Le long du fleuve

Paresser sur les plages sereines d'un lac, ça vous tente ? À moins que vous ne préfériez l'humeur imprévisible des mers tumultueuses ? Baignades autorisées...!

Re: Le long du fleuve

Messagepar Sekhmet Hékénou » 02 Aoû 2014, 00:53

Il ne lui semblait pas que la question au sujet de son travail soit indiscrète, tant qu'il ne s'agissait pas d'une investigation, ce qu'elle avait un peu ressenti avec le cortesian. Néanmoins elle voyait peut-être des choses là ou il n'y en avait pas. Jusque là elle avait toujours parfaitement fait son travail et personne n'avait jamais rien soupçonné, c'était donc peut-être l'apanage de cet homme que d'être curieux et elle décida de ne pas s'en offusquer et de faire la meilleure mine possible. Bien sûr elle avait encore prit un certain temps avant que de répondre à la demoiselle mais elle le fit avec qu'une meilleure figure qu'auparavant si on peut s'exprimer ainsi.

"Oh non ce n'est pas indiscret, et c'est un métier assez populaire, je veux dire, ce n'est pas avec ça que je deviendrais très riche mais j'aime aider les gens car j'ai eut de la chance quand j'étais plus jeune, j'ai eut des parents qui ont pris bien soin de moi et m'ont donné une très bonne éducation...peut-être, car elle me dessert parfois dans mes relations avec les autres. A tord on croit que je suis prétentieuse alors que je veux juste être polie"

Elle s'étonna elle même de cette longue phrase, non pas qu'elle fut incapable d'en formuler, au contraire dans son métier elle devait savoir deviner ce que désirait exprimer les autres et parfois avoir de longues discutions. Mais en dehors de cela et que dans des circonstances exceptionnelles elle ne s'exprimait pas beaucoup. Mais la jeune orphe lui plaisait bien, elle était souriante, semblait aimer la vie, ça ne se rencontrait plus trop de nos jours. du coup elle se sentait bien disposée à son sujet. Il fallait dire aussi que toute l''équipage faisait en sorte qu'ils se sentent à l'aise. Elle aurait bien été rabat joie de venir faire des manières.

"Bien sur je ne voulais pas dire que vous ne l'étiez pas ... c'est moi qui suit parfois un peu trop pointilleuse kalavati, très joli prénom"

Alors qu'elle espérait avoir effacé tout malentendu qu'il y aurait pu y avoir entre eux, pendan qu'il lui était raconté la façon de faire de ce savoureux thé, elle apprenait aussi le prénom de l'étrange cortésian - Mais ne sont-ils pas par définition étrange ? - Et hocha la tête pour faire comprendre qu'elle avait bien entendu. C'était aussi sa façon de dire qu'elle était enchantée de le rencontrer même si à ce moment elle n'en était pas encore certaine. Puis elle se retourna pour répondre à Lounou

"Oh mais je pense que c'est une merveilleuse façon de faire, vous devez faire d'agréables découvertes parfois, en vendez vous ? Je suis certaine que vous feriez fureur et je serais moi-même très intéressée"

Alors que le capitaine répondait aimablement à la jeune Orphe, le cortésian s'excusa et s'engouffra littéralement dehors, se sentait-il mal ? Elle mourrait d'envie de le suivre pour voir ce qu'il allait faire car il avait réveillé son intérêt mais cela n'aurait pas été très malin et elle se fit violence pour rester sur place et prendre part à la conversation : il s'agissait de ce fameux pentagruel qui était évoqué depuis un certain nombres de minutes.


"Probablement" ajouta sekhmet à qui on avait pas donné son avis "qu'il à envie le temps pour pouvoir tout ce qu'il désirait et ma foi mieux vaut tard que jamais"

Elle empruntait un peu des formules toutes faites mais elle avait toujours eut du mal à se lier avec les gens qui n'étaient pas des "clients" ou des "rebelles". La vie ici, malgré qu'elle y fut depuis un moment, était si différente de celle qu'elle avait quittée qu'elle se demandait si elle arriverait un jour à l'intégrer et la comprendre mais elle ne regrettait pas un moment ses choix. Elle eut l'impression que le navire ralentissait et s'exclame soudain


"Arrivons-nous ? Dans ce cas votre embarcation est bénie des dieux pour être aussi rapide, ou alors d'autres personnages trainaient-ils sur les bords du fleuve et vont venir se joindre à nous ? J'espère qu'il n'est rien arrivé de grave à votre ami...." termina t'elle en se tournant vers kalavati "il ne semblait pas très bien"

A peine avait-elle prononcé ses mots qu'il était de retour, elle le dévisagea, si c'était possible il semblait avoir meilleur mine, mais il était assez compliqué à déchiffrer. Il exprima alors ce qu'en quelque sorte elle venait de dire et elle appuya alors ses paroles contre tout attente.

"Exactement, il me semblait que nous avions ralenti, je me demandais si nous arrivions ou s'il vous était arrivé un problème ... Antiphane"

Avatar de l’utilisateur
Sekhmet Hékénou

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Kalavati Sohalia » 07 Aoû 2014, 03:37

Un sourire sur le visage d'Antiphane. Elle ne le connaissait pas spécialement mais ça avait l'air d'être plutôt exceptionnel pour cet individu. Kalavati avait même commencé à penser qu'il souriait quand il se brûlait. Ou alors s'était-il bel et bien brûlé... en buvant son thé trop chaud. Peu probable cependant.

La minette ne put s'empêcher cependant de sourire en l'imaginant se crisper encore plus en pensant à la composition du thé. Ah si seulement elle osait, un bon massage ferait sûrement du bien à ce garçon. Mais ce n'était pas le bon moment, pas le bon endroit, et puis même, il se méfierait de ce genre de manières aussi, à tous les coups. Kalavati avait du mal à l'imaginer s'intéresser aux histoires de bien être.

Elle fut tirée de ses pensées – heureusement peut être – par Sekhmet qui lui fit une allusion à son prénom.
« Merci. Ça signifie artiste, il paraît. Kala signifierait Art, d'après ce qu'on m'a toujours dit... Et je suis en effet artiste de rue. Quant à votre métier, il attire encore plus ma curiosité... miaou ».

En disant cela, elle caressa légèrement le haut de son Bansuri qui dépassait de ses petites affaires... jusqu'à ce que Meriel réponde à propos du nommé Pentagruel. « Ah ! Miaou. Donc il aime les sous, les possessions... aucune autre explication hein ? ».

Et ce fut un regard un peu surpris qu'elle posa sur Antiphane quand il s'éclipsa. Elle l'aurait bien suivit, s'inquiétant de ce qui pourrait lui arriver. Mais encore une fois, elle supposait qu'il n'apprécierait pas d'être suivi, vu l'attitude qu'elle lui avait toujours vu jusqu'à présent.
« Il n'avait pas l'air bien en effet mais... euh... il est assez... solitaire... »
Elle réprima un « je crois »... Après tout avoir sûr de soit de temps en temps ce n'est pas mal, et c'est qu'elle devait apprendre aussi. Enfin... il le dirait sûrement lui même... puisqu'il revint finalement avec le groupe.

Kalavati lui envoya un regard. Gentil et inquiet.
Elle regarda les membres de l'équipage et à nouveau Antiphane. « T'as vu quelque chose de suspect dehors ? Nous sommes suivis ? Miaou ».

« Allons, inutile de paniquer... Kalavati, si je peux vous appeler ainsi. Ce serait bien exceptionnel qu'il nous arrive quelque chose » lui répondit gentiment Meriel, qui se leva, se dirigeant vers le pont.

Avatar de l’utilisateur
Kalavati Sohalia

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Antiphane Bevnadin » 07 Aoû 2014, 19:23

Lounou vira au rouge lorsque Sekhmet lui demanda s'il vendait les thés de son invention. Il baissa le menton pour cacher sa gêne, mais le petit sourire satisfait qui se dessinait déjà sur ses lèvres ne passa pas inaperçu.

« Non, je préfère l'offrir ! Puis les gens hésiteraient à boire du thé parfois à base d'ortie. Comme ils sont offerts, généralement ils acceptent de bon cœur. Oh ! Je me doute bien qu'ils font ça par politesse, mais je suis ravi quand je vois que finalement ils apprécient. »

Antiphane venait d'arriver à l'instant et constata qu'ils discutaient toujours du thé. Finalement, il était parti au bon moment, car il ne désirait pas en apprendre plus sur celui-ci. Parfois, il valait mieux rester dans l'ignorance plutôt que d'angoisser inutilement. Il commença même à sentir des douleurs à l'estomac rien que d'y penser.
A peine assis avec les autres, on lui demanda s'il avait repéré quelque chose de particulier sur le pont. Il les interrogea du regard, inquiet qu'on lui pose une telle question.

« Non pourquoi ? Vous avez entendu du bruit ? J'aurais du remarquer quelque chose ? »

Meriel qui s'était levé à son tour pour sortir lui-aussi, le rassura d'une main sur l'épaule en lui disant qu'il n'y avait rien à craindre. Bien que le cortésian n'apprécia pas ce geste à son égard, il en fut rassuré. Puis Meriel disparut vers le pont.

Antiphane appréciait la charité dont il profitait, mais si c'était pour se faire attaquer par des pirates, il préférait terminer la route tout seul à pieds et sans la moindre hésitation. D'autant plus qu'il avait un drôle de pressentiment quand il observait du coin de l'oeil la dénommée Sekhmet. Elle paraissait bien trop calme, et tout comme lui à vrai dire, elle semblait bien silencieuse sur certains détails. Il se mit à la fixer avec insistance, comme s'il cherchait à comprendre qui elle était véritablement en la regardant de la sorte.

« Y a un truc pas clair chez elle... » Il crut garder égoïstement cette pensée pour lui, mais tous purent profiter de ce commentaire qui ne leur était pas destiné. Il écarquilla les yeux, conscient qu'il avait littéralement pensé tout haut. Ses joues le chauffèrent affreusement et les regards qu'on lui porta lui firent le même effet. Il avait maintenant la sensation de se consumer sur place, car il craignait que ce genre de réflexions ne le rendent suspect. Des cornes lui auraient poussé sur le front et il était certain qu'il aurait eu l'air encore moins surpris et gêné.

Tandis que le silence se prolongeait, décuplant l'angoisse du cortésian, le capitaine du navire redescendit et referma la porte derrière lui. Le claquement résonna longuement dans la cabine, ou du moins aux oreilles d'Antiphane. Il était tellement mal à l'aise que cela lui semblait être un coup de feu pour l'achever.

« Rien à déclarer, vous pouvez vous rassurer ! » Mériel se réinstalla autour de la table sans même remarquer l'atmosphère tendu qui régnait. Puis il lâcha après avoir longuement soupiré. « Guttenvald n'est pas encore à portée de vue, nous l'atteindrons demain dans la journée je pense. » C'est en voulant voir les réactions suite à son annonce qu'il remarqua l'ambiance à couper le souffle.

« J'ai dit quelque chose qu'il ne fallait pas ? » Puis il se tourna vers Antiphane qui était bien pâle désormais. « Quelque chose ne va pas ? Vous allez l'air malade... »

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Le long du fleuve

Messagepar Sekhmet Hékénou » 08 Aoû 2014, 16:50

Il était vrai que son métier n'avais rien de secret, bien que pour le moment elle fut la seule qui semblait officier dans plusieurs villes. Disons qu'il se rencontrait rarement car il ne permettait pas de vivre une vie de petit gâté par la vie qui festoie jour et nuit. Mais ça elle en avait eut l'occasion et elle n'avait pas été intéressée. Cependant il lui arrivait d'avoir le mal du pays si différent des gens et des coutumes d'ici. Mais elle ne s'attarda pas à ses pensées et tenta de donner un peu plus d'explication à Kalavati.

"Oh artiste, c'est tout un métier, pas facile en plus, que faites vous exactement ? Pour ce qui est du mien et bien j'aide ceux qui n'ont pas eut la chance d'apprendre à écrire ou qui ont des difficultés à remplir des documents, écrire des lettre à leur proches, lire les lettres qui leur ont été envoyés, déchiffrés les documents qu'ils reçoivent ... toutes ces choses"

Finalement elle commençait à se sentir bien en compagnie de la jeune Orphe et des marins, et bien que sa mission fut importante elle ne se sentait plus si pressée d'arriver à Guttenvald. Profité encore un peu du bon thé, des discutions à bâton rompu qui n’engageaient à rien comme une vie tranquille qui s'égrenait tout au long du courant. Elle allait rajoutée que si il le souhaitait elle aimerait bien lui acheter une de ses concoctions de thé car elle trouvait vraiment cela délicieux mais le cortésian qui était rentré tout aussi aimable qu'il était parti tout en répondant aux questions par une autre question - ce qui passait encore après tout il n'avait aucune obligation - s'était mit à la dévisager avec insistance.

Du coup elle en arrêta toute parlotte, car elle avait beau être une personne calme et posée, c'était ce qu'on lui avait apprit à être, elle n'aimait pas à être chatouillée dans le mauvais sens du poil et c'était bien ce qu'il commençait à faire. De plus il laissa échappé une de ses pensées dont tout le monde pu profiter et elle semblait bien en être la cible. Tout d'abord, pour ceux qui l'entourait il sembla que peut-être elle n'avait rien entendu car pendant au moins une minute elle se transforma en statue et pas un poil de son visage ne bougea. Püis elle se leva soudainement, marcha directement vers le cortésian et se pencha vers lui tout en le regardant droit dans les yeux. Alors elle souleva ses lèvres et il pu voir ses canines acérées pendant qu'elle émettait ce qui aurait pu ressemblait à un grognement. Puis elle se releva demandant d'un ton sombre.

"C'est mon apparence qui vous inquiète, vous avez peur que je vous saute au coup, que je sectionne cette artère qui est la votre et que je vous dévore tout simplement ?"

Elle se tue laissant apparaître un étrange rictus sur son visage, un peu en proie à l'énervement elle avait du mal à se contrôler, de nature douce et pacifiste, elle pouvait néanmoins se bloquer sur un détail - et quel détail ! - et devenir très virulente et un peu drama queen. Son allure d'ailleurs était très théâtrale tout juste comme si elle venait de découvrir que son mari avait fait assassiner le seul enfant qu'elle ait pu avoir.

"Mais ce serait ridicule de ma part non ? avec tous ses témoins pour porter plainte contre moi et jurer sur la bible de ce qu'ils ont vus, non si je veux vous éliminer de la carte je veux commettre le meurtre parfait pour pouvoir continuer tous mes méfaits par la suite"

Alors qu'elle finissait se phrase le capitaine revint dans le silence qui suivit la démonstration de la demoiselle Ohime leur expliquant que tout allait bien et qu'il faudrait encore au moins un jour avant d'arriver. La joie, comme c'était parti là, ça promettait une partie de plaisir. Il sembla alors remarqué un malaise et demanda ce qu'il en était et Sekhmet profita de cette perche pour continuer sur sa lancée.

"Notre charmant ami Antiphane nous à fait part de ses doutes à mon propos, sans les expliquer bien évidement et ...."

Elle s'interrompit, saisit une chaise qu'elle porta au milieu de la pièce et s'assit toujours un peu comme dans une représentation et les regarda tous à tour de rôle avant de finir sur ses mots.

"Puisqu'il semble que nous avons le temps, je vous invite ... cher Antiphane en premier, à me dire ce qui vous chiffonne ou à me poser les questions qui vous taraudent et je prendrais plaisir à éclaircir cela pour vous ..... Allez mon cher cortésian à vous l'honneur"

Avatar de l’utilisateur
Sekhmet Hékénou

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Kalavati Sohalia » 13 Aoû 2014, 03:04

« Miaou » fut la réponse que Kalavati donna à Meriel avant qu'il ne sorte, et avant qu'elle ne concentre son attention sur les autres. Et comme elle resta silencieuse un temps, continuant à boire du thé, elle ronronnait joyeusement. Elle se contenta juste de répondre brièvement à Sekhmet.
« Je danse et je joue de la musique. Miaou. Votre métier a l'air vraiment génial, j'en suis convaincue ».

Son ronron se fit cependant de plus en plus nerveux.

« T'es sorti, c'est pour que ça que je te demande » répondit-elle à Antiphane avant qu'il ne fasse part de sa pensée.
Et à ce moment là le ronronnement de minette nerveux. Elle faisait tout pour le contrôler et le produisait non plus de joie, mais plus pour essayer d'apaiser les tensions. Les siennes d'une part, et celle des autres qui l'entendraient. C'était son ronron Ujjayi quoi.

Minette regarda aussi le cortésien, lui faisant une tête de chat battu et miaulant doucement, tout en continuant à ronronner, se contentant d'un simple signe de tête à Mériel lorsqu'il revint.

« Qu'est-ce qu'il t'arrive Antiphane ? » finit-elle par lui demander d'une voix douce. « Calme toi, destresse ! ».
Elle lui posa une main douce sur l'épaule pour essayer de l'apaiser et s'approcha assez de lui mais fit un petit mouvement recul lorsque l'autre Orphe vint le menacer. Suite à quoi, elle lança un regard doux à Sekhmet, espérant l'apaiser aussi.

« Allons, allons, peut-être qu'il a connu des situations qui l'amènent à se méfier aussi. Je suis sûre qu'il ne le faut pas le prendre contre vous forcément Sekhmet. Miaou ».

Kalavati commençait à ne pas du tout aimer la situation. Elle continuait à ronronner et voyant que ça n'avait pas spécialement d'effet, du moins ça n'avait pas l'air, elle toucha nerveusement son Bansuri. Qui sait, peut être que quelques sons de ce noble instrument calmerait les esprits ? Ne dit-on pas que la musique adoucit les mœurs ?

Avatar de l’utilisateur
Kalavati Sohalia

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Antiphane Bevnadin » 16 Aoû 2014, 20:16

La réaction de Sekhmet lui fit froid dans le dos. Il la regarda se figer longuement et resta lui-même figé, attendant une réaction. Au bout d'un certain temps, qui lui paru durer des heures, elle se leva et se pointa face à lui. Même s'il se doutait que la présence des autres lui assurait une certaine sécurité, il redoutait malgré tout son comportement à venir. Finalement elle lui posa une question.

« Vous ne m'effrayez absolument pas ! » Evidemment, il mentait. Il était complètement tétanisé, mais il ne cessait de se répéter qu'elle n'oserait rien faire tant qu'ils ne seraient pas seuls. Même si son accusation était fondée, elle se trompait en pensant qu'il la craignait à cause de son aspect physique. En réalité, peu lui importait qu'elle ait cette apparence ou une autre.

Retenant son souffle pour ne pas se trahir, il restait le regard plongé dans celui de Sekhmet bien que cela lui coûtait affreusement. Mais ce qu'elle lui dit était aussi valable pour lui, il n'allait pas se débarrasser d'elle devant témoins, car cela l'obligerait à se débarrasser d'eux également. Et ça, il n'en avait pas envie car ce serait prendre beaucoup trop de risques inutilement.

Antiphane fut reconnaissant envers Kalavati lorsque cette dernière chercha à prendre sa défense, même si la main qu'elle posa sur son épaule l'agaça. Il fit glisser ses mains sous la petite table et serra les poings dans le but de contenir tout ce qu'il pouvait ressentir. Il adressa ensuite un sourire à l'Orphe tout en faisant glisser subtilement sa main de son épaule.

« Mon amie voit juste, j'ai appris à me méfier. » Déclara-t-il en espérant que sa réponse allait satisfaire Sekhmet. Dans le cas contraire, il se promit qu'il agirait en conséquence. Cependant il allait aussi devoir attendre d'être arrivé à Guttenvald afin d'échapper à tout soupçon. D'une certaine façon il était conscient qu'il prenait des risques à être ainsi. Avec des efforts, il pourrait trouver plus d'arguments pour sa défense, mais il estimait qu'il n'avait pas à se justifier. Elle allait devoir se contenter de cela, ou sinon cette histoire se règlerait d'une manière qu'elle risquerait de regretter.

Il détourna son attention de Sekhmet lorsque le capitaine du bateau s'exclama comme si cette altercation entre elle et Antiphane n'avait jamais eu lieu. Intérieurement, le cortésian admira la faculté qu'il avait de se détourner des problèmes aussi aisément.

« Kalavati ! Mais vous jouez d'un instrument ! Il s'agit d'une flute ? »

Aussitôt une nouvelle vague d'enthousiasme emporta les trois navigateurs. Ils entourèrent la jeune femme, l'encourageant à grands cris pour qu'elle leur joue un morceau. Lounou ajouta même que si l'inspiration lui venait, elle l'accompagnerait au chant.

Antiphane était soulagé de ce détournement d'attention. Il était même reconnaissant d'une certaine manière même si l'idée de les écouter pousser la chansonnette ne l'exaltait que très peu.

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Le long du fleuve

Messagepar Sekhmet Hékénou » 17 Aoû 2014, 18:07

Sekmeth qui avait eut un mouvement d'humeur comme elle en était capable s'attendait à un tir groupé en retour et intérieurement s'était préparé à cela, laissant voir un museau légèrement retroussé et presque prêt à mordre mais au fur et à mesure que le temps passait il se détendit car finalement personne ne la passa à la question comme elle avait offert. Comme quoi les gens disent une chose et après ne poursuivent jamais leur(s) idée(s). En réalité elle n'en voulait absolument pas à la jeune Kalavati qu'elle trouvait bien sympathique et était prête à faire un effort dans son cas.

En vrai, notre étrange Ohime n'aimait pas les conflits mais son éducation faisait qu'en dehors de sa ville d'origine il était des comportements qui la bouleversaient car ils n'étaient pas vraiment de mise chez elle. Et quand elles les rencontraient elle pouvait devenir très farouche. Maintenant sur sa chaise, un peu seule, elle se disait qu'elle avait très certainement dépassé les bornes et que ces humains, cette orphe et ce cortésian devaient vraiment la trouvée plus bizarre encore.


"Peut-être bien Kalavati"répondit-elle à l'intervention de la jeune femme "mais la remarque était pourtant bien destinée à ma personne alors il ne faut pas non s'étonner que je réagisse"

Visiblement le cortésian ne voulait pas aller plus loin, il semblait très contrarié de cet incident et son regard lui promettait presque des mauvaises surprises si elle insistait. Ce qui était très tentant au fond, mais si elle se laissait entrainer elle provoquerait peut-être un incident plus grave qui l'empêcherait de remplir sa mission et cela lui revenant en tête elle décida de se calmer. Se releva prenant sa chaise et alla se rassoir comme auparavant tout en prenant grand soin de frôler Antiphane comme petite vengeance. Elle avait bien remarqué qu'il avait tilté au toucher de Kalavati qui souhaitait le rassurer.

"Bien bien ...." furent les seuls mots qu'elle adressa aux réponses d'Antiphane, ils était dépourvus d'agressivité, un peu comme si elle acceptait ce qu'il lui expliquait. Elle n'était cependant pas certaine de ce que cet homme pensait ou ressentait car il lui semblait de plus en plus étrange au fur et à mesure que les minutes passaient mais elle décida de composer avec puisqu'il le fallait, et d'aller dans le sens de l'orphe qui souhaitait que tout le monde se calme, visiblement cela la mettait mal à l'aise.

"Kalavati, je m'excuse pour cet incident, je me suis laissée emporté ce qui est indigne de moi et ne se reproduira plus sur ce navire ...."

Elle aurait bien ajouté qu'elle ne voulait pas faire injure à ses propriétaires mais ils semblaient bel et bien avoir ignoré tout de l'incident et devaient en avoir de toutes les sortes au cours de leur pérégrination pour ne pas se laisser troubler par de minimes incidents. Au contraire il y eut soudain un exaltation dans l'air a propos d'une flûte que la jeune orphé aurait pratiqué et des chants qui pourraient l’accompagnée, Sekhmet qui aimait la musique et ce n'était pas feint applaudit à cette idée

"Oh oui, oui quelle bonne idée, je pourrais même faire quelques pas de danse avec un de ces messieurs si l'envie lui en prenait, jouez pour nous Kalavati, ce sera enchanteur sur le fil de l'eau ..."

Avatar de l’utilisateur
Sekhmet Hékénou

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Kalavati Sohalia » 19 Aoû 2014, 23:21

La tension était montée bien haut à bord de ce navire. Et du coup les pauvres hôtes n'avaient plus osé dire quoique ce soit pendant un certain temps.

Temps pendant lequel Kalavati était restée assez près d'Antiphane, le voyant en stress... Et alors et qu'elle allait se coller un peu plus. Enfin non se coller carrément – on dit que le contact avec un chat soulage le stress non ? – elle le sentit virer sa main de son épaule. Ce qu'elle fit donc... et ne se colla finalement pas à lui... mais continua à ronronner et répondit à son sourire par un sourire en retour. Montrant ses crocs, mais c'était bien un sourire, c'était évident.

Kalavati se tourna vers Sekhmet et lui fit un sourire aussi. « Miaou ! Je vous comprends ».
Son sourire s'estompa cependant lorsqu'elle vit la féline s'approcher assez d'Antiphane pour le frôler, ce qui l'inquiéta quelques secondes. Et ce ne fut que pour le frôler...
« Miaou. Tu es toute excusée Sekhmet, on devrait passer à autr... »

Et voilà qu'elle l'avait tutoyée à son tour. À croire qu'elle tutoyait de plus en plus facilement. Oh mais c'est que minette était quelqu'un de très sociable aussi.
En tout cas le capitaine du navire lui coupa la parole lorsqu'il aperçu le Bansuri de notre artiste de rue.

« C'est un Bansuri oui. Un genre de flûte réputée... mystique. Miaou. Mais honnêtement je ne sais pas si celle là est très mystique ».

Encouragée par les autres, elle s'assit donc en tailleur et pris son instrument dont elle commença à jouer quelque chose un peu dans ce genre.

Avatar de l’utilisateur
Kalavati Sohalia

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Antiphane Bevnadin » 22 Aoû 2014, 02:17

Quand Sekhmet le frôla avec désinvolture, il en était persuadé, il réprima un frisson pour ne pas laisser paraître ses craintes. D'ailleurs, il resta de marbre face à ces provocations, mais guettant malgré tout le moindre signe agressif. La présence des autres le rassurait grandement, mais il ne pouvait s'empêcher de garder un œil sur cette personne qui représentait désormais une menace pour lui. Que ce soit un chant ou de la musique, absolument rien n'allait pouvoir apaiser Antiphane qui était plongé dans un état d'angoisse profonde. Il était douloureusement assis, mais n'osait bouger ni même changer de position.

Kalavati lui adressa un sourire qui le rassura, car cela pouvait signifier qu'elle semblait toujours être de son côté et il avait ainsi l'impression d'avoir une alliée. Quelques temps après, celle-ci commença à jouer de son drôle d'instrument et leurs trois hôtes se levèrent pour danser en suivant un rythme lent. Au bout d'un certain moment, le rythme s'intensifia et Lounou partit récupérer une sorte de petit tambour, certainement en peau de Jackalope et l'accompagna à coups de percussions vibrantes.

Comme emporté par la musique, Meriel se dirigea vers Sekhmet et l'aida à se relever en la soulevant comme si elle pesait à peine le poids d'une plume. Il l'invita à imiter ses pas de danse tout en plongeant son regard dans le sien un peu comme s'il cherchait à l'envouter. Dans son coin, Antiphane était bien content d'être resté assis. Et même s'il était le seul à ne pas se laisser emporter, il n'en ressentait aucune gêne. Bien au contraire même, il voyait bien qu'il commençait à se faire oublier. Et il fallait avouer que ça l'arrangeait plutôt pas mal.

Tandis qu'il portait toujours son regard sur l'Ohime, il aperçut accroché à sa ceinture un pot d'encre sans toutefois distinguer la plume juste à côté. L'idée qu'elle puisse s'en servir pour écrire ne l'avait même pas effleuré alors que cela était pourtant logique étant donné qu'elle écrivait pour les autres. La seule chose qui lui vint à l'esprit fut qu'il s'agissait de poison. Réalisant ceci, il cessa de respirer comme si l'air était imbibé de ce poison qu'il avait inventé.

La musique et les chocs répétés provoqués par Lounou commencèrent à l'étourdir. Puis cette danse étrange, il n'arrivait plus à la supporter. Il se leva, faisant craquer douloureusement ses genoux au passage, et resta quelques instants planté ainsi à observer la scène qui se jouait sous ses yeux. Cela était bien trop pour lui, il en était même effrayé. L'idée que cela se termine en hécatombe lui effleura l'esprit.

Il ne souhaitait plus qu'une chose désormais, quitter cette ambiance au plus vite, retourner sur le pont du navire et respirer lentement pour reprendre ses esprits. Sans dire un mot à personne, il commença à se diriger vers la sortie, puis en passant près du couple qui dansait, il porta sa main à la ceinture de Sekhmet sans que celle-ci ne s'en aperçoive. Elle semblait bien trop occupée par Meriel qui monopolisait toute son attention en la fixant comme il le faisait. Il venait de récupérer son petit pot d'encre, pensant qu'il s'agissait de poison. Mais il voulait le vérifier par lui-même afin d'en être certain. La main refermée sur ce petit objet tremblait tant il était inquiet de découvrir la vérité. Au fond de lui, il avait surtout peur de se faire surprendre. Si jamais on l'attrapait la main dans le sac, comment pourrait-il justifier un tel acte sans devenir suspect ?

Antiphane se précipita donc vers la sortie en espérant passer totalement inaperçu. Mais alors qu'il arrivait en haut des escaliers, le pot qu'il tenait d'une main tremblante s'en échappa et dégringola jusqu'en bas. Horrifié, il le vit glisser jusqu'aux pieds de tous, mais sans toutefois se briser. Durant un bref instant il hésita à aller le récupérer, mais il préféra finalement sortir en priant Amroth que cela passe inaperçu et que si jamais Sekhmet le découvrait, qu'elle pense l'avoir fait tout simplement fait tombé.

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Le long du fleuve

Messagepar Sekhmet Hékénou » 23 Aoû 2014, 22:16

La musique était vraiment belle et elle était prête à passer à autre chose, non pas pour le bien du cortésian mais le sien et sa mission, du coup elle accepta de se laisser entraîner dans une danse et fit de son mieux pour y mettre de la coopération. De plus elle appréciait la jeune orphe, elle n'aurait pas voulu la vexer alors qu'elle jouait de bon cœur. Ainsi pendant quelques minutes elle perdit de vue Antiphane et n'y fit plus attention. Elle ne se doutait pas de l'effet qu'elle avait pu produire et à quel point il était entrain de se faire des films. Cependant elle aurait su, elle en aurait été ravie, surtout après ce qu'il avait pensé tout haut. Mais non elle préférait profiter de ces quelques instants volatiles et frivoles pour se retrouver comme dans une autre vie, une autre elle qui aurait fait des autres choix.

Il lui sembla à un moment qu'un des pirates fit un mouvement qui la bouscula, mais elle ne se retourna pas et continua à danser en tapant du pied pour suivre la musique lascive, douce et entraînante que produisait Kalavati. Les autres s'y étaient mis aussi et l'accompagnait. De son coté elle admirait leur joie de vivre et de profiter de l'instant car elle avait toujours eut difficile à ne pas penser à toute chose comme si elle devait les contrôler mais parfois, comme à cet instant, elle pouvait se lâcher. Soudainement elle entendit comme un bruit retentissant de quelque chose qui roule et se retourna vivement sur ses gardes, levant les babines.

La porte se fermait sur Antiphane, encore, décidément il était fan du grand air, et au bas de l'escalier se trouvait ... mais oui son pot d'encre !!! Comment était-ce possible ? Avait-il voulu lui dérober? Ou alors il était tombé alors qu'elle faisait un mouvement trop brusque - Et regardant la musique fallait vraiment vouloir -. Elle se précipita pour récupérer ce trésor qu'elle porta à son cœur et considéra la sortie qui donnait sur le pont. Elle aurait bien eut quelques comptes à régler avec cet homme là et elle serait bien arrivé par derrière pour le terroriser car elle en mourrait d'envie. Mais bien qu'elle le soupçonna elle n'avait pas la preuve formelle de ce qu'elle soupçonnait.

"C'est le pot d'encre que j'utilise pour mon travail" expliqua Sekmeth en se retournant et voyant tous les yeux fixés sur elle "il à du se détacher de ma ceinture pendant cette agréable danse et d'ailleurs kalavati, laissez moi vous dire que vous êtes très douée, j'aurais souhaité moi-même joué d'un instrument..."

Elle rangea sa bouteille non sans maudire Antiphane intérieurement, quand ce serait le moment elle aurait une bonne explication avec lui mais elle avait estimé que ça aurait été très malpoli de quitter ces hôtes de façon aussi cavalière, un suffisait, elle n'allait pas s'y mettre et jouer l'enfant gâtée. D'ailleurs elle ajouta avec une pointé d'ironie teintée d'une légère malveillance

"Je me demande si votre ami n'a pas le mal de mer, il n'arrête pas d'aller et venir, peut-être devrions nous s'inquiéter de sa santé ... ou alors il est claustrophobe et ne supporte pas d'être enfermé, voulez-vous que nous allions nous en inquiéter prêt de lui ensemble ?"

Et voilà, si elle pouvait l'agacer de cette façon ce serait parfait, sinon, on l'attendrait, mais allait-il revenir ? Dans quel état? Et se composerait-il une attitude ? Certainement selon elle, ce qu'elle ne comprenait vraiment pas par contre, à moins qu'il est su la magie de cette encre c'est pourquoi il avait tenté de la voler, jamais elle ne se serait imaginé le scénario qu'il avait développé dans sa tête. Elle se tourna vers leurs hôtes et demanda


"Ou alors nous continuons tous à danser ?" Comme la cigale, mais personne ne sait qui est la cigale à part la fourmi et surtout pas dans ce monde.

Avatar de l’utilisateur
Sekhmet Hékénou

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Kalavati Sohalia » 28 Aoû 2014, 03:00

Chacun à bord du navire semblait apprécier la douce et envoûtante musique du Bansuri qu'elle jouait en restant assise en tailleur, et Kalavati en était satisfaite. Surtout quand Lounou commença à l'accompagner.
Enfin tous... sauf Antiphane peut être. Ou alors ne supportait il vraiment pas d'être la compagnie de l'autre féline. Il avait bien fait comprendre par pensée qu'il avait un soucis avec elle.

D'ailleurs Kalavati le vit se lever et aller essayer de prendre un objet à la ceinture de l'autre fauve. Minette ne montra rien et continua à jouer... mais plus lentement. Comme si elle en était contrariée. Elle l'était réellement. Sérieux, qu'est-ce qu'il prenait à Antiphane ? Il devait pourtant avoir conscience qu'elle pourrait lui régler ses comptes s'ils avaient l'occasion de se retrouver tous les deux seuls. Et cela brisait le cœur de Kala. Antiphane avait l'air pourtant si sympathique. Elle ne voulait pas qu'il lui arrive de mal.

D'ailleurs elle finit par perdre un peu ses moyens et fut forcée d'arrêter de jouer, baissant la tête, n'osant même pas regarder Sekhmet.

« Merci. V... tu... vous... vous savez ça s'apprend assez facilement. Enfin... j'ai appris assez facilement. Miaou
- Ah ? Vous pourrez m'apprendre moi aussi ? »
demanda Lounou.

Kalavati eu à peine le temps de répondre par un signe de tête que Sekhmet fit allusion à Antiphane.

« Peut être. J'ai l'impression aussi qu'il a du mal à rester avec d'autres personnes. Il est assez solitaire il me semble. Miaou »
Meriel regarda Sekhmet. « On devrait peut être s'assurer qu'il ne lui arrive rien en effet. Merci pour votre musique, Kalavati. Vous pouvez rester ici jouer si vous voulez. À moins que vous vouliez voir votre ami ? Vous semblez bien le connaître ».

Minette resta tête baissée, se demandant vraiment que faire. Laisser Sekhmet aller voir Antiphane toute seule était... risqué ? Le laisser seul tout simplement était peut être risqué aussi. Et pourtant elle aurait aimé continuer à jouer.

« Bon... je reprendrai tout à l'heure... promis ».
Locia la regarda avec un peu de déception mais aussi de la compréhension, pendant que Kalavati rangea son Bansuri et se leva pour se diriger vers la sortie.

Une fois sur le pont, elle regarda derrière elle... se demandant si Sekhmet allait vraiment suivre... et considéra Antiphane.

« Que... que se passe-t-il Antiphane ? Miaou ? T'es sûr que ça va ? ».

Avatar de l’utilisateur
Kalavati Sohalia

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Antiphane Bevnadin » 01 Sep 2014, 23:58

La jolie Orphe le rejoignit sur le pont du bateau. Il se retourna soudainement, craignant un instant de voir Sekhmet qui voudrait le retrouver pour un règlement de compte. Mais il soupira de soulagement lorsqu'il vit qu'il ne s'agissait pas d'elle. Il était peut-être un peu trop à cran pensait-il, car comment pourrait-elle être certaine qu'il ait cherché à lui voler son pot d'encre ? Il se pouvait même qu'elle n'ait toujours pas remarqué qu'elle l'avait perdu.

« Je te remercie Kalavati, tout va très bien. » Puis il fut interrompu par un bruit de pas qui montait jusqu'à eux. En tête il y avait le capitaine qui semblait soucieux et à sa suite se trouvaient Loicia et Lounou tout aussi inquiet. 

Antiphane ne supportait pas qu'on lui porte autant d'intérêt. Ce qu'il voulait, c'était se faire oublier ou qu'on se contente de l'ignorer. Certains n'aimaient pas compter pour du beurre, mais lui appréciait tout particulièrement disparaître de l'esprit des gens. Il ne fit pas attention à savoir si Sekhmet les avait suivi ou non. Mais il remarqua que chacun le regardait comme s'il avait été un fantôme.

« Je disais à Kalavati que tout allait bien. Je suis juste malade je crois... » Cela était un véritable mensonge, car il ne ressentait même pas le va-et-vient du bateau. On aurait même dit qu'ils étaient à l'arrêt ! « D'ailleurs, je suis sorti en trombe, je tiens à m'excuser si j'ai bousculé l'un d'entre vous. »

Au moins, si jamais l'un d'eux avait eu des doutes sur lui tout à l'heure, Antiphane était maintenant tranquille. Il joignit ses deux mains, totalement mal à l'aise, comme s'il attendait qu'on le gronde ou non. Fort heureusement, la nuit commençait à tomber et on le fit remarquer. Il était même désormais possible d'être sensible à cette senteur que seule une nuit sur un fleuve pouvait offrir.

« Cette danse m'a donné chaud ! » S'exclama Loicia. « Et je commence à avoir froid avec cette nuit qui tombe, nous devrions peut-être penser à aller nous coucher, non ? »

L'idée d'aller dormir en compagnie de ces personnes angoissa une nouvelle fois le cortésian. Il n'arrivait pas à faire totalement confiance aux gens, même s'il se doutait que jamais ces trois marginaux ne feraient de mal à une mouche. De même pour Kalavati, elle paraissait bien trop aimable pour être une menace. Bien que que les plus aimables étaient parfois les plus fourbes... Non, celle qui lui posait le plus de soucis était cette Ohime. Jamais il ne pourrait dormir sereinement en sa compagnie. Il lui était même totalement impossible de s'endormir dans de telles conditions. Il se risqua malgré tout à poser des questions sans trop paraître soucieux.

« Comment allons-nous faire pour dormir tous ensemble sur ce bateau ? »

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Le long du fleuve

Messagepar Sekhmet Hékénou » 03 Sep 2014, 19:44

Sekhmet aurait pu rester derrière, au fond elle ne souciait que peu de la santé du cortésian mais cela aurait été impoli et elle avait été élevée de façon à ne jamais l'être ou le moins possible. Bien sur il arrivait depuis qu'elle avait quitté ohime Quinah qu'elle se laisse emporter tellement les autres races parfois pouvaient se révéler agaçantes mais elle faisait malgré tout de son mieux. Dans le cas présent, elle suivit donc le reste de la troupe, un peu en retrait, observant et écoutant les échanges. Visiblement Antiphane mentait, elle pouvait détecter cela à certaines choses que ses yeux de lynx détectaient mieux que les humains, même que les orphes parfois, n'en déplaise à la jolie minette qui semblait malgré tout véritablement préoccupée par le sort de son compagnon de voyage. Surement elle s'y était attaché par la force des choses, comme quoi, il reste toujours de l'espoir même pour un cortesian.

"Ah bien si jamais vous avez des hamacs ou un truc qui y ressemble, je veux bien y passer la nuit, vous n'imaginez pas les endroits ou j'ai parfois été obligé de dormir, la belle étoile est loin de me faire peur, au contraire ..."

Elle n'était intervenue que quand il avait été question de dormir, s'était rapproché prudemment tout en tripotant son petit pot d'encre sous le nez de l'homme - petite vengeance personnelle -, sans rien rajouter à ce sujet. Elle avait préféré taire ses doutes, commencer maintenant aurait été des plus maladroits et aurait trop attiré l'attention. Taquiner Antiphane par contre, était pour elle extrêmement amusant, même si ça ne relevait de la gentillesse qu'elle était supposée montrer le plus souvent comme on lui avait enseigné. Tant pis, un sourire apparu sur son visage alors qu'elle s'adressait au Cortesian

"Je suis contente de voir que vous allez bien, nous arriverons sûrement demain, après une bonne nuit de sommeil et les pieds sur la terre ferme vous serez à nouveau gaie comme un pinson"

Bien sur, elle douta que ce soit jamais le cas, de plus elle aurait bien eut envie de le tapoter dans le dos mais se retint sachant que c'était un bien vilain jeu, il avait sans doute comprit désormais qu'il serait mieux de ne pas recommencer une telle entreprise. Curieuse elle aurait voulu savoir en quoi son pot d'encre l'avait poussé à un tel geste mais probablement cela resterait pour elle un des grands mystères de cette vie. Elle se tourna vers l'équipage tout en embrassant kalavati sur la joue avec douceur.

"Merci pour votre musique, vous êtes une musicienne douée et de toute évidence une amie précieuse, j'espère qu'Antiphane vous apprécie à votre juste valeur" puis regardant le capitaine "Merci pour ce thé, cette conversation, cette danse et le chemin parcouru avec vous, nous irons boire notre verre demain si vous le souhaitez toujours, mais il est temps comme il à été suggéré de faire un petit somme, auriez vous une couverture que je m'installe au mieux ?"

Aussitôt demandé, aussitôt reçu, un des marins était revenu très rapidement avec de quoi se réchauffer quand elle avait évoqué le hamac pour dormir sur le pont. Il lui semblait plus correct de laisser les garçons entre-eux, même si la galanterie aurait voulu qu'ils leur laisse l'intérieur mais il étaient plus nombreux et son éducation lui interdisait de dormir en compagnie d'un homme autre que son époux et elle n'y dérogerait pas. Elle se tourna vers l'orphe lui proposait

"Si vous voulez vous pouvez restez avec moi, nous discuterons à la belle étoile, mais je comprend que vous preniez soin de votre ami, à moins qu'il ne veuille rester dehors aussi ? Il ne semble pas aimer être confiné"

Avatar de l’utilisateur
Sekhmet Hékénou

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Kalavati Sohalia » 10 Sep 2014, 02:31

Le cortesian disait que tout allait bien et pourtant, çe n'avait pas du tout l'air d'être le cas. D'ailleurs, il le confirma un peu alors que les autres arrivèrent. À savoir s'il était vraiment malade ou si c'était dans sa tête, ou tout simplement du mensonge c'était encore une question. Et même si c'était du mensonge, cela ne peut-il pas se traduire par un mal être ?

« Allons, ça va aller Antiphane. Miaou » lui souffla-t-elle tout en lui posant une main sur le front, le doux duvet de la minette chatouillant alors très probablement la peau du cortesian.

Laissant retomber sa main elle se tourna vers Loicia et Lounou. D'ailleurs c'était quoi cette histoire d'avoir chaud et froid... En même temps ?
« Chaud et froid ? Vous êtes sûr que vous n'êtes pas malade aussi ? Ou alors faites attention à ne pas l'être. Miaou ».

Minette se retourna vers Antiphane pour lui répondre.
« Comment on va faire ? On devrait pouvoir se serrer un peu. Enfin s'ils nous proposent cela c'est qu'ils sont habitu... ».

Elle n'en dit pas plus pour laisser Sekhmet répondre...

« La belle étoile ? C'est aussi une idée... Miaou »
Kalavati se tut un instant, observant vaguement l'attitude de Sekhmet face à Antiphane. Attitude qui ne lui plaisait spécialement. Enfin, les deux avaient une attitude un peu pénible au final. Vraiment pas sortables !
Même si minette fut un peu surprise par le bisou sur la joue.

« Ah ? Euh... merci... »

La féline se tut à nouveau en voyant un de leurs hôtes arriver avec de quoi dormir, prenant alors une couverture pour se réchauffer aussi. Dormir à la belle étoile était intéressant mais l'humidité qui s'incrustait entre les poils, on pouvait avoir froid au bout d'un moment.

« Je vais rester avec vous... miaou... par contre euh... pffffff...rien... enfin, vous me réveillez si quelque chose se passe ? »
Elle s'était un peu ravisée alors qu'elle allait être sur le point d'évoquer ce qui lui prenait quand elle dormait... mais elle avait finalement préféré taire le soucis. Et finalement elle se dit qu'elle avait peut être eu raison de ne pas dormir avec les marins, peut-être que ceux-ci auraient paniqués.

Kalavati fixa Antiphane, se demandant ce qu'il allait faire... et plus vite que prévu, elle sombra dans le sommeil alors qu'elle avait commencé à faire son ronron Ujjayi. Cela plus sa musique lui avaient fait grand bien... c'est alors que... elle s'exprima...

« Vous allez payer ce que vous avez fait ! Vous serez condamnés de toute façon ! Ah ah ah ah ! ».
La voix était étrangement rauque et le ton employé ne ressemblait pas du tout à celui de Kalavati... Mais qu'est-ce qui pouvait bien lui prendre ?

Avatar de l’utilisateur
Kalavati Sohalia

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Antiphane Bevnadin » 14 Sep 2014, 11:37

Antiphane ne manqua pas la provocation de Sekhmet. Elle s'amusa à jouer avec le pot d'encre alors qu'il la regardait. A tous les coups elle avait fait le rapprochement avec lui. Il n'en doutait pas un seul instant, au contraire même. C'était bien le genre de personne à comprendre rapidement. Et plus une personne était intelligente, plus elle était dangereuse. Il était facile de se prémunir contre l'ignorance des autres, mais il était impossible de prévoir quoique ce soit chez quelqu'un qui réfléchissait. Puis lorsqu'elle lui adressa la parole, il sentit un long frisson le saisir.

« Demain, lorsque nous serons sur la terre ferme, ça ira beaucoup mieux, j'en suis sur. » Il ne manqua pas de répondre à sa menace. Oui, il était désormais certain qu'elle parlait de la terre ferme pour le menacer, car elle avait précisé que tant qu'ils seraient sur le bateau, rien ne se passerait entre eux. Mais une fois en ville, rien ne l'empêchera d'agir.

Alors qu'il attendait avec impatience leur arrivée à Guttenvald, il était désormais plus réticent à l'idée d'arriver là-bas... Il lui restait une nuit pour réfléchir, c'était suffisant. De toute manière, il n'avait pas l'intention de s'endormir, c'était bien trop risqué de sombrer dans un profond sommeil en présence d'inconnus. Puis cela lui laissait le temps de penser au lendemain.

On proposa alors que les femmes dorment dehors, à la belle étoile comme il avait été précisé. Antiphane approuva, car dormir dehors ne lui semblait pas être une très bonne idée et encore moins en présence de Sekhmet. Il fallait avouer que l'idée de laisser Kalavati dormir dehors, seule avec les autres, le dérangeait quelque peu. Mais égoïstement, il préférait que ce soit elle plutôt que lui. Ainsi, il ne broncha pas quand la décision fut prise.

« Donc les femmes sur le pont pour profiter de cette belle nuit étoilée et les hommes en bas ! » Résuma le capitaine. Très bonne idée ! Au moins, Antiphane pourra s'enfermer et se protéger de tous les dangers de la nuit.

Des hamacs furent installés et la première à se coucher fut Kalavati. En même temps elle devait être épuisée après s'être tant donné sur scène. Et alors qu'il se préparait à descendre pour aller se coucher, une grosse voix retentit, le faisant ainsi sursauter. Ses jambes se mirent même à trembler, car tout le monde regardait autour de soi afin de voir d'où elle pouvait provenir. Ce fut Lounoux qui s'exclama le premier.

« Regardez ! Kalavati parle dans son sommeil ! »

Un petit groupe se forma bien rapidement autour d'elle. Avec précaution, Antiphane intégra le cercle afin de satisfaire sa curiosité, mais aussi pour se fondre dans la masse. Car rester seul en cas de danger était la pire des idées. On aurait dit que la jeune Orphe était possédée, elle remuait les lèvres et une voix qui n'était pas la sienne s'en échappait. Il se jeta alors sur elle dans le but de la réveiller et se mit alors à la secouer. Le capitaine, à son tour, se jeta sur lui pour l'éloigner. On le tira pour qu'il arrête de la secouer comme il le faisait, mais il résistait, cherchant à tout prix à la réveiller tant cette situation l'effrayait. Puis une seconde personne le tira par les épaules. Il recula alors, repoussant ceux qui l'avaient empêché d'agir. Puis il chercha Sekhmet du regard et quand il la vit, il la pointa d'un doigt accusateur.

« C'est vous ! C'est vous qui l'avez mis dans un tel état ! »

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Le long du fleuve

Messagepar Sekhmet Hékénou » 15 Sep 2014, 16:15

Sekhmet était loin d'imaginer l'effet que ses petites provocations donnaient sur Antiphane, oui c'était bien un peu recherché, après tout il lui avait bien volé sa précieuse encre - ou tenter de le faire ce qui revenait au même pour elle -, pour elle c'était donc de bonne guerre. Probablement dans d'autres circonstances serait-elle aller le trouver une fois à terre pour lui dire son fait car elle n'aimait pas faire honte publiquement à d'autres, c'était dans son éducation. De plus il n'était pas question qu'elle se fasse encore remarquer c'était bien assez, de un pour que sa mission reste bien protégée et de deux tout simplement parce qu'elle n'apprféciait pas cela.

Elle ressentait une certaine bienveillance envers Kalavati et fut bien heureuse que celle-ci accepta de dormir auprès d'elle, une fois en possession de bonnes couvertures elle leur prépara un endroit agréable ne faisant pas trop attention au reste de la conversation, les hommes étant d'accord pour rester à l'instérieur et bien qu'elle les apprécia elle ne souhaitait pas trop savoir ce qu'ils préparaient pour leur soirée. En fait elle était si bien absorbée que ce fut l'étrange voix de Kalavati qui la fit sursautée et elle se redressa se demandant ce qui se passait.

Il y avait là tout un attroupement et le cortésian semblait perdre littéralement la raison à essayer de la secouée comme un prunier. Etait-il devenu fou ? Sur le coup elle ne tenta rien car elle ne savait vraiment pas ce qui se passait de plus, il lui semblait qu'il fallait de l'air à Kalavati et il y avait déjà bien assez de personnes s'affairant autour d'elle. Elle resta donc en retrait à observert alors que l'équipage tentant de calmer Antiphane jusqu'à ce qu'il l'aperçoive, la montre du doigts et l'accuse ...

Et Bien en quelques heures il avait réussi à penser tout haut à son sujet, lui dérober son encre et l'accusée d'être un démon sans doute. Cela la mettait de très mauvaise humeur, mais elle ne paniqua pas, car c'était une personne posée qui laisse tomber un silence lourd sur l'accusation d'Antiphane avant de déclarer :

"Si j'étais capable de telles choses dites vous bien que vous seriez déjà hors de ma vue depuis très longtemps"

Vu qu'il ne cachait plus ses soupçons elle faisait de même, mais comme il était bien tenu, du moins elle l'espérait elle se pencha alors vers Kalavati, après tout le vrai problème se trouvait là et lui posa une main sur l’épaule tout en demandant avec une étrange politesse

"Kalavati, réveillez-vous je pense que vous faites un cauchemar" puis se tournant vers l'attrouppement elle demanda "quelqu'un aurait-il des sels pour la réveiller; s'est-elle endormie directement ou à t'elle perdu connaissance "

Non Sekhmet n'était pas une guérisseuse mais son éducation lui avait donné des bases sur tout et bien qu'elle ne pu pas guérir une grave maladie elle pouvait un peu diriger les recherches sur ce qu arrivait à kalavati. Bien qu'ayant entendu parlé des pele'je, elle n'en avait encore jamais croisés et ne se doutait pas un seul instant que c'était de cela qu'il pouvait être question. Puis elle s'adressa à nouveau à Antiphane, non qu'elle le souhaita mais la situation faisait qu'elle ne pouvait pas l'éviter

"Venez ici, près d'elle, elle à confiance en vous et aura besoin d'un ami, je suppose que vous pouvez faire cela sans m'accusez, après si vous le souhaitez nous réglerons nos comptes en attendant j'ai besoin que vous la rassuriez" puis s'adressant au reste de l'équipage "c'est bon lâchez le et trouvez nous peut-être de quoi redonner des forces à cette jeune femme"

Avatar de l’utilisateur
Sekhmet Hékénou

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Kalavati Sohalia » 22 Sep 2014, 04:04

Très loin à présent de cette histoire de pot d'encre, de ces suspicions entre Antiphane et Sekhmet... Kalavati ne se rendait même pas compte de ce qu'il se passait.

Cela dit elle faisait un rêve un peu étrange. Elle se voyait à bord d'un bateau, et sentait un danger arriver. Il lui sembla voir une créature approcher. Un énorme dragon pour être exact... Elle reconnu ce dragon... c'était celui qui l'avait enlevée et jetée dans le fleuve. Et pourtant, dans ce songe, la créature était loin même si ça semblait la surveiller...

Pendant ce temps.

« Ah ahahah, vous avez peur ! Mais oui misérables êtres, vous pouvez ! Vous avez pris des choses qui m'appartiennent, vous vous croyez tout puissants, mais vous n'êtes rien d'autres que... des destructeurs !... »

Kalavati... ou peut être ce qui la possédait grogna alors qu'Antiphane se jeta sur elle.

« Lâche moi imbécile ou tu vas le payer ! »
Sur ces mots, minette – enfin... si tant est que c'était bien elle ? - se débattit violemment et essaya d'étrangler celui qui venait de se jeter sur elle, tout en grognant et en crachant, faisant sortir des griffes acérées des jolies et fines papattes normalement toute douces. En gros, à imaginer aussi le cri du chat en colère sur le coup...

Elle les fixa méchamment alors que Sekhmet s'approchait d'elle, et lui envoya un crachat à elle aussi (comme ça, pas de jaloux. ^^).

« Ne vous approchez pas ! Rrraaaaaah ! ».

Avant de fermer les yeux à nouveau et de s'affaler sur le hamac... avant de rouvrir les yeux.

Kalavati vit Sekhmet penchée sur elle, une main sur l'épaule, en train de lui parler.

« Un cauchemar ? Euh... je ne sais pas, je voyais une espèce de créature au loin dans les airs, mais euh... j'ai... euh... j'ai crié ? »

Elle se leva doucement, voyant les uns et les autres autour d'elle, un peu apeurés.

« Mais quoiii ? Miaou ? Il se... il se passe quoi ? Pourquoi vous me regardez comme ça, tout va bien, je... je vous assure. Miaou ! ».

Avatar de l’utilisateur
Kalavati Sohalia

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Antiphane Bevnadin » 22 Sep 2014, 11:29

Il semblait que Sekhmet n'avait rien à voir avec l'état dans lequel se trouvait la pauvre Kalavati. L'accusée se défendait d'une drôle de façon, car elle expliqua à Antiphane que si elle avait les capacités pour faire ce genre de choses, c'est lui qui aurait été victime de sa folie. Enfin, il avait désormais une preuve qu'elle avait une dent contre lui. Il la fusilla presque du regard, sans toutefois se montrer agressif. Puis lorsqu'on lui proposa de venir secourir Kalavati, il refusa.

« Vous avez vu ses réactions ? Je ne me rapprocherai pas d'elle une fois de plus ! »

Il l'abandonnait lâchement, mais il ne voulait pas se risquer à l'aider. Il estimait regrettable de la voir comme ça, dans une telle situation, mais il n'avait aucun moyen pour lui venir en aide. Et même si cela avait été le cas, il ne l'aurait pas aidé si c'était pour prendre des risques.

Enfin, Kalavati se réveilla de sa micro frénésie et ne semblait pas comprendre non plus ce qui venait de se produire, ce qui effraya encore plus le cortésian. Il la regarda, comme tout le monde, mais la peur pouvait se lire dans ses yeux. Voir un fantôme, un monstre sortant des mythes pour enfant aurait produit un même effet. Il recula de quelques pas lorsque Kalavati se redressa, perplexe.

« Pourquoi on vous regarde comme ça ? » Répéta-t-il bêtement lorsqu'elle les interrogea. Elle devait être sacrément folle pour ne pas être consciente de l'état dans lequel elle avait été. Encore, elle aurait été au courant, encore elle aurait maitrisé la situation, Antiphane aurait pu avoir confiance en elle. Mais ce n'était pas le cas, elle semblait totalement inconsciente du mal qui la rongeait. Quel mal ? Il n'aurait pu le dire à sa place et cela ne l'intriguait guère plus. Kalavati était une fille tout à fait charmante, gentille, mais il n'était plus possible d'avoir confiance en elle. Comment s'assurer qu'une nouvelle crise ne se déclare pas ?

« Tout ne va pas bien, non ! » Puis il se retourna pour redescendre loin de tous ces tarés. Il était accompagné de Sekhmet qui le menaçait ouvertement. Au moins, elle, elle en était consciente et il pouvait savoir à quoi s'attendre avec. Mais concernant Kalavati, elle était désormais bien trop versatile aux yeux du cortésian qui ne savait plus comment être avec elle. Car à tout instant il pouvait redouter une nouvelle crise.

La nuit était déjà bien entamée désormais et il suffisait de lever les yeux pour voir un ciel étoilé. Au moins, il y avait un peu de lumière, ce qui le soulageait quelque peu. Le noir, les ténèbres avaient un effet angoissant chez lui. Il craignait de ce qui pouvait se cacher dans les recoins obscures.

« Je suis fatigué et je vais me coucher. » Sans s'excuser, sans avoir souhaité une bonne nuit à ses compagnons, il descendit enfin à l'abri. Se retrouver seul était pour lui une sorte d'abri, tout bonnement parce qu'il n'y avait personne à craindre, personne à surveiller. Ainsi il pouvait se retrouver serein et plutôt calme, même s'il ne l'était jamais vraiment.

Il s'installa dans le coin le plus reculé, le plus éloigné des escaliers. C'était peut-être futile comme détail, néanmoins il était rassuré à l'idée d'être le plus loin possible de toute intrusion. Il s'allongea alors de façon à toujours avoir un œil sur l'unique, à sa connaissance, entrée et sortie. Mais il ne comptait pas fermer l'oeil, il avait bien l'intention de guetter toute la nuit. Par conséquent, il laissa quelques bougies se consommer dans le but d'y voir plus clair.

La nuit allait être longue, vraiment très longue pour le cortésian qui n'attendait qu'une chose. Partir le plus loin possible de cette situation terrifiante. Il commença dès lors à réfléchir à la manière de se débarrasser de Kalavati, puisqu'ils étaient sensés se rendre à la bibliothèque de Guttenvald ensemble pour faire des recherches sur les Pelel'je. Une pensée fugace lui traversa l'esprit et il se demanda pourquoi elle s'intéressait à de telles recherches...

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 38
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Le long du fleuve

Messagepar Sekhmet Hékénou » 23 Sep 2014, 16:53

Bien sûr qu'elle le menaçait et comment aurait-il pu en être autrement après toutes les provocations qu'il avait faites contre sa personne, ne s'en apercevait-il donc pas ? Elle se posait ironiquement les mêmes questions que lui à l'égard de Kalavati, et quand elle l'avait menacé, il avait presque eut un air triomphant. Elle l'aurait bien empoigné là pour lui dire toute sa façon de pensée mais elle fut distraite par l'attitude un peu folle et excessive - pour le moins - de Kalavati. Même elle reçut un beau crachat dans la figure, ce qui la fit s'éloignée légèrement. Elle s'essuya avec frénésie car c'était des choses auxquelles elle n'était pas habituée.


Elle ne connaissait pas ce genre d'agissement, ou plutôt elle aurait dans le temps fait parti de ceux qui auraient eut le droit de cracher, c'était une grave injure, et elle ne pouvait l'accepter, tout en même temps elle savait que la situation n'était pas la même et qu'elle devait s'adapter. Dans un cas pareil et malgré toute l'amitié qu'elle éprouvait pour la jeune femme il allait lui être difficile de continuer à voyager avec elle. Comme elle l'avait invité à dormir il lui était difficile de se dédire et forçant sa nature elle revient vers cette dernière pour s'apercevoir que le cortésian en profitait pour se sauver loin de toute cette pagaille.

"Tu parles d'un homme courageux" murmura t-elle plus pour elle même que les personnes présentes

Le capitaine et l'équipage s'affairait autour de Kalavati alors elle resta un peu loin jusqu'a ce que ce que les choses semblent s'apaisées pour les uns et les autres du fait qu'elle avait l'air à nouveau elle-même. Pour autant qu'on sache qui elle était vraiment car Sekhmet venait à se poser des questions mais même si cette dernière avait eut un geste inconvenant envers elle, elle ne se résignait pas à la laisser avant qu'on ait atteint la terre ferme.

"C'était un cauchemar très prenant en tout cas, vous aviez l'air très en colère et vous ne vouliez pas qu'on vous approche" finit par dire l'ohime en se rapprochant de la jeune Orphe. Ses oreilles se dirigeant dans tous les sens montraient son inquiétude et ses moustaches frétillaient avec vigueur car elles avaient captées une odeur inhabituelle qui à présent s'était envolée.

"Ca à du vous sembler réel, mais nous n'avons vu personne en plus, à moins que cet ennemie soit invisible il ne peut s'agir à mon avis que d'hallucinations venant de vos rêves. je pense que le mieux serait que vous vous recouchiez et je veillerais sur votre sommeil"

Se tournant vers les autres elle fit un geste de la main pour leur signifier de rejoindre le couard Cortesian ce qu'ils s'empressèrent de faire, certainement trop contents de ne pas tremper dans cette nouvelle histoire un peu bizarre. Elle s'installa sur une vieille caisse qui traînait là et souriant à kalavati rajouta ; "Reposez vous, je reste à veiller, nous arriverons sûrement à l'aube, je vous éveillerais et vous irez chercher votre ami car je suis certain qu'il ne tient plus de pouvoir enfin être à quai" Car elle était bien décidé à ne plus s'endormir.

Avatar de l’utilisateur
Sekhmet Hékénou

Crédit: Fermé

Re: Le long du fleuve

Messagepar Kalavati Sohalia » 30 Sep 2014, 00:50

Mais qu'est-ce qu'ils avaient d'un coup à se méfier d'elle ? Kalavati n'avait pourtant tué personne... ou alors elle l'ignorait totalement, et c'était vraiment le cas, cela la dégoutait au plus profond de son âme.
Cela dit, ce n'était pas la première fois que des gens se méfiaient d'elle. Déjà son entourage, en particulier ses parents, s'étaient posé des questions, et l'avaient envoyée à l'aventure.

Des instants très pénibles pour elle, qui se sentait rejetée injustement, elle ne savait même pas pourquoi.

« Tout ne va pas bien ? Miaou ? Mais... mais... m-m-mais... j'ai fait quoi ? »

Voyant les réactions d'Antiphane ainsi que celles de l'équipage et même de Sekhmet, cela brisa le cœur de minette qui sentit de chaudes larmes envahir ses yeux.

Elle en vint à sangloter, et à pleurer franchement, alors qu'elle était à présent seule, même si elle entendit Sekhmet revenir vers elle.

« Je ne comprends p-p-pas *sniffff* co-co-comment j'ai pu faire... ce genre de... de... de cauchemar, j'aime la c-c-compagnie des... des autres. *snifff* J'aime... être... avec v-vous... Miaou... Mais... ce n'est plus... plus... *sniffff* vo-votre cas n-n-non plus... Dé-désolée. *sniffff* Je-je ne veux pas être un... un fardeau. Miaou ».

Et elle se mit à pleurer à ne plus pouvoir s'arrêter, ne comprenant pas ce qu'il se passait, pourquoi elle finissait toujours par être méfiée à évitée.

Dans un instant de légère accalmie, elle demanda encore.
« Que-que-que se passe-t-il... pitié... di-dite le moi ! *Snifff* Je... ne... pourrais pas... pas dormir ! Miaou »

Avatar de l’utilisateur
Kalavati Sohalia

Crédit: Fermé

PrécédenteSuivante

Retourner vers Lacs, rivières et océans

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron