En attendant que le vent souffle

Au beau milieu d'un désert aride, Ohime Quinah est déposée sur les rives d'un oasis luxuriant. Les Ohimes sont un peuple calme et pacifique vivant comme s'ils sortaient tout droit de l'Égypte antique.

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 21 Juin 2013, 18:21

La suite ici !

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 23 Juin 2013, 19:17

Précédemment
================================
Décidément, c'était assez impressionnant de voir le gosse s'énerver à ce point, si bien que je devais avoir les yeux écarquillés à l'entendre déballer toutes les humiliations qu'il avait pu subir par le passé, si bien que je devais soit avoir l'air très con, soit encore plus effrayant.
En tout cas, c'était une part de lui qui m'amusait, et bien dommage que je sois dans cet état car nul doute que j'aurais chercher à en profiter un peu! Un Benedikt sauvage a forcément de quoi être un peu attrayant! Je me laissais finalement entraîner dehors, la différence de température me fit légèrement suffoquer sur le coup et je ramenais donc ma capuche sur ma tête pour profiter de sa fraîcheur jusqu'à ce que finalement, il réalise qu'il était presque en train de me gueuler dessus

«Ssss'est pas grave. Je comprends. Viens, on va manger.» - presque une phrase entière sans avoir à siffler, pas mal! J'allais finir par trouver les bons mots pour ne pas avoir à me faire chier avec tout ça. Alors qu'on se faufilait pour rejoindre les petites rues commerciales et ainsi trouver une taverne où prendre notre petit déjeuner. Mais en cours de route, je m'arrêtais devant le panneau des missions de la ville et je venais afficher un air de surprise en voyant un truc

«Hey Regarde!!! Sssss'est pour ssssa que la raie géante nous zzzzz'a attaqués hier!» - je lui montrais une affiche où il était question d'un problème avec les modules ce qui faisait que les ranaai devenaient tarées et sautaient dessus sans réfléchir. En revanche, je me rendais compte que si on voulait en apprendre plus sur ces créatures, c'était ici qu'il fallait demander. Sauf que personnellement, je n'avais pas du tout envie de retourner dans le désert et risquer à nouveau de servir de boule de billard à une raie en furie, aussi je lisais l'autre avis de mission qui semblait déjà un peu plus sympa.

«T'as vu? Ils recherchent quelqu'un pour chercher des crisssstaux. Sssssa doit être intéressssant de vizzzziter sssses sssssous-ssssols?» - bon ben raté cette fois pour éviter les "s", en tout cas, ça valait le coup d'y réfléchir car mine de rien, ces souterrains devaient être aménagés visiblement pour que le peuple puisse y rester quelques jours, donc voir comment ils avaient fait leur compte pourrait être utile? Et puis, ces histoires de cristaux qui produisent de la lumière m'intriguent un peu aussi et j'aimerais bien voir ça de plus près.

Cependant, mon estomac se mit à gronder sérieusement aussi on laissait les panneaux pour le moment afin d'entrer dans la taverne juste à côté, de là, je demandais directement le petit déjeuner le plus copieux qu'ils pouvaient servir, évidemment, y'avait que du thé, mais au moins j'avais droit à plusieurs pâtisseries, un peu comme celles qu'avait pris le gosse la veille et qu'il avait englouties comme si sa vie en dépendait! Au moins, à défaut de faire l'amour, on se remplissait la panse!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 27 Juin 2013, 16:32

« Mais je n'ai pas faim, moi, je voulais faire l'amour... » gémit Benedikt en boudant comme un gamin, avant de soupirer et de porter la tasse de thé brûlant à ses lèvres. Le botaniste devait le reconnaître, ils faisaient du thé très bon ici, même si boire des boissons chaudes avec cette chaleur lui semblait plutôt étrange, le jeune homme avait assez de connaissances en biologie pour savoir que cela valait mieux d’apprécier. Et puis ce n'était pas ses envies qui lui coupait l'appétit, finalement, c'était seulement que le botaniste n'avait pas l'habitude de manger beaucoup au petit-déjeuner, voir tout simplement de le sauter. Aussi Benedikt piqua une pâtisserie en forme de croissant dans l'assiette de Vrass pour croquer dedans et lui laisser l'autre moitié, et reprit sa tasse.

Leur petite marche jusqu'à la taverne, et surtout les découvertes de Vrass, avaient au moins permis à Benedikt de se calmer plus ou moins et de se changer les idées. Après tout, comme sort, il y avait pire, non ? Certes, le botaniste était toujours incapable pour l'instant de regarder Vrass dans les yeux sans lui lancer un regard désemparé, mais avec un peu de chance, d'ici la fin de la journée, il s'y serait plus ou moins habitué, et ils pourraient enfin compléter leur programme avec ce qu'il avait prévu ce matin-là. Et puis il s'était déjà vengé, donc il n'y avait plus grand chose à faire. Autant attendre la fin de ce sortilège stupide et arrêter de se plaindre alors qu'il n'était même la véritable victime.

« J'aimerais bien visiter ses sous-sols, on devrait faire ça aujourd'hui, tu as raison ! Tu as déjà vu ces cristaux ? Je ne comprends pas comment ils peuvent briller... J'aimerais vraiment voir ça en vrai ! Et puis, on pourra toujours en profiter pour demander des précisions sur ces espèces de raies mantas géantes. Elles aussi sont vraiment étranges. J'aimerais bien savoir si--- »
Et hop, voilà que le botaniste était reparti, oubliant sa colère au profit d'une curiosité sans fin grâce à la magie de son caractère lunatique. Trop occupé sans doute à pépier ses interrogations à Vrass, même si ce n'était pas lui qui allait pouvoir lui répondre. Benedikt continua pendant un petit moment à divaguer à voix haute, avant de se taire pour finir sa tasse de thé et laisser le tatoueur manger en paix – il remarquait maintenant quand ce dernier commençait à fatiguer de devoir supporter autant d'énergie dès le matin -.
Le regard perdu dans le vague et un sourire naviguant sur ses lèvres, le botaniste attendit patiemment que Vrass ait fini de manger en rêvassant. Ce qui expliqua pourquoi il sursauta lorsque une serveuse vint déposer un plat entre eux deux. Benedikt cligna des yeux devant les galettes de pain qu'il faisait ici, avant de lever les yeux sur la jeune femme.

« Oh, vous êtes celle qui dansait hier ! » déclara-t-il assez bêtement.
« Bonne observation ! » s'amusa-t-elle avant de continuer avec un clin d’œil. « Offert par la maison, vous avez l'air de passer une journée un peu bizarre... »
« Ah, heu... » Benedikt suivit son regard jusqu'à Vrass. Oui, forcément, même dans l'obscurité relative d'hier soir, le tatoueur n'avait jamais eu l'air d'avoir des pupilles fendues, sans compter qu'il ne sifflait pas encore tout ses s à ce moment-là. « Oui... Enfin... » Qu'est-ce qu'il pouvait bien dire sur l'état de Vrass ? Pas grand chose... Par contre, elle aurait peut-être quelques informations utiles pour eux ?
« Est-ce que je peux vous poser une question ? Vous avez entendu parler des gens qui cherchent des volontaires pour aller chercher des cristaux dans les sous-sols du désert ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 27 Juin 2013, 17:57

http://nsm08.casimages.com/img/2013/06/20//13062012393916241211308532.jpg
Juste faire l'amour hein? Des fois j'ai l'impression qu'il est bien plus accro que moi! Faut dire que je suis un dieu en la matière n'est-ce pas? À cette pensée forcément je souris un peu avant de l'entraîner vers une petite taverne où on pourra nous servir un copieux petit déjeuner.

En chemin, j'étais tombé sur une affiche où il était question de percer le mystère de certains cristaux qui produisaient de la lumière. Benedikt n'avait pas dit grand chose sur le moment, fulminant encore un peu sa colère - bien que ça se manifestait plutôt par un air boudeur qui n'avait pas grand chose de menaçant - jusqu'à ce que finalement une bonne tasse de thé lui remette les idées en place. J'essayais de ne pas trop parler, ni trop le regarder en réalité car je voyais bien ce léger tressaillement chaque fois que nos regards se croisaient. D'une certaine manière, je savais que je le dégoûtais mais qu'il essayait de se convaincre en lui-même que c'était seulement le sort et non pas moi à proprement parler. Mais ça ne m'aidait pas à garder de la bonne humeur.

Finalement, il revint sur le sujet des cristaux et dans la mesure où je gardais les yeux baissés, un léger soupir sembla lui faire penser qu'il m'agaçait, mais c'était plutôt la situation qui m'énervait. Une fois de plus, à cause d'un sort à la con, je me retrouve coincé. On doit faire quelque chose qu'on n'a pas forcément envie de faire, à savoir aller se terrer dans un souterrain pour que personne ne me voit et qu'en même temps on n'ait pas envie de se jeter l'un sur l'autre.

Une serveuse apporta alors un plat de pain et je levais des yeux vers elle, bien qu'elle ne fut pas plus surprise que ça de mon apparence. Mais d'un autre côté, je n'avais pas encore ouvert la bouche donc elle ne pouvait pas faire le rapprochement entre mon état et notre «mauvaise journée»
«Merssssi» - ah ben voilà, maintenant elle le savait. Bref.

Benedikt en profita donc pour demander des renseignements à propos de la mission sur les cristaux
«Oh, vous pouvez aller directement sur place! On repère les Nafa'q à de grandes colonnes de pierre, vous ne pouvez pas les louper. Mais il vaudrait mieux louer une monture qu'y aller à pied, le désert est dangereux pour les étrangers.»

Bon, ben ça signifie qu'on ira à dos de hiéras donc. Il faudrait refaire le plein de la gourde aussi histoire de ne pas se retrouver à sec, et prévoir quelques provisions de fruits secs ou autres. Au pire, si on est coincés, je pourrai utiliser la perle de toute manière, c'est notre porte de sortie. Je levais de nouveau les yeux vers la serveuse qui me souriait tout de même malgré mon apparence repoussante
«À qui faudra t'il remettre les crissssstaux ssssi nous réussssissssons?» - elle se pinça légèrement les lèvres face au sifflement de ma voix avant de regarder autour d'elle et hausser les épaules
«Honnêtement, ça, je ne sais pas. Je sais que c'est une affaire que la Reyne suit personnellement, donc peut être que vous pourriez avoir l'immense honneur de la rencontrer si vous réussissez.»

Sérieusement? Ça pourrait être sympa, je sais même pas à qui elle ressemble. Je me tournais vers Benedikt alors qu'un client appelait la serveuse qui devait nous laisser. Je prenais le pain pour le mettre dans mon sac avant de me lever
«Cherchons une fontaine pour remplir l'outre des danaïdes. Enssssuite nous appellerons Phaerör pour nous zzzzy rendre.» - je supposais que le programme lui convenait. Sauf peut être s'il voulait d'abord se renseigner sur ces cristaux pour voir ce qui avait déjà été essayé pour les retirer de là, ou encore peut être qu'il voulait récupérer du matériel particulier? Après tout, c'est surtout lui la tête de notre couple - même si des fois je crois qu'il y a un peu trop de choses dedans.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 28 Juin 2013, 00:44

« Mm-mh. » approuva Benedikt en buvant sa dernière gorgée de thé. Remonter sur Phaerör... Ben, il allait bien le falloir un jour, après tout... Le botaniste prendrait garde à s'attacher à Vrass, cette fois, cependant. On disait bien qu'il fallait apprendre de ses erreurs, non ? Ben ils avaient raison.
Le jeune homme laissa quelques ores sur la table pour payer leur repas avant que le tatoueur n'ait le temps de le faire avec un sourire satisfait ; Benedikt en retirait toujours un peu de fierté quand il arrivait à flouer Vrass. C'était toujours une petite guéguerre entre eux pour savoir qui allait payer quand aucun des deux n'aimaient que l'autre le fasse, même si cela ne posait jamais de problème. Mais le botaniste aimait à savoir qu'il était indépendant, voir maintenant assez riche pour s'occuper d'autres personnes que lui, et chaque pièces qui tombaient sur la table était un petite revanche pour les jours où il ralentissait devant les boulangeries sans s'y arrêter, attiré par l'odeur mais repoussé par ses poches vides.

Ils purent sortir tranquillement de l'auberge pour rejoindre une petite place calme où trônait une fontaine, et Benedikt se pencha sur le bassin pour plonger ses main dedans et s’asperger le visage d'une eau qui commençait déjà à tiédir.
« Au moins, il fera frais dans les sous-sols, non ? » plaisanta-t-il alors que Vrass remplissait sa gourde. Il s'arrêta un instant, observant les détails des décorations de la fontaine, avant de reprendre. « Dis, si on doit ramener des cristaux, il faudrait peut-être qu'on ait les outils nécessaire, non ? Parce qu'ils doivent être pris dans la roche, alors je ne pense pas que ce soit facile de les en détacher ? Je ne sais pas s'il vendent ce genre de chose chez l'antiquaire, mais moi je n'ai que le couteau qui me sert à couper des tiges de plantes, il est solide mais je ne crois pas qu'il sera très pratique pour ça... Tu as quelque chose qui pourrait convenir ? On trouverait peut-être ça à la forge, remarque, plutôt... Je ne sais pas... »

Benedikt regarda son reflet brouillé par l'onde à la surface de l'eau un instant, observant le petit tas de boucles brunes qui lui servait de chevelure et qui, sous la chaleur écrasante, semblaient bien plus dociles et molles.
« Oh, tu crois qu'on rencontrait la Reyne si on en rapporte ? Je n'ai jamais entendu parler d'elle , j'aimerais bien savoir à quoi elle ressemble. Avec des jardins pareils autour des châteaux, c'est forcément une fille bien...! » Le botaniste se redressa et essuya les gouttes d'eau qui perlaient sur son front. « Sans rire ! J'ai une théorie selon laquelle tu peux voir assez précisément comment les gens sont en fonction de leur jardins. Ceux qui sont bien ordonnés et parfaitement taillés, ceux qui sont laissé à moitié à l’abandon, ceux qui sont pleins de fleurs, et tout ça... En général, ça marche ! Et les jardins du palais, ils sont bien diversifiés et juste ce qu'il faut d'organisé pour laisser la nature en faire quelque chose de beau sans que ce soit le bordel, pour que ça soit un peu chic, tu vois. »
Benedikt resta un instant pensif. « Enfin, ce sont sûrement des jardiniers qui s'en occupent... Pas sûr qu'elle y mette les pieds... »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 28 Juin 2013, 20:42

http://nsm08.casimages.com/img/2013/06/20//13062012393916241211308532.jpg
La question concernant les outils était effectivement à se poser. Je venais hausser des épaules avant de prendre mon sac et regarder ce que je pouvais avoir dedans
«Bon, mon épée, on oublie» - de toute façon, je l'ai pas prise - «les pierres de feu, je doute que sssssa sssssserve, mais on sssssait jamais.. c'est quoi ce truc?» - je sortais un drôle de canif et je retirais la lame pour le regarder quelques secondes en essayant de me souvenir où je l'avais acheté? Bordel, j'achète tellement de conneries chez Sayah moi aussi. Je venais porter la lame à mon pouce, mais ça ne semblait rien couper

«Je doute qu'il sssssssoit très utile sssssselui-là... je ne me souviens même pas quand je l'ai acheté. En tout cas, il doit bien y avoir une raison à si je le garde, même s'il coupe pas.» - je m'approchais de la fontaine où j'avais rempli la gourde pour essayer de gratter la pierre et là, la lame s'enfonçait presque facilement!

«Ouah!!» - je plantais un peu plus la lame, il fallait forcer, mais oui, ça semblait bien couper la pierre!! Je me souvenais alors de ce que c'était - «un canif de camping! Ssssa ssss'est chouette!»
Bon, ben déjà, ça pourrait être franchement utile pour pouvoir creuser la pierre, mais bon, il fallait quand même aussi quelque chose pour le transporter, on allait devoir acheter des sortes de couvertures, un grand sac en toile peut être, bref, quelque chose pour les protéger.

Benedikt réalisait alors qu'on pourrait peut être rencontrer le Reyne, et je venais hocher de la tête à cette idée. Je ne l'ai jamais rencontrée non plus, cependant, je ne m'attendais pas à toutes ses théories sur sa personnalité en fonction de son jardin!
«Je doute qu'elle sssss'occupe des jardins. Mais ils doivent les aménager en fonction de sssses goûts peut être?» - disons que ce serait surement logique.

Bon, la gourde était pleine, je faisais signe au gosse de me suivre vers le marché pour qu'on prenne donc couvertures, tuniques aussi pour se protéger du sable le temps du voyage, et peut être aussi se protéger un peu du froid dans les Nafa'q. On prenait aussi de quoi grignoter, des fruits secs, de la viande séchée aussi, bref, des trucs qu'on pourrait conserver plusieurs jours au cas où. Puis on commençait à s'éloigner de la ville afin de pouvoir appeler Phaerör
«Tu es prêt? Au moins, je ne vais pas avoir de mal à sssssiffler» - je soupirais en levant les yeux au ciel avant de siffler. Le hiéras allait probablement mettre un peu de temps à arriver, mais bon... on n'est pas si pressé hein?


Je te laisse ouvrir dans les Nafa'q?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 06 Juil 2013, 23:02

* * * * * * * * * * * * * * * * * * *
Petit détour par les Nafa'q
* * * * * * * * * * * * * * * * * * *

« Mais ce n'est pas une bête sauvage, Vrass ! » pouffa de rire le botaniste pendant qu'il essayait de convaincre la bestiole de retourner dans le cristal coincé entre ses genoux. Benedikt s'aperçut après avoir réussi à le décoller de sa propre personne qu'il allait devoir garder le cristal près de lui pour ne pas avoir de problème, mais il finit simplement par procéder comme prévu et le glissa dans son sac qu'il mit en bandoulière, même si son poids venait de s'aggraver considérablement. Sur le moment, ce n'était pas un problème puisqu'il était encore assis en tailleur, mais lorsqu'il se releva, le botaniste eut le plaisir de sentir avec précision tout ses muscles qui passaient par là. Trop vieux pour dormir par terre ? Le botaniste grimaça en secouant la tête et finit de ramasser leurs dernières affaires avec le tatoueur, pour que celui-ci puisse appeler tranquillement Phaerör.
Seulement avec ce satané hiéras, c'était un bien grand mot, et ils n'avaient plus qu'à essayer de se protéger de la tempête de sable soulevée quand il fondit en piqué sur eux pour atterrir juste à côté.

« Oui,ça serait bien.... » rajouta le petit botaniste en fronçant le nez, bien que le geste passa inaperçu derrière son bras qui le protégeaient tant bien que mal du sable et du vent. Mais bon, le jour où Vrass dresserais complètement Phaerör n'était pas venu, et il allait falloir encore un peu d’entraînement. Benedikt monta dessus avec ses quelques acrobaties habituelles dans cette situation - bien sûr, elle était immense, cette bestiole, franchement, qu'est-ce que Vrass lui trouvait – puis cala solidement son sac entre le tatoueur et lui, d'autant plus qu'il n'avait plus qu'une main pour le tenir quand son autre poignet était entre les doigts du tatoueur. Oh, il n'allait pas s'en plaindre... Même s'il avait pris le temps de s'attacher à lui, Benedikt avait déjà profité d'une petite chute dans le vide et était le genre de personne à répondre de l'expression « chat échaudé craint l'eau froide ».
Ce qui expliquait aussi pourquoi le visage du botaniste perdit toutes couleurs lorsqu'ils furent arrivés au dessus d'Ohime Quinah, et que Phaerör descendit à nouveau en piqué pour se poser brusquement par terre. Les jambes en coton, Benedikt descendit aussi rapidement et doucement qu'il pouvait, jurant entre ses dents quelques insultes désuètes. Oh, le voyage en lui-même, il n'avait en général rien à dire vu la vue qu'ils avaient, mais le début et la fin, bordel. Le botaniste s'en passerait bien.

Vrass les avaient déposé pas loin du palais, pour plus de facilité, et après avoir relâché sa monture qui repartit sans demander son reste, ils regagnèrent l'entrée de l'immense bâtiment ouvragé que deux gardes à l'air fier surveillaient. Fidèle à sa manière de faire pas compliquée, Benedikt s'approcha d'eux, son sac logé dans ses bras depuis qu'il était descendu de Phaerör parce que le botaniste avait peur qu'il craque sous tout ce poids.

« Bonjour, on a entendu parler des cristaux des Nafa'q, et des volontaires que vous cherchiez pour savoir d'où venait les lumières qu'ils projetaient, et comme maintenant, on le sait en ce qui nous concerne, on aimerais bien le dire à qui de droit voulait l'information. » déclara-t-il avant que lancer un grand sourire à celui devant lequel il était planté.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 07 Juil 2013, 00:53

Atterrissage en douceur, ou pas. Comme à son habitude, Phaerör avait plongé en piqué pour atterrir si bien que l'on soulevait encore pas mal de sable et que j'avais sérieusement mal au cul après avoir manqué de me faire éjecter sous l'impact! Crétin de volatile, je vais finir par le faire cuire à la broche! Je descendais en faisant de mon mieux pour ne pas me masser les fesses alors que le gosse blasphémait aussi à son attention avant de s'assurer que son petit protégé n'avait rien.

Des gardes nous lançaient des regards qui en disaient long sur notre santé mentale mais j'en avais rien à foutre, je préférais calmer un peu le hiéras avant qu'il ne s'envole alors que Benedikt devait surement se demander encore pourquoi j'avais choisi une monture avec un tel caractère de merde. Quoi que non, je me demande en fait pourquoi il se pose la question, c'est normal que j'ai choisi un truc qui me ressemble non? Bref, Phaerör s'envolait alors que le gosse s'approchait des fameux gardes pour leur demander à qui ils devaient remettre le fameux cristal qui brillait toujours puisque la bestiole était toujours dedans, et pour preuve, je m'approchais pour légèrement ouvrir le sac afin qu'ils en voient la douce lumière.

Ils écarquillèrent les yeux quelques secondes avant de m'obliger à fermer le sac
«C'est à la Reyne de voir ce miracle! Venez!!» - je fus surpris de cette réaction, visiblement, ils prenaient presque ça comme un sacrilège qu'on ait vu un cristal des Nafa'q briller en dehors des Nafa'q avant la Reyne, mais il le fallait bien pour pouvoir le lui ramener non? Bref, plutôt con tout ça mais je venais suivre les gars avant de prendre le sac des mains de Benedikt

«Reste près de moi pour que ton copain soit sage, mais je vais plutôt le porter, tes petits bras ont besoin de reprendre des forces!» - je lui faisais un petit clin d'œil avant de continuer à avancer jusqu'aux jardins du Palais, ça n'avait pas beaucoup changé depuis hier, si ce n'est qu'il faisait beaucoup plus chaud puisqu'on était le matin et non le soir! Je me penchais d'ailleurs vers le gosse en grommelant - «t'aurais pu attendre qu'on ait mangé un truc avant de nous faire conduire devant la Reyne!»

Surtout que mine de rien, on était loin d'être présentables. Après la nuit qu'on avait passé, on aurait bien eu besoin d'une bonne douche! Bonjour l'image... je soupirais avant que les gardes ne passent le relais à d'autres gardes qui annonçaient à chaque fois notre venue avant qu'on ne continue ainsi... je suppose qu'on passe à chaque fois devant les plus gradés, et ça monte encore jusqu'à ce qu'on se décide de nous laisser la voir! Quoi qu'elle doit être bien occupée non?

On finit par nous demander d'attendre, et je sais pas pourquoi, je sens qu'on va attendre longtemps...si nous, nous ne sommes pas présentables, elle, elle se doit de l'être.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Sethis Akhmôsis » 07 Juil 2013, 21:46

Dans la salle d'audience bordée de colonnades, Sethis Akhmôsis avait délaissé son trône au profit d'un balconnet. La vue sur les jardins et le Nibil qui y serpentait était imprenable, et un vent frais venait caresser sa peau halée par le soleil. Si elle était prête ? Quinah avait assurée que oui. Mais elle, Sethis, avait la sensation qu'elle ne le serait jamais. Trop jeune. Trop inexpérimentée... elle avait cette curieuse impression de ne pas se trouver à sa place. Et pourtant ! Tout un peuple comptait sur elle. Elle était Reine. Elle se devait d'être présente.

Tournant la tête vers le garde venue lui annoncer la venue de deux étrangers, elle opina silencieusement avant de revenir dans la grande salle. Le marbre ne lui avait jamais semblé aussi froid, les piliers jamais aussi rapprochés. Tout donnait l'illusion de se rétrécir et de l'étouffer sous un devoir trop pesant pour elle. Heureusement, Tiât - sa fidèle confidente à tête de chat - entra à pas feutrés, précédée et suivie d'une escorte impressionnante et miaulante. D'un regard et d'un sourire félin, elle rassura Sethis par sa présence et se plaça un peu en retrait, à disposition de sa Reine.

« Faites-les entrer. » Annonça cette dernière après une profonde inspiration.

Droite, immobile, altière. Un regard perçant et calme. Prête à recevoir ses invités, le cœur battant derrière son apparente impassibilité. Sa coiffe était-elle bien en place ? Ses vêtements étaient-ils bien ajustés ? Oui, toujours... mais elle ne devait pas regarder. Elle ne devait pas montrer ses doutes. Elle était Reine.

Avatar de l’utilisateur
Sethis Akhmôsis
Ohime

Âge: 22
Crédit: 15.00 Ore(s)
Métier: Reine Ohime
Avatar:
Cleopatra by *vinegar

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 08 Juil 2013, 00:29

« Hé, tu sais ce qu'ils sont capable de faire, mes petits bras ? » grommela Benedikt avec une moue indignée. « Je ne te le dirais pas ici mais ne t'inquiètes pas d'en avoir la démonstration plus tard, on verras qui aura besoin de reprendre des forces ! »
Mais en l'occurrence, la réflexion suivante du tatoueur le fit aussitôt oublier tout ça. Le botaniste hoqueta de surprise et mit une main devant sa bouche, horrifié. Il avait l'air bien plus dérangé de priver le tatoueur de manger que ce dernier, finalement.
« Oh, Vrass, je suis sincèrement désolé ! J'ai oublié, j'ai tellement l'habitude de sauter les petits-déjeuners et maintenant je n'ai plus faim, je n'y ai pas du tout pensé ! Han, en plus, on est vraiment sale, on a l'air de quoi ?! Je suis trop stupide, je voulais régler ça en vitesse pour qu'on puisse aller se laver tranquillement alors qu'on pouvait très bien le faire avant ! »

Benedikt passa donc le reste de leur traversée jusqu'à la salle d'audience à essayer de dompter ses boucles et à tirer sur ses vêtements pour les remettre en place. Il n'avait même pas de chaussures, et il fallait voir l'état de ses petons à présent. Le jeune homme voyait parfaitement l'air scandalisé de la gérante de l'orphelinat et le savon qui aurait suivit si ce genre d'histoire était arrivé à ses oreilles. Comme quoi, il n'avait pas besoin de chercher loin pour savoir d'où venait son souci d'être présentable.

Il apparut que les interminables pièces à travers lesquelles on les baladait avaient tout de même une fin. Ils n'attendirent pas longtemps, pourtant, et on leur autorisa bientôt à rentrer à l'intérieur d'une salle aux longues et nombreuses colonnes. Avec, au milieu, l'objet de toute les attentions, la fameuse reine d'Ohime Quinah. Le botaniste esquissa un sourire, elle était belle, tout comme Vrass l'avait suggéré, et n'avait l'air de ressembler en rien au roi d'Ephtéria.
D'apparence, elle avait pourtant tout ce qu'il fallait pour impressionner, de son statut à son regard perçant, et le petit botaniste eut la sensation d'être encore plus crasseux qu'il ne l'était déjà. Tant pis, il faudrait faire avec, et il était trop tard pour faire demi-tour. De toutes manières, à choisir, Benedikt ne risquait pas de troquer sa soirée crapuleuse avec Vrass pour un entretien présentable avec la Reyne. Le jeune homme réprima un sourire à cette pensée et joignit ses mains pour faire une parfaite révérence. Quand il se redressa, il lui fallut quand même prendre une grande respiration et relever le menton avant de commencer à parler. Pourquoi fallait-t-il que ces plafonds trop haut donnent cet écho à sa voix et lui donnent la sensation d'être minuscule ?

« Bonjour... » Benedikt se demanda un instant quel nom on donnait à la royauté à Ohime Quinah. Ça aussi, c'était trop tard pour demander. « Nous... Nous sommes venus parce que nous avons découvert d'où provenait les lumières des cristaux qui se trouvent dans les Nafa'q. »
Le botaniste n'allait pas y aller par quatre chemin, le temps de la Reyne lui était très probablement précieux, et lui, il voulait aller profiter des bains de l'auberge dès qu'il pouvait. Attention, chère Sethis, voilà la leçon du jour, par le grand conférencier bien connu Benedikt Bloom. Elle avait de la chance, il ne devenait bavard que lorsqu'il se sentait à l'aise avec ses interlocuteurs, mais le sujet était assez enthousiasmant pour lui donner peut-être un trop peu de courage.
Le botaniste récupéra le cristal du sac que tenait Vrass et se tourna vers la reine avec un demi sourire. Même en plein jour, on pourrait parfaitement remarquer qu'il émettait une douce lueur, mais ce n'était apparemment pas ce qui intéressait le jeune homme, car il se débattit avec l'objet un petit moment, fronçant les sourcils alors qu'il n'arrivait pas à obtenir ce qu'il voulait. Il finit simplement par remettre le cristal dans les mains du tatoueur pour reculer de quelques pas, murmurant inconsciemment des encouragements pour la bestiole dont il voulait voir le bout du nez – ou des mandibules, dans ce cas précis -.

Il n'eut pas à attendre très longtemps, six secondes plus tard, l'insecte brillant ressortit du cristal et vola jusqu'à lui, se posant dans ses mains tendues. Refermant celle-ci dans une cage temporaire, Benedikt se rapprocha de quelques pas de la Reyne pour les rouvrir et laisser la bêbête se promener sur ses paumes jointes.
« Comme vous pouvez le voir, ce ne sont pas les cristaux en eux-même qui brillent, mais les insectes qui se trouvent à l'intérieur. Les parois des minéraux reflètent seulement leur lumière et l'accentuent. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 08 Juil 2013, 01:21

C'était trop tard maintenant pour manger et aller se laver. J'espérais tout de même que l'entretien ne durerait pas trois ans, car je sentais mon estomac gargouiller et la sueur me coller à la peau. Heureusement, je suis vêtu de noir, et ça se voit un peu moins, mais tout de même, entre le sable dans les cheveux et sur la peau, on voit clairement qu'on n'est pas passé par un centre de beauté avant de venir.

Je n'avais pas spécialement manifesté de mauvaise humeur avant qu'on ne se mette à suivre les gardes jusqu'au palais. Cependant, ma patience allait être mise de plus en plus à rude épreuve au fur et à mesure qu'on avançait dans le dédale de pièces de plus en plus richement décorées, j'avais l'impression qu'on nous baladait et que j'allais finir par perdre patience. Mais heureusement, on finissait par arriver dans la salle du trône, et la Reyne se pointait enfin.

Sur le coup en la voyant, je haussais les sourcils de surprise, si Benedikt la trouvait belle et classe, moi je la trouvais juste... jeune! Elle a quel âge? Une quinzaine d'années peut être? Après, il est possible qu'elle fasse simplement jeune, en tout cas, ce simple fait me désintéresse d'elle, et je m'incline donc simplement en posant une main sur mon abdomen
«Bonjour chère Reyne...» - tout comme Benedikt, pas la moindre idée de comment l'appeler, mais tant pis, j'ai fait au pif. Je me redressais alors que le gosse fonçait droit au but, au point de m'arracher le cristal des mains tout en cherchant à inciter l'insecte à l'intérieur à sortir.

Je levais un regard vers la Reyne qui devait un peu le prendre pour un cinglé avant qu'il ne finisse par me rendre le cristal - euh, depuis quand je suis devenu le porteur moi? - et reculer de quelques pas pour.. appeler l'animal? Je commençais à m'énerver un peu et serrais les dents pour lui parler en espérant que la Reyne n'entende pas
«Non mais t'as fini de faire l'andouille oui?» - fort heureusement, l'animal s'était montré coopératif et finissait par sortir du cristal en faisant claquer ses mandibules sur mon index, m'obligeant à lâcher le cristal que je rattrapais juste à temps à quelques centimètres du marbre!

«Saleté...» - murmurais-je entre mes dents. Je portais mon index à mes lèvres pour sucer le sang de la plaie avant de caler le cristal sous mon autre bras et m'avancer un peu pour rester quand même assez proche de Benedikt qui expliquait la situation.

Je regardais l'insecte qui continuait de briller comme une luciole avant de lever les yeux vers la Reyne et reprendre d'une voix que j'essayais d'être calme
«Les vagues de lumière que vous avez pu voir la nuit dernière ne sont que les déplacements de milliers de créatures comme celui-ci. Nous étions sur place et les avons vus sortir des galeries pour voler ainsi en groupe. Par contre, on ne sait pas trop pourquoi, mais ce sont aussi eux qui chantent, pas les cristaux.»

Bien que pour le moment, notre petit copain semblait plutôt silencieux...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Sethis Akhmôsis » 08 Juil 2013, 16:51

Patiente, Sethis laissa ses deux hôtes se présenter. Ce qu'ils ne firent pas... Prise au dépourvu, elle ne sut comment réagir sinon en les observant tour à tour, cherchant à deviner leurs prénoms ou leurs noms. Était-elle supposée savoir ? Elle ne savait plus très bien. Toujours est-il qu'elle ne s'offusqua aucunement de leurs manières, jugeant qu'il n'était pas nécessaire de se mettre à genoux devant elle pour lui témoigner son respect.

Ils étaient différents. Pâles de peau. Un peu rouges là où le soleil avait frappé. L'homme aux cornes surtout, l'intriguait. Mais elle ne montrait rien, immobile. Bienveillante. Elle tourna seulement la tête vers Tiât restée dans l'ombre des colonnades, les bijoux dans ses cheveux tintant à ce bref mouvement. Et la femme chat disparu avec son escorte à quatre pattes. Lorsqu'elle reposa ses yeux clairs sur les deux hommes, elle se décida enfin à reprendre la parole.

« Soyez les bienvenus, étrangers. Je me nomme Sethis. »

Mais déjà, le plus jeune des deux hommes entra dans le vif du sujet et commença ses explications avec un enthousiasme particulièrement communicatif. Mais, les yeux brillants face aux merveilles qu'il avait découvert et dont il faisait une petite démonstration, la Reine retenait en elle son émerveillement d'enfant. Seul un sourire trop franc pour être contenu étirait ses lèvres. Son regard, irrésistiblement attiré par l'insecte apprivoisé par le petit homme brun, se coula jusqu'au Winghox. Elle avait entendu parler de son peuple. Fier. Guerrier. Belliqueux. Celui-ci semblait différent, peut-être.

« Ces créatures luiraient la nuit, en essaim... Elle tendit lentement la main, s'appliquant à mettre de la noblesse dans chacun de ses gestes, et laissa l'insecte venir explorer ses doigts. C'est une jolie découverte.
_ À vrai dire, c'est une découverte passionnante, ma Reine... »


De là où Tiât avait disparu, c'est un homme à tête d'Ibis qui fit son entrée. Le corps usé par les âges et les plumes piquées d'un rose un peu terne par endroit, il salua les deux étrangers avant de s'approcher à la demande de sa Reine. Difficile de lire la moindre expression sur son faciès d'oiseau, mais sa voix posée et son intérêt pour le cristal comme pour l'insecte parlaient pour lui. Entre son pouce et son index, il captura l'animal afin de mieux l'observer, penchant la tête en voyant ses pattes brasser l'air à toute vitesse.

« Je suis Horeb, maître du savoir et des connaissances. Je vous en prie, montrez-moi. »

Et sans hâte, il déposa l'animal dans les paumes du petit homme brun avec respect. Sethis, à quelques pas, observait dans la même immobilité.

Avatar de l’utilisateur
Sethis Akhmôsis
Ohime

Âge: 22
Crédit: 15.00 Ore(s)
Métier: Reine Ohime
Avatar:
Cleopatra by *vinegar

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 09 Juil 2013, 13:37

Benedikt releva les yeux de son protégé lorsque la reine le prit dans ses mains, et tenta de cacher son étonnement. Oh-là, elle avait l'air plutôt jeune, mais de près, le botaniste se rendait compte à quel point il s'était fait amadouer par les ornements qui dansaient autour de son visage, son maquillage et les reflets de l'or. C'était une adolescente, et le jeune homme aurait eu peine à croire qu'elle était majeur. Il ne savait plus soudain comment réagir, désolé par avance pour elle. Les rois et les reines trop jeunes, il y en avait eu aussi ailleurs, et si elle devait être tout autant entouré d'une flopée de conseillers, personne ne pouvait prétendre aux bénéfices d'un tel fardeau sur de trop frêles épaules qui ne demandait qu'un peu de liberté.

D'ailleurs, c'était sans doute un de ces conseillers qui s'avança vers eux, après qu'un tourbillon de poil au ras du sol, dans l'ombre, n'amènent quelques questions pour le botaniste. Benedikt eut peur un instant que l'oiseau croque dans sa bestiole chérie qu'il avait coincé entre ses deux doigts avec un air indéchiffrable, mais il fut rapidement rassuré par sa présentation... Pour ne lui donner qu'une nouvelle raison de s’inquiéter. Montrer ? Mais heu... Ils pensaient quoi exactement ? Non, non, non, ce n'était pas du tout ce qu'ils imaginaient, il n'était pas dresseur de coccinelles, lui. Le faire sortir du cristal, ce n'était qu'une simple astuce parce que celui-là était un peu collant avec lui !

Le botaniste leva son regard sur le conseiller, toujours un peu confus de ce qu'il lui demandait.
« Oh, je... je suis sincèrement désolé mais je n'ai rien à vous montrer. » déclara-t-il avec hésitation. « Je... je suis orphe alors j'ai certaines affinités avec les insectes, mais il m'est impossible de communiquer avec eux. Je ne peux qu'avoir des hypothèses de la raison pour laquelle ils chantent et il m'est tout à fait impossible de l'amener à le faire maintenant. »
Le botaniste se balança d'un pied sur l'autre, gêné et un peu vexé de devoir avouer ses limites. Dis comme ça, Benedikt se sentait un peu comme un simple aimant à insecte et l'idée ne lui plaisait bien évidemment pas. La bébête s'envola pour faire quelques tours hasardeux autour d'eux, forcément, il n'avait pas vraiment l'habitude de se retrouver tout seul, et finit par retourner auprès du botaniste pour se glisser dans son cou. Obligeant ce dernier à l'attraper pour le récupérer et le remettre en vue de la Reyne et de son conseiller.

« Il se sont mis à chanter juste avant de quitter les galeries des Nafa'q. Je suppose que vous les avez déjà entendu chanter à d'autres occasions, et il se pourrait simplement que ce soit utilisé pour se rassembler. Je ne peux pas en être certain, bien sûr, mais je suppose que si vous observez celui-là pendant un moment, vous finirez par l'entendre chanter. Ils vivent en colonies, et nous n'en avons pris qu'un avec nous. C'est forcément une situation qui va lui déplaire à long terme et il finira par en appeler d'autres si ma théorie est exacte. »
Pour l'instant, Benedikt savait que sa présence calmait ses volontés de prendre la poudre d'escampette. Ce n'était tout simplement pas leur habitat naturel, les palais richement décorés. Le botaniste se tourna imperceptiblement vers Vrass sans même en avoir vraiment conscience, une demande d'aide silencieuse à la seule personne ici sur laquelle il comptait.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 09 Juil 2013, 16:04

Tiens, c'est vrai qu'on ne s'était même pas présenté, mais je n'avais pas compris la raison du trouble de la Reyne, pensant plutôt que c'était à cause de notre dégaine fort peu présentable. Je restais cependant sur mes gardes, elle pouvait très bien supposer qu'on racontait n'importe quoi avec cette histoire d'insecte dans les cristaux, si bien que je me tenais prêt à disparaître avec le gosse si jamais ça tournait mal. Mais visiblement, la Reyne semblait en admiration devant les agissements du botanistes, observant l'insecte du bout des doigts et ayant du mal à contenir sa curiosité et son excitation.

Quelque chose me dit que si elle n'était pas Reyne, elle s'entendrait bien avec Benedikt et elle serait déjà engagée dans une sacrée conversation où j'en aurais la migraine. Mais lorsqu'un autre homme entra, je me braquais un peu et j'avançais légèrement vers le gosse au cas où, mais ce n'était qu'un scribouillard, un conseiller soit-disant et je fronçais les sourcils alors qu'il semblait demander à Benedikt de faire de l'insecte une bête de cirque
«Même si ce ne sont que des insectes, ça reste des animaux sauvages. On ne peut pas lui dire ce qu'il doit faire ou non.» - je crois que même le tatouage du singe qui permet normalement de parler aux animaux ne doit pas permettre de parler aux insectes - «je crois qu'ils chantent pour communiquer. Pas forcément pour sortir puisque j'ai cru comprendre que votre fête des lumières n'avait lieu qu'une fois par an, mais surement que c'est comme ça qu'ils discutent entre...»

Le conseiller s'était approché de Benedikt pour essayer d'attraper à nouveau l'insecte, et celui-ci s'était mis alors à pousser un cri assez strident qui n'avait rien à voir avec les chants qu'on avait entendus la veille! Je me bouchais les oreilles alors qu'il s'était élevé dans les airs en tournant en rond pour s'éloigner du conseiller avant de revenir droit vers moi et se planquer dans le cristal, et à ce moment là, le cri changea progressivement jusqu'à s'apaiser et devenir le fameux chant qu'on avait entendu...

«Bon ben je suppose que le chant est plus ou moins mélodieux selon s'ils se sentent menacés ou non..» - en tout cas, maintenant qu'il était bien sagement à l'abri dans son cristal - qui s'était remis à briller forcément - il chantait de moins en moins fort, jusqu'à se taire, comme s'il venait de s'endormir.

Bordel, j'ai mal à la tête maintenant après un cri pareil!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Sethis Akhmôsis » 10 Juil 2013, 15:37

L'homme Ibis pencha la tête, attentif à ce que lui expliquait l'étranger. Lorsqu'il voulut intervenir de nouveau, Sethis l'interrompit en levant la main. Silencieuse, elle avait observé l'insecte jusqu'à le voir disparaître dans le cristal comme un scorpion sous son rocher. Comment - par Quinah - son peuple avait-il pu passer à côté d'une telle merveille ? Les Nafa'q étaient souvent usités pourtant... mais sans doute que le grand respect des ohimes pour ce qui les entourait les avaient dissuadés de fouiller plus avant. Les cristaux brillaient, et cela leur suffisait.

« Je vous remercie, tous les deux. Dit-elle d'une voix douce. Ce petit orphelin devrait rejoindre sa fratrie à présent. Horeb, faites ordonner une caravane. Dites que c'est moi qui l'ai demandée. Hétep et ses Meph Djinn vous escorteront jusqu'aux Nafa'q. Prenez avec vous les plus érudits de vos disciples. Vous savez à présent quoi chercher.
_ Oui ma Reine. »
S'inclina l'Ibis avant de disparaître.

Sethis, restée seule face à ses hôtes, lança quelques ordres muets aux serviteurs postés près de la porte. Si bien qu'il ne resta bientôt plus qu'elle, Vrass et Benedikt, et une quantité raisonnable de gardes sur le qui-vive.

« Il me semble qu'une récompense était promise aux aventuriers qui apporteraient un Cristal intact. Sourit-elle en effleurant du regard la lueur timide du cristal. Aussi, Meren s'occupera de vous. »

À l'entrée, escorté de deux sentinelles, l'homme à tête de chacal salua respectueusement l'assemblée avant d'inviter les deux étrangers à le suivre. Le voyage fut de courte durée puisqu'ils s'arrêtèrent dans une petite salle aux murs recouverts d'étagères, elles mêmes remplies d'une quantité impressionnante de papyrus. Sur une grande table encombrée de parchemins, une corbeille de fruits frais semblait servir de presse papier. Meren la fit simplement glisser vers ses hôtes.

« Je vous en prie, servez-vous. Vous semblez avoir beaucoup voyagé, aussi je ne vous retiendrai pas longtemps. »

Fouillant un petit coffre, il en sortit quelques pièces qu'il distribua aux deux jeunes gens avec un sourire... ce qui, sur un faciès de chacal, faisait plutôt penser à une menace...

Avatar de l’utilisateur
Sethis Akhmôsis
Ohime

Âge: 22
Crédit: 15.00 Ore(s)
Métier: Reine Ohime
Avatar:
Cleopatra by *vinegar

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 11 Juil 2013, 00:03

Benedikt leva des yeux émerveillés sur les étagères débordant de parchemins, jusqu'à ce que son attention soit dirigé vers la simple corbeille de fruits que leur montrait l'homme qui les accompagnait. Il avait complètement oublié la récompense qui allait avec la réussite de leur petite quête des cristaux, et les pièces sonnantes et trébuchantes déposées dans le creux de sa mains avait un peu effacé le léger chagrin de ne même pas avoir eu le temps de dire au revoir à l'insecte qu'ils avaient ramené des Nafa'q – et qui allait y retourner dare-dare, ce qui était aussi bien -, surtout après qu'on l'ait si durement effrayé. Mais malgré son amour des pommes, Benedikt secoua doucement la tête de droite à gauche.

« Merci, mais ça ira... » Le botaniste n'avait pas besoin de regarder ses mains pour savoir qu'elles étaient recouvertes de tout ces choses naturelles ; terre, sable, poussière et autres, qu'il ne risquerait pas de porter à ses lèvres. Certes, à une époque, lorsqu'il était sur les routes, ce n'était pas ce genre de détails qui le dérangerait amplement, mais quand on était obligé de se laver dans les rivières – c'est-à-dire en hiver, pratiquement pas -, on était par défaut moins difficile.
Et pour éplucher une pomme, bah il fallait un couteau, alors qu'en plus, Benedikt n'allait pas commencer ce snobisme de bourgeois d'enlever la peau alors que c'était là où il y avait le plus de vitamines. Et puis, en fait, ce n'était pas une corbeille de fruits qui allait nourrir Vrass Rannveig, alors c'était aussi bien s'ils pouvaient s'éclipser vite fait bien fait. Surtout que pour être honnête, le museau de ce conseiller-là empêchait un peu de savoir si son expression était sensé être inquiétante ou pas... En bref ; il était temps de s'en aller.

« Et bien, mmmhh... Maintenant qu'on vous a dit ce qu'on savait et que vous n'avez plus besoin de nous, on va devoir y aller... Merci beaucoup pour tout mais on a plein de... trucs de voyageurs à faire maintenant, et ce serait vraiment terrible si on était en retard dans notre planning, vraiment, hein... »
Le botaniste s'était déjà relevé en entraînait avec lui le tatoueur, ses doigts autour de son poignet. Il fit une dernière courbette à l'homme à tête de chacal, puis sortit de la pièce. La porte s'était à peine refermé derrière eux que Benedikt se retourna sur le tatoueur.
« On va pouvoir enfin se laver et manger, qu'est-ce que tu dis de ça ? » déclara-t-il en étirant un sourire qui devint espiègle, juste avant de rajouter en chantonnant. « Si j'arrive le premier à l'auberge, tu me laves les cheveux. »

Tout fier de son enjeu de tripotage capillaire qu'il estimait grandement satisfaisant, il resserra légèrement son étreinte autour du poignet qu'il retenait prisonnier et détala à travers le dédale des salles au plafonds immenses jusqu'à la sortie, pas si loin. Quelques gardes avaient eu l'air surpris et désapprobateur, mais par Alrik, Benedikt s'en fichait bien. Puisqu'il était habillé comme un vagabond, et bien autant en profiter pour faire ce qu'il voulait devant les gardes dont il se fichait bien. Dérapant sur le marbre à un tournant, le jeune homme éclata de rire et ralentit pour Vrass qu'il venait à peine de lâcher. Parce que le botaniste n'avait pas l'intention de courir devant lui pendant tout le trajet, vu qu'il serait fichtrement incapable de retrouver le chemin du retour. Il allait gentiment le suivre et ne se bougerait les fesses qu'à la dernière minutes pour gagner son pari.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 11 Juil 2013, 11:56

Plutôt sympa la Reyne n'empêche, même si j'ai parfois l'impression qu'elle a l'air plutôt blasée? D'un autre côté, à passer ses journées dans un tel endroit à longueur de journée, elle doit se faire chier non? Je levais les yeux vers elle, avant de suivre l'homme à tête de chacal
«Vous savez, à la prochaine fête des lumières, vous devriez vous rendre sur place pour les voir de plus près. Le spectacle vaut vraiment le coup d'œil.» - mine de rien, se retrouver juste en dessous d'eux et nettement plus éblouissant que de les voir scintiller de loin telles des étoiles.

Je m'inclinais respectueusement avant de me rendre compte qu'on ne s'était pas présentés. Je m'arrêtais quelques secondes avant de me tourner vers elle
«Je crois que nous ne nous sommes même pas présentés, ma Reyne. Je suis Vrass Rannveig, je travaille comme tatoueur et je créé divers effets pour se protéger de plusieurs maux. Si un jour, vous souffrez trop de la chaleur des lieux, n'hésitez pas à me demander. Lui c'est Benedikt, il travaille à l'herboristerie.» - au cas où, qui sait, peut être qu'elle souhaiterait un jour nous revoir, et avoir la Reyne d'Ohime Quinah comme cliente, ça ferait une sacrée réputation!

Cette fois, je suivais pour de bon l'homme à tête de chacal jusqu'à une pièce qui était dans un beau bordel. Des parchemins partout, et même coincés sous une coupe de fruits. Je me tournais vers Benedikt en pensant que peut être il voudrait demander à les lire, mais visiblement, il avait surtout envie de prendre la poudre d'escampette. On nous proposait de l'argent pour cette mission ainsi qu'un bout de parchemin sur lequel était noté un bon pour deux notes de musique. Je me souviens, ce sont des pendentifs. Mine de rien avec le boucan qu'il peut y avoir parfois à la Basse Ville ou dans les Ghettos, et surtout avec les travaux chez moi en ce moment, ça pourrait être utile, même si je doute que le pendentif aura vraiment la forme d'une note de musique!

Je récupère le tout alors que Benedikt décline l'invitation aux fruits pour qu'on puisse quitter cet endroit, c'est vrai qu'un bon bain ne serait pas du luxe, et je me sens rapidement entraîné un peu partout dans les allées du palais jusqu'à la sortie, sauf que là évidemment, comme il ne connaissait pas trop la ville, j'allais devoir le guider
«Tu penses vraiment arriver le premier à l'auberge alors que tu sais pas où elle est?» - ça sentait la tricherie à plein nez, mais de sa part, ça m'amusait et puis, pas comme si le gage était très pénible de mon point de vue!

On se mettait donc en route, mais je voyais bien qu'il regardait partout pour espérer voir l'auberge le premier, aussi je gardais un œil sur lui, et comme je l'imaginais, dès qu'il reconnut les lieux, il se mit à détaler comme un lapin et je pouffais de rire en le voyant arriver en premier. Prenant mon temps pour me mettre à sa hauteur, je posais ma main sur sa tête pour l'embêter un peu, car ça faisait assez petit garçon
«T'as gagné! Allez, on file!» - on s'approchait du comptoir pour demander un bain, ett savoir si c'était possible d'avoir un bain privé ou s'ils étaient tous en salle commune, mais apparemment, il y avait bien une salle de libre, aussi il nous y conduisit en disant que ce serait un peu plus cher. Pas grave.

Il s'arrêta pour prendre des serviettes et tout un assortiment de sels et de savons différents, des noirs surtout aux divers parfums, avant de déposer le tout au bord de la baignoire qui était déjà remplie. L'eau y était tiède et claire, et le bain était conçu pour que l'eau se renouvelle régulièrement, si bien qu'il y avait une fontaine en forme de tête d'aigle, l'eau s'écoulant en continu de son bec. Comme ça, même avec notre crasse, on resterait dans un bain propre et frais.

L'homme s'inclina avant de nous laisser, et je me dépêchais de me déshabiller. Je doutais qu'ils aient un bon service de laverie ici, il faudrait attendre d'être à la maison pour aller nettoyer tout ça.
«Allez hop! Au bain!» - je l'attrapais dès qu'il se retrouvait nu comme un ver pour me glisser dans l'eau et me laisser tomber assez brutalement dans l'eau, provoquant des éclaboussures partout, éclatant de rire au passage avant de le faire pivoter pour qu'il me tourne le dos

«Bon, tu veux ton petit massage de la tête maintenant ou on se lave un peu avant?» - ce serait pas mal de se débarrasser tout de suite du plus gros de la crasse avant de profiter du bain en fait, non?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 11 Juil 2013, 18:43

Benedikt tira sur les lacets qui retenait son pantalon de chaque côté et le laissa tomber à ses pieds, son t-shirt déjà abandonné à quelques pas. Il eut à peine le temps d'enlever son caleçon que le tatoueur les jetaient déjà dans l'eau, faisant déborder le bassin pendant que les protestations amusées du botaniste ricochaient sur les murs en mosaïque.

« Hmm, ma priorité pour l'instant est d'enlever tout le sable que j'ai entre les orteils, pour tout t'avouer... » répondit-il à la question de Vrass, et puis le botaniste disparu soudain sous l'eau, les yeux bien fermés. Pouvoir respirer sous l'eau avait enlevé toute inquiétude chez Benedikt, et loin d'avoir maintenant envie d'apprendre à nager, il se trouvait à présent tout à fait satisfait de pouvoir se promener tranquillement sous l'eau avec des gestes rappelant énormément ceux que Vrass lui avait appris il y avait longtemps à Balaïne, mais qui ne lui auraient probablement pas permis de rester à la surface. Trop facile, maintenant que c'était tout à fait inutile de le vouloir. Benedikt frotta ses cheveux pour en enlever la poussière et surtout, tout ce sable, puis se redressa pour ressortir de l'eau. Elle lui arrivait pratiquement aux aisselles alors qu'il était maintenant debout et il était toujours aussi surpris de tout le luxe que les Ohimes mettaient dans de simples salles de bains. Pourquoi est-ce qu'à Païlandune où il était tellement plus facile de trouver de l'eau, on en restait encore aux bassines en métal ? Un peu d'effort, quoi !

« On ira à la piscine, un jour ? J'aimerais bien nager plus profondément, ça doit super, même ce bassin-là, il est un peu petit... » Le botaniste n'avait pas une voix de ténor, mais elle résonnait tout de même dans la petite salle, et il s'était mis presque à chuchoter maintenant qu'il s'était logé dans les bras du tatoueur, sa tête posé dans le creux de son épaule. « J'aime bien être sous l'eau. »
C'était plutôt agréable de se sentir léger comme une plume, presque affranchi de la gravité, et de souffler des bulles d'air sans s’inquiéter de ne plus en avoir dans ses poumons ; si les piscines de la Basse-ville étaient aussi grandes que le tatoueur lui avait décrit, alors nul doute que le botaniste apprécierait.

Son esprit vagabonda un moment, entre la bibliothèque impressionnante de parchemins qu'ils avaient vu au palais, les insectes des cristaux qu'il regrettait de ne pas pouvoir avoir pris en photo et les motifs du carrelage aux couleurs éclatantes, puis il attrapa un savon au hasard parmi tout ceux logés dans la corbeille qu'on leur avait laissé. Benedikt se serait presque mis à rire devant tous ces parfums différents qui lui rappelaient les rayons interminables des supermarchés de la Basse-ville. Après s'être frotté avec bonheur jusqu'à ce que sa peau retrouve sa couleur originelle, en profitant pour faire de même avec le tatoueur en échange de son prix qu'il allait bientôt réclamer, le botaniste glissa avec enthousiasme quelques baisers le long de la mâchoire de celui-ci, aussi légers que des papillons.

« Vrass... On va rentrer bientôt à la maison ? » demanda soudain le jeune homme d'une voix douce, si bien qu'on aura pu le croire en train de s'endormir quand il avait déjà les yeux fermés. La question était dite d'une façon si neutre qu'on avait du mal à déterminer si Benedikt la posait dans l'espoir qu'il rentrerais rapidement ou plutôt qu'ils trouvent un autre endroit inconnu où s'enfuir, mais en réalité, le botaniste commençait à penser parfois à Iza qu'ils avaient laissé là-bas. Il lui semblait étrange de le dire, et pourtant, la morphe chienne commençait à lui manquer. Et puis la ville, aussi, avec ses panneaux lumineux qui clignotaient occasionnellement, ses immeubles dont on ne voyait plus le toit et les habitations hasardeuses en tôles des Ghettos.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 11 Juil 2013, 19:26

Hop, à peine avais-je réussi à le ramener vers moi que j'étais obligé de le lâcher pendant qu'il s'éloignait pour se laver, se frottant un peu partout de façon à ce que le sens du «courant» ne m'envoie pas ses saletés à la figure. Je me décalais donc sur le côté de manière à faire de même, m'immergeant totalement afin de frotter énergiquement mes cheveux et un peu le corps.

Puis je sortais la tête de l'eau, crachant un peu par la même occasion avant de m'étirer et faire rouler mes muscles. Mine de rien, dormir sur un sol dur n'était pas des plus agréable, et je me disais que si nos «jeux» nocturnes ne me donnaient pas de courbatures, ces nuits à la belle étoile, si. Je soupirais avant de retourner vers la petite marche et m'y asseoir, je gardais de l'eau jusqu'à la taille, mais en me penchant en arrière pour reposer mes coudes, j'avais le torse presque recouvert d'eau. Avec le courant, je voyais mes cheveux se dérouler devant moi, comme annonçant le chemin pour que Benedikt me rejoigne.

Mais il n'avait pas encore fini, il en profitait en réalité pour se baigner, se tortiller dans tous les sens en essayant de retirer le plus de poussière et de sable possible, et je m'amusais à le voir tel un poisson pris dans quelques filets malicieux.
«Oui, pourquoi pas. Mais on aura besoin de maillots de bain là bas! On peut pas y aller à poils» - ou alors une fois, mais on risque de faire un saut au poste de police après! S'agirait pas de répandre des rumeurs comme quoi je joue les nudistes à la Basse-Ville hein? J'ai une réputation à tenir! Je pouffais de rire cependant à ma connerie avant de le voir revenir vers moi dans l'intention de nous laver avec les savons à notre disposition.

Souriant alors qu'il venait finalement se blottir contre moi, je refermais d'abord mes bras autour de lui, savourant le fait qu'on puisse être un peu tranquilles dans un endroit confortable, et alors que je m'apprêtais à attraper le savon pour laver ses cheveux, il me demanda si l'on rentrait bientôt.

«Ohime Quinah était notre dernière étape. Il y a bien cette ville dans les Terres Mortes dont on a parlé, mais on n'est pas équipés pour ça. Je propose qu'on y aille une autre fois. Il faut que je reprenne le travail, et il faut suivre aussi les travaux de l'appartement pour que ce soit comme on veut.»
Je passais doucement mes doigts dans ses cheveux, bien qu'ils étaient encore trop emmêlés pour que je puisse les faire glisser tranquillement, aussi je m'attelais à la tâche de m'en occuper, c'était le pari non? Même si je l'ai laissé gagner. Je prenais donc le savon et je l'incitais à se retourner pour être bien derrière lui, de là, je pouvais m'occuper de faire mousser tout ça.

Au fur et à mesure, j'arrivais à lisser un peu ses boucles et les démêler, jusqu'à ce qu'un bon rinçage les rende comme neuves!
«Voilà monsieur! T'es tout beau!» - je pouffais de rire avant de finalement l'attraper par la taille et le jeter à nouveau plus loin dans le bassin! Descendant de quelques marches pour le rejoindre, je me mettais à genoux de manière à n'avoir que la tête qui dépassait de l'eau

«N'empêche, une baignoire de cette taille, ça fait envie! Y'en a des choses qu'on peut faire là dedans!» - mais bon, il vaudrait mieux éviter malheureusement. On ne sait jamais, les employés peuvent débarquer n'importe quand pour demander si on a besoin de quelque chose. Autant voir deux hommes prendre leur bain ensembles pouvait ne pas être trop problématique, mais s'ils étaient trop proches par contre... on sait jamais. Disons que je ne suis pas trop au courant de la mentalité ici.

«Tu veux qu'on rentre dès ce soir ou qu'on passe la nuit ici?» - après tout, avec la perle finalement, ça n'avait pas d'importance, surtout que je pouvais aller directement à la boutique par ce procédé.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 12 Juil 2013, 02:43

« Ah mais je suis toujours tout beaaaAAAAH- »
L'air faussement fier de lui-même qu'arborait le botaniste pendant qu'il mettait une pichenette dans une boucle qui lui tombait dans les yeux disparut vite fait quand il se fit balancer dans l'eau comme une poupée. Au profit d'un air plus hautain et scandalisé ; enfin, lorsqu'il réapparut de sa plongée sous-marine involontaire.
« Des choses ? Comme jeter dans l'eau des gens innocents juste parce que tu te crois plus fort ? Ce n'est pas comme ça que tu vas recevoir quoique ce soit d'autre ! »

Le botaniste brandit un index accusateur en direction de Vrass, surtout que lui était debout et que, une fois n'est pas coutume, il faisait une tête de plus que lui. Il en profita donc pour se jeter sur lui histoire que lui aussi se fasse couler, pour une fois, faudrait pas que ce soit toujours les mêmes. Seulement sa punition était moyennement efficace quand il n'arrivait même pas à se retenir d'en profiter pour embrasser le tatoueur avec l'assurance que personne ne les verrait. Souriant en aperçevant les bulles d'air qui remontaient autour d'eux dans un joli ballet, le botaniste finit par se redresser alors que Vrass demandait quand est-ce qu'il voulait rentrer à la Basse-ville. Benedikt se mordit la lèvre quelques secondes en réfléchissant, avant de répondre avec un sourire plein d'espoir :
« Oh, c'est comme tu veux mais... Je pensais qu'on pourrait peut-être manger des hamburgers ce soir ? »

Hamburgers, oh, cher hamburgers... S'il y avait une seule chose qui surpassaient les légumes et les fruits croquants pour les papilles du botaniste, c'était bien un hamburger grassement préparé avec quelques frites à picorer à côté. Le summum de la gastronomie, qu'on ne trouvait malheureusement qu'à l'état Atlante ; ça lui manquait aussi, ça. Benedikt se fit la réflexion qu'Iza n'avait sans doute jamais planté ses crocs là-dedans, et puisqu'il y avait de la viande, cela pourrait éventuellement lui plaire. Même peut-être qu'il pourrait en faire lui-même, oh par Alrik, ce serait vraiment parfait ! Il fallait vraiment qu'il apprenne à cuisiner correctement, tiens. La cuisine de la boutique de tatouage était petite mais c'était bien assez pour lui ; après tout, il avait déjà du mal à atteindre les placards du haut.
Le botaniste n'aurait jamais cru qu'il puisse un jour être rassuré et enthousiaste à l'idée de retourner quelque part ; cela lui avait toujours donné l'impression d'être en cage, de rester trop longtemps dans un endroit en sachant qu'il y avait des obligations. Encore un de ses petits détails qui avaient changé avec Vrass. Un bruit étouffé, à mi-chemin entre un soupir et un éclat de rire, s'échappa de ses lèvres et il s'appuya contre le rebord du bassin. Si cela ne gênait pas le tatoueur de rentrer un peu plus tôt pour manger ce soir dans les Ghettos, ils seraient à la maison avant le coucher du soleil.

« Je peux citer au moins dix choses au hasard qui ont changé chez moi depuis que je suis à la Basse-ville, sans me creuser la tête et en moins de cinq secondes... »
déclara-t-il, le regard planté sur le plafond tout aussi décoré que les murs. « Tu crois que c'est bizarre ? Est-ce que c'est pareil pour toi ? Je veux dire... Depuis qu'on... se connaît...? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

PrécédenteSuivante

Retourner vers L'Oasis d'Ohime Quinah

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron