Le Journal et la Louve

Si l'est un point sur lequel tous s'accordent, c'est l'inhospitalité de Guttenvald ! Aux pieds des Obsidiennes et perdu dans la forêt des Ombres, c'est le poste frontière entre Ephtéria et N'qâta.

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Pentagruel Hartus » 30 Sep 2014, 23:52

Se remettant toujours de ses émotions après avoir couru, Pentagruel retrouvait peu à peu son souffle. Il suivit les échanges un peu à l'écart, dans son petit coin. A son âge, on ne pouvait plus respirer et parler en même temps ! Néanmoins, lorsqu'il entendit Alix dire certaines choses, il se douta que l'alcool dévoilait ses pensées sans qu'il ne s'en rende vraiment compte. Même s'il était toujours essoufflé, il prit la parole pour le défendre. Après tout, il s'agissait d'un client, et un client fort généreux qui plus est. Pour rien au monde il ne voulait se séparer de lui avant d'avoir vider sa bourse. Il y avait toujours quelque chose à tirer d'une amitié.

« Voyons, Alix ! » Commença-t-il d'un ton jovial. « Ces mesdames... enfin ces deux personnes m'ont l'air tout à fait charmantes ! » Bon, quand on lui apprit qu'elles n'avaient pas besoin de ses services, il les trouva moins charmantes tout à coup, mais elles restaient malgré tout aimables.

Il fut ravi d'entendre son éloge venant de la bouche de son « ami » comme ce dernier se plaisait à l'appeler. C'était une bonne chose, car cela lui faisait de la pub gratuite. Peut-être bien qu'elles allaient repenser leurs jugements et accepter ses humbles services. Finalement il y avait peut-être quelque chose à tirer d'elles. Pour appuyer les propos d'Alix, il leur adressa un merveilleux sourire édenté. Il n'allait pas le faire mentir, voyons !

Ainsi, Shara et Vicra semblaient plutôt complices l'une et l'autre quand il vit la jeune femme glisser quelques mots à l'oreille de la louve. Louve qu'il détailla comme on regardait une pièce de collection qu'on ne possédait pas. Un animal qui parlait ! Si ce n'était pas fabuleux ça ! Il s'imagina alors voyageant avec elle, suscitant la curiosité des passants, mais convoitant surtout leurs porte-monnaies.

Mais à nouveau les affaires se mirent à dégénérer, on accusa Alix d'être un ivrogne. C'était le cas, mais il se sentit obligé de le défendre, comme s'il s'agissait d'un devoir. D'une certaine façon, s'en était bien un, il se devait de prendre sa défense pour son bon commerce. Qui voulait les services d'un homme accompagné d'un homme ivre ?

« Chère jeune femme... » Ne l'avait-elle pas appelé vieil homme ? « Mon ami et moi avons fêté un marché entre nous, vous savez, il a la chance de pouvoir se payer mes services... » Il s'interrompit, se demandant si ce qu'il venait de dire ne portait pas à confusion. « Peu importe, il est tout simplement enchanté de découvrir cette belle ville à mes côtés ! »

Comme cela sonnait faux, mais seulement à ses oreilles. Du moins espérait-il. Puis son attention se porta sur le fleuve, car un bateau arrivait. Et il n'y avait aucun doute, il était impossible de confondre la Moquette avec un autre navire. Il sauta presque sur place, presque car il s'agissait là d'une tentative. Son corps ne voulait plus répondre à ses désirs comme auparavant. Finalement, il ne fit que rebondir sur place.

« Tenez, regardez là-bas ! C'est le bateau que j'attendais ! » Personne ne pouvait comprendre pourquoi il était aussi enthousiaste à l'idée de voir ce navire, peut-être Alix, mais il s'agitait comme un enfant voyant le « père Noël » arriver avec un sac sur son dos plein de cadeaux.

Je fais correspondre l'arrivée du bateau à Guttenvald, j'espère que ça ne dérange personne.

Avatar de l’utilisateur
Pentagruel Hartus

Crédit: Fermé

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Sekhmet Hékénou » 02 Oct 2014, 16:10

Notre Ohime accompagnée d'Antiphane arrivent du bateau

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Si si c'est parfait, je me permet de molester un peu alix vu que c'est mon personnage et le faire agir pour ne pas rp deux fois de suite.


Sans un regard en arrière Sekhmet débarqua sur les quais de Guttenvald la sombre en entraînant avec elle Antiphane qui traînait légèrement du pied, bien sur elle se doutait. qu'il n'avait pas très envie de la suivre et encore moins de sentir son contact mais elle se devait de descendre au plus vite et ne plus perdre de temps, elle craignait que son contact ne l'ait pas attendu à moins qu'impatient il soit sur les quais. Et en effet il semblait bien y avoir du monde qui les attendait - pas forcément tous -, ou du moins qui espérait du monde. Elle se retrouva dans un groupe de trois sans comter la louve envers laquelle elle ne prêtait pas vraiment d'attention au début.

Ce qui la frappa ce fut l'horrible odeur d'alcool au début et la vision de l'homme un peu bizarre qui ne semblait pas savoir quoi faire de lui même. Certes ce n'était surement pas lui qu'elle devait rencontré, ni le vieux monsieur qui semblait curieux de tout. Visiblement selon elle, ils ennuyaient la demoiselle aux cheveux blancs et elle lâcha la manche du cortésian tout en observant l'étrange manège dans lequel elle était tombé.

De sa main elle repoussa pentagruel avec une force étonnante un peu plus loin et le toisa de haut en bas comme si il était un enfant qu'elle allait réprimander et on en était pas loin. Elle fit signe à l'autre créature de ne pas approcher, elle n'avait pas très envie de lui parler, ni même qu'il reste dans les parage ou elle se trouvait.

"Pouvez vous faire attention à votre créature s'il vous plait, vous ennuyez cette dame, et vous vous mélez de retrouvailles qui ne vous regarde pas" Puis elle se tourna vers la jeune femme en lui adressant un regard entendu et espérant qu'elle comprendrait "Ma chère quel long voyage, je suis contente d'arriver enfin, mais quel laisir de vous retrouver"

C'est alors qu'elle fit un peu plus attention à la grande louve surtout parce que l'homme au rictus de chauve-souris s'avançait menaçant vers elle. Sekhmet s'interposa entre eux, bien qu'il fut grand elle l'était plus encore et assez impressionnante, il s'écroula dans ses bras et elle eut bien envie de hurler devant une telle privauté mais elle garda son sang froid et le relevant par les épaules le repoussa avec force plus loin en ajoutant fermement.

"Laissez nous s'il vous plait"

C'est alors qu'elle repensa à Antiphane alors qu'Alix tombait à terre sur ses genoux et elle se retourna vers lui voyant plus loin kalavati qui mettait aussi pied à terre. Maintenant qu'il était là elle ne savait quoi faire de lui, d'autant qu'ils n'étaient pas les meilleurs amis et que surement il devait la suspectée de quelques agissements diaboliques. Mais elle ne pouvait pas le laisser là sans rien dire surtout que l'autre vieil homme tendait si fort les oreilles vers eux qu'on aurait pu les croire parmi eux.

"Voici Antiphane avec qui j'ai fait la causette dans le navire, je pense qu'il à des choses importantes, nous mêmes allons un peu plus loin, j'ai un autre rendez-vous important, je ne voudrais pas le rater"

Elle chercha des yeux, quelqu'un qu'elle aurait pu déjà rencontrer ou qui pourrait lui sembler être son contact mais en dehors de cette jeune femme, elle ne vit personne et après quelques pas pour s'éloigner des malotrus elle demanda oubliant complètement que le cortesian se trouvait là

"A moins que ce soit vous ?"


-----------------------------------------------------------

Alix et pentagruel se retrouvent la bas ( avec kalavati )

Avatar de l’utilisateur
Sekhmet Hékénou

Crédit: Fermé

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Antiphane Bevnadin » 04 Oct 2014, 22:22

Antiphane n'eut pas le temps de s'esquiver comme il l'avait tant espéré. Il regretta presque d'avoir pris la peine de faire des adieux aux autres quand il sentit Sekhmet l'attraper par le bras pour l'emmener avec elle. Dans un premier temps, il avait cherché à se retirer en gesticulant, mais la prise étant ferme, il décida de se laisser guider. Cela ne sentait pas bon, mais vraiment pas bon du tout !

Que devait-il faire et comment devait-il réagir ? Il craignait d'aggraver la situation si jamais il se mettait à se débattre. Or, il voulait à tout prix éviter tout conflit. S'ils en arrivaient aux mains, le cortésian ne passerait pas inaperçu et pour rien au monde il ne désirait attirer l'attention sur lui. Il ne pouvait même pas tenter de se débarrasser d'elle en l’assommant sans que les problèmes ne viennent à lui.

Il la suivit donc, attendant la moindre occasion pour s'échapper. Mais l'occasion ne se présenta et il se retrouva bientôt parmi un groupe de personnes tout aussi déjanté que le précédent groupe. Heureusement, plusieurs d'entre eux décidèrent de partir. Mais d'un autre côté, cela était tout aussi regrettable, car désormais il se retrouvait presque seul avec Sekhmet. Il savait qu'il ne craignait rien en présence d'autres individus. Mais il les laissa s'en aller, ne se voyant pas se jeter à leurs pieds pour les supplier de rester.

Ils se retrouvèrent donc à trois, lui, Sekhmet et l'étrange femme aux yeux noirs. L'ohime semblait chercher quelqu'un, idée confirmée lorsqu'elle interpela directement la jeune femme. Ne supportant plus son petit manège, il se recula prestement, mettant ainsi de la distance entre lui et ces personnes qu'il ne voulait pas connaître.

« C'est quoi toute cette histoire ? » Puis il s'adressa directement à Sekhmet. « C'est quoi votre problème ? D'où vous vous permettez de m'emmener avec vous ? »

Puis l'idée que tout cela représente un plan pour le capturer l'effleura. Il se retrouva littéralement paralysé sur place. Bien qu'il n'était déjà pas bien rassuré sur la bateau, désormais il se sentait pris au piège. En autre, il n'était plus en sécurité. Il tourna sur lui-même, rassuré par la présence des marins, des citoyens et toutes ces autres personnes qui occupaient les quais. Jamais rien n'allait se produire dans de telles circonstances. Ainsi, il retrouva un peu plus d'assurance et il réussit même à se ressaisir. Il s'adressa cette fois-ci à la jeune femme qu'il ne connaissait pas, celles à la peau étrangement blanche.

« Je ne sais pas qui vous êtes, mais je sais que vous êtes impuissants ici. » Il les regarda à tour de rôle, les accusants d'être toutes les deux complices. « Tous ces gens autour de nous vous empêchent de faire quoique ce soit ! » Lança-t-il en balayant de la main les environs.

Que faire désormais qu'il avait vidé son sac ? Rester planté là et attendre une explication ou bien profiter de l'instant pour s'enfuir en courant ? L'idée était tentante, mais bien trop risquée selon lui. Un homme à l'aspect peu sympathique tel que lui ne pouvait se permettre de telles entreprises sans attirer l'attention sur lui.

Il les fixa alors du regard, les défiant presque de s'en prendre à lui.

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 39
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Victoria Galibris » 05 Oct 2014, 13:43

Au vue de ses réponses, le vieil homme était définitivement un charlatant. Il voulait bien se faire voir, afin d'avoir une chance que l'on cède à ses services, mais il n'en était rien. J'étais là pour une raison, une seule et unique, et je n'allais pas m'en défaire aussi aisément! C'est alors qu'il indiqua, heureux comme tout, l'arrivée d'un bateau !

Là, à ce moment, des centaines de question défilèrent dans ma tête. Etait-ce un simple changement de sujet ? Attendait-il réellement ce bateau ? Si celui-ci était la raison de ma venue à Guttenvald, suite aux dires des Rebelles à mon réveille parmi quelques uns d'en eux, ce Pantagruel était-il un allié ? Ou l'équipage ne comportait qu'une partie de Rebelles alors... Mais si ma première hypothèse était bonne, devais-je continuer de ma méfier de ce vieux charlatant, ou lui vouer une confiance absolue ? Non, définitivement pas, quelqu'un qui ne cherche qu'argent ne peut pas avec des convictions aussi nobles... Ou était-ce une couverture ? Trop de question, une seule solution : je devais attendre de voir la suite des événements et ne surtout faire confiance à personne.

C'est alors qu'une Ohime, la première que je rencontrais alors, descendue du bateau, traînant un Cortesian derrière elle. Pour ainsi dire, elle faisait de la place avec un charisme, un cynisme et un dédain admirable ! J'assistais à la scène sans cligner des yeux, complètement émerveillée par la puissance de l'aura de cette créature ! Elle ne pouvait pas être normale, il fallait qu'elle soit une Rebelle ! Etrangement, elle ne porta aucunement la main sur Shara ou moi-même, ce qui me rendis quelque peu... complice, c'était un sentiment agréable, d'autant plus qu'elle nous avait débarrasser de l'ivrogne qui commençait à me taper sur les nerfs.

Puis elle introduisit son potentiel ami, Antiphane, mais aucunement elle-même, c'était étrange, présenter quelqu'un d'autre mais pas soi-même afin de commencer une conversation... Elle était comme pressée de finir son affaire ici, et son affaire, c'était peut-être moi !

Mais était-ce moi ? Sa question me perturba au plus haut point. Je ne savais qui ils étaient, et mes craintes antérieures revinrent : qui sont les Rebelles que j'attends ? Je pensais pouvoir les repérer au premier coup d'oeil mais, évidemment, ils ne portaient aucun signe distinctif. L'apparente expérience de l'Ohime était-elle un signe de ses capacités à faire parti de cette association secrète ? Mais qui étaient-ils à la fin, et qu'étais-je pour eux, étais-je vraiment importante, avais-je un rôle à jouer dans cette histoire !?

"Ou..."

Je me fis proprement interrompre par cet étrange Antiphane. Lui semblait bien moins.. professionnel ! En effet, il avait apparemment peur, et n'avait aucune confiance en moi, et même pas avec l'Ohime ! Il tournait sur lui-même, regardait tout autour de lui, me défiait du regard... a vrai dire, sa paranoïa encore plus avancée que la mienne m'amusa énormément, et je m'efforçai de contenir mon rire en cachant de mon poing mes lèvres. Manifestement, il établit, dans sa tête, un complot dont il était la victime, et cela avait quelque chose de... pathétique, mais pas méchant ! Puis il nous posa l'ultimatum et nous accusa de lui vouloir du mal. Lui, c'était un Rebelle ; on ne peut pas être aussi peureux sans avoir quoi que ce soit à cacher, et c'était le secret le plus probable. Je ne pus me retenir, et je ris aux larmes.

"Cher Cortesian, je ne vous veux aucun mal voyons, arrêtez votre manège ! J'ai aussi peur que vous mais de là à se tourner autant en dérision... Mes Dieux, calmez-vous l'ami ! Tout va bien se passer, vous êtes sans aucun doute plus à même de me faire du mal que l'inverse ! Ne vous rongez point les sangs à accuser tout le monde de vouloir votre tête, vous ne pourrez vous concentrer sur vos véritables objectifs ainsi"

Je lui fis un clin d'oeil, je misais tout là-dessus : si nous étions du même bord, nous avions tous les trois compris pourquoi nous nous étions rencontrés. Puis je tournai mes épaules vers l'Ohime.

"Quant à vous, chère enfant de Quinah, si votre rendez-vous consiste à fuir ce lieu aussi dangereux que puant, je veux vous suivre, si vous voulez une expérience dans cette ville sombre, malfaisante et surpeuplée d'autant d'hommes si haïssables, je veux bien être votre guide, et ce gratuitement, car vous nous assureriez une défense, je gage, or ce n'est pas trop dans ce monde de fous ! Enchantée, voici ma louve de compagnie, Shara, nous sommes inséparables depuis peu, quant à moi, je me nomme Graiblis, pour vous servir !"

Après une révérence aussi rapide que ratée, j'ai le don pour cela, je lui fis un grand sourire sans trop d'hypocrisie et me rapprochai de Shara en la caressant. J'espérais que la pauvre louve n'était pas trop perdue, cela devait être dur pour elle... En tous cas, ma tentative d'anagramme était autant une précaution qu'un test pour voir si elle réagissait. Si c'était le cas, elle était forcément chez les Rebelles ET connaissait mon père, ce qui en faisait un allié de choix ! Sinon, rien n'était bien sûr, et je ne marquais guère de points... Mais j'appréciais tout particulièrement cette situation délicate, c'était une expérience unique en son genre et diablement intéressante !

Avatar de l’utilisateur
Victoria Galibris

Crédit: Fermé

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Sekhmet Hékénou » 08 Oct 2014, 12:09

"Oh mais ne faites pas tant la fine bouche" s'exclama Sekhmet devant l'attitude du cortésian "il m'a semblé qu'après la démonstration que nous avait fait votre amie cette nuit vous avez fuit comme un voleur et vous ne vouliez rien que lui faussez compagnie, comme je ne pouvais me permettre d'être retardé par elle et bien je vous ait aidé, vous pourriez au moins avoir un peu de reconnaissance"

Elle s'était légèrement emportée, mais cet homme savait comment la mettre hors d'elle même, n'arrêtant pas de la soupçonner des choses les plus hideuses alors que oui, elle cachait éventuellement des choses mais pas encore de crime. Mais si ça trouve leur rencontre se conclurait de la sorte. A coté elle soupira d'aise car le vieil homme et son compagnon rien moins que louche s'en était allé plus loin. Maintenant cependant elles se retrouvaient avec une nouvelle amie, même deux si elle comptait la louve qu'elle n'avait pas semblé remarqué sur le moment.

Un sourire amusé effleura ses lèvres quand la jeune fille aux cheveux blonds remit Antiphane à sa place, bien sur il fallait la connaître pour le déceler sur ses babines de lynx mais elle se tint tranquille, observant la scène et ne perdant rien des mots échangés. Elle fut cependant surprises quand la jeune femme mentionna son appartenance, habituellement on la prenait pour une simple orphe et elle laissait cette erreur courir car ce qu'elle était ne devait pas non plus se répandre dans toute la population. Cette demoiselle semblait avoir beaucoup de connaissance et pendant qu'elle analysait ce qu'elle venait de lui dire elle fit un signe de tête à la louve tout en prononçant

"Shara"

l'animal ne la dérangeait pas, elle aurait été mal placé de manifesté une opposition à sa présence, et elle n'en avait pas eut l'intention d'ailleurs. Un peu perdu maintenant qu'ils avaient fuit et laissé derrière kalavati, des liens invisibles semblaient se former et éclairés certaines choses mais elle hésitait encore avant de raccorder ce qui semblait s'assembler car on sait que les illusions semblent parfois plus vraies que la vérité elle même.

"Ho gaibris, humm, vous êtes .... Auriez vous un lien avec cette personne ?"

Sekhmet bien que remuée ne laissait rien paraître, elle était devenue maître dans l'art de la maîtrise de soi, il semblait n'y avoir que ce cortésian qui avait ce pouvoir, elle ne se doutait absolument pas de qui il était car il avait un profil atypique pour une chef mais elle commença à avoir d'étranges doutes en entendant ce que victoria, qui semblait être au courant de beaucoup de choses avait à dire.

"Parce qu'alors c'est peut-être bien vous. Dans ce cas il ..... j'ai un message ....." Elle s'interrompit laissant son regard sur le cortésian, ça ne pouvait quand même pas être lui, et si non comment s'en débaraser maintenant et si oui allait-elle avoir des problèmes maintenant ? Elle se rendit compte qu'elle s'était en effet pas présentée et termina avec ce qui aurait du être la première chose qu'elle avait à dire "Je suis Sekhmet, sekhmet hékénou, heureuse de faire votre connaissance"

je t'envoie un petit pm dans la journée victoria à propos du message

Avatar de l’utilisateur
Sekhmet Hékénou

Crédit: Fermé

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Antiphane Bevnadin » 17 Oct 2014, 11:01

La tension imaginée par Antiphane retomba progressivement. Il cessa de gigoter et de regarder tout autour de lui. Avec un peu de recul, il réalisait combien cette attitude pouvait paraître louche. Il n'y avait que ceux qui avaient des choses à se reprocher qui jouaient les persécutés. Il retrouva alors son visage calme, bien qu'il ne l'était pas. Il avait toujours su cacher ses émotions lorsqu'il réussissait à garder un minimum de contrôle.

La jeune femme au teint pâle lui parla avec un calme à glacer le sang. Ce n'était pas naturel d'être si serein dans une telle situation, sauf si elle était était sûre de ne courir aucun risque. Or, elle insinua une chose que le cortésian trouva troublant. Lui, plus apte à faire de mal ? Que voulait-elle dire par là ? Elle qui ne le connaissait pas et se permettait malgré tout de porter un jugement dont la portée la dépassait. Voulait-elle dire qu'elle se savait sans défense ? Ainsi, n'importe qui, même Antiphane, était plus dangereux qu'elle ? Mais si cela était le cas, pourquoi une telle sérénité ? Ou bien, elle le connaissait, elle savait qui il était et ça, c'était quelque chose qui avait de quoi l'inquiéter sérieusement. Pourtant, paradoxalement, si c'était encore une fois le cas, pourquoi restait-elle toujours aussi calme ?

Mais surtout, en admettant qu'elle fasse partie des rebelles, elle ne pouvait savoir qu'il en était le chef. C'était théoriquement impossible ! Donc par déduction, la seule information qu'elle pouvait avoir sur lui était son appartenance aux rebelles. Et cette idée fut confirmée lorsqu'elle évoqua ses véritables objectifs et cela accompagné d'un clin d'oeil.
Malgré ses facultés à cacher son angoisse, il ne put contenir un regard étonné cette fois-ci. D'autant plus qu'il était inquiétant que son nom soit connu des rebelles. Cacher sa véritable identité lui permettait justement de rester anonyme, même parmi les rebelles eux-mêmes. Qui pouvait-elle bien être pour le connaître, s'il ne se trompait pas, sans que lui ne la connaisse ?

Mais ce n'était pas tout, ce fut au tour de Sekhmet de l'intriguer à nouveau. Elle affirmait détenir un message pour la jeune femme. Cela confirma l'idée qu'elles appartenaient toutes les deux à une même guilde ou bien à un quelconque groupe. Mais comment savoir la vérité ? Au fond, Antiphane était mené à croire qu'elles étaient toutes les deux des rebelles. Après tout, Victoria n'avait-elle pas parlé de ses objectifs véritables ? Seul un rebelle pouvait faire une telle allusion, sauf si ce dernier se trompait... Il était impossible d'être totalement sur de soi à partir de déduction. Mais s'il ne se trompait pas, Sekhmet serait elle-aussi une rebelle étant donné qu'elle avait un message pour elle. Mais ne s'en serait-il pas rendu compte bien avant tout ceci ?

Antiphane était totalement perdu. La situation le dépassait de très loin et l'angoisse qui ne voulait toujours pas le quitter l'empêchait de penser clairement comme il l'aurait souhaité. Il ne voyait aucune issue à cette histoire, car il ne concevait pas un seul instant leur avouer être un rebelle. Ce serait prendre un risque inutile.
Il s'adressa alors aux deux jeunes femmes.

« Je ne pense pas que ce soit le meilleur lieu pour discuter. » Dit-il une fois qu'il eut retrouvé son calme. « Je vous propose de nous isoler pour plus d'intimité et je n'aime pas me sentir observé. »

Il prit donc un chemin qui s'éloignait du port, suivi des deux jeunes femmes. Bientôt ils arrivèrent dans une petite ruelle sombre qui représentait fidèlement l'image que l'on se faisait de Guttenvald. Antiphane était maintenant moins en sécurité, mais il pouvait également se permettre d'agir à sa guise si les choses tournaient mal.

« C'est quoi cette histoire de message ? » Demanda-t-il à chacune d'elle. Puis, s'adressant cette fois-ci directement à Victoria. « Qui êtes-vous exactement pour recevoir ce type de message ? »

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 39
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Victoria Galibris » 21 Oct 2014, 15:35

Suite à la réaction de cette Sekhmet, je levai un sourcil. Elle me connaissait ? Ou bien connaissait-elle de nom mon père, qui aurait pu utilisé ce pseudonyme ? Dans les deux cas, c'était intéressant ! L'oeil pétillant de curiosité, j'allais lui demander qu'était-ce que ce message, mais le paranoïaque nous interrompit.
Je me tournai vers lui en faisant la moue.

"Les choses commençaient à être intéressantes, vous posez un insoutenable suspense ! Mais vous avez parfaitement raison, nous sommes encerclés !", puis, commençant à marcher dans la direction que le Cortésian indiquait, "tout de même, vouloir de l'intimité pour 'discuter' avec deux jeunes femmes, loin des regards... Vous êtes bien cachottier !"

Je lui fis un clin d'oeil complice, en espérant que ce piètre humour allait le calmer et faire s'évanouir les soupçons ! Enfin nous arrivâmes dans une rue typique de Guttenvald... Mon regard croisa celui de Shara et je gardai un sourire en coin ainsi qu'une expression très nostalgique : c'était dans cette même rue que nous nous étions rencontrée jadis. Je la caressai avant de m'adosser contre le mur d'une habitation. Les bras croisées, la tête baissée, je pris une grande inspiration pour répondre aux interrogations d'Antiphane.

"Honnêtement, je n'en ai pas la moindre idée, j'aimerais bien le savoir moi-même ! Bon, le destin nous a manifestement réunis, et ce pour une raison. Si nous continuons à nous enfouir sous tant de silences et de secrets, rien n'avancera, alors je joue carte sur table !"
D'un air soudain sérieux, car ma couverture mystérieuse allait s'évanouir avec les propos qui suivaient, je fixai intensément Sekhmet.

"Cela doit faire une semaine que j'ai quitté la prison. J'y ai rencontré beaucoup de personnes... intéressantes, et elles m'ont beaucoup appris. C'est fou ce qu'on peut être confiant en étant condamné à mort, souvent pour rien d'ailleurs. Le nombre d'innocents capturés par la milice du Roi et jetés sans jugement aucun en prison jusqu'à leur exécution, afin de montrer au peuple qu'il vit dans un Etat parfaitement pourri, est incroyable. Il fallait faire changer les choses, et les gardes de la prison n'étaient qu'une bande de bras cassés, libérer mes camarades était un jeu d'enfant. Malheureusement certains d'entre eux ont été transférés avant que je ne puisse agir, j'en suis désolée... Par la suite, la seule indication que m'ont donné les ex-prisonniers était le débarquement d'un bateau en Guttenvald, qui devait arrivé hier soir... Il a eu un peu de retard manifestement, ou vous n'êtes pas ceux que je cherche, et à ce compte là je suis franchement dans le pétrin. Tout ce que je veux, c'est aider, rien de plus. Alors, êtes-vous ma bête noire, une simple erreur ou ceux que je cherche et en qui j'aurais aveuglément confiance ?"

Je me rendis compte que je m'étais mordu la lèvre inférieure jusqu'au sang, je stressais vraiment beaucoup... Je misais ma vie sur cette tirade, et j'avais l'impression que même entre eux, leur lien n'était pas clair. Si tout ceci n'était qu'un quiproquos, si je n'avais fait qu'imaginer les preuves de leur appartenance aux Rebelles, je ne méritais pas de faire parti de leurs rangs. Le pire scénario était le suivant : un des d'eux était avec moi, et l'autre contre nous... Je priais de tout mon coeur pour que cela n'arrivât pas, alors je pressais toujours plus fort ma lèvre entre mes canines. Je pense que je tremblais, peut être même avais-je des sueurs froides, mais dans tous les cas, ils devaient constater aisément mon état, ce n'était clairement pas une bonne impression que je leur délivrais... Et oui les amis/ennemis, voici la vraie Victoria : sous ses airs sure d'elle et hautaine se trouve un être faible et peureux, potentiellement très maladroit, aussi...

Avatar de l’utilisateur
Victoria Galibris

Crédit: Fermé

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Sekhmet Hékénou » 25 Oct 2014, 18:25

Les dernières interactions se jouaient entre Victoria et et le Cortésian, bien sur on lui avait posé des questions, comme toujours elle prenait son temps pour répondre, mais en plus, la vie l'aidait un peu puisque il y avait échange entre les deux autres en attendant qu'elle se décide quoi dire. Non qu'elle ait l'intention de mentir mais il fallait observer et déduire ce qu'il en était de tout cet imbroglio. D'autant que celui qui avait voyagé avec elle n'était pas vraiment coopératif et bien qu'il ait des raison de la soupçonnée ce n'était certainement pas pour ce qu'il croyait. Ils avaient décidés de s'éloigner plus loin, ce qui était une bonne initiative même si elle n'avait pas participé réellement à la décision. Marchant derrière eux à coté de la louve qui se faisait très discrète.

Après, elle resta un peu écartée mais non loin pour bien tout entendre, tout en surveillant qu'il n'y avait pas trop d'oreilles indiscrètes alentour. il était rare qu'elle perde pied et ne reste pas maître d'elle-même, tout autant si elle était étonnées et surprises par quelque chose elle arrivait à prendre sur elle, bien qu'avec le cortésian elle s'avoua que c'était assez difficile. Mais au vu de ce qu'elle était entrain d'entendre il semblait que tout était un immense quiproquo, elle restait cependant très étonnée de l'appartenance aux rebelles, si c'était bien ça du paranoïaque; il n'avait vraiment pas le profil. Visiblement elle non plus puisqu'il n'y avait rien compris et c'était sans doute le but aussi mais dans cette situation ça devenait presque risible. Avant que chacun d'eux puisse dire quelque chose elle se décida à s'exprimer. Tranquillement comme à son habitude.


"Cette histoire de message ... Cher cortesian, est à remettre à quelqu'un d'importance ou qui partage les mêmes idées que moi et ... L'organisation qui m’envoie, il semblerait que ... la demoiselle en fasse partie. Peut-être est-ce donc elle que je devais voir, ou vous ? Car êtes vous avec nous ? Ce serait beaucoup mieux si c'était oui .."

Termina t-elle son intervention tout en fronçant les sourcils en direction d'Antiphane, ne soupçonnant pas un instant qu'il pouvait être son chef car elle ne l'avait jamais rencontré et répondant probablement aux interrogations de Victoria quant à leur lien. Elle-même ne comprenait pas les tenants et aboutissants de toute mission, elle n'était jamais complétement mise au courant, elle transportait des infos importantes, secrètes, parfois elles semblaient secondaires et sans intérêt. Mais comme elle travaillait pour la liberté et bien elle faisait en sorte d'y amener son petit édifice en silence. Cependant dans ce cas cela requerrait quand même quelques éclaircissements et on ne pouvait pas accuser la blanche demoiselle de ne pas en avoir donné.


" J'ai entendu CE nom quelques fois, rien de plus, sinon je suis avec vous complétement et je pense que vous venez compléter le message que j'avais à faire et qui se trouve sans doute être adressé .... " elle se tourna vers le cortésian "A vous ? Et pour le message je vous en dirais plus quand vous nous en aurez un peu plus dit à votre sujet et s'il vous plait, arrêtez toutes ces méchantes accusations à mon propos."

Voilà il lui semblait en avoir assez dit en attendant qu'Antiphane s'exprime alors elle jugerait de ce qu'elle pouvait ou non exprimer en sa présence car il semblait bien qu'elle pouvait croire en la jeune femme cependant et elle le rajouta pour cette dernière aussi tout haut

"je suis de votre coté Mademoiselle , nommez moi Sekhmet, cependant je ne recommande la confiance aveugle à personne et d'ailleurs cher cortésian pourriez vous m'expliquer pourquoi diable avez vous tenté de dérober mon encre ?"

Avatar de l’utilisateur
Sekhmet Hékénou

Crédit: Fermé

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Antiphane Bevnadin » 27 Oct 2014, 14:40

Toute cette confusion troublait Antiphane qui ne savait plus quoi penser. Si seulement son frère pouvait être présent et prendre les choses en main... Victoria ne cessait de lui adressait des petits signes, ce qui le troublait deux fois plus. A quoi jouait-elle ? Elle évoqua l'arrivée de leur bateau comme s'ils étaient attendus. Mais la seule personne au courant de la présence d'un rebelle sur le bateau était Gavroche.

L'idée qu'elle fasse partie des leurs lui effleura l'esprit. Apparemment elle avait fait de la prison et bon nombre de rebelles y était emprisonné. Se pouvait-il que son frère se soit occupé de son accueil à Guttenvald ? C'était tout à fait possible, Gavroche était un grand frère protecteur et cela avait toujours été le cas. Mais pourquoi, par Amroth, ne l'avait-il pas prévenu s'il ne se trompait pas ? Il le connaissait pourtant si bien, il savait qu'Antiphane était suspicieux.

Il nota le malaise qu'elle laissait paraître. Il ne connaissait que trop bien cet état et commença sérieusement à s'interroger sur qui elle pouvait être. A son tour il resta implicite, mais décida tout de même d'en dire un peu plus afin de faire avancer les choses. Cela était nécessaire, car tous les trois, ils avaient été beaucoup trop loin et si jamais l'une d'entre elles avait des doutes, il serait dans l'obligation de faire en sorte qu'elle ne puisse pas les propager.

« Mes seuls ennemis sont ceux qui jettent et exécutent des innocents, comme vous dîtes, dans les prisons d'Ephtéria. Donc si vous n'appartenez pas à la milice du Roi, vous n'avez rien à craindre de moi. »

Son cœur tapait contre sa poitrine et il sentit son souffle s'accélérer. Il avait joué gros à révéler de telles informations et durant un bref instant il regretta d'avoir osé le faire. Mais cela était nécessaire, il n'avait pas d'autres solutions. Il ne pouvait pas dire si elles en savaient trop ou non, mais dans tous les cas, elles se posaient des questions et semblaient même avoir des doutes. Et jamais il ne pourrait laisser passer ceci.

Sekhmet intervient à son tour et supposa un lien avec Victoria, ce qui le troubla d'autant plus. Son ton était toujours autant menaçant, ce qui lui donnait littéralement des envies de meurtre. Mais il ne pouvait se permettre une telle action sans en savoir un peu plus.

« Si je suis avec vous ? Une seule personne savait que je prenais ce bateau et si celle-ci a organisé une rencontre entre nous, je ne suis pas au courant. »

Lorsque l'occasion allait se présenter, Antiphane allait envoyer un message à son frère pour en savoir un peu plus et surtout pour savoir s'il se cachait derrière cette mise en scène qu'il trouvait fortement déplaisante. Peut-être même que cette histoire de message était directement liée à Gavroche. Comme le supposa Sekhmet, ce message lui était peut-être adressé et il se pouvait que ce soit Gavroche qui le prévenait de tout ça.

« Pour savoir si ce message m'est adressé, il faudrait que je puisse le lire... Ou si cela vous convient, vous pouvez vous contenter de me donner le nom de celui qui l'a envoyé. »

Et lorsque Sekhmet l'accusa d'avoir tenté de dérober son encre, Antiphane ne put contenir sa surprise. Ainsi, elle le savait ! Mais il remarqua qu'elle ne l'agressait plus, elle semblait chercher à comprendre tout simplement.

« Je pensais que c'était du poison, voilà tout. »

Je ne sais plus si nous avions parlé de cette histoire de message ou pas... Désolé, du coup je laisse Antiphane penser qu'il s'agit peut-être de son frère qui est en réalité derrière tout ça. Donc si jamais il n'y avait rien de prévu, vous pouvez rebondir sur cette possibilité si vous voulez. Ou si vous aviez autre chose en tête, allez-y, dans mon RP ce ne sont que des idées d'Antiphane ^^

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 39
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Victoria Galibris » 12 Nov 2014, 21:16

Mes yeux grands ouvertes pétillaient de bonheur quand Sekhmet s'est présentée une nouvelle fois en se disant de mon bord et un sourire illumina mon visage quand Antiphane confirma qu'il était bien des Rebelles, même si ce n'était pas explicite ! Pendant que les deux réglaient leurs problèmes dont je n'avais cure, je trépignais sur place, tout sourire, une vraie gamine... Et dès que le Cortésian eut fini sa phrase, j'explosai en riant :

"C'EST GÉNIAL !! On est tous du même côté ! Dieux que j'ai eu peur, vous m'enlevez un poids monstre ! Je me présente donc en bonne et due forme, je me nomme Victoria Galibris, pour vous servir"

Je m'inclinai bien bas en guise de révérence et me redressai vivement, jetant mes longs cheveux dans mon dos.
Je jetai un oeil à Shara, qui pressait contre ma jambe, elle semblait complètement apeurée et perdue. je m'accroupie donc à son niveau.

"Ne t'en fais pas ma belle, tout va bien, ce sont des gentils, des amis, ceux que je cherchais ! Il y a encore de bonnes personnes dans ce monde !"

Je lui grattai l'oreille et elle se mit à sautiller avant de sentir puis se frotter contre chacun de mes nouveaux alliés.

"Je crois qu'elle vous aime bien, alors je vous fais confiance ! Alors, commençons par le commencement ! Cher Antiphane, détendez-vous à présent, je suis avec vous. Et je me demande qui est la personne dans vos contacts qui m'a révélée ce rendez-vous... Toujours est-il que celle-ci doit être extrêmement calculatrice, car tout se passe à merveille ! Ensuite, chère Sekhmet, effectivement, ce doit être Antiphane qui peut compléter votre message, car je ne peux rien faire de tel ! En tous cas, je suis prête à me rendre utile si vous avez besoin de bras si cela est nécessaire !"

Gentille petite Couguar que je suis, n'est-il pas ? Je ne jouais point la comédie, mais en rien ils ne m'avaient à leur solde. J'étais un électron libre, et le resterais, car mon véritable but était de retrouver mon père. D'ailleurs... Sekhmet n'avait-elle pas dit que mon nom, modifié, lui disait quelque chose ? J'étais d'abord passé à côté de cela mais... alors j'avais une piste. Raison de plus pour qu'ils me fassent confiance, mon seul indice était cette Ohime, et je comptais bien en profiter.

Dieux, que cette aventure va être intéressante... J'espère que tu es prête Shara, car nous nous lançons dans un voyage plein de surprises et de découvertes croustillantes !
Je ne cessais de penser cela, j'attendais avec impatience la lecture de ce message, car il promettait une mission, et j'allais prouver et découvrir ma valeur chez les Rebelles, après tant et tant d'années à en rêver !


BEAUCOUP DÉSOLÉ TOUT PLEIN POUR CE RETARD ! J'ai eu pas mal de problèmes perso ces derniers temps et n'avais pas la tête à RP, mais je suis à vous à présent, encore désolé ><

Avatar de l’utilisateur
Victoria Galibris

Crédit: Fermé

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Sekhmet Hékénou » 26 Nov 2014, 21:41

Je m'excuse à mon tour pour cette longue attente,tout un concours de circonstances...


Sekmeth qui aimait être posée et réfléchir aux choses avant de s'exprimer ou de montrer un sentiment - oui c'était un peu raté avec le cortésian - trouvait soudainement que les choses allaient un peu vite à son gout. C'est qu'elle ne s'était jamais retrouvée dans une telle configuration, dans de telles circonstance ou elle avait un rôle légèrement différent que de dépose un message et s'en aller. l'ohime ne s'était pas engagée chez les rebelles pour se retrouver sur le terrain mais il avait semblait que quelque part quelqu'un en avait jugé autrement.

"Je n'appartiens pas à la milice du roi" déclara la jeune femme comme pour apaiser le cortésian et lui assurer que depuis le début il s'était trompé sur elle. Bien sur elle avait aussi baissé le ton pour dire cela.

Étonnant selon ses révélations, une seule personne personne savait qu'il prenait ce bateau ? Serait-ce le même que celui qui l'avait envoyé sur cette mission et pourquoi une telle mise en scène au risque de rater cette mission ? Cette fois c'est l'ohime qu devenait soupçonneuse de toute chose, ne serait-ce pas un piège mais il aurait été vraiment ridcule du coup elle tenta de se remettre un peu de plomb dans la tête et de revenir à la réalité.

"Un homme ? C'est un homme qui m'a envoyé livré ce message, je n'ai pas demandé son nom, je ne demande jamais ainsi si je me faisais prendre je n'ai rien à révélé, ça fait parti des conditions et des règles qui m'ont été données"

Se disant elle fixa la louve auprès de Victoria, elle ne l'avait pas flattée, elle ressentait quelque chose en sa présence mais ce n'était pas de la méfiance et si elle n'y avait pas porté une grande attention elle avait plus que noté sa présence en ces lieux et accepté sans problème en son esprit.

"Oh du poison" murmura t'elle suite à sa réponse "je comprends mieux"

Il devait vraiment se méfier de tout et de rien pou en arriver à de telles conclusions mais elle voulait bien croire que c'était l'explication car rien d'autre n'aurait justifié une telle conduite et elle décida de mettre ses ressentiments pour placard pour le moment, on verrait par la suite ce qui se passerait. Elle tendit donc la main à la jeune femme qui venait de se présenter

"Sekhmet hékénou pour vous servir également"

Cependant elle ne pensait pas devoir rester très longtemps, délivré son message était amplement suffisant à ce qu'elle s'était engagé à faire, Bien que cette Victoria soit intéressante et qu'elle serait bien resté plus longtemps avec elle mais il était mieux que le reste de l'histoire se passe sans elle, elle risquait d'être un boulet, ce n'était pas trop son truc les combats. Elle alla donc fouillé dans sa poche, sorti un papier qu'elle tendit au Cortésian avec un léger sourire tout en pensant à leurs anciennes frictions et fit un petit signe.

"Pour moi ma mission et accomplie, à vous l'honneur maintenant" De sa main elle leur envoya une bisou silencieux et disparue avec élégance de leur vue.


Je t'envoie un pm pour le mot antiphane

Avatar de l’utilisateur
Sekhmet Hékénou

Crédit: Fermé

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Antiphane Bevnadin » 28 Nov 2014, 15:12

Victoria semblait vraiment heureuse de cette rencontre et s'emportait un peu trop selon Antiphane. Evidemment, s'il n'y avait aucun quiproquo, il s'agissait d'un heureux hasard. Mais le terme de rebelle n'avait pas encore été mentionné une seule fois. Le doute planait toujours malgré tout. Les chances de se tromper étaient minces, mais toutes les cartes n'avaient pas encore été posées sur la table.

Victoria se présenta juste avant que Sekhmet le fasse à son tour. Très bien, désormais les choses s'éclaircissaient même si cela signifiait qu'elle les avait trompée sur son identité réelle tout à l'heure. Mais d'un côté, une telle réaction voulait bien dire qu'elle faisait certainement partie des rebelles. Tout le monde était désormais présenté sauf la louve qui accompagnait Victoria. Certes, il était rassuré d'avoir gagné la confiance de cet animal, mais rien ne l'assurait qu'il ne soit pas une menace.

« Dîtes-moi, votre louve de compagnie... Elle ne représente pas un danger ? Même si ce n'est qu'un animal je tiens à m'assurer que l'on ne craint rien. J'espère que vous comprendrez... »

Quant à Sekhmet, elle précisa même si cela n'était désormais plus nécessaire qu'elle n'appartenait pas à la milice du roi. Cette précision finit par rassurer Antiphane qui se sentit capable de respirer normalement. Cela lui fit un plus grand bien ! Il ne se sentait pas non plus en sécurité, mais cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas ressenti ce sentiment. Elle finit par lui redonner la lettre dans le but d'éclaircir toute cette affaire. C'était aussi le moment qui allait décider de l'avenir du groupe ainsi que chacun d'entre eux. Mais l'ohime s’éclipsa avant même d'en apprendre plus. Ne devait-elle pas s'assurer qu'elle ne s'était pas trompée de personne ? Antiphane considérait qu'elle prenait un risque à ne pas attendre, mais cela était une bonne chose pour lui. Si ses craintes – ce qu'il n'espérait pas – étaient fondées, Sekhmet ne représenterait pas une menace.

« J'espère que ce manque de curiosité n'est pas un manque d'intérêt pour la cause que vous défendez... » Lui dit-il quand elle leur adressa un baiser.

Voilà qu'il se retrouvait désormais seul avec Victoria et sa louve de compagnie. Bizarrement, il avait passé ces derniers jours à craindre la présence de Sekhmet, mais maintenant qu'elle n'était plus présente, il se sentait bien seul. Puis soudainement il se rappela qu'il serrait dans sa main la lettre qui leur avait posé tant de problèmes. Il la détailla, examinant attentivement l'enveloppe afin d'être certain qu'elle n'était pas piégée. Le seul détail qu'il avait remarqué était cette petite étoile dans un coin. Il la dépouilla et récupéra un petit mot plié en deux. Il reconnut aussitôt l'écriture une fois la feuille dépliée. Il s'agissait bien, comme il l'avait supposé un peu plus tôt, une lettre de son frère Gavroche. Rouge de colère, il ne prit même pas le temps de lire son contenu. Il se jura de lui arracher ses organes génitaux dès qu'ils se retrouveraient.

Comme nous l'avons vu par MP (et je le précise aussi pour Victoria) nous allons t'attendre pour débuter la mission qui se trouve dans la lettre. Je propose à Victoria de nous occuper tous les deux en attendant le retour de Sekhmet :)

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 39
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Shara » 03 Déc 2014, 16:44

Je me permets de faire un peu intervenir Shara si ça ne vous ennuie pas ^^

C'est qu'il y en avait du monde qui était arrivé en quelques minutes! Rapidement, Shara se retrouva comme submergée par des émotions un peu trop fortes pour elle, si bien qu'elle se plaqua davantage contre Vicra avec le maigre espoir que tout se passerait bien. Chaque fois que la louve s'était retrouvée avec un peu trop de monde, ça s'était mal passé dirons nous. En tout cas pour l'heure, elle préférait ne rien dire, le KIP s'était caché dans son épaisse crinière brune et elle écoutait d'une oreille attentive et craintive à la fois.

Les noms de ces gens étaient tout aussi compliqués d'ailleurs... Anti..Fane? Fane, ça irait très bien, par contre, pour la louve, le prénom de Sekhmet était presque impossible à retenir, si bien qu'elle n'avait finalement assimilé que Sémé... pas mal non plus. Cependant, l'ambiance était bizarre. Autant elle n'en voulait pas à Vicra de se présenter sous ce nom puisque Shara elle-même l'appelait comme ça, mais elle pouvait sentir le malaise entre chacun d'eux sans savoir pourquoi. Ne devaient-ils pas être des amis de Vicra?

Finalement, après bien des interrogations qui semblaient davantage les éloigner que les approcher aux yeux de la louve, l'homme qui ne parlait pas regarda Shara... celle-ci ne pouvait pas entendre ses paroles évidemment puisqu'il ne s'adressait pas à elle à ce moment là, mais elle eut peur tout de même, et par réflexe, elle recula d'un pas, se frottant toujours contre Vicra par prudence

«Shara gentille...» le KIP avait jaillit de sa crinière pour se poser sur sa tête, ayant toujours la forme de cette grosse araignée qui couinait d'une voix absolument pas impressionnante! Malgré sa taille, il fallait reconnaître que Shara n'était pas le genre à vouloir impressionner qui que ce soit.

Elle leva le nez vers Vicra, une part d'elle espérait que tout allait bien, sauf que malheureusement, elle ne comprenait pas du tout ce qu'il se passait et ce que les gens disaient ici. Elle connaissait le mot "aide" pour l'avoir entendu plusieurs fois, mais le ton employé ne collait pas trop, il y avait toujours cette sortie d'hésitation et de méfiance qui planait sur le groupe. D'autant que la femme à tête de chat s'éloignait déjà sans que Shara n'ait compris pourquoi...

Ouille, bobo au crâne, la louve finit par se coucher aux pieds de Vicra en espérant qu'elle finirait par y comprendre quelque chose. En plus à Guttenvald, il n'y avait rien pour attirer son attention pour faire passer le temps, pas le moindre papillon! Elle pourrait peut être chasser un peu?

Avatar de l’utilisateur
Shara

Crédit: Fermé

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Victoria Galibris » 04 Déc 2014, 19:50

Quand Sekhmet partit d'un départ théâtral, je portai mon regard sur Shara. Celle-ci était couchée à mes pieds, et ne semblait pas dans son assiette. Je m'accroupis donc et lui grattai derrière l'oreille pour la rassurer.

"Tout va bien Shara, tu es en sécurité avec moi, tout va bien ! Ce sont les fameux amis dont je t'ai parlée, tu ne crains rien."

Je voulais qu'elle se sente mieux, car il est vrai que la situation avait été déjà difficile à supporter pour moi, alors pour elle... En tant que Morphe, je savais qu'elle ressentait les émotions des personnes qui l'entouraient, et la tension occasionnée était manifestement immense. Mais il n'y avait plus de raison de s'en inquiéter maintenant, néanmoins, ce ne devait pas être l'avis d'Antiphane. Pensant à cela, je le rassurai quant à la présence de Shara.

"Ne vous en faites pas, Shara est inoffensive. Elle est peureuse et ne comprend pas ce qu'il se passe, elle ne représente aucun danger, d'autant qu'elle ne me trahira pas et fera ce que je lui demande, c'est une fidèle louve, et une très belle bête, une très belle personne même..."

Mais yeux dérivaient sur le pelage de ma camarade avec un sourire aux lèvres. C'était le seul être en qui j'avais une entière confiance, et j'étais fière de l'avoir à mes côtés !

"Toujours est-il que..."

Soudain, Antiphane piqua littéralement une crise, jurant si j'avais bien compris, et ne dissimulait en rien une colère certaine. Peut-être que je parlais trop ? Je ne pensais jamais que ceci allait arriver, d'ailleurs je me rendis compte qu'effectivement je parlais beaucoup, et je ne savais pas si c'était mal ou bien... Mais c'était manifestement la lettre qui l'avait mis dans un tel état.

"Et bien Antiphane ? Que vous arrive-t-il ? Cette lettre est-elle annonciatrice de mauvaise nouvelle ? Que fait-on à propos de celle-ci ?"

Avatar de l’utilisateur
Victoria Galibris

Crédit: Fermé

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Antiphane Bevnadin » 05 Déc 2014, 12:41

Antiphane écouta d'une seule oreille ce que disait Victoria. Son attention était plutôt tournée vers la lettre qu'il venait de lire. Son frère le connaissait mieux que personne, il savait qu'il était craintif et celui-ci s'amusait à le mettre dans une situation vraiment pas claire. Son rôle était de le protéger. Certes, il avait fait en sorte qu'Antiphane retrouve des rebelles, mais il aurait du le prévenir ne serait-ce que pour savoir à quoi s'attendre.

« Cette lettre... » Commença-t-il en la tendant à Victoria. « Non, non rassurez-vous, ce n'est rien ! » Il respira lentement, reprenant ainsi ses esprits. Il ne comptait pas rentrer dans les détails, sa relation avec son frère ne regardait que lui et il ne ressentait pas le besoin de justifier sa colère auprès de cette jeune femme. Dès qu'il retrouva un certain calme, il reprit d'un ton plus posé pour expliquer la situation à sa nouvelle alliée. « C'est un ordre de mission, l'un des nôtres est apparemment emprisonné à Ephtéria, un dénommé Orso, et nous avons pour instruction de le libérer. » Il relut la lettre ne comprenant toujours pas pourquoi Victoria était impliquée. Quel rôle pouvait-elle avoir dans cette affaire ? Jugeant qu'il était préférable de mettre les choses au clair, il la questionna d'un air sérieux. « Pourquoi mon frère vous a-t-il associé à moi pour cette mission ? Pourquoi vous et personne d'autre ? »

Gavroche ne faisait jamais les choses au hasard. Dès qu'il prenait une décision, cela signifiait qu'il avait planifié tout un plan dans sa tête. Mais quelques fois, Antiphane se sentait dépassé par la situation, n'arrivant pas à imaginer ce à quoi son grand frère pensait. Voilà encore une chose qui l'agaçait. A croire que parfois c'était lui qui tirait les ficelles ! Mais cela était impossible, toutes les décisions prises par Gavroche avaient pour but d'aider Antiphane dans son rôle de chef et pour cela, ce dernier lui en était plus que reconnaissant. Sans son frère, il se serait très vite laissé dépassé par tout ceci.

Alors que Victoria avait encore une fois cherché à rassurer Antiphane sur la présence de la louve, celui-ci fut plus que surpris de l'entendre s'exprimer. Non pas comme un loup s'exprimait, mais comme un humain ! Il eut tout d'abord un mouvement de recul, réflexe purement naturel, et jeta un regard horrifié à Victoria qui prétendait qu'elle n'était pas un danger pour eux.

« Mais ce n'est pas une louve ! C'est une morphe ! » Sur le coup de la colère, il en devint insultant. « Vous êtes idiote ? Elle peut comprendre ce que nous disons, elle peut le répéter ! » Vociféra-t-il hors de lui. Il s'agita tellement qu'il fit sauter le bouton de sa veste sans qu'il ne le remarque.

Suite à ceci, il focalisa son attention sur celle qui était principalement concernée. Il n'avait pas vu qu'elle devait porter une sorte de bracelet, un K.I.P si ses souvenirs ne le trahissaient pas, l'indiquant qu'elle n'était pas un animal. Il se montra néanmoins moins agressif envers elle, son instinct le poussant à s'adresser à elle avec plus de précaution.

« Je vais être clair, es-tu l'une des nôtres ? » Il attendit une réponse, mais sans patience. C'est pourquoi il répéta la question. « Es-tu une rebelle ? » Peut-être avait-elle réussi à bercer et endormir la vigilance de Victoria, mais cela ne prenait pas avec lui.

Avatar de l’utilisateur
Antiphane Bevnadin
Membre V.I.P.

Âge: 39
Crédit: 716.00 Ore(s)
Suivi: Image Image ImageImage
Pelel'je: Non
Métier: Chef des rebelles
Classe: Chêne
PV: 350
ES: 350
Avatar: The Painted Man by Navate : lien

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Victoria Galibris » 22 Déc 2014, 23:05

Tout s'expliquait. Cet homme qui m'a parlé des Rebelles, il doit être lié à tout cela ! Et Orso... Un Morphe ours si je me souviens bien... J'étais là pour cela : j'avais de l'expérience avec les prisons, et je pouvais, et j'allais aider les Rebelles !

Mais au moment où j'allais m'expliquer, Shara fit l'erreur de parler... Quant à Antiphane, il fit l'erreur d'être un peu trop agressif et suspicieux envers mon amie. Je lui collai deux doigts sur le front pour le pousser à s'écarter d'elle.

"On se calme l'ami, cette louve est parfaitement inoffensive. Voyez : elle est complètement apeurée, par votre faute." je m'écartai pour lui montrer la grosse boule de poils repliée sur elle-même et gémissant. "Alors excusez-vous de suite auprès d'elle. De surcroît, je n'ai jamais dit qu'elle n'était pas Morphe, cela dit elle est plus louve qu'humaine, pour la simple et bonne raison qu'elle déteste sa forme humaine et a toujours vécu en meute ! Elle a besoin d'un chef de meute, de quelqu'un à suivre, et n'a aucune autre raison d'être, comme tout loup. Ainsi je suis ce chef et les Rebelles peuvent être sa meute. Honnêtement, Shara elle-même n'est pas une Rebelle, mais j'en suis une, donc elle me suivra et aura les mêmes intentions que moi, c'est bien l'important non ? Enfin, elle ne doit comprendre que des bribes de ces conversations, elle n'est donc pas une menace et incarne l'innocence même !"

Je me reculai pour caresser la pauvre victime tout en gardant mon regard noir rivé sur Antiphane.

"Revenons à nos affaire : je suis la personne qu'il vous faut. J'ai déjà rencontré Orso, il était mon voisin de cellule. Cela doit faire deux semaines qu'il a été transféré. Laissez-moi vous aider, j'ai de l'expérience dans les prisons, je m'en suis déjà échappé d'une plutôt bien gardée ! Les geôliers ne sont qu'ennui à l'état brut, un peu de distraction et ils en oublient leur travail... Puis-je faire partie de cette mission et servir notre cause commune, tout en montrant ma valeur aux Rebelles ?"

Je souriais en coin. Antiphane ne me faisait pas confiance, pas plus qu'à Shara, mais il était obligé d'accepter, j'étais sa seule chance puisqu'il ne connaissait pas Orso.

Avatar de l’utilisateur
Victoria Galibris

Crédit: Fermé

Re: Le Journal et la Louve

Messagepar Shara » 30 Déc 2014, 18:41

Après discussion dans l'administration, on va précipiter un peu la séparation, d'où l'intervention des fauteurs de trouble ^^

La situation dérapait un peu! Dès lors où Shara avait parlé via le KIP, l'homme muet avait changé d'expression, et même si la louve ne pouvait pas l'entendre, son agressivité était perceptible à travers ses expressions! Aussi, Shara se recroquevilla de terreur en se cachant derrière Vicra, ce qu'elle n'avait pas loupé et la louve fut rassurée d'entendre que son chef de meute la protégeait!

Couinant légèrement, elle ne cessait de répéter
«Shara gentille» même si elle ignorait si ça pourrait calmer ou non le chef des rebelles.
En tout cas, la conversation lui échappait puisqu'elle ne pouvait pas toujours entendre ce que disait Antiphane, aussi elle ne risquait pas de pouvoir répéter grand chose, surtout avec son vocabulaire plus que limité!

D'autant qu'il était question d'un homme que la louve ne connaissait pas et de toute manière, elle n'aurait jamais compris que "Orso" pouvait être quelqu'un! De son point de vue, c'était surement un animal ou un lieu? De toute manière, elle n'aurait pas l'occasion de le comprendre, car un groupe d'individus passa dans la ruelle à proximité de l'endroit où le groupe se trouvait, et malheureusement, les couinements de Shara semblaient avoir attiré leur attention

«Tu as entendu?»
- «Y'a des voix par là!»
la louve dressa les oreilles et huma l'air ambiant, honnêtement, elle n'aimait pas ce qu'elle sentait. Cette drôle d'odeur de métal brûlé, plutôt rare dans le coin car tout de même, fort peu d'individus avaient des armes à feu dans le coin, trop rare, trop cher, trop difficile à charger. Pourtant, il y avait un homme avec un fusil par là et ça, Shara ne pouvait pas le supporter!

Sans attendre, elle se faufila entre les jambes de Vicra afin qu'elle grimpe sur son dos

«Humains méchants!!!» elle ne pouvait pas porter l'humain muet de la même manière, trop lourd, aussi elle fila rapidement au moment où les hommes se rapprochaient et les avaient dans leur champs de vision! Malgré tout, il était peu probable que le chef se serve de son fusil pour eux,, surtout que la louve avait déjà décampé rapidement! Elle courut le plus longtemps possible, tournant dans les ruelles pour filer droit vers la forêt dans l'espoir de mettre le plus de distance possible entre ces humains et elles... elle sentait Vicra bien accrochée à sa fourrure, donc rien à craindre de ce côté là, et sans le vouloir, la louve filait plein Nord, ce qui était justement la direction à prendre si son amie souhaitait se rendre à Ephtéria par la suite...


La suite pour Antiphane : Un peu d'aide ? Pas de refus !
La suite pour Victoria et Shara : Au long loin du long Chemin

Avatar de l’utilisateur
Shara

Crédit: Fermé

Précédente

Retourner vers Guttenvald, la Sombre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron