Laissez passez, convoi exceptionnel !

C'est le plus reculé de tous les villages dépendant directement du Roi. Comme déposé ici au hasard au milieu des plaines fertiles, Banba a su se spécialiser dans l'agriculture et l'élevage.

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 26 Aoû 2014, 20:38

Le petit botaniste était encore en train de reprendre ses esprits quand Vrass lui annonça que Pomporo était blessé et qu’il ferait mieux de s’en occuper. Quant à Phaerör, plusieurs flèches lui avaient transpercés les ailes et Benedikt ouvrit des yeux ronds devant le spectacle de sa panique.
« Qui lui a lancé ça ?! Ce n’est pas moi, ce n’est pas possible, je n’ai presque pas tiré de flèches et pas vers le ciel ! » demanda-t-il avec nervosité, avant de baisser les yeux sur Pomporo qui venait vers lui avec un air de maneki battue. Le botaniste se pencha aussitôt vers elle avant de récupérer son sac dans la carriole, parmi les débris.

« Vous devriez essayer de vous occuper de tout ça pour voir si on peut repartir bientôt, au cas où, même pour demain, ce sera utile. » lança-t-il au marchand et à son associé avant de se mordre la lèvre en regardant une blessure sur le front de Paély. « Si vous avez mal quelque part, venez me voir, je vais m’occuper de vous dès que j’aurais fini avec ma bestiole. »
La jeune fille fronça le nez, sans doute vexée de voir que la maneki passait avant elle, mais elle devait aussi s’apercevoir des priorités et elle n’avait pratiquement rien. Pendant ce temps-là, le jeune homme, lui, fronçait les sourcils alors qu’il tentait de s’occuper de son animal malgré les couinements plaintif de Pomporo. Pas facile pour lui de ne pas se sentir coupable face à ça, mais Benedikt s’acharna tout de même à nettoyer ses plaie aussi vite que possible. Si Vrass disait vrai et qu’ils pouvaient revenir… Et puis pas la peine de laisser ses blessures mal cicatriser ou s'infecter.

Malgré tout, personne ne revint de toute la nuit. La troupe n’avait guère envie de dormir maintenant, mais au fur et à mesure des heures, la fatigue surplombait le stress et les yeux se fermaient les uns après les autres. Benedikt s’étaient endormi à côté de Vrass puisque que le marchand avait proposé de faire la garde, et il n’avait plus au petit matin que le bruit des grillons pour lui tenir compagnie.
Cela ne devait pas être très rassurant pour lui, vu qu’il n’avait en plus aucunes bestioles pour le protéger, ni même un winghox puisque celui-ci dormait aussi, mais finalement, tout se passa bien et le soleil qui se levait annonça une journée de beau temps.
Le petit botaniste, lui, fut réveillé par la lumière, Pomporo qui lui donnait des coups de tête, et les vociférations de leurs prisonniers un peu plus loin. Alerté, il eut le réflexe de se redresser immédiatement, mais ils étaient toujours aussi bien ligotés et s’engueulaient juste mutuellement. Si bien que Benedikt se dirigea plutôt vers le minuscule point d’eau à côté duquel ils étaient pour aller se passer un peu d’eau sur le visage avant de retourner vers le marchand.

« Est-ce que la carriole peut faire le reste du voyage ? » - Elle avait pris un coup mais ce n’était pas une catastrophe non plus ; le botaniste espérait surtout qu’il accepterait sa requête suivante.
« Ça ne vous dérange pas si ma maneki se met dedans pour le reste du voyage ? Elle boite et j’aimerais qu’elle n’ait pas trop à marcher… Et puis elle pourra quand même protéger la marchandise, peut-être même mieux, elle a encore tous ces crocs. »
Restait après à savoir quoi faire de leur prisonniers ; même s'il allait pouvoir les refiler à la garde à l'entrée d'Aspasie.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 27 Aoû 2014, 16:24

Le calme revenait peu à peu, si ce n'est que les autres abrutis râlaient, pestaient et se débattaient comme des bêtes sauvages pour se dégager, si bien que j'en avais mare et chacun se prit mon poing dans la tronche pour être assommé une bonne fois pour toute! Je resserrais leurs liens, je me méfiais surtout du caméléon, avec sa langue, il pouvait faire tout et n'importe quoi alors lui, je le bâillonnais bien. Je vérifiais aussi qu'aucun ne disposait de griffes ou autres - surtout l'orphe chien - pour m'assurer qu'en se tortillant un peu ils ne puissent pas couper leurs liens. De toute manière, ce n'était pas de la corde, mais du tissu bien entortillé et surtout mouillé! Donc vraiment difficile à déchirer comme ça.

Je revenais vers Phaerör, obligé d'enfiler mon gant du dresseur pour le calmer. J'avais pas mal de contusions pour ma part, surtout dans le dos et les bras, là où je m'étais fait attaquer en traître donc. Mais je me souciais surtout du hiéras et des flèches qui avaient transpercé son aile.
«Je ne sais pas qui lui a fait ça, mais je pense qu'il doit y avoir encore quelques membres du gang en liberté. Si ce qu'a dit le marchand l'autre jour est vrai, il doit y avoir un amphibien dans leur groupe, et il n'est pas là. Je ne suis pas sur qu'un amphibien pourrait tirer à l'arc, donc on a fort à parier qu'ils sont encore au moins deux.»

Benedikt ne pourrait pas soigner Phaerör, il se ferait bouffer, donc je prenais les produits qu'il utilisait pour Pomporo afin de m'occuper de lui moi-même. Évidemment, il poussa un hurlement strident lorsque le larmiqueuse se posa sur ses plaies, et je me pris un bon coup de bec qui manqua de me transpercer la carotide si j'avais pas eu le réflexe de bouger sur le côté
* t'es vraiment une saloperie! * que je sifflais entre mes dents. Il me lança un regard noir, mais au fond, c'est surement son caractère de merde qui nous a sauvé plus d'une fois.

Le botaniste dut donc s'occuper de moi ensuite, car un coup de bec dans l'épaule, ça fait pas du bien. Le marchand proposait de prendre le quart suivant, il était trop énervé pour dormir de toute manière et j'acceptais. Même si Phaerör était blessé, ils avaient toujours leur flair avec Pomporo pour nous prévenir en cas de danger.
Je laissais le hiéras près du groupe de prisonniers avec pour consigne de les bouffer s'ils bougeaient! Et je l'avais dit dans les deux langues, autant en sifflant de cette voix stridente et aiguë pour Phaeror, et en langage humain pour les autres, et visiblement, ça les avait convaincu de la fermer pour le reste de la nuit.

Le lendemain matin, on ne perdait pas de temps et on se remettait en route. On accrochait des peaux de bête sur le sol de la carriole pour une réparation de fortune avant de ramener tous les objets sur les bords, et de même, une toile de tissu avait été mise au plafond ce qui fait qu'on ressemblait davantage à une caravane qu'autre chose maintenant. C'était pas terrible, mais on devait être à Aspasie dans la soirée, donc... ça tiendrait.
Le marchand qui avait été de garde tout le reste de la nuit allait pouvoir dormir un peu, Phaerör ne pouvait pas voler avec moi sur son dos, mais il pouvait voler seul, donc je le laissais partir pour jouer les éclaireurs, moi je restais près des prisonniers.

«Benedikt, tu passes devant pour conduire le chariot pendant que monsieur se repose. Moi je reste à l'arrière avec les prisonniers pour éviter les coups fourrés. Avec Pomporo à l'intérieur du chariot et Phaerör dans les airs, je pense qu'on sera en sécurité jusqu'à Aspasie.»

En réalité, je savais déjà qu'un dernier guet-apens nous attendrait au prochain ravitaillement en eau. Les prisonniers n'auraient rien à manger au cours du trajet, seulement à boire. Il était préférable de les maintenir en état de faiblesse pour le moment. Et s'ils ne voulaient pas avancer, le chariot les traînerait de toute manière, on ne ferait pas de quartier après ce qu'ils nous avaient fait.

J'avais sorti ma capuche du mahjour pour me protéger du soleil qui montait de plus en plus haut, je n'hésitais pas à boire devant eux avec un air des plus mauvais jusqu'à ce que l'on passe midi et qu'on doive faire une halte pour ravitailler les chevaux. Je repassais devant pour aller voir Benedikt
«Sors ton arc. Il est temps d'aller à la pêche.» - je nous approchais donc du point d'eau avant de mettre un genou à terre, Benedikt se tenait derrière moi, l'arc tendu dans ma direction et je faisais mine de plonger mes mains dans l'eau pour boire lorsque surgit de l'étang un type de couleur bleue qui chercha à m'attraper la gorge! Sauf que je m'y attendais et je récupérais ses poignets avant de le retourner comme une crêpe et l'étaler sur la berge avant que sa poitrine ne se retrouve sous mon nez!

«Une femme?» - j'avoue, celle la je ne m'y attendais pas et je levais le nez vers Benedikt en fronçant les sourcils - «garde ton arc prêt! Il doit y avoir un archer dans le coin, ça ne peut pas être elle!» - elle avait des mains palmées, elle n'était surement pas le genre de personne à savoir tenir un arc. Je l'attrapais rapidement pour la ramener vers les autres et la ligoter avec ses copains, bien que l'un d'entre eux sembla paniquer

«A... attendez! Il faudra l'hydrater régulièrement sinon elle mourra!!»
- «Ça, fallait y penser avant de vous en prendre à un winghox...»
- évidemment, je ne comptais pas la laisser crever, mais j'allais certainement pas l'arroser toutes les demi-heures non plus. Elle allait en chier un peu non mais!

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 27 Aoû 2014, 21:52

Benedikt sursauta légèrement quand l’orphe amphibien tenta de se jeter sur Vrass, mais ce dernier avait la situation en main, et ce n’était pas comme si le petit botaniste ne pouvait pas s’y attendre, vu qu’il lui avait demandé de venir à côté de lui avec son arc mis en joue, et qu’ils recherchaient encore au moins un autre brigand.
Mais c’était d’autant plus inquiétant, parce que Vrass lui annonça qu’elle avait les doigts palmés et que de toutes évidences, ce n’était pas elle qui pouvait avoir tiré sur Phaerör. Benedikt jeta un coup d’œil nerveux à la ronde.
Conduire la carriole pendant plusieurs heures ne l’avait pas fatigué, il en avait déjà l’habitude avec la roulotte de Phinéas, même si elle n’avait que deux chevaux, c’était des chevaux de trait mal dressés qui étaient presque aussi embêtant à gérer que les quatre qu’il y avait là. Sauf qu’être alerté et rapide ne suffisait pas, apparemment, parce que lorsqu’il se retourna en entendant un bruit d’herbe écrasée derrière lui, Benedikt se retrouva nez à nez avec son reflet, sous la forme d’une femme - encore ! - d’une trentaine d’années à moitié trempée.

C’était presque comique de voir les deux, face à face, chacun avec une flèche dirigé vers la poitrine de l’autre, mais le petit botaniste n’eut bizarrement pas trop envie de rire. Le souffle court, ils se jugèrent du regard comme pour savoir lequel tirerait en premier, ou même si l’un d’eux allait avoir l’audace.
« Tu souffle un mot, t'es mort. » déclara-t-elle sèchement, et Benedikt ne sut que répondre sur le moment, hésitant car confus. Ils étaient en pleine vue, Vrass et les autres étaient en train de s’occuper de leur nouveau prisonnier à la peau bleue, mais quelqu’un, ce n’était qu’une question de secondes, allait se retourner et les voir.

Le petit botaniste avait envie de lui tirer dessus, histoire de la prendre par surprise, mais c’était prendre le risque de se voir tirer dessus, et aussi proche qu’il était, il était complètement impossible qu’elle le rate. Il entendit une exclamation derrière lui, qui devait très probablement venir de Paély, mais il n’osait pas se retourner une seule seconde de peur que son adversaire en profite.
A ce moment-là, il se souvint de la bague qu’il avait récupéré le jour d’avant sous une tonne de marchandises en bordel. Est-ce qu’il pouvait s’en servir pour s’aider de Vrass et se sortir de là ? C’était difficile de trouver une idée rapidement, après tout, le tatoueur était très très sûrement déjà au courant de la situation et ce n’était pas s’il pouvait se glisser derrière cette femme facilement. Il n’y avait rien pour se cacher autour d’eux.
Le petit botaniste avala sa salive, la scruta un instant. Pour se tourna brusquement pour tirer sa flèche derrière elle, vers la droite, et profita de sa confusion pour attraper la flèche de son arc à elle à pleine main et tirer dessus.

Elle ne lâcha pas son arme si facilement, pourtant, si bien qu’ils retombèrent tous les deux par terre à se battre comme des chiffonniers. Elle eut une meilleure idée que lui, malheureusement ; elle ramassa une des nombreuses flèches qui trainaient par terre autour et sous eux – leurs carquois s’étaient tous les deux renversés et ça en faisait un paquet – pour la planter dans la cuisse du botaniste qui essayait de filer un coup de pied dans le ventre.
Benedikt hurla de douleur et jura. Comme si la moitié d'entre d'eux n'était pas déjà blessés ! Il n'y avait plus que lui, entre Vrass, Phaerör et Pomporo, et bien voilà, c'était fait !

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 28 Aoû 2014, 11:44

Les prisonniers commençaient à être nombreux, mais j'étais plutôt content qu'on ait réussi à leur mettre la main dessus, car non seulement on allait accomplir notre mission d'escorte, mais en prime on allait empêcher qu'il y ait de nouvelles attaques à l'avenir. Et j'avais dans l'idée que Manôlis serait très content d'avoir de nouveaux voyous à punir en les envoyant dans l'arène ou autre! Surtout que les orphes étaient généralement très appréciés du public puisque leur côté animal les rendait souvent plus agiles et donc plus aptes à combattre.

Bref, j'avais rapidement entendu du bruit, Phaerör était toujours dans les airs, puis il y eut un cri strident, je reconnaissais la gamine et des bruits de bagarre arrivèrent jusqu'à moi et je me dépêchais d'aller voir avant de trouver Benedikt en train de se battre comme un chiffonnier avec une autre nana. Ok, ils nous ont gardé les meilleures pour la fin en fait?
Je soupirais avant d'agripper le poignet de la fille qui essayait de l'attaquer à coup de flèches et je la jetais comme un sac de pommes de terre plus loin, j'étais clairement pas d'humeur maintenant, j'en avais mare, simplement mare de cette mission à la con, mare de m'en prendre plein la gueule, d'entendre des gens hurler dans mes oreilles et savoir tous les soins qu'on allait devoir prodiguer! En plus, Benedikt avait été blessé lui aussi, et ça me plaisait encore moins.

«Sérieusement? On ne vous a vraiment jamais dit qu'il ne fallait pas faire chier un winghox?» - la fille me regarda avec des yeux terrifiés, elle devait bien voir que j'étais de plus en plus furieux et elle chercha à reculer comme elle pouvait, mais je la rattrapais vite par un bras pour lui agripper les poignets et l'entraîner sans ménagement avec les autres pour la ligoter avec eux. Et là, vu leurs têtes, je crois bien qu'on avait enfin la bande au complet. Ils se disaient clairement «cette fois, on est cuits».

Certains portaient encore les marques de coups que je leur avais donnés la veille pour les endormir, mais honnêtement, je m'en foutais. Je revenais plutôt vers Benedikt pour voir l'état de sa blessure...
«Je crois que c'est terminé. On fait une pause pour vérifier que tout le monde va bien, on boit un coup, on laisse les chevaux se reposer une heure et on repart. On sera à Aspasie à la fin de la journée.» - je pense qu'on n'était plus pressés à présent.

Je levais les yeux au ciel, aucune trace de Phaerör, mais à mon avis, il s'est barré car lui aussi doit en avoir mare et doit surtout avoir besoin de repos. Le marchand s'était réveillé, alerté par les cris de sa fille surement, mais désormais, on pouvait dire que tout le monde allait bien.
«Ceux qui ont besoin de repos, vous pouvez aller dormir dans le chariot, je conduirai pendant quelques heures.» - maintenant, on devait être en sécurité, c'était le principal.

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Benedikt » 31 Aoû 2014, 02:11

Le petit botaniste prit son mal en patience et soigna aussi proprement que possible sa jambe pendant que Vrass donnait les derniers conseils et s’occupait des prisonniers. Heureusement qu’il était là, parfois ! Mais encore plus heureusement, il ne semblait y avoir personne de plus à vouloir leur sauter dessus sauvagement, ce qui était une très bonne nouvelle. Benedikt s’installa à côté de Vrass pendant qu’il conduisait la carriole vers Aspasie, mais dormi plus de la moitié du chemin, la joue écrasée contre la cuisse du tatoueur. Les mouvements de la charrette le berçaient plus qu’autre chose, puisqu’il y avait été habitué pendant longtemps, et lorsqu’il se réveilla, on était déjà milieu d’après-midi.

Ils arrêtèrent encore une fois les cheveux à un point d’eau, le temps de remplir les gourdes et de laisser les animaux boire comme ils voulaient ; maintenant qu’ils avaient une cargaison de prisonniers avec eux, ils étaient plus détendus et les sourires étaient progressivement revenus sur les visages. Ou plutôt, du soulagement, mais Benedikt et Paély, eux, avaient bien retrouvé leur bonne humeur. Ils finirent la journée à jouer aux cartes, et la jeune fille semblait avoir complètement oublié la dispute momentanément entre son père et le botaniste lorsque ce dernier avait découvert leur marchandise secrète.
Et profitant de son enthousiasme, Benedikt lui appris aussi quelques astuces pour reconnaitre des plantes utiles et les utiliser. Paély avait l’air un peu plus ennuyé devant ce sujet, mais l’énergie du botaniste était telle qu’elle fit des efforts pour faire croire que cela l’intéressait. Pourtant, dès qu’elle pouvait, elle glissait quelques questions d’apparence innocence à propos de Vrass, ce qui amusait bien le jeune homme, d’un côté. Elle savait qu’il avait été sacré héro de Nideyle, ce qui aidait sûrement son admiration pour le tatoueur, mais il trouvait ça plutôt mignon sachant son âge. C’était même plutôt rafraîchissant, au lieu d’avoir ces femmes qui elles ne tournaient pas autour du pot et utilisaient tous leurs charmes pour flirter sans honte avec Vrass.

De toutes manières, le petit botaniste refusait de répondre à la plupart des questions que la gamine lui posait, lui proposant plutôt d’aller demander elle-même à l’intéressé, ce qui la faisait toujours rougir, comme depuis le début du voyage, mais toujours pas bouger. Et les heures s’étant écoulées peu à peu, en fin d’après-midi, quand le soleil commençait à descendre et à donner des couleurs orangées et dorés aux plaines, les contours d’Aspasie se dessinèrent dans un décor qui aurait presque fait aimer cette ville à Benedikt s’il n’avait pas l’impression qu’elle s’acharnait à vouloir lui rendre la vie dure.

Les cheveux commençaient à être sérieusement fatigués aussi, et Phaerör tout autant, apparemment, alors c’était peut-être assez bien qu’ils arrivent. Le petit botaniste se redressa et s’étira alors qu’ils rentraient dans la ville.
« A qui on va les refiler, nos prisonniers ? » demanda-t-il à Vrass en chuchotant. « Je me demande ce qu'ils vont en faire si on les donne à la garde d'Aspasie… »
Il n’avait pas une très bonne opinion d’eux, mais après tout, ce n’était plus leur problème après. Benedikt n’allait pas non plus se sentir si clément envers des gens bien décidés à les tuer peu avant, et la plaie qu’il avait sur la cuisse piquait assez pour lui rappeler parfaitement ça. De toutes manières, ce fut même la garde qui vint à eux alors qu’ils traversaient les portes de la ville.

Avatar de l’utilisateur
Benedikt
Herboriste
Herboriste

Âge: 33
Crédit: 1,327.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image
Métier: Botaniste
Classe: Roseau
PV: 200
ES: 500
Avatar: Portrait de Kimi Dee modifié

Re: Laissez passez, convoi exceptionnel !

Messagepar Vrass Rannveig » 31 Aoû 2014, 20:44

La suite ici

Avatar de l’utilisateur
Vrass Rannveig
Tatoueur
Tatoueur

Âge: 38
Crédit: 547.00 Ore(s)
Suivi: Image Image Image Image Image
Métier: Tatoueur
Classe: Rocher
PV: 500
ES: 200
Avatar: Dante by Wolfina-SnakeHeart

Précédente

Retourner vers Banba et ses champs

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron