Ce que pensent les hommes

Érigés à l'extérieur de la Basse-Ville et de la protection du Dôme, ils sont un curieux mélange de cahutes sommaires et de bâtisses tout à fait décentes. Ils sont nommés ainsi à cause de l'enchevêtrement des maisons, et parce que les habitants y sont peu nantis.

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Benedikt » 13 Fév 2016, 23:00

Benedikt fut tellement surpris que sa demande ne rencontre aucune résistance qu’il ouvrit de grands yeux en entendant Vrass accepter aussitôt. Un grand sourire envahit immédiatement son visage, et il se pencha sur le tatoueur : « Merci. »
« C’est pas grave si tu n’as pas envie, moi non plus je n’avais pas envie d’y aller mais au moins, maintenant ça ne me terrifie plus qu’on me touche. » - ce n’était même malheureusement pas assez le cas ces derniers mois, en fait… À la décharge de la psychologue, cela montrait au moins qu’elle pouvait être efficace. Ce n’était pas de sa faute si le petit botaniste avait eu une éducation sexuelle entièrement basée sur la population d’une maison close. Quoique ce soit du côté des prostituées ou des clients, cela n’avait pas aidé ce dernier à avoir une once de demi-mesure dans son comportement dans ce domaine.
« Et crois-moi, c’est terriblement embarrassant de parler de ça, bien plus que tu peux l’imaginer. Je pense que j’aurais préféré me balader à poil devant elle. »

La question de Vrass qui suivit le surprit pourtant tout autant. Benedikt s’arrêta, interdit, fronçant soudain les sourcils : « Ah… non. Non… Je n’attends pas un tampon sur un papier comme si t’étais dingue, Vrass. » Le petit botaniste soupira et posa une main sur le genou du tatoueur. « Je ne veux pas que tu penses ça. Je veux juste qu’on se comporte en adultes responsables cette fois et qu’on essaye de régler nos problèmes correctement. »

Il fallait bien se mettre à le faire un jour, après tout. Et là-dessus, vu son comportement, Benedikt était bien dans le même bateau.« On est trop vieux pour faire les andouilles mais c’est quand même ce qu’on fait. Alors vu que ça nous a pas réussi, là, autant faire un petit effort pour une fois. J’ai retrouvé dans mon bureau mon acte de naissance que j’avais demandé au puits à souhait, tout à l’heure …. J’ai eu trente ans le mois dernier, Vrass ! Je suis déjà pratiquement mort ! »

Le botaniste posa un instant pour lui faire bien comprendre la gravité de la situation. Il fallait dire qu’il n’aurait même pas imaginé atteindre cet âge, d’autant plus lorsqu’il était encore en Païlandune. Trente ans ! C’était presque l’âge de la retraite. Excepté qu’on lui demandait encore parfois s’il était majeur, et qu’il n’était ni marié ni parent. Si bien que le rappel de son anniversaire, qu’il ne fêtait même pas, était particulièrement étonnant. Comment pouvait-il être si vieux ? Qu’avait-il fait pendant toutes ces années pour qu’elles s’amoncellent aussi vite ?
« Mais pour répondre à ta question, je reviens vivre ici quand tu le souhaites. Je n’aime pas vivre seul. Et tu m’as manqué. Je ne serais jamais contre. » Le petit botaniste se mit à rire. « Et puis si je suis déjà presque mort, je veux en profiter avant de finir dans une petite boite. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Vrass Rannveig » 14 Fév 2016, 10:02

Au moins, ce n'était pas tant que ça un ultimatum. Un peu oui, mais on va dire qu'il n'avait pas envie de reprendre cette relation où au final, on savait pas trop ce qu'on faisait et ce qu'on voulait. Il voulait aller dans une direction, et surtout qu'on aille dans la même en fait... je ne savais pas s'il pensait au mariage, j'espérais que non. Même si j'étais accro à lui, je ne voulais pas de cette sensation de corde au cou. Contradictoire peut être, mais c'est comme ça.

«Ok» - je fronçais à peine du nez lorsqu'il me rappela combien d'autres avaient pu le toucher alors que moi je n'en avais plus le droit à l'époque où on était encore ensembles. Si c'était cette psy qui était arrivée à ça, j'hésitais à vouloir la revoir ou la tuer, mais passons. Je préférais dissimuler mon amertume dans ma tasse de café, jusqu'à ce qu'il me dise qu'il était presque mort sous prétexte qu'il venait d'avoir trente ans. Je manquais de m'étouffer dans ma tasse

«Koff koff... non mais t'es bête! Tu m'as fait avaler de travers!» - je prenais un mouchoir sur la table de nuit pour m'essuyer, un sourire au coin des lèvres... non mais n'importe quoi - «je peux comprendre qu'en Païlandune, on soit presque mort dans ces eaux là, m'enfin on est à la Basse Ville, là! Le Doc a près de 70 ans tu sais?» - j'attrapais une tartine, ses conneries sur son âge ont chassé les pensées sur sa vie de débauche pendant notre séparation.

Je tendais le bras pour qu'il vienne contre moi en souriant
«Alors reviens... j'avais l'impression de voir cette maison en noir et blanc depuis que t'es plus là, ça manque de vert je crois... Iza a essayé d'entretenir tes plantes dehors, mais je crois qu'il faudra que tu les ravives un peu, elle n'était pas beaucoup plus douée que moi.» - je lui montrais la petite terrasse dehors, certaines plantes avaient été couvertes d'un sac en plastique avec des trous pour les protéger du froid, elle l'avait surement lu quelque part dans un des livres de Benedikt. Elle avait fait de son mieux pour trouver les plantes par rapport aux images, mais c'était difficile, toutes les feuilles se ressemblaient autant pour elle que pour moi.

«J'espère que c'est rattrapable... l'hiver ne leur a pas fait du bien je crois...» - je grimaçais un peu, j'espérais que ça ne lui ferait pas trop mal - «tu crois qu'il faudrait qu'on fasse carrément construire une véranda? Ou une sorte de serre?» - ah tiens, ça me faisait penser à cette histoire d'explosion là où il bossait avant, et cette organisation qui était derrière tout ça - «d'ailleurs, en parlant de serres... après celles de Bellevue, t'as entendu cette histoire d'attentat dans le métro?»

Je me demandais si c'était les mêmes gars qui étaient derrière ça... enfin ceux qui avaient enlevé Benedikt la dernière fois.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Benedikt » 14 Fév 2016, 16:01

« Non, mais le Doc il ne compte pas, je suis sûr qu’il y a 70 ans depuis 20 ans au moins ? Tu l’imagines jeune, toi ? Moi j’y crois pas trop. » s’amusa Benedikt avant de profiter des bras de Vrass qui lui offrait une place contre lui.

Le petit botaniste se cala contre sa poitrine avec satisfaction, mais les déclarations du tatoueur le dérangèrent de sa félicité. Inquiet, il se redressa pour aller voir de plus près le petit carré de verdure qui avait inhabituellement mauvaise mine. C’est vrai que le contraste était facile à voir avec le soin que Benedikt lui apportait normalement. Il coupait carrément la pelouse aux ciseaux ! Iza avait été quand même gentille de faire son mieux, et le botaniste se fit la réflexion qu’il faudrait qu’il la remercie. Ça n’avait pas dû être facile de se retrouver dans le monceau de bouquins sur la botanique qu’il avait, tous plus abscons que les autres pour des débutants. Mais quand même, la morphe chienne avait quand même réussi à en préserver certaines.

« Ce n’est pas grave… J’avais choisi des plantes résistantes, je suis sûr qu’elles reprendront si je m’en occupe maintenant. C’est ma faute, je n’aurais pas dû les laisser comme ça…. Mais c’est des plantes, tu sais. Normalement elles vivent dans la nature sans personne. Elles sont vivantes et tant qu’elles peuvent s’accrocher à leur survie, elles le font jusqu’à ce qu’elles puissent reprendre et pousser à nouveau, et parfois fleurir. »

En revanche, Vrass avait une proposition encore meilleure. Le botaniste lui jeta un regard de gamin devant l’arrivée du père Noël en entendant le mot serre.
« Tu crois qu’on pourrait faire ça ?! » s’exclama-t-il. « Ce serait génial ! Je pourrais faire pousser des plantes tropicales ! On pourrait faire l’amour sur la pelouse en hiver ! Je veux carrément qu’on construise ça ! »
Les pensées pleines de projets, Benedikt avait encore le nez collé à la porte vitrée qui donnait sur la terrasse lorsque Vrass changea de sujet pour parler de la bombe qui avait explosé récemment à la Basse-ville. Son sourire disparut un peu, cette fois.

« Ouais…. Il y a des gens qui sont venus à l’herboristerie poser des questions et je les aie renvoyés, mais ils m’ont fait flipper… Je ne savais pas si c’était des journalistes ou autre chose. J’avais peur qu’ils reviennent, vu ce qu’il s’est passé la dernière fois… »

Le petit botaniste fronça les sourcils. Jusqu’à ce qu’il parvienne à se raisonner, il avait passé plusieurs jours constamment sur ses gardes, d’autant plus effrayé qu’on lui veuille des ennuis qu’il se disait qu’il n’y aurait personne pour l’aider si c’était le cas. Il avait eu l’habitude de se sentir en sécurité avec Vrass, et ça avait été un rappel particulièrement amer de son absence. Benedikt soupira.

« J’ai dormi plusieurs jours chez mon frère et c’était horrible. Il était enchanté que je ne sois plus avec toi et tu sais comment il est. Il m’a envoyé déposer une lettre chez des amis à eux et j’ai découvert que c’était juste pour me faire rencontrer leur fille. » - le botaniste se retourna pour regarder Vrass avec un air fiéraud. « J’ai ramené la lettre rien que pour la bouffer devant Finn pour me venger. »
Là-dessus, on pouvait dire que Benedikt et Finn jouaient très bien les frères malgré le fait qu’ils ne s’étaient pas vus pendant tant d’années. Les deux orphes se tournaient en bourrique remarquablement bien.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Vrass Rannveig » 14 Fév 2016, 21:52

Bon ben visiblement, l'idée de la serre lui faisait vraiment plaisir, sauf qu'il y avait un truc à prendre en considération... ça coûtait cher!
«T'emballes pas.. les affaires sont pas super bonnes ces derniers temps, il va falloir que je bosse un peu plus pour pouvoir payer ce type de travaux...» - mais ça nous faisait un petit projet au moins, et ça pouvait marquer un bon début sur un certain retour à la normale.

Je buvais une autre gorgée de café, cette histoire de serres m'avait fait penser à l'attentat qui s'était déroulé quelques semaines plus tôt, les journaux disaient que c'était le même type d'explosif que ce qui avait fait sauter les serres de Bellevue, et visiblement, Benedikt avait été embêté par ça lui aussi. Je fronçais du nez à l'idée que ces types soient encore venus l'emmerder, mais l'histoire avec son frère me le fit brièvement oublier sur le coup et j'en étais plutôt amusé!

«Il va pas être content d'apprendre qu'on se remet ensembles dans ce cas...» - je repoussais le plateau, puis je me levais pour le rejoindre vers la baie vitrée, c'était un peu comme si j'avais du mal maintenant à le laisser loin de moi plus de quelques secondes... je l'entourais de mes bras et je posais mon menton sur le sommet de son crâne! Regardant le temps qu'il faisait, assez gris comme souvent en cette saison...

«Tu dois aller bosser à quelle heure?» - car bon, si son assistant était au bord de la démission, c'était pas le moment de lui faire prendre un jour de congé, surtout que bon... pour faire quoi? Il était peu probable qu'on se saute dessus même si on en avait surement très envie l'un comme l'autre, surtout en restant si proche. Il devait peut être voir que j'avais perdu un peu de poids aussi, maintenant qu'il avait les idées claires et qu'il me voyait debout et torse nu... je faisais moins d'exercice qu'avant et j'avais perdu un peu des bras et du torse... je n'étais pas non plus un fil de fer ou grassouillet, mais ça se voyait que j'avais perdu un peu de volume. Il faudrait que je m'entraîne à nouveau.

En tout cas, il valait mieux qu'on y aille doucement. Je me déplaçais pour lui faire face et prendre son visage entre mes mains, sans vraiment réfléchir, je venais l'embrasser, ce sentiment que ça pourrait surement mettre le feu aux poudres, mais tant pis, je commençais à avoir trop de mal à me contenir de toute manière, et le fait qu'on soit restreint par le temps nous empêcherait d'aller plus loin. Du moins je crois.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Benedikt » 15 Fév 2016, 01:04

« Non, mais ça lui fera les pieds. » répondit le petit botaniste en riant légèrement, attrapant les bras du tatoueur qui s’étaient glissés de chaque côté de lui. Ça faisait si longtemps qu’il ne s’était pas senti aussi bien que Benedikt se demanda un instant pourquoi il se sentait si calme. La chaleur de Vrass dans son dos qui lui donnerait presque envie de retourner au lit, son odeur et celles des toasts qui flottaient dans l’air, il retrouvait ce qu’il avait perdu et cela faisait un bien fou. Cela faisait encore plus de bien quand on l’embrassait, et la question du tatoueur se perdit un moment dans l’enthousiasme du petit botaniste qui ne pensait plus qu’aux lèvres qu’il avait à disposition. Ce ne fut que lorsqu’il dût prendre sa respiration que ces paroles atteignirent son cerveau et qu’il se mit à paniquer un peu.
« Ah flûte ! J’ai plus l’habitude de m’inquiéter ça en vivant à l’herboristerie ! » Benedikt alla attraper en vitesse sa montre qu’il avait enlevé le soir d’avant pour la poser sur la table de nuit. « Si je cours, je peux peut-être encore être à l’heure… Faut que je file, je suis désolé ! »

Le petit botaniste se mit à fouiller pour récupérer des vêtements à lui dans la commode et s’habiller en quatrième vitesse. Il n’avait pas beaucoup d’affaires à ramasser, heureusement, et pu même récupérer un de ses vieux manteau plutôt que de remettre celui plein de sang qu’il avait le soir d’avant. Benedikt allait disparaître, et s’arrêta brusquement pour courir jusqu’au tatoueur. Il se mit sur la pointe des pieds pour attraper le visage de celui-ci et l’embrasser avec tout l’amour qu’il avait pour lui.
« On se revoit très bientôt, promis. Ne fais rien de la journée que tu ne voudrais pas que je fasse ! » souffla-t-il avant qu’il ne disparaisse comme un coup de vent.

Le temps d’arriver jusqu’à l’herboristerie, les membres encore endoloris du petit botaniste lui faisait à nouveau mal d’avoir couru et ce dernier s’étala sur le perron de sa boutique complètement essoufflé. Till l’attendait les bras croisés et lui jeta un regard surpris. Il avait surpris plus d’une fois Benedikt en train de dormir devant la porte de la boutique, puant l’alcool, juste parce qu’il n’avait pas réussi à trouver la serrure, mais cela faisait des mois qu’il ne l’avait pas vu arriver d’autre part. Le botaniste avait beau coucher avec la moitié de la Basse-ville, il ne restait jamais dans le lit de personne et dormait toujours à l’herboristerie.

« Tu viens d’où ? » demanda-t-il. « T’as de la chance, j’allais partir dans 3 minutes si t’étais pas arrivé. »
« Je suis vraiment désolé… »
Benedikt se rappela la violente dispute qu’ils avaient eu le jour d’avant. Son assistant n’avait pas tort malheureusement, d’être en colère, vu l’état de sa boutique, et ce qu’il l’obligeait à faire vu sa négligence. « Je te promet que je ne serais plus en retard. »
« Si j’avais pas à te réveiller, ce serait déjà bien. »

Le petit botaniste avait bien envie de le rappeler à l’ordre, mais bien conscient de ses propres erreurs, il laissa passer l’insolence de Till, et à la place, lui sourit doucement : « Merci d’être venu. »
Et puis il le laissa rentrer et referma la porte derrière lui. Son assistant lui jeta un regard interdit : « T’es arrivé en retard, Benedikt, la boutique devrait déjà être ouverte. »
« Non… »
Le petit botaniste remonta ses manches et se retourna vers lui. « Aujourd’hui, on prend un jour pour nous pour faire du nettoyage et du rangement ! »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Vrass Rannveig » 15 Fév 2016, 20:16

Il avait filé si vite que j'étais pas sur d'avoir tout suivi... je battais encore des cils, immobile dans la chambre avant de secouer la tête et regarder autour de moi, il avait disparu.

Bref.

Je me mettais alors à faire quelques étirements et échauffements avant d'enchaîner quelques pompes... si on se remettait ensembles, je devais me remettre en forme, mais je me rendais compte qu'effectivement, j'avais un peu perdu la main, car au bout d'une vingtaine, je fatiguais alors que normalement, je devais pouvoir en faire une cinquantaine.. je me forçais jusqu'à vingt-cinq avant de me poser au sol, reprenant mon souffle et me retrouvant déjà à transpirer.
«Quel con..» - bref, je ne me laissais pas déstabiliser, je me retournais et j'enchaînais sur une série d'abdos, mais pareil, je finissais par craquer au bout d'une cinquantaine, là où j'en faisais aisément le double quelques semaines avant. J'allais vraiment devoir m'y remettre! Mais doucement, si je force trop, c'est un coup à avoir des courbatures et pas pouvoir m'entraîner régulièrement.

Bref, je faisais aussi quelques flexions, puis j'enfilais un jogging et j'allais carrément courir. Mon premier tatouage n'était pas avant onze heures, donc j'avais le temps. En chemin, je tombais sur la femme de Nessy qui devait surement revenir de l'école après avoir déposé Nathan, je me figeais en la regardant, stoppant mes foulées et plantant mon regard dans le sien. Je ne l'avais déjà pas vue souvent, mais depuis Balaïnes, jamais. Elle me regarda quelques secondes, le temps semblait s'être arrêté

«Bonjour...»
«Salut... Marianne c'est ça?»
«Non, Myriam...»
«Ah... pardon...»
- je poussais un léger soupir puis je reprenais doucement mes foulées, j'aurais aimé pouvoir mettre une capuche tiens pour me cacher, mais avec mes cornes, c'était pas évident. Elle pencha la tête sur le côté en souriant tristement
«Nathan demande toujours de vos nouvelles... mais Nessy refuse de lui répondre.»
«Parce qu'elle n'en a pas non plus... mais... je vais... mieux. On va dire que j'ai décidé de reprendre ma vie en main. Je dois aller voir un psy.»
- elle haussa un sourcil, puis son sourire s'élargit. Elle réajusta son sac et continua son chemin
«Je suis sure que Nessy sera contente de l'apprendre...»
«Di... dites à Nathan qu'il me manque, d'accord? Qu'il croit pas que je l'oublie...»
«D'accord, promis, je lui dirai.»
- je prenais une profonde inspiration puis je partais... Je rentrais à la maison, le cœur un peu plus léger, et l'idée qu'effectivement, il fallait que je vois la psy. D'ailleurs, je composais son numéro - après avoir passé trois plombes à le retrouver dans un annuaire dans une cabine téléphonique - puis je prenais rendez-vous pour dans deux jours plus tard, elle avait un créneau hebdomadaire qui s'était libéré, et j'avais donc accepté de le prendre. Ça semblait effectivement lui faire plaisir, quelle plaie.

Je rentrais, prenais une douche, puis je m'habillais pour recevoir mon premier client. Le tatouage prit un peu de temps car je dus faire pas mal de dessins pour réussir à faire ce qu'il voulait, mais il en fut vraiment content et je reprenais aussi un peu le goût du dessin. Pendant que je mangeais, je reçus un message de Benedikt qui voulait me voir le soir même, je me demandais un peu ce qu'il me préparait, mais il ne voulait rien me dire... soit.

L'après-midi, Iza était revenue et on avait fait un peu de rangement, surtout pour virer toutes mes affaires du bureau et ainsi permettre à Benedikt de remettre correctement les siennes. Elle fut vraiment contente d'apprendre qu'il allait revenir, et ne cessait de me taquiner sur le fait que j'avais meilleure mine
«Je t'avais dit qu'il reviendrait!»
«Oui enfin... vas y les circonstances... il s'est fait tabasser à deux rues d'ici.»
«Ce n'était peut être pas un hasard s'il n'était pas loin! Au fond, il voulait peut être venir ici...»
- j'en doutais, il ne semblait pas vraiment dans cet état d'esprit lorsque je l'avais trouvé, mais peu importe.

Le soir, j'avais un dernier tatouage, mais heureusement, il fut rapide, et vers 19h, je me tenais prêt... je n'avais pas répondu à son message à propos des smiley, on va dire que euh... je trouvais ça un peu trop enfantin. Bref, je me demandais bien ce qu'il me réservait, et comme je ne savais pas où il allait m'emmener, je m'étais habillé de façon classique mais pas trop relax, un blouson en cuir noir, un jean avec un t-shirt rouge à manches longues dessous... la classe naturelle, c'est tout moi!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Benedikt » 16 Fév 2016, 00:05

« Benedikt, ne le prends pas mal, j'adore te voir aussi énergique, ça change, mais… Heu, c'est moi qui t’aie bouleversé à ce point ? »
Le petit botaniste mit un instant à reporter son attention sur son assistant. Il était en train de récurer les étagères de l'herboristerie et cela faisait un paquet de temps qu'elles n'avaient pas été vidées aussi violemment. On avait tout simplement l'impression qu'un ouragan était passé dans la boutique. Les clients qui passaient demandaient pratiquement tous s'il y avait des travaux, et Benedikt, lui, dans toute cette poussière et ce bazar, se sentait revivre. Ça faisait un paquet de temps qu'il voulait faire ce ménage, il n'avait juste jamais eu la motivation ; d'ailleurs le minuscule endroit où il dormait à l'étage était dans le même état, une vraie porcherie.

Le petit botaniste se redressa et s'étira :
« Ben, heu… Notre dispute n'était pas très agréable, c'est vrai… » - mais la vérité, c'était que son premier réflexe avait été de téléphoner à une amie pour sortir le soir-même et se noyer dans l'alcool. C'était plutôt sa rencontre avec Vrass qui avait changé la donne. Le grand sourire de Benedikt révélait facilement qu'il cachait quelque chose, mais il décidait pourtant de ne rien dire pour l'instant. C'était sympathique cette fois de le garder au fond de lui bien caché, comme quelque chose de précieux qu'il devait encore protéger contre les regards extérieurs.

Au final, malgré les soupçons de Till, ce dernier n'eut pas le fin mot de l'histoire, et laissa son patron dans sa bonne humeur, puisque ça n'arrivait pas si souvent. Cela lui rappelait même qu'il était agréable de travailler avec lui, et cela aiderait sans doute plus sûrement que quoique ce soit d'autre pour lui donner envie de rester.
Le botaniste travailla même pendant leur pause déjeuner, ne s'arrêtant que pour appeler un de ces amis lorsqu'il eut une idée pour le soir-même et de passer quelques autres coups de fil. Fier de sa surprise, il eut d'autant plus d'énergie pour dépoussiérer sa boutique. Il ne risquait pas de finir le jour-même, mais prit même le temps de mettre le nez dans les livres d'inventaires, qu'il avait laissé tomber plusieurs mois auparavant, pour commencer à les mettre à jour. Au final, oubliant l'heure, ce fut Till qui lui rappela qu'il était l'heure de partir pour lui. Benedikt ferma l'herboristerie en vitesse pour se laver à l'étage de toute la saleté et de la sueur qui le recouvrait et se changer pour quelque chose d'un peu plus chic, quoique cela était très subjectif pour lui, et consistait surtout et simplement à mettre une chemise sans rajouter un pull par dessus.

Il arriva juste à l'heure à la boutique de tatouage, un sourire jusqu'aux oreilles et un regard baladeur qui observa Vrass une ou deux secondes avant de déclarer : « T'es beau, c'est parfait ! Allons-y, je risque de me perdre alors il faut qu'on prenne le temps. »
Le temps de grattouiller Iza qui remuait fortement la queue, particulièrement contente de voir ses deux humains de bonne humeur, Benedikt traînait déjà le tatoueur dehors en direction de la Basse-ville. En fait, il se dirigea carrément du côté de l'Atlas, où il se perdit pendant pas mal de temps avant de les ramener devant un immense immeuble tout en verre. Le genre d'immeubles qui possédaient des portiers à la fois à leur entrée et dans leurs ascenseurs. Le petit botaniste se serait presque senti déplacé dans cette atmosphère de luxe froid et marbré, mais ça n'allait pas l'empêcher de sourire.

Il emmena directement Vrass au dernier étage du bâtiment, où se trouvait un restaurant horriblement cher, notamment parce que celui-ci était entièrement entouré par des vitres qui montraient toute la Basse-ville. C'était le genre d'endroit où on devait réserver des mois à l'avance, mais il avait l'avantage d'être tenu par le père d'un ami du botaniste. Comme quoi, avoir des amis riches servait, apparemment.

« La réservation est à quel nom ? »
« Benedikt Bloom, b-l-o-o-m. »

Le serveur les conduisit jusqu'à une table dans un coin du restaurant, et Benedikt eut bien du mal à ne pas se coller à la vitre pour observer la ville qui s’étendait en bas. Il y avait une promenade à l'extérieur, en revanche, et il se promit d'y faire un tour avant de repartir. Assis à leur table pour deux, le petit botaniste était juste en face de Vrass et lui montra la carte qu'on leur mettait dans les mains avec un sourire.
« Prends ce que tu veux ! C'est moi qui t'invite. Tu avais l'air d'avoir besoin de bien manger. » déclara-t-il avant de soupirer un moment. C'est vrai que ce n'était pas dans leurs habitudes, de faire ce genre de choses. Mais il fallait espérer que cela plairait au moins un peu au tatoueur.

Benedikt lui offrit un sourire penaud.
« Je ne voulais pas que tu te souviennes du jour où on s'est remis ensemble comme ça… Je veux dire… Je n'ai pas envie que tu te rappelles de comment tu m'as ramassé dans la rue recouvert de sang après avoir été frappé par un mec qui... m'a jeté de l'argent à la figure en pensant qu'il était avec un prostitué. Je… Je me sens vraiment misérable quand j'y pense. Je me suis dit que ça, ce serait un peu mieux. »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Vrass Rannveig » 16 Fév 2016, 14:09

Les minutes défilaient, mais j'étais un peu en avance. Iza attendait à côté de moi sous sa forme animale, assise sur le palier en remuant la queue, visiblement ravie de voir que les choses changeaient enfin dans la maison. Benedikt finit par arriver et je haussais un sourcil en le voyant porter ne chemise?

«Là je me demande si je devais pas carrément mettre un costume!» - je me moquais un peu, mais visiblement, ma tenue convenait bien. Je commençais à le suivre, me demandant si on n'aurait pas du prendre un taxi peut être, mais visiblement, il savait plus ou moins où il voulait m'emmener donc on prenait le métro, puis un bus avant de se faufiler dans les petites rues

«Tu devrais peut être me dire où tu veux aller? J'ai un meilleur sens de l'orientation que toi....»
Mais rien à faire, il gardait ce sourire malicieux et semblait déterminé à vouloir nous guider. On finissait par se retrouver dans un quartier assez chic, les immeubles ici sont hauts et bien entretenus, principalement tenus par des hôtels et des boutiques de luxe, et quand je vois celui où il me traîne, je commence à me poser des questions

«Euh.. t'es sur que c'est là?» - pas de réponse, mais vu son sourire, c'était bien là. On prenait l'ascenseur jusqu'à atteindre le dernier étage où un restaurant à plusieurs étoiles s'était installé! Le serveur demandait le nom de la réservation, il me regarda quelques secondes sans le moindre mouvement de recul - ce qui était assez rare - et au contraire, il me sourit et s'inclina avant de nous conduire à notre table.

«Voici les cartes, Monsieur Bloom, Monsieur Rannveig... souhaitez-vous la carte des vins?» - je le regardais en haussant des sourcils, Benedikt n'avait pas dit mon nom..
«Laissez-les, oui. Au cas où.» - il déposa donc le tout et j'attendais qu'il parte avant de me tourner vers Benedikt qui expliquait enfin le pourquoi du comment! Je levais les yeux au ciel avant de sourire et me pencher vers lui d'un air amusé

«Pourtant, on s'était déjà rencontrés comme ça, sauf que les rôles étaient inversés! C'est toi qui m'avais ramassé après que je me sois pris une balle!» - je lui faisais un clin d'œil amusé avant de lever la main vers le serveur qui revint rapidement avec élégance - «deux coupes de champagne s'il vous plaît»
- «Bien sûr, monsieur...»
- je me tournais ensuite vers Benedikt avec un sourire amusé

«Au moins, ça marquera le coup, c'est le genre d'endroit où on n'était jamais allés... c'est une bonne idée.» - je m'approchais alors de lui pour l'attraper par la nuque et l'embrasser, certaines personnes semblaient un peu choquées - ah les gens coincés - mais personne n'osa le dire à voix haute! Je reculais avant de prendre la carte - «par contre, j'espère qu'ils font de la viande!» - et en quantité... car je les connais ces restaurants gastronomiques, ça fait des assiettes minuscules! Mais non, ils proposaient une entrecôte de hieras avec ses petits légumes et sa sauce forestière! Sérieusement? Ils ont réussi à choper un hiéras pour le bouffer? Dans le genre réussir à choper un prédateur, faut le faire! Même si j'ai Phaerör et qu'on pourrait penser que je ne pourrais pas manger ma propre monture, fallait absolument que je goûte ça!

Je prenais donc le menu, en entrée une sorte de tartine avec fromage, tomate et charcuterie avec des herbes et autres machins super fins, puis cette entrecôte et on verrait pour le dessert! Le serveur vint prendre notre commande et j'en profitais pour en apprendre plus sur le hiéras, mais secret du chef! Tant pis!
«J'hallucine qu'ils réussissent à élever des hiéras pour les bouffer, j'avais jamais entendu parler de ça!» - j'attendais de voir ce que lui prenait, puis on pourrait trinquer.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Benedikt » 16 Fév 2016, 17:39

« Ce n'est pas pareil ! Moi tu m'as quand même impressionné, ce jour-là. » déclara le petit botaniste avec un sourire. Et c'était vrai. Il fallait dire qu'un winghox, c'était très souvent impressionnant, et que Benedikt était facilement impressionnable. Les deux ensembles faisaient que ce dernier ouvrait souvent des yeux et une bouche immense en admirant un truc ou un autre qui provenait de Vrass.

D'ailleurs, c'est à peu près la tête qu'il fit lorsque le tatoueur se redressa pour l'attraper et l'embrasser. Embarrassé mais enchanté, Benedikt ne trouva qu'à sourire comme un idiot lorsqu'il croisa le regard d'un autre client qui les regardait avec un air scandalisé, si bien que l’intéressé se retourna, vexé qu'on soit aussi effronté envers lui.

« Évidemment qu'ils font de la viande ! Tu crois que je n'ai pas demandé ? C'est la base quand on veut te faire plaisir ! » s'amusa le botaniste lorsque Vrass s’inquiéta du menu. « Tu es la seule personne que je connaisse à qui j'ai pensé à aller à la boucherie en voulant lui offrir un cadeau. »
Mais en fait, il y avait bien le bonheur du tatoueur sur la carte. Benedikt apprit bien vite que celui-ci voulait commander de la viande de hiéras, et le petit botaniste pouffa de rire devant le serveur avant de commander pour lui.
« Wow, t'es horrible, c'est comme si je mangeais Pomporo ! » déclara-t-il ensuite pour l'embêter. « Si ça se trouve, ils appellent ça comme ça mais c'est de la viande de rat qu'ils trouvent dans les égouts, pour que personne ne reconnaissent le goût. »

Et Benedikt manqua de s'étrangler avec sa propre salive lorsqu'un autre serveur, juste derrière lui, déposa les coupes de champagne devant eux avec un sourire en coin : « Je vous promets que non, monsieur. »
Le petit botaniste dût attendre que celui-ci disparaisse pour que son visage retrouve une couleur moins cramoisie. En attendant, cela ne l'empêchait pas d'être assez heureux que son idée plaise au tatoueur. Benedikt aimait l'idée d'avoir un nouveau départ, après tout ce qui s'était passé. Il avait voulu un signe pour lui montrer le chemin du changement ; il l'avait eu ! Il soupira longuement et regarda Vrass : « Je suis heureux que Iza m'ait trouvé hier soir et soit allé te chercher… Je ne sais pas ce qui se serait passé sinon. »

« Enfin, c'est pas la peine de parler de ça en fait… Tu veux savoir comment je connais ce restaurant et comment j'y réussi à réserver ? Je connais le fils et la mère du gérant ! » raconta-t-il. « Je travaillais pour une grand-mère riche de la Basse-ville pendant les week-ends, ces derniers mois. Ça m'occupait de jardiner au lieu de ne pas savoir quoi faire de mes journées. Elle est vraiment sympathique, et puis j'ai rencontré son fils plusieurs fois et maintenant je le connais bien aussi. C'est des gens vraiment étranges, quand même, si tu les voyais. Ils ont des gens qui leurs achètent leur dentifrice à leur place ! Et pas que ça ! Je ne connais pas assez les gens riches pour comprendre ça. Tout les gens d'ici doivent être comme ça, j'imagine. »
Et le petit botaniste regarda autour de lui comme si les autres clients du restaurant allaient lever la main pour répondre à sa question.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Vrass Rannveig » 16 Fév 2016, 19:21

À l'idée qu'ils puissent tenter de faire passer de la viande de hiéras pour de la viande de rat, je pouffais un peu de rire, en particulier en voyant la tête du serveur derrière!
«De toute manière, ils pourront pas m'entuber, je sais quel goût ça a le rat!» - je ne disais pas ça trop fort, mais c'était la vérité. Quand je suis arrivé dans les ghettos, j'ai pas tout de suite eu la chance de pouvoir manger correctement, et les rats étaient particulièrement gros là bas, et c'est pas mauvais une fois cuit à la broche!

Le serveur m'avait entendu par contre et semblait presque effrayé à l'idée que j'ai pu bouffer de ces bêtes là, mais il se contenta de prendre notre commande en servant le champagne avant de filer rapidement. Je riais intérieurement avant qu'il ne m'explique vraiment la raison pour laquelle on était là, et la manière dont il avait connu ce restaurant. J'avoue que ce genre de personnes, ça ne me plaisait pas trop, je haussais des épaules alors qu'il s'extasiait presque de ce mode de vie
«Quand on a trop d'argent, on oublie un peu ce qui est important... perso, même quand j'avais assez de fric pour vivre dans les beaux quartiers de la Basse Ville, j'en n'avais pas envie.. les ghettos, c'est chez moi et ça, l'argent peut pas l'acheter.» - mais je peux les aider à vivre mieux avec mon argent. Pour ça aussi que j'y reste. La plupart des personnes vivent du troc là bas, je suis l'un des rares à pouvoir payer en ores... je fais exprès de faire appel à des gars du coin et pas des supers entreprises de la Basse Ville qui pourraient parfois bosser plus vite, mais je préfère aider les gens autour de moi.

On nous apportait les entrées, on avait changé de serveur tiens! Ça me faisait marrer sur le coup!
«Bon appétit!» - j'essayais de ne pas me jeter sur la nourriture comme un sauvage, regardant en même temps le décor. Honnêtement, je suis pas trop fan de ce genre d'endroit, mais faut reconnaître que les plats ont un goût qu'on ne peut trouver nulle part ailleurs!

«C'est quand même autre chose que mes croque-monsieur!» - que je dis après avoir avalé un morceau de ma tartine! Je prenais une profonde inspiration avant de continuer à manger, le léger silence qui s'installait voulait tout dire, c'était super bon! En revanche, j'évitais de commander du vin, si Benedikt n'a plus le tatouage, il vaut mieux éviter qu'il boive trop, et de l'eau ça ira très bien! Cependant, je prenais le "luxe" de commander une bouteille d'eau pétillante, c'était pas du soda, et je me demandais s'il en avait déjà bu

«Tu connais?» - je lui faisais un clin d'œil amusé avant de nous servir, puis finalement, je finissais rapidement mon entrée - qu'on n'aurait pu appeler amuse-gueule en fait pour moi... je croisais les bras en attendant qu'il finisse et qu'on nous apporte le plat principal, autant discuter un peu en attendant

«Sinon, Till t'a pas trop grondé d'être arrivé en retard ce matin?» - car bon, de ce que j'avais compris, il n'était pas en avance quand il a filé de chez moi!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Benedikt » 16 Fév 2016, 21:59

« Cha, ch’est sûr. » acquiesça le petit botaniste à la réflexion de Vrass sur les tartines qu’il mangeait aussi, avant de se mettre à rire doucement. « Non pas que tu ne cuisines mal, bien sûr ! »
Benedikt le regarda verser de l’eau dans son verre, et en voyant les bulles qui remontait à la surface, prit immédiatement la bouteille pour du soda.

« Ben oui, on en déjà bu ? » déclara-t-il, surpris que Vrass lui pose des questions dessus. Mais en vérité, le contenu de son verre était bien moins sucré qu’il n’aurait imaginé. Le petit botaniste attrapa la bouteille pour lire l’étiquette. « C’est bizarre, c’est juste de l’eau mais avec des bulles dedans ? Pourquoi c’est aussi amer alors ? »
Et en posant la question, il ne se demanda même pas pourquoi le tatoueur saurait plus que lui ce genre de détails. Vrass, d’après Benedikt, avait tout simplement la réponse à tout, ou presque. En termes de connaissance, le petit botaniste avait beau avaler des kilomètres de documentaires et de bouquins insipides, il ne savait jamais d’où venaient les mystères quotidiens de la Basse-ville. C'était Vrass qui lui avait servi de guide à son arrivée, et maintenant il avait du mal à ne plus le penser. Mais pendant que lui se posait des questions inutiles, Vrass, lui, était passé à un autre sujet. C’était vrai qu’il était parti en coup de vent ce matin.
« Oh, non, ça allait. » soupira Benedikt. « Il a dû faire bien pire que de devoir m’attendre un peu, alors quelque part, je crois qu’il était juste surpris de me voir arriver d’ailleurs. »

Le petit botaniste grignota la fin de son entrée pensivement : « Je lui dois vraiment une fière chandelle d’être resté à l’herboristerie. Il a dû plusieurs fois me faire décuver avant d’ouvrir la boutique parce que j’avais bu jusqu’au matin. J’aimerais bien faire quelque chose en retour pour le remercier mais je ne sais pas encore exactement quoi. »
C’était plus facile avec Vrass, il le connaissait mieux. Till, en revanche… Le petit botaniste avait simplement envie de lui envoyer une carte qui disait « désolé d’être un terrible patron, j’essaye de ne plus l’être ! », mais ça n’allait pas suffire. Le temps que les plats principaux arrivent, Benedikt avait la tête dans les mains. « J’ai l’impression que j’ai déçu à peu près tous les gens que je connais, ou alors ils pensent juste que je vais mal finir. Je ne sais même plus comment je vais pouvoir me racheter. Il n’y a guère qu’Iza qui ait encore une bonne opinion de moi. »

Il fallait dire que le petit botaniste avait été plus têtu et hermétique à tout conseil ou main tendu vers lui qu’il était possible. Si bien que plus d’une personne s’était lassé devant ses brusques changements de comportement, surtout quand celui-ci n’était pas souvent assez sobre pour discuter normalement. Benedikt baissa les yeux sur la ratatouille qu’il avait commandée en faisant la moue. Au moins, elle avait une odeur particulièrement alléchante. En fait, c’était la ratatouille la plus élégante que le petit botaniste avait jamais vu. Apparemment, on pouvait faire ça bien autrement que de découper au hasard des légumes avant de les faire cuire tous ensemble, comme lui le faisait.
« Bon, ta viande est bonne, au moins ? » demanda-t-il au tatoueur. « C'est meilleur que du rat ? »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Vrass Rannveig » 18 Fév 2016, 14:41

Comme je m'y attendais, Benedikt n'avait jamais bu d'eau gazeuse, bien que sur le coup, il crut reconnaître! Je le regardais d'un air amusé jusqu'à ce que finalement, il réalise son erreur! Il est vrai que contrairement au soda, l'eau gazeuse était assez amère
«Je ne sais pas trop, je crois que c'est le gaz qui fait les bulles qui donne ce goût amer...» - je prenais une gorgée avant de continuer mon entrée, on discutait un peu de l'état de l'herboristerie et de toute évidence, le jeune Till était devenu un élément indispensable de la boutique! C'était bien qu'il ait eu quand même quelqu'un de confiance pendant tout ce temps... moi j'avais Iza.

Le serveur revenait et nous débarrassait pour ensuite nous apporter le plat principal, mais le gosse semblait encore perturbé par cette période de sa vie...
«Tu sais, je crois qu'on a tous des moments où on touche le fonds... j'ai pas spécialement été plus glorieux que toi.» - certes, moi on ne me prenait pas pour un prostitué, c'est sûr, et je n'ai peut être pas eu autant de liaisons que lui, mais ça n'empêche pas que je n'ai pas été tout blanc non plus «à mon avis, Till est déjà content d'avoir un boulot... c'est pas le cas de tout le monde dans les Ghettos, surtout un boulot qui paie en gils. Mais il veut faire quoi dans la vie? Je suppose qu'il n'a pas envie d'être ton assistant pour toujours? Tu pourrais peut être lui faire des recommandations ou autres? Bosser dans une boutique de Sayah, ça peut ouvrir des portes...» - ou se les faire fermer au nez selon ce que Sayah a pu faire mais voilà!

Je goûtais un morceau de ma viande, et je confirmais que c'était pas du rat! Déjà, ça venait forcément d'une grosse bestiole quand on voyait la taille du machin, et vas-y, ça avait un très léger côté piquant, je ne savais pas si ça venait de la sauce ou de la viande elle-même!
«On va croire que je me la joue à faire le connaisseur, mais je sais pas pourquoi, je trouve que la viande a du.. caractère. Je sais pas comment l'expliquer, mais c'est peut être psychologique juste parce que je sais que c'est du hieras, mais la vache c'est super bon!» - honnêtement, je ne touchais presque pas aux légumes qui étaient servis avec, alors que Benedikt regardait sa ratatouille avec un air bizarre, comme s'il était déçu

«Ça va? Ton plat n'est pas bon? D'un autre côté, c'est quoi? Une ratatouille? Tu aurais peut être du commander un plat que tu n'as jamais mangé, non?» - pour ça que j'ai demandé du hieras, y'avait bien l'entrecôte classique, mais ça je connais donc bon, c'était plus tentant d'essayer autre chose. Je découpais un morceau de ma viande et je le lui tendais avec un sourire en coin - «tu veux goûter? Je sais que t'es pas trop fan de viande en temps normal, mais au moins tu t'endormiras moins con ce soir!»

Je pouffais de rire alors qu'une personne se retournait vers moi, l'air un peu outrée... oh pardon, j'ai dit un gros mot? Je levais les yeux au ciel, non mais quelle bande de coincés du c.. bref. Je le laissais goûter sa viande avant de continuer à manger, puis j'en profitais pour enchaîner sur un sujet pas forcément agréable, mais voilà...
«Au fait... j'ai pris rendez-vous avec la psy.. je la vois après-demain.» - j'affichais un air assez mal à l'aise et je n'avais pas dit ça trop fort, on va dire que ça ne me plaisait pas trop comme conversation, mais autant qu'il le sache - «elle m'a demandé si tu allais venir au moins pour la première consultation...» - honnêtement, je savais même pas ce que je préférais, qu'il soit là ou non. Je sentais qu'elle allait m'en mettre pleins les dents sur mon comportement passé, bref... qu'on parle de ça vite fait et qu'on change de sujet hein?

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Benedikt » 18 Fév 2016, 19:26

Le petit botaniste enfourna une autre bouchée de ratatouille le temps de réfléchir.
« Mmmh, je ne sais pas trop… » finit-il par avouer. « Je ne lui ai jamais demandé. Je crois que ça ne le dérange pas tant que ça de rester chez moi, comme tu dis, il a plutôt de la chance par rapport à d’autres gens des Ghettos… Mais je n’ai pas trop envie de lui faire des recommandations pour l’instant… Ça voudrait dire qu’il partirait ! »
Et là-dessus, Benedikt savait pertinemment qu’il avait besoin de quelqu’un pour l’aider à la boutique. Il y avait déjà assez de boulot quand on était deux, et le botaniste avait bien testé tout seul ; c’était à vous rendre fou ! Et d’autant plus maintenant, alors qu’il avait laissé sa boutique à l’abandon, il allait avoir énormément besoin de l’aide de Till pour la remettre sur pied. La tête dans ses pensées, Benedikt releva la tête quand Vrass reprit la parole, et se remit à sourire.

« Oui, ça va, excuse-moi. » répondit-il. « C’est bon, je dois juste arrêter de penser à n’importe quoi. C’est vrai que je connais, mais pour être honnête, j’en ai sûrement jamais fait d’aussi bonne alors ça valait le coup ! »
Ça avait l’air d’être la même chose pour le tatoueur qui parlait en très grand bien de sa viande. Il lui proposait même un peu, et le petit botaniste attrapa sa fourchette en rigolant devant la réaction de leurs voisins de table. Depuis le début du repas, ils se retournaient régulièrement devant les paroles scandaleuses et les gros mots que lui et Vrass sortait, et cela donnait presque envie à Benedikt de faire en sorte de les choquer encore plus. En revanche, en ce qui concernait le goût de la viande de hiéras, le petit botaniste avait certainement moins d’idées.

« Mmmh, c’est vrai qu’on dirait que ça pique un peu… Mais je suis encore moins placé que toi pour faire des jugements ! » déclara-t-il. « Tu sais, ça doit bien faire deux semaines et demi que je n’ai pas mangé de la viande, et je ne suis même pas sûr de me rappeler la différence entre du bœuf et du poulet ! »
Il fallait dire que Benedikt n’avait pas été un professionnel de la cuisine ces derniers temps. Par manque d’appétit et de motivation, il avait raté plus de repas qu’il en avait pris, et lorsqu’il se motivait à faire quelque chose, c’était rarement de la viande.
« Mais je dois avouer que ça a du goût, c’est sûr ! »

Le petit botaniste rendit sa fourchette à son véritable propriétaire, et profitant que celui-ci ne touchait pas spécialement à son accompagnement, piqua un petit peu des légumes qu’il avait aussi dans son assiette. « Ça a aussi du goût, ça ! » fit-il remarquer d’un ton espiègle.
Benedikt revint quand même à son assiette pour la finir, et raclait encore la porcelaine avec sa fourchette lorsque Vrass lui annonça qu’il avait pris rendez-vous avec la psychologue, comme il l’avait promis.
« Ah, c’est vrai ? » s’étonna le petit botaniste, et un grand sourire s’étala sur son visage. « Je ne pensais pas que tu le ferais aussi vite ! Je vais venir avec toi. Pour être honnête, je me demande si je n’aurais pas besoin d’y revenir un peu aussi… »
Même si ce n’était jamais très agréable d’avouer qu’on avait besoin d’aide, c’était plus facile pour Benedikt, sans doute par manque d’égo par rapport au tatoueur. Il posa une main sur celle de Vrass.

« Hé, ce sera plus facile que tu penses, je suis sûr. »
- il avait peut-être tort, mais au moins le petit botaniste le pensait vraiment. De toutes manières, la discussion s’arrêta là lorsqu’un serveur vint débarrasser leurs assiettes maintenant vides. Benedikt ne s’en alarma guère, mais ce fut lorsqu’il les regarda un instant à tour de rôle embarrassé, avant de finir par déposer deux verres de champagne devant eux, que le petit botaniste commença à se poser des questions. Non seulement il ne se rappelait pas avoir commandé deux autres verres – le tatoueur savait mieux que de proposer de l’alcool deux fois à Benedikt, sous peine de devoir l’entendre glousser bêtement pendant des heures -, mais surtout, il avait une énorme bague de fiançailles en or au fond du sien.

Le petit botaniste resta un second silencieux, jetant un regard interdit à la fois à son verre et à Vrass, avant de décider qu’il n’y avait aucune chance que ce ne soit pas une erreur. Et puis par pure insolence, Benedikt échangea les deux verres comme si de rien n’était et jeta un grand sourire au tatoueur. Juste histoire de l’embêter avant qu’il ne se rende compte que ça clochait complètement…

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Vrass Rannveig » 19 Fév 2016, 20:43

C'était assez bizarre comme ambiance. Fallait reconnaître qu'on n'était pas trop dans notre élément, les gens nous regardaient bizarrement, on n'était pas si bien habillés que ça pour l'endroit, et dès qu'on parlait un chouilla trop fort tous les regards étaient braqués sur nous!

Bref peu importe, là pour le coup, je parlais moins fort car il était question de ma visite chez le psy, Benedikt semblait plutôt content que j'ai pris l'initiative aussi vite, et il proposait même de venir avec moi. Je ne savais pas trop comment le prendre, d'une part j'angoissais car ce serait ma première séance et j'allais surement pas avoir envie de parler de tout et n'importe quoi, et d'autre part ben... oui il y avait peut être des sujets que je ne voulais pas trop qu'il entende. Déjà, je me demandais un peu comment j'allais lui annoncer pour Jake...

Autant que j'ai couché avec d'autres, je pense pas qu'il m'en veuille puisqu'il a fait pire, mais Jake, c'est un sujet un peu délicat.
Bref! Repas terminé, quoi qu'il fallait le dessert quand même, mais avant, le serveur nous apportait deux coupes de champagne, je me tournais vers le gars pour essayer de comprendre, mais il filait rapidement, et le temps que je me retourne de nouveau vers Benedikt, il avait échangé nos verres et je me retrouvais avec une flûte contenant une bague?
«Euh?» - je levais mon verre pour regarder avant de le regarder lui, et à voir sa tronche espiègle, ça sentait le coup foireux! - «qu'est-ce que tu mijotes, toi?» - j'affichais un air moqueur, retirant la bague pour mieux voir et je regardais à l'intérieur pour voir une inscription - «Gabriel et Bénédicte pour la vie...» - je pouffais de rire avant de le regarder à nouveau - «quel dommage! Tous mes espoirs réduits à néant!» - j'appelais le serveur pour lui dire qu'il avait fait une erreur

«Dites, la Bénédicte sur la bague, c'est une femme...»
- «Oh pardon!»
- «Pourtant vous savez que je m'appelle Vrass, non?»
- «Oui mais... le message disait juste de donner la coupe à Bénédicte...»
- il rougit comme une pivoine et récupéra les coupes pour aller les vider et les re-remplir du liquide doré et l'emmener à la bonne table! Je me tournais vers le gosse avec un air amusé

«T'es bête! Genre je pouvais croire que tu m'aurais fait ta déclaration!» - surtout maintenant juste après qu'on se soit réconciliés! On commandait le dessert, je prenais un gros moelleux au chocolat, et lorsque le serveur revint, j'en profitais pour le taquiner
«Rassurez-moi, je vais pas trouver une bague dedans au moins?»
- «N.. non monsieur!»
- il virait au rouge pivoine avant de filer et je me mettais à rire, non mais vraiment la bonne blague! En tout cas, le gâteau avait l'air super bon!

«Alors... t'as prévu autre chose après le restaurant?» - il semblait lorgner sur le parc en bas du bâtiment, il faisait nuit maintenant et avec les lumières, ça paraissait sympa, une petite promenade digestive, c'est pas mal! Surtout que là, on pouvait utiliser la perle pour rentrer si on était fatigués, ou si on voulait juste rentrer se mettre au lit.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Benedikt » 19 Fév 2016, 22:43

Le petit botaniste se mit à rire.
« Je n’imaginais pas non plus que tu y croirais vraiment… » déclara-t-il. « N’importe qui de sain d’esprit ne demande pas en mariage quelqu’un qui va forcément dire non, c'est la honte ! Mais j’aurais aimé te faire un peu plus peur, ce n’est pas très drôle ! »
Mais au final, c’était plus leur serveur qui se fit taquiner par Vrass que lui-même. Il commanda la même chose que ce dernier, attiré par la promesse du chocolat, et se réjouit d’autant plus de son choix lorsqu’arriva leur dessert. Leurs voisins de table eurent de nouvelles occasions de se scandaliser en entendant les bruits obscènes que faisait Benedikt à chaque nouvelle bouchée.

« Je n’ai rien de prévu après ça… J’avais prévu toute la soirée pour toi. Je trouvais que ça le méritait bien. » répondit-il lorsque Vrass lui demanda ce qu’il comptait faire après. « On pourrait aller se balader, par exemple. »
Et le petit botaniste s’arrêta pour enfourner une nouvelle bouchée de gâteau au chocolat. Il lécha même sa cuillère devant le regard insistant d’un autre client qui lui fronçait les sourcils, et qui baissa les yeux, embarrassé par l’insolence du petit botaniste. C’était sûr qu’ils ne se scandalisaient pas pour les mêmes choses ; Benedikt, lui, avait plus à se mettre à rire devant l’addition. Cette somme était probablement assez pour le nourrir pendant un mois entier à l’époque où il vivait encore en Païlandune, et aujourd’hui c’était ce qu’il dépensait sans état d’âme pour un seul repas. Le petit botaniste ne savait pas exactement si c’était bon signe ou non, mais c’était en tout cas assez ironique que la vie puisse changer autant. Mais après tout, est-ce que ce n’était pas la même chose pour le reste ? Les technologies de la Basse-ville, on pouvait à peine les imaginer quand on vivait à Ephtéria, et rien que le fait que Vrass soit là ce soir était au-delà de toutes les espérances qu’il avait pu avoir quand il était jeune.

Récupérant quelques maigres ores qu’on lui rendait en monnaie, Benedikt et le tatoueur ressortirent du bâtiment après un voyage interminable en ascenseur en sens inverse. Le petit botaniste n’aimait guère les ascenseurs ; il avait toujours peur qu’ils se décrochent, et se demanda si les gens aimaient vraiment vivre dans ce genre d’immeuble. En tout cas, ça manquait décidément de plantes, ça c’était sûr ! Il préférait de loin la boutique de tatouage, en peu bancale et parfois bordélique quand Iza n’avait pas la force de ranger tout ce qu’il semait.
Jetant quand même un regard en arrière pour observer les derniers rayons du coucher de soleil se refléter dans les murs vitrés du bâtiment, Benedikt soupira une seconde. On discernait encore quelques nuages malgré l’obscurité ambiante, et le petit botaniste s’était déjà mis à rêver lorsqu’ils étaient encore là-haut.

« J’aurais bien aimé être capable de voler, quand même… » souffla-t-il, le nez en l’air. « C’est dommage que je ne puisse pas… »
Mais il y avait beau avoir de l'envie dans la tête de Benedikt, il n’avait guère d’espoir de pouvoir y arriver un jour. Ces doigts rougis par le froid l’incitèrent à les fourrer avec ceux de Vrass, et il l’entraîna dans le parc à peine éclairé de l’autre côté de la rue. Les grilles étaient déjà fermé, il était déjà un peu tard, mais cela ne découragea pas le petit botaniste qui lâcha la main de Vrass pour chercher un endroit propice à l'escalade du mur d'enceinte.
« Viens, allons faire un tour quand même ! Je suis sûr qu'il n'y aura personne pour nous embêter ! »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Vrass Rannveig » 20 Fév 2016, 11:37

La blague avait été assez drôle, mais je le connaissais quand même un peu trop pour me faire avoir! Et puis le problème, c'est qu'il n'était pas très doué pour mentir, et son sourire espiègle montrait le piège à 100m au moins! Il allait devoir s'améliorer dans ce domaine, enfin du moins avec moi.

Le dessert était super bon, même si Benedikt avait souvent fait du gâteau au chocolat, fallait reconnaître que là, c'était d'un tout autre niveau! C'était fondant, doux, moelleux, il fondait dans la bouche! Je le dégustais même pas, je l'engloutissais! Puis je buvais un peu d'eau en me passant la langue sur les dents pour me débarrasser des éventuelles traces noires avant de m'essuyer la bouche avec une serviette.

Comme convenu, je le laissais payer. Je n'étais pas comme ces vierges effarouchées qui se sentent gênées lorsqu'on leur offre un truc, il avait annoncé la couleur dès le départ, je le laissais faire, bien qu'à la tête qu'il faisait, ça devait être vraiment très cher!
«On va éviter de revenir trop souvent dans le coin! Surtout si tu veux une véranda sur la terrasse!» - et oui, on allait devoir économiser un peu. Quoi que pour lui, les affaires marchaient vraiment bien, mais pour moi, j'avais besoin de me renflouer un peu. Il faut dire que l'ermite avait plombé mes finances avec son sortilège, et ça ne m'avait même pas permis de flinguer ce fichu pelel'je dans les ruines d'ohime. Il fallait surement que j'y retourne pour améliorer encore ce pouvoir, et ainsi pouvoir le dégommer la prochaine fois! Je ne peux pas me permettre de me retrouver dans la panade encore une fois à cause de ce truc qui veut ma peau.

On quittait le restaurant, l'ascenseur semblait interminable, mais une fois dehors, il faisait frais, la nuit était tombée, les lumières de la ville se reflétaient un peu sur le dôme comme une nuit étoilée. On se dirigeait vers un petit parc, mais il était fermé.. j'avais une main dans une poche, et Benedikt avait pris l'autre, ça me faisait... bizarre, mais j'avais pas envie de le lâcher pour autant. Il me parlait alors de ses ailes, de son envie de voler, et je me tournais vers lui d'un air amusé
«Pourtant, t'es jamais vraiment à l'aise quand on vole avec Phaerör!» - bon, faut dire que la perspective qu'il nous renverse et nous laisse tomber était bien réelle, mais on va dire que je le taquinais là dessus - «au pire, tu peux toujours essayer de formuler un souhait aux Infinitudes, par contre, faut que tu sois précis car ils seraient capables de t'affubler d'une paire d'ailes immenses, moches et pas pratiques...» - autrement dit, il a plutôt intérêt à bien préciser que ses propres ailes ne doivent pas changer, mais être juste aptes à le soulever, un truc du genre.

On arrivait au niveau d'un parc, et il semblait vouloir s'y incruster en sautant le grillage, j'affichais un sourire amusé avant de regarder autour de nous
«Tu sais qu'il y a des chances pour qu'il y ait des caméras de sécurité?» - mais bon, on ne risquait pas grand chose à s'infiltrer dans un parc public de nuit, je l'aidais à enjamber la barrière avant de sauter moi-même par-dessus, l'avantage d'être grand!

On avait un peu l'impression d'être dans une prairie fleurie, des plantes, des arbres, un petit ruisseau, des canards qui commençaient à s'endormir.. j'avais encore une main dans la poche et l'autre qui tenait celle de Benedikt pendant qu'on marchait tranquillement
«C'est agréable, mais le bruit de l'eau qui coule, ça donne envie... attends, je reviens!» - j'allais me planquer derrière un arbre pour faire ma petite affaire, l'avantage d'être un mec pour ce genre de choses, puis je me rinçais les mains dans l'eau glacée, mais vu que je ne ressentais pas le froid, ça ne me dérangeait pas plus que ça... je les essuyais ensuite en les frottant sur mon jean' puis je revenais vers lui avec un air amusé

«Je me demande s'il y a des lucioles par ici?» - il fallait pas trop y compter, ces bestioles sont assez fragiles et pas faciles à maintenir en captivité dans un endroit pareil. Alors qu'on continuait de se balader, il y eut deux lampes torches qui se braquèrent vers nous

«HEY!! QUI VA LÀ?? LE PARC EST FERMÉ!» - oups? Je serrais un peu plus la main de Benedikt et je l'entraînais loin de là! Fallait qu'on file!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Benedikt » 20 Fév 2016, 16:29

« Non, mais avec Phaerör, ce n’est pas la même chose ! » répliqua aussitôt Benedikt. « On ne contrôle rien et il passe son temps à faire le malin. Et puis les infinitudes… C’est vrai que ce n’est pas une mauvaise idée, peut-être… Mais j’ai déjà des ailes ! C’est quand même idiot que je ne puisse pas m’en servir ! »

Le petit botaniste fut trop occupé à escalader le mur du parc pour papoter, après ça. Même l’idée des caméras de sécurité ne lui faisait pas si peur, sans doute parce que Benedikt connaissait assez peu ça pour ne rien imaginer de spécial en entendant ça. Les caméras, ça ne pouvait pas regarder partout, non ? Pendant que le tatoueur était en train de vider sa vessie dans un coin, le petit botaniste se mit à regarder un peu autour de lui. C’était vraiment un joli parc, comme l’avait imaginé Benedikt, et celui-ci eut de quoi s’occuper avec les bosquets de plantes qui avaient été dispersés autour du ruisseau qui passait en plein milieu du parc. Le temps que Vrass revienne, le petit botaniste avait commencé à désherber quelques rares mauvaises herbes, par habitude et dévouement. Il se redressa lorsque le tatoueur se demanda à voix haute s’il avait des lucioles.
« Mmmh, ça m’étonnerait. J’ai lu un livre qui disait qu’elles avaient du mal avec la lumière des villes et qu’on en trouvait plus à la Basse-vi- »
Mais Benedikt n’eut pas le temps de finir sa phrase que deux lumières agressives les éblouirent, bien loin de celles des lucioles. Le tatouage lui avait déjà attrapé la main pour l’inciter à déguerpir avec lui, et le botaniste le suivit en détalant, essayant de s’éloigner des hurlements des gardiens.

Ils couraient vite, heureusement, mais cela les emmena plus rapidement au bout du jardin public, où ils se retrouvèrent coincés comme des rats. Benedikt tourna brusquement hors du chemin en sable qu’ils suivaient bêtement et les emmena au fond d’une série de sapins assez grand pour les cacher. Ils furent arrêtés très rapidement par un mur aussi, mais cette fois, vu que les gens qui les poursuivaient étaient assez loin, le petit botaniste entreprit de l’escalader, battant des ailes pour l’aider à grimper et aider Vrass à faire de même. Arrivé en haut, Benedikt sauta de l’autre côté et resta un instant immobile, regardant un peu où ils étaient tombés.

« Wow, celui-là est encore plus beau. » chuchota le petit botaniste. Bien sûr, c’était un jardin dans lequel ils avaient encore moins le droit d’être, vu qu’il était privé. C’était sans doute aussi la raison pour la déclaration du botaniste ; il était beaucoup plus petit, et vu l’allure de l’énorme maison qui le surplombait, il devait y avoir assez d’argent pour y faire venir une flopée de jardiniers.
Benedikt reprit son souffle avec un sourire et entraina Vrass dans un buisson, histoire de rester discret. Les appels des gardiens, de l’autre côté du mur d’enceinte, s’étaient progressivement éloignés pour finir par disparaitre, alors ce n'était pas la peine d'ameuter des gens de ce côté-ci.

« On devrait filer avant de se faire voir ici aussi. Ils ont peut-être des chiens. » fit-il remarquer, mais le grand sourire étalé sur son visage montrait que la situation l’amusait plus qu’autre chose. Forcément, il n’avait pas l’impression de courir de gros risques par rapport à ce qu’ils avaient déjà pu vivre ensemble. D’autant plus que le jardin où ils étaient à présent semblait aussi tranquille qu’ils pouvaient l’espérer. Benedikt discernait à peine les traits du tatoueur dans l’obscurité, mais à moitié blotti contre lui au milieu des branchages, c’était difficile de ne pas l’embrasser avec toute l’énergie qu’il lui restait, et il ne résista pas longtemps à son envie. Ce n’était sans doute pas le moment, mais son cœur battant à cent à l’heure par leur course effrénée avait instillé dans la tête du petit botaniste quelques émotions difficiles à refréner. Il fallait dire qu’il ne s’était pas senti aussi bien depuis plusieurs mois, et l’estomac rempli de bonnes choses, sa main dans celle de Vrass et un peu d’excitation à l’idée de se faire attraper avait suffi pour lui rappeler à quel point la vie pouvait être belle.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Vrass Rannveig » 21 Fév 2016, 09:44

Je le savais qu'on allait se mettre dans une sale situation! Mais là encore, je me disais qu'on ne risquait pas grand chose à être simplement entré par effraction dans un parc public, au pire on aura une amende et c'est tout! Mais il fallait encore qu'ils nous chopent! Benedikt m'entraîna vite à travers les arbres et arbustes pour se mettre hors du champs de vision des gardes, je souriais un peu comme un idiot aussi alors que je me calais contre un arbre au tronc épais pour qu'il dissimule ma carrure, avec mon blouson noir, on ne voit pas trop quand ça dépasse!

Puis ils s'éloignèrent et on se dépêcha de rejoindre la clôture pour passer par-dessus, mais au lieu de se retrouver dans la rue, on atterrissait dans un autre jardin, et vu le truc, c'était un lieu privé cette fois!
«Euh oui c'est chouette mais bon, c'est chez quelqu'un là» - je m'avançais prudemment, pas vraiment envie de déclencher une alarme ou autre, Mais fallait reconnaître que c'était un endroit vraiment bien entretenu, surement que ça donnerait des idées à Benedikt pour notre prochaine serre! Mais pour l'heure, on dégage!

L'idée qu'ils aient des chiens ne me plaisait pas plus que ça, on se faufilait à travers les arbres, jusqu'au petit portillon, mais alors qu'on était à une dizaine de mètres, des aboiements se firent entendre!
«Tu nous as porté la poisse!» - ce n'était pas des chiens, mais des orios! Je me plaçais devant Benedikt alors qu'ils nous fonçaient dessus, ça servait à rien de fuir, ils ne pouvaient pas nous voir, mais ils nous pistaient à l'odeur, et lorsqu'ils furent assez près, je me mettais à gronder et japper

* Chut! C'est bon, on s'en va! Calmez-vous!* - les deux orios se stoppèrent net, plantant leurs griffes dans le sol, ils gardaient le nez dans notre direction alors que je me tournais vers Benedikt - «Ok, on recule doucement, pour le moment, ils nous laissent tranquilles tant qu'on part vraiment...» - on reculait donc vers le petit portillon alors que les orios grondaient d'un air menaçant quand même, histoire de s'assurer que je tenais bien "parole", puis une fois qu'on passait le portillon et que je le fermais derrière nous, ils restèrent un peu en attendant qu'on soit assez loin.

Je soupirais de soulagement en m'éloignant de cette maison
«Je ne regrette vraiment pas ce tatouage du singe...» - pfiouuu... quelle soirée. Je levais les yeux au ciel, on pouvait un peu voir le dôme légèrement opaque entre le ciel et nous, puis je me tournais vers Benedikt en entourant son cou de mon bras pour le rapprocher de moi
«Je me demande si c'était vraiment moi qui portais la poisse dans nos aventures, c'est ptêt toi qui a le chic pour nous mettre dans de drôles de situations!» - je pouffais de rire avant de déposer un baiser dans ses cheveux, puis on marchait tranquillement pour retourner vers les Ghettos, à cette heure ci, il était parfois compliqué de quitter le dôme, mais on commençait à être connus et les gardes nous laissaient généralement passer. Tiens d'ailleurs, une affiche de Michael des Chouchoutrins montrait qu'un concert aurait bientôt lieu...

«Ah? Va falloir que tu évites la Basse Ville ces prochains jours!» - je ricanais un d'air moqueur, je me demandais s'il avait encore eu droit à des soucis à cause des minettes en furie et fans de ce gars là? En voyant l'affiche, c'est vrai qu'il lui ressemblait un peu, d'ailleurs, je me demandais pourquoi il n'avait pas un peu changé de coupe de cheveux ou autres? Car bon, se dire qu'on ressemble à un petit herboriste de quartier, c'est quand même pas super glorieux, mais j'avais l'impression, au contraire, qu'il faisait tout ce qu'il pouvait pour ressembler à Benedikt?

«Il n'avait pas ce petit bouc avant... et on dirait qu'il a davantage fait boucler ses cheveux. C'est moi ou il fait tout pour te ressembler?» - peut être pour avoir la paix? Histoire d'envoyer ses fans ailleurs? Je trouvais ça bizarre quand même!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Benedikt » 23 Fév 2016, 00:17

Le petit botaniste était bien heureux ce soir-là que Vrass puisse japper et aboyer en retour aux orios qui gardaient la maison où ils avaient atterris. Sans ça, ils auraient eu bien des problèmes ! Si bien que ce fut avec un sentiment de soulagement que Benedikt atteignit les limites de la Basse-ville en compagnie du tatoueur.
« Hé, moi je suis un trouillard, contrairement à toi ! C’est juste que là, j’ai été bête. » s’amusa Benedikt. C’était plutôt vrai. Le seul problème avec le petit botaniste, c’était que malgré le fait qu’on puisse facilement lui faire ça, il avait naturellement un côté cabotin qui l’incitait plus à faire des petites bêtises que des grandes. Vrass, en revanche, n’avait souvent aucune malice et préférait les gros ennuis. Quelque part, ils semblaient qu’ils essayaient au moins de choisir des ennemis à leur taille, au final.

Mais pour le coup, ils s’étaient sorti d’affaire assez facilement. Le petit botaniste frissonna et se colla contre Vrass pour récupérer un peu de sa chaleur, murmurant de satisfaction lorsqu’un baiser fut déposé dans ses cheveux. Tout englué dans sa félicité, il ne remarqua pas au début l’immense poster qui ornait tout le mur d’un bâtiment. Ce fut les paroles du tatoueur qui lui firent lever le menton pour observer le gigantesque visage de Michael des Chouchoutrins, dont la seule silhouette prenait trois fois plus de place que ses pauvres compagnons de boy’s band. C’était vrai qu’il lui ressemblait particulièrement, et encore plus qu’avant, malgré le fait que Benedikt n’aimait guère l’avouer.

Lorsque Vrass lui fit remarquer la même chose, il haussa les épaules avant de déclarer en riant, levant le menton dans un faux accès de fierté: « C’est parce que je suis le plus beau d’entre nous deux, qu’est-ce que tu crois ! »
Mais quand même, c’était vrai qu’à cette distance, on aurait presque pu les confondre, si c’était encore possible d’imaginer le petit botaniste dans des vêtements recouvert de strass, un regard de dragueur fixé vers l’objectif.
« Mais je ne me suis pas fait beaucoup embêté, ces derniers temps. À cause de mes ailes, la différence se voit beaucoup plus rapidement. » rajouta Benedikt en baissant les yeux.

Il n’aimait guère se faire contrôler par les policiers de la Basse-ville, et à cette heure-ci et avec l’accident de la bombe encore récent, c’était presque systématique. Ses papiers loin d’être en règle était heureusement souvent oubliés parce qu’ils connaissaient les deux à la fois, mais le botaniste ne se sentait jamais à l’aise lorsqu’il devait sortir le courrier en mauvais état et datant de plusieurs années qui devait lui servir le temps d’obtenir une véritable carte d’identité. Heureusement, cette nuit-là encore, les policiers étaient eux-mêmes trop engourdis par le froid pour lui faire même une seule remarque à propos de ça. Vrass et Benedikt purent s’engouffrer dans le dédale des Ghettos sans problème. Le temps d’arriver à la boutique de tatouage, l’excitation du petit botaniste étaient complètement retombée pour laisser place à une douce torpeur.

Après avoir gratouillé Iza qui était venue les retrouver à la porte, et avoir dépassé l’entrée de la boutique, Benedikt s’effondra dans le canapé de son bureau. Il enleva ses chaussures avec un soupir de contentement ; c’était quand même beaucoup mieux de rentrer dans une maison pleine de chaleur que de finir à l’étage de l’herboristerie. Il ne manquait plus qu’une chose, et le petit botaniste ouvrit ses bras à Vrass pour lui demander silencieusement de venir le rejoindre.

« Tu veux quelques choses à boire ? » demanda-t-il lorsque le tatoueur plia à sa demande et s’installa à côté de lui, lui permettant de se pelotonner contre lui contre un boa constrictor. « Je boirais bien un bon thé, moi, si j’ai la force de me relever. »
Mais quelque part, la chaleur de Vrass était assez enveloppante pour le coller résolument à lui. Benedikt finit quand même par se trémousser pour s’asseoir à califourchon sur les genoux du tatoueur.
« Hé Vrass- » murmura-t-il en essayant de prendre la même posture et expression que son sosie célèbre sur papier glacé. « Pourquoi personne ne me court après, moi, dans la rue ? Je suis pourtant aussi irrésistible ! »

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Ce que pensent les hommes

Messagepar Vrass Rannveig » 25 Fév 2016, 10:49

Décidément, on ne pouvait pas faire un truc sans se retrouver dans les problèmes! Mais au moins cette fois, c'était pas bien dangereux et assez amusant en soit! On filait sans demander notre reste, traçant notre chemin dans les rues de la Basse Ville pour rejoindre les Ghettos, on tombait sur une affiche de ce Michael des Chouchoutrins, et j'avais l'impression qu'il essayait de ressembler de plus en plus à Benedikt... mais oui, avec les ailes en moins.

«Fais gaffe, avec la technologie du coin, tu vas voir qu'il pourrait se faire greffer des ailes...» - bien que je n'étais pas sur de la manœuvre, mais passons. On arrivait à la frontière des Ghettos, autant c'est pas évident d'entrer à la Basse Ville en ce moment, mais en sortir est un peu plus simple, et puis de toute manière, nos têtes commencent à être connues des gardes... après avoir affronté le labyrinthe des maisons en tôles qui sont apparues de nulle part au cours de la nuit dernière, des terrains de jeux pour gosses mystérieusement transformés en bar ou à l'inverse, le petit commerce devenu un terrain vague, on arrive à la maison et Benedikt se jette à corps perdu dans le canapé pendant que je retire ma veste tranquillement tout en m'assurant qu'Iza allait bien. En fait, je me demandais pourquoi je m'inquiétais pour elle, elle était tellement contente que Benedikt soit de retour que je me rendais compte qu'elle avait fait le ménage à fond! Bref.. je revenais dans le petit salon alors qu'il me proposait à boire, mais ça allait

«Déjà, faudrait que t'arrives à te lever, tu veux pas que je te le fasse plutôt ton thé?» - mais vu le regard suppliant qu'il me lançait pour que je vienne m'allonger avec lui, je soupirais en retirant mes chaussures pour venir me caler contre lui, le gardant contre moi pendant quelques secondes, bien que j'avais l'impression qu'il allait s'endormir! Mais il se redressa un peu et finit par faire un peu le mariole avec cette histoire de Michael des Chouchoutrins

«Tu l'as dit toi-même, tes ailes surement... et puis honnêtement, je suis pas sur que les filles se jettent sur ce type parce qu'il est beau, c'est surtout parce qu'il est célèbre...» - elles ont juste envie de pouvoir passer dans un magazine parce qu'elles ont été vues avec lui - «tu l'as dit, t'es nettement mieux que lui, et je suis sur qu'il doit y avoir d'autres gars encore plus canons en ville, mais ils sont anonymes... des fois, faut pas chercher trop loin.» - je me redressais alors afin de planter un regard un poil plus sérieux dans le sien - «et puis... j'ai l'impression que tu as été très irrésistible ces derniers mois...» - donc on ne pouvait pas dire qu'il ait à se plaindre... je savais que je venais de jeter un léger froid en disant ça, mais au fond, c'était la vérité non?

Bref, je l'aidais à se lever pour qu'il aille se préparer un thé et je me levais aussi, je me sentais un peu fatigué sur le coup. Je sais au fond que je ne peux pas lui en vouloir d'avoir couché à droite et à gauche pendant qu'on était séparés, mais on ne peut pas dire que ça me fasse plaisir non plus, surtout quand on sait que l'une des raisons de notre rupture, c'est que je ne pouvais plus le toucher, moi, à l'époque. Certes, c'est surtout mon comportement à Balaïnes qui a tout cassé, mais voilà, j'étais de mauvais poil aussi à cause de ça.

Bref, je me levais en m'étirant longuement avant de me tourner vers lui
«Je vais me changer...» - j'essayais quand même de sourire, je me trouvais moi-même injuste d'avoir ainsi gâché la soirée alors qu'il voulait juste plaisanter.. à croire que je ne pouvais pas changer du tout au tout, et qu'une pointe de jalousie me dévorait le ventre sans que je ne veuille le reconnaître. Il me faudrait surement du temps pour digérer. Je traînais un peu des pieds avant de gagner l'escalier et la chambre, mais au final, j'avais la flemme de me changer et je retirais juste mon t-shirt pour me jeter sur le lit, les bras en croix à fixer le plafond.

Quel con.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

PrécédenteSuivante

Retourner vers Les Ghettos

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron