En attendant que le vent souffle

Au beau milieu d'un désert aride, Ohime Quinah est déposée sur les rives d'un oasis luxuriant. Les Ohimes sont un peuple calme et pacifique vivant comme s'ils sortaient tout droit de l'Égypte antique.

En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 07 Juin 2013, 04:45

« Mmmh, oui, tu as peut-être raison... Mais j'avais peur que s'ils se posaient sur moi pendant qu'on partait... » répondit-il en haussant les épaules avant de se relever la tête vers le tatoueur.
Il tendit seulement son poignet à Vrass comme d'habitude lorsqu'ils utilisaient sa perle. Et eut soudain le souffle coupé par la chaleur qui l'envahit soudain, épaisse et étouffante. Benedikt ouvrit les yeux et regarda autour de lui, le sol de poussière où aucune herbe ne semblait pousser, les murs de terre séchée qui encadraient la ruelle où il trouvait. Un sourire vint manger les trois quarts du visage du botaniste, aussi éclatant que ce soleil qui semblait vouloir les manger tout crus.
« Un petit tour ? Je veux un grand tour ! » s'exclama-t-il en traînant le tatoueur par le poignet jusqu'au bout de la rue. Il s'arrêta pourtant brusquement, étonné de découvrir la vie qui grouillait dans cette grande allée et l'étalage de tout ces choses inconnues.

« Vrass, c'est une vrai grande, très grande ville. Je ne savais pas que ce serait aussi grand ! Ohlàlà ! » murmura-t-il à l'intention du tatoueur, bien qu'il ne lui accorda pas un regard.
Le botaniste résista une dizaine de minutes pour garder un comportement normal et raisonnable, alors qu'ils se promenaient dans les rues de la ville du désert. Puis disparut soudain, comme emporté par un coup de vent, cédant à une de ses envies soudaines, pour revenir cinq minutes plus tard avec un fruit à la peau grumeleuse qui ressemblait à un très gros citron en forme d'amande. Et en murmurant des excuses par avance au winghox qui râlerait sûrement, il le savait bien, de disparaître ainsi sans prévenir.
« Excuse-moi... Mais maintenant, je porte cette bague alors... Je me suis dit... » Benedikt n'avait pas l'air si désolé que ça, mais c'était difficile de l'être lors de sa première visite ici... Il sortit pourtant un couteau de son sac pour éplucher son récent achat et tendit les premiers quartiers à Vrass, une offrande pour apaiser la colère des winghox – bof, si ça avait été un steak, à la limite -. « La marchande de fruits, elle était recouverte de bijoux en or et en pierres précieuses... On dirait que tout le monde est riche, ici, comment ça se fait ? » souffla Benedikt. Mais Néthi venait d'ici, non ? Peut-être que les gens d'Ohime Quinah s'y connaissaient particulièrement en bijoux parce qu'ils en portaient tous et tout les jours ? Est-ce qu'ils dépensaient tout leur argent pour ça, ou ils étaient vraiment tous fortunés ? Le botaniste stoppa sans prévenir alors qu'ils s'étaient retrouvé sur un promontoire qui reliait deux ruelles, oubliant de croquer dans le quartier de fruit inconnu au profit d'une vision éblouissante – au sens propre -.

« Oh, regarde, là-bas, c'est magnifique ! On devrait aller voir ? »
Difficile d'avoir l'air plus touriste qu'avec le petit botaniste à la peau trop claire et à l'air émerveillé, sans compter les vêtements. Un vieux sur un banc qui discutait avec des amis le montra du doigt en rigolant, mais Benedikt ne s'en aperçut même pas, tout occupé qu'il était à essayer de voir ce que ses bâtiments aux toits dorés pouvaient être, et surtout, comment ils pouvaient y aller.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 07 Juin 2013, 10:12

Quelques secondes, c'est tout ce qu'il m'a fallut pour le perdre de vue! Un regard à gauche, puis à droite, mais aucune trace de mon petit mouton. Je soupirais alors sans bouger pour autant, me tournant vers un étalage de tissus aux couleurs chatoyantes qui feraient pâlir d'envie les nobles d'Ephtéria. Rien à voir avec ce qu'on peut trouver en général en Païlandune, les parures de cet endroit sont vraiment uniques et les difficultés commerciales sont trop grandes pour qu'il y ait de vrais échanges selon moi. Je suppose qu'il ne doit y avoir que quelques riches tisserands qui arrivent à pratiquer ce genre de commerce via quelques caravanes qui doivent traverser le désert.

Je m'arrête près d'un autre étalage où je vois un peu de viande séchée, ici, ils la vendent comme une friandise car ce ne sont pas vraiment de gros consommateurs de viande. Ils ont tendance à préférer le poisson. J'en achète un petit paquet pour en grignoter des morceaux avant de continuer à avancer, tout en restant malgré tout à peu près au même endroit que là où j'ai perdu Benedikt. Je suppose que s'il veut communiquer avec moi en étant perdu, il le fera au travers de la bague. Aussi je ne m'inquiète pas trop. Je mordille dans mon morceau de viande séchée avant de sourire devant un étalage de fruits, des mangues, des grenades, des dattes surtout en très grande quantité. Je crois que c'est le fruit que l'on retrouve le plus ici qui a l'avantage d'être sucré et désaltérant.

Au bout d'un moment, le gosse revient vers moi, et je me rends compte que là, j'ai vraiment une raison de l'appeler le gosse lorsque je le vois!
«T'en fais pas, on est en vacances après tout, profites en!» - je lui montre pour ma part mon morceau de viande séchée lorsqu'il me présente son fruit, signe que je n'en ai pas besoin donc, mais le voilà déjà reparti admirer les richesses de chacun présent. Je pouffe de rire avant de le rattraper en quelques pas
«Je crois que pour eux, les bijoux ne sont pas forcément un signe de richesse. Il y a énormément de mines au Nord d'Ohime Quinah, c'est de là qu'ils tiennent tous leurs métaux précieux. Je suppose qu'une grande partie doit servir au commerce, mais ils doivent aussi en garder pour eux.» - travailler dans les mines doit être l'un des boulots les plus prisés de cette ville, avec celui de commerçant. Du moins, pour le commun des mortels je dirais car si je me souviens bien, y'a des rôles plus prestigieux comme bosser dans les temples ou auprès de la Reyne.

Je ne me préoccupais pas des gens qui pouvaient se moquer de nous, je sais que les ohimes ne sont pas méchants, au contraire même, ils ont tendance à aimer voir de nouvelles têtes et ont toujours été très aimables. Je reconnais certains clients qui m'avaient demandé le tatouage du flocon pour mieux supporter le climat. En général, ce sont des gens plutôt fragiles, et je me souviens que Néthi était de ce genre là.
«Tu sais que c'est ici que j'ai rencontré Néthi? C'était juste avant qu'elle ne reprenne la bijouterie...» - c'était histoire de faire la conversation, bien que je n'étais pas sur qu'il m'entende, trop occupé à regarder des scarabées fossilisés qui semblaient être recouverts d'émeraude. C'était une illusion d'optique, mais il est vrai que les ailes dures de ces petites bêtes brillaient comme des bijoux, et j'étais presque sûr que certains commerçants devaient les faire passer comme tel pour arnaquer un peu les touristes! On se fait quand même de l'argent comme on peut.

«Les temples se trouvent vers l'Est, le palais un peu plus au Sud ensuite... mais comme tu dis, la ville est très grande, il nous faudra probablement plusieurs jours pour visiter.» - car ce serait bête de se presser. Je levais les yeux au ciel, ramenant ma main en visière pour essayer de deviner l'heure. La capuche du Mahjour était vraiment efficace, malgré la chaleur, je sentais une sorte de petit courant d'air frais autour de ma tête et de mes épaules, même si j'avais l'impression que mes pieds étaient en train de cuire sur place.

Je m'approchais d'un étalage de tissu lorsque je vis un groupe de vieilles dames - enfin elles étaient pas si vieilles que ça non plus, mais pas loin du double de mon âge quand même - me regarder en gloussant avant de se jeter carrément sur moi
«Un beau jeune homme comme vous, vous devez vous habiller mieux que ça!»
- «Hein?»
- «Allez, venez!!»
- je me sentais alors un peu paniquer. Non mais je peux pas frapper un groupe de vieilles dames comme ça! Je cherchais du regard Benedikt qui semblait trop occupé à regarder encore une babiole sans intérêt alors que les femmes me faisaient entrer dans une tente, elles commençaient déjà à me déshabiller, retirant la capuche du Mahjour - ça y'est, je commence à suffoquer - et l'ensemble de mes vêtements jusqu'à ce que je me retrouve en caleçon - moulant type boxer.
- «Allez les filles, on le rhabille» - y'a plutôt intérêt oui! Et voilà qu'elles commencent à me mettre des sortes d'épaulettes avec des dorures, l'une semble essayer de me coiffer un peu pour ramener mes cheveux en arrière, on m'accroche des bracelets qui montent jusqu'à mes biceps, puis aux poignets bien que je refuse qu'on enlève mes bagues. On me demande d'enfiler une sorte de pantalon noir assez moulant avant de me passer une sorte de jupe par-dessus et une paire de bottes légères.

Sur le coup, j'ai l'impression d'être habillé comme une fille, mais lorsque les vieilles dames me calent devant un miroir, je me rends compte qu'en fait, j'ai plutôt la classe!
«Et voilà! Vous ressemblez presque à un Ohime comme ça! Il faudrait que vous bronziez un peu!» - dit l'une des vieilles dames pendant qu'elles pliaient et rangeaient soigneusement mes affaires dans mon sac avant de me le rendre. Je soupirais avant de sortir des ores pour les payer tout de même, même si j'ai rien demandé, au final, je trouve ça plutôt sympa. Après tout, c'est original de se dire que je me fonds un peu dans le décor?

Je sors de la tente et les regards posés sur moi semblent différents à présent. Loin d'être moqueurs, je vois bien quelques femmes qui me regardent d'un œil plus intéressé. D'un autre côté, vu comment je suis bâti, ce genre de tenue ne peut que m'aller hein? Je vois finalement Benedikt qui semble un peu paniqué, probablement qu'il me cherche?
«Je suis là!» - au moment où il se précipite vers moi, je ramène une main derrière ma tête d'un air un peu gêné - «Je me suis fait embarquer pour une séance de relooking... t'en penses quoi?» - j'écartais alors les bras pour lui montrer, heureusement, je ne vais pas m'habiller comme ça tous les jours! En plus, je crois bien qu'elles m'ont maquillé, j'ai du trait noir autour des yeux maintenant, ça doit les faire vachement ressortir.


La tenue de Vrass correspond à celle du personnage de droite sur cette image ;)

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 07 Juin 2013, 19:24

Benedikt se retourna pour demander à Vrass s'il savait pourquoi il y avait... Pas de Vrass. Et pourtant, il était plutôt reconnaissable dans une foule vu sa taille et ses cornes, hors il n'était plus dans cette rue, ça c'était sûr. Le botaniste fit un tour sur lui-même, se mit sur la pointe des pieds, puis afficha un air désemparé. Est-ce que c'était pour le punir que Vrass disparaissait à l'improviste ? Sauf qu'il n'avait pas l'habitude de le voir s'envoler ainsi, et puis le winghox avait déjà visité la ville donc c'était moins impressionnant pour lui, mais... Et puis quand même, il avait tourné la tête trois secondes, quand le tatoueur s'éloignait, il avait l'habitude de voir des cornes au loin, et là, rien du coup, comme s'il avait été aspiré par le sol.
Benedikt se retourna à nouveau et soupira, décidant qu'il n'avait que ce qu'il méritait parce que ce n'était pas la première fois que lui-même le faisait et qu'il attendrait avant d'essayer de communiquer avec la bague, mais ces coups d’œil un peu partout et sa lèvre mordillée trahissait son inquiétude. Jusqu'à ce que Vrass réapparaisse aussi soudainement qu'il était parti, livrant cependant l'explication ; il venait de sortir d'une tente longeant la rue.

« Hé, qu'est-ce qui t'es arrivé ? » Le botaniste ouvrit des yeux surpris devant la vision bien changée du tatoueur, recouvert de dorure dans une tenue bien plus conforme à l'imaginaire Ohime. « C'est joli... Mais je vais finir par être jaloux, vu comment tout le monde te regarde...! »
Benedikt se mit à rire et se retourna pour donner un coup de tête dans la direction d'un groupe de jeune femmes qui gloussaient en le regardant. Il était plutôt déçu de ne pas pouvoir se jeter sur le tatoueur pour les faire enrager, sur le coup... Ça aurait été plutôt drôle, et lui aurait donné une occasion de se vanter.
« Mais ce n'est pas juste, maintenant, je suis le seul à avoir l'air d'un étranger... » rajouta-t-il en soupirant dramatiquement, avant de continuer avec un sourire espiègle. « Tant pis, je suppose que tu vas pouvoir me servir de guide, maintenant... »
Benedikt s'arrêta soudain et plissa les yeux en regardant le visage du tatoueur, qu'il attrapa dans ses deux mains, pour l'approcher du sien et l'observer avec attention et suspicion. Les traits de Kôhl qu'avait Vrass sur les yeux, associé à ses vêtements légers, lui faisait tout à fait penser à ce qu'il portait quand il était prostitué, mais le botaniste n'allait pas en être désolé. Pour lui, cela signifiait simplement vouloir se montrer en valeur, et c'était d'autant plus normal que c'était le winghox qui en avait pris l'initiative - bien sûr, il n'était pas au courant que Vrass avait eu finalement peu son mot à dire avant qu'on le déshabille de la tête au pieds -.
« Tu es maquillé, aussi ! C'est drôle parce que tu me fais penser à moi quand je travaillais à Aspasie... Mais ici, c'est normal... Il fait tellement chaud, je comprends qu'ils ne veuillent pas mettre de vêtements... Ah, tu te rends compte de quand on va rentrer à la maison ? Je veux que tu nous dépose à la Basse-ville pour voir la tête de tout les passants ! »

Perdu dans son amusement et son ravissement, Benedikt ne se posa même pas de questions avant d'attraper la main du tatoueur pour l'entraîner dans une rue adjacente, qui selon lui, allait à l'Est. Même si ce n'était pas dit qu'elle aille vers l'Est. Il était même probablement qu'elle aille vers tout endroit le plus éloigné des temples que possible, avec le sens de l'orientation – ou plutôt son manque - hors du commun du botaniste.
« Ah, alors, comment est-ce que tu as rencontré Néthi ? Tu ne m'as pas raconté. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 08 Juin 2013, 00:12

Comme si j'avais demandé à être habillé comme ça!
«Je me suis fait embarqué par un groupe de vieilles dames qui ont eu envie de m'habiller correctement.. je suppose que c'est parce que j'ai la peau un peu bronzée, elles ont du se dire que ça m'irait bien...» - mais heureusement que j'ai un pantalon quand même, je n'aurais pas aimé me balader les fesses à l'air! Il attrapait alors mon visage dans ses mains pour me rapprocher de lui, et j'étais un peu surpris dans la mesure où je n'étais pas sûr que les gens d'ici voient d'un bon œil deux hommes qui s'embrassent, mais finalement, il ne faisait que m'observer. Je venais froncer les sourcils lorsqu'il m'annonça que je lui ressemblais à l'époque où il «travaillait» à Aspasie. Est-ce que j'ai l'air d'un prostitué alors?

«Euh... je sais pas si je dois prendre ça comme un compliment?» - mais bon oui, ici c'était normal, la plupart des hommes portaient ce genre de maquillage étrange, comme si ça mettait leurs yeux en valeur. En réalité, je l'ignorais mais c'était pour attirer les rayons du soleil afin qu'ils ne soient pas éblouis. Le soleil était absorbé par le noir autour de l'œil et non pas dans l'œil lui-même. C'est qu'ils sont pas cons en fait, et je me rendais compte effectivement que c'était plus facile pour moi de garder les yeux ouverts malgré la luminosité.

«Euh, tu sais, je crois que j'aurai récupéré mes vêtements normaux d'ici qu'on rentre! Je vais pas me balader comme ça en ville!» - mais à son regard, j'avais l'impression que c'était exactement ce qu'il voulait et je pouffais de rire en passant ma main dans ses cheveux et prenant un air moqueur «tiens regarde, y'a des moutons! Finalement, tu te fonds aussi dans le décor! T'as pas tellement l'air d'un étranger!»

Je lui tirais la langue avant de l'attraper par le cou avec mon bras et rire avec un certain amusement. Au moins ainsi, on avait juste l'air de deux bons amis car les gens ne nous lançaient pas de regards assassins, mais semblaient plutôt rire à notre bonne humeur. Il faut croire que les gens sont assez sympas ici. On commençait alors à déambuler dans le marché, continuant de marcher sans vraiment savoir où on se rendait et au fond, on s'en foutait un peu. Puis il me demanda où j'avais rencontré Néthi et je haussais un sourcil d'amusement
«À la boutique du Shaman. J'y étais allé avec un type que je connaissais ni d'Ève ni d'Adam pour lancer un sortilège sur... bref, tu sais qui, le soldat qui m'a justement transformé en gosse. Je t'avais dit que je l'avais transformé en femme avant ça? Ben c'était là» - pas difficile de comprendre pourquoi j'y suis allé avec un mec d'ailleurs, c'était juste histoire de lui rouler une galoche pour que le sortilège fonctionne, mais passons - «le père de Néthi a déboulé dans la boutique avec elle pour la laisser à Sayah. Il devait apparemment essayer de la former pour l'une de ses boutiques mais tu connais notre lézard, il avait pas trop envie de jouer les babysitters alors il me l'a refourguée!»

Je m'arrêtais pour regarder un tableau que je trouvais plutôt sympathique, avec des couleurs rouge et or, un petit côté terre de feu que j'aimais bien - «Il rendrait bien dans un bureau non? Si jamais la pièce qu'on rajoute en est une, ou même une chambre en fait...» - je ne savais toujours pas ce qu'on allait faire de cet emplacement supplémentaire. Si on faisait un étage, il y avait de quoi faire un bureau et une chambre, sinon on pouvait faire une sorte de toiture terrasse sur la dite pièce pour que Benedikt ait un balcon pour faire son jardin, je sais qu'il aime bien ça après tout. Enfin bref

«J'en étais où? Ah oui, Néthi et moi en mode babysitter.. sauf que la demoiselle est très fragile en fait, et elle s'est évanouie à cause de la chaleur. J'ai du la porter jusqu'à un hôtel, et là, un morphe félin a sauté sur le balcon, je te raconte pas le bordel, j'ai pas tout compris, c'était une petite fille en fait, et elle a fini par filer peu après. Néthi a fini par se réveiller et on a pas mal discuté..» - je le regardais d'un air intrigué, comme s'il cherchait à me demander quelque chose du regard, mais je pouvais me tromper, cependant, je préférais préciser - «et non, j'ai pas couché avec elle. Honnêtement, elle était si faible que je crois que je l'aurais cassée en deux.» - c'est pas peu dire...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 08 Juin 2013, 02:19

« Mmmh, oui, je suppose, c'est plutôt joli sur toi. Les prostitués, c'est fait pour être joli, tu sais ? »
Benedikt haussa les épaules, mais se retourna vers le tatoueur une nouvelle fois quand il lui fit remarquer que les gens de la Basse-ville ne risquait pas de le voir habillé de cette manière.
« Oh, mais ce serait dommage... Ça les donnerait une bonne raison de prendre des photos de toi pour mettre dans les journaux, non ? » Il n'alla pas plus loin dans sa tentative de persuasion, parce qu'il eut besoin soudain de toute son énergie pour montrer une expression scandalisée.
« Hé, je ne ressemble pas à un mouton ! » protesta-t-il en regardant le petit troupeau qui passait à côté d'eux avec leur berger. Et en plus, il ne pouvait même pas lui tirer la langue, parce que ce n'était pas mature, et que Vrass venait de le faire. Le botaniste essayait de montrer un expression boudeuse, mais c'était finalement un peu difficile quand il était distrait par ses propre réflexions : combien de gens sur tout Nideyle avait vu un winghox adulte tirer la langue ? Est-ce qu'il pouvait s'estimer le seul ? Benedikt, concentre-toi !
« D'abord, si c'est juste à cause de mes cheveux, autant dire que tu ressemble à une vache, hein. » déclara-t-il avec un petit air satisfait qui montrait bien qu'il savait à quel point le tatoueur n'allait pas aimer la comparaison. « Et on est d'accord, ce n'est pas le cas... ! »

De toutes manières, leur discussion changea de sujet rapidement alors que Benedikt demanda des précisions sur la façon dont Néthi et le tatoueur s'était rencontré. Une histoire qui fit bien rire le botaniste, surtout la manière dont il venait de la finir.
« Je n'ai pas dit que je te soupçonnais d'avoir fait quoique ce soit avec elle, Vrass.... » répondit-il avec un sourire moqueur. « En revanche, je suis pratiquement sûr que tu lui aurais sauté dessus si elle n'était pas aussi fragile, comme tu dis, vu comment elle est mignonne ! »
Il regarda le tableau que le tatoueur lui montrait depuis quelques minutes. Apparemment une proposition de décoration pour l'extension qu'il faisait construire. Est-ce que ce ne serait pas super des choses qui viennent de partout dans une maison, comme celles d'Hermésis ?
« Par contre, c'est son père qui a insisté pour la livrer à Sayah ? Pauvre Néthi, elle a été jeté aux loups ! » plaisanta-t-il. « Mais c'est plutôt bien qu'elle ait la direction de la bijouterie, maintenant, en plus, elle a l'air d'aimer beaucoup ça. »

Le botaniste reporta son attention sur le tableau et se mordit la lèvre.
« On pourrait faire une chambre pour... Nathan, non ? On pourra mettre autre chose dedans s'il y a besoin mais... ça devrait... lui faire plaisir de savoir qu'on a pensé à lui et il saurait... qu'il est le bienvenu à la boutique ? » Il soupira et reposa l'objet dans les mains du tatoueur. Benedikt refusait de lui servir une déclaration sur la façon dont il devait se rapprocher de son fils. Ce n'était même pas sûr que Vras l'accueillerait chez lui pour plus que quelques heures un jour, alors à quoi servirait cette chambre, dans ce cas ? « Je n'y connais rien en peinture, mais il est beau, et comme rien ne sera peint ni rien quand on reviendras, je suppose qu'il irait avec n'importe quoi puisqu'on pourra le choisir après ? »
Une vieille idée à laquelle ils semblaient avoir déjà discuté avant lui vint pourtant à l'esprit.
« Hé, pourquoi ne pas faire une chambre d'ami ? Je sais, tu n'invites personne d'habitude mais ce n'est pas grave, ce sera pour Nathan, et pour je-ne-sais-qui-d'autre ? Même pour Jack, s'il y a besoin, éventuellement ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 08 Juin 2013, 19:13

Et une autre pichenette sur le nez, une!
«Je peux être vache en effet!» - non mais! En tout cas, on était restés devant l'étalage avec les tableaux pendant que je lui racontais comment j'avais rencontré Néthi. Il est vrai qu'il marquait un point concernant le fait que j'aurais surement tenté de la séduire si jamais elle n'avait pas paru si fragile, mais bon, je réfléchissais un peu

«Je suis pas sur en fait, j'avais quand même l'impression qu'elle était mineure... elle faisait vraiment jeune, mais pareil, peut être que c'était parce qu'elle semblait faible.» - enfin, ça n'avait pas vraiment d'importance, surtout que bon, il n'avait pas tort sur un point, son père n'avait pas été bien sympa de la refiler à Sayah - «enfin... je crois que son père en avait justement mare qu'elle soit aussi faible, il espérait probablement qu'une cure avec Sayah allait l'endurcir.»

Il l'aurait surtout bouffée mais passons. Je préférais regarder ce que proposaient les différents marchands et Benedikt regardait encore le tableau en suggérant de faire de la pièce la chambre de Nathan. Je penchais la tête de gauche à droite pour réfléchir, j'avoue que je n'aimais pas trop l'idée qu'il ait vraiment sa propre chambre, qu'il ait un endroit où dormir s'il le souhaitait, oui bien sur, mais pas que ça devienne vraiment sa place. Puis le gosse proposa la chambre d'amis et déjà, ça me plaisait plus.

«À la Basse Ville, j'ai vu des canapés qui pouvaient se transformer en lit. Je me dis que si on fait un bureau et qu'on place ce genre de canapé, ça peut devenir une chambre quand on a des gens qui viennent?» - comme Nathan ou... bon Jake s'il veut même si je préférerais éviter. Mais bon, le Doc devrait pouvoir l'héberger de toute manière.

Je prenais donc le tableau, il me plaisait bien, je trouvais qu'il avait un truc assez... calme. Cependant, je demandais s'il était possible de le faire envoyer à l'auberge et le marchand me disait même qu'il y avait des caravanes qui allaient un peu partout sur Nideyle et qu'il pourrait donc le faire porter directement chez moi...
«Euh, même dans les Ghettos?»
- «Euh, c'est plus difficile là bas...»
- «Non laissez, je vais le prendre tant pis.»
- c'était plus simple. Je le faisais soigneusement emballer avant de me le caler sous le bras et qu'on se remette en route. J'avais chaud maintenant que je ne portais plus la capuche du Mahjour, mais en étant vêtu ainsi, je me sentais quand même plutôt bien. C'est vrai par contre que dans cette tenue, j'attirais l'attention, mais peut être aussi parce que même si j'ai un teint hâlé, je suis bien plus pâle que la plupart des gens d'ici, et puis, avec mes tatouages aussi, ça devait paraître étrange.

On se retrouvait alors devant un type qui était en train de charmer un serpent, je le regardais quelques secondes, des tas de badauds étaient autour de lui, retenant leur souffle alors qu'il sifflait comme s'il parlait avec la bête et je fronçais les sourcils en commençant à le contourner légèrement. Au bout de quelques secondes, je voyais nettement son visage et j'affichais un sourire amusé avant de revenir vers le gosse
«Il n'a pas grand mérite, il a le tatouage du singe, ça lui permet de communiquer avec le serpent! Bien plus facile de les dresser dans ces cas la...»

Mais bon, je n'avais pas l'intention de lui casser son commerce, si je peux appeler ça comme ça. Mais bon, il n'a aucun mérite finalement, même s'il arrive à faire faire des trucs assez surprenants à son reptile.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 09 Juin 2013, 00:50

« Ooh... Mais quand même, il faut qu'il arrive à le convaincre de faire tout ça... »
Benedikt se pencha, les mains sur les genoux, fasciné par l'homme qui sifflait encore plus que Sayah - qui aurait cru que c'était possible ? -. Il trouvait ça plutôt amusant de rencontrer aussi souvent des anciens clients de Vrass, c'était comme s'il laissait des traces de lui un peu partout sur Nideyle. Et cela permettait parfois de dissiper des mystères, quand on connaissait les effets des tatouages...
« Ah, ça ne te gène pas de transporter ça ? Tu veux qu'on trouve une auberge ou... ils appellent ça autrement peut-être, ici ? Si tu veux déposer nos affaires. » demanda-t-il sans trop vraiment le regarder, désignant le tableau que Vrass portait sous le bras depuis quelques minutes. Il n'était pas vraiment encombrant, mais au cas où... Benedikt resta encore un moment observer l'homme et son serpent, son esprit divaguant encore parfois vers l'énigme atlante que venait de soulever le tatoueur ; comment un canapé pouvait-il se transformer en lit ? En supposant qu'on n'avait pas l'intention de dormir dans le sens de la longueur ? Quelle différence pouvait-on définir entre un canapé et un lit ? Est-ce que si on rajoutait des couvertures à un canapé, ça pouvait faire un lit ? Pourquoi vouloir un lit quand on avait un canapé, alors que dormir dans un fauteuil était déjà parfaitement acceptable – mais c'était peut-être un constat personnel, qui ne s'appliquait qu'aux personnes de moins d'un mètre soixante-dix capable d'adopter les positions les plus particulières pendant une longue période - ?

Le botaniste se retourna vers Vrass et amorça un sourire dans l'intention de lâcher une quelconque remarque étrange dont il avait le secret, quand il s'arrêta brusquement, la bouche ouverte. Benedikt retourna la tête et fixa la jeune fille qu'il avait entre-aperçu quelques secondes auparavant, mais l'illusion avait disparu et elle avait à présent la peau mate des Ohimes ; ne ressemblait en rien à la personne avec laquelle il l'avait confondu. Fronçant les sourcils presque de déception, le jeune homme reporta son attention sur le tatoueur.
« Vrass, on est... on est quel jour aujourd'hui ? » demanda-t-il, oubliant ce dont il voulait parler. Le botaniste avait bien une petite idée de la raison qui poussaient de très vieux souvenirs à faire surface, mais le tatoueur n'eut pas vraiment le temps de répondre à cause de la discussion qui se déroulait juste à côté d'eux.
« Han, qu'est-ce qu'il lui est arrivé ? »
« T'es con ou quoi, c'est un étranger ! »
« Et alors, l'autre aussi, et il a pas la peau aussi claire ! Chui sûr que mes dents sont moins blanches que ça ! »


Les regards que Benedikt sentait dans son dos lui donnait bien une petite idée de qui ils parlaient, et puis il n'y avait pas trop de doutes à avoir. Lorsqu'il se retourna, il fut accueillit par la vision de trois personnes qui devaient avoir à peu près le même âge que lui.
« Excusez-le, héhé, il est un peu stupide ! » déclara la seule femme parmi eux, un peu embarrassée, avant de donner un violent coup de coude dans les côtes de son ami qui protesta bruyamment autant pour ses paroles que ses gestes.
« Heu, je... Ce n'est pas grave... » finit par répondre Benedikt, bien qu'il n'osait pas s'avouer être un peu vexé. Mais vouloir passer inaperçu ici, c'était paradoxalement comme essayer d'être invisible au milieu d'un troupeau de mouton blanc (il était malheureusement un mouton noir).
« Vous venez d'où, si c'est pas indiscret ? » demanda-t-elle après quelques secondes de silence.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 09 Juin 2013, 12:04

«T'en fais pas, c'est pas lourd.» - et puis, au pire, on allait bientôt faire d'autres achats, donc peut être que je pourrai mettre tout ça dans un sac. En tout cas, je commençais un peu à visualiser la pièce qu'on était en train de construire, un bureau, une bibliothèque - indispensable pour Benedikt - un canapé convertible... une pièce à la fois neutre mais qui serait agréable pour y passer le temps et aussi pour les invités qui voudraient y dormir.

On continuait de déambuler entre les différents étalages, mine de rien, c'était difficile de rester concentré tellement il y avait de choses agréables à voir! Des pierres aux couleurs vives, des étoffes aux dorures raffinées, je ne suis peut être pas forcément un adepte de ce genre de trucs raffinés, mais après tout, j'aime les belles choses hein!

Au bout d'un moment, le botaniste semblait intrigué par quelque chose et je me retournais pour voir de quoi il était question. Alors qu'il me demandait le jour, je levais les yeux au ciel pour réfléchir
«Euh, je ne sais plus...» - pas évident en fait quand on n'a pas la radio qui vous annonce la date et l'heure toutes les secondes, ou encore les journaux ou la télévision - «pourquoi?»

Je me retournais pour le suivre du regard et je pouvais voir un groupe de trois personnes nous regarder bizarrement. Je fronçais les sourcils si bien que la femme s'excusa rapidement en disant que son ami était un peu stupide
«Vous n'avez jamais vu d'étranger avant?»
- «Si, mais vous semblez si différents...»
- «Je suis un winghox au cas où vous ne l'auriez pas remarqué, bien sur qu'on est différent!»
- «Non mais la couleur de votre peau, c'est tout. C'est rare de voir quelqu'un avec la peau si blanche!»
- «Pas chez nous. On vient de la Basse Ville et croyez moi là bas, y'en a qui sont encore plus blancs que lui.»
- «C'est impossible!»
- reprit le type qui avait parlé des dents blanches. Je soupirais avant de détourner les yeux
- «Si, c'est possible. Ça ne vous ferait pas de mal de voyager.»
- «...»


Je semblais avoir plutôt vexé le type, mais je m'en fichais, il se rendait compte avec ma stature qu'il avait plutôt intérêt à ne pas me chercher. Je me tournais vers Benedikt pour lui faire un signe de tête afin qu'on aille voir ailleurs. De toute manière, je n'aime pas qu'on se foute de ma gueule, mais je n'aime pas non plus que se foute de la sienne, juste parce qu'il a la peau blanche en plus.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 10 Juin 2013, 03:27

Benedikt se retourna une dernière fois, un peu paumé, pour suivre le tatoueur un peu plus loin. Il avait de toutes façons oublié leur récente rencontre à peu près six secondes plus tard, quand ils tombèrent sur un étal recouvert d'imposants sacs de graines de toutes sortes. Pas besoin de plus de précisions pour imaginer la tête de gamine devant un sapin de noël qu'arborait à présent le botaniste. On voyait presque le reflet des guirlandes dans ses yeux. Il fallut au moins une dizaine de minutes pour qu'il retrouve enfin un peu ses esprit, mais lorsqu'il revint auprès de Vrass qui avait probablement voulu échapper aux discussions très enthousiasmes sur les plantes du désert avec le vendeur, c'était avec un air presque honteux.

« Je sais... Je ne suis pas sûr de pouvoir les planter quelque part... Mais regarde ça, ça va faire des papyrus et je ne sais même pas à quoi ça ressemble, je n'en ai jamais vu ! » Benedikt brandit sa main devant son visage pour montrer au tatoueur des grains ocres aussi minuscules que du sable, qu'il roulait entre son pouce et son index. Puis il referma le sac en tissus d'où il avait pris quelques graines pour le fourrer dans son sac avec les trois autres qu'il n'avait pas pû s'empêcher d'acheter.
« Ah, et tu savais qu'il y avait des grands jardins autour du palais ? On ira, tu me le promet ? »

Le botaniste se tut et étira un sourire espiègle à son intention avant de se pencher pour murmurer dans son oreille. « Je suis prêt à t'échanger une longue nuit au lit, tout comme il faut, contre une longue visite là-bas... »
Sa promesse ne valait pas grand-chose autant donné qu'il aurait sans aucun doute accordé à Vrass son gain sans contre-partie, mais Benedikt savait bien que les plantes et se promener, ce n'était pas trop son truc, alors il essayait de trouver ce qu'il pouvait pour le convaincre sans atteindre le stade malheureux où il devrait se mettre à prendre une expression triste et boudeuse pour le faire culpabiliser. Il avait l'air déjà assez gamin comme ça pour ne pas en rajouter.

S'éloignant du tatoueur à distance respectable avant que cela ne devienne un peu étrange pour les passants, Benedikt fit quelques pas de plus pour passer sa main sur une étoffe soyeuse et légère. Il semblait y avoir du tissus aussi joli ou presque encore plus ici qu'à Aspasie, et même si les talents et les envies de couture du botaniste n'étaient guère perceptible, il devait avouer que certains d'entre eux étaient magnifiques, dont celui qu'il avait entre les mains. Avec toutes ces pierres précieuses resplendissantes qui s’amoncelaient partout, et les bijoux en or dans lesquelles avec elles étaient parfois serties, il avait clairement l'impression de se retrouver au milieu d'une fontaine de richesse, quand ce n'était même pas le cas. C'était assez merveilleux, tout cet étalage d'aussi jolies choses qui reflétaient le soleil comme des mosaïques, finalement, d'autant plus quand Benedikt se disait qu'elles étaient assez banales pour les habitants d'Ohime Quinah. Si ce n'était cette satanée chaleur, il aurait probablement aimé rester plus que quelques jours.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 10 Juin 2013, 15:13

Bon, et bien la question de savoir ce qu'on allait faire sur le terrain ne se posait désormais plus du tout. Je venais me pencher pour regarder ses graines et j'affichais un sourire malicieux
«Tu pourras les planter sur la terrasse qu'on fera au-dessus de la chambre d'amis dans ce cas? On fera en sorte que ça fasse une sorte de balcon depuis la chambre comme ça, il y aura du soleil et de l'humidité... si besoin, on verra pour fixer une tôle pour faire un toit s'il pleut trop! J'en ai vu quelques uns faire comme ça dans les Ghettos»

Je ramenais ma main dans ses cheveux d'un air amusé - j'aime bien le décoiffer en fait, bien qu'il ne soit jamais coiffé de toute manière - avant qu'on se remette en marche. Qu'on passe deant les bijoux, les étoffes ou les plantes, il y avait vraiment de très belles choses ici. C'est alors qu'il me parla des jardins et je hochais la tête de gauche à droite

«Non, je ne suis jamais allé du côté du Palais, je suis toujours resté dans le coin de l'auberge et des commerces» - mais ça pouvait être intéressant à voir. Il oubliait un peu vite qu'en tant que tatoueur, plus je voyais de trucs nouveaux et plus ça faisait travailler mon imagination, chose dont j'avais besoin dans mon métier. C'est déjà arrivé qu'un type me demande de lui tatouer une voiture sur le bras, ou sa maison sur l'omoplate, donc autant que je sache à quoi ressemble le Palais d'Ohime Quinah.

Cependant, j'appréciais grandement ce qu'il pouvait me proposer en échange, aussi je venais hausser un sourcil, autant joindre l'utile à l'agréable hein? «Si tu me prends par les sentiments...» - je lui faisais un signe de tête et on se remettait en route, mais au bout d'un moment, il y eut de l'agitation, tout le monde se mettait à courir dans tous les sens
«Attrapez le! Mais attrapez le bon sang!!» - et je voyais alors un petit cochon noir se faufiler entre les pieds des personnes autour de nous - et passer entre les miens aussi avant de s'enfuir en courant! J'affichais un large sourire et je me tournais vers le gosse

«Allez viens! On le rattrape!» - je passais devant pour que les gens se dépêchent, rapidement on se retrouvait dans des petites ruelles, non mais quelle idée à la con j'ai eu! Avec une chaleur pareille, courir après un cochon non mais oh! Et il est passé où maintenant?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 10 Juin 2013, 19:25

« Tu... Tu es en train de dire qu'on aurait un jardin ? Sûr de sûr ? »
Le visage du botaniste s'éclaira et il regretta soudain que ne pas pouvoir lui sauter au cou pour l'embrasser sans retenue. « Ah, je te promets qu'il sera beau ! J'ai plein d'autre graine chez moi, aussi, oh, c'est dommage qu'on m'ait volé toutes les plantes que j'avais sur mon balcon, j'aurais pu les ramener... »

Visiter les jardins du Palais auraient maintenant doublement plus d'intérêt, puisque cela lui donnerait des idées pour aménager cette future terrasse, pensa avec bonheur Benedikt. Ils continuèrent leur promenade pendant quelques minutes avant que du bruits et de l'agitation attire leur attention. Heu, c'était pour... la bestiole qui venait filer entre les jambes du tatoueur ? Apparemment, oui, comme un jeune homme s'était mis à lui courir après pendant que le marchand râlait un peu plus loin. Vrass, lui, avait dans l'idée de l'aider et le poursuivit.
« Hein ? » Benedikt se tourna vers le tatoueur, confus, mais le suivit tout de même. « Je rêve ou on est en train de courser un cochon ? » demanda-t-il en riant alors qu'il courait pour rattraper le tatoueur.

Avec tout le monde qu'il y avait, ce n'était pas très facile de se frayer un chemin à travers la foule, mais le botaniste avait l'avantage d'être petit et fin et de pouvoir se glisser entre les gens plus aisément – moins que la petite bête qu'ils suivaient, malheureusement -. Après un petit moment à lui courir après, Benedikt dérapa à un coin de rue en apercevant le cochon en train de trottiner dans cette direction, et détala pour le bloquer dans un coin, entre deux maisons.

« Je t'ai eu ! » chantonna-t-il, juste avant que l'homme qui courait derrière le botaniste lui rentre dedans brusquement. Benedikt se retrouva par terre la seconde d'après, écrasé par quelqu'un qui aurait mieux fait de faire quelques kilos de moins, décida-t-il, mais c'était l'espoir vain de tout ceux qui s'était déjà retrouvé dans cette situation. Il se releva heureusement très rapidement en s'excusant pour se jeter sur le petit cochon noir qu'il prit sous le bras. Après s'être débattu un peu, le dit-cochon sembla se décourager et grogna une dernière fois, l'air sombre, pendant que le botaniste se relevait aussi en essayant de reprendre son souffle. Benedikt avait l'impression qu'il faisait 80° sous cette maudite chaleur, et se fit la réflexion que courir à perdre haleine avec ce temps-là n'était pas exactement la meilleure façon de le supporter. Comment il pouvait faire aussi chaud ? Le botaniste eut sa réponse quand il avisa sa casquette tombée par terre à côté.

« Merci de m'avoir aidé ! Je vais pouvoir le rapporter à mon père, il va être bien content ! »
Benedikt ouvrit la bouche pour répondre, avant de préférer garder le peu de souffle qu'il lui restait et de hocher simplement la tête. Oh, ce n'était peut-être pas une meilleure idée, finalement, s'aperçut-il pourtant quand il eut le loisir de comprendre que c'était sa tête qui tournait, même maintenant qu'il était immobile.
« Ça va ? Vous êtes tout pâle... Enfin, j'ai l'impression, plus que vous devriez l'être... » continua le fils du marchand, les sourcils froncés.
« Non, tout... va bien... Il faut... juste que je reprenne... mon souffle... »
Ce après quoi Benedikt tomba dans les pommes, histoire de se donner complètement tort.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 11 Juin 2013, 00:23

Heureusement que le gosse est plus petit et plus agile que moi, si j'arrivais à peu près à déblayer la route, c'était impossible pour moi de réussir à atteindre la vitesse d'une si petite chose. Je finissais par suivre également les bruits et les éclats de voix jusqu'à ce que des couinements caractéristiques du cochon me laissent penser qu'il avait finalement été attrapé.

Benedikt se tenait au fond d'une ruelle avec un jeune homme de forte corpulence qui avait désormais le cochon sous le bras, de là où j'étais, je pouvais voir qu'il avait l'air fatigué et surtout qu'il ne portait plus sa casquette. Il était visiblement couvert de sueur et je devais reconnaître ne pas être en meilleur état. On n'a pas idée de courir dans une tenue pareille sous une telle chaleur! Je m'avançais juste à temps pour le voir basculer en arrière et sa tête manqua de peu de cogner violemment contre le mur derrière lui! Je me précipitais pour l'attraper et m'assurer que sa casquette restait bien sur sa tête pour qu'elle soit au frais puis je sortais l'orbe médicinal que je venais d'acheter et je le déposais dans sa main...

«C'est quoi ça? Pourquoi ça passe comme ça du bleu au rouge?»
- «Parce qu'il a trop chaud et qu'il est déshydraté! Il faut que je l'amène à l'auberge...»
- «Venez, je vais vous guider...»
- «Merci»

Je le soulevais rapidement avant de suivre le fils du marchand, avec sa corpulence, il me permettait de ne pas le perdre de vue et je me retrouvais rapidement dans une auberge qui m'était familière, au point que le patron me regarda d'un drôle d'air
«Vous revenez encore avec quelqu'un d'inconscient dans les bras?»
- «J'y peux rien s'il fait une chaleur à crever dans votre patelin!! De l'eau et une chambre au frais, vite!»


Le marchand laissait donc la place à un jeune homme qui prit une clé et me fit rapidement descendre les escaliers pour gagner les chambres du sous-sol qui n'avaient peut être pas une jolie vue mais qui étaient au frais. Malgré tout, ils compensaient cela en faisant en sorte que les couloirs soient tout simplement magnifiques, aux murs colorés et avec des drapes un peu partout, et les chambres pouvaient donc y donner éventuellement si on ouvrait les rideaux, donnant un semblant de paysage.

Je venais le déposer rapidement sur le lit alors que le jeune garçon me laissait tout en me montrant la table de nuit sur laquelle se trouvait une sorte de grand saladier plein d'eau
«Je vais chercher une outre d'eau»
- «Vite!»
- dis-je avec une certaine mauvaise humeur. J'allongeais le gosse sur le dos avant de lui retirer son t-shirt, je le pliais avant de le tremper dans l'eau pour lui mouiller les lèvres d'abord, puis je venais humidifier son corps autant que je le pouvais avant de laisser le tissu humide sur son front

«Allez, il fait bon là, réveille toi...» - le garçon revint et je prenais l'outre pour la presser doucement au-dessus des lèvres entrouvertes du gosse, je ne pouvais pas trop en mettre pour ne pas prendre le risque de l'étouffer non plus, juste quelques gouttes pour l'hydrater et peut être le réveiller.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 11 Juin 2013, 13:48

Le botaniste fronça les sourcils et ouvrit les yeux avec l'impression d'émerger d'une purée de sommeil particulièrement collante et poisseuse. Puis battit des paupières par réflexe parce qu'il voyait flou. Même sans y voir clair, pourtant, la personne qu'il voyait en face de lui était parfaitement reconnaissable, et le rendit encore plus confus qu'il ne l'était déjà. Benedikt avait assez de conscience pour savoir qu'il n'aurait pas dû voir le visage de cette jeune fille là penchée sur lui. Merde... Il était mort ? Le botaniste cligna des yeux puis les frotta en grommelant inintelligiblement, avant de les rouvrir et de découvrir de visage du tatoueur à la place. Ah... Voilà qui lui convenait bien mieux.

« Vrass... » Il essaya de se relever, mais une main posée sur son épaule l'en empêcha.
« Attendez un peu avant de vous relever, conseil d'un homme avisé, on s'y connaît avec Néthi...! »
Flûte, Néthi, elle ne devait pas bien être costaud, pour qu'il dise un truc comme ça. La pauvre, vivre ici ne devait pas être vraiment facile. Benedikt ne connaissait pourtant pas cette voix-là et tourna la tête vers sa direction, révélant la présence d'un jeune homme qui devait travailler... à... Ils étaient où, là, en fait ? Ça ressemblait à une chambre, au moins, donc probablement une auberge, mais comment ils étaient arrivés jusque-là ?
« On est... où ? » demanda-t-il à personne en particulier.
« Une auberge, et moi, je vais vous laisser vous en occuper, j'ai du travail. » répondit à nouveau l'homme, qui parlait en fait principalement à Vrass. « Si vous avez besoin de quoique ce soit, appelez-moi. Ou quelqu'un d'autre de l'auberge pourra certainement vous aider. »

Benedikt referma les yeux et soupira pendant qu'il partait, avisant soudain le tissus humide sur son front sur lequel il tira doucement. Sa langue était pâteuse et il la claqua contre son palais. Pas vraiment envie de bouger, sa soif attendra quelque instants, et le botaniste se contenta d'enfouir son visage dans le tissus frais. Minute, pourquoi il y avait des lanières là-dessus ? Il l'éloigna et rouvrit les yeux pour le regarder, avant que deux neurones ne se connectent. Il était torse nu, là.
« Hé, mais... c'est mon t-shirt ? » Benedikt se mordit la lèvre et regarda le tatoueur. « Je suis désolé... Tu m'as porté jusqu'ici ? Ah... je suis vraiment désolé... Dans quelques minutes, on peut repartir, promis, je ne pensais pas... D'habitude, ça ne m'arrive jamais, ce genre de truc. »

Le botaniste se redressa doucement et appuya ses yeux contre les paumes de ses mains pour faire disparaître les étoiles qui scintillaient derrière ses paupières. Puis attrapa l'outre de Vrass pour boire un peu. Ah, ça, c'était merveilleusement agréable.
« J'espère que tu ne vas pas réviser tes envies, comme avec Néthi... Promis, moi, c'est la dernière fois... » rajouta-t-il avec un léger rire. « Au moins, j'ai appris que je ne devais pas courir comme un lapin trop longtemps sous cette chaleur... Au cas où j'étais assez bête pour ne pas m'en douter... »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 12 Juin 2013, 01:14

Le réveil du gosse fut plutôt particulier. J'avais l'impression sur le coup qu'il ne me reconnaissait pas, ou encore qu'il ne me voyait pas vraiment jusqu'à ce que je me penche un peu plus et qu'il finisse enfin par prononcer mon nom. Est-ce à cause du maquillage ou de ma coupe de cheveux légèrement différente de d'habitude qu'il a eu du mal? Je ne sais pas trop, mais je fais rapidement signe au jeune garçon de dégager maintenant qu'il est réveillé.

«Ça va aller t'en fais pas...» - je prenais le verre d'eau afin d'y tremper mes doigts et les passer sur ses lèvres doucement, pendant ce temps, il réalisait que j'avais posé son t-shirt trempé sur son front et qu'il devait avoir la peau un peu humide, et j'affichais un léger sourire - «Fallait te réhydrater... tu devrais boire.»
Et voilà qu'il voulait déjà repartir et je hochais de la tête de gauche à droite

«Reste allongé. Il fait trop chaud de toute manière, cette auberge propose des tas de choses, notamment des bains où l'on s'occupe de toi de la tête aux pieds... si tu veux avoir droit toi aussi à une petite transformation?» - je me disais que ça pourrait lui faire du bien. De toute évidence ici, ils sont très à cheval sur l'hygiène et ils disposent de tout un tas d'installations pour se laver. Que ce soit à sec avec une sorte de poudre particulière, ou dans des grands bains d'eau chaude ou froide. De toute évidence, quelque chose me disait qu'on n'allait pas rechigner sur un bain froid pour changer!

«On ressortira à la fin de la journée. Pour l'instant tu te reposes, on mangera un morceau et cet après-midi on se la coule douce. On sortira après, je te le promets...» - en plus, je suis sur que les dorures des toits au coucher de soleil, ça doit être sympa, et comme je sais qu'il aime bien les couchers de soleil, ça devrait lui plaire.

Je lui tendais le verre d'eau en plongeant mon regard dans le sien d'un air assez sérieux - «Bois ça au lieu de dire des bêtises! Pour mes envies, tu n'auras qu'à me réchauffer cette nuit, je te signale que dans le désert, il fait froid une fois le soleil couché!» - je lui mettais une petite pichenette sur le nez avant de lui laisser le verre dans les mains. Puis je me levais pour regarder par la fenêtre. Il y avait là une immense salle, une bibliothèque visiblement si j'en crois les nombreux rouleaux entreposés. Des tableaux aussi et autres tissages sont exposés et des gens se baladent simplement en les regardant. Je suppose qu'ils doivent, eux aussi attendre que la température soit plus clémente? Il est presque midi après tout, le temps a filé à toute vitesse.

Je ferme les rideaux - histoire qu'on ait quand même un peu d'intimité avant de revenir vers le lit. Je posais ma main sur sa joue pour le regarder attentivement - «N'en fais pas trop, ok? Faut qu'on en profite un peu de nos vacances, non?» - pas la peine qu'il me tombe dans les pommes toutes les cinq minutes non plus.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 12 Juin 2013, 13:37

« Ah, il n'y a aucune chance que je ressemble à un Ohime de près ou de loin, pas comme toi. » rigola doucement le botaniste, avant de finir son verre d'eau d'une traite. Il eut pourtant le temps de hausser les yeux au ciel en entendant continuer Vrass sur la suite de la journée. Ah, bien sûr, il fallait s'y attendre. Benedikt pensa un instant à protester qu'il se sentait beaucoup mieux maintenant, que ce n'était pas la peine de s'empêcher de continuer leur balade juste parce que... Mais... non, le botaniste savait bien que ce ne serait sans doute d'aucune utilité, et s'il devait être franc avec lui-même, il n'avait pas envie de se battre pour un sujet aussi idiot, ou n'en avait pas la force.
« Je dois dire qu'un bain ne serait pas de refus... J'ai l'impression d'être tout poisseux et collant et plein de poussière de sable. » finit-il par soupirer. « Est-ce qu'on ne pourrait pas se laver un peu avant d'aller manger ? Ça ne prendra pas très longtemps et on pourra revenir là-bas après si tu veux, mais je suis aussi sale que j'ai faim, en vérité... »

Il attrapa le verre à nouveau rempli que lui tendait Vrass et murmura : « Mais qu'est-ce que c'est que ce pays, il fait trop chaud le jour et trop froid la nuit ? » avant de hocher doucement la tête.
Benedikt ne pouvait pas voir ce que regardait le tatoueur de l'endroit où il était quand il se releva pour se mettre dans la fenêtre (le botaniste n'avait pas encore remarqué qu'ils étaient au sous-sols, et se demanda un peu confus pourquoi si peu de lumière venait de l'extérieur). Repensant à leur après-midi, il décida que finalement, tout était bon à prendre si cela empêchait de vieux souvenirs de remonter à la surface. Ce n'était pas agréable de confondre ces voix et ces visages comme si son esprit refusait d'émerger complètement de son rêve de la nuit précédente. Était-ce vraiment utile de se faire poursuivre par un fantôme - qui appartenait à sa propre imagination, en plus - ? Avait-il peur de se faire oublier ? Benedikt savait que plus les années passaient, et plus ses souvenirs d'Ephtéria devenaient flous et imprécises, mais certains détails ne risquaient pas de disparaître d'ici peu. Chaque année, c'était pareil, le même jour, comme une horloge qui tournait sans que lui-même ne se charge de la remonter.
Le botaniste détendit son visage quand il s'aperçut qu'il fronçait le nez et suivit des yeux le tatoueur qui revenait vers lui.
« Ne t'inquiète pas pour moi... Ça ira très bien. » le rassura-t-il quand ce dernier lui demanda de ne pas trop en faire. Il reposa son verre d'eau sur la table de nuit et se rallongea pour poser sa tête contre la cuisse de Vrass. Juste encore quelques minutes... C'était plaisant pour une fois de pouvoir se blottir contre le tatoueur en pleine journée sans crainte des regards, et Benedikt décida que même si sa tête ne tournait plus et qu'il pensait pouvoir se relever sans problème, il allait en profiter pour abuser un peu de sa condition actuelle et les faire rester là encore quelques minutes... Après, il serait toujours temps d'aller se nettoyer un peu.

* * * * * * * *

Malgré le fait qu'ils n'étaient plus au sous-sol, il faisait plutôt frais dans les bains, probablement grâce à l'eau tiède et aux murs épais où les fenêtres étaient relativement rares. Cela plongeait l'endroit dans une lumière inégale et diffuse plus agréable à supporter quand on se promenait en sous-vêtements devant tout le monde. Même si pour le coup, le botaniste n'avait guère d'embarras. Les seules véritables salles de bains dont il avait profité avant d'arriver à la Basse-ville étaient toutes communes, et sa pudeur tenait plus du souci de vouloir rester présentable que d'autre chose, alors ce n'était pas important dans un endroit prévu pour ça. La répugnance du botaniste à montrer les fines cicatrices encore visible entre ses omoplates le poussait cependant assez ridiculement à marcher devant Vrass, mais pratiquement collé à lui.

Apparemment, une source passait par là, et les habitants en avaient bien profité. Benedikt s'arrêta avec de grands yeux émerveillé devant la fontaine recouverte de pierres précieuses qui renvoyaient des reflets colorés à travers toute la salle. Même des nobles de Païlandune auraient eu du mal à pouvoir se permettre d'installer de pareilles pièces. Mais c'était surtout la beauté de l'endroit qui laissait le botaniste sans voix ; tout ça pour une salle de bain ? À la Basse-ville, on n'avait pas non plus le raffinement de faire des pièces dignes des grands seigneurs rien que pour se laver. Il fallait dire que construire un truc pareil prenait de la place, alors même dans un 30m²... On évitait.
Benedikt se retourna pour jeter un grand sourire au tatoueur et l'attrapa par le poignet pour l'emmener dans l'une des nombreuses salles en mosaïque jointes à la pièce principale.
« Viens, on va se laver en vitesse et on y va, je suppose que tu as encore plus faim que moi...! »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 12 Juin 2013, 18:43

«Je pense qu'il ne doit pas y avoir de problème.. de toute évidence, ils sont assez à cheval sur l'hygiène dans le coin» - et ils sont même du genre à justement prendre un bain avant et après le repas, donc je doute que ça pose problème si on va se rafraîchir un peu avant d'aller manger.

Je le laisse d'abord finir son verre d'eau avant de le voir se perdre encore dans ses pensées, et une fois de plus, j'interceptais un air triste sur son visage et je fronçais les sourcils mais sans pour autant venir le questionner. De toute évidence, quelque chose le tourmentait mais j'avais l'impression qu'il n'avait pas envie d'en parler. De toute évidence, il ne voulait pas parler du tout, y'avait qu'à voir sa manière de me faire les yeux doux en me précisant qu'il allait bien, et je souriais en me rapprochant un peu plus de lui avant de l'embrasser du bout des lèvres
«Je vais quand même y aller doucement...» - je préfère, et puis même s'il fait un peu meilleur ici, la température reste élevée quand même hein?

* * * * * * * *

Direction les bains à présent, j'étais un peu surpris de voir que mon maquillage n'avait pas coulé avec tout ça, mais je suppose qu'il est prévu pour supporter la transpiration. Il y avait le choix entre plusieurs bains et de ce que je pouvais voir, il convenait de garder une sorte de serviette ou de pagne pendant la toilette puisqu'ils étaient publiques. Même s'il n'y avait personne pour le moment, autant s'en tenir aux traditions non? Je gardais donc une serviette autour de la taille avant de me pencher pour goûter l'eau. Il y avait plusieurs températures en fait, la plupart était tiède, mais de toute évidence, il devait y avoir des fous furieux qui voulaient prendre un bain chaud.

Je prenais donc un bain tiède, me glissant dans l'eau avant que le gosse ne me rejoigne. On ne pouvait pas vraiment demeurer l'un contre l'autre, et de toute manière, on voulait juste se laver rapidement, on prendrait surement un vrai bain plus tard dans l'après-midi. Je prenais donc l'espèce de savon noir afin d'en appliquer partout sur mon corps, avant de le tendre à Benedikt le temps qu'il se lave aussi. Puis on sortait rapidement, même pas envie de me sécher en fait, avec la chaleur ambiante, j'allais sécher tout seul.

Je m'étais tout de même passé de l'eau sur le visage pour retirer le maquillage, insistant lourdement autour des yeux avant de retourner dans la chambre pour me rhabiller. J'enfilais mes vêtements à moi et non pas le costume du coin et je faisais signe au gosse de me suivre.
On s'installait à une table pour manger, je prenais un plat classique à base de mouton avant de me pencher vers le gosse en reprenant mon sérieux. Je voyais bien que malgré «tous mes efforts», il paraissait ailleurs.
«Hum... t'es sûr que ça va? J'ai l'impression qu'il y a un truc qui te tracasse depuis toute à l'heure...» - une jeune femme était passée à côté de lui un peu plus tôt, et il avait sursauté en la regardant passer avant de rougir légèrement. Elle était encore dans la salle et je la désignais du menton «tu la connais?»

Peut être qu'il a peur que je fasse une crise de jalousie?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 13 Juin 2013, 00:37

Benedikt redressa la tête brusquement.
« Non ! » Mauvaise réponse. Un ton trop alarmé pour une question tout à fait banale n'allait certainement pas produire l'effet espéré et éloigner les questions du tatoueur. « Non... Je ne la connais pas. Pourquoi... tu demandes ça ? »
Le botaniste releva les yeux un instant et joua avec le rebord de son verre sur lequel il faisait passer son pouce. Bon, c'était assez inutile de faire semblant, là... Les mensonges de Benedikt, même par omission, étaient toujours plus ou moins lamentables, mais avec Vrass, c'était pratiquement impossible. En plus de se sentir lui-même coupable de lui cacher des choses, le tatoueur le connaissait maintenant assez bien pour savoir quand il le faisait. La preuve, il le regardait déjà avec ce regard qui voulait tout dire, et venait de le lui faire remarquer qu'il avait l'air ailleurs.

« Je l'ai prise pour quelqu'un d'autre, c'est tout... une amie... que j'avais à Ephtéria. Ce qui est idiot parce... qu'elle est morte depuis très longtemps. » murmura-t-il, et il resta encore quelques secondes à inspecter inutilement la propreté de ses mains toujours appuyées contre son verre. Avant de rouvrir la bouche devant le silence du tatoueur, qui pouvait avoir de nombreuses explications, mais Benedikt n'était pas sûr de pouvoir les deviner. « Ça doit faire aujourd'hui onze ans, d'ailleurs, je crois... En fait... j'en suis sûr. »
Ce après quoi il attrapa la première chose devant lui qui semblait comestible pour le mettre dans sa bouche, histoire de s'éviter d'autres embarras. Mmmmh, un peu collant, mais appétissant ! Benedikt n'avait jamais mangé un fruit pareil, mais il en avait beaucoup vu sur les marchés qu'ils avaient traversé le matin même. Il avait fait attention à ne choisir que des spécialités d'Ohime Quinah, qu'il ne connaissait même pas de nom pour la plupart.

« Ah, tu as goûté à ça ? C'est sympa, c'est sucré mais comme il faut, je ne sais même pas comment ça s'appelle ! » rajouta-t-il, montrant une deuxième datte au tatoueur qu'il s’empressa d'enfourner tout aussi vite. On ne parlait pas la bouche pleine, c'était malpoli, et pour une fois, cela arrangeait bien le botaniste. Il y avait des sujets tabous chez lui, et celui-ci était probablement dans son top trois. Cela l'avait été même à Ephtéria, vu le jugement désapprobateur de la gérante de l'orphelinat sur les gamines des rues. Surtout celles aussi voleuses que menteuses que Noa. Le botaniste avait peur des remarques et des explications, ou finalement, simplement l'habitude de ne jamais en parler. Benedikt n'était pas trop sûr mais n'était pas vraiment le genre à prendre de risques. Il se contenta de croquer dans une pâtisserie posée sur son plateau dans un coin de son plateau.
Oh-ho, flûte, il y avait du miel là-dedans, ça se sentait. Le botaniste mit moins de trente secondes à engloutir le tout, et léchait encore ses doigts après en espérant que son addiction serait satisfaite avec cette petite pâtisserie. D'habitude, un pot entier de miel y passait, mais après tout, ça se calmait généralement quand il n'en avait plus sous les yeux.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 13 Juin 2013, 18:28

Il ne pouvait pas me mentir, il n'était pas doué pour ça. Cependant, je voyais bien que la mort de cette fille l'avait marqué pour qu'il se souvienne exactement de la date à laquelle elle était décédée. Pourtant, je ne voulais pas le forcer à en parler, et lorsqu'il changea radicalement de sujet pour se jeter sur les dattes, je n'insistais pas.

«Je vois.» - c'était un ton un peu trop sombre à mon goût, je ne voulais pas qu'il croit que je lui en voulais ou autre de ne pas se confier davantage. Cependant, je le regardais de telle sorte que je voulais qu'il sache qu'il pouvait me parler s'il le souhaitait, ça ne me dérangeait pas de l'entendre et ce, même si la fille en question était une ex. Je prenais une datte avant de grimacer après l'avoir goûté «trop sucré je trouve.» - de toute manière, de façon générale, je ne suis pas un grand amateur de fruits secs. Je prenais plutôt de l'eau avant de lever les yeux vers lui d'un air amusé

«Il paraît qu'ils font le meilleur thé de Nideyle, faudra que tu le goûtes!» - dis-je en le voyant enfourner un nombre incalculable de pâtisseries. Pas de repas pour lui donc, que du dessert, moi on me portait mon mouton et je commençais donc à manger.

«Il y a une grande bibliothèque ici. Si ça te dit, on peut s'y rendre cet après-midi. Il doit y faire frais là bas.» - ce n'est pas mon truc les livres, mais je sais aussi qu'ils doivent faire de beaux dessins, et comme toujours, je pourrai m'en inspirer pour mes tatouages. Je tendais un morceau de mouton à Benedikt pour qu'il goûte entre deux bouchées de gâteau en prenant un air amusé «tiens mange, ça te fera des protéines un peu! Tu vas nous faire une hyperglycémie à force!» - jamais vu quelqu'un aimer autant le sucre. C'est assez amusant de voir toutes nos différences, mais d'un autre côté, j'aime appeler ça un certain complément.

Pour le dessert, je préférais prendre des fruits frais, et il y avait là une mangue qui me faisait de l'œil aussi je ne me gênais pas pour la récupérer. Je coupais au ras du noyau de part et d'autre pour en avoir presque deux moitiés, puis je découpais de gros carrés à l'intérieur à l'aide de mon couteau avant de la retourner, ça faisait comme des petits hérissons tous plats! Puis je mordais dans la chair généreuse, c'est aussi sucré, mais plus doux tout de même. Je jetais un œil au gosse, espérant que l'idée de la bibliothèque l'aiderait à retrouver le sourire.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Benedikt » 14 Juin 2013, 00:54

Benedikt se mit à rire légèrement et releva les yeux sur le tatoueur qui continuait de manger.
« Tu sais, je n'aime pas vraiment lire... Je trouve ça parfois un peu difficile et je lis trop lentement. À la Basse-ville, c'est utile parce que je veux apprendre comment on vit là-bas, mais ici... Je préférerais demander à des gens et discuter avec eux. »
Il s'arrêta, son regard changeant imperceptiblement au fur et à mesure que ses réflexions retournaient à ce dont il pensait auparavant. Bien sûr, les efforts du tatoueurs étaient appréciables, mais... le botaniste se sentait un peu coupable d'avoir l'impression de gâcher un peu leur journée à Ohime Quinah avec son humeur. Être distrait aussi souvent n'aidait pas, et pourtant il ne voulait que Vrass s'embête avec autre chose que le plaisir de continuer leur petites vacances.

« Vrass, tu n'es pas obligé de... Je sais que tu essayes de me changer les idées, et tout, depuis tout à l'heure, et je suis désolé si j'ai un peu la tête ailleurs aujourd'hui, mais tu n'as pas à faire ça. Je n'aime pas penser à ce qui s'est passé mais c'était il y a longtemps. Je ne veux pas que tu t'embêtes avec ça, ça ira mieux demain et après-demain. » soupira-t-il doucement. « C'est juste... qu'elle voulait autant voyager que moi, alors être ici... J'y pense plus. Mais tu n'as besoin de t’inquiéter, je n'ai pas besoin d'être consolé ou distrait, hein ? »
Benedikt respira par le nez, s’apercevant un peu trop tard qu'il avait peut-être l'air un peu accusateur quand ce n'était pas son but.
« Mais je serais content d'y passer quand même, dans cette bibliothèque ! Il y a forcément de beaux livres sur les plantes ou sur les insectes, j'aimerais bien en voir parce qu'ici, il y a pleins d'espèces que je ne connais pas. Et je crois que ça pourrait t'intéresser parce qu'ils sont souvent illustrés, ça pourrait être utile pour tes dessins ? »

Il releva le tête et planta sa fourchette dans la part que Vrass lui donnait, puis croqua dedans avec un nouveau sourire qui se voulait autant rassurant qu'il n'était honnête.
« D'abord je ne mange presque jamais autant de sucre, d'habitude ! Sauf pour... » Le miel à l'aspect doré et liquide et qui coulait lentement des cuillères à soupe qu'on plongeait dans des pots entier... Mmmmhh... Le botaniste attrapa une nouvelle pâtisserie feuilletée alors qu'il venait à peine de finir sa bouchée, incapable de se retenir alors qu'elles étaient juste devant lui et l'air presque désespéré de ses propres addictions. L'association des deux plats n'étaient pas très fameuses - voir franchement pas très bonne -, mais finalement, ce n'était pas forcément ce qui importait dans l'étrange attraction qu'il y trouvait.
« D'ailleurs, depuis quand tu me donnes des conseils nutritionnels, mon cher ? Ce n'est pas à moi de les donner, par hasard ? Je t'influence dangereusement, décidément. » rajouta-t-il avec un sourire en coin. « Mais je veux bien t'échanger une partie de mon assiette contre une de la tienne, il faut que j'arrête de manger ça, j'ai l'impression d'être une femme enceinte à avoir des... » La fin de la phrase se perdit dans la chaleur de l'air, Benedikt n'avait pas vraiment l'intention d'avouer son petit jeu de cachette de pot de miel au fond des tiroirs de la cuisine de la boutique, tout ça à cause de ses envies ravageuse. C'était déjà frustrant d'être incapable de se retenir devant de la simple nourriture, si en plus Vrass se moquait de lui - il aurait raison, malheureusement -. « Enfin... » Ben oui, pas facile de rattraper sa phrase, maintenant. « Je vais... grossir, quoi... Sauf que ce sera... permanent... »
Flûte. Le botaniste fronça lui-même ses sourcils à ses tentatives désastreuses, posa son menton dans ses mains pour cacher ses joues rouges et profita du passage d'une serveuse pour lui demander du thé.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: En attendant que le vent souffle

Messagepar Vrass Rannveig » 14 Juin 2013, 17:43

«Ce n'est pas forcément une histoire de te changer les idées ou autres, on est en vacances, et avec cette chaleur, on ne peut pas vraiment sortir faire un tour. Ohime Quinah est plus agréable à visiter à l'aube ou au crépuscule. La bibliothèque est un endroit qui pourrait être à la fois frais et agréable, rien de plus.» - je manifestais une certaine mauvaise humeur sur le coup, mais celle-ci disparut bien vite alors qu'il essayait de se justifier vis à vis de son air triste. Puis finalement, il essayait de se rattraper en disant vouloir quand même y aller et je haussais des épaules.

«Laisse tomber... j'ai proposé ça comme ça. Tu n'es pas obligé de dire oui juste parce que j'en ai parlé.» - je préférais plutôt lui faire goûter mon mouton, en précisant qu'il ne devait pas ne manger que du sucre, qu'il allait finir par être malade. Mais visiblement, le goût ne se mariait pas trop avec ses pâtisseries et je levais les yeux au ciel alors qu'il essayait de me taquiner sur le fait que je lui donnais des conseils nutritionnels
«Je t'en donne depuis que tu t'es évanoui. On ne peut pas tenir dans un climat pareil sans une certaine alimentation, c'est comme quand on vit dans le froid, ton organisme doit s'y adapter!»

J'essayais tant bien que mal de ne pas montrer ma mauvaise humeur. Chaque fois que je n'allais pas bien, il avait toujours le truc pour me faire aller mieux, me redonner le sourire et m'alléger le cœur. Je me rendais compte que je n'étais pas aussi doué que lui, ce qui n'est pas si étonnant que ça après tout, j'ai jamais été doué en relations humaines, surtout sur du long terme.

Je lui tendais mon assiette pour qu'il en mange la moitié, n'écoutant même pas son baratin à propos d'une envie de femme enceinte. J'ai toujours su qu'il était gourmand aussi ça ne me choquait même pas, et puis peut être que j'étais légèrement las d'un seul coup.
Je terminais mon assiette avant de passer au dessert, des fruits donc alors qu'il se prenait un thé. Puis je m'essuyais les doigts avant de me lever.
«Si ça ne t'ennuie pas, j'aimerais faire une sieste. Entre la balade de ce matin, la course poursuite et... le bain, je suis un peu fatigué.» - puis je prenais une datte juste pour la faire rouler sur mes doigts avant de la reposer - «mais tu peux faire ce que tu veux de ton côté, tu n'es pas obligé de rester avec moi après tout. Je comprendrai si tu as envie d'être un peu seul.»

Je pense que c'est le mieux en fait. Vu que je n'arrive pas à l'aider, peut être qu'il faut qu'il le fasse seul? Je lui tournais le dos afin de regagner notre chambre. Les rideaux étaient toujours fermés mais je remarquais qu'on avait déjà refait le lit? On n'est peut être pas passé inaperçus finalement, mais vu que je ne vois personne qui nous course avec des fourches, soit ils pensent que l'un de nous s'est amusé seul avec une fille du coin, soit ils s'en foutent.

Bref, je m'allongeais sur le lit, roulé en boule sur le côté, une main sous l'oreiller sous ma tête, tournant le dos à la porte, je fermais les yeux, essayant surtout de ne penser à rien, et encore moins à ce que je pouvais ressentir à l'heure actuelle. C'est rare que je me sente... inutile?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Suivante

Retourner vers L'Oasis d'Ohime Quinah

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron