Chien perdu

Érigés à l'extérieur de la Basse-Ville et de la protection du Dôme, ils sont un curieux mélange de cahutes sommaires et de bâtisses tout à fait décentes. Ils sont nommés ainsi à cause de l'enchevêtrement des maisons, et parce que les habitants y sont peu nantis.

Chien perdu

Messagepar Iza » 19 Avr 2011, 12:54

Iza commençait sérieusement à avoir faim. Elle avait du sauter le repas prévue chez la rouquine et n’avait pas cessé d’être chassée des poubelles depuis son départ. Au moins elle avait pu profiter du luxe rare d’un bon bain. Son poil était lustré et elle ne sentait plus la crotte de rat dysentérique.

Pour le moment la jeune morphe remontait une rue animée et tout à fait présentable du ghettos. Iza s’étonnait du grand détour fait pas les habitants du quartier lorsqu’ils croisaient sa route, une voiture clinquante remplit de jeunes loubards s’arrêta même prudemment pour la laisser passer alors que le feu était vert côté circulation. Il faut dire qu’un mastiff d’un mètre de haut ce n’est pas courant et c’est surtout très dissuasif.

La chienne longea un bar où elle aurait adoré rentrer pour renifler les chaussures des clients mais préféra poursuivre sa route de peur de prendre un coup de savate de la part du gérant plutôt costaud. En chassant un pigeon Iza renversa une dame ronde comme une barrique qui s’empiffrait de gaufres et du détaler chassée par son compagnon maigrelet sans avoir put manger la nourriture au sol. Et en plus le pigeon avait filé. Elle suivit un jeune homme chétif à l’air un peu perdu parce qu’il sentait les herbes médicinales et qu’il la regardait d’un air paniqué très comique avant qu’il ne prennent la fuite en courant. Et elle finit par tomber sur une poubelle déjà dévalisée par des bobos détritivores venus de la Basse ville pour ressentir le grand frisson de la délinquance. Pas de chance pour eux, le quartier avait toujours été très calme. Mais que voulez vous, les clichés ont la dent dure.

Ce n’était décidément pas une bonne journée pour l’estomac d’Iza. La morphe finit par se coucher, ou plutôt s’affaler vu sa masse, devant le perron discret d’une boutique d’où nul bruit ne parvenait. Dormir évite d’avoir la dalle. Où en tout cas ça fait passer le temps.

Avatar de l’utilisateur
Iza

Crédit: Fermé

Re: Chien perdu

Messagepar Vrass Rannveig » 19 Avr 2011, 13:32

J'ai déplacé le sujet dans les ghettos, je préfère laisser la partie "boutique" uniquement pour les personnes voulant un tatouage :002:


Un grognement se fit entendre à l'étage de la boutique alors que je sortais de la douche, j'avais encore oublié de me prendre une serviette sèche. Trempé jusqu'aux os, je me rends dans ma chambre en dégoulinant sur le plancher pour prendre de quoi me sécher, commençant rapidement par les pieds pour arrêter de foutre de l'eau partout. Je prends ensuite une autre serviette pour les cheveux et je retourne dans la salle de bain pour finir de me préparer et m'habiller.

Voilà, je reviens dans la chambre pour constater que... c'est le bordel. Faut que je pense à engager une femme de ménage, mais ça coute cher... un grognement sort de nouveau de mes lèvres, avant de hausser les épaules et de descendre. Pour l'instant, j'ai les crocs. Vêtu d'un habituel pantalon noir et d'un débardeur de la même couleur, sans oublier mes bottes militaires, j'enfile une veste, rejetant mes cheveux encore humides en arrière avant de descendre les marches une à une et me retrouver dans la boutique. Tout me semble en place, au moins, si je sais pas ranger ma chambre, je sais tenir le magasin.

Jonglant avec mes clés, prêt à partir chez Francky, j'ouvre la porte et sort jusqu'à... me casser la gueule.

«WOOOhh!!»

Je m'étale totalement par terre, ça va, pas de bobo, mais je me redresse rapidement pour voir sur quoi j'ai trébuché et j'écarquille les yeux en voyant un énorme chien allongé devant ma porte

«Sale clebs! Tu pouvais pas te foutre ailleurs?»

Grognant en me tenant les reins tout en me levant, je regarde la bête. La vache, jamais vu un chien aussi gros de toute ma vie. Un sourire se dessine sur mes lèvres en voyant sa couleur bringée, qui n'est pas sans rappeler mes tatouages aux épaules, ça m'amuse. Je m'approche doucement de lui en tendant la main pour l'approcher sans l'effrayer

«Tout doux... ça va, je vais pas te faire de mal»

Je me suis toujours dit que ce serait pas mal d'avoir un chien. Je m'approche jusqu'à arriver à lui, posant une main sur sa tête et l'autre sur son cou... pas de collier. D'un autre côté, dans les ghettos, il y a pas mal de chiens abandonnés, mais celui là il est vraiment balèze! Il pourrait me garder la boutique quand je ne suis pas là, et m'accompagner lorsque je me balade dans les villes du Nord. Même si je suis assez imposant de moi-même, avec un chien pareil, on me foutrait la paix, même à Guttenvald!

«Bon, mon gars... t'as l'air costaud, mais t'es un peu maigrichon non? On va essayer de te trouver quelque chose à manger»

Je lui gratte un peu la tête et regarde un peu mieux son museau, jusqu'à le lâcher et me retrouver de nouveau sur le cul! Il a les yeux entièrement noirs!

«BORDEL! Un morphe!»

C'est bien ma veine! Je me relève, l'air un peu plus furieux et pousse la porte pour l'obliger à rentrer dans la boutique, fermant derrière moi, je montre la porte derrière le comptoir

«Va là dedans, y'a un drap pour te couvrir! Tu vas me dire tout de suite ce que tu viens foutre devant chez moi!»

Certes, il est gros, mais il ne me fait pas peur, qu'il essaie de me sauter à la gorge et je l'empale vite fait sur mes cornes, c'est compris?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Chien perdu

Messagepar Iza » 19 Juin 2011, 21:53

Pas de soucis pour le déplacement, j'avais moi même hésité au moment de poster. En parlant de poster, je pensse que tu comprend maintenant quand je te disais que j'écrivais en diletante ^^.
Au fait le message de Sara devrai arrivé, mais j'ai réglé le tattouage tout à l'heure.


Le premier réflexe d’Iza une fois bien réveillé fut la soumission, oreilles en rosettes plaquées sur son crâne, queue entre les jambes et couchée sur le flanc, la chienne avait clairement la trouille. Elle se rasséréna un peu, mais à peine, sous les gratouilles du Winghox. Ce fugace bien être fut littéralement annihilé par la colère aussi brutale qu’injustifiée de Vrass alors que la morphe montrait tous les signes de la passivité. La chienne se releva à demis en une tentative de fuite qui avorta dans un jappement risible lorsque le Winghox la poussa sans ménagement dans sa tanière.

Le dogue titanesque tourna un peu en rond en dérapant sur le parquet et reversa deux chaises avant de réaliser qu’on lui parlait. Iza se figea et pencha la tête de côté pour mieux entendre ses ordres. L’homme voulait parler avec elle et pour cela elle devait s’habiller. La morphe n’aimait pas du tout la situation actuelle et les options qu’on lui proposait, mais habituée à obéir et d’un naturel anxieux et passif elle préféra filler dans la pièce désignée.

Se transformer fut une épreuve délicate pour Iza peut habituée à ce genre de manœuvre. Si l’on exceptait la fois où, sous le coup de l’émotion, la chienne était redevenu humaine le temps d’un bref dialogue avec son oncle, elle ne s’était pas retrouvée sur deux jambes depuis des mois voir des années. Iza dut s’y reprendre à deux fois avant d’entamer convenablement sa transformation et encore celle-ci fut particulièrement lente et éprouvante. L’adolescente fut prise de vertige quand elle mesura soudain soixante centimètres de plus et du réapprendre en un instant le principe de la bipédie. Cela cumulé aux modifications brutales de ses sens et à son épuisement physique suffit à la faire flancher. La morphe s’assit un instant par terre le temps que sa vision périphérique redevienne clair et en profita pour faire le point sur sa situation maintenant qu’elle bénéficié de son attention et de ses capacité d’analyse humaine. Ce type lunatique qu’elle avait fait trébucher, elle était donc à l’origine du conflit potentiel, avait l’air plutôt sympa puisque mis à part un coup de pied au cul, il ne lui avait rien fait. Et puis même si elle n’avait jamais eut beaucoup d’occasion de pratiquer, discuter un peu avec cet homme impressionnant ne pouvait pas lui être néfaste.

Aidé par quelques réflexes humains, Iza se rappela à la fois les principes de pudeur, de ponctualité et d’esthétisme (quoique à un stade embryonnaire pour ce dernier point). La jeune fille alla promptement fermer la porte laissée entrouverte et s’empara d’un drap qui traînait sur une table. Mu par une inspiration soudain elle s’en vêtit à la manière d’une toge romaine ce qui ne suffit pas à cacher sa maigreur affolante. Avisant un miroir de plein pied Iza y jeta un coup d’œil et ce qu’elle y vit ne lui plut pas particulièrement.

L’adolescente devant elle lui était presque inconnue car elle ne l’avait pas revues depuis l’enfance. Iza y retrouveait quelques vagues trace de la petite fille qu’elle avait été mais dissimulées derrière le corps chétif d’une jeune fille squelettique malgré des muscle bien présent. Voir ce visage à la fois inconnu et familier la rendait, sans qu’elle sache vraiment pourquoi, assez triste. La morphe avait l’air malade comme un chien. Ce qu’elle était au sens propre du terme puisque sa vie en pleine rue l’avait grandement affaiblit et rendue sensible à la dysenterie qui avait finis de l’achever. A cela s’ajoutait de nombreuses plaies et égratignures (surtout sur les mains et les pieds) dont certaines infectées et pas mal d’hématomes. En particulier un assez grand de couleur jaune moucheté de violet au niveau des côtes du à un tabassage en règle offert il y a plusieurs jours par un jeune en mal d’occupation. Mais les chiens souffrent en silence… En tout cas cela ressortait dotant plus que sa peau avait la couleur blafarde et plombée de ceux qui ont grandit à la lumière des néons et ses yeux noirs et ternes, cerné de sombre était bien loin des prunelles d’onyx luisantes caractéristiques de son peuple. Le seul point positif pour elle était son bain ressent qui lui éviter de sentir le chien mouillé et donnait vaguement une impression soignée.

Iza s’approcha furtivement de la porte et jeta un coup d’œil dans l’embrasure de celle-ci mais sans oser s’aventurer dans la pièce. La morphe devait dire quelque chose mais était incapable de se souvenir de question posée par l’homme bizarre. Qu’il est dure d’avoir une cervelle d’oiseau.

Avatar de l’utilisateur
Iza

Crédit: Fermé

Re: Chien perdu

Messagepar Vrass Rannveig » 20 Juin 2011, 00:13

Tournant comme un lion en cage - ou un buffle si on préfère - j'attends que l'autre se décide à sortir, je sais même pas si c'est un mâle ou une femme, pas trop eu le temps de regarder je dirais, mais je trouve qu'il en met un temps! Ruminant ma mauvaise humeur à l'idée de m'être cassé la gueule par la faute d'un chien errant, je finis par voir passer une tête apeurée et surtout... maigre!

Déjà que je l'avais trouvé maigre lorsqu'il - enfin elle de toute évidence - était en mode chien, mais alors là!!

«Oh la vache! Qu'est-ce qu'il t'est arrivé?»

Et allez, je me remets en mode Saint Bernard, comme lorsque l'autre gosse était venu se faire tatouer. Je m'approche et je la regarde de haut en bas - de toute manière elle est moche - et je l'attrape par les épaules pour retirer le drap, rien à foutre si elle est pudique, c'est une gamine de toute manière, je vais pas lui sauter dessus, mais elle a des bleus partout, et je pense que ma godasse qui l'a percutée un peu plus tôt doit aussi être dans le lot, mais surtout... non je suis surtout effaré par sa maigreur!

«Viens...» Je ramène le drap sur son corps et la conduis à la cuisine qui se trouve par une porte derrière l'arrière boutique, je ne lui demande même pas son avis et j'ouvre le frigo, les sourcils froncés, je prends plusieurs tranches de jambon, du saucisson et un steak. Je lui tends déjà la charcuterie, c'est un clebs, elle doit aimer la barbaque, mais je sais que les morphes sous forme humaine ne sont pas forcément friands de viande crue, aussi je m'empare d'une poêle pour commencer à faire cuire le steak.

La laissant manger ou non, elle semble particulièrement craintive et je finis par soupirer, sans trop la regarder

«Désolé de t'avoir crier dessus, mais je me méfie un peu des morphes. J'en connais certains qui se font passer pour des chiens abandonnés histoire d'avoir de la bouffe gratuite... mais toi... t'as vraiment l'air dans le pétrin, non?»

Je me retourne pour la regarder à nouveau, grimaçant en voyant son état déplorable.

«Désolé, je peux pas te laisser comme ça, essaie de manger un peu et je t'emmène chez le médecin, ou un vétérinaire si tu préfères... mais faut soigner tout ça et que tu reprennes des forces»

Chien ou pas chien, elle reste en partie humaine et il est hors de question que je la laisse comme ça. Et puis de toute manière, j'ai rien à faire pour aujourd'hui... lorsque le steak est cuit, je le dépose dans une assiette après l'avoir coupé en plusieurs morceaux, pas envie de lui laisser des couverts, elle serait capable de se blesser avec, elle va manger avec les doigts! Je lui dépose l'assiette sous le nez avant de reculer en croisant les bras sur mon torse

«Moi c'est Vrass... t'as un nom?»

Elle semble avoir passé bien plus longtemps sous forme canine qu'humaine, aussi, si elle s'appelle «Rex» ou «Medor» ça ne m'étonnerait même pas, tiens...

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Chien perdu

Messagepar Iza » 17 Mai 2012, 23:42

La pudeur était chez Iza une notion particulièrement abstraite, un peu comme un rituel étrange auquel les êtres humains normaux étaient censés se conformer pour ne pas choquer le croquant moyen. Elle ne fut pas particulièrement outrée par la porté du geste de Vrass, qui de toute façon fut trop rapide pour qu’elle ai le temps de réagir, mais outre sa peur fugace de prendre une baffe, elle s’interrogea sur les changements de mœurs depuis ses dernières transformations. Avait on le droit de dénuder son prochain ainsi à présent ? La morphe mit tant de temps à réfléchir à la question qu’elle zappa les minutes qui suivirent et ne réagit ni à l’ahurissement du winghox devant son état ni à l’interrogation de ce dernier. Elle revint à elle et ne suivit le tatoueur dans sa cuisine qu’avec un temps de retard.

La pièce était claire et elle frissonna en marchant sur le carrelage frais. Ses pieds priv és de griffes et de coussinets semblaient ressentir les particularités du sol avec beaucoup plus de précision. Iza regarda discrètement autour d’elle et regretta que les convenances ne lui permettent pas de courir partout pour s’assurer de l’absence de tout danger (et puis aussi pour renifler tout ce qui passe !). L’endroit était remplit de meubles bizarres dont beaucoup lui semblaient mystérieux et elle ne reconnu le réfrigérateur qu’au froid qui s’en dégagea lorsque Vrass l’ouvrit. Il était remplit de nourriture soigneusement rangé (enfin mieux rangée que dans une poubelle quoi) et une odeur délicieuse s’en dégagait qu’Iza parvint à percevoir malgré son odorat diminué. Elle n’avait jamais songait que l’on pouvait conserver de la nourriture dans ses grandes boîtes à froid, jusqu’à présent la morphe ni avait vu que des vaccins, des échantillons et à l’occasion un cadavre en attente de dissection.

Et puis soudain la manne céleste lui tombe sous le nez : la sacro-sainte nourriture ! Iza hésita, jetta un regard furtif à Vrass qui cuisait tranquillement un steak en lui tournant le dos sans animosité et après un timide « merci » (mine de rien on lui avait inculqué quelques bonnes manières) s’empara de la nourriture qu’elle engloutie le plus vite possible de peur de se la voir retirer.

La jeune fille tiqua lorsque Vrass s’excusa (on ne lui présentait jamais d’excuse d’habitude) et décida d’emblé que le Winghox lui plaisait bien. Elle se détendit alors sensiblement et mangea calmement, en toute confiance. Il suffit parfois de peu pour se faire d’un chien un allié. Et lorsqu’il évoqua un médecin Iza parvint à lutter contre l’envie violente et presque douloureuse de prendre la fuite. Elle en avait vu des médecins et ils ne lui avaient jamais fait de biens. Les piqûres et les expérimentations ne lui disaient rien qui vaille et elle avait en horreur les scientifiques de tout types. Avant de hurler qu’elle n’irait pas, Iza préféra réfléchir à ses phrases, et puis Vrass venait de lui servir de la viande encore chaude qui semblait particulièrement appétissant et à côté duquel il serait dommage de passer. Elle le mangea posément, empêtré dans ses réflexions et n’en laissa pas une miette. Puis elle leva les yeux vers Vrass sans oser croiser son regard et parla :

« Je...Elle s’éclaircit la gorge. Je suis le matricule IZ.37.A.9. Une pause de réflexion. On m’appelle Iza. Sa voie lui était aussi bizarre que son visage d’adolescente et elle ne réalisa qu’au bout d’un certain temps qu’elle était un peu enroué. Je ne veux pas voir de médecins articula t’elle lentement et prononçant chaque syllabe distinctement pour être sur d’être comprise. »

Elle ouvrit la bouche pour poursuivre mais n’y parvint pas. Les mots lui semblaient confus. Comment exprimer sa peur panique de se retrouver de nouveau enfermé dans les laboratoires Deilofd ? Comment lui faire comprendre qu’elle sentait son cœur s’écraser à la seule idée de se retrouver en face d’un docteur ? Que l’air lui manquait ? Qu’elle était sûre de mourir si elle avait affaire aux officiels ou à des services de l’état ? La morphe ne parvint qu’à porter un regard chargé d’angoisse au Winghox en face d’elle où se lisait sa peur phobique et toute la douleur qu’elle ne parvenait pas à exprimer.

Avatar de l’utilisateur
Iza

Crédit: Fermé

Re: Chien perdu

Messagepar Vrass Rannveig » 18 Mai 2012, 14:44

Comme je le pensais, elle était vraiment affamée! Je lui avais laissé la charcuterie et elle l'avait engloutie comme si elle n'avait pas mangé depuis bien des jours, puis je m'assurais que le steak n'était pas trop cuit - elle devait surement préférer la viande saignante - et je la lui coupais en petits morceaux avant de lui tendre l'assiette

«Fais gaffe, c'est chaud.» - mais elle semblait s'en moquer totalement, je lui demandais alors son nom et me sortait une histoire de matricule? Je fronçais le nez, ça sentait les expériences ça, et j'en venais à me demander si les bleus sur son corps n'étaient pas dus alors à de simples coups qu'on aurait donnés à un chien qui fouillait les poubelles.

Je lui avais alors parlé d'un médecin, et lorsqu'elle refusa, je compris que j'avais vu juste, ce qui me contrariait encore plus.

«Je vois. Je passerai chez l'herboriste vite fait alors pour t'acheter de quoi te soigner. Je crois que Belladona a quelque chose contre les bleus et les coups comme ça.»

Je plongeais alors mon regard dans ses yeux d'ébène et je pus vois sa peur et sa douleur aussi je m'approchais doucement, mais m'asseyais en gardant une certaine distance à la petite table. «Promis, pas de médecin, je te soignerai moi-même... c'est juste une crème à appliquer sur le corps! Si tu veux, tu pourras même te le faire toute seule.»

Je sais qu'elle n'est pas pudique, mais elle semble apeurée. Je la regarde de nouveau de haut en bas, à moitié enroulée dans son draps avec un sein qui dépasse, je ne peux pas éprouver de désir pour une telle créature, c'est donc assez facile de garder mon calme et mon sérieux.

«Écoute... j'ai pas grand chose ici, j'ai qu'un lit, une chambre... mais si ça ne t'ennuie pas de dormir en étant sous ta forme canine, tu peux rester quelques temps ici. J'espère que tu ne mangeras pas autant à chaque repas sinon tu risques d'engloutir tout mon capital, mais je ferai de mon mieux pour que tu te reposes et reprennes des forces...» - je me doutais bien qu'elle ne pouvait pas m'offrir grand chose en échange, bien que je ne me doutais pas encore, au final, de tout ce qu'elle allait m'apporter! Mine de rien, avoir un chien de garde dans les ghettos peut être très utile! Mais je ne la connaissais pas encore assez pour savoir ce en quoi elle pouvait m'aider.

«Est-ce que... tu veux un peu parler de la façon dont t'as atterri sur le pas de ma porte? J'ai pas l'air comme ça, mais il parait que j'écoute bien...» - sur l'oreiller surtout mais bon là, je me contenterai de la chaise!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Chien perdu

Messagepar Iza » 24 Mai 2012, 23:49

Le soulagement gagna Iza avec autant de rapidité et d’intensité que la peur auparavent. Vivant dans l’instant présent, Iza était prompte au changement d’humeur et était un être très sensitif et que l’on aurait même put qualifier de passionnel. Ce qui ne l’empêcher pas d’enfermer en elle la plupart de ces pensée, de ses émotion et de ses impressions. C’était par exemple pour cela qu’elle souffrait en silence comme tout chien qui se respecte.
La morphe butta au mot herboriste qu’elle ne comprit pas, mais comme apparemment seul Vrass s’y rendrait, cela ne l‘inquiéta pas outre mesure. Et si le traitement se résumer à une crème, elle était on ne peut plus satisfaite. Elle eut le reflexe de souquer la queue pendant à peu près un quart de seconde avant de se rappeler que pour l’heure elle n’en avait pas. A la place elle sourit à Vrass. Un sourire timide mais sincère, de ce qui vous font des rides au coins des yeux.

Elle aurait aimer pouvoir lui « renvoyer l’ascenseur » comme avait un jour dit une fille dans un bar à sa copine, après tout il lui offrait un toit au moins pour quelque temps. Il accepter de partager son espace et surtout il lui donnait à manger.

« Si je reste ici comme chien et que j’aboie, personne n’entrera sur ton territoire. Pas de voleur et jamais de problème. Je suis un chien de Deilofd plutôt petit pour ma race, mais comparait aux chiens normaux je suis la plus grande de beaucoup ». Il fallait bien avouer qu’avec ses 70 cm au garrot, Iza rentrait allègrement dans la catégorie des monstres.

« Je ne sais plus comment je suis arrivé ici. J’avais faim, j’ai suivit des gens, j’ai tourné en rond et je me suis arrêté devant ton territoire pour dormir. C’est tout ce que j’ai à dire là dessus. »

La morphe avait été surprise de la question de Vrass. On ne lui avait pas souvent demandé de parler d’elle, mais étrangement cela lui plut bien et elle exposa aussitôt les derniers évènements de sa vie. Puis Iza se rappela qu’elle était quand même un peu humaine, et que le langage des humains recelait de multiple complexité et autre subtilité de sens. Vrass voulait apparemment en apprendre plus sur elle et son passé. Cela rendait les choses plus difficile à exprimer car plus complexe et étalé sur une période plus importante. Mais à son sens elle n’avait rien à cacher. La morphe était totalement ignorante de l‘illégalité des traitements qu’elle avait subit. Elle ne savait rien non plus de l’existence de lois censées la protéger, des droits de l’Homme (qui s’appliquer en réalité à de nombreuse autres races y comprit les orphes et les morphes mis dont l’ancienne appellation avait plus ou moins perduré) où de l’interdiction de séquestrer quelqu’un. Pour autant elle ne trouvé pas normale que des expérimentations ait lieu sur des êtres comme elle, mais il ne lui était jamais venue à l’idée d’en parler à qui que ce soit pour l’aider.

« Je vivais dans le laboratoire. Les scientifiques étudiaient mon comportement. » Cela semblait être une base assez satisfaisante mais il lui fallait étouffer les informations un minium. « Mais d’autre membres de ma meute sont morts à cause d’autres études, je ne sais pas trop quoi. Un jour un médecin est venu me voir mais il est tombé tout à coup sans que je comprenne pourquoi. Alors je suis sortie du labo avec sa clé. »

Elle était assez fière de son évasion sans savoir qu’elle avait été très fortement aidé par le laxisme des gardiens des bâtiments (ils s’étaient réunis dans le dos de leur patron dans une salle de repos pour regarder le final du tournois de foot inter-zone, le match du millénaire titrerait les journaux le lendemain) et d’une malformation du cœur de l’infortuné, mais néanmoins cruel et sans scrupule, docteur Salazar.

« J’ai caché la clé et les papiers dans les égouts pour que personne ne les trouve. » Diable, la brave Iza avait oublié certains détails ! « Ah oui j’ai volé des papier important pour eux. Plein de dossier avec top-secret dessus. Comme ça ils sont retardés dans leurs recherches. »

Soudain Iza culpabilisa. Ce n’était pas son vol qui créé chez elle se sentiment de malaise, mais le fait que quelque part dans le labo plusieurs morphe subissait vivisections et autres réjouissances alors qu’elle s’était promit de les libérer. Cependant à sa décharge ces dernières semaines avaient surtout était faite d’errance à la recherche de nourriture et de fuite éperdu dans les ruelles des ghettos. Il y avait peu de temps et encore moins d’énergie à consacrer à un projet aussi ambitieux que de s’attaquer à un laboratoire privé financer par l’état armé de ces seules griffes.

Avatar de l’utilisateur
Iza

Crédit: Fermé

Re: Chien perdu

Messagepar Vrass Rannveig » 25 Mai 2012, 09:23

J'écoutais patiemment son histoire, je replissais un verre d'eau pour le lui donner, ne sachant pas encore comment elle allait le boire, mais j'analysais doucement son comportement. De toute évidence, on voyait bien qu'elle avait été plus habituée à être en mode canin qu'en mode humain, mais elle restait sociable, donc elle avait tout de même vécu de cette façon.

Je m'étais éloigné pour ne pas non plus qu'elle se sente oppressée par ma présence, les bras croisés, je la sondais entièrement. Oui, si elle restait un peu, elle pourrait être un bon chien de garde, surtout lorsqu'elle aurait repris du poids. Je ne doutais pas qu'elle serait capable d'effrayer n'importe qui, bien que je n'en avais pas trop besoin, il ne fallait pas être stupide pour essayer de cambrioler un winghox, mais il pouvait toujours y avoir des petits malins qui essaieraient. Et puis, mine de rien, ça me ferait une compagnie «saine» pour changer.

«Aucun problème. Tu as de la chance, ma boutique marche bien donc je peux assumer une bouche de plus à nourrir...» - c'est le cas de le dire, je dois être l'un des rares à rester dans les ghettos alors que j'ai les moyens de me barrer à la Basse Ville. Mais je sais pas, je préfère l'ambiance ici en fait. En tout cas, elle semble reconnaissante et je vois qu'elle prend peu à peu confiance. Il faudra quand même que je la mette au courant de mon mode de vie sinon elle va se barrer en courant.

Elle continue de me raconter sa vie et je fronce les sourcils en écoutant son histoire, je finis par m'approcher d'elle et je lui tends la main

«Montre moi ton bras...» - je commence à l'examiner, oui, au delà des bleus on peut voir des traces de piqûre selon sa forme surement, certaines sont plus près de l'épaule, d'autre au creux du bras. Les enfoirés. Je me recule pour ne pas lui faire peur alors qu'elle explique qu'elle s'est évadée et qu'elle a dérobé des papiers

«Tu as très bien fait! Des gens comme ça méritent de pourrir dans des cellules pour le reste de leur vie...»

Je la regardais encore un peu, puis je faisais un signe de tête pour qu'elle me suive

«On essaiera de retrouver tes documents, tu viendras les planquer ici. J'ai un coffre... que quelqu'un essaie de te chercher des noises et il aura affaire à moi je te le garantis!» - je suis pas le genre défenseur des animaux ou autres, je sais bien qu'il faut faire des expériences sur eux pour tester des produits et autres! Moi-même je dois bien tester parfois mes tatouages après tout mais j'engage des gens pour ça! je les paie pour qu'ils acceptent de tester l'effet! Donc au moins ils savent ce qu'ils risquent.

Je la laisse me suivre, en sortant de la cuisine, on est directement dans la salle où je fais les tatouages, il y a un grand fauteuil, un petit tabouret, beaucoup de placards de rangements et une grande table selon le type de tatouages demandés, puis une petite salle à côté où il y a des draps ou autres pour se changer.

«C'est ici que je bosse. Il faudra que tu essaies le plus possible de ne pas y trainer, pour des raisons d'hygiène quoi.» - puis je lui montrais le comptoir, il y avait largement la place pour qu'elle se glisse dessous et je tendais le bras vers là
«Regarde, si je t'achète un petit matelas, ça te dit de dormir là? Je suppose que tu es le genre à préférer être en animal qu'en humaine? Sinon... ben il faudra t'acheter carrément un grand matelas et on essaiera de le caser là haut dans ma chambre, mais je te préviens, je ronfle!»

Je la laissais décider, puis je l'entrainais à l'étage où elle pouvait voir directement ma chambre en bordel. Des fringues un peu partout, le lit au milieu et l'armoire près de la fenêtre, ouverte avec pratiquement plus rien dedans puisque tout était dehors! Puis je lui montrais le petit couloir

«Par là, c'est la salle de bain. Tu sais te servir d'une douche? Des toilettes?»

Je me disais qu'elle devait pas trop connaître, mais bon. Déjà, voir un peu ce qu'elle sait, ce qu'elle connait. Ensuite, je la laisserai se reposer un peu pendant que j'irai faire un saut chez Belladona pour lui acheter sa pommade contre les bleus. Vu le travail, je lui prendrai au moins deux pots, c'est sur.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Chien perdu

Messagepar Iza » 25 Juin 2012, 20:44

Vrass semblait vraiment être quelqu’un de gentil. Il était grand par rapport aux autres humains et donc assez impressionnant, mais cela ne signifiait pas pour autant qu’il était agressif. D’ailleurs Iza était elle même un titan ce qui ne l’empêchait pas d’être l’oméga parfait. Elle accueillit le verre d’eau avec joie et s’empressa de l’avaler comme un humain normal. La première fois qu’elle avait du boire au verre, elle était encore une toute petite fille, elle avait essayé de laper l’eau mais elle s’était vite rendue compte que ce n’était vraiment pas pratique avec sa langue humaine trop courte et épaisse. Il est difficile pour un enfant de grandir et de prendre possession de son corps, ça l’est encore plus pour un morphe qui doit le faire avec deux corps parfois très diffèrent.

En apprenant qu’elle pourrait rester chez le Winghox, Iza se trémoussa sur son siège une seconde avant de se rappeler qu’elle n’avait pas de queue. Il lui fallait exprimer sa satisfaction d’une autre façon et donc réfléchir vite pour ne pas dire n’importe quoi. Malgré sa motivation la jeune fille mis tellement de temps à se décider sur les mots à utiliser qu’elle avait déjà dix phrases de retard lorsqu’elle prit la parole :

« Je serais vraiment heureuse de pouvoir rester ici ! Je peux travailler. Je vais faire un très bon chien de garde et je promets de toujours t’obéir. » Après tout un être qui offre le gite, le couvert et surtout la protection… c’est tout simplement un alpha ! Et en échange de ses avantages, Iza considéra en toute logique qu’elle devait obéissance à ce nouveau chef de meute.

« Je me souviens où j’ai caché les papiers, j’irai les chercher, merci beaucoup de me permettre de les ranger chez toi. » N’étant pas particulièrement au fait du vocabulaire particulier du registre familier, elle considéra que les noises étaient des sortes de fruits et, ne comprenant pas la phrase du Winghox, elle préféra en rester là.

S’ensuivit une petite visite des lieux. Iza fut impressionné par la propreté de la salle de tatouage et comprit rapidement qu’un gros chien, surtout s’il perdait ses poils, serait peu à sa place dans cet univers aseptisé. Elle jaugea avec curiosité les flacons d’encre en lisant les étiquettes à voie basse. La pièce sentait bizarre et dans l’ensemble Iza préférait la cuisine.

« Quel travail fais tu ? » C’était effectivement une question à poser si elle vivait avec lui par la suite. « J’aimerais t’aider. Je ne peux pas rester ici gratuitement. Mais je reste presque toujours en chien, je peux dormir sous le comptoir sans problème. C’est parfait. Merci beaucoup. » Iza aurait été vraiment gênée de recevoir plus, et puis sous formes de chien elle se sentait vraiment mieux. Même si grâce au talent de cuisinier de Vrass elle se portait mieux, la jeune fille restait chancelante sur ses deux jambes et regrettait de n’avoir que deux points d’appuies pour se déplacer.

Iza fut très étonné par l’état quelque peu anarchique de la chambre, surtout en comparaison du rez-de-chaussé impeccable. Après un instant de réflexion elle en arrivant à une conclusion très personnelle : si Vrass ne rangeait pas sa chambre, c’est qu’il n’avait pas le temps à cause de son travail ! Mais le Winghox l’avait déjà entrainée dans la salle de bain.

Iza n’apprécia pas la pièce au premier abord car le carrelage et l’odeur de savon lui rappelait le laboratoire. Puis elle réalisa que la pièce était trop petite pour y faire des expériences et qu’elle était équipé d’une douche et de toilettes, membres du mobilier généralement pacifique auquel elle avait été présentée plusieurs années auparavant. Par ailleurs les scientifiques avaient installé le tout à l’égout dans sa cellule pour ne pas avoir à nettoyer tous les jours (chose qu’elle devait de toute façon faire elle même) et elle connaissait le principe de la chasse d’eau. Cependant Iza vérifia que le bouton au dessus de la cuvette actionné bien celle-ci et que les robinet de la douche servaient bien à faire apparaître l’eau.

« Je sais m’en servir, dit elle avec un sourire. Puis elle enchaina rapidement sur une pensée précédente. Je croix que tu travail beaucoup, je peux t’aide pour le ménage si tu veux. »

Avatar de l’utilisateur
Iza

Crédit: Fermé

Re: Chien perdu

Messagepar Vrass Rannveig » 26 Juin 2012, 19:08

Je lui montrais donc l'atelier, elle semblait curieuse et remarquait qu'effectivement, si c'était le bordel dans ma chambre, ici je faisais très attention à bien tout nettoyer. Je venais alors m'appuyer sur le comptoir après lui avoir montré où elle pourrait dormir alors qu'elle me demandait justement le travail que je faisais

«Je suis tatoueur. Je dessine sur la peau des gens avec une aiguille et de l'encre. Ça fait un peu mal par contre, mais après c'est joli. Je l'ai fait sur moi, tu vois?» - je lui montrais mes tatouages sur les épaules ainsi que celui au-dessus de mon œil droit - «Les gens viennent pour ça, parce qu'ils aiment avoir quelque chose de beau qui ne partira jamais. Et ils me paient pour ça. Donc je ne les force à rien, ce sont eux qui décident tout.»

Je préfère le lui préciser, elle a du subir des choses avec des aiguilles, aussi je préférais éviter de lui montrer tout de même. Je me doutais qu'elle aurait un peu peur, je parlais donc d'une voix douce et j'avais montré sur moi pour lui prouver que si je me le faisais à moi-même, c'est que ce n'était pas dangereux
«Certains tatouages sont très utiles, ils te protègent du chaud ou du froid, certains peuvent même te permettre de parler avec des animaux par exemple! Si tu veux être capable de parler avec les chiens même quand tu es sous ta forme humaine, tu peux!»

Je ne savais pas trop si elle comprenait, mais peu importe. Je lui faisais visiter le reste de l'appartement, je lui montrais alors ma chambre qui était totalement en bordel, puis la salle de bain, elle savait s'en servir, même si elle ne l'utiliserait pas souvent je suppose... je venais passer ma main derrière ma tête en réfléchissant à sa proposition de travailler
«Honnêtement, comme tu peux le voir, si je fais gaffe à l'atelier, le reste de l'appart est plutôt en bordel. Donc un coup de main pour le ménage serait le bienvenu! Je pourrai aussi te donner des ores pour faire les courses à ma place quand je devrai partir en déplacement. Tu sais compter? Tu sais ce que c'est des ores?» - j'en sortais une poignée de pièces pour lui montrer, si elle ne savait pas, et bien je risquais fort de lui apprendre...

«J'aménagerai une trappe pour toi dans la porte, comme ça, même si le magasin est fermé, tu pourras toujours entrer et sortir comme tu veux. Mais si tu pouvais rester au moins la nuit, ça m'arrangerait, c'est souvent dans ces moments là que des idiots essaient de cambrioler les maisons.»

Je n'ai jamais vraiment eu ce problème, mon argent est rangé dans un coffre et c'est pas les ptits cons des ghettos qui savent les forcer. Je regarde le tas de linge affolant sur le sol de ma chambre, pas gêné le moins du monde, mais pas spécialement envie qu'Iza se balade en humaine avec mes affaires, je préférais qu'elle reste ici quand elle était sous cette apparence, et qu'elle puisse sortir en mode chien pour ne pas attirer l'attention, surtout si elle doit être recherchée

«J'achèterai un lave linge et un sèche linge. Je commence à avoir les moyens maintenant... comme ça, tu pourras aussi faire ma lessive sans avoir besoin de sortir. Ça te dérange pas?» - finalement, ça devrait être un échange de bons procédés. Elle sera nourrie et logée gratuitement, je lui paie tout, la bouffe et des fringues, et en échange elle fait ménage, lessive et chien de garde. Ça me parait honnête...

«On récapitule. Tu peux rester ici aussi longtemps que tu veux, je t'achète à manger, de quoi t'habiller si besoin et tu es libre de te balader dehors... en échange, tu me file un coup de main pour ménage, lessive et courses... qu'est-ce que t'en dis?»

Est-ce qu'elle a tout suivi? Elle a l'air plutôt gentille, mais ça ne m'étonne pas trop, la plupart du temps, ceux qui ont souffert ont le cœur sur la main.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Chien perdu

Messagepar Iza » 24 Juil 2012, 20:51

Pour Iza il fallait être fou pour se mutiler volontairement. Même si le résultat était effectivement très beau. Enfin la morphe le supposait car elle n’avait aucunes notions artistiques, pas le plus petit embryion de principe d’équilibre, d’harmonie, de dynamique ou de quoi que ce soit d’autre. Certains chiens appréciaient beaucoup l’art lorsqu’ils se sentaient concernés, ce qui est rarement le cas avec l’art humain. La jeune fille avait d’ailleurs rencontré un terre-neuve mélomane et fana de jazz un jour. Mais pour sa part elle ne connaissait rien à rien et n’y comprenait goutte de toute façon. Il lui était tout uste possible d’apprécier la performance en la comparant à ce dont elle était capable. Autant comparer la chapelle Sixtine à l’autoportrait au stylo bille sur nappe de bar par un alcoolique en fin de soirée… Avec les mains attaché dans le dos…Et les yeux bandés…

En tout cas Iza tolérait à peu près la profession de son nouveau compagnon. Il piquait les gens, mais au moins ils étaient d’accords. Après, les histoires de « protection contre la chaleur des chiens qui parle humain volontairement à propos des aiguilles gelés », elle n’était pas sur d’avoir saisie, mais elle fit mine que oui pour ne pas vexer son interlocuteur et préféra enchainer :

« Je rangerais, je ferais le ménage et les courses. Pas de problème pour les ores. »

Iza avait apprit à compter. Enfin elle savait faire quelque addition et soustraction de tête, et avait comprit le principe de la multiplication et de la division sans en saisir l’intérêt puisqu’elle ne serait jamais amener à manipuler de grands nombres. Mais bon au moins lorsqu’elle faisait bien ses exercices, les chercheurs la laissaient tranquille. Pour ce qui était des ores les choses se compliquaient. Elle ne les connaissait pas à la sortie du laboratoire, mais elle avait vu des gens les utiliser pour avoir à manger en échange. La notion de monnaie ne lui était pas familière et elle ne comprenait pas comment les humains pouvait se faire suffisamment confiance pour attribuer une valeur imaginaire à un petit bout de métal. Mais après tout, si tout le monde acceptait de faire comme ça, elle n’allait pas s’y opposer avec ses quarante kilos dépourvus de force de caractère.

« J’ai tout comprit : travail contre nourriture et logement. » Cela résumait en effet assez bien, en tout cas de façon très concise, leur marché.

Iza adressa un doux sourire tinté d’une pointe de tristesse à Vrass avant de la prendre dans ses bras sans se demandait si cela le dérangerait :

« Et liberté. »

Avatar de l’utilisateur
Iza

Crédit: Fermé

Re: Chien perdu

Messagepar Vrass Rannveig » 08 Aoû 2012, 18:58

Je souriais en voyant qu'elle comprenait, et qu'elle acceptait le marché. Je venais m'approcher pour voir un peu son état, j'allais devoir la soigner un peu quand même! Je n'aimais pas voir tous ces bleus.
«Bon, j'irai t'acheter une pommade pour tes bleus, ça te fera du bien tu verras. Pour le reste, on est d'accord!»

Elle répéta le tout, et je hochais la tête en souriant avant de lui tendre un autre verre d'eau, je ne savais pas trop si elle s'en sortirait vu qu'elle devait être surtout habituée à manger en tant que chien, mais je lui achèterai une grande gamelle aussi si elle préfère. La mention de sa liberté m'arracha un certain sourire triste, et je venais hocher la tête en signe d'acceptation
«Je ferai de mon mieux pour que tu te sentes libre. Si besoin, soit je me ferai le tatouage du singe pour communiquer avec toi lorsque tu es sous ta forme canine, soit je t'achèterai un KIP pour que tu puisses parler sous cette forme. On verra au fur et à mesure qu'on apprendra à se connaître!»

Je lui souriais plus sincèrement avant de sortir de la pièce, j'allais chercher quelques couvertures dans mon placard et je redescendais pour les mettre sous le comptoir, j'essayais de voir si ce serait confortable, puis je revenais vers la cuisine pour remplir un grand bol d'eau!
«Pour le moment, tu auras tes repas en même temps que moi, le temps que tu t'habitues à la cuisine, tout ça. Puis quand tu sauras bien le faire, tu feras comme tu voudras.» - disons que je préférais être à côté pour le cas où elle me fasse flamber la cuisine quoi!

Je venais étouffer un bâillement puis je hochais de la tête doucement avant de me préparer à aller fermer la porte d'entrée
«Là, je vais me coucher. Si tu veux aller faire un tour, vas y maintenant, je t'attends avant de fermer la boutique.»

Je la laissais donc se transformer à nouveau, cette collaboration promettait d'être assez amusante en fait! Elle était marrante...


Je sais pas si tu veux clôturer là, envoie moi un mp au besoin ;)

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart


Retourner vers Les Ghettos

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron