficile à trouver) et quelques affaires utiles qu'ils avaient trouvées flottant parmi les débris. Le petit côté surréaliste venait d'un sac qu'ils tenaient à bout de bras en s'interrogeant du regard.

« Ça aurait du couler avec le reste mais ça flottait comme s'il y avait une grosse bulle d'air dedans. On l'a repêché et tu vois, dedans... »

L'autre enfonça sa main au fond du sac et la retira dans un sursaut, des cloportes entre les doigts.

« Qu'est-ce que...
_ Ça, c'est un coup de Sayah ! Je crois que ça s'appelle un Baluchon timide. Malheureusement il n'y a que son propriétaire qui peut retirer ce qu'il y a dedans.
_ Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi ça flottait. »


Archélas tituba sur quelques pas. Il n'arrivait pas à le croire.

« C'est à cause... »

Un marin se précipita pour le soutenir avant qu'il ne s'écroule d'épuisement, mais Archélas le repoussa mollement pour s'approcher. Il tendit une main tremblante vers le sac. L'autre le lui ouvrit, le soldat y plongea le bras et en ressortit...

« … la tente hérisson... constata-t-il d'un air médusé.
_ Ah oui, les poissons hérisson flottent quand ils se gonflent comme ça ! S'extasia un homme qui trouva la tente très ressemblante avec le dit poisson.
_ C'est votre sac ?
_ Oui. Et j'ai un kit de suture dedans. »


Combien de chance y avait-il pour que leur sac flotte grâce à la tente hérisson ? Combien pour que les marins décident de le repêcher ? Combien encore pour qu'il ne le rejettent pas à l'eau en constatant qu'il ne contenait que des cloportes ? Et combien enfin pour que son propriétaire soit encore en vie ? Sur les cinq prières adressées coup sur coup à Alrik, il semblait que quelques unes aient été entendues. Les larmes aux yeux comme s'il venait de retrouver un être cher il fouilla afin d'en sortir le fameux kit de suture qu'il tendit au marin improvisé docteur. Ce dernier le remercia chaleureusement et s'empressa de faire le tour des rescapés afin de les rafistoler au mieux. Avant cela cependant, Archélas lui emprunta une petite pince, une aiguille et un morceau de fil avant de s'éclipser, son sac sur l'épaule.

« Et il contient quoi d'autre ce sac ? » s'interposa Chaemil d'un air de convoitise.

Les autres marins l'écartèrent, et Archélas fila tout droit vers cette tâche sombre prostrée un peu plus loin, trébuchant à plusieurs reprises. Tout ce sang perdu et le choc – émotionnel comme physique – altéraient sérieusement son sens de l'équilibre, mais cette joie un peu idiote d'avoir retrouvé leurs affaires lui donnait un regain d'énergie. Aussi se laissa-t-il tomber près de Ceithli, manquant de s'écrouler sur elle comme un ivrogne. Il posa le sac et fit glisser son pendentif par dessus sa brigandine afin de profiter de sa lumière.

« Ne bouge pas. Je ne suis pas très... en forme... alors ne bouge pas. Je ne veux pas te faire mal. »

Il sortit l'outre pour nettoyer la plaie avec de l'eau claire – profitant de l'occasion pour y boire – puis se pencha au plus près afin de retirer les échardes unes à unes. Malgré la lueur de son bijou il devait coller son nez à la plaie, les poils n'arrangeant en rien sa visibilité. Ce fut la partie la plus facile et très certainement la moins douloureuse pour Ceithli. La suite en revanche fut beaucoup moins agréable, pour elle comme pour lui. Mais ils avaient déjà connu ce genre de situation, même s'ils n'avaient pas été dans le même état d'esprit à ce moment là. La recoudre serait toujours moins pénible que cette fichue potion bleue, ou du moins l'espérait-il ainsi. Il prit une profonde inspiration et commença son travail. Ses mains tremblaient toujours mais il faisait en sorte de piquer rapidement afin d'éviter de s'éterniser sur le plus douloureux. Au final, cinq points incertains suffirent. Il piqua l'aiguille dans ses vieux gantelets restés au fond du sac et se servit de ce dernier comme oreiller avant de s'allonger. Cette fois, il était réellement rompu et il ne tarda pas à s'endormir le nez dans les épaules du guépard.

Chaemil ne s'approcha pas de la nuit.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Une croisière? Pas vraiment...

Messagepar Ceithli » 22 Mai 2011, 15:40

L'épuisement avait eu raison d'elle, et Ceithli n'avait même pas cherché à savoir comment Archélas avait pu trouver de quoi recoudre sa plaie, elle ne bougeait donc pas. Il aurait probablement été plus pratique pour lui qu'elle se transforme, quoi que pour lui, d'un point de vue psychologique, cela aurait été surement pire, d'autant qu'elle aurait été nue.

Ils s'endormirent donc ainsi, elle sous sa forme féline et le soldat contre elle. La fatigue semblait avoir pris tout le campement, y avait-il eu des tours de garde, elle ne le savait pas, toujours est-il qu'elle fut l'une des premières à se réveiller. Archélas avait passé un bras sur sa fourrure, et elle se glissa doucement hors de son étreinte pour le regarder quelques secondes. Elle allait probablement devoir rester sous sa forme féline quelques temps désormais. Elle serait plus utile ainsi. Elle s'approcha du campement pour voir un peu les survivants maintenant qu'elle avait repris ses esprits, et elle constata avec tristesse que Puck n'était pas là. Probablement entrainé trop loin par le courant, mais il y avait tout de même les restes des nombreux lapins et lièvres qu'elle avait chassés pour eux, preuve qu'ils avaient pu se débrouiller. Elle remarqua Chaemil et faillit gronder, mais elle était plus calme désormais et pouvait donc contenir son envie de le tuer. Elle fit demi-tour et retourna vers Archélas pour le regarder un peu plus attentivement. Il portait l'odeur du sang sur lui, il y avait un peu de sien sur ses doigts, mais il avait été blessé à la tête. Elle fut tout de même rassurée de voir qu'il ne semblait rien avoir de grave.


«Déjà réveillée?»

Elle se retourna pour voir celui qui l'avait examinée la veille, elle hocha une fois la tête à la verticale avant de s'assoir pour lui faire face. Il connaissait les morphes visiblement et savait donc qu'elle le comprenait. Il se mit à genoux pour la regarder un moment

«Maintenant que nous sommes à terre, tu risques d'être notre seule chance d'obtenir de la nourriture. Nous ne sommes pas des chasseurs mais des pêcheurs, et je n'ai pas vraiment envie de compter sur les hommes de Chaemil... tu crois que tu pourras nous aider?»

Elle hocha de nouveau la tête et il sourit. Il commença alors à lever la main, probablement pour lui caresser le dessus du crâne comme il l'aurait fait pour un chat, mais il arrêta son geste et ce fut elle qui avança la tête pour qu'il puisse la caresser ainsi. Il lui sourit doucement et gratta un peu le poil avant de reculer et la regarder d'un air reconnaissant

«Ton homme a eu une bonne idée le jour où il a décidé de t'emmener avec lui. Il a bien de la chance d'avoir une compagne aussi forte»

Elle coucha alors les oreilles avant de baisser la tête pendant qu'il rejoignait le campement pour aider à préparer le petit déjeuner avec les restes de viandes, d'autres s'étaient levés pour aller chercher des baies ou encore des œufs. Elle n'était pas aussi forte, la preuve était qu'elle ne se souvenait de pratiquement rien de ce qui s'était passé la veille. À partir du moment où elle avait vu Drakmoniss, il lui avait semblé qu'elle ne s'était laissé guider que par son instinct de survie, et elle se souvenait à peine avoir vu Archélas, et pourtant il était bien là. Elle avait chassé apparemment, en tout cas il lui semblait en avoir le souvenir et les lapins qu'elle avait vus près du feu le lui prouvait, d'autant qu'elle avait du se nourrir car elle ne se sentait pas affamée, mais c'était comme si elle n'avait que des bribes de souvenirs, des images un peu figées par ci par là.

Elle se coucha de nouveau aux côtés d'Archélas en espérant qu'il allait se réveiller, mais le bruit des hommes qui s'agitaient autour devait pouvoir bientôt lui ouvrir les yeux, et ce fut là qu'elle remarqua enfin le sac. Ainsi donc, ils avaient encore une partie de leurs affaires? Elle savait que son gantelet ne devait pas être là, car elle se souvenait l'avoir laissé sous l'oreiller, mais au final, elle avait encore le reste de son équipement. Elle n'avait plus de chaussures par contre, elle devrait s'en fabriquer avec les peaux des bêtes qu'elle chasserait, et Archélas également, quoi que, même si c'était sinistre à dire, mais parmi tous les cadavres, il pourrait peut être récupérer une paire de bottes à sa taille. Pour sa part, du moment qu'elle restait sous son apparence féline, elle n'en avait pas besoin.

Elle cala sa joue contre celle du soldat pour le réveiller en douceur, grondant doucement comme un ronronnement, elle avait envie de pleurer. Elle était heureuse qu'il soit encore en vie, c'était tout ce qui comptait, mais il y avait eu tant de morts, qu'elle avait envie de quitter tout ça. Mais la mission n'était pas encore terminée, et elle savait qu'elle ne l'abandonnerait pas, pas tant qu'il ne serait pas parvenu à ses fins. Elle était là pour lui, rien que pour lui, et rien ne pourrait changer ça

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Re: Une croisière? Pas vraiment...

Messagepar Archélas Ages » 23 Mai 2011, 01:29

Le martèlement de son cœur dans ses tempes était si fort qu'Archélas n'entendait guère autre chose que ce dernier, s'y habituant comme une musique qui vous rend fou. Si bien que lorsqu'il ouvrit enfin les yeux, ce ne fut non pas à cause du bruit et de l'agitation du campement mais parce qu'un guépard frottait son museau à son visage. L'espace d'une infime seconde il fut saisit de panique avant de se souvenir que ce chat là ne lui ferait aucun mal. Il papillonna des yeux quelques instants, la tête plus lourde que du plomb comme s'il avait but une barrique entière de bière à lui seul. Lorsqu'il se redressa sur un coude, une douleur fulgurante lui électrisa les reins, le faisant grimacer de douleur. Par acquis de conscience il remua les orteils, soupirant de soulagement en les voyant s'agiter dans le sable. Son estomac lui hurla de se lever.

« Bien dormit ? » demanda-t-il en s'asseyant.

La tête lui tournait un peu, mais c'était moins pire que la veille. Cette fois, il était lucide. Il encadra la tête de Ceithli de ses deux mains et se mit à lui gratter les joues comme il l'aurait fait à une grosse peluche, laissant ses doigts courir jusque derrière ses oreilles en jouant de l'épaisseur de ses poils. Est-ce qu'elle trouvait cela dégradant ? Agréable ? Ridicule ?

« Tu viens manger avec nous ou tu préfère chasser ? »

Il la lâcha enfin et l'observa une longue minute, profitant de l'occasion pour vérifier l'état de son épaule. Il avait toujours le baume larmiqueuse, mais il hésitait à le proposer et espérait que la feuille d'ortie suffirait. La dernière fois lui avait suffit. Prenant une lente et profonde inspiration, il entreprit de se lever péniblement. Il ne prononça pas le moindre mot mais il ne fut pas difficile de deviner à quel point il avait mal. Sa démarche lorsqu'il rejoignit les hommes occupés à cuir le petit déjeuner trahissait par ailleurs sa douleur, ce qui sembla faire très plaisir à Chaemil qui attendait que la nourriture lui tombe dans les mains. Un marin vint à sa rencontre, un carré de cuir de la taille d'un portefeuille dans la main.

« Merci pour le kit de suture, ça nous a bien aidés. Il vient de chez Sayah ? J'ai utilisé beaucoup de fil et j'ai l'impression que la bobine n'a pas diminué... et il n'y a que lui pour donner de telles propriétés aux objets.
_ En effet, elle est inépuisable.
_ Oh ! Je penserai à m'en acheter une dans ce cas. Je vais peut-être me reconvertir dans la médecine... je crois que j'ai assez vu la mer... »


Archélas lui sourit faiblement et rangea l'objet dans sa poche.

« Mal au dos ?
_ Oui. Quelque chose m'a heurté... Mais la brigandine a amorti le choc, ça devrait passer.
_ Vous devriez la garder. Ça vous fera un corset, vous savez, pour maintenir tout ça en place. Vous devriez même la serrer un peu. Vous permettez ? »


Le soldat hésita un peu avant de finalement accepter, et le marin s'affaira aussitôt à resserrer la brigandine comme on l'aurait fait d'un corsage pour une femme de la cour.

« L'eau de mer a ramollit le cuir, ce sera plus facile à ajuster. Ça risque de se resserrer un peu en séchant par contre, vous viendrez me voir avant de devenir tout bleu hein ?
_ Oui. Merci.
Ânonna-t-il sous les décharges électriques que la douleur lui causait à chaque mouvement. Vous... n'auriez pas des bottes ?
_ Seulement les nôtres, mais vous pouvez toujours assommer Chaemil et prendre les siennes. »


Archélas eut un sourire plus franc. Il avait une meilleure idée... bien qu'inavouable. L'instant d'après son sourire s'effaçait. Lui aussi pensa instinctivement récupérer une paire de chausses sur un cadavre. Mais ils avaient dû couler avec le reste et ne referait pas surface avant quelques jours... le temps que la décomposition ne les fasse flotter de nouveau. Et puis la mer finirait par les charrier vers les plages... mais dans quel état ? Il n'avait pas tellement envie de le savoir. En fait, il avait vu suffisamment de morts pour un bon moment et devinait qu'il n'en supporterai pas un de plus... à une exception près. Lorsqu'il fut correctement ligoté, le marin l'invita à manger, même si Archélas renonça à s'asseoir pour cela. L'ambiance était étrange, comme faussement détendue. Était-ce du à Chaemil et son comportement arrogant ou à des souvenirs trop pénibles...? Sans-doute un peu des deux. Assis sur un rondin, le Docte mâchonnait sa part, sa fierté tranquille revenue à l'assaut de ses traits. Et lorsque le soldat lui demanda comment allait son bras il se contenta d'un sourire et tapota sa cuisse en affirmant qu'il avait connu pire. Ce dont, à en juger par la vitesse à laquelle il avait repris ses esprits, personne ne douta. Archélas réalisa alors que Hyacinthe le Docte portait à lui seul le moral de ses hommes sur ses épaules, et l'admira pour sa force de caractère. Peut-être était-il temps qu'il se remue lui aussi ?

« Je pense partir pour le sud au plus tôt. Je suis navré, mais j'ai une mission.
_ Sois pas navré petit.
Répondit aussitôt le Docte pour couper court à la stupéfaction des autres. On en a vu d'autres ! On remontera vers le nord dès qu'on se sera organisés, te bile pas pour nous. Il jeta les os du lapin qu'il avait rongé jusqu'à la moelle par-dessus son épaule avant de reprendre. On va vous trouver des bottes à votre taille. La mer nous ramènera bientôt d'autres paires, crois-en mon expérience.
_ Merci.
_ Me remercie pas et prépare tes affaires. J'ai pas navigué jusqu'ici pour que vous fassiez demi-tour. »
asséna-t- d'un ton bourru.

Aussitôt les hommes se proposèrent afin de prêter leurs chausses. Seul Chaemil semblait réfractaire à l'idée que l'on vienne en aide à son subalterne et se leva pour discuter avec les deux seuls hommes de son unité qui avaient survécus.

« Méfiez-vous de ceux-là... » souffla un marin à Archélas.

Il se contenta d'un sourire confiant. Il venait de trouver une paire de bottes à peu près à sa taille. C'étaient les plus grandes, bien que ses doigts de pieds y étaient à l'étroit, mais il n'osa pas faire la fine bouche. Remerciant tout le monde, il retourna à son sac qu'il ramassa et jeta sur ses épaules. Son repas lui avait rendu ses couleurs, même s'il marchait encore un peu étrangement à cause de ses reins. Ses missions commençaient... et il avait plutôt l'intention de s'acquitter de l'officieuse en premier. Immobile quelques secondes, il scruta l'océan comme s'il s'attendait à y voir le Hart Nacré en un seul morceau, ses turquoises claires tranchant sur son teint de bronze. Secouant la tête comme pour revenir à lui, il chercha sa féline des yeux.

« Ceithli... Tu veux bien rester sous cette forme pour l'instant ? Nous allons nous avancer un peu... et faire monter la pression. » ajouta-t-il d'un ton froid.

Avatar de l’utilisateur
Archélas Ages
Humain(e)

Âge: 38
Crédit: 1,202.00 Ore(s)
Suivi:
Image Image Image Image Image Image
Pelel'je: Non
Métier: Lieutenant
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar:
Le Prince - Prince of Persia, the Warrior Within - Ubisoft

Re: Une croisière? Pas vraiment...

Messagepar Ceithli » 23 Mai 2011, 11:45

Lorsqu'Archélas demanda si elle souhaitait venir avec lui pour le petit déjeuner, elle mima un éternuement, signe qu'elle préférait tout de même chasser et s'éloigner. Même s'ils savaient tous que c'était bien elle, et qu'elle ne leur ferait pas de mal, elle préférait éviter de trop les approcher, n'ayant que moyennement confiance en l'instinct de survie humain.

Elle partit donc chasser et tomba sur une dinde sauvage qu'elle dévora rapidement avant de revenir en se léchant les babines. Elle se mit à quelques pas du campement, et alors qu'Archélas essayait tout un tas de bottes jusqu'à trouver chaussure à son pied, quelques uns d'entre eux vinrent vers elle, timidement en tendant la main pour ne pas qu'elle se sauve


«Salut... ben euh... on vient juste te dire au revoir hein? Tu... tu vas pas nous mordre?»

Elle se doutait que si elle éternuait, ils n'allaient pas comprendre, alors elle essaya de hocher la tête de gauche à droite, pas évident en réalité avec sa nuque, mais elle finit par se lever et se frotter à leurs jambes comme le ferait un chat, en grondant légèrement. C'était plus simple ainsi en réalité et s'ils sursautèrent au début, ils comprirent rapidement qu'elle ne leur ferait rien et ils se mirent à lui gratter la tête à leur tour

«La vache, j'aurais jamais cru pouvoir caresser un guépard un jour, même si c'est pas tout à fait un vrai!»
- «C'est clair! C'est une expérience qu'on pourra raconter! Ça changera des habituelles aventures marines!»


Bien que l'expérience de Drakmoniss promettait à elle seule de longues tirades autour d'une chope de bière. Ils étaient tous deux à genoux et plongèrent leur regard dans les onyx de la féline

«Prends soin de toi et de ton soldat, et surtout, méfiez vous de Chaemil et ses hommes.»

Elle baissa la tête pour essayer de faire comprendre qu'elle avait compris et ils retournèrent au campement. Elle était étonnée de voir qu'il y avait quand même des humains qui ne la considéraient pas comme un monstre, malgré tout, elle restait une curiosité et comme l'avait fait remarquer le marin, il était surtout content de se dire qu'il avait pu caresser un guépard. Mais elle ne s'en offensait pas, estimant qu'après tout, cela faisait partie d'elle et qu'elle préférait être une curiosité amusante qu'un monstre.

Lorsqu'Archélas revint vers elle, il lui demanda de rester en guépard et elle se frotta le museau pour acquiescer. Elle trouvait que c'était également une bonne idée et elle trouvait presque dommage sur le moment de ne pas être un cheval plutôt qu'un guépard, mais bon, on ne choisit pas! Elle ne comprit pas vraiment ce que voulait dire le soldat sur le fait de faire monter la pression, peut être était-ce parce qu'ils allaient partir avant Chaemil et donc prendre de l'avance sur lui? Possible, mais d'un autre côté, l'avantage était que s'ils les suivaient dans les plaines, sans aucun témoin, dans la mesure où ils avaient perdu une partie de leur équipement eux aussi et qu'ils n'étaient pas aussi débrouillards qu'elle pour trouver de quoi se nourrir, ils auraient un avantage pour les faire disparaître en chemin.

Tournant les talons, elle le regarda mettre le sac sur son épaule, l'avantage des effets magiques était qu'il n'était pas trop lourd pour lui et elle avait donc meilleure conscience de lui laisser le porter. De toute manière, elle ne se voyait pas vraiment marcher pieds nus tout le long et était plus à l'aise à quatre pattes pour parcourir de longues distances. Ils étaient encore assez loin de Windrakk, mais comme elle y était déjà allée, elle pouvait guider le soldat jusque là, ils avaient passé le plus difficile puisque les montagnes étaient derrière eux de toute manière, mais désormais, elle allait devoir être sur ses gardes, en particulier car ils n'étaient pas seuls à parcourir ces plaines...


==================
La suite : Barbares, nous voici !

Avatar de l’utilisateur
Ceithli
Antiquaire
Antiquaire

Âge: 37
Crédit: 2,705.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Antiquaire
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: Red path of eternity - Chris Ortega

Précédente

Retourner vers Lacs, rivières et océans

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron