{AGILITY} Parcours de Vrass Rannveig

Image

{AGILITY} Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Sayah Cordylus » 27 Avr 2011, 19:58

Agility !?


http://nideyleforum.free.fr/concours/cake.pngLe printemps est de retour après de trop longs, trop sombres et trop froids mois d'hiver. Les journées s'allongent et le soleil, bien qu'encore timide, est au rendez-vous. Les laines et les écharpes tombent enfin, au profit de tenues plus légères, car le printemps c'est aussi cela. Les oiseaux, les marmottes, les ours : toutes espèces confondues, il est temps de sortir de sa tanière ! Place au renouveau et à la bonne humeur ! Le besoin de se réunir autour de grandes tables se fait sentir sur Nideyle comme ailleurs.
À cette occasion, Sayah Cordylus organise un banquet pour lequel il souhaite vous voir partager un immense gâteau. Le plus gros que Nideyle ait jamais vu ! Toutes les forges ont donc été sollicitées afin d'entretenir un feu sans-cesse crépitant sous une gigantesque marmite. Il ne manque plus qu'une chose pour commencer la confection de cette pièce unique au monde : les ingrédients !

Comment ça fonctionne ?
    Votre parcours ressemble à un plateau de jeu de l'oie. Nous venons de vous confier un panier rempli de bonnes choses pour la préparation du gâteau. Votre objectif est de passer prendre deux ingrédients manquant et de rapporter le tout jusqu'à la marmite en essayant de protéger votre butin des pièges semés sur votre route...
    • Les épreuves se déroulent en RP (un message par étape).
    • Il y a 7 étapes.
    • Sayah passera à la fin de chaque étape pour vous expliquer les conditions de la suivante.
    • Vous avez deux semaines pour venir à bout de votre périple (fin des épreuves le mercredi 11 mai 2011).
    • Comme chaque fois, le vainqueur sera élu par les votes du public.

Gains
    Une boîte Agility contenant :
    • 1 graine de César
    • 5 bonbons rigoloth
    • 1 piment d'Amroth
    • 1 dose de Xingtou
    • 1 Ronçapont
    • 1 pincée de sel
    (voir le catalogue de l'Herboriste pour davantage de détails)

Avatar de l’utilisateur
Sayah Cordylus
Reptile Sournois
Reptile Sournois

Âge: 42
Crédit: 3,862.00 Ore(s)
Métier: Commerçant polyvalent

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Sayah Cordylus » 27 Avr 2011, 20:02

Première étape : BANQUISE !


Votre panier rempli de bonnes choses dans les mains, vous commencez sur une langue de glace glissante... très glissante même ! Traversez ces 100 mètres de glace sans vous vautrer... après réflexion, vous aurez le droit de tomber (il faut bien amuser la galerie) tant que vous n'abîmez ou ne perdez aucun ingrédient...

Avatar de l’utilisateur
Sayah Cordylus
Reptile Sournois
Reptile Sournois

Âge: 42
Crédit: 3,862.00 Ore(s)
Métier: Commerçant polyvalent

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Vrass Rannveig » 28 Avr 2011, 18:33

Je suis sur qu'il l'a fait exprès!

Cette saleté de lézard visqueux à la langue en pique à brochette, je vais le trucider! Non mais regardez moi là! J'ai pas l'air con franchement! En débardeur et pantalon treillis noir pour passer des épreuves et mes bottes militaires, j'ai l'air de quoi avec le panier du petit chaperon rouge à porter chez mère grand là? Je veux bien que ça corresponde à la couleur de mes cheveux, mais y'a du foutage de gueule!

«Sayah, je te jure que je vais te buter»

Les yeux posés sur la longue plaque de glace qui se dessine devant moi, le panier pour le moment posé devant moi, les bras croisés sur le torse, je réfléchis. Si je pose le pied là dessus, d'une part, je VAIS me casser la gueule, obligé car j'ai jamais été un pro du patinage artistique, et d'autre part, je vais changer la déco de la banquise pour la transformer en pizza surgelée avec les ingrédients du panier.

Bon, alors déjà, il y a un avantage, c'est que la piste est plus ou moins plate, déjà y'a rien à escalader, je me voyais pas spécialement me retrouver en plus à quatre pattes avec le panier entre les dents. Je penche la tête sur le côté avant de me décider à me lancer. Je prends le panier en regardant ce qu'il y a dedans, prenant une profonde inspiration, je le repose avant d'enlever mon débardeur

Ça caille!! Un frisson me parcourt jusqu'à la nuque, mais je préfère recouvrir le panier de manière à ce que rien ne déborde, ce sera déjà ça de gagner. Je souffle un bon coup et pose mon chargement sur le bout de la banquise, et en mettant bien le pied sur le côté, je donne un coup de pied léger dedans histoire de le faire glisser un peu plus loin, voilà, ça c'est fait!

Maintenant le plus dur... faut poser le pied là dessus.. pourquoi j'ai pas des bottes en fourrure moi? Ça s'accrocherait nickel! Bon, tel un robot qui aurait un balai coincé dans le [bip] je lève la jambe en pliant bien le genou avant de le poser bien à plat...

«Sayah je te jure que je vais te buter!»

Je l'ai déjà dit et alors? Je déteste cette sensation d'avoir le pied qui ne repose sur rien, c'est ignoble. Basculant doucement mon poids en avant, je soulève doucement le deuxième pied pour l'amener lentement devant moi.

Ok, déjà pas mal, problème, si j'avance à ce rythme, je vais finir la course sur un fauteuil roulant électrique. D'un autre côté ça ira plus vite. Bon allez, on se motive, on repart, on bascule le poids, on avance, on soulève les gambettes, le premier qui rigole je lui en colle une, même si je dois ramper pour sortir de là! Bon, je commence à peu près à gérer mon équilibre, jusque là tout va bien j'ai du faire aller... 5 mètres. Je suis pas dans la merde, mais au moins j'ai rejoint mon panier.

Je prends une profonde inspiration, soulève un peu mon pied, prêt à pousser de nouveau le panier plus loin, et hop, un coup de pied qui se veut plutôt élégant sur le côté, problème: si ça marche sur la terre ferme avec juste le panier sur la glace, lorsque les deux pieds sont dessus, ça marche beaucoup moins!

BOOM!

Vous vous souvenez de ces dessins animés débiles que les gosses regardent à la télévision où l'anti héros shoot dans un ballon, se loupe et vole dans les airs? Démonstration en direct. Mon pied d'appui a ripé vers l'avant, entrainé par mon poids et je me retrouve les 4 fers en l'air! La bonne nouvelle, c'est que le panier a dégagé sans vider son contenu. Me relevant pour me remettre au moins en position assise, les jambes croisées, je sais pas pourquoi, mais j'ai froid. Ah! Oui! Peut être parce que j'ai le [bip] sur la glace non? Prenant appui sur mes mains pour me relever, une grimace de douleur se dessine sur mes lèvres... pourquoi je me suis pas tatoué ce fichu flocon de neige??

Note pour plus tard, je l'ai déjà dit, mais bordel! Il faut que je me tatoue l'intégralité de mon catalogue!!!

Une fois debout, je garde solidement appui sur mes pieds, frottant mes mains sur mon pantalon pour les réchauffer un peu, j'aimerais bien faire de même avec mon postérieur, mais j'ai pas envie d'amuser la galerie d'avantage, alors je serre les fesses et je repars!

Nouvelle inspiration, les bras écartes - bon sang que j'ai l'air con - et j'avance encore, prudemment, un pas après l'autre, on dirait que je marche sur des œufs, manquerait plus que la glace se mette à craquer et que je doive finir à la nage tiens! Je rejoins de nouveau mon panier, problème, je fais quoi maintenant? Si je shoot dedans, je vais de nouveau me casser la gueule! Donc, nouvelle technique, je dois en être à un peu plus d'une quinzaine de mètres, heureusement que le panier glisse bien sur la glace quoi.

Je descends doucement de manière à me retrouver à genoux, jusque là, tout va bien sauf que la glace, ça brûle! Non je plaisante pas! J'attrape le panier par la hanse, l'empoignant fermement avant de me mettre sur le côté et, comme lorsqu'on veut faire des ricochets, je prends mon élan et lance le panier bien à ras du sol pour le faire glisser plus loin, posant ensuite ma main sur la glace pour me réceptionner.. la classe! Je m'en suis pas trop mal sorti. Bon, je sens plus mes mains, mais c'est un détail.

Je me relève, mes jambes tremblent un peu et vlan! Rebelote que je me retrouve sur le [bip].

«BORDEL!»

Je sais pas si vous voyez le tableau, mais allongé sur le dos, sur la glace tout en étant torse nu, je veux pas dire, mais si je n'avais pas eu mes cheveux, je crois que j'aurais hurlé encore plus fort. Seulement voilà, avec la sueur, je sens ma peau qui accroche et je grimace de douleur en me relevant rapidement pour ne pas rester coller comme une tortue qui se serait retournée sur sa carapace. Grimaçant de douleur, je me relève, je sens ma peau qui me tire, j'ai pas intérêt à renouveler l'opération trop souvent, là ça craint vraiment. Un coup d'œil sur mes mains particulièrement rouges, j'ai vraiment trop froid.

J'essaie de les mettre dans mes poches, je prends un gros risque pour mon équilibre, mais je dois les réchauffer sinon je vais perdre mes doigts plus vite qu'un lépreux dans un hachoir. Plaquant mes mains contre mes cuisses dans mes poches afin d'essayer d'être stable, je me remets en marche... j'espère que c'est pas chronométré parce qu'après avoir joué les tortues, je suis passé aux escargots, dans les deux cas y'a la carapace on dira. Salut petit panier de... hum. Bon, je fais quoi maintenant? La technique du lancer me semblait assez bonne en soit, et j'approche presque de la moitié, seulement voilà, je le sens pas. Tant pis, c'était la plus efficace et celle qui me permet de le lancer le plus loin, donc rebelote, je tombe à genoux, j'entends un léger «crack» non, c'est pas mon pantalon, juste la glace sous mon poids. Non merci j'ai pas envie d'être un nouveau parfum de sorbet!!!

C'est bon, ça tient. Je prends une profonde inspiration avant de sortir mes mains de mes poches, ça va un peu mieux sauf que je change de technique, le genou droit sur la glace, l'autre jambe relevée pour prendre un meilleur appui et ne pas tomber sur la fin et hop! Encore mieux qu'à la pétanque! Y'a pas à dire, je deviens doué avec le lancer de panier garni! Bon maintenant, faut que je me relève, mais mine de rien, d'avoir déjà une jambe repliée ça va aider, je pose mes mains bien à plat sur ma cuisse, ramène un peu ma cheville arrière de façon à prendre une bonne posture et je pousse... doucement, lentement, on dirait presque le penseur de Rodin là! - c'est qui Rodin?

Mais c'est que j'ai réussi à me relever!!! J'en crierais presque de joie si j'avais pas la trouille de me retrouver de nouveau les 4 fers en l'air! Allez, restons calme, franchement là j'assure! Les mains dans les poches pour les tenir au chaud, on va essayer de faire en sorte que mes dents arrêtent de jouer des castagnettes, qu'est-ce que je donnerais pas pour être un morphe et me transformer en ours polaire! C'est sûr que si la prochaine étape consiste à traverser un désert, ça serait pas super pratique, mais là tout de suite, ce serait chouette!

Bon, je reprends mon chemin, à force, je commence à avoir de bons appuis et à bien me tenir un peu courbé jusqu'à rejoindre de nouveau mon panier. Je sors mes mains de mes poches et me frotte les bras pour me réchauffer un peu, mes lèvres ont surement viré au bleu et j'ai mal aux jambes à force de les contracter. Le reste de mon corps me semble totalement engourdi, mais bon, on continue. La fatigue me gagne un peu, mais normalement, un dernier lancer et je serai arrivé, je vois la fin. Reprenant la même position que la fois précédente, je serre les dents pour qu'elles arrêtent de claquer, prends mon élan et

«RAAAHhHHHH!»

Un cri de rage sort de ma gorge alors qu'enfin je le vois filer vers la ligne d'arriver. Baissant la tête pour reprendre mon souffle, je prends doucement appui pour me relever, malheureusement, mes jambes tremblent tellement que je glisse et manque de faire le grand écart...

Aoutch.

Les deux mains posées de chaque côté, je me retiens de hurler à nouveau, bon sang, faudrait que je travaille ma souplesse moi! Je ramène rapidement ma jambe vers moi, l'air me manque assez, il faut le dire, mais je me parviens finalement à me redresser et lorsque je regarde mes mains, elles sont clairement brûlées, je crois même avoir perdu quelques lambeaux de peau dans la bataille. Je suis incapable de plier les doigts alors impossible de mettre de nouveau mes mains dans mes poches. Là ça devient vraiment dur. Je tremble de partout, j'ai mal partout, et j'ai du mal à rester concentré avec ma mâchoire qui claque ainsi, mais j'y suis presque, petit pas par petit pas. Je préfère franchement prendre mon temps et éviter de me casser la gueule, parce que là si je tombe, je meurs...

Allez plus que deux mètres...

Un pas, un autre, encore un...

Plus qu'un mètre, tant pis je tente le tout pour le tout, et un grand pas, mon pied touche la terre ferme, l'autre glisse... grand écart à nouveau, mais en basculant mon poids vers l'avant, je parviens à m'empêcher de trop tomber et je m'en sors sans trop de dommage, ramenant ma jambe arrière sur le sol non glissant. Avant de me relever, ma main part vers le panier que je saisis avant de me redresser et de faire un pas...

J'ai fini

«Sayah, je vais te buter!»

Où est-ce qu'il est le sac à main?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Sayah Cordylus » 28 Avr 2011, 18:46

Deuxième étape : TITANIC !


Maintenant que vos fesses sont endolories de vos nombreuses chutes, jetez-vous à l'eau et parcourez les 500 mètres qui vous séparent de l'île déserte la plus proche. Attention, certains ingrédients n'aiment pas l'humidité ! Ai-je précisé qu'il y avait des animaux marins, dans cette eau ?

Avatar de l’utilisateur
Sayah Cordylus
Reptile Sournois
Reptile Sournois

Âge: 42
Crédit: 3,862.00 Ore(s)
Métier: Commerçant polyvalent

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Vrass Rannveig » 29 Avr 2011, 14:51

Une main dans une poche, l'autre tenant le panier, je fixais l'étendue d'eau qui se dessinait devant moi. C'est quoi cette poisse? Je baissais les yeux sur le panier avant de prendre une profonde inspiration, traverser ça à la nage avec un poids, non mais qu'est-ce que les organisateurs ont dans la tête? Bon, chaque chose en son temps, d'abord... se déshabiller.

Désolé les filles, je ne suis pas un morphe, moi au moins j'ai des sous-vêtements! Au moins, la température est un peu plus agréable ici, on se croirait sur une île tropicale, sauf que l'île, elle est là bas! Je m'assis par terre pour enlever mes chaussures, elles sont trop grosses et trop lourdes pour pouvoir être mises dans le panier, je vais devoir les laisser ici, mes chaussettes, pareil. En revanche, j'enlève mon pantalon pour le glisser sous les ingrédients dans le panier, comme ça au moins, ça les protègera un peu, et comme pour toute à l'heure, je mets mon débardeur par dessus, essayant de rendre le tout le plus hermétique possible, en espérant que ça ne tombe simplement pas à l'eau directement.

Non, je ne suis pas à poil j'ai dit!

Je porte un boxer, certes, c'est moulant et ça me met très bien en valeur, donc vous pouvez vous rincer l'œil sans problème. Et merde, j'ai oublié mon élastique. Tant pis, je vais devoir garder les cheveux lâchés. Prenant une profonde inspiration, je me tourne vers les organisateurs du tournoi pour qu'ils prennent soin de mes godasses, j'ai déjà dit que je voulais tuer Sayah? Je sais plus, probablement.

Prenant de nouveau le panier, je m'avance doucement, l'eau est assez chaude, c'est agréable au moins. Plus je m'avance dans l'eau et plus je soulève le panier pour le protéger, réfléchissant à la meilleure manière de me rendre de l'autre côté avec ça. Je m'arrête à un moment où j'ai de l'eau sous les aisselles, grimaçant de douleur sous la brûlure au niveau de mon dos, provoquée par le sel qui se pose sur ma peau abîmée par la glace un peu plus tôt, mon chargement posé sur une épaule le temps que je réfléchisse encore un peu, puis une idée me vient et je force sur mes jambes de manière à me mettre sur le dos, tenant toujours le panier d'un bras et l'autre main s'agitant pour essayer de me maintenir, puis je pose le tout sur mes abdominaux. C'est déjà plus facile quand on a les deux mains libres, le seul problème c'est que je ne vais pas trop voir où je vais aller. Soulevant de nouveau le panier pour regarder derrière moi, je vérifie que je suis dans le bon alignement et je me remets en position avant de partir en un dos crawlé. Les yeux principalement fixés sur le panier posé sur mon ventre, j'essaie de trouver un bon rythme pour ne pas le déséquilibrer tout en avançant, ce qui fait que j'use plus de mes bras que de mes jambes pour le moment... heureusement que je suis un athlète n'est-ce pas?

Bon, le rythme est pas mal, sauf que mon dos me brûle atrocement, j'espère qu'à force, ça va passer, au moins mes muscles ont retrouvé leur vigueur maintenant qu'ils bougent plus librement sans être engourdis par le froid. Je fais attention à mon souffle, essayant surtout de garder un rythme adapté, espérant qu'on n'a pas fichu des rochers en plein milieu du chemin car je vais pas les voir arriver, et franchement se faire assommer et noyer en plein milieu de l'épreuve, ça craint! Je décide donc, au cas où, de faire une pause, prenant le panier d'une main et essayant de le caler au-dessus de ma tête grace à mes cornes tout en le tenant quand même, au moins elles servent à quelque chose dans cette épreuve, mais ça fait mal au cou quand même, heureusement que je suis musclé. Je regarde l'île, j'ai un peu avancé quand même, mais je ne vois pas de rocher qui dépasse. Au moins, le fait que je n'ai pas beaucoup utilisé mes jambes pour la nage est utile car elles servent bien maintenant pour me maintenir droit hors de l'eau, et au moment où je m'apprête à repartir, je vois des machins bondir vers moi... non je rêve pas, ces trucs sont bien en train de bondir hors de l'eau!

«Sans blague?»

Des poissons volants... bon, de toute manière, c'est juste de la poiscaille, j'ai pas grand chose à craindre, donc je me dis que je vais simplement attendre qu'ils passent et on verra bien, mais au moment où ils s'approchent de moi, n'en voilà pas un qui saute sur ma tête et se pose tranquillement sur le panier? Oui oui, je l'ai bien senti là! J'ai un poids supplémentaire sur la tête!

«Oh? Tu dégages oui? Je suis pas un taxi!»

Bordel, je récupère le panier pour voir, essayant de me maintenir principalement de me servir que de mes jambes pour tenir hors de l'eau, je commence un peu à m'essouffler, j'attrape le poisson par la queue qui se débat furieusement

«Tu vas te calmer oui?»

C'est que ça glisse ces saloperies! Bon sang, je vais pas y arriver comme ça, mais c'est quoi cette poisse? - le premier qui sort «non c'est un poisson» je le fracasse. Finalement, j'opte pour une meilleure stratégie, je me remets sur le dos, le panier posé sur le ventre et là par contre, je l'attrape carrément par les ailes! C'est déjà plus facile et il gigote moins

«Ah AH! On fait moins le malin là hein? Dégage!»

Et je le jète à l'eau, non sans voir que j'ai les mains qui saignent un peu, c'est que ça coupe ces saletés, bon, c'est pas plus méchant que si je m'étais fait ça avec une feuille de papier mais bon, c'est le genre de petite coupure de merde qui fait mal. Allez, je repars! C'est pas pour dire, mais j'ai encore de la route, encore un petit coup d'œil pour m'assurer que je vais dans la bonne direction et c'est parti.

Une, deux, une, deux, une, deux... bon au moins, on peut pas dire que cette épreuve soit trop pénible, nager comme ça dans une eau bien chaude, c'est assez sympa en soit! Jusqu'à ce que je sente un truc me brûler la cuisse

«OOUAUUUAHHH»

Le premier qui rigole sur le hurlement de douleur que je viens de pousser, je l'embroche aussi vite qu'un poulet sur une rôtissoire et de la même manière en prime! Me revoilà à essayer désespérément de ramener le panier sur ma tête pour regarder ce qui vient de m'arriver, ma peau au niveau de l'intérieur de ma cuisse vire au violet et se met à gonfler, je regarde autour de moi jusqu'à voir une sorte de sac plastique s'éloigner... une méduse

«%£#% S.. £% de M§%»

Je ne me souviens pas de la dernière fois que j'ai pu lancer un tel flot d'injures, mais ça date! En tout cas là, je me lâche, désolé pour les oreilles sensibles mais ça fait un mal de chien!!!! Je me remets vite sur le dos car je ne peux déjà presque plus bouger la jambe tellement la douleur est forte, position de la planche, les bras écartés qui me maintiennent, je réfléchis, du moins j'essaye car là franchement j'ai trop mal. Pourquoi j'ai pas un pouvoir de guérison? Y'a pas un truc que je pourrais piquer dans le panier pour me soigner? Non c'est pour des recettes de cuisine y'a rien qui va pouvoir calmer cette douleur... à moins que...

Non.. je vais pas faire ça? Bordel mais ça fait vraiment un mal de chien! Non pas de chien, j'aime trop les chiens, on va dire un mal de teigne. Ouais ça, ça fait bien. Bon, je crois que j'ai pas le choix, désolé mais je vais éviter de décrire exactement ce que j'ai fait par la suite en glissant une main en dessous de la ceinture, mais il fallait bien se mettre en position pour viser au mieux...

Je me bénis d'avoir regardé ce reportage un jour à la télévision. La douleur laisse petit à petit place à la chaleur, certes peu élégante jusqu'à ce qu'enfin ça se calme un peu. Prenant une profonde inspiration, je crois avoir perdu quand même pas mal de temps, mais de toute manière.. c'est chronométré? Aucune idée. Pour l'instant, j'attends un peu jusqu'à être prêt à repartir, vérifiant que rien ne dépasse, et que le panier est toujours bien posé sur mon ventre, je repars, traversant sans trop d'encombres les derniers mètres qui me rapprochent enfin de l'île jusqu'à ce que je sente une nouvelle douleur au niveau de mes fesses

«RAAAHHH! Mais on se fout de moi là?»

Non, ça ne fait pas trop mal non plus, mais y'a un truc qui s'est accroché!!! Nouvelle position de la planche, un bras bien droit pour me maintenir et l'autre qui va saisir le truc qui me mords les fesses... au toucher, ça m'a tout l'air d'être un serpent, je glisse mes doigts jusqu'à sa gueule pour le forcer à lâcher et le sort de l'eau.. une murène cette fois

«Espèce de p...»

Elle veut mordre? Je peux mordre aussi! D'un coup sec, je ramène son cou à ma bouche et je mords un grand coup pour lui arracher un énorme morceau de chair, la tuant sur le coup avant de la lancer plus loin

«Va distraire les requins comme ça ils me foutront la paix!»

Petite pause pour voir où j'en suis, chouette! J'y suis presque! Je laisse le panier sur ma tête et m'avance jusqu'à avoir pieds et sortir enfin de l'eau. Mon dos est rougi par le mélange des brûlures de la glace et du sel, l'intérieur de ma cuisse est toujours violet, même si ça ne fait presque plus mal désormais que je me suis soulagé, quant à ma fesse, rien de méchant, ça fait pas spécialement plus mal qu'un tatouage

«Sayah...»

Oui, vous connaissez la suite

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Sayah Cordylus » 29 Avr 2011, 15:48

Troisième étape : BRISE-NOIX !


Une fois sur votre île, récupérez votre premier ingrédient manquant : les noix de coco !
Il n'y a qu'un seul cocotier en plein milieu et il est habité de singes voleurs, fourbes et sachant rudement bien viser (et puis pour les motiver, je leur ai donné triple dose de caféine) ! Esquivez les projectiles, récupérez les noix de coco, protégez les ingrédients, et votre tête, éventuellement... quand vous aurez fini de jouer, on vous attend près du terrier là-bas.

Avatar de l’utilisateur
Sayah Cordylus
Reptile Sournois
Reptile Sournois

Âge: 42
Crédit: 3,862.00 Ore(s)
Métier: Commerçant polyvalent

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Vrass Rannveig » 02 Mai 2011, 10:29

Bon, me voilà à moitié nu sur une jolie plage de sable blanc, il ne me manque plus qu'une jolie naïade avec des noix de coco à la place du maillot de bain pour compléter le tableau et ce serait parfait. Malheureusement, il semblerait que je doive aller les chercher moi-même ces noix de coco, je me demande si Sayah me filera la fille après ça? Faut pas rêver.

Poussant un profond soupire, je pose le panier à mes pieds pour récupérer mes fringues, je vais pas remettre mon t-shirt, mais au moins le pantalon pour le cas où y'ait des branches ou autres. Le récupérant dans le panier, je commence doucement à l'enfiler, grimaçant lorsque je sens le tissu toucher la brûlure de la méduse, je noue les lacets avec difficulté, surtout que l'effet du vêtement avec le sel est franchement désagréable et ça gratte!

Bon, alors comme ça, faut aller chercher des noix de coco dans un arbre bien gardé par des singes hein? Je demande à voir. Récupérant le panier pour le moment, je commence à m'aventurer dans la pseudo jungle de l'île, non mais franchement ils les trouvent où leurs épreuves? Me voilà en train de jouer à Indiana Jones avec un panier garni... Avançant prudemment à la recherche de ce fichu cocotier, je sens quelque chose me tomber sur la tête, ramenant ma main dans mes cheveux, je constate qu'il s'agit d'une sorte de graine de la taille d'une myrtille. Je lève les yeux au ciel pour voir que dans un arbre à pain au-dessus de moi se trouvent deux singes qui sautillent sur place d'un air totalement surexcité et ce que j'ai pris pour une graine était en fait un tout petit fruit à pain même pas à maturité... heureusement d'ailleurs car sinon j'aurais été assommé sur place vue la taille normale de ces fruits. Mais là, c'est pas la saison ce qui explique qu'ils soient aussi petits, malgré tout, j'ai pas envie d'être la cible d'un jeu de fléchettes improvisé, et alors que je les vois de nouveau en train de sauter partout pour arracher de nouveaux fruits, je m'avance vers l'arbre, l'épaule en avant et dans toute ma finesse et ma délicatesse, je donne un violent coup dans l'arbre qui se met à trembler, l'un des singes glisse et s'agrippe aux branches

«Désolé, je suis rancunier!»

Tenant toujours le panier dans mes mains, rebelote! Un nouveau coup d'épaule dans l'arbre qui tremble encore et un «poc» caractéristique me fait dire que cette fois il a pas réussi à s'accrocher aux branches! Je le regarde d'un air amusé alors qu'il est sonné par sa chute

«Ben alors? C'est moins drôle d'un coup hein?»

Je m'approche pour le saisir par la queue avant de sentir une autre noix me voler sur la tête, je me retourne pour voir son copain s'agiter comme un fou en train de chercher à attraper tout ce qui lui tombe sous la main pour protéger l'autre inconscient

«Oooh... il te manque ton copain? Attends, je te le rends!» dis-je d'un air faussement compatissant. J'attrape la bestiole inconsciente par la queue, je le lève pour le faire tourner au-dessus de ma tête comme un lasso avant de le lâcher droit sur l'autre, si vous aviez vu sa tête! Les yeux écarquillés de terreur à voir son copain lui foncer dessus à toute vitesse et le «boum» qui a suivi avant que mon regard ne suive leur chute jusqu'au sol.. c'était fendard! Ce fou rire! Bon, c'est pas tout ça mais j'ai un cocotier à trouver moi!

Je reprends ma route, mais je me rends compte que plus j'avance et plus il y a de singes pour me lancer des trucs à la gueule, les gars, vous savez pas qu'il ne faut pas énerver un winghox? Ma patience commence à atteindre ses limites alors que je charge un papayer sur lequel s'est réfugié l'un de ses petits malins, mais au moments où ma tête fracasse l'arbre, je sens un truc gluant m'exploser sur le crâne! L'enfoiré m'a lancé une papaye sur la tête!

«Enfoiré»

Au moins, il en aura été pour un sacré vol plané car un papayer, c'est souple et ça a fait l'effet catapulte! Ceux qui me voient me démener ont du bien rire sur le coup à le voir planer ainsi. Mais là franchement, je suis dégueulasse! La papaye, ça colle, et c'est orange en prime, j'ai vraiment pas l'air con. Je commence à avoir quelques bleus, non seulement à force de shooter les arbres à coups d'épaule ou de tête, mais aussi à cause des projectiles lancés

«OUAH!»

C'est alors que là ça plaisante plus! Une noix de coco a foncé directement vers moi, j'ai eu à peine le temps de me baisser que j'ai senti un choc violent au niveau de ma tête... non pourtant j'ai pas mal au crâne, je ne me la suis pas prise sur la tête... levant les yeux au ciel, je prends une mine exaspérée... la noix de coco s'est plantée sur ma corne, je me disais bien aussi que c'était lourd d'un coup. Bon ben ça fait toujours une. Posant le panier pour la retirer en forçant un peu sur mes bras, je me baisse pour la ranger, mais...

«SALOPERIES!!!!!!»

Et me voilà en train de courir après un enfoiré de singe qui m'a piqué le panier! Non mais je vous jure je vais tuer tout ce qui bouge tellement je commence à être vraiment furax, j'attrape tout ce qui passe à ma portée, cailloux, branches, fruits, surtout que les autres me filent des projectiles pour les lancer sur le voleur à nouveau, rien à foutre de ce qu'ils m'envoient à la gueule, je vais pas me laisser faire par un macaque dopé à la caféine! J'intercepte un fruit qui ressemble à un fruit de la passion pour le lancer sur le voleur et «splash» la couleur jaune orangé lui va si bien et le voilà qui s'étale de tout son long en lâchant enfin son chargement.

Récupérant mon dû, je dépose la noix de coco à l'intérieur avant de l'attraper lui aussi par la queue et le lancer plus loin en un nouveau vol plané

«J'aime pas les voleurs»

Bon, c'est pas tout ça mais faut que je retourne au cocotier maintenant! Faisant le chemin en sens inverse, je fatigue un peu, entre la traversée et la démolition de l'écosystème à coups de pieds, d'épaules et de cornes, je sue comme un bœuf - logique pour un winghox même si on est censé plus tenir des dragons que des taureaux - et j'ai vraiment mal partout.

De retour devant le cocotier, je donne un coup de la plante du pied sur l'arbre pour le secouer, une fois, deux fois jusqu'à ce qu'une autre noix de coco tombe avec un singe bien accroché dessus comme s'il s'agissait d'un trésor

«T'as deux solutions, tu lâches ou je te fais lâcher»

Faut croire que mon charme irrésistible est efficace même sur les singes, écarquillant les yeux de terreur il lâche sa proie et détale comme un lapin... drôle de mélange. Je récupère la nouvelle noix de coco pour la mettre dans le panier, la vache, ça alourdit quand même pas mal le chargement tout ça. Je prends le fruit, le fixant alors quelques secondes alors qu'un autre macaque m'attaque à coups de fruits que je ne connais pas

«Vous commencez sérieusement à me casser les c...»
Hum... bref, mode pas content. Me voilà avec une noix de coco dans une main et un singe dans ma ligne de mire, tel un magnifique athlète lanceur de poids, je tourne légèrement sur moi-même pour envoyer la noix de coco en plein sur lui... et... et....

Loupé.

Bah la bonne nouvelle c'est le coque de la noix de coco est à moitié éclatée et qu'il ne me reste donc plus que le fruit, ce sera déjà moins lourd et moins encombrant. Je vais pour la récupérer, la rangeant dans le panier avant de sortir l'autre à moitié éclatée par ma corne pour la fracasser tout en finesse contre le tronc de l'arbre près de moi, de manière à, une fois de plus, ne garder que la noix en elle-même. Ça en fait, deux, j'espère que ça suffira car là, j'en ai mare d'être pris pour cible comme si j'étais le cochonné d'une partie de pétanque! Direction le terrier sous les grognements râleurs d'un winghox en mode ours

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Sayah Cordylus » 02 Mai 2011, 15:07

Quatrième étape : TROU À RATS !


Vous pouvez souffler : le point de rendez-vous est un terrier d'un mètre de diamètre qui vous protège des singes et de leurs projectiles. Sauf que... ce terrier est l'étape suivante. À quatre patte sous terre, trouvez la sortie de ce labyrinthe étroit, obscur, humide et... habité d'on ne sait quoi ! Cette étape ne mettra à l'épreuve que vos genoux, votre sens de l'orientation... et votre fierté personnelle...

Avatar de l’utilisateur
Sayah Cordylus
Reptile Sournois
Reptile Sournois

Âge: 42
Crédit: 3,862.00 Ore(s)
Métier: Commerçant polyvalent

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Vrass Rannveig » 04 Mai 2011, 11:53

La bonne blague, voilà maintenant que je dois jouer le lapin blanc d'Alice pour ramper dans un labyrinthe et trouver la sortie, c'est pas plus simple de passer par dessus bien sur? Bon, allez, quand faut y aller, faut y aller. Déjà, je fais comment, si je mets le panier devant moi, je vais rien voir, et je vois pas comment je pourrai le tirer avec mes jambes. Bon ben on le mettra devant hein? Je le fais donc passer en premier, le poussant le plus loin possible avant de m'engouffrer à mon tour dans le tunnel, bordel, c'est étroit! En plus, je dois bien baisser la tête sinon mes cornes raclent le plafond et j'ai de la terre qui me tombe sur la gueule

«Sayah...»

Y'a intérêt à ce que je gagne ce fichu tournoi et que la récompense en vaille la peine sinon je fais un meurtre et j'offrirai au roi, ou plutôt à son épouse - il est marié? - le plus beau sac à main qu'il ait jamais vu avec les bottes assorties! Au final en fait, je trouve presque une solution amusante, à baisser ainsi la tête, mes cornes se retrouvent au niveau de l'anse du panier et je peux ainsi le soulever à la force de ma nuque pour avancer sans que ça avoir à me servir de mes mains! Que je suis beau grand et fort tiens! Bon par contre sur l'instant présent j'ai pas du tout l'air con avec un panier accroché à mes cornes comme un bœuf qui aurait un harnais pour trainer sa charrue, mais on peut pas tout avoir, et là y'a personne pour me voir - normalement.

Quoi que je sens que l'autre abruti de lézard a trouvé un procédé magique pour que les gens nous voient quand même tiens! Ça ne m'étonnerait pas de lui! Allez, on continue de ramper, pour l'instant tout va bien, problème, faut trouver la sortie. Allez tiens, je vais essayer à gauche! Avançant de quelques mètres encore, je lève les yeux, passant entre l'anse et le panier pour voir devant moi et constater que je suis dans un cul de sac.

«Et merde»

Allez, c'est parti, on repart à reculons - et j'ai l'air encore plus con. Essayez donc de manœuvrer en marche arrière quand vous êtes allongés sur les coudes et les genoux? Non pas que ça fasse mal, un peu quand même, mais c'est surtout très chiant! Heureusement que mon pantalon est épais - vive les boutiques des ghettos - au moins j'ai pas trop mal aux genoux, mais les coudes c'est autre chose. Et afin de bien porter le panier sans trop forcer sur la nuque, j'ai aligné ma colonne ce qui fait que mon ventre ne frotte pas trop, mais mes abdominaux sont mis à rude épreuve. Bon maintenant que je suis revenu au précédent croisement, je vais où? Allez j'essaie à droite. Je n'ai pas la moindre idée d'où je vais mais j'y vais!

Bon, un truc m'ennuie un peu là, j'ai l'impression que ça descend en pente là, et que le plafond s'éloigne alors que j'ai un peu plus de place pour bouger, je laisser donc le panier pour soulager mon dos et le cale sur un bras pour avancer plus vite, profitant de l'espace gagné par cette galerie plus large. Soit je m'enfonce et je m'éloigne donc de la sortie, soit au contraire c'est une ruse pour me faire rebrousser chemin, connaissant l'autre reptile visqueux, je penche pour la deuxième option, et donc je continue. Mais j'aime pas spécialement le bruit que j'entends, et je me rends compte que je suis plus ou moins dans une sorte de grotte, je pourrais presque me mettre à genoux si je voulais, alors j'en profite pour me mettre sur le dos quelques secondes le temps de me reposer. Mauvaise idée. J'écarquille les yeux en voyant de nombreux yeux rouges me fixer, et je sais maintenant d'où vient ce bruit de couinement entendu plus tôt..

Des chauves-souris...

«Mais quel enfoiré!»

Alors, gentilles les bestioles, promis, je fais que passer. Mon cœur s'emballe un peu à l'idée que je suis mal barré, il doit y en avoir plusieurs dizaines, la tête en bas en train de me fixer, je me retourne doucement, n'aimant pas spécialement l'idée de leur tourner le dos, et je récupère le panier calé contre mon épaule, le bras enroulé autour pour me remettre à ramper doucement, malheureusement il faut croire qu'elles n'aiment pas ma présence et les couinements se transforment en sifflements et en battements d'ailes frénétiques, je me couvre rapidement la tête alors que je les sens s'envoler pour filer droit devant, griffant mon dos, s'emmêlant parfois dans mes cheveux et sifflant dans mes oreilles, je lève juste un œil pour voir la direction qu'elles prennent, car c'est bien connu, elles filent généralement vers la sortie. Je force alors sur mes bras, grimaçant de douleur à l'idée d'avoir été griffé et mordu à plusieurs reprises sur le dos, les épaules et les bras, mais j'ai pu protéger mon beau visage, c'est déjà ça.

Suivant du mieux possible le chemin qu'elles ont pris, je vois enfin de la lumière, super! Elles m'ont vraiment sauvé la mise à défaut de m'avoir bouffé entre contre partie, j'accélère le rythme, je sens mes cornes racler le plafond, de la terre me recouvrir par moment et je tousse violemment en essayant de cracher du mieux possible ce qui m'est arrivé sur la tronche, mais bon voilà, au moins je suis sorti.

De la terre s'est glissée dans le panier, mais bon de toute manière, faut toujours laver les aliments avant de les cuisiner non? Alors ils vont pas me faire chier!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Sayah Cordylus » 05 Mai 2011, 09:35

Cinquième étape : BOMBARDEMENT !


Merci pour cet entracte qui a permis à nos fidèles spectateurs d'aller s'acheter de quoi grignotter. Et maintenant, il est temps d'amuser tout ce petit monde. Récupérez votre second ingrédient manquant : les oeufs de goelands. Vous avez de la chance cette fois, ces oiseaux sont pacifiques... mais tout comme les singes il ne se gêneront pas pour vous bombarder avec un autre genre de projectile. Oui, je sais, c'est salissant... et pas de chance, j'ai fait tomber ma bouteille de laxatif dans leurs gosiers.

Avatar de l’utilisateur
Sayah Cordylus
Reptile Sournois
Reptile Sournois

Âge: 42
Crédit: 3,862.00 Ore(s)
Métier: Commerçant polyvalent

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Vrass Rannveig » 08 Mai 2011, 19:25

Bon, alors voyons un peu dans quel état je suis. Pieds nus, un pantalon dans un état plus que déplorable, je ne parle même pas de mes cheveux qui ont une désagréable teinte brune à cause de la terre, de la poussière et de la boue qui s'y est emmagasinée, et je dois avoir de belles marques de griffures dans le dos et sur les épaules, il ne me reste plus qu'à prier que j'ai pas chopé la rage. Quoi que ça changerait pas tant que ça de mon caractère habituel n'est-ce pas?

Bon, le panier est un peu poussiéreux aussi mais bon, ils n'auront qu'à laver leurs produits avant de cuisiner! En plus, je veux pas dire, mais c'est plus lourd maintenant qu'il y a les noix de coco dedans. Je me retrouve devant une belle étendue d'herbe et de roches, mais je peux entendre la mer, et en m'approchant je constate que je suis simplement sur le bord d'une falaise qui s'étaient à perte de vue sur ma gauche et ma droite. Puis on me signifia ce que je devais faire... juste piquer des œufs dans des nids? Je rêve ou c'est peut être un peu trop simple?

Il y eut alors un "ploc", et en tournant la tête sur la droite pour regarder mon épaule, je vis qu'un de ces stupides volatiles s'était simplement lâché

«Et merde»

Le premier qui me sort «c'est le cas de le dire» se fait empaler. Je lève les yeux au ciel pour voir qu'il y en a un sacré paquet, et j'écarquille les yeux en voyant un nouveau projectile se diriger vers moi et j'ai juste le temps de faire un pas de côté pour le voir me tomber à côté... l'étoile filante est plus utile que je ne le pensais!

Mais en fait non. Car je sentais que je venais d'en recevoir une sur la tête... je commençais alors à trembler sous la rage, et je m'approchais des nids pour commencer à piquer les œufs rapidement, je ne comptais pas m'éterniser ici trop longtemps. J'allais donc vers les parois un peu plus rocheuses, les nids étaient facilement repérables et je me baissais déjà, penchant mon buste vers l'avant lorsque je sentis au moins trois projectiles me tomber sur le dos encore une fois

«Reste calme.. Vrass... reste calme...»

Je prenais déjà deux œufs avant de me diriger vers un autre nids lorsque je mis le pied sur une véritable flaque de guano et que je me manquais de me casser royalement la gueule, me rattrapant de justesse avec la main que je mis, évidemment en plein dessus - sinon ce ne serait pas drôle n'est-ce pas? Me retrouvant à genoux, je me penchais en arrière pour pousser un véritable hurlement de rage

«RAAAAAAAAAAAHHHHHHH»

...

Qu'est-ce que j'ai pas fait...

Au lieu d'effrayer les bestioles... ben y'en a une qui a profité que j'avais la bouche ouverte. Manquant de m'étouffer, me tenant la gorge, je finissais par glisser deux doigts au fond de ma bouche pour me faire vomir rapidement, préférant encore tout recracher plutôt que garder.. «ça» dans mon gosier! Évidemment, les volatiles ne me laissaient pas tranquilles, et je sentais que j'étais encore bombardé sur ma tête et mon dos, je prenais alors des cailloux à même la roche et commençais à les lancer de toutes mes forces en l'air pour les effrayer, et je fis mouche à plusieurs reprises, aussi bien que pour les singes! Et allez et de un! Et de deux! Là je me défoulais à fonds car là j'étais vraiment furax! Encore un de plus! Parfois on entendait "pock" lorsqu'ils tombaient sur la pierre, d'autre fois "plouf" lorsqu'ils plongeaient à l'eau. Je m'approchais d'un autre nid pour prendre encore deux œufs de plus, ils n'avaient pas spécifié combien on devait en prendre, j'estimais que quatre, c'était largement suffisant!! Je retournais rapidement sous les arbres pour me protéger à nouveau des projectiles, me jetant dans l'herbe sur le dos pour m'essuyer du mieux que je pouvais, car j'avais maintenant l'impression d'avoir une épaisse carapace sur la peau! Quant à mes cheveux.. je préférais ne pas savoir dans quel état ils étaient, je risquais de vomir à nouveau

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Sayah Cordylus » 08 Mai 2011, 20:36

Sixième étape : LE PENDU !


Ne vous plaignez pas, il paraît que c'est bon pour la peau ! Et puis attention dans votre fuite, il y a une marche ! Pour traverser ce fossé aux allures de cimetière d'éléphants, une corde raide est tendue d'un bout à l'autre des falaises. Ce n'est pas très haut, en tous les cas pas assez pour vous tuer, mais c'est long. Vingt mètres de filin avec en bas... tiens, mais qui a lâché toutes ces Aberrations ?

Avatar de l’utilisateur
Sayah Cordylus
Reptile Sournois
Reptile Sournois

Âge: 42
Crédit: 3,862.00 Ore(s)
Métier: Commerçant polyvalent

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Vrass Rannveig » 09 Mai 2011, 11:22

Ce fichu tournoi est en train de me faire tourner en bourrique. Je suis salé, terré et maintenant emmerdé de partout! Ils ont l'intention de me cuisiner à mon tour une fois arrivé ou quoi? J'observais l'étape suivante qui consistait à traverser un filin pour rejoindre l'autre côté de la falaise, bon, une épreuve de force au moins, j'entrais sur mon terrain. Mais je connais ce genre de trucs, la corde, ça vous scierait un homme en deux si vous faites pas gaffe! Je sortais donc mon débardeur du panier et le déchirais en deux pour y enrouler mes mains au niveau de mes phalanges, heureusement que j'ai mon pantalon en tout cas, je suis bien protégé pour traverser. La question est plutôt de savoir si je peux tenir le panier en même temps, ben on va bien voir de toute manière.

Je m'avance donc, tenant l'anse d'une main et agrippant la corde de l'autre, puis finalement j'ai une autre idée. Je recule pour revenir sur la terre ferme et je déroule les bandes sur mes mains pour les déchirer une fois de plus et tresser ainsi les deux bandes supplémentaires en elle, faisant une sorte de corde, de là, je la noue à ma cheville et j'accroche l'autre extrémité à l'anse. Le nœud est bien solide, au point que je suis presque sur que je vais galérer pour le défaire, mais vaut mieux pour le moment. Me mettant accroupi, je remets les restes des bandes autour de mes mains et je m'approche à nouveau. Une main tient encore le panier, l'autre s'empare de la corde et je me laisse tomber. Une jambe tendue, l'autre repliée pour l'instant puisque je tiens toujours le panier dans ma main, puis je lâche doucement l'anse, vérifiant que tout tenait bien et je tends enfin ma jambe. Bon, ça a l'air pas trop mal, le panier se balance un peu, mais il est bien droit ça devrait aller pour le moment.

Ramenant rapidement ma main sur la corde, je me mets donc en mouvement, d'une manière assez athlétique il faut le reconnaître, et un et deux et un et deux! Ça va, j'ai encore la forme! Un sourire se dessine sur mon visage alors que je me dis qu'enfin j'ai une épreuve qui m'apparait assez simple, je fais juste attention d'être bien raide pour ne pas que le panier se balance trop, je sens mes doigts s'engourdir un peu, mais grace au tissus qui protège mes phalanges, ça passe crème. Baissant les yeux, je peux voir les Aberrations qui semblent loucher sur moi, espérant probablement que je lâcherai prise, mais au final, la seule chose dont ils pourront se nourrir, c'est d'un œuf qui a fini par sauter tout seul du panier, provoquant un joli splash sur la tronche d'une des bestioles

«Shampooing aux œufs! Bon pour la santé, non non ne me remercie pas!» criais-je à l'attention de la bête désormais jaune. Je continuais souplement ma progression, je sentais tout de même que mes épaules commençaient à me tirer, mais rien d'insurmontable, je serrais les dents et continuais d'avancer jusqu'à atteindre l'autre côté. De là, comme au départ, je relevais ma jambe pour récupérer le panier et poser ensuite le pied sur la terre ferme, marchant accroupi pendant un bon mètre, rappelant un canard et étant probablement ridicule - Sayah je vais te buter - je m'asseyais finalement sur le sol et commençais désormais à essayer de défaire le nœud qui s'était particulièrement bien resserré avec le poids du panier dans le vide. Allez courage, c'est bientôt fini

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Sayah Cordylus » 09 Mai 2011, 15:34

Septième étape : DERNIÈRE LIGNE DROITE !


Serrez les dents et faites comme si vous n'entendiez pas les éclats de rire du public pendant que vous traverserez un champ de Croques Mitaines en course de sac. Vous pouvez aussi laisser tomber le sac si vous jugez l'exercice trop fatiguant, mais ne venez pas vous plaindre des morsures. Ah et au fait, c'est possible de ne rien faire tomber du panier en sautant ?

Avatar de l’utilisateur
Sayah Cordylus
Reptile Sournois
Reptile Sournois

Âge: 42
Crédit: 3,862.00 Ore(s)
Métier: Commerçant polyvalent

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Vrass Rannveig » 10 Mai 2011, 09:06

Pourquoi chaque fois que je m'apprête à commencer une de ses épreuves à la con, j'ai l'impression qu'il me fait une farce? Non mais franchement un de ces quatre, je vais lui arracher les écailles une par une et je lui en ferai un collier de perle moi! Il se fout vraiment de ma gueule en fait?

Une de mes mains tient le panier, l'autre le sac à patate dans lequel je suis censé me glisser pour me protéger des Croque-Mitaines, mais quel enfoiré! Je crois n'avoir jamais débité un tel flot d'injures à la seconde que depuis que j'ai mis le pied sur la glace de son fichu tournoi, et je sens que je vais lui en tenir rancune pendant encore un sacré bout de temps! La prochaine fois que je le vois dans sa boutique pour lui acheter de l'encre, je vous jure qu'il a pas intérêt à me faire chier à vouloir bondir par surprise car je l'attrape et comme ces ballons dans les fêtes des ghettos, je le tords dans tous les sens pour en faire un caniche ballon!

Bon, c'est pas tout ça, mais pester contre Sayah ne me fera pas traverser ce champ, et si j'ai bien envie de prendre le panier sous le bras et de foncer en courant, je tiens à rappeler que je suis pieds et torse nus, donc mauvaise idée. Soupirant doucement, je pose le panier le temps de rentrer dans le sac qui me protège effectivement jusqu'aux coudes environs, vu la hauteur de ces plantes, je me dis que je n'ai pas besoin de me protéger jusque là, elles atteignent à peine le mètre... au final, je ne dois protéger que mes jambes.

En baissant ainsi le sac - utile que je sois assez grand au final - je me laisse alors une ouverture plus large au niveau des pieds, je ne suis donc pas vraiment obligé de sauter, je peux simplement avancer presque normalement, mais à petits pas.

«Héhéhé tu t'y attendais pas à celle là vieux crouton écaillé» murmurais-je. Je me demande si on peut être disqualifié pour menaces envers l'organisateur? Qu'il essaie tiens et y'aura du lézard à la broche en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Bon, j'ai tout autant l'air con à faire des petits pas comme si on m'avait attaché les chevilles ensembles, mais je pense quand même que je le suis un peu moins que si je devais sauter comme un cabri. Tenant le panier d'une main, le tissu du sac de l'autre, je commence ma traversée. Dès les premiers pas déjà, les plantes commencent à vouloir bouffer le sac, c'est vraiment des saloperies ces trucs là! Ne nous laissons pas déstabiliser et continuons! Oui oui, je m'encourage moi-même, faut bien puisque personne d'autre ne le fait!

Petit pas, petit pas, petit pas...

«AIE!»

L'une de ces choses m'a mordu la main! Celle qui tient le panier! Forcément, je la tiens trop bas! Mettant finalement l'anse au niveau de mon coude pour ainsi relever le bras, je regarde la petite marque de dents sur le dos de ma main, c'est minuscule, mais tout gonflé! Ça fait mal ce truc!!! Bon allez, faut pas trainer, je vois enfin la ligne d'arrivée!

Petit pas, petit pas, petit pas...

Bon sang que j'ai l'air con, et les gens qui rigolent, ils riront moins une fois que je sortirai de là tiens! Je me crispe légèrement lorsqu'il me semble sentir qu'une des plantes a essayé de me mordre les fesses, mais entre le sac et mon pantalon, elle peut toujours courir, mais ça fait bizarre comme sensation quand même. Allez courage, elle est là, je la vois, elle est tout prêt!!

Petit pas, petit pas, petit pas...

Encore quelques mètres, je sue comme un bœuf, je sens la transpiration couler sur mes tempes, mon dos, mon abdomen, même mes jambes avec la chaleur étouffante du sac et du pantalon, j'ai l'impression que ce dernier me colle totalement à la peau avec tout ce qu'il a du subir dans la journée... Allez encore un dernier effort, je serre les dents, j'en peux plus, la seule chose dont je rêve, c'est d'un bon bain chaud et... d'un massage, oh oui et un vrai massage avec tous les bonus!!

«RRAAAAAHHHHHH»

Oh oui! Ça c'était un cri qui venait du cœur, voire même du fin fonds des tripes!! C'est fini! J'ai fini! J'ai enfin fini ces fichues épreuves de... Je me débarrasse de ce foutu sac et m'avance près du reptile visqueux pour lui tendre son fichu panier

«T'as intérêt à faire quelque chose de bon avec ça et que ça en valait la peine!»

Regard rempli de provocation, il sait que je plaisante pas. Il fait peur à beaucoup de gens, pas à moi. Et là, j'ai une dent contre lui, faut le reconnaître... peut être que je consentirai à me calmer si c'est moi qui gagne, j'ai bien dit «peut être».

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Parcours de Vrass Rannveig

Messagepar Sayah Cordylus » 11 Mai 2011, 00:24

FÉLICITATIONS !


Vous avez su faire preuve de courage, de ténacité, d'endurance et d'une incroyable patience ! À tel point que vous faites partie des quelques candidats à être venus à bout des sept épreuves sans faiblir (ou juste un peu). Sayah Cordylus vous remercie pour votre participation qui aura beaucoup amusé le public.

Un mage est à votre disposition pour vous remettre d'aplomb.

Les votes visant à départager les concurrents auront lieu jeudi 12 mai 2011.

Avatar de l’utilisateur
Sayah Cordylus
Reptile Sournois
Reptile Sournois

Âge: 42
Crédit: 3,862.00 Ore(s)
Métier: Commerçant polyvalent


Retourner vers Arène

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron